RECHERCHE EXPLORATOIRE (2) SUR LES CRITÈRES DE SUCCÈS DES PROJETS DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECHERCHE EXPLORATOIRE (2) SUR LES CRITÈRES DE SUCCÈS DES PROJETS DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES"

Transcription

1 RECHERCHE EXPLORATOIRE (2) SUR LES CRITÈRES DE SUCCÈS DES PROJETS DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Julie Bérubé Programme de maîtrise en gestion de projet, UQO RÉSUMÉ Les critères de succès des projets est un sujet largement discuté dans la documentation en gestion de projet. Or, il n existe pas de recherche sur les critères de succès des projets des petites et moyennes entreprises (PME). Cette recherche exploratoire tente d expliquer l impact des caractéristiques des PME et des caractéristiques des gestionnaires de PME sur le choix des critères de succès des projets pour les PME. Cinquante-deux gestionnaires de PME ont répondu à un questionnaire auto-administré conçu de manière à refléter l importance que les gestionnaires accordent aux différents types de critères de succès des projets. Les résultats obtenus suggèrent que les caractéristiques des PME n ont généralement pas d impact significatif, mais que certaines caractéristiques des gestionnaires ont un impact sur le choix des critères de succès des projets des PME. Cette recherche propose des pistes de recherches futures intéressantes sur les critères de succès des projets des PME.

2 La gestion de projet a émergé comme discipline après la Deuxième Guerre mondiale. Les théoriciens accordent désormais une importance considérable à la gestion de projet pour comprendre les entreprises modernes (Soderlund, 2004). Selon Shenhar, Dvir, Levy & Maltz (2001), sans projets, les entreprises deviendraient peu compétitives et ne survivraient pas à l environnement commercial moderne. Depuis ces quelques décennies, la gestion de projet est un sujet d étude pour plusieurs chercheurs. Selon Artto (2005), la documentation sur la gestion de projet moderne est beaucoup plus axée sur l aspect stratégique de la gestion des entreprises et sur la dépendance entre les projets au sein d une même entreprise. La gestion de projet est en perpétuel changement et la théorie ainsi que la pratique ont évolué grandement lors des dernières décennies (Bryde, 2003). Par contre, la gestion de projet est encore trop axée sur les premières théories élaborées dans ce domaine ; la gestion de projet doit être intégrée de manière stratégique à la gestion des organisations et non reléguée à une gestion de projet strictement axée sur des facteurs observables et mesurables (Artto, 2005). Un des sujet marquant de la gestion de projet est le succès des projets, d ailleurs ce thème a attiré l intérêt de nombreux théoriciens et praticiens (Chua, Kog & Loh, 1999). Le succès est une préoccupation constante pour les gestionnaires de projet (Slevin, Cleland et al. 2000). En effet, théoriciens et praticiens tentent de comprendre et saisir les facteurs et les critères de succès des projets. La communauté scientifique et les gestionnaires de projet ne s entendent pas encore sur une liste fixe de critères de succès pour les projets. Le succès d un projet est difficile à mesurer, parce que le succès est une notion intangible (Chan, Scott & Lam, 2002). Depuis les années quatre-vingt, plusieurs critères de succès ont été proposés pour évaluer les projets. Cette situation nous amène à relever les critères de succès des projets. Je tenterai de relever ces critères de succès dans la première section de cet article, ce qui me mènera à la formulation de la problématique spécifique de la recherche. Ensuite, j émettrai quelques hypothèses permettant de répondre aux objectifs spécifiques de 1

3 recherche. Je présenterai ensuite brièvement la méthodologie utilisée pour tester ces hypothèses. La section suivante sera consacrée à l analyse et l interprétation des résultats. Finalement, j énoncerai les limites et les pistes futures de recherche dans la conclusion de cette recherche. Problématique spécifique Le succès des projets est une préoccupation constante en gestion de projet et malgré cela, ce concept demeure ambigu et sans définition concrète et universelle. Plusieurs concepts sont liés au succès des projets ; les définitions de ces divers concepts seront élaborées dans le cadre théorique de cette recherche. Nous estimons tout de même important de distinguer deux concepts : les critères et les facteurs de succès des projets. Les facteurs représentent un ensemble d éléments qui contribuent à la réussite du projet. Les facteurs ont un rôle dans la réalisation du projet, mais ne permettent pas d en faire l évaluation (Lim & Mohamed, 1999). Les critères de succès des projets, quant à eux, sont la mesure du succès d un projet (Collins & Baccarini, 2004) ; ils sont en quelque sorte l outil d évaluation du projet. Les critères n affectent pas la réalisation d un projet, mais permettent de l évaluer pendant et après sa réalisation. La distinction entre ces deux notions est importante, je me concentrerai sur les critères de succès des projets. Les premiers critères de succès des projets identifiés par les chercheurs furent le respect des échéanciers, du budget et la qualité du produit. Jusqu au début des années quatre-vingt, ces critères semblaient être les seuls à être utilisés et reconnus. Ces critères sont faciles à interpréter ; le respect des échéanciers consiste à réaliser le projet dans les délais prévus initialement. Le respect du budget consiste à ne pas dépasser les budgets établis lors de la phase de planification du projet. Le critère de qualité consiste à réaliser le projet en respectant le niveau de qualité 2

4 voulu. Pour un certain nombre de théoriciens et de praticiens, si un projet respecte les échéanciers, le budget et la qualité, le projet est un succès. Atkinson (1999) a nommé ces trois critères le «triangle de fer». Des chercheurs ont effectué des sondages ou des entrevues et les résultats ont tous démontré que ces critères sont importants pour les gestionnaires de projet. Collins et Baccarini (2004) ont effectué une recherche qualitative et quantitative à propos des critères de succès des projets et parmi les répondants (toutes industries confondues), 84.7 % ont identifié le respect des échéanciers comme un critère de succès, 78 % ont identifié le respect du budget et 55.3 % ont identifié la qualité du produit. Ces trois critères ont été identifiés par le plus grand nombre de répondants. Par contre, certaines recherches ont démontré que ces critères sont importants, mais qu ils ne sont pas les plus importants pour les gestionnaires. White et Fortune (2002) ont administré un questionnaire à des gestionnaires de projet et leurs résultats ont révélé que le respect des échéanciers était le deuxième critère de succès, le respect du budget, le troisième critère et la qualité du produit était le septième critère le plus important selon les gestionnaires interrogés (le critère le plus important est la satisfaction des clients). Wateridge (1997) a effectué une recherche afin de cerner les critères de succès des projets impliquant de nouvelles technologies ; ces résultats ont indiqué que 67 % des répondants considèrent le respect des échéanciers comme un critère de succès de leurs projets, 64 % estiment que le respect du budget est un critère de succès et 49 % considèrent la qualité du produit comme un critère de succès. Wang et Huang (2006) ont également effectué une recherche afin de déterminer les critères de succès des projets des entreprises de construction en Chine. Leurs résultats révèlent que le respect des échéanciers, du budget et la qualité du produit sont des critères de succès des projets, mais que ce ne sont pas les critères les plus importants pour les gestionnaires interrogés. Atkinson (1999) a critiqué la communauté scientifique et les gestionnaires de projet de limiter les critères pour mesurer le succès des projets. Il souligne que la gestion de projet est une discipline 3

5 qui évolue et que de nouveaux facteurs de succès sont identifiés ; les critères de succès devraient refléter eux aussi cette évolution. Atkinson (1999) a expliqué deux types d erreurs possibles, le premier a lieu lorsque les données sont erronées ou lorsque quelque chose est mal effectué. Le deuxième type d erreur se produit lorsque le nombre de données ou de phénomènes sont limités ; lorsque ce type d erreur se produit, certains éléments sont ignorés. Il suggère que le deuxième type d erreur se produit lorsqu on limite les critères de succès des projets au respect des échéanciers, du budget et de la qualité du produit. Les sondages réalisés par d autres chercheurs confirment ce phénomène ; le respect des échéanciers, du budget et la qualité du produit sont effectivement des critères de succès des projets, mais les critères pour évaluer un projet ne doivent pas se limiter exclusivement à ces trois critères. Tuckel et Rom (2001) se sont intéressés particulièrement à la qualité des produits comme critère de succès des projets. Par qualité, ils entendent de rencontrer les exigences du client sans avoir à refaire des tâches pendant l exécution du projet. La satisfaction des clients est donc intrinsèque à leur proposition. D ailleurs, leurs résultats ont indiqué que le but premier d un gestionnaire, est de rencontrer les besoins des clients (Tuckel & Rom, 2001). Ils ont donc conclu que le critère de succès des projets le plus important est la qualité. Leur définition implique deux réalités : ne pas avoir à refaire une tâche et la satisfaction des clients. Plusieurs autres auteurs ont identifié la satisfaction des clients ou autres parties prenantes comme critère de succès des projets (Atkinson, 1999 ; Baccarini 1999 ; Bryde 2003 et 2005 ; Bryde & Robinson, 2005 ; Collins & Baccarini, 2004 ; Kupakuwana & Van der Beg 2005; Wang & Huang, 2006; Wateridge, 1997 ; White & Fortune, 2002). Baccarini (1999) a identifié les parties prenantes d un projet comme l ensemble des individus et des organisations qui sont impliquées dans la réalisation d un projet ou qui peuvent avoir un intérêt dans le projet ou sur lesquelles le projet peut avoir un impact 4

6 positif ou négatif. Baccarini (1999) indique que la satisfaction des parties prenantes est un critère important pour le succès des projets ; il est maintenant dépassé de se baser uniquement sur le triangle de fer pour évaluer le succès d un projet. Des chercheurs ont également effectué des sondages auprès de gestionnaires afin de connaître l importance que ces derniers accordent à la satisfaction des clients/parties prenantes pour évaluer le succès de leurs projets ; les résultats démontrent tous que ce critère est important. Selon le sondage effectué par Bryde (2003), 37 % des gestionnaires ont identifié la satisfaction du client comme le critère le plus important en gestion de projet. Collins et Baccarini (2004), suite à des entrevues ont trouvé que certains gestionnaires de projet considèrent que le critère le plus important est la satisfaction du client et que l ensemble des autres critères découlent de ce critère. De plus, 40.7 % des gestionnaires qu ils ont interrogés ont identifié la satisfaction des clients comme critère de succès pour leurs projets ; 22 % des répondants ont indiqué que la satisfaction des parties prenantes (les répondants ne faisaient pas de distinction entre les différents(es) personnes/groupes impliqués(es) dans le projet) est un critère de succès et 22 % des gestionnaires ont indiqué que la satisfaction de l équipe de projet est un critère de succès de leurs projets. White et Fortune (2002) ont obtenu des résultats similaires à leurs homologues ; selon leur sondage, la satisfaction des clients est le critère le plus important. Wateridge (1997) a obtenu les mêmes résultats ; selon son étude, 87 % des gestionnaires qui gèrent des projets impliquant des nouvelles technologies ont indiqué le respect des exigences du client comme critère de succès de leurs projets. Les gestionnaires qu il a rencontrés ont également indiqué d autres critères de succès en lien avec les parties prenantes : 26 % ont indiqué comme critère de succès la satisfaction de l équipe de projet, 28 % ont identifié la satisfaction des subventionnaires du projet comme critère et 49 % ont précisé que la satisfaction des utilisateurs est utilisée comme critère de succès de leurs projets. Wateridge (1997) a également constaté que dans la plupart des projets considérés comme des succès, on 5

7 retrouve une meilleure concordance entre les critères de succès des utilisateurs et des gestionnaires de projet que dans les projets considérés comme des échecs. Suite à leur recherche sur les critères de succès des projets des entreprises du secteur de la construction en Chine, Wang et Huang (2006) ont déterminé que la relation avec les parties prenantes est le critère de succès le plus important pour ces entreprises. Les entreprises en Chine recherchent ce qu ils appellent la relation/guanxi avec les parties prenantes ; ce type de relation favorise une entente excellente entre les personnes et permet des ententes à long terme (Wang & Huang, 2006). Bryde et Robinson (2005) suggèrent que l importance accordée à différents critères de succès dépend de la partie prenante qui évalue le projet. Il devient donc important de s assurer de satisfaire l ensemble des parties prenantes. Bryde et Robinson (2005) estiment qu il y a une faiblesse dans l évaluation actuelle de la satisfaction des parties prenantes ; la nature des parties prenantes et l environnement dans lequel elles évoluent ne sont pas suffisamment pris en compte. Certains auteurs ont proposé d autres critères ; ces critères n ont pas encore retenu l attention d un grand nombre de chercheurs. Kerzner (1987) a suggéré qu une entreprise doit créer un environnement propice à la gestion de projet ; pour créer cet environnement, deux conditions sont nécessaires : l entreprise doit percevoir un besoin en gestion de projet et on doit retrouver un niveau de connaissance et d expérience en gestion de projet suffisant au sein de l entreprise. Quant au succès des projets, selon Kerzner (1987), les critères sont : le respect du budget, des échéanciers, la qualité, l envergure du projet est maintenue tout au long du projet, les valeurs et cultures entrepreneuriales ne sont pas affectées négativement par le projet et on retrouve une documentation de fin de projet suffisante. Ces critères sont quelque peu différents de ceux retrouvés dans la documentation en gestion de projet ; certains de ces critères ne semblent pas avoir retenu l attention des autres théoriciens. Yang, O Connor et Wang (2006) ont émis 6

8 l hypothèse que certaines entreprises du domaine de la construction emploient de nouvelles technologies afin de diminuer les coûts et les délais. Nous supposons donc que dans l alternative où leur hypothèse est vraie, l intégration de nouvelles technologies deviendrait un critère de succès des projets. Cependant, leurs recherches ont démontré que cette hypothèse et vraie pour les projets de petite et moyenne envergure ; l hypothèse est rejetée pour les projets de grande envergure. Yu, Flett et Bowers (2005) proposent que les critères de succès des projets varient, parce que les théoriciens ne s entendent pas sur la définition du terme projet. Ils soutiennent que deux approches pour définir le terme projet existent ; premièrement, l approche du Project Management Institute (PMI) qui oriente le projet vers le produit et une autre approche qui oriente le projet vers les objectifs. Ces deux définitions apporteraient des critères de succès des projets différents (Yu, Flett & Bowers, 2005). Ces auteurs reprennent aussi l idée que les critères de succès varient selon les personnes impliquées dans l évaluation du projet. Yu, Flett et Bowers (2005) estiment que si le projet génère un bénéfice monétaire pour le client, le projet est un succès. Les critères de succès des projets seraient alors réduits à un calcul mathématique des profits engendrés par le projet pour le client. Les principaux critères utilisés pour mesurer le succès d un projet sont le respect des échéanciers et du budget, la qualité du produit/service, la satisfaction du client et l aspect monétaire du projet (bénéfices). Ces critères de succès des projets sont élaborés sans tenir compte de la taille des entreprises. Ces recherches ont été menées dans des grandes entreprises ou encore, on ne porta pas attention à la taille des entreprises lors de la collecte des données. Je n ai trouvé aucune recherche effectuée au sein de petites et moyennes entreprises. Les PME ne sont pas un modèle réduit des grosses entreprises (Hausman, 2005) ; on ne peut donc pas déterminer systématiquement les critères de succès des projets des PME en se basant exclusivement sur les 7

9 critères identifiés pour les grosses entreprises. Dans le cadre d une recherche précédente, j ai interrogé des gestionnaires de PME afin de connaître les critères de succès des projets qu ils utilisaient (Bérubé, 2006). Certains critères ont été identifiés par les gestionnaires ; ces critères ne correspondent pas toujours avec les recherches effectuées avec des plus grandes entreprises. Les critères étant ressortis comme les plus importants sont la qualité du produit/service, la satisfaction des clients, la profitabilité du projet et la visibilité que le projet apporte à l entreprise. Les critères de respect du budget et des échéanciers ne semblent pas être la plus grande priorité des gestionnaires de projet de ces PME (contrairement aux grosses entreprises). Lors de cette recherche, je n ai pas pu déterminer si le type d entreprise (services vs produits) pouvait influencer sur le choix des critères de succès des projets des PME. Je n ai également pas déterminé si le nombre d années d expérience des gestionnaires et la scolarité de ces dernier pouvaient avoir un impact sur les critères de succès des projets retenus par les gestionnaires. D autres éléments dont je n ai pas tenu compte lors de cette recherche sont l âge des entreprises et la taille des PME. Ainsi, cette recherche a deux objectifs spécifiques : 1. Déterminer l impact que les caractéristiques de l entreprise ont sur le choix des critères de succès des projets des PME Déterminer l impact du type de PME 1.2. Déterminer l impact de l âge de la PME 1.3. Déterminer l impact de la taille de la PME. 2. Déterminer l impact des caractéristiques du gestionnaire quant au choix des critères de succès des projets des PME Déterminer l impact de l expérience du gestionnaire 2.2. Déterminer l impact de la scolarité du gestionnaire. 8

10 Cadre conceptuel Cette étude quantitative comporte trois concepts principaux : les critères de succès des projets, les caractéristiques de l entreprise et les caractéristiques du gestionnaire de l entreprise. Critères de succès des projets des PME J ai expliqué dans la problématique spécifique de cette recherche que la définition du succès d un projet est plurivoque. Cette définition est plurivoque parce que les théoriciens et les praticiens ne s entendent pas sur une liste des critères de succès des projets. De plus, peu de recherches ont été effectuées sur les projets des PME (Bérubé, 2006). Je vais retenir certains critères de succès que j ai trouvés lors d une recherche antérieure sur les critères de succès des projets des PME. Lors de cette recherche, les critères traditionnels de respect du budget et des échéanciers n étaient pas ressortis comme des critères importants pour les gestionnaires des PME. J ai tout de même décidé de retenir ces critères pour cette recherche, car l échantillon lors de la première recherche était plutôt limité, ce qui peut avoir entraîné un biais dans les résultats. J ai décidé de retenir la terminologie de Munns & Bjeirmi (1996) pour représenter le respect des échéanciers, du budget et de la qualité : succès de la gestion de projet 1. Les critères retenus se divisent en quatre dimensions principales : le succès de la gestion de projet, la satisfaction des parties prenantes, la profitabilité du projet et la visibilité apportée à l entreprise grâce au projet (Bérubé, 2006). 1 Munns et Bjeirmi (1996) distinguent le succès de la gestion du projet et le succès du produit. Munns et Bjeirmi (1996) ont défini la gestion de projet comme le processus de contrôle de la réalisation des objectifs du projet. Ce contrôle est effectué à l aide d outils pratiques et de techniques de gestion de projet. Le succès d un projet impliquera des critères mesurant des objectifs et des buts à long terme. Ces critères sont le respect des échéanciers, du budget et la qualité technique du projet. Le succès du produit est plutôt en lien avec la satisfaction de diverses parties prenantes (Munns & Bjeirmi, 1996). 9

11 Les caractéristiques de l entreprise Les caractéristiques de l entreprise représentent les éléments qui distinguent les PME entre elles. Les caractéristiques ne sont pas choisies par le gestionnaire ou les employés ; ce sont des faits ou des réalités propres à l entreprise. Ce concept a trois dimensions : l âge de l entreprise, le type d entreprise et la taille de l entreprise. Les caractéristiques du gestionnaire de l entreprise Il existe plusieurs caractéristiques des gestionnaires ; il existe une panoplie de caractéristiques physiologiques et physiques. J ai décidé de retenir deux caractéristiques pour les gestionnaires : l expérience et la scolarité. Je n ai pas trouvé de recherche portant sur les caractéristiques des gestionnaires et les critères de succès des projets. J ai choisi ces deux caractéristiques parce qu elles me semblent être le plus susceptibles de démontrer un impact sur le choix des critères de succès des projets. Nous relevons des relations directes entre les concepts (c) et les dimensions (d) proposées. J ai illustré à la Figure 1 les relations hypothétiques entre ces dimensions et concepts. Le choix des variables ainsi que les hypothèses sous-tendant ces relations seront expliquées dans la prochaine section. 10

12 H2b H2 Critères de succès (C) H1 Caractéristiques de l entreprise (C) Caractéristiques du gestionnaire (C) H2a Succès de la gestion du projet (d) H1h Taille de l entreprise (d) Expérience du gestionnaire (d) Satisfaction des parties prenantes (d) H1g H1c; H1d Type d entreprise (d) Âge de l entreprise (d) Scolarité du gestionnaire (d) Profitabilité (d) H3 Visibilité (d) H1a; H1b H1e; H1f Figure 1. Modèle conceptuel et hypothèses proposées 2 Choix des variables et hypothèses La variable dépendante dans cette étude est le choix des critères de succès (ainsi que les dimensions qui définissent ce concept). Les entreprises ne retiennent pas les mêmes critères de succès pour leurs projets. Le but de cette recherche est de comprendre l influence de deux 2 L utilisation des couleurs a pour but de rendre la compréhension de la figure plus simple. Les couleurs ne signifient rien quant aux hypothèses sous-jacentes. 11

13 concepts sur le choix des critères de succès des projets. Les variables indépendantes sont les concepts des caractéristiques de l entreprise et des caractéristiques du gestionnaire. Chacun de ces concepts est divisé en dimensions qui influencent le choix des critères de succès des projets. La relation entre les caractéristiques de l entreprise et les critères de succès des projets. Chaque entreprise se distingue des autres entreprises grâce à des caractéristiques qui lui sont propres. Phua (2004) estime que les critères de succès des projets diffèrent selon les entreprises. Elle suggère que les entreprises sont hétérogènes, alors les critères de succès des projets doivent aussi être hétérogènes afin de respecter les caractéristiques de chaque entreprise (Phua, 2004). À l instar de Phua (2004), je juge que les caractéristiques d une entreprise influencent le choix des critères de succès de ses projets. Je crois que l analyse des caractéristiques d une entreprise peut permettre de déterminer les critères de succès qu elle utilisera pour évaluer ses projets ; ceci m amène à la formulation de l hypothèse 1 : Hypothèse 1 : Les caractéristiques de la PME ont un effet sur l importance accordée aux critères de succès des projets. Les dimensions du concept caractéristiques de l entreprise ont selon moi, une influence particulière dans le choix des critères de succès des projets. Une première caractéristique est la taille de l entreprise. Selon moi, certains critères seront jugés plus importants pour les entreprises de plus petite taille : la profitabilité et la visibilité. Je crois que la situation financière des PME de petite taille est plus précaire que les PME de plus grande taille, c est pourquoi la profitabilité des projets revêt un caractère important. Dans le même ordre d idées, le but de ces entreprises est dans la plupart des cas de prendre de l expansion, d où l importance de la visibilité. L inverse est 12

14 aussi vrai, lorsque la PME est plus grosse, ces critères deviennent moins importants. Cela me permet de déterminer les hypothèses 1a et 1b : Hypothèse 1a : La taille de la PME a un effet inverse sur l importance accordée aux critères de profitabilité. Hypothèse 1b : La taille de la PME a un effet inverse sur l importance accordée aux critères de visibilité. Je pense que le même principe s applique pour l âge de l entreprise. En effet, la situation financière est aussi plus précaire pour les PME plus jeunes que pour les PME établies depuis plusieurs années. Ces entreprises ont également besoin de visibilité afin de se faire connaître auprès des clients. Lorsque les entreprises sont en activité depuis plusieurs années, leur situation financière est généralement plus stable et leur réputation est déjà acquise auprès des clients. Hypothèse 1c : L âge de la PME a un effet inverse sur l importance accordée aux critères de profitabilité. Hypothèse 1d : L âge de la PME a un effet inverse sur l importance accordée aux critères de visibilité. J estime qu il est également possible que l âge de la PME ainsi que sa taille aient un effet conjoint sur l importance accordée aux critères de profitabilité et de visibilité. Ainsi, plus une PME est jeune et plus elle est de petite taille, plus l importance accordée aux critères de profitabilité et de visibilité serait grande. Au contraire, une PME plus âgée et de plus grande taille accorderait moins d importance aux critères de profitabilité et de visibilité. Hypothèse 1e : L âge de la PME combiné à la taille de la PME ont un effet inverse sur l importance accordée aux critères de visibilité. 13

15 Hypothèse 1f : L âge de la PME combiné à la taille de la PME ont un effet inverse sur l importance accordée aux critères de profitabilité. J estime que le type d entreprise peut également avoir un impact sur l importance accordée à certains critères de succès des projets. Les entreprises de produits semblent être très axées sur les critères découlant du succès de la gestion de projet (Hughes, Tippett et Thomas, 2004) tandis que les entreprises de services semblent accorder plus d importance au critère de la satisfaction des parties prenantes. Hypothèse 1g : Les PME de services accordent plus d importance aux critères de satisfaction des parties prenantes que les entreprises de produits. Hypothèse h : Les PME de produits accordent plus d importance aux critères du succès de la gestion de projet comparativement aux PME de services. La relation entre les caractéristiques du gestionnaire de la PME et les critères de succès des projets. Je crois que les caractéristiques du gestionnaire de la PME ont un impact dans le choix des critères de succès des projets. Hausman (2005) souligne que dans les PME, les gestionnaires ont un grand impact sur les choix stratégiques de l entreprise. Je suppose donc que les gestionnaires ont un impact important dans le choix des critères de succès que l entreprise utilisera pour évaluer ses projets. Hypothèse 2 : Les caractéristiques du gestionnaire de la PME ont un effet sur l importance accordée aux critères de succès des projets de cette entreprise. 14

16 Les caractéristiques spécifiques des gestionnaires de PME peuvent avoir un impact sur l importance accordée à certains critères. Selon moi, un gestionnaire qui a moins d expérience en gestion sera incité à se baser sur les critères de succès de la gestion de projet. Ces critères sont facilement mesurables (de manière quantitative), je crois que le gestionnaire moins expérimenté trouvera plus facile d évaluer les projets avec ces critères. Hypothèse 2a : Le nombre d années d expérience du gestionnaire de la PME a un effet inverse sur l importance accordée aux critères de succès de la gestion du projet. Selon moi, la scolarité du gestionnaire a également un impact sur le choix des critères de succès des projets. Un gestionnaire qui a un niveau de scolarité plus élevé et qui a suivi des cours en gestion sera probablement incité à choisir des critères de succès différents qu un gestionnaire ayant moins de scolarité. Je crois que le domaine d étude combiné au niveau de scolarité a un effet positif sur l adoption de critères de succès liés à la satisfaction des parties prenantes. Dans la documentation en gestion de projet, la satisfaction des parties prenantes a été identifiée comme critère de succès le plus important par plusieurs auteurs (Collins & Baccarini, 2004; Bryde, 2003; White & Fortune, 2002), je crois donc que les gestionnaires ayant suivi des cours en gestion et possédant un niveau de scolarité élevé accorderont une plus grande importance à ces critères. Hypothèse 2b : Le niveau de scolarité du gestionnaire combiné au nombre de cours de gestion qu il a suivi ont un effet sur l importance accordée aux critères de la satisfaction des parties prenantes. Tel que précisé précédemment, la visibilité qu un projet apporte à une entreprise n a pas été citée par un grand nombre d auteurs comme un critère de succès des projets. J ai donc décidé 15

17 de formuler une hypothèse permettant de mieux comprendre les facteurs qui influencent l importance accordée aux critères de visibilité. Hypothèse 3 : L importance accordée au succès de la gestion de projet, à la satisfaction des parties prenantes et à la profitabilité explique, en partie, les variations de l importance accordée à la visibilité. Méthodologie Stratégie de recherche J ai retenu une approche quantitative pour cette recherche, car le but poursuivi est d expliquer les relations entre les caractéristiques de la PME, du gestionnaire et du choix des critères de succès des projets. La stratégie retenue pour cette recherche quantitative est donc un questionnaire auto-administré. Ce questionnaire est disponible sur un site Internet de gestion de sondage. Ce mode de distribution du questionnaire a été retenu afin de rejoindre un nombre maximum de répondants. Le questionnaire a été construit de manière à représenter l ensemble des concepts définis précédemment (une copie du questionnaire se trouve à l appendice A). Des indicateurs ont été identifiés pour chacune de ces dimensions. Le questionnaire comporte des questions inverses afin de nous assurer que les répondants ont lu l intégralité des questions. Le questionnaire est divisé en cinq sections. Dans la première section, on retrouve des questions liées à la dimension du succès de la gestion du projet. Cette dimension a plusieurs indicateurs dont les trois suivants : le respect du budget, le respect des échéanciers et la qualité technique du projet. Le respect du budget consiste à la capacité de l équipe de projet de respecter le budget du projet tel qu il a été établi à l étape de la planification du projet (Q1.4). Le respect des échéanciers réfère à la capacité de l équipe de projet de réaliser le projet selon l échéancier établi à l étape de la planification du projet (Q1.2). La qualité technique réfère au respect des 16

18 spécifications fonctionnelles du produit ou du service livré par le projet (Q1.1). Les autres indicateurs que nous avons retenus pour cette dimension sont en lien avec le moment d évaluer le projet et de développer les critères de succès (Q2.2) ainsi que l importance accordée à la planification (Q1.3). Munns et Bjeirmi (1996) ont indiqué que les critères de la gestion du projet sont facilement mesurables et que le succès de ces critères est déterminé à la toute fin du projet. La capacité de mesurer les critères (Q2.3) et le moment de déterminer si un projet est un succès (Q2.1 et 2.4) sont dont des indicateurs du succès de la gestion du projet. La deuxième section du questionnaire concerne la dimension de la satisfaction des parties prenantes. Cette dimension a été identifiée par de nombreux auteurs comme composante importante pour le succès des projets. Cette dimension comporte quelques indicateurs dont ceuxci : satisfaction des clients, satisfaction des utilisateurs, satisfaction de l équipe du projet. La satisfaction des clients représente le niveau d appréciation du projet selon les individus ayant commandé et donné les spécifications du projet (Q3.1). La satisfaction des utilisateurs représente le niveau d appréciation du projet des utilisateurs finaux du projet (Q3.2). L utilité du projet est également un indicateur de la satisfaction des parties prenantes (Q3.3). La satisfaction de l équipe de projet quant à elle, représente le niveau d appréciation du projet des individus ayant participé à l élaboration ou la mise en place du projet. Ce niveau d appréciation peut être en lien avec le produit final (Q3.5) ou avec les diverses étapes de la réalisation du projet (Q3.4). Un autre indicateur est le niveau de participation du client dans la réalisation du projet (Q4.1). La troisième section du questionnaire est liée à la dimension de la profitabilité du projet. Cette dimension représente les bénéfices monétaires du projet. La profitabilité d un projet représente les revenus totaux du projet moins les dépenses totales de ce projet. Ce critère de 17

19 succès n a pas retenu l attention de nombreux auteurs, mais lors d une recherche antérieure, ce critère a émergé pour les PME (Bérubé, 2006). Les indicateurs de cette dimension sont plutôt limités. Nous retrouvons premièrement l importance du bénéfice net suite au projet (Q5.1) et deuxièmement, l importance accordée à l aspect monétaire du projet (6.1). La quatrième section du questionnaire concerne la visibilité du projet. Il s agit ici de la visibilité que le projet apporte à l entreprise qui réalise ce projet. Tout comme pour la profitabilité, ce critère n a pas été cité par un grand nombre d auteurs, il semble être plus spécifique aux PME (Bérubé, 2006). La réputation est un indicateur de l entreprise qui consiste à évaluer l image que l entreprise reflète dans son industrie (Q7.1). Dans le cadre d un critère de succès d un projet, la réputation consiste à maintenir ou augmenter le niveau de respectabilité de l entreprise dans son industrie. Cette facette de la visibilité a aussi comme indicateur de ne pas détériorer l image de l entreprise (Q7.6). Un indicateur est également de se démarquer des concurrents grâce au projet (Q7.3) et d améliorer le positionnement de la PME dans son industrie (Q7.5). La publicité comme critère de succès d un projet consiste à attirer de nouveaux clients grâce à la notoriété acquise par ce projet. Nous retrouvons l indicateur d attirer de nouveaux clients pour l entreprise (Q7.2) et de conserver les clients actuels (Q7.4). Finalement, la dernière section du questionnaire concerne les questions sociodémographiques. Ces questions sont en lien avec les concepts de caractéristiques de l entreprise : âge de l entreprise (Q10.1), le type d entreprise (produits ou services) (Q8) et la taille de l entreprise selon le nombre d employés (Q9). Cette section du questionnaire comporte aussi les questions liées au concept de caractéristiques du gestionnaire : l expérience à titre de 18

20 gestionnaire de PME (Q10.2) et le niveau de scolarité le plus élevé terminé (Q11), ainsi que le nombre de cours suivi en gestion (Q12). Collecte des données Le questionnaire a été distribué par l entremise d Internet, ce mode de distribution du questionnaire permet de rejoindre un grand nombre de répondants à peu de frais. L adresse Internet donnant accès au questionnaire était envoyée par courriel et les répondants pouvaient répondre au questionnaire à partir de leur ordinateur personnel. Cette méthode me permettait de limiter les coûts d administration du questionnaire et de réduire le temps de collecte des données. Le questionnaire était programmé de manière à obliger les participants à répondre à toutes les questions d une section pour accéder à l autre section du questionnaire. Le questionnaire était également programmé de manière à empêcher qu une adresse IP accède plus d une fois au questionnaire. L échantillonnage visait des gestionnaires de PME. Les critères retenus pour définir une PME sont ceux proposés par Statistique Canada (2001) : le nombre d employés est inférieur à 500 et le chiffre d affaires annuel est inférieur à 50 millions. J ai envoyé le lien de l adresse Internet menant à mon questionnaire à l ensemble de mes contacts en leur demandant de le faire parvenir aux gestionnaires ou aux employés clés des PME qu ils connaissent. J ai reçu 72 questionnaires et j ai retenu 52 questionnaires. J ai rejeté 20 questionnaires parce que les répondants n avaient pas répondu au questionnaire au complet. Cette étude ne comportait pas de risque pour les répondants, la confidentialité et l anonymat des répondants étaient assurés. De plus, afin que les répondants comprennent bien l étude, un formulaire de consentement était envoyé par courriel avec le lien Internet menant au questionnaire (une copie du formulaire de consentement est présenté à l appendice B). Ce 19

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Questionnaire à l intention des diplômés de l AFMC 2015. Notes méthodologiques

Questionnaire à l intention des diplômés de l AFMC 2015. Notes méthodologiques Questionnaire à l intention des diplômés de l AFMC 2015 Notes méthodologiques 1 Questionnaire à l intention des diplômés de l AFMC 2015 Notes méthodologiques Le présent document vise à présenter des renseignements

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Cadre d assurance de la qualité

Cadre d assurance de la qualité Page 1 de 7 Cadre d assurance de la qualité Septembre 1999 (traduction 15 décembre 1999) I. Cadre d'assurance de la qualité A. Préambule B. Objectifs du Cadre d assurance de la qualité C. Critères d adhésion

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Relation client & Innovations méthodologiques Line Ricard Hélène Sicotte Marc- Antoine Vachon Hélène Vidot Delerue

Plus en détail

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com Max2G Démarche d analyse de risques avec l Assistant Méhari L analyse de risques est une approche de gestion permettant d identifier les risques négatifs pouvant affecter une organisation et de déterminer

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

Salimatou Diallo (sali_diallo@rogers.com) Programme de Maîtrise en Gestion de Projet UQO

Salimatou Diallo (sali_diallo@rogers.com) Programme de Maîtrise en Gestion de Projet UQO LA COMPÉTENCE EN COMMUNICATION INTERCULTURELLE DANS LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL : UN LEVIER DE PERFORMANCE AU SEIN DES EQUIPES DE PROJETS ET UN FACTEUR DE SUCCÈS POUR LES PROJETS Salimatou Diallo (sali_diallo@rogers.com)

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Dans un contexte de travail qui reconnaît la valeur stratégique des employés de l entreprise, les services des ressources humaines ont de plus

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 SOMMAIRE A. Contexte et objectifs de recherche L enquête visait principalement à recueillir les impressions laissées par le BSIF lors de

Plus en détail

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme www.fcrss.ca Janvier 2012 Ann L. Mable John Marriott La présente synthèse est la première d une série d études que publiera

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV)

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV) Contenu archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA Vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues Le 25 avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ... 2 2. CONTEXTE... 3 3. OBJECTIF ET CRITÈRES...

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014

Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014 اار اراب اوط وزارةار وإداد ار س او VOTRE AVIS NOUS INTERESSE ET NOUS MOTIVE Rapport de l enquête satisfaction client Année 2014 L, un établissement public à l écoute de son territoire, pour un développement

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 540

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 540 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 540 AUDIT DES ESTIMATIONS COMPTABLES, Y COMPRIS DES ESTIMATIONS COMPTABLES EN JUSTE VALEUR ET DES INFORMATIONS FOURNIES LES CONCERNANT Introduction (Applicable aux audits d

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE Éric Brunelle et Josée Riverin Table des matières Chapitre 1. Méthodes scientifiques en sciences humaines 1 1. Introduction 1 2. La méthode scientifique

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Bachelier en chimie Introduction à la statistique C1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 4 Nombre d heures

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Association professionnelle de coaching, de conseil et organisation Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Pages Contenus 2 Introduction et

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

Étude sur la rémunération des femmes et des hommes occupant les mêmes postes au sein du Syndicat des communications de la Société Radio-Canada

Étude sur la rémunération des femmes et des hommes occupant les mêmes postes au sein du Syndicat des communications de la Société Radio-Canada Étude sur la rémunération des femmes et des hommes occupant les mêmes postes au sein du Syndicat des communications de la Société Radio-Canada Le 20 novembre 2003 Table des matières LE MANDAT...3 PARTIE

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC)

EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) EXAMEN DU SUIVI DES ENTENTES DANS LE CADRE DU FONDS D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS (FAC) ET DU PROGRAMME INFRASTRUCTURES DE LOISIRS CANADA (PILC) RAPPORT Août 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Réduire la dette étudiante Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Publié en 2007 par la Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000, rue Sherbrooke

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Direction générale des services de vérification interne Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Février 2014 Non Classifié SP-611-03-14F Vous pouvez télécharger

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91 c est-à-dire des relations qui sont inattendues ou contradictoires avec des éléments probants obtenus par d autres voies, le réviseur devra procéder à leur étude. Cette étude commencera habituellement

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

Mon plan de sondage en 9 questions

Mon plan de sondage en 9 questions Tiral Sidi Mon plan de sondage en 9 questions Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne portant sur les Services d évaluation des risques liés aux marchés financiers du Groupe du soutien de la surveillance (SERMF-GSS)

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE OBJECTIFS DU CADRE CONCEPTUEL 01 - Le cadre conceptuel de la comptabilité financière constitue la structure de référence théorique qui sert de support et

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail