Qui est l orthophoniste?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qui est l orthophoniste?"

Transcription

1 É d i t o r i a l La satisfaction des attentes des patients atteints de déficience auditive et la prévention de la surdité, première maladie professionnelle dans notre pays, sont des sujets importants qui entrent dans le cadre de la santé publique. Bien que réels, les progrès paraissent toujours trop lents et ce n est qu à travers la collaboration pluridisciplinaire de toutes les professionnels de l audiologie que des solutions nouvelles seront trouvées. La Société Française d Audiologie est l expression concrète du désir affirmé de (certains) professionnels engagés pour la mise en œuvre de moyens visant à développer et promouvoir la recherche française sur l audition. Grâce au travail de ses fondateurs, la SFA a acquis une crédibilité ouvrant la voie de la recherche de demain. Cet avenir est rendu possible par la modernité de son approche pluridisciplinaire des problèmes posés et par les compétences de ses CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le mandat du D r Marie-Madeleine Eliot, ORL, s est terminé en mai dernier ; François Le Her, audioprothésiste, lui succède. membres en matière de recherche, d enseignement et de formation. Les moyens déjà mis en œuvre par les différents présidents de la SFA ont permis de créer un contexte propice à l innovation et à des échanges permanents et fructueux, l objectif principal étant toujours d améliorer la qualité des soins fournis aux déficients auditifs en recherchant l excellence. Je ne peux donc que remercier l ensemble des acteurs qui m ont précédé dans cette fonction de présidence de la SFA et tous ceux qui ont accepté de me soutenir dans la difficile mission qui m a été confiée. Le choix démocratique de l alternance exprimé par les membres de notre société m a conduit à sa présidence. Pour la première fois depuis sa création, la SFA est présidée par un audioprothésiste et cette situation est un honneur pour notre profession. Soutenu activement par mon bureau, je m engage avec conviction pour répondre aux attentes de mes confrères et amis, ainsi que celles de tous les professionnels du monde de l audiologie. François Le Her Presbyacousie : une partition à six mains Nicole Denni-Krichel À l heure où le travail en réseaux et l interprofessionnalité sont de plus en plus mentionnés pour améliorer la qualité des soins, il nous semble indispensable de parfaire le partenariat ORL, audioprothésiste et orthophoniste. Si ce partenariat est de fait pour la prise en charge de l enfant sourd ou de la personne implantée, il n est pas encore suffisamment développé autour de la personne adulte malentendante. Afin de le faciliter, un des premiers pas est déjà de mieux se connaître, d avoir connaissance des compétences de l autre et d intégrer le vocabulaire utilisé par chacun. Qui est l orthophoniste? L orthophoniste est le professionnel de santé dont la mission est de prévenir, de repérer et de dépister, d évaluer par le bilan orthophonique et de prendre en charge, aussi précocement que possible, les pathologies de la voix, de la parole et du langage oral ou écrit et les troubles de la communication, quelles que soient leurs origines, chez l enfant ou chez l adulte. Il est habilité à dispenser l apprentissage d autres formes de communication non verbale permettant de compléter ou de suppléer ces fonctions. La rééducation orthophonique étant accompagnée, autant que faire se peut, de conseils appropriés à l entourage proche du patient (décret n du 2 mai 2002 relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d orthophoniste). Quelles pathologies prend-il en charge? Les troubles de l articulation, de la parole, du langage oral, Le bégaiement, Les troubles de la communication, Les troubles spécifiques du langage écrit : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, La surdité, X e Congrès de la SFA Audition et Mémoire 19, 20 et 21 Novembre 2009 Deauville La revue SFA-News est éditée par la Société Française d Audiologie (SFA) La SFA remercie le laboratoire Ipsen et la société Siemens de leur soutien pour la réalisation de ce numéro. 1

2 Les troubles liés aux fentes vélopalatines, Les troubles d origine neurologique, y compris dégénératifs et traumatiques, Les troubles d origine génétique, Les troubles de la voix, de la déglutition... Qui prescrit et comment prescrire des séances de rééducation orthophonique? L orthophoniste est un auxiliaire médical qui travaille sur prescription médicale. Dans le cadre de cette prescription médicale, l orthophoniste établit un bilan qui comprend le diagnostic orthophonique, les objectifs et le plan de soins. Le compte rendu de ce bilan est communiqué au médecin prescripteur accompagné de toute information en possession de l orthophoniste et de tout avis susceptible d être utile au médecin pour l établissement du diagnostic médical, pour l éclairer sur l aspect technique de la rééducation envisagée et lui permettre l adaptation du traitement en fonction de l état de santé de la personne et de son évolution. Il existe 3 types de prescriptions (FIG. 1) : 1- Le bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire : À l issue de ce bilan, un compte rendu indiquant le diagnostic orthophonique est adressé au prescripteur. Si des séances de rééducation doivent être dispensées, ce compte rendu comprend les objectifs de la rééducation, le nombre et la nature des séances que l orthophoniste détermine, par dérogation à l article 5 des dispositions générales. Sauf contreindication médicale, il établit une demande d entente préalable. 2- Le bilan or thophonique d investigation : À l issue de ce bilan, un compte rendu indiquant le diagnostic orthophonique est adressé au prescripteur, accompagné des propositions de l orthophoniste. Le prescripteur peut alors prescrire une rééducation orthophonique en conformité avec la nomenclature. L orthophoniste établit une demande d entente préalable. 3- Le bilan de renouvellement : À la fin du traitement, une note d évolution est adressée au prescripteur. Si à l issue des 50 premières séances pour les rééducations individuelles cotées de 5 à 12, ou de groupe, des 100 premières séances pour les actes cotés 13 à 15, la rééducation doit être poursuivie, la prescription d un bilan orthophonique de renouvellement est demandée au prescripteur par l orthophoniste. La poursuite du traitement est mise en œuvre conformément à la procédure décrite pour le premier type de bilan. Qu est ce qu un bilan orthophonique? Depuis l avenant conventionnel du 13 mars 2002, le bilan orthophonique doit être l outil de la coordination entre prescripteurs et orthophonistes. Il est l outil indispensable à la pose du diagnostic orthophonique, à la décision FIGURE 1 : PROCÉDURE DE MISE EN ŒUVRE DU BILAN thérapeutique et à la conduite du traitement ; il en est le fondement. Il s agit d un outil de dépistage, de prévention et d évaluation. Il permet de déterminer la nature des troubles, les capacités et les fonctions altérées du patient, ses aptitudes, le diagnostic orthophonique et le projet thérapeutique orthophonique. Différents examens sont réalisés par l orthophoniste et donnent lieu à un compte rendu écrit au prescripteur : bilan de la déglutition et des fonctions oro-myo-fonctionnelles, bilan de la phonation, bilan du langage oral et/ou bilan des aptitudes à l acquisition du langage écrit, bilan du langage écrit, bilan de la dyscalculie et des troubles du raisonnement logico-mathématique, bilan des troubles d origine neurologique, bilan du bégaiement, bilan du langage dans le cadre des handicaps 2

3 moteurs, sensoriels ou mentaux (incluant la surdité). Le bilan permet de proposer une thérapeutique adaptée : un suivi du patient à intervalles réguliers pour des bilans d évolution, un accompagnement de l entourage familial, professionnel ou institutionnel, une proposition d examens et/ou de consultations complémentaires : ORL, gérontologique, psychiatrique, neurologique, psychologique..., une prise en charge orthophonique. Grâce à son bilan, l orthophoniste va : Retracer l histoire de la surdité : date et mode de survenue, date d appareillage... Déterminer la plainte du patient et sa demande. Recenser les modalités de communication utilisées par le patient (lecture labiale, langage gestuel personnel, écriture, etc.). Évaluer le niveau d intégration auditive dans plusieurs configurations : audition seule, prothèse(s) auditive(s) seule(s), audition/ prothèse(s) et lecture labiale, lecture labiale seule. Évaluer les difficultés de compréhension dans la vie quotidienne : milieu bruyant, réunions, conférences, téléphone, TV, etc. Analyser le contrôle vocal (intensité, timbre et débit) et l intelligibilité de la parole. Observer les processus d attention et de mémorisation, et éventuellement réaliser un bilan neuropsychologique. Évaluer le niveau de langage oral sur le versant expression (lexique, syntaxe et pragmatique) et sur le versant réception c est-à-dire les capacités de compréhension. Définir le contexte socio-professionnel et les répercussions de la surdité sur le statut social. Déterminer le niveau socioculturel, les centres d intérêt et l appétence du sujet pour les activités linguistiques (lecture, écriture, jeux de langage, apprentissage de langues étrangères, etc.). La prise en charge orthophonique visera le maintien de la communication et l apprentissage de la lecture labiale avec un travail portant sur : Les images labiales : explication du système vocalique et consonantique, prise de conscience et identification des images labiales sur soi et sur l interlocuteur. La reconnaissance des sons verbaux : reconnaissance des formes labiales, reconnaissance de mots mono- et dissyllabiques en liste fermée puis ouverte, compréhension de phrases en liste fermée puis ouverte. Les capacités d attention, d anticipation. Le raisonnement logique et l accès à l implicite. La pragmatique du langage, c est-à-dire son utilisation dans les situations concrètes de la vie quotidienne. La communication. Suite de l article p. 6

4 Interview de Jacques Dehaussy Christian Renard Nous poursuivons nos interviews des grandes figures de nos professions d ORL, d audioprothésistes et d orthophonistes avec, pour ce numéro, l interview par Christian Renard de Jacques Dehaussy, Docteur en Pharmacie, Lauréat de l Académie de Médecine, Président d Honneur du Collège National d Audioprothèse. Christian Renard (CR) : Pouvez-vous nous rappeler votre parcours professionnel? Quelles ont été les rencontres les plus marquantes et celles qui vous ont le plus influencé? Jacques Dehaussy (JD) : Si je prône la modestie comme qualité première de tout audioprothésiste (ce qui n est pas toujours le cas, hélas!) il faut bien reconnaître cependant qu il est toujours agréable de constater que l on ne vous a pas oublié... C est mon cas aujourd hui et j en suis flatté et fort gêné... Néanmoins, je veux bien admettre que je fais partie des quelques pionniers de la prothèse auditive en France, qui en 1949, année de mes débuts, émergeait avec bien du mal de l itinérance et de l empirisme le plus complet. Mais il n est pas possible d aborder cette question sans citer ceux qui, malheureusement, nous ont quitté et qui ont permis, par leur travail, que l Audioprothèse devienne ce qu elle est devenue. Et ma pensée ira d abord à notre maître à tous, J.E. Fournier, qui a introduit en France l audiométrie vocale créée aux États-Unis après la 2 e Guerre mondiale. Dans son livre L Audiométrie Vocale paru chez Maloine en 1951, Fournier décrit l application des épreuves d intelligibilité au diagnostic, à l expertise et à la correction prothétique des surdités. Et c est ainsi que grâce aux techniques qu il décrit et qui gardent encore maintenant tout leur intérêt, les méthodes d appareillage de correction auditive sortent de l empirisme pour devenir des méthodes rationnelles. De même, comment ne pas évoquer avec émotion Paul Veit et Geneviève Bizaguet qui ont consacré leur vie à l enfant sourd, à son dépistage et à son appareillage précoce, et dont les travaux font autorité. Enfin, et qu on me pardonne si ma liste n est pas exhaustive, parlons de notre ami de toujours, Johany Vayssette qui a été le premier en France à enseigner l appareillage auditif en 1950 dans le cadre du laboratoire de physique de la faculté de pharmacie de Paris... Et je tiens à revendiquer d avoir été l un de ses premiers élèves... avec Paul Veit, qui me l a d ailleurs un jour rappelé. Johany Vayssette ne l oublions pas, a été également le président fondateur du Collège National d Audioprothèse. Et puisque vous voulez que je vous parle de moi, je dirai que j ai eu la chance d avoir un père formidable qui a su me faire comprendre que ce qui compte avant tout dans la vie, c est le travail... Et j ai toujours dans l oreille ce qu il répétait à mon sujet à tous ceux qui voulaient l entendre : «J aimerais mieux le voir mort que le voir fainéant». Mais était-il vraiment sincère? J ai eu aussi un beau-père exceptionnel. André Boisse était un professeur de physique remarquable et aussi un homme de cœur. Je lui dois beaucoup et il m a énormément aidé dans mon travail de recherche. Dès qu il fut à la retraite, il s était consacré à l étude de l acoustique physique et son concours pour l enseignement était très recherché des médecins ORL et des audioprothésistes. Enfin, j ai eu aussi la chance d avoir deux très grands amis : L un, le professeur Louis Masse, était professeur de physique au laboratoire de physique médicale de la faculté mixte de médecine et de pharmacie de Lille. C est lui qui, vers 1952, m a fait entrer dans ce laboratoire où j ai été nommé moniteur, chargé de l enseignement de l audiométrie aux étudiants en médecine et en pharmacie ainsi qu aux candidats au diplôme d audioprothèse dont l enseignement venait d être créé par le professeur Decroix. C est également dans ce même laboratoire de physique médicale que j ai préparé ma thèse de doctorat en 1956 sous la direction de l éminent professeur Philippe Fabre qui était membre correspondant de l Académie de Médecine. Quant à mon second grand ami, «mon grand frère» comme je l appelais (mais qui était aussi mon «patron» étant donné que j étais attaché de son service d ORL) c était le professeur Gabriel Decroix, professeur de clinique ORL à la faculté de médecine de Lille. Sa réputation n est évidemment plus à faire. Il a été longtemps, comme on le sait, président de La Société Scientifique d Audioprothèse dont j étais le vice-président. J en viens maintenant à évoquer ma femme Hélène, malheureusement décédée il y a deux ans et demi. Elle était d une intelligence remarquable. Elle était pharmacien, bien sûr. Nous avions fait nos études ensemble. Diplômée de l Institut de Pharmacie Industrielle de Paris, elle a été longtemps pharmacien responsable du laboratoire de spécialités pharmaceutiques fondé par mon père, dont les produits étaient exportés dans le monde entier. Elle était aussi titulaire, entre autres, d un diplôme d homéopathie, délivré par la faculté de médecine de Lille, de même que d un certificat d études supérieures d optique. Mais elle était également une très bonne audioprothésiste qui était très aimée de ses patients. Elle avait obtenu le Certificat d Audiométrie Pratique, délivré par la faculté de médecine de Lille, ainsi que le diplôme universitaire de biophysique et d audiologie appliquées à la correction prothétique des surdités délivré par la faculté de pharmacie de Montpellier. En sus de ses qualités professionnelles, il faut aussi savoir qu elle était une excellente pilote de voltige aérienne, ce qui n est quand même pas courant! Elle possédait d ailleurs son avion de voltige personnel. Enfin, il faut également mentionner sa passion pour les arts martiaux qu elle pratiquait régulièrement et qui l avait amenée à être 2 e dan de kendo. Sans l épouse que j ai eue, je n aurais jamais pu faire la carrière qui a été la mienne, je tenais, ici, à lui rendre hommage. Mais je ne peux pas, en terminant, ne pas citer la personnalité qui a été et qui restera toujours mon maître à penser : le professeur Vladimir Jankélévitch. C était à Toulouse, la dernière année de la guerre... l année de tous les dangers. On se cachait... Et cette annéelà, je préparais mon Bac de philo... sans aller au lycée! C est ainsi que, pendant presque un an, j ai eu l immense privilège d être, à ma connaissance, l unique élève du professeur Jankélévitch qui restera un des plus grands philosophes de notre époque. C est lui qui, le mieux, m a appris à penser et à réfléchir... Avec lui, la philosophie devenait simple et passionnante. Je dois beaucoup à ce maître exceptionnel qui m a appris à mieux comprendre les hommes. 4

5 Je viens d évoquer tous ceux qui dans ma vie m ont le plus marqué et qui m ont aidé à être un audioprothésiste qui a aimé passionnément son métier. CR : Qu est-ce qui dans votre exercice professionnel a été le plus enthousiasmant? JD : Certes, la technique est fondamentale dans l appareillage auditif et, comme elle évolue constamment il est nécessaire de se tenir au courant des progrès réalisés dans ce domaine. Cependant il ne faut pas oublier l importance primordiale de l aspect psychologique du problème de l appareillage. Ce serait une impardonnable erreur que de considérer qu un appareillage se résume à la correction d une déficience auditive quelles que soient les difficultés techniques qu elle implique. Il s agit, en effet, de rétablir la communication et de réhabiliter, par là même, une personne handicapée et complexée et parfois très malheureuse avec tout ce que cela comporte de psychologie, d humanité, de tact, de gentillesse et de compréhension. Et que dire de la souffrance des parents d enfants handicapés! Il faut absolument qu entre le patient et l audioprothésiste s établisse un courant de confiance, et je dirai même d amitié. C est là, il me semble, la condition première pour réussir un appareillage. La connaissance de la psychologie de ceux qui souffrent et les amitiés parfois exceptionnelles que j ai pu personnellement lier avec certains de mes patients au cours de ma carrière, représentent la plus grande satisfaction que m a procuré ma profession. CR : Vous avez été un pionnier dans le domaine de l audiologie grâce à vos travaux de recherche et d application, notamment sur la stéréophonie. Pouvez-vous nous en rappeler les aspects principaux? JD : Si le professeur Decroix et moi avons été effectivement les pionniers de la stéréophonie audioprothétique, il ne faudrait pas oublier pour autant les importants travaux qu un certain nombre d auteurs étrangers, en particulier, ont consacrés à ce sujet et je citerai, entre autres, Hirsh, Hahlbrock, Carhart, Nordlund, Sedee, Feldmann, Hennebert, à qui je rends hommage. Puisque vous me demandez de faire un petit historique de cette question, je vous dirai que, dès l apparition des premiers contours d oreille, le professeur Decroix et moi avons immédiatement senti que le moment était proche où il allait devenir possible de rétablir, de façon courante, la fonction binaurale des déficients auditifs puisque ces prothèses satisfaisaient aux conditions essentielles de sa restauration, en l occurrence, l indépendance fonctionnelle des deux oreilles et la captation des sons au niveau de l oreille stimulée. Cette idée d emblée nous enthousiasma, car nous pensions que l appareillage des déficients auditifs allait enfin pouvoir devenir logique et ne plus transformer les malentendants en «borgnes de l ouïe», expression qui fut reprise bien souvent par la suite. Les premiers essais d appareillages stéréophoniques que nous avons effectués aux alentours de l année 1958 nous avaient encouragés à persévérer dans cette voie et, très rapidement, nous étions parvenus à élaborer une méthode d équilibrage inter auriculaire et un dispositif adapté que nous avons appelé, par la suite, le «stéréoéquilibreur». Puis nous avons cherché, avec le professeur Decroix, à codifier une méthode rationnelle d adaptation stéréophonique des prothèses et une série d épreuves visant à en contrôler l efficacité. C est, qu en effet, l objectif des appareillages stéréophoniques n était plus seulement d améliorer l intelligibilité des déficients auditifs pour les conversations en tête-à-tête, mais surtout d améliorer les possibilités de localisation sonore spatiale et de discrimination de la parole en présence de sources sonores perturbatrices, résultats impossibles à obtenir avec les audioprothèses monaurales. Ainsi donc, toute la gamme des épreuves audiométriques vocales classiques de contrôle prothétique pratiquées en champ libre et dans le silence pour évaluer l efficacité des appareillages monotiques, devenait insuffisante pour mettre en évidence l intérêt réel des appareillages stéréophoniques. Et c est ainsi qu avec le professeur Decroix, nous avons proposé en 1961 le terme Stéreaudiométrie pour qualifier l ensemble des épreuves ayant pour objet l évaluation de l orientation auditive et la mesure de l intelligibilité en présence de sources sonores perturbatrices. Dès lors, le contrôle de l efficacité réelle des appareillages stéréophoniques devint possible sous l angle de la stéréoacousie. Alors que, jusque là, l audiométrie se pratiquait invariablement soit au casque, soit en champ libre avec un seul haut-parleur que l on plaçait en face du sujet, l originalité de la stéréaudiométrie a été d introduire une notion nouvelle dans la pratique courante de la mesure de l audition, à savoir, l importance de la répartition spatiale des sources sonores dans l évaluation de l intelligibilité et l intérêt de mettre en évidence l aptitude du sujet à les localiser. En 1964, le professeur Decroix et moi avons publié un petit ouvrage que nous avons intitulé Stéréaudiométrie et appareillages stéréophoniques. Notions nouvelles sur la correction audioprothétique des surdités. Par ailleurs, à peu près à la même époque, nous avons réalisé un film sur la restauration de l audition binaurale par appareillage stéréophonique. Ce film a été projeté dans de nombreux congrès nationaux et internationaux réunissant audioprothésistes et médecins. Je pense qu il a contribué à sensibiliser l ensemble des audioprothésistes, du corps médical et des Pouvoirs Publics au problème de la stéréophonie prothétique. L histoire de l appareillage stéréophonique serait encore longue à évoquer. Elle est d ailleurs loin d être terminée, car son étude est intimement liée à celle de la fonction binaurale qui fait intervenir des phénomènes centraux extrêmement complexes et encore mal connus. Quoi qu il en soit, on peut dire que l appareillage en stéréophonie a maintenant acquis «droit de cité», bien que cela ne se soit pas fait, comme vous vous en doutez, sans critiques de toutes sortes. Mais il est difficile de vouloir à tout prix nier ce qui est simplement logique. L appareillage stéréophonique est l appareillage normal, celui du simple bon sens qu il s agisse d enfants, d adultes ou de malentendants du troisième âge. La prothèse stéréophonique est la seule prothèse qui tend à rapprocher au maximum le déficient auditif du sujet auditivement normal. CR : À la fin de votre longue carrière, avez-vous des regrets? JD : Je crois qu il serait injuste de ne pas reconnaître que ma vie professionnelle a été remplie de nombreuses satisfactions et, très sérieusement, je ne pense pas avoir le droit de formuler des regrets. Je n ai pas eu de fils pour me succéder à la tête de mon laboratoire d audioprothèse, mais j ai la chance d avoir un successeur qui, avec son épouse, me remplissent de bonheur par leur gentillesse et leurs qualités professionnelles et humaines. Que puis-je demander de plus... sinon la santé? 5

6 Souvenirs de Hong Kong Le contrôle vocal. L intelligibilité de la parole. Cette rééducation se fera à raison d une ou plusieurs séances par semaine, en présence ou non du conjoint, l entourage étant régulièrement rencontré, informé et conseillé. L orthophoniste apportera en effet à l entourage familial ou institutionnel une information sur la surdité et ses effets dans la vie quotidienne, une reprise de l information sur les aides auditives, un ensemble de conseils... L objectif est de changer le regard des personnes entourant la personne malentendante en les aidant à mieux comprendre l impact de la déficience auditive dans la vie de tous les jours et par conséquent mieux savoir ce qu il faut faire et ne pas faire en sa présence. Le maintien de la communication étant toujours au cœur de cette prise en charge. Parallèlement à la prise en charge du patient malentendant, l orthophoniste Adresse au médecin prescripteur un compte rendu du bilan réalisé ; Entre en contact avec les autres professionnels qui s occupent du patient (audioprothésiste, auxiliaire de vie, infirmière, neurologue, kinésithérapeute, ORL, psychologue...) ; Peut être amené, à l issue du bilan ou lors du traitement, à demander des examens complémentaires. L orthophoniste trouve ainsi pleinement sa place dans l équipe interdisciplinaire autour du patient malentendant. Il contribue par là même au mieux être de la personne presbyacousique. L abus de codéine est-il ototoxique? D r Christian Meyer-Bisch C est en tout cas une question posée par Monica Bray, audiologiste australienne, lors du dernier congrès de la Société Internationale d Audiologie (ISA) qui s est tenu en juin dernier à Hong Kong. Si plusieurs cas de surdité liés à l abus d hydrocodone (opioïde de synthèse) ont été publiés ces dernières années, la toxicité de la codéine sur l oreille n est pas connue. Monica Bray a colligé dix observations troublantes chez des patients des deux sexes, âgés de 24 à 64 ans. L atteinte auditive s est installée en quelques mois, mais s est manifestée quatre fois par une surdité brusque. Dans tous les cas, elle était accompagnée d acouphènes bilatéraux, sans atteinte vestibulaire. L IRM et le scanner ne montraient aucune anomalie. La codéine (30 mg) était toujours associée au paracétamol, à raison de 8 à 20 unités par jour depuis plusieurs années, originellement prescrite pour des phénomènes douloureux. Le bilan biologique a montré une macrocytose, le VGM étant supérieur à 100 fl (µm 3 ), comme avec l hydrocodone. La prescription d antalgiques contenant de la codéine devrait tenir compte de ce risque et la recherche de ce type d intoxication chronique éventuelle devrait être instaurée en cas de surdité brusque ou d hypoacousie inexpliquée d installation rapide. L ISA organise un congrès tous les 2 ans. Celui-ci rassemble 400 audiologistes de 40 pays et de toute formation, ce qui en fait un lieu d échanges transdisciplinaires particulièrement riches (plus de 200 présentations). Le prochain se tiendra en 2010 à São Paulo, en 2012 à Moscou, puis à Sydney. L organe officiel de l ISA est l International Journal of Audiology. A propos du livre «Pratique de la musique acoustique - Guide de prévention du risque auditif» Mathieu Del Rio Tout le monde s accorde aujourd hui à reconnaître l existence d un risque auditif lié à la production de la musique, même non amplifiée. Pour prévenir ce risque, sans le dramatiser, une même information doit être mise à la disposition de tous, musiciensinterprètes, enseignants, techniciens et gestionnaires. Comprendre la charge sonore inhérente à la musique, connaître le fonctionnement de l oreille, s intéresser enfin aux moyens de la prévention, tels sont les trois thèmes principaux développés dans ce guide accessible à tous. L auteur, Christian Meyer-Bisch, nous rappelle d abord quelques notions d acoustique comme l importance du mesurage en dba, ainsi que la nécessité d intégrer les sons fluctuants comme dans la musique pour obtenir des niveaux équivalents. 6

7 Après un rappel clair du fonctionnement de l oreille ainsi que des atteintes possibles du système auditif, Christian Meyer-Bisch précise que les niveaux d exposition sonore des musiciens sont élevés et dépendent de différents facteurs comme l emplacement, l instrument... mais ces valeurs restent heureusement limitées en moyenne. Des variations existent et un suivi audiométrique est de toute façon nécessaire. Les mesures préventives (à partir de 80 dba, 8h) sont donc indispensables, et la réglementation récente donne une limite d exposition ne devant pas dépasser 87 dba (8h). Le service de santé au travail se doit de conseiller, d encadrer et de limiter les risques auditifs pouvant toucher les musiciens. Les mesures sonométriques vont préciser les niveaux sonores et les musiciens exposés à plus de 80 dba doivent être informés et formés aux risques. La baisse du risque pourra alors se faire en tenant compte de l acoustique de la salle, du choix des œuvres, de la disposition de l orchestre..., privilégier les mesures collectives étant la règle (écrans, paresons...). Quand c est nécessaire, la protection individuelle doit permettre de rester en deçà de la valeur limite d exposition. Les protecteurs doivent être mis à disposition de tous les musiciens qui doivent être formés à leur bonne utilisation. Le rôle du médecin du travail est alors fondamental dans les contrôles audiométriques préventifs, ainsi que dans la mise en place d éventuels plans d action. On ne peut que conseiller cet ouvrage clair, concis et très bien illustré qui permet d enrichir les connaissances de tous les passionnés de musique et d audition. Pratique de la musique acoustique Guide de prévention du risque auditif Christian Meyer-Bisch Docteur en médecine - Consultant en audiologie et en santé communautaire Édité par l Association Française des Orchestres AFO éditions, novembre pages, 8 euros TTC Adhésion à la SFA Délégués SFA SFA La revue SFA-News est éditée par la Société Française d Audiologie (SFA). Pour adhérer à la SFA, soumettre sa candidature à l'une de ces 3 personnes : FRANÇOIS LE HER Président en exercice 41, rue de la Tour de Beurre Rouen - Tél : Mél : MARTINE OHRESSER Secrétaire Général 10, rue Falguière Paris - Tél : Mél : RENÉ DAUMAN Chargé des Relations Internationales Service ORL, Unité d audiologie Bât. PQR. Groupe hospitalier Pellegrin Bordeaux - Tél : Mél : Le candidat doit être parrainé par deux membres de la Société (voir liste sur le site B U R E A U Président en exercice : François Le Her, audioprothésiste à Rouen Secrétaire Général : D r Martine Ohresser, ORL à Paris Secrétaire Général Adjoint : Éric Bizaguet, audioprothésiste à Paris Trésorier : D r Christian Meyer-Bisch, médecin consultant en acoustique à Lyon Trésorier adjoint : D r Catherine Gohler, ORL à Poitiers Chargé des relations internationales : P r René Dauman, ORL à Bordeaux SFA Auprès des Audioprothésistes François LE HER Orthophonistes Martial FRANZONI et Nicole DENNI-KRICHEL ORL Didier BOUCCARA N hésitez pas à vous adresser à eux si vous avez une question, un projet à nous soumettre, des nouvelles de la profession à transmettre, etc. A N N O N C E D E C O N G R E S EFAS, Ténérife, juin 2009 René Dauman L histoire de la SFA est intimement liée à celle de l EFAS (European Federation of Audiology Societies). Celle-ci a en effet recommandé, dès sa création en 1992, que soit structurée dans chaque pays européen qui n en était pas encore pourvu, une société nationale d audiologie, et la nôtre fut créée en Après les Pays-Bas (Noordwijkerhout) en 1995, la République Tchèque (Prague) en 1997, la Finlande (Oulu) en 1999, la France (Bordeaux) en 2001, la Grèce (Crète) en 2003, la Suède (Göteborg) en 2005, et l Allemagne (Heidelberg) en 2007, c est au tour de l Espagne d organiser le prochain congrès. Le D r José Barajas nous invite tous à Puerto de la Cruz, Ténérife, la plus grande des îles Canaries, du 22 au 24 juin 2009 (www.efas2009.org). L inscription au congrès et la cérémonie d ouverture auront lieu dès le dimanche 21. Au cours des trois jours qui suivront, tous les grands thèmes de l audiologie seront abordés : presbyacousie, diagnostic et électrophysiologie, apport de la génétique et des sciences fondamentales au domaine de l audition, aides auditives (y compris en conduction osseuse), rééducation de l audition, troubles centraux de l audition, implants cochléaires, environnement scolaire du jeune enfant sourd, programmes d éducation précoce, adaptation prothétique après dépistage néonatal de la surdité, prothèses auditives implantées, maladie de Menière, progrès technologiques dans les aides auditives, surdité causée par le bruit, audiologie pédiatrique, protection de l audition au travail et dans les loisirs, psychoacoustique, aspects psychologiques et linguistiques de l enfant sourd, audiométrie vocale, acouphènes et hyperacousie, troubles de l équilibre. 7

8 Soyons nombreux à marquer notre attachement à l EFAS et défendre les couleurs de l audiologie française! Congrès et réunions ORL : X e Congrès de la SFA Audition et Mémoire 19, 20 et 21 Novembre 2009, Deauville Notre X e congrès se tiendra à Deauville du 19 au 21 novembre 2009, notez dès maintenant cette date dans votre calendrier. 7 e Colloque ACFOS, Espace Reuilly, Paris 12 e novembre e Assises d ORL, Acropolis, Nice, 5-7 février e Congrès Mondial d ORL, São Paulo, Brésil, 1 er -5 juin www. ifossaopaulo2009.com.br 21 e Symposium international sur les potentiels évoqués auditifs IERASG, Rio de Janeiro, Brésil, 8-11 juin e Congrès de l EFAS (European Federation of Audiology Societies), Ténérife, Îles Canaries, Espagne, juin S. Guichard - 11/08 Traitement à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l exclusion de la maladie d Alzheimer et des autres démences) TANAKAN 40 mg, comprimé enrobé. TANAKAN 40 mg/ml, solution buvable. COMPOSITION : Comprimé : Extrait de Ginkgo biloba standardisé (EGb 761 ) titré à 24 % d'hétérosides de Ginkgo et 6 % de Ginkgolides-bilobalide 40,00 mg. EXCIPIENT À EFFET NOTOIRE : lactose monohydraté : 82,5 mg (cf. mises en garde), pour un comprimé enrobé. Solution buvable : Extrait de Ginkgo biloba standardisé (EGb 761 ) titré à 24 % d'hétérosides de Ginkgo et 6 % de Ginkgolides-bilobalide 4,00 g. Excipients : saccharine sodique, huile essentielle d'orange soluble, huile essentielle de citron soluble, alcool (cf. mises en garde), eau purifiée. Pour 100,00 ml. Indications thérapeutiques : Traitement à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l exclusion de la maladie d Alzheimer et des autres démences). Traitement symptomatique de la claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs (au stade 2). N.B. : Cette indication repose sur des essais cliniques en double aveugle par rapport à un placebo qui montrent une augmentation du périmètre de marche d'au moins 50 % chez 50 à 60 % des malades traités contre 20 à 40 % des malades suivant uniquement des règles hygiénodiététiques. Traitement d appoint des baisses d acuité et troubles du champ visuel présumés d origine vasculaire. Traitement d appoint des baisses d acuité auditive et de certains syndromes vertigineux et/ou acouphènes présumés d origine vasculaire. Amélioration du phénomène de Raynaud. Posologie et mode d'administration : Comprimé : Voie orale. 3 comprimés par jour à prendre au moment des repas. CTJ : 0,52 à 0,54. Solution buvable : Utiliser la mesurette graduée : 1 dose = 1 ml de solution buvable = 40 mg d'extrait pur. 3 doses (3 ml) par jour, à répartir dans la journée. Les doses sont à diluer dans un demi-verre d'eau et à prendre au moment des repas. CTJ : 0,51 à 0,53. Contre-indications : Hypersensibilité à l un des constituants du comprimé ou à l'un des constituants de la solution buvable. Mises en garde : Galactosémie congénitale, syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou déficit en lactase, en raison de la présence de lactose. Solution buvable : ATTENTION : LE TITRE ALCOOLIQUE DE CE MEDICAMENT EST DE 57%V/V, SOIT 0,45 g D'ALCOOL PAR UNITE DE PRISE (POUR 1 DOSE). Grossesse et allaitement : Utilisation déconseillée pendant la grossesse ou l allaitement. Effets indésirables : Rarement troubles digestifs, troubles cutanés, céphalées. Pharmacodynamie : VASODILATATEUR PERIPHERIQUE. AMM-DONNEES ADMINISTRATIVES : : 30 comprimés sous plaquettes thermoformées (aluminium-pvc) : 90 comprimés sous plaquettes thermoformées (aluminium-pvc) : 30 ml en flacon avec mesurette graduée (verre brun) : 90 ml en flacon (verre brun) avec mesurette graduée. Remb. Séc. Soc. à 35 %. Agr. Coll. Prix public, boîte de 30 comprimés : 5,44. Prix public, boîte de 90 comprimés : 15,69. Prix public, flacon de 30 ml : 5,36. Prix public, flacon de 90 ml : 15,46. DATE DE MISE A JOUR : Octobre REF : TK(cp-sb)R-V05. EXPLOITANT : BEAUFOUR IPSEN Pharma (en cours de transfert vers IPSEN PHARMA) 65 quai Georges Gorse Boulogne-Billancourt. Tél : Information médicale : remboursement à 35% pour toutes ses indications ** Boîtes de 30 et 90 comprimés. Flacons de solution buvable de 30 et 90 ml. *Innover pour mieux soigner

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie

Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Département Universitaire d Enseignement et de Formation en Orthophonie Pr LAMAS 12H PUPH Rappel Anatomique et Physiologique Exploration clinique et Paraclinique Pathologie oreille externe Oreille interne

Plus en détail

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation

Plus en détail

REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE

REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE REFLEXION AUTOUR DES SUPPORTS DE FORMATION ET D INFORMATION EN AUDIOMETRIE ADULTE Mme Joëlle SERRES, Infirmière Mme Dominique SZELIGA, Cadre de santé Consultations ORL Service du Professeur V. DARROUZET

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

É d i t o r i a l. Mesures de la perception de la parole

É d i t o r i a l. Mesures de la perception de la parole É d i t o r i a l L activité d audioprothésiste évolue au rythme des progrès technologiques, ce qui oblige à une formation continue permettant à l ensemble de la profession d améliorer sans cesse la qualité

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le D r Françoise Artières, ORL, succède à François Le Her, audioprothésiste.

CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE Le D r Françoise Artières, ORL, succède à François Le Her, audioprothésiste. É d i t o r i a l Chers collègues, chers amis, La présidence tournante de la Société Française d Audiologie étant effective depuis quatre ans, c est maintenant à un ORL de succéder à François Le Her, audioprothésiste,

Plus en détail

U.F.R. de MEDECINE ET DES TECHNIQUES MEDICALES

U.F.R. de MEDECINE ET DES TECHNIQUES MEDICALES U.F.R. de MEDECINE ET DES TECHNIQUES MEDICALES Certificat de Capacité d ORTHOPHONISTE 1, rue Gaston Veil - 44035 NANTES Directeur de l Ecole d Orthophonie : Pr Philippe Bordure Directrice Pédagogique :

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA PARAMEDICAL Métiers et formations Centre d information et d orientation de NOUMEA Santé et paramédical Soins médicaux médecin, chirurgien dentaire, pharmacien, sage-femme Soins paramédicaux infirmier,

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale

Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale Garantie Senior Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généraliste et spécialistes 150% Analyses et examens

Plus en détail

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts IACAPAP version française 2004 p. 1 Statuts de L Association

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES?

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? Sommaire 1 ère partie : Les aides techniques I. Appareils de correction auditive & implant d oreille moyenne (dont le BAHA) 1. Les prestations pour tous

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

O I L V I E V R AIME SA FM

O I L V I E V R AIME SA FM OLIVER AIME SA FM «Les livres «Oliver l enfant qui entendait mal» et «Oliver aime sa FM» sont dédiés à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à notre famille, à nos amis et aux professionnels qui s

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES IED PARIS 8 A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES La procédure d équivalence permet de dispenser les étudiants de certains enseignements dans la mesure où ils peuvent justifier de l acquisition

Plus en détail

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année!

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année! Québec, le 3 mars 2011 Liste préliminaire des conférenciers et des sujets traités Colloque 2011 de l APAPI 24, 25, 26 et 27 mai 2011 Afin de débuter vos demandes de libération pour le colloque 2011 avant

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130 Sommaire 1) Préambule...3 2) Le CAMPUS de formation...4 3) L Institut de Formation en Psychomotricité (I.F.P.)...5 4) Le statut des étudiants en psychomotricité...5 5) Les conditions d inscription aux

Plus en détail

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier L évolution des rôles en soins infirmiers Un changement à s approprier Les formateurs Louise Leduc Coordonnatrice du développement clinique de la pratique en soins infirmiers, DPSSS-DSI Stéphane Gagnon

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION -

PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - PREVENTION DES RISQUES AUDITIFS FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA DIFFUSION ET DE L ENSEIGNEMENT MUSICAL - REGLEMENTATION - Contexte et caractéristiques du risque auditif Un organe auditif complexe, fragile

Plus en détail

Les épreuves écrites obligatoires de la session 2015 se dérouleront à partir du lundi 11 mai 2015 selon le calendrier joint en annexe I.

Les épreuves écrites obligatoires de la session 2015 se dérouleront à partir du lundi 11 mai 2015 selon le calendrier joint en annexe I. Aix-en-Provence, le 08 décembre 2014 Le recteur de l'académie d'aix-marseille Chancelier des Universités à Rectorat Division des examens et concours Dossier suivi par Prénom Nom Téléphone 04 42 91 72 00

Plus en détail

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2 @-SOF La newsletter des Orthoptistes Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014 La présidente Dans ce numéro : Le nouveau site du SOF 2 La formation continue 3 Thèmes de Formations

Plus en détail

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte Sommaire Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte Introduction......................................................... 3 1. Requis matériels...................................................

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte. Audiogrammes commentés

Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte. Audiogrammes commentés Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l Adulte Audiogrammes commentés La solution intelligente qui répond à vos besoins Itera Audiométrie vocale Boutons rotatifs intelligents Tests spéciaux Simulateur

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Liste des moyens auxiliaires

Liste des moyens auxiliaires Annexe 25 Liste des moyens auxiliaires 1 Prothèses Remboursement selon convention tarifaire avec l Association suisse des techniciens en orthopédie (ASTO). 1.01 Prothèses fonctionnelles définitives pour

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

La FNSF est membre de la Fédération Mondiale des Sourds (FMS), de l Union Européenne des Sourds

La FNSF est membre de la Fédération Mondiale des Sourds (FMS), de l Union Européenne des Sourds Fédération Nationale des Sourds de France Siège Administratif : 41, rue Joseph Python 75020 PARIS Fax : 01 40 30 18 21 - E-mail : contact@fnsf.org Reconnue d'utilité Publique - décret du 24 septembre 1982

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels?

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels? , vol. 26, no. 1, 2005 RENCONTRE AVEC Guy FOURNIER (1925-2005) Guy Fournier raconte d abord sa «rencontre» avec la psychologie en la personne du père Mailloux. Ses souvenirs portent ensuite sur son travail

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité Tests de dépistage chez le nouveau-né Informations générales pour les parents Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité La brochure vous fournit des informations sur le test de Guthrie (hielprik

Plus en détail

DEMANDE DE BOURSE Note : Ce formulaire ne peut pas être utilisé pour une demande de stage ou de voyage d étude.

DEMANDE DE BOURSE Note : Ce formulaire ne peut pas être utilisé pour une demande de stage ou de voyage d étude. AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE (AIEA) WAGRAMER STRASSE 5, P.O. Box 100, A-1400 VIENNA (AUSTRIA) TELEPHONE (+43 1) 2600, FACSIMILE: (+43 1) 26007 E-MAIL: Official.Mail@iaea.org, TC WEB SITE:

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit

Comprendre les troubles spécifiques du langage écrit Livret de suivi de l élève l élève l é ve... né(e) le..... /..... /..... C o n t a c t s L inspection académique de votre département IA 22 6 et 8 place du Champs de Mars - BP 2369-22023 St-Brieuc IA 29

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail.

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail. 40 à 60 db(a) Il faut le savoir Pour une journée de travail de 8 h, votre audition est en danger à partir de 80 db(a). Au-delà de 130 db(a), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généralistes et spécialistes 150% Analyses

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Article 4 - MEMBRES. Article 5 - CONDITIONS D ADHÉSION & COTISATION. Article 5 - DÉMISSION / RADIATION

Article 4 - MEMBRES. Article 5 - CONDITIONS D ADHÉSION & COTISATION. Article 5 - DÉMISSION / RADIATION Démarche Précoce d Insertion socioprofessionnelle Direction nationale - 14, rue Colbert - 56100 Lorient Tél. 0297 350828 Fax. 0297350338 direction@cometefrance.com www.cometefrance.com STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail