Dépôt légal n 2008/0006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépôt légal n 2008/0006"

Transcription

1 N 1, 2008

2 Tous droits réservés à l Université Mohammed V - Agdal, Rabat Dépôt légal n 2008/0006 MB Arts Editeur: Université Mohammed V-Agdal, Rabat

3 2008

4

5 Prospectives Universitaires, n 1, 2008 Sommaire Hafid BOUTALEB JOUTEI, Editorial 9 Education et formation Hafid BOUTALEB JOUTEI, Quel système d enseignement pour la formation des cadres compétents? Lahcen OULHAJ, Adéquation entre l Enseignement Secondaire et l Enseignement Supérieur : le cas de la Faculté de Droit Nouzha BOUAMOUD & Saaïd AMZAZI, Bioéthique : Enseigner la Conscience de la Science Abderrazzak ELMEZIANE, De l Opportunité de l application de l Approche Pédagogique par Compétence dans les établissements universitaires à vocation professionnelle : cas des Ecoles Supérieure de Technologie Fatima BOUZENIRH, English Studies and the Spirit of Dialogue at the Time of the Reform Nadia BOUQALLAL, Les Filières Professionnelles en Sciences Humaines et Sociales:Présentation d une Licence Professionnelle de Médiation Culturelle Problématiques de la recherche scientifique Tijani BOUNAHMIDI, Valorisation des résultats de la recherche à l Université Mohammed V-Agdal : approche d une stratégie Mohamed BERRIANE, Les Sciences Humaines à l Université marocaine entre recherche fondamentale et engagement dans l effort de développement, le cas de la Géographie Mohammed KENBIB, A propos de l histoire contemporaine du Maroc. La croisée des chemins? Mohamed FENNANE, Les recherches floristiques au Maroc : Passé riche, présent difficile et avenir incertain Ressources humaines Jilali MIKRAM, Quelques éléments de réflexion sur la profession et le statut des enseignants chercheurs 119 Gestion administrative Siham HAJJI, Management universitaire à l épreuve de la réforme 127

6 Evaluation Jamal Eddine EL HANI, L évaluation des filières: le cas de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat ( ) Saaïd AMZAZI & Nouzha BOUAMOUD, Réforme de l Enseignement Supérieur: L expérience de la Faculté des Sciences de Rabat ( ) Abdelali KAAOUACHI, Les classements internationaux des universités: Quels enjeux pour l université marocaine? L université et son environnement national et international Wail BENJELLOUN, The Knowledge-Based Economy: Challenges for the Moroccan University Lahsen AIT BRAHIM, La gestion des catastrophes naturelles au Maroc (rôles de l Université Mohammed V-Agdal et perspectives) Naïma HAMOUMI, Les Sciences de la Mer : Un outil stratégique incontournable pour le développement durable au Maroc Mustapha LAMIRI, La société et la recherche scientifique Mohamed MOUNA, Le Muséum National d Histoire Naturelle de l Institut Scientifique : fonctions et rôle dans l environnement régional, national et international Oumama AOUAD LAHRECH, Quel rôle pour la Diplomatie Académique? Article de spécialités Mahfoud ZIYAD, Place de la Catalyse Hétérogène dans la Chimie 243

7 Editorial

8

9 Prospectives Universitaires, n 1, 2008 Editorial L évolution rapide des sociétés à travers le monde, soutenue par une économie mondialisée axée sur des technologies de plus en plus sophistiquées, nécessite, pour leur mise en œuvre efficace, des ressources humaines hautement qualifiées, capables d assurer aux entreprises qui les emploient un niveau de compétitivité internationale, à même de leur permettre de garantir une part de marché suffisante pour pérenniser leurs activités et par là, contribuer à une création de richesse durable vecteur d un bien-être économique et social des populations. Ce contexte socio-économique qui se traduit par une demande sociale vis-à-vis des systèmes d enseignement supérieur, en général, et des universités publiques, en particulier, exige de ces dernières à revoir leur rôle classique qui consistait à développer et diffuser le savoir pour le savoir, en prenant en considération les besoins de la société en formation et en recherche susceptibles de produire un impact positif sur son développement socio-économique et culturel. Cette demande sociale de plus en plus pressante a amené un grand nombre de pays à travers le monde à mettre en place des réformes de leurs systèmes d enseignement supérieur. Même si le contenu pédagogique des réformes entreprises varie légèrement d un pays à l autre, les principales caractéristiques de ces dernières sont communes et sont dictées par le contexte décrit ci-dessus. Au Maroc, la loi portant organisation de l enseignement supérieur ambitionne de faire de l université marocaine la locomotive de développement du pays. C est la réponse du législateur à la demande sociale. Pour permettre à l université d assurer ce rôle, la loi a revu de manière radicale sa configuration organisationnelle. D un système facultaire où l université est composée d établissements (facultés, écoles et instituts) dotés d une relative autonomie pédagogique, administrative et financière, elle devient une entité sous forme d établissement public doté de la personnalité morale et de l autonomie administrative, financière, pédagogique, scientifique et culturelle. L objectif recherché étant un meilleur pilotage basé sur une vision et une stratégie globales susceptibles de permettre l optimisation des performances de l université en tant qu entité. L Université Mohammed V-Agdal, comme les autres universités marocaines, a œuvré depuis 2001 à la mise en application de cette ambitieuse réforme qui, en plus de la transition structurelle et organisationnelle précitée, vise une refonte complète du système pédagogique et de recherche ainsi que la mise en place de structures susceptibles de lui permettre de réaliser les nouvelles missions qui lui sont attribuées par la nouvelle loi. La mise en place de la réforme a nécessité beaucoup de débat au sein de commissions spécifiques au niveau national et à l échelle de chacune des universités. Elle a concerné tous les aspects de la vie de l université : la gouvernance, la pédagogie et la recherche ainsi que la valorisation de cette dernière. C est dans ce cadre que nous avons lancé l idée de la publication de la présente revue qui se veut être un forum de discussion et d échange de points de vues sur tout ce qui 9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20 Hafid BOUTALEB JOUTEI les pays du Sud et à un moment où les firmes privées des pays riches qui sont, de loin, la source principale de technologie destinée à la production industrielle dans les PVD, ont tendance à considérer le transfert de technologie comme un substitut de l innovation et un moyen d allonger le cycle de vie des technologies qui ont atteint un degré élevé de maturité voire d obsolescence. Il est aujourd hui établi que le contrôle quasi total exercé par une poignée de firmes privées sur les innovations de produit ou de processus leur permet de programmer la durée de vie de ces innovations, en fonction de leur coût, des marchés susceptibles de les absorber et des profits qu elles permettent de dégager. A ce propos, certains auteurs parlent "d obsolescence programmée de la technologie." Dans un tel contexte, il s'avère urgent de repenser la relation université/ entreprise en liaison avec le problème du transfert de technologie. Il est vital de développer les relations en aval de la recherche, de favoriser l'interface entre la recherche scientifique fondamentale et le développement technologique, de promouvoir les conditions d'une revalorisation de la recherche et d'une meilleure diffusion de ses résultats. Les relations des universités avec le monde de l'entreprise sont plus développées avec les grandes entreprises qu'avec le tissu des PME. L'effort doit porter sur ces dernières dans le sens de l'incitation systématique à l'innovation, notamment par une meilleure diffusion, auprès d'elles, des résultats de la recherche. Il est aujourd'hui admis que les TIC sont au centre de profondes mutations organisationnelles des systèmes économiques et sociaux : elles en redéfinissent les frontières spatiales et temporelles, la manière de produire, d'apprendre et d'échanger. D'un autre côté, les TIC sont à l'origine d'une formidable extension de la dimension immatérielle de la production (industrie du logiciel, informatique, multimédia, Internet, téléphonie mobile ) qui est à l'origine de ce que certains appellent déjà "la fracture numérique". Une fracture qui risque d'accélérer l'exclusion des économies périphériques des grandes évolutions en cours, et partant, leur marginalisation des effets structurants de la mondialisation à l'œuvre. La réduction de cette fracture est tributaire de l'aptitude des pays en voie de développement à participer à l'offre mondiale et à tirer profit des opportunités qu'offre la recomposition de la géographie industrielle des TIC. Un autre défi pour les PVD : leurs systèmes d'enseignement supérieur se voient sommés de rénover leur démarche et leurs modes de fonctionnement. Plusieurs grands principes ou règles d or doivent guider cette nouvelle démarche : l ouverture, la diversification, la contractualisation, etc (voir paragraphe 2). La mise en œuvre de ces grands principes peut constituer le viatique à une amélioration des prestations de l'université car elle instillera entre universités une certaine dose de compétitivité. Ce repositionnement de l'université doit se traduire par une rénovation des modes de fonctionnement de l'université au double niveau pédagogique et administratif. 20

21 Quel système d enseignement pour la formation des cadres compétents? 3.1. Rénovation des processus pédagogiques et de recherche Il va falloir passer d'une situation où le rôle de l'enseignant était central à une autre situation où c est le travail d'équipe qui prime et qui fera de plus en plus appel à des personnels et des compétences extra-universitaires. L'enseignant-chercheur qui était hier "un auteur- compositeur- interprète" devient un "scénariste- réalisateur" et accompagnateur de formations centrées non plus sur l'enseignant lui-même mais sur l étudiant ou l apprenant. Les processus de recherche sont également appelés à de profondes mutations grâce à l'introduction des outils de modélisation et de calcul pour les sciences exactes ou encore à la prolifération des bases de données pour les sciences humaines Modification des pratiques administratives L'utilisation des TIC permet la mise en place de bases d'informations sur la scolarité, le budget, le patrimoine et les personnels et ne manquera pas de se traduire par l'émergence de nouveaux modes de travail (workflow, par exemple) et d une nouvelle répartition des pouvoirs dans l'université. La multiplicité des circuits d'information et la mise en réseaux des compétences permettront aux présidents d'universités et aux responsables d'établissements de se consacrer à des fonctions stratégiques et prospectives Perspectives du système de l enseignement supérieur Les mutations que connaît l économie mondiale et leur impact sur les rouages des économies nationales placent nos universités devant un double défi : elles doivent, d abord, contribuer à la modernisation sociale et ce, en s appliquant à la formation d un nouveau profil de citoyen conscient de ses responsabilités vis-à-vis de sa société et son environnement, ouvert sur le monde, sur le progrès scientifique, sur toutes les avancées de l humanité et imprégné des valeurs universelles de démocratie et de droits de l homme. Un citoyen interactif, préparé aux métiers du futur, alliant savoir, savoir-faire et savoir-être ; elles doivent, en second lieu, s impliquer davantage dans le développement économique, scientifique et technologique du pays par la contribution à la mise à niveau de son tissu économique, par la valorisation de ses avantages concurrentiels et par une recherche permanente de l insertion optimale dans une économie mondialisée certes, mais dans laquelle la concurrence et la lutte entre nations pour les parts de marché restent un leitmotiv incontournable. La réalisation de ces objectifs passe par la rénovation de l'université et son aptitude à concilier, dans un même mouvement, souplesse, réactivité, lisibilité, cohérence et maintien de son identité. Cependant, les impératifs d une croissance endogène auront tendance à accroître son rôle au niveau du développement régional et ce, par une extension de ses misions en tant 21

22 Hafid BOUTALEB JOUTEI que vecteur de transfert des connaissances entre chercheurs et acteurs socioéconomiques d une part, et en tant que détenteur d un ensemble de ressources intra et extra-universitaires comme les bibliothèques ou les pôles scientifiques, d autre part. Les universités se trouvent dès lors au centre du cercle vertueux du développement économique parce qu elles sont reconnues par les étudiants, les entreprises et les pouvoirs publics comme un instrument régional et international de croissance. Les étudiants attendent un enseignement s appuyant sur les connaissances nouvelles produites par la recherche. Il en est de même des adultes qui s inscrivent dans des programmes de formation continue. Cela implique l utilisation intensive des NTIC et donc des investissements financiers et humains importants. Les entreprises attendent de l université qu elle leur fournisse les compétences immédiatement rentables mais également qu elle adapte ses diplômes à long terme et qu elle s investisse dans la recherche fondamentale et l application de ses découvertes aux fins de la recherche et développement (R&D). Les pouvoirs publics insistent sur la qualité du capital humain en tant que facteur décisif du développement académique, social et culturel. La satisfaction de la demande de ces trois acteurs implique de : i) faire de la recherche la priorité des priorités tant au plan financier qu aux plans des politiques publiques mises en œuvre et de la gestion universitaire confrontée de plus en plus à des changements majeurs dans les conditions de travail des chercheurs ; ii) mettre en place une politique active de coopération entre universités et constituer des réseaux de recherche dans le but de rendre plus rapide les échanges et transferts des résultats de la recherche ; iii) moderniser et faire évoluer l organisation de l université. Les évolutions posent le problème de la transformation de la gestion, de la gouvernance et du statut des universités. Elles peuvent déboucher sur une déstabilisation des établissements d enseignement supérieur désormais soumis à deux logiques : la logique du "capitalisme académique" : elle touche la structure de la gouvernance et de la gestion des universités confrontées à la concurrence pour les recherches de fonds extérieurs qui assurent une part centrale de leur financement. C est le cas de certaines universités en Australie, au Royaume-Uni et aux USA qui, du fait de la compétition, se voient contraintes de refaçonner tout le travail des facultés et l enseignement universitaire lui-même. Les membres de cet enseignement, de plus en plus indépendants, sont des "capitalistes" des entrepreneurs au sein du secteur public, dont on juge la performance et qui considèrent comme naturel d obtenir des privilèges liés aux financements récoltés; la logique du service public : elle suppose que les autorités de tutelle agissent et permettent aux universités, par leur financement, de mener à bien leur mission de service public avec l équité que suppose une telle mission. Dans les deux cas, les partenaires externes attendent des modifications externes et des changements de nature organisationnelle dans le fonctionnement interne des institutions universitaires. Les autorités publiques doivent accompagner cette ouverture de l université vers le monde de l entreprise. L exemple canadien mérite d être médité : la politique fédérale canadienne accorde d importantes subventions de recherche à des 22

23 Quel système d enseignement pour la formation des cadres compétents? groupes, de préférence inter-universitaires, en les obligeant à travailler en concertation avec des entreprises privées. 4. L université publique comme Etablissement Public Scientifique Culturel et Professionnel (EPSCP) 4.1. Vers des EPSCP de la performance sur le plan gouvernance La nouvelle réforme de l enseignement supérieur marocain a permis l initiation d une mutation profonde de la conception et de la gouvernance de ce secteur public dont les opérateurs sont principalement les universités avec leur nouveau statut d établissement public doté de la personnalité morale et de l autonomie administrative, financière, pédagogique, scientifique et culturelle. Cependant, le législateur marocain n a pas distingué entre l établissement public à caractère commercial et/ou industriel et l établissement public scientifique, culturel et professionnel. Cette confusion des genres entraîne de graves dysfonctionnements surtout au niveau de la gestion administrative et financière. "Le passage de l état actuel à celui d EPSCP ou établissement public à contrôle d accompagnement est une véritable mutation d un système de moyens sans feedback et sans évaluation à un système avec feedback, évaluable, et reposant sur le triptyque objectifsmoyens-résultats avec pilotage à travers des indicateurs de performance" Exigences et enjeux de cette mutation sur le plan de la gouvernance Aujourd hui, des objectifs sont assignés aux universités, sans qu elles disposent des moyens nécessaires. La mutation implique effectivement, de façon incontestable, de nouvelles responsabilités pour les universités et de relatives libertés dans la mesure où pour un service public, essentiellement assuré grâce aux ressources de l Etat, une totale liberté des établissements n est pas concevable. Toutefois, il paraît nécessaire de donner aux universités une plus grande maîtrise des moyens, en vue d une meilleure efficience et d une qualité accrue du service public. Pour que la mise en œuvre de ce passage soit réussie, la mutation et ses enjeux doivent être compris à tous les niveaux du service public: Etat, dirigeants, personnels et usagers des universités. Cette dimension collective de la mutation devra s accompagner d une évolution des mentalités des acteurs, ce qui pourra nécessiter des actions de formation massives. Toutefois, le chantier global est pluriannuel: la construction des indicateurs ou, encore la transformation des pratiques et mentalités nécessiteront du temps Adopter un contrôle intelligent sur le plan de la gouvernance Il serait intéressant d explorer quelques pistes en matière de gestion financière et comptable des universités. L absence du statut des enseignants-chercheurs, administratifs et personnel technique relevant des universités pose un grand problème de maîtrise des ressources humaines. Il est grand temps de réformer leur statut, selon les dispositions de 23

24 Hafid BOUTALEB JOUTEI la loi 01-00, tout en évitant l usage de terminologie qui fâche et en s ouvrant sur les partenaires sociaux. En effet, il serait bénéfique que les universités disposent d une meilleure maîtrise des ressources humaines, recrutement, promotion et l utilisation de la contractualisation. De même, la gestion du patrimoine immobilier et de la maintenance doit être soutenue. L état de cette gestion influe le niveau de performance des établissements, et les indicateurs devront en prendre compte. D autre part, il sera nécessaire de simplifier les procédures administratives et financières en accompagnement des nouvelles charges qui incomberont aux services administratifs et financiers. Le contrôle d accompagnement mené les ministères de tutelle, en particulier celui des finances, semble ainsi constituer un réel instrument de progrès pour le fonctionnement des structures comptables. De même, la gestion des emplois devra évoluer, notamment en ce qui concerne les procédures et les délais de recrutement et de transformation des postes budgétaires. Pour que les établissements publics soient éligibles par le ministère des finances en contrôle d accompagnement, il faut remplir les conditions suivantes : avoir une politique claire de gestion des ressources humaines, disposer d un système d information intégré, tenir une comptabilité analytique qui fait état des immobilisations des recettes propres etc, en plus d un système d indicateurs de performance. L absence du statut personnel des universités risque de devenir une entrave à l application du contrôle d accompagnement et donc un handicap pour le développement des universités Vers des EPSCP de la performance Il est impératif que la conception, le contenu et le mode d'enseignement des programmes soient régulièrement adaptés aux besoins de la société et aux exigences du développement et qu'ils tiennent compte des innovations et des évolutions de chaque discipline, afin de créer des relations plus solides, en termes de planification et de stratégie, entre l'université et le monde du travail. Cette dynamique mènera indubitablement à de nouveaux partenariats publics - privés dont pourraient profiter les universités en matière de gouvernance et de financement. En conclusion générale, la mise en œuvre du passage à l EPSCP pour l université marocaine doit s inscrire dans un ensemble vertueux. La confiance accordée aux universités par l Etat est le premier point de cet ensemble. Cette condition n est pas encore totalement satisfaite dans la plupart des pays en voie de développement. La confiance permettra d accroître l autonomie des universités, condition de leur meilleure efficience. Cette autonomie sous-tend une politique d engagement. Cette politique nous permettra d accomplir des progrès dans notre culture de la performance et de la qualité. Ces progrès renforceront alors la confiance de l Etat. 24

25 Prospectives Universitaires, n 1, 2008, pp Adéquation entre l Enseignement Secondaire et l Enseignement Supérieur : le cas de la Faculté de Droit Lahcen OULHAJ* Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Université Mohammed V - Agdal, Rabat KLºU p «w ª U Ë NU w «πu±fw ô Ë w «Iu Ë«FKu «ôæ BUœ W Ë«b Od. Ë w «b «ßU w ØKOW «Iu. Ë ªKh «LIU W c p v {dë b«à F W KFKu «ô LU OW w «FKOr «U uí «Q OKw, F W º IDV e «Ø Od«±s «ö±oc COd r «LGd OW Ë«b «ßU w ØKOW «Iu, OY Ê «AF W «DU OW w «UØU u U Ë w «FKu «πd OW ô ö  ±l «b «ßU «πu±fow «w ª U U KV «U±KOs «πbœ K UØU u U Os cá «LIU W ±s îö «LFDOU «dßlow Ê MU br ±ö ±W Os FV «UØU u U ±Kªh L Université marocaine (moderne), qui est relativement jeune puisque ses premiers centres n ont été créés par les autorités du Protectorat qu au cours des années vingt du siècle dernier et puisqu elle ne remonte en tant qu université qu à 1959, a parfaitement rempli la première mission qui lui a été assignée, savoir la formation des cadres du nouvel Etat indépendant. Cette université a en effet formé durant son premier quart de siècle d existence la majorité des diplômés qui encadrent les institutions sociales, politiques, économiques, culturelles, éducatives et judiciaires du pays. Durant cette période relativement courte, l Etat a assuré, sans le moindre problème, l absorption de tous ces nombreux cadres. Cependant, l Etat qui s était fortement endetté dut en 1983 se résoudre à appliquer un programme d ajustement structurel qui visait, entre autre, le rétablissement des équilibres financiers. Cela ne pouvait se faire sans réduire les dépenses publiques. C est ainsi qu il a cessé de recruter pour faire apparaître, pour la première fois au Maroc, le chômage des jeunes diplômés. Le privé peinait à prendre la relève. C est comme cela que s est posé le problème de l adéquation entre l enseignement supérieur et les besoins en encadrement des entreprises. Evidemment, l université ne doit pas former des chômeurs. Mais, sa vocation n est pas de former exclusivement pour l entreprise. Elle doit, au-delà de cette mission utilitariste, dispenser du savoir pour le savoir. Elle a la mission première de former des citoyens * Professeur des sciences économiques, Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Université Mohammed V - Agdal, Rabat. 25

26 Lahcen OULHAJ autonomes, tolérants et démocrates. Des citoyens doués de créativité et porteurs des nobles valeurs universelles. Bien entendu, si ces bons citoyens sont en plus utiles pour l entreprise et pour sa croissance, ce sera l idéal. D ailleurs, la formation pour les besoins de l économie est à un double titre problématique. Primo, ces besoins évoluent rapidement et toute planification de la formation fondée sur les besoins présents ne pourra jamais atteindre l adéquation souhaitée. Secundo, quand on est dans un pays en développement comme le Maroc, on est en droit de se demander laquelle des deux, de l économie ou de la formation, doit mener et diriger l autre. Ne doit-on pas former pour une économie plus avancée aux besoins difficiles à définir au lieu de vouloir former pour satisfaire les besoins présents, lesquels sont ceux d une économie en retard? Cette problématique de l adéquation entre la formation supérieure et l emploi est importante pour le Maroc et a déjà fait l objet d abondantes études. Dans ce qui suit, nous voulons considérer une autre problématique d adéquation qui n a pas reçu l intérêt qu elle mérite. Il s agit de l adéquation entre l enseignement d avant le baccalauréat, plus particulièrement le secondaire qualifiant et l enseignement supérieur. Une comparaison rapide des effectifs des différentes séries de l enseignement secondaire et de la répartition des étudiants par champ disciplinaire universitaire dégage une inadéquation relativement importante au Maroc entre la série du baccalauréat obtenu et le champ disciplinaire choisi à l université. En effet, la répartition des nouveaux bacheliers de l enseignement public se présente en 2006 comme suit : - Enseignement général : 90.56% - Lettres Modernes : 38% - Sciences Expérimentales : 47.07% - Sciences Mathématiques A et B : 4.1% - Enseignement Originel : 2% - Technique Commerciale : 5.22% - Technique Industrielle : 2.25% Les chiffres ci-dessus indiquent que le baccalauréat Sciences Expérimentales est dominant et qu il concerne pratiquement la moitié des nouveaux bacheliers. Les sciences expérimentales et les mathématiques dépassent légèrement la moitié des baccalauréats obtenus. Les lettres modernes occupent le deuxième rang. L enseignement technique (commercial et industriel) ne représente que 7.5%. Considérons maintenant la répartition des nouveaux inscrits par champ disciplinaire ou par type d établissement de l enseignement supérieur (en ) : - Enseignement Originel : 1% 26

27 Adéquation entre l Enseignement Secondaire et l Enseignement Supérieur - Sciences Juridiques, Economiques et Sociales : 40% - Lettres et Sciences Humaines : 31.4% - Sciences et Sciences et Techniques : 23% - Médecine, Pharmacie et Médecine dentaire : 1.35% - Sciences de l ingénieur : 0.4% - Commerce et Gestion : 1% - Technologie : 2.27% Ce qui frappe au vu de ces chiffres, c est la prédominance de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. Ce champ disciplinaire (SJES et Commerce et Gestion) attire à lui seul 41% des nouveaux inscrits dans l enseignement public. Lorsque nous considérons la correspondance entre la série du baccalauréat et le champ disciplinaire où s inscrit le nouveau bachelier, nous pouvons retenir ce qui suit : - Les bacheliers de l enseignement originel s inscrivent dans l enseignement originel ; - Les bacheliers des lettres modernes s inscrivent en majorité à la faculté des lettres et des sciences humaines. Il en reste une fraction qui s inscrit en droit ; - Les bacheliers scientifiques (51.17%) s inscrivent dans les facultés des sciences, des sciences et techniques, de médecine et de pharmacie, de médecine dentaire et aux écoles d ingénieurs (27%). Il en reste donc une grande partie ( soit 24.15%) ; - Les bacheliers de technique commerciale (5.22%) s inscrivent en sciences économiques et gestion, à l ISCAE et à l ENCG. Leur nombre est cependant très inférieur à celui des nouveaux inscrits dans ce champ disciplinaire. La première conclusion qui se dégage de ce qui précède est que c est le bachelier sciences expérimentales qui reste disponible pour s inscrire en sciences économiques et gestion. En effet, aujourd hui, la majorité des étudiants de cette filière sont titulaires de cette série de baccalauréat. La question est de savoir si ce type de baccalauréat est adapté à ce champ disciplinaire? Nous ne le pensons pas. C est que le bachelier sciences expérimentales passe au lycée beaucoup de temps à apprendre les mathématiques qui ne servent pas toujours en sciences économiques, les sciences physiques qui peuvent être utiles pour le citoyen mais pas pour l économiste et les sciences naturelles (géologie et biologie) dont on peut dire la même chose. Il faut aussi noter que le niveau de langue française de ce bachelier est très en deçà du niveau requis pour les études d économie et gestion. Une deuxième conclusion à souligner est que le baccalauréat de lettres qui fournit le gros des inscrits en droit n est pas particulièrement adapté à ces études. En effet, cette série du baccalauréat ne donne pas une initiation au droit et à l étude des problèmes de société que le droit traite et régule. Il faut ajouter à cela que les professeurs de droit se plaignent du niveau linguistique insuffisant de leurs étudiants. L introduction dans le 27

28 Lahcen OULHAJ nouveau régime des études universitaires de modules de langues et de communication n a pas porté les fruits escomptés. S il faut terminer ce papier par former un vœu pour une meilleure adéquation entre l enseignement secondaire et la formation assurée aux facultés des sciences juridiques, économiques et sociales, il faut espérer qu une grande série de baccalauréat de sciences sociales soit créée au secondaire qualifiant. La structure de cette série pourrait être un tiers d enseignements de langues, un tiers d enseignements de sciences et techniques (mathématiques, statistiques et informatique) et un tiers de sciences humaines et sociales (philosophie, histoire-géographie, initiation au droit, à la gestion, à l économie et aux sciences sociales en général). Au niveau de la dernière année du baccalauréat, on pourrait même concevoir deux options séparées, une option de droit et une option d économie et gestion. Cette série du baccalauréat devrait être développée de manière à drainer un grand nombre d élèves lycéens. En conclusion, un enseignement secondaire qualifiant organisé à l image de l université en trois grandes séries de baccalauréat (série de sciences, série de langues et de lettres et série de sciences sociales) avec un tiers des effectifs des élèves pour chacune des séries serait à mon sens une grande réalisation sur la voie d une meilleure préparation des lycéens à l enseignement supérieur, préalable à l adéquation souhaitée entre les formations universitaires et les besoins de la société et de l économie marocaines. Le développement de l enseignement des sciences sociales au secondaire doit refléter l énorme poids de l enseignement économique et commercial supérieur, lequel poids ne fait que traduire la tertiarisation presque universelle des économies à laquelle l économie marocaine n échappe guère. Les étudiants et les diplômés de l université ne s y trompent pas. Ils sont nombreux à choisir ce type d études supérieures et, quand ils sont diplômés d un autre champ disciplinaire, ils n hésitent pas à compléter leur formation dans les différentes écoles supérieures privées d économie et de gestion. Ils ne s y trompent pas, car c est cela qui leur permet de trouver un emploi et, même quand ils en ont un, ils aspirent à découvrir leurs droits et à mieux comprendre comment fonctionnent l économie, la société et les institutions marocaines. 28

La Grande Ecole des Sciences de l Information

La Grande Ecole des Sciences de l Information Royaume du Maroc Haut Commissariat au Plan Ecole des Sciences de l Information (ESI) Rabat La Grande Ecole des Sciences de l Information Secteur : Enseignement supérieur public relevant de la formation

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

«Quel Profil pour le Manager de Demain?»

«Quel Profil pour le Manager de Demain?» 4 ème Edition des Journées de l Economie et Gestion Former des Managers : Une Utopie? «Quel Profil pour le Manager de Demain?» Intervention de : M. Jamal Eddine TEBBAA Professeur Universitaire Administrateur

Plus en détail

«L adoption» des embryons

«L adoption» des embryons «L adoption» des embryons Introduction La problématique de l adoption de embryons est née de diverses causes. La principale provient du développement de la technique de la fécondation in vitro mise au

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

23/05/2013. I- Définition de la PMA

23/05/2013. I- Définition de la PMA Plan Exposé présenté par Gynécologue Obstétricien, Introduction Définitions Historique Différentes techniques Techniques simples Techniques de PMA proprement dites Indications des techniques Rôle du technicien

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Colloque Nationale sur la Réforme Administrative Rabat 7 et 8 Mai 2002 Les bases d une stratégie de promotion des technologies

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS Prof Dr Pierre-Célestin KARANGWA EAC - Coordinateur Qualité, Université du Burundi, Burundi Colloque du G3 La qualité dans tous ses états ULB

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques-Informatique de l Université de Perpignan Via Domitia Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT Les principes généraux figurant dans la Déclaration d Ottawa sont certes nécessaires pour assurer une

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management des connaissances et innovation de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

Guide des indicateurs de performance

Guide des indicateurs de performance Royaume du Maroc UNIVERSITE MOHAMMED V- AGDAL La Présidence Guide des indicateurs de performance Octobre 2009 1 2 Préface Le développement de la qualité est au cœur de la modernisation de l enseignement

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise Colloque parrainé par le Ministère MIPMEPI et organisé le 10-11 Octobre 2011 Grand

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES

LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES COMPTE RENDU LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES Le 2 mars 2013 a eu lieu au siége de la TGR à Rabat, la première conférence débat organisée conjointement par le bureau de la section FONDAFIP Maroc et

Plus en détail

REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats

REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats CHIMIE CONDUITE DE PROJETS PHYSIQUE MATHÉMATIQUES SCIENCES EN QUESTIONS BIOLOGIE REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats Université Catholique de Lille 1 La FLST, au cœur du campus

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Pour une stratégie de l'enseignement supérieur à l'horizon 2030 Professeur Abdelhamid Djekoun Recteur de l université de Constantine

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO I APPROCHE A - Contexte B - État des lieux de la recherche dans les pays de la zone II OBJECTIFS A Objectif général B Objectifs spécifiques

Plus en détail

2008-2009. Mastère en Gestion Industrielle. Formation Continue MGI. Département Génie Industriel. Ecole Mohammadia d Ingénieurs

2008-2009. Mastère en Gestion Industrielle. Formation Continue MGI. Département Génie Industriel. Ecole Mohammadia d Ingénieurs Université Mohammed V - Agdal Ecole Mohammadia d Ingénieurs Département Génie Industriel MGI Mastère en Gestion Industrielle Formation Continue 2008-2009 MGI vision stratégie gestion MASTERE EN GESTION

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises 1 Performance hospitalière / sécurité des soins : deux objectifs antinomiques? janvier 2009, par Chauvancy Marie-Claire Rompant avec une histoire fondée sur une logique de moyens, la gestion hospitalière

Plus en détail

Licence Lettres appliquées

Licence Lettres appliquées Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Lettres appliquées Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Après la classe de seconde

Après la classe de seconde Compte- rendu de la réunion d orientation du 19 février 2015 M. Ritter Après la classe de seconde Pour tout renseignement complémentaire, n hésitez pas à contacter M. Ritter : pritter@lfjtokyo.org et le

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Guide de l étudiant 2014-2015

Guide de l étudiant 2014-2015 Guide de l étudiant 2014-2015 Université Hassan II Casablanca www.univcasa.ma Sommaire Offre de formation. Dates importantes. Modalités d inscription.. Cycle Licence : nouvelle approche. Cycle Licence

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DES TECHNIQUES

RÉGLEMENTATION DES TECHNIQUES C Bibliothèque du Parlement RÉGLEMENTATION DES TECHNIQUES DE REPRODUCTION ET DE GÉNÉTIQUE SUR LE PLAN INTERNATIONAL Capsule d information pour les parlementaires TIPS-16F Le 30 juin 2002 ontrairement à

Plus en détail

Rechercher les moyens d améliorer les formations habilitées à délivrer le Diplôme National d Ingénieur

Rechercher les moyens d améliorer les formations habilitées à délivrer le Diplôme National d Ingénieur 1 2 GEFI : OBJECTIFS Rechercher les moyens d améliorer les formations habilitées à délivrer le Diplôme National d Ingénieur Proposer des mesures en vue d élever le niveau des formations, les capacités

Plus en détail

Conclusions du Colloque 1

Conclusions du Colloque 1 56 MATHS A VENIR 2009 Conclusions du Colloque 1 Ces conclusions ont été rédigées par le comité de programme du colloque MATHS A VENIR 2009, comprenant des représentants des sociétés savantes, Société Française

Plus en détail

La formation professionnelle et la formation des formateurs

La formation professionnelle et la formation des formateurs Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et la formation des formateurs Côte d Ivoire Ce projet est financé par l Union européenne Ce projet est mis en œuvre par sequa ggmbh Table

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts du spectacle - Cinéma de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Des études pour un emploi

Des études pour un emploi Consultation «Universités entreprises» http://www.universites-entreprises.com Des études pour un emploi Premiers résultats filière par filière Mai 6 Union nationale interuniversitaire 8 rue de Musset 7516

Plus en détail

sources : Remontées SISE/ Comptes financiers UAG/ IGAENR

sources : Remontées SISE/ Comptes financiers UAG/ IGAENR Il est temps de disposer d un document sur l université collectant l essentiel des données chiffrées. Les présidents qui se sont succédé, les subventions des régions attribuées à l université, l évolution

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

«Contribution de la qualité de l enseignement supérieur et de la formation professionnelle continue au développement des entreprises marocaines»

«Contribution de la qualité de l enseignement supérieur et de la formation professionnelle continue au développement des entreprises marocaines» Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie de Fès Laboratoire Productique Energétique et Développement Durable Equipe : maintenance et qualité Communication intitulée: «Contribution

Plus en détail

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Contribution Lundi 3 septembre 2012 Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Groupe de travail n 4 : Des personnels

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

EVOLUTIONS DU CURSUS D INGENIEUR GENERALISTE EN 2011

EVOLUTIONS DU CURSUS D INGENIEUR GENERALISTE EN 2011 EVOLUTIONS DU CURSUS D INGENIEUR GENERALISTE EN 2011 Suite 2. Le concours actuel des écoles des mines A partir de 2011, le recrutement sur concours des écoles des mines d'albi, Alès, Douai et Nantes se

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS Sommaire Introduction 1 Chaîne d innovation 2 Innovation ouverte 5 Marketing 5 Types d innovation 5 Conditions d innovation 7 Bibliographie 8 Direction de l appui à

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

Baromètre de l Innovation Ouverte. Résultats et pistes de réflexion

Baromètre de l Innovation Ouverte. Résultats et pistes de réflexion Baromètre de l Innovation Ouverte Résultats et pistes de réflexion Agenda 1. Résultats du baromètre 2014 2. Pistes de réflexion 3. Annexes Sélection des résultats détaillés 2 Résultats du baromètre 2014

Plus en détail

LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND

LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND Mention : Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales Présentation La licence Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales (LLCER) vise à

Plus en détail