Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1)"

Transcription

1 Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec Décision : 7028 Prise le : 9 février 2000 Dossier : En vertu de : Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche (L.R.Q., c. M-35.1) LITIGE ENTRE : LE SYNDICAT DES PRODUCTEURS DE BOIS DU SAGUENAY LAC-ST-JEAN 422, rue Racine est Chicoutimi (Québec) G7H 1T3 ET FOREX CHAMBORD INC. 120 Route 155, C.P. 40 Chambord (Québec) G0W 1G0 OBJET : Arbitrage d un litige en vertu de l article 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche Étaient présents : Président : Régisseurs : Comparutions : Monsieur Normand Bolduc Monsieur Jean-Claude Dumas Madame Claire-Hélène Hovington Me Pierre Brosseau, pour le Syndicat Me Marcel Gagnon, pour Forex Chambord inc. 201 boulevard Crémazie Est Montréal (Québec) H2M 1L3 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)

2 2 DÉCISION 1. LA DEMANDE Le 21 juin 1999, le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint- Jean, ci-après le Syndicat, soumettait à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec une demande d arbitrage pour le contrat d achat de matière ligneuse, pour l année 1999, avec Forex Chambord inc., ci-après Forex, conformément à l article 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. En septembre 1998, les parties dénoncent le contrat se terminant le 31 décembre Les parties se sont rencontrées par la suite à cinq reprises en séance de négociation, soit les 28 octobre et 10 novembre 1998, les 4 janvier, 16 février et 26 avril Selon le Syndicat, les parties ont convenu de l ensemble des éléments sauf les prix qui sont demeurés en litige. Le 27 avril 1999, le Syndicat demandait à la Régie de nommer un conciliateur au dossier pour tenter de dénouer le litige portant sur les prix. La Régie a désigné madame Lise Bergeron à titre de conciliatrice. La conciliation a eu lieu le 16 juin 1999 à Chicoutimi. Cette séance n ayant pas permis d en arriver à une entente, la conciliatrice, dans son rapport de conciliation du 22 juin 1999, indique que : «la rencontre de conciliation n a pas permis aux parties d en venir à une entente sur le litige portant sur les prix, objet de la conciliation.» Le 21 juin 1999, le Syndicat adressait une demande d arbitrage du différend portant sur les prix à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. L arbitrage s est tenu les 26 et 27 octobre 1999 à Chicoutimi. Alors que la Régie avait commencé à délibérer, elle a reçu, le 24 novembre 1999, une demande du procureur du Syndicat de reprendre la séance d arbitrage pour qu il puisse déposer une preuve supplémentaire. Le 5 janvier dernier, Me Brosseau informait la Régie qu il retirait cette demande. 2. LA SÉANCE D ARBITRAGE Les personnes présentes : Pour le Syndicat : Témoin : Pour Forex : Témoins : Me Pierre Brosseau, avocat M. Richard Harvey, président M. Jean-Louis Vigneault, directeur général M. René-Claude Bergeron, directeur de la mise en marché et porteparole du comité de négociation M. Marcel Marcheterre, responsable de la mise en marché des producteurs, Fédération des producteurs de bois du Québec M. André Salesse, comptable agréé, expert conseil Me Marcel Gagnon, avocat M. Jean-Guy Mailloux, responsable des approvisionnements pour l usine de Chambord M. Robert Fournier, directeur M. Jean-François Côté, ingénieur forestier, M. sc., Consultants forestiers DGR inc. M. André McNeil, ingénieur forestier, Groupe McNeil inc. M. Yvon Lussier, ingénieur forestier, Groupe McNeil inc.

3 3 3. LA LOI ET LE CADRE RÉGLEMENTAIRE Les articles 112, 115 et 116 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche s appliquent : «Article 112. À la demande d un office, toute personne ou société engagée dans la mise en marché d un produit visé par un plan est tenue de négocier avec lui ou avec son agent de négociation toute condition et modalité de production et de mise en marché de ce produit.» «Article 115. À défaut d entente entre l office et une autre personne ou société engagée dans une mise en marché du produit visé par un plan, la Régie, à la demande de l un des intéressés, nomme un conciliateur chargé de conférer avec les parties en vue d en arriver à une entente. Le conciliateur fait rapport à la Régie dans le délai qu elle détermine ou dont les intéressés conviennent par écrit.» «Article 116. Si la conciliation n a pas permis de parvenir à une entente, la Régie arbitre le différend à la demande de l un des intéressés. La Régie peut établir un mode d arbitrage différent si elle le juge opportun dans les circonstances; en ce cas, elle peut nommer un ou plusieurs arbitres et fixer le délai dont ils disposent pour rendre leur décision.» L article 14 du contrat d achat de matière ligneuse : «Article 14. Durée de la convention et réouverture de l entente La présente convention vaudra pour une période de cinq (5) ans tel que mentionné à l annexe «C». Les parties conviennent cependant que les prix seront négociés annuellement entre les parties à compter de la deuxième année du contrat, conformément aux dispositions des présentes. Les parties conviennent également que ce contrat pourra, à son terme, d un commun accord entre elles, être renouvelé automatiquement pour une période de cinq (5) ans. Cependant pour y mettre fin ou pour en modifier le contenu, la période ou les conditions, un avis écrit et recommandé à l une des parties devra parvenir à l autre partie avant le 1 er septembre 1997, spécifiant les articles à être négociés, s il y a lieu. Les négociations devront se faire entre le 1 er octobre 1997 et le 30 novembre Si les parties ne peuvent s entendre lors de cette négociation annuelle, leur différend devra être soumis à la conciliation et, si requis, à l arbitrage selon les dispositions de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles du Québec. PCI versera le dernier prix en vigueur tant et aussi longtemps que le nouveau prix annuel n aura pas été établi suivant l une ou l autre des dispositions de cet article, c est-à-dire pendant la période comprise entre le 1 er janvier de l année visée par cette négociation et la signature de l avenant annuel, ou jusqu à ce qu une décision arbitrale ait été rendue. Le nouveau prix entrera cependant en vigueur rétroactivement au 1 er janvier de l année concernée. Il est également convenu que pendant cette période, toutes les livraisons continueront selon le programme de livraison établi à l annexe «C».» 4. L OBJET DU LITIGE Le Syndicat prétend que lors d une rencontre de négociation tenue le 28 octobre 1998, les parties avaient convenu que les termes du contrat en vigueur en 1998 convenaient aux deux parties et qu elles étaient d accord pour le prolonger.

