LA TRANSPLANTATION RENALE DE DONNEUR VIVANT UNE ALTERNATIVE A LA PENURIE DE GREFFON?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TRANSPLANTATION RENALE DE DONNEUR VIVANT UNE ALTERNATIVE A LA PENURIE DE GREFFON?"

Transcription

1 Mémoire en vue de l'obtention du diplôme universitaire d'éthique médicale LA TRANSPLANTATION RENALE DE DONNEUR VIVANT UNE ALTERNATIVE A LA PENURIE DE GREFFON? faculté de médecine de Marseille Année Sous la direction du Dr.perrine MALZAC Claire BIRAUD CADRE DE SANTE CHU MONTPELLEIR BIRAUD claire, Montpellier,

2 SOMMAIRE INTRODUCTION p.3 1-HISTORIQUE DE LA TRANSPLANTATION p.5 2-LE DON D'ORGANE p.6 3-LES GRANDS PRINCIPES DE LA TRANSPLANTATION p 'intérêt de la transplantation rénale les donneurs vivants p.8 4-ETHIQUE MEDICALE ET TRANSPLANTATION p Le principe du primum non nocere p : Le principe de l utilitarisme p L'aspect juridique P.13 5-LES PRELEVEMENTS D'ORGANE ET LES GREFFES p Les lois de bioéthique p Les prélèvements sur une personne vivante p Le consentement du donneur majeur P LA PENURIE DES DONNEURS p.17 7-LE DON ET LA DETTE p.17 8-LE LIBRE CONSENTEMENT p.19 9-LE LIBRE ARBITRE p.20 BIRAUD claire, Montpellier,

3 10-LE RÔLE DES EQUIPES DE TRANSPLANTATION p.21 CONCLUSION p.23 BIRAUD claire, Montpellier,

4 INTRODUCTION BIRAUD claire, Montpellier,

5 Le don d'organe et La transplantation m'ont accompagné au cours de mon expérience professionnelle d'infirmière dans des services de réanimation puis en tant que cadre de santé dans le service de néphrologie du CHU de Montpellier depuis La transplantation rénale peut s'effectuer soit à partir d'un rein de cadavre ou grâce à donneur vivant. Quelle que soit la provenance du greffon, la transplantation ne peut s'effectuer qu'à la faveur et à la disponibilité d'un organe. La greffe s'inscrit dans une relation émotionnelle intense soit du fait de recevoir un rein d'une personne décédée mais également dans le cas de donneur vivant. L'angoisse du don est alors également perçue par le donneur. La pénurie actuelle de greffons doit engendre une réflexion d'ordre éthique dans notre société sur les comportements vis à vis du don d'organes. Mon expérience de cadre de santé, m'a permis de réfléchir sur le don et tout particulièrement sur la greffe de donneur vivant. Le service a effectué 105 greffes au cours de l'année 2004 dont 7 greffes de donneur vivant. Ces transplantations s'effectuent dans le cadre familial, parents/ enfants, au sein de la fratrie ainsi qu'entre conjoints. Mon interrogation pour ce travail sera donc la suivante : Est-ce qu'aujourd'hui la greffe de donneur vivant est une alternative à la pénurie de greffons? Je vais dans un premier temps aborder le principe du don de manière générale et ensuite le don de donneur vivant de rein au regard de différents éclairages tout en me référant à la législation en vigueur. BIRAUD claire, Montpellier,

6 1-HISTORIQUE DE LA TRANSPLANTATION 1952: J.HAMBURGER transplante un rein d'une mère à son, fils 1958: J.DAUSSET? médecin hématologiste identifie le problème de rejet 1963 : T.STARLZ effectue la première greffe hépatique 1966: R.LILEHEI effectue la première greffe de pancréas 1967: R.LILEHEI effectue la première greffe intestinale 1968: C.CABROL effectue la première greffe cardiaque 1969: fondation de l'association France transplant reconnue d'utilité publique en 1978 dont le but est de favoriser le développement des prélèvements d'organe 1976: loi dite Cavaillet constitue le premier cadre juridique 1980:le chercheur JF BOTEL met au point la ciclosporine 1994: adoption par le parlement de la loi de bioéthique n du 29/07 relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain. 1994: la loi du 18 janvier 1994 a créé un établissement public national dénommé Etablissement Français des Greffes (EFG) placé sous la tutelle du ministère chargé de la santé : décret n du 30/05 est relatif à la mise en place du registre national des refus. 1999: décret du 1 ier avril 1999 est relatif à l'autorisation des établissements en matière de prélèvement de donneur vivant 2002:loi n du 4/03 réaffirme les droits fondamentaux des patients L'article L111-6 précise "toute personne majeure peut désigner par écrit une personne de confiance (parent, proche ou médecin traitant)", ce tiers BIRAUD claire, Montpellier,

7 sera consulté au cas ou la personne se trouverait hors d'état pour exprimer sa volonté. 2004: loi de bioéthique du 06/ : l'agence de Biomédecine reprend les missions de l'etablissement Français des Greffes. 2005:décret n porte sur les prélèvements d'organes et de cellules hématopoïétiques issues de la moelle osseuse et modifiant le code de la santé publique. Il porte sur le prélèvement sur une personne vivante. (cf. annexe 1) 2-LE DON D'ORGANE Quelques définitions Dans un premier temps nous définirons les mots de don, donner, organe et vivant Selon le dictionnaire ROBERT Le don est : "l'action d'abandonner gratuitement (donner) à quelqu'un la propriété ou la jouissance de quelque chose. le don de soi, dévouement, sacrifice." mais aussi "ce que l'on abandonne à quelqu'un sans rien recevoir de lui en retour (cadeau, donation présent)" L'organe est défini comme une " : partie d'un être vivant organisme remplissant une fonction particulière" Vivant: doué de vie (animé, organisé) Cellule vivante possédant les caractères de la vie BIRAUD claire, Montpellier,

8 Donner: dans un article A.REY 1 directeur du Robert dit que si le verbe donner n'existait pas il faudrait l'inventer et fait partie des premiers mots écrits de ce qui allait devenir le français, dans les Serments de Strasbourg prononcés en l'an 842 entre les descendants de Charlemagne. Le latin donare d'où vient notre verbe c'est donum dare qui redouble un radical indo-européen très ancien existant en sanscrit et présent dans doter et douer. L'idée centrale de ces mots est " : le transfert d'un bien physique ou moral à autrui sans contrepartie." Dans la vie religieuse le dont est synonyme de sacrifice. Il s'oppose dans la vie profane à l'achat, la vente à l'échange car il suppose la gratuité et l'absence de conditions. Pour A.Rey " la condition la plus nécessaire à une vie heureuse et harmonieuse est celle d'organes sains sans lesquels l'adage de l'idéal humain qui nous vient du latin : mens sana in copore sano devient une fiction. Aucun don n'est plus profond, plus proche du sacrifice que le don d'organe non pas pour entretenir sa mémoire ("ceci est mon corps») mais pour sauver celui ou celle que l'on aime" Le terme de don est désigne aujourd hui l acte de prélever une partie du corps humain en vue d une thérapeutique ou à visée de recherche. Nous pouvons nous interroger sur la proximité affective dans le don d'organe de donneur vivant dans le cadre de conjoints. Le don introduit donc la dimension morale et affective sans qui la santé ne serait pas totale. Nous aborderons dans un premier temps les principes de la transplantation avant de nous pencher sur les aspects philosophiques et juridiques de la transplantation. 1A.REY, le courrier de la transplantation, 2001 BIRAUD claire, Montpellier,

9 3-LES GRANDS PRINCIPES DE LA TRANSPLANTATION 3-1 'intérêt de la transplantation rénale La transplantation rénale est un des traitements de l'insuffisance rénale au stade ultime. Elle permet d'augmenter l'espérance de vie ainsi que la qualité de vie par rapport à la dialyse être libéré des contraintes de la dialyse (régime alimentaire, restriction hydrique, geste parfois quotidien de la dialyse elle-même). D'àprès l'agence de biomédecine la survie des greffons à 10 ans à partir de donneur cadavérique est de 60,7%. 3-2 les donneurs vivants Bien que les résultats obtenus avec des reins de sujet en état de mort cérébrale soient satisfaisants, ils sont moins bons que ceux obtenus à partir de donneurs vivants : 74,9%de survie à 10 ans (rapport de l'agence de biomédecine sur la période ). Si les meilleurs résultats sont obtenus par des jumeaux homozygotes, les greffes à partir de donneurs non apparentés ont de meilleurs résultats que les greffes de personnes décédées. En effet les greffons sont de meilleure qualité car les donneurs vivants sont toujours des personnes en bonne santé. La transplantation d'organe avec un donneur vivant fait partie des avancées de la médecine qui ont amené l'éthique au premier rang de nos préoccupations. Depuis 1996 on observe une augmentation régulière du nombre de greffes à partir de donneurs vivant. Le nombre de 164 greffes de rein à BIRAUD claire, Montpellier,

10 partir de donneurs vivants effectués en 2004 est historiquement le plus élevé mais la progression est faible par rapport au nombre de greffes à partir de donneurs décédés. 2 Face à la pénurie d'organes de donneurs décédés, le nombre de greffes à partir de donneurs vivants reste tout de même très faible en France. Au niveau international, les inégalités de greffes de donneurs vivants restent importantes selon les pays. Le tableau comparatif ci dessous, établi en 1999, donne un aperçu des inégalités. population nombre total (million) pays de greffes rénales/an 250 USA (56/M) 500 Europe (28/M) 3000 Asie (4/M) 650 Am 5500 latine (9/M) donneur cadavéri que 7000 (50%) (85%) 6000 (50%) 3100 (56%) donneur vivant 7000 (50%) 2000 (15%) 6000 (50%) 2400 (44%) Il apparaît à la lecture de ce tableau qu'il existe des disparités entre les pays européens. Les pays nordiques se reprochent des normes internationales. 2 & Bilan des activités de prélèvement et de greffe en France en 2004 BIRAUD claire, Montpellier,

11 En Espagne le taux de greffes rénales avec donneurs vivants reste bas mais est largement compensé par les donneurs décédés. En France la progression reste encore faible malgré les excellents résultats. Ces différences sont sûrement liées à des phénomènes d'ordre culturel mais également à une approche éthique différente. La transplantation d'organe est une thérapeutique bien particulière. Si l'on parle du prélèvement sur personne décédée, il est également sujet à bon nombre de questions éthiques. Aujourd'hui le nombre de receveurs potentiels est bien supérieur au nombre de donneurs décédés. La politique des établissements transplanteurs est également différente en matière de greffe de donneur vivant Au CHU de Montpellier un tiers des patients inscrits sur liste de greffe est transplanté chaque année. Le nombre de greffe de donneurs vivants augmente régulièrement mais reste encore insuffisant pour au regard de la liste d attente C'est dans ce contexte que la politique de greffes de donneurs vivants est en train de se développer par l équipe pluridisciplinaire. La discussion éthique au sein de l équipe prend toute sa valeur. BIRAUD claire, Montpellier,

12 4-ETHIQUE MEDICALE ET TRANSPLANTATION Plusieurs aspects seront abordés dans ce chapitre. Une approche philosophique, juridique et politique sera abordée. 4-1 Le principe du primum non nocere Le principe du primum non nocere est un des premiers de l'éthique médicale. Dans le cadre de donneur vivant, on pratique une intervention chirurgicale avec ablation d'une partie du corps sur un individu en bonne santé. Les médecins qui sont réfractaires à cette technique invoquent que le principe du serment d Hippocrate avancent comme argument que le prélèvement d un organe sur un corps sain est en opposition avec le caractère bénéfique de tout acte chirurgical. Les médecins qui pratiquent la transplantation de donneur vivant ont des arguments qui s apparentent aux courants de pensées anglo-saxons. Un praticien dit : 3 : «utiliser le non nocere c est une excuse, un moyen de se déresponsabiliser d Hippocrate de prendre la fuite maquillant son acte derrière un prétexte déontologique.» Nous pouvons dire que ce courant de pensée est issu du conséquentialisme. C'est-à-dire qu une action peut être jugée moralement bonne ou mauvaise qu en fonction des conséquences bonnes ou mauvaises pour l individu. BIRAUD claire, Montpellier,

