Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000)"

Transcription

1 Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000) 1. Utilité d un modèle conceptuel en courtage de connaissances 2. Cycle de gestion et courtage des connaissances 1. Capitaliser 2. Apprécier 3. Adapter 4. Renouveler 5. Animer 6. Partager 7. Utiliser 1

2 Utilité d un modèle conceptuel en courtage de connaissances Comme tout modèle conceptuel, celui de Ballay permet une organisation de la pensée, une représentation graphique des relations et des principes de fonctionnement d'une théorie et de ses composantes. Ballay conçoit ainsi la gestion de la connaissances selon 7 dimensions ou composantes. Chacune de ces dimensions est inter reliée aux autres, les alimente et s en alimente. 2

3 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 3

4 Capitaliser Définition: Rassembler, Répertorier, Codifier, Organiser, Synthétiser Les meilleures informations Exemples : Activités du centre de documentation Organisation d une base de connaissances autour des problématiques de santé et de bien-être Organisation de bibliothèques virtuelles 4

5 Capitaliser À l Agence de santé et de services sociaux de la Montérégie, cette fonction s illustre par de l information regroupée par thématiques et activées par un moteur de recherche : Plus de 500 sites internet; bases de données, organismes crédibles, dépôts d information Tous les événements (permettant de suivre non seulement l actualité en matière de formation mais aussi d identifier les figures d autorités chercheurs, leaders, etc. Toutes les formations à venir Les publications écrites 5

6 Capitaliser Un exemple; Ressources documentaires par clientèles 6

7 Capitaliser Un exemple; Ressources documentaires pour la santé psychosociale 7

8 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 8

9 Apprécier Définition: Effectuer une analyse critique portant sur la qualité et la pertinence des connaissances Exemples : Repérage des meilleures sources documentaires et identifications de leurs forces respectives Repérage et organisation de l information de plusieurs écrits; par exemple, utilisation de la pyramide des évidences, analyse critique (rigueur de l écrit, contemporanéité, comparabilité, enjeux éthiques), analyse qualitative, etc. Repérage et analyse de convergence, de divergence dans plusieurs sources documentaires (par rapport aux lois, aux documents de référence, etc.) Analyse d une pratique observée ou décrite par rapport à un référentiel Ordonnancement des observations par rapport à leur lien avec un critère (analyse des pratiques des plus centralisées au plus décentralisées quant à la prise en charge de ) Analyse statistique des volumes d activité entre établissements et illustration par rapport à la moyenne Analyse des objets de recherche d une équipe de recherche par rapport aux consensus internationaux sur un sujet. 9

10 Apprécier un exemple Taux d'hospitalisations évitables (taux pour 10,000) Appendice rompu Pneumonie 5-49 ans Insuffisance cardiaque 18 ans Pyélonéphrite 18 ans Asthme 5-49 ans Cellulite 18 ans Diabète 18 ans Ulcère perforé 18 ans Phlébite sans embolie pulm 18 ans Ensemble des causes Rivière-des-Prairies 1,85 5,07 25,7 3,71 4,81 9,47 12,57 2,55 4,34 57,34 Pointe-aux-Trembles/Montréal-Est 1,91 4,66 29,1 4,75 8,15 7,27 12,73 3,36 2,57 61,09 Hochelaga-Maisonneuve 3,06 7,24 22,66 4,81 11,01 12,03 13,38 3,77 2,32 65,52 De Rosemont 3,24 4,69 18,87 3,56 6,62 7,71 11,06 2,78 2,84 50,53 Mercier-Est/Anjou 5,41 8,84 36,54 6,06 18,66 12,67 20,14 6 4,72 96,62 Mercier-Ouest 2,37 3,66 18,67 2,73 5,4 5,64 10,04 2,39 2,41 43,88 Montréal 2,50 4,30 20,20 3,90 6,00 8,20 8,80 3,40 2,60 49,30 Valeur défavorable par rapport au taux régional Valeur comparable par rapport au taux régional Valeur favorale par rapport au taux régional Source: Numérateur: Fichier des hospitalisations Med-Écho, MSSS Dénominateur: Données de population, Service de développement del'information du MSSS. Note: Ces données sont antérieures aux impacts dûs au virage ambulatoire. Par ailleurs, certaines initiatives telles que la clinique d'endocrinologie à l'hmr et les cliniques réseaux dans les CSSS, sont postérieures à ces données et leur impact n'est ainsi donc pas réflété dans ces volumes. Puisque des données plus récentes ne sont pas disponibles, il n'est pas possible d'en illustrer les impacts. 10

11 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 11

12 Définition: Adapter Aménager et configurer les connaissances en différents produits Agencer en fonction des publics cibles L objectif de l adaptation n est pas d ordre graphique, mais vise à faciliter la compréhension et la prestation d un message clair, favorisant la prise de décision. L adaptation est fortement liée au type de décideurs avec lesquels le courtier œuvre. L adaptation des connaissances qu il effectue dépend largement du besoin des décideurs, de la nature de décisions qu ils ont à prendre et des enjeux reliés à celles-ci. Exemples : Résumés synthèses pour les intervenants Outils d aide à la décision pour les gestionnaires et les décideurs Les activités de cartographie, d illustration, d organisation schématique sont des exemples d adaptation. 12

13 Adapter un exemple Le concept de Guichet Unique en santé et services sociaux Clarté, confusion, définitions Le concept de Guichet Unique en santé et services sociaux 1 13

14 Adapter un exemple Diverses conceptions du concept de Guichet Unique Le concept de Guichet unique est utilisé selon diverses conceptions reliées à l usager, aux modalités d accès aux services ou à la gestion du dossier 1 Conception reliée à l usager 2 3 Conception reliée à la modalité d accès aux services Conception reliée à la gestion du dossier Le concept de Guichet Unique en santé et services sociaux 2 14

15 Adapter un exemple Conception reliée à l usager Conception reliée à la gestion du dossier 3 Conception reliée à la modalité d accès aux services Conception reliée à la gestion du dossier Accueil centralisé Entrée de l usager dans le système de soins Intervenant pivot Évaluation et prestation de soins/services L usager évolue, requiert ou non des soins et des services Avantages: Facilité pour l usager Facilité pour les partenaires Désavantages: Risque d engorgement du système Risque de lourdeur des services Risque de non révision de l offre de services Fatigue professionnelle Processus A Avec ou sans intervenant pivot Son dossier demeure toujours ouvert au CLSC pour cause de présence de facteurs de vulnérabilité Quelles stratégies sont imaginées afin de contrer ces désavantages? Le concept de Guichet Unique en santé et services sociaux 11 15

16 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 16

17 Renouveler Définition: Toute activité qui permet un ajout de connaissances dans un créneau donné; activités qui accroissent la somme d information et surtout en assure la contemporanéité. Si cette action alimente initialement la capitalisation, elle aura nécessairement une influence sur l adaptation, l analyse et l ensemble des autres objets du cycle de gestion. 17

18 Renouveler Le renouvellement des connaissances s effectue à partir de 3 catégories de sources : Produits de l interne exemple : entrevues structurées, entrevues analytiques, production de logigrammes, etc. permettant de rendre explicite les savoirs tacites Produits venant de l extérieur exemple : veille informationnelle Activités d échanges et de partenariat avec des chercheurs Conférences midi, tables rondes, débats Toutes les activités qui entourent la production de recherches: présentation à un jury d évaluation, dépôt des résultats préliminaires, etc. «Author in the room» 18

19 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 19

20 Animer Définition: Actions visant à favoriser les interactions dans le réseau, à développer des liens avec des chercheurs et à accroître l échange et l utilisation des connaissances. L organisation d une suite logique et orchestrée d étapes pour une prise de décision séquencée, ordonnancée, structurée par le courtier, pour le bénéfice d un groupe de décideurs. Le choix des étapes et leur ordonnancement peut découler de plusieurs facteurs: recension des écrits, recension des pratiques, analyse structurée des diverses décisions. Ce choix, s il est facilité par les habiletés d animation que possèdera le courtier, est surtout le fruit d une compréhension en profondeur de l objet de connaissance sur lequel la recherche a été faite. 20

21 Animer La fonction d animation exercée par le courtier examinera l opportunité d insérer les données probantes là où leur place ajouterait vraisemblablement de la qualité à la prise de décision. Ainsi, le courtier peut mieux que quiconque, déceler les moments, dans le processus décisionnel d un projet, les zones où les données probantes ajouteraient une valeur significative et ainsi identifier ces zones, pour le bénéfice de la qualité de la décision. Son rôle d animation consistera, à ces moments, à estimer l impact de cette contribution et à faire en sorte que les décideurs soient enclins à avaliser cette méthodologie. Le courtier, afin de faciliter cet aval, pourra proposer des approches écologiques permettant aux décideurs de conserver le rythme planifié des rencontres: intervention auprès d un sous-comité, préparation de «documents martyrs», propositions d approches simplifiées pour y arriver, etc. 21

22 Animer La fonction d animation peut être exercée de manière variable selon le rôle du courtier dans l organisation. Si la personne responsable du groupe des décideurs agit en qualité d animateur, il est possible que cette fonction soit partagée entre le responsable et le courtier. Il peut être préférable selon les circonstances que la principale responsabilité décisionnelle soit assumée par une personne autre que le courtier, de sorte à ce que ce dernier conserve une distance intellectuelle critique par rapport aux décisions qui sont prises, indépendamment des données probantes qui sont exposées. Le courtier devrait toujours cependant être celui qui dépose l objet de ses recherches et en assure la compréhension par les membres. Il peut ainsi assumer un rôle de co-animation durant la rencontre. Le fait de remettre le fruit d une recherche dans les mains d un animateur qui en assume entièrement la communication et l interprétation est beaucoup moins efficace au plan de la prise de décision. 22

23 Animer S il s avère que la prise de décision soit peu liée aux données probantes exposées, le courtier devrait, subséquemment à cette prise de décision, revoir les critères qui ont entraîné la prise de décision imprévue. Le courtier et l animateur ont ainsi avantage à saisir avec précision les enjeux qui ont été favorisés lors de la prise de décision et qui auraient pu être tenus en compte dans l analyse préliminaire du courtier. Dans le cas où la prise de décision s écarte complètement d une recherche de meilleures pratiques ou de données probantes, mais vise plus simplement à obtenir un consensus au sein des décideurs sur la base de la pratique actuelle, le rôle du courtier doit être reconsidéré. En effet, la fonction d animation ne saurait à elle seule justifier un courtier de connaissances au sein d un groupe de décideurs. 23

24 A Révision du mandat Calendrier de travail Modalités de travail Modalités de communication Rôle de chacun Modalité de structure de projet Contextualisation Animer un exemple B Début de l examen des services offerts par les entités existantes Services ambulatoires hospitaliers Panier de services Délais Modalités de référence Mécanismes de coordination C Recherche de solutions Révision des partenaires associés au continuum de soins et réajustement au besoin Panier de services Modalités d évitement du recours à l urgence Services hospitaliers Mécanismes de coordination entre la 1 ère et la 2 ème ligne Formalisations d ententes Algorithmes Entérinement d un cadre conceptuel soutenant un continuum inter établissement Composantes du cadre conceptuel Clientèles visées Valeurs soutenues Orientations et principes Normes référentielles Services médicaux en CSSS, cabinet privé, clinique réseau, ou GMF Modalités d évitement du recours à l urgence ou à l hospitalisation Services en CLSC Offre de services Délais Nature et intensité Mécanismes de Accessibilité coordination Modalités de référence Services en hébergement Analyse des écarts Cadres de références et guides de pratique Documents d orientation Recommandations pour les écarts résiduels Accessibilité Mécanismes de coordination Services communautaires Panier de services Modalités de référence Mécanismes de coordination 24

25 Animer des choix Gestion médicale de l usager avec plainte cognitive Utilisation de consensus cliniques probants Évaluation cognitive Évaluation de l impact sur les AVQ et AVD Établissement d un plan d investigation Établissement du diagnostic selon critères diagnostiques Traitement des : Facteurs de risque vasculaires Troubles du sommeil Symptômes psychiatriques Rester actif physiquement et mentalement Démence diagnostiquée Non Trouble cognitif mineur? Prise en charge non pharmacologique Oui Considérer référence en neuropsychologie et à la Clinique de la mémoire Revoir dans 6 à 12 mois MMSE entre 10 et 26 / 30 Oui Non < 3: traitement non pharmacologique spécifique 3-14 : Mémantine (Ebixa ) 5mg die et 5mg/sem ad max 20mg > 26: traitement pharmacologique spécifique si possible ($ ou assurances) Mise en route du traitement pharmacologique spécifique si démence Alzheimer +/- composante vasculaire ou symptômes extrapyramidaux Revoir au moins au 5 e mois Faire demande RAMQ # 1 25

26 Cycle de gestion et courtage des connaissances Animer Adapter Base de Capitaliser Apprécier Partager Utiliser connaissances Renouveler Veille informationnelle Échanges avec les milieux de recherche 26

27 Partager Définition: Actions visant à favoriser les interactions entre les membres du réseau dans le but de faciliter, pour tous, la prise de décision, la recherche d information. Le courtier de connaissances est intéressé par le partage de connaissances de par les impacts que ce partage structuré aura sur la connaissance. Ainsi, le courtier n est pas un bénéficiaire passif du partage, mais cherchera à le structurer, à épauler les décideurs à le réaliser avec plus d efficacité. 27

28 Partager Les fonctions suivantes sont des exemples que le courtier de connaissances pourra s acquitter dans cette dimension: Mise en place d un club de lecture et soutien à la recherche documentaire pour les membres; Organisation de rencontres d échanges avec des gestionnaires chevronnés du réseau qui ont réalisé des projets s appuyant en partie sur les données probantes ou les meilleurs pratiques; Constitution d un répertoire d experts pour appuyer les décideurs qui souhaitent valider leurs projets Organisation de visioconférences entre gestionnaires qui souhaitent s inspirer de pratiques qui ont été élaborées ailleurs Organisation de stage inter établissements Organisation de visites d établissements afin de faciliter le transfert de connaissances 28

29 Partager Dans tous les cas, le courtier joue un rôle de catalyseur entre les parties, facilitant, fluidifiant les rencontres, les orientant sur les objets recherchés, établissant des liens entre les pratiques partagées et les données probantes. Ce faisant, il «donne un sens» aux pratiques partagées (rôle analytique) plutôt que de simplement en assurer le partage (fonction d animation). 29

30 Partager un outil L Outil d Échange d Information en Ligne ŒIL 30

31 Définition: Utiliser Actions visant à épauler les décideurs dans l implantation de pratiques renouvelées. Le courtier de connaissances utilise pour cette fonction des approches telles que: Constitution et soutien d une communauté de pratique Animation d une pratique réflexive appuyée par le partage entre les membres et une évaluation séquentielle, continue Identification des objets de recherche qui pourraient soutenir les équipes d implantation dans les moments de difficulté Mise en lien avec les chercheurs dans le but de mieux rallier les efforts de recherches de la pratique Mise en lien avec les experts dans le but de faciliter une évaluation de la pratique et une analyse appuyée des difficultés rencontrées 31

32 Utiliser Le courtier de connaissances est interpellé par l utilisation des pratiques redéfinies suite à l exercice du courtage mené tout au long du processus. Le courtier n est pas interpellé ici à la manière d un consultant ou d un gestionnaire de projet ou encore un formateur qui auraient pour fonction d aider un établissement à incarner une pratique reconnue dans le quotidien, mais il sera davantage interpellé dans l enracinement d une pratique novatrice qui comporte un coefficient de risque, d ambiguïté, d inconnu. Son intérêt est surtout mû par le souhait de valider si la pratique nouvelle, appuyée sur des données probantes, est réalisable dans la pratique clinico-administrative. En effet, les difficultés d implantation rencontrées ou les facteurs facilitants observés contribuent à la connaissances des facteurs inhérents de ces mêmes pratiques probantes. Le courtier s en inspire ainsi pour mieux anticiper d autres projets similaires et soutenir d autres équipes. 32

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Organisation des services de première ligne au Québec

Organisation des services de première ligne au Québec Organisation des services de première ligne au Québec Départements régionaux de médecine générale (DRMG) Benoît Gervais, M.D., DRMG de la Mauricie et du Centre-du-Québec Louise Quesnel, M.D., DRMG de la

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Le Centre de santé et de services sociaux : au cœur de la nouvelle organisation de services

Le Centre de santé et de services sociaux : au cœur de la nouvelle organisation de services Trousse d information Novembre 2004 Le CSSS : au cœur de la nouvelle organisation de services Le Centre de santé et de services sociaux : au cœur de la nouvelle organisation de services Le Centre de santé

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION 1 INTRODUCTION L impact du vieillissement de la population sur l avenir des services sociaux et de santé est une question d intérêt public dont les répercussions sociales sont considérables. C est pourquoi

Plus en détail

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs favorisant la collaboration Pascale Navert Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation

Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation Février 2015 Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses

Plus en détail

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie De la vision à l action Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie RÉDACTION Anabèle Brière, pht, Ph.D, chargée de projet en transfert des connaissances

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Orientation ministérielle Assurer aux Québécois qui le désirent l accès à un médecin de famille qui leur assure un suivi continu de qualité

Orientation ministérielle Assurer aux Québécois qui le désirent l accès à un médecin de famille qui leur assure un suivi continu de qualité Bilan et perspectives sur l organisation des services médicaux de première ligne D re Yolaine Galarneau Directrice de l accessibilité aux services médicaux Direction générale des services de santé et médecine

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX D AHUNTSIC ET MONTRÉAL-NORD ET CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE BORDEAUX-CARTIERVILLE SAINT-LAURENT PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ JANVIER

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Projet clinique express

Projet clinique express d; CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE MONTMAGNY- L ISLET 4 juillet Vol 1, Numéro 1 Dans ce numéro : Un nouvel outil d information Le projet clinique 2 Les membres du comité 2 Perte d autonomie liée

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM 1 1.1 INTRODUCTION 1.1.1 CONTEXTE Le projet de construction d un nouveau centre hospitalier est un projet qui chemine depuis un grand nombre d années déjà et dont la finalité première est de doter le Québec

Plus en détail

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013 CSSS 036M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT :

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : CSSS 044M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : ENTOURER LA PERSONNE ÂGÉE ET LES PROCHES AIDANTS, ADAPTER LES PRATIQUES Mémoire présenté à la Commission de la santé et des

Plus en détail

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7 sommaire La formation continue à l EBAD... 3 Niveau i... 4 La chaine de traitement archivistique... 4 Initiation aux techniques documentaires... 5 Organisation et gestion des bibliothèques... 6 Niveau

Plus en détail

4 10 E -2310 AG n 2o T stie ge AU l d SE É rt annueo R appr

4 10 E -2310 AG n 2o T stie ge AU l d SE É rt annueo R appr INITIATIVES DE RÉSEAUTAGE Initiatives de réseautage locales Réseau local des services médicaux Services ambulatoires de réadaptation pour la clientèle âgée Développement durable Mesures d urgence Programme

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207)

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207) Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : BACCALAURÉAT EN ENSEIGNEMENT DE L ÉDUCATION PHYSIQUE ET À LA SAN TÉ (7208) CERTIFICAT OU MINEURE

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Division des communications NOVEMBRE 2010 TABLE DES MATIERES 1) DÉFINITION... 2 2) PRINCIPES DIRECTEURS... 2 3) LA COMMUNICATION INTERNE... 3 3.1) L accueil des employés... 3

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Référentiel des compétences relatives aux processus scientifiques reliés aux fonctions transversales de l Institut national de santé publique du Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Référentiel

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés

Plus en détail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Rapport d enquête L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Secteur de formation Santé Rapport d enquête L

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 PROJET Encadrement du système de caméras de sécurité et Foire aux questions Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 2 3 Table des matières 1. CADRE JURIDIQUE...4

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC

Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC Rédigé par Isabelle Darisse Agente de liaison Août 2010 Mise en contexte Dans le cadre de l entente spécifique sur le développement de

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée La clientèle ciblée par ce service est la clientèle dite orpheline. Il s agit des personnes de tous âges

Plus en détail

Cadre de référence veille et vigie

Cadre de référence veille et vigie Cadre de référence veille et vigie Modèle d intégration de la vigie et de la veille stratégique de l INESSS Janvier 2014 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE Site Internet Portrait de santé Rapport Ouvrages Surveillance Recherche Santé Publications Monographies Évaluation Thèmes Information Guides Plan

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION Corporation d hébergement du Québec pour des immeubles en santé! Gestion des projets d immobilisations et de la gestion documentaire corporative sous SharePoint PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation de

Plus en détail

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Récit Date de révision : 16 avril 2010 Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES

SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES Marie-Chantal Gélinas Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance et des connaissances Novembre

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail