Architecture des SGBD parallèles NSY 104

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architecture des SGBD parallèles NSY 104"

Transcription

1 Architecture des SGBD parallèles NSY 104

2 Introduction Présentation des options d architecture des serveurs et des systèmes de gestion de bases de données. Ces derniers ont des relations privilégiées avec les disques. Un SGBD parallèle exploite le parallélisme pour fournir un service autour d une base de données. Ce parallélisme est supporté par une architecture parallèle. Il ne faut pas confondre ce type de SGBD avec les SGBD distribués ou répartis. Ces derniers visent à fédérer en une vision de base de données unique des bases supportées par des systèmes différents.

3 CPU CPU MEM MEM MEM MEM CPU CPU Share Everything (typique SMP) RESEAU D INTERCONNEXION RESEAU D INTERCONNEXION Share Nothing Shared Disk (certains clusters et MPP) (certains clusters) L architecture Share Everything, l ensemble des processeurs du système fonctionne sous le contrôle d un seul système d exploitation. L architecture Share Nothing chacun des nœuds qui composent le système fonctionne sous le contrôle de sa propre copie du système d exploitation et a un accès exclusif aux disques qui lui sont attachés. L architecture Shared Disk chacun des nœuds qui composent le système fonctionne sous le contrôle de sa propre copie du système d exploitation mais peut accéder directement aux disques qui sont partagés entre les différents nœuds. CPU CPU

4 Ces trois modèles correspondent à des réalités différentes du point de vue des données et de l équilibrage des charges. Une analogie avec des clients attendant d être servis devant des guichets permet d appréhender les différences entre les modèles. Clients (processus) Guichets (processeurs/systèmes) Dossiers (données) Modèle Share Everything Modèle Share Disks Modèle Share Nothing

5 Dans le modèle Share Everything : Les clients sont placés dans une file d attente commune. Il y a un équilibrage de charge naturel, les clients se répartissent automatiquement sur les guichets en fonction de leur disponibilité. Tous les agents aux guichets disposent de possibilités identiques d accès aux dossiers. L ensemble des dossiers est partagé par l ensemble des agents. La synchronisation entre les agents pour la mise à jour des dossiers s effectuent par un dialogue direct (les processeurs partagent la même mémoire). Les limites du système se trouvent dans le nombre maximal d agents qui peuvent être mis en parallèle. Et aussi dans le débit de l accès aux données.

6 Dans le modèle Share Disks : La répartition des clients vers les différents guichets ne se fait pas naturellement, il est nécessaire de prévoir un agent en amont chargé d équilibrer les flux de clients vers les différents guichets. Dans les systèmes informatiques, ce rôle est dévolue à l un des nœuds du cluster qui recueille les informations sur la charge des nœuds et aiguille la requête vers les nœuds les moins chargés. Chacun des agents a accès à l ensemble des dossiers. La synchronisation entre les agents pour la mise à jour des données nécessitent un dialogue entre les différents guichets. Pour les systèmes informatiques, ce dialogue est réalisé au moyen d un réseau d interconnections, il est bien moins efficace que le dialogue au travers d une mémoire commune.

7 Dans le modèle Share Nothing : Chaque ensemble de guichets accède en propre à un sous ensemble de dossiers. Un guichet désirant accéder à des dossiers gérés par des guichets appartenant à un autre sous ensemble doit s adresser à ce sous ensemble. Ce modèle implique que la répartition des clients sur les sous ensembles de guichets, soit faite en foncton du sous ensemble de dossiers auquel le client souhaite accéder. L équilibrage de charge est donc étroitement lié à la répartition des dossiers entre les différents sous ensembles des guichets et à la distribution des demandes des clients vis-à-vis de ces dossiers. L accès d un sous ensemble de guichets donné à des données gérées par d autres sous ensembles de guichet nécessite des échanges entre ces sous ensembles.

8 Ces demandes peuvent être de deux sortes : Envoi de données (Data Shipping). Le guichet traitant la requête demande au sous ensemble de guichets possèdent la donnée de la lui adresser. Ce guichet se charge de la réalisation de l opération et du renvoi des données au sous ensemble de guichets qui gère ces données. Envoi de fonction (Function Shipping). Le guichet traitant la requête adresse au sous ensemble de guichets possédant la donnée la définition de la fonction à exécuter. Ce dernier retourne, le cas échéant, les résultats de la fonction qu il a exécutée. Les SGBD qui ont fait le choix pour l architecture Shared Disks ont opté pour l option «envoi de données», Les autres SGBD qui ont fait le choix pour l architecture Share Nothing ont opté pour l option «envoi de fonction».

9 Cas de la réplication de données : Une même donnée se trouve sur plusieurs disques dans le système, cela nécessite un protocole pour mise à jour, mais facilite l accès. Modèle Expédition de données pour l architecture Share Nothing : Le nœud désirant effectuer une opération sur des données gérées par un nœud distant expédie à ce nœud distant une demande d accès aux données. Le nœud distant réalise l accès et expédie les données via le réseau d interconnexion au nœud demandeur. Exécution de la requête Demande d accès aux données Données Hors cet accès distant, la requête est exécutée en totalité sur le même nœud. A à E F..J K..N O..S T..Z Expédition de la donnée (DataShipping)

10 Modèle expédition de fonction pour l architecture Share Nothing : Le nœud désirant effectuer une opération sur des données gérées par un nœud distant expédie au nœud distant une demande d exécution de partie de la requête (fonction) qui concerne les données gérées par ce nœud. Le nœud distant exécute la fonction sur les données concernées et expédie le résultat (c est à dire des données) via le réseau d interconnexion au nœud demandeur. Exécution de la requête (partielle) Demande d exécution de la fonction A à E F..J K..N O..S T..Z Expédition de fonction (Function Shipping) Résultat Exécution de la fonction Une requête peut être ainsi exécutée par plusieurs nœuds. Les avantages et inconvénients des deux modèles dépendent des quantités de données à exporter et de la quantité de traitement exportés.

11 Problématique des SGBD : Les ressources de traitement (processeurs). Les entrées sorties (contrôleurs et unités disques). Caractéristiques de la mémoire (capacité et temps moyen d accès). Performance du réseau d interconnexion (latence et débit). Nous allons nous intéresser surtout aux processeurs et aux entrées sorties. Deux types de saturation peuvent se produire : Saturation des ressources de traitement. Cette situation est applée CPU Bound La performance du système est limité par les processeurs. Saturation des entrées - sorties. Cette situation est appelée I/O Bound la performance du système est limité par les entrées sorties.

12 Deux types de parallélisation des requêtes existent : Parallélisme de traitement. La requête est décomposée en requêtes élémentaires qui sont exécutées en parallèle. Parallélisme de données. L exécution de la requête s opère en parallèle sur des sous ensembles des données. Ces deux techniques peuvent être mises en œuvre sur n importe lequel des modèles d architecture présentés : Share everything, Shared Disks, Share Nothing. Le parallélisme de traitement utilise la décomposition d une requête en un ensemble partiellement ordonné d opérateurs (indexation, tri, jointure etc.). Les différents opérateurs s exécutent dans des threads. Le parallélisme de données consiste à diviser une table en un certains nombres de partitions. L exécution d une requête se traduit alors par des exécutions sur chacune des partitions en simultanée.

13 Cela se traduit par le parallélisme inter-requête et le parallélisme intra-requête : Pour le parallélisme inter-requête, le SGBD procède à l exécution simultanée de plusieurs requêtes concernant des clients différents. Pour le parallélisme intra-requête, le SGBD transforme une requête soumise par un client en plusieurs sous requêtes susceptibles d être exécutées simultanément. Ces deux formes de parallélisme peuvent cohabiter ensemble. Le cas typique du parallélisme inter-requête est le transactionnel dans lequel le SGBD (et éventuellement le moniteur des transactions) se charge de traiter simultanément les transactions émises par le client. Le parallélisme intra-requête consiste à répartir l exécution d une même requête sur plusieurs processus. Pour cela le SGBD transforme la requête en plusieurs sous requêtes qui sont exécutées en parallèle. Chaque sous requête agit sur un partitionnement des données.

14 Le parallélisme inter-requête : DISPATCHER Processus serveurs Base de données

15 Le parallélisme intra-requête : Temps Table 1 Table 2 Etape 1 Scan 4 min Etape 2 join 4 min Etape 3 sort 4 min Temps total 12 min Exécution séquentielle Table 1 Temps total 3 min. Répartition des données sur plusieurs systèmes Table 2 Etape 1 Scan 1 min Etape 2 join 1 min Etape 3 sort 1 min Partionnement des données et exécution en parallèle

16 Le partitionnement peut être exécuté en pipeline (combinaison du partitionnement et du pipeline) : S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n S o r t n J o i n S c a n Temps = 1 min Temps = 2 min Temps = 3 min Fin d exécution de la première requête Temps = 4 min Fin d exécution de la seconde requête Temps = 5 min Fin d exécution de la troisième requête TEMPS

17 Le partitionnement des données est particulièrement important dans les architectures de type Share Nothing. Il influence la performance du système dans les architectures de type Shared Disks car : Grâce à un aiguillage judicieux, il est possible de créer une affinité nœud données qui favorise l effet cache. Les mêmes données sont alors accédées par le même nœud et donc le cache de la base de données placé sur ce nœud a une très forte probabilité de contenir les données accédées par les requêtes. Le partitionnement des données cherche à atteindre les objectifs suivants : Réduction de la charge système au niveau de l accès aux données. Plusieurs ressources parallèles sont mises au service de l accès aux données. Equilibrage de la charge. Les traitements sont répartis en fonction de la répartition des données sur les différents nœuds composant le système. Accroissement de la capacité de travail du système du fait de la mise en parallèle de plusieurs nœuds.

18 Le partitionnement vertical Table Système 1 Système 2 Le partitionnement vertical sépare les attributs d une relation entre plusieurs systèmes. Ce type de partitionnement peut avoir des conséquences sur la programmation des applications. Deux cas peuvent se présenter : Si le SGBD supporte les bases de données distribuées, il y a transparence vis-à-vis de l application. Le SGBD se chargeant des problèmes liés à la distribution. Si le SGBD ne supporte pas les bases de données distribuées, l application doit tenir compte de la partition des données. Dans tous les cas, les performances sont impactées par la mise à jour des données portant sur plus d une partition.

19 Le partitionnement horizontal Système 1 Table Système 2 Le partitionnement horizontal ne présente pas les mêmes contraintes, son utilisation ne pose pas de problèmes au niveau application.

20 Exemple de techniques de partitionnement : Table Round Robin chaque tuple est rangé dans la partition suivante en séquence Domaine les tuples sont répartis en fonction des domaines de valeur des clés Domaine de valeurs... Hachage un algorithme appliqué à la clé détermine son numéro de partition

21 Le partitionnement fondé sur les domaines de valeur de la clé permet des optimisations car il possible d aiguiller les requêtes vers un nœud en fonction de la valeur de la clé. Exemple : les clés sont des noms et la partition se fait en fonction de la première lettre du nom, ainsi les noms débutant par les lettres A à E appartiennent à la première partition, ceux débutant par les lettres F à J à la seconde et ainsi de suite. Le Round Robin possède, par définition, la propriété d équilibrer les partitions. En revanche, l équilibrage de la charge n est pas assurée puisqu elle dépend des articles qui sont accédés. La méthode fondée sur une fonction de hachage, pose le problème du choix de la fonction de hachage. Exemple de fonction de hachage : on considère les bits composants la clé comme un nombre entier de longueur variable. La valeur de fonction de hachage est le reste de la division de ce nombre par un nombre premier. Une fonction de hachage doit être simple à évaluer et fournir un bon équilibre des partitions.

22 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : DB2 est fondé sur une architecture de type Share Nothing. DB2 utilise le modèle d expédition de fonction. DB2 fonctionne sur les plateformes MVS, AIX, Solaris et Windows NT. Les architectures supportées sont les multiprocesseurs symétriques, les clusters et les machines parallèles. Pour les partitionnements, DB2 utilise le hachage en collaboration avec une méthode paramétrable de répartitions des données dans les partitions.

23 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Exécution d une requête : Applications «client» Nœud 1 Nœud 2 Nœud 3 C E E E E E E E E E C Tache Coordinatrice E Tache Esclave L exécution d une requête est réalisée sous le contrôle d une tâche dite coordinatrice. Cette tâche distribue le traitement à des tâches esclaves et recueille les réponses.

24 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Partitionnement des données : Colonne 1 (Clé de partition) Colonne 2 Colonne 3 XXXXX YYYYY ZZZZZ Fonction de hashing Résultat de fonction Nœud assigné N œ u d 1 N œ u d 2 N œ u d 3 N œ u d 4 N œ u d 5 N œ u d 6 Le partitionnement est fondé sur la valeur d un des attributs de la relation. Cet attribut appelé clé de partitionnement n est pas nécessairement la clé de la relation. La fonction de hachage prend ses valeurs dans l ensemble 0 à A chacune de ces valeurs, une table fait correspondre le nœud sur lequel sont rangés les tuples. On applique donc la fonction de hachage à la clé de partitionnement d un tuple. Le résultat de cette fonction est un index dans un tableau qui contient le numéro de la partition à laquelle appartient le tuple.

25 Architecture d IBM DB2 Universal Database (version Enterprise et Enterprise extended) : Stratégie de jointure : Tache Coordinatrice Tache Coordinatrice Tache Coordinatrice Taches esclaves Jointure Scan Scan Tâches esclaves 1 Scan Tâches esclaves 2 Jointure Dirigé Ou diffusé Scan Tâches esclaves 1 Scan Tâches esclaves 3 Jointure Scan Tâches esclaves 2 Table Table 1 2 Jointure locale Table Table 1 2 Jointure dirigée ou diffusée Table 1 Jointure répartie La jointure locale exploite deux partitions de tables placées sur le même nœud. La jointure dirigée ou diffusée exploite des partitions de tables placées sur des nœuds différents. Les tuples sélectionnés au niveau d un nœud doivent être dirigés vers un autre nœud pour que l opération de jointure y soit réalisée. La jointure dirigé correspond au cas où l on connaît à l avance le nœud sur lequel cette jointure va être réalisée. Lorsque l on ne connaît pas à l avance ce nœud, les données sélectionnées sont diffusées aux autres nœuds. La jointure répartie fonctionne sur le principe d un arborescence. Table 2

26 Mode Partagé Jérôme Dupire Oracle Parallel Server est basé sur une architecture de type Shared Disks. On appelle instance d Oracle l association des processus implémentant Oracle et d une zone de données globale appelée SGA (System Global Area). Dans la version non OPS d Oracle, il existe autant d instance d Oracle sur un système donné qu il y a de bases ouvertes, alors qu avec OPS plusieurs instances peuvent partager la même base de données. OPS supporte de l ordre d une dizaine de nœuds. Instance unique Instance Oracle Instance Multiples / Multiples bases Instance Oracle Instance Oracle Nœud Base Ouverte Nœud Base Ouverte Base Ouverte Mode Exclusif OPS : Nœud 1 Instance Oracle Instance Oracle Nœud 2 Base Ouverte

27 Structure générale d une instance d Oracle : Un utilisateur peut se connecté via une structure produite par un serveur dédié à sa connexion. Un utilisateur peut aussi se connecter via une structure partagée entre les utilisateurs gérée par un serveur multi threads. Dans le cas d un serveur dédié, une zone de données appelée PGA (Program Global Area) est associé à l utilisateur, cette zone contient des informations relatives à cette utilisateur : la pile (enchaînement des appels de procédures et fonctions) et données relatives à la session en cours. Dans le cas du serveur multi threads, une zone PGA est également associée à chaque utilisateur, mais cette zone ne contient qu un sous ensemble des informations qui sont stockées dans la PGA des serveurs dédiés. Les données relatives à la session sont rangées dans la SGA. Le cache de la base de données contient des blocs de données les plus récemment accédés et peut aussi contenir des blocs de données modifiés qui n ont pas encore été rangés sur le disque. Le journal «refaire» contient les informations qui permettent de rejouer les transactions. La zone de mémoire partagée contient des éléments tels que ceux associés à des utilisateurs ayant demandé l exécution du même ordre SQL.

28 Structure générale d une instance d Oracle Processus d arrière plan Processus d arrière plan Cache de la base de données Journal «refaire» ZONE GLOBALE SYSTEME (SGA) Zone partagée Zones SQL partagées Session utilisateur et états curseur pour MTS Serveur dédié PGA DISPATCHER PGA PILE PGA PILE PILE Session util Etat courant UTILISATEUR UTILISATEUR Serveur multithreaded UTILISATEUR

29 Oracle Paralle Server (OPS) : Structure générale d une instance multi threads d Oracle Processus d arrière plan Processus d arrière plan Cache de la base de données Zone partagée Zone globale système (SGA) Serveur partagé Queue des requêtes Queue des réponses Journal «refaire» DISPATCHER DISPATCHER LSNR Serveur dédié Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur Utilisateur

30 Oracle Paralle Server (OPS) : Structure générale d une instance multi threads d Oracle Le serveur multi threads permet le partage d un petit nombre de processus entre les différents utilisateurs (c est une implémentation propre à Oracle du concept de thread). Cela améliore les performances du système du fait de la diminution du nombre de processus que le système doit géré et donc aussi du moindre coût de commutation entre les threads (par rapport aux processus). Le multiplexage entre les utilisateurs et les serveurs partagés est assuré par des processus dispatcher Deux queues, l une pour les requêtes et l autre pour les réponses assurent l interface entre ces processus dispatcher et les serveurs partagés. Le processus LSNR (Listener) est en permanence à l écoute des demandes des utilisateurs et connecte l utilisateur soit à un serveur dédié, soit à un dispatcher.

31 Oracle Paralle Server (OPS) : Processus d arrière plan d Oracle Ick0 Reco Reco Pmon Pmon Smon Smon System Global Area (SGA) Cache de la base de données Journal «refaire» D000 D000 S000 S000 Processus Processus Serveur Serveur partagé partagé Dbwr Dbwr Ckpt Ckpt Lgwr Lgwr Arch Arch Périphériques d archivage Fichiers de contrôle Processus utilisateur Fichiers journal «refaire» Fichiers base de données

32 Oracle Paralle Server (OPS) : Les différents processus d arrière plan d Oracle implémentent les fonctions principales : Arch (Archive). Processus d archivage qui enregistre le journal «refaire». Un état de la base de données peut être reconstitué à partir de ce journal et d une sauvegarde de la base. Cette sauvegarde est liée à une instance. Ckpt (CheckPoint). Processus de point de reprise qui signale à Dbwr qu un point de reprise est à effectuer et met à jour les fichiers supportant la base de données ainsi que les fichiers de contrôle. Dbwr (Data Base Writer). Processus qui écrit les blocs modifiés du cache sur disque de façon asynchrone. Dans le contexte d OPS, le Dbwr d une instance écrit sur les blocs de données requis par d autres instances. Lgwr (Log Writer). Processus qui alloue de l espace dans les fichiers journaux et écrit le contenu des journaux. Pmon (Process Monitor). Processus qui assure le recouvrement en cas de défaillance d un processus utilisateur. Reco (Distributed Transaction Recovery). Processus qui assure la récupération des transactions en attente du fait de défaillances du réseau ou d un système. Smon (System Monitor). Processus qui assure le recouvrement d une instance. Lock (Lock Process). Processus qui prend en compte la gestion du verrouillage. Jusqu à 10 processus de verrouillage peuvent être utilisés.

33 Oracle Paralle Server (OPS) : Les différents processus d arrière implémentent les fonctions principales : D000 (dispatcher). Ensemble de processus qui assurent le multiplexage des requêtes des utilisateurs sur les processus serveurs. S000 (Serveur). Ensemble de processus assurant l exécution des requêtes des utilisateurs. Deux techniques sont mises en œuvre pour optimiser les performances en transactionnel : Committement rapide et écriture différée (Fast commit / Deferred writte). Lors d une validation de transaction. Oracle ne met à jour que le journal. La base de données n est mise à jour que lorsque les blocs de données modifiés sont écrits par le gestionnaire du cache. Committement groupé (Group Commit). Les écritures sur le journal relatives à plusieurs transactions sont regroupés afin que le committement des transactions ne nécessite qu une seule écriture sur le journal. Il faut donc un nombre suffisant de transactions pour le committement puisse avoir lieu. Les écritures sur le journal sont alors réalisées en une seule opération d entrées sorties.

34 Oracle Paralle Server (OPS) : Architecture d Oracle Parallel Server Instance A Instance B Nœud 1 Nœud 2 Serveurs Partagés Smon Pmon Smon Pmon Serveurs Partagés SGA SGA arch Lgwr Dbwr Dbwr Lgwr arch DLM CGS CGS DLM Parallel Server API Parallel Server API CM I/O IPC IPC I/O CM

35 Oracle Paralle Server (OPS) : Les principaux composants d OPS sont : Le gestionnaire de cache parallèle (Parallel Cache Manager) (non représenté). Le groupe de service cluster CGS (Cluster Group Services). Le gestionnaire de verrous DLM (Distributed Lock Manager) qui coordonne les accès aux données entre les différentes instances. Le gestionnaire de cluster CM (Cluster Manager) surveille l état du cluster et connaît les nœuds qui en font partie. I/O pour les mécanismes d entrées sorties. IPC pour les mécanismes de communication interprocessus. Les composants CM, I/O et IC font partie du système. L interface entre ses différents composants et OPS est appelée Parallel Server API. Les processus de gestion de verrouillage gèrent des verrous distribués. Un verrou couvre plusieurs blocs de données. Source du cours: René J.Chevance

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES. Cours Administration des Bases de données M Salhi

ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES. Cours Administration des Bases de données M Salhi ARCHITECTURES DES SYSTÈME DE BASE DE DONNÉES Cours Administration des Bases de données M Salhi Architectures des Système de base de données Systèmes centralisés et client-serveur Server System Architectures

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données Implantation des SGBD relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.4 25//06 Richard Grin Plan de cette partie Nous allons étudier (très rapidement!) quelques éléments de solutions utilisés

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

Solaris pour la base de donnés Oracle

<Insert Picture Here> Solaris pour la base de donnés Oracle Solaris pour la base de donnés Oracle Alain Chéreau Oracle Solution Center Agenda Compilateurs Mémoire pour la SGA Parallélisme RAC Flash Cache Compilateurs

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

Administration des bases de données relationnelles Part I

Administration des bases de données relationnelles Part I Administration des bases de données relationnelles Part I L administration des bases de données requiert une bonne connaissance - de l organisation et du fonctionnement interne du SGBDR : structures logiques

Plus en détail

BD parallèles et réparties

BD parallèles et réparties LOG660 - Bases de données de haute performance BD parallèles et réparties Département de génie logiciel et des TI BD parallèles vs réparties BD réparties Les données se trouvent sur plusieurs sites (noeuds)

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication.

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication. 1 BD locale BD locale Programme d'application Logiciel intermédiaire Client SGBD réparti Logiciel intermédiaire données SGBD réparti Logiciel intermédiaire données 2 Bénéfices potentiels Performance Fiabilité

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist Cluster High Availability Holger Hennig, HA-Cluster Specialist TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ...3 2. INTRODUCTION...4 2.1 GÉNÉRALITÉS...4 2.2 LE CONCEPT DES CLUSTERS HA...4 2.3 AVANTAGES D UNE SOLUTION DE

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE ORACLE 10g Découvrez les nouveautés Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE Le Grid Computing d Entreprise Pourquoi aujourd hui? Principes et définitions appliqués au système d information Guy Ernoul,

Plus en détail

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel)

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel) UPMC - UFR 99 Licence d informatique 205/206 Module 3I009 Cours 4 : Méthodes d accès aux données Plan Fonctions et structure des SGBD Structures physiques Stockage des données Organisation de fichiers

Plus en détail

SQL Server 2014 Optimisez l'exploitation de vos bases de données et tirez parti des dernières nouveautés

SQL Server 2014 Optimisez l'exploitation de vos bases de données et tirez parti des dernières nouveautés Introduction 1. Les objectifs du livre 15 1.1 Décrire les nouvelles fonctionnalités SQL Server 2014 15 1.2 Décrire d'autres fonctionnalités et combattre les idées reçues 17 2. L'organisation du livre 18

Plus en détail

Administration des Bases de Données Oracle

Administration des Bases de Données Oracle Administration des Bases de Données Oracle Plan Introduction à l administration de données Structure d une base de données Architecture interne d Oracle Sécurité des données Utilitaires Administration

Plus en détail

Encryptions, compression et partitionnement des données

Encryptions, compression et partitionnement des données Encryptions, compression et partitionnement des données Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Compression, encryption et partitionnement des données Sommaire 1 Introduction... 3 2 Encryption transparente des

Plus en détail

Architectures haute disponibilité avec MySQL. Olivier Olivier DASINI DASINI - - http://dasini.net/blog

Architectures haute disponibilité avec MySQL. Olivier Olivier DASINI DASINI - - http://dasini.net/blog Architectures haute disponibilité avec MySQL Architectures Architectures haute disponibilité haute disponibilité avec MySQL avec MySQL Olivier Olivier DASINI DASINI - - http://dasini.net/blog Forum PHP

Plus en détail

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA DEFINITION D UNE BIBLIOTHEQUE D ACCES A UNE BASE DE DONNEES Cet article s adresse aux administrateurs SAS en charge de la mise à disposition des

Plus en détail

Administration de Base de Données Notes de cours

Administration de Base de Données Notes de cours Administration de Base de Données Notes de cours 1 Élément de connexion Oracle Thomas Année universitaire 2005-2006 La connexion à une base Oracle fait intervenir quatres éléments :

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

SAP HANA: note de synthèse

SAP HANA: note de synthèse Préface: Au cœur des nombreux défis que doivent relever les entreprises, l informatique se doit de soutenir les évolutions, d aider au développement de nouveaux avantages concurrentiels tout en traitant

Plus en détail

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1 Cours 6 Sécurisation d un SGBD DBA - M1ASR - Université Evry 1 Sécurisation? Recette d une application Vérification des fonctionnalités Vérification de l impact sur le SI existant Gestion du changement

Plus en détail

Clients et agents Symantec NetBackup 7

Clients et agents Symantec NetBackup 7 Protection complète pour les informations stratégiques de l'entreprise Présentation Symantec NetBackup propose un choix complet de clients et d'agents innovants pour vous permettre d optimiser les performances

Plus en détail

Principaux concepts architecturaux pour la continuité (2 ème partie)

Principaux concepts architecturaux pour la continuité (2 ème partie) Principaux concepts architecturaux pour la continuité (2 ème partie) Version 1.0 Richard Stoecklin IT Architect rsto@ch.ibm.com Les 6 niveaux de la résilience à considérer IBM Corporation 2 Les différentes

Plus en détail

Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 14.2 pour Windows

Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 14.2 pour Windows Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 14.2 pour Windows IBM SPSS Modeler Server peut être installé et configuré de manière à s exécuter en mode d analyse réparti, avec une ou plusieurs

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Bases de données cours 1

Bases de données cours 1 Bases de données cours 1 Introduction Catalin Dima Objectifs du cours Modèle relationnel et logique des bases de données. Langage SQL. Conception de bases de données. SQL et PHP. Cours essentiel pour votre

Plus en détail

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Diffusez des informations dignes de confiance IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Points forts Permet de développer une architecture évolutive, capable de délivrer une vue unifiée

Plus en détail

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1 INF6500 : Structures des ordinateurs Sylvain Martel - INF6500 1 Cours 4 : Multiprocesseurs Sylvain Martel - INF6500 2 Multiprocesseurs Type SISD SIMD MIMD Communication Shared memory Message-passing Groupe

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée Programmation parallèle et distribuée (GIF-4104/7104) 5a - (hiver 2014) Marc Parizeau, Département de génie électrique et de génie informatique Plan Mégadonnées («big data») Architecture Hadoop distribution

Plus en détail

Windows NT4. Comment créer un compte utilisateur?

Windows NT4. Comment créer un compte utilisateur? Windows NT4 L administrateur est la personne qui a le plus de pouvoirs sur la station de travail, il pourra gérer : La gestion des stratégies de sécurité La gestion des comptes ( utilisateurs ) La gestion

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Architecture technique

Architecture technique OPUS DRAC Architecture technique Projet OPUS DRAC Auteur Mathilde GUILLARME Chef de projet Klee Group «Créateurs de solutions e business» Centre d affaires de la Boursidière BP 5-92357 Le Plessis Robinson

Plus en détail

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.Les différents types de pannes 3 a. Panne d'un processus utilisateur... 3 b. Panne d'une instance... 3 c. Panne

Plus en détail

Data Base Buffer Cache :

Data Base Buffer Cache : Suite cours SG chapitre 2 Data Base Buffer Cache : Il stocke les bloques de données les plus recement utilisées lorsque Oracle doit executer une requete SQL, il verifie tout d'abort si la requete existe

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures]

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures] Plan de cours disponible à l adresse http://www.adhara.fr/.aspx Objectif Utiliser RMAN pour créer et gérer des jeux de sauvegarde et des copies d'image Récupérer la base de données jusqu'à un point dans

Plus en détail

Les réseaux d entreprises

Les réseaux d entreprises 1 Les réseaux d entreprises Expériences autour de Windows NT 4 Server $0,6&2 Christian-R. Mettler christian.mettler@microclub.ch 2 Le besoin de partage Partager une imprimante Choisir une imprimante noir

Plus en détail

Le modèle client-serveur

Le modèle client-serveur Le modèle client-serveur Olivier Aubert 1/24 Sources http://www.info.uqam.ca/~obaid/inf4481/a01/plan.htm 2/24 Historique architecture centralisée terminaux passifs (un seul OS, systèmes propriétaires)

Plus en détail

Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 15 pour Windows

Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 15 pour Windows Instructions d installation de IBM SPSS Modeler Server 15 pour Windows IBM SPSS Modeler Server peut être installé et configuré de manière à s exécuter en mode d analyse réparti, avec une ou plusieurs installations

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours)

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Olivier Guibert Rappelons que l administrateur d une base

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Superviser et administrer à partir d une unique console l ensemble de vos ressources, plates-formes et applications. IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Points forts! Surveillez de façon proactive les éléments

Plus en détail

Organisation et administration d une base de données

Organisation et administration d une base de données Organisation et administration d une base de données Diapositive de résumé Objectif du cours Introduction et utilisation d une base de données Comparatif des SGBD Structure Physique et Logique d une BD

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Bases de Données Réparties Examen du 15 mai 2007

Bases de Données Réparties Examen du 15 mai 2007 Nom : Prénom : page 1 Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 922 - Master d'informatique (SAR) Bases de Données Réparties Examen du 15 mai 2007 Elements de correction Les documents ne sont pas

Plus en détail

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions)

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QUIZZ OS N 1 (10 questions avec réponses) Question 1: Aux origines de l informatique, l'interface utilisateur des systèmes d exploitations était composée

Plus en détail

Version Description Date

Version Description Date - 1 - Telephone : +243970808519, +243897779961 Site internet : Numéro du document : 0.4 Auteur : Danny Nkutua Kalombo Date de publication : Septembre 2010 Dernière mise à jour : Avril 2012 Résumé des modifications

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée Programmation parallèle et distribuée (GIF-4104/7104) 5a - (hiver 2015) Marc Parizeau, Département de génie électrique et de génie informatique Plan Données massives («big data») Architecture Hadoop distribution

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

Lettre d annonce ZP09-0345 d IBM Europe, Moyen-Orient et Afrique,, datée du 20 octobre 2009

Lettre d annonce ZP09-0345 d IBM Europe, Moyen-Orient et Afrique,, datée du 20 octobre 2009 , datée du 20 octobre 2009 IBM Tivoli Storage FlashCopy Manager V2.1, la technologie avancée de copie instantanée des équipements de stockage d IBM pour protéger les données applicatives Table des matières

Plus en détail

PORTAIL DE GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES

PORTAIL DE GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES PORTAIL DE GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES Principes q Portail "tout-en-un" q Destiné aux équipes en charge du SI q Basé sur les bonnes pratiques ITIL q Simple à mettre en œuvre q Disponible dans le

Plus en détail

EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM

EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM Au service du stockage de protection EMC AVANTAGES CLÉS Déduplication évolutive ultrarapide Jusqu à 31 To/h de débit Réduction des besoins en stockage de sauvegarde de

Plus en détail

Manuel de System Monitor

Manuel de System Monitor Chris Schlaeger John Tapsell Chris Schlaeger Tobias Koenig Traduction française : Yves Dessertine Traduction française : Philippe Guilbert Traduction française : Robin Guitton Relecture de la documentation

Plus en détail

Transactionnel et transactionnel réparti

Transactionnel et transactionnel réparti Transactionnel et transactionnel réparti Mars 2000 René J. Chevance Contenu! Introduction! Concept de transaction - Propriétés ACID! Caractéristiques du transactionnel! Rôle d un moniteur transactionnel!

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3

Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3 Configuration requise ForestPrep DomainPrep Installation interactive 5 Installation sans surveillance Module 5 : Installation d Exchange Server 2003

Plus en détail

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ARCHITECTURE ET ADMINISTRATION DES BASES DE DONNÉES 2013-2014 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII)

Plus en détail

Symantec Backup Exec 11d

Symantec Backup Exec 11d TABLE DES MATIERES 1. Qu est-ce que Backup Exec 11d?...2 2. En termes d avantages, qu apporte principalement la version Backup Exec 11d?...2 3. Quelles sont les grandes nouveautés, en termes de fonctionnalités,

Plus en détail

Quel SGBDR pour VFP?

Quel SGBDR pour VFP? D. Peralta le 4 mars 2008 Rencontres AtoutFox 2007/2008 Quel SGBDR pour VFP? Lors des précédentes rencontres, nous avons écrit des articles sur l utilisation des SGBDR avec VFP. Nous avons vu les différentes

Plus en détail

WebSphere MQ & Haute Disponibilité

WebSphere MQ & Haute Disponibilité L objectif de cet article est d identifier les problèmes pouvant se poser lors de la mise en place d un système de secours dans une configuration WebSphere MQ, et de proposer des pistes pour régler ces

Plus en détail

Oracle 11g Administration I Installation et configuration

Oracle 11g Administration I Installation et configuration Oracle 11g Administration I Installation et configuration Auteur Razvan BIZOI GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque déposée. La collection des guides de formation TSOFT est éditée par la société

Plus en détail

Informatique légale : FPGA vs. GPU

Informatique légale : FPGA vs. GPU Informatique légale : FPGA vs. GPU Sylvain Collange, Yoginder S. Dandass, Marc Daumas et David Defour 03/06/2008 Problématiques Analyse de disque dur Recherche de contenu illégal connu Y compris dans des

Plus en détail

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Évolution des SGBDs par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Evolution des SGBDs Pour toute remarque, question, commentaire

Plus en détail

Webinar ORACLE LE LICENSING ORACLE Quel type de licensing choisir?

Webinar ORACLE LE LICENSING ORACLE Quel type de licensing choisir? Webinar ORACLE LE LICENSING ORACLE Quel type de licensing choisir? Maud Eon Marketing Specialist Insight Stéphane Kidjo - Architecte Avant Vente Pôle Oracle Software - Arrow ECS AGENDA : Pricing & Licensing

Plus en détail

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source DIT - INFRA Demande d information (RFI) NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source Réf. : INFRA_NEXTDB_RFI.docx Page 1/8 Demande d information Projet NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source SOMMAIRE

Plus en détail

Solutions de Digital Asset Management. Photothèque de grande capacité. Gestion de flux de travail

Solutions de Digital Asset Management. Photothèque de grande capacité. Gestion de flux de travail Solutions de Digital Asset Management Photothèque de grande capacité Gestion de flux de travail Prérequis FotoStation : FotoStation Mac : Max OS X 10.7, 10.8, 10.9 ou 10.10 (Lion à Yosemite) Processeur

Plus en détail

Synerway Guide de Compatibilité. Version 4.0

Synerway Guide de Compatibilité. Version 4.0 Synerway Guide de Compatibilité Version 4.0 Synerway Guide de Compatibilité (version 4.0) Logiciel 02/01/2012 SYNERWAY 102 rte de Limours Domaine de St-Paul 78471 Saint-Rémy-lès-Chevreuse FRANCE RÉFÉRENCE

Plus en détail

MySQL 5.6 Administration et optimisation

MySQL 5.6 Administration et optimisation Avant-propos 1. MySQL en quelques mots 17 2. Objectifs du livre 18 3. Description 18 Installation du serveur 1. Généralités 21 1.1 Stabilité des versions 21 1.2 Version communautaire et version Enterprise

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 Interview «OVESYS groupe OVERLAP» du 12 Janvier 2012, postée sur : http://www.itplace.tv Stéphane IAICH, OVESYS, Business Development Manager (BDM) Marc NDIAYE,

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours Business Management and Global Internet Center Intitulé de la formation : Programme de 05 jours B.M.G.I. Center Centre Agréé Microsoft Office Adresse : 88 Ter, Bd. KRIM Belkacem - Télemly, 16004 Alger

Plus en détail

Cartographie des solutions BigData

Cartographie des solutions BigData Cartographie des solutions BigData Panorama du marché et prospective 1 1 Solutions BigData Défi(s) pour les fournisseurs Quel marché Architectures Acteurs commerciaux Solutions alternatives 2 2 Quels Défis?

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

CONSOTEL : Leader de l édition TEM grâce aux performances des solutions Oracle

CONSOTEL : Leader de l édition TEM grâce aux performances des solutions Oracle CONSOTEL : Leader de l édition TEM grâce aux performances des solutions Oracle Interview «CONSOTEL» du 11 Octobre 2011, postée sur : http://www.itplace.tv Christian COR, Directeur Associé Brice Miramont,

Plus en détail

Oracle Database 11g : Tuning Release 2

Oracle Database 11g : Tuning Release 2 Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Tuning Release 2 Durée: 5 Jours Description Le cours démarre avec une base de données inconnue nécessitant un réglage. Les différents

Plus en détail

Bacula et PostgreSQL, optimisation et retour d'expérience. Eric Bollengier / Marc Cousin

Bacula et PostgreSQL, optimisation et retour d'expérience. Eric Bollengier / Marc Cousin Bacula et PostgreSQL, optimisation et retour d'expérience Eric Bollengier / Marc Cousin Plan 1/2 Présentation Bacula Présentation Historique Architecture Le catalogue des sauvegardes Schéma simplifié du

Plus en détail

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility)

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Présentation de la solution de backup Oracle de la base de données test GBIF et déploiement de la solution en production

Plus en détail

Virtualisation des ressources serveur. Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle

Virtualisation des ressources serveur. Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle Virtualisation des ressources serveur Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle Sommaire 1 PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION DES SERVEURS 3 2 PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION DES SERVEURS PARTITIONNES

Plus en détail

WASD en environnement haute disponibilité Jean-Pierre PETIT WASD Le produit WASD WASD signifie Wide Area Surveillance Division C est le nom d une division de la défense australienne qui a accepté en 1996

Plus en détail

VERITAS Education. VERITAS NetBackup 5.0 en 3 jours : Administration. VERITAS NetBackup 5.0 : Administration Avancée

VERITAS Education. VERITAS NetBackup 5.0 en 3 jours : Administration. VERITAS NetBackup 5.0 : Administration Avancée DESCRIPTIF DU COURS Mode d'administration Cours dispensé par un formateur Durée 3 jours Objectifs du cours Ce cours composé de 1 module vous prépare à l implémenation de la solution de data protection

Plus en détail

REPLICATIONS DES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUES. Contraintes de distance des clusters UNIX Page n 1

REPLICATIONS DES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUES. Contraintes de distance des clusters UNIX Page n 1 CLUSTERING & REPLICATIONS DES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUES S UNIX Page n 1 Remarques et observations de l auteur Au cas où certaines informations de ce document seraient erronées, je vous serais gré de bien

Plus en détail