Energie, écologie, croissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Energie, écologie, croissance"

Transcription

1 34 Dossier Jean Lamesch Energie, écologie, croissance Une analyse des problèmes luxembourgeois Le communiqué final du dernier G20, le Leaders Statement de Pittsburgh, ne s est point gêné de répéter le mot de «sustainable» au moins trente fois, et celui de «croissance» soixante fois, et cela, sur quelques pages seulement. Cette répétitivité qui aurait fait échouer tout candidat au bac section littérature, cette irritante logorrhée, montre combien on a vidé l idée de la «sustainability» de son sens, à quel point on l a réduite à une incantation, au tintement lassant d un moulin à prière. Et le Leaders Statement n est pas un cas isolé. Dans les discours officiels et la publicité, le concept est accolé à toute action dont on se croit en droit de supposer qu elle ne soit pas directement nocive pour l environnement. Par ailleurs, pour l univers francophone, et contre des résistances initiales, le terme de «sustainability», promu par le rapport Brundtland, a été traduit par l infortunée expression de «développement durable», ambiguë à souhait, car évoquant implicitement la croissance éternelle, une expression qui n est pas seulement une contradiction in terminis, mais qui s oppose carrément à la notion d équilibre de la biosphère, et donc aux termes mieux circonscrits de «Nachhaltigkeit» et de «sustainability». A l origine, il y eut la «Nachhaltigkeit» Initialement, ce concept avait pourtant un sens précis. En 1712, le mot «Nachhaltigkeit» apparut pour la première fois dans l ouvrage Sylvicultura Oeconomica du forestier allemand von Carlowitz. L idée de base était qu une forêt est gérée de façon soutenable, si et seulement si la gestion humaine lui permet de préserver une situation d équilibre à demeure, c.-à-d. un équilibre entre la coupe des arbres et la repousse de la végétation, et cela, dans une forêt d étendue constante dans laquelle l homme intervient avec sagesse et modération. Von Carlowitz avait probablement en tête l exemple désastreux de l Angleterre au paysage irréversiblement ravagé par la déforestation. Encore L actuel programme gouvernemental essaie de toute évidence de changer le cours des choses. des temps de l ancien régime, le terme en est venu à s appliquer également à la pisciculture. On remarquera que la «Nachhaltigkeit» s est appliquée à l origine à un système vivant capable de se régénérer, à un biotope, qu il est possible de rendre congruent avec l activité humaine sans le détruire. Après plusieurs siècles de somnolence, en 1987, le terme fut redécouvert par les auteurs du rapport Brundtland qui lui ont donné une définition anthropologique très générale, axée sur notre responsabilité vis-àvis des générations futures. Ce rapport a eu une influence considérable, mais le flou de sa définition a fait que progressivement le concept fut appliqué à tout et n importe quoi. Ce flou a notamment permis la transposition du terme à des domaines autres que le règne vivant, tels secteurs liés à l exploitation d énergies fossiles. Tout ce qui dans notre civilisation technique, qui est à 80 % dépendante des énergies non renouvelables, se trouve l apanage du pétrole et des autres ressources finies, ne saurait être appelé soutenable. Qu une voiture à essence consomme 6 et non 12 litres a un avantage économique à court terme, mais ce fait ne la rend pas pour autant «sustainable». Un objet en plastique, généré à partir d éthylène issu du gaz naturel, n est pas soutenable, même si on le peint verbalement en vert. Dans la suite, on évitera le mot de développement durable que l on substitue par celui de soutenable, équivalent de l anglais «sustainable», et dont la définition doit se chercher dans les lois physicochimiques fondamentales qui régissent le domaine du vivant, le seul système soutenable que nous connaissions (voir aussi l encart p. 35). Croissance vs «sustainability» «Soutenable» est antinomique à «croissance», mais cette vérité élémentaire est perpétuellement occultée par les discours politiques. La démonstration en est pourtant simple, comme on le voit à l exemple du produit mondial brut (PMB). Le PMB a augmenté au cours de la dernière décennie de 4 % en moyenne, comme le Luxembourg avant la crise. Ce chiffre à première vue plutôt positif, voire anodin, signifie en fait le dédoublement des ressources mondiales tous les 17 ans ; donc tous les 17 ans, ce taux de croissance est le reflet, grosso modo, d un dédou- Jean Lamesch a fait ses études à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich, études qu il a terminées par un doctorat en chimie physique. Il a fait sa carrière dans la sidérurgie luxembourgeoise, dans la recherche, le domaine commercial et le marketing.

2 November 2009 Klimawandel 35 blement mondial de la consommation d énergie, des ressources minières, des déchets, du crédit et des dettes. Après cette phase, une croissance persistante fera s enclencher une seconde période de 17 ans, avec un nouveau dédoublement qui se greffera sur le premier. Et ce dédoublement se répéterait 6 fois dans un seul siècle. La raison se cabre devant les conséquences d une telle situation, car elle ne pourra imaginer l état dans lequel serait la planète au bout de ces dédoublements, et vers quel désastre climatique évoluerait le CO 2. Les périls d une telle croissance débridée sont décrits par la fonction mathématique dite «exponentielle». Dans l histoire de l humanité, tous les épisodes à caractère exponentiel ont fini dans le désastre. Mais c est pourtant ce monstre qu on évoque quand on prononce les mots en apparence si inoffensifs de «croissance de 4 %». Le programme du gouvernement Comparé au Pittsburgh Statement précité, le programme environnemental et énergétique de notre gouvernement fait preuve d une indéniable retenue verbale : dans le principal document du ministère du Développement durable et des Infrastructures, les termes de «développement» et de «durable» n interviennent chacun qu une petite quinzaine de fois... Et pourtant, on n y trouve pas de définition de soutenable, ni en général, ni par rapport à la situation spécifique du Luxembourg, ce qui est regrettable. Par ailleurs, le rédacteur n a pu résister à la tentation d associer ces termes de façon innovante dans des expressions comme «mobilité durable» (une trouvaille sémantique sans doute pour dire «marche à pied»), dans «croissance durable» (là, il dépasse hardiment l idée, à son gré trop démodée, du classique DD), puis, sans peur de la surenchère, dans «développement des centres de développement» et, enfin, dans «développement durable de l aéroport», un oxymore s il en est. L idée du développement durable dans l exemple de l aéroport intrigue tout particulièrement. Sans nier l importance du Findel pour l économie du pays, on doit cependant s insurger contre son appellation de durable. Notre aéroport est un endroit qui vit grâce à un cordon ombilical souterrain, un oléoduc, qui amène le kérosène que consomment irréversiblement les avions, notamment lors de leur décollage, et qui l éjectent sous forme de CO 2, et au triple de son poids, dans l atmosphère, puis dans la stratosphère où ce gaz contribue au réchauffement climatique, et cela, durablement. L aéroport aux abords pollués de dépôts carbonés résiduels et vers lequel convergent les passagers et le fret de toute l Europe, amenés par une noria de voitures et de camions au diesel est un véritable haut lieu du pétrole, auquel la fade odeur de jet fuel qui plane dans l air ambiant apporte un témoignage non écologique permanent. Cette malencontreuse association d idées d «aéroport» et de «sustainable» montre bien à quel point les responsables sont encore peu sensibles aux aspects de la véritable écologie. La difficile situation écologique du Luxembourg Une définition fondamentale de «sustainability» Mais trêve de railleries ; le Luxembourg se trouve dans une situation politique fort peu enviable du fait qu il continue à être pointé du doigt pour son niveau de consommation d énergie, exacerbée par le tourisme à la pompe. Les quantités de CO 2 émises dépassent largement la quotepart allouée, ce qui génère des pénalités durables. Comme ces pénalités sont encore bien inférieures aux rentrées d accises consécutives à cette même exportation d essence, le gouvernement, du moins jusqu ici, s était contenté de résoudre l essentiel des problèmes climatologiques par des mécanismes particuliers, tels les CDM, auxquels l autorise le traité de Kyoto. On le lui a reproché, également dans forum, en invoquant, non sans raison, que le Luxembourg devrait en priorité résoudre ses problèmes à domicile et non pas les escamoter par une fuite à l étranger. Ce point de vue est largement débattu par les ONG et autres organisations qui avancent, encore une fois à raison, l argument important de l obligation morale qu a notre pays vis-à-vis du reste de la planète, et notamment envers ceux qui sont les premiers lésés par le changement climatique anthropogène, le tiers monde. Cette obligation, qui a été pour la première fois analysée par Hans Jonas dans son Principe de responsabilité, peut s assimiler à un véritable impératif catégorique de facture kantienne qu il paraît bien difficile de réfuter. Mais une question se pose. Le Luxembourg est-il capable de résoudre ces problèmes en l espace de quelques années, et cela, par ses propres forces, par un simple «bootstrapping» diraient les informaticiens, sans durablement mettre en péril Ayant fait preuve de survie sur une évolution longue de 3 milliards d années, les systèmes vivants sont les seuls à pouvoir enseigner les vrais fondements de la «sustainability». Ils détiennent essentiellement les caractéristiques suivantes : a) ils fonctionnent par absorption/résorption du seul rayonnement solaire, b) leurs transactions cycliques de matière se font en boucle fermée, sans aucune accumulation de déchets chimiques, ni solides ni gazeux. Ces énoncés physico-chimiques relèvent de l écologie fondamentale et se basent sur les lois de la thermodynamique, notamment sur la seconde loi qui décrit l ordre et le désordre des systèmes. Par conséquent, toute définition plus élaborée de la «sustainability», par exemple quand elle touche les domaines industriels, sociologiques et politiques, devra contenir à sa base, et de façon explicite, la référence à ces deux lemmes. Sans cette précaution, on tombe dans le verbiage et les pieuses incantations comme le pratique, en dépit de ses bonnes intentions, le rapport Brundtland. La société industrielle est aux antipodes de cette définition : elle vit en produisant de l énergie par la conversion des ressources fossiles en déchets gazeux qui s accumulent en violation constante des deux principes précités du règne vivant ; le réchauffement climatique en est la conséquence. Il s en suit que la «sustainability» ne sera atteinte que quand l essentiel de notre énergie sera basé sur la radiation solaire, ce que suggère l effet «bootstrapping» par lequel les éoliennes produiront suffisamment d énergie pour créer la génération suivante d éoliennes. Les cellules photovoltaïques sauront se perpétuer par leur propre énergie, c est-àdire qu elles se seront affranchies de leur état immature d enfants du pétrole qu elles sont encore maintenant.

3 36 Dossier les bases de son économie? Pour mieux voir la difficulté actuelle, faisons une expérience imaginaire : supposons que du jour au lendemain, l Allemagne soit divisée en territoires autonomes de la taille de notre pays, donc découpée en 125 grands-duchés. La diversité de ces territoires étonnera : le grand-duché de Berlin sera plein à craquer d une grosse métropole, le grand-duché d Essen aura les pires problèmes avec sa pléthore de hauts fourneaux et celui de Francfort se retrouvera avec le plus grand aéroport d Europe. Une douzaine de grands-duchés sera fort embarrassée avec des centrales nucléaires et leurs déchets radioactifs, en contraste saisissant avec les grands-duchés bucoliquement ruraux, tels ceux du Mecklembourg. Quand Bruxelles octroiera 125 plans d allocation, leur mise en œuvre équivaudra à la quadrature du cercle, générera des débats tonitruants dans lesquels le cas du Luxembourg, pays voisin, sera noyé. Certains groupes écologiques exigeront la fermeture de l aéroport de Francfort, d autres l arrêt des hauts fourneaux de la Ruhr. Parmi les gagnants se trouveront les grands-duchés maritimes du Nord, dont les nombreuses éoliennes leur permettront de faire fortune avec les Le dilemme du prisonnier certificats de CO 2 dans le PGTS, le Pan- German Trading Scheme. Mais le cauchemar se terminera aussi vite qu il aura commencé, car apparaîtra la bonne fée Statistique, qui d un coup de baguette magique, appelée encore moyenne nationale, fera disparaître la «Kleinstaaterei», rabotera les excès, annulera le PGTS et ramènera les différences dans une rassurante homogénéité nationale. Sauf que le Grand-Duché de Luxembourg revient au centre de mire international, même s il serait facile d identifier chez nos voisins des territoires de la taille de notre pays, dont l ampleur des émissions de GES est semblable, voire supérieure aux nôtres, mais dont la faculté de pouvoir se dissimuler dans la moyenne nationale les préserve de tout blâme. «Targets» difficiles et mauvais «ranking» Face au piège du dilemme du prisonnier, qui affleure dans toutes les discussions entre états dans le cadre de Kyoto ou de l imminent Copenhague, le Luxembourg ne pourra plus continuer à jouer le non concerné, même si le faisceau de solutions qu il devra mettre en œuvre sera Dans la théorie des jeux, le dilemme du prisonnier décrit la situation de deux complices A et B emprisonnés séparément et que la police, faute de disposer de tous les éléments du crime, confronte à des alternatives de peine, obligeant chacun soit à dénoncer le complice, soit à le couvrir par le silence. Les deux sont incommunicados et n apprendront le résultat de leurs décisions individuelles qu au moment du verdict. Sans entrer dans les détails des enjeux, qui leur sont connus, la situation est telle que si les deux se taisent, ils s en tireront mieux que si l un dénonce l autre. Mais A peut être tenté d obtenir une peine plus légère en dénonçant B. Craignant cela, B risque de faire de même, mais c est justement ce comportement qui les met dans la pire des situations, la peine maximale. Le dilemme du prisonnier énonce que si chaque protagoniste essaie d optimiser ses propres chances, le résultat collectif sera pire que s ils avaient coopéré. En cela, le dilemme du prisonnier nie la main invisible d Adam Smith qui énonce le dogme libéral du laisser-faire, à savoir que la somme des initiatives individuelles résulte invariablement dans la maximisation du bien collectif. Dans le cas de la crise du réchauffement climatique, c est de toute évidence le dilemme du prisonnier et non la doctrine d Adam Smith qui est d application : tous les pays savent qu ils seront les bénéficiaires d un climat stable, mais un pays donné pourrait hésiter à s engager dans la lutte contre le réchauffement, car ce pays pourrait penser que le bénéfice personnel de son inaction serait plus grand que le bénéfice commun au cas où il collaborerait et payerait avec les autres. Comme maints pays pourraient succomber à cette tentation, ils risquent de tomber à leur insu dans le piège du dilemme du prisonnier, et c est cette situation qui est à la base du perpétuel atermoiement des décisions climatiques internationales. forcément unique. Cette difficulté explique pour une part la politique des gouvernements passés sans la justifier en tout point. Mais la situation actuelle fera que le programme des CDM et autres possibilités d achat de certificats devra se poursuivre, à moins que la conférence de Copenhague n arrive à mettre sur pied d autres mécanismes d échanges internationaux de gaz à effet de serre, par exemple suivant le modèle du «budget mondial CO 2» proposé e.a. par M. Schellnhuber, conseiller d Angela Merkel. Dès lors, la grande question sera moins une interrogation de principe, blanc ou noir, mais une question de meilleur dosage entre effort national et effort «acheté» ailleurs. C est sur ce rééquilibrage que notre politique devra agir. L actuel programme gouvernemental essaie de toute évidence de changer le cours des choses. A lire les différentes rubriques, on voit son intention de s atteler cette fois-ci à la tâche dans à fin d atteindre les buts officiels, les «targets», comme on dit en franglais courant, que Bruxelles a imposés depuis longtemps comme minima, les fameux 20/20/20, à savoir : une plus grande efficience, une moindre émission de CO 2 et une plus grande part d énergies renouvelables. Mais même en admettant que l on atteigne ces buts ce qui est loin d être acquis, et ce qui exigera de véritables sacrifices nationaux, actuellement encore inavoués, il ne faudra pas tomber dans la complaisance, car les implications «en creux» sont loin d être réjouissantes. Il n y a qu à considérer les «targets» par leur complément numérique, à savoir 80/80/80, c.-à-d. qu en 2020, le Luxembourg, épuisé par l effort fourni, sera encore dépendant à 80 % des énergies fossiles, il émettra encore 80 % du CO 2 d avant et l inefficience de son infrastructure sera encore élevée. Ces buts 20/20/20 seront-ils suffisants pour le Luxembourg? On peut en douter, pour la simple raison que sur le «ranking» qu a établi l OECD pour mesurer la dépendance énergétique des pays européens, le Luxembourg est bon dernier, les premiers de la classe étant la France et la Suède. Ceci entraîne en toute logique que le Luxembourg devrait faire nettement mieux que la moyenne européenne imposée, et cela, dans son propre intérêt. C est surtout dans ce sens qu on peut trouver le programme gouvernemental trop peu volontariste, même s il pointe à n en pas douter dans la bonne direction.

4 November 2009 Klimawandel 37 La suite de l article essayera d analyser le programme dans cette optique et tentera d explorer des idées supplémentaires. Le «Luxembourg-tout-électrique» L électricité est l énergie la plus versatile, la plus flexible, et par-là, supérieure aux autres. Elle peut se substituer facilement aux fossiles alors que l inverse n est pas vrai. Sans même insister sur son importance pour l éclairage, l informatique et les communications, on sait qu elle est à la base du gros de notre activité industrielle et économique. Mais sa caractéristique la plus importante est sa faculté d être produite par l énergie solaire, éolienne, photovoltaïque et hydrointerposées. Cette réflexion mène tout droit à la vision d un «Luxembourg-tout-électrique», un concept qui s explique par lui-même et qui comporte la transition des activités à base de pétrole et de gaz vers l électricité. Les secteurs-clefs dans cette transition seront évidemment le transport et le chauffage. Il faut saluer dans ce contexte la décision du gouvernement de forcer l interconnexion électrique avec les pays voisins qui résultera idéalement dans un «European Supergrid», qui permettra non seulement l accès du Luxembourg aux énergies renouvelables produites ailleurs, mais qui équilibrera aussi les approvisionnements en provenance de nos voisins, dont la France, un grand producteur électrique en train de diversifier sa production actuellement encore monolithique du nucléaire vers les alternatives. Cette transition vers le tout-électrique aura une suite importante, car elle balisera le chemin vers un «Luxembourg-toutrenouvelable», une vision qui fera succéder au cliché du pays le plus riche, l image plus citoyenne et autrement plus sympathique, du pays le plus écologique. nécessité, un pion de taille pour la solution de maints problèmes. Les sommes englouties dans l achat de certificats ETS seraient mieux employées pour la mise en place d une infrastructure propre à accueillir la voiture électrique. Encore fautil que cette nouvelle locomotion atteigne rapidement une part importante dans le parc automobile luxembourgeois, faute de quoi l impact sera insuffisant. On devrait ainsi tabler sur un ordre de grandeur de 20 % de voitures électriques à l horizon 2020, ce qui ajouterait un «20» luxembourgeois aux 20/20/20 européens. Pour ce faire, les seules forces du marché seront probablement insuffisantes, car la main invisible d Adam Smith ne pointe pas toujours dans la bonne direction écologique. On devra donc faire intervenir une aide publique, soit au niveau de l acquisition par exemple en s inspirant de la prime à la casse, soit au niveau du tarif du kwh, soit encore dans la préparation de l infrastructure comme les bornes de chargement publiques. A noter dans ce contexte que l institut Henri Tudor a montré qu avec le mix électrique actuel, une voiture électrique ne provoque qu environ la moitié des émissions par rapport à une voiture à essence de classe similaire. Toute voiture électrique diminuera notre dépendance pétrolière et allégera la facture ETS. Cette transition vers le tout-électrique imposera certainement l introduction au niveau national de «smart meters», des compteurs électriques intelligents qui, installés dans les maisons et immeubles, tiennent les propriétaires ou occupants des logements au courant de leur consommation d électricité instantanée, poste par poste, qui les sensibilisent à l emploi de cette énergie et qui ont en plus l insigne avantage de pouvoir remonter ces informations individuelles (dans le respect de la protection des données) vers le gestionnaire du réseau qui, de ce fait, arrivera à régler l approvisionnement électrique de façon plus précise et beaucoup plus efficiente. Gaz naturel et chauffage des immeubles Dans le domaine du chauffage des habitations, la série d actions esquissées par le programme gouvernemental est également à compléter et à mener avec plus de vigueur que par le passé. Commençons avec une remarque sur le gaz naturel, pour lequel le gouvernement prévoit de nouveaux raccordements internationaux, une meilleure stratégie de stockage et le cas échéant un transit gazier toutes des mesures qu il faut saluer. Ce paquet pourrait se compléter par la considération suivante : si transit international il y aura, il serait bon d étudier la mise en place de gazoducs avec la technologie dite de «reverse flow». Cette technologie qui permet de pomper le gaz dans les deux sens du pipeline, augmentera la flexibilité des échanges et minimisera l impact de futurs conflits. Le «reverse flow» a joué un rôle important dans les récurrentes altercations russoukrainiennes et a préservé maints pays de coupures de gaz. On peut ajouter une autre remarque : le gaz naturel aborde le Luxembourg sous une pression élevée, à une quarantaine de bars, une pression qu il faut réduire à Voitures électriques et «smart meters» C est dans ce contexte que s inséreront les voitures électriques que le programme gouvernemental mentionne. On peut penser qu il aurait pu s étendre en plus de détails sur ce sujet important, car la voiture électrique sera une carte maîtresse dans la double lutte contre la dépendance pétrolière, avec ses volatilités de prix et ses menaces de future déplétion, et contre les émissions des gaz à effet de serre. La voiture électrique ne sera ni un gadget, ni un article de mode, mais une

5 38 Dossier Trolleybus contre tram L électrification s imposera également dans le transport en commun routier. C est là qu interviendra le trolleybus comme solution de remplacement idéale et il l emportera certainement sur le projet tram. Les raisons sont évidentes pour qui étudie un tant soit peu la question. Un trolley est un engin flexible qui ne nécessite pas de rails, qui passe là où passe aujourd hui un bus, qui se coule sans problème dans la topographie de nos villes et qui cohabitera bien avec les bus restants. Le trolley nécessite comme seule infrastructure un réseau aérien et tolère des changements dans la voirie. L absence de pose de rails évitera un gigantesque chantier. Le trolley sera nettement moins cher que le tram : la ville de Montréal, qui a étudié la question, parle d un rapport 1:10 en faveur du trolley, un argument qui pèsera lourd dans la balance par les temps qui courent, où toute décision se trouve soumise à la «réserve de financement». l aide de détendeurs pour pouvoir transporter le gaz en toute sécurité dans les maisons. Or un détendeur intelligemment conçu pourra utiliser l énergie de détente du gaz pour produire de l électricité. De tels systèmes existent, mais pour différentes raisons, ils ne semblent pas fonctionner chez nous, et il faut regretter que depuis des décennies, cette énergie de compression est dissipée en pure perte, année après année. Le sort du pays ne se jouera pas sur ces détendeurs, mais de tels exemples de gaspillage sont pléthoriques, même dans le domaine industriel, au sujet duquel on affirme un peu trop rapidement que les managers auraient déjà comblé toutes les déficiences énergétiques. Un autre point important concerne les aspects passifs du chauffage, à savoir l isolation des maisons. Des questions de fond apparaissent : quel est le véritable impact de telle loi et de tel subside qui favorise l isolation thermique? Telle mesure est-elle quantitativement supérieure à long terme que telle autre? Quel est le ratio «kwh économisé/euro dépensé» au niveau national? Autant de questions auxquelles le législateur ne saurait répondre s il ne dispose pas d un outil adéquat, telle une modélisation de la situation immobilière dans son ensemble. De telles modélisations par ordinateur existent et la taille de notre territoire faciliterait leur mise en place. Un outil de modélisation vient d être produit par le World Business Council of Sustainable Development, le WBCSD, dans son activité dite des «Energy Efficient Buildings». Si l ensemble de l immobilier du Luxembourg était entré dans la base de données d un tel modèle, celui-ci permettra de comparer différentes options, d évaluer l impact quantitatif de telle ou telle mesure législative, ou le résultat des aides et subsides, et cela dans une perspective à très long terme. L efficience et le paradoxe de Jevons Pour terminer, une mise en garde concernant un point récurrent sur lequel table la politique nationale, tout comme Bruxelles : l efficience énergétique. L avantage de cette mesure est le fait que l efficience semble pouvoir se mettre en [...] la mise en place d une masse critique d énergies renouvelables risque de traîner en longueur, car le monde de l énergie est caractérisé par une inertie fondamentale, souvent mal appréciée. place sans frais excessifs. Mais il y a un caveat, exposé par le paradoxe de Jevons. Jevons était un économiste anglais du XIX e siècle, connu pour avoir introduit, ensemble avec Walras, le raisonnement marginal dans l économie et qui s est intéressé également aux ressources houillères. Il s est posé en particulier la question intéressante pourquoi les nouvelles machines à vapeur, qui se signalaient par une efficience énergétique toujours croissante, avaient fini par augmenter la consommation anglaise de charbon alors qu on aurait pu s attendre à une diminution. Par son paradoxe, Jevons a mis en lumière le fait important que dans un marché libre et une économie en croissance, et dans l absence de mesures d accompagnement, l efficience énergétique à elle seule n apporte guère de soulagement. Pour citer un exemple actuel, Jevons nous avertit que des machines domestiques plus efficientes ne réduisent pas ipso facto notre dépendance énergétique, car le coût de fonctionnement moindre de ces machines séduira les ménages à en acquérir d autres, ce qui annule l avantage escompté. Pour éviter de se faire piéger par le paradoxe de Jevons, il y a donc lieu d instaurer des mesures collatérales, tel un schéma «cap-and-trade» dans lequel l efficience se trouve flanquée par un «cap», soit d énergie, soit d émissions. Conclusion Notre avenir se trouvera dans les énergies renouvelables, mais le chemin qui y mène est encore long, peut-être trop long. Un danger est patent : la mise en place d une masse critique d énergies renouvelables risque de traîner en longueur, car le monde de l énergie est caractérisé par une inertie fondamentale, souvent mal appréciée. Les milliers de centrales thermiques de par le monde ont des durées de vie de décennies et ont été érigées sur des décennies. On ne les remplacera que sur des laps de temps au moins aussi longs. On voit ce dernier phénomène clairement illustré dans la trop faible montée mondiale de la capacité des renouvelables qui est (kwh pour kwh) largement inférieure à la déplétion des gisements de brut traditionnel, que l Agence internationale de l énergie estime à environ 4 % par an. Seul un dixième de cette énergie fossile perdue est compensé par les renouvelables, un taux mondial par conséquent largement insuffisant. Si la course n est pas gagnée par les renouvelables, la déplétion de pétrole et de gaz ira en s accélérant, et l on risque même de retomber sur le charbon, pis encore, sur le charbon de mauvaise qualité, car la meilleure, l anthracite, se trouve déjà largement épuisée. Ceci signifierait inévitablement une recrudescence de la montée du CO 2 atmosphérique. Il reste donc à formuler deux vœux : primo que notre gouvernement agisse sur tous les plans pour amplifier l effort national et international pour favoriser la mise en place accélérée des renouvelables et de leur support indispensable, le réseau électrique européen intégré, et secundo que la conférence de Copenhague arrive à opérer le miracle de faire comprendre que les émissions de gaz à effet de serre sont en train d asphyxier la seule planète que nous ayons et que l énergie solaire sera la seule qui soit vraiment soutenable et durable. u

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Auteur: International Network for Sustainable Energy Europe (INFORSE-Europe), Juin 2010. Dans le cadre du développement d un «Vision Globale»

Plus en détail

Intervention de Véronique Bérégovoy, Conseillère régionale Europe Ecologie Les Verts.

Intervention de Véronique Bérégovoy, Conseillère régionale Europe Ecologie Les Verts. PLENIERE DU 10 DECEMBRE 2012 DISCOURS DE POLITIQUE GENERALE Intervention de Véronique Bérégovoy, Conseillère régionale Europe Ecologie Les Verts. Monsieur le Président, cher e s collègues, 8,5 milliards

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Changeons d énergies

Changeons d énergies Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant 1 Changeons d énergies Etat des lieux Le soleil, notre énergie Transition, mode d emploi Alain Vaillant

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE CORRIgé fiche élève ce2 - cm1 - cm2 UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE J'APPROFONDIS J OBSERVE Observe la vidéo puis réponds aux questions ECJS SÉANCE 2 - VOYAGER = POLLUER SCIENCES J'OBSERVE a) Que rejettent

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

La Chine et le marché international des crédits carbone

La Chine et le marché international des crédits carbone La Chine et le marché international des crédits carbone Xuan Wang Économie Avril 2010 Le China Institute est un groupe de réflexion français qui se consacre aux questions de civilisation, d économie, de

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER TOTAL SA au capital de 5 909 418 282,50. RCS Nanterre 542 051 180. Imprimé en France. Juillet 2012. Crédits photos : Fotolia Corbis GettyImages Total Tenesol SunPower L, ENERGIE

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Gunnar Boye Olesen, International Network for Sustainable Energy - Europe 1 (Réseau International

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2011 1 1. INTRODUCTION 1.2. Cadre réglementaire 3 1.3. Méthodologie retenue. 3 2. BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2.1. Description

Plus en détail

Poitou-Charentes Nature

Poitou-Charentes Nature Poitou-Charentes Nature 14 rue Jean Moulin 86240 FONTAINE LE COMTE Poitiers, le 6 juin 2012 Objet : Législatives 2012 et environnement Mesdames, Messieurs, Suite à votre courrier du 24 mai dernier, je

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le lundi 20 avril 2015 500 territoires à énergie positive pour la croissance verte et pour le climat

Plus en détail

BARIL DE PETROLE A 200$

BARIL DE PETROLE A 200$ BARIL DE PETROLE A 200$ QUELLES CONSEQUENCES SUR L ACTIVITE DES STATIONS DE MONTAGNE? Janvier 2009 Étude réalisée par : - Stewart Sheppard : stagiaire Mountain Riders, Mastère en management du développement

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Bâtiment et changement climatique

Bâtiment et changement climatique Bâtiment et changement climatique Problématiques et orientations Jean-rene.brunetiere@chaireeconomieduclimat.org Le changement climatique Les rapports du GIEC Le rapport 2007 du GIEC: Scénario de référence

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France»

Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France» Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France» Benjamin Dessus (Global Chance) L Union Française de l Électricité, organisme qui regroupe

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE

COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE Aile parlementaire de Québec solidaire COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR L INVERSION DE L OLÉODUC 9B D ENBRIDGE Rapport de Québec solidaire Ligne 6B d Enbridge qui a le même âge que la ligne 9B 6 décembre 2013

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne seine-et-marne.fr fo p03 Édito p04 Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Seine-et-Marne

Plus en détail

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation RT 2012 / BBC : nos solutions performantes climat d innovation Les principales solutions Viessmann pour les Bâtiments Basse Consommation qui préfigurent la nouvelle Règlementation Thermique 2012 Performance

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Saisine : Ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures Département de l environnement (11 janvier 2013)

Saisine : Ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures Département de l environnement (11 janvier 2013) Luxembourg, le 23 janvier 2013. Objet: Projet de règlement grand-ducal 1) portant introduction d une aide financière aux personnes physiques et aux personnes morales de droit privé pour la promotion des

Plus en détail

Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité

Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité Benjamin DESSUS 23 janvier 2012 www.global-chance.org ANALYSE CRITIQUE DE L ETUDE DE L UFE. Benjamin DESSUS 23 janvier 2012 * L Union Française

Plus en détail

Rareté du pétrole, rareté de l espace

Rareté du pétrole, rareté de l espace Rareté du pétrole, rareté de l espace > MORITZ LENNERT Moritz Lennert est géographe à l Institut de Gestion de l Environnement et d Aménagement du Territoire (IGEAT) de l ULB. Ses domaines de recherches

Plus en détail

Promotion des voitures à faibles émissions de CO 2

Promotion des voitures à faibles émissions de CO 2 Conférence de presse Promotion des voitures à faibles émissions de CO 2 28 janvier 2008 Bonus CAR-e 750 Promotion des voitures à faibles émissions de CO 2 Règlement grand-ducal du 5 décembre 2007 concernant

Plus en détail

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique 1 Le gaz et les réseaux gaziers : des solutions pour => Réduire les émissions de CO 2 liées à la production électrique et thermique -30 %par

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Ingénierie durable I Introduction

Ingénierie durable I Introduction Ingénierie durable I Introduction Jacques Gangloff L énergie Moteur de la vie Sources d énergie : La source primaire d énergie est nucléaire Elle provient de la transformation de la matière (E=mc²) Sources

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Camille DEMAZURE Mars 2014 1

Camille DEMAZURE Mars 2014 1 Camille DEMAZURE Mars 2014 1 Les principes guidant au projet CARBONUS Ville Neuve est une ville résolument tourné vers l avenir. Dynamique et moderne, elle attire de plus en plus de jeunes ménages par

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE PLAN: I. L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE 1) Production du pétrole 2) Consommation du pétrole

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Présenté par : Dino Mili Vice-président, Développement des affaires Enerkem Mots clés : Éthanol de seconde génération Gaz à effet

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 vision centrée sur la Suisse La transi)on se limite à l électricité La catastrophe de Fukushima (2011)

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 14/2 Objet : Traitement fiscal d une personne physique exploitant une installation photovoltaïque.

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE

EFFICACITE ENERGETIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable EFFICACITE ENERGETIQUE 1 ère STI2D CI4 & CI5 : Efficacités énergétiques active & passive Cours ET 1. Problématique 1.1. Enjeux environnementaux

Plus en détail

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon.

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Lionel Taccoen Juillet 2011(revu janvier 2012) Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Le 21 juin 2011, l Agence de notation Fitch a mis en doute les objectifs de croissance officiels

Plus en détail

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique.

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Document approuvé par le Conseil d administration Mobilité électrique Canada 1 Mars 2014 Le

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina À propos de ce projet Comment les gouvernements fédéral

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE Document Technique N 1 Octobre 2010 L ECO CONCEPTION 1 L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Développement durable et éco-conception

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée?

Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée? Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée? Prof. B. Mérenne-Schoumaker Association Régionale de l'ihedn Toulon Var Corse, 27-02-10 Malgré la mise

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu:

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu: Dissertation s appuyant sur un dossier documentaire Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

La transition énergétique et les entreprises essonniennes 44 % 30 % pétrole 14 % gaz. EnRt et déchets (**)

La transition énergétique et les entreprises essonniennes 44 % 30 % pétrole 14 % gaz. EnRt et déchets (**) septembre 2014 ESSONNE CONJONCTURE La transition énergétique et les entreprises essonniennes La transition énergétique désigne le passage d un système énergétique reposant essentiellement sur l utilisation

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail