BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA"

Transcription

1 BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA Vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues Le 25 avril 2007

2 TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ CONTEXTE OBJECTIF ET CRITÈRES OBJECTIF CRITÈRES DE VÉRIFICATION MÉTHODOLOGIE ENTREVUES AVEC LA DIRECTION ET PRÉPARATION DE LA LISTE DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ EXAMEN DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL ET DES SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ RÉSULTATS DE LA VÉRIFICATION RESPONSABILITÉS DE LA DIRECTION INSTRUMENTS DE TRAVAIL SUR PAPIER D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ INFONET/INFOPASSERELLE ET ACQUISITIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE DROITS ET RESPONSABILITÉS DES EMPLOYÉS À L ÉGARD DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL SATISFACTION RELATIVE À L UTILISATION DES DEUX LANGUES OFFICIELLES EN CE QUI CONCERNE LES INSTRUMENTS DE TRAVAIL AUTRES QUESTIONS CONNEXES RECOMMANDATIONS... 12

3 1. RÉSUMÉ La vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues a été menée dans le cadre du plan de vérification et d évaluation du Bureau de la sécurité des transports (BST). Les services de Samson & Associés ont été retenus pour la conduite de la vérification. La vérification de la conformité avait pour objectif de déterminer la mesure dans laquelle le BST se conforme aux exigences de la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail en ce qui a trait aux instruments de travail et aux systèmes électroniques d usage courant et généralisé. La vérification a été menée en conformité avec la politique du Conseil du Trésor sur la vérification interne, et les normes de l Institut des vérificateurs internes relatives à la pratique professionnelle de la vérification interne ont été appliquées. La vérification a eu lieu en février et en mars La vérification a consisté à interviewer des gestionnaires. En outre, deux instruments destinés à recueillir des renseignements ont été mis au point : la liste des instruments de travail et des systèmes électroniques d usage courant et généralisé, et leur disponibilité dans les deux langues officielles et un Questionnaire sur la disponibilité des instruments de travail dans les deux langues officielles, qui a été rempli par des employés du BST. La vérification permet de conclure :! qu il y aurait lieu d élaborer des critères relatifs à la bonne façon de déterminer quels sont les «instruments de travail et systèmes électroniques d usage courant et généralisé» et de réviser la liste actuelle en conséquence;! que le BST devrait envisager de rendre accessibles dans les deux langues officielles les instruments de travail qui ne sont actuellement qu en anglais, soit les outils suivants : o Investigation Standards and Procedures for Pipeline Investigations; o Safety Communication Standards for Rail Investigations; o Style Guide, un guide de rédaction des rapports.! que le BST devrait envisager de rendre accessibles dans les deux langues officielles les systèmes électroniques qui ne sont actuellement qu en anglais (Railway Occurrence Data System [RODS] et Pipeline Occurrence Data System [PODS]);! que les employés du BST devraient être informés officiellement de leurs droits en ce qui concerne l utilisation, dans les deux langues officielles, des instruments de travail et des systèmes électroniques d usage courant et généralisé, et de l existence des applications en format bilingue. D autres problèmes ont également été mentionnés. Il s agit des courriels adressés à tous les employés du BST dans une seule langue, les séances d information internes qui ont souvent lieu uniquement en anglais, et le nom de domaine du BST en ce qui a trait à la partie de l adresse de courrier électronique à droite du qui est uniquement en anglais ou en français. La fonction bilingue du nom de domaine n est pas fonctionnelle. Samson & Associés 2

4 2. CONTEXTE Le BST est un petit organisme du gouvernement fédéral qui a été créé en 1990 et qui a pour mission de promouvoir la sécurité dans les réseaux de transport maritime, par pipeline, ferroviaire et aérien en :! menant des enquêtes indépendantes et, au besoin, des enquêtes publiques sur des accidents de transport, afin d en déterminer les causes et les facteurs contributifs;! rendant publics le résultat de ces enquêtes et les conclusions qui s'y rattachent;! établissant les manquements à la sécurité mis en évidence par les accidents de transport;! faisant des recommandations visant à éliminer ou à réduire le nombre de ces manquements à la sécurité. Le BST fonctionne indépendamment des autres ministères et organismes du Gouvernement, et relève du Parlement par l entremise de la présidente du Conseil privé. Le BST compte un effectif d environ 230 employés, dont 125 à son Administration centrale de Gatineau (Québec), 25 à son laboratoire technique d Ottawa (Ontario) et les autres dans les huit bureaux régionaux partout au Canada. Structure organisationnelle La structure organisationnelle du BST inclut la présidente, les membres du Bureau, le directeur exécutif ainsi que divers directeurs généraux (DG) et directeurs. La haute direction qui relève du directeur exécutif comprend le DG, Coordination des enquêtes, le DG, Services intégrés, et la gestionnaire, Communications. La Direction générale de la coordination des enquêtes est responsable des enquêtes menées par les directions des enquêtes (Aviation, Marine, Rail et Pipeline), de même que par la Direction de l ingénierie, la Division de la performance humaine et la Division de la macro-analyse. La Direction générale des services intégrés comprend la Division des finances et de l administration, la Division des ressources humaines, la Division de la gestion de l information, la Division de l informatique ainsi que la Section de la planification et des rapports ministériels. Les communications avec le public sont assurées par la Division des communications. Cadre législatif Le BST est assujetti à la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail et, à ce titre, doit fournir à ses employés des instruments de travail et des systèmes électroniques dans la langue officielle de leur choix. La Charte canadienne des droits et libertés stipule que «le français et l anglais sont les langues officielles du Canada; ils ont un statut et des droits et des privilèges égaux quant à leur usage dans les institutions du Parlement et du gouvernement du Canada». Il incombe aux institutions fédérales de veiller à ce que leur milieu de travail soit propice à l utilisation effective des deux langues officielles, tout en permettant aux employés d utiliser l une ou l autre des langues Samson & Associés 3

5 officielles. La partie V de la Loi sur les langues officielles (LLO), qui traite expressément de la langue de travail, définit ce principe plus en détail et mentionne les obligations précises des institutions fédérales dans ce domaine. La LLO définit un certain nombre de régions désignées bilingues aux fins de la langue de travail, en plus de la région de la capitale nationale. Les régions incluent certaines parties du nord et de l est de l Ontario, la région de Montréal, certaines parties des Cantons de l Est, de la Gaspésie et de l ouest du Québec, de même que le Nouveau-Brunswick. À l extérieur des régions désignées bilingues aux fins de la langue de travail, les institutions fédérales doivent s assurer que les deux langues officielles reçoivent un traitement comparable dans les différentes régions unilingues dans lesquelles l une ou l autre des langues est en situation minoritaire. Cela signifie par exemple que si une institution met des instruments de travail en français à la disposition de ses employés d expression française qui travaillent dans une région dans laquelle l anglais prédomine, elle doit faire la même chose pour ses employés d expression anglaise qui travaillent dans une région dans laquelle le français prédomine, c.-à-d. leur fournir des instruments de travail en anglais. 3. OBJECTIF ET CRITÈRES 3.1 OBJECTIF La présente vérification de la conformité avait pour objectif de déterminer la mesure dans laquelle le BST se conforme à la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail en ce qui a trait aux instruments de travail et aux systèmes informatiques d usage courant et généralisé. 3.2 CRITÈRES DE VÉRIFICATION Les responsables de la vérification de la conformité ont adopté les critères mentionnés ci-après. Ces critères sont fonction des exigences stipulées dans les trois documents du Conseil du Trésor suivants :! Politique sur la langue de travail (1 er avril 2004);! Directive sur l utilisation des langues officielles sur les sites Web (15 juillet 2005);! Directive sur l utilisation des langues officielles dans les communications électroniques (15 juillet 2005). Samson & Associés 4

6 Critère n o 1 Instruments de travail d usage courant et généralisé Les instruments de travail doivent être fournis aux employés dans les deux langues officielles en même temps et les versions doivent être de qualité comparable. Les instruments de travail incluent : les manuels et les guides de politiques, les procédures et les directives; les guides et les documents nécessaires à la prestation de services au public ou aux employés, les lexiques et les publications institutionnelles officielles que les employés consultent, ainsi que les autres outils semblables que ces derniers utilisent dans l accomplissement de leurs tâches (par exemple les politiques, les procédures, les manuels, la correspondance, les descriptions de tâches, etc.). Il incombe au BST de décider au cas par cas si les instruments de travail respectent la définition «d usage courant et généralisé». Cette obligation s applique quel que soit le format utilisé pour fournir les instruments de travail aux employés (sur papier, électronique, etc.). Critère n o 2 Systèmes électroniques d usage courant et généralisé Les systèmes électroniques d usage courant et généralisé qui sont fournis aux employés le sont dans les deux langues officielles en même temps et sont de qualité comparable. Les systèmes électroniques incluent les applications logicielles, telles qu une suite de bureautique (traitement de texte, gestion de documents électroniques, tableur, courrier électronique, etc.). Pour ce qui est des systèmes informatiques, ceux mis à la disposition des employés comme sources d information ou outils de travail (le système AGILE, par exemple) doivent permettre de naviguer et d accéder à de l information dans l une ou l autre des langues officielles; l information doit également être accessible dans la langue officielle du choix de l utilisateur. Quant aux instruments de travail, c est à l institution qu il incombe de décider au cas par cas si les systèmes informatiques respectent la définition «d usage courant et généralisé». Critère n o 3 Droits et responsabilités des employés à l égard des instruments de travail Les employés sont informés et au courant de leurs droits et de leurs obligations en matière de langues officielles. Critère n o 4 Satisfaction relative à l utilisation des deux langues officielles à l égard des instruments de travail Les employés de l institution sont satisfaits de l utilisation des deux langues officielles au sein de leur unité de travail. Samson & Associés 5

7 Critère n o 5 Détermination des instruments de travail La direction du BST a déterminé au cas par cas si les instruments de travail respectaient la définition «d usage courant et généralisé». 4. MÉTHODOLOGIE Dans le cas de la présente vérification, nous avons utilisé la méthodologie suivante : 4.1 ENTREVUES AVEC LA DIRECTION ET PRÉPARATION DE LA LISTE DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ Nous avons interviewé dix gestionnaires afin de déterminer dans quelle mesure ils comprenaient l obligation de rendre accessibles des versions anglaise et française des instruments de travail d usage courant et généralisé. Nous avons également demandé aux gestionnaires de dresser la liste des instruments de travail et des systèmes électroniques d usage généralisé. À l époque de la vérification, le BST ne possédait ni la liste des instruments de travail d usage courant et généralisé, ni les critères servant à aider les gestionnaires à déterminer si certains instruments de travail devraient être considérés comme «d usage courant et généralisé». 4.2 EXAMEN DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL ET DES SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ L équipe de vérification a examiné un échantillon des instruments de travail inclus dans la liste fournie par la direction, pour déterminer s ils existaient dans les deux langues officielles et si leur qualité et leur distribution ainsi que la synchronisation de leur installation sont les mêmes pour les deux langues. L équipe a examiné entre autres des documents de travail sur papier, des systèmes électroniques et des renseignements affichés sur l Infonet ou l InfoPasserelle. L échantillon a été établi en fonction d une méthodologie d échantillonnage rationnelle et du jugement professionnel, car le nombre total de documents de travail ne pouvait être déterminé avec certitude au moment de la vérification; celui-ci a été établi lorsque l équipe de vérification a communiqué avec les gestionnaires pour dresser la liste ou les interviewer. 4.3 QUESTIONNAIRES À L INTENTION DES EMPLOYÉS Un nombre échantillon (60) d employés du BST choisis dans tout l organisme ont reçu le Questionnaire tel que présenté dans le tableau 1. Le taux de réponse a été de 50 % (30 employés), ce qui est digne de mention. Le questionnaire traitait surtout de la satisfaction des employés face à la possibilité d utiliser dans les deux langues officielles les instruments de travail et les systèmes électroniques d usage courant et généralisé. Cette approche a été adoptée par souci d efficacité et pour limiter les interruptions au travail des employés. Samson & Associés 6

8 Le choix des employés était lui aussi fonction d une méthodologie d échantillonnage rationnelle et du jugement professionnel, et l équipe s attendait à recevoir au moins 30 questionnaires remplis Tableau 1 Nombre approximatif d employés au BST et méthodologie d échantillonnage Régions : Est Québec RCN Toronto Centre Nombre approximatif d employés Ouest Vancouver Total Choix Nombre de réponses prévues Nombre de réponses reçues RÉSULTATS DE LA VÉRIFICATION Les conclusions de l équipe de vérification exposées dans le présent rapport reposent sur des interviews de gestionnaires et les renseignements que ces derniers nous ont fournis durant la vérification pour nous permettre de dresser la Liste des instruments de travail et des systèmes électroniques d usage courant et généralisé, et leur disponibilité dans les deux langues officielles. Les conclusions reposent également sur un examen indépendant de différents outils de travail effectué en même temps que la collecte d information. Les réponses des employés du BST au Questionnaire sur la disponibilité des instruments de travail dans les deux langues officielles ont servi à corroborer les renseignements obtenus des gestionnaires. 5.1 RESPONSABILITÉS DE LA DIRECTION Le BST est reconnu dans le monde entier pour ses rapports d enquête et ses publications. La production de ces documents s appuie sur des instruments de travail et des systèmes. Il incombe au BST de déterminer quels sont les instruments de travail «d usage courant et généralisé» mentionnés dans la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail, datée du 1 er avril 2004 : «Il incombe à l institution de décider au cas par cas si les instruments de travail respectent la définition «d usage courant et généralisé». Cette obligation s applique quel que soit le format utilisé pour fournir les instruments de travail aux employés (sur papier, électronique, etc.)». Samson & Associés 7

9 Bien qu une liste préliminaire ait été dressée durant la vérification, nous avons remarqué qu il n y avait au BST aucun critère définissant les instruments de travail «d usage courant et généralisé». En conséquence, il n a pas été évident de déterminer la catégorie dont certains instruments de travail faisaient partie, à savoir la catégorie «spécialisée» ou la catégorie «générale». Par exemple, la partie IV du volume II du manuel de la Direction des enquêtes (Air) était indiquée comme «générale», tandis que la partie II du volume II du manuel de la Direction des enquêtes (Rail/Pipeline) était indiquée comme «spécialisée». Comme les deux manuels ont les mêmes fonctions d enquête, la catégorie devrait être la même dans les deux cas, soit la catégorie «générale». Des critères définissant les instruments de travail «d usage courant et généralisé» aideraient les gestionnaires à déterminer quels sont les instruments qui doivent être fournis dans les deux langues officielles. Ces critères élimineraient également toute ambiguïté dans la définition des instruments de travail «d usage courant et généralisé» au sein du BST, permettraient de créer un milieu de travail plus efficace et garantiraient le respect de la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail. 5.2 INSTRUMENTS DE TRAVAIL SUR PAPIER D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ La politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail précise les obligations des institutions à l égard des instruments de travail sur papier ou électroniques d usage courant et généralisé, et acquis ou produits en leur nom. Les institutions ont l obligation de créer et d entretenir un milieu de travail propice à l usage effectif des deux langues officielles, de permettre à leur personnel d utiliser l une ou l autre des langues et de mettre en œuvre des mesures qui permettent aux employés d utiliser la langue officielle de leur choix en rapport avec les instruments de travail. À l exception de quelques documents mentionnés ci-après, le BST se conforme aux politiques du Conseil du Trésor. Tel qu il a été mentionné plus haut, la Liste des instruments de travail et des systèmes électroniques a été préparée conjointement avec les gestionnaires du BST. La liste énumère les instruments de travail actuellement en usage au BST. L équipe de vérification a remarqué certains instruments qui ne sont que partiellement bilingues ou dont la traduction est présentement en cours. Les documents uniquement en anglais que nous avons remarqués sont les suivants : Investigation Standards and Procedures for Pipeline Investigations (MOI Volume II, Part II); Safety Communication Standards for Rail Investigations (MOI Volume IV, Part III); Style Guide, un guide de style de rédaction des rapports. Les répondants au Questionnaire ont confirmé la situation et 73 % (22 répondants) d entre eux ont mentionné que les instruments de travail d usage courant et généralisé qu ils utilisent pour accomplir leurs tâches étaient «toujours» facilement accessibles dans la langue de leur choix. Les autres répondants (8 employés) ont mentionné que les instruments de travail d usage courant et généralisé étaient «souvent» accessibles dans la langue de leur choix. La plupart de ces répondants étaient d expression française. Samson & Associés 8

10 5.3 SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES D USAGE COURANT ET GÉNÉRALISÉ Le BST ne respecte pas entièrement la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail à l égard des systèmes électroniques d usage courant et généralisé. Les systèmes électroniques de ce genre fournis aux employés du BST n existent pas toujours dans les deux langues officielles. Les nouvelles applications sont mises à la disposition des employés en anglais par défaut dans tout le BST, sauf au Québec, où elles sont en français par défaut. Ainsi, au moment de l ouverture du compte d un nouvel employé, les techniciens du centre d assistance informent ce dernier que le logiciel existe dans les deux langues, plus particulièrement dans le cas d un employé d expression française, et l installation du logiciel se fait dans la langue choisie par l employé. L équipe de vérification a examiné sur place la plate-forme du système AGILE et parcouru les différentes applications pour vérifier si elles existaient dans les deux langues officielles. Il a été remarqué que deux importantes applications, soit les systèmes PODS et RODS, existaient uniquement en anglais et que le système SISMAR n était que partiellement bilingue. Il a été confirmé que l application Horizon existait dans les deux langues officielles. La liste de l annexe I indique que les systèmes RODS et PODS ne sont pas fournis aux employés dans les deux langues. Les répondants au Questionnaire ont corroboré cette situation. Ils ont également mentionné que le système SISMAR ainsi que les logiciels Adobe Acrobat et Adobe Reader n existaient qu en anglais à l administration centrale. Cependant, tous les répondants ont indiqué qu ils avaient accès à du matériel informatique dans la langue de leur choix. L application SISMAR n est que partiellement bilingue. Les données enregistrées dans l application s affichent dans la langue entrée par chaque utilisateur du BST, mais l application est surtout en anglais. En ce qui concerne l application GX (application de gestion des salaires), deux répondants ont mentionné qu elle n était pas accessible dans la langue de leur choix; l application est toutefois bilingue. Il semblerait que les employés ne sont pas informés de l existence d une version dans chacune des deux langues. Les autres applications que les répondants ont mentionnées comme n étant pas accessibles dans la langue de leur choix sont ForeMost et ATIP Flow and Image. Les gestionnaires ont confirmé que ces deux applications existaient en anglais et en français. En ce qui concerne l application ForeMost, une version bilingue est installée sur les ordinateurs de bureau. Il s agit de passer d une langue à l autre. Ici encore, il semblerait que les employés ne sont pas informés de l existence de versions dans les deux langues et de la façon d y accéder. En ce qui concerne les applications GX, ForeMost et ATIP Flow and Image, les gestionnaires ont confirmé qu ils possédaient les permis appropriés d utilisation des applications. Selon ce qu il nous a également été expliqué, bien que certaines applications, par exemple les systèmes SISMAR, RODS et PODS, ne soient pas entièrement accessibles dans la langue française, elles sont démodées et le BST prévoit les remplacer par de nouvelles applications bilingues. Il semble toutefois que cela n aura pas lieu avant deux ou trois ans. Samson & Associés 9

11 Les répondants au Questionnaire ont mentionné dans une proportion de 63 % (19 répondants) que les systèmes électroniques d usage courant et généralisé qu ils utilisent pour accomplir leurs tâches étaient «toujours» facilement accessibles dans la langue de leur choix. Vingt-huit pour cent d entre eux (8 répondants) ont mentionné que les instruments de travail d usage courant et généralisé étaient «souvent» facilement accessibles dans la langue de leur choix. Trois répondants n ont pas répondu à cette question. 5.4 INFONET/INFOPASSERELLE ET ACQUISITIONS DE LA BIBLIOTHÈQUE En ce qui concerne l Infonet/InfoPasserelle du BST, le guide de l organisme à l intention des fournisseurs de contenu et des administrateurs de contenu désignés (juillet 2006) mentionne clairement qu en règle générale, toute la documentation affichée dans les répertoires du BST doit l être dans les deux langues officielles, en conformité avec les politiques sur les langues officielles (chapitre 3, page 39). Ce processus est compatible avec la Directive sur l utilisation des langues officielles sur les sites Web, qui mentionne que les institutions doivent respecter le droit des employés à travailler et à communiquer avec elles dans la langue de leur choix, en conformité avec les exigences énoncées dans la politique sur la langue de travail. De plus, la politique sur le développement des ressources documentaires contient un paragraphe sur les langues officielles qui mentionne que la documentation est généralement acquise en français ou en anglais. L achat d un même document dans les deux langues officielles est exclu. La langue choisie dépend de l utilisateur qui fait la demande. Les deux politiques sont conformes à la politique du Conseil du Trésor sur la langue de travail. L énoncé s applique également à l Infonet/InfoPasserelle du BST, plus précisément aux nouvelles applications telles que le système Amélioration de la gestion de l information et du lien entre les enquêtes (AGILE). Cette plate-forme de gestion intégrée de l information appuie l organisation et en particulier les équipes d enquête en leur offrant un ensemble intégré de documents, de contenu, de dossiers, de déroulement du travail, de formulaires ainsi que de pratiques et d outils de gestion de projets. L énoncé exclurait toutefois les applications dépassées (les systèmes RODS et PODS, par exemple) qui sont uniquement en anglais. 5.5 DROITS ET RESPONSABILITÉS DES EMPLOYÉS À L ÉGARD DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL Les employés du BST ont mentionné qu ils étaient bien conscients de leurs droits et de leurs responsabilités à l égard des instruments de travail. En fait, 90 % (27 personnes) des répondants ont mentionné que le BST les avait informés de leurs droits et obligations concernant l utilisation de l une ou l autre des langues officielles au travail. Les interviews de gestionnaires ont permis de confirmer qu il n y avait au BST aucune mesure formelle visant à offrir aux employés des séances d information ou de sensibilisation sur leurs droits et obligations. De plus, le nombre de personnes qui ont mentionné que certaines applications n existaient pas dans les deux langues à l administration centrale indique qu il se peut que certains employés ne soient pas pleinement conscients de leurs droits ou ne soient pas au courant des applications qui sont actuellement bilingues. Par exemple, tel qu il a été mentionné à l article 5.3, les applications ForeMost, GX et ATIP Flow and Image existent dans les deux langues officielles, ce dont certains employés ne sont pas au courant. Samson & Associés 10

12 5.6 SATISFACTION RELATIVE À L UTILISATION DES DEUX LANGUES OFFICIELLES EN CE QUI CONCERNE LES INSTRUMENTS DE TRAVAIL Les répondants au Questionnaire ont exprimé une grande satisfaction en ce qui a trait à la possibilité de travailler dans la langue officielle de leur choix. Quatre-vingt-dix-sept pour cent (29 personnes) des répondants ont mentionné qu ils étaient satisfaits des conditions actuelles. De ceux-ci, 77 % (23 personnes) se trouvent dans la région de la capitale nationale et la région du Québec. De ce nombre, 13 % (9 personnes) sont d expression anglaise et 61 % (14 personnes) sont d expression française. Le taux de réponse et le mélange d employés d expression anglaise et d employés d expression française nous a permis d évaluer le niveau de satisfaction des employés à l égard de l accessibilité d instruments de travail bilingues. Les répondants ont toutefois exprimé une satisfaction mitigée à l égard de la disponibilité simultanée, dans les deux langues officielles, des instruments de travail et des systèmes électroniques d usage courant et généralisé. Vingt-sept pour cent d entre eux (8 personnes) ont mentionné que les instruments de travail étaient «toujours» accessibles simultanément, tandis que 40 % d entre eux (12 personnes) ont mentionné que c était «souvent» le cas, et que 34 % (10 personnes) n ont pas répondu. Parmi les répondants, il y avait autant d employés d expression anglaise que d employés d expression française. 5.7 AUTRES QUESTIONS CONNEXES Les répondants au Questionnaire ont mentionné certains cas où des courriels adressés à tous les employés du BST étaient rédigés dans une seule langue. Il a aussi été mentionné que les séances d information internes avaient souvent lieu uniquement en anglais lorsque certains des participants sont unilingues d expression anglaise. Ces affirmations ont été confirmées par deux des gestionnaires interviewés. Un employé a mentionné que certains cours de formation étaient donnés en français uniquement à Dorval. Nous avons également remarqué que dans le cas du nom de domaine du BST, la partie de l adresse de courrier électronique qui se trouve à droite du symbole n était pas dans un format bilingue. La fonction bilingue du nom de domaine n est pas fonctionnelle. Le nom de domaine du BST apparaît dans une seule langue, dans les deux formats suivants : «nom de l ou «nom de l Cette pratique est contraire à la Directive sur l utilisation des langues officielles sur les sites Web et aux Normes sur la normalisation des sites Internet ainsi qu aux normes connexes (partie 4, norme 4.3, et partie sur les langues officielles, normes 7.1 et 7.10), qui mentionnent que la signature et le nom de domaine de l institution doivent apparaître dans les deux langues officielles et dans l ordre prescrit à l annexe A de la Politique du Programme de coordination de l image de marque. Selon le Conseil du Trésor, les adresses de courrier électronique sont des éléments communs des documents de commercialisation, de promotion ou d information. Une convention relative aux noms de domaine et commune dans tout le gouvernement améliorera encore plus l image de marque, la présence et la visibilité du gouvernement fédéral. Samson & Associés 11

13 6. RECOMMANDATIONS Il est recommandé que le DG, Services intégrés, en consultation avec les gestionnaires : 1. élabore des critères qui aideront les gestionnaires à déterminer efficacement les instruments de travail et les systèmes électroniques qui correspondent à la définition d «instruments de travail d usage courant et généralisé», et examine la liste actuelle pour vérifier si elle est complète et exacte; 2. en fonction des critères convenus, envisage de rendre accessibles dans les deux langues officielles les instruments de travail et les systèmes électroniques unilingues anglais actuels qui sont d usage généralisé (par exemple les systèmes RODS, DODS et SISMAR), si ces instruments doivent être conservés à moyen ou à long terme; 3. offre des séances d information aux employés pour les informer de leurs droits et obligations à l égard de la langue de travail; 4. informe les employés des applications qui existent en format bilingue (les systèmes GX, ForeMost, ATIP Image and Flow, par exemple) et de la façon dont ils peuvent y accéder. Samson & Associés 12

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Mai 2004 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1

Plus en détail

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein des institutions fédérales (2005-2006) Modèle pour la

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Introduction. Application

Introduction. Application Politique sur l accessibilité de Primerica et plan d accessibilité pluriannuel (le «plan d accessibilité») (Règlement de l Ontario 191/11) relatif à la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

APECA Siège social et régions

APECA Siège social et régions Vérification de l Instrument de délégation et de responsabilisation en matière de nomination (IDRN) APECA Siège social et régions Direction de la vérification interne Rapport final Juillet 2007 TABLE DES

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies

Plan d accessibilité pluriannuel du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies www.cclt.ca www.ccsa.ca Plan d accessibilité pluriannuel du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies Déclaration d engagement Le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) s engage

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2015-442

Ordonnance de télécom CRTC 2015-442 Ordonnance de télécom CRTC 2015-442 Version PDF Ottawa, le 24 septembre 2015 Numéros de dossiers : 8663-C12-201401041 et 4754-475 Demande d attribution de frais concernant la participation du Centre pour

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1A : paiements prioritaires

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1A : paiements prioritaires Direction générale des services de vérification interne Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1A : paiements prioritaires Février 2014 Non Classifié SP-610-03-14F

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI RAPPORT DE VÉRIFICATION Version définitive Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI Numéro de projet : 80590-59 Table des matières Résumé... 2 Introduction... 4 Contexte... 4 Autorisation...

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS DÉPENSES PAYÉES D AVANCE RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ Octobre

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Préparé pour Bibliothèque et Archives Canada Préparé par Services de Vérification Canada

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 - POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. MISSION DE LA SOCIÉTÉ La Société des établissements de plein air du Québec (ci-après appelée : la «Société» ou la ) est une société

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS FAITES AU CONSEIL DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE CATHOLIQUE (JMJC) 2002

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS FAITES AU CONSEIL DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE CATHOLIQUE (JMJC) 2002 AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS FAITES AU CONSEIL DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE CATHOLIQUE (JMJC) 2002 SEPTEMBRE 2003

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14)

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14) Aide-mémoire L usage du français dans les ministères et les organismes Objet Régime général Remarques 1 Dénomination (ministère, organisme, entité administrative) Affiches, papier officiel, cartes professionnelles,

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel

Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel Conformément au Règlement de l Ontario 191/11 pris en application de la Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

C2 ATOM Guide de démarrage

C2 ATOM Guide de démarrage C2 ATOM Guide de démarrage Créé par : C2 Innovations Version : 1.0 Dernière modification : 30/03/2015 FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION DE SERVICES FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Conseiller, Ressources humaines

Conseiller, Ressources humaines Conseiller, Ressources humaines Supérieur hiérarchique : Directeur, Ressources humaines Type d emploi : Permanent, temps plein Lieu de travail : Ottawa, Ontario Nombre heures par semaine : 37.5 Clôture

Plus en détail

Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73

Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73 Avis de consultation de télécom CRTC 2011-73 Version PDF Ottawa, le 8 février 2011 Appel aux observations Instance visant à examiner le bien-fondé d exiger des fournisseurs de services VoIP mobiles et

Plus en détail

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE TRANSMIS : AU PREMIER MINISTRE AU SOUS-MINISTRE AU PLAIGNANT DANS L AFFAIRE DE LA LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES DU

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification des contrôles internes sur les salaires et les avantages sociaux des employés

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification des contrôles internes sur les salaires et les avantages sociaux des employés Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification des contrôles internes sur les salaires et les avantages sociaux des employés Version originale signée par Le 31 mars 2015 M. Daniel

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009 Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone Janvier 2009 1 Objectifs de l examen L'examen des pratiques de gestion vise les objectifs suivants : aider les gestionnaires

Plus en détail

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE En date du 30 juin 2005, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont adopté le Règlement 58-101 et l Instruction générale

Plus en détail

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada 12 2 Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Table des matières Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Résumé...227 Contexte...229 Affaires étrangères

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

DIRECTEUR ADJOINT/DIRECTRICE ADJOINTE DESCRIPTION DU POSTE

DIRECTEUR ADJOINT/DIRECTRICE ADJOINTE DESCRIPTION DU POSTE 1 DIRECTEUR ADJOINT/DIRECTRICE ADJOINTE DESCRIPTION DU POSTE 1. CATÉGORIE D EMPLOI ET NATURE DU POSTE Karaté Canada (KC) est l organisme de régie du karaté au Canada. Pour plus de renseignements sur notre

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité (la «Politique»)

Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Le présent document peut être obtenu dans d autres formats au www.lagreatwest.com ou en faisant parvenir une demande à l adresse ombudsman@gwl.ca.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Rapport de l APR PSO sur la situation en matière d accessibilité

Rapport de l APR PSO sur la situation en matière d accessibilité Rapport de l APR PSO sur la situation en matière d accessibilité 12 juin 2015 Table des matières Contexte... 2 Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario... 2 Responsabilité

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

I. Objet du présent document

I. Objet du présent document Demande de propositions et paramètres relatifs à la traduction en mandarin personnalisé (informatisé) du contenu du module 1 du cours de formation en ligne de la CCE sur les déchets dangereux La Commission

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée Fiche-conseil Liste de contrôle relative à la Pourquoi les organismes de bienfaisance enregistrés doivent-ils avoir une politique en matière de protection? Des lois ont été adoptées par le gouvernement

Plus en détail

Affaires indiennes et du Nord Canada - Vérification du Tribunal des droits de surface du Nunavut. Rapport de vérification interne

Affaires indiennes et du Nord Canada - Vérification du Tribunal des droits de surface du Nunavut. Rapport de vérification interne Affaires indiennes et du Nord Canada - Vérification du Tribunal des droits de surface du Nunavut Rapport de vérification interne Préparé par : Direction générale des services de vérification et d assurance

Plus en détail

PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE

PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE en vertu du chapitre IV.I de la Loi sur l équité salariale, visant les personnes représentées par : Syndicat des

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

Guide d utilisation des certificats d Entrust avec Adobe Reader X. Direction des registres et de la certification du ministère de la Justice

Guide d utilisation des certificats d Entrust avec Adobe Reader X. Direction des registres et de la certification du ministère de la Justice Guide d utilisation des certificats d Entrust avec Adobe Reader X du ministère de la Justice Mise en garde Selon l environnement technologique utilisé, le fonctionnement du logiciel peut différer de celui

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Vérification du Programme de prêts et d investissements

Vérification du Programme de prêts et d investissements Vérification du Programme de prêts et d investissements préparée pour Diversification de l'économie de l'ouest Canada préparée par Services de vérification Canada N o du projet : 360-0343 LIP 0000108 TABLE

Plus en détail

Vérification des pratiques et des dépenses de déplacement du CRSNG et du CRSH

Vérification des pratiques et des dépenses de déplacement du CRSNG et du CRSH Vérification des pratiques et des dépenses de déplacement du CRSNG et du CRSH Préparé par Conseils et Vérification Canada Numéro de projet : 310-2160 Table des matières 1. SOMMAIRE...2 2. INTRODUCTION...4

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Bureau de l'agent principal de gestion des risques

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Bureau de l'agent principal de gestion des risques Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Bureau de l'agent principal de gestion des risques Système de véhicules de soutien moyen Achat de véhicules commerciaux militarisés (MilCOTS) Rapport

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

Traitement et gestion des plaintes

Traitement et gestion des plaintes Traitement et gestion des plaintes 1. But La communauté militaire étant au cœur des préoccupations du Centre de la famille Valcartier (CFV), le but de la présente politique vise à maintenir et développer

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail