Architecture des SGBD parallèles NSY 104

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architecture des SGBD parallèles NSY 104"

Transcription

1 Architecture des SGBD parallèles NSY 104

2 Introduction Présentation des options d architecture des serveurs et des systèmes de gestion de bases de données. Ces derniers ont des relations privilégiées avec les disques. Un SGBD parallèle exploite le parallélisme pour fournir un service autour d une base de données. Ce parallélisme est supporté par une architecture parallèle. Il ne faut pas confondre ce type de SGBD avec les SGBD distribués ou répartis. Ces derniers visent à fédérer en une vision de base de données unique des bases supportées par des systèmes différents.

3 CPU CPU MEM MEM MEM MEM CPU CPU Share Everything (typique SMP) RESEAU D INTERCONNEXION RESEAU D INTERCONNEXION Share Nothing Shared Disk (certains clusters et MPP) (certains clusters) L architecture Share Everything, l ensemble des processeurs du système fonctionne sous le contrôle d un seul système d exploitation. L architecture Share Nothing chacun des nœuds qui composent le système fonctionne sous le contrôle de sa propre copie du système d exploitation et a un accès exclusif aux disques qui lui sont attachés. L architecture Shared Disk chacun des nœuds qui composent le système fonctionne sous le contrôle de sa propre copie du système d exploitation mais peut accéder directement aux disques qui sont partagés entre les différents nœuds. CPU CPU

4 Ces trois modèles correspondent à des réalités différentes du point de vue des données et de l équilibrage des charges. Une analogie avec des clients attendant d être servis devant des guichets permet d appréhender les différences entre les modèles. Clients (processus) Guichets (processeurs/systèmes) Dossiers (données) Modèle Share Everything Modèle Share Disks Modèle Share Nothing

5 Dans le modèle Share Everything : Les clients sont placés dans une file d attente commune. Il y a un équilibrage de charge naturel, les clients se répartissent automatiquement sur les guichets en fonction de leur disponibilité. Tous les agents aux guichets disposent de possibilités identiques d accès aux dossiers. L ensemble des dossiers est partagé par l ensemble des agents. La synchronisation entre les agents pour la mise à jour des dossiers s effectuent par un dialogue direct (les processeurs partagent la même mémoire). Les limites du système se trouvent dans le nombre maximal d agents qui peuvent être mis en parallèle. Et aussi dans le débit de l accès aux données.

6 Dans le modèle Share Disks : La répartition des clients vers les différents guichets ne se fait pas naturellement, il est nécessaire de prévoir un agent en amont chargé d équilibrer les flux de clients vers les différents guichets. Dans les systèmes informatiques, ce rôle est dévolue à l un des nœuds du cluster qui recueille les informations sur la charge des nœuds et aiguille la requête vers les nœuds les moins chargés. Chacun des agents a accès à l ensemble des dossiers. La synchronisation entre les agents pour la mise à jour des données nécessitent un dialogue entre les différents guichets. Pour les systèmes informatiques, ce dialogue est réalisé au moyen d un réseau d interconnections, il est bien moins efficace que le dialogue au travers d une mémoire commune.

7 Dans le modèle Share Nothing : Chaque ensemble de guichets accède en propre à un sous ensemble de dossiers. Un guichet désirant accéder à des dossiers gérés par des guichets appartenant à un autre sous ensemble doit s adresser à ce sous ensemble. Ce modèle implique que la répartition des clients sur les sous ensembles de guichets, soit faite en foncton du sous ensemble de dossiers auquel le client souhaite accéder. L équilibrage de charge est donc étroitement lié à la répartition des dossiers entre les différents sous ensembles des guichets et à la distribution des demandes des clients vis-à-vis de ces dossiers. L accès d un sous ensemble de guichets donné à des données gérées par d autres sous ensembles de guichet nécessite des échanges entre ces sous ensembles.

8 Ces demandes peuvent être de deux sortes : Envoi de données (Data Shipping). Le guichet traitant la requête demande au sous ensemble de guichets possèdent la donnée de la lui adresser. Ce guichet se charge de la réalisation de l opération et du renvoi des données au sous ensemble de guichets qui gère ces données. Envoi de fonction (Function Shipping). Le guichet traitant la requête adresse au sous ensemble de guichets possédant la donnée la définition de la fonction à exécuter. Ce dernier retourne, le cas échéant, les résultats de la fonction qu il a exécutée. Les SGBD qui ont fait le choix pour l architecture Shared Disks ont opté pour l option «envoi de données», Les autres SGBD qui ont fait le choix pour l architecture Share Nothing ont opté pour l option «envoi de fonction».

9 Cas de la réplication de données : Une même donnée se trouve sur plusieurs disques dans le système, cela nécessite un protocole pour mise à jour, mais facilite l accès. Modèle Expédition de données pour l architecture Share Nothing : Le nœud désirant effectuer une opération sur des données gérées par un nœud distant expédie à ce nœud distant une demande d accès aux données. Le nœud distant réalise l accès et expédie les données via le réseau d interconnexion au nœud demandeur. Exécution de la requête Demande d accès aux données Données Hors cet accès distant, la requête est exécutée en totalité sur le même nœud. A à E F..J K..N O..S T..Z Expédition de la donnée (DataShipping)

10 Modèle expédition de fonction pour l architecture Share Nothing : Le nœud désirant effectuer une opération sur des données gérées par un nœud distant expédie au nœud distant une demande d exécution de partie de la requête (fonction) qui concerne les données gérées par ce nœud. Le nœud distant exécute la fonction sur les données concernées et expédie le résultat (c est à dire des données) via le réseau d interconnexion au nœud demandeur. Exécution de la requête (partielle) Demande d exécution de la fonction A à E F..J K..N O..S T..Z Expédition de fonction (Function Shipping) Résultat Exécution de la fonction Une requête peut être ainsi exécutée par plusieurs nœuds. Les avantages et inconvénients des deux modèles dépendent des quantités de données à exporter et de la quantité de traitement exportés.