4 4 Forex considère que le différend porte sur l ensemble de la convention car les articles convenus en négociation étaient, selon elle, conditionnels à un accord global. En absence de cet accord global, Forex indique plus particulièrement, mais non de façon limitative, que les clauses en litige concernent les articles 3, 8, 14 et 19 ainsi que les annexes A, B et C. Considérant l interprétation différente que les parties accordent au rapport de conciliation, la Régie accepte de recevoir les informations transmises par les parties et décide qu elle analysera le dossier dans son ensemble. 5. LES REPRÉSENTATIONS 5.1 Le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint-Jean En alternance, MM. René-Claude Bergeron et Jean-Louis Vigneault présentent la position du Syndicat. Prix d achat du bois rond livré à l usine (annexe B) Le Syndicat demande que le prix d achat du bois rond soit majoré de 7,25 $ m 3 à compter du 1 er janvier Prix 1998 Prix demandé 1999 Bois tronçonné 36,50 $ m 3 43,75 $ m 3 Bois en longueur 33,50 $ m 3 40,75 $ m 3 Cette demande d augmentation du prix du bois est justifiée et motivée par les éléments suivants : - les perspectives de profit de l industrie du panneau gaufré pour les prochaines années; - la performance et la rentabilité de l industrie du panneau (+ 31,7 %); - l augmentation de la tarification gouvernementale ainsi que les coûts d approvisionnement en forêt publique; - le prix payé pour du bois de forêt privée de d autres régions; - le marché captif. L évolution du marché du panneau OSB («oriented strand board») La production de panneaux OSB est destinée au secteur de la construction. Près de 80 % de la production canadienne est destinée au marché américain. Le secteur du panneau OSB, en Amérique du Nord, connaît depuis dix ans une croissance exceptionnelle. Cette situation découle de l effet de remplacement du contreplaqué qui est plus coûteux à produire compte tenu de l utilisation d une matière ligneuse plus dispendieuse et de moins en moins disponible (le bois de qualité déroulage). De 1988 à 1998, les livraisons des usines canadiennes sont passées de milliards de pieds carrés 7/16 à milliards de pieds carrés 7/16 pour un taux de croissance annuel moyen de 14,3 % durant cette période (source : Statistiques Canada ). Actuellement, les prix de vente dépassent les 400 $/1 000 pieds carrés 7/16 (source : Random Lengths). Les entreprises dégagent des profits appréciables car les coûts de production sont sous les 200 $/1 000 pieds carrés 7/16.

5 5 Étant donné la consommation importante de bois par les usines, la croissance de la capacité sera freinée à moyen terme par la disponibilité de matière ligneuse. Le coût de la matière première va augmenter du fait que le secteur se trouvera en concurrence avec d autres industries pour ses approvisionnements. Actuellement, le panneau OSB occupe déjà plus de 50 % du marché traditionnel de contreplaqué, alors que ce niveau devait être atteint seulement vers l an La demande pour ce type de panneau tend à s accentuer puisque le contreplaqué, produit destiné aux mêmes utilisations que le panneau OSB, continue de perdre des parts de marché faute d approvisionnement en bois de qualité suffisante. La consommation de panneau OSB a augmenté de façon constante depuis 1990, soit de l ordre de 9 % à 11 % par année. Ces panneaux occupaient alors 25 % du marché des panneaux structuraux. En 1998, leur part de marché s élevait à 48 %. En 1999, la capacité de production nord-américaine de panneaux OSB est de 21,48 milliards de pieds carrés. La production canadienne représente près de 40 % de la production nord-américaine. Entre 1995 et 1999, la capacité de production du panneau OSB a augmenté de 54 % au Canada. Elle est passée de 4,03 milliards de pieds carrés à 8,82 milliards de pieds carrés. Le marché visé par cette croissance est le marché américain où environ 80 % de la production est exportée. Les prix des panneaux OSB sur le marché nord-est américain ont augmenté de 47,4 % en 1998 comparativement à L augmentation pour les neuf premiers mois de 1999 par rapport à 1998 est de 31,7 %. En comparant les prix de vente des panneaux OSB 7/16 sur le marché nord-est américain pour les neuf premiers mois de 1999, on obtient une augmentation moyenne de 25,4 % sur les neuf premiers mois de 1998, passant de 209 $ à 262 $ par mille pieds carrés, base 7/16. Évolution des prix prix moyen ($/1 000 pieds carrés) Panneau gaufré orienté (OSB 7/16 ) Marché (9 mois) Nord-Est (É.-U.) Sud-Est (É.-U.) Variation ,4 % +47,4 % +31,7 % ,4 % +53,6 % +31,1 % Toronto ,0 % +57,7 % +33,9% Coût de production et prix de vente des panneaux structuraux (OSB) au Canada ($ CAN / pieds carrés 7/16, fab usine) Est du Canada Prix de vente Coût variable de production Ratio : prix / coût 1,59 1,20 2,01 2,50

6 6 Le Groupe Forex s identifie comme un pur producteur de panneaux OSB à bas coût : «As one of the lowest cost producer in the industry, Forex is a pure play in O.S.B. and the fourth largest in the world.» (communiqué émis par Forex le 21 octobre 1998). Le savoir-faire de Forex en matière de fabrication de panneaux OSB est reconnu au Québec. Il est également reconnu que Forex Chambord inc. est l usine qui a les plus bas coûts de production en Amérique du Nord et bien entendu c est elle qui, historiquement, a produit au meilleur coût parmi les usines du Groupe Forex. La tarification des bois sur forêt publique avant le 1 er avril 1999 Avant le 1 er avril 1999, le ministère des Ressources naturelles (MRN) établissait de façon arbitraire les taux unitaires pour les peupliers sur les forêts publiques. En réalité, le MRN s appuyait sur la même valeur de référence depuis 11 ans. En conséquence, les taux unitaires de référence pour les peupliers sont demeurés historiquement à un niveau très bas au cours des dernières années, représentant généralement un taux inférieur à 1,00 $/m 3 pour les peupliers de qualité C. Pour l industrie des panneaux gaufrés qui, au cours de cette période, a connu une évolution remarquable, les approvisionnements de la forêt publique ont constitué une source de fibre à bon marché. Cette stagnation des tarifs pour les peupliers, jumelée à l abondance des volumes alloués sur les terres publiques, a influencé négativement l évolution du prix des peupliers payé aux producteurs privés. Le 3 février 1999, le projet de règlement relatif aux taux unitaires de référence de la valeur marchande du bois sur pied des forêts du domaine public par zone de tarification forestière était publié dans la Gazette officielle du Québec. On constate donc que, depuis le 31 mars 1998, la tarification du MRN aura progressé pour les zones périphériques à la forêt privée de 5,92 $/m 3 pour le bois de qualité B et de 6,37 $/m 3 pour le bois de qualité C. Les prix payés aux autres régions Selon les ententes convenues entre les producteurs de bois de la région de Québec, Forex paye 43,75 $ m 3 pour du bois tronçonné, alors qu il paye 41,00 $ m 3 pour le bois tronçonné provenant du territoire du Syndicat des producteurs de bois de La Mauricie. Le témoin du Syndicat M. André Salesse, comptable agréé et expert en fiscalité M. Salesse explique à la Régie la juste valeur marchande et l évaluation d entreprises par rapport à la notion de prix. La juste valeur marchande est le prix le plus élevé obtenu dans un marché libre, sans contrainte, avec des parties non liées. Or, Forex est pratiquement la seule utilisatrice de feuillus dans la région détenant ainsi le monopole de l achat de peuplier. Les producteurs sont dans un marché captif et ne reçoivent sûrement pas la juste valeur marchande de leur produit. Il ajoute que le contexte du marché, c est-à-dire la valeur accordée au produit, doit être pris en compte. Le tremble, sans valeur il y a 20 ans, est devenu une valeur à exploiter. Ses fibres permettent aujourd hui la fabrication des panneaux OSB qui deviennent le produit de substitution du contreplaqué. C est un marché en pleine croissance qui a permis à Forex de vendre des actions avec profit. La valeur actuelle du peuplier peut donc s apprécier grandement afin de fixer le prix de ces fibres selon leur juste valeur marchande. La demande d augmentation de 7,25 $/m 3 présentée par le Syndicat est ainsi pleinement justifiée.

7 7 5.2 Forex Chambord inc. Me Gagnon présente le mémoire de Forex. Il rappelle que Forex opère une usine de panneaux gaufrés située à Chambord. Cette usine a une consommation totale autorisée en bois rond de m 3, majoritairement du peuplier. Son approvisionnement provient à 80 % de la forêt publique en vertu de son contrat d approvisionnement et d aménagement forestier (CAAF) et à 20 % des forêts privées. Forex a négocié en 1993 un contrat d achat de bois rond pour une durée de cinq ans avec le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-Saint-Jean. En novembre 1997, les parties ont convenu de prolonger l entente initiale jusqu au 31 décembre Ces ententes entre les parties ont dûment été homologuées par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Prix d achat du bois rond livré à l usine L approche suggérée par Forex est à l effet que le prix soit établi en tenant compte, d une part, du prix FAB chemin du producteur et, d autre part, des coûts réels du chargement et du transport en fonction du volume négocié. Pour le contrat de 1999, Forex propose une diminution de 1,00 $ m 3 solide pour les bois en longueur, ce qui porte le prix à 32,50 $. Pour le bois tronçonné, le prix est majoré de 3,00 $, ce qui porte le prix à 35,50 $ le m 3 solide. Proposition de Forex Bois en longueur 32,50 $ 33,50 $ Bois tronçonné 35,50 $ 36,50 $ Selon Forex, cette offre correspond à la valeur marchande des bois sur pied, aux coûts d exploitation ainsi qu aux coûts de chargement et de transport, incluant la contribution. Chaque composante a été vérifiée par les témoins experts suivants : M. Jean-François Côté, ingénieur forestier, consultant forestier M. Côté explique les éléments d analyse auxquels il s est référé pour établir le coût de chacune des trois grandes composantes dans le coût du bois livré à l usine. La valeur marchande du bois sur pied (VMBSP) selon une enquête du Bureau de la statistique du Québec (décembre 98) accorde une valeur moyenne de 5,70 $/m 3 pour le peuplier qualité C Pâte, OSB. Le coût d exploitation auquel il réfère est basé sur une enquête réalisée par le MRN en 1995, auquel il ajoute une indexation de 2 % par an pendant 4 ans. La somme des coûts incluant l abattage, ébranchage, débordage, tronçonnage, construction et entretien de chemins et autres dépenses inhérentes serait de 18,40 $/m 3. En cumulant la VMBSP de 5,70 $/m 3 au coût d exploitation de 18,40 $/m 3, on obtient 24,10 $/m 3 que l on peut comparer au prix net provisoire au chemin du producteur de 24,50 $/m 3 (bois tronçonné) publié par le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean dans son rapport annuel de 1998.

8 8 En ajoutant le coût du transport établi en fonction des distances parcourues ainsi que les contributions que les producteurs doivent payer à leur syndicat, M. Côté considère que Forex est justifiée d offrir, pour 1999, 32,50 $/m 3 pour les bois en longueur et 35,50 $/m 3 pour les bois tronçonnés. M. Yvon Lussier, ingénieur forestier de la Firme Groupe McNeil inc. M. Lussier compare les prix nets payés au chemin du producteur ainsi que les coûts de chargement et de transport payés dans les régions de La Mauricie et de Québec pour du bois destiné à l usine Forex Chambord. Ces données, reproduites dans les deux tableaux suivants, ont servi de références pour établir l offre de la compagnie. Tableau 1 PRIX NETS PAYÉS AU CHEMIN DE PRODUCTEUR PAR DES USINES DE PANNEAUX GAUFRÉS (1998) Bois en longueur Régions de la Mauricie et de Québec Syndicat ou office Usine Prix brut au chemin du producteur ($) Contribution ($) (1) Prix net au chemin du producteur ($) (2) Mauricie Malette Forex (St-Michel) Forex (Chambord) 20,15 / TMV 1,79 / TMV 18,36 / TMV (réf. 1) Québec Malette 21,84 / TMV 0,89 / TMV 20,95 / TMV (réf. 2) Forex (Chambord) 22,39 / m 3 s. net 0,89 / m 3 s. net (3) 21,50 /m 3 s. net (réf. 2) Notes : (1) données fournies par les syndicats concernés (2) rapport annuel 1998 des syndicats concernés (3) facteur de conversion : 1m 3 solide net / TMV Tableau 2 PRIX NETS PAYÉS AU CHEMIN DE PRODUCTEUR PAR DES USINES DE PANNEAUX GAUFRÉS (1998) Bois en longueur provenant des forêts privées Syndicat ou office Usine Prix brut au chemin du producteur ($) Contribution ($) (1) Prix net au chemin du producteur ($) (2) Gatineau Mauricie Québec SLSJ Abitibi- Témiscamingue Forex (Maniwaki) Malette Forex (Chambord) 23,71 / TMV 0,97 / TMV 22,74 / TMV (réf. 3) 20,15 / TMV 1,79 / TMV 18,36 / TMV (réf. 1) Malette 21,84 / TMV 0,89 / TMV (3) 20,95 / TMV (réf. 2) Forex (Chambord) Forex (Chambord) Norbord (La Sarre) Norbord (Val-d Or) 22,39 / m 3 s. net 0,89 /m 3 s. net (réf. 2) 21,50 / m 3 s. net (réf. 2) 24,18 / m 3 s. net 1,68 / m 3 s. net 22,50 m 3 s. net (réf. 4) 20,55 / TMV 1,05 / TMV 19,50 / TMV (réf. 5)

9 9 L argumentation des parties 1) Le Syndicat Le procureur, Me Brosseau, rappelle que le Plan conjoint des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean est en vigueur depuis Les producteurs, conformément à ce que permet la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche et le Plan conjoint, ont adopté des règlements dont, entre autres : - le Règlement sur la contribution des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean; - le Règlement des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean sur le fonds de roulement, de promotion et d aménagement de la forêt privée; - le Règlement sur l exclusivité de la vente des producteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean; Le Syndicat vend le bois des producteurs FAB usine. Le prix comprend l ensemble des coûts et il revient aux producteurs de les partager selon les services et les règlements qu ils ont approuvés démocratiquement. Les contributions pour l administration du Plan conjoint sont payées par les producteurs, tout comme les frais reliés au transport qui sont négociés entre le Syndicat et l Association des transporteurs de bois du Saguenay Lac-St-Jean, organismes dûment accrédités à cette fin par la Régie. Le procureur rappelle que les modalités du contrat 1999 ont été convenues par les parties en cours de négociation. Dans les faits, le contrat est exécuté, le bois est livré, la compagnie se dit satisfaite du volume convenu, la contribution pour le fonds de recherche, de promotion et d aménagement de la forêt privée a été payée, tel que le démontrent les documents pertinents : demande de conciliation, rapport de conciliation etc. Le litige se limite donc au prix pour l année Me Brosseau conclut en mentionnant que la proposition de Forex est rétrograde : «selon Forex, vous êtes des producteurs qui n avez pas droit au partage de la richesse, car vous n avez pas de risques financiers d entreprise». Les producteurs devraient accepter de prendre les prix offerts par la compagnie alors que selon ce que nous démontre la situation du marché, l industrie du panneau gaufré OSB est en plein essor. 2) Forex Chambord inc. Le procureur, Me Gagnon, reconnaît que les producteurs de bois ont le droit de s organiser, d administrer un plan conjoint ainsi que de se doter de règlements. Il rappelle à la Régie que le litige à résoudre porte sur le renouvellement de l entente de mise en marché pour l année Selon Me Gagnon, la Régie doit considérer le mémoire du Syndicat non pertinent, car non appuyé par une preuve véritable déposée par des témoins. Le mémoire de Forex repose sur la preuve déposée par les témoins experts et devrait, pour cette raison, retenir l'attention de la Régie. Elle devrait prendre acte du projet de contrat déposé par Forex car elle n a pas juridiction pour imposer le contrat antérieur. Il serait préférable pour Forex de vivre sans décision à ce sujet alors qu il faut que soit arbitré le litige qui persiste sur le prix et la contribution au fonds de recherche, de promotion et de développement des marchés. La demande du Syndicat n a pas été justifiée alors que Forex a démontré que le prix offert est la juste rémunération des composantes soit : le bois, le coût d exploitation, le transport ainsi que la contribution. La Régie doit reconnaître que cette offre de prix couvre l ensemble des frais encourus par les producteurs et que même si la valeur du panneau gaufré s est appréciée, il n est pas du mandat de la Régie de partager la richesse.

10 10 6. ANALYSE ET LA DÉCISION La Régie a étudié la documentation déposée par les parties lors des séances publiques. Elle retient les données, statistiques et exposés qui font référence à l année qui se termine le 31 décembre 1998 pour l analyse de sa décision. Ainsi, la Régie veut encourager les parties à conclure les négociations d un contrat d achat de matière ligneuse avant le début de l année de référence à son application. D abord, la Régie doit circonscrire les articles de l arbitrage du contrat d achat de matière ligneuse entre le Syndicat et Forex. Le 23 septembre 1998, le Syndicat avise Forex qu il désire mettre fin au contrat se terminant le 31 décembre Quelques jours plus tard, le 28 septembre 1998, Forex exprime dans une lettre au Syndicat sa volonté de ne pas renouveler le contrat d achat de matière ligneuse. Des rencontres entre les parties ont lieu afin de négocier un nouveau contrat. Le compte rendu de la réunion du 28 octobre 1998, entre le Syndicat et Forex, indique que les termes du contrat en vigueur en 1998 conviennent aux deux parties et que Forex donne son accord pour prolonger l entente. Seule la fixation des prix pour les bois tronçonnés et en longueur demeure en litige. Les parties se réunissent à nouveau le 10 novembre Elles conviennent d un prolongement de l entente initiale pour une année seulement et reconnaissent également que les discussions portent sur l année Le volume d approvisionnement du bois à l usine ainsi que le fonds forestier sont abordés lors de cette réunion. Les parties échangent des propositions au sujet de la fixation des prix du bois pour l année Le Syndicat demande à la Régie, le 27 avril 1999, la désignation d un conciliateur en indiquant que le litige porte uniquement sur les prix pour le contrat de l année Le rapport de conciliation indique que la conciliation n a pas permis aux parties d en venir à une entente sur le litige portant sur les prix. L arbitrage de la Régie est demandé par le Syndicat, le 21 juin 1999, et il précise que le différend porte uniquement sur les prix du bois livré à l usine de Forex, à Chambord, pour l année Le 21 juillet 1999, Forex écrit à la Régie pour mentionner que la compagnie n est pas d accord avec le rapport de conciliation et que le litige entre les parties concerne d autres articles du contrat. Forex demande un mode d arbitrage en vertu de l article 116, 2 e paragraphe, de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. Le 5 août 1999, la Régie informe le procureur de Forex qu elle arbitrera le litige selon l article 116, 1 er paragraphe. Après analyse des comptes rendus et de la correspondance ci-dessus mentionnée, la Régie conclut que les parties avaient, en séances de négociation, convenu d une extension du contrat d achat de matière ligneuse pour l année D ailleurs, l exécution du contrat fut réalisée en 1999 sauf l application de l article 5 qui détermine les prix. Les arguments des parties lors des deux jours des séances publiques ont porté essentiellement sur les prix du bois. La Régie considère que les articles du contrat de 1998, à l exception de l article 5 concernant les prix, ont été reconduits lors des réunions de négociation pour l année Il n y a pas lieu de revenir sur le contenu de ces articles et ils sont valides et exécutoires pour toute l année du contrat La Régie arbitre donc le litige portant sur les prix du bois au contrat d achat de matière ligneuse liant le Syndicat et Forex pour l année 1999.

