De la story aux tests d acceptation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la story aux tests d acceptation"

Transcription

1 14 De la story aux tests d acceptation À l occasion d un audit sur le processus de développement d une entreprise, j avais constaté que la documentation relative aux spécifications et aux tests était abondante et, qu à mon avis, c était du gaspillage. L entreprise en question était organisée avec une séparation entre le service des représentants des utilisateurs (maîtrise d ouvrage) et celui des informaticiens (appelé maîtrise d œuvre) : Le premier rédigeait un document de spécification fonctionnelle du besoin. Le second répondait par un document de spécification du logiciel pour montrer ce qu il avait compris des demandes des utilisateurs. Il développait le logiciel et passait des tests unitaires, des tests d intégration mais aussi des tests fonctionnels écrits en interne. L équipe de test de la maîtrise d ouvrage rédigeait un cahier de recette, pas fourni au préalable, qu elle passait sur le logiciel reçu des informaticiens. Cela faisait quatre documents, tous décrivant le comportement du produit! C est pour éviter ce genre de gaspillage que les méthodes agiles préconisent d avoir un seul référentiel pour les spécifications et les tests. Un article publié dans le très sérieux magazine IEEE Software 1 fait l hypothèse de cette équivalence entre les tests et les exigences. La référence au ruban de Möbius illustre comment les deux (exigences et tests) se confondent lorsque le formalisme augmente. 1. L article Tests and Requirements, Requirements and Tests : A Möbius strip est signé de Grigori Melnik et de Robert C. Martin, le célèbre Uncle Bob.

2 182 Chapitre 14. De la story aux tests d acceptation C est l objectif de ce chapitre de montrer comment les stories, accompagnées de leurs tests d acceptation, constituent une spécification par l exemple. Le test n est pas une phase Tester c est un processus qui consiste à collecter des informations en faisant des observations et en les comparant aux attentes. Avec l approche itérative de Scrum, le test n est plus une phase qui se déroule après le développement. Il est intégré dans chaque sprint. Dès le premier sprint, une équipe commence à tester des stories. Cette façon de procéder permet de réduire le délai entre le moment où une erreur est introduite dans le logiciel et celui où elle est corrigée. On sait depuis longtemps que plus ce délai s allonge plus le coût de la correction est élevé TEST D ACCEPTATION Quelle que soit la méthode de développement utilisée, il existe des tests de nature différente. Les méthodes agiles apportent une nouveauté dans la façon de percevoir certains types de tests. En effet, la vue classique du test est la détection d erreurs a posteriori, après le travail de développement : le testeur, en cherchant des erreurs, vise à critiquer. Or, le test agile a un objectif différent, celui de guider le développeur dans son travail. Brian Marick met en évidence cette nouvelle vision des tests dans la matrice à quatre quadrants 1 (figure 14.1). Figure 14.1 Quadrants des tests Cette idée de guide pour le développement transparaît dans le pilotage par les tests (TDD pour Test Driven Development), centré sur les tests unitaires 2. C est aussi le but Le TDD est abordé dans le chapitre 15 Scrum et l ingénierie du logiciel

3 14.2 Étapes 183 pour les tests d acceptation qui sont des tests orientés client (ATDD, Acceptance Test Driven Development). Le test d acceptation est le processus qui permet d accepter une story à la fin d un sprint. Il consiste en plusieurs étapes, appliquées à une story : Décrire le comportement attendu avec les conditions de satisfaction. Transformer ces conditions en cas de test, appelés storytests. Écrire le code applicatif qui répond au comportement attendu Passer les storytests sur le code applicatif. En cas d échec, corriger les tests ou le code. Ce processus est appelé pilotage par les tests d acceptation. Figure 14.2 Une story possède des storytests Une user story devrait posséder au moins deux storytests associées : un cas de succès et un cas d échec. Il peut y avoir d autres cas de tests pour une story, mais un nombre trop important (disons au-delà de huit) est le signe d une trop grande complexité de la story, qu il conviendrait de décomposer. Pour les stories techniques, la notion de test n est pas pertinente, on en restera au niveau des conditions de satisfaction. De même pour une user story, toutes les conditions de satisfaction ne deviennent pas des tests : c est le cas de celles qui portent sur d autres artefacts que le produit, par exemple sur de la documentation requise ÉTAPES Figure 14.3 Les étapes du processus Définir les conditions de satisfaction Le principe, pour toutes les méthodes agiles, est qu une story soit réalisée en une itération. Mais comment savoir si elle est vraiment finie à la fin de l itération? C est la responsabilité du Product Owner d accepter (ou non) une story. Pour cela, le moins qu il puisse faire est de définir ses conditions de satisfaction. Si toutes les

