Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des Nations Unies pour le développement industriel"

Transcription

1 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 3 avril 2008 Français Original: Anglais Conseil du développement industriel Trente-quatrième session Vienne, mai 2008 Point 5 de l ordre du jour provisoire Cohérence à l échelle du système des Nations Unies Cohérence à l échelle du système des Nations Unies Rapport du Directeur général Conformément à la résolution GC.12/Res.6 de la Conférence générale, le présent rapport a pour objet de tenir le Conseil informé des résultats des discussions sur la cohérence à l échelle du système des Nations Unies et ses implications pour l ONUDI. Table des matières Paragraphes Page Introduction I. Faits nouveaux concernant la cohérence à l échelle du système II. Dialogue de haut niveau sur les prochaines étapes de la cohérence à l échelle du système des Nations Unies III. Bilan de la contribution de l ONUDI aux initiatives pilotes Unis dans l action IV. Incidences et défis pour l ONUDI V. Mesures que doit prendre le Conseil Liste des abréviations Pour des raisons d économie, le présent document a été tiré à un nombre limité d exemplaires. Les représentants sont priés de bien vouloir apporter leur propre exemplaire aux réunions V (F) * *

2 Introduction 1. À sa trente-troisième session, le Conseil du développement industriel a pris note du document IDB.33/CRP.6 exposant un certain nombre de faits nouveaux relatifs à l examen par des organes intergouvernementaux et interinstitutions du rapport du Groupe de haut niveau sur la cohérence de l action du système des Nations Unies (A/61/583). Ce document faisait ressortir les points clefs de la mise en œuvre de l initiative Unis dans l action et les contributions apportées par l ONUDI pour la soutenir. 2. À la douzième session de la Conférence générale, le Secrétariat a fait le point des contributions de l ONUDI à la réforme et à la cohérence à l échelle du système des Nations Unies aux niveaux mondial, régional et des pays (GC.12/CRP.6). Ce document traitait également de questions centrales relatives à la mise en œuvre de l initiative Unis dans l action, en particulier celles qui concernent l ONUDI. 3. À sa douzième session, la Conférence générale a adopté la résolution GC.12/Res.6, dans laquelle elle a notamment prié le Directeur général de continuer à coordonner et à promouvoir les activités de l ONUDI en relation avec les discussions en cours visant à assurer la cohérence à l échelle du système des Nations Unies aux niveaux mondial, régional et des pays; et de tenir les organes directeurs de l ONUDI informés des résultats des discussions sur la cohérence à l échelle du système des Nations Unies et ses implications pour l ONUDI. Le présent document met à jour les informations fournies dans le document GC.12/CRP.6 et rend compte des résultats du dialogue de haut niveau sur la cohérence à l échelle du système, organisé par l ONUDI les 4 et 5 mars 2008 à son siège à Vienne. I. Faits nouveaux concernant la cohérence à l échelle du système 4. Pour s assurer que son appui au processus de cohérence à l échelle du système reste conforme aux politiques des États membres, l ONUDI a continué de suivre les faits nouveaux concernant le processus consultatif intergouvernemental sur ce sujet. 5. Le 7 février 2008, l Assemblée générale des Nations Unies a lancé un nouveau cycle de consultations sur la cohérence à l échelle du système sous la coprésidence de l Ambassadeur Augustine Mahiga (République-Unie de Tanzanie) et de l Ambassadeur Paul Kavanagh (Irlande). 6. Les États membres se sont félicités de l approche pragmatique et empirique suggérée par les nouveaux coprésidents, ainsi que de leur proposition de promouvoir une approche qui parte de la base dans la recherche des moyens visant à rendre l action des Nations Unies plus cohérente et plus efficace. Le fait de tirer des leçons du terrain a été considéré comme un moyen raisonnable d éviter la politisation des consultations. La fragmentation et le caractère imprévisible des ressources autres que les ressources de base ont été identifiés comme étant responsables des insuffisances du système des Nations Unies. Partant, afin de garantir le succès des activités opérationnelles de développement des Nations Unies, on a jugé qu il était indispensable de disposer d une base de financement élargie permettant de s assurer des ressources de base suffisantes, prévisibles et disponibles en temps utile. La course aux ressources que mènent les organismes des Nations Unies et la 2

3 fragmentation qui en résulte doivent être abordées, et il a été suggéré d entamer des discussions sur un mode de financement centralisé. Des préoccupations ont en outre été exprimées quant à l éventualité de nouvelles conditionnalités de l aide au développement, qui ne seraient pas acceptables pour les pays en développement. 7. Les États membres ont également attiré l attention sur la nécessité de renforcer le rôle du coordonnateur résident de manière adéquate et de garantir sa neutralité. L appropriation et l impulsion nationales, ainsi qu une approche unique c est-à-dire des activités de coopération pour le développement qui répondent aux besoins, priorités et conditions spécifiques de chaque pays sont considérées comme des préalables pour garantir le succès de l initiative Une ONU au niveau des pays. Il faut de toute urgence donner plus de souplesse aux projets pilotes de l initiative Une ONU pour leur permettre d expérimenter et de faire des apports positifs au processus de cohérence à l échelle du système. La cohérence n est qu un moyen, la fin étant de rendre le système des Nations Unies plus efficace. L objectif ultime est de garantir l efficience et l efficacité de l aide fournie pour mieux répondre aux besoins des pays en développement, réduire les coûts de transaction et rationaliser les modalités de communication de l information. La cohérence ne doit pas être considérée comme une nouvelle possibilité de réduire les coûts. Ainsi, toutes les économies réalisées devraient être réinjectées dans les activités de développement. 8. On a également souligné qu il était important de progresser sur le front de l égalité des sexes et de l autonomisation des femmes en vue d atteindre les objectifs de développement convenus à l échelon international, y compris les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Si l on veut que l Organisation des Nations Unies joue pleinement son rôle dans la réalisation des OMD, il faudra inévitablement apporter des changements et plus de cohérence à l échelle du système, dans le cadre de l objectif plus général de l efficacité de l aide. Le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) et le Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD) sont considérés comme pouvant aider les différentes composantes du système des Nations Unies à accroître leur capacité collective de relever les nouveaux défis de manière cohérente. L inclusion du GNUD en tant que troisième comité de haut niveau au sein du CCS devrait améliorer la coordination interinstitutions. Les questions de chevauchement et d efficacité de la coordination interinstitutions au sein du système devront être examinées plus avant. L harmonisation des pratiques commerciales du système des Nations Unies à l échelle des pays est essentielle. Des pratiques commerciales et une gouvernance harmonisées et simplifiées sont également cruciales pour améliorer le fonctionnement du système de développement des Nations Unies au niveau central. 9. Les deux coprésidents ont indiqué qu ils entendaient continuer à engager des consultations bilatérales et autres et à présenter un programme de travail dans de brefs délais. Ils se rendraient en visite dans les quatre pays pilotes suivants de l initiative Une ONU : Cap-Vert, Mozambique, République-Unie de Tanzanie et Viet Nam, et assisteraient à la conférence sur les prochaines étapes de la cohérence à l échelle du système des Nations Unies, organisée par l ONUDI à Vienne les 4 et 5 mars Des consultations informelles sur l initiative Une ONU se tiendraient au cours de l Assemblée générale les 17 et 18 mars En outre, une réunion d information sur les travaux du CCS dans le domaine de la cohérence au plus haut niveau serait organisée en avril Les deux coprésidents comptent présenter leur rapport au Président de l Assemblée générale en juin

4 10. L adoption de la résolution de l Assemblée générale A/RES/62/208 sur l examen triennal complet des activités opérationnelles de 2007 et le lancement des huit projets pilotes de l initiative Une ONU ont été considérés comme des faits nouveaux importants qui donnent une impulsion nouvelle à la cohérence à l échelle du système. Cette résolution constitue le cadre politique convenu au niveau intergouvernemental pour traiter des activités opérationnelles de développement des Nations Unies, et elle contient de nombreux éléments relatifs à la cohérence à l échelle du système. Parallèlement, l inventaire mené dans les pays pilotes à la fin de 2007 fait état de progrès encourageants dans la recherche de la cohérence à l échelle des pays. 11. À la réunion conjointe des conseils exécutifs du PNUD, du FNUAP, de l UNICEF et du PAM en janvier 2008, les délégations ont reconnu que les projets pilotes avaient contribué de manière positive à aligner davantage les priorités nationales et à assurer une plus grande cohérence au sein du système des Nations Unies. Elles ont souligné qu il était important d adopter une approche nationale, adaptée et souple pour intensifier les efforts visant à atteindre les objectifs de développement convenus au niveau international. Elles ont également indiqué qu il était nécessaire de réinvestir les ressources économisées dans des programmes et de réduire les coûts relatifs à la communication de l information et les charges administratives. De nombreuses délégations ont mis en garde contre une adoption trop rapide d un modèle particulier pour l initiative Unis dans l action, et affirmé que la cohérence était davantage un moyen d atteindre l efficacité qu une fin en soi, et que des alternatives étaient toujours à l étude dans le cadre d autres forums internationaux. Elles ont souligné que la recherche de la cohérence devait relever des pays et faire valoir que les ressources ne devraient pas être redistribuées sur la base des premières expériences des projets pilotes, mais qu elles devraient continuer à être réparties sur la base de formules et de principes convenus au niveau multilatéral. 12. Au niveau interinstitutions, les groupes de gestion et de programme du GNUD ont tenu une réunion le 4 février 2008 pour examiner les rapports de synthèse des pays pilotes et discuter de la création d un groupe consultatif du GNUD qui sera chargé de conseiller la présidence du GNUD sur les questions relatives à l application de la résolution sur l examen triennal complet des activités opérationnelles, à la gestion du système de coordonnateurs résidents et au mécanisme de coordination du GNUD. Les participants ont noté les progrès réalisés au cours de la première année de pilotage de l initiative Unis dans l action, notamment en ce qui concerne le sens plus élevé de l appropriation et de l impulsion nationales, l alignement plus étroit des programmes et des projets des organisations participantes sur les plans et priorités des pays, la coordination accrue des donateurs et l amélioration de la compréhension mutuelle entre les organismes participants du système des Nations Unies. Ils ont également examiné la proposition concernant la composition du groupe consultatif du GNUD et ont noté trois options possibles: inclusion de tous les membres du GNUD, consultation de tous les membres du GNUD par le président sur une base aléatoire; ou maintien de la structure actuelle du Comité exécutif, composé des chefs du PNUD, de l UNICEF, du FNUAP et du PAM. La décision finale quant à l option retenue sera prise par le CCS en avril L ONUDI a poursuivi son étroite collaboration avec ses partenaires du système des Nations Unies en vue d améliorer la cohérence dans ses domaines d activité. La mise en place en octobre 2007 du réseau du CCS sur les capacités commerciales et 4

5 productives, composé de la CNUCED, de l ONUDI, de l OMC, de la FAO, du Centre du commerce international, du PNUD et des commissions régionales, a offert une plate-forme interinstitutions pour mettre en évidence l importance du commerce et des capacités productives dans l action du système des Nations Unies et pour promouvoir une plus grande cohérence entre les organismes du système qui interviennent dans ces domaines. Les organismes des Nations Unies concernés ont commencé à promouvoir une programmation conjointe dans un certain nombre de pays pilotes, dont le Cap-Vert, le Mozambique, l Uruguay et le Viet Nam, et elles s emploient actuellement à élaborer une formation conjointe pour sensibiliser les coordonnateurs résidents aux questions des capacités commerciales et productives et au rôle des organismes des Nations Unies dans ce domaine. 14. En relation avec les travaux du réseau du CCS sur les capacités commerciales et productives, il existe un groupe de travail interinstitutions sur l efficience et l intégration des marchés dirigé par l ONUDI, sous les auspices du Comité de haut niveau chargé des programmes du CCS. Ce groupe de travail a été chargé d élaborer un guide documentaire complet sur qui fait quoi, pour qui et comment dans le renforcement des capacités commerciales. Ce guide documentaire est maintenant terminé et a été présenté à la quinzième session du Comité de haut niveau chargé des programmes à Rome, les 13 et 14 mars 2008, pour approbation et transmission au CCS en avril Les membres du Comité ont félicité l ONUDI pour cette publication. Vingt et un organismes du système des Nations Unies et cinq organes interinstitutions ont contribué à l élaboration de ce guide documentaire qui donne une description claire et complète de la vaste gamme de services d appui relatifs au commerce qu offrent différents organismes du système. La description détaillée permet de mieux définir et de différencier ces services et d identifier les opportunités d initiatives et d activités conjointes. Le guide cherche également à promouvoir une approche commune du renforcement des capacités commerciales au sein du système des Nations Unies tout en offrant au système de coordonnateurs résidents et aux équipes de pays des Nations Unies des données complètes sur les capacités et l expertise auxquelles on pourrait faire appel pour répondre dans les pays aux besoins en matière d appui relatif au commerce. 15. Le Directeur général a convoqué et présidé la première réunion générale d ONU-Énergie au siège de l ONUDI les 25 et 26 février Les tendances actuelles en matière d énergie et de développement durable ont été examinées lors de cette réunion et le programme de travail des deux prochaines années a été défini. Quinze organismes des Nations Unies, y compris des institutions spécialisées, étaient représentés à cette réunion, à laquelle ont également assisté des représentants de l Agence internationale de l énergie (AIE), de l Institut international pour l analyse des systèmes appliqués, de la Fondation pour les Nations Unies, du Fonds de l OPEP pour le développement international, de l Institut international du développement durable (IIDD) et du Partenariat pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique (REEP). Lors de cette réunion, les plans de travail des trois groupes suivants d ONU-Énergie ont été examinés: accès à l énergie, dirigé par le PNUD et le Département des affaires économiques et sociales; énergies renouvelables, dirigé par le PNUE et la FAO; et efficacité énergétique, dirigé par l ONUDI et l AIEA. Il a également été convenu de faire participer ONU-Énergie, par des manifestations parallèles et en la faisant intervenir, comme oratrice ou invitée, à un certain nombre de réunions et de forums internationaux à venir, notamment à la session de fond de 2008 du Conseil économique et social 5

6 (juin-juillet 2008), à l examen des OMD à l Assemblée générale le 25 septembre 2008, à la quatrième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l Afrique à Tokyo (28-30 mai 2008), aux manifestations préparatoires du Sommet du Groupe des Huit de Hokkaido Toyako (7-9 juillet 2008), à la quatorzième et à la quinzième Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques en Pologne (1-12 décembre 2008) et au Danemark en Ces manifestations constituent d excellentes occasions pour ONU-Énergie de rallier les campagnes de sensibilisation collectives, de fournir des conseils d expert et de participer aux délibérations intergouvernementales dans des domaines qui relèvent de sa compétence. 16. S agissant de l emploi des jeunes, il faut rappeler que l ONUDI a organisé une réunion consultative de haut niveau au Ghana en février 2007 pour mieux coordonner les efforts des différents partenaires dans la lutte contre le chômage des jeunes dans les pays de l Union du fleuve Mano (Guinée, Libéria et Sierra Leone) et en Côte d Ivoire. L ONUDI, l OIT, le PNUD, le Bureau des Nations Unies pour l Afrique de l Ouest et le Réseau pour l emploi des jeunes ont dépêché une mission conjointe dans la région de l Union du fleuve Mano en mai-juin 2007, qui s est conclue par la formulation d un projet de programme multipartite pour l emploi productif et décent des jeunes dans l Union du fleuve Mano. À la table ronde de haut niveau qui s est tenue au cours de la Conférence générale de l ONUDI en décembre 2007, les représentants des gouvernements se sont félicités de ce programme qui reconnaissait dans les jeunes une ressource sociale et économique potentielle pour la consolidation de la paix et la stabilité et qui se voulait une stratégie immédiate pour lutter contre la pauvreté des jeunes par le biais d un programme d action directe. Le Gouvernement japonais a alloué 5 millions de dollars au programme, avec pour principal objectif de développer les compétences pour améliorer les possibilités d emploi dans les secteurs à forte demande des entreprises privées et pour promouvoir l emploi indépendant des jeunes. Le programme commencera à être mis en œuvre en avril 2008 en partenariat avec l OIT et le PNUD. 17. Au niveau des pays, l ONUDI a continué à être proactive dans l appui aux processus de coordination des Nations Unies en participant au travail des équipes de pays des Nations Unies, à des groupes et modules thématiques et à des programmes et activités conjoints. Elle a été particulièrement active dans la promotion de partenariats avec les organismes des Nations Unies qui ont des mandats complémentaires. Sa contribution à la cohérence à l échelle du système dans les pays pilotes est présentée dans la troisième section du présent document. II. Dialogue de haut niveau sur les prochaines étapes de la cohérence à l échelle du système des Nations Unies 18. Pour contribuer à améliorer la cohérence à l échelle du système, l ONUDI a organisé un dialogue de haut niveau sur ce sujet les 4 et 5 mars 2008 à son siège à Vienne. Cette réunion visait principalement à mieux comprendre les aspects de la cohérence et de l initiative Unis dans l action relatifs au développement et à identifier les questions et défis principaux, ainsi que les moyens d aller de l avant. 6

7 19. Cette réunion de deux jours a rassemblé plus de trois cents participants, dont la Vice-Secrétaire générale de l ONU et les coprésidents du Groupe de haut niveau sur la cohérence de l action du système des Nations Unies. Ont également participé à cette réunion des représentants de haut niveau des États membres de l ONUDI, y compris les pays pilotes et des pays donateurs, ainsi que de hauts représentants de 16 organismes du système des Nations Unies, le secrétariat du CCS et le Bureau du Groupe des Nations Unies pour le développement. Le dialogue a été organisé en six sessions: session 1 Processus intergouvernemental sur la cohérence à l échelle du système: progrès et prochaines étapes; session 2 Perspectives pour améliorer la cohérence à l échelle du système des Nations Unies; session 3 Garantir une réponse globale et stratégiquement ciblée du système des Nations Unies aux priorités de développement des pays; session 4 Financer les projets pilotes pour améliorer la cohérence; session 5 Consolider le rôle des coordonnateurs résidents; et session 6 Harmoniser les modèles et pratiques commerciaux. 20. Le Directeur général a souhaité la bienvenue aux participants et déclaré que l ONUDI avait décidé d organiser ce dialogue pour mieux comprendre le processus de cohérence à l échelle du système et l initiative pilote Unis dans l action et continuer à contribuer aux efforts en cours pour améliorer la cohérence et obtenir de meilleurs résultats dans le domaine du développement. Il a souligné que le processus de cohérence présentait un enjeu énorme et que, si elle ne parvenait pas à répondre aux grandes attentes suscitées, la famille des Nations Unies risquerait d être marginalisée. Mais la vraie tragédie, a-t-il déclaré, serait de manquer l occasion de faire plus ensemble et de faire une plus grande différence dans la vie des populations pour lesquelles le système des Nations Unies travaille. 21. Dans son discours liminaire, la Vice-Secrétaire générale de l ONU a noté les progrès significatifs accomplis dans le cadre de l initiative Unis dans l action. Elle a souligné les défis qui restent à relever, notamment la lenteur de la réforme et des changements au siège, la nécessité de mettre en place des outils et processus mondiaux pour soutenir et renforcer l efficacité des Nations Unies dans les pays et la nécessité de clarifier davantage les pouvoirs des coordonnateurs résidents et de garantir un esprit de responsabilité mutuelle au sein des équipes de pays des Nations Unies. S agissant des prochaines étapes du processus de cohérence, elle a souligné qu il était important que les organismes du système des Nations Unies collaborent dans la mise en œuvre d un programme unique dans les huit initiatives pilotes et obtiennent des résultats. Le système doit s inspirer des enseignements tirés des initiatives pilotes et les appliquer à d autres équipes de pays, selon que de besoin et à la demande des États membres. Le siège doit soutenir davantage les équipes de pays et leur donner plus de marge de manœuvre pour répondre aux demandes et aux besoins des pays. Il convient en particulier d harmoniser les pratiques commerciales plus rapidement et plus efficacement et de reconnaître le rôle essentiel des organismes spécialisés et des organismes non résidents dans les efforts d ensemble que déploie le système des Nations Unies pour une efficience, une efficacité et une cohérence plus grandes. 22. L Ambassadeur Juan Manuel Gomez Robledo, Vice-Ministre des affaires multilatérales et des droits de l homme au Ministère des affaires étrangères du Mexique, a présidé la session consacrée au processus intergouvernemental sur la cohérence à l échelle du système. Il a rappelé que le rapport et les recommandations du Groupe de haut niveau fournissait un contexte pour les délibérations 7

8 intergouvernementales sur la cohérence à l échelle du système et l initiative pilote Unis dans l action. Il a également mentionné la pertinence d une telle initiative pour un pays comme le Mexique. 23. Dans sa déclaration, l Ambassadeur Paul Kavanagh, Représentant permanent de l Irlande auprès des Nations Unies et coprésident des consultations de l Assemblée générale des Nations Unies sur la cohérence de l action du système, a rappelé l histoire récente des consultations intergouvernementales sur ce sujet et souligné l approche pragmatique, empirique et transparente que les coprésidents entendaient adopter pour faire avancer le processus consultatif. Ils s appuieraient sur les domaines dans lesquels des progrès ont été réalisés, à savoir l initiative Unis dans l action au niveau des pays et l harmonisation des pratiques commerciales au CCS. Les questions du financement, de la gouvernance et de l égalité entre les sexes seraient également abordées. Décrivant la prochaine série de consultations, l Ambassadeur Kavanagh a indiqué que les consultations informelles suivantes étaient prévues: Unis dans l action (28 mars 2008); Financement (7 avril 2008), Gouvernance (17 avril 2008) et, en temps voulu, Égalité entre les sexes. Le Secrétaire général ou son représentant sera invité à tenir les États membres informés des progrès accomplis par le CCS début mai L Ambassadeur Augustine Mahiga, Représentant permanent de la République-Unie de Tanzanie auprès des Nations Unies et coprésident des consultations de l Assemblée générale des Nations Unies sur la cohérence de l action du système, a indiqué que, dans les pays pilotes qu ils avaient visités (Cap-Vert, Mozambique et République-Unie de Tanzanie), des progrès significatifs avaient déjà été réalisés pour avancer le processus Unis dans l action. Il a noté que plusieurs représentants de gouvernements et du système des Nations Unies considéraient désormais que ce processus était irréversible. Maintenant que l initiative pilote entrait dans sa phase de mise en œuvre, il conviendrait que les sièges donnent plus de marge de manœuvre à leurs représentants dans les équipes de pays des Nations Unies. Cette marge de manœuvre s imposait en particulier pour les différents aspects du principe du bureau unique achats, voyages, infrastructure et locaux pour les bureaux, renforcement des capacités nationales pour exécuter/mettre en œuvre des programmes et projets et mise en commun des ressources. Les économies réalisées en améliorant l efficacité opérationnelle devraient être consacrées aux activités de développement. L Ambassadeur Mahiga a souligné que l initiative Unis dans l action devrait ménager un équilibre entre l unité d action des Nations Unies et la diversité du système qui est un formidable atout pour la communauté internationale. Parallèlement, la réforme et le renouvellement du système des Nations Unies ne sauraient aller de pair avec une approche routinière. 25. Des déclarations ont été faites par le Groupe des 77 et la Chine, l Union européenne, le Bélarus, la Colombie, les Pays-Bas et la Suisse sur divers aspects du processus de cohérence à l échelle du système. 26. Les déclarations, présentations et discussions qui ont suivi lors de chacune des sessions ont fait ressortir les points clefs suivants: L objectif stratégique et le caractère intégrateur de la réponse du système des Nations Unies aux plans et priorités nationaux ne sont pas incompatibles. Comme on l a vu avec l application du principe Un programme unique, les deux objectifs ont été atteints pour ce qui est de 8

9 l appropriation du programme par les gouvernements. Les programmes uniques sont désormais plus intégrés et incluent les secteurs du commerce et de la production, l environnement et d autres domaines. Les organismes spécialisés et non résidents participent aussi davantage au processus. L objectif stratégique a aussi été atteint grâce à un alignement plus étroit entre les programmes des Nations Unies et les priorités des pays et les décisions des gouvernements relatives au choix des programmes et projets du système des Nations Unies qui répondent le mieux à ces priorités; Le financement a été un élément central dans la recherche de la cohérence à l échelle du système. Il convient de disposer de ressources adéquates, prévisibles, communes et non affectées à des fins spéciales dans un cadre budgétaire unique ou un fonds unique pour soutenir un programme unique. Si les initiatives pilotes Unis dans l action visent à tirer le meilleur parti des ressources disponibles, on espérait que la partie non financée du programme unique le serait en intégralité, ce qui a amené à se demander dans quelle mesure les activités du système des Nations Unies dans les pays pilotes devraient être regroupées dans un programme unique. Les questions connexes étaient de savoir comment les ressources de base des organismes des Nations Unies devraient être utilisées pour soutenir l initiative Unis dans l action et quel temps il faudrait pour créer un fonds central. Les autres questions consistaient à savoir comment les activités financées par des contributions à des fins spéciales ou spécifiques, des fonds d action générale et des programmes financés au niveau régional qui, de par leur nature même, ne peuvent faire partie d un cadre budgétaire unique ou d un fonds unique, pourraient être incluses dans un programme unique ou un plan unique. Le problème principal est de savoir comment mettre en commun, dans le cadre d un budget unique ou d un fonds unique, des fonds provenant d une multiplicité de sources dont les objectifs diffèrent. Sans mécanisme de financement cohérent pour l initiative Unis dans l action, la mise en œuvre d un programme unique est compromise. Le rôle, la responsabilité et l affiliation organisationnelle des coordonnateurs résidents sont essentiels pour la cohérence à l échelle du système au niveau des pays. Si la compréhension du rôle d un responsable unique va de celui d un président-directeur général à celui d un coordonnateur stratégique, on s accorde sur la nécessité de renforcer la fonction pour que le titulaire devienne un dirigeant visible qui représente l ensemble du système des Nations Unies. Cela n est possible que si l interface entre le système de coordonnateurs résidents et le PNUD est efficace et si le coordonnateur résident est plus comptable devant le système des Nations Unies. Il a également été souligné que le PNUD devait clairement afficher son engagement de se retirer des domaines dans lesquels d autres organismes ont un mandat clair et une expertise. Des progrès ont été observés dans l élaboration de codes de conduite dans plusieurs pays pilotes, la nomination de directeurs pays du PNUD et l évaluation du comportement professionnel des coordonnateurs résidents par les équipes de directeurs régionaux. Toutefois, il reste encore à savoir si les mesures qui ont été prises jusqu à maintenant sont suffisantes pour garantir l indépendance, l impartialité et la responsabilité des coordonnateurs résidents. 9

10 Les différentes pratiques commerciales et administratives du système des Nations Unies demeurent un défi majeur pour la cohérence. Les locaux et services communs étaient déjà gérés avant le rapport du Groupe de haut niveau et certains progrès ont été réalisés dans l harmonisation des pratiques commerciales. Les Normes comptables internationales du secteur public qui seront adoptées en 2010 contribueront à harmoniser de nombreux domaines de responsabilité concernant les finances et la budgétisation. Les activités en cours du Comité de haut niveau sur la gestion du CCS couvrent de nombreux domaines, notamment les achats, la gestion des ressources humaines, les technologies de l information et de la communication, la budgétisation et les finances. Toutefois, l intégration des différents modèles et pratiques commerciaux utilisés par les fonds, les programmes et les organismes spécialisés dans le nouvel environnement des pays pilotes pose encore problème. Une certaine souplesse s impose, en fonction des besoins des pays pilotes et de la nécessité pour le système des Nations Unies d offrir des services au moindre coût. Les pratiques commerciales dans les achats et les ressources humaines doivent être évaluées avec le plus grand soin et en prenant en considération les besoins spécifiques, la spécialisation et les conditions du marché, et un juste équilibre devrait être trouvé entre la centralisation au siège et la décentralisation au niveau des pays. 27. Dans sa déclaration finale, le Directeur général de l ONUDI a rappelé le message du rapport du Groupe de haut niveau concernant la nécessité urgente de réforme de l ONU si l on veut qu elle joue un rôle central dans le contexte actuel de la mondialisation. L Ambassadeur Mahiga a noté que le dialogue était une bonne occasion de s informer sur les progrès réalisés en matière de cohérence à l échelle du système, mais que les enjeux restaient complexes. Il a rappelé aux participants qu il était nécessaire d investir et de réinvestir dans l Organisation des Nations Unies. L Ambassadeur Kavanagh a exprimé ses remerciements pour les discussions et a noté qu il fallait maintenir la dynamique des initiatives pilotes Unis dans l action et indiqué qu il restait optimiste pour l avenir. III. Bilan de la contribution de l ONUDI aux initiatives pilotes Unis dans l action 28. En 2007, tous les pays pilotes de l initiative Unis dans l action ont établi leurs propres versions du programme unique et du cadre budgétaire unique. Dans la plupart d entre eux, le concept du responsable unique avait été défini et des codes de conduite formulés ou signés par les organismes participants du système des Nations Unies. Les pays pilotes pouvant bénéficier d un appui du Fonds PNUD-Espagne pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement ont en outre élaboré des notes conceptuelles et des programmes conjoints pour les différents volets thématiques. En 2008, l accent portera essentiellement sur la mise en œuvre des programmes uniques. On trouvera ci-après un bilan actualisé des initiatives pilotes depuis la publication du document GC.12/CRP.6 en décembre 2007: 10

11 Albanie Le Comité exécutif conjoint Gouvernement albanais/onu a été créé en août 2007 pour superviser la mise en œuvre du programme unique approuvé et signé en octobre Dans le cadre du Fonds PNUD-Espagne pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement, deux notes conceptuelles ont été approuvées pour les volets thématiques Culture et développement, piloté par l UNESCO (3 millions de dollars), et Gouvernance économique, piloté par le PNUD et la Banque mondiale (2 millions de dollars). Une stratégie de communication ONU a été mise au point et une équipe virtuelle de communication du programme unique a été créée. En Albanie, les organismes suivants participent actuellement à l initiative pilote: Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO), Organisation internationale du Travail (OIT), Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture (UNESCO), Organisation mondiale de la Santé (OMS), Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Programme des Nations Unies pour l environnement (PNUE), Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF), Volontaires des Nations Unies, Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM), Organisation internationale pour les migrations (OIM) et Banque mondiale. L ONUDI est convenue avec la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et le Centre du commerce international (CNUCED/OMC) (CCI) d apporter une contribution commune au programme unique et d entreprendre une programmation conjointe dans le domaine du commerce. L inclusion formelle de l ONUDI dans le programme unique est prévue pour le milieu de Cap-Vert Un avant-projet du programme unique pour , établi sur la base d une version plus détaillée du Plan-cadre des Nations Unies pour l aide au développement, , et une stratégie de mobilisation des ressources ont été élaborés et présentés aux organismes participants des Nations Unies pour examen et consultation. En outre, des notes conceptuelles ont été établies pour les volets thématiques du Fonds PNUD-Espagne pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement, Culture et développement et Jeunesse, emploi et migration. Un code de conduite, comportant des principes directeurs pour l équipe de pays des Nations Unies, a été établi, en même temps que le mandat du Comité directeur. Ces documents, ainsi qu un document de stratégie sur le programme Une ONU et le déclassement du Cap-Vert de la liste des pays les moins avancés (PMA), ont été communiqués aux partenaires nationaux et aux organismes participants. Un donateur a fourni 3,5 millions de dollars pour la mise en œuvre du processus de réforme de l ONU au Cap-Vert. Actuellement, les organismes suivants participent à l initiative pilote au Cap-Vert: FAO, OIT, UIT, UNESCO, ONUDI, OMS, CNUCED, PNUD, PNUE, FNUAP, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, HCR, UNICEF, UNIFEM, Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Programme alimentaire mondial (PAM), ONUSIDA, Bureau des Nations Unies pour la coordination de l assistance 11

12 humanitaire à l Afghanistan, Organisation internationale pour les migrations (OIM) et Banque mondiale. Mozambique Un Comité directeur de l initiative Unis dans l action a été créé, et des mécanismes clefs d appui à la mise en œuvre du programme unique (équipe de gestion du programme, équipe de gestion des opérations, Groupe de travail sur la communication, équipe spéciale du programme Une ONU ) ont été mis en place. Le Plan-cadre des Nations Unies pour l aide au développement a été révisé et compte désormais un quatrième volet, axé sur le développement économique. Un cadre de suivi et d évaluation, une stratégie conjointe de mobilisation des ressources, une stratégie conjointe de communication, un projet de mandat pour l équipe de pays des Nations Unies et le coordonnateur résident, ainsi que des principes fondamentaux de gestion, ont en outre été élaborés. Une étude préliminaire de faisabilité sur les options concernant la mise en place de locaux et de plans opérationnels communs a été achevée et communiquée au Gouvernement et aux organismes participants des Nations Unies. Les organismes suivants participent à l initiative au Mozambique: FAO, OIT, UNESCO, ONUDI, OMS, Fonds international de développement agricole (FIDA), PNUD, FNUAP, PNUE, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, HCR, UNICEF, Volontaires des Nations Unies, PAM, CCI (CNUCED/OMC), ONUSIDA, Fonds d équipement des Nations Unies (FENU), UNIFEM, Département des affaires économiques et sociales (DAES), Bureau des Nations Unies pour la coordination de l assistance humanitaire à l Afghanistan, ONUDC et Haut Commissariat aux droits de l homme (HCDH). Pakistan Cinq organes principaux dirigent la phase pilote au Pakistan: l équipe de pays des Nations Unies, les groupes de travail thématiques, l équipe de gestion des opérations, le Groupe des Nations Unies pour les communications et le Comité de haut niveau, présidé par le Ministre des affaires économiques et composé des représentants des ministères chargés de l exécution, des autorités provinciales, des donateurs, des organismes des Nations Unies et des organisations de la société civile. Récemment, une proposition concernant la mise en place de locaux communs sur un terrain donné par le Gouvernement, un plan de travail détaillé pour l harmonisation des pratiques de fonctionnement et une stratégie commune de communication ont été élaborés. Les fonctions et responsabilités de l équipe de pays des Nations Unies ont également été définies et un directeur de pays du PNUD a été nommé. Les organismes suivants participent à l initiative au Pakistan: FAO, OIT, UNESCO, ONUDI, OMS, FIDA, PNUD, PNUE, FNUAP, HCR, UNICEF, PAM, ONUDC, ONUSIDA, UNIFEM, HCDH, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets (UNOPS), Volontaires des Nations Unies et OIM. 12

13 Rwanda Un comité directeur, composé du Gouvernement, des organismes des Nations Unies, des partenaires de développement et de la communauté des donateurs, a été créé parallèlement à d autres mécanismes essentiels de consultation, tels que l équipe de pays des Nations Unies et l équipe de gestion des opérations. Grâce à la coopération entre les organismes participants au niveau décisionnel, une approche sectorielle dans le secteur de la santé a pu être signée avec le Gouvernement et les partenaires de développement. Une stratégie commune de communication a en outre été élaborée et des propositions ont été formulées concernant la mise en commun des services d appui et l harmonisation des procédures. Les organismes suivants participent à l initiative pilote au Rwanda: FAO, OIT, UIT, UNESCO, ONUDI, OMS, FIDA, CNUCED, PNUD, PNUE, FNUAP, HCR, UNICEF, PAM, CCI (CNUCED/OMC), ONUSIDA, UNIFEM, Commission économique pour l Afrique (CEA), FENU, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains et HCDH. République-Unie de Tanzanie En République-Unie de Tanzanie, un comité directeur conjoint Gouvernement/ONU et six instruments principaux chargés de mener la phase pilote ont été mis en place: équipe de gestion de pays des Nations Unies, équipe spéciale conjointe ONU-Gouvernement, équipe de gestion des opérations, Comité interinstitutions du programme, Groupe des Nations Unies pour les communications et Comité consultatif des Nations Unies pour la société civile (UNCSAC). Une stratégie à moyen terme pour le programme unique ( ), incluant une stratégie visant à promouvoir une participation plus efficace et effective des organismes non résidents, et un cadre de suivi et d évaluation sont encore en cours d élaboration. Une stratégie de communication pour le programme unique a été mise au point et une évaluation des besoins en effectifs est en cours. Des progrès ont été réalisés dans la mise en place d un bureau unique, avec des locaux communs pour neuf organismes des Nations Unies à Dar es-salaam, la Maison des Nations Unies qui sera bientôt inaugurée à Zanzibar et qui accueillera huit organismes et des locaux communs à Kigoma. Les organismes suivants participent à l initiative pilote en République-Unie de Tanzanie: FAO, OIT, UNESCO, ONUDI, OMS, FIDA, ONUSIDA, PNUD, PNUE, FNUAP, HCR, Centre d information des Nations Unies, UNICEF, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, PAM, UNIFEM et OIM. La Banque mondiale pourrait participer à un programme commun. Uruguay En Uruguay, un comité directeur a été créé, composé du Gouvernement (Bureau de la planification et du budget Présidence de la République), du Coordonnateur résident et des organismes participants des Nations Unies. L équipe de pays des Nations Unies et les donateurs participant au financement du programme commun donneront des avis au Comité. Neuf programmes conjoints, conformes à différents produits du programme unique, ont été définis par le Gouvernement et seront lancés 13

14 en Un montant de 37,85 millions de dollars a été alloué par le Gouvernement dans le cadre de son budget et dans le cadre de prêts internationaux au titre des ressources à des fins spéciales du cadre budgétaire unique. Les organismes participants en Uruguay sont les suivants: FAO, OIT, UNESCO, ONUDI, Organisation mondiale du tourisme (OMT), FIDA, PNUD, PNUE, FNUAP, HCR, UNICEF, UNOPS, ONUSIDA, Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Commission économique pour l Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), UNIFEM, ONUDC et OIM. Viet Nam L Équipe spéciale nationale tripartite guide le processus au Viet Nam et est composée de représentants des organismes publics de coordination de l aide (GACA), des organismes participants des Nations Unies et des donateurs bilatéraux. Les autres mécanismes clefs mis en place pour faire progresser et soutenir la mise en œuvre de l initiative Unis dans l action sont les suivants: équipe de pays des Nations Unies, équipe de gestion des opérations, équipe chargée du suivi et de l évaluation, et équipe chargée de la communication. Les activités relatives à la deuxième phase du plan unique ont débuté en août 2007 et le Gouvernement est convenu que les cinq objectifs originaux du Plan soient légèrement reformulés pour tenir compte des mandats des nouveaux organismes spécialisés participants. Lors de la retraite de l équipe de pays des Nations Unies en décembre 2007, il a été convenu de finaliser la deuxième phase au début de 2008, ainsi qu un plan de gestion du plan unique, pour approbation par le Gouvernement. En outre, des critères de succès ont été définis et acceptés par le Gouvernement, les organismes des Nations Unies participants et les donateurs. En ce qui concerne le suivi et l évaluation, un groupe de travail interinstitutions a été mis en place et un cadre a été élaboré, sur la base des systèmes et des outils de suivi et d évaluation dont disposent le Gouvernement et l ONU, pour fournir des informations actualisées et fiables sur les progrès accomplis et les difficultés rencontrées. Dans ce contexte, une mission indépendante chargée par le Groupe des Nations Unies sur l évaluation d étudier l évaluabilité de l initiative pilote a examiné les indicateurs du processus en novembre Lors de la retraite de l équipe de pays des Nations Unies en décembre, un code de conduite et le mandat de l équipe de pays des Nations Unies ont été définis. Un plan d action relatif aux services communs et les mesures concrètes à prendre pour la mise en place d une Maison des Nations Unies écologique à Hanoi ont été élaborés. On a également achevé l harmonisation des normes UE-ONU relatives aux coûts en vue de la mise en application de l Engagement de Hanoi. Les lignes directrices harmonisées pour la gestion des programmes et des projets devraient être finalisées dans le courant de 2008 et s appliqueront dans un premier temps aux organismes résidents du Comité exécutif. À compter de 2010, ces lignes directrices seront applicables à tous les organismes des Nations Unies qui participent à l initiative pilote au Viet Nam: FAO, OIT, UNESCO, ONUDI, OMS, FIDA, PNUD, FNUAP, UNICEF, UNIFEM, ONUSIDA, Volontaires des Nations Unies, ONUDC et Conférence des Nations Unies sur les établissements humains. 14

15 IV. Incidences et défis pour l ONUDI 29. L ONUDI s est employée de sa propre initiative à faire avancer la cohérence à l échelle du système des Nations Unies, notamment par sa participation active aux organes de coordination interinstitutions, sa contribution à la cohérence au niveau des pays, la promotion de la coordination dans ses propres domaines d activité et l organisation de manifestations telles que le dialogue sur les nouvelles étapes de la cohérence à l échelle du système des Nations Unies. Elle a accompli des progrès importants en faisant intégrer ses activités dans le Programme unique ou le Plan unique dans les huit pays pilotes. Dans le cadre de sa participation active à l initiative Unis dans l action, elle a poursuivi sa collaboration avec les partenaires en vue de l adoption d une approche commune ou complémentaire des autres aspects du processus de cohérence au niveau des pays (un responsable unique, un cadre budgétaire unique et un bureau unique). 30. L initiative contribue clairement à promouvoir une action commune du système des Nations Unies au niveau des pays. Cependant, un certain nombre de questions et de difficultés doivent être résolues si l on veut que l ONUDI maintienne son engagement en amont et apporte une contribution constructive à la cohérence à l échelle du système. Les plus importantes sont les suivantes: Répondre à la demande accrue de coordination: L initiative pilote Unis dans l action a exigé un investissement énorme en temps de la part des fonctionnaires tant au siège que dans les bureaux extérieurs. Les retraites des équipes de pays des Nations Unies et les réunions de coordination interinstitutions se sont multipliées et le nombre de documents exigeant un examen approfondi a considérablement augmenté. L initiative Unis dans l action passant au stade de l exécution, il y aura probablement des dépenses supplémentaires de coordination liées à la gestion, au suivi et à l évaluation de programmes et de projets conjoints, ainsi qu à la vérification des comptes et à d autres besoins de coordination au sein de l équipe de pays des Nations Unies. Les bureaux extérieurs de l ONUDI auront davantage de fonctions et de responsabilités de coordination, en particulier lors de la mise en œuvre des programmes conjoints qui constituent le Programme unique. Des ressources humaines supplémentaires pourraient être nécessaires sur le terrain. Là où l Organisation n est pas présente sur le terrain, la création d un comptoir de l ONUDI ou le recrutement et la formation d un ou de plusieurs experts nationaux pourraient être nécessaires pour coordonner les activités de l Organisation et des autres organismes des Nations Unies. Par ailleurs, la participation de l ONUDI à l élaboration de plans-cadres des Nations Unies pour l aide au développement dans une quinzaine de pays en 2008 et une vingtaine en 2009, dont bon nombre tireront probablement parti des enseignements de l initiative Unis dans l action dans les pays pilotes, entraînera pour le personnel un surcroît d heures de travail. L ONUDI devra probablement trouver des ressources supplémentaires, pour ne pas consacrer à ces tâches le personnel déjà affecté à d autres activités prioritaires tout aussi pressantes. Dans le contexte d un budget à croissance nulle, cette question mériterait d être examinée de très près par la direction et les États Membres. 15

16 Sauvegarder le mandat et l expertise de l ONUDI: Le renforcement du rôle du Coordonnateur résident en tant que responsable de l équipe de pays des Nations Unies est l un des piliers fondamentaux de l initiative Unis dans l action. Il soulève cependant des questions importantes en ce qui concerne la représentation, l établissement de priorités et l affectation de ressources au sein de l équipe. En sa qualité de responsable unique, le Coordonnateur résident est chargé d assurer le positionnement stratégique de l ONU dans le pays et de s exprimer au nom des organismes des Nations Unies participants. Il joue en outre un rôle de chef de file pour imprimer une forme au Programme unique et lui affecter des ressources, et rappelle aux membres de l équipe de pays des Nations Unies les résultats et aboutissements convenus dans le Programme unique auxquels ils sont tenus. La capacité des coordonnateurs résidents à diriger efficacement les équipes de pays dépend toutefois de leur indépendance et de leur impartialité. La plupart des coordonnateurs résidents sont également représentants résidents du PNUD et, comme le PNUD gère le système de coordonnateurs résidents, on craint qu il n y ait un conflit d intérêts, ce double rôle joué par les coordonnateurs résidents. Cependant, le PNUD a commencé à installer un pare-feu institutionnel, notamment en nommant, dans un certain nombre de pays, des directeurs de pays du PNUD qui sont chargés des programmes du PNUD, ce qui permet aux coordonnateurs résidents de se consacrer principalement à leurs fonctions de coordination. Pour l ONUDI et les autres organismes des Nations Unies présents dans le pays, la mise en place d un pare-feu institutionnel efficace sera déterminante pour garantir le respect de son mandat et de son expertise dans le cadre de l action menée par le système des Nations Unies pour répondre aux priorités nationales. L Organisation suivra de près la mise en place de ce pare-feu et continuera d œuvre de concert avec les partenaires du système des Nations Unies pour garantir le fonctionnement efficace du système de coordonnateurs résidents. Adapter les modalités de fonctionnement de l ONUDI aux besoins des pays pilotes: Un des enseignements majeurs de l expérience menée dans les pays pilotes est qu il est difficile d harmoniser les pratiques et procédures de fonctionnement des organismes participants des Nations Unies. En sa qualité d institution spécialisée, l ONUDI fournit ses compétences techniques depuis le siège, et un appui administratif et en matière de gestion par l entremise des fonctionnaires en poste dans les bureaux extérieurs. Par ailleurs, les fonds et programmes des Nations Unies sont pour la plupart présents sur le terrain et fournissent un appui fonctionnel et en matière de gestion sur le terrain. De plus, ils harmonisent de plus en plus leurs lignes directrices de gestion des programmes et des projets, ainsi que de leurs politiques et procédures administratives. L ONUDI et d autres institutions spécialisées appliquent d autres pratiques de fonctionnement fondées principalement sur les politiques et règles d application adoptées par leur organes directeurs. Elles sont en outre tenues de se conformer aux lignes directrices et aux conditions imposées par les donateurs pour exécuter les programmes et les projets qu ils financent. Tous ces facteurs ont parfois donné l impression que les sièges des institutions spécialisées mettaient du temps à donner une marge de manœuvre à leurs représentants sur le terrain 16

17 dans les pays pilotes. L ONUDI doit revoir rigoureusement ses règles et règlements pour déterminer dans quelle mesure elle pourrait les harmoniser ou les adapter à celle des autres organismes du système des Nations Unies. Intégrer les activités de l ONUDI financées par des fonds mondiaux et régionaux dans les programmes uniques : Une des principales difficultés que rencontrent les institutions spécialisées comme l ONUDI consiste à savoir comment intégrer leurs activités financées par des fonds mondiaux et régionaux (FEM, Protocole de Montréal, Union européenne) dans les programmes uniques élaborés au niveau des pays. Les fonds mondiaux définissent un ensemble de priorités qui ne coïncident pas souvent avec les priorités définies au niveau national. De même, certains programmes régionaux de l ONUDI, notamment ceux concernant le renforcement des capacités commerciales, prévoient des activités au niveau des pays qui ne peuvent être facilement intégrées dans les programmes uniques. Par voie de conséquence, il n est pas facile non plus d intégrer ces fonds mondiaux et régionaux dans le cadre budgétaire unique. Une solution viable à ces problèmes devra être élaborée par le siège et les équipes de pays des Nations Unies dans les pays pilotes, en étroite coopération avec les gouvernements hôtes et les donateurs. V. Mesures que doit prendre le Conseil 31. Le Conseil souhaitera peut-être prendre note du présent document et, s il le juge approprié, donner des indications au Secrétariat quant à la poursuite de sa participation au processus de cohérence à l échelle du système. 17

18 Liste des abréviations A AIE AIEA Agence internationale de l énergie Agence internationale de l énergie atomique C CCI Centre du commerce international CCS Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination CEA Commission économique pour l Afrique CEPALC Commission économique pour l Amérique latine et les Caraïbes CNUCED Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement D DAES F FAO FEM FENU FIDA FNUAP G GACA GNUD H HCDH HCR I IIDD O OIM OIT OMC OMD OMS OMT ONU ONUDC ONUDI ONUSIDA OPEP Département des affaires économiques et sociales Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture Fonds pour l environnement mondial Fonds d équipement des Nations Unies Fonds international de développement agricole Fonds des Nations Unies pour la population Organismes publics de coordination de l aide Groupe des Nations Unies pour le développement Haut Commissariat aux droits de l homme Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés Institut international du développement durable Organisation internationale pour les migrations Organisation internationale du Travail Organisation mondiale du commerce Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation mondiale de la Santé Organisation mondiale du tourisme Organisation des Nations Unies Office des Nations Unies contre la drogue et le crime Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida Organisation des pays exportateurs de pétrole 18

19 P PAM PMA PNUD PNUE Programme alimentaire mondial Pays les moins avancés Programme des Nations Unies pour le développement Programme des Nations Unies pour l environnement R REEP Partenariat pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique U UE UIT UNCSAC UNESCO UNICEF UNIFEM UNOPS Union européenne Union internationale des télécommunications Comité consultatif des Nations Unies pour la société civile Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Fonds des Nations Unies pour l enfance Fonds de développement des Nations Unies pour la femme Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets 19

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/878

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/878 Nations Unies A/AC.105/878 Assemblée générale Distr.: Générale 21 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

Assemblée générale Conseil économique et social

Assemblée générale Conseil économique et social Nations Unies A/66/77 Assemblée générale Conseil économique et social Distr. générale 4 mai 2011 Français Original : anglais Assemblée générale Conseil économique et social Soixante-sixième session Session

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel IDB.38/5- Distr. générale 22 juin 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-huitième session Vienne, 24-26

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

Développement social et humain

Développement social et humain Développement social et humain Les objectifs de travail de ce groupe thématique reposent sur les priorités de l Union africaine et du NEPAD et correspondent aux objectifs du Millénaire pour le développement,

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, octobre 2013 GB.319/PFA/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, octobre 2013 GB.319/PFA/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/PFA/2 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du budget et

Plus en détail

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources Nations Unies DP/2013/7 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui

Plus en détail

EB119/2006-EB120/2007/REC/1 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ CONSEIL EXÉCUTIF CENT DIX-NEUVIÈME SESSION GENÈVE, 6-8 NOVEMBRE 2006 RÉSOLUTIONS

EB119/2006-EB120/2007/REC/1 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ CONSEIL EXÉCUTIF CENT DIX-NEUVIÈME SESSION GENÈVE, 6-8 NOVEMBRE 2006 RÉSOLUTIONS EB119/2006-EB120/2007/REC/1 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ CONSEIL EXÉCUTIF CENT DIX-NEUVIÈME SESSION GENÈVE, 6-8 NOVEMBRE 2006 RÉSOLUTIONS GENÈVE 2007 ABREVIATIONS Les abréviations suivantes sont employées

Plus en détail

Réunion conjointe des Conseils d administration du PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU-Femmes et du PAM 4 février 2013 New York

Réunion conjointe des Conseils d administration du PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU-Femmes et du PAM 4 février 2013 New York Réunion conjointe des Conseils d administration du PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU-Femmes et du PAM 4 février 2013 New York Mettre en œuvre les décisions issues de l'examen quadriennal complet Document

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... Table des matières... Liste des sigles... À propos de la présente édition... Le système des Nations Unies...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières... Liste des sigles... À propos de la présente édition... Le système des Nations Unies... Avant-propos... Table des matières... Liste des sigles... À propos de la présente édition... Le système des Nations Unies... v vii xv xvii xviii I. La Charte, la structure et le système des Nations Unies

Plus en détail

Objectifs de développement durable (ODD) Sélection de ressources en ligne

Objectifs de développement durable (ODD) Sélection de ressources en ligne Objectifs de développement durable (ODD) Sélection de ressources en ligne Le 25 septembre 2015, un nouvel ensemble d'objectifs mondiaux pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité

Plus en détail

Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec

Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec COMMERCE EQUITABLE ET MECANISMES NOVATEURS DE FINANCEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2004/19 Conseil économique et social Distr. générale 26 juillet 2004 Français Original: anglais Pour suite à donner Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

(19 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21)

(19 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21) Document de réflexion (19 octobre 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21) FAO, Rome (Italie), 13-15 novembre 2013 Contexte La Conférence internationale

Plus en détail

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaires

Plus en détail

JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1. RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre

JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1. RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1 RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 NOTE Les cotes des documents

Plus en détail

Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du. PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM

Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du. PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM le 2 février 2015 1. Tirer ensemble des leçons pour renforcer l innovation et mieux

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79*

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79* Nations Unies A/65/L.79* Assemblée générale Distr. limitée 17 juin 2011 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 33 de l ordre du jour Prévention des conflits armés Allemagne, Australie,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CTI(2)/L.1 Conseil économique et social Distr. : Limitée 11 avril 2011 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité du commerce

Plus en détail

Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre

Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre Nations Unies Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre Organisée par les Nations Unies en partenariat avec le Gouvernement suisse Conclusions conjointes des coprésidents

Plus en détail

Langue originale: anglais SC65 Doc. 16.4 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D'EXTINCTION

Langue originale: anglais SC65 Doc. 16.4 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D'EXTINCTION Langue originale: anglais SC65 Doc. 16.4 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D'EXTINCTION Soixante-cinquième session du Comité permanent Genève (Suisse),

Plus en détail

IDB.32/14 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.32/14 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 23 novembre 2006 Français Original: Anglais Conseil du développement industriel Trente-deuxième session Vienne, 29 novembre-1

Plus en détail

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC Deuxième Conférence judiciaire de Malte sur les questions transfrontières de droit de la famille sous les auspices du Gouvernement de Malte en collaboration avec la Conférence de La Haye de droit international

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, J ai l honneur de présenter le rapport du Conseil économique et social pour 2009 repris dans le document A/64/3. La crise financière mondiale

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI WIPO/GRTKF/IC/7/13 ORIGINAL : anglais DATE : 10 septembre 2004 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE RELATIVE AUX

Plus en détail

Appareils technologiques en milieu de travail : 3 e séance

Appareils technologiques en milieu de travail : 3 e séance Appareils technologiques en milieu de travail : 3 e séance Réunion du Comité consultatif sur le cadre d architecture (CCCA) Le 14 mars 2014 1 Ordre du jour HEURE SUJETS PRÉSENTATEURS 13 h à 13 h 10 Mot

Plus en détail

Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT

Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT STRUCTURE DE LA PRESENTATION 1. DIVERSITE ET DIFFERENCIATION DES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

La Belgique aux Nations Unies...

La Belgique aux Nations Unies... La Belgique aux Nations Unies... Bâtir le consensus Agir pour la paix ROYAUME DE BELGIQUE Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement au service de la

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012)

Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012) Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012) NATIONAL PRIORITY OR GOAL: Renforcer la confiance entre gouvernés et gouvernants à travers

Plus en détail

1. Taux de recouvrement des coûts d appui indirects Vue d ensemble et politique en vigueur

1. Taux de recouvrement des coûts d appui indirects Vue d ensemble et politique en vigueur Lutter contre la faim dans le monde Objet Examen du taux de recouvrement des coûts d appui indirects: Note d information sur la question de l utilisation de divers taux Séminaire financier du Conseil d

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES - CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS Introduction 1. Suite à la dixième

Plus en détail

Communiqué final de l Atelier

Communiqué final de l Atelier Projet PD 456/07 Rev.4(F) : Renforcement des capacités à la gestion durable des forêts tropicales ombrophiles et à la conservation de la biodiversité dans les pays du bassin du Congo membres de l OIBT»

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE CEP/AC.13/2005/3/Rev.1 23 mars 2005 ANGLAIS/ FRANÇAIS/ RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT Réunion

Plus en détail

Paris, le 20 décembre 2009

Paris, le 20 décembre 2009 Paris, le 20 décembre 2009 REPONSE A LA CONSULTATION SUR LE LIVRE BLANC DU COMITE DES REGIONS SUR LA GOUVERNANCE A MULTINIVEAUX Think tank européen dédié à la promotion des idées communautaires et de la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/TRANS/WP.24/2015/8 Conseil économique et social Distr. générale 18 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

Étude des activités et des ressources consacrées à la lutte contre les changements climatiques dans le système des Nations Unies

Étude des activités et des ressources consacrées à la lutte contre les changements climatiques dans le système des Nations Unies Nations Unies A/70/627/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 9 mai 2016 Français Original : anglais Soixante-dixième session Point 138 de l ordre du jour Corps commun d inspection Étude des activités

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

I. Contexte général de l Agenda transformatif

I. Contexte général de l Agenda transformatif Réunion consultative informelle sur la mise en œuvre par le HCR de l Agenda transformatif du CPI 7 février 2013 Distr.: Restreinte 1 er février 2013 Français Original : Anglais et Français DOCUMENT D INFORMATION

Plus en détail

NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun

NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun Transformer les zones rurales en Afrique par le développement des compétences, la création

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.3/1994/9 2 mars 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE Session extraordinaire 11-15 avril 1994 Point 3 de l ordre du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2010/AB/L.3 Conseil économique et social Distr. limitée 12 novembre 2009 Français Original : anglais Pour information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN Avril 2014 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC, bras financier de la CEDEAO, est une institution financière internationale appartenant aux 15

Plus en détail

I. Introduction. III. Initiatives concrètes des gouvernements et autres partenaires intéressés. II. Campagne mondiale de sensibilisation

I. Introduction. III. Initiatives concrètes des gouvernements et autres partenaires intéressés. II. Campagne mondiale de sensibilisation Nations Unies A/AC.257/26 Assemblée générale Distr. générale 19 septembre 2001 Français Original: anglais Comité préparatoire de la Conférence internationale sur le financement du développement Reprise

Plus en détail

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat Réunion du Groupe consultatif Montréal, Canada - 12-13 juin 2000 CG/2 L Alliance pour l avenir des villes Projet de texte soumis à la discussion et au débat L ALLIANCE POUR L AVENIR DES VILLES L Alliance

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.2/1994/10 10 février 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE Session extraordinaire 11-15 avril 1994 Point 3 de l ordre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.7/2009/6 Conseil économique et social Distr. générale 29 janvier 2009 Français Original: anglais Commission des stupéfiants Cinquante-deuxième session Vienne, 11-20 mars 2009 Points

Plus en détail

COORDINATION MONDIALE ET SOUTIEN À LA MISE EN ŒUVRE DE L ODD 4 ÉDUCATION Résumé

COORDINATION MONDIALE ET SOUTIEN À LA MISE EN ŒUVRE DE L ODD 4 ÉDUCATION Résumé Conseil exécutif Deux-centième session 200 EX/7 PARIS, le 8 août 2016 Original anglais Point 7 de l'ordre du jour provisoire COORDINATION MONDIALE ET SOUTIEN À LA MISE EN ŒUVRE DE L ODD 4 ÉDUCATION 2030

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE. établie par le Bureau Permanent * * * STRATEGIC PLAN OF THE HAGUE CONFERENCE EXECUTIVE SUMMARY

PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE. établie par le Bureau Permanent * * * STRATEGIC PLAN OF THE HAGUE CONFERENCE EXECUTIVE SUMMARY CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ avril /April 2002 HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW PLAN STRATEGIQUE DE LA CONFERENCE DE LA HAYE SYNTHESE établie par le Bureau Permanent

Plus en détail

Intégration de l urbanisation dans la planification du développement national en faveur de villes inclusives

Intégration de l urbanisation dans la planification du développement national en faveur de villes inclusives Intégration de l urbanisation dans la planification du développement national en faveur de villes inclusives Réunion de groupe d experts 9 et 10 octobre 2017 Addis-Abeba (Éthiopie) Aide-mémoire 17-00679

Plus en détail

Compte rendu de la 27e session de l Assemblée Générale de l ICOM Réunions Internationales des Musées Paris, France, 6 juin 2012

Compte rendu de la 27e session de l Assemblée Générale de l ICOM Réunions Internationales des Musées Paris, France, 6 juin 2012 Compte rendu de la 27e session de l Assemblée Générale de l ICOM Réunions Internationales des Musées Paris, France, 6 juin 2012 Le Président de l ICOM a ouvert la séance en demandant l approbation de l

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2014/22 Conseil économique et social Distr. générale 9 décembre 2013 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-cinquième session 4-7 mars 2014 Point 4 g) de l

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI DEUXIEME VICE-PRESIDENCE Secrétariat Permanent du CNCA RÉUNION DU FORUM STRATÉGIQUE DU GROUPE DE COORDINATION DES PARTENAIRES SUIVI POST-BUSAN Bujumbura, le 28.05.2013 1 Historique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECA/ARFSD/3/WG/INF/1 Distr. générale 5 mai 2017 Français Original : anglais Forum régional africain pour le développement durable : Atelier préparatoire et

Plus en détail

HôtelSomatel, monté aurore, Yaoundé, Cameroun 30 et 31 mai 2016

HôtelSomatel, monté aurore, Yaoundé, Cameroun 30 et 31 mai 2016 SEMINAIRE INTERNATIONAL SUR LE THEME " PROMOTION DES COOPERATIVES DE SANTE EN AFRIQUE, UNE STRATEGIE POUR L ATTEINTE DU TROSIEME OBJECTIFDES OBJECTIFS DU DEVELOPPEMENT DURABLE" Partenaires Conférence Panafricaine

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2013/1** Conseil économique et social Distr. générale 10 décembre 2012 Français Original : anglais Pour suite à donner Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/60/738*

Assemblée générale. Nations Unies A/60/738* Nations Unies A/60/738* Assemblée générale Distr. générale 29 mars 2006 Français Original: anglais Soixantième session Points 55 a) de l ordre du jour Groupes de pays en situation particulière : troisième

Plus en détail

ORDRE DU JOUR ET PROGRAMME DE TRAVAIL PROVISOIRES

ORDRE DU JOUR ET PROGRAMME DE TRAVAIL PROVISOIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE F Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/ Novembre 2015 Original : Français Séminaire de renforcement des capacités

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule : Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

ORDRE DU JOUR PROVISOIRE ANNOTÉ

ORDRE DU JOUR PROVISOIRE ANNOTÉ Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CMRCR/2/EXP/1/Add.1 Août 2012 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Réunion du Groupe d experts de la deuxième

Plus en détail

Assemblée générale Conseil économique et social

Assemblée générale Conseil économique et social Nations Unies A/57/71 Assemblée générale Conseil économique et social Distr. générale 29 avril 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Conseil économique et social Cinquante-septième session

Plus en détail

Document d information n 2

Document d information n 2 Réunion de l Équipe spéciale sur la création d un comité des directeurs africains de l état civil 17-20 octobre 2017 Victoria Falls (Zimbabwe) Document d information n 2 Création d un comité des directeurs

Plus en détail

Réunion Consultative CountrySTAT " En prélude à la 22 ème Session de l AFCAS"

Réunion Consultative CountrySTAT  En prélude à la 22 ème Session de l AFCAS FOOD AND AGRICULTURE ORGANIZATION OF THE UNITED NATIONS Réunion Consultative CountrySTAT " En prélude à la 22 ème Session de l AFCAS" FAO-CCM-8F APERCU DES NOUVEAUX PROJETS CountrySTAT : PHASE II BMGF

Plus en détail

CONCLUSIONS UNIÃO AFRICANA ATELIER REGIONAL POUR L AFRIQUE DU NORD SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME FRONTIERE DE L UNION AFRICAINE

CONCLUSIONS UNIÃO AFRICANA ATELIER REGIONAL POUR L AFRIQUE DU NORD SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME FRONTIERE DE L UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.: (251-11) 55138 22 Fax: (251-11) 5519321 Email: situationroom@africa-union.org, oau-ews@ethionet.et ATELIER REGIONAL

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2004/20 Conseil économique et social Distr. générale 5 janvier 2004 Français Original: anglais Commission de statistique Trente-cinquième session 2-5 mars 2004 Point 5 de l ordre du

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION SUR

DOCUMENT D INFORMATION SUR DOCUMENT D INFORMATION SUR LES PLANS STRATÉGIQUES DE PAYS Consultation informelle 7 décembre 2015 Programme alimentaire mondial Rome, Italie OBJECTIF 1. Le présent document sur l approche de planification

Plus en détail

c) les organisations non gouvernementales (ONG), les organisations communautaires et les organisations bénévoles ;

c) les organisations non gouvernementales (ONG), les organisations communautaires et les organisations bénévoles ; Conseil économique, social et culturel de l Union Africaine ECOSOCC INTRODUCTION L Union africaine, à sa session inaugurale à Durban (Afrique du Sud) en juillet 2002, s est engagée sur la voie de la transformation

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE

L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE L avenir de l accord de Cotonou Le rôle de la société civile dans le futur partenariat ACP-UE La société civile est spécifiquement reconnue en tant qu acteur dans l accord de partenariat de Cotonou (APC).

Plus en détail

13 e Réunion régionale africaine Addis-Abeba, Ethiopie, 30 novembre-3 décembre 2015

13 e Réunion régionale africaine Addis-Abeba, Ethiopie, 30 novembre-3 décembre 2015 ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 13 e Réunion régionale africaine Addis-Abeba, Ethiopie, 30 novembre-3 décembre 2015 AFRM.13/D.8(Rev.) Déclaration d Addis-Abeba Transformer l Afrique grâce au travail

Plus en détail

Forum Régional de l OCDE sur la Facilitation des Echanges. Yaoundé (Cameroun), Septembre 2006

Forum Régional de l OCDE sur la Facilitation des Echanges. Yaoundé (Cameroun), Septembre 2006 Forum Régional de l OCDE sur la Facilitation des Echanges Yaoundé (Cameroun), 27-28 Septembre 2006 SESSION III (TABLE RONDE)- Implications pour les négociations à l OMC : Adapter les engagements aux Capacités

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal EVALUATION FINALE SEN/025 Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Sénégal Programme de Santé de Base dans

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2016/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 7 avril 2016 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2011/1 Conseil économique et social Distr. générale 8 décembre 2010 Français Original : anglais Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.15/2014/L.4/Rev.1 Conseil économique et social Distr. limitée 15 mai 2014 Français Original: anglais Commission pour la prévention du crime et la justice pénale Vingt-troisième session

Plus en détail

QUATRE-VINGT-DOUZIEME SESSION

QUATRE-VINGT-DOUZIEME SESSION Original: anglais 14 novembre 2006 QUATRE-VINGT-DOUZIEME SESSION RELATIONS OIM ONU Page 1 RELATIONS OIM-ONU 1. La question des relations entre l OIM et les Nations Unies s est posée lors de la quatrevingt-quatrième

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 STM POUR DÉCISION

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 STM POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 Commission des réunions sectorielles et techniques et des questions connexes STM POUR DÉCISION

Plus en détail

Une contribution pour protéger la santé humaine et l environnement. Proposition et invitation pour un partenariat de Type 2 de WSSD.

Une contribution pour protéger la santé humaine et l environnement. Proposition et invitation pour un partenariat de Type 2 de WSSD. Partenariat mondial pour le renforcement des capacités pour la mise en œuvre du Système général harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques Une contribution pour protéger la santé

Plus en détail

Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques

Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques Rapport destiné à la deuxième réunion du Comité préparatoire pour l élaboration d une

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2009/AB/L.10 Conseil économique et social Distr. limitée 14 août 2009 Français Original : anglais Pour information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième

Plus en détail

DECENNIE DE L AGRICULTURE FAMILIALE Nourrir le monde, soigner la planète RÉSUMÉ NOTE CONCEPTUELLE

DECENNIE DE L AGRICULTURE FAMILIALE Nourrir le monde, soigner la planète RÉSUMÉ NOTE CONCEPTUELLE DECENNIE DE L AGRICULTURE FAMILIALE Nourrir le monde, soigner la planète RÉSUMÉ NOTE CONCEPTUELLE NOTE CONCEPTUELLE DECENNIE DE L AGRICULTURE FAMILIALE 1. INTRODUCTION ET ANTECEDENTS L Agriculture Familiale

Plus en détail

EXAMEN DES ACCORDS À LONG TERME RELATIFS AUX ACHATS DANS LE SYSTEME DES NATIONS UNIES

EXAMEN DES ACCORDS À LONG TERME RELATIFS AUX ACHATS DANS LE SYSTEME DES NATIONS UNIES EXAMEN DES ACCORDS À LONG TERME RELATIFS AUX ACHATS DANS LE SYSTEME DES NATIONS UNIES Rapport établi par Cihan Terzi Jorge Flores Callejas Corps commun d inspection Genève 2013 Nations Unies Français

Plus en détail

Définition de cibles pour la collecte de fonds et la communication

Définition de cibles pour la collecte de fonds et la communication CI-15/CONF.201/12 5 mars 2015 Point de l ordre du jour soumis à l examen Définition de cibles pour la collecte de fonds et la communication NOTE D INFORMATION RÉSUMÉ À sa 57 e session en 2013, le Bureau

Plus en détail

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Bureau du vérificateur général du Canada N o de catalogue FA1-14/1-2013F-PDF

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail du cadre stratégique et du budget-programme sur sa soixante-quatrième session

Rapport du Groupe de travail du cadre stratégique et du budget-programme sur sa soixante-quatrième session Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 13 mars 2013 Français Original: anglais TD/B/WP/250 Conseil du commerce et du développement Groupe de travail

Plus en détail