13 4-2 : Le principe de l utilitarisme La question à se poser dans le domaine de la transplantation peut être la suivante : que dois-je faire? Les praticiens favorables à la transplantation de donneur vivant diront que cet acte doit avoir des conséquences bénéfiques sur le plus grand nombre. Ce principe du bien être pour le plus grand nombre touche toute la famille. Par exemple lorsqu un des membres de la famille ne dialyse plus les conséquences positives se répercutent auprès de tous. Ce principe peut être rapproché de ce que les médecins appellent le calcul du bénéfice/risque sur lequel la décision médicale se crée. On pourrait émettre l hypothèse que la décision se prend au regard d une rationalité éthique qui va guider la décision médicale. Cette rationalité éthique est celle qui s applique dans les religions catholiques et judaïques. En effet Albert R. Jonsen cite 4 : Peut- on considérer comme un devoir éthique le fait de sacrifier son propre bien être pour contribuer au bien être de l autre? Une fois encore, cette question éthique est antérieure à la transplantation. Les traditions catholiques et judaïques en ont longtemps débattu dans d autres contextes. La réponse est un oui nuancé. Un tel devoir existe assurément. Et son importance dépend de notre degré de proximité à celui qui est dans le besoin, de la gravité du besoin, du risque qu elle nous fait prendre et du bénéfice qu elle apporte effectivement à l autre.» 4 Albert R. Jonsen,Ethical Issues in Organ Transplantation, ed. Medical Ethic, 1997,p 243 BIRAUD claire, Montpellier,

14 La greffe de rein avec donneur vivant procure bonheur ou bien être sans pour autant qu il y ait nécessité, utilité, en terme d utilité vitale puisqu il existe un traitement de substitution à l insuffisance rénale. Le but est alors d augmenter la qualité de vie. C est à dire une meilleure vie familiale, sociale et professionnelle. 4-3 L'aspect juridique Le droit français associe don et donation. Ainsi selon G.CORNU la donation "désigne normalement la donation en vif"c'est à dire le "contrat par lequel une personne -le- donateur se dépouille actuellement et irrévocablement sans contrepartie et sans une intention libérale d'un bien présent lui appartenant en faveur d'une autre personne -le donataire qui l'accepte" 5 Le caractère irrévocable du don implique la perte irrémédiable de la chose donnée et impossibilité pour le donateur de le récupérer. Mais qu'en est -il du don lorsque le droit l'envisage dans le domaine de la médecine? Rappelons que les trois principes du don sont : le libre choix, l anonymat et la gratuité. En France le don anonyme et altruiste n existe pas, mais le libre choix et la gratuité ne posent pas de problème ni d ambiguïté. «Aucun paiement, quelle qu en soit la forme, ne peut être alloué à celui qui se prête aux prélèvements d éléments de son corps ou à la collecte de ses produits. Seul peut intervenir, le cas échéant le 5 Gérard Cornu, vocabulaire juridique, PUF, ArtL du code de la santé publique BIRAUD claire, Montpellier,

15 remboursement des frais engagés selon les modalités fixées par le conseil d état» 6. A travers ces quelques réflexions juridiques ne tentent pas de donner une explication au don d organe de donneur vivant mais de tenter de faire des liens entre le don tel qu il peut être pratiqué en médecine et l aspect juridique. 5-LES PRELEVEMENTS D'ORGANE ET LES GREFFES 5-1 Les lois de bioéthique La pratique des prélèvements et des greffes d'organes en France sont à ce jour encadrées par les lois dites de bioéthique de , la première relative au respect du corps humain et la deuxième relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain, à la procréation médicale assistée et au diagnostic prénatal. Les règles relatives aux prélèvements d'organes sont différentes selon que le prélèvement intervient sur une personne vivante ou sur une personne décédée. La révision de ces lois prévue pour 1999, s'est terminée en 2004 et la nouvelle loi a été promulguée le 06/08/ Il est nécessaire de rappeler que seuls peuvent bénéficier d'une greffe d'organe, de cornée, ou d'autres tissus que les personnes qui sont inscrites sur la liste nationale. 7 Loi n du 29/07/1994 et loi n du 29/07/ Loi n du 0/ relative à la bioéthique, BIRAUD claire, Montpellier,

16 Les prélèvements d'organes sont soumis aux règles sanitaires, notamment tous les tests de dépistage des maladies transmissibles telles que les maladies infectieuses et les maladies à prion. Il s'agit de ne pas contaminer le receveur. Les dispositions de l'article L du code de la santé publique imposent de faire le bilan bénéfice /risque. En effet la greffe n'est possible que si le risque couru par le receveur potentiel est mesurable et inférieur à l'avantage escompté pour lui. Ces quelques règles communes aux personnes vivantes et personnes décédées, vont nous permettre d'aborder précisément les donneurs vivants. 5-2 Les prélèvements sur une personne vivante Le droit français comme nous l'avons vu a imposé des conditions très strictes de prélèvement d'organe sur personne vivante. 9 La loi de bioéthique du 06/08/2004 modifie l'article 16-3 du code civil en légitimant une atteinte à l'intégrité de la personne "dans l'intérêt thérapeutique d'autrui". Il dit également que "le consentement de l'intéressé doit être recueilli préalablement hors le cas ou son état rend nécessaire une intervention thérapeutique à laquelle il n'est pas à même de consentir" La loi de 1994 énonçait que le donneur devait avoir qualité de père, mère, fils fille de frère ou sœur du donneur, en cas d'urgence il pouvait s'agir du conjoint. Cependant l article L modifie le code de la santé publique dit que le donneur doit avoir qualité de père, mère du donneur mais que par dérogation peuvent se prêter à un prélèvement d'organe son, conjoint, ses frères et sœur, ses fils et filles, ses grands-parents, ses oncles ou tantes, BIRAUD claire, Montpellier,

17 ses cousins germains ou cousines germaines ainsi que le conjoint de son père ou de sa mère. Dans l'une de ces situations, outre le recueil du consentement du donneur devant le président du tribunal de grande instance, le prélèvement est soumis à l'autorisation du comité d'expert (article L du code de la santé publique). 5-3 Le consentement du donneur majeur Le consentement de donneur vivant est soumis à des recommandations émises par l'agence de biomédecine (annexe 2) saisine du comité d'experts par le médecin en charge du prélèvement information du donneur, des risques qu'il encourt et des conséquences éventuelles du prélèvement par le comité d'experts compétent. audition du donneur par le comité d'experts saisine du président du tribunal de grande instance (TGI) en vue du recueil du consentement saisine du comité d'experts par le donneur en vue de l'autorisation de prélèvement postérieurement à l'expression du consentement devant le (TGI) Le comité d'experts communique sa décision par écrit au donneur majeur. On peut voir qu'à travers ces élargissements de la loi, le législateur a souhaité faire prévaloir l'intérêt thérapeutique du receveur. Mais également par ces nouvelles pratiques il souhaite endiguer le problème de la pénurie des greffons 9 Articles L12331-et suivants du code de la santé publique. BIRAUD claire, Montpellier,

18 6- LA PENURIE DES DONNEURS La pénurie des donneurs est liée tant au manque de donneurs mais également au non respecte de la loi. Pratiquer un prélèvement sur un individu en état de mort cérébrale de façon automatisée dans la mesure où la personne ne se serait pas inscrite sur le registre national automatisé des refus de prélèvement. Si cette pratique était pratiquée de façon systématique, la pénurie de greffons serait rapidement endiguée. Les réticences des équipes médicales face à la détresse des familles mais également la mauvaise information concernant les modalités de consentement envers le grand public conduisent à la pénurie en cours. 7-LE DON ET LA DETTE On ne peut pas aborder le don d organe sans faire référence à ce qui est de l ordre de la dette tout particulièrement chez les personnes transplantées avec le rein d un proche. Il y a deux sentiments : celui de la dette du donneur vis à vis du receveur mais aussi celui du receveur vis-à-vis du donneur. Le sentiment de la dette n est pas le même selon qu il s agit du donneur ou du receveur. Je prendrai l exemple d une fratrie de six enfants, tous ont été au courrant en même temps de la maladie de leur frère et des traitements possibles, dont la greffe. Quatre d'entre eux étaient compatibles et souhaitaient donner un rein à leur frère qui était dans les ordres. De part leur culture catholique il en ressortait comme le citait plus haut Albert R. Jonsen quelque chose de l ordre du sacrifice pour sauver l autre mais BIRAUD claire, Montpellier,

19 aussi parce que le lien familial était très fort. Il a été de notre devoir avec le chef de service d accompagner la famille dans cette démarche afin qu ils se positionnent pour savoir qui serait donneur. Cette réflexion a pris plusieurs mois mais la décision prise a été prise de façon collégiale au sein de la famille. C'est un des frères M., célibataire sans enfants qui s'est déclaré être le plus apte au don. Il dit également que pour M. c'est "partager un peu de la souffrance de son frère". Cet acte donnera du "sens au cours de sa vie" Une de motivation profonde au don d'organe est parfois au sein d'une famille est parfois le souhait de réparer quelque chose en l'occurrence un organe déficient. Cette situation se rencontre souvent chez les parents qui souhaitent donner un rein à leur enfant qui est souvent malade depuis la petite enfance voire depuis la naissance. Le fait de donner un rein est pour eux un moyen de «réparer la faute commise». Nous sommes là dans la dimension du sacrifice comme le soulignait A.REY, il y va de l ordre de sauver l être tant aimé. Je pense que ce qui est essentiel pour une équipe de transplantation c est de pouvoir accompagner la personne qui souhaite donner même si c est un choix fait de manière libre et éclairée. BIRAUD claire, Montpellier,

20 8-LE LIBRE CONSENTEMENT La liberté du donneur, les conditions d'acceptation du receveur sont essentielles pour une greffe de donneur vivant. Le décret du 10 mai 2005 précise les modalités d'information du donneur tout particulièrement par le comité d'experts. Préalablement il est du devoir de toute équipe de transplantation d'informer les personnes sur les risques liés au don de rein sur donneur vivant. Après l'entretien avec le néphrologue et l'accord donné par celui ci pour engager les examens préalables à la transplantation, je programme l'hospitalisation du donneur. Hormis les examens biologiques, immunologiques, radiologiques virologiques, le futur donneur a une consultation avec l'équipe chirurgicale, une consultation d'anesthésie et une consultation de psychologie (annexe 3). Mais également il participe avec le receveur à une réunion d'information menée par l'équipe pluridisciplinaire dans l'unité au cours de laquelle ils vont être à nouveau informés des différents risques encourus avec la transplantation. Ces différentes rencontres nous permettent de pouvoir évaluer la volonté du donneur. Car à mon sens c'est la première condition pour une transplantation réussie. Au cours des entretiens menés par la psychologue du service il ressort souvent ce souci "du bien de l'autre". En effet Madame B qui a donné un rein à son époux dit "c'est pour le sortir de cette galère." et dit aussi "c'est naturel nous sommes du même groupe sanguin". Madame B est sereine et parle du goût de la liberté de son époux". BIRAUD claire, Montpellier,

21 Mais ne retrouvons nous pas là, la pensée d'aristote qui conçoit le monde comme un univers où la contingence et le hasard laissent une place à l'action humaine pour modifier le cours des évènements 9-LE LIBRE ARBITRE Cette notion est empruntée à la philosophie de Descartes. C'est une faculté que possède chaque individu et qui lui permet de décider, d'agir de telle ou telle manière selon les impératifs de son choix. Selon Descartes l'homme ne peut faire preuve de son libre choix que parce qu'il est doté de raison. R. Descartes écrit : 10 "la liberté de notre volonté se connaît sans preuve par la seule expérience que nous avons et qu'il est si évident que nous avons une volonté libre qui peut donner don consentement ou ne pas le donner quand bon lui semble que cela peut être compté pour une de nos plus communes notions." D'autre part chez E. Kant la liberté n'est autre que celle de l'autonomie. Un sujet ne peut être autonome et un acte ne peut obéir à une libre décision que s'il le sujet n'obéit à une loi intérieure qu'il s'est fixé à luimême. Le donneur peut être l'objet de pressions implicites voire parfois explicites de la part de la famille. Monsieur R., 38ans, dit au cours de son entretien " : je suis le seul à avoir le même groupe sanguin," ce qui le désigne d'office dans la famille puisque les parents ne pouvaient pas donner et que l'idée est venue de la mère, ancienne infirmière. Il est également le seul à être célibataire sans enfants. 10 René Descartes, Principes de la philosophie, 1,1 article 39 BIRAUD claire, Montpellier,

22 Là le donneur a été désigné de manière implicite. Dans ce cas en plus de la démarche de consentement éclairé on a vu au cours de l'entretien que cette démarche a engendré une réflexion personnelle sur la vie et la vie à donner 10-LE RÔLE DES EQUIPES DE TRANSPLANTATION Le libre arbitre du donneur ne doit pas être construit avec l'aide de l'équipe soignante. Notre devoir à tous est de les aider à réfléchir et à construire leur propre réflexion. Il faut bien souvent aller au-delà de leur geste spontané et généreux. Il faut être très prudent lorsqu'un enfant veut donner à l'un de ses parents. De quoi sera faite sa vie demain? Les motivations sont à évaluer par tous, au sein de l'équipe et discutées ensuit en staff pluridisciplinaire afin d'évaluer que le donneur n'est pas contraint et que les bénéfices pour le receveur seront réels. Il est nécessaire d'expliquer au donneur qu'il est toujours possible de se rétracter même au dernier moment. Le comité d'experts est également là pour l'évaluation ultime du donneur. Mais nous pourrions aussi nous demander si nous avons le droit de nous immiscer dans la vie des familles? Une de solutions serait peut être d'informer très tôt des possibilités de greffe de donneur vivant Une information anticipée auprès du grand public, information donnée de manière neutre permettrait de dépassionnaliser la greffe et de savoir que ça existe. BIRAUD claire, Montpellier,

23 Une étude montpelliéraine 11 a montré que l'idée de donner son rein émanait à 86,5%du donneur. Les donneurs même s'ils sont très motivés par l'envie de donner, ne sont pas forcément conscients des suites. L'expérience de la greffe a été gratifiante pour le donneur puisque 56,8% d'entre eux ont une meilleure estime d'eux-mêmes après le don. La vie des donneurs s'est vue valorisée par cet acte. En conclusion de cette étude portant sur 96 dossiers P. Gres conclut que" le don est une expérience fructueuse et enrichissante pour le donneur qui dans la grande majorité des cas ne regrette pas son geste". La greffe de donneur vivant est une thérapeutique qui se développe dans votre centre, grâce à des équipes pluridisciplinaires motivées. 11P. Gres : Thèse "morbidité du prélèvement rénal chez le donneur vivant suivi à long terme, octobre2005 BIRAUD claire, Montpellier,

24 CONCLUSION BIRAUD claire, Montpellier,

25 Malgré l'élargissement des conditions de prélèvement d'organes, le nombre de greffe de donneurs vivants reste encore faible. La greffe rénale à partir de donneur vivant offre des avantages au receveur mais impose de subir une néphrectomie à une personne saine. Elle transgresse le principe de "primum non nocere" vis à vis du donneur. Ce principe est également remis en question lors de greffe altruiste. Le don entre époux, amis est très fréquent aux Etats Unis. Le don altruiste pur où le donneur ne demande rien et connaîtra jamais l'identité du receveur puisqu'il s'agit d'un don non ciblé sur un receveur précis. Le don d'organe est différent selon les cultures religieuses, la vision de l'intégrité du corps est de perception différente, selon que l'on est islamiste ou japonais ou hindouiste. La greffe de donneur vivant est malgré la législation en vigueur est étroitement liée à nos propres perceptions de la vie, la mort et du don qui doit être libre, égalitaire et fraternel selon nos propres valeurs de citoyen. Parler de greffe de donneur vivant c'est engager une réflexion sur un problème de société. Nous pouvons nous interroger sur est ce plus éthique de disposer du rein de mon frère que celui d'un donneur altruiste? Nos valeurs républicaines sont peut être à reconsidérer afin de permettre au plus grand nombre d'aspirer à une meilleure qualité de vie. Ce sujet sera peut être l'objet d'une prochaine réflexion BIRAUD claire, Montpellier,

26 BIBLIOGRAPHIE LOIS, DECRETS, RECOMMANDATIONS Loi dite Caillavet constitue le premier cadre juridique 1976 Loi de bioéthique n du 29/07 relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain. Loi du 18 janvier 1994 a crée un établissement public national dénommé Etablissement Français des Greffes (EFG) placé sous la tutelle du ministère chargé de la santé. Loi n du 29/07/1994 Loi n du 4/03 réaffirme les droits fondamentaux des patients Loi n du 0/ relative à la bioéthique Décret n du 30/05 est relatif à la mise en place du registre national des refus. BIRAUD claire, Montpellier,

27 Décret du 1 ier avril 1999 est relatif à l'autorisation des établissements en matière de prélèvement de donneur vivant Décret n porte sur les prélèvements d'organes et de cellules hématopoïétiques issues de la moelle osseuse et modifiant le code de la santé publique. Il porte sur le prélèvement sur une personne vivante. (cf. annexe 1) Articles L12331-et suivants du code de la santé publique. ArtL du code de la santé publique OUVRAGES,ARTICLES J-CLBesancenney, R.Hono, P.MICHOT, D.MOREAU, M.OUEST : L'étique et les soignants, éditions Lamarre A.CASAGRANDE, C.DELIOT : Questions éthiques autour du donneur vivant, editions louis pariente J.CINQUALBRE? Greffe d'organes, éditions masson R. DESCARTESs, Principes de la philosophie, 1,1 article 39 G.CORNU, vocabulaire juridique, PUF, 2002 Albert R.JONSENn,Ethical Issues in Organ Transplantation, ed. Medical Ethic, 1997 E. GRAND, C. HERVE, G.MOUTEL, les éléments du corps humaine, édition l'hartman BIRAUD claire, Montpellier,

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 INTRODUCTION I- Etat des lieux: la "crise de la transplantation" La transplantation rénale est aujourd'hui

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm. Le don dans les pratiques médicales: Symbolique du don et exemple du don d organe Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.fr

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques 07/01/2015 LLORCA Clémence L2 CR : BRASSIER Julia SSH Véronique DELAPORTE 10 pages Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques Plan A. L'insuffisance rénale chronique terminale I. Généralités

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Prélèvement d organe Santé publique Urgence vitale Circulaire de la DACS n 2007-02 du 4 avril 2007 relative aux conditions d intervention de l autorité judiciaire préalablement à la mise en œuvre de prélèvements,

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS Docteur Renaud Gruat Activité de greffe en France Origine des greffons Donneur Vivant Organes «doubles» Rein/ Foie/Pm Tissus Résidus op Peau/ os Cellules souches

Plus en détail

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES Une association ou une fondation reconnue d'utilité publique ou simplement déclarée ayant pour but la bienfaisance, l'assistance, la recherche scientifique ou

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules

Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules Introduction Le prélèvement et la greffe d'organes, de tissus* et de cellules* permettent de soigner des malades et blessés (comme les greffes

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE 1. Ainsi que le Directeur général l a fait observer dans son rapport à la soixante-dix-neuvième

Plus en détail

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Déclaration d Istanbul contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Préambule La transplantation d organes, l un des miracles médicaux du vingtième siècle, permet de prolonger et d améliorer

Plus en détail

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS!

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! I. JE M INFORME 1. Qu est-ce qu une greffe? 2. Quels sont les tissus et les organes que l on greffe? 3. Qui peut greffer? 4. Chacun peut-il être donneur? 5. Pourquoi

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

L état de mort cérébrale: approche transculturelle

L état de mort cérébrale: approche transculturelle L état de mort cérébrale: approche transculturelle JMPG, Nice, 27 mars 2008 Sadek Beloucif, CHU Avicenne, Bobigny Mort Encéphalique? Qu est-ce que la mort? concept métaphysique définition légale critères

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

LE DON DE REIN DU VIVANT

LE DON DE REIN DU VIVANT LE DON DE REIN DU VIVANT Mémoire de Fin d Etudes Diplôme d Etat Infirmier Session juillet 2013 Directeur de Mémoire Mme BAUDIER Claude, cadre formateur IFSI Avenue de Montfort BP 101 78321 Le Mesnil Saint

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse swisstransplant 4 L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse Sous dons d organes issus de donneurs vivants, on entend le prélèvement d un organe chez une personne saine avec une

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

LA CHAINE DU PRELEVEMENT

LA CHAINE DU PRELEVEMENT LA CHAINE DU PRELEVEMENT et de la greffe Prélèvements et greffes Une volonté collective de qualité La pratique des prélèvements et des greffes représente pour un établissement de santé une mission exigeante.

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012)

TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012) TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012) Adoption plénière Adoption simple Statut et âge - Epoux mariés puis 2 ans ou tous 2 âgés plus 28 ans (art 343 c civ) Personnes seules

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

R A P P O R T AUDITIONS Table ronde sur les greffes d organes ou de cellules à partir de donneurs vivants

R A P P O R T AUDITIONS Table ronde sur les greffes d organes ou de cellules à partir de donneurs vivants 383 N 3528 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION SPÉCIALE SUR LE PROJET DE LOI RELATIF À LA BIOÉTHIQUE (n 3166) Président M. Bernard CHARLES, Rapporteur M. Alain CLAEYS AUDITIONS Table ronde sur les greffes

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE Dr Evelyne MARRY Directrice DIRECTION PRELEVEMENT GREFFE - CSH Agence de la biomédecine 1 LE REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 13 du 14 mars 2014 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 PROTOCOLE D'ACCORD portant sur la mise en œuvre d une information générale sur

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail