Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants 2004-2007"

Transcription

1 Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants Directions de santé publique Ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec l Institut national de santé publique du Québec Février 2005

2 Le Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants a été élaboré conjointement par les Directions de santé publique de chacune des régions sociosanitaires, la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec l Institut national de santé publique du Québec. La coordination des travaux a été assurée par le Service de la surveillance de l état de santé de la Direction du programme de santé publique. Josée Bourdages, chef de service depuis juin 2003 Dominique Fortin, agent de recherche et de planification socioéconomique Richard Grignon, chef de service de mai 2002 à juin 2003 Johanne Labbé, agente de recherche et de planification socioéconomique Secrétariat : Diane Brazeau Citation suggérée : DIRECTIONS DE SANTÉ PUBLIQUE, MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, en collaboration avec l INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC. Plan commun de surveillance de l'état de santé de la population et de ses déterminants , Québec, Gouvernement du Québec, février 2005, 599 p. Page i

3 Remerciements Le Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants est le fruit d un effort et d un travail concerté entre les cinq tables de concertation nationale (TCN) de santé publique, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), l Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et les membres des directions de santé publique (DSP). Plusieurs personnes ont contribué à l élaboration ou à la rédaction de ce document regroupant les éléments structurants du plan commun de surveillance. Nous tenons d abord à remercier les participants du Groupe de travail sur l élaboration du plan de surveillance mis en place en février 2002 par la Table de concertation nationale en surveillance. Ce groupe de travail a mené ses travaux jusqu en juin Robert Arcand Direction de santé publique de Montréal-Centre, délégué TCNST 1 Lucie Bédard Direction de santé publique de Montréal-Centre, déléguée TCNMI 2 Marie-Claude Boivin Direction de santé publique de Montréal-Centre, déléguée TCNSE 3 Élizabeth Cadieux Direction de santé publique de Lanaudière, déléguée TCNS 4 Robert Choinière Direction de santé publique de Montréal-Centre, délégué TCNS 4 Marie-Reine Corbeil Direction de santé publique de Laval Régis Couture Direction de santé publique du Saguenay Lac-St-Jean Huguette Crête Direction de santé publique des Laurentides Denise Donovan Direction de santé publique de l Estrie Monique Douville Ministère de la Santé et des Services sociaux (jusqu en décembre 2002) Aline Émond Direction de santé publique de l Estrie (présidente du groupe de travail de février 2002 à mars 2003) Marc Ferland Institut national de santé publique du Québec Dominique Fortin Ministère de la Santé et des Services sociaux Richard Grignon Ministère de la Santé et des Services sociaux Johanne Labbé Ministère de la Santé et des Services sociaux Aimé Lebeau Direction de santé publique de la Montérégie (président du groupe de travail de mars 2003 à juin 2003) Pierre Mercier Direction de santé publique de Québec Michel Pageau Institut national de santé publique du Québec Jill Torrie Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James Normand Trempe Direction de santé publique de l Outaouais, délégué TCNPP 5 1 Table de concertation nationale en santé au travail 2 Table de concertation nationale en maladies infectieuses 3 Table de concertation nationale en santé environnementale 4 Table de concertation nationale en surveillance 5 Table de concertation nationale en promotion prévention Page ii

4 Des remerciements s adressent également aux membres du Groupe de travail sur le protocole pour la protection et la sécurité des renseignements à caractère nominatif. Marie-Reine Corbeil Manon Côté Marc Fiset Marie Fortier Monique Godin Marc Goneau Rabia Louchini Pierre Mercier Direction de santé publique de Laval Direction de santé publique de Québec Direction de santé publique du Saguenay Lac-Saint-Jean Direction de santé publique de Québec Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction de santé publique de Lanaudière Institut national de santé publique du Québec Direction de santé publique de Québec La contribution remarquable d autres personnes mérite aussi d être soulignée. Sylvie Martel Manon Paul Sylvie Poirier Claire Robitaille Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction de santé publique des Laurentides et membre de la TCNSE 6 Direction de santé publique de la Montérégie, déléguée de la TCNPP (depuis octobre 2003) Direction Santé Québec de l Institut de la statistique du Québec Nous désirons également exprimer toute notre gratitude aux délégués de chacune des tables de concertation nationale et aux nombreuses personnes qui ont participé à la sélection des objets de surveillance, des mesures/indicateurs et des sources de données ainsi qu à la rédaction et à la validation des fiches-source de données. Par ailleurs, nous ne saurions passer sous silence l apport des membres du Comité d orientation sur la mise à jour de la fonction de surveillance dont les travaux ont pris fin en juin Horracio Arruda Lucie Bédard Richard Côté Huguette Crête Marc Dionne Denis Drouin Ann Fortin Léonard Gilbert Richard Grignon Danielle St-Laurent Anne St-Arnaud Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction de santé publique de Montréal-Centre Direction de santé publique de la Montérégie Direction de santé publique des Laurentides Institut national de santé publique du Québec Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Institut national de santé publique du Québec Ministère de la Santé et des Services sociaux 6 Table de concertation nationale en santé environnementale Page iii