11 Problématique des SGBD : Les ressources de traitement (processeurs). Les entrées sorties (contrôleurs et unités disques). Caractéristiques de la mémoire (capacité et temps moyen d accès). Performance du réseau d interconnexion (latence et débit). Nous allons nous intéresser surtout aux processeurs et aux entrées sorties. Deux types de saturation peuvent se produire : Saturation des ressources de traitement. Cette situation est applée CPU Bound La performance du système est limité par les processeurs. Saturation des entrées - sorties. Cette situation est appelée I/O Bound la performance du système est limité par les entrées sorties.

12 Deux types de parallélisation des requêtes existent : Parallélisme de traitement. La requête est décomposée en requêtes élémentaires qui sont exécutées en parallèle. Parallélisme de données. L exécution de la requête s opère en parallèle sur des sous ensembles des données. Ces deux techniques peuvent être mises en œuvre sur n importe lequel des modèles d architecture présentés : Share everything, Shared Disks, Share Nothing. Le parallélisme de traitement utilise la décomposition d une requête en un ensemble partiellement ordonné d opérateurs (indexation, tri, jointure etc.). Les différents opérateurs s exécutent dans des threads. Le parallélisme de données consiste à diviser une table en un certains nombres de partitions. L exécution d une requête se traduit alors par des exécutions sur chacune des partitions en simultanée.

13 Cela se traduit par le parallélisme inter-requête et le parallélisme intra-requête : Pour le parallélisme inter-requête, le SGBD procède à l exécution simultanée de plusieurs requêtes concernant des clients différents. Pour le parallélisme intra-requête, le SGBD transforme une requête soumise par un client en plusieurs sous requêtes susceptibles d être exécutées simultanément. Ces deux formes de parallélisme peuvent cohabiter ensemble. Le cas typique du parallélisme inter-requête est le transactionnel dans lequel le SGBD (et éventuellement le moniteur des transactions) se charge de traiter simultanément les transactions émises par le client. Le parallélisme intra-requête consiste à répartir l exécution d une même requête sur plusieurs processus. Pour cela le SGBD transforme la requête en plusieurs sous requêtes qui sont exécutées en parallèle. Chaque sous requête agit sur un partitionnement des données.

14 Le parallélisme inter-requête : DISPATCHER Processus serveurs Base de données

15 Le parallélisme intra-requête : Temps Table 1 Table 2 Etape 1 Scan 4 min Etape 2 join 4 min Etape 3 sort 4 min Temps total 12 min Exécution séquentielle Table 1 Temps total 3 min. Répartition des données sur plusieurs systèmes Table 2 Etape 1 Scan 1 min Etape 2 join 1 min Etape 3 sort 1 min Partionnement des données et exécution en parallèle

16 Le partitionnement peut être exécuté en pipeline (combinaison du partitionnement et du pipeline) : S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n Temps = 1 min Temps = 2 min Temps = 3 min Fin d exécution de la première requête Temps = 4 min Fin d exécution de la seconde requête Temps = 5 min Fin d exécution de la troisième requête TEMPS

17 Le partitionnement des données est particulièrement important dans les architectures de type Share Nothing. Il influence la performance du système dans les architectures de type Shared Disks car : Grâce à un aiguillage judicieux, il est possible de créer une affinité nœud données qui favorise l effet cache. Les mêmes données sont alors accédées par le même nœud et donc le cache de la base de données placé sur ce nœud a une très forte probabilité de contenir les données accédées par les requêtes. Le partitionnement des données cherche à atteindre les objectifs suivants : Réduction de la charge système au niveau de l accès aux données. Plusieurs ressources parallèles sont mises au service de l accès aux données. Equilibrage de la charge. Les traitements sont répartis en fonction de la répartition des données sur les différents nœuds composant le système. Accroissement de la capacité de travail du système du fait de la mise en parallèle de plusieurs nœuds.

18 Le partitionnement vertical Table Système 1 Système 2 Le partitionnement vertical sépare les attributs d une relation entre plusieurs systèmes. Ce type de partitionnement peut avoir des conséquences sur la programmation des applications. Deux cas peuvent se présenter : Si le SGBD supporte les bases de données distribuées, il y a transparence vis-à-vis de l application. Le SGBD se chargeant des problèmes liés à la distribution. Si le SGBD ne supporte pas les bases de données distribuées, l application doit tenir compte de la partition des données. Dans tous les cas, les performances sont impactées par la mise à jour des données portant sur plus d une partition.

19 Le partitionnement horizontal Système 1 Table Système 2 Le partitionnement horizontal ne présente pas les mêmes contraintes, son utilisation ne pose pas de problèmes au niveau application.

20 Exemple de techniques de partitionnement : Table Round Robin chaque tuple est rangé dans la partition suivante en séquence Domaine les tuples sont répartis en fonction des domaines de valeur des clés Domaine de valeurs... Hachage un algorithme appliqué à la clé détermine son numéro de partition

21 Le partitionnement fondé sur les domaines de valeur de la clé permet des optimisations car il possible d aiguiller les requêtes vers un nœud en fonction de la valeur de la clé. Exemple : les clés sont des noms et la partition se fait en fonction de la première lettre du nom, ainsi les noms débutant par les lettres A à E appartiennent à la première partition, ceux débutant par les lettres F à J à la seconde et ainsi de suite. Le Round Robin possède, par définition, la propriété d équilibrer les partitions. En revanche, l équilibrage de la charge n est pas assurée puisqu elle dépend des articles qui sont accédés. La méthode fondée sur une fonction de hachage, pose le problème du choix de la fonction de hachage. Exemple de fonction de hachage : on considère les bits composants la clé comme un nombre entier de longueur variable. La valeur de fonction de hachage est le reste de la division de ce nombre par un nombre premier. Une fonction de hachage doit être simple à évaluer et fournir un bon équilibre des partitions.

22 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : DB2 est fondé sur une architecture de type Share Nothing. DB2 utilise le modèle d expédition de fonction. DB2 fonctionne sur les plateformes MVS, AIX, Solaris et Windows NT. Les architectures supportées sont les multiprocesseurs symétriques, les clusters et les machines parallèles. Pour les partitionnements, DB2 utilise le hachage en collaboration avec une méthode paramétrable de répartitions des données dans les partitions.

23 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Exécution d une requête : Applications «client» Nœud 1 Nœud 2 Nœud 3 C E E E E E E E E E C Tache Coordinatrice E Tache Esclave L exécution d une requête est réalisée sous le contrôle d une tâche dite coordinatrice. Cette tâche distribue le traitement à des tâches esclaves et recueille les réponses.

24 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Partitionnement des données : Colonne 1 (Clé de partition) Colonne 2 Colonne 3 XXXXX YYYYY ZZZZZ Fonction de hashing Résultat de fonction Nœud assigné N œ u d 1 N œ u d 2 N œ u d 3 N œ u d 4 N œ u d 5 N œ u d 6 Le partitionnement est fondé sur la valeur d un des attributs de la relation. Cet attribut appelé clé de partitionnement n est pas nécessairement la clé de la relation. La fonction de hachage prend ses valeurs dans l ensemble 0 à A chacune de ces valeurs, une table fait correspondre le nœud sur lequel sont rangés les tuples. On applique donc la fonction de hachage à la clé de partitionnement d un tuple. Le résultat de cette fonction est un index dans un tableau qui contient le numéro de la partition à laquelle appartient le tuple.

25 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Stratégie de jointure : Tache Coordinatrice Tache Coordinatrice Tache Coordinatrice Taches esclaves Jointure Scan Scan Tâches esclaves 1 Scan Tâches esclaves 2 Jointure Dirigé Ou diffusé Scan Tâches esclaves 1 Scan Tâches esclaves 3 Jointure Scan Tâches esclaves 2 Table Table 1 2 Jointure locale Table Table 1 2 Jointure dirigée ou diffusée Table 1 Jointure répartie La jointure locale exploite deux partitions de tables placées sur le même nœud. La jointure dirigée ou diffusée exploite des partitions de tables placées sur des nœuds différents. Les tuples sélectionnés au niveau d un nœud doivent être dirigés vers un autre nœud pour que l opération de jointure y soit réalisée. La jointure dirigé correspond au cas où l on connaît à l avance le nœud sur lequel cette jointure va être réalisée. Lorsque l on ne connaît pas à l avance ce nœud, les données sélectionnées sont diffusées aux autres nœuds. La jointure répartie fonctionne sur le principe d un arborescence. Table 2

26 Mode Partagé Jérôme Dupire Oracle Parallel Server est basé sur une architecture de type Shared Disks. On appelle instance d Oracle l association des processus implémentant Oracle et d une zone de données globale appelée SGA (System Global Area). Dans la version non OPS d Oracle, il existe autant d instance d Oracle sur un système donné qu il y a de bases ouvertes, alors qu avec OPS plusieurs instances peuvent partager la même base de données. OPS supporte de l ordre d une dizaine de nœuds. Instance unique Instance Oracle Instance Multiples / Multiples bases Instance Oracle Instance Oracle Nœud Base Ouverte Nœud Base Ouverte Base Ouverte Mode Exclusif OPS : Nœud 1 Instance Oracle Instance Oracle Nœud 2 Base Ouverte

27 Structure générale d une instance d Oracle : Un utilisateur peut se connecté via une structure produite par un serveur dédié à sa connexion. Un utilisateur peut aussi se connecter via une structure partagée entre les utilisateurs gérée par un serveur multi threads. Dans le cas d un serveur dédié, une zone de données appelée PGA (Program Global Area) est associé à l utilisateur, cette zone contient des informations relatives à cette utilisateur : la pile (enchaînement des appels de procédures et fonctions) et données relatives à la session en cours. Dans le cas du serveur multi threads, une zone PGA est également associée à chaque utilisateur, mais cette zone ne contient qu un sous ensemble des informations qui sont stockées dans la PGA des serveurs dédiés. Les données relatives à la session sont rangées dans la SGA. Le cache de la base de données contient des blocs de données les plus récemment accédés et peut aussi contenir des blocs de données modifiés qui n ont pas encore été rangés sur le disque. Le journal «refaire» contient les informations qui permettent de rejouer les transactions. La zone de mémoire partagée contient des éléments tels que ceux associés à des utilisateurs ayant demandé l exécution du même ordre SQL.

28 Structure générale d une instance d Oracle Processus d arrière plan Processus d arrière plan Cache de la base de données Journal «refaire» ZONE GLOBALE SYSTEME (SGA) Zone partagée Zones SQL partagées Session utilisateur et états curseur pour MTS Serveur dédié PGA DISPATCHER PGA PILE PGA PILE PILE Session util Etat courant UTILISATEUR UTILISATEUR Serveur multithreaded UTILISATEUR

29 Oracle Paralle Server (OPS) : Structure générale d une instance multi threads d Oracle Processus d arrière plan Processus d arrière plan Cache de la base de données Zone partagée Zone globale système (SGA) Serveur partagé Queue des requêtes Queue des réponses Journal «refaire» DISPATCHER DISPATCHER LSNR Serveur dédié Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur

30 Oracle Paralle Server (OPS) : Structure générale d une instance multi threads d Oracle Le serveur multi threads permet le partage d un petit nombre de processus entre les différents utilisateurs (c est une implémentation propre à Oracle du concept de thread). Cela améliore les performances du système du fait de la diminution du nombre de processus que le système doit géré et donc aussi du moindre coût de commutation entre les threads (par rapport aux processus). Le multiplexage entre les utilisateurs et les serveurs partagés est assuré par des processus dispatcher Deux queues, l une pour les requêtes et l autre pour les réponses assurent l interface entre ces processus dispatcher et les serveurs partagés. Le processus LSNR (Listener) est en permanence à l écoute des demandes des utilisateurs et connecte l utilisateur soit à un serveur dédié, soit à un dispatcher.

31 Oracle Paralle Server (OPS) : Processus d arrière plan d Oracle Ick0 Reco Reco Pmon Pmon Smon Smon System Global Area (SGA) Cache de la base de données Journal «refaire» D000 D000 S000 S000 Processus Processus Serveur Serveur partagé partagé Dbwr Dbwr Ckpt Ckpt Lgwr Lgwr Arch Arch Périphériques d archivage Fichiers de contrôle Processus utilisateur Fichiers journal «refaire» Fichiers base de données

32 Oracle Paralle Server (OPS) : Les différents processus d arrière plan d Oracle implémentent les fonctions principales : Arch (Archive). Processus d archivage qui enregistre le journal «refaire». Un état de la base de données peut être reconstitué à partir de ce journal et d une sauvegarde de la base. Cette sauvegarde est liée à une instance. Ckpt (CheckPoint). Processus de point de reprise qui signale à Dbwr qu un point de reprise est à effectuer et met à jour les fichiers supportant la base de données ainsi que les fichiers de contrôle. Dbwr (Data Base Writer). Processus qui écrit les blocs modifiés du cache sur disque de façon asynchrone. Dans le contexte d OPS, le Dbwr d une instance écrit sur les blocs de données requis par d autres instances. Lgwr (Log Writer). Processus qui alloue de l espace dans les fichiers journaux et écrit le contenu des journaux. Pmon (Process Monitor). Processus qui assure le recouvrement en cas de défaillance d un processus utilisateur. Reco (Distributed Transaction Recovery). Processus qui assure la récupération des transactions en attente du fait de défaillances du réseau ou d un système. Smon (System Monitor). Processus qui assure le recouvrement d une instance. Lock (Lock Process). Processus qui prend en compte la gestion du verrouillage. Jusqu à 10 processus de verrouillage peuvent être utilisés.

33 Oracle Paralle Server (OPS) : Les différents processus d arrière implémentent les fonctions principales : D000 (dispatcher). Ensemble de processus qui assurent le multiplexage des requêtes des utilisateurs sur les processus serveurs. S000 (Serveur). Ensemble de processus assurant l exécution des requêtes des utilisateurs. Deux techniques sont mises en œuvre pour optimiser les performances en transactionnel : Committement rapide et écriture différée (Fast commit / Deferred writte). Lors d une validation de transaction. Oracle ne met à jour que le journal. La base de données n est mise à jour que lorsque les blocs de données modifiés sont écrits par le gestionnaire du cache. Committement groupé (Group Commit). Les écritures sur le journal relatives à plusieurs transactions sont regroupés afin que le committement des transactions ne nécessite qu une seule écriture sur le journal. Il faut donc un nombre suffisant de transactions pour le committement puisse avoir lieu. Les écritures sur le journal sont alors réalisées en une seule opération d entrées sorties.

34 Oracle Paralle Server (OPS) : Architecture d Oracle Parallel Server Instance A Instance B Nœud 1 Nœud 2 Serveurs Partagés Smon Pmon Smon Pmon Serveurs Partagés SGA SGA arch Lgwr Dbwr Dbwr Lgwr arch DLM CGS CGS DLM Parallel Server API Parallel Server API CM I/O IPC IPC I/O CM

35 Oracle Paralle Server (OPS) : Les principaux composants d OPS sont : Le gestionnaire de cache parallèle (Parallel Cache Manager) (non représenté). Le groupe de service cluster CGS (Cluster Group Services). Le gestionnaire de verrous DLM (Distributed Lock Manager) qui coordonne les accès aux données entre les différentes instances. Le gestionnaire de cluster CM (Cluster Manager) surveille l état du cluster et connaît les nœuds qui en font partie. I/O pour les mécanismes d entrées sorties. IPC pour les mécanismes de communication interprocessus. Les composants CM, I/O et IC font partie du système. L interface entre ses différents composants et OPS est appelée Parallel Server API. Les processus de gestion de verrouillage gèrent des verrous distribués. Un verrou couvre plusieurs blocs de données. Source du cours: René J.Chevance

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Architecture d Oracled Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Architecture Structure Physique Composants Processus Traitement de requêtes Structure Logique Architecture Un serveur Oracle

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 5- bases de données parallèles Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr

Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 5- bases de données parallèles Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 5- bases de données parallèles Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Plan Introduction Architectures Placement des données Parallélisme dans les requêtes Optimisation

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 2 : Architecture Oracle Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Processus serveur 1 Mémoire PGA Architecture SGBD Oracle Processus serveur 2

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Rappel des options d architecture

Rappel des options d architecture Rappel des options d architecture Page 1 Architecture des Serveurs Page 2 Deux grandes familles : Couplage serré ou multiprocesseur symétrique (SMP pour Symmetric Multiprocessor)) Couplage lâche Clusters

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

Oracle 12c Administration

Oracle 12c Administration Introduction 1. Objectifs de l'ouvrage 19 2. Présentation d'oracle Database 12c 20 2.1 Introduction 20 2.2 Principales nouveautés de la version 12 22 3. Conventions d'écriture 24 Les bases de l'architecture

Plus en détail

Systèmes transactionnels

Systèmes transactionnels Systèmes transactionnels TP : Transaction processing IF G.Beuchot 1 La transaction Traitement correspondant à une opération élémentaire caractérisée par ses propriétés ACID Atomicité entièrement ou pas

Plus en détail

Examen 2. Q1 (3 points) : Quel mot ou concept relié aux ordinateurs correspond à la définition suivante :

Examen 2. Q1 (3 points) : Quel mot ou concept relié aux ordinateurs correspond à la définition suivante : GI-1001, 24 avril 2012 Nom/Matricule : Examen 2 Cet examen vaut 40% de la note totale du cours. Les questions seront corrigées sur un total de 40 points. La valeur de chaque question est indiquée avec

Plus en détail

Claude Kaiser Machine virtuelle et environnement utilisateur SRI_B CHAPITRE 1

Claude Kaiser Machine virtuelle et environnement utilisateur SRI_B CHAPITRE 1 CHAPITRE 1 FOURNIR À L'UTILISATEUR UNE MACHINE VIRTUELLE ET UN ENVIRONNEMENT D'EXÉCUTION DE PROGRAMMES Plan ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ADAPTÉ AU BESOIN DE L'UTILISATEUR Fonctions de l'environnement d'exécution

Plus en détail

CHAPITRE VI : SYSTEME DE GESTION DE FICHIERS

CHAPITRE VI : SYSTEME DE GESTION DE FICHIERS 56 CHAPITRE VI : SYSTEME DE GESTION DE FICHIERS 6.1 INTRODUCTION : Afin de fournir un accès efficace et pratique au disque, le SE impose un système de gestion de fichiers (SGF) pour permettre de stocker,

Plus en détail

Version Description Date

Version Description Date -- 1 Guide atelier pratique Oracle DBA Associate Module 1 Version Internet Tél: +243970808519, +243897779961 URL personnel : Numéro du document : 0.4 Auteur : Danny Nkutua Kalombo Date de publication :

Plus en détail

LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50. MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++

LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50. MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++ LIVRE BLANC : Architectures OXYGENE++ version 6.50 MEMSOFT Page 1 sur 18 Livre Blanc Architectures Oxygène++ Date du document : 17 novembre 2005 Ce livre blanc est destiné à l'information des professionnels

Plus en détail

Guide de configuration du serveur Oracle pour BusinessObjects Planning

Guide de configuration du serveur Oracle pour BusinessObjects Planning Guide de configuration du serveur Oracle pour BusinessObjects Planning BusinessObjects Planning XI Release 2 Copyright 2007 Business Objects. Tous droits réservés. Business Objects est propriétaire des

Plus en détail

Module 19: Développement et déploiement d application client/serveur TDI2 2013/2014 Formateur:M.AZZI hamidazzi@gmail.com hamidazzi.overblog.

Module 19: Développement et déploiement d application client/serveur TDI2 2013/2014 Formateur:M.AZZI hamidazzi@gmail.com hamidazzi.overblog. Module 19: Développement et déploiement d application client/serveur TDI2 2013/2014 Formateur:M.AZZI hamidazzi@gmail.com hamidazzi.overblog.com INTRODUCTION Il y a une évolution majeure des systèmes d'information,

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES. Cours Administration des Bases de données M Salhi

ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES. Cours Administration des Bases de données M Salhi ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES Cours Administration des Bases de données M Salhi Architectures des Système de base de données Systèmes centralisés et client-serveur Server System Architectures

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Que gagneriez-vous en passant sur Exadata? Partie I Mesurez l activité éligible au SmartScan

Que gagneriez-vous en passant sur Exadata? Partie I Mesurez l activité éligible au SmartScan Que gagneriez-vous en passant sur Exadata? Partie I Mesurez l activité éligible au SmartScan Franck Pachot, dbi-services - pour en faire la Database Machine avec laquelle Oracle propose le Hardware et

Plus en détail

INTRODUCTION... 3 ARCHITECTURE...

INTRODUCTION... 3 ARCHITECTURE... SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 ARCHITECTURE... 4 CE QUI CHANGE POUR L'UTILISATEUR... 5 LE ROLE DE L'ADMINISTRATEUR... 5 LE MATERIEL... 5 CONFIGURATION SYSTEME... 6 DEPANNAGE... 7 DROITS DE L UTILISATEUR POUR

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Table des matières. Principes fondamentaux de conception des ordinateurs. Avant-propos Préface Remerciements XXI XXVII XXXV

Table des matières. Principes fondamentaux de conception des ordinateurs. Avant-propos Préface Remerciements XXI XXVII XXXV Table des matières Avant-propos Préface Remerciements XXI XXVII XXXV Chapitre 1 Principes fondamentaux de conception des ordinateurs 1.1 Introduction 2 1.2 L évolution de l informatique et la tâche du

Plus en détail

Veeam ONE Quelles sont les nouveautés de la v9?

Veeam ONE Quelles sont les nouveautés de la v9? Veeam ONE Quelles sont les nouveautés de la v9? Veeam ONE est un puissant outil de supervision, de reporting et de capacity planning pour l infrastructure de sauvegarde Veeam ainsi que pour les environnements

Plus en détail

WHITE PAPER. Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview

WHITE PAPER. Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview Présentation d Acronis Backup & Recovery 10 Overview Copyright Acronis, Inc., 2000 2009 Table des matières Résumé... 3 La solution nouvelle génération de sauvegarde et de restauration signée Acronis. 4

Plus en détail

Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2

Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2 Oracle University Appelez-nous: +33 15 7602 081 Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2 Durée: 3 Jours Description Ce cours aide les développeurs de base de données, les administrateurs de base

Plus en détail

Comprendre le fonctionnement d un SGBD Comprendre les problèmes de performance. Comprendre les fonctionnalités/limitations

Comprendre le fonctionnement d un SGBD Comprendre les problèmes de performance. Comprendre les fonctionnalités/limitations ABDR : Intro et Outils Hubert Naacke Laboratoire d Informatique de Paris 6 1 Objectifs Comprendre le fonctionnement d un SGBD Comprendre les problèmes de performance Diagnostic Résolution Comprendre les

Plus en détail

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet.

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet. 1 Définition Réseau (informatique) : ensemble d ordinateurs et de terminaux interconnectés pour échanger des informations numériques. Un réseau est un ensemble d'objets interconnectés les uns avec les

Plus en détail

Installation d un proxy web sous ISA server 2006

Installation d un proxy web sous ISA server 2006 Installation d un proxy web sous ISA server 2006 ISA Server est une passerelle de sécurité qui intègre un proxy (anciennement Proxy Server), un firewall et une gestion des VPN. Plus d info sont disponible

Plus en détail

Caractéristiques. Version 8.5

Caractéristiques. Version 8.5 Version 8.5 Cette page fournit des informations destinées à vous aider à sélectionner le logiciel de sauvegarde le mieux adapté à vos besoins et inclut les procédures pour installer et utiliser ce logiciel

Plus en détail

5. Parallélisme et distribution

5. Parallélisme et distribution École Doctorale 2008/2009 Systèmes de Bases de Données Avancés 5. Parallélisme et distribution École nationale Supérieure d'informatique 1 Plan Concepts préliminaires Traitement parallèle des requêtes

Plus en détail

Exadata Database Machine Administration Workshop Ed 3.1 (FR)

Exadata Database Machine Administration Workshop Ed 3.1 (FR) Oracle University Contact Us: (+202) 35 35 02 54 Exadata Database Machine Administration Workshop Ed 3.1 (FR) Duration: 5 Days What you will learn Le cours "Exadata Database Machine Administration Workshop

Plus en détail

4D Server v12 64-bits VERSION BETA

4D Server v12 64-bits VERSION BETA VERSION BETA 4D Server v12 prend désormais en charge les systèmes d exploitation Windows 64 bits. La technologie 64 bits a pour principaux avantages d améliorer les performances globales des applications

Plus en détail

La gestion de la mémoire

La gestion de la mémoire La gestion de la mémoire 1. Rôle Le gestionnaire de mémoire est un sous-ensemble du système d exploitation. Son rôle est de partager la mémoire entre l O.S. et les diverses applications. Le terme «mémoire»

Plus en détail

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours)

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Olivier Guibert Rappelons que l administrateur d une base

Plus en détail

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données Implantation des SGBD relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.4 25//06 Richard Grin Plan de cette partie Nous allons étudier (très rapidement!) quelques éléments de solutions utilisés

Plus en détail

TABLES DES MATIERES I- INTRODUCTION... 2

TABLES DES MATIERES I- INTRODUCTION... 2 TABLES DES MATIERES I- INTRODUCTION... 2 1.1- Différentes versions de Windows 2003... 2 1.2- Principales fonctionnalités de Windows 2003 Server... 3 1.3- Architecture de Windows 2003 Server... 4 1.3.1-

Plus en détail

Chapitre VI : La gestion des disques et des fichiers. Les supports de stockage Les fichiers L organisation des fichiers

Chapitre VI : La gestion des disques et des fichiers. Les supports de stockage Les fichiers L organisation des fichiers Chapitre VI : La gestion des disques et des fichiers Les supports de stockage Les fichiers L organisation des fichiers Introduction La gestion des fichiers recouvre deux activités : Une gestion statique

Plus en détail

Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC. Cours 10 NoSQL

Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC. Cours 10 NoSQL Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC Cours 10 NoSQL Systèmes NoSQL (not only SQL) Systèmes qui abandonnent certaines propriétés des SGBDR (one size does not fit all): Le langage d interrogation

Plus en détail

PROCEDURE D INSTALLATION

PROCEDURE D INSTALLATION PROCEDURE D INSTALLATION VIGILENS Mise à jour : Juillet 2014 VIGILENS SARL 53, rue Vauban F 69006 LYON www.vigilens.net Sommaire 1. Liste des modifications apportées au document... 3 2. Installation et

Plus en détail

NiceLabel Version 5.1 Standard Series. Notes de mise à jour. Rev-0911

NiceLabel Version 5.1 Standard Series. Notes de mise à jour. Rev-0911 NiceLabel Version 5.1 Standard Series Notes de mise à jour Rev-0911 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés. sales@nicelabel.com/fr Head Office Euro Plus d.o.o. Poslovna cona

Plus en détail

Solaris pour la base de donnés Oracle

<Insert Picture Here> Solaris pour la base de donnés Oracle Solaris pour la base de donnés Oracle Alain Chéreau Oracle Solution Center Agenda Compilateurs Mémoire pour la SGA Parallélisme RAC Flash Cache Compilateurs

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RESEAUX

GENERALITES SUR LES RESEAUX GENERALITES SUR LES RESEAUX 1. INTERETS DES RESEAUX Les réseaux informatiques permettent essentiellement à des utilisateurs : De trouver une information quelque soit le lieu géographique elle se situe,

Plus en détail

TP Cluster de basculement sur la ferme de serveur

TP Cluster de basculement sur la ferme de serveur sur la ferme de serveur A. Objectifs Installer configurer un serveur de fichier hautement disponible. Mise en œuvre d un cluster failover Schéma du réseau à construire : Lycée ozenne Réseau BTS-SIO SWICTH

Plus en détail

Système d exploitation (Operating System)

Système d exploitation (Operating System) Système d exploitation (Operating System) I. Introduction 1. Définition Système d exploitation : ensemble de programmes pour : Faciliter l utilisation de l ordinateur (ergonomie) Mettre à la disposition

Plus en détail

Systèmes d'exploitation Chapitre 3: Gestion de fichiers

Systèmes d'exploitation Chapitre 3: Gestion de fichiers Université Cadi Ayyad Faculté Polydisciplinaire de Safi Département sciences mathématiques et informatique Systèmes d'exploitation Chapitre 3: Gestion de fichiers Le stockage fiable, rapide de grandes

Plus en détail

Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop

Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop Oracle University Contact Us: 0800 945 109 Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop Duration: 5 Days What you will learn Le cours "Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop", dispensé

Plus en détail

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 MySQL 5 Guide de l'administrateur et du développeur Michael Kofler Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 Table des matières Avant-propos..............................................

Plus en détail

Implémentation des systèmes de fichiers. Didier Verna. didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier. Systèmes d Exploitation

Implémentation des systèmes de fichiers. Didier Verna. didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier. Systèmes d Exploitation 1/25 Implémentation des systèmes de fichiers didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier 2/25 Table des matières 1 2 Méthodes d allocation 3 Implémentation des répertoires 4 Implémentation du

Plus en détail

Sommaire. 1 Mettre à jour son ordinateur vers Windows 7... 21. 2 Faire fonctionner Windows 7 sur un Mac... 51

Sommaire. 1 Mettre à jour son ordinateur vers Windows 7... 21. 2 Faire fonctionner Windows 7 sur un Mac... 51 1 Mettre à jour son ordinateur vers Windows 7... 21 1.1 Effectuer une mise à niveau... 23 À partir de Windows XP... 23 À partir de Windows Vista... 24 1.2 Comparatif technique des versions de Windows 7...

Plus en détail

Installation Client (licence mono-utilisateur) de IBM SPSS Modeler 14.2

Installation Client (licence mono-utilisateur) de IBM SPSS Modeler 14.2 Installation Client (licence mono-utilisateur) de IBM SPSS Modeler 14.2 Les instructions suivantes permettent d installer IBM SPSS Modeler Client version 14.2 en utilisant un licence mono-utilisateur.

Plus en détail

WINDOWS SERVER 2008 R2 RÉSUMÉ!

WINDOWS SERVER 2008 R2 RÉSUMÉ! WINDOWS SERVER 2008 R2 RÉSUMÉ Vous trouverez sur cette procédure les différentes étapes pour dans un premier temps les caractéristiques des divers Windows Server, puis en second temps l installation du

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Sécurité des systèmes de fichiers

Sécurité des systèmes de fichiers Sécurité des systèmes de fichiers Introduction 1.Introduction 1.1. Rappel : Autorisations simples pour les dossiers partagés 1.1.1. Autorisations simples et autorisations de Sécurité 1.2. Autorisations

Plus en détail

Bases de Données Parallèles

Bases de Données Parallèles Bases de Données Parallèles Polytech IG4 Traitement de Données Distribuées Esther Pacitti 1. Machine base de données SGBD sur multiprocesseur ou cluster On parle aussi de SGBD parallèes Performances grâce

Plus en détail

4. Gestion des données urbaines dans les nuages informatiques

4. Gestion des données urbaines dans les nuages informatiques 4. Gestion des données urbaines dans les nuages informatiques Brève histoire des nuages informatiques Modèles de service et de déploiement Technologie clé : la virtualisation IaaS : les points de vue utilisateur

Plus en détail

B3/B7 Réseau (SQL/Citrix)

B3/B7 Réseau (SQL/Citrix) B3/B7 Réseau (SQL/Citrix) Introduction Pour que plusieurs utilisateurs puissent travailler en même temps sur les mêmes données (clients, dossiers, ) il faut disposer d un réseau Plusieurs architectures

Plus en détail

Encryptions, compression et partitionnement des données

Encryptions, compression et partitionnement des données Encryptions, compression et partitionnement des données Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Compression, encryption et partitionnement des données Sommaire 1 Introduction... 3 2 Encryption transparente des

Plus en détail

Proposition de progression : BTS CI 1 ère année avec 24 semaines effectives de cours.

Proposition de progression : BTS CI 1 ère année avec 24 semaines effectives de cours. Proposition de progression : BTS CI 1 ère année avec 24 semaines effectives de cours. Septembre (3 semaines) S2.1 Réseaux informatiques (LAN, WAN), notions d intranet, d extranet Systèmes d exploitation,

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

COSWIN MOBILE SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION

COSWIN MOBILE SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION COSWIN MOBILE SERVEUR DE SYNCHRONISATION GUIDE D INSTALLATION SOMMAIRE I. FONCTION DU SERVEUR DE SYNCHRONISATION...3 II. ELEMENTS DU SERVEUR DE SYNCHRONISATION...3 1. APPLICATION ULSA... 3 2. APPLICATION

Plus en détail

MIGRATION DE DONNÉES

MIGRATION DE DONNÉES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement de la société REVER.

Plus en détail

Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache

Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache Intervenant : Thomas Robert Institut Mines-Télécom Rappel système d exploitation & Parallélisme L unité d exécution pour un système d exploitation

Plus en détail

ENSA ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES D EL JADIDA DEPARTEMENT DE TELECOMMUNICATIONS. Prof. A. Aqqal

ENSA ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES D EL JADIDA DEPARTEMENT DE TELECOMMUNICATIONS. Prof. A. Aqqal ENSA ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES D EL JADIDA DEPARTEMENT DE TELECOMMUNICATIONS Cours: Réseaux 1 Introduction générale aux réseaux : Client -Serveur Prof. A. Aqqal Cycle Ingénieur 2010 Prof.

Plus en détail

Architecture technique

Architecture technique OPUS DRAC Architecture technique Projet OPUS DRAC Auteur Mathilde GUILLARME Chef de projet Klee Group «Créateurs de solutions e business» Centre d affaires de la Boursidière BP 5-92357 Le Plessis Robinson

Plus en détail

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication.

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication. 1 BD locale BD locale Programme d'application Logiciel intermédiaire Client SGBD réparti Logiciel intermédiaire données SGBD réparti Logiciel intermédiaire données 2 Bénéfices potentiels Performance Fiabilité

Plus en détail

GedExpert Service OCR et indexation des documents GedExpert et idépôt

GedExpert Service OCR et indexation des documents GedExpert et idépôt GedExpert Service OCR et indexation des documents GedExpert et idépôt Introduction Pré requis Installation Configuration du service Panière idépôt i-dépôts > Service WEB pour les clients Panière i-dépôts

Plus en détail

WebSphere MQ & Haute Disponibilité

WebSphere MQ & Haute Disponibilité L objectif de cet article est d identifier les problèmes pouvant se poser lors de la mise en place d un système de secours dans une configuration WebSphere MQ, et de proposer des pistes pour régler ces

Plus en détail

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours Business Management and Global Internet Center Intitulé de la formation : Programme de 05 jours B.M.G.I. Center Centre Agréé Microsoft Office Adresse : 88 Ter, Bd. KRIM Belkacem - Télemly, 16004 Alger

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Système de Gestion Assistée. de travail. Limite des systèmes de gestion conventionnels

Système de Gestion Assistée. de travail. Limite des systèmes de gestion conventionnels n Un Guide pour l application des procédures de travail n Un Outil d archivage de documents Le SGA est un outil de gestion moderne dont la vocation est de guider l utilisateur dans l application de procédures

Plus en détail

ACD Scan Station. Introduction. Pré requis. Installation. Paramétrages. Utilisation. Annexe. Traitement manuel des documents

ACD Scan Station. Introduction. Pré requis. Installation. Paramétrages. Utilisation. Annexe. Traitement manuel des documents ACD Scan Station Introduction Pré requis Installation Paramétrages Utilisation Traitement manuel des documents Traitement automatique des documents (QR Codes) Annexe DiaClientSQL ACD Scan Station Page

Plus en détail

Le Client / Serveur. la brique de base. Stéphane Frénot -MID - V.0.2.0 I - C/S 2. Caractéristiques de la communication InterProcessus

Le Client / Serveur. la brique de base. Stéphane Frénot -MID - V.0.2.0 I - C/S 2. Caractéristiques de la communication InterProcessus Le Client / Serveur la brique de base Stéphane Frénot -MID - V.0.2.0 I - C/S 1 Caractéristiques de la communication InterProcessus Primitives : send/receive Synchrone / Asynchrone Destinataire des messages

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

Systèmes de gestion de bases de données

Systèmes de gestion de bases de données Systèmes de gestion de bases de données Mécanismes transactionnels P. Rigaux Cnam, dépt. informatique May 20, 2015 PR (Cnam, dépt. info) Systèmes de gestion de bases de données May 20, 2015 1 / 1 Le contrôle

Plus en détail

L'adaptateur de la série QLE10000 garantit des avantages applicatifs grâce à la mise en cache E/S

L'adaptateur de la série QLE10000 garantit des avantages applicatifs grâce à la mise en cache E/S L'adaptateur de la série QLE10000 garantit des avantages applicatifs grâce à la mise en cache E/S La technologie de mise en cache FabricCache de QLogic offre des performances évolutives aux applications

Plus en détail

Service de reproduction en nuage d Allstream. Solution clés en main de poursuite des activités et de reprise après sinistre

Service de reproduction en nuage d Allstream. Solution clés en main de poursuite des activités et de reprise après sinistre Service de reproduction en nuage d Allstream Solution clés en main de poursuite des activités et de reprise après sinistre Service de reproduction en nuage d Allstream De nos jours, dans un contexte d

Plus en détail

Module 5 : Protection des ressources réseau au moyen de permissions de dossiers partagés

Module 5 : Protection des ressources réseau au moyen de permissions de dossiers partagés Module 5 : Protection des ressources réseau au moyen de permissions de dossiers partagés 0RGXOH#8#=#3URWHFWLRQ#GHV#UHVVRXUFHV#UpVHDX#DX#PR\HQ#GH#SHUPLVVLRQV#GH#GRVVLHUV#SDUWDJpV# # 44: # 3UpVHQWDWLRQ#JpQpUDOH

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP BTS I.R.I.S NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP G.VALET Nov 2010 Version 2.0 Courriel : genael.valet@diderot.org, URL : http://www.diderot.org 1 LE BESOIN D UN MODÈLE Devant

Plus en détail

BD parallèles et réparties

BD parallèles et réparties LOG660 - Bases de données de haute performance BD parallèles et réparties Département de génie logiciel et des TI BD parallèles vs réparties BD réparties Les données se trouvent sur plusieurs sites (noeuds)

Plus en détail

Magento et le Cloud Hosting

Magento et le Cloud Hosting Magento et le Cloud Hosting Aymeric AITAMER Directeur de Projet Spécialiste Magento depuis 2008 Sommaire Introduction : Qu est-ce que le Cloud Hosting? Bénéfices : Pourquoi passer en Cloud? Architecture

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MAINTENANCE

MANUEL D INSTALLATION ET DE MAINTENANCE PROJET DE SYNTHESE 2007 2008 MANUEL D INSTALLATION ET DE MAINTENANCE SITE WEB D UNE PLATEFORME ARTISTIQUE: ASSOCIATION ART AND PROJECT Document 4 /4 LICENCE PROFESSIONNELLE SIL CM IUT BAYONNE SITE DE MONTAURY

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

POWERSHIELD². Logiciel de communication LOGICIELS ET ACCESSOIRES

POWERSHIELD². Logiciel de communication LOGICIELS ET ACCESSOIRES POWERSHIELD² Logiciel de communication Powershield² garantit une gestion de l ASI efficace et intuitive de l ASI grâce à l affichage de toutes les informations les plus importantes telles que la tension

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

CHAPITRE III : GESTION DES PROCESSUS

CHAPITRE III : GESTION DES PROCESSUS Systèmes d exploitation des Ordinateurs 19 CHAPITRE III : GESTION DES PROCESSUS 3.1 CONCEPT DE PROCESSUS : On peut trouver plusieurs appellations possibles des activités que peut avoir un processeur. Un

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Parallélisme ou multitâche?

Parallélisme ou multitâche? Parallélisme ou multitâche? Ce texte est extrait d'un cours de L3 MIASHS. Vous pouvez en retrouver l'intégralité à cette adresse : http://grappa.univ-lille3.fr/~gonzalez/enseignement/2015-2016/l3miashs/calendrier.php?x=cm-5.php.

Plus en détail

Guillaume MONTAVON Benoît MEILHAC. Rapport Technique du projet. Gestionnaire de tâches pour Android

Guillaume MONTAVON Benoît MEILHAC. Rapport Technique du projet. Gestionnaire de tâches pour Android Guillaume MONTAVON Benoît MEILHAC Rapport Technique du projet Gestionnaire de tâches pour Android Sommaire 1. Introduction... 3 2. Outils utilisés... 3 2.1. Android SDK... 3 2.2. Android dans Eclipse...

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Cours Bases de données Optimisation 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Méthodes d optimisation des requêtes 1. Introduction 2. Étude des coûts 3.

Plus en détail

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Les opérateurs étudiés On regarde d abord les opérateurs pris un à un La sélection : σ La projection : π La jointure : ensuite, on s intéressera

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis des systèmes répartis Systèmes de fichiers répartis Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT 21 novembre 2012 Gérard Padiou des systèmes répartis 1 / 35 plan Introduction

Plus en détail

Couplage lâche (clusters et MPP)

Couplage lâche (clusters et MPP) Couplage lâche (clusters et MPP) Exemples Page 1 Clusters Page 2 Clusters - HACMP Cluster HACMP (High Availability - Cluster MultiProcessing) Charge de travail répartie Bull Bull Accès concurrents DPX/20

Plus en détail

Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français

Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français Oracle University Appelez-nous: 1.866.825.9790 Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français Durée: 5 Jours Description Le cours Oracle Database 12c: New Features for Administrators présente

Plus en détail

Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration

Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration Dr. Benmerzoug D. Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 INTA - Master 2 - Recherche 66 Chapitre 2: Typologies & Techniques d intégration

Plus en détail

Windows NT4. Comment créer un compte utilisateur?

Windows NT4. Comment créer un compte utilisateur? Windows NT4 L administrateur est la personne qui a le plus de pouvoirs sur la station de travail, il pourra gérer : La gestion des stratégies de sécurité La gestion des comptes ( utilisateurs ) La gestion

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 1 : Introduction Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Métiers autour des BD Administrateur Responsable de la sécurité Administrateur Réseaux

Plus en détail

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Question 2.1: Identification des problèmes 1- problème de sécurité physique des données: = > il faut établir une stratégie de sauvegarde avec

Plus en détail

Communications sur un réseau : Notions de base et vocabulaire

Communications sur un réseau : Notions de base et vocabulaire 2 1 Les éléments de communication 1.1 Les éléments principaux d une communication Une communication démarre avec un message (ou des informations) qui doit être envoyé d un individu ou d un périphérique

Plus en détail