PROJET EXTERNALISATION CROIX DU SUD. Service d Accompagnement Educatif Externalisé. (SAEE)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET EXTERNALISATION CROIX DU SUD. Service d Accompagnement Educatif Externalisé. (SAEE)"

Transcription

1 PROJET EXTERNALISATION CROIX DU SUD Service d Accompagnement Educatif Externalisé. (SAEE) Sommaire 1. Le service externalisé La Croix du Sud Mission Objectifs principaux et finalités Territoire d intervention Prestations Admission Objectifs opérationnels et moyens Mode d intervention Logistique Évaluation...16 ANNEXES...17 Grille d observation

2 1. Le service externalisé La Croix du Sud - Ce projet de service s inscrit dans le projet global de l établissement. Il s inscrit également dans les orientations du 3éme schéma départemental de la protection de l enfance et plus particulièrement dans le cadre de l objectif 3 : Définir des réponses adaptées aux besoins des enfants, des adolescents, des jeunes majeurs et des familles. - Il répond à notre volonté de faire évoluer notre pratique en fonction des évolutions, des besoins des familles et des mutations constantes de l environnement sur un territoire. L enfant, sa famille sont au centre de ce projet de service. - Les enjeux de ce projet de service sont de : Répondre de manière adaptée et individualisée aux besoins des familles et des enfants inscrits dans une zone géographique proche de notre établissement Diversifier nos services, en identifiant les besoins du territoire en matière de protection de l enfance Développer les partenariats extérieurs et de proximité afin de soutenir et d accompagner les familles et les enfants Ce dispositif est proposé par l association Centre Saint-Exupéry, La Croix du Sud. Maison d enfants à caractère social. Cette structure dispose d une équipe éducative expérimentée auprès des enfants inadaptés et les familles en difficulté, la Croix du Sud gère par dérogation du département un service externalisé depuis Ce service est prévu pour accueillir 8 enfants. Trois lits sont réservés en permanence dans l établissement, deux sont proposés sur l unité Equateur et une chambre se situe sur l unité autonomie. 2. Mission Ce service est proposé aux enfants et aux familles du service de protection de l enfance du Conseil Général du Rhône. L externalisation éducative peut exister en tant que mesure judiciaire ou administrative avec un hébergement en famille. Ce dispositif est prévu pour des enfants confiés : dans le cadre d un APP par le département du Rhône ou par le juge des enfants à l Aide Sociale à l Enfance dans le cadre d une mesure d assistance éducative. Ce sont des enfants et adolescents en difficulté sociale et familiale, âgés de 6 à 17 ans. 2

3 3. Objectifs principaux et finalités Ce service a pour objectifs principaux de : Contribuer à consolider le retour des enfants dans leur milieu familial après un placement éducatif en internat (établissement ou famille d accueil) Apporter un soutien éducatif intensif à des parents et des enfants rencontrant des difficultés dont le traitement ne nécessite pas le placement des enfants en établissement Ce service est conçu pour : sécuriser un retour en famille après un placement avec hébergement Éviter les ruptures préjudiciables à l enfant qui sont responsables de traumatismes importants et génératrices de situations complexes et de grande souffrance, mais aussi pour que les enfants puissent garder des repères stables Il n est pas prévu pour accueillir des urgences, l établissement participe déjà au dispositif départemental 4. Territoire d intervention Afin de garantir un accompagnement régulier, nous souhaitons inscrire le service externalisée dans un territoire de proximité favorisant les liens avec l enfant, les parents et les partenaires. Deux Critères géographiques sont retenus pour établir le périmètre d intervention : - Un temps de transport de 40 mn maximum. - Une distance de 40 Kms de la Croix du Sud. 3

4 Zone géographique service externalisé 4

5 5. Prestations Cette prestation est réservée à des situations où la famille accepte de coopérer au principe de suivi à domicile. Le principe est que l enfant reste ou retourne à son domicile, continue à fréquenter son école et son environnement naturel. L accompagnement est centré sur l enfant, l accompagnement de la famille par un soutien à la parentalité avec le réseau des partenaires. 6. Admission L admission est un moment déterminant pour l implication future de la famille et de l enfant. Le processus est donc lié étroitement au projet pédagogique de l établissement. Les situations sont proposées par la responsable du Service d Aide social à l Enfance : Le service externalisé de la Croix du Sud distingue deux types d admission : - Une sortie de placement : Les enfants sont confiés au sein de l internat, il s agit de soutenir le retour de l enfant au sein de sa famille et de son environnement. Les relations avec la famille et l enfant sont existantes, le suivi et le lien partent de cette base de relation et des observations liés au placement en internat. Par conséquent l objectif est défini par la sortie de l hébergement. - Une admission «par accès direct» : Elle a pour but la prévention, et ainsi d éviter un placement avec hébergement. Les enfants et la famille ne sont pas connus de l établissement, il s agit donc de définir clairement les objectifs, le cadre de l accompagnement et les modalités de prise en charge avec la MDR. 6.1 Le processus d admission - Un travailleur social de secteur sollicite le service, l interlocuteur est soit le directeur, soit le chef de service éducatif. Si le processus d admission s engage, il est demandé un dossier de demande d admission. Une étude du dossier est réalisée par l équipe SAEE (direction, éducateur référent familial, psychologue). - Un entretien est prévu avec le service demandeur, le directeur et le référent familial, cette première réunion permet de faire l évaluation concertée de la problématique de l enfant et de la famille, le degré d adhésion et les objectifs de la mesure. - Suite à cet entretien, La direction rend compte de sa décision au travailleur social qui la transmet à la famille. 5

6 - La décision définitive ainsi que la durée de la mesure seront prises par le responsable de l Aide Sociale à l Enfance. - Après l accord de la responsable de la MDR, un entretien d admission au service externalisé est proposé à la famille et l enfant en présence du directeur qui conduit l entretien, d un éducateur référent familial qui assurera la mise en œuvre de la mesure. Cette rencontre permet de faire connaissance, de présenter la structure et de transmettre les documents d accueil et de fonctionnement. Il est laissé une place importante à la parole de l enfant et de ses parents dans le souci de clarifier les rôles et places de chacun et les objectifs à poursuivre ensemble. Lors du premier entretien il est remis à la famille et à l enfant : Le livret d accueil du service SAEE Le règlement de fonctionnement La présentation du DIPEC et du PPI est réalisé au domicile de la famille afin d en faire une lecture détaillée et d en définir le but. Il est ensuite rédigé au sein de l établissement en présence d un éducateur, du directeur, de la famille et de l enfant. Suite à l élaboration de ce document, le, ou les responsables légaux, l enfant, et la direction de la Croix du Sud, le cosignent collectivement. Dans le cas d une sortie d internat le DIPEC et le PPI sont réalisés en présence de l éducateur référent de l internat Les entretiens au domicile sont fixés par un carnet de RDV, il est précisé les points à aborder pour la visite suivante 6.2 Protocole d admission SAEE Décision administrative ou judiciaire Transmission de la demande d admission à la Croix du Sud Sans suite Dossier non retenu Examen de la situation Par l équipe SAEE Rencontre famille / SAEE Elaboration des DIPEC et PPI Mise en œuvre de la mesure Rencontre ASE / Croix du Sud Définition des objectifs de la mesure 6

7 7. Objectifs opérationnels et moyens Objectif principal Objectif opérationnel Moyens Effet escompté Modalité d évaluation Aider à soutenir ou restaurer Mise en place de temps d échange médiatisés par la communication entre les l éducateur référent, au domicile familial. parents et les enfants, et Si nécessaire, aider parents et enfants à faire la entre enfants démarche de trouver du soutien psychologique individuel ou collectif dans le cadre du droit commun. Aider parents et enfants à partager des moments constitutifs de la construction du lien (promenade, jeux de société, cuisine ) Contribuer à consolider le retour des enfants dans leur milieu familial après un placement éducatif en internat (établissement ou famille d accueil) Réassurer les parents dans leurs compétences parentales. Aider les parents et les enfants à repérer les difficultés en présence pour les mettre au travail et en atténuer les effets. Temps d échanges entre parents et éducateur référent. Aide à légitimer les décisions et les positions éducative des parents auprès des enfants. Orienter les parents vers des lieux de soutien à la parentalité (droit commun) Valoriser les évolutions positives Ecouter les parents dans ce qu ils expriment de leurs difficultés, et des explications qu ils en donnent. Aider les parents à évoluer dans leur représentation des difficultés, dans leur décryptage, et dans leur recherche d options éducatives adaptées Aider les parents à se fixer des objectifs réalistes, pour leurs enfants, pour eux-mêmes. Aider chacun à nommer les difficultés qui avaient conduit au placement, à repérer les conditions ayant rendu possible le retour en famille que chaque enfant s apaise, s épanouisse et se construise dans le cadre familial que les parents redeviennent autonomes et se réapproprient leurs fonctions parentales bilan d étape mensuel avec le référent social transmission d un rapport aux services de placement dans le cadre de la protection de l enfance évaluation de la fin de la mesure avec les services de placement Favoriser les conditions pour que chacun retrouve une place au sein de la famille, suite à la situation de placement en internat Aider chacun à réaliser que la place qu il retrouve dans sa famille n est pas forcément celle qu il a quitté au moment du placement en internat. Favoriser les conditions permettant la régulation des tensions familials autour de la question des places (au sein de la fratrie, entre parents ou/et beaux-parents, entre parents et enfants ) 7

8 Objectif principal Objectif opérationnel Moyens Faire tomber l illusion du parent idéal, ou de Effet escompté Modalité d évaluation l enfant idéal, et remettre de la réalité dans l idéalisation qui précède souvent le regroupement de la famille après le placement en internat. Apporter un soutien éducatif intensif à des parents et des enfants rencontrant des difficultés dont le traitement ne nécessite pas le placement des enfants en établissement Poursuivre le travail de protection de l enfant à partir d un cadre familial. Aider à soutenir ou restaurer la communication entre les parents et les enfants, et entre enfants Réassurer les parents dans leurs compétences parentales. Recensement des risques sur lesquels il s agit de travailler avec parents et enfants en sortie de placement en internat. Cette identification des risques doit faire l objet d une évaluation partagée entre famille et professionnels Observation concrète des relations parents/ enfants Entretiens réguliers individuels ou collectifs Evaluation de la mobilisation des parents dans les démarches nécessaires pour amélioré la situation existante. Travail en étroite collaboration avec les services départementaux pour optimiser le soutien apporté à la famille, et alerter au plus vite en cas d aggravation de ces difficultés Pour l observation concrète des conditions de vie familiale, et les entretiens réguliers individuels ou collectifs, évolué le niveau de gravité des risques de danger par les enfants. Proposer des temps de rencontre collectifs, associe différents enfants pris en charge, à partir d un projet (d activité) construit avec eux, pour affiner les observations dans un cadre non familial, et aider à libérer leur parole. que chaque enfant s apaise, s épanouisse et se construise dans le cadre familial que les parents redeviennent autonomes et se réapproprient leurs fonctions parentales bilan d étape mensuel avec le référent social du département évaluation de la fin de la mesure transmission d un rapport aux services de placement dans le cadre de la protection de l enfance Aider les parents et les enfants à repérer les difficultés en présence pour les mettre au travail et en atténuer les effets. Favoriser les conditions pour que chacun retrouve une place au sein de la famille, Sur un temps de crise, proposer un hébergement d urgence permettant de soulager les tensions en permanence. Cet hébergement est limité à cinq nuits.. Au-delà si les difficultés persistent dans leur gravité, un placement classique avec internat devrait prendre le relais dans un établissement de l ASE. 8

9 Objectif principal Objectif opérationnel Moyens Effet escompté Modalité suite à la situation de placement en internat Poursuivre le travail de protection de l enfant à partir d un cadre familial. Rencontres régulières avec les parents, parfois les enfants, l éducateur référent, et le référent social du département. d évaluation Garantir la protection des enfants à partir de leur cadre familial Travail en étroite collaboration avec les services départementaux pour optimiser le soutien apporté à la famille, et alerter au plus vite en cas d aggravation de ces difficultés Le service externalisé se fixe comme finalité de mobiliser chez chaque enfant ou adolescent accueilli, les potentialités qui lui permettront de se construire dans sa dimension humaine, comme sujet social. Pour ce faire, l éducateur intervient au domicile des parents, et dans l environnement naturel proche : (famille élargie, école, centre de loisirs, de soins, etc. ceci après l élaboration d un protocole d intervention en famille L intervention prend la forme de visites à domicile régulières au minimum 2 visites par semaine. La fréquence est définie lors de la contractualisation du plan d action et du DIPEC. -Accompagnement éducatif de l évolution de l enfant par un suivi personnalisé visant son individuation, en lui proposant d autres modèles comportementaux. -Accompagnement à la scolarité ou à un projet d insertion sociale. - Soutien à la parentalité dans les domaines de : l aide scolaire, l accompagnement santé, les loisirs, l insertion sociale et culturelle. - Conseil éducatif aux parents, médiation. Le service externalisé est conçu pour éviter une rupture et un placement au sein de l internat. Dans certaine situation, l éducateur référent peut être amené à questionner cette orientation. Nous pourrions alors envisager de préparer un placement en réponse aux besoins de l enfant et de la famille. Nous souhaitons maintenir le sens et la nature du service externalisé. La relation avec la famille, l enfant et la MDR de référence encadre notre démarche dans ce contexte. L éducateur sollicite le travailleur social de l ASE et aborde cette perspective. La situation est également analysée par la commission admission (composée du directeur, de l éducateur et du psychologue). Après l accord de la responsable de la MDR, nous présenterons à la famille cette nouvelle orientation, en préparant son adhésion. 9

10 8. Mode d intervention 8.1 L articulation de l intervention éducative : Après la décision judiciaire de placement, la situation enfant /famille est confiée au Service Enfance du département ; qui délègue au SAEE la mise en œuvre du projet. Nous prévoyons donc une rencontre dans un délai bref avec la MDR afin d établir le plan d action de la prise en charge, déterminant : qui fait quoi? La famille, le SAEE, la MDR. Rôle et place des services : Le principe est un accompagnement global des familles à partir des compétences reconnues de chaque service. L éducateur intervient sur le territoire de la famille. Il est plus compliqué pour lui de dissocier son action par rapport à celle du référent départemental. Des réunions associant le personnel de l établissement et le personnel du département permettent de clarifier et de régler les interventions de chacune des parties Temporalité et mise en œuvre de la mesure : En accompagnement externalisé, la durée de la mesure est relativement courte et le travail éducatif doit être construit de façon intensive, à partir d objectifs précis, de bilans d étape réguliers et fréquents, tantôt dans la famille, tantôt dans un cadre institutionnel. Lors de la rencontre initiale de l équipe avec les parents et les enfants à domicile, nous reprenons les éléments abordés lors de l admission à la Croix du Sud. Afin de prendre en compte le temps de la mesure, et au regard des objectifs élaborés de manière concertée, nous avons élaboré un planning type précisant les principales étapes qui se modulent en fonction de la situation et des besoins de la famille et de l enfant. Dans les 15 premiers jours suivant la 1ére rencontre, l éducateur référent familial reprécise le projet, le suivi et accompagne la famille et l enfant dans l élaboration du DIPEC et du PPI. Passé ce délai une rencontre est fixée à la Croix du Sud pour élaborer et contractualiser par la signature l engagement de tous. Entre les 15 premiers jours et les 2 mois, l éducateur réalise une analyse de la situation par le biais d un questionnaire d observation. (Ce document est connu de tous) Au 2éme mois, il est réalisé à la Croix du Sud une évaluation d étape de la prise en charge en présence de la MDR et de la famille. Cette rencontre permet éventuellement de réajuster le projet. Au 4éme une évaluation d étape est mise en place à la Croix du Sud associant la famille, la direction et le référent familial. Au 6éme mois un bilan de la mesure est réalisé à la MDR, en présence de la famille et du service SAEE. Dans le cadre d une commission enfance ou d une audience et à partir du bilan, il est précisé une fin de mesure, le renouvellement ou une réorientation au regard des évolutions et des besoins de l enfant et des parents. Le suivi de l accompagnement et l analyse des évolutions sont réalisés par le biais d outils. Des fiches de suivi sont élaborées après chaque entretien par l éducateur. 10

11 8.3 Participation de la famille : Les familles sont associées à la mise en œuvre de la mesure : - Par une 1ére rencontre, ASE, famille, service externalisé, définissent et partagent les objectifs. Lors de cette rencontre il est présenté à la famille et à l enfant l établissement, le service. Pour ce faire des documents sont remis à la famille : Le livret d accueil est remis aux parents conformément à la loi du 2 janvier Le règlement de fonctionnement est lu et expliqué aux parents et à l enfant. Il précise les modalités d accompagnement ainsi que les modalités de fonctionnement du service externalisé. La composition et les compétences du groupe d expression ou sont conviés les parents. Charte des droits et libertés de la personne accueillie inclus dans le livret d accueil. Projet personnalisé individualisé, il s inscrit dans le respect des objectifs fixés par l autorité de placement. Il s appuie sur les compétences de l enfant et de sa famille pour établir et prioriser les actions à mettre en place. Document individuel de la prise en charge du SAEE. Il est également défini lors de la première rencontre. Il fixe les objectifs du service externalisé et du service de l ASE en fonction des besoins repérés, en s appuyant et en valorisant les ressources parentales et en les soutenant par l engagement de moyens du service externalisé. - Par un carnet de rendez de vous définissant le contenu de la séance suivante - Par une participation aux évaluations d étapes 8.4 En cas d urgence Le critère d urgence implique une notion de danger imminente pouvant porter atteinte à l intégrité physique et psychique d enfant dans son environnement familial ou proche (quartier, école ) Cela impose un devoir de protection de l enfance, Confié au service externalisé En cas d urgence, une grille d alerte précise les modalités d interventions en lien avec le responsable et le travailleur social de la MDR compétente. Cette grille d alerte précise également les modalités d intervention et définit des niveaux d intervention (Cf. grille d alerte en annexe) Ceci permet de soulager et de traiter la situation familiale : action éducative, médiation, actions diverses envers la famille : (soins, hospitalisation, action d insertion ) menées avec le réseau. Le niveau 3 nécessite un éloignement rapide du milieu familial par un placement en urgence sous forme d un retour à l établissement et, ou de confier l enfant à un représentant légal reconnu. 11

12 Gestion de la crise : L éducateur interpelle la direction qui organise en urgence le retour de l enfant dans la structure en concertation avec le responsable enfance de la MDR qui prend la décision. Dans l éventualité ou le service enfance n est pas joignable, la direction prend la décision du retour de l enfant, décision qui sera validée ultérieurement par la MDR. Selon la situation un signalement sera transmis au procureur de la république. L éducateur évalue selon les circonstances la capacité de la famille à adhérer à cette décision de l éloignement de l enfant. Il est en ces circonstances, fondamentale que le lien se poursuive en attendant que la situation de crise soit traitée. La durée de l accord est fixée à 5 jours, délai nécessaire à la mise en place d une rencontre avec le responsable de la MDR, le travailleur social, la famille, l enfant et le service externalisé. L objet est de redéfinir ensemble les décisions les mieux adaptées à la protection du jeune. En cas de décision de retour dans la famille, un nouveau plan d action est construit en commun. 8.5 Modalités de sortie La sortie est proposée, dès que l évaluation du projet personnalisé fait apparaître que les objectifs définis par le DIPEC, sont en grande partie atteints (la situation est redevenue acceptable). Ou elle est insuffisante, en ce cas, une mesure de protection en internat peut être évoquée, ou une autre orientation sera nécessaire. La sortie du suivi externalisé fait l objet d un rapport qui fait état de l évolution de la situation et propose selon les situations d autres modalités de prise en charge. Deux cas de figures sont possibles soit : - La mesure est arrivée à échéance. Les objectifs repérés dans le cadre du DIPEC sont atteints, la mesure externalisée s arrête. Un point rencontre avec la famille est proposé par l établissement autour d une collation pour signifier symboliquement et de manière chaleureuse la fin du suivi externalisé. - Les objectifs ne sont pas atteints à la date de l échéance du suivi externalisé au regard des observations. Le service préconise le maintien d une mesure (prolongation du suivi externalisé selon l importance du suivi à poursuivre, une mesure AEI ou AEMO en notifiant les objectifs à poursuivre. Il appartient au responsable de la MDR de prendre les décisions qui le nécessite. 12

13 8.6 Synthèse des deux axes d intervention : Sortie de placement Zone géographique Missions Cf. cartographie de la zone d intervention L externalisation éducative est une mesure destinée à sécuriser et soutenir le retour en famille après un hébergement en établissement, fondée sur le repérage des compétences parentales. Public Ces enfants sont confiés au service de l enfance par le juge des enfants dans le cadre de l assistance éducative, ou de l accueil provisoire dans le cadre de la prévention. Prestations Durée Accompagnement de l évolution de l enfant par un suivi personnalisé visant son individuation. Accompagnement à la scolarité ou à un projet d insertion sociale. Soutien à la parentalité: - Conseil éducatif aux parents, - Médiation. - Possibilité d hébergement dans le cadre de la grille d alerte en cas de difficultés. - Intervention hebdomadaire : 2 entretiens à domicile, une fiche de suivi élaboré par l éducateur référent familial est réalisée après chaque entretien. 3 mois renouvelables 2 fois Capacité d accueil Total de l effectif internat : 3 Possibilité d accueil de fratrie Age Une équipe 6 17 ans sauf fratrie à partir de 4 ans pour le service après hébergement en établissement. Une équipe pluridisciplinaire comprenant, la direction, des éducateurs référents familiaux, un psychologue, un secrétariat. En synergie avec les équipes de la MECS. Méthodes et Moyens L éducateur intervient au domicile des parents, et dans l environnement naturel proche, ceci après l élaboration d un protocole d intervention en famille. Partager des temps du quotidien. Accompagnement et gestion du quotidien Soutien à la scolarité et à la santé. Soutien psycho social. Accompagnement socioculturel et sportif 13

14 Accès direct Zone géographique Missions MDR Cf. cartographie Éviter les ruptures préjudiciables à l enfant qui sont génératrices de cas lourds et pour que les enfants puissent garder des repères (personnes et institution). Public Les enfants confiés au service de L ASE soit en directe soit dans le cadre de l APP prononcée par le juge. Prestations Durée Accompagnement à la scolarité ou à un projet d insertion sociale. Conseil éducatif aux parents, médiation. Faire le lien entre les interlocuteurs de l adolescent (participation à la création et à l animation d un réseau). Se constituer en interlocuteur pour l adolescent. Intervention hebdomadaire : 2 entretiens avec la famille, 2 entretiens avec le jeune. Sur les 15 premiers jours de la prise en charge, 3 entretiens par semaine sont mis en place. 6 mois renouvelable une fois Capacité d accueil Effectif total externat : 5 Age d admission 6 17 ans sauf fratrie à partir de 4 ans Une équipe Une équipe pluridisciplinaire comprenant la direction, des éducateurs référents familiaux, un psychologue, secrétariat. En synergie avec les équipes de la MECS Méthodes et Moyens Entretiens éducatifs hebdomadaires : seul ou avec les parents. Soutien à l organisation des loisirs, et du temps libre L éducateur intervient aussi au domicile des parents, et dans l environnement naturel proche (école, quartier, adultes signifiants.) Accompagnement aux rendez vous (scolaires, santé, loisirs/sports) Accompagnement et gestion du quotidien 14

15 8. Logistique Le directeur est pilote de l intervention. Il engage les ressources de l établissement et les ressources extérieures qu il a pu mobiliser La fréquence et l intensité de l intervention SAEE nécessitent 1 ETP pour 6 mineurs. Le décompte des temps d intervention s établit en moyenne, pour une prestation minimale à : -2/3 de l activité de l intervenant pour le travail direct auprès du mineur et de ses parents au domicile -1/3 de l activité pour le travail indirect (liaisons internes et externes, écrits, réunions et démarches diverses). - Moyens humains : ETP d éducateurs référents familiaux ETP administratif, de cadre psychothérapeute, afin de répondre au traitement et à la mouvance des dossiers ainsi que de répondre à l encadrement d un service en sus des unités de vie de la MECS Vacations psychothérapeutiques Admission, Bilans, orientations. Intervention hebdomadaire en moyenne pour le SAEE : ETP intervenants -Formation : Nous intégrons un budget spécifique pour la formation régulière de l équipe éducative chargée du suivi 1600 à l année. Il existe au niveau départemental un groupe technique et pratique, composé des associations habilitées, développant un service externalisé, la participation de nos équipes à ce groupe nous semble importante en matière de formation mais également pour une mise en cohérence de nos interventions et de nos modes d interventions - Moyens matériels : - 1 véhicule en location -1 bureau sur le site de la MECS -1 ordinateur -2 téléphones portables avec abonnement Frais de fonctionnement à ventiler selon les lignes budgétaires habituelles. (Cf. budget prévisionnel 2011 annexe 10) Chaque situation de famille fera l objet d un budget propre, d aide à l ouverture éducative et culturelle en cas de besoin. Mode de financement : Prix de journée SAEE 15

16 9. Évaluation Le projet de service externalisé se veut évolutif et s inscrit dans une démarche d amélioration continue de la qualité. Deux niveaux d évaluation sont prévus : - Une évaluation formalisée et par étape a lieu au niveau du projet de l enfant par les usagers et le réseau de partenaires. L évaluation s appuie : Sur des tableaux de bord de gestion Une fiche de suivi (cf. annexe) élaborée après chaque visite par l éducateur Des évaluations intermédiaires élaborées avec la famille, le SAEE et la MDR Un bilan au 6éme mois Un bilan qualitatif et quantitatif à la fin de la mesure (cf. outil en annexe), renseignant sur l évolution de la prise en charge Sur les outils de la loi du 2 janvier 2002 (livret d accueil et règlement de fonctionnement) constituent des garanties et des moyens d évaluation. Le projet de service s évalue également à travers sa capacité à être un document de référence dans le travail quotidien. A ce sujet il a été élaboré en équipe afin de faciliter cette référence. - Une évaluation au niveau du service SAEE, tous les ans sur des indicateurs partagés avec le commanditaire : indicateurs quantitatifs et qualitatifs. 16

17 ANNEXES 1. GRILLE D OBSERVATION 2. GRILLE D ALERTE 3. PLAN D ACTION 4. FICHE DE SUIVI 5. BILAN QUANTITATIF FIN DE MESURE 17

18 Annexe 1 Grille d observation Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Observation du comportement social Assiduité Scolarité / formation Performance Comportement Quartier Copain (ine) Fréquentation Club Culte Respect des règles Vie en société Respect de la loi 18

19 Observation famille et environnement proche Verbale ou non verbale Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Mode de communication Organisation Place de chacun Ouverture Finance Niveau socio économique Travail Vie matérielle 19

20 Observation de l enfant Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Trouble du sommeil Trouble alimentaire Sécurité physique Suivi médical Somatisation Équilibre émotionnel et psychologique Crise de colère Sécurité psychique Apathie Aspect extérieur tenue hygiène Niveau 1 Négligence : intervention éducative SAEE, information aux partenaires, réajustement du projet. Niveau 2 Intervention plus soutenue, alerte des partenaires, rencontre avec la famille, révision du projet (séquentiel possible) Niveau 3 Maltraitance Réaction institutionnelle, alerte des partenaires, mise en sécurité de l enfant en internat, signalement. 20

21 Annexe 2 GRILLE D ALERTE NIVEAUX D ALERTE NIVEAU 1 Divers incidents de parcours surviennent et parasitent la mise en œuvre du projet PROCEDURE DE SIGNALEMENT L éducateur informe le directeur lors d une réunion d évaluation NIVEAU DE DECISION Le directeur estime le niveau d importance et l incidence sur les conditions d accueil du mineur. En fonction il mettra en œuvre un certain nombre d actions adaptées RETOUR DES AUTORITES NIVEAU 2 Disfonctionnement dus à l usager ou ses parents qui par leur persistance ou leur gravité remettent en cause la mesure ou impliquent un danger Dès le premier signe l éducateur alerte le directeur en lui demandant une entrevue Le directeur alerte la tutelle L autorité prendra la décision qu il jugera opportune et pourra rappeler le cadre et les engagements en convoquant les parties si nécessaire NIVEAU 3 Situation de danger immédiat : l usager est livré à lui-même, les parents ne se manifestent plus ou n arrivent plus à répondre du jeune L éducateur ou tout membre de l équipe ayant connaissance des faits alerte le directeur par le moyen le plus rapide à sa disposition Le directeur organise en urgence le retour de l usager dans la structure, il en informe parallèlement l autorité L autorité peut valider ou invalider la décision. Une audience ou une convocation à l ASE des parties sera organisée rapidement 21

22 Annexe 3 La Croix du Sud PLAN D ACTION MDR prescriptrice : Responsable : Travailleur social : Service externalisé La Croix du Sud Educateur référent familiale : Situation de la famille / motifs : Le service de protection de l enfance fixe la durée du contrat du. au Evaluera la situation le : - - Confie le suivi et l accompagnement au : Service SAEE La Croix du Sud -s engage à intervenir deux fois par semaine dans la famille -faire une évaluation d étayage le : Confie le suivi de leur accompagnement à : En ce qui concerne l enfant : En ce qui concerne la famille : Objectifs: Objectifs :.. Fait à Signature ASE Signature Croix du Sud 22

23 Annexe 4 nom: fiche suivi des familles DATE QUI QUOI OBSERVATIONS PISTES ACTIONS EDUCATIVES 23

24 Annexe 5 SAEE Service externalisé Croix du Sud Réalisé le : MECS Croix du Sud A compléter pour chaque enfant bénéficiant d une mesure d accueil externalisé en fin de prise en charge. Enfant : Nom : Prénom : Date de démarrage initial : Date de fin prévisionnelle : 1. Evaluation quantitative Durée de la prise en charge jusqu à ce jour : Fréquence des visites à domicile (moyenne mensuelle) : par mois : Durée moyenne d une visite à domicile : Durée moyenne (horaire) d accompagnement de la famille dans des démarches (scolarité, soins, loisirs ) : 2. Contenu de la prise en charge Objectifs fixés avec la famille et l enfant : Modalités d intervention mises en œuvre au sein même de l institution (ateliers, repas, fêtes ) Les accompagnements spécifiques mis en œuvre dans le cadre de l exercice de la mesure : Les objectifs qui ont pu être traitées et résultats à ce jour : Les objectifs qui n ont pas pu être traitées et pourquoi : 3. Difficultés Difficultés de mise en œuvre et limite de l accueil externalisé pour cette situation : La situation a-t-elle conduit à une intervention dans l urgence du travailleur social chargé de la mesure (nombre d intervention à la demande de la famille, de l enfant, d une institution, d un autre professionnel et motifs) : Oui Non 24

25 Si oui : Nombre d interventi on Demandée(s) par : (choisissez parmi la liste déroulante et préciser si nécessaire) Les parents : Les parents : Les parents : Les parents : Motifs Nature de votre intervention La situation a-t-elle conduit à un ou des hébergements au sein de l institution (nombre, motif) : Oui Non Nombre d hébergement Durée (nbre de jours) Motifs Votre traitement de la situation Si oui 4. Partenariat avec l ASE pendant la pris en charge (si mineur confié par le service) Echange avec : a. Avec le Responsable enfance : Oui Non Modalité (choisissez parmi la liste déroulante et préciser si nécessaire) Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Fréquence ou nombre Motifs (choisissez parmi la liste déroulante et préciser si nécessaire) Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises 1 : Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises : Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises : 25

26 1 Infos factuelles, incidents, analyse de situation b. Avec le travailleur social référent de l enfant : Oui Non Si oui Modalité (choisissez parmi la liste déroulante et préciser si nécessaire) Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Entretiens téléphoniques ou courriels Préciser ici : Fréquence ou nombre Motifs (choisissez parmi la liste déroulante et préciser si nécessaire) Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises : Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises : Programmée dans le cadre du processus d évaluation Motifs : Nature des infos transmises : Le référent ASE de l enfant est-il intervenu dans la famille parallèlement à l accompagnement du travailleur social chargé de l accueil externalisé : Oui Non Si oui selon quelle modalité : Rencontre au sein de la famille : Préciser ici : 26

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile»

Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile» Dép. 29 «Placement Educatif à Domicile» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Conseil général du Finistère a mis en place depuis septembre 2003 un dispositif de Placement

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L association Jean Cotxet a créé le foyer éducatif Jenner dans le 13e arrondissement en 1969. Les locaux appartenaient

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés

Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés Rencontres des Evaluateurs Externes Certifiés DES ORGANISATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE V1. 250215 Programme de la journée Le réseau des certifiés. Quelques informations chiffrées Point sur habilitation,

Plus en détail

Institut Départemental de l Enfance, de la Famille et du Handicap pour l Insertion AFR

Institut Départemental de l Enfance, de la Famille et du Handicap pour l Insertion AFR Institut Départemental de l Enfance, de la Famille et du Handicap pour l Insertion AFR Près de 900 jeunes dans le cadre de la Protection de l Enfance Près de 500 jeunes au titre du Handicap D un Budget

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE NOTICE DESCRIPTIVE DE AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE RENTREE DE NOVEMBRE 2015 1. Le métier d Aide- Médico-Psychologique L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement et d aide dans

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE Annexe à la convention relative aux Actions Educatives à Domicile CAHIER DES CHARGES DE L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE dans le Département des Vosges - 2012 Préambule Le service de l'aide Sociale à l'enfance

Plus en détail

Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance

Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance Octobre 2012 Les premiers travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Comité de concertation associatif représentatif

Comité de concertation associatif représentatif Vendredi 21 Mars 2008 RENCONTRE AVEC MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS VITOUX DIRECTEUR DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU PAS-DE-CALAIS Rencontre Monsieur VITOUX Vendredi 21 mars 2008 1 sur

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT EHPAD Maison de Retraite Les Tilleuls 21 Place du 11 Novembre 38380 ENTRE DEUX GUIERS Téléphone : 04 76 66 07 76 Mail : mre2g@wanadoo.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES...

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE SOUTIEN DES ET DE ORGANISMES

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE SOUTIEN DES ET DE ORGANISMES POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES 1 Table des matières Préambule... 4 Mot du maire... 5 Objectifs... 6 Statuts de reconnaissance... 7 Reconnaissance des organismes... 8 Maintien

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Projet de service 2005/2006

Projet de service 2005/2006 SESSAD Robert Desnos Projet de service 2005/2006 Introduction «Pour chaque établissement ou service, il est élaboré un projet qui définit ses objectifs, notamment en matière de coordination, de coopération

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

I. Organiser le fonctionnement de l école afin d assurer la sécurité des élèves, des biens et des personnes

I. Organiser le fonctionnement de l école afin d assurer la sécurité des élèves, des biens et des personnes Cocher les cases des compétences maîtrisées I. Organiser le fonctionnement de l école afin d assurer la sécurité des élèves, des biens et des personnes COMPETENCE 1 : Organiser la surveillance des élèves

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté DOSSIER DE PRESSE Février 2010 Aide sociale à l enfance Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté sous la responsabilité de Myriam El Khomri

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE 1. EDITORIAL RAPPORT D ACTIVITE 2011 Service d Action Educative en Milieu Ouvert 4, rue de Mulhouse - 68000 Colmar Pôle protection de l enfance 68 L année 2011 a été marquée par une activité constante

Plus en détail

Synthèse Internat Relais

Synthèse Internat Relais 5, rue du Vieux Château 39 100 DOLE Mail : classe.relais-39@wanadoo.fr Tél/Fax : 03.84.70.96.12 Dispositif Relais Jura Nord Synthèse Internat Relais 2013-2014 Collège de l Arc 23 ter rue du collège 39100

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLIE DE PARIS NORD-EST ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST «ATELIERS D EXPRESSION» Référence

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PRESENTATION DU SERVICE Chef de service : Frédéric Beyssac Tel : 06 32 12 32 28 Accueil de 12 enfants et/ou adolescents (+ suivi du service de placement

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RAM de l Albigeois-Règlement intérieur-version adoptée le 3 juillet 2012 Page 1 PREAMBULE Le territoire de la communauté d'agglomération

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Arrêté du 25 avril 2006 relatif au diplôme d Etat de technicien de l intervention sociale et familiale NOR : SSHA0621570A TITRE LIMINAIRE

Arrêté du 25 avril 2006 relatif au diplôme d Etat de technicien de l intervention sociale et familiale NOR : SSHA0621570A TITRE LIMINAIRE Arrêté du 25 avril 2006 relatif au diplôme d Etat de technicien de l intervention sociale et familiale NOR : SSHA0621570A La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité et le ministre délégué

Plus en détail

Dép.76 «Accueils Accompagnés Parents Enfants»

Dép.76 «Accueils Accompagnés Parents Enfants» Dép.76 «Accueils Accompagnés Parents Enfants» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Les Accueils Accompagnés Parents-Enfants (AAPE) sont des temps de rencontre sur des week-ends

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ASH

GUIDE PRATIQUE DE L ASH GUIDE PRATIQUE DE L ASH ADAPTATION SCOLAIRE ET SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES La loi du 11 février 2005 a fixé les obligations nationales en faveur des personnes handicapées. Trois grands principes

Plus en détail

CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL

CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL CONVENTION GLOBALE de DEVELOPPEMENT SOCIAL Entre : Le Département de l Isère, représenté par son Président, André Vallini dûment habilité à signer la présente convention par la délibération de l Assemblée

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch CHARTE DES CMS www.avasad.ch ÉDITORIAL Vous avez entre les mains la nouvelle charte des Centres médico-sociaux (CMS). Ce document de référence, validé par le Conseil d Etat le 13 avril 2011, fonde la relation

Plus en détail

Livret d accueil CRÈCHE FAMILIALE. des Bergères. Crèche familiale des Bergères - 01 69 33 11 96 Groupe scolaire des Bergères - 91940 LES ULIS

Livret d accueil CRÈCHE FAMILIALE. des Bergères. Crèche familiale des Bergères - 01 69 33 11 96 Groupe scolaire des Bergères - 91940 LES ULIS Livret d accueil CRÈCHE FAMILIALE des Bergères Crèche familiale des Bergères - 01 69 33 11 96 Groupe scolaire des Bergères - 91940 LES ULIS BIENVENUE à la crèche familiale Votre enfant va être accueilli

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE Le Certificat de Qualification Professionnelle Educateurs de Vie Scolaire a pour objectif de proposer une certification pour les personnels qui ont une activité spécifique dans

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008

PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008 PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008 La réactualisation du projet 2002-2005 a été entreprise en mai 2005 et poursuivie en septembre et octobre de la même année. Le projet 2005-2008 est issu d une réflexion

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous»

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP AU SEIN DES MODES D ACCUEIL PETITE ENFANCE LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» Introduction... P 3 1 Une place pour chacun,

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Vous avez fait appel au Service de Soins Infirmiers à Domicile

Plus en détail

Charte de fonctionnement entre la LPO France et les Associations locales du Réseau LPO

Charte de fonctionnement entre la LPO France et les Associations locales du Réseau LPO Charte de fonctionnement entre la LPO France et les Associations locales du Réseau LPO Sommaire 1. ENGAGEMENTS... 3 1.1. LA LPO FRANCE S ENGAGE :... 3 1.1.1. Envers les membres... 3 1.1.2. En gestion...

Plus en détail

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org AVRIL 2015 MJPM La santé Soucieux d accompagner au mieux les différentes évolutions de l aide aux majeurs protégés, les CEMÉA Nord - Pas de Calais rééditent un Rendez-vous Juridiques sur la thématique

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION REFERENCEMENT DE CABINETS CONSEILS POUR LA REALISATION DE PRESTATIONS DE DIAGNOSTIC RH et FORMATION TPME EXERCICES 2016-2017 DOSSIER DE CONSULTATION Dossier de consultation : DC /14 / N 1/2016 Date de

Plus en détail

PLACEMENT FAMILIAL. Ce service a vu le jour en mars 2011 PRESENTATION DU SERVICE

PLACEMENT FAMILIAL. Ce service a vu le jour en mars 2011 PRESENTATION DU SERVICE PLACEMENT FAMILIAL Ce service a vu le jour en mars 2011 PRESENTATION DU SERVICE Chef de service : Frédéric Beyssac Tel : 06 32 12 32 28 Tel : 04 77 75 03 31 (Maison d Enfants du Mollard) Deux assistantes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 6 Circulaires de la direction de l administration générale et de l équipement Signalisation des circulaires du 1er janvier

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE FORMATIONS GESTION DES CONFLITS MEDIATION ET CITOYENNETE CONNAITRE LE DROIT MEDIATION SCOLAIRE www.amely.org AMELY : accès au droit - médiation Un accord est possible QUI SOMMES NOUS? AMELY est

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Présentation des Projets

Présentation des Projets Maison du Sacré-Cœur A.C.I.S. asbl Présentation des Projets Rue du Cimetière 31-6030 MARCHIENNE-DOCHERIE Tél : 071 / 31 28 75 Fax : 071 / 33 09 77 sacrecoeur@acis-group.org Maison du Sacré-Cœur A.C.I.S.

Plus en détail

E.H.P.A.D. «Des Sources» 2 rue Foun Rouge CS 40134 09104 SAINT JEAN DU FALGA CEDEX

E.H.P.A.D. «Des Sources» 2 rue Foun Rouge CS 40134 09104 SAINT JEAN DU FALGA CEDEX E.H.P.A.D. «Des Sources» 2 rue Foun Rouge CS 40134 09104 SAINT JEAN DU FALGA CEDEX Tél. : 05 34 01 91 00 Fax : 05 34 01 57 40 ehpaddessources@orange.fr L ANIMATION AU CŒUR DU PROJET L animation Page 1

Plus en détail

Coordonnées postale, téléphonique et courriel

Coordonnées postale, téléphonique et courriel Coordonnées postale, téléphonique et courriel Allée des tabacs 47200 MARMANDE Téléphone : 05.53.79.12.87 - Télécopie : 05.53.79.00.17. Courriel : contact@adesformations.fr Site : www.adesformations.fr

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie, des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 Département de Seine-Maritime Direction de l Action Sociale et de l Insertion Service Accompagnement Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 1 Mars 2015 Sommaire

Plus en détail

FORMEZ-VOUS AVEC LES CEMEA FORMATEUR/TRICE PROFESSIONNEL/LE D ADULTES. Un engagement professionnel pour le développement des compétences des adultes

FORMEZ-VOUS AVEC LES CEMEA FORMATEUR/TRICE PROFESSIONNEL/LE D ADULTES. Un engagement professionnel pour le développement des compétences des adultes FORMATEUR/TRICE PROFESSIONNEL/LE D ADULTES Un engagement professionnel pour le développement des compétences des adultes FORMEZ-VOUS AVEC LES CEMEA 34 boulevard François Albert 86000 Poitiers Le métier

Plus en détail

Cahier des charges de l Action Collective Régionale 2016 destinée aux Travailleurs Handicapés en ESAT. «Améliorer sa communication»

Cahier des charges de l Action Collective Régionale 2016 destinée aux Travailleurs Handicapés en ESAT. «Améliorer sa communication» de Formation Nationale Cahier des charges de l Action Collective Régionale 2016 destinée aux Travailleurs Handicapés en ESAT «Améliorer sa communication» Unifaf Ile de La Réunion Action collective régionale

Plus en détail

Tableau des prestations

Tableau des prestations Tableau des prestations Prestations= services Modalités= outils/mise en œuvre du service /comment fait on? Références qualités : quelle qualité attend t-on du service rendu? Avoir un toit /Avoir un logement

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation 17 rue d Hapéténia 64 702 Hendaye cedex Tél : 05 59 20 70 33 Fax : 05 59 48 07 63 direction@stvincentconcha.fr Bienvenue Plan d accès

Plus en détail

TECHNICIENNE D INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

TECHNICIENNE D INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE Direction des Ressources Humaines Agent d Intervention sociale G TECHNICIENNE D INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE D UN POLE ENFANCE FAMILLE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction

Plus en détail

Année préparatoire (candidats sourds)

Année préparatoire (candidats sourds) Année préparatoire (candidats sourds) en vue de préparer le diplôme d Educateur Spécialisé ou d Educateur de Jeunes Enfants (et valider une Licence d État «Education et intervention sociale») Pour vous

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Actions collectives au profit des salariés en parcours des Associations Intermédiaires et des Chantiers d insertion de la Drôme et de l Ardèche.

Plus en détail

Dép. 75 «CAP ALESIA»

Dép. 75 «CAP ALESIA» Dép. 75 «CAP ALESIA» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation CAP ALESIA, centre d accompagnement parents-enfants, a été créé en 1984 à la suite d une circulaire interministérielle

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers

Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers L ACCOMPAGNEMENT DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS PROTECTION DE L ENFANCE Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers Programme Le statut juridique du mineur étranger isolé à son

Plus en détail