La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE"

Transcription

1

2 La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE

3 Plusieurs voies s offrent au fioul domestique dans sa contribution à la préservation de notre environnement. Toutes sont défrichées, exploitées, valorisées tant par l industrie du raffinage que par les constructeurs de matériels de chauffage. Il y a longtemps que les raffineurs et les constructeurs de matériels de chauffage et de production d ECS travaillent, les premiers à améliorer les caractéristiques du fioul domestique, les seconds, à augmenter les performances du couple générateur-brûleur. Dans quels buts? Dans l intérêt de l utilisateur final en premier lieu, car de sa satisfaction dépend la pérennité de leurs marchés ; mais aussi dans l intérêt de tous les professionnels du chauffage au fioul, qui vont devoir satisfaire à de nouvelles exigences réglementaires (1) en matière de protection de l environnement, réduction et contrôle des émissions de gaz à effet de serre et de gaz polluants dans l atmosphère. Quel que soit le contexte, leurs stratégies visent à favoriser la réalisation d économies sur les consommations d énergie. Le simple fait de réduire la consommation entraîne une réduction proportionnellement égale des rejets dans l atmosphère. Pour cela trois possibilités s offrent à nous, l isolation thermique des bâtiments, l augmentation des rendements des matériels, la maintenance et la mise au rebut des chaudières obsolètes. N oublions pas une quatrième voie non négligeable, la substitution des énergies renouvelables aux énergies fossiles. La maîtrise des consommations permet également d atté- FIG.1 LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LIÉE À L ÉVOLUTION DES CHAUDIÈRES FIOUL Rendement annuel % Consommation annuelle Émissions g / kwh utile Émissions annuelles % Aujourd hui 92 % 40 % D ÉCONOMIES DE CONSOMMATION ET D ÉMISSION DE CO Aujourd hui l 493 8,3 t l 380 6,4 t l 289 4,8 t 2

4 FIG.2 COMPARAISON DU RENDEMENT DE CHAUDIÈRES ACTUELLES Rendement à 70 C à 50 C annuel moyen pour Puissance 30 % un besoin moyen annuel de nominale de charge 10 kw 5,7 kw 3,9 kw FIOUL Chaudière actuelle 25 kw 90 % 89 % 91 % 89,5 % 89 % GAZ Chaudière atmosphérique actuelle 23 kw 89 % 86 % 88 % 87 % 86 % ADEME / CETIAT - Essais pratiques effectués, à la demande de l ADEME par le CETIAT sur des chaudières en bon état. nuer l augmentation de la facture énergétique lorsque les aléas de la conjoncture internationale ne sont pas favorables aux pays importateurs de pétrole et de gaz. Pour une approche claire et aussi simple que possible, il faut préalablement différencier les gaz à effet de serre des polluants atmosphériques engendrés par la combustion des hydrocarbures liquides et gazeux. Les gaz à effet de serre tels que le CO 2 (dioxyde de carbone) et le CH4 (méthane, principal constituant du gaz de réseau) ne sont pas des polluants mais ils pourraient entraîner des variations climatiques à long terme. Les NOx (oxydes d azote) et le SO 2 (dioxyde de soufre) sont considérés comme des polluants atmosphériques, et sont soupçonnés d avoir comme conséquences des pluies acides. Le CO (monoxyde de carbone) présente des risques graves d intoxication et peut même mettre la vie en danger en atmosphère confinée. Réduire les émissions de CO2 : première voie, l isolation thermique Dès que l on se préoccupe de réduire la consommation de chauffage le premier réflexe est d isoler, c est-à-dire réduire les flux calorifiques allant de l intérieur des locaux (chauffés) vers l extérieur. Cela se traduit par une diminution des besoins qui ont une incidence directement proportionnelle sur la consommation d énergie. Depuis la guerre du Kippour en 1973, qui est à l origine du premier choc pétrolier, les réglementations thermiques successives (1974, 1982, 1988) ont conduit à une réduction significative des besoins de chauffage. L exigence d isolation, dans les bâtiments d habitation, s est accrue d environ 25% à chacune de ces étapes réglementaires, permettant ainsi de réduire de plus de 50 % la consommation de chauffage d une même habitation. La nouvelle réglementation thermique, dite RT 2 000, renforce ces dispositions, de 10 à 15% pour les logements et étend aux bâtiments tertiaires la même exigence d isolation. Elle est applicable depuis le 1 er juin Deuxième voie, accroître le rendement des matériels Sur quoi peut-on également agir pour réduire davantage les consommations? Sur les performances des matériels de chauffage. En l espace d une vingtaine d années, des améliorations considérables ont été apportées aux matériels tant brûleurs que chaudières (ou générateurs). Celles-ci ont permis d obtenir des économies d énergie atteignant les 40 % du fait : - de la diminution des pertes par les fumées et par les parois, - d une meilleure combustion, - de la réduction des puissances permettant une véritable adéquation entre la puissance du générateur et les besoins de chauffage, - d un meilleur dimensionnement de la production d eau chaude sanitaire, - du fonctionnement à 3

5 FIG.3 MONOXYDE DE CARBONE - CO : COMPARAISON DES ÉMISSIONS INSTANTANÉES DE CERTAINES CHAUDIÈRES (EN mg/kwh UTILE) FIG.4 OXYDES D AZOTE - NOX : COMPARAISON DES ÉMISSIONS INSTANTANÉES DE CERTAINES CHAUDIÈRES (EN mg/kwh UTILE) Chaudière fioul Chaudière gaz, sol acier 27 kw (1978) atmosphérique 32 kw (1985) (conception antérieure) Chaudière fioul actuelle 25 kw Chaudière gaz, sol ou murale atmosphérique actuelle 23 kw Chaudière fioul acier 27 kw (1978) Chaudière gaz, sol atmosphérique 32 kw (1985) (conception antérieure) Chaudière fioul actuelle 25 kw Chaudière gaz, sol ou murale atmosphérique actuelle 23 kw MATÉRIEL ANCIEN MATÉRIEL MODERNE MATÉRIEL ANCIEN MATÉRIEL MODERNE ADEME / CETIAT - Essais pratiques effectués, à la demande de l'ademe par le CETIAT, sur des chaudières en bon état. ADEME / CETIAT - Essais pratiques effectués, à la demande de l'ademe par le CETIAT, sur des chaudières en bon état. Les énergies propres n existent pas! Toute activité humaine requiert de l énergie tout type d activité mené par l homme est ainsi générateur de pollution. C est un aspect fondamental de cette problématique, car la nature même de chaque énergie, ses processus de production, de transport, d utilisation vont générer des pollutions néfastes à court, moyen ou long terme pour notre environnement. Dire d une énergie qu elle est verte, que sa combustion ne pollue pas plus que la respiration humaine est une contre-vérité qui, malheureusement, leurre encore bon nombre de consommateurs, de prescripteurs et d élus locaux (fig. 3 et 4). Affirmer que, grâce au nucléaire, notre production d électricité est exempte de pollution atmosphérique procède de la même désinformation : EDF a émis en g de CO2 par kwh électrique produit! En termes de protection de l environnement, nous n avons rien à envier aux autres énergies, tant les progrès accomplis par les raffineurs et les constructeurs de chaudières-brûleurs sont remarquables. basse température associé à une régulation performante. Ces améliorations ont également contribué à des évolutions significatives en matière de confort et d exploitation, par: - la réduction du niveau sonore des appareils (cfarguments Fioul n 15), - une plus grande simplicité d utilisation, - une amélioration constante de la qualité et de la fiabilité des appareils, - l assurance d une grande disponibilité d eau chaude sanitaire, - une réduction des émissions de polluants, - une plus grande ergonomie et une plus grande facilité de maintenance. Pour une même habitation, les consommations et les émissions de CO 2 (dioxyde de carbone) qui leur sont directement liées ont considérablement diminué (fig.1). Ainsi, entre 1965 et aujour- 4

6 d hui, les avancées technologiques ont permis de réduire la consommation annuelle de fioul domestique d une chaudière de litres à litres. Par là même, les rejets de CO 2 sont passés de 8,3 tonnes à 4,8 tonnes, soit une diminution de 40 %! Ces avancées technologiques permettent également aux chaudières fioul de faire jeu égal avec les chaudières domestiques gaz (fig. 2). Troisième voie : l entretien et la rénovation des installations vétustes L entretien constitue une autre façon de préserver l environnement, on ne le soulignera jamais assez. En France, tous les appareils de chauffage et de production d eau chaude sanitaire doivent être entretenus au moins une fois par an. Depuis 1978, cet entretien est obligatoire, référence faite au Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT article 31) qui stipule, notamment, que ces opérations (d entretien et de ramonage) doivent être exécutées par une entreprise qualifiée (2). Qu en estil pour le fioul? Sur le marché français des maisons individuelles, estimé à plus de 11 millions d unités, le parc des chaudières fioul est de l ordre de et l on estime que : près de 50% de ce parc n est pas entretenu (on attend la panne pour intervenir) et 25 % est peu ou mal entretenu, les 25 % restant étant couverts par des contrats d entretien. C est dire combien une véritable obligation d entretien pourrait utilement contribuer à la protection de l environnement. Comment, en la matière, la France se situe-t-elle en Europe? La comparaison des obligations réglementaires d entretien et de vérifications périodiques des installations chez cinq de nos voisins (cf Arguments Fioul n 9) présente un constat affligeant pour la France en démontrant le retard pris dans le domaine du contrôle de la qualité de la combustion des chaudières. Seul ce contrôle permettra de garantir la véritable préservation de la qualité de notre air en limitant à leur strict minimum les émissions de CO 2 et de gaz polluants. La nouvelle réglementation thermique la RT 2000 qui renforce encore un peu plus les niveaux d isolation, doit permettre de réduire de 0,2 % à 1,0 % les émissions de CO 2, selon les applications qui en seront faites. Par comparaison, un contrôle obligatoire des installations et une politique d incitation fiscale volontariste au renouvellement des matériels obsolètes assureraient un gain de 7 % des rejets de CO 2 La réduction des émissions de CO 2 dépend donc de trois facteurs principaux : - la diminution des besoins de chauffage, FIG.5 DIOXYDE DE SOUFRE - SO 2 : RÉDUCTION DES ÉMISSIONS LIÉE À L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DU FIOUL 1,0 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,0 Évolution des teneurs en soufre du fioul domestique 0,8 % ,7 % ,55 % ,5 % ,3 % ,2 % 1994 ET À L AMÉLIORATION DES PERFORMANCES DES CHAUDIÈRES FIOUL Consommation annuelle Émissions mg / kwh utile Émissions annuelles ,1 % l l l - 40 % ,4 kg 21,5 kg 5,9 kg - 85 % FIG.6 OXYDES D AZOTE - NOX : NORME MAXIMALE D ÉMISSIONS APPLICABLE AUX BRÛLEURS FIOUL (EN mg/kwh) Suisse 93 (P<350kW) Loi BIMSCH 98 (P<120kW) EN 267 (Toutes puissances) Classe 1 Classe 2 Classe 3 5

7 FIG.7 MONOXYDE DE CARBONE : CO NORME MAXIMALE D ÉMISSIONS APPLICABLE AUX BRÛLEURS FIOUL (EN mg/kwh) 110 Classes 1 et Classe 3 Suisse 93 (P<350kW) Loi BIMSCH 98 (P<120kW) EN 267 (Toutes puissances) - l amélioration du rendement des générateurs, - la maintenance et le renouvellement des matériels anciens. Diminuer les rejets de gaz polluants, NOx et SO2. Le mécanisme de formation des NOx (oxydes d azote) est complexe. Pour simplifier, on peut dire qu il dépend d une part de l énergie (fioul, gaz de réseau, GPL ) et d autre part de l excès d air comburant (composé à 80 % d azote N ), mais également du type de brûleur utilisé. Tous les constructeurs ont des programmes de recherche qui aboutissent à la mise au point de nouveaux matériels à faible émission de NOx. Le principal moyen pour atteindre ce résultat est la réduction de la température de combustion. Le second moyen consiste à bien assortir le couple chaudière-brûleur. Pour améliorer les performances écologiques de leurs brûleurs, certains constructeurs ont opté pour la recirculation des produits de combustion. En effet, les NOx ne se forment pas en Fig.8 Comparaison des émissions globales fioul / gaz de réseau / GPL (en g/kwh utile) fioul gaz de réseau gpl Effet de serre CO CO 0,022 0,126 0,180 Polluants atmosphériques NOx SO2 0,096 0,100 0,167 0,329 Base : Étude Suisse, portant sur une maison individuelle équipée d une chaudière performante et consommant kwh/an d énergie finale. présence d une basse température de flamme (< = C). Pour maintenir la température de flamme sous ce seuil, il faut recycler environ 15 % des fumées et les mélanger avec l air comburant. Le principe n est pas révolutionnaire : la difficulté réside dans le délicat équilibre de tous les paramètres dimensionnels. Pour garantir le bon recyclage des fumées, il convient de maintenir une distance minimale entre l extrémité de la tête de combustion du brûleur et le fond de la chambre de combustion. Cette distance varie proportionnellement au débit du brûleur. L émission de SO 2 est liée à la présence de soufre dans un combustible. Au fil des années, la teneur en soufre du fioul domestique aujourd hui extrêmement faible (0,2 %) a été considérablement réduite par l industrie du raffinage, consciente des enjeux de la protection de l environnement ; elle a été très exactement divisée par 4 depuis 1965 (fig. 5). En cumulant cet abaissement avec la diminution des consommations consécutive à l amélioration du rendement des chaudières, on constate que les rejets de SO 2 dans l atmosphère ont été, en fait, divisés par sept au cours des trente dernières années! Cette tendance va se renforcer dans l avenir : en effet, à l échéance 2008 au plus tard, il est prévu de diviser à nouveau par deux le taux de soufre contenu dans le fioul domestique qui sera alors ramené à 0,1 %. 6

8 Diminuer les émissions de CO La production de CO (monoxyde de carbone) résulte d une combustion imparfaite du carbone présent dans les combustibles : meilleur sera le mélange combustible/ comburant (air) et plus faible sera l émission de CO. Il peut également se former par suite d un apport en air comburant insuffisant ou d une obstruction partielle du conduit de fumée. Des réductions significatives d émissions de NOx et de CO peuvent donc être obtenues. Elles résultent de l évolution de la technologie des brûleurs. La lecture des résultats des essais pratiques réalisés par le CETIAT (3) (fig. 3 et 4) met en évidence : - la réduction de 65 % du CO et de 40% des NOx au cours des vingt dernières années, - l excellent positionnement des matériels domestiques fioul qui se placent aussi bien, sinon mieux, que les matériels domestiques fonctionnant au gaz de réseau. Emissions de NOx et de CO : un cadre normatif pour les brûleurs Au fil des avancées constantes de la technologie des brûleurs qui s effectuent également au profit du respect de l environnement la réglementation est amenée à changer. Ainsi, pour les brûleurs n excédant pas 100 kg/h de débit, les seuils d émission de CO et de NOx étaient fixés jusqu alors par la norme EN267 datant de Or, celle-ci a été remaniée, fin La nouvelle rédaction s applique désormais aux brûleurs fioul de toutes puissances et répartit les émissions de CO en deux classes (les classes 1 et 2 n en forment plus qu une) et les émissions de NOx en trois classes. On constate que la classe 3 en matière de NOx (120mg/kWh) correspond aux exigences de la loi suisse, à égalité avec le label allemand Ange Bleu et la nouvelle réglementation allemande (loi Bimsch) de 1998 (fig. 6). Pour les émissions de CO, le seuil de la classe 3 est fixé à 60 mg/kwh, soit au même niveau que celui prévu par la réglementation suisse et le label Ange Bleu (fig. 7). Concernant les chaudières de moins de kw, la norme EN fixe également des seuils d émissions, d une part pour les assemblages corps de chaudière-brûleur, d autre part pour les chaudières units, répartis en trois classes. Ces valeurs concordent avec celles précédemment données. Ces seuils d émissions devraient permettre aux professionnels d orienter le choix des consommateurs vers des matériels à faible taux d émissions, à savoir des brûleurs bas NOx. Bilan : le fioul, un combustible qui sait brûler proprement! En atteste le comparatif présenté (fig. 8) : il est établi d après les données d un organisme suisse indépendant (ANIME) qui s est chargé d étudier les rejets annuels d une maison individuelle équipée d une chaudière performante. En ce qui concerne le CO 2, les écarts existants entre les (1) La France s est engagée, dans le cadre des accords de Rio et de Kyoto, à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de façon à les limiter, en , à leur niveau de 1990 : soit à environ 380 millions de tonnes pour le seul CO2. (2) Qu en est-il réellement en l absence de dispositions légales imposant différentes énergies sont immuables car dépendants de la composition même du combustible. Pour le CO et les NOx, le fioul domestique apparaît comme la moins polluante des trois énergies comparées, et les valeurs relevées s inscrivent sans difficulté dans le cadre de la norme EN 267. Reste le SO 2 dont les émissions vont continuer à décroître progressivement : la réglementation européenne impose un taux maximum de 0,1 %, au plus tard en 2008 ; certains pays recommandent déjà une teneur en soufre (0,05 %) proche de celle du gazole routier (0,03%). Pour l énergie fioul, le bilan est donc positif. Les progrès accomplis dans l élaboration des fiouls et dans la conception des matériels de chauffage nous permettent aujourd hui de tenir un discours positif vis-à-vis des consommateurs, des prescripteurs et des élus, et prouvent que nous participons tout autant que les autres producteurs d énergie au respect et à la protection de l environnement. une vérification périodique obligatoire pour les installations de moins de 400kW? (3) Enquête ADEME portant sur logements (1996). (4) CETIAT : Centre technique des industries aérauliques et thermiques ADEME : Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie. Directeur de la publication : Bernard Durand - Janvier Chauffage Fioul : Conception-Réalisation : agence paradigme - Impression : ROG exemplaires - ISSN N

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique Une énergie en évolution Fiche technique Edition mars 2011 sommaire Un fioul domestique p.2-3 plus respectueux de l environnement L élaboration p.4 La combustion p.5 Les caractéristiques p.6 La qualité

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ page 1/9 Un générateur de chaleur est constitué d une chaudière et d un brûleur. Sur le marché, il existe les chaudières atmosphériques où le brûleur fait partie intégrante de la chaudière. Dans le cas

Plus en détail

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET Contribution à l enquête publique SRCAE Ile de France 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET ENERGETIQUE FRANÇAIS. Ignorer les progrès considérables des matériels

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

Documentation technique. Les éco-innovations du chauffage au fioul domestique

Documentation technique. Les éco-innovations du chauffage au fioul domestique Documentation technique Les éco-innovations du chauffage au fioul domestique SOMMAIRE Les éco-innovations DU Chauffage 1 2 3 4 5 Édito / page 3 Le fioul domestique dans la dynamique du Grenelle de l environnement

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

NeOvo. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> >> Des rendements élevés >> Une robustesse à toute épreuve >> Solutions tout confort

NeOvo. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> >> Des rendements élevés >> Une robustesse à toute épreuve >> Solutions tout confort Eco-conception by Chaudières fioul condensation basse température EASYLIFE > La performance du fioul au meilleur prix >> Des rendements élevés >> Une robustesse à toute

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale

Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale Fiche juridique Droit du bail En référence à l obligation de transposition de

Plus en détail

énergie bois énergie bois énergie bois LA GAMME SE CHAUFFER SANS RÉCHAUFFER LA PLANÈTE UNE RESSOURCE ÉCONOMIQUE ET INÉPUISABLE

énergie bois énergie bois énergie bois LA GAMME SE CHAUFFER SANS RÉCHAUFFER LA PLANÈTE UNE RESSOURCE ÉCONOMIQUE ET INÉPUISABLE (en m) chaudières combustibles solides. Que vous choisissiez les ou les granulés + granulés bois granulés bois * Brûleur granulés bois Vis d alimentation granulés ** Réserve granulés Longueur de chaudières

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERE A COMBUSTION PULSATOIRE»

FICHE OX «CHAUDIERE A COMBUSTION PULSATOIRE» 1 FICHE OX «CHAUDIERE A COMBUSTION PULSATOIRE» 1. Contexte Enjeux Dans le domaine du chauffage à eau chaude, les chaudières à gaz évoluent régulièrement vers plus de rendement et moins de rejets de produits

Plus en détail

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée MHG Mieux, tout simplement. EcoStar Hybride Le meilleur de deux mondes Votre installation fioul date d une autre époque? Avec

Plus en détail

CHAUDIÈRE AU SOL À MAZOUT À CONDENSATION AVEC BRÛLEUR MODULANT OERTLI OSCR

CHAUDIÈRE AU SOL À MAZOUT À CONDENSATION AVEC BRÛLEUR MODULANT OERTLI OSCR CHAUDIÈRE AU SOL À MAZOUT À CONDENSATION AVEC BRÛLEUR MODULANT OERTLI OSCR Rendement maximal et puissance thermique variable pour une très grande efficacité allant de 10 à 30 kw 2 CHAUDIÈRE AU SOL À MAZOUT

Plus en détail

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique.

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique. Article publié dans Porc Québec Juin 2004 RECHERCHE Trois incinérateurs d animaux morts au banc d essai SYLVAIN PIGEON, M. SC., INGÉNIEUR ET CHARLES FORTIER, INGÉNIEUR JUNIOR ET AGRONOME, BPR GROUPE-CONSEIL

Plus en détail

>> >> >> Le confort qui préserve la nature. Énergie bois

>> >> >> Le confort qui préserve la nature. Énergie bois SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Énergie bois C H A U D I È R E À C O M B U S T I B L E S S O L I D E S ADVANCE Le confort qui préserve la nature >> >> >> Une ressource économique et

Plus en détail

LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation

LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation EN PLUS DU GAIN DE PLACE, UNE FOULE D ECONOMIES ET AVANTAGES La chaudière à condensation compacte, économique et conviviale de CHAPPEE. Une plage de puissances

Plus en détail

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Juin2014 Les transferts d usages ou comment réduire notre consommation de produits pétroliers Le concept de «transfert d usage»

Plus en détail

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre Bois énergie : évaluation environnementale 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre A la différence des combustibles fossiles (gaz, fioul, charbon, tourbe), le

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

Le er label européen du chauffage au bois. Pour un chauffage écologique, performant, économique et contemporain

Le er label européen du chauffage au bois. Pour un chauffage écologique, performant, économique et contemporain Le er label européen du chauffage au bois Pour un chauffage écologique, performant, économique et contemporain Présentation du label L e label Flamme Verte, créé en 2 avec l appui de l Agence De l Environnement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Paris, le 30 septembre 2009 COMMUNIQUÉ Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Au 1 er octobre 2009, la norme Euro V entre en vigueur pour tous les véhicules utilitaires lourds

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

Juin 2008. Document d information UFME

Juin 2008. Document d information UFME Juin 2008 Document d information UFME Un constat Le Bâtiment est responsable de 21 % des émissions de CO 2 et de 43 % de la consommation d énergie finale. En France de nos jours, le nombre de logements

Plus en détail

Les énergies fossiles

Les énergies fossiles texte : Dan Strikowski énergies disponibles Les énergies fossiles Mazout, gaz, électricité, charbon La source d énergie joue un rôle prépondérant dans le choix du système de chauffage. Les trois sources

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE Le gaz direct : une étude approfondie réalisée par le CTTN-IREN, avec le soutien de l ADEME Le Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage, en partenariat

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

ErP. La nouvelle réglementation européenne.

ErP. La nouvelle réglementation européenne. ErP La nouvelle réglementation européenne. Étiquetage énergétique des produits Eco-conception des produits Exigences minimales d efficacité énergétique www.riello.be ErP: Energy related Products ErP signifie

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique.

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. D a n s l e c a d r e d u s a l o n E n e r g i e s E x p o Jeudi 23 septembre 2010 Dossier de presse Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. Présentation et lancement de l

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

>> >> >> La technologie condensation au service du fi oul

>> >> >> La technologie condensation au service du fi oul Chaudière fioul à condensation ADVANCE La technologie condensation au service du fi oul >> >> >> La maîtrise de l énergie pour plus d économie L innovation pour votre confort et pour la planète La solution

Plus en détail

FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS.

FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS. FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS. 1 Présentation de Foussemagne Commune du Territoire de Belfort. 984 habitants 512 Ha Population jeune, plus

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Présentation Saunier Duval / Vaillant. UNCP - Les Rencontres de la Couverture Plomberie Strasbourg 8 et 9 avril

Présentation Saunier Duval / Vaillant. UNCP - Les Rencontres de la Couverture Plomberie Strasbourg 8 et 9 avril Présentation Saunier Duval / Vaillant UNCP - Les Rencontres de la Couverture Plomberie Strasbourg 8 et 9 avril ErP, Ecoconception 2 ErP, écoconception et étiquetage énergétique Quels objectifs? Directives

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

il y a des économies dans l air!

il y a des économies dans l air! Avec les Pompes à Chaleur... il y a des économies dans l air! Jusqu à 70% d économies de chauffage (1) Crédit d impôt possible jusqu à 8 000 (1) et 5 fois moins d émissions de CO 2 (1) Chauffage & Climatisation

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Chaleureusement recommandé. ELCOCUENOD Brûleurs à mazout, gaz et bi-combustibles ELCOGAZ ELCOPLUS. Brûleurs

Chaleureusement recommandé. ELCOCUENOD Brûleurs à mazout, gaz et bi-combustibles ELCOGAZ ELCOPLUS. Brûleurs Chaleureusement recommandé ELCOCUENOD Brûleurs à mazout, gaz et bi-combustibles ELCOGAZ ELCOPLUS Brûleurs Brûleurs à mazout pour toutes les exigences Technologie de combustion optimale Pour les différents

Plus en détail

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE CONTEXTE L efficacité énergétique est un élément important de la politique française depuis les années 1970 et l approche de la France compte traditionnellement parmi les plus

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

EcoStar. MHG Heiztechnik Meilleure, tout simplement.

EcoStar. MHG Heiztechnik Meilleure, tout simplement. EcoStar Chaudière indépendante (EcoStar 100) Chaudière température basse mazout (EcoStar 200) Chaudière à condensation mazout (EcoStar 300) Chaudière température basse mazout avec échangeur de chaleur

Plus en détail

Residential power RSPW/FR-2008/1

Residential power RSPW/FR-2008/1 Residential power RSPW/FR-2008/1 SDMO : une réponse énergétique, quelle que soit la puissance requise. SDMO est reconnu comme l un des tout premiers constructeurs au monde de groupes électrogènes. SDMO

Plus en détail

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE POELE A BOIS OBJET Cette fiche fait le point sur la mise en place d appareils de chauffage au bois dans les maisons individuelles rénovées au niveau BBC-Rénovation : inserts, foyers fermés et poêles fonctionnant

Plus en détail

Saint-Etienne Châteaucreux.

Saint-Etienne Châteaucreux. Saint-Etienne Châteaucreux. Un nouveau quartier au cœur naturellement chaleureux! Châteaucreux : quand tout un quartier fait le choix de l avenir. Projet ambitieux, le nouveau Châteaucreux a pour objectif

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Tout savoir des différentes qualités de mazout

Tout savoir des différentes qualités de mazout Informations sur le chauffage au mazout Tout savoir des différentes qualités de mazout Qualités de mazout Ce qu il faut savoir sur son origine et sa production Le mazout de chauffage est un produit de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives , expert en énergie solaire Un Industriel Français de renommée internationale Il y a plus de 30 ans, bien avant les préoccupations actuelles

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

GAINABLE. Confort & Premium Silence et Discretion HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. Pompes à chaleur air/air

GAINABLE. Confort & Premium Silence et Discretion HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. Pompes à chaleur air/air Pompes à chaleur air/air HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER GAINABLE Confort & Premium Silence et Discretion Invisible et Silencieux La Solution Gainable est composée d un groupe extérieur associé

Plus en détail

PARIS. Communication Pacte Mondial de Cegelec Paris

PARIS. Communication Pacte Mondial de Cegelec Paris Communication Pacte Mondial de Cegelec Paris Sommaire Introduction....3 1) L engagement du Président Directeur Général de Cegelec Paris...4 2) Description des actions pratiques menées et les processus

Plus en détail

Energétique du bâtiment

Energétique du bâtiment Energétique du bâtiment Chaudières à combustibles Pompes à chaleur E. Gnansounou Oxydation du combustible Notion de combustion C +O 2 CO 2 12 g+32 g 44 g+ 393 kj Exemple du méthane CH 4 + 2 O 2 + 2 ( 3,76

Plus en détail

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014 D029990/02 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 28 janvier 2014 Le 28

Plus en détail

30 %* >> >> >> Crédit d Impôt. La technologie condensation au service du fi oul

30 %* >> >> >> Crédit d Impôt. La technologie condensation au service du fi oul SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr GTU C 120 C H A U D I È R E F

Plus en détail

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Energie grise du bâtiment Confort thermique estival / hivernal Parties privatives VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Retour Etude Interface Mapping Economie du sol 83% Assurer une occupation

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Poste 3: L environnement et le gaz naturel

Poste 3: L environnement et le gaz naturel instructions élèves Poste 3: L environnement et le gaz naturel Objectif: Tu connais les différentes formes de pollution de l environnement causés par des sources d énergies diverses et tu connais les avantages

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. LEGUERNEY Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Chapitre 1 : Diagnostics

Chapitre 1 : Diagnostics Chapitre 1 : Diagnostics I/ Pollutions atmosphériques 1) La qualité de l'air : «toxicité de l'air» 2) L'ozone stratosphérique : «trou d'ozone» 3) Effets radiatifs et changement climatique : «Gaz à effet

Plus en détail

FORMATION LE BOIS énergie renouvelable

FORMATION LE BOIS énergie renouvelable énergie renouvelable 15 M Ha, c est = 25 % du territoire feuillus = 64 % résineux = 36 % Le stère (unité commerciale principale) est le volume de 1 m3 de bois Suivant le coefficient d empilage, le volume

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

La qualité de l air et le chauffage au bois

La qualité de l air et le chauffage au bois L habitat AGIR! La qualité de l air et le chauffage au bois Des solutions simples pour limiter les émissions de polluants du chauffage au bois Édition : juin 2013 Des particules émises par LE CHAUFFAGE

Plus en détail

Dossier de Presse. ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques 30 JUIN 2015

Dossier de Presse. ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques 30 JUIN 2015 Dossier de Presse 30 JUIN 2015 ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques Depuis plus de 20 ans, le Groupe Renault est engagé en faveur d une

Plus en détail

>> Modularité et facilité d intégration >> Un rendement d exploitation élevé >> Une large plage de puissance

>> Modularité et facilité d intégration >> Un rendement d exploitation élevé >> Une large plage de puissance SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ GTU C 220 GTU C 330 CHAUDIÈRE FIOUL AU SOL À CONDENSATION PROJECT **** La solution fi oul condensation pour le collectif >> Modularité et facilité d

Plus en détail

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique En surveillant et étudiant les principaux indicateurs de pollution industrielle,

Plus en détail

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives

Plus en détail

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE 1) a) Qu est-ce que l atmosphère? L atmosphère c est l enveloppe gazeuse qui entoure la Terre. b) Quelles sont les 4 couches de l atmosphère? 1 ) La troposphère qui se situe de

Plus en détail

Energie. Les certificats d économies d énergie

Energie. Les certificats d économies d énergie FICHE PEDAGOGIQUE DOMAINE Sous-domaine Energie Les certificats d économies d énergie Les certificats d économies d énergie (CEE ou C2E) ont été créés par les articles 14 à 17 de la loi de programme sur

Plus en détail

Pompes à chaleur. Xinoé E3 & Xinoé Pro INNOVATION 2010. Fiche commerciale

Pompes à chaleur. Xinoé E3 & Xinoé Pro INNOVATION 2010. Fiche commerciale Fiche commerciale Pompes à chaleur Xinoé E3 & Xinoé Pro P o m P e s à c h a l e u r à a b s o r P t i o n g a z INNOVATION 010 motralec. 4 rue Lavoisier. ZA Lavoisier. 953 HERBLAY CEDEX. Tel. : 01.39.97.5.10

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Les chaudières à condensation au fioul domestique

Les chaudières à condensation au fioul domestique Les chaudières à condensation au fioul domestique Édition juin 2014 Fiche technique SOMMAIRE Pages 2 : Le principe Pages 3 : L écoconception Pages 4 : La technologie Pages 5 : Les brûleurs fioul domestique

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

Rénovation énergétique de l habitat OPAH cœur de Maurienne. Jean Luc DOL

Rénovation énergétique de l habitat OPAH cœur de Maurienne. Jean Luc DOL Rénovation énergétique de l habitat OPAH cœur de Maurienne Jean Luc DOL L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Energies Renouvelables Association sans but lucratif créée en 1981, 20 salariés

Plus en détail

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique «Facteur 4» La nécessaire transition énergétique Conseils gratuits et indépendants sur l énergie dans l habitat Permanences téléphone, rendez-vous, mails Animations Stands Conférences Nuits de la thermographie

Plus en détail

Quand le design rencontre la performance

Quand le design rencontre la performance Pompes à chaleur air/air pour le résidentiel Gamme Shirokuma Quand le design rencontre la performance Habitations INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER Pompes à chaleur air/air Comment ça marche? 1 kw consommé

Plus en détail

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 C H A U D I È R E S A U S O L B A S S E T E M P É R A T U R E GT 330 - GT 430 - GT 530 CHAUDIÈRE FIOUL / GAZ EN FONTE DE 55 À 1450 KW DTG 230 - DTG 330 CHAUDIÈRE GAZ EN FONTE

Plus en détail

Consommation d'eau chaude

Consommation d'eau chaude TIPPS Des tuyaux pour les professionnels Domotec SA Aarburg Édition 16.21 06/2008 Consommation d'eau chaude L eau chaude, c est plaisir, joie de vivre et bien-être Chaque jour, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Forum THNS 2012 Shanghai

Forum THNS 2012 Shanghai Forum THNS 2012 Shanghai La mise en place de ports respectueux de l environnement et économes en énergie - l exemple de Shanghai Xiao Feng, Centre de recherche sur le développement des ports de la Municipalité

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Site audité : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte CLIENT : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte INTERLOCUTEUR : TELLIER Jean-François ADRESSE : CS 10039

Plus en détail

INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION DE RÉELLES ÉCONOMIES D ÉNERGIE UN CONFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE

INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION DE RÉELLES ÉCONOMIES D ÉNERGIE UN CONFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À NDENSATION DE RÉELLES ÉNOMIES D ÉNERGIE UN NFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE 5 LES 6 POINTS-CLÉS DU PROGRÈS TECHNIQUE Corps de chauffe en aluminium

Plus en détail

tva 20% pour le neuf tva 5.5% dans le cadre 220 jusqu à 460 Faites le plein d économies avec le chauffage au fioul du 1er avril au 31 juillet 2014

tva 20% pour le neuf tva 5.5% dans le cadre 220 jusqu à 460 Faites le plein d économies avec le chauffage au fioul du 1er avril au 31 juillet 2014 le meilleur degré de confort Faites le plein d économies avec le chauffage au fioul du 1er avril au 31 juillet 2014 Durant l opération «Urgence Rénovation du 1er avril au 31 juillet 2014» avec l Association

Plus en détail

adaptations urbaines en Île-de-France

adaptations urbaines en Île-de-France Atelier de prospective Contrainte énergétique et Habitat et tertiaire face aux enjeux énergétiques Enjeux et instruments Pierre HERANT Chef du Département Bâtiment et Urbanisme Agence de l Environnement

Plus en détail

Analyse financière des projets énergétiques

Analyse financière des projets énergétiques Analyse financière des projets énergétiques Jim Nostedt, ing. Bureau de la durabilité de la Force aérienne Wayne Cole SRP Canada SRP CANADA Le coût total de possession de bâ1ments Ordre du jour Situation

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

>> Un rendement d exploitation élevé >> La solution respectueuse de l environnement >> Un système éprouvé

>> Un rendement d exploitation élevé >> La solution respectueuse de l environnement >> Un système éprouvé SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PGA 38 POMPE À CHALEUR GAZ À ABSORPTION PROJECT La performance énergétique pour le collectif >> Un rendement d exploitation élevé >> La solution respectueuse

Plus en détail

Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation

Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation,, A member of l architecture peut etre genereuse, mais pas la chaudiere Une chaudière gaz à condensation BRÖTJE, avec une puissance nominale de 32 à 500 kw,

Plus en détail

Le confort qui préserve la nature. Une ressource économique et inépuisable. Une énergie respectueuse de l environnement

Le confort qui préserve la nature. Une ressource économique et inépuisable. Une énergie respectueuse de l environnement Énergie bois Eco-conception by C H A U D I È R E À C O M B U S T I B L E S S O L I D E S ADVANCE Le confort qui préserve la nature >> Une ressource économique et inépuisable >> Une énergie respectueuse

Plus en détail

Dossier de presse novembre 2015. Innovation. Micro-cogénération par pile à combustible. Quand le chauffage de demain produit déjà de l électricité...

Dossier de presse novembre 2015. Innovation. Micro-cogénération par pile à combustible. Quand le chauffage de demain produit déjà de l électricité... Dossier de presse novembre 2015 Innovation Micro-cogénération par pile à combustible Quand le chauffage de demain produit déjà de l électricité... Chauffage, eau chaude, électricité : le système 3 en 1

Plus en détail