11 11 Les prix du bois Forex veut un juste prix à être payé aux producteurs et évoque quatre critères : - Forex tient compte de facteurs économiques dans la rémunération des producteurs; - Forex tient compte des coûts de la manutention du bois; - Forex détermine le coût du chargement du bois ainsi que le transport; - Forex accepte de payer les contributions des producteurs. L argument principal de Forex consiste à dire que le producteur ne prend aucun risque financier pour la transformation du bois En conséquence il devrait recevoir un prix juste que Forex détermine. La Régie ne peut retenir cette base d argumentation présentée par Forex pour déterminer les prix du bois aux producteurs pour le contrat de En effet, les producteurs ont des coûts d exploitation de leur forêt, tels que la main-d œuvre, l équipement, la manutention du bois etc. Ces coûts d exploitation augmentent d une année à l autre et la Régie doit en tenir compte. Le transport du bois relève de la responsabilité du Syndicat, il lui revient de négocier ces coûts entre les transporteurs et le Syndicat. Il ne revient pas à Forex de déterminer à la place du Syndicat les coûts de transport du bois à être payés aux transporteurs. Les producteurs de bois ont approuvé démocratiquement la contribution au financement de leur syndicat par le moyen d un règlement sur la contribution. Il est clair que la contribution est une responsabilité des producteurs. Forex ne doit pas inclure les contributions des producteurs aux éléments de négociation du prix du bois. Forex propose une diminution de 1 $/m 3 du prix du bois en 1999 basée sur les quatre points énumérés plus haut. La Régie ne retient pas les arguments apportés par Forex car elle empiète sur des responsabilités qui incombent au Syndicat. Lors de la réunion de négociation entre les parties du 28 octobre 1998 concernant le renouvellement du contrat pour 1999, le Syndicat demandait une augmentation des prix FAB usine de 6,50 $/m 3 pour le bois tronçonné. Forex offrait une augmentation de 0,10 $/m 3 FAB usine pour le bois tronçonné et applicable à répétition pour les cinq années suivantes. À la réunion du 10 novembre 1998, le Syndicat ramenait sa demande d augmentation à 4,50 $/m 3 par rapport aux prix de 1998, ce qui porterait le prix à 41 $/m 3 pour le bois tronçonné et à 38 $/m 3 pour le bois en longueur pour l année Forex proposait cette fois d augmenter le prix FAB de 0,25 $/m 3 pour Lors de la séance d arbitrage, le Syndicat demandait une augmentation des prix de 7,25 $/m 3 FAB usine, ce qui portait le prix à 43,75 $m 3 FAB usine pour le bois tronçonné, et à 40,75 $/m 3 FAB usine pour le bois en longueur. Forex proposait une diminution du prix de 1,00 $/m 3 pour 1999, ce qui portait le prix du bois tronçonné à 35,50 $/m 3 et celui du bois en longueur à 32,50 $/m 3. La Régie constate que les parties ont fait des efforts pour présenter la justification de chacune de leur proposition.

12 12 Considérant que : 1. Les producteurs de bois ont reçu pratiquement le même prix pour leur produit depuis trois ans. Il fut démontré que les coûts d exploitation reliés à la coupe du bois, la manutention et les travaux sylvicoles ont progressé durant ces trois années. Les producteurs ont assumé ces augmentations des coûts et il y a lieu de prévoir un rattrapage; 2. Les prix des panneaux OSB sur le marché nord-est américain sont passés de 135 $/1 000 pi 2 en 1997 à 199 $/1 000 pi 2 en 1998, soit une augmentation de 47,4 %. Le bois étant la matière première pour la fabrication des panneaux OSB et constituant, selon Forintek Canada, environ 41 % du coût de production variable dans l industrie du panneau en 1997, le Syndicat est en droit de recevoir un pourcentage de l augmentation du prix de vente des panneaux OSB; 3. Le ministère des Ressources naturelles a augmenté en 1998 les taux unitaires de la valeur marchande des bois sur pied des forêts du domaine public pour les zones périphériques à la forêt privée pour les peupliers. Le Syndicat a démontré que cette augmentation est de 6,37 $/m 3 pour le bois de qualité C; 4. Forex a consenti une augmentation de 5 $/m 3 au Syndicat des producteurs de bois de la région de Québec pour l année 1998, soit une augmentation de 19 % par rapport aux prix payés pour le bois en Tenant compte de ces considérations, la Régie fixe, pour l année 1999, l augmentation du prix du bois FAB usine, tant en longueur que tronçonné, à 3,65 $/m 3 solide. Les autres articles du contrat d achat de matière ligneuse en vigueur en 1998 sont reconduits en La Régie recommande aux parties d amorcer, dans les meilleurs délais, la négociation du contrat devant établir les conditions de mise en marché du bois pour l année EN CONSÉQUENCE, la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec fixe le prix des bois tronçonnés de 2,5 mètres à 40,15 $/m 3 FAB usine et le prix des bois en longueur d arbre à 37,15 $/m 3 FAB usine pour l année 1999 au contrat d achat de matière ligneuse. JEAN-CLAUDE DUMAS NORMAND BOLDUC CLAIRE-HÉLÈNE HOVINGTON

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Convention relative à la mise en marché des pommes de terre en croustilles

Convention relative à la mise en marché des pommes de terre en croustilles Convention relative à la mise en marché des pommes de terre en croustilles Pour les années de récoltes 2012-2013 et 2013-2014 ENTRE Le comité représentant les producteurs de pommes de terre pour fins de

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton o Téléphone au bureau : 514-351-8700 o Pour toute urgence

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DU PROMOTEUR. Appels de propositions pour les unités d aménagement 041-51 et 043-51. Avril 2009

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DU PROMOTEUR. Appels de propositions pour les unités d aménagement 041-51 et 043-51. Avril 2009 Programme relatif à l octroi d un permis autorisant, pour une certaine période, la récolte annuelle de biomasse forestière dans les forêts du domaine de l État Appels de propositions pour les unités d

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

: 7890 : 15 2003 1201-03 UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES

: 7890 : 15 2003 1201-03 UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES Décision En vertu de la Loi sur les producteurs agricoles (L.R.Q., c. P-28) Numéro : 7890 Du : 15 août 2003 Dossier : 1201-03 UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES 555 boulevard Roland-Therrien Longueuil (Québec)

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 05 38 Date : Le 8 août 2007 Commissaire : M e Jacques Saint-Laurent X Demanderesse c. Compagnie d assurance vie RBC Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083)

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083) RÈGLEMENT DE DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME Projet n : SHE-00022549 (STTV-083) Préparé par : Les Services exp inc. 150, rue de Vimy Sherbrooke (Québec) J1J 3M7 www.teknika-hba.com Tél.

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19.

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19. PROVINCE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BOILEAU MRC PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 01-065 RÈGLEMENT SUR LES DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME ATTENDU QUE la Municipalité de Boileau a adopté un règlement

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) . ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : SORECONI ENTRE : MÉLANIE

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRE :

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRE : RÉGIE DU BÂTIMENT DU QUÉBEC PLAN DE GARANTIE Contrat numéro : 020979 SORECONI (Société pour la résolution des conflits inc.) Organisme d arbitrage autorisé Dossier numéro PG 040520001 M. François Liard

Plus en détail

CHARTE DES RAPPORTS ENTRE LES BANQUES DANS LES CREDITS ACHETEURS FRANCAIS ADMINISTRES

CHARTE DES RAPPORTS ENTRE LES BANQUES DANS LES CREDITS ACHETEURS FRANCAIS ADMINISTRES 1/6 Bon usage le 1er octobre 2008 CHARTE DES RAPPORTS ENTRE LES BANQUES DANS LES CREDITS ACHETEURS FRANCAIS ADMINISTRES La présente Charte, fondée sur les usages en vigueur, a pour objet de décrire les

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE

RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE MRE RÈGLEMENTS RÉGISSANT LES DEMANDES DE BOURSE POUR LE MOIS DE LA RECHERCHE ÉTUDIANTE DATE LIMITE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES Aucune demande ne sera acceptée après le 15 janvier. Les demandes incomplètes

Plus en détail

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression Les services de fourniture et de gaz de compression de gaz naturel et de gaz de compression EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture

Plus en détail

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE»,

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE», CONVENTION DE PARTICIPATION AU PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE DU DOSSIER DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL POUR LES S D ÉCONOMIE SOCIALE EN AIDE DOMESTIQUE ENTRE : LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX,

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007 OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE Le 10 décembre 2007 Le Syndicat présente l offre qui suit en réponse à l offre globale soumise

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

M. Anthony Frayne, B.Sc. (Écon.), MBA Régisseur. Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse

M. Anthony Frayne, B.Sc. (Écon.), MBA Régisseur. Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse D-99-138 R-3429-99 30 juillet 1999 PRÉSENT : M. Anthony Frayne, B.Sc. (Écon.), MBA Régisseur Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Décision concernant le projet d extension de réseau

Plus en détail

ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU

ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU Objet : Programme d équité salariale QUE QUE QUE QUE les dispositions de la Loi sur

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME (Règlement numéro 8) Remplaçant l ancien règlement numéro 8 et abrogeant le Règlement numéro 6 -

Plus en détail

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE.

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE. C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE Bénéficiaire / Auditeur Convention Bénéficiaire / Auditeur» S O M M A I R E Page Article 1. OBJET DE LA CONVENTION...3 Article 2. DOCUMENTS CONTRACTUELS.3 Article

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

PRÉSENTS : M e Lise Lambert, LL.L., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière, B. Sc. (Écon.) M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA. Régisseurs.

PRÉSENTS : M e Lise Lambert, LL.L., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière, B. Sc. (Écon.) M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA. Régisseurs. D-2002-21 R-3477-2001 29 janvier 2002 PRÉSENTS : M e Lise Lambert, LL.L., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière, B. Sc. (Écon.) M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA Régisseurs Hydro- Québec Demanderesse Décision

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 1192 DÉLÉGATION DE POUVOIRS À CERTAINS FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE LA VILLE DE MASCOUCHE

RÈGLEMENT NUMÉRO 1192 DÉLÉGATION DE POUVOIRS À CERTAINS FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE LA VILLE DE MASCOUCHE RÈGLEMENT NUMÉRO 1192 DÉLÉGATION DE POUVOIRS À CERTAINS FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE LA VILLE DE MASCOUCHE CONSIDÉRANT QUE le conseil peut, en vertu de l article 477.2 de la Loi sur les cités et villes

Plus en détail

DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X

DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X Adresse: Numéro de téléphone : ( ) - Adresse principale Bureau Numéro de télécopieur : ( ) - Ville Limite de crédit

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES

LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre A-31 LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES Dans la présente loi, le mot «Régie» désigne La

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ)

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Date limite de présentation des propositions : Le mardi 4 septembre 2012, 17 h 1 Renseignements préliminaires

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

Ordonnance par consentement

Ordonnance par consentement Droit de la famille Ordonnance par consentement Guide pratique sur le droit de la famille 5 photo: www.archbould.com Justice Services judiciaires Sources d information juridique (gouvernement du Yukon)

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Table des matières Page A) Plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec 2 B) Règlement sur le fichier et sur les renseignements des

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL GUIDE DE DÉTERMINATIONN DE L ÉCHELON SALARIAL CALCUL DE L EXPÉRIENCEE ET DE LA SCOLARITÉ AVANCEMENT D ÉCHELON EN «PROGRESSION NORMALE» ET EN «PROGRESSION ACCÉLÉRÉE» CONVENTION 2010-2015 JANVIER 2012 Rédaction

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE RÉUNION ET DE DÉPLACEMENT

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE RÉUNION ET DE DÉPLACEMENT POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE RÉUNION ET DE DÉPLACEMENT http://www.actuaires.ca/members/agreements/expense_claim_form_f.pdf Document 206024 1. Généralités L Institut encourage les présidents

Plus en détail

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008.

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008. ACCORD SALARIAL 2008 NAO 2007 Entre La Banque Populaire Loire et Lyonnais, dont le siège social est situé à Lyon 3 ème, 141 rue Garibaldi, représentée par Monsieur OLIVIER DE MARIGNAN, Directeur Général

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique.

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique. NOM DE L AGENCE DU CRTIER NOM DE L AGENCE DU CRTIER ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE, CRRIEL REPRÉSENTÉ PAR NUMÉRO DE PERMIS NOM DE LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO

Plus en détail

Règlement interne Edition 2015

Règlement interne Edition 2015 Règlement interne Edition 2015 En vertu de l article 5 des statuts du 16 juin 2014, le Conseil de Fondation édicte le règlement suivant : Art. 1 Indemnisation des membres du Conseil de Fondation 1. Pour

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES, Y COMPRIS CELLES DE L ÉCONOMIE SOCIALE

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES, Y COMPRIS CELLES DE L ÉCONOMIE SOCIALE POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES, Y COMPRIS CELLES DE L ÉCONOMIE SOCIALE 26 JANVIER 2016 [Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici] Mise en contexte La MRC de l Île d Orléans désire soutenir le développement

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

ci-dessous, sont éligibles à des prêts de services, conformément aux règlements applicables, aux ententes collectives et/ou ententes locales.

ci-dessous, sont éligibles à des prêts de services, conformément aux règlements applicables, aux ententes collectives et/ou ententes locales. POLITIQUE : POLITIQUE EN MATIÈRE DE PRÊTS DE SERVICES CODE : HR-1 Origine : Service des ressources humaines Autorité : Résolution 15-09-21-14 Référence(s) : Règlement N o 2, article 17 RAISON D ÊTRE L

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire»)

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

Loi sur la Société du Plan Nord

Loi sur la Société du Plan Nord PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 11 Loi sur la Société du Plan Nord Présentation Présenté par M. Pierre Arcand Ministre de l Énergie et des Ressources naturelles et ministre

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 22 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 31 Site Internet : www.ciep.fr MARCHE DE SERVICES DE COMMUNICATIONS MOBILES VOIX ET DONNEES

Plus en détail

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL Entre l Etat du Grand-Duché de Luxembourg, représenté par son ministre ayant le Logement dans ses attributions, Monsieur Fernand BODEN, et son ministre ayant l Intérieur dans

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2010-082 R-3732-2010 23 juin 2010 PRÉSENTS : Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision procédurale

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail