Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1)"

Transcription

1 Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec Décision : 7028 Prise le : 9 février 2000 Dossier : En vertu de : Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1) LITIGE ENTRE : LE SYNDICAT DES PRODUCTEURS DE BOIS DU SAGUENAY LAC-ST-JEAN 422, rue Racine est Chicoutimi (Québec) G7H 1T3 ET FOREX CHAMBORD INC. 120 Route 155, C.P. 40 Chambord (Québec) G0W 1G0 OBJET : Arbitrage d un litige en vertu de l article 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche Étaient présents : Président : Régisseurs : Comparutions : Monsieur Normand Bolduc Monsieur Jean-Claude Dumas Madame Claire-Hélène Hovington Me Pierre Brosseau, pour le Syndicat Me Marcel Gagnon, pour Forex Chambord inc. 201 boulevard Crémazie Est Montréal (Québec) H2M 1L3 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)

2 2 DÉCISION 1. LA DEMANDE Le 21 juin 1999, le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint- Jean, ci-après le Syndicat, soumettait à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec une demande d arbitrage pour le contrat d achat de matière ligneuse, pour l année 1999, avec Forex Chambord inc., ci-après Forex, conformément à l article 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. En septembre 1998, les parties dénoncent le contrat se terminant le 31 décembre Les parties se sont rencontrées par la suite à cinq reprises en séance de négociation, soit les 28 octobre et 10 novembre 1998, les 4 janvier, 16 février et 26 avril Selon le Syndicat, les parties ont convenu de l ensemble des éléments sauf les prix qui sont demeurés en litige. Le 27 avril 1999, le Syndicat demandait à la Régie de nommer un conciliateur au dossier pour tenter de dénouer le litige portant sur les prix. La Régie a désigné madame Lise Bergeron à titre de conciliatrice. La conciliation a eu lieu le 16 juin 1999 à Chicoutimi. Cette séance n ayant pas permis d en arriver à une entente, la conciliatrice, dans son rapport de conciliation du 22 juin 1999, indique que : «la rencontre de conciliation n a pas permis aux parties d en venir à une entente sur le litige portant sur les prix, objet de la conciliation.» Le 21 juin 1999, le Syndicat adressait une demande d arbitrage du différend portant sur les prix à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. L arbitrage s est tenu les 26 et 27 octobre 1999 à Chicoutimi. Alors que la Régie avait commencé à délibérer, elle a reçu, le 24 novembre 1999, une demande du procureur du Syndicat de reprendre la séance d arbitrage pour qu il puisse déposer une preuve supplémentaire. Le 5 janvier dernier, Me Brosseau informait la Régie qu il retirait cette demande. 2. LA SÉANCE D ARBITRAGE Les personnes présentes : Pour le Syndicat : Témoin : Pour Forex : Témoins : Me Pierre Brosseau, avocat M. Richard Harvey, président M. Jean-Louis Vigneault, directeur général M. René-Claude Bergeron, directeur de la mise en marché et porteparole du comité de négociation M. Marcel Marcheterre, responsable de la mise en marché des producteurs, Fédération des producteurs de bois du Québec M. André Salesse, comptable agréé, expert conseil Me Marcel Gagnon, avocat M. Jean-Guy Mailloux, responsable des approvisionnements pour l usine de Chambord M. Robert Fournier, directeur M. Jean-François Côté, ingénieur forestier, M. sc., Consultants forestiers DGR inc. M. André McNeil, ingénieur forestier, Groupe McNeil inc. M. Yvon Lussier, ingénieur forestier, Groupe McNeil inc.

3 3 3. LA LOI ET LE CADRE RÉGLEMENTAIRE Les articles 112, 115 et 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche s appliquent : «Article 112. À la demande d un office, toute personne ou société engagée dans la mise en marché d un produit visé par un plan est tenue de négocier avec lui ou avec son agent de négociation toute condition et modalité de production et de mise en marché de ce produit.» «Article 115. À défaut d entente entre l office et une autre personne ou société engagée dans une mise en marché du produit visé par un plan, la Régie, à la demande de l un des intéressés, nomme un conciliateur chargé de conférer avec les parties en vue d en arriver à une entente. Le conciliateur fait rapport à la Régie dans le délai qu elle détermine ou dont les intéressés conviennent par écrit.» «Article 116. Si la conciliation n a pas permis de parvenir à une entente, la Régie arbitre le différend à la demande de l un des intéressés. La Régie peut établir un mode d arbitrage différent si elle le juge opportun dans les circonstances; en ce cas, elle peut nommer un ou plusieurs arbitres et fixer le délai dont ils disposent pour rendre leur décision.» L article 14 du contrat d achat de matière ligneuse : «Article 14. Durée de la convention et réouverture de l entente La présente convention vaudra pour une période de cinq (5) ans tel que mentionné à l annexe «C». Les parties conviennent cependant que les prix seront négociés annuellement entre les parties à compter de la deuxième année du contrat, conformément aux dispositions des présentes. Les parties conviennent également que ce contrat pourra, à son terme, d un commun accord entre elles, être renouvelé automatiquement pour une période de cinq (5) ans. Cependant pour y mettre fin ou pour en modifier le contenu, la période ou les conditions, un avis écrit et recommandé à l une des parties devra parvenir à l autre partie avant le 1 er septembre 1997, spécifiant les articles à être négociés, s il y a lieu. Les négociations devront se faire entre le 1 er octobre 1997 et le 30 novembre Si les parties ne peuvent s entendre lors de cette négociation annuelle, leur différend devra être soumis à la conciliation et, si requis, à l arbitrage selon les dispositions de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles du Québec. PCI versera le dernier prix en vigueur tant et aussi longtemps que le nouveau prix annuel n aura pas été établi suivant l une ou l autre des dispositions de cet article, c est-à-dire pendant la période comprise entre le 1 er janvier de l année visée par cette négociation et la signature de l avenant annuel, ou jusqu à ce qu une décision arbitrale ait été rendue. Le nouveau prix entrera cependant en vigueur rétroactivement au 1 er janvier de l année concernée. Il est également convenu que pendant cette période, toutes les livraisons continueront selon le programme de livraison établi à l annexe «C».» 4. L OBJET DU LITIGE Le Syndicat prétend que lors d une rencontre de négociation tenue le 28 octobre 1998, les parties avaient convenu que les termes du contrat en vigueur en 1998 convenaient aux deux parties et qu elles étaient d accord pour le prolonger.

4 4 Forex considère que le différend porte sur l ensemble de la convention car les articles convenus en négociation étaient, selon elle, conditionnels à un accord global. En absence de cet accord global, Forex indique plus particulièrement, mais non de façon limitative, que les clauses en litige concernent les articles 3, 8, 14 et 19 ainsi que les annexes A, B et C. Considérant l interprétation différente que les parties accordent au rapport de conciliation, la Régie accepte de recevoir les informations transmises par les parties et décide qu elle analysera le dossier dans son ensemble. 5. LES REPRÉSENTATIONS 5.1 Le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint-Jean En alternance, MM. René-Claude Bergeron et Jean-Louis Vigneault présentent la position du Syndicat. Prix d achat du bois rond livré à l usine (annexe B) Le Syndicat demande que le prix d achat du bois rond soit majoré de 7,25 $ m 3 à compter du 1 er janvier Prix 1998 Prix demandé 1999 Bois tronçonné 36,50 $ m 3 43,75 $ m 3 Bois en longueur 33,50 $ m 3 40,75 $ m 3 Cette demande d augmentation du prix du bois est justifiée et motivée par les éléments suivants : - les perspectives de profit de l industrie du panneau gaufré pour les prochaines années; - la performance et la rentabilité de l industrie du panneau (+ 31,7 %); - l augmentation de la tarification gouvernementale ainsi que les coûts d approvisionnement en forêt publique; - le prix payé pour du bois de forêt privée de d autres régions; - le marché captif. L évolution du marché du panneau OSB («oriented strand board») La production de panneaux OSB est destinée au secteur de la construction. Près de 80 % de la production canadienne est destinée au marché américain. Le secteur du panneau OSB, en Amérique du Nord, connaît depuis dix ans une croissance exceptionnelle. Cette situation découle de l effet de remplacement du contreplaqué qui est plus coûteux à produire compte tenu de l utilisation d une matière ligneuse plus dispendieuse et de moins en moins disponible (le bois de qualité déroulage). De 1988 à 1998, les livraisons des usines canadiennes sont passées de milliards de pieds carrés 7/16 à milliards de pieds carrés 7/16 pour un taux de croissance annuel moyen de 14,3 % durant cette période (source : Statistiques Canada ). Actuellement, les prix de vente dépassent les 400 $/1 000 pieds carrés 7/16 (source : Random Lengths). Les entreprises dégagent des profits appréciables car les coûts de production sont sous les 200 $/1 000 pieds carrés 7/16.

5 5 Étant donné la consommation importante de bois par les usines, la croissance de la capacité sera freinée à moyen terme par la disponibilité de matière ligneuse. Le coût de la matière première va augmenter du fait que le secteur se trouvera en concurrence avec d autres industries pour ses approvisionnements. Actuellement, le panneau OSB occupe déjà plus de 50 % du marché traditionnel de contreplaqué, alors que ce niveau devait être atteint seulement vers l an La demande pour ce type de panneau tend à s accentuer puisque le contreplaqué, produit destiné aux mêmes utilisations que le panneau OSB, continue de perdre des parts de marché faute d approvisionnement en bois de qualité suffisante. La consommation de panneau OSB a augmenté de façon constante depuis 1990, soit de l ordre de 9 % à 11 % par année. Ces panneaux occupaient alors 25 % du marché des panneaux structuraux. En 1998, leur part de marché s élevait à 48 %. En 1999, la capacité de production nord-américaine de panneaux OSB est de 21,48 milliards de pieds carrés. La production canadienne représente près de 40 % de la production nord-américaine. Entre 1995 et 1999, la capacité de production du panneau OSB a augmenté de 54 % au Canada. Elle est passée de 4,03 milliards de pieds carrés à 8,82 milliards de pieds carrés. Le marché visé par cette croissance est le marché américain où environ 80 % de la production est exportée. Les prix des panneaux OSB sur le marché nord-est américain ont augmenté de 47,4 % en 1998 comparativement à L augmentation pour les neuf premiers mois de 1999 par rapport à 1998 est de 31,7 %. En comparant les prix de vente des panneaux OSB 7/16 sur le marché nord-est américain pour les neuf premiers mois de 1999, on obtient une augmentation moyenne de 25,4 % sur les neuf premiers mois de 1998, passant de 209 $ à 262 $ par mille pieds carrés, base 7/16. Évolution des prix prix moyen ($/1 000 pieds carrés) Panneau gaufré orienté (OSB 7/16 ) Marché (9 mois) Nord-Est (É.-U.) Sud-Est (É.-U.) Variation ,4 % +47,4 % +31,7 % ,4 % +53,6 % +31,1 % Toronto ,0 % +57,7 % +33,9% Coût de production et prix de vente des panneaux structuraux (OSB) au Canada ($ CAN / pieds carrés 7/16, fab usine) Est du Canada Prix de vente Coût variable de production Ratio : prix / coût 1,59 1,20 2,01 2,50

6 6 Le Groupe Forex s identifie comme un pur producteur de panneaux OSB à bas coût : «As one of the lowest cost producer in the industry, Forex is a pure play in O.S.B. and the fourth largest in the world.» (communiqué émis par Forex le 21 octobre 1998). Le savoir-faire de Forex en matière de fabrication de panneaux OSB est reconnu au Québec. Il est également reconnu que Forex Chambord inc. est l usine qui a les plus bas coûts de production en Amérique du Nord et bien entendu c est elle qui, historiquement, a produit au meilleur coût parmi les usines du Groupe Forex. La tarification des bois sur forêt publique avant le 1 er avril 1999 Avant le 1 er avril 1999, le ministère des Ressources naturelles (MRN) établissait de façon arbitraire les taux unitaires pour les peupliers sur les forêts publiques. En réalité, le MRN s appuyait sur la même valeur de référence depuis 11 ans. En conséquence, les taux unitaires de référence pour les peupliers sont demeurés historiquement à un niveau très bas au cours des dernières années, représentant généralement un taux inférieur à 1,00 $/m 3 pour les peupliers de qualité C. Pour l industrie des panneaux gaufrés qui, au cours de cette période, a connu une évolution remarquable, les approvisionnements de la forêt publique ont constitué une source de fibre à bon marché. Cette stagnation des tarifs pour les peupliers, jumelée à l abondance des volumes alloués sur les terres publiques, a influencé négativement l évolution du prix des peupliers payé aux producteurs privés. Le 3 février 1999, le projet de règlement relatif aux taux unitaires de référence de la valeur marchande du bois sur pied des forêts du domaine public par zone de tarification forestière était publié dans la Gazette officielle du Québec. On constate donc que, depuis le 31 mars 1998, la tarification du MRN aura progressé pour les zones périphériques à la forêt privée de 5,92 $/m 3 pour le bois de qualité B et de 6,37 $/m 3 pour le bois de qualité C. Les prix payés aux autres régions Selon les ententes convenues entre les producteurs de bois de la région de Québec, Forex paye 43,75 $ m 3 pour du bois tronçonné, alors qu il paye 41,00 $ m 3 pour le bois tronçonné provenant du territoire du Syndicat des producteurs de bois de La Mauricie. Le témoin du Syndicat M. André Salesse, comptable agréé et expert en fiscalité M. Salesse explique à la Régie la juste valeur marchande et l évaluation d entreprises par rapport à la notion de prix. La juste valeur marchande est le prix le plus élevé obtenu dans un marché libre, sans contrainte, avec des parties non liées. Or, Forex est pratiquement la seule utilisatrice de feuillus dans la région détenant ainsi le monopole de l achat de peuplier. Les producteurs sont dans un marché captif et ne reçoivent sûrement pas la juste valeur marchande de leur produit. Il ajoute que le contexte du marché, c est-à-dire la valeur accordée au produit, doit être pris en compte. Le tremble, sans valeur il y a 20 ans, est devenu une valeur à exploiter. Ses fibres permettent aujourd hui la fabrication des panneaux OSB qui deviennent le produit de substitution du contreplaqué. C est un marché en pleine croissance qui a permis à Forex de vendre des actions avec profit. La valeur actuelle du peuplier peut donc s apprécier grandement afin de fixer le prix de ces fibres selon leur juste valeur marchande. La demande d augmentation de 7,25 $/m 3 présentée par le Syndicat est ainsi pleinement justifiée.

7 7 5.2 Forex Chambord inc. Me Gagnon présente le mémoire de Forex. Il rappelle que Forex opère une usine de panneaux gaufrés située à Chambord. Cette usine a une consommation totale autorisée en bois rond de m 3, majoritairement du peuplier. Son approvisionnement provient à 80 % de la forêt publique en vertu de son contrat d approvisionnement et d aménagement forestier (CAAF) et à 20 % des forêts privées. Forex a négocié en 1993 un contrat d achat de bois rond pour une durée de cinq ans avec le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint-Jean. En novembre 1997, les parties ont convenu de prolonger l entente initiale jusqu au 31 décembre Ces ententes entre les parties ont dûment été homologuées par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Prix d achat du bois rond livré à l usine L approche suggérée par Forex est à l effet que le prix soit établi en tenant compte, d une part, du prix FAB chemin du producteur et, d autre part, des coûts réels du chargement et du transport en fonction du volume négocié. Pour le contrat de 1999, Forex propose une diminution de 1,00 $ m 3 solide pour les bois en longueur, ce qui porte le prix à 32,50 $. Pour le bois tronçonné, le prix est majoré de 3,00 $, ce qui porte le prix à 35,50 $ le m 3 solide. Proposition de Forex Bois en longueur 32,50 $ 33,50 $ Bois tronçonné 35,50 $ 36,50 $ Selon Forex, cette offre correspond à la valeur marchande des bois sur pied, aux coûts d exploitation ainsi qu aux coûts de chargement et de transport, incluant la contribution. Chaque composante a été vérifiée par les témoins experts suivants : M. Jean-François Côté, ingénieur forestier, consultant forestier M. Côté explique les éléments d analyse auxquels il s est référé pour établir le coût de chacune des trois grandes composantes dans le coût du bois livré à l usine. La valeur marchande du bois sur pied (VMBSP) selon une enquête du Bureau de la statistique du Québec (décembre 98) accorde une valeur moyenne de 5,70 $/m 3 pour le peuplier qualité C Pâte, OSB. Le coût d exploitation auquel il réfère est basé sur une enquête réalisée par le MRN en 1995, auquel il ajoute une indexation de 2 % par an pendant 4 ans. La somme des coûts incluant l abattage, ébranchage, débordage, tronçonnage, construction et entretien de chemins et autres dépenses inhérentes serait de 18,40 $/m 3. En cumulant la VMBSP de 5,70 $/m 3 au coût d exploitation de 18,40 $/m 3, on obtient 24,10 $/m 3 que l on peut comparer au prix net provisoire au chemin du producteur de 24,50 $/m 3 (bois tronçonné) publié par le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean dans son rapport annuel de 1998.

8 8 En ajoutant le coût du transport établi en fonction des distances parcourues ainsi que les contributions que les producteurs doivent payer à leur syndicat, M. Côté considère que Forex est justifiée d offrir, pour 1999, 32,50 $/m 3 pour les bois en longueur et 35,50 $/m 3 pour les bois tronçonnés. M. Yvon Lussier, ingénieur forestier de la Firme Groupe McNeil inc. M. Lussier compare les prix nets payés au chemin du producteur ainsi que les coûts de chargement et de transport payés dans les régions de La Mauricie et de Québec pour du bois destiné à l usine Forex Chambord. Ces données, reproduites dans les deux tableaux suivants, ont servi de références pour établir l offre de la compagnie. Tableau 1 PRIX NETS PAYÉS AU CHEMIN DE PRODUCTEUR PAR DES USINES DE PANNEAUX GAUFRÉS (1998) Bois en longueur Régions de la Mauricie et de Québec Syndicat ou office Usine Prix brut au chemin du producteur ($) Contribution ($) (1) Prix net au chemin du producteur ($) (2) Mauricie Malette Forex (St-Michel) Forex (Chambord) 20,15 / TMV 1,79 / TMV 18,36 / TMV (réf. 1) Québec Malette 21,84 / TMV 0,89 / TMV 20,95 / TMV (réf. 2) Forex (Chambord) 22,39 / m 3 s. net 0,89 / m 3 s. net (3) 21,50 /m 3 s. net (réf. 2) Notes : (1) données fournies par les syndicats concernés (2) rapport annuel 1998 des syndicats concernés (3) facteur de conversion : 1m 3 solide net / TMV Tableau 2 PRIX NETS PAYÉS AU CHEMIN DE PRODUCTEUR PAR DES USINES DE PANNEAUX GAUFRÉS (1998) Bois en longueur provenant des forêts privées Syndicat ou office Usine Prix brut au chemin du producteur ($) Contribution ($) (1) Prix net au chemin du producteur ($) (2) Gatineau Mauricie Québec SLSJ Abitibi- Témiscamingue Forex (Maniwaki) Malette Forex (Chambord) 23,71 / TMV 0,97 / TMV 22,74 / TMV (réf. 3) 20,15 / TMV 1,79 / TMV 18,36 / TMV (réf. 1) Malette 21,84 / TMV 0,89 / TMV (3) 20,95 / TMV (réf. 2) Forex (Chambord) Forex (Chambord) Norbord (La Sarre) Norbord (Val-d Or) 22,39 / m 3 s. net 0,89 /m 3 s. net (réf. 2) 21,50 / m 3 s. net (réf. 2) 24,18 / m 3 s. net 1,68 / m 3 s. net 22,50 m 3 s. net (réf. 4) 20,55 / TMV 1,05 / TMV 19,50 / TMV (réf. 5)

9 9 L argumentation des parties 1) Le Syndicat Le procureur, Me Brosseau, rappelle que le Plan conjoint des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean est en vigueur depuis Les producteurs, conformément à ce que permet la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche et le Plan conjoint, ont adopté des règlements dont, entre autres : - le Règlement sur la contribution des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean; - le Règlement des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean sur le fonds de roulement, de promotion et d aménagement de la forêt privée; - le Règlement sur l exclusivité de la vente des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean; Le Syndicat vend le bois des producteurs FAB usine. Le prix comprend l ensemble des coûts et il revient aux producteurs de les partager selon les services et les règlements qu ils ont approuvés démocratiquement. Les contributions pour l administration du Plan conjoint sont payées par les producteurs, tout comme les frais reliés au transport qui sont négociés entre le Syndicat et l Association des transporteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean, organismes dûment accrédités à cette fin par la Régie. Le procureur rappelle que les modalités du contrat 1999 ont été convenues par les parties en cours de négociation. Dans les faits, le contrat est exécuté, le bois est livré, la compagnie se dit satisfaite du volume convenu, la contribution pour le fonds de recherche, de promotion et d aménagement de la forêt privée a été payée, tel que le démontrent les documents pertinents : demande de conciliation, rapport de conciliation etc. Le litige se limite donc au prix pour l année Me Brosseau conclut en mentionnant que la proposition de Forex est rétrograde : «selon Forex, vous êtes des producteurs qui n avez pas droit au partage de la richesse, car vous n avez pas de risques financiers d entreprise». Les producteurs devraient accepter de prendre les prix offerts par la compagnie alors que selon ce que nous démontre la situation du marché, l industrie du panneau gaufré OSB est en plein essor. 2) Forex Chambord inc. Le procureur, Me Gagnon, reconnaît que les producteurs de bois ont le droit de s organiser, d administrer un plan conjoint ainsi que de se doter de règlements. Il rappelle à la Régie que le litige à résoudre porte sur le renouvellement de l entente de mise en marché pour l année Selon Me Gagnon, la Régie doit considérer le mémoire du Syndicat non pertinent, car non appuyé par une preuve véritable déposée par des témoins. Le mémoire de Forex repose sur la preuve déposée par les témoins experts et devrait, pour cette raison, retenir l'attention de la Régie. Elle devrait prendre acte du projet de contrat déposé par Forex car elle n a pas juridiction pour imposer le contrat antérieur. Il serait préférable pour Forex de vivre sans décision à ce sujet alors qu il faut que soit arbitré le litige qui persiste sur le prix et la contribution au fonds de recherche, de promotion et de développement des marchés. La demande du Syndicat n a pas été justifiée alors que Forex a démontré que le prix offert est la juste rémunération des composantes soit : le bois, le coût d exploitation, le transport ainsi que la contribution. La Régie doit reconnaître que cette offre de prix couvre l ensemble des frais encourus par les producteurs et que même si la valeur du panneau gaufré s est appréciée, il n est pas du mandat de la Régie de partager la richesse.

10 10 6. ANALYSE ET LA DÉCISION La Régie a étudié la documentation déposée par les parties lors des séances publiques. Elle retient les données, statistiques et exposés qui font référence à l année qui se termine le 31 décembre 1998 pour l analyse de sa décision. Ainsi, la Régie veut encourager les parties à conclure les négociations d un contrat d achat de matière ligneuse avant le début de l année de référence à son application. D abord, la Régie doit circonscrire les articles de l arbitrage du contrat d achat de matière ligneuse entre le Syndicat et Forex. Le 23 septembre 1998, le Syndicat avise Forex qu il désire mettre fin au contrat se terminant le 31 décembre Quelques jours plus tard, le 28 septembre 1998, Forex exprime dans une lettre au Syndicat sa volonté de ne pas renouveler le contrat d achat de matière ligneuse. Des rencontres entre les parties ont lieu afin de négocier un nouveau contrat. Le compte rendu de la réunion du 28 octobre 1998, entre le Syndicat et Forex, indique que les termes du contrat en vigueur en 1998 conviennent aux deux parties et que Forex donne son accord pour prolonger l entente. Seule la fixation des prix pour les bois tronçonnés et en longueur demeure en litige. Les parties se réunissent à nouveau le 10 novembre Elles conviennent d un prolongement de l entente initiale pour une année seulement et reconnaissent également que les discussions portent sur l année Le volume d approvisionnement du bois à l usine ainsi que le fonds forestier sont abordés lors de cette réunion. Les parties échangent des propositions au sujet de la fixation des prix du bois pour l année Le Syndicat demande à la Régie, le 27 avril 1999, la désignation d un conciliateur en indiquant que le litige porte uniquement sur les prix pour le contrat de l année Le rapport de conciliation indique que la conciliation n a pas permis aux parties d en venir à une entente sur le litige portant sur les prix. L arbitrage de la Régie est demandé par le Syndicat, le 21 juin 1999, et il précise que le différend porte uniquement sur les prix du bois livré à l usine de Forex, à Chambord, pour l année Le 21 juillet 1999, Forex écrit à la Régie pour mentionner que la compagnie n est pas d accord avec le rapport de conciliation et que le litige entre les parties concerne d autres articles du contrat. Forex demande un mode d arbitrage en vertu de l article 116, 2 e paragraphe, de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. Le 5 août 1999, la Régie informe le procureur de Forex qu elle arbitrera le litige selon l article 116, 1 er paragraphe. Après analyse des comptes rendus et de la correspondance ci-dessus mentionnée, la Régie conclut que les parties avaient, en séances de négociation, convenu d une extension du contrat d achat de matière ligneuse pour l année D ailleurs, l exécution du contrat fut réalisée en 1999 sauf l application de l article 5 qui détermine les prix. Les arguments des parties lors des deux jours des séances publiques ont porté essentiellement sur les prix du bois. La Régie considère que les articles du contrat de 1998, à l exception de l article 5 concernant les prix, ont été reconduits lors des réunions de négociation pour l année Il n y a pas lieu de revenir sur le contenu de ces articles et ils sont valides et exécutoires pour toute l année du contrat La Régie arbitre donc le litige portant sur les prix du bois au contrat d achat de matière ligneuse liant le Syndicat et Forex pour l année 1999.

11 11 Les prix du bois Forex veut un juste prix à être payé aux producteurs et évoque quatre critères : - Forex tient compte de facteurs économiques dans la rémunération des producteurs; - Forex tient compte des coûts de la manutention du bois; - Forex détermine le coût du chargement du bois ainsi que le transport; - Forex accepte de payer les contributions des producteurs. L argument principal de Forex consiste à dire que le producteur ne prend aucun risque financier pour la transformation du bois En conséquence il devrait recevoir un prix juste que Forex détermine. La Régie ne peut retenir cette base d argumentation présentée par Forex pour déterminer les prix du bois aux producteurs pour le contrat de En effet, les producteurs ont des coûts d exploitation de leur forêt, tels que la main-d œuvre, l équipement, la manutention du bois etc. Ces coûts d exploitation augmentent d une année à l autre et la Régie doit en tenir compte. Le transport du bois relève de la responsabilité du Syndicat, il lui revient de négocier ces coûts entre les transporteurs et le Syndicat. Il ne revient pas à Forex de déterminer à la place du Syndicat les coûts de transport du bois à être payés aux transporteurs. Les producteurs de bois ont approuvé démocratiquement la contribution au financement de leur syndicat par le moyen d un règlement sur la contribution. Il est clair que la contribution est une responsabilité des producteurs. Forex ne doit pas inclure les contributions des producteurs aux éléments de négociation du prix du bois. Forex propose une diminution de 1 $/m 3 du prix du bois en 1999 basée sur les quatre points énumérés plus haut. La Régie ne retient pas les arguments apportés par Forex car elle empiète sur des responsabilités qui incombent au Syndicat. Lors de la réunion de négociation entre les parties du 28 octobre 1998 concernant le renouvellement du contrat pour 1999, le Syndicat demandait une augmentation des prix FAB usine de 6,50 $/m 3 pour le bois tronçonné. Forex offrait une augmentation de 0,10 $/m 3 FAB usine pour le bois tronçonné et applicable à répétition pour les cinq années suivantes. À la réunion du 10 novembre 1998, le Syndicat ramenait sa demande d augmentation à 4,50 $/m 3 par rapport aux prix de 1998, ce qui porterait le prix à 41 $/m 3 pour le bois tronçonné et à 38 $/m 3 pour le bois en longueur pour l année Forex proposait cette fois d augmenter le prix FAB de 0,25 $/m 3 pour Lors de la séance d arbitrage, le Syndicat demandait une augmentation des prix de 7,25 $/m 3 FAB usine, ce qui portait le prix à 43,75 $m 3 FAB usine pour le bois tronçonné, et à 40,75 $/m 3 FAB usine pour le bois en longueur. Forex proposait une diminution du prix de 1,00 $/m 3 pour 1999, ce qui portait le prix du bois tronçonné à 35,50 $/m 3 et celui du bois en longueur à 32,50 $/m 3. La Régie constate que les parties ont fait des efforts pour présenter la justification de chacune de leur proposition.

12 12 Considérant que : 1. Les producteurs de bois ont reçu pratiquement le même prix pour leur produit depuis trois ans. Il fut démontré que les coûts d exploitation reliés à la coupe du bois, la manutention et les travaux sylvicoles ont progressé durant ces trois années. Les producteurs ont assumé ces augmentations des coûts et il y a lieu de prévoir un rattrapage; 2. Les prix des panneaux OSB sur le marché nord-est américain sont passés de 135 $/1 000 pi 2 en 1997 à 199 $/1 000 pi 2 en 1998, soit une augmentation de 47,4 %. Le bois étant la matière première pour la fabrication des panneaux OSB et constituant, selon Forintek Canada, environ 41 % du coût de production variable dans l industrie du panneau en 1997, le Syndicat est en droit de recevoir un pourcentage de l augmentation du prix de vente des panneaux OSB; 3. Le ministère des Ressources naturelles a augmenté en 1998 les taux unitaires de la valeur marchande des bois sur pied des forêts du domaine public pour les zones périphériques à la forêt privée pour les peupliers. Le Syndicat a démontré que cette augmentation est de 6,37 $/m 3 pour le bois de qualité C; 4. Forex a consenti une augmentation de 5 $/m 3 au Syndicat des producteurs de bois de la région de Québec pour l année 1998, soit une augmentation de 19 % par rapport aux prix payés pour le bois en Tenant compte de ces considérations, la Régie fixe, pour l année 1999, l augmentation du prix du bois FAB usine, tant en longueur que tronçonné, à 3,65 $/m 3 solide. Les autres articles du contrat d achat de matière ligneuse en vigueur en 1998 sont reconduits en La Régie recommande aux parties d amorcer, dans les meilleurs délais, la négociation du contrat devant établir les conditions de mise en marché du bois pour l année EN CONSÉQUENCE, la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec fixe le prix des bois tronçonnés de 2,5 mètres à 40,15 $/m 3 FAB usine et le prix des bois en longueur d arbre à 37,15 $/m 3 FAB usine pour l année 1999 au contrat d achat de matière ligneuse. JEAN-CLAUDE DUMAS NORMAND BOLDUC CLAIRE-HÉLÈNE HOVINGTON

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDE LES PARTIES AUX PRÉSENTES CONVIENNENT DE CE QUI SUIT : 1. OBJET Sous réserve des termes et conditions prévus

Plus en détail

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE»,

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE», CONVENTION DE PARTICIPATION AU PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE DU DOSSIER DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL POUR LES S D ÉCONOMIE SOCIALE EN AIDE DOMESTIQUE ENTRE : LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX,

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE. DEMANDE DE PERMIS D EXPORTATION D ÉLECTRICITÉ Hydro-Québec

OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE. DEMANDE DE PERMIS D EXPORTATION D ÉLECTRICITÉ Hydro-Québec OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE DEMANDE DE PERMIS D EXPORTATION D ÉLECTRICITÉ Conformément à la Loi sur l Office national de l'énergie, S.R.C. 1985, c. N-7 et au Règlement de l Office national de l énergie

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2008-55.

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2008-55. CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2008-55 DE LA VILLE DE SAGUENAY DÉLÉGUANT CERTAINS POUVOIRS D AUTORISER DES DÉPENSES ET DE PASSER DES CONTRATS AVERTISSEMENT Le présent document constitue

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire»)

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

Convention de partage des dépenses Le Contentieux de la FMOQ

Convention de partage des dépenses Le Contentieux de la FMOQ Convention de partage des dépenses Le Contentieux de la FMOQ EN GUISE DE SUITE à l encadré paru dans la dernière livraison du Médecin du Québec (vol. 34, n o 9, septembre 1999, page 20), la convention

Plus en détail

RECUEIL DE POLITIQUES

RECUEIL DE POLITIQUES 700, rue de Monseigneur-Panet Nicolet (Québec) J3T 1C6 Téléphone : 819-293-2068 Télécopieur : 819 293-2078 Z25.la.riveraine@csq.qc.net RECUEIL DE POLITIQUES Adopté lors de la séance du conseil d administration

Plus en détail

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER ENTRE : LA MINISTRE DES RESSOURCES NATURELLES, pour et au nom du gouvernement

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRE :

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRE : RÉGIE DU BÂTIMENT DU QUÉBEC PLAN DE GARANTIE Contrat numéro 0020565 SORECONI (Société pour la résolution des conflits inc.) Organisme d arbitrage autorisé Dossier numéro PG 040210001 Madame Nora Salibian

Plus en détail

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit:

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit: 4. ÉLÉMENTS ÉCONOMIQUES 4.1. Description des usines Contexte L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Régie du Bâtiment Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Lucie Lacasse, es qualité de représentante du Syndicat de la copropriété de l Ilot des

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) . ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment: SORECONI ENTRE: ATHANASSIOS

Plus en détail

CONDITIONS D EXERCICE

CONDITIONS D EXERCICE CONDITIONS D EXERCICE DES RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL ET DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES VISÉES PAR LA LOI SUR LA REPRÉSENTATION DES RESSOURCES, MAIS NON REPRÉSENTÉES PAR UNE ASSOCIATION RECONNUE 20 août

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines Politiques de gestion des conditions de travail des cadres Direction des ressources humaines Décembre 2006 Table des matières Dispositions générales... 3 Politiques de gestion des conditions de travail

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression Les services de fourniture et de gaz de compression de gaz naturel et de gaz de compression EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture

Plus en détail

Phase 1 Entre le 16 janvier et le 4 mars 2012

Phase 1 Entre le 16 janvier et le 4 mars 2012 Règlement officiel Le concours «Êtes-vous prêt?» se déroulera du 16 janvier 2012 (00 h 01) au 4 mars 2012 (23 h 59) et du 9 avril 2012 (00 h 01) au 3 juin 2012 (23 h 59). Il est organisé par les Services

Plus en détail

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 8 ÉLARGISSANT LA VENTE D ASSURANCES FUNÉRAIRES AU QUÉBEC Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec Septembre 2007 15 avril

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil tenue à l hôtel de ville de Chertsey, le lundi 21 juillet 2014, à 19 h 30.

Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil tenue à l hôtel de ville de Chertsey, le lundi 21 juillet 2014, à 19 h 30. PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE CHERTSEY Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil tenue à l hôtel de ville de Chertsey, le lundi 21 juillet 2014, à 19 h 30. Présents : M. Michel

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT

LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT NOTES POUR PRÉSENTATION AUX MEMBRES DE LA CONFÉRENCE DES ARBITRES DU QUÉBEC M e SERGE BRAULT ARBITRE ET MÉDIATEUR ADJUDEX INC.

Plus en détail

Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements

Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements Concours «Dites oui à Monetico Mobile» Règlements DURÉE DU CONCOURS Le concours «Dites oui à Monetico Mobile» est organisé par la Fédération des caisses Desjardins du Québec (ci-après «l Organisateur»)

Plus en détail

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS ENTENTE DE PRESTATION DU COURS D AMBASSADEUR (Trainer Course) INDIVIDUEL avec Assurance - PRINCIPES ET TECHNIQUES 151, Boulevard Ste Rose, Laval, Québec, H7L1L2 Tél : 1-877-238-9343 Fax : 1-450-661-3884

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? :

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? : FORMULAIRE POUR NOUVEAU ADHÉRANT PROGRAMME D ASSURANCE DIC Assurance de responsabilité civile et professionnelle pour les membres de designers d intérieur du Canada (DIC) Une copie des documents suivants

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007 OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE Le 10 décembre 2007 Le Syndicat présente l offre qui suit en réponse à l offre globale soumise

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur La contribution-santé de l Ontario (CSO) que le gouvernement de l Ontario a introduit dans le budget provincial de 2004 signifie une déduction

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : CV 04 00 08. Date : Le 20 décembre 2006. Commissaire : Plaignant. -et-

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : CV 04 00 08. Date : Le 20 décembre 2006. Commissaire : Plaignant. -et- Commission d accès à l information du Québec Dossier : CV 04 00 08 Date : Le 20 décembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Plaignant -et- INDUSTRIELLE-ALLIANCE, Assurance et services financiers

Plus en détail

PROJET PADS 30421 STRATÉGIE INDUSTRIELLE RAPPORT FINAL SOUMIS AU MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INNOVATION ET DES EXPORTATIONS

PROJET PADS 30421 STRATÉGIE INDUSTRIELLE RAPPORT FINAL SOUMIS AU MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INNOVATION ET DES EXPORTATIONS PROJET PADS 30421 STRATÉGIE INDUSTRIELLE RAPPORT FINAL SOUMIS AU MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INNOVATION ET DES EXPORTATIONS FÉVRIER 2015 TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 1 1. VOLET I : MISE EN

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE 12 juin 2008 Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) 301-1411, rue

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : F. D. A. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 1 Appel n o : GE-13-192 ENTRE : F. D. A. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014

SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE MONTPELLIER SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014 PROCÈS-VERBAL de la séance ordinaire du conseil de la municipalité de Montpellier, tenue le 13 janvier 2014 à 19 h 30

Plus en détail

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT OBJECTIF CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT Le Code de déontologie («Code») établit les normes minimales que les intermédiaires en gaz naturel doivent respecter lorsqu ils achètent,

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION AU PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS

DEMANDE D ADHÉSION AU PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS 7171, RUE JEAN-TALON EST, BUREAU 200 MONTRÉAL (QUÉBEC) H1M 3N2 TÉLÉPHONE : 514 657-2333 NUMÉRO SANS FRAIS : 1 855 657-2333 TÉLÉCOPIEUR : 514 657-2334 INFO@GARANTIEGCR.COM WWW.GARANTIEGCR.COM DEMANDE D

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

DEMANDE DE PROPOSITION. visant le maintien d un marché pour la négociation de contrats à terme sur titres à revenu fixe

DEMANDE DE PROPOSITION. visant le maintien d un marché pour la négociation de contrats à terme sur titres à revenu fixe DEMANDE DE PROPOSITION visant le maintien d un marché pour la négociation de contrats à terme sur titres à revenu fixe Publiée par la Bourse de Montréal Dérivés à revenu fixe Le lundi 14 février 2011 Bourse

Plus en détail

Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER

Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER Octobre 2006 ZONE VISÉE PAR LA POLITIQUE DE COMPENSATION

Plus en détail

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides Présentation des résultats Sant-Jérôme, septembre 2014 Marcel LeBreton Bac et maîtrise

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 ENTENTE RELATIVE AUX COMITÉS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET AU TEMPS DE LIBÉRATION ALLOUÉ AUX REPRÉSENTANTS À LA PRÉVENTION DANS L EXERCICE DE LEURS FONCTIONS (Juin 1992) Article 1 En vue de prévenir

Plus en détail

NOUVELLE ÉCHELLE SALARIALE DU TITRE D EMPLOI «PARAMÉDIC SOINS PRIMAIRES» ET MODALITÉS D INTÉGRATION

NOUVELLE ÉCHELLE SALARIALE DU TITRE D EMPLOI «PARAMÉDIC SOINS PRIMAIRES» ET MODALITÉS D INTÉGRATION OBJET : NOUVELLE ÉCHELLE SALARIALE DU TITRE D EMPLOI «PARAMÉDIC SOINS PRIMAIRES» ET MODALITÉS D INTÉGRATION CONSIDÉRANT la convention collective applicable entre l Employeur et le Syndicat; CONSIDÉRANT

Plus en détail

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT BULLETIN NO. 2933 EN MATIÈRE DE DISCIPLINE EN VERTU DU STATUT 20 DE L'ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES DANS L'AFFAIRE DE MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de et de services sociaux Présenté le 11 novembre 2003 Principe adopté le 10 décembre

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage TABLE DES MATIÈRES Démarrer votre entreprise.................................................................................... 3 Choisir

Plus en détail

Le conseiller, encore trop peu consulté

Le conseiller, encore trop peu consulté Partage du patrimoine lors d une Le, encore trop peu consulté André Giroux Le divorce assène toujours un coup dur, au cœur comme au portefeuille. Garde des enfants, pension alimentaire et partage du patrimoine

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE ENTRE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

CONVENTION COLLECTIVE ENTRE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL CONVENTION COLLECTIVE ENTRE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ET LE SYNDICAT DES PROFESSEURS ET PROFESSEURES DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (SPUQ-CSN) UNITÉ DE NÉGOCIATION DES MAÎTRES DE LANGUE DU

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Politiques et lignes directrices

Politiques et lignes directrices Politiques et lignes directrices En vigueur le 13 janvier 2014 Le mandat du diplômes de droit (le «CNE») est d évaluer les titres de compétences et l expérience professionnelle des candidats ayant fait

Plus en détail

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 08 25 Date : 20040220 Commissaire : M e Christiane Constant M. A et M. B c. Demandeurs Courtage à escompte Banque Nationale inc. Entreprise DÉCISION

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC

AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC AVIS DE LA COMMISSION D'ACCÈS À L'INFORMATION RELATIVEMENT À UN PROJET D ENTENTE ENTRE LE MINISTRE DU REVENU DU QUÉBEC ET LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT L'ÉCHANGE DE RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE

G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE du quota de POULET ou de DINDON Le «Règlement sur la production et la mise en marché du poulet» est en attente d approbation par la RMAAQ.

Plus en détail

Hydro-Québec Demanderesse

Hydro-Québec Demanderesse D-99-40 R-3405-98 23 mars 1999 PRÉSENTS : M. Pierre Dupont, M.A. (Écon.) M. Anthony Frayne, B. Sc. (Écon.), MBA M. François Tanguay Régisseurs Hydro-Québec Demanderesse et Les intervenants et les observateurs

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

( ) Fax : ( ) Courriel : Veuillez annexer une liste des adresses de toutes les succursales ou bureaux du proposant.

( ) Fax : ( ) Courriel : Veuillez annexer une liste des adresses de toutes les succursales ou bureaux du proposant. Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Responsabilité civile professionnelle pour les planificateurs financiers

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

TROUVEZ LES MOTS. Guide des clauses types immobilières

TROUVEZ LES MOTS. Guide des clauses types immobilières TROUVEZ LES MOTS Guide des clauses types immobilières Mai 2011 Trouvez les mots clauses types 2 TABLE DES MATIÈRES En cliquant sur le titre d une section, vous accéderez à la page qui y correspond et pour

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

CONTRAT D AGREMENT-TYPE

CONTRAT D AGREMENT-TYPE CONTRAT D AGREMENT-TYPE arrêtant les principes de coopération médecins établissements hospitaliers entre..., établi à... représenté(e) par... désigné ci-après «l établissement hospitalier», d une part,

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS

RÈGLEMENT DU CONCOURS RÈGLEMENT DU CONCOURS Le concours GAGNEZ VOTRE ACHAT MC est organisé par Formation de vendeurs professionnels ainsi que les concessionnaires automobiles, véhicule d'occasion, motos, véhicules tout terrain,

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

CONCOURS «À GAGNER : Une bourse d études de 5000$» Règlement de participation

CONCOURS «À GAGNER : Une bourse d études de 5000$» Règlement de participation CONCOURS «À GAGNER : Une bourse d études de 5000$» Règlement de participation 1. Le concours «À GAGNER : Une bourse d études de 5000$» est tenu par Yoopa (Groupe TVA) avec la participation de Productions

Plus en détail