LE SERRURIER DE BATIMENT (DOCUMENT DE TRAVAIL)""

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SERRURIER DE BATIMENT (DOCUMENT DE TRAVAIL)"""

Transcription

1 CENTRE HOSPITALIER ROUYN-NORANDA Département de santé communautaire LE SERRURIER DE BATIMENT (DOCUMENT DE TRAVAIL)"" Dans le cadre des monographies sur les risques pour la santé dans le secteur du bâtiment et travaux publics Ministère des Affaires sociales Octobre 1984 MSPQ

2

3 INSTITUTNATIONALDESANTÉ PUBLIQUEDU QUÉBEC CMEDEDOCUMENTAlON MOMÏÉAL MONOGRAPHIE DES RISQUES A LA SANTE DES METIERS-OCCUPATIONS DU SECTEUR "BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS» SERRURIER DE BATIMENT Sous la direction de: Henri Tessier, hygiéniste H.T.H.P. enr. (Santinel inc.) OCTOBRE 1984

4 II REMERCIEMENTS La monographie des risques à la santé du serrurier de bâtiment est l'oeuvre de plusieurs professionnels au niveau de différentes disciplines en santé au travail. Par la présente, l'auteur tient à remercier plus particulièrement mesdemoiselles Danielle Biais, t.h.i. et Carmen Cloutier, t.h.i. pour leur travail acharné, et parfois ingrat, de cueillette de données dans le milieu; leur participation avec mademoiselle Janine Deslauriers, secrétaire de direction, à la rédaction et à la conception -d'outils de collecte et de présentation de données, fut des plus précieuses. Quant au travail de présentation finale, il importe de mentionner la collaboration particulière de mademoiselle Suzanne Comtois, secrétaire senior. La réalisation de ce document ne fut certes pas possible sans l'appui du Centre Hospitalier La Grande Rivière, dont monsieur Gérard Landry en est le directeur; le Département de Santé Communautaire de Rouyn-Noranda, dont monsieur Réal Lacombe en est le chef; le Comité de Coordination Provincial du Ministère des Affaires Sociales, dont monsieur Clermont Bouchard en est le coordonnateur; le programme de Santé au travail du D.S.C.

5 C.H.R.N., dont monsieur Louis Poirier en est le coordonnateur. Finalement» l'auteur tient à souligner la collaboration de l'institut de Recherche en Santé-Sécurité, pour leur soutien analytique, ainsi que la Commission de la Santé et de la Sécurité du Travail,, pour avoir rendu possible cette étude. Henri Tessier.

6 Ill AVANT-PROPOS La Commission de la Santé et de la Sécurité du Travail a adopté, pour l'implantation progressive de ses programmes majeurs, une approche par secteur d'activités économiques, en fonction des dangers à la santé et à la sécurité au travail. Le sujet traité dans le présent document s'inscrit dans le cadre du secteur "Bâtiments et travaux publics", du Groupe I des secteurs d'activités économiques retenus comme prioritaires par la Commission. Plus spécifiquement, la présente tente de faire la lumière sur les risques à la santé du serrurier de bâtiment.

7 IV TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS AVANT-PROPOS TABLE DES MATIERES LISTE DES TABLEAUX II..III IV V LISTE DES ANNEXES : VI LISTE DES FIGURES VII 1. INTRODUCTION 1.1 Présentation du mandat Définition des concepts-clés Description de la population du serrurier de bâtiment Statistiques des lésions professionnelles CARACTERISTIQUES DE L'OCCUPATION SELON LA LITTERATURE Identification des tâches ELABORATION SUR LES TACHES, SOUS-TACHES ET LES RISQUES EN TERRAIN 21 3*1 Equipement et produits utilisés 22 U. PRESENTATION DES RESULTATS ET INTERPRETATION 4.1 Méthode d'échantillonnage et d'analyse Présentation des données sur les agresseurs physiques et chimiques A- Fiche environnementale synthèse 23

8 B- Profil d'exposition Fiche des agresseurs et des moyens de protection ANALYSE DES DONNEES-RISQUES PHYSIQUES ET CHIMIQUES 30 5*1 Le bruit L'éclairage ; Le froid La fumée totale de soudage - fumée de métaux Les rayons ultra-violets ^ Sommation des agresseurs LES AGRESSIONS D'ORDRE ERGONOMIQUE Préséntation des données et interprétation des résultats A- Profil global - Technique Renault 35 B- Profil ergonomique - Technique C.P.C Moyens de protection ANALYSE DES DONNEES Sommaire des agressions CONCLUSION - 46

9 V LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Répartition géographique régionale, serruriers de bâtiments (selon données 1983) 14 Tableau 2 : Effets des fumées et des gaz de soudage 16 Tableau 3 : Fiche environnementale synthèse-serrurier, toutes les tâches 24 Tableau 4 : Profil d'exposition-serrurier de bâtiment Tableau 5 : Pertinence de la protection offerte et taux d'utilisation ' 28 Tableau 6. : Analyse ergonomique.- Technique Renault 35 Tableau 7 : Profil ergonomique - Technique O.P.Ci, attacher et élever les pièaes*. 37 Tableau 8 : Profil ergonomique - Technique C.P.C., assembler les pièces 38 Tableau 9 : Profil ergonomique, Tâches A et B... 40

10 VI LISTE DES ANNEXES Annexe I : Bibliographie, Annexe II : Equipement et produits utilisés 48 Annexe III : Description des éléments de protection Annexe IV : Profil analytique complet 50 Annexe V : Fiche des risques ergonomiques (postures) Tache A: attache et elève les pièces à l'aide de câbles 51 Annexe VI : Fiche des risques ergonomiques (contraintes) Tâche A:, attache et elève les pièces à l'aide de câbles 52 Annexe VII : Annexe VÏIIs Fiche des risques ergonomiques (postures) Tâche B: assemble les pièces de l'escalier 53 Fiche des risques ergonomiques (contraintes) Tâche B: assemble les pièces de. l'escalier 54 Annexe IX : Fiches toxicologiques électrodes 56 Annexe X : Fiche technique soudeuse 62

11 VII LISTE DES FIGURES Figure A: Fiche de protection personnelle (organes et membres) 29

12 I INTRODUCTION

13 Présentation du mandat Le présent document s'inscrit dans le cadre d'un mandat, en provenance, de la Commission de la Santé et de la Sécurité du Travail, visant à identifier les risques à la santé des différents métiers/occupations du secteur "Bâtiments et Travaux publics". Subséquemment, le développement d'outils de surveillance médicoenvironnementale, la détermination d'avenues de recherche possible ainsi que l'incorporation de notions de santé dans le curriculum des cours de formation professionnelle sont des éléments appelés à être élaborés suite à cet ouvrage. 1.2 Définition des concepts-clés Selon le règlement sur la formation et la qualification professionnelles de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction, les individus exerçant ce métier se définissent comme suit: "Le terme serrurier de bâtiment désigne toute personne qui fait au moyen de machines, d'outils ou de soudure, le tracé, la coupe, la préparation et l'assemblage de toute pièce de métal pour la fabrication d'articles tels que les escaliers intérieurs et extérieurs, les garde-corps, les clôtures à l'exclusion des clôtures de fil de fer, les barrières, les châssis, les marquises, les trappes de cave et d'inspection, les grillages de tout genre

14 13. les chutes à charbon, les portes de voûte, les portes coupe-feu, les cloisons, les appareils de sauvetage ou tout travail de même nature.; l'installation ou le montage de tels articles". Le serrurier doit se conformer au Règlement sur la formation et la qualification professionnelles de la main-d f oeuvre de l'industrie de la construction (C.F-5»r.3) de la Loi sur la formation et la qualification professionnelles de la main-d'oeuvre (L.R.Q.c.F-5,a.30); entre autre aux articles concernant la for-, mation et l'apprentissage. De plus, le serrurier doit entreprendre 2 périodes (de 2000 heures chacunes) d'apprentissage. La proportion d'apprenti-compagnon est fixé à 1"5 En sus l'individu exerçant ce métier est régi par le Décret de la Construction (1). 1.3 Description de la population du -serrurier de bâtiment Selon les statistiques de l'office de la Construction du Québec (2), la 'population totale de cette catégorie dé travailleurs se chiffrerait à 363 individus ce qui représente.46? de la population active totale de la construction (77,864)- La répartition régionale de ces travailleurs s'illustre au TABLEAU 1. (1) Source: Décret relatif à l'industrie de la construction dans la province de Québec ( c.r-2'0 f r. 5) (2) Source: Analyse de l'industrie de la construction au Québec en 1982» Office de la Construction du Québec, ser-.vice recherche et développement, juin 1983,(statistiques en date mai 1983)

15 u. TABLEAU 1 REPARTITION GEOGRAPHIQUE REGIONALE, SERRURIERS DE BATIMENTS (Selon données 1983) -p H H H U cd cd cd cd o p +3 ^ p -p cd \ \ c ^ -H 'd -H 03 m cq T3 CD cd rhi 1 'd h fc H H «H U 1 «H cd i H U cd O 3 O O o cd 3 O O o -P m G -P o O p i *<D A 03 P, Q* P O O S CQVD CO <D ri 1 H h o 1 O l O o 1 * 1 H 'H p 3 U 03 h -P u h h cd T3 cd > DCCUPATION tf) o %<D 3 *H -P -P > -P > -P -p ÉO.-p -p o cd cd cd cd cd o tq O x H * H s 3 o p <o O h CQ C-5 CO uj r* 2C-0D W s s: tf X tt S O S O? o EH a«serrurier de bâtiment Sur le territoire de la Baie-James, au moment où cette étude eu lieu (août 1982) l'on dénombrait trois (3) individus exerçant ce métier, ce qui ne représente que.82% de la population totale de serruriers. 1.4 Statistiques des lésions professionnelles Malheureusement, ce métier ne fait pas l'objet d'une compilation particulière au niveau du système statistique de la Commission de la Santé et de la Sécurité du travail; nous ne pouvons donc avancer aucun portrait "lésionnel" du serrurier. Il est à souhaiter que l'on se penche sur ce problème, car en soi, presque tous les métiers/occupations de la construction sont com-

16 15. piles sauf celui-ci. 2. CARACTERISTIQUES DE L'OCCUPATION SELON LA LITTERATURE A la lumière des recherches, bibliographiques effectuées, le métier de serrurier de bâtiment ne semble pas être documenté comme tel. Néanmoins, à l'intérieur de ce métier, beaucoup de travaux de soudage, d'oxycoupage et de brasage sont effectués. Au chapitre des fumées et des gaz, nombre de documents font état d'atteinte dû, entre autre, au métal à souder, du métal d'apport, à la technique de soudage ainsi qu'aux réactions entre les gaz dégagés, les rayons ultra-violets et l'apprêt du matériau à souder (formation de phosgène mortel). En général, les pathologies associées à ce type d'agression sont de l'ordre d'une action irritative sur les voies respiratoires (aiguë, chronique, à court et à long terme), les allergies, les intoxications aigu&s et chroniques; les pneumoconioses (maladies pulmonaires) ne sont certes pas à négliger, telle que la sidérose, lors d'exposition aux fumées de métaux ferreux. Un résumé de l'effet des fumées et des gaz lors du soudage est présenté au TABLEAU 2.

17 16. TABLEAU 2 EFFETS DES FUMEES ET DES GAZ DE SOUDAGE Fumées et gaz de soudage Particules I Gaz Pneumoconioses Dangereuse Fibreuse Silice Non-fibreuse 1 Beryllium Peu dangereuse I Carbone Etain Irritant pulmonaire ou toxlqm Cadmum Chrome rluorure Plomb i Irritant pulmonaire Ozone es d'à* zote Phosgène Non-irritant Monoxyde de carboîje Dioxide de r.n-r.vsr.r.g. \miante Fer Manganèse i Magnésium i Phosphine îuivre Aluminium Mercure Holybdèni Nickel Vanadium i Zinc Le bruit et les radiations non-ionisantes (infra-rouge et ultraviolet) sont des agents physiques qu'il ne faut pas négliger. En plus d'une action immédiate telle la perte temporaire de l'ouïe, pour le bruit et la conjonctivite ("flash"), due aux rayons U.V. des complications à long terme interviennent; en

18 effet, le bruit à long terme engendre la surdité permanente, 17. et l'on soupçonne sérieusement que les U.V. peuvent provoquer, à la longue, le cancer de la peau (entre 290 et 310nm). L'infra-rouge causerait des cataractes aux yeux. Certains travaux font aussi l'allusion à la possibilité d'atteinte par les vibrations d'outils de meulage et de polissage; les effet s étant des troubles angioneurotiques au niveau des mains, dont les doigts morts ("vibration white fingers"). Des statistiques démontrent aussi un haut taux de mortalité chez les soudeurs dû aux pneumonies, aux bronchites et à 1'influenza; ceci découlant entre autre de fonctions pulmonaires affaiblies par les polluants pré-cités. L'annexe I liste les titres des documents à la base de cette section. 2.1 Identification des tâches Selon le document d'analyse de tâches (1) la liste des tâches "s'établit comme suit: Tâche Description 001 Etablir les lignes et niveaux 002 Installer les échafaudages 003 Elinguer et monter les pièces composantes 004 Signaler et communiquer avec l'opérateur de pont roulant ou monte-charge (1) Source: Analyse de tâche, serrurier de bâtiment (fer ornemental) Code , Ministère du travail et de la Main d'oeuvre du Québec, Direction général^ de la Main d'oeuvre, Service des plans de carrieres, janvier 1972.

19 18. Tâche Description 005 Fabriquer les accessoires (fer ornemental, escalier et autres) 006 Installer les accessoires 007 Préparer le travail pour procéder aux diverses soudures 008 Oxycouper le matériel 009 Souder à l'acétylène les métaux ferreux 010 Soudo-braser 011 Souder à l'arc électrique les métaux ferreux 012 Souder à 1'oxyacétylène les métaux nonferreux 013 Braser à basse température 014 Souder à l'arc au trengstène, les métaux non ferreux 015 Appliquer les traitements thermiques

20 VALIDATION EN TERRAIN i i

21 21 ELABORATION SUR LES TACHES, SOUS-TACHES ET LES RISQUES EN TERRAIN Lors de l'étude en terrain, nous n'avons pu observer que le montage d'un escalier, en acier galvanisé (sur un mur) dans deux centrales hydo-électriques (à la Baie-James). Les principales tâches et sous-tâches observées qui ont retenues l'attention, à cause des agressions potentielles, s'énumèrent comme suit: Tâche Sous-Tâche Description Temps requis Vérifier les boulons d'ancrage dans le béton 2% Classifier et identifier les échafauds 5% 07 Installer les échafauds Elinguer les pièces n 02 Manier les pièces d'équipement requis 04 Utiliser les outils de levage Assembler les plaques de métal 10% 03 Préparer divers éléments de la charpente d'acier 04 Tracer l'acier 07 Monter provisoirement des éléments de charpente d'acier (assuj ettissement des pièces) 65% 08 Monter en permanence les éléments de charpente d'acier (soudure permanente)

22 22. Tâche Sous-Tâche Description Temps requis Exécuter les travaux de finition (meuler, limer, sabler, retoucher) 1% En sus, et non considéré dans le document d 1 analysé de tâche: Transport du matériel sur place 10? Ces tâches et sous-tâches ont été retenues en regard des risques d'atteinte possible par les agresseurs d'ordre physique, chimique et biologique. '3.1 Equipement et produits utilisés Afin de situer le lecteur dans le contexte de travail, expliquant les outils et les substances à 1'origine des résultats obtenus, l'annexe II liste l'équipement, dés fiches techniques et toxiques des produits utilisés ainsi que quelques illustrations de ces derniers A. PRESENTATION DES RESULTATS ET INTERPRETATION 4-.1 Méthode d'échantillonnage et d'analyse L'échantillonnage et l'analyse ont été effectuées selon le document "Guide d'élaboration d'une monographie sur les risques pour

23 la santé dans le secteur dans la construction" (1). 23 Pour l'analyse ergonomique, la technique de.la Régie Nationale des Usines Renault (méthode française) ainsi que la technique du "Comité Provincial de Coordination" (dite technique C.P.C.) ont permis de tirer certaines conclusions en rapport avec ces agressions. Pour les risques tel le froid, les conclusions tirées proviennent de l'observation en terrain ainsi que de conversations avec les premiers concernés. 4.2 Présentation des données sur les agresseurs physiques et chimiques A- FICHE ENVIRONNEMENTALE SYNTHESE Afin de valider les agrèssions mentionnées dans la littérature et possiblement en quantifier d'autres en terrain, des prélèvements non-exhaustifs ont été effectués. Tel que mentionné précédemment, la quantification eu lieu lorï de travaux de construction d'un escalier, au sous-sol de - deux centrales hydro-électriques, ces travaux étaient effectués vers la fin de l'été (août 1983) sous de l'éclairage portatif artificiel. Le TABLEAU 3 présente la sommation des prélèvements effectués ainsi que leur conformité aux normes. (1) Source: Guide d'élaboration d'une monographie sur les risques pour la santé dans le secteur de la construction, Ministère des Affaires sociales, direction de la programmation, octobre 1983.

24 24. TABLEAU 3 FICHE ENVIRONNEMENTALE SYNTHESE-SERRURIER, TOUTES LES TACHES Q uilurni lun :.^^wrttbtfr r>v R&TTMFMT ; METIER : TACHE : MTMn OR-m-nn-nn? ' NTREPRE- EUR' TOTAL DE TRAVAILLEUR PAR METIER. NOMBRE DE TRAVAILLEURS EDIANTILLONNES BRUIT Sciai ia -age Z U O *-> ai ** -J 01 Doslmôtrië Sonomêtrie Soudage Mn Fe seuj De. O X P Otrt ia > ï» UU - u- 3 o db(a) 'db ds< A) db Tour O tu u. a db(aj Cft E te cor T. Un. 100 ' 5mg/m^ lmg/m^ 5mg/m^ lux ^ J QOdtf* <115 <1 4 ft 90r hfn i?n o h- d H- H- tj A C A C A C A C A c A c A' B C. À B c. A B C A «es FUMEES lmg/m a Ti _ Zn _ 10mg/ra^ 5mg/i A B c A B C Mo-Metal LG3? Mo-Metal TP 7? 2?? " k i i aleurs ex 78,3 S. RA rftes des a 0 1 N. D. «esures X P,06 " 0» 02 N.I ). 0, 23 85,8 162J3 à rfil'flvftftfl 3,1 a a à a à ,04,o: s 7 * 2 TOTAL k \ i OJRCEHTASL' LOC LOO û ia 5C , ioo y- A; conforme à la norme B; égal ou excède seuil d'action C: hors normes En revisant ce tableau de compilation les observations suivantes ressortent: -Le bruit continu et/ou intermittent se conforme aux présentes normes à 1 1 exception des bruits d T impact où une valeur excédant l^odb a été enregistrée ainsi qu'un dépassement de 115db(a) En se référant au tableau

25 à la dosimétrie d'impact, l'on note un fort dépassement de la somme des Energies Acoustiques (SEA=120) de L'éclairage semble faible puisque la seule donnée recueillie s'inscrit sous le seuil minimal d'éclairement (110 lux) représentant une situation non-conforme (à 100?). -La fumée totale de. soudage s'inscrit comme étant à 50? conforme et à 50? excédant le seuil d'action((2.5mg/m ). Une recherche des métaux à l'intérieur des fumées de soudage démontre que: conformes. pour le manganèse tous les prélèvements sont Le fer s'inscrit à 88? conforme et 12? non-conforme; le seuil d'action (2,5mg/m^) ayant été dépassé. Le magnésium est conforme à 100?.. Le titanium s'inscrit aussi comme conforme. Au chapitre du zinc, la majeure partie, des prélèvements sont conformes sauf pour un échantillon représentant 12? de l'échantillonnage, le niveau excédant de 2,2mg/m la norme. Il faut noter, par contre que l'échantillonnage est très restreint. " Ne figurant.pas sur cette grille, mais ayant été rapporté ou observer -Le froid a été une agression rapportée par quelques serruriers. En effet, lors de travail à l'extérieur, en hiver, ou même, à l'intérieur de bâtisses, sans portes., cet agresseur peut devenir d'importance.

26 -Les radiations ultra-violettes ont aussi fait l'objet d'une 26. vérification non-exhaustive et certes, cette agression est prévalente. Tous ces résultats seront discutés à la section "Analyse des données". B- PROFIL D'EXPOSITION En guise de synthèse des agressions physiques et chimiques le TABLEAU A, soit le profil d'exposition permet de visualiser l'importance des différents risques. TABLEAU A PROFIL D'EXPOSITION rv i rt ami m mur mu i»ii ////././///'//////. imiiiiiiinitiiitiitinmitimiiit:: i:tiin:ii::ni:u:;i iinwuinwtimiumitiiiimnu: iitniiniiittimiii;;n,ni:wi:;i.:: iiinntnniiiit/::i;i/iu/iit;;;:: iiiiîutiiiiitniuitmr.rtiihuiiui iimitiiiimti/uti.'iiintitunm;;: :nmtinii;t)niiiin/;tii{;in;i:i;:i Froid fin t; j./. w n n mi it tti mtt murium mint it nu ton «i^itien fn:in n tt rnim uni rirttei m lift i (9./. n Hit Kl iniinutit titt imiiin h uni cittin ten t; <9*/. n.mm m riot»* m iiuu murium mi inntt tor* rihv» imiim turt ni ntui m 1- _ t i Mil mu mi ^Toutes ç. mi V,,,,,, ( tv «sim:utit't!irc?:eti :»sis.tir.. Ultraviolet 10- I

27 27. Ce tableau démontre que: -Le bruit d'impact (linéaire) s'avère une agression d'importance ; -L'éclairage serait une agression mitigée; -Le froid s'affirme comme risque; -La fumée totale oscille entre adéquate èt excédant le niveau d'intervention (seuil d'action);. -La fumée de fer en général est adéquate, mais peut aussi être légèrement un risque».les fumées de manganèse, magnésium et de titane ne posent pas de problèmes. Les fumées de zinc sont pour la majeure partie' adéquate mais posent un certain risque; -Les radiations ultra-violettes peuvent s'avérer adéquates mais un risque prévaut. L,.3 Fiche des agresseurs et des moyens de protection La figure A, ci-après permet de mettre en relation les risques à la santé et les moyens disponibles de s'en prémunir; elle permet entre autre de visualiser la présence ou l'absence de protection. La description sommaire des éléments de protection utilisés à la Baie-James, fait l'objet de l'annexe III. La pertinence ainsi que le taux d'utilisation à la Baie-James s'illustrent au TABLEAU 5 suivant:

28 28. TABLEAU 5 PERTINENCE DE LA PROTECTION OFFERTE ET TAUX D'UTILISATION Protection Remarques Taux d'utilisation Gants Masque orinasal Masque de soudure Ceinture de sécurité Lunettes de soudeur Bottes de sécurité Lunettes de sécurité Casque de sécurité Semblent adéquats pour la situation Inadéquat pour les fumées de soudure Utilisé lors d'opération de soudage Utilisée lorsque la situation l'exige Semblent adéquates pour la situation Utilisées'lors de l'ébarbarge, inadéquates pour ce genre de travail Très bas Bas Elevé Très bas (voire même nul) Elevé" Obligatoire Bas Obligatoire A la lecture de ce tableau, il appert que sauf pour l'atteinte à l'audition, la protection est offerte pour la majeure partie des agresseurs. Par contre, le taux d'utilisation est bas pour la majeure partie des éléments non-obligatoires, à l'exception du masque de soudage.

29 PfcO&.CJ toll Casque de : sécurité FIGURE A FICHE VE PROTECTION PERSOWEUE (0RGANES ET «EXPRES) ^tw* Chutes "d 1 ob; ets etc Danger de s La tête frapper. T&te Veux Soudure, U Metal en fiblon Poussière dfc uiélal P/Lotection Masque de se deur, Luneti de soudeur, Lunettes de ggruiy-î'+g u-29 es (IfcJh #» /

30 ANALYSE DES DONNEES-RISQUES PHYSIQUES ET CHIMIQUES En premier lieu, il importe de mettre en garde le lecteur relativement à cette section. La représentativité de l'échantillonnage s'avère trop basse pour permettre de tirer des conclusions à partir de ces données; en sus, le peu d'information tirée de la documentation, en rapport aux risques du métier, ainsi que l'absence de statistiques ne peuvent nous permettre que d'énoncer des probabilités concernant les agressions Néanmoins, nous croyons que ces observations permettront de faire la lumière sur le métier de serrurier de bâtiment qui, à notre avis, s'avère "l'enfant pauvre" sur le plan connaissances en santé-sécurité. 5.1 Le bruit Le peu de données.semblent quand même indiquer, un potentiel de risque dû au bruit d'impact. Cette agression serait principalement à cause des opérations de martellage lors du nettoyage des soudures, de.la mise en place des pièces ou encore du redressement de certaines pièces "bosselées". En sus, le dépôt brusque ou l'échappement de pièces de métal pourrait expliquer la présence de cette agression.

31 31. Le tableau de mesure complémentaire (fiche environnementale) indique un excès de la norme (140 db) au moins 25 fois. Le S.E.A. d'ailleurs excède excessivement la norme prévue. Alors, vu qu'il ne semble pas y avoir de protection offerte contre cet agresseur, et que la littérature rapporte le bruit comme un risque chez les soudeurs (tâche importante chez le serrurier) nous croyons que le bruit s'avère une agression de haute probabilité. Par contre, l'intermittence de l'exposition nécessite que ce risque soit documenté plus exhaustivement, afin de pouvoir tirer une conclusion définitive. D'ailleurs, il faudra approfondir les connaissances de la contribution du bruit environnant à l'exposition au bruit intermittent de ce métier; il faut tenir compte, quand même, qu'habituellement le serrurier est un des derniers métiers à travailler sur un chantier. 5.2 L'éclairage Dépendant du lieu de travail, l'éclairage peut s'avérer inefficace constituant donc une possibilité de contrainte visuelle. Le peu de données sur cet aspect ne nous permet pas de tirer de conclusion à l'égard de cette agression. 5.3 Le froid Quoiqu'aucune mesure n'a été effectuée concernant cet agresseur, des témoignages font état du risque qu'il pose.

32 32. Vu qu'une bonne partie du travail du serrurier s'effectue à l'extéri eùr, lors du montage d'un escalier, de châssis ou de gardecorps, le froid peut rendre le travail pénible, sinon dangereux. Il n'existe d'ailleurs pas de consigne vis-à-vis cette agression, nous portant à jauger le froid comme étant un risque à haute probabilité. 5*4 La fumée totale de soudage - fumée de métaux L'appréciation des fumées totales de soudage s'avère difficile à établir. Les résultats obtenus portent à interpréter cette agression comme étant de moindre importance, quoique le seuil d'action ait été excédé,, même avec un échantillonnage aussi" restreint. Un d es facteurs prédominants chez le serrurier s'énonce comme étant l'intermittence dans les tâches; en effet, le soudage, fait partie d'une série d'opérations et comme tel n'est pas nécessairement l'ouvrage principal du procédé, comme les soudeurs par exemple. Il peut donc s'affairer a rassembler les pièces d'un ouvrage, les assembler, faire de la soudure de point ("tacks"), continuer à assembler, puis faire la soudure finale. En sus, le type de procédé de soudage peut varier considérablement dépendant de l'ouvrage à effectuer et du métal de la structure. Il peut aussi bien oxycouper que scier les pièces. Toutes ces variantes font en sorte que l'exposition aux différentes

33 fumées de soudage se voit difficile à déterminer et à quantifier avec certitude. 33. Néanmoins, en regard de la littérature sur les soudeurs et oxycoupeurs, nous croyons à une haute probabilité d'atteinte par ces agresseurs 5.5 Les rayons ultra-violets L'exposition à cet agresseur constitue une haute probabilité à cause de 1'omni-présence de ces radiations lors d'opérations de soudage à l'arc standard, au "Tungstène Inert Gas" ^(électrode au tungstène non-consumable) et au "Metal Inert Gas" (électrode consumable) sous gaz protecteur. Si la teinte de la vitre protectrice du masque de soudeur n'est pas approprié pour la quantité d'u.v. émise, le risque prévaut. En sus, l'éclairage de chantier, peu aussi être une source d'u.v. non négligeable, voir même dommageable. Cet état de fait a été rapporté dans la littérature et tel que mentionné précédemment une vérification a été effectuée dénotant des résultats positifs. 5.6 Sommation des agresseurs Donc, en récapitulant pour la présente section, il appert que:

34 34. -Le bruit pose une haute probabilité de risque; -Le risque relié à l'éclairage demeure incertain; -La probabilité d'atteinte par le froid s'avère élevée; -Les fumées de soudage et les fumées de métaux s'inscrivent comme agressions à potentiel hautement plausible; -Les radiations ultra-violettes se dessinent comme une agression à probabilité élevée; -En général, une recherche plus exhaustive s'impose pour pouvoir clairement élucider les risques physiques et. chimiques reliés au métier de serrurier. 6. LES AGRESSIONS D'ORDRE ERGONOMIQUE L'analyse ergonomique du serrurier s T est penchée principalement sur les sous-tâches de l'élévation (montée) des pièces pour l'as semblage d'un escalier, le soudage par point, la pose de boulons et le meulage. La technique Renault a permis d'apprécier les facteurs tels que: le degré de sécurité du travail, l'environnement, la charge physique et nerveuse, l'autonomie, la relation entre les travail leurs, la répétitivité et le contenu de travail. La technique du Comité Provincial de Coordination (C.P.C.) s'attarde au soulèvement et au transport de charge, aux postures

35 35. statiques, aux exigences physiques générales, à l'asymétrie dans l'utilisation des membres utilisés ainsi que les contraintes psycho-sociales. Afin de bien situer le lecteur dans le contexte de travail, lors du montage et de l'assemblage des pièces, les serruriers s'affairent à ces tâches en travaillant sur un échafaud (monté sur roues). Tandis qu'un travailleur s'occupe d'attacher les pièces, au sol, deux autres oeuvrent au haut de l'échafaud. Une bonne partie du travail est effectué en échafaud. 6.1 Présentation des données et interprétation des résultats A- PROFIL GLOBAL - TECHNIQUE RENAULT Le TABLEAU 6 ci-après montre de façon graphique les conditions TABLEAU 6 ANALYSE ERGONOMIQUE - TECHNIQUE RENAULT PROFIL GLOBAL ET TENDANCES (PROFIL DE POSTES)

36 36. dans lesquelles s'effectuent le travail du serrurier. Ce graphique globalise le profil analytique présenté à l'annexe IV. A la lecture de ce tableau nous remarquons que: Sur le plan sécurité, le travail est considéré comme dangereux; L'environnement est jaugé pénible; La charge physique se qualifie de "chargé"; La charge nerveuse oscille entre normale et chargée; L'autonomie se situe entre 15 minutes et 30 minutes, signifiant que le serrurier peût faire varier son allure de travail et quitter son poste sans perturber la production; Les relations de groupe sont bonnes; -La répétitivité est basse ( 10 minutes); Le contenu de travail est jaugé moyen; B- PROFIL ERGONOMIQUE - TECHNIQUE C.P.C. L'analyse utilisant la technique C.P.C., tel que mentionné précédemment s'est arrêtée à deux sous-tâches principales soit: a) attacher et élever les pièces à l'aide de câbles b) assembler les pièces d'un escalier.

37 37. Le TABLEAU 7 illustre les contraintes reliées à la tâche A; les détails de l'analyse étant présentés aux annexes V et VI TABLEAU 7 PROFIL ERGONOMIQUE - TECHNIQUE C.P.C ATTACHER ET ELEVER LES PIECES PROFIL ERGONOMIQUE METIER/OCCUPATION: Seyrujçier. Tâche A «MMU* tlottrjgjtl niriwgimiwwî outlaw IrtiflurçlVit pfalftli Irl»H»'»)» trh Itigma thl rlhha QirK nutlt QMfttui KnfUtli «ct,t»)«iftt* Ht* Sawlmeat «t trmtpori 4a dur M?«i«ra* txlgnch tldiitln phyaiqwa TIcJwi intlyiett (9..A^tacijfi_a±_âlè-o eâhlfia Itecbra* utulal* Uy*4irM) Contain Ut pt/chetoeuii 1 IrtiIfpr Tutllit imlhmtt TnmpKl M <tif(«mimi ludnn (HttMII (Mnln M m tilt* IH liymirk) («oin'a: Or il appert, en observant ce graphique, que le soulèvement et le transport de charges sont cotées très chargé. De même les postures statiques sont jaugées très pénibles; Les exigences physiques oscillent entre acceptables et pénibles ;

CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS FICHIER-CADRE GRUTIER

CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS FICHIER-CADRE GRUTIER rentre de documentation Département de santé communautaire nîsaasgss^' CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL CENTRE H Z&VSSS*»* N - ;01 'MV, 1 -FRAMBOISE

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail PENIBILITE ACTE II Pénibilité : quelques chiffres (Enquête DARES, suite à l étude SUMER 2010) 40 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité 10 % exposés à 3 facteurs au moins 70 % des ouvriers

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s):

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Technicien en informatique (centre de service) Soutien technique 316-TECINF001 316-TECINF012 Titre de la direction

Plus en détail

O E L ' H Û ^ l ^ ^ CENTRE K.; - ; 0 -: ;!:RCIER Inc.

O E L ' H Û ^ l ^ ^ CENTRE K.; - ; 0 -: ;!:RCIER Inc. Centre de documentetîon Département de santé communautaire 0>Ï 413 Service de santé au travail 1831 boul. Dorchester ouest, Montréal H3H 1R4, 937-4676 ç.an'tst AIf TRAVAIL O E L ' H Û ^ l ^ ^ CENTRE K.;

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

FONCTION TYPE SOUDEUR

FONCTION TYPE SOUDEUR Prévention et Intérim 1. Techniques manuelles de soudage SOUDAGE PAR POINTS (électrique) = 2 pièces sont pressées l une contre l autre, au moyen de 2 électrodes. La chaleur du courant électrique et la

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision

NOTICE D UTILISATION. Masque de soudage protecteur de vision NOTICE D UTILISATION Masque de soudage protecteur de vision Attention : Lire attentivement le présent manuel dans son intégralité avant d utiliser le masque de soudage. Table des matières GUIDE DE L UTILISATEUR

Plus en détail

Procédés ciblés par le programme

Procédés ciblés par le programme Programme CMR 2014-2017 Fumées de soudage en chaudronnerie AIDE MEMOIRE TECHNIQUE Procédés ciblés par le programme Soudage TIG Soudage électrode enrobée Soudage semi-auto MIG/MAG 2/11 Dans un atelier qui

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Titre du service : Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s):

PROFIL DE L EMPLOI. Titre du service : Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Soutien administratif 929-SECCL1001 Titre de la direction : Titre du service : Titre du supérieur immédiat: Titre

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010)

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010) Liste des maladies professionnelles de l OIT (révisée en 2010) CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 194 Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l enregistrement

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Procédés ciblés par le programme

Procédés ciblés par le programme Programme CMR 2014-2017 Fumées de soudage en chaudronnerie AIDE MEMOIRE TECHNIQUE Procédés ciblés par le programme Soudage TIG Soudage électrode enrobée Soudage semi-auto MIG/MAG Dans un atelier qui présente

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Information System on International Labour Standards

Information System on International Labour Standards 1 sur 6 03/12/2014 18:37 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l'enregistrement et la

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/L'ENTREPRISE Nom de produit: T4 Ligase Nom de kit: SOLiD(TM) FRAGMENT SEQUENCING ENZYME KIT Fournisseur: Applied

Plus en détail

warrior PRET a TouT!

warrior PRET a TouT! warrior PRET a tout! Lancement du Warrior le nouveau générateur ESAB. Le Warrior est un générateur de soudage à la pointe de la technologie qui offre la capacité de décupler votre travail. Conçu en tenant

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

CASQUE AUTO-OBSCURCISSANT

CASQUE AUTO-OBSCURCISSANT CASQUE AUTO-OBSCURCISSANT IMF0055 Novembre, 202 LES GRAPHIQUES PEUVENT VARIER MANUEL DE L OPÉRATEUR Copyright Lincoln Global Inc. World's Leader in Welding and Cutting Products Sales and Service through

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Code du produit 9703130 No CAS: 56-81-5 Numéro CE: 200-289-5 Emploi de la substance / de la

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial Code produit Usage envisagé LAMB97201 A UTILISER COMME INSECTICIDE UNIQUEMENT Le produit doit être utilisé conformément à l'étiquette Apparence

Plus en détail

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE / Hygiène et sécurité NORMES D EXPLOITATION Réf. : Aperam Safety ST 007 Grues et équipements de levage Publication : 15.05.2012 Version : v0 Rév. : AM Safety 007 v2 10.11.2010 GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT LIFT DESK PURE

FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT LIFT DESK PURE LIFT DESK PURE Lift Desk Pure constitue une surface de travail simple, économique et néanmoins sûre de par sa forme très épurée disposant de moins de variance une table réduite à l'essentiel à la conception

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Fi che te chnique d en treti en pr é ven ti f Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Il est primordial, pour rendre le fonctionnement des chaudières automatiques (bouilloires)

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Centre de diffusion / Soutien à l'apprentissage et au développement pédagogique

PROFIL DE L EMPLOI. Centre de diffusion / Soutien à l'apprentissage et au développement pédagogique PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Agent de soutien administratif classe II (CTI et comptoir de prêt) Soutien administratif 229-ABCL2012 (jour) 229-ABCL2010

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE CE PRODUIT N'EST PAS CONTROLE PAR LE S.I.M.D.U.T.

FICHE SIGNALETIQUE CE PRODUIT N'EST PAS CONTROLE PAR LE S.I.M.D.U.T. PRODUITS LUBRI-DELTA INC. (450) 629-4555 (514) 383-2784 FAX (514) 383-4241 FICHE SIGNALETIQUE SECTION I - RENSEIGNEMENTS SUR LE PRODUIT NOM DU PRODUIT PROTECTION 5000 [Antirouille] NOM DE LA PERSONNE RESPONSABLE

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Marque de commande Caractéristiques Possibilité de positionner la tête du détecteur par rotations successives 40 mm, non noyable Fixation rapide Propre à l'emploi jusqu'à SIL 2 selon IEC 61508 Accessoires

Plus en détail

H2902 - Chaudronnerie - tôlerie

H2902 - Chaudronnerie - tôlerie Appellations (Métiers courants) Chaudronnier / Chaudronnière Serrurier métallier industriel / Serrurière métallière industrielle Tôlier / Tôlière Définition Réalise des ouvrages, structures chaudronnés

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI SOMMAIRE ESCALIER UNIVERSEL TM SOMMAIRE GÉNÉRALITÉ... 3 Introduction... 4 PRINCIPAUX ELEMENTS... 5 Accroches... 5 ASSEMBLAGE... 7 Assemblage de base... 7 ACCROCHES

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Transmission sûre de l énergie Transmission sûre de l énergie Les machines mobiles sont tributaires d'une alimentation fiable en énergie. Les lignes d'alimentation

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE CONVENTION NATIONALE D'OBJECTIFS FIXANT UN PROGRAMME D'ACTIONS DE PREVENTION SPECIFIQUE AUX ACTIVITES DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ENTRE LA CAISSE NATIONALE DE L'ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99.

SECTION 3: Composition/informations sur les composants 3.2. Mélanges % CAS # (EC) No 1272/2008 1999/45/EC Deuterium oxide 99. FICHE TECHNIQUE SANTE-SECURITE Selon la règlementation (CE) n 1907/2006 Date de la modification: 07/10/14 www.restek.com SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. (gestion financière et paie) Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s):

PROFIL DE L EMPLOI. (gestion financière et paie) Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Technicien en administration (gestion financière et paie) Soutien technique 314-TECADM005 Titre de la direction

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Mode d'emploi Chaise de transport et d'évacuation EXSIT 101

Mode d'emploi Chaise de transport et d'évacuation EXSIT 101 Mode d'emploi Chaise de transport et d'évacuation EXSIT 101 Version du document BSURE_EXSIT101_moded emploi_2014/06 rev 01 Juin 2014 Page Contenu- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Introduction

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

SERRURIER. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage. Construction 45.2 Amiante Acier.

SERRURIER. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage. Construction 45.2 Amiante Acier. serrurierv2 Page 1 sur 8 SERRURIER Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage Construction 45.2 Amiante Acier Mécanique Benzène dans mélange d'hydrocarbures Chrome

Plus en détail

SOUDAGE. Document réalisé par le groupe Toxicologie d Annecy Santé au Travail

SOUDAGE. Document réalisé par le groupe Toxicologie d Annecy Santé au Travail SOUDAGE Document réalisé par le groupe Toxicologie d Annecy Santé au Travail Actualisé en 2009 (partie médicale) en collaboration avec l AGEMETRA et AST Grand Lyon SOUDAGE OXYGAZ Soudage au chalumeau

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

PicoScope USB Oscilloscope. GuÍa rápida de inicio

PicoScope USB Oscilloscope. GuÍa rápida de inicio GuÍa rápida de inicio 3 Français... 21 3.1 Introduction... 21 3.2 Consignes de sécurité... 21 3.3 Table des matières...24 3.4 Configuration système requise...24 3.5 Installation du logiciel PicoScope...25

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

PLOMBIER. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage

PLOMBIER. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) plombierv2 Page 1 sur 9 PLOMBIER Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Capteurs facteur 1. ... avec portée identique pour les aciers et les métaux nonferreux

Capteurs facteur 1. ... avec portée identique pour les aciers et les métaux nonferreux Capteurs facteur 1... avec portée identique pour les aciers et les métaux ferreux Capteurs M8, M12, M18 s n 1,5, 3, 5, 8, 12 mm Format Montage nominale s n de travail s a M8 1 1, 0...1,2 mm M8 1 1, 0...1,2

Plus en détail

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance!

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance! NOM durée contexte contenu objectif cibles: QUIZZ 5 à 15 minutes formation / mise à disposition des artisans de passage à la CMAR / entreprise 8 quizz thématiques tester la connaissance des participants

Plus en détail

Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013

Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013 Québec, le 2 juillet 2013 Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013 Nous souhaitons rectifier et préciser certains points

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MAÇONS CARRELEURS

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MAÇONS CARRELEURS MÉMO SANTÉ MAÇONS CARRELEURS CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

Compte personnel de prévention de la pénibilité dispositif d observation envisagé

Compte personnel de prévention de la pénibilité dispositif d observation envisagé Compte personnel de prévention de la pénibilité dispositif d observation envisagé Réunion du CNIS du 14 novembre 2014 Marianne CORNU PAUCHET, Direction de la sécurité sociale Sommaire Le compte personnel

Plus en détail

Monitor LRD. Table des matières

Monitor LRD. Table des matières Folio :1/6 Table des matières 1.Installation du logiciel... 3 2.Utilisation du logiciel... 3 2.1.Description de la fenêtre de commande... 3 2.1.1.Réglage des paramètres de communication... 4 2.1.2.Boutons

Plus en détail

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique.

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Laboratoire Electronique Méthodologie. Jamart Jean-François. - 1 - La fabrication d un circuit imprimé. SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Infrastructures, systèmes et projets

PROFIL DE L EMPLOI. Infrastructures, systèmes et projets PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Professionnel 316-ANALYS001 316-ANALYS002 316-ANALYS003 Titre de la direction : Titre du service : Titre du supérieur

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Préconisations établies par M de Virville au terme de la deuxième étape de la concertation

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Place Jean Marie Danel 80370 BERNAVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES LOT n 04: SERRURERIE MAITRISE d ŒUVRE Antoine MAUGNARD Architecte 11 Avenue de

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 EN003100 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 30 MAI 1998 À L'USINE VIAU, FABRICATION CULINAR INC. SITUÉE AU 2097, RUE VIAU

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Date de publication : Novembre 2014 Version 11 SECTION 1 IDENTIFICATION DES MATÉRIAUX ET DU FOURNISSEUR (a) Nom GHS du produit : GMA Garnet (b) Autres appellations : Sable

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ AGENCEMENT INTÉRIEUR CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février 1992) Les épreuves

Plus en détail

CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX FORFAITAIRE DEVIS DESCRIPTIF QUANTITATIF 05.86

CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX FORFAITAIRE DEVIS DESCRIPTIF QUANTITATIF 05.86 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFORT Projet d'aménagement de la Maison des Services Rue du Plomb du Cantal 15230 PIERREFORT DEVIS DESCRIPTIF QUANTITATIF CADRE DE DECOMPOSITION 05.86 DU PRIX FORFAITAIRE

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Fiche résumée : PEINTRE EN CARROSSERIE

Fiche résumée : PEINTRE EN CARROSSERIE Fiche résumée : PEINTRE EN CARROSSERIE Peintre en carrosserie, peintre en réparation automobile, tolier peintre, mécanicien tolier peintre. CITP 88 : 7142 PCS 2003 : 634a ROME 1999 : 44142 Le peintre intervient

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ SureSelect Strand-Specific RNA Library Prep Kit Box 1-ILM-96 Samples, Part Number 5500-0117 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise

Plus en détail

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Réduire le bruit au travail : des solutions de prévention 29 octobre 2008 Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Hubert FINCK Ingénieur Conseil Les enjeux Le bruit concerne

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Tuff-Temp Plus Temporary Crown and Bridge Material 1.0 Nom Commercial et Fabricant

Fiche de données de sécurité Tuff-Temp Plus Temporary Crown and Bridge Material 1.0 Nom Commercial et Fabricant 1.0 Nom Commercial et Fabricant 1.1 Nom commercial 1.2 1.2.2 1.2.3 Application SIC Catégorie 1.3 Fabricant PULPDENT Corporation 80 Oakland Street P.O. Box 780 Watertown, MA 02472 USA 1.4 Téléphone en cas

Plus en détail