Paul Morency ALPHONSE DESJARDINS ET LE CATÉCHISME DES CAISSES POPULAIRES. sep tent r ion. Extrait de la publication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paul Morency ALPHONSE DESJARDINS ET LE CATÉCHISME DES CAISSES POPULAIRES. sep tent r ion. Extrait de la publication"

Transcription

1 Paul Morency ALPHONSE DESJARDINS ET LE CATÉCHISME DES CAISSES POPULAIRES sep tent r ion

2

3 ALPHONSE DESJARDINS ET LE CATÉCHISME DES CAISSES POPULAIRES

4

5 Paul Morency ALPHONSE DESJARDINS ET LE CATÉCHISME DES CAISSES POPULAIRES se ptentr ion

6 Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d édition. Nous reconnaissons également l aide financière du gouvernement du Canada par l entremise du Programme d aide au développement de l industrie de l édition (PADIÉ) pour nos activités d édition. Cet ouvrage a été publié grâce à une subvention de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales, dont les fonds proviennent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Illustration de la couverture : Au berceau des Caisses populaires, huile sur toile de Jonas N. Tomesco, coll. Musée du Collège de Lévis. Gracieuseté de la Société historique Alphonse-Desjardins. De droite à gauche, Cyrille Vaillancourt, l abbé Irénée Lecours, Alphonse Desjardins, M gr F.-X. Gosselin et l abbé Philibert Grondin, rédacteur du Catéchisme. Révision linguistique : Solange Deschênes Mise en pages : Folio infographie Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire au 1300, av. Maguire, Sillery (Québec) G1T 1Z3 ou par télécopieur (418) ou consultez notre catalogue sur Internet : Les éditions du Septentrion Diffusion au Canada : 1300, av. Maguire Diffusion Dimedia Sillery (Québec) 539, boul. Lebeau G1T 1Z3 Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2 Dépôt légal 3 e trimestre 2000 Ventes en Europe : Bibliothèque nationale du Québec Librairie du Québec ISBN , rue Gay-Lussac Paris

7 REMERCIEMENTS En tout premier lieu, je tiens à remercier M. Lionel Boisvert, directeur des études de 2 e et 3 e cycles en linguistique à l Université Laval en 1992, qui m a orienté dans les démarches à suivre en vue de l admission au doctorat, les professeurs du département et, en particulier, mesdames Solange Chevrier-Vouvé, Annette Paquot, Denise Deshaies et M. Gerardo Alvarez de même que le personnel de la bibliothèque et les conseillères attitrées à la documentation en littératures, langues et linguistique, M mes Francine Rousseau et Isabelle Boudreau. Je désire témoigner ma plus vive gratitude à mon directeur de recherche, M. Paul St-Pierre, professeur de traduction et de sémiotique à l Université Laval et à l Université de Montréal, dont l érudition et l expertise m ont été si précieuses. J ai trouvé en lui un guide sûr et avisé, toujours au service du projet, habile à le relancer chaque fois qu il le fallait, généreux de son temps, de ses conseils et de ses encouragements. Enfin, je ne pourrais clore cet avant-propos sans une pensée toute spéciale à l endroit du regretté M. Jean-Jules Gingras, propriétaire de la Librairie d occasion Saint-Jean, à Québec. Toujours curieux du progrès de mes travaux, M. Gingras m a procuré plusieurs ouvrages sur l histoire et sur la coopération, dont un exemplaire du Catéchisme des caisses populaires Desjardins. Dans Le Soleil du 21 mai 1997, un habitué de la librairie rendit un hommage fort émouvant à ce gentilhomme des livres.

8

9 AVANT-PROPOS Message coopératif et communication Le 6 décembre 1900, Alphonse Desjardins et quelques concitoyens sympathiques à ses idées coopératives fondent la Caisse populaire de Lévis. La caisse commence ses opérations le 23 janvier 1901 avec le dépôt d une pièce de dix cents et une encaisse de 26,40 $ à la fin de la journée. À moins de partager la foi du fondateur, personne n aurait alors osé croire qu en moins d un siècle 1400 sociétés d épargne et de crédit s implanteraient au Québec et formeraient l armature d un impressionnant réseau d institutions, fort d un actif dépassant 70 milliards de dollars. Personne n aurait pu prédire qu au-delà de sa réussite économique le Mouvement des caisses Desjardins en viendrait à être cité un jour comme l une des «plus belles réussites collectives au Québec», comme le prototype d une «organisation-symbole» ayant, à l instar d Hydro-Québec ou de Bombardier, imprégné l «imaginaire collectif». De tout temps au sein du mouvement, on aime se souvenir de «l âge de fer», des débuts héroïques, du rude labeur des pionniers de la coopération. Quatre-vingt-dix ans après que la Caisse populaire de Lévis eut ouvert ses portes, la Confédération des caisses populaires et d économie Desjardins du Québec et ses communicateurs trouvent le moment indiqué de mettre une nouvelle fois en valeur le message coopératif. Pour le communiquer, on emprunte la voie d un téléfilm, Desjardins. La vie d un homme, l histoire d un peuple, puis d une bande dessinée avec La Grande Aventure d Alphonse Desjardins. Par la combinaison de l image et du texte, ce dernier médium peut à la fois atteindre un large public et intéresser à l histoire de la coopération une jeune clientèle, celle que courtisent depuis longtemps les caisses scolaires. Comme s en explique l historien d entreprise qui a participé au projet, la bande dessinée historique dépasse le

10 10 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires cadre d une œuvre de création, puisqu elle témoigne aussi des valeurs et des mythes véhiculés par l époque et «met plutôt en scène» le passé qu elle ne l analyse (Bélanger 1990 : p. 31). Idée originale de Pierre Larouche (alias Prouche), maître d œuvre de la scénarisation de l histoire et du rendu graphique de l album, qui est assisté d une équipe de collaborateurs de la Société historique Alphonse- Desjardins et de la Confédération, La Grande Aventure d Alphonse Desjardins décroche le grand prix du Festival de la bande dessinée francophone de Québec. En feuilletant la publication, le lecteur aura tôt fait d y remarquer l insertion d un second médium, la photographie. Comme le feraient trois icônes, les photographies reproduites dans l ouvrage montrent le fondateur du mouvement (p. 48), les dirigeants de la Caisse de Lévis qui siègent au conseil d administration, à la commission de crédit et au conseil de surveillance (p. 29) et un exemplaire du Catéchisme des caisses populaires (p. 41). Il se peut que les auteurs aient simplement voulu enrichir l esthétique de la bande dessinée et créer une atmosphère empreinte de nostalgie grâce au coloris sépia de quelques photographies d archives. Il se peut qu ils aient choisi d équilibrer l effet de fiction issu des illustrations par l effet de réel associé au médium photographique. Quels qu aient été leurs motifs, il demeure que, sous l angle sémiotique, La Grande Aventure d Alphonse Desjardins fait coexister deux narrations du parcours historique du mouvement coopératif, la photographique et la graphique. La narration photographique retient trois moments décisifs de ce parcours : l idée d un homme (1898), la fondation de la première caisse populaire (1900) et l emploi du médium catéchétique pour vulgariser le message coopératif (1910). La narration graphique de l histoire coopérative démarre au milieu du xix e siècle, la première planche montrant une famille qui, tous ses biens empilés dans une charrette, fuit son village. Sur ce tableau d époque, le texte enchaîne : Seconde moitié du xix e siècle : c est le début de la période la plus difficile pour le Québec et le Canada. En moins d un demi-siècle, la misère, le chômage, et le découragement poussent plus de Canadiens français à quitter parents et amis pour trouver du travail à la ville. C est le grand exode vers les États-Unis et les villes du Québec. Mais trouveront-ils cette richesse et cette prospérité tant convoitées? (Larouche 1990 : p. 3) L histoire racontée dans La Grande Aventure d Alphonse Desjardins s arrête à la mort du fondateur, survenue le 30 octobre La seule

11 avant-propos 11 incursion dans le présent surgit à la dernière page de l album, projetant le lecteur à Lévis en Une scène représente un papa, une maman et leurs enfants, Catherine et Jean-François, qui sortent de la maison d Alphonse Desjardins, convertie en un musée dirigé par la Société historique du même nom. Personne, se disent-ils, ne croyait au grand projet coopératif et aujourd hui chaque ville, chaque village possède sa caisse. La narration photographique et la narration graphique coïncident dans l accent qu elles mettent sur l hier originel du mouvement, celui du rêve coopératif un peu fou, hors d atteinte. À la toute fin, la narration graphique s en détache et bifurque vers l aujourd hui de son étonnante et parfaite réalisation. Un signe permet d harmoniser les deux narrations, de relier le passé de l humble caisse de Lévis au présent des caisses populaires partout implantées au Québec, en somme de correctement lire et interpréter le parcours historique du mouvement coopératif, soit cette photographie du Catéchisme des caisses populaires, le véhicule de la progagande coopérative 1. N eût été cet instrument, devine-t-on, le projet de Desjardins n aurait pu se réaliser. Pourtant, la bande dessinée illustre graphiquement d autres instruments d un apport décisif dans l organisation et la propagande coopérative, tels le People s Bank, qui inspira à Desjardins le modèle du self-help, les Statuts et règlements de la Caisse populaire de Lévis adoptés par l Assemblée législative du Québec et quelques numéros de La Vérité, journal qui ouvrit ses colonnes à des chroniques favorables au projet. Le Catéchisme des caisses populaires s en distingue par un traitement graphique qui l éloigne des ouvrages «concurrents» et l investit, photographie aidant, d un supplément de réalité, d un statut sémiotique différent. Ce statut s accorde bien au demeurant avec la position que les dirigeants et communicateurs du mouvement font occuper au Catéchisme dans l histoire des caisses populaires et de l entreprise de communication qui lui est liée. Même en 1990, les auteurs de la bande dessinée y font référence, ajoutant en note infrapaginale que «le petit catéchisme des caisses [connaît] un tel succès que, de 1911 à 1968, il [fait] l objet de 15 éditions» (p. 41). L histoire du mouvement coopératif doit se lire concomitamment avec l histoire de sa communication et d un instrument qui semble revêtu des attributs d un texte fondateur.

12 12 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires Alphonse Desjardins Plusieurs ouvrages qui traitent du mouvement coopératif s arrêtent plus ou moins longuement à la vie d Alphonse Desjardins, notamment ceux de Faucher (1948), Faucher et Vaillancourt (1950), Lamarche (1962 et 1985), Roby (1964), Turcotte (1971), Jacques (1975), Bertrand (1983), Beauchamp (1989), Poulin (1990) et Rousseau et Levasseur (1995). Bien qu elles ne jouissent pas de la crédibilité de ces travaux, deux biographies romancées paraissent, soit The Poor Man s Prayer de George Boyle (1951) et Alphonse Desjardins Un homme au service des autres de Jacques Lamarche (1977), où les bons sentiments et le merveilleux attirent l histoire du mouvement et de son chef dans l orbite de l épopée, sinon de l hagiographie, textes naïfs et méprisés sans doute, mais révélateurs du stade de mythification déjà atteint. On trouve, dans Réflexions d Alphonse Desjardins, un florilège de «morceaux choisis» publié en 1986 par la Confédération des caisses populaires et d économie Desjardins du Québec, cette brève notice biographique du fondateur : 1854 (5 novembre) Alphonse Desjardins naît à Lévis Il fait ses études (cours commercial) au Collège de Lévis Il entreprend une brève carrière militaire au sein de la Milice canadienne Il est journaliste à L Écho de Lévis, puis au Canadien (2 décembre) Il épouse Dorimène Desjardins ; ce mariage donnera quatre filles et six garçons Il est éditeur des Débats de la législature provinciale du Québec Il lance un journal conservateur, L Union canadienne, dont il doit interrompre définitivement la publication après trois mois Il est sténographe parlementaire (français) à la Chambre des communes à Ottawa (Confédération des caisses [...] 1986 : p. 9). La notice résume ensuite l itinéraire coopératif de Desjardins de 1897 à 1920 : le travail de recherche auquel il s est livré à la bibliothèque du Parlement, sa correspondance avec des spécialistes européens de la coopération, la fondation de l Action populaire économique, ses efforts pour

13 avant-propos 13 pourvoir les caisses d un cadre juridique, les tournées de propagande, sans oublier ses écrits et la publication du Catéchisme. Le Catéchisme des caisses populaires Desjardins doit d ailleurs son existence à la rencontre «providentielle» d Alphonse Desjardins et de l abbé Philibert Grondin. L abbé Philibert Grondin Né à Saint-Joseph-de-Beauce le 4 janvier 1879, Philibert Grondin fait ses études classiques au Collège de Lévis et sa théologie au Grand Séminaire de Québec. Ordonné prêtre par le cardinal Louis-Nazaire Bégin, il enseigne les mathématiques, le français et le catéchisme dans son Alma Mater de 1906 à Il s occupe des œuvres sociales de l Archidiocèse, à la fois prédicateur de la tempérance, missionnaire agricole, aumônier des Ouvriers de la chaussure de Québec, de l Union catholique des cultivateurs, de la Fédération des caisses populaires. Il rédige plusieurs articles sur la coopération pour le compte de La Vérité et de La Revue Desjardins. Il collabore à La Terre de chez-nous et à la page agricole de L Action catholique. Nommé chanoine honoraire, l abbé Grondin reçoit la médaille Bene Merenti pour l ensemble de son œuvre. Il décède à l Hôtel-Dieu de Lévis, le 27 décembre Peu après, La Revue Desjardins rend hommage à la vie et à la carrière du chanoine Grondin dans son numéro spécial de janvier La rencontre d Alphonse Desjardins et de l abbé Philibert Grondin Lors de la Journée de l épargne tenue à Lévis en 1936 et dans des textes maintes fois repris et réédités dans la revue officielle du mouvement, l abbé Philibert Grondin raconte «comment un beau matin, il se réveille journaliste». Alphonse Desjardins se promène sur la rue du Mont-Marie, qui longe l église de Notre-Dame de Lévis et la cour du collège. Il salue le jeune ecclésiastique, lui demande son nom et engage avec lui la conversation sur l œuvre coopérative. L Assemblée législative du Québec vient tout juste de la consacrer sur le plan juridique avec la Loi des syndicats coopératifs. Desjardins lui rapporte la prédiction que fit jadis sir Lomer Gouin, premier ministre du Québec et ancien confrère de collège : si ses concitoyens comprenaient ses desseins coopératifs, Desjardins «sauverait» la race canadienne-française. Grondin écoute son histoire, ses inquiétudes, il se

14 14 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires montre réceptif à son «besoin urgent d aide sérieux», à son intention de mener une campagne de presse pour former l opinion publique. Desjardins va droit au but : Vous êtes l homme que je cherche. Ce matin, j ai fait mon premier vendredi du mois, j ai communié et j ai demandé au bon Dieu de me faire rencontrer quelqu un qui pourrait être, par la plume et par la parole, le propagandiste de l œuvre des Caisses populaires. Je commence à être absorbé par les quelques Caisses déjà fondées, et mon style est assez lourd et laborieux. Aussi pour promouvoir mon œuvre, me faut-il un homme jeune, qui sache parler aux jeunes et être compris de tous. Vous êtes le premier que je rencontre, c est le Sacré-Cœur qui vous envoie ; je vous choisis, vous ne pouvez me refuser (Vaillancourt 1951 : p. 3). Le Catéchisme des caisses populaires Le prêtre accepte «un peu contre son gré» la sollicitation pressante de Desjardins et il s engage à ses côtés dans «l âge de fer du travail obscur, des difficultés sans nom». Les sociétés d épargne et de crédit se butent en effet à l apathie, à l indifférence du public, à la résistance parfois sourde, parfois ouverte des financiers et des institutions en place. Dans certains quartiers, les propagandistes de la coopération passent pour des «énergumènes», des «socialistes», des «êtres dangereux» qu il faut museler. Les demandes de renseignements affluent, une correspondance de 300 à 400 lettres par mois, des voyages s imposent et les ressources manquent pour faire face aux dépenses. Desjardins imagine des combinaisons savantes pour économiser dans ses courses, il prend ses repas sur le pouce au hasard des circonstances et plus souvent qu autrement il «[met] la main dans son gousset». Ses contemporains le prennent pour un toqué, un rêveur. Heureusement, les portes des presbytères s ouvrent devant lui et «avec elles une large hospitalité» (Grondin 1954 : p ). La conjoncture adverse ne décourage pas les ouvriers de la première heure qui réussissent à gommer les difficultés du projet et inventent des moyens d embellir singulièrement l image du mouvement, même s il faut recourir aux artifices d une mise en scène. L abbé Irénée Lecours, procureur du Collège de Lévis au moment de la fondation de la Caisse de Lévis, reçoit souvent la visite d Alphonse Desjardins qui vient causer avec lui des affaires de la caisse et des détails de l organisation. Il place toute sa confiance dans l œuvre naissante et dans la personne du fondateur. Pour donner à la caisse populaire plus de prestige

15 avant-propos 15 aux yeux du public, pour lui permettre de présenter un chiffre d affaires plus considérable et inspirer davantage confiance aux actionnaires et aux déposants, l abbé Lecours se fait un devoir d aller déposer l argent du collège à la caisse au lieu d aller à la banque. Quand il lui faut payer un compte au moyen d un chèque, il se rend au bureau de l avenue Bégin demander à Desjardins de faire le chèque lui-même sur les fonds inscrits au compte du collège (Tardif 1950 : p. 13). D autres occasions se présentent à eux de déployer pareilles inventions, par exemple lorsqu arrive le redoutable moment de tenir les assemblées annuelles du mouvement. Un sympathisant se souvient du subterfuge utilisé alors pour impressionner la galerie : M. Desjardins avait reçu du Collège l autorisation de faire sa réunion générale annuelle pour le public lévisien, ici même dans cette salle. Afin d attirer la population qui, à ce moment, regardait la Caisse d un œil plus ou moins favorable, les élèves sacrifiaient volontiers leurs récréations à préparer, sous la conduite d un prêtre, une petite séance et jouer ordinairement une comédie, ce qui assurait à M. Desjardins un auditoire devant lequel il donnait son rapport annuel et expliquait l importance de la Caisse et je puis vous assurer qu il ne manquait pas de conviction. M. le Supérieur assistait régulièrement à ces réunions et encourageait fortement les auditeurs à devenir membres de la Caisse. Il en fut ainsi pendant une vingtaine d années jusqu au jour où la Caisse, suffisamment connue et appréciée, put faire ses réunions à la salle S[ain]t-Fr[ançoi]s-Xavier et sans avoir recours à ce moyen pour s assurer un auditoire convenable (ibid. : p ). La «mise en scène» de l actif de la caisse populaire et celle de son sociétariat en appellent une troisième. Seule une jonction solide entre l avoir des sociétés d épargne et la participation des membres peut affermir la viabilité des caisses populaires et la croissance à long terme du mouvement coopératif. Il importe de stimuler les rentrées d argent nécessaires au crédit et d accroître le recrutement des épargnants au moyen d une vulgarisation plus efficace des idées coopératives. On pense donc à mettre en scène le message coopératif dans un catéchisme des sociétés d épargne et de crédit, catéchisme «en qui s étaient réfugiés [les] derniers espoirs» (Grondin 1944 : p. 25) : Vers 1908, M. Desjardins s amène à ma chambre : «Je suis débordé [...]. Vous enseignez le catéchisme à vos élèves ; vous allez nous faire un catéchisme des caisses populaires pour nos futurs coopérateurs». J hésite à entreprendre la tâche. M. l abbé Joseph Hallé survient. Était-ce pur hasard?

16 16 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires Y avait-il complot? Toujours est-il que l affaire est décidée. Je me mets à l œuvre. Sous une petite lampe fumante, tous les soirs à 9 heures sonnant, portes closes, j essayais mes ailes et ma plume. Vous devinez que M. Desjardins critiquait, oh! charitablement mon travail, en louait les efforts, me disait parfois que j en faisais un succès. [...] Si nous avons peiné sur ce fameux catéchisme! La publication prête, il fallait songer à trouver les fonds pour en défrayer les dépenses. Nous mîmes la main à nos maigres goussets, et [...] le chef-d œuvre sortit des presses de La Vérité. Malgré sa modestie, que de services il a rendu à la cause de la Coopération, en particulier à celle des Caisses (Vaillancourt 1944 : p. 24). On sait peu de chose sur l accueil réservé au Catéchisme, sur son usage dans la diffusion de la doctrine coopérative, sur son influence dans l établissement de caisses populaires. Traitant de l expérience historique du Mouvement Desjardins dans la région du Centre-du-Québec, Rousseau et Levasseur apportent néanmoins quelques précisions : L appui accordé par l Évêché de Trois-Rivières aux initiatives de Desjardins ne s est pas démenti pendant les années qui ont suivi ces premiers contacts. En février 1911, l évêque du diocèse adresse une lettre circulaire invitant ses prêtres à fonder des caisses : «Le moment me paraît venu, écrit-il, d en établir une dans chacune de nos paroisses. Plusieurs d entre vous l ont déjà fait, du reste, ils n ont qu à s en féliciter». Un exemplaire du Catéchisme des caisses populaires était joint à la lettre (1995 : p. 53). Le soutien des autorités ecclésiastiques à la fondation des caisses s exprime ailleurs, de manière diverse et plus discrète que celle-là, un évêque invitant, par exemple, Desjardins à s adresser aux prêtres de son diocèse à l occasion de leur retraite. Pour prometteuses qu elles soient, les manifestations d appui ne suffisent pas. Il faut établir les caisses et les faire fonctionner. Les années 1910 voient l éclosion de près d une quarantaine de caisses dans le centre du Québec. Mais toutes ne passent pas l épreuve du temps. Dans les faits, la moitié des caisses instituées durant cette période ne franchissent pas le cap des années Six d entre elles meurent dans l œuf. Malgré tout, le noyau de caisses en activité au moment du décès d Alphonse Desjardins se développe suffisamment pour relancer le mouvement (ibid. : p. 54). S il demeure difficile de mesurer l effet réel du Catéchisme dans l émergence et la consolidation des caisses populaires, des témoignages lui reconnaissent une contribution indéniable à la diffusion des idées coopératives en général :

17 avant-propos 17 Cette brochure [...] a exercé une influence considérable non seulement sur le développement des caisses populaires, mais sur le mouvement coopératif en général. On peut dire qu un bon nombre des coopératives agricoles qui se sont fondées depuis vingt ans doivent, pour une bonne part, leur existence à cette brochure, qui a été lue, méditée et étudiée en groupes dans les cercles de l U.C.C. [Union catholique des cultivateurs] : service incalculable, dont la classe agricole ressent aujourd hui les bienfaits et dont les générations à venir continueront à bénéficier encore davantage (Lebel 1951 : p. 9). Le Catéchisme dans le mouvement coopératif Desjardins Le texte qui sans doute traduit le mieux l «icônisation» du Catéchisme dans l histoire et dans la culture du mouvement coopératif Desjardins s intitule «Un livre de chevet intéressant les dirigeants des Caisses populaires» et paraît dans la livraison d août/septembre 1968 de La Revue Desjardins. Le sénateur Vaillancourt y rend compte de l assemblée générale annuelle de la Fédération de Québec des unions régionales des caisses populaires Desjardins. Un délégué déplore l absence de manuels destinés à «éduquer sur le plan coopératif et économique ceux qui veulent travailler à cette œuvre de rédemption sociale et de relèvement économique que sont les Caisses populaires». Alfred Rouleau, président de La Sauvegarde et directeur général de l Assurance-vie Desjardins, rétorque que ces deux organismes fournissent à leurs agents des manuels pour enseigner ce qu est l assurance et comment pallier les problèmes rencontrés. Après la réunion, Vaillancourt se remémore que les dirigeants des caisses populaires disposent depuis longtemps d un «livre de chevet», d un «chef-d œuvre dans son domaine», le Catéchisme des caisses populaires dont le tirage dépasse exemplaires. Relisant l ouvrage, il en découvre l actualité, «ce livre sembl[ant] avoir été écrit hier pour les Caisses populaires d aujourd hui». Ravi d y trouver encore d excellentes idées et des connaissances toujours utiles, il enjoint les cadres et employés des caisses populaires d en acquérir un exemplaire, d en prendre connaissance et d en méditer le contenu. On peut imaginer la surprise des communicateurs du Mouvement Desjardins d apprendre que le Catéchisme du chanoine Grondin pouvait encore répondre aux besoins d enseignement coopératif alors que son modèle, le catéchisme religieux traditionnel, avait été relégué aux oubliettes quelques années auparavant. Au début des années 1960, le Québec s engage dans la Révolution tranquille. Porté au pouvoir à l élection du 22 juin 1960 et dirigé par le

18 18 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires premier ministre Jean Lesage, le gouvernement libéral met en œuvre plusieurs réformes sociales, notamment dans le domaine de l éducation. Des intellectuels remettent en question l instruction religieuse à l école, des groupes de pression réclament la laïcisation des institutions scolaires et le gouvernement crée un ministère de l Éducation à la suite des travaux de la commission Parent ; l Église s interroge sur l état de l enseignement religieux au Québec, un centre et un institut de catéchèse sont mis sur pied, l Assemblée des évêques demande un nouveau programme de catéchèse et de nouveaux manuels dans la foulée du concile Vatican II. Ces faits mis ensemble sonnent le glas d une pédagogie vieillotte, de «la lettre qui tue», malgré les moyens ingénieux déployés par des enseignants pour en animer l esprit, et forcément du catéchisme catholique traditionnel : Les responsables de l enseignement du catéchisme abandonnent l allure autoritaire de contrôleur des connaissances en faveur d attitudes qui expriment un souci de présence et d accompagnement des personnes. L aggiornamento de l Église sous le pape Jean XXIII confirmera cette attitude. Le renouveau qui passe par Vatican II a d importantes répercussions sur la vie et l esprit des catholiques québécois, ce qui ouvre la voie au pluralisme et à la tolérance religieuse, surtout en milieu urbain. Ainsi commence l ère d une nouvelle génération de catéchismes, familièrement dénommés manuels de cathéchèse, qui se caractérisent notamment par l abandon de la formule [questions] réponses (Brodeur et al : p. 98). Les communicateurs du Mouvement Desjardins interviennent dans une note placée immédiatement sous l éditorial du sénateur Vaillancourt et tentent de récupérer au mieux la situation, ménageant à la fois l opinion du sénateur et le travail d un collègue : N. D. L. R. Bientôt paraîtra un volume illustré d environ 70 pages, format de poche, intitulé Le Mouvement coopératif Desjardins. Cet ouvrage de monsieur Rosario Tremblay, agent de relations publiques à la Fédération des Caisses populaires Desjardins, préfacé par l honorable sénateur Cyrille Vaillancourt, directeur général de la Fédération, viendra parfaire l œuvre du chanoine Grondin. Dès qu ils pourront se procurer cette brochure, nos dirigeants posséderont, avec le Catéchisme des caisses populaires, deux instruments de travail complémentaires et d une très grande utilité. Qu il [sic] surveillent donc la mise en circulation de la prochaine publication de monsieur Rosario Tremblay (Vaillancourt 1968 : p. 128).

19 avant-propos 19 «Texte fondateur», refuge des «derniers espoirs» de la coopération, source de services incalculables à la cause, succès d édition, référence et objet d imitation, «meilleur outil» de la propagande coopérative, «livre de chevet», «chef-d œuvre dans son domaine», exemple d adaptation, le Catéchisme des caisses populaires a soutenu en son temps la communication première du message coopératif ; on peut penser qu il a influencé sa communication postérieure à diverses périodes de l histoire du Mouvement des caisses Desjardins. L analyse poursuivra trois objectifs. Premièrement, dire quel est et comment s exprime ce message coopératif des premiers propagandistes, tel qu il figure dans le premier Catéchisme des caisses populaires 2. L analyse portera sur l ouvrage paru en 1910 qui compte 15 éditions, la dernière datant de Au gré de l évolution du mouvement coopératif et des mentalités, des modifications ont été apportées au texte du Catéchisme, retrait et ajout de dispositions, changement dans le vocabulaire et le style, mais il n entre pas dans le cadre de la recherche d en comparer les versions disponibles pour y retracer les variantes du message coopératif. Deuxièmement, décrire la situation et le contexte de production du Catéchisme des caisses populaires. Bien que la notion de «contexte» ne fasse pas l unanimité, il semble qu un consensus se dessine néanmoins sur ce qui constitue le noyau de ses constituants, soit les participants, le cadre spatiotemporel et le but 3. Certains auteurs préfèrent cependant le mot «situation» pour décrire l environnement physique de l acte de communication, le «contexte» désignant plutôt l environnement textuel d un mot ou d une séquence de mots 4. L objectif de recherche doit s entendre ici comme embrassant à la fois la situation et le contexte de production de l ouvrage. Les récits de l auteur du Catéchisme sur la genèse de son petit manuel, les textes de propagandistes du mouvement coopératif (dont ceux d Alphonse Desjardins) seront notamment mis à contribution, de même que des textes antérieurs, contemporains ou postérieurs à la production de l ouvrage, qui seraient susceptibles de rendre compte de son environnement textuel. Troisièmement, dégager la structure ou la configuration sémiotique du message coopératif. Une première lecture du Catéchisme des caisses populaires permettra de privilégier des marques et des thèmes 5 qui se seront imposés par leur prégnance dans le texte. Sur cette base, des questions viendront articuler et préciser les trois volets de la recherche. Ces questions emprunteront à la

20 20 alphonse desjardins et le catéchisme des caisses populaires métaphore théâtrale «acteur», «scène», «décor 6», et à chacune, en guise de réponse, correspondra un chapitre du volet à l étude. Au terme de l application de la grille d analyse au texte, on recherchera, en arrière-plan du message coopératif, les signifiés dont on peut penser qu ils servent à structurer ou à configurer le message. De façon incidente et ponctuelle, l analyse soulignera des correspondances sémiotiques, sous le mode des constantes ou des ruptures, entre le message coopératif premier du Catéchisme et le message mis en forme et exprimé subséquemment dans de nouveaux médias : le film Les caisses populaires réalisé en 1945 par l Office national du film du Canada 7 ; un texte rédigé à l occasion du dévoilement des nouvelles armoiries du mouvement coopératif en ; le message publicitaire Les aventures de Saint-Voisin diffusé en Bien qu ils se différencient par certains de leurs objectifs de communication, ces messages partagent néanmoins des caractéristiques communes, celles de parler de coopération, de viser directement ou indirectement un large public et, pour deux d entre eux, d émaner du Mouvement des caisses Desjardins. Malgré que, pour cette dernière caractéristique, le film fasse exception, il est difficile de croire, à certains indices, que le message véhiculé par ce médium n ait pas reçu l aval des dirigeants du mouvement, ne serait-ce que de facto. En effet, le film fait une courte intrusion au siège social de la Fédération des caisses populaires Desjardins et montre même le directeur gérant, le sénateur Cyrille Vaillancourt, au travail à ses bureaux. En outre, quelques scènes se passent à Saint-Anselme et vantent les mérites d un magasin, d une société agricole et d un couvoir coopératifs. On peut mettre en doute que, pour les besoins de la cause, le lieu de tournage ait été choisi fortuitement, puisque Saint-Anselme est la paroisse natale du sénateur Vaillancourt. On sait que l analyse du message coopératif relayé par ces nouveaux médias, film, armoiries et message télévisé, pourrait ressortir à une sémiotique du cinéma, de l affiche ou de la publicité. Ne seront ici considérés que les textes en présence, c est-à-dire la narration du film, la présentation des armoiries et un relevé de la bande-son du message publicitaire. Encore là, ces textes ne feront pas l objet d une analyse proprement dite, mais plutôt d une lecture en survol indiquant des parentés et des variantes avec le message du Catéchisme.

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy 1 Ecrire pour mieux lire : ce qu en comprennent les collègues, rapide tour de table En général : - Prendre une posture d écrivain

Plus en détail

À la découverte de notre quartier

À la découverte de notre quartier Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique À la découverte de notre quartier 1/14 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Les élèves réalisent en équipe des affiches, murales

Plus en détail

Enseigner l histoire avec la collection Baby

Enseigner l histoire avec la collection Baby Enseigner l histoire avec la collection Baby Michel Champagne, Division des archives, Université de Montréal Congrès SPHQ 26 octobre 2007 Le juge Baby La Collection Baby Présentation du projet : Les Canadas

Plus en détail

CIRCULATION DE L ARGENT

CIRCULATION DE L ARGENT PARS DE LA VIE RURALE EN 1900 À TRAVERS LA VIE. VISITE LE DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DU CANADA. RECHERCHE LA FICHE ET RÉPONDS AUX QUESTIONS. 1. Quel âge avait Alphonse Desjardins en 1900? 2. Que veut dire

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Municipalité de L Avenir : 1862-2012

Municipalité de L Avenir : 1862-2012 Municipalité de L Avenir : 1862-2012 La municipalité de L Avenir a été surtout marquée par deux personnages : Jean- Baptiste-Eric Dorion, député surnommé L Enfant Terrible et le notaire Joseph- Charles

Plus en détail

TÉMOIGNER PAR L EXEMPLE OFFRIR DES MODÈLES PROVENANT DU MILIEU. entrepreneur. en classe! GUIDE. à l intention des entrepreneurs

TÉMOIGNER PAR L EXEMPLE OFFRIR DES MODÈLES PROVENANT DU MILIEU. entrepreneur. en classe! GUIDE. à l intention des entrepreneurs TÉMOIGNER PAR L EXEMPLE OFFRIR DES MODÈLES PROVENANT DU MILIEU entrepreneur Un en classe! GUIDE à l intention des entrepreneurs COORDINATION : Daniel Thouin Secrétariat à la jeunesse Ministère du Conseil

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION ORAL ECRIT AUDIO- VISUEL Compréhension générale de l oral Comprendre une interaction entre locuteurs natifs Comprendre en tant qu auditeur Comprendre des annonces

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE : 75 MINUTES

DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE : 75 MINUTES FICHE PÉDAGOGIQUE 3-2 THÈME : LA VIE EN SOCIÉTÉ / LE MOUVEMENT COOPÉRATIF TITRE : «ÉPARGNE, RELIGION ET FAMILLE» LES DÉBUTS DES CAISSES POPULAIRES EN ONTARIO FRANÇAIS DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE :

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

RAPPORT DE RESIDENCE

RAPPORT DE RESIDENCE AFRIQUE ET CARAÏBES EN CREATION PROGRAMME «VISA POUR LA CREATION» Résidence de création de Bande Dessinée LIEU : Centre Intermondes - La Rochelle (France) DATE : 2 juin au 10 août 2014 LAUREAT: Kanyi Adrien

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION

ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION 500.AG PROFIL CINÉMA 500.AJ PROFIL COMMUNICATION ET MÉDIAS 500.AF PROFIL ARTS VISUELS ET PHOTOGRAPHIE 500.AH PROFIL LITTÉRATURE ET CULTURE 500.AL PROFIL LANGUES MODERNES

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

UNITÉ D ENSEIGNEMENT

UNITÉ D ENSEIGNEMENT UNITÉ D ENSEIGNEMENT Volet : Titre : Matière d enseignement recommandée : Autre(s) matière(s) pertinente(s) : Établir un budget, planifier et fixer des objectifs L importance de la planification Mathématiques

Plus en détail

TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE

TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE!"#$%&'()#$*+,"-&(./0,&"%$1&'($/))&.1/2"#($3/$13/",-,)/0,&"$ #0$3+&(2/",%/0,&"$*#$3/$-&(./0,&"$/-,"$*#$1#(.#00(#$3+/00#,"0#$*#%$&45#)0,-%6$ Trousse d outils de référence À

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque Compte rendu Ouvrage recensé : Potvin, C., Power, T.M. et Ronchi, A. (dir.) (2014). La formation en ligne : les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l Université

Plus en détail

Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur

Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur ET ACCORDS LE DÉTERMINANT LEUR 1 Pronom Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez, au besoin, consulter les

Plus en détail

Imagination. Marc-André Fortier. Communication Gestion du changement Rédaction Conférences Animation Vulgarisation Marketing Graphisme Photographie

Imagination. Marc-André Fortier. Communication Gestion du changement Rédaction Conférences Animation Vulgarisation Marketing Graphisme Photographie Imagination Marc-André Fortier Communication Gestion du changement Rédaction Conférences Animation Vulgarisation Marketing Graphisme Photographie La communication est un art qui fait appel à la fois aux

Plus en détail

D Projet d écriture FLA 10-2. Affiche publicitaire : Une soirée de magie. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

D Projet d écriture FLA 10-2. Affiche publicitaire : Une soirée de magie. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE D Projet d écriture Affiche publicitaire : Une soirée de magie FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : C La science au cœur du cirque Lecture D Une

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Projet «savoir gérer son droit d auteur» Edition 2016/2017 Catalogue des formations CRCPI (Centre de Renforcement des Capacités pour l Exploitation de la Propriété Intellectuelle I P S A i p s a o r g

Plus en détail

La Perle des Cantons de l Est

La Perle des Cantons de l Est La Perle des Cantons de l Est S 1/P,003,000,000,023,0854 [1884] Monastère de Stanstead tanstead ou Perle des Cantons de l Est accueillera un troisième monastère d Ursulines au Canada. Après Trois-Rivières

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999 Enquête SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: POINTS SAILLANTS* DÉCEMBRE 1999 Qu il s agisse de relations avec leurs clientèles, de

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS

RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS À diffuser immédiatement Le mercredi 24 septembre 2008 RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS Un

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

Titre de l'action : «Rénover les conditions d enseignement et d apprentissage, rompre avec l unité de temps, de lieu et d action»

Titre de l'action : «Rénover les conditions d enseignement et d apprentissage, rompre avec l unité de temps, de lieu et d action» Ecrit sur l action expérimentale : 2007/2008 Titre de l'action : «Rénover les conditions d enseignement et d apprentissage, rompre avec l unité de temps, de lieu et d action» Académie de Nancy-Metz LPR

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS

DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS DE LA TROUSSE DE PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS 9 NOTIONS INTÉRESSANTES SUR LA LECTURE À SAVOIR ET À PROMOUVOIR LA PROMOTION DE LA LECTURE AUX TOUT-PETITS VOUS CONCERNE? CETTE LISTE VOUS INTÉRESSERA

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

Bonne Année! Message du président. Relations professionnelles. Le français, une priorité à l école, un devoir de société

Bonne Année! Message du président. Relations professionnelles. Le français, une priorité à l école, un devoir de société Volume 22 numéro 4 Février 2009 Message du président Bonjour à toutes et à tous et même si nous avons débuté le mois de février, je voudrais quand même vous souhaiter une BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2009.

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Division des communications NOVEMBRE 2010 TABLE DES MATIERES 1) DÉFINITION... 2 2) PRINCIPES DIRECTEURS... 2 3) LA COMMUNICATION INTERNE... 3 3.1) L accueil des employés... 3

Plus en détail

Les chasseurs de trésors. Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Les chasseurs de trésors. Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Fiche B Fiche C Fiche C Fiche D Animation du livre Une chasse aux Appréciation de l œuvre CORRIGÉ Production écrite et

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

MODIFIANT LE PLAN D URBANISME, PLAN DIRECTEUR

MODIFIANT LE PLAN D URBANISME, PLAN DIRECTEUR PROJET DE RÈGLEMENT P-03-179 MODIFIANT LE PLAN D URBANISME, PLAN DIRECTEUR DE L ARRONDISSEMENT RIVIÈRE-DES-PRAIRIES / POINTE-AUX-TREMBLES / MONTRÉAL-EST (CORRIDOR HYDRO-QUÉBEC) RAPPORT DE CONSULTATION

Plus en détail

Partie publique / Partie privée. Site statique site dynamique. Base de données.

Partie publique / Partie privée. Site statique site dynamique. Base de données. Partie publique / Partie privée. Partie publique - Front office / Partie privée - Back office. Utiliser l analogie avec une émission de télévision. Un journal télévisé = 1 journaliste + des reportages.

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus,

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à l occasion des 3 e Rencontres nationales de la librairie, à Lille, le lundi 22 juin 2015 Monsieur le Président du Syndicat

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

LES DISPENSES DE PROSPECTUS

LES DISPENSES DE PROSPECTUS LES DISPENSES DE PROSPECTUS 1 2 Qu est-ce qu une dispense de prospectus? 4 Pourquoi se prévaloir d une dispense? 4 7 Les conditions qu un émetteur doit remplir pour se prévaloir d une dispense de prospectus

Plus en détail

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1 Grille rentrée 2010 / 11 GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU / = Palier 1 Depuis 2006, le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de Langues

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

LES FAITS SAILLANTS Bourse RIDEAU 2015 15 au 19 février 2015

LES FAITS SAILLANTS Bourse RIDEAU 2015 15 au 19 février 2015 LES FAITS SAILLANTS Bourse RIDEAU 2015 15 au 19 février 2015 En 2015, avec 1122 inscriptions, dont une délégation internationale de 54 professionnels, la Bourse RIDEAU confirme à nouveau son titre de rendez-vous

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement

L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement Lancement canadien du Carbon Disclosure Project Galerie de la Bourse de Toronto Le 4 octobre 2006 David Denison Président

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

NANTES LA CITÉ PALAIS DES CONGRÈS LUNDI 24 NOVEMBRE DE 14H À 18H

NANTES LA CITÉ PALAIS DES CONGRÈS LUNDI 24 NOVEMBRE DE 14H À 18H NANTES LA CITÉ PALAIS DES CONGRÈS LUNDI 24 NOVEMBRE DE 14H À 18H [FORUM] : Place publique où se tenait le marché, les réunions publiques dans l'antiquité. [CIH] : Le Comité interministériel du handicap

Plus en détail

Inauguration des nouvelles

Inauguration des nouvelles Dossier de presse - N 44 Lourdes, le 18 août 2005 Inauguration des nouvelles salles du Musée-Trésor. Dans les Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes, le Musée-Trésor est situé à côté du départ du chemin de

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

«Le développement n a de sens que parce qu il permet à un plus grand nombre de jeunes de vivre l aventure du scoutisme»

«Le développement n a de sens que parce qu il permet à un plus grand nombre de jeunes de vivre l aventure du scoutisme» Créer et Animer des Réseaux de développement Pour les Responsables Locaux Développement et Réseaux/les coordinateur Développement et Réseaux des Pôles Développement «Le développement n a de sens que parce

Plus en détail

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi?

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi? SÉMINAIRE DE PARIS Devenir prêtre Pourquoi pas moi? Être prêtre du diocèse de Paris 571 C est le nombre de prêtres du diocèse de Paris en activité. 2 Quel est le rôle d un prêtre à Paris? Après son ordination,

Plus en détail

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS Le baptême le début d un cheminement! PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES PARENTS QUI DEMANDENT LE BAPTÊME POUR LEUR ENFANT Service de la catéchèse Archidiocèse de Saint-Boniface PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1 Gabor Szilasi Gabor Szilasi Clip 1 Comment je suis devenu photographe C est, c est pas ce que je voulais devenir, photographe, mais j ai commencé à étudier en médecine et je voulais me sauver en 49 de

Plus en détail

Exporter le livre canadien en France

Exporter le livre canadien en France Exporter le livre canadien en France Tome 1 Le marché du livre en France et ses perspectives 3 e édition Exporter le livre canadien en France Tome 1 Le marché du livre en France et ses perspectives 3 e

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Notes d allocution de Madame Ginette Bureau Présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC. Vers une gestion concertée des matières organiques

Notes d allocution de Madame Ginette Bureau Présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC. Vers une gestion concertée des matières organiques Notes d allocution de Madame Ginette Bureau Présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC Vers une gestion concertée des matières organiques à l occasion du Colloque de la Communauté métropolitaine de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. RUBIO Thibaut, L3 MI Université de Nîmes. Du 30 Janvier 2008 au 5 Février 2008

RAPPORT DE STAGE. RUBIO Thibaut, L3 MI Université de Nîmes. Du 30 Janvier 2008 au 5 Février 2008 RUBIO Thibaut, L3 MI Université de Nîmes RAPPORT DE STAGE Du 30 Janvier 2008 au 5 Février 2008 Lycée GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ 43 Rue du Moulin 30540 Milhaud SOMMAIRE I. Présentation de l établissement

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation?

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? : Le Guide du compagnon sur la formation d un apprenti Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? Soyez d abord fier. Vous êtes sur le point d accomplir un travail exceptionnel

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA AU SERVICE DU THÉÂTRE, CONSEIL DES ARTS DU CANADA NOVEMBRE 2005 Réunis en assemblée annuelle les 8 et 9 septembre dernier, les quatorze

Plus en détail

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Voici une Idée simple pour gagner un point annuel de croissance en France, en renforçant le secteur bancaire, en distribuant une richesse

Plus en détail

Mathématiques Pré-emploi 11 e année

Mathématiques Pré-emploi 11 e année Conseil scolaire acadien provincial École secondaire du Sommet Élaboré par M. J. Saldaña BPhB, BEd, AdBEd, MSc Année scolaire 2013 2014 Mathématiques Pré-emploi 11 e année DESCRIPTION DU COURS Ce cours

Plus en détail

DISCOURS DE CLÔTURE DU PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE

DISCOURS DE CLÔTURE DU PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DEUXIÈME CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE CONJOINTE DES PROTOCOLES D ENTENTE DE PARIS ET DE TOKYO SUR LE CONTRÔLE DES NAVIRES PAR L ÉTAT DU PORT Vancouver (Colombie-Britannique) Canada Les 2 et 3 novembre 2004

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Le dernier récit de voyage de Champlain

Le dernier récit de voyage de Champlain Le dernier récit de voyage de Champlain Texte de Julia Miller SOMMAIRE À partir de ce qu ils ont appris sur Champlain dans le film, le site web et ses récits de voyages, les élèves imagineront le dernier

Plus en détail

La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal

La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal Mémoire soumis par : La Commission scolaire de Montréal (CSDM) dans le cadre de la consultation publique de la Ville

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU B1 DU CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES

DESCRIPTEURS NIVEAU B1 DU CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES DESCRIPTEURS NIVEAU B1 DU CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES Vous trouverez ci-dessous, sous forme de tableau, les descripteurs du niveau B1 du Cadre européen commun de référence du Conseil

Plus en détail

Présentation de Téléfilm Canada. Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes

Présentation de Téléfilm Canada. Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes Présentation de Téléfilm Canada au Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes Étude sur l évolution de l industrie de la télévision au Canada et son impact sur les communautés locales

Plus en détail

Rapport de mission. Titre :

Rapport de mission. Titre : Rapport de mission Titre : Séjour de la délégation béninoise en Belgique dans le cadre de la formation d une équipe du CAEIS pour la création d une série de bandes dessinées. Période : Du 12 novembre au

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons Dossier Pédagogique 1 Le Petit Chaperon Rouge 2 Le Kamishibaï 3 Créer un Kamishibaï d après le Petit Chaperon Rouge Le Petit Chaperon Rouge, un conte oral et

Plus en détail

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis PROTÉGER votre vie, votre santé et vos acquis INVESTIR ÉPARGNER, ET MAXIMISER le rendement de vos placements Un rêve accessible grâce au Portefeuille de sécurité financière SOMMUM MD Carrière prometteuse,

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail