Les organisations internationales basées en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les organisations internationales basées en Europe"

Transcription

1 Les organisations internationales basées en Europe Genève [BALLIANA] 22 organisations internationales sont installées à Genève. 154 pays sont représentés, dont 50 sont membres de l OIF (Organisation internationale de la Francophonie). Le statut des langues La plupart des organisations basées à Genève ont adopté le Statut des Nations Unies, qui a déterminé six langues officielles (anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe) et deux langues de travail (anglais et français). Selon une résolution approuvée en iuin 2005, les six langues officielles devraient jouir d un régime de parité absolue, ce qui, pourtant, ne se produit pas toujours dans la réalité. Eliminato: J Eliminato: s avère Expression orale Si le multilinguisme est généralement respecté lors des réunions officielles, grâce à un service qualifié d interprétation dans les six langues officielles, lors des réunions informelles, l anglais acquiert une position dominante, au détriment des autres langues. Le choix de la langue employée dans ces réunions dépend largement du type de réunion (technique ou ordinaire), des intervenants et de l organisation. Eliminato: assume Expression écrite Les documents de travail pour les réunions officielles sont rédigés au moins dans trois langues (anglais, espagnol, français). Tandis que les documents en anglais sont disponibles même un mois avant les réunions, les versions en français et espagnol nécessitent souvent d un délai relativement long. Les documents techniques pour les réunions d experts et scientifiques sont presque exclusivement en anglais. Les réunions ordinaires bénéficient de documents en trois langues (anglais, espagnol, français), mais la qualité des traductions est souvent médiocre. 1

2 Internet Même si la majorité des organisations proposent sur leur site Internet une page d accueil multilingue (de trois à six langues), cette pratique n est généralement pas respectée dans le reste du site. En particulier, les documents non officiels sont, souvent, exclusivement en anglais. Les organisations en détail : ONUG (Office des Nations Unies à Genève) : Le choix de la langue employée dépend de la nationalité du porte-parole. Le français doit souvent reculer au profit de l anglais. L organisation dispose d un site Internet très respectueux du multilinguisme. HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) : La langue anglaise a une position dominante. Le site Internet de l organisation n existe qu en cette langue. CICR (Comité International de la Croix-Rouge) : L usage du français se réduit régulièrement au bénéfice de l anglais. OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) : Les dirigeants de cette organisation se montrent sensibles à l usage du français et respectueux du multilinguisme. Le site Internet de l OIM dispose d une version française complète et détaillée. OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) : Anglais, espagnol et français bénéficient d un régime d égalité. Pourtant, le français et l espagnol doivent faire face à une campagne menée principalement par l Allemagne pour l adoption de l anglais comme unique langue de travail. UIT (Union Internationale des Télécommunications) : Les réunions techniques se déroulent presque exclusivement en anglais. Pour les autres réunions, le choix de la langue dépend grandement des intervenants. CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement) : L anglais est souvent la seule langue utilisée lors des réunions. Le site Internet de l organisation, en revanche, est très complet dans trois langues (anglais, espagnol, français). Les versions française et espagnole, pourtant, ont risqué, en février 2005, d être abandonnées par manque de personnel pour les entretenir. OMC (Organisation Mondiale du Commerce) : L usage du français se réduit de plus en plus, au profit de l anglais. HCDH (Haut Commissariat aux Droits de l Homme) : Dans le site Internet de l organisation, l anglais est dominant. Très souvent, les documents traduits dans les Eliminato: démontrent Eliminato: F 2

3 autres langues de l organisation ne sont accessibles qu en passant par la version anglaise du site. OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : Malgré les efforts pour respecter le plurilinguisme, l anglais est souvent la seule langue de travail. En effet, généralement, les intervenants issus des Ministères de la Santé ne peuvent travailler qu en cette langue. OIT (Organisation Internationale du Travail) : Grâce à l appui du Sénégal, la France a pu imposer un véritable respect du multilinguisme au sein de cette organisation, qui offre aujourd hui un service d interprétation même dans les réunions ordinaires. L analyse du statut de la langue française au sein des organisations internationales basées à Genève a mis en évidence des points très importants : - Le respect du multilinguisme et la défense de la place du français dépendent bien souvent de l initiative de quelques personnes ; - La France est souvent isolée dans son combat pour l usage du français. Le Canada, la Belgique, la Suisse et les pays africains francophones (à l exception du Sénégal, du Maroc et de l Algérie) offrent rarement leur soutien ; - S il est vrai que la pratique du multilinguisme est entravée par les restrictions budgétaires imposées aux organisations, qui pénalisent en premier les secteurs de la traduction et de l interprétation, il faut dire aussi que la politique linguistique tend à favoriser l anglais, considéré comme la seule langue indispensable pour obtenir un emploi aux Nations Unies. Eliminato: 3

4 OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE (ONUG) [GENERALI] L Office des Nations Unies à Genève est le deuxième lieu d affection de l ONU après le siège à New York et il est l un des centres de conférences internationales les plus actifs au monde. L ONUG joue un rôle essentiel pour assurer la paix et la sécurité dans le monde. St ses buts sont : Faire progresser le désarmement ; Défendre et promouvoir les droits de l homme ; Eliminer la pauvreté ; Soutenir le développement durable ; Fournir rapidement des secours humanitaires quand il y a des urgences. Formattato: Interlinea 1,5 righe L ONUG est un centre d échange d informations où chaque année un grand nombre de délégations viennent participent à des échanges bilatéraux, à des réunions intergouvernementales, à des conférences et à d autres manifestations. Ces échanges sont inclus dans les points de presse??? bi-hebdomadaires par le porteparole de l ONUG, qui s exprime en français. Mais la plupart des porte-parole d autres organisations internationales, 14 personnes sur 24, s expriment en anglais et seulement 2 entre eux sont capables de répondre en français ; tandis que les 10 autres porte-parole, même s ils s expriment en français, sont capables de répondre aussi en anglais. Formattato: Colore carattere: Rosso Eliminato: s Eliminato: 10 Eliminato: s Le nouveau site Internet de l ONUG est caractérise par le bilinguisme qui est globalement respecté. 4

5 Comité International de la Croix-Rouge (CICR)) Eliminato: CICR ( [DADDA] Le CICR est une organisation humanitaire basée e Suisse, travaillant dans le monde entier. Formattato: Giustificato, Interlinea 1,5 righe Eliminato: Son statut juridique est particulier ; il s agit, en effet, d un organisme privé à caractère non gouvernemental, qui bénéfice de l immunité de juridiction et de l inviolabilité de ses locaux. Son mandat découle des Conventions de Genève et aussi de ses propres Statuts. Formattato: Tipo di carattere:grassetto Sa mission est de fournir protection et assistance aux victimes civiles et militaires des conflits armés, an agissant de manière strictement neutre et impartiale. En particulier, ses tâches peuvent être ainsi résumées : visiter les prisonniers de guerre ; rechercher les personnes portées disparues ; réunir les familles dispersées ; fournir de l eau potable, des vivres et de l assistance médicale ; promouvoir et surveiller le respect du droit international humanitaire. Le CICR agit dans les situations de conflit armé du monde, en adaptant son réseau de bureaux à l évolution des contextes de violence. En particulier, on peut distinguer : les délégations opérationnelles, qui déploient leur activité dans le domaine de la protection, de l assistance ou de l action préventive ; les délégations régionales, qui couvrent tous les pays qui ne sont pas directement affectées par un conflit armé. En ce qui concerne sa structure interne, l organisation se constitue de trois organes principaux : l Assemblée, qui exerce la haute surveillance de l Institution ; le Conseil d Assemblée, agissant par délégation de l Assemblée ; la Direction, l organe exécutif. 5

6 A l intérieur de cette organisation la place réservée au français est limité. En effet, on parle surtout l anglais pour des raisons d équilibre interne entre les Suisses alémaniques et les Suisses romands qui travaillent au sein de l institution. Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) [DONATI FOGLIAZZA] L Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a comme but de veiller à ce que les droits des créateurs et autres titulaires de droits de propriété intellectuelle soient protégés à travers le monde et à ce que les inventeurs et les auteurs soient aussi reconnus et récompensés pour leur créativité. Cette protection internationale encourage la créativité humaine et assure un environnement stable pour la commercialisation des produits de propriété intellectuelle. L OMPI compte 182 Etats Membres, soit près de 90% de l ensemble des Pays du globe. La naissance de cette organisation remonte à 1893 quand, après la Convention de Paris (pour la protection de la propriété industrielle) et la Convention de Berne (pour la protection des œuvres littéraires et artistiques), se forme une organisation internationale appelée Bureaux internationaux réunis pour la protection de la propriété intellectuelle (plus connue sous le sigle de BIRPI). En 1960 les BIRPI ont déménagé de Berne à Genève et en 1970, à la suite de l entrée en vigueur de la Convention instituant l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, ils deviennent l OMPI et sont l objet de réformes structurelles et administratives. En 1974, l OMPI est devenue institution spécialisée du système des Nations Unies. Objectifs L OMPI met en œuvre, s appuyant sur ses Etats membres et son Secrétariat, un programme de travail riche et varié qui vise : à l harmonisation des législations et procédures nationales en matière de propriété intellectuelle à la prestation de services relatifs aux demandes internationales de titres de propriété intellectuelle à l échange d informations en matière de propriété intellectuelle n 6

7 à l assistance juridique et technique aux pays en développement et à d autres pays au règlement de litiges de propriété intellectuelle d ordre privé et au recours à l informatique pour stocker l information utile en matière de propriété intellectuelle, y avoir accès et l exploiter. Parmi les objectifs stratégiques de l OMPI il est important de considérer : la promotion d une culture de la propriété intellectuelle; il s agit, d une part, d encourager les créateurs et les inventeurs à obtenir, utiliser et céder sous licence des droits et des actifs de propriété intellectuelle et, d autre part, d inciter le public à respecter ces droits et actifs de propriété intellectuelle. l assistance régulière et personnalisée aux Etats membres pour l élaboration de leurs systèmes nationaux et régionaux de propriété intellectuelle, notamment en ce qui concerne l infrastructure juridique, le cadre institutionnel et les ressources humaines l amélioration des systèmes mondiaux de protection en vue notamment de les rendre plus facilement accessibles et plus abordables pour toutes les parties prenantes. Eliminato: a fourniture d une Eliminato: L Eliminato: a fourniture aux Etats membres d une Le rôle du français Le français a traditionnellement une bonne place mais il est en régression. Dans les réunions ordinaires, en effet, des pays comme l Allemagne cherchent à imposer l anglais comme unique langue de travail. Pourtant cela est contre l habitude de l Organisation, qui met à l égalité l anglais, le français et l espagnol. Union internationale des télécommunications (UIT) [DONATI FOGLIAZZA] L Union a été créée au siècle dernier en tant qu organisation internationale neutre pour que les gouvernements et le secteur privé puissent coordonner l exploitation des réseaux et services de télécommunication et encourager le développement des techniques de communication. Le 15 octobre 1947, elle est devenue une institution spécialisée des Nations Unies et son siège a été transféré de Berne à Genève en

8 Parmi les activités de l Union on peut considérer celles de normalisation, qui ont déjà favorisé l expansion de nouvelles techniques telles que la téléphonie mobile et l Internet, et qui servent maintenant à définir les modules de la nouvelle infrastructure mondiale de l information et à concevoir des systèmes multimédias évolués. Parallèlement, l UIT poursuit sa tâche de gestion du spectre afin d assurer le fonctionnement harmonieux des systèmes radioélectriques. En outre, elle contribue à la modernisation rapide des infrastructures de télécommunication dans les pays en développement. En ce qui concerne sa structure, l Union compte trois secteurs Secteur des radiocommunications (UIT-R), Secteur de la normalisation des télécommunications (UIT-T) et Secteur du développement des télécommunications (UIT-T) dont les travaux trouvent leur aboutissement dans des conférences ou réunions au cours desquelles les Membre négocient les accords qui servent de base à l exploitation des services de télécommunication dans le monde. A l intérieur de chaque Secteur il y a plusieurs Commissions d études qui publient chaque année des Recommandations, qui sont des accords librement consentis et n ont pas de caractère obligatoire. L organe suprême de l Union est la Conférence de plénipotentiaires, tandis que l organe directeur est le Conseil. Objectifs Parmi les objectifs principaux de l Union, on considère les suivants : maintenir et étendre la coopération internationale entre tous ses Etats Membres pour l amélioration et l emploi rationnel des télécommunications de toutes sortes encourager et élargir la participation d entités et d organisations aux activités de l Union promouvoir et offrir l assistance technique aux pays en développement dans le domaine des télécommunications et promouvoir également la mobilisation des ressources matérielles, humaines et financières nécessaires à sa mise en œuvre favoriser le développement de moyens techniques et leur exploitation la plus efficace, en vue d augmenter le rendement des services de Eliminato: de 8

9 télécommunication, d accroître leur utilité et de généraliser le plus possible leur utilisation par le public. Le rôle du français En ce qui concerne l usage du français, la Résolution 115, qui a été approuvée lors de la dernière Conférence de plénipotentiaires, qui a eu lieu à Marrakech du 23 septembre au 18 octobre 2002, «décide de fixer au 1 er janvier 2005 la date à laquelle tous les travaux de l UIT se feront dans les six langues officielles et de travail de l Union sur un pied d égalité», y compris, donc, le français. Il semble toutefois que la situation puisse différer selon le type de réunion ; en effet, les réunions techniques sont principalement en anglais, parce qu elles sont normatives, tandis que pour les autres réunions la pratique des langues dépend beaucoup des participants. Eliminato: Eliminato: s Formattato: Centrato 9

10 Eliminato: openhague COPENHAGUE [PACCHIANA] Le français se maintient dans la plupart des agences et organisations internationales de la capitale danoise. La présence de Francophones aide à promouvoir l utilisation de la langue, de même que la présence de l association des fonctionnaires internationaux de Copenhague, qui réunit 70% du personnel français qui travaille dans une organisation international. Ici, le français se trouve en compétition avec l espagnol et, avant, avec l allemand et le russe, langues avec lesquelles les organisations danoises géraient les rapports avec les pays d Europe Orientale et l ex Union Soviétique.???? L utilisation et la diffusion du français est dans les mains des responsables des ressources humaines, qui peuvent ou pas promouvoir la promotion de la langue française. Pour faciliter l apprentissage de la langue, des organisations internationales, dont l Unicef, proposent d organiser des bourses de stage et séjours de formation en France pour le personnel de haut niveau. s Formattato: Colore carattere: Rosso Les organisations : Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF) Fonds des nations Unies pour la population (FNUAP) Agence européenne pour l environnement (EEA) Bureau régional de l Organisation mondiale de la santé (OMS) Eliminato: _ Formattati: Elenchi puntati e numerati Eliminato: _ Eliminato: _ Eliminato: _ Eliminato: _ PNUD, EEA et OMS organisent des cours de français pour leur personnel. 10

11 Agence Européenne pour l environnement Eliminato: : o Langue : celles utilisées dans l Union Européenne o Utilisation : Dans les conseils d administration (3 par an) traductions simultanées en anglais, français et allemand. Dans les réunions informelles : anglais avec documents de travail en anglais et danois. Francophones : bonne présence. Recrutements des fonctionnaires internationaux : 2 langues sont exigées, dont l une doit être l anglais. Traductions : centre de traduction au Luxembourg. Seuls les documents officiels et les résumes sont rédigés en français aussi. Site Internet : multilingue Centre de documentation : dispose de brochures et matériel en français. Eliminato: ment Programme des Nations Unies pour le Développement [VAVASSORI] PNUD signifie Programme des Nations Unies pour le Développement. Dans le bureau du PNUD à Copenhague, on constate une bonne présence des Français, en effet ils se situent en 3 e position. Le statut juridique des langues officielles et de travail est celui des Nations unies ; dans la pratique, mais aussi au cours des assemblées générales et des réunions, l anglais est la seule langue de travail. Bien que le personnel connaisse au moins deux langues et que la direction des ressources humaines finance des cours de français et d espagnol, pour le recrutement et la formation de fonctionnaires internationaux, la maîtrise du français et de l espagnol est un "plus", tandis que ces deux langues, avec l anglais, sont toutes utilisées dans les relations extérieures. Eliminato: f Eliminato: le Eliminato: s Eliminato: s Eliminato: nt 11

12 85% des documents originaux sont rédigés en anglais et des traducteurs, ordinairement intérieurs, sont chargés des traductions en français et en espagnol. Le site Internet est en anglais, mais on peut trouver aussi une page en français. Eliminato: i Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Le bureau régional de l OMS à Copenhague couvre tous les pays d Europe. Les langues officielles et de travail aussi bien dans le statut juridique que dans les faits sont l anglais, le français, l allemand et le russe. On constate une bonne représentation des Francophones. L anglais est la langue de travail. Pour le recrutement des fonctionnaires internationaux, la maîtrise de l anglais est indispensable et pour le personnel recruté localement et le personnel dit «professionnel», la connaissance d autres langues est aussi prise en compte. L anglais est la principale langue utilisée dans les relations extérieures. Tous les documents originaux sont rédigés dans les langues de travail de l OMS, qui dispose aussi d un service de traduction. Le site internet est uniquement en anglais. Eliminato: le Eliminato: soit Eliminato: soit Eliminato: f Eliminato: le Eliminato: c est indispensable Eliminato: le Fond des Nations Unies pour l enfance [PACCHIANA] o Langue : le français est employé dans les relations avec les pays francophones, mais il a la même importance que les autres langues ; la langue de travail principale est l anglais. o Recrutement des fonctionnaires internationaux : 2 langues sont exigées, l une d entre elles doit être obligatoirement l anglais. o Traductions : pour les documents volumineux on utilise des traducteurs extérieurs ; pour les documents quotidiens on a recours aux fonctionnaires francophones de l Unicef. o Site Internet : anglais, mais avec des pages en français. Les documents officiels sont rédiges en français aussi. Eliminato: fait 12

13 Bureau des Nations Unies pour les Projets [VAVASSORI] UNOPS est le Bureau des Nations Unies pour les Projets. Le statut juridique des langues officielles et de travail est celui des Nations Unies ; dans les faits, le français est utilisé avec les pays d Afrique francophone et l espagnol avec les pays d Amérique latine. On compte 2 Français???? e 4????? parlent couramment le français. Bien que le personnel doive connaître l anglais, on insiste sur le français et l espagnol comme «deuxième» langue, mais on ne propose pas de cours de langue. Dans les relations extérieures, l UNOPS utilise l anglais, le français et l espagnol. 50 à 60% des documents originaux sont disponibles en français et en espagnol. Le recours à des traducteurs extérieurs est rare. Le site Internet est uniquement en anglais. L UNOPS dispose d un centre de documentation contenant des brochures sur les fournisseurs, des descriptions de produits, dont quelques-unes en français. Eliminato: u Eliminato: i Bureau Européen des Radiocommunications L ERO est une petite organisation internationale, dont la langue officielle et de travail est uniquement l anglais. En matière de recrutement, l anglais est obligatoire, tandis que la connaissance du français et de l allemand est un «plus». Dans les relations extérieures l ERO utilise seulement l anglais. On ne propose aucune formation linguistique. Le site Internet n a pas de page d accueil en français, mais comporte des liens avec quelques sites français. Eliminato: i 13

14 La Haye [ANESA, CORTINOVIS, PAPALEO, PIROZZI] Les organisations basées à La Haye sont: Tribunal pénal de la ex-youguslavie Cour pénale internationale. Cour internationale de justice Conférence de La Haye de droit international privé Cour permanente d arbitrage La Haye est la capitale mondiale du droit international. Dans les institutions basées à La Haye la langue dominante est certainement l anglais. Eliminato: r LE TRIBUNAL PENAL DE LA EX-YOUGOSLAVIE Il compte 1062 fonctionnaires. Le deux langues de travail sont l anglais et le français, mais certains fonctionnaires ne connaissent pas le français. Eliminato: En ce qui concerne la traduction et l interprétation en français, il y a souvent des retards ou des absences de traduction en français. Cela est causé par des problèmes financiers, mais aussi par des choix politiques. Le site du tribunal pénal de la ex-youguslavie est en anglais et en français, mais certaines décisions du tribunal ne sont publiés qu en anglais et les document sont souvent traduits en retard. Eliminato: LA COUR PENALE INTERNATIONALE Le français est l une des langues officielles et de travail de la Cour. Beaucoup d efforts ont été déployés pour garantir la parité du français et de l anglais, vu que l anglais est la langue dominante au sein de l institution. Eliminato: c 14

15 Le statut juridique des langues officielles et de travail est défini dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, à l article 50, et dans le Règlement de procédure et de preuve. Le Statut de Rome détermine 6 langues officielles : anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe. Eliminato: Eliminato: s Les langues de travail sont l anglais et le français, la Présidence peut autoriser qu une autre langue soit utilisée et la Cour peut autoriser l utilisation d une autre langue dans des situations spécifiques. Eliminato: c Les audiences se déroulent en français et anglais avec traduction simultanée. Les documents internes sont rédigés dans une langue et traduits sur demande du rédacteur ou du destinataire. Eliminato: è La présence de fonctionnaires francophones est de 22%. Recrutement du personnel de la Cour : les compétences requises sont la connaissance du français ou de l anglais, ou des deux langues, et savoir rédiger dans ces langues. La connaissance d une autre langue officielle est considérée un plus. On exige la connaissance des deux langues pour ceux qui travaillent comme traducteurs, interprètes, ou qui ont des contacts avec des personnes extérieures à la Cour. L importance de la maîtrise des langues est telle que la Cour même organise des cours de langues pour ses fonctionnaires. Formattato: Colore carattere: Rosso Eliminato: La connaissance des langues est si importante, Les documents officiels sont traduits dans les six langues officielles de la Cour. Pour ce qui concerne les relations bilatérales avec les Etats, les documents sont rédigés en français (avec les pays francophones, comme l Afrique sub-saharienne), ou l anglais (avec les pays de l Europe centrale et orientale). Le personnel qui s occupe de traduction et interprétation doit savoir le français et l anglais. Les documents originaux rédigés en français sont 25%. L Unité de la traduction française est née avant l Unité anglaise, et a recours plus fréquemment à des traducteurs qui travaillent à l extérieur de la Cour. Le service d interprétation n est pas scindé comme celui de la traduction, donc les interprètes ont tous le français et l anglais Formattato: Colore carattere: Rosso Eliminato: u Eliminato: u Eliminato: é 15

16 dans leur combinaison linguistique. Comme les interprètes sont peu nombreux, on fait appel aussi à des interprètes indépendants. Tandis que toutes les six langues officielles sont interprétées vers le français et l anglais pour les réunions officielles, on décide cas par cas pour les réunions informelles. Eliminato: Pendant Eliminato: s Les documents et les ouvrages en français de la Cour présents dans la bibliothèque, sont environ un quart, mais on enregistre une rareté de l usage du français dans le site web de la bibliothèque, dans le système de bibliothèque intégré pour le personnel et dans le catalogue par sujet. Formattato: Colore carattere: Rosso Eliminato: de la bibliothèque Pour ce qui concerne le site Internet de la Cour, il existe une version en français et une en anglais, et toutes les informations sont accessibles dans les deux langues. Seuls les communiqués de presse sont publiés en même temps dans les deux langues : les autres documents officiels ne sont pas toujours disponibles simultanément en français et en anglais. COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Statut juridique des langues officielles et de travail : d après l article 39 du Statut de la Cour, le français et l anglais sont les langues officielles et de travail. Les parties doivent s accorder sur la langue à utiliser dans les procédures. Lorsque les parties choisissent une langue autre que le français ou l anglais, elles doivent fournir une traduction dans une des deux langues officielles. Emploi dans les faits des langues officielles et de travail : les deux langues sont utilisées dans la rédaction des documents originaux de la Cour dans des conditions de parfaite égalité. Eliminato: Présence et action des Francophones : tous les Etats francophones, qui sont des Membres de l Organisation des Nations Unies et qui acceptent la compétence de la Cour, peuvent participer à des instances devant la Cour. Sur 100 fonctionnaires employés à la Cour, 47 appartiennent aux Etats francophones. Cependant, le choix de la Eliminato: f Eliminato: é 16

17 langue employée dépend des préférences des conseils et avocats engagés par l Etat intéressé. Le bilinguisme est très fréquent. Recrutement et formation des fonctionnaires internationaux : un fonctionnaire de la Cour doit bien maîtriser les deux langues en fonction des tâches demandées. En tout cas, c est la connaissance de l anglais qui est vraiment indispensable pour être employé. Seuls les juges, qui ne sont pas des fonctionnaires, ne doivent pas être bilingues. Aux fonctionnaires est donnée la possibilité d améliorer leurs connaissances linguistiques auprès de la Cour. Langues utilisées pour les relations extérieures de l organisation : dans les relations extérieures la Cour emploie ses langues officielles pour les communications de nature générale sauf que pour les procédures particulières ou influencées par les conseils. Quelques fois les brochures d information sont rédigées dans d autres langues, mais elles sont toujours traduites en anglais ou français Traduction et interprétation : la Cour dispose de dix-huit traducteurs. La plupart d entre eux sont francophones. Parmi eux il y a seulement trois interprètes, dont deux francophones. Des interprètes extérieurs sont appelés en cas de nécessité. L anglais et la français sont utilisés devant la Cour, dans les réunions officielles et privées. Si une autre langue est utilisée. Formattato: Colore carattere: Rosso, Francese Centre de documentation : la bibliothèque de la Cour contient des ouvrages de droit et des dictionnaires techniques tant en anglais qu en français. La production en langue française est de plus en plus inférieure à celle anglaise. Cela dépend de plusieurs facteurs : - la grande exigence de qualité des publications françaises - le coût des publications en France - les investissement inférieur en France dans le marketing. Site Internet de l organisation : le site Internet de la Cour est totalement bilingue. La page d accueil est en français. 17

18 CONFERENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONALE PRIVE et COUR PERMANENTE D ARBITRAGE -Il s agit de deux petites structures qui fonctionnent avec moins de vingt personnes chacune. -Les langues officielles sont le français et l anglais. -Elles n ont pas de traducteurs et/ou interprètes employés à plein temps. -Toutes les deux disposent d un site Internet bilingue. Formattato: Spazio dopo 0 pt 18

19 PARIS [BONACINA] 1. L UNESCO Définition et objectifs. L UNESCO (Organisation des Natione Unies pour l éducation, la science et la culture) est née le 16 novembre 1945 et son siège est à Paris. Cette agence spécialisée des Nations Unies a comme but principal celui de «construire la paix dans l esprit des hommes à travers l éducation, la science, la culture et la communication». Eliminato: s Composition. L UNESCO se compose de trois organes constitutionnels: 1. le Conseil exécutif, qui est, en quelque sorte, un conseil d administration dont la tâche est d étudier le programme de travail de la conférence générale ainsi que les prévisions budgétaires correspondantes. Il assure également l exécution des décisions prises par la Conférence générale. 2. la Conférence générale, qui détermine l orientation et la ligne de conduite générale de l UNESCO. Elle adopte un Programme et un budget pour l UNESCO pour les deux années suivantes: Elle élit les membres du Conseil exécutif et le Directeur général aussi. 3. le Secrétariat qui, par exemple, assure l interprétation dans les langues de travail au sein de la Conférence générale. Eliminato: è 2. LA PLACE DE LA LANGUE FRANCAISE AU SEIN DE L UNESCO. Le français au sein de la Conférence générale de L UNESCO. Le français est l une des langues de travail de la Conférence, avec l anglais, l arabe, le chinois et le russe. Mais les délégués peuvent même utiliser n importe quelle langue, pourvu qu ils fournissent une traduction dans l une des langues de travail. Le français est aussi langue officielle de la Conférence à côté de l anglais, de l arabe, du chinois, de l espagnol, de l hindi, de l italien, du portugais et du russe. 19

20 Le français au sein du Conseil exécutif de l UNESCO Le français, l anglais, l arabe, le chinois, l espagnol et le russe sont les langues de travail du Conseil exécutif Le français au sein du Secrétariat de l UNESCO Seuls le français et l anglais sont les langues de travail du Secrétariat qui, par contre, utilise comme langues officielles l arabe, le chinois et le russe également. L emploi du français dans les documents officiels écrits. Tous les documents produits par l UNESCO sont traduits dans les langues officielles, sauf pour ces documents n ayant pas la vocation d être traduits dans les langues officielles, qui ne sont publiés qu en français ou en anglais. Il le sont d abord en anglais et puis, en français. A ce propos il faut avouer que la situation de la traduction française est assez préoccupante: vu que la plupart des textes sont en anglais, le service de traduction française est particulièrement surchargé, ce qui entraîne des longs délais, même si la qualité des traductions est parfaite. Les documents officiels préparés par volonté du Conseil exécutif ou de la Conférence générale ne sont pas traduits seulement en français, mais aussi dans les autres langues de travail de la Conférence. Par contre, les documents issus du Secrétariat sont rédigés en français ou en anglais. Il faudrait aussi ajouter que même si beaucoup d administrateurs de l UNESCO ont tendance à rédiger spontanément les textes en anglais, ils parlent le français correctement et sont en mesure de tenir une conversation concernant des sujets difficiles en français. L emploi du français dans les traductions orales et/ou dans l interprétation. En général, à l occasion des assemblées générales de l Organisation, les délégations issues des pays membres utilisent le français presque toujours. En ce qui concerne les réunions intergouvernementales qui ne se tiennent pas proprement dans le cadre du Conseil exécutif ou de la Conférence générale, les langues utilisées sont l anglais ou le français. Dans ce cas, la traduction de ou vers les autres langues officielles est réalisée par les délégations intéressées. Eliminato: s Eliminato: seulement Eliminato:, dans un deuxième moment Formattato: Colore carattere: Rosso Formattato: Colore carattere: Rosso n Formattato: Colore carattere: Rosso 20

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI OMPI WO/GA/24/4 Rev. ORIGINAL : anglais DATE : 19 juillet 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI Vingt-quatrième session (14 e session ordinaire)

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122 Par Charles Morgan Lois linguistiques 121 Dans la majeure partie du Canada, les règles linguistiques s appliquent principalement aux institutions gouvernementales

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Jeux Olympiques et paralympiques - Londres 2012

Jeux Olympiques et paralympiques - Londres 2012 Jeux Olympiques et paralympiques - Londres 2012 Dossier de presse LA TRÈS HONORABLE MICHAËLLE JEAN, GRAND TEMOIN DE LA FRANCOPHONIE POUR LES JEUX OLYMPIQUES DE LONDRES EN 2012 ATHÈNES 1896 VANCOUVER 2010,

Plus en détail

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE MÉMORANDUM DE PARTENARIAT RELATIF À L INITIATIVE FRANCOPHONE NATIONALE (2015-2018) DANS LE CADRE DU PROGRAMME «LE FRANÇAIS DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES» L Organisation internationale de la Francophonie

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Cinquante-et-unième session du Comité permanent Bangkok (Thaïlande), 1 er octobre 2004 SC51 Doc.

Plus en détail

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Introduction Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Le Caucus des droits de l homme (Caucus DDH), formé

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg

précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg . Règlement du Tribunal cantonal du novembre 0 précisant son organisation et son fonctionnement (RTC) Le Tribunal cantonal du canton de Fribourg Vu la loi du mai 00 sur la justice (LJ), notamment ses articles

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Генеральная конферeнция 34-я сессия, Париж 2007 г. 大 会 第 三 十 四 届 会 议, 巴 黎,2007 年

Генеральная конферeнция 34-я сессия, Париж 2007 г. 大 会 第 三 十 四 届 会 议, 巴 黎,2007 年 General Conference 34th session, Paris 2007 Conférence générale 34 e session, Paris 2007 Conferencia General 34 a reunión, París 2007 Генеральная конферeнция 34-я сессия, Париж 2007 г. א א א א א א ٢٠٠٧

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRADE/2005/3 14 mars 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE

Plus en détail

QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION

QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION Original: anglais 9 novembre 2007 QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION STRATEGIE DE L OIM Page 1 STRATEGIE DE L OIM I. INTRODUCTION 1. L'objectif du présent document est d'offrir une version claire et définitive

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32)

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Fondé en 1985, le Conseil canadien des archivistes est né d une volonté fédéraleprovinciale de favoriser

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Octobre 2013 CFS 2013/40/10 Rev.1 F COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE MONDIALE Quarantième session Rome (Italie), 7-11 octobre 2013 PROPOSITIONS D'AMENDEMENTS À APPORTER AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CSA ET

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2015/4 Distr. générale 12 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/WG/1/6 ORIGINAL : anglais DATE : 21 avril 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) GROUPE DE

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Équipes mobiles de formation au maintien de la paix

Équipes mobiles de formation au maintien de la paix Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.23 Procédures opérationnelles permaenentes Équipes mobiles de formation au

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Recommandations / Feuille de route Les participants au séminaire sur la mise en œuvre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 28 mars 2012 Français Original: anglais ECE/CES/2012/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixantième

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14)

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14) Aide-mémoire L usage du français dans les ministères et les organismes Objet Régime général Remarques 1 Dénomination (ministère, organisme, entité administrative) Affiches, papier officiel, cartes professionnelles,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Le sport au service de la paix et du développement : Année internationale du sport et de l éducation physique

Le sport au service de la paix et du développement : Année internationale du sport et de l éducation physique Nations Unies A/59/268 Assemblée générale Distr. générale 16 août 2004 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Point 48 de l ordre du jour provisoire* Le sport au service de la paix et du

Plus en détail