I. Les quatre diversités et leurs conséquences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Les quatre diversités et leurs conséquences"

Transcription

1 Dompter le malentendu : les tâches de la traduction Nicolas Froeliger, Université Paris 7 Denis Diderot, UFR EILA Paru dans Tribune internationale des langues vivantes début 2004 Pour moi, la problématique du malentendu est celle qui domine la pratique de la traduction et le monde des traducteurs. Je dis pour moi, car je ne connais guère de profession plus diverse dans les conditions de son exercice : la neutralité que nous nous efforçons de conserver dans les textes qui passent entre nos mains trouve son pendant dans un jaillissement des subjectivités plurielles quant à la façon dont on exerce et dont on devrait exercer ce métier. Il y a malentendu parce que toute traduction suppose une méconnaissance : on ne ferait pas appel à nous s il n y avait pas besoin de savoir ou de faire savoir quelque chose que quelqu un ignore. Il y a malentendu parce qu une bonne partie de la population croit qu un traducteur, c est quelqu un qui travaille derrière une vitre fumée, avec un casque sur les oreilles. Il y a malentendu parce qu il vient souvent à l esprit que la traduction, c est difficile à cause du nombre de mots à connaître, ou bien que c est facile, parce qu il suffit d avoir fait des langues pour y arriver. Pendant ce temps là, les traducteurs, êtres souvent discrets et modestes, affrontent des problèmes d un ordre tout à fait différent, et qui sont d une très grande diversité. Car il n y a pas, et de loin, que la diversité des langues. Il ne sera donc pas inutile, dans un premier temps, de nous faire explorateurs de cette diversité avant, dans un second temps, d envisager quels pourraient être les points d accord qui confèrent, malgré tout, son unité à cette corporation si bigarrée. I. Les quatre diversités et leurs conséquences Bigarrée, elle l est sous quatre angles principaux. - Celui des statuts : on peut par exemple être traducteur salarié d une agence de traduction, d une entreprise (petite ou grande) ou d une organisation internationale ; on peut aussi être indépendant, auquel cas on sera assujetti à l AGESSA ou à l URSSAF, selon que l on travaille pour l édition ou pour d autres types de clients (entreprises, sociétés savantes, administrations publiques, organisations internationales ), avec des différences de cotisation et de couverture sociale très importantes ; on rencontre également des associations de traducteurs selon leur degré d intégration, elles prendront la forme de sarl (sociétés à responsabilité limitée) ou de scop (sociétés coopératives ouvrières de production) employant des salariés, ou bien, à l opposé, de sociétés civiles de moyens, voire des sociétés de fait ; on peut être pigiste, lorsqu on travaille, par exemple, pour la presse ; certains traducteurs audiovisuels sont intermittents du spectacle, d autres sont payés comme auteurs ; on peut enfin être traducteur occasionnel, par exemple pour des syndicats d initiative ou des amis universitaires. Ce qui va varier, dans ces diverses situations, c est le degré de sujétion par rapport au demandeur : ai-je la possibilité de refuser? 1

2 - Celui du partage des fonctions : dans certains cas, traduire, c est fournir un produit fini et directement publiable, ce qui suppose une relecture du sens et de la forme, des corrections typographiques, une mise en page, et même, parfois, la signature du bon à tirer ; dans d autres, c est simplement produire une succession de mots, un avant-texte qui sera ensuite haché menu par toutes sortes d intervenants aval : relecteurs, éditeurs/rewriters, secrétaires de rédaction, metteurs en page, etc. La question, ici, c est le volume traduit et le partage de la valeur ajoutée : lequel ou lesquels de ces intervenants ont la responsabilité de faire d un texte traduit un texte qui fonctionne? Je citerai à cet égard une anecdote révélatrice : il existe, en France, un hebdomadaire paraissant le jeudi et composé à plus de 90 % de traductions et dans lequel les traducteurs sont exclus de la société des rédacteurs, au motif que les journalistes ne sauraient se mélanger avec eux. Le traducteur se sent souvent mal aimé ; il en souffre parfois. - Celui de la relation avec les auteurs et les destinataires. Certains traducteurs et c est à mon avis un objectif majeur pour exercer ce métier avec bonheur sont pleinement intégrés à la chaîne de communication : ils peuvent poser des questions, pointer des erreurs ou des incohérences, discuter, à la limite, de la pertinence d un argument, bref, peser non seulement sur le texte d arrivée, mais aussi sur le texte de départ. D autres parce qu ils travaillent par exemple pour des agences qui, par peur de perdre le client, ne tiennent pas à établir un contact direct entre le mandant et l exécutant, mais aussi, bien souvent, parce que la nature de leur travail est profondément méconnue sont privés de cette possibilité, et sont donc réduits à fonctionner en aveugles. Ce qui est ici en jeu, c est la capacité à être reconnu et à se faire reconnaître comme un interlocuteur responsable 1. - Et il y a bien sûr la diversité des domaines, la plus évidente. Là encore, tous les cas de figure coexistent : certains traducteurs ne sortiront jamais du cercle étroit de la réassurance ou du traitement des eaux usées, d autres sauteront, avec plus ou moins de plaisir, d un sujet à l autre, parfois plusieurs fois dans la même journée, avec des destinataires ultimes qui pourront se compter par centaines de milliers (traduction de presse grand public), par milliers (comme en général dans la presse d édition ou la presse professionnelle), par centaines (dans les finances), sur les doigts d une main (certaines traductions juridiques), ou même être destinées à un seul individu (certaines traductions techniques) ou carrément à personne, car il existe, aussi bizarre que cela puisse paraître, des traductions qui sont faites pour ne pas être lues (certaines de celles destinées aux organisations internationales, par exemple). La question, ici, consiste à savoir si l on préfère se penser comme traducteur spécialisé ou comme spécialiste de la traduction. La première option est plus rémunératrice ; la seconde est intellectuellement plus satisfaisante : il faut choisir. Ces multiples différences ont, on s en doutait, une traduction monétaire. Commençons par les salariés. La rémunération mensuelle de départ d un traducteur 1 Et je ne suis pas loin de penser que beaucoup des angoisses qu on voit se cristalliser autour du débat sur le statut du traducteur tiennent à ce problème. 2

3 en agence est actuellement de l ordre de à euros bruts. Dans une grande organisation internationale, elle atteint euros sans aucune expérience, et euros à partir d un an de pratique, sans les primes. Avec le même diplôme : DESS ou maîtrise. Chez les indépendants, un traducteur d édition peut raisonnablement facturer son feuillet (un feuillet égale 250 mots et signes, en comptant les espaces vides) 18 euros, plus des droits d auteurs (généralement 3 %), au-delà d un certain nombre d exemplaires vendus. Un indépendant assujetti à l URSSAF facturera sa page de traduction (une page égale 300 mots et signes) entre 15 et 27 euros si son client est une agence, et entre 45 et 120 euros s il travaille en direct (moyenne SFT : 45 euros). Dans la traduction audiovisuelle (le sous-titrage), il est courant de facturer entre 2 et 3 euros par sous-titre pour un film qui sort en salle, mais ce tarif peut tomber à 0,356 euros pour une sortie en DVD. Je parle ici pour la combinaison la plus courante, c est-à-dire de l anglais vers le français. Quant aux traducteurs occasionnels, il n est pas rare qu ils soient payés dans des unités de compte plus exotiques : j en ai connu un qui, pour une collaboration régulière à une revue médicale assez confidentielle, touchait des timbres de collection Les services à thé sont aussi très appréciés, ainsi que les bouteilles de whisky. Pour ajouter à la complexité, il faut savoir que la base de calcul est très variable : - Est-ce la langue de départ ou la langue d arrivée? La différence (le coefficient de foisonnement) est de 15 % en faveur du français par rapport à l anglais Pour l allemand, langue agglutinante, elle peut atteindre 40 %. - Est-ce qu on parle de feuillets ou de pages (la différence de l un à l autre est de 20 %)? On peut aussi compter en mots ou en caractères (avec ou sans espaces vides). En Allemagne, les demandeurs vous demanderont souvent votre tarif à la ligne de 55 caractères. Ceux de l ONU, dans bien des cas, voudront savoir combien vous facturer, en dollars, par unité de mots anglais, et j en passe. Je joindrai un tableau récapitulant tous ces aspects un peu déroutants pour le profane. Par delà le côté anecdotique, il faut en retenir deux choses. La première : toujours avoir une calculatrice sous la main et savoir dans quel contexte on se trouve. La deuxième et la plus importante : il faut commencer par s entendre sur les bases. La traduction s effectue sur un marché, c est-à-dire un endroit où viennent se rencontrer une offre et une demande. Et tout économiste vous dira qu un marché fonctionne d autant mieux que l asymétrie d information y est réduite : bref, avant de songer à traduire, il faut être sûr que l on parle la même langue. Vu ces multiples diversités, on conviendra aisément que l exercice de la profession se prête assez peu aux généralisations. Cet éclatement a trois conséquences : - Premièrement, les traducteurs ont souvent une vision d insecte : il est tentant de ne voir que les conditions étroites dans lesquelles on exerce, et d en tirer des vérités qu on imagine générales. - Deuxièmement, ce corps de métier est organisé en castes, avec d un côté ses soutiers, qui rament à fond de cale, de l autre ses stars, qui n hésitent jamais à 3

4 expliquer aux autres comment ils devraient faire, et entre les deux tout un parcours de rancoeurs, de jalousies et de mépris. Il y a beaucoup de traducteurs ravis de l être ; il y en a au moins autant qui vivent très mal leur profession, souvent parce qu elle ne s accorde pas à leur personnalité : ce n est pas forcément parce qu on est bon en langues que l on va être heureux en traduction. C est un aspect important à préciser aux étudiants. - Troisièmement, les formations de traduction se doivent de comporter, non seulement des cours axés sur des domaines spécifiques découpés un peu à la hache (traduction générale et/ou de presse, traduction littéraire, traduction technique, traduction informatique, traduction économique et/ou financière, etc.), mais aussi des enseignements sur la terminologie, la dictionnairique, la gestion de bases de données, les langages de programmation Internet et j en passe. Il faut surtout, je crois, un cours de méthodologie qui permette une mise en cycle de ces multiples savoirs, c est-à-dire qui recrée une vision transversale. II. Les quatre facteurs de cohérence Où se trouvent, alors, les facteurs de cohérence? J en discerne personnellement quatre. - La première tâche de tout traducteur consiste, nous l avons vu, à aplanir les malentendus potentiels sur ce que l on attend réellement de lui. Mais, de même qu il faut s entendre au préalable sur les conditions matérielles dans lesquelles devra s effectuer le travail, il faut aussi commencer par chercher à savoir la visée précise du texte commandé. Car si traduire, c est établir une communication, essayer de combler un différentiel de savoirs, le demandeur d une traduction n est pas toujours, loin s en faut, en mesure de formuler précisément ce qu il veut. Et cet aspect là est trop souvent absent des enseignements, parce qu en cours, il est difficile de le simuler. Il m est arrivé de traduire une proposition commerciale sur un dispositif servant à tester les huiles et lubrifiants. Il s agit d appareils peu connus, avec des caractéristiques techniques aussi précises que complexes. Autant dire que les dictionnaires, dans ces cas là, servent avant tout à écrire des bêtises. Quelques recherches infructueuses plus loin, je dois appeler le demandeur pour y voir un peu plus clair. Et celui-ci m explique que lui non plus n y comprend pas grandchose, mais que ces détails lui sont au mieux indifférents, car il s occupe de comptabilité et que la seule chose qu il veut connaître, ce sont les conditions de paiement pour ces matériels Cela n interdit pas de traduire correctement le reste, mais évidemment, cela relativise la gravité des éventuelles inexactitudes sur les autres aspects. - La deuxième tâche de tout traducteur, c est la neutralité : il est absent du texte qu il traduit et dont, pourtant, il doit s être imprégné. Cela peut être très difficile à vivre pour certains et franchement libérateur pour d autres : j ai rencontré les deux cas. Mais qu est-ce que cela veut dire, être neutre? Certainement pas, comme beaucoup de professionnels et encore plus d étudiants en sont tentés, gommer toutes les aspérités et toutes les images originales d un texte pour en 4

5 faire un festival de clichés. Cela signifie au contraire abdiquer sa propre subjectivité pour rendre compte sans états d âme d une subjectivité autre, et parfois très antipathique. Cela suppose deux approches fort différentes, selon qu on produit des textes pragmatiques ou littéraires 2. Dans le premier cas, il faut s exprimer dans le langage le technolecte, si on veut d une communauté de destinataires : la traduction d un contrat doit non seulement être exacte du point de vue du sens, mais aussi correspondre aux règles d écriture attendues par un juriste. De ce point de vue, c est une école de conformisme. A contrario, si vous traduisez un audit comptable en alexandrins, cela ne va pas forcément combler les attentes de votre destinataire. Dans le second cas, celui de la traduction littéraire, c est exactement le contraire. C est Proust, je crois, qui résume le mieux le problème, lorsqu il dit «tous les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère 3». Ici, on doit aussi respecter des contraintes de forme, mais ce sont celles singulières définies par l auteur unique du texte : si on traduit Faulkner, mieux vaut éviter que cela sonne comme du Thomas Mann. Cela renvoie au problème de la retraduction, avec des cas célèbres, comme The Catcher in the Rye, ou encore avec les deux traductions vers l anglais de La Disparition de Perec 4. Bien sûr, cette typologie un peu brutale fait l impasse sur tous les cas de figure qu on peut trouver entre ces deux postures emblématiques, ainsi que sur ce qu on a appelé les belles infidèles, et leur riche postérité, qui se rencontre notamment dans la traduction des romans Harlequin 5. Dans les deux cas, néanmoins, il s agit de constituer un texte d arrivée au moyen de deux grilles : celle de la langue générale, mais aussi et surtout celle du discours particulier d un auteur unique, d un corps de métier ou d une catégorie de destinataires. Voilà pourquoi un cours de traduction n est qu accessoirement un cours de langue. Il est donc impératif d adopter une posture, une démarche pour aborder le texte, ce qui suppose de commencer par lire, par questionner et par réfléchir. Cela sonne comme une évidence, et pourtant - Troisième impératif : avoir conscience de ce que l on traduit, bien comprendre qu on ne traduit pas une succession de mots, mais bien des textes, avec une visée initiale précise, qui sont, s il s agit de textes pragmatiques, en rapport avec une réalité extérieure, et qui doivent remplir une fonction. J ai l air, là encore, d énoncer une évidence, mais il suffit de faire une expérience très simple pour se persuader de la réalité du problème : faites traduire un texte court, simple et truffé d erreurs factuelles grossières à des étudiants, et comptez ceux qui réalisent qu ils sont en train d écrire des fantasmagories 6. Il s agit, au fond, d oser se comporter de manière active et responsable face à ce que l on traduit : de ne pas tout prendre pour argent comptant. Et c est 2 Tout ce que je vais dire sur ce point prend le risque de la simplification, car on pourra toujours trouver des contre-exemples. 3 Marcel PROUST, Contre Sainte-Beuve, Gallimard, p Voir Palimpsestes ***. 5 Voir Palimpsestes ***. 6 Voir ***. En temps normal, le raccordement au réel est aussi un puissant adjuvant au moment de traduire et, surtout, de relire un texte. 5

6 d autant plus délicat que le traducteur est bien souvent un être assez réservé, qui craint fort de se faire remarquer, et de remettre le savoir (ou l ignorance) des autres en question. - Le pendant sympathique de cette réserve est un certain penchant pour le perfectionnisme. Mais là encore, il y a un piège. En effet, s il est bon de tendre vers la perfection, il faut se souvenir toujours que celle-ci n est pas de ce monde. Il n y a pas de traduction parfaite, mais il peut y avoir des traductions acceptables 7, et une traduction acceptable est d abord une traduction rendue dans les temps. Dans ce métier, il faut savoir se dire qu un texte est terminé au moment ou l heure est venue de le rendre, et ne pas se torturer après sur la manière dont on aurait pu tourner telle ou telle phrase. Autrement, on risque l épuisement. Car le problème majeur du traducteur professionnel, c est de durer. Et c est par souci de la perfection que beaucoup d excellents traducteurs j en ai connu quittent ce métier dégoûtés. Très rares sont les traducteurs qui estiment travailler dans des conditions idéales : il faut s en souvenir au moment de dire pis que pendre d une traduction qui vous tombe entre les mains. Et parce qu on ne travaille pas dans l idéal, mais dans un monde bien réel, il faut sans cesse, dans ce métier, accepter des compromis. Le tout est de bien appréhender lesquels. C est la quatrième tâche du traducteur. * * * En somme, pour exercer ce métier avec bonheur, je serais tenté de dire qu il faut se garder des états d âme et se forger un état d esprit : il faut cesser d être consommateur pour devenir producteur ; il faut accéder à la responsabilité. Ceux que cela intéresse y gagnent une vue imprenable sur le monde et sur les hommes : la tâche essentielle de la traduction pragmatique consiste à sortir de l univers des mots pour accéder à l univers tout court ; la tâche essentielle du traducteur littéraire consiste, pour autant que je puisse en juger, à traverser une pensée pour restituer une forme originale 8. C est la différence entre le prêt-à-porter et la haute couture ; et il faut les deux pour vêtir le monde. Mais en fait, ce n est pas très intéressant en soi, la traduction ; cela devient intéressant parce que, pour traduire correctement, on ne cesse de sortir du champ étroit de la traduction. Car ses principes organisateurs sont en dehors d elle-même. Et pour pouvoir exercer correctement et avec bonheur ce métier, la qualité qui prime tout, c est la disponibilité à aller vers autrui, vers l étranger. Et essayer d entretenir cette qualité, ce n est plus seulement une tâche de traducteur, mais aussi, mais avant tout la tâche des enseignants en traduction. 7 8 Nous devons ce concept à Bruno Bettelheim, ***. Voir Antoine Bermann*** 6

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

La traduction économique et financière, Piège ou eldorado?

La traduction économique et financière, Piège ou eldorado? La traduction économique et financière, Piège ou eldorado? Dominique Johnkers Au-delà de ce titre un peu provocateur, mon propos est de remettre notre métier en perspective. Je compte bien enfoncer quelques

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

De changement en changement

De changement en changement Sandrine Caillé De changement en changement Changer sans s épuiser, faire changer sans s énerver Sous la direction de Laurence Saunder et d Éric Albert, 2011 ISBN : 978-2-212-54929-4 5 Favoriser l appropriation

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

À la découverte de notre quartier

À la découverte de notre quartier Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique À la découverte de notre quartier 1/14 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Les élèves réalisent en équipe des affiches, murales

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Partie I : L analyse des faits

Partie I : L analyse des faits Partie I : L analyse des faits Étape 1 : L analyse du cas pratique 1. La lecture attentive de l énoncé Le cas pratique présente la forme d un «bloc» comprenant un ensemble de faits, de protagonistes, de

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA. Monsieur le Directeur Général du groupe HEC,

DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA. Monsieur le Directeur Général du groupe HEC, DISCOURS AMBASSADEUR 19 MARS LANCEMENT DU PROGRAMME CESA Monsieur le Directeur Général du groupe HEC, Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie Franco-Malgache, Chers amis, C est pour

Plus en détail

Micro crédit au Nord, vers la maturité?

Micro crédit au Nord, vers la maturité? Micro crédit au Nord, vers la maturité? Une conférence en Norvège réunissait, début Juin 2002, les principaux intervenants européens en micro finance. C est une bonne occasion pour faire le point. J ai

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Introduction Débuter dans une profession, dont la complexité de la législation est inversement

Plus en détail

Techniques pour prendre des notes vite et bien

Techniques pour prendre des notes vite et bien Patricia RICHARD-POSTAL Techniques pour prendre des notes vite et bien Éditions d Organisation, 2006 ISBN : 2-7081-3428-0 Avant Propos Test : comment prenez-vous vos notes? Le test suivant vous permet

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Projet Personnel et Professionnel.

Projet Personnel et Professionnel. IUT INFORMATION COMMUNICATION Projet Personnel et Professionnel. Interview d Alexandra Schwartzbrod Astou-Maryème YAO 17/12/2012 LE METIER DE JOURNALISTE. «Une école extraordinaire» Alexandra Schwartzbrod

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Patrick Zeimett, Associé, économie sociale et solidaire, KPMG Sébastien

Plus en détail

Le livre blanc de la traduction

Le livre blanc de la traduction Le livre blanc de la traduction Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la traduction 2 Sommaire 1. Traduction 1.1. Qu est ce que traduire? 1.2. Qu est ce que faire traduire? 2. Traduction assermentée

Plus en détail

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs Laurent Muhleisen La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs En 1989, les 6 e Assises de la traduction littéraire en Arles avaient pour thème la traduction théâtrale ; pour la première fois

Plus en détail

LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND

LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND LICENCE ANGLAIS-ALLEMAND Mention : Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales Présentation La licence Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales (LLCER) vise à

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

PETITS TRADUCTEURS DEVIENDRONT GRANDS LECTEURS?

PETITS TRADUCTEURS DEVIENDRONT GRANDS LECTEURS? PETITS TRADUCTEURS DEVIENDRONT GRANDS LECTEURS? Trois ans d ateliers de traduction littéraire dans le secondaire KARINE REIGNIER 59 FORMATION FORMATION JE suis toujours stupéfaite de constater à quel point

Plus en détail

MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006

MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006 MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006 Je crois que l écriture, c est un métier d artisan. Donc, les seules règles d écriture que je ressens sont des

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques. Comment bien travailler avec son traducteur?

Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques. Comment bien travailler avec son traducteur? Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques Comment bien travailler avec son traducteur? Comment choisir son traducteur? Comment procèdent les avocats et les juristes? Quelques précautions s imposent tant au niveau

Plus en détail

Word est multilingue

Word est multilingue Microsoft Word, Tous les programmes Office, Live Messenger et Internet Explorer Word est multilingue Si vous avez lu Word a du vocabulaire, beaucoup de vocabulaire et Word a réponse à tout, ou presque,

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions

Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions Mentions Domaines de l'enseignement Traduction argumentée et révision (tronc commun) Traduction spécialisée Spécialité Traductologie Technologies

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Intention pédagogique : Développer les stratégies cognitives et métacognitives des élèves en lecture.

Intention pédagogique : Développer les stratégies cognitives et métacognitives des élèves en lecture. SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION Titre : Club de lecture à l écran Contexte : Les classes ciblées vivront une aventure virtuelle à l aide du Club de lecture à l écran de la Commission scolaire

Plus en détail

master LAngUEs ET COMMUnICATIOn

master LAngUEs ET COMMUnICATIOn master LAngUEs ET COMMUnICATIOn rédacteurtraducteur ARTs, LETTREs ET LAngUEs ARTs, LETTREs ET LAngUEs Objectifs de la formation L objectif de la formation est de former des rédacteurs/traducteurs techniques

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le nombre d exemplaires : 3 1 pour l entreprise, 1 pour l I.U.T., 1 pour vous même Le nombre de pages : 30 pages maximum (annexes non comprises) Le format : A4 Le rapport

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI

Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guides de Tangerine sur les finances personnelles Comprendre (pour mieux choisir entre) les RÉR et les CÉLI Guide pour les Canadiens Les RÉR existent depuis longtemps, mais les CÉLI sont relativement nouveaux,

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants OULIPO Présentation, Définition: L'Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) a été fondé, le 24 novembre 1960, par François

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Théâtre-action, création participative et politique

Théâtre-action, création participative et politique Photographie : Théâtre de la Communauté. ANALYSE DE L IHOES N 131-18 NOVEMBRE 2014 Théâtre-action, création participative et politique Par Jean-Pierre Nossent La présente analyse a pour point de départ

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

BE1 2 : Phase d analyse Gestion des prêts dans une médiathèque

BE1 2 : Phase d analyse Gestion des prêts dans une médiathèque Gestion des prêts dans une médiathèque Équipe enseignante Revision : 1302 CSC 4002 Télécom SudParis Octobre 2015 Première étape : mise au point de la solution, aspect statique L étape d analyse nécessite

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

Une enquête linguistique universelle (1)

Une enquête linguistique universelle (1) Une enquête linguistique universelle (1) Le mouvement de la civilisation entraîne naturellement l élimination des langues parlées par des groupes d hommes petits et sans influence; de même, dans une communauté

Plus en détail

SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction

SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE DEMANDE SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction Veuillez suivre les trois étapes ci-dessous pour présenter cette

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail

CHAPITRE III LES FINANCES

CHAPITRE III LES FINANCES CHAPITRE III LES FINANCES 25 En tant que personne morale, l association dispose de son propre patrimoine. La gestion de ce patrimoine est confiée aux dirigeants bénévoles, qui, dans la limite de leurs

Plus en détail

Les revenus de l activité professionnelle

Les revenus de l activité professionnelle Comment ne pas se tromper quand on commence, et surtout faut-il ne pas se tromper? À chacun de trouver la réponse à cette question, ô combien personnelle. Le but de cet ouvrage est de débroussailler un

Plus en détail

Éducation aux médias : lire la presse en ligne

Éducation aux médias : lire la presse en ligne FICHE 8 Éducation aux médias : lire la presse en ligne Niveau et thème de programme Séquence interdisciplinaire Lettres / Éducation civique / Documentation. Classe de 3 ème : Éducation aux médias Séquence

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Margaux, assistante de ressources humaines diplômée d un Master Psychologie sociale du travail et des organisations Les métiers de la Psychologie Le domaine Schiences Humaines

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Lauriane T., Belge, étudie à l Université de Strasbourg (La Psychologie). 2) L (les) école(s) européenne(s) que

Plus en détail

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures MANAGEMENT 360 Nous proposons une approche dynamique initiant une logique de compétence fondée sur l identification de ses propres ressources internes et ses points de résistance : Apport sur l intelligence

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Introduction. Et finalement, cet investissement, cette énergie, cette passion, cet engagement n auront servi à rien, ou presque

Introduction. Et finalement, cet investissement, cette énergie, cette passion, cet engagement n auront servi à rien, ou presque Introduction Depuis de nombreuses années, la question du risque en entreprise m interpelle et m obsède. Chaque jour, des entreprises se retrouvent confrontées à des risques qui, soudain, se concrétisent

Plus en détail

web Accessibilité Normes et bonnes pratiques pour des sites plus accessibles Armony Altinier Préface de Dominique Burger (BrailleNet)

web Accessibilité Normes et bonnes pratiques pour des sites plus accessibles Armony Altinier Préface de Dominique Burger (BrailleNet) Armony Altinier Préface de Dominique Burger (BrailleNet) web Accessibilité Normes et bonnes pratiques pour des sites plus accessibles Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-12889-5 Avant-propos Bonjour,

Plus en détail

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception Annexes Tests perceptifs Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception [Dans les interventions longues, les séquences enregistrées et audibles pour les auditeurs, sont

Plus en détail

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Consignes Page 1/12 Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Partie 1 Exercice 1 : La consigne est «Observe les images. Elles appartiennent toutes à un même thème sauf une. Entoure-la.» Tu (vous)

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka Moka Gabrielle Charron-Rainville Témoignage À l été 2005, j'ai suivi une formation en leadership / apprenti-moniteur dans un camp en Ontario. J y ai amélioré mon anglais et eu énormément de plaisir. L

Plus en détail

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE Service de psychologie et d orientation S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE Ce feuillet a pour but de vous renseigner sur le processus d aide que vous allez entreprendre au Service

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Jeanne Bordeau Le dossier et le communiqué de presse, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Le dossier de presse : rencontrer enfin l Arlésienne? Une session de formation en relations presse comme il y en a des

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre

Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre Marcelo Mariano Damiani Siskind Marcelo Damiani Marcelo Damiani Comme Le on Métier part, de comme survivre on reste Le Métier de survivre Le Métier Roman de survivre Roman Roman Traduit de l espagnol (Argentine)

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE»

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE» DOMAINE «ENVIRONNEMENT» DOMAINE : ENVIRONNEMENT EMPLOI-REPERE : ACCOMPAGNATEUR(RICE) Organiser les modalités de réalisation de l intervention Les numéros d'urgence prioritaires Les modalités de réalisation

Plus en détail

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP 2006 1 Notions de base du commercial Principe de base Exercices Méthodologie Chronologie de l entretien 2 Notions de base du commercial Une personne fonctionne sur

Plus en détail

Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014

Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014 Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014 Déroulé de la journée : Présentation des participants Expression par chacun de son intention d apprentissage Circulation libre

Plus en détail