4 184 Chapitre 14. De la story aux tests d acceptation conditions sont satisfaites, la story est acceptée, sinon elle n est pas considérée comme finie. Exemple avec la story «Inscription à une conférence». On peut identifier trois comportements : Inscription acceptée C est le cas de succès, l inscription d une personne à une conférence est confirmée. Inscription différée L inscription n est pas confirmée faute de place et placée en liste d attente. Inscription refusée L inscription est refusée, la liste d attente ayant atteint sa limite. Pour une user story, une condition de satisfaction peut être formalisée par un test Écrire les storytests Formalisme utilisé pour les storytests Les différents tests associés à une story correspondent à des comportements différents du logiciel. Les comportements diffèrent parce que, en fonction de l état du logiciel au moment où la story est exécutée, les résultats obtenus seront différents. La technique du BDD (Behaviour Driven Development 1 ) permet de décrire ces comportements. Chaque test est formalisé avec trois rubriques : l état du logiciel avant l exécution du test (on parle aussi de précondition ou de contexte du test) ; l événement qui déclenche l exécution ; l état du logiciel après l exécution (on parle aussi de postcondition ou de résultat attendu). Figure 14.4 Un test BDD 1.

5 14.2 Étapes 185 Le formalisme textuel du BDD est le suivant : Étant donné le contexte et la suite du contexte Quand l événement Alors résultat et autre résultat Cette façon de faire est particulièrement adaptée à des applications interactives. Elle pousse à avoir des tests courts, puisqu on y décrit la réponse à un seul événement. Exemple avec la story «Inscription à une conférence» Chaque condition de satisfaction est transformée en test. Exemple pour inscription acceptée Étant donné l utilisateur Benji connecté et la conférence AgileToulouse avec le nombre d inscrits à 134 et la salle A4 d une capacité de 200 associée à AgileToulouse. Quand Benji s inscrit à AgileToulouse Alors l inscription de Benji est acceptée et le message Vous êtes bien inscrit à AgileToulouse est envoyé à Benji et le nombre des inscrits passe à 135. Exemple pour inscription différée Étant donné l utilisateur Pred connecté et la conférence AgileToulouse avec le nombre d inscrits à 200 et la salle A4 d une capacité de 200 associée à AgileToulouse et 3 personnes dans la liste d attente. Quand Pred s inscrit à AgileToulouse Alors l inscription de Pred est refusée et le message Vous êtes en liste d attente est envoyé à Pred et le nombre des inscrits reste à 200 et le nombre de personnes en liste d attente passe à 4. Exemple pour inscription refusée Étant donné l utilisateur Chipeau connecté et la conférence AgileToulouse avec le nombre d inscrits à 200 et la salle A4 d une capacité de 200 associée à AgileToulouse et 20 personnes dans la liste d attente. Quand Chipeau s inscrit à AgileToulouse Alors l inscription de Chipeau est refusée et le message Il n y a plus de places disponibles est envoyé à Chipeau et le nombre des inscrits reste à 200 et le nombre de personnes en liste d attente reste à 20. Où stocker les tests? Chaque test étant associé à une story, il est considéré comme un attribut de la story et placé avec elle dans le backlog de produit (si l outil employé le permet ; sinon les tests peuvent être mis dans un document annexe mais en gardant la référence aux stories).

6 186 Chapitre 14. De la story aux tests d acceptation Quand écrire les tests? Si la story est réalisée dans l itération n, cela implique que les étapes du processus de test d acceptation s y déroulent (pour quelques stories, il faut même faire l étape d écriture des tests dans l itération n 1). Une recommandation est, au moins pour une story du sprint, que ses tests soient prêts avant le début du sprint et que tous les tests soient prêts à la moitié du sprint. Les étapes ne sont pas nécessairement séquentielles, l ajout de nouveaux tests peut se faire en parallèle avec le développement de la story. Qui écrit les tests? Scrum met l accent sur l équipe sans spécialiser les rôles. Il n y a pas de rôle de testeur, mais cela ne veut pas dire que l équipe ne teste pas! Il existe parfois l idée que c est le client qui teste, le client étant représenté par le Product Owner, ce qui peut conduire les développeurs à déléguer au Product Owner tout l effort de test. Ce n est pas une bonne idée : pour des raisons de quantité de travail et de compétences, le Product Owner n est généralement pas en situation pour s occuper seul du test d acceptation et surtout cela doit être un travail collectif. En fait, peu importe qui rédige les tests, ce qui compte c est que cela soit fait au bon moment Développer la story Le développement de la story est mené rapidement pendant le sprint ; il dure, en moyenne, trois jours, à plusieurs personnes. Le pilotage par les tests signifie que l équipe part des tests d acceptation pour concevoir et coder la story. Pendant le développement, il est fréquent que des storytests soient complétés, voire que de nouveaux soient ajoutés Passer les storytests Pour vérifier que la story est bien finie, il faut exécuter ses tests sur la dernière version du logiciel, le build courant. Si des tests ne passent pas, la correction est faite aussitôt, l objectif étant que tous passent avant la fin du sprint. À chaque nouveau build, pour éviter les régressions, il conviendrait de repasser tous les tests. C est une raison pour laquelle il est vite nécessaire de s intéresser à leur automatisation. Intérêt de l automatisation À la première itération, on passe T1 tests. À la deuxième, on passe les T2 nouveaux tests identifiés et on repasse les T1 pour détecter les régressions éventuelles. Cela donne :

7 14.2 Étapes 187 Itération 1 : T1 Itération 2 : T2 + T1 Itération 3 : T3 + T2 + T1 Itération n : Tn T3 + T2 + T1 Avec l hypothèse d un nombre moyen Ti des tests par itération, cela donne pour le nombre de tests à passer : Total = Ti *n*(n+1)/2 Pour dix itérations avec chacune dix nouveaux tests, le total est de : Ti=10, n=10, Total = 550 Avec 50 tests par itérations, il devient : Ti=50, n=10, Total = 2750 On imagine que si les tests ne sont pas automatisés, ils ne seront pas tous passés manuellement à chaque sprint et que des régressions peuvent ne pas être détectées. Mesures et indicateurs de suivi de test Il n est pas nécessaire de produire une documentation de rapport des tests comme on en fait dans le développement traditionnel. Il peut être intéressant, lorsque la pratique est mise en place, de faire quelques mesures. Les mesures sur le nombre de stories tests existants et sur leur exécution sont importantes pour évaluer la qualité du test. La collecte 1 se fait à chaque build et à chaque fin de sprint. Figure 14.5 Évolution des tests à chaque sprint Dans cet exemple, on voit que le nombre de tests passés avec succès a diminué entre le sprint 3 et le sprint 4, ce qui est le signe d un problème. L équipe doit analyser ce qui a causé cette régression et en tirer les conséquences. Cet indicateur met également en évidence qu il reste des tests en échec à la fin d un sprint. 1. Voir le chapitre 15 Estimations, mesures et indicateurs.

8 188 Chapitre 14. De la story aux tests d acceptation 14.3 GUIDES POUR LE TEST D ACCEPTATION À essayer Se servir des tests pour communiquer Connecter les tests Planifier le travail de test À éviter Tester une story dans le sprint suivant son développement Stocker les bugs Se servir des tests pour communiquer L ensemble des stories avec leurs tests remplacent une spécification fonctionnelle détaillée, avec un bénéfice essentiel : la communication est facilitée entre le métier et le développement. Les membres de l équipe sont demandeurs de ces tests. Ils s en servent dans les discussions avec le Product Owner et les testeurs. Ils les complètent si c est nécessaire. Le référentiel des tests est complété progressivement et toujours à jour. Cela montre que cette façon de faire dans façon de faire j inclus bien plus que du test ; en fait je pense que le mot test est trompeur : au lieu de test d acceptation, spécification par l exemple serait probablement plus approprié est un moyen d obtenir une meilleure compréhension entre le métier et le développement, et procure un apport absolument fondamental Tester une story dans le sprint où elle est développée Un des constats fait en suivant des équipes Scrum qui débutent est que de nombreuses stories ne sont pas finies en un sprint. Quelques-unes durent même plusieurs sprints! Ce problème est souvent dû à l accostage développeurs-testeurs. Si un testeur reçoit le logiciel à tester en toute fin de sprint, au mieux il découvre des erreurs qui ne pourront pas être corrigées avant la fin du sprint, au pire il diffère ses tests au sprint suivant. Ne pas développer, tester et corriger une story dans le même sprint est un dysfonctionnement sérieux auquel il faut s attaquer. Pourquoi est-ce un problème? Cela diminue la productivité des développeurs qui doivent se replonger dans le code qui implémente une story qu ils ont développée dans une itération précédente. Ce n est pas satisfaisant pour l équipe. Elle s est engagée au début de l itération à finir une story et le résultat montre que ce n est pas fini. Cela rend la planification plus difficile. Une user story pas finie est comptée à zéro point pour la vélocité alors que du travail a été effectué dessus. Cette décorrélation entre résultat et travail tend à produire un burndown chart de release en dents de scie, ce qui peut être perturbant.

9 14.3 Guides pour le test d acceptation 189 Le testeur doit être impliqué dans la planification du sprint, s engager avec le reste de l équipe et être très réactif. L équipe doit aussi être capable de refuser d inclure une story dans un sprint si elle estime qu elle n est pas suffisamment définie Ne pas stocker les bugs Un story développée dans un sprint est testée dans ce sprint. Si un test ne passe pas avec succès, l équipe doit effectuer la correction au plus vite et au plus tard avant la fin du sprint. Si à la fin du sprint tous les tests ne passent pas avec succès, la story n est pas montrée lors de la revue et n est pas considérée comme finie. On ne stocke pas les bugs, on stocke les tests Connecter les tests d acceptation La technique des «user stories» est très efficace couplée à un développement par itérations. Les stories alimentent le backlog de produit et sont développées pendant l itération. La tendance est à avoir des stories très petites, ce qui présente des avantages en termes de gestion et de suivi. Mais cela a l inconvénient de rendre les choses plus difficiles à comprendre. Une story est à replacer dans un contexte plus large pour que l on identifie son usage. En fait une story ne suffit pas pour raconter une histoire qui parle aux utilisateurs. Par exemple lors de la revue, à laquelle participent de nombreuses personnes, il convient de préparer une démonstration qui enchaîne des user stories. C est ce qu on appelle un scénario. Sur un projet de gestion documentaire auquel j ai participé, deux scénarios ont été présentés lors de la revue de sprint. Nous avions identifié et sélectionné pour ce sprint des stories comme : créer un document, télécharger un document existant, commenter un document, désigner les approbateurs, déléguer l approbation, approuver un document. La démonstration a montré d abord le cas d un nouveau document créé et approuvé (scénario 1), puis celui d un document téléchargé puis délégué dans un mécanisme d approbation en série (scénario 2). Souvent les scénarios font référence à des utilisateurs fictifs, appelés user1 ou toto. Il est préférable de choisir de vrais utilisateurs. De la même façon, plutôt que de prendre des documents appelés doc1, il vaut mieux s appuyer sur un exemple réel qui rend les choses plus concrètes et facilite leur compréhension.

10 190 Chapitre 14. De la story aux tests d acceptation Les scénarios sont utiles pour la démonstration en fin de sprint, mais c est mieux de les élaborer bien avant. En début de sprint, ils donneront à toute l équipe le contexte pour le travail de développement Planifier le travail de test Pour chaque story, on peut identifier deux tâches pour mener à bien le test d acceptation : La spécification des tests de cette story, qu on peut séparer en identification du test et formalisation du test. Le passage de ces tests. C est du travail qui prend du temps, c est pourquoi les tâches de test doivent figurer dans le plan du sprint. Résumé Le test n est pas une activité réservée à la fin des développements. Avec les méthodes agiles, les tests d acceptation sont passés à chaque sprint. Le pilotage par les tests d acceptation pousse même à définir le test d une story avant son développement, pour qu il serve de spécification par l exemple à l équipe.

Quiz. Les questions et leurs réponses sont présentées et commentées dans mon blog Scrum, Agilité et Rock n roll : www.aubryconseil.

Quiz. Les questions et leurs réponses sont présentées et commentées dans mon blog Scrum, Agilité et Rock n roll : www.aubryconseil. Quiz À la fin de mes formations Scrum de trois jours, je propose aux participants un quiz ludique. L objectif est de les placer dans des situations qui n ont pas été abordées pendant la formation on ne

Plus en détail

TDD, agilité et Kanban

TDD, agilité et Kanban TDD, agilité et Kanban Philippe Collet Licence 3 MIAGE S6 2014-2015 http://miageprojet2.unice.fr/user:philippecollet/projet_de_d%c3%a9veloppement_2014-2015 Plan r Agilité r TDD r Kanban r Planning Poker

Plus en détail

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas?

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas? Méthodologie THÈME 1 1 Les conditions de l épreuve Les conditions d examen : «épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents

Plus en détail

Gestion de Projet Agile

Gestion de Projet Agile Gestion de Projet Agile De la vision aux tests Tianxiao.Liu@u-cergy.fr Université de Cergy-Pontoise Master SIC/ISIM 2 ième Année 1 Plan Vision et features du projet User story (ou story) Décomposer les

Plus en détail

Initiation aux méthodes Agiles. 2010 Chris Ozanne

Initiation aux méthodes Agiles. 2010 Chris Ozanne Initiation aux méthodes Agiles Chris Ozanne Consultant indépendant Spécialisé en architecture et développement JEE et méthodes Agiles Certifié Scrum Master depuis quatre ans Qu'est-ce que l'agilité? Introduction

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu

Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Le mémoire! Hervé Maisonneuve Pr associé, santé publique, Paris-Sud 11 www.h2mw.eu Hervé Maisonneuve Paris, 14 octobre 2010 1 Pré-test Mémoire : définition? Pourquoi un mémoire? Comment choisir un sujet,

Plus en détail

Annexe D. Etablir un plan, un agenda et un budget d évaluation 1

Annexe D. Etablir un plan, un agenda et un budget d évaluation 1 Annexe D Etablir un plan, un agenda et un budget d évaluation 1 Résultat requis: un plan rédigé par écrit spécifiant: (i) ce qui sera fait pour préparer et entreprendre la collecte des données sur le terrain,

Plus en détail

Le point sur la méthode SCRUM

Le point sur la méthode SCRUM Le point sur la méthode SCRUM Inspirée du privé et de la gestion des projets informatiques, la méthode SCRUM est devenue de nos jours de plus en plus adoptée dans les équipes de développement. Cette méthode

Plus en détail

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Plan Chapitre 2 Modèles de cycles de vie Méthodes de développement : Méthode lourde Méthode agile Exemple

Plus en détail

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum I. Généralités sur les méthodes agiles I-1. Définition Les méthodes agiles sont des méthodologies essentiellement dédiées à la gestion de projets

Plus en détail

Mike Cohn 12 Mars 2008

Mike Cohn 12 Mars 2008 Une Introduction à l Estimation et à la Planification Agile Mike Cohn 12 Mars 2008 2003 2007 Mountain Goat Software Mike Cohn présentation Coach et formateur Agile Membre fondateur et directeur de l Agile

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Jean-Paul SUBRA Introduction : le manifeste Agile Manifeste pour le développement Agile de logiciels Nous découvrons comment mieux développer des logiciels

Plus en détail

CONDUITE ET GESTION DE PROJET V 4. La méthode Scrum

CONDUITE ET GESTION DE PROJET V 4. La méthode Scrum CONDUITE ET GESTION DE PROJET V 4 La méthode Scrum 1 Problème : Un processus parfois inadapté La méthode consistant à définir le besoin, puis à élaborer le processus à partir d'un cahier des charges ne

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Technicien

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Incohérences au niveau de la modélisation

Incohérences au niveau de la modélisation Incohérences au niveau de la modélisation Software Group Claudio Grolimund: Il importe d identifier et éliminer les incohérences à l échelle des modèles, a souligné le professeur Alexander Egyed dans le

Plus en détail

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction... 3 2 Projet sur l'héritage des documents des activités

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité de gouvernance du conseil d administration («le comité») a les obligations et responsabilités décrites

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail

Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9

Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Documentation La documentation a pour but de laisser des traces

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent 1. Le scénario : L espace numérique de travail (E.N.T.) dans les établissements publics locaux d enseignements est utilisé comme une

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs

Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Le tour de cartes - Détection et correction des erreurs Objectif : Comprendre le principe de détection et de correction d erreurs lors de la transmission d une information numérique. Compétences : Utiliser

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

Informations complémentaires sur l ordonnancement

Informations complémentaires sur l ordonnancement Chapitre 5 Annexe D1 Informations complémentaires sur l ordonnancement Cette annexe présente les informations complémentaires utiles pour réaliser l ordonnancement d un événement. Ordonnancement Aspect

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

1. Contact avec la clientèle

1. Contact avec la clientèle 1. Contact avec la clientèle Objectif évaluateur 1.1.1 Mener des entretiens Cet objectif est mis en œuvre et évalué en entreprise. Les bases théoriques sont fournies à l école. Je comprends les énoncés

Plus en détail

Présentation des Principes fondamentaux de la communication

Présentation des Principes fondamentaux de la communication Présentation des Principes fondamentaux de la communication Voici les Principes fondamentaux de la communication un atelier modulaire! L objectif de cette ressource est de fournir aux animateurs les outils

Plus en détail

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DU 30 SEPTEMBRE 2011 D APPROBATION : 24 SEPTEMBRE 2010 1. Pour faciliter l obtention de bons résultats sur les plans

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

Bangui, les 8 & 9 Juillet 2010

Bangui, les 8 & 9 Juillet 2010 Atelier de renforcement de capacités des parties prenantes à l initiative pour la Promotion de l électrification rurale et des services énergétiques pro-pauvres pauvres en République Centrafricaine (Présentation

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 4 1 Références Ce document a

Plus en détail

Université Paris Est Marne La Vallée. Conduite de projet. Synthèse de cours. Matthieu Alcime

Université Paris Est Marne La Vallée. Conduite de projet. Synthèse de cours. Matthieu Alcime Conduite de projet Synthèse de cours Matthieu Alcime 2013 Table des matières 1 Introduction... 2 2 Les approches managériales et organisationnelles des projets... 3 3 Le métier d ingénieur... 4 4 Le travail

Plus en détail

Reconnaissance de la formation

Reconnaissance de la formation Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.22 Procédures opérationnelles permanentes Reconnaissance de la formation Approbation

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Testeur Agile Niveau Fondation 2014 - Bertrand Cornanguer, Vice-chair Agile tester WG

Testeur Agile Niveau Fondation 2014 - Bertrand Cornanguer, Vice-chair Agile tester WG Testeur Niveau Fondation 2014 - Bertrand Cornanguer, Vice-chair tester WG Enquêtes 2013 sur l Agilité Seriez-vous interessé par la certification Testeur? Enquête ISTQB (70 pays juin octobre 2013) Ingénieurs

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen du Code régissant

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

CHAPITRE 2 : CYCLES DE VIE ET MÉTHODES DE GESTION DE PROJET

CHAPITRE 2 : CYCLES DE VIE ET MÉTHODES DE GESTION DE PROJET CHAPITRE 2 : CYCLES DE VIE ET MÉTHODES DE GESTION DE PROJET UE Gestion de Projet Master 1 STIC 2015/2016 Céline Joiron celine.joiron@u-picardie.fr 2 Introduction Un aspect fondamental de la conduite de

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Retour d expérience. Agile dans un contexte traditionnel? Nicolas De Loof. 7 Octobre 2010

Retour d expérience. Agile dans un contexte traditionnel? Nicolas De Loof. 7 Octobre 2010 Retour d expérience Agile dans un contexte traditionnel? Nicolas De Loof 7 Octobre 2010 Who s that guy? Nicolas De loof Architecte Agile Techno veilleur Committer Fondateur du http://blog.loof.fr twitter.com/ndeloof

Plus en détail

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I CONTRÔLE DE LA QUALITÉ ET MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE La mesure de la satisfaction constitue une activité importante car elle permet aux dirigeants des services alimentaires de connaître

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004 TAG-MRTD/15-WP/17 27/4/04 GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION Montréal, 17 21 mai 2004 Point 2 : Rapport du Groupe de travail sur le contenu

Plus en détail

CERTIFICATION Professional Scrum Developer (.NET)

CERTIFICATION Professional Scrum Developer (.NET) Durée 5 jours Description Le cours «Professional Scrum Developer» de Pyxis offre une expérience intensive unique aux développeurs de logiciels. Ce cours guide les équipes sur la façon de transformer les

Plus en détail

TDD Agilité et Kanban Planning Poker

TDD Agilité et Kanban Planning Poker TDD Agilité et Kanban Planning Poker Philippe Collet Licence 3 Informatique S6 2014-2015 Plan! TDD, agilité : rappel! Kanban! Planning Poker 2 Tests : Aspects méthodologiques (rappel)! Coder/tester, coder/tester!

Plus en détail

Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative

Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative Constitution d un centre de test logiciel et Tierce Recette Applicative Processus de qualification Les Livres Blancs de MARTE Livre blanc rédigé par Alain Sacquet mars 2007 Les livres blancs MARTE Constitution

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING)

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) 7ÈME PARTIE GESTION DE PROJETS (PROJECT MANAGEMENT) Faculté des Sciences et Techniques http://perso.univ-st-etienne.fr/jacquene/gl/ Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Guide de référence pour la planification d une situation d enseignement- apprentissage (SEA)

Guide de référence pour la planification d une situation d enseignement- apprentissage (SEA) Guide de référence pour la planification d une situation d enseignement- apprentissage (SEA) Prise de contact La prise de contact ne fait pas concrètement partie de la situation d enseignement- apprentissage.

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

Scrum + Drupal = Julien Dubois

Scrum + Drupal = Julien Dubois Pourquoi j aime Scrum Pourquoi Scrum et Drupal sont faits pour s entendre Scrum + Drupal = Julien Dubois Happyculture.coop De quoi allons-nous parler? 1. Que sont les méthodes agiles? 2. Présentation de

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Bourses Internationales de master de l Université Paris-Saclay Année académique 2016-2017

Bourses Internationales de master de l Université Paris-Saclay Année académique 2016-2017 Bourses Internationales de master de l Université Paris-Saclay Année académique 2016-2017 Quel est le processus de sélection? Quelles sont les étapes à suivre pour candidater à la bourse? J ai reçu une

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING)

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) 6ÈME PARTIE TEST DU LOGICIEL (SOFTWARE TESTING) Faculté des Sciences et Techniques http://perso.univ-st-etienne.fr/jacquene/gl/ Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr

Plus en détail

Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe?

Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe? Écrire le scénario d'une vidéo 1jour1question avec sa classe? LE PROJET Tout au long de sa scolarité, l élève reçoit une éducation aux médias et à l information. Au cycle 3, les enseignants peuvent s appuyer

Plus en détail

Partie I. Le manager et la qualité

Partie I. Le manager et la qualité Partie I Le manager et la qualité 1 La prophétie autoréalisatrice : une démarche qualité devient ce que le management voit en elle 1.1 Les démarches qualité sont porteuses d ambivalence Les démarches

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0265 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien (ne) en gestion et administration

Plus en détail