5 Enfin, nous remercions sincèrement les membres du Comité d éthique de santé publique et son Secrétariat pour leur appui et l ouverture dont ils ont fait preuve dans toute la démarche de l examen éthique du plan commun de surveillance. Page iv

6 Avant propos Le plan commun de surveillance : une «œuvre» et un engagement collectifs Le Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants constitue le premier plan de surveillance élaboré dans le cadre de l application de la Loi sur la santé publique (LSP). Ce plan permet aux directeurs de santé publique des dix-huit régions sociosanitaires 1 et au directeur national de santé publique de répondre à l obligation prévue par la LSP d élaborer un plan de surveillance. De façon globale, le plan commun de surveillance permet de planifier et d orienter un ensemble d activités de surveillance au Québec. Dans la foulée des changements de pratiques découlant de l implantation de la Loi sur la santé publique et du Programme national de santé publique , sa mise en oeuvre jette de nouvelles bases pour optimiser l utilisation des ressources en surveillance au Québec. Le présent document comporte une version bonifiée et améliorée du cadre de référence du plan commun de surveillance, produit au début de l année Conformément à l article 36 de la Loi sur la santé publique, cette première version, a été déposée pour avis au Comité d éthique de santé publique. L examen du plan commun de surveillance s est fait selon une approche d accompagnement et pédagogique, telle que proposée par le Comité d éthique. L avis du CESP sur le projet du plan commun de surveillance a été produit en octobre 2004 (annexe II). En réponse à son premier axe de recommandations, de «rendre plus compréhensibles aux non-experts de surveillance le sens et les finalités de la surveillance proposée», certaines précisions ont été apportées au cadre de référence pour mieux faire ressortir l écart entre la définition théorique de la santé présentée et celle suggérée par l éventail des objets de surveillance sélectionnés. Le processus qui sera mis en place afin de réduire cet écart et d intégrer progressivement les autres recommandations de l avis éthique à l exercice de la fonction de surveillance est également abordé. Enfin, les commentaires du CESP ont conduit à la révision de la section sur les finalités recherchées par le plan commun. Soulignons qu en participant à ce plan de surveillance, les directeurs de santé publique et moi-même prenons l engagement d assurer la responsabilité de la protection des renseignements personnels. Pour ce faire, nous désignerons, notamment, les droits d accès de chaque employé et, à titre de directeur national, j entérinerai l application des droits d accès de niveau 20. Nous nous engageons également à suivre les objets de surveillance par l examen des traitements initiaux des données produits dans un lieu centralisé, selon une périodicité à définir. À terme, ces traitements initiaux seront 1 Voir l annexe 1 : Lettres des directeurs de santé publique participant au Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants

7

8 Introduction L élaboration et la mise en place de plans de surveillance découlent directement du cadre législatif, lequel édicte les paramètres généraux de la fonction de surveillance continue de l état de santé de la population 8. Cette dernière, par l introduction d articles spécifiques à la surveillance continue de l état de santé de la population 9 dans la Loi sur la santé publique, a été reconnue en tant que fonction essentielle de santé publique, au même titre que celles de la promotion de la santé et du bien-être, de la prévention des maladies, des problèmes psychosociaux et des traumatismes et de la protection de la santé. La Loi sur la santé publique vise également à structurer et à systématiser l exercice de la fonction de surveillance en le formalisant et en l encadrant, et ce, dans un contexte en évolution constante. Évolution suscitée notamment par l accroissement des connaissances disponibles de même que par les préoccupations grandissantes à l égard du respect de la confidentialité des renseignements personnels ainsi que des valeurs et principes éthiques. Ces préoccupations sont particulièrement pertinentes à l exercice de la fonction de surveillance. En effet, celui-ci s effectue principalement à partir de renseignements que les individus ont consenti à divulguer à l État lors d événements tels les naissances, les décès ou à la suite de consommation de services de santé et sociaux ou encore lorsqu ils ont répondu aux enquêtes sur la santé. Pour les intervenants en surveillance, l accès à ces renseignements constitue donc un privilège, lequel est assorti de diverses responsabilités dont celle de transparence envers la population. La Loi sur la santé publique stipule «que soit effectuée une surveillance continue de l état de santé de la population en général et de ses facteurs déterminants 10 afin d en connaître l évolution et de pouvoir offrir à la population des services appropriés» (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 4). Plus spécifiquement, la loi précise que la surveillance continue «doit être exercée de façon à pouvoir : 1. dresser un portait global de l état de santé de la population ; 2. observer les tendances et les variations temporelles et spatiales ; 3. détecter les problèmes en émergence ; 4. identifier les problèmes prioritaires ; 5. élaborer des scénarios prospectifs de l état de santé de la population ; 6. suivre l évolution, au sein de la population, de certains problèmes spécifiques de santé et de leurs déterminants.» (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 33) L exercice de la fonction de surveillance est confié, de manière exclusive, au ministre, soutenu par le directeur national de santé publique, et aux directeurs de santé publique (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 34). Afin d obtenir les renseignements 11 nécessaires à 8 9 L état de santé dont il est question ici et dans tout le texte consiste en une vision large de la santé qui inclut la notion de bien-être et de santé mentale et psychosociale. Désignée ci-après surveillance. 10 Les déterminants font référence à un ensemble de facteurs individuels ou collectifs qui influencent l état de santé. 11 Dans le présent document, les termes «renseignement» et «donnée» sont utilisés dans le même sens. Page vii

9 l exercice de cette fonction, ceux-ci doivent élaborer des plans de surveillance de l état de santé de la population de leur territoire «qui spécifient les finalités recherchées, les objets de surveillance 12, les renseignements personnels ou non qu il est nécessaire d obtenir, les sources d information envisagées ainsi que le plan d analyse de ces renseignements qui leur sont nécessaires pour pouvoir exercer la fonction de surveillance» (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 35). La loi exige également que les projets de plans de surveillance soient soumis au Comité d éthique de santé publique. De plus, elle stipule que dans le cas où un «plan de surveillance prévoit une communication de renseignements personnels sur laquelle la Commission d accès à l information doit se prononcer en vertu de la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, une copie de l avis du Comité d éthique doit être remise à la Commission» (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 36). Différents éléments ont présidé à l élaboration d un plan commun de surveillance. Globalement, ceux-ci convergent pour rehausser la capacité d exercer la fonction de surveillance. De façon principale, ces éléments ont porté sur deux volets ; méthodologique et fonctionnel. Sous le premier volet, il faut mentionner la nécessité d assurer la cohérence et la comparabilité des résultats au niveau national, régional et sous-régional. En effet, la nature commune du plan se traduit, d une part, par l identification du minimum d objets de surveillance requis par la majorité des régions et par le niveau national pour surveiller l état de santé de la population et ses déterminants. D autre part, l adoption conjointe de définitions et de méthodes de calcul des indicateurs standardisées donne aussi un sens à la nature commune du plan. Sous le second volet, il faut souligner que la mise en commun des efforts et de l expertise a été réalisée pour maximiser le partage des ressources tout en réduisant la duplication des efforts, et ce, tant dans le cadre du processus d élaboration que dans celui de la mise en œuvre ou de l évolution d un plan de surveillance. Qui plus est, la décision de produire un plan de surveillance commun était vue comme une façon de faciliter l examen par le Comité d éthique de santé publique. Nonobstant ce plan commun de surveillance, il appert que chaque direction de santé publique pourra le compléter par des plans qui tiendront compte de ses besoins spécifiques. Pour ce qui est des particularités régionales, certaines régions au Québec se distinguent par l étendue de leur territoire, l éloignement des grands centres urbains, l isolement des professionnels, le faible effectif de population et le peu de ressources disponibles. Cette situation devra être considérée lors de la mise en œuvre du plan commun de surveillance. Il s agit en particulier de trois régions sociosanitaires : 1) le Nord-du-Québec, 2) le Nunavik et 3) le Territoire cri de la Baie James. Ces dernières ont des bassins populationnels nettement moins élevés que les autres régions du Québec. Ceci exige, entre autres, une approche statistique et méthodologique adaptée, et ce, d autant plus que les caractéristiques démographiques, sociales, culturelles et sanitaires de ces régions peuvent différer significativement de celles observées ailleurs au Québec. Compte tenu de ces particularités et malgré leur prise en compte dans le cadre de la mise 12 Le terme «objet de surveillance» réfère aux états de santé ou déterminants qui font l objet de la surveillance. Page viii

10 en œuvre du plan commun de surveillance, il est possible que ces régions aient à compléter celui-ci par des plans régionaux. Le plan commun de surveillance doit préciser les objets nécessaires à surveiller pour remplir le mandat de surveillance précisé dans la Loi sur la santé publique. Comme il couvre les six domaines d intervention du Programme national de santé publique (Ministère de la Santé et des Services sociaux, 2003) et le champ de la surveillance générale, il contribuera également à la mesure du degré d atteinte des objectifs du programme national et aussi à l orientation de sa mise à jour. Cette dernière préoccupation pourra être actualisée seulement dans la situation où des mesures ou des indicateurs reconnus existent et où des sources de données sont disponibles sur une base récurrente. Ce document présente le Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants En première partie, le cadre de référence décrit l orientation, la portée et la nature actuelle du plan commun de surveillance et ses perspectives d évolution. Il se décline en quatre chapitres. Le premier définit la surveillance et identifie les éléments sur lesquels elle porte, soit l état de santé de la population et ses déterminants. Le second chapitre constitue le plan de surveillance proprement dit et présente les éléments spécifiés à l article 35 de la Loi sur la santé publique. Le troisième chapitre porte sur les considérations éthiques en lien avec l exercice de la fonction de surveillance, de même que sur la protection et la sécurité des renseignements personnels 14. Quant au quatrième chapitre, il offre un aperçu de la mise en œuvre du plan commun et des conditions liées à son évolution. La deuxième partie du plan commun de surveillance présente les objets de surveillance, les mesures/indicateurs, ainsi que les sources de données sélectionnées. Enfin, la troisième partie comprend les fiches-source de données qui identifient, pour chaque source de données, les renseignements nécessaires à obtenir, le plan d analyse de ces renseignements ainsi que les profils d accès qui leur sont associés. En terminant, il faut préciser que ce premier plan commun de surveillance sera évolutif dans son contenu puisque sa mise en œuvre permettra de relever les adaptations qu il sera nécessaire d apporter d ici sa révision complète, prévue en Le domaine du développement, de l adaptation et de l intégration sociale, le domaine des habitudes de vie et des maladies chroniques, le domaine des traumatismes non intentionnels, le domaine des maladies infectieuses, le domaine de la santé environnementale, le domaine de la santé en milieu de travail. 14 Dans ce document, les renseignements nominatifs et les renseignements personnels ont la même signification. Page ix

11 Liste des parties et annexes du Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants : I : II : Cadre de référence Liste des objets de surveillance, leurs mesures/indicateurs et leurs sources de données (sections A et B) Fiches-source de données Introduction Section A.1 : Banque de données des organismes publics du réseau de la santé et des services sociaux A.1.1 : Systèmes de collecte de données A.1.2 : Enquêtes sociosanitaires Section A.2 : Banque de données d organismes externes au réseau de la santé et des services sociaux Section B.1 : Données agrégées des organismes publics du réseau de la santé et des services sociaux Section B.2 : Données agrégées d organismes externes au réseau de la santé et des services sociaux Annexe I : Annexe II : Lettres des directeurs de santé publique participant au plan commun de surveillance Avis du Comité d éthique de santé publique sur le projet du Plan commun de surveillance de l état de santé et de ses déterminants Annexe III : Guide pour la validation des objets de surveillance, des mesures et des sources de données envisagées Annexe IV : Grille de travail ayant servi à identifier les objets de surveillance, leurs mesures/indicateurs et leurs sources de données par domaine d intervention du Programme national de santé publique et du champ de la surveillance générale Annexe V : Tableaux synthèses des objets de surveillance et des mesures/indicateurs sélectionnés Page x

12 Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants Cadre de référence Page 1

13 Table des matières Tableau et figures...4 Liste des sigles et des acronymes...5 Chapitre La fonction de surveillance continue de l état de santé de la population et ses déterminants : le contexte Qu est-ce que la fonction de surveillance? Une définition But et objectifs de la fonction de surveillance...6 a) Dresser un portrait global de l état de santé de la population et observer les variations temporelles et spatiales...7 b) Identifier les problèmes prioritaires...8 c) Détecter les problèmes en émergence...9 d) Élaborer des scénarios prospectifs de l état de santé de la population Les trois principaux champs d activités de la fonction de surveillance Ce que la fonction de surveillance n est pas État de santé de la population et ses déterminants État de santé : quelques repères conceptuels...16 a) Une définition...16 b) Une classification Les déterminants de l état de santé...19 a) Caractéristiques personnelles...19 b) Conditions démographiques...19 c) Conditions socioculturelles...19 d) Conditions socioéconomiques...19 e) Environnement physique...20 f) Environnement social...20 g) Habitudes de vie et comportements...20 h) Organisation des services sociaux et de santé...20 Chapitre Éléments descriptifs du plan commun de surveillance Les finalités Objets de surveillance, mesures/indicateurs et sources de données Comment les objets de surveillance, les mesures/indicateurs et les sources de données ont-ils été sélectionnés?...24 a) Processus de sélection...24 b) Critères de sélection des objets de surveillance...26 c) Critères de sélection des mesures/indicateurs...28 d) Critères de sélection des sources de données...28 e) Classification des objets de surveillance et des mesures/indicateurs sélectionnés Limites méthodologiques du processus de sélection Renseignements nécessaires et leur plan d analyse Plan d analyse général...31 a) Validation des données...31 b) Analyser un objet de surveillance...32 Page 2

14 Chapitre Considérations éthiques, protection et sécurité des renseignements personnels Considérations éthiques Dans le champ de l alimentation en données Dans le champ de la production de l information Dans le champ de la diffusion de l information À la recherche de l équilibre La protection et la sécurité des renseignements personnels Cadre général...43 a) Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels...43 b) Renseignements nominatifs...43 c) La protection des renseignements personnels...44 d) La sécurité de l information Mesures de sécurité et de protection des renseignements personnels...46 a) Engagement à la confidentialité...46 b) Profils et droits d accès...46 c) Mesures relatives à la gestion des actifs informationnels...49 d) Mesures relatives aux activités de diffusion...49 e) Mesures relatives à la durée de conservation...50 f) Mesures relatives à la destruction des renseignements...50 g) Mesures relatives à la formation...50 Chapitre Mise en œuvre et évolution du plan commun de surveillance Mise en oeuvre des activités d alimentation en données du plan commun de surveillance Acquisition des sources de données Entreposage et accès aux données...52 a) Phase I : phase actuelle...53 b) Phase II : phase prévue pour l automne c) Phase III : phase prévue à moyen terme Planification et réalisation des enquêtes Mise en oeuvre des activités de production de l information Mise en œuvre des activités de diffusion de l information Mécanisme de mise à jour du plan commun Les modalités d évolution du plan commun de surveillance Évolution du plan commun de surveillance Cadre général sur le développement et l évolution de la fonction de surveillance...59 Bibliographie...61 Annexe A...64 Annexe B...66 Page 3

15 Tableau et figures TABLEAU 1 Distinction entre surveillance, vigie sanitaire, recherche et suivi de gestion de programmes au sens de la Loi sur la santé publique FIGURE 1 Champs d activité de la fonction de surveillance FIGURE 2 Composantes de l état de santé de la population et de ses déterminants FIGURE 3 FIGURE 4 FIGURE 5 La surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants : son utilité et ses finalités Plan d analyse général des renseignements nécessaires pour décrire et analyser un objet de surveillance Illustration des repères éthiques dans les trois principaux champs d activités de la fonction de surveillance continue de l état de santé de la population Page 4

16 Liste des sigles et des acronymes CAI CER CESP CIM-9 CIM-10 CLSC CSSS DGSP DSP ESCC ICIS INSPQ LSP MRC MSSS OCDE OMS TCNS Commission d accès à l information du Québec Comité d éthique de la recherche Comité d éthique de santé publique Classification internationale des maladies-9 Classification internationale des maladies-10 Centre local de services communautaires Centre de santé et de services sociaux Direction générale de la santé publique Direction de santé publique Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes Institut canadien d information sur la santé Institut national de santé publique du Québec Loi sur la santé publique Municipalité régionale de comté Ministère de la Santé et des Services sociaux Organisation de coopération et de développement économique Organisation mondiale de la santé Table de concertation nationale en surveillance Page 5

17 Chapitre 1 1. La fonction de surveillance continue de l état de santé de la population et ses déterminants : le contexte Ce chapitre situe le contexte général dans lequel s inscrit l exercice de la fonction de surveillance. Pour ce faire, il est nécessaire de bien saisir la nature et la portée de cette fonction en plus de définir et d identifier les principales composantes de son objet même : l état de santé de la population et ses déterminants. 1.1 Qu est-ce que la fonction de surveillance? Une définition La surveillance continue de l état de santé et de ses déterminants se définit comme un «processus continu d'appréciation de l'état de santé d une population et de ses déterminants par la collecte, l'analyse et l'interprétation des données sur la santé et ses déterminants à l'échelle d'une population» (Thacker et al., 1986). La surveillance est un «processus continu d'appréciation de l'état de santé d une population et de ses déterminants par la collecte, l'analyse et l'interprétation des données sur la santé et ses déterminants à l'échelle d'une population» (Thacker et al., 1986) But et objectifs de la fonction de surveillance La Loi sur la santé publique (LSP) précise qu une surveillance continue de l état de santé de la population en général et de ses facteurs déterminants doit être exercée «afin d en connaître l évolution et de pouvoir offrir à la population des services appropriés» (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 4). L exercice de cette fonction exige ainsi de produire et de diffuser une information pertinente, en temps opportun, afin d éclairer la prise de décision, d une part, de la population pour qu elle agisse en faveur de sa santé et, d autre part, des intervenants et des décideurs de façon à ce qu ils conçoivent des politiques appropriées et offrent des activités et des services adéquats (Ministère de la Santé et des Services sociaux, 2003). Comme spécifié dans la loi, cette fonction s exerce de manière à rencontrer six objectifs (L.R.Q., chapitre S-2.2, article 33) dont il est question succinctement ci-après. Dans le cadre du plan commun de surveillance, les deux premiers objectifs ont été regroupés et le dernier a été exclu, car il concerne les problèmes spécifiques de santé qui feront l objet de plans de surveillance thématique nationaux ou régionaux. Page 6

18 Objectifs de la fonction de surveillance retenus par le plan commun de surveillance Dresser un portrait global de l état de santé de la population et observer les variations temporelles et spatiales Identifier les problèmes prioritaires Détecter les problèmes en émergence Élaborer des scénarios prospectifs de l état de santé de la population a) Dresser un portrait global de l état de santé de la population et observer les variations temporelles et spatiales Tant la réalisation du portrait global de l état de santé de la population que l observation des variations temporelles et spatiales permettent un suivi de l état de santé et de ses déterminants. Ce suivi sert également à identifier les problèmes liés à l état de santé et ses déterminants, désignés ci-après comme «problèmes» pouvant être davantage documentés. Il peut s agir de problèmes prioritaires ou en émergence qui, dans certains cas, nécessitent aussi l élaboration de scénarios prospectifs de l état de santé de la population 15. Pour dresser ce portrait global, il est d abord requis de décrire les éléments concernant l état de santé ou ses déterminants qui font l objet de la surveillance : les «objets de surveillance». Cette description exige de mesurer, de façon quantitative, l objet de surveillance en calculant des indicateurs à partir de renseignements sur la population contenus dans différents types de fichiers (ex. : fichier des décès, enquêtes, fichier des hospitalisations). Par indicateurs, il faut se référer aux calculs de taux, de nombres et de proportions, lesquels sont ensuite analysés selon les dimensions spatiales (aires géographiques), temporelles (passé, présent) et certaines caractéristiques des populations (âge, sexe et autres caractéristiques particulières aux problèmes étudiés). Une description plus détaillée de ces analyses est présentée à la section Les résultats de ces analyses et leur interprétation permettent d apprécier l évolution de l état de santé d une population et de ses déterminants, en la comparant à elle-même à travers le temps (dimension temporelle), aux autres régions du Québec, aux provinces canadiennes ou encore à d autres pays, et ce, sur un même horizon temporel (dimension spatiale). La prise en compte de ces deux dimensions est nécessaire pour dégager l évolution réelle de l état de santé et de ses déterminants dans une population et l ampleur de cette évolution, en tenant compte des «performances» de populations comparables. 15 Depuis l automne 2004, la Table de concertation nationale en surveillance coordonne des travaux visant à favoriser l élaboration et la mise en application de bonnes pratiques professionnelles de surveillance au regard des trois objectifs suivants : 1) identifier les problèmes prioritaires, 2) détecter les problèmes en émergence et 3) élaborer des scénarios prospectifs. Ce projet a comme objectif de développer une boîte d outils de référence qui permettra d identifier les balises de la pratique professionnelle en surveillance dans le contexte de l application de la Loi sur la santé publique, adoptée en Page 7

19 Qui plus est, l analyse et l interprétation des résultats observés s effectuent à partir d une appréciation qualitative qui s appuie sur une base de connaissances fournie par la «littérature» scientifique et sur le savoir des intervenants concernés par les résultats. Ces résultats sont requis pour soutenir la prise de décision dans le processus de planification sociosanitaire en permettant, entre autres, l identification des populations cibles qui doivent être visées par les interventions, les programmes ou les politiques. Exemples de questions auxquelles le portrait global de l état de santé de la population et l observation des variations temporelles et spatiales permettent de répondre - Comment le Québec (ou ma région) se compare-t-il au niveau? de la santé globale ; du développement, de l adaptation et de l intégration sociale ; des traumatismes non intentionnels ; des habitudes de vie et des maladies chroniques ; etc. - Pour le Québec (ou ma région), les résultats des indicateurs sociosanitaires mesurant les problèmes de santé et les déterminants ciblés dans le Programme national de santé publique se rapprochent-t-ils des résultats visés par les objectifs du programme? - Le Québec, comparativement à d autres pays ou aux autres provinces (ou ma région comparativement au Québec ou à une région semblable) présentet-il des résultats et des tendances similaires, meilleures ou pires? - Dans chacune des situations décrites précédemment, y a-t-il des sousgroupes de population qui présentent une ou des conditions particulières? Si oui, lesquels? Qu est-ce que cela implique pour la planification sociosanitaire? - Pour un problème donné (par ex. : les maladies cardiovasculaires ou les cancers), quelle est l évolution des décès depuis les 15 dernières années? Comment ma région se compare-t-elle au Québec pour cette problématique? Comment le Québec se compare-t-il aux pays membres de l Organisation de coopération et de développement économique (OCDE)? Qu est-ce qui explique les écarts observés? b) Identifier les problèmes prioritaires Les problèmes prioritaires peuvent être identifiés : 1) en mesurant l écart entre les résultats observés pour une période donnée et les normes ou les objectifs prédéfinis ; 2) en observant les variations temporelles et spatiales pour les problèmes les plus prévalents, ceux ayant des conséquences graves sur l état de santé d une population et ceux ayant connu une évolution atypique. La fonction de surveillance fournit la matière première (l information) indispensable à l identification des problèmes prioritaires. Idéalement, ce processus d identification de priorité d action exige la participation d autres ressources et l utilisation de Page 8

20 méthodologies provenant d autres fonctions de la santé publique. À titre d exemple, mentionnons l utilisation d outils permettant d intégrer plusieurs autres critères comme la gravité, le coût social, l acceptabilité. À défaut de pouvoir utiliser de tels outils, la fonction de surveillance identifiera les problèmes les plus préoccupants. Exemples de questions auxquelles la surveillance d un problème prioritaire permet de répondre - Au Québec (ou dans ma région), quels sont les problèmes (ou les groupes cibles) qui devraient faire l objet d interventions? Les problèmes perçus par la population (morbidité ressentie)? Les principaux problèmes diagnostiqués dans des contextes de soins ambulatoires (morbidité ambulatoire)? Les principaux problèmes diagnostiqués en milieu hospitalier (morbidité hospitalière)? Les problèmes qui entraînent la plus importante proportion de décès ou d incapacité? - Compte tenu de la situation du Québec (ou de ma région), de la tendance observée, des normes ou objectifs du Programme national de santé publique, des interventions reconnues efficaces, quels sont les problèmes (ou groupes cibles) pour lesquels des «gains» sanitaires importants peuvent être réalisés? c) Détecter les problèmes en émergence Les problèmes en émergence se définissent comme un phénomène populationnel nouveau qui apparaît au fil du temps ou surgit dans une communauté épargnée jusque-là. Il peut s agir aussi d un phénomène connu qui prend une importance soudaine et imprévue par rapport à sa prévalence habituelle. La détection des problèmes en émergence est une étape fondamentale dans le processus de planification de la santé publique, laquelle permet aux décideurs et aux intervenants de réagir en temps opportun. Elle nécessite une surveillance très détaillée et exhaustive. Une fois l émergence du problème décelée, il est ensuite essentiel d en retracer l évolution dans le temps et dans l espace. Pour faire ressortir les problèmes en émergence, les angles d observation suivants sont à considérer : les variations par rapport à une norme, un seuil ; les questions que soulèvent les préoccupations des intervenants du milieu. Page 9

Avis du Comité d éthique de santé publique. Projet de Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants 2004-2007

Avis du Comité d éthique de santé publique. Projet de Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants 2004-2007 Avis du Comité d éthique de santé publique Projet de Plan commun de surveillance de l état de santé de la population et de ses déterminants 2004-2007 Octobre 2004 Coordination France Filiatrault Analyse

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE AUTEURS Jean-Marc Daigle Unité programmes de dépistage, génétique et lutte au cancer Direction systèmes de soins et politiques publiques Institut national de santé publique du Québec Michel Beaupré Direction

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015

Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015 Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015 Marc-Antoine Côté-Marcil Analyste-conseil du CADRISQ-Montréal Plan de la présentation

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

Nouvelles de l ESCC No. 4 Octobre 2005

Nouvelles de l ESCC No. 4 Octobre 2005 Nouvelles de l ESCC No. 4 Octobre 2005 Bulletin d information sur l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes Direction Santé Québec, Institut de la statistique du Québec ESCC cycle 1.1 (2000-2001),

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC MISE EN CONTEXTE

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC MISE EN CONTEXTE INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Prévalence du diabète au Québec et dans ses régions : premières estimations d après les fichiers administratifs Valérie Émond, conseillère scientifique Unité

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

société d habitation du québec

société d habitation du québec société d habitation du québec PROTOCOLE D INTERVENTION DES CONSEILLERS- INSPECTEURS POUR L APPLICATION DU CADRE DE GESTION DES INVESTISSEMENTS POUR LE MAINTIEN ET L AMÉLIORATION DU PARC de HLM Protocole

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006 DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE 20 janvier 2006 Approuvé par le Conseil de l Université de Montréal le 30 janvier 2006 Table des matières

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Sommaire. le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi s y intéresser?...3. Les hospitalisations...

Sommaire. le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi s y intéresser?...3. Les hospitalisations... A g e n c e d e l a s a n t é e t d e s s e r v i c e s s o c i a u x d e l A b i t i b i - T é m i s c a m i n g u e 1 le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue Janvier

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court terme à l égard des ressources humaines

Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court terme à l égard des ressources humaines COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 1 Section 3 Quelques éléments à prendre en considération à court

Plus en détail

Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec

Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec 2 0 0 8-2 0 1 5 * * Le gouvernement du Québec a autorisé par décret (numéro 136-2012), le 29 février 2012, le report

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel

Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel 2010 Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel Service des statistiques et des sondages Rédaction Collaboration

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION LEG9 NUMÉRO 9 JUIN 2012 BULLETIN D INFORMATION Ce 9 e bulletin G9 vous présente le projet de Modernisation du modèle de gestion du Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon. Il s agit de

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE Site Internet Portrait de santé Rapport Ouvrages Surveillance Recherche Santé Publications Monographies Évaluation Thèmes Information Guides Plan

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir.

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. 10 décembre 2013 1. Mise en contexte... 3 2. Prévention à la Commission des normes du travail... 4 2.1 Un modèle basé sur trois axes... 4

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE

SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE PAGES TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 CONSULTATION EN LIGNE ET EN PERSONNE : PRINCIPALES CONSTATATIONS

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Santé mentale au travail

Santé mentale au travail Santé mentale au travail Les grandes enquêtes de santé: ce qu elles contiennent et comment y accéder Robert Arcand, INSPQ Jean Poirier, CIQSS 15 novembre 2005 Journées annuelles de santé publique Plan

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur la banque de données sur le suicide comme nouvelle source de données au plan national de surveillance

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur la banque de données sur le suicide comme nouvelle source de données au plan national de surveillance COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur la banque de données sur le suicide comme nouvelle source de données au plan national de surveillance Avis sur la banque de données sur le suicide comme nouvelle

Plus en détail

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Direction Direction des communications Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Patrick Parent, édimestre intranet 9 février 2004 Introduction Le portail intranet de la Régie du bâtiment

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Le concept de qualité des services : un outil d'évaluation de la satisfaction adapté aux attentes des usagers ÉVALUER POUR S AMÉLIORER : AU

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

l organisation Dépôt légal quatrième trimestre 2000 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 2-89340-057-4

l organisation Dépôt légal quatrième trimestre 2000 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 2-89340-057-4 Mise en page et correction : Page couverture : Martine Lesage, Groupe Développement de l organisation MORDICUS! Communication Dans le but de faciliter la rédaction et la lecture du présent document, il

Plus en détail

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration

Plus en détail

Table des matières. Formation à l ISPC

Table des matières. Formation à l ISPC Table des matières Ateliers... 2 Planification et prise de décisions axées sur la santé de la population... 2 Autoapprentissage à l ISPC... 3 Introduction à la santé de la population... 3 Explorer la santé

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Taux de décrochage (ou sorties ) et taux de diplomation après sept ans Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Orientation entraînement et performance

Orientation entraînement et performance Démarche pour les stages professionnels Maîtrise en sciences du mouvement et du sport Orientation entraînement et performance Version du 26-9- 2013 1. Quelques points de repère utiles à la préparation

Plus en détail

Politique de soutien financier pour les organismes reconnus

Politique de soutien financier pour les organismes reconnus Politique de soutien financier pour les organismes reconnus 2015-2017 Division de la culture, du loisir et de la vie communautaire Table des matières 1. Contexte... 1 2. Le fondement... 3 2.1. Le Cadre

Plus en détail

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Office des personnes handicapées du Québec Un peu d histoire Dans les années 70, la plupart des personnes handicapées vivaient en institution.

Plus en détail

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012)

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Guide d accompagnement Avril 2015 DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA MONTÉRÉGIE Préparé par le secteur Planification, évaluation

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Liste des recommandations du rapport annuel 2009-2010 ADMINISTRATION PUBLIQUE COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES DE RETRAITE ET D ASSURANCES CONSIDÉRANT QUE les citoyens sont

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 21:24:02

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 21:24:02 Circulaire du 19 décembre 2007 d application du décret n 2007-1470 du 15 octobre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l Etat. MINISTERE DU BUDGET, DES

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX ORGANISATION DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Ministre ORGANISMES déléguée aux Régie services de l assurance sociaux maladie et à la protection Office de la des jeunesse personnes

Plus en détail