LE DON DE REIN DU VIVANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DON DE REIN DU VIVANT"

Transcription

1 LE DON DE REIN DU VIVANT Mémoire de Fin d Etudes Diplôme d Etat Infirmier Session juillet 2013 Directeur de Mémoire Mme BAUDIER Claude, cadre formateur IFSI Avenue de Montfort BP Le Mesnil Saint Denis Promotion

2 Ce travail a été réalisé dans le cadre d une formation à l Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) MGEN de La Verrière. Il s agit d un travail personnel qui ne peut faire l objet d une publication en tout ou en partie sans l accord de son auteur. Promotion

3 REMERCIEMENTS Mes premiers remerciements s adressent à toutes les personnes qui m ont accompagnée lors de ma formation, et plus particulièrement à ceux qui m ont conseillée lors de la construction de ce mémoire de fin d études. Merci à Madame Dabrion et Madame Baudier d avoir su me transmettre leur goût pour la recherche. Merci aux collègues de promotion qui n ont pas hésité à m aider, notamment lors des guidances collectives. Ils ont su par leurs interventions m aider à remettre mon travail en question. Merci à Sylviane et Séverine d avoir su me redonner confiance quand je me perdais. Merci à tous les professionnels de santé rencontrés au cours des stages qui ont su me faire partager leurs expériences, participant ainsi à la construction du professionnel que je deviens à mon tour. Merci à toutes les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions, de me faire partager leurs expériences avec le même but commun : améliorer les pratiques infirmières et la prise en charge des malades. Merci enfin à mes proches, qui n ont eu de cesse de m encourager et de croire en moi. C est grâce à eux que je suis là aujourd hui. Promotion

4 Promotion

5 SOMMAIRE 1. Contexte 1 2. Exploration théorique État des lieux de la maladie rénale en France La complexité du don Le principe d autonomie L information au donneur Le consentement éclairé Enquête de terrain Outil de recueil de discours Échantillon Les biais Analyse des échanges Peut-on parler de liberté de décision? Nature de l information Ressenti de l accompagnement «Et si vous aviez 3 reins, donneriez-vous deux fois?» Conclusion Bibliographie 29

6 1. Contexte D écembre 1952, Paris. La première greffe de rein au monde à partir d un donneur vivant est réalisée avec succès. Depuis cette date, de très nombreuses vies ont été sauvées grâce au rein d un proche. Cependant, le don d organe du vivant est encore méconnu et sur le plan de la santé publique, alors que la France est en pénurie, cela gagnerait à changer, d autant plus que depuis 2011, la loi de bioéthique relative au don du vivant a été révisée et en élargit les possibilités. Au cours de ma formation, j ai eu l occasion de faire un stage en service d urologie. L établissement qui m a reçue pratique la greffe rénale avec donneur vivant. Ils ont d ailleurs dépassé les 1000 greffes en février Au moment de ce stage, une compétition sportive était organisée en partenariat avec l hôpital afin de promouvoir le don d organes. La course était ouverte à tous, qu ils soient amateurs, professionnels, patients greffés voire même enfants, et le personnel était convié à y participer. Cet évènement m a amenée à me documenter sur le don d organes et de tissus. Cette thématique m était presque totalement étrangère. C est un sujet qui m a tout de suite intéressée, par plusieurs aspects et c est pourquoi j ai choisi d y consacrer mon mémoire de fin d étude. Le premier intérêt que j y porte est totalement personnel, car je suis donneuse de sang et j envisage de m inscrire sur les registres de donneur de moelle osseuse. C est donc dans cette lignée que mon intérêt se porte sur le don d organe. Sur un plan professionnel, participer à une greffe est enrichissant tout autant par le côté technique de l opération que le versant relationnel qu elle induit nécessairement. Au cours de ma formation, je me suis sentie beaucoup plus à ma place dans la dimension relationnelle que comportent les soins. Ce TFE me permet de concilier technique, de par les connaissances et les gestes associés au don d organe, à la relation d aide qui se met en place avec le patient. 1

7 J ai eu l occasion de m en rendre compte en prenant en charge une femme qui a fait le choix de donner un rein à son mari. Cette situation est à l origine de ma réflexion et de ce travail. Ce travail sera donc composé de trois grandes parties. Tout d abord, présenter la situation à l origine de mon questionnement est une étape primordiale pour que vous puissiez comprendre ma réflexion. Ensuite, je m attacherai à construire un cadre théorique qui étayera finalement mon enquête et me permettra de l analyser afin de valider mon hypothèse. *** Âgés respectivement de 53 et 49 ans, Mr et Mme S. sont mariés depuis 26 ans et n ont pas d enfant. Mr S est cadre informatique et sa femme est secrétaire de direction. Ils vivent à Saint Cloud depuis 20 ans. Ils sont originaires de Vendée et y ont une résidence secondaire, où ils comptent s installer après leurs retraites. Leurs familles respectives y vivent toujours. Ce projet a été compromis. En effet, Mr S a connu plusieurs soucis de santé. - Il est traité pour des troubles du rythme cardiaque depuis 2005 par Amiodarone 200mg/jour. - Il a fait 4 pyélonéphrites entre 2003 et En mars 2007, on lui a diagnostiqué une insuffisance rénale. En première intention, il a dû modifier son régime alimentaire (réduction des protéines et du sodium). Sa consommation liquidienne était soumise à restriction. Depuis 2008, il était sous Lasilix 40mg/jour. - Sa capacité rénale a continué à se détériorer et depuis avril 2011, il est dialysé 3 fois/semaine (mardi, jeudi, samedi). Mr et Mme S n envisageaient pas de greffe de donneur vivant au départ de la prise en charge, mais la détérioration de leur qualité de vie les a amenés à y repenser. En effet, 2

8 ils aiment beaucoup voyager et les dialyses tri-hebdomadaires les en empêchent. De même, ils ne peuvent plus retourner en Vendée comme bon leur semble. Sa femme, compatible, a finalement fait le choix d être son donneur. Elle n a aucun antécédent médical particulier, hormis le fait qu elle ait fait de multiples fausses-couches. programmée. Ils ont lancé la procédure début 2012 et 9 mois après, l intervention est A leur arrivée à l hôpital, ils semblent déterminés et sûrs de la décision qu ils ont prise. Ils disent avoir eu toutes les réponses dont ils avaient besoin, relatives à l intervention elle-même et à ses suites en hospitalisation. Après l intervention, Mr S. sera pris en charge dans le service de néphrologie. Sa femme, quant à elle, remontera dans le service d urologie qui se compose de 22 lits. L équipe soignante de ce service est constituée d une cadre de santé, de 3 infirmières et de 2 aides-soignantes, en roulements de 12h. Un médecin urologue est présent quotidiennement. Mme S remonte donc en service d urologie. Son attitude est complètement différente de ce qu elle a laissé paraître la veille à l arrivée. Je l ai trouvée en pleurs dans sa chambre à 2 reprises. Quand je lui ai demandé ce qui n allait pas, elle m a répondu : «Non, ce n est rien. J ai un peu mal c est tout mais ce n est pas grave.» Après un silence, elle rajoute : «Je devais le faire, c est mon mari. Je l aime, c est mon mari. Je ne pouvais pas dire non. Je n ai que lui. Je peux bien souffrir un peu aussi.» Elle conclut, après une nouvelle pause : «C est un mauvais moment à passer et après le meilleur nous attend.» Cette situation m a perturbée et m a amenée à me poser beaucoup de questions. J ai pensé au premier abord que Mme S regrettait son don, ou le vivait mal. En effet, elle exprime qu elle devait faire ce don, pour son mari. J ai donc posé l hypothèse qu elle avait accepté de donner son rein en réponse à une pression plus ou moins consciente (le rein pourrait être perçu comme un «dédommagement» de l enfant qu ils n ont pas eu ; dans ses représentations, le mariage peut être synonyme de «sacrifice» pour l autre, «pour le meilleur et pour le pire» ; leur famille pourrait ne pas comprendre un refus de don de sa part ) 3

9 Cela pouvait vouloir dire qu il y avait eu un raté dans la procédure en amont, que l on n avait pas su interpréter ses motivations. Qu est-ce qui est mis en place justement pour éviter cet écueil? Est-ce possible de passer à côté de quelque chose lors des entretiens? Peut-on éviter complètement toutes les pressions (sociale, morale, physique...)? Dans un second temps, je me suis dit que la procédure n était peut-être pas à remettre en cause. J ai donc posé d autres hypothèses de réflexions. Que s est-il passé depuis son arrivée, la veille, qui pourrait expliquer ce changement d attitude? Est-ce lié à la douleur physique? Un protocole antalgique est mis en place de manière à soulager Mme S, mais est-il bien adapté? J ai ensuite écarté cette option, car Mme S dit que sa douleur physique n est pas très forte. Que se passe-t-il sur le plan psychologique? Est-ce que cette réaction est normale ou pas, suite à la «perte» d un organe? Ces larmes sont-elles la manifestation d angoisses? En effet, il peut y avoir plusieurs sources d angoisses suite à ce don. Il y a un risque d échec de la greffe pour son mari et donc le don n aurait servi à rien. Elle risque elle-même de devenir insuffisante rénale un jour si son propre rein subit des lésions. La confrontation à la maladie et à sa propre mort, la prise de conscience du caractère irréversible du don peuvent être sources d angoisses. Son geste l amène peut-être inconsciemment à réfléchir à l avenir de son couple, et au devenir de son don par extension. Je me suis enfin demandé si Mme S avait pris la pleine mesure de ce don? Avaitelle pris conscience des implications avant l intervention ou bien s y retrouve-t-elle confrontée de plein fouet après? Avait-elle réalisé les risques auxquels elle s expose? A-telle fait ce don en conscience? Son consentement était-il vraiment éclairé? Qu entend-on exactement derrière l expression «consentement éclairé»? L a-t-on suffisamment accompagnée dans ce choix du don d organe vivant, en lui apportant toutes les informations nécessaires et en lui laissant du temps dans sa réflexion? J ai partagé mes questionnements avec les professionnels de terrain travaillant dans ce service de chirurgie urologique. En effet, au cours de leur carrière, ces infirmiers ont eu à prendre en charge à plusieurs reprises des donneurs de rein vivants. 4

10 Ils m ont dit qu il leur arrivait de rencontrer des patients donneurs qui semblaient mal vivre leur don. Cela pouvait se traduire par des patients qui se repliaient sur eux, d autres qui, à l inverse, se révélaient extrêmement demandeurs d attention. Il est même arrivé que certains patients évitent toute discussion au sujet de leur don et ne demandent aucune nouvelle du receveur après que la greffe ait eu lieu. Cela a donc confirmé que la situation que j ai vécue n était pas un cas isolé et que mon travail de recherche revêtait un véritable intérêt. Certains infirmiers m ont dit que dans ces moments, ils n avaient pas poussé leur analyse pour savoir d où pouvait venir ce malaise et que leur prise en charge n avait alors peut-être pas été toujours adaptée. Après réflexion, certains ont même supposé que cela avait parfois pu renforcer un mal-être qui n était pas jusqu alors complètement conscient pour le patient. Si le questionnement des professionnels s est tourné vers la prise en charge en postopératoire, j ai quant à moi choisi de me pencher sur l accompagnement en amont. Dans un premier temps, j envisageais d orienter mon travail sur les pressions sociales que pouvait subir un donneur vivant, mais après réflexion, j ai choisi de ne pas poursuivre dans cette voie. En effet, je risquais de basculer dans le jugement de valeurs, et en me projetant en tant que professionnelle de santé, j ai réalisé que le but de mon travail ne serait pas de décider si les choix des patients étaient motivés par de «bonnes raisons» mais bel et bien de les accompagner justement pour qu ils vivent au mieux leur décision. Au fil des discussions avec les professionnels et ma guidante de mémoire, mon questionnement s est étoffé et a finalement abouti à la problématique provisoire suivante : «En quoi l accompagnement dans le cadre du processus décisionnel du don d organe permet-il au donneur d un rein de faire son choix en conscience?» 5

11 2. Exploration théorique Institut de Formation en Soins Infirmiers Avant d aller enquêter sur le terrain, il est primordial d avoir des connaissances approfondies sur le thème que l on souhaite aborder. On ne peut envisager un entretien si l on n a pas confronté les différents points de vue des auteurs ayant déjà traité du sujet. Ceci est une base qui nous permet de forger nos propres idées et qui permet un enrichissement personnel important. Ces recherches théoriques faciliteront par la suite la mise en mot de la question de départ définitive. Avant de m attacher à développer mon cadre conceptuel, il me semble nécessaire de commencer par faire un état des lieux de la maladie rénale en France État des lieux de la maladie rénale en France Les maladies rénales sont souvent silencieuses et méconnues jusqu à un stade avancé. On estime qu environ 3 millions de personnes en France ont une maladie rénale chronique, avec ou sans insuffisance rénale. Ces maladies peuvent être acquises au cours de maladies auto-immunes, de maladies métaboliques, ou encore d infections urinaires répétées. Elles peuvent aussi être d origine génétique. Lorsque la fonction rénale devient insuffisante, le recours à la dialyse ou à la greffe rénale est indispensable. Bien qu ayant augmenté au cours des années passées, le pourcentage des greffes rénales en France demeure limité en comparaison avec d autres pays. Aujourd hui en France, on compte environ dialysés et porteurs d un greffon rénal fonctionnel. 1 Le corps humain est en principe inviolable et indisponible. Les lois sur la bioéthique ont pour finalité essentielle de déterminer un statut juridique du corps humain et de ses éléments dans le cadre duquel sont redéfinies les limites à leur utilisation. L utilisation des organes humains s inscrit dans cette évolution. 1 Pr BROYER M., Membre du comité d experts Ile de France-centre, La transplantation rénale avec donneur vivant. Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement. Hôpital Necker enfants Malades, Paris 6

12 L intérêt que présente leur utilisation repose principalement sur le développement des greffes ou transplantations d organes. 1. La greffe rénale Malgré les progrès de la dialyse, la meilleure option thérapeutique de l insuffisance rénale demeure la transplantation. En effet, la dialyse entraîne des limitations dans la vie quotidienne et diminue d autant la qualité de vie. De plus, le coût élevé de la dialyse constitue aussi un argument important en faveur de la transplantation dans notre système de santé. La facture annuelle d une dialyse est de en moyenne, tandis que la greffe d un rein coûte environ la première année, puis 8000 les années suivantes. Etant donné la pénurie d organes de donneurs décédés, de nombreux patients attendent une transplantation pendant des années. Le don avec donneur vivant peut raccourcir ce délai d attente et le résultat est généralement meilleur. Enfin, de grands progrès ont été réalisés dans les techniques anesthésiques et chirurgicales, réduisant les risques pour le donneur. La transplantation rénale est encadrée par la loi de bioéthique du 6 août 2004, modifiée le 7 juillet Cette loi fait du prélèvement et de la greffe une priorité nationale et l intègre dans les missions des établissements de santé : «tous les établissements de santé, qu ils soient autorisés ou non, participent à l activité de prélèvement d organes et de tissus, en s intégrant dans les réseaux de prélèvement.» (art. L du code de santé publique) 2. La greffe avec donneur vivant Dans un contexte de pénurie, la révision de la loi Bioéthique a ouvert l éventail des donneurs possibles, selon deux catégories : - les donneurs naturels (parents) - les donneurs par dérogation (enfant, frère et sœur, oncle et tante, cousin germain, conjoint du père ou de la mère, ou toute personne pouvant justifier de deux ans de vie commune avec le receveur). Un passage devant un comité d experts de cinq membres doit fournir au donneur par dérogation une «autorisation à donner», après que ce comité ait jugé de sa compréhension complète des enjeux, d une absence de pression et après avoir évalué la balance bénéfice/risque de l intervention. 7

13 Tous les donneurs doivent être majeurs et en capacité de signer leur consentement devant le juge du tribunal de grande instance de leur domicile. Bien entendu, toute dimension commerciale du don est toujours strictement prohibée. 3. Les avantages d une greffe avec donneur vivant. Chez l enfant, elle permet de programmer la transplantation avant qu il soit nécessaire de commencer la dialyse. La date de la transplantation est décidée en fonction de la maladie et de son évolution. La planification suffisamment précoce permet d éviter les incapacités de travail partielles ou complètes. Le patient demeure intégré dans le circuit du travail et cela augmente son estime de lui-même. Cela suscite également moins de coûts. De plus, un organe prélevé sur un donneur vivant est d une qualité optimale et il n y a pas de délai entre le prélèvement et la greffe. En effet, le temps d «ischémie froide» observé lors du prélèvement chez un donneur décédé peut être préjudiciable pour le fonctionnement de la greffe. Selon l Agence de la Biomédecine, il est compté 20% de greffons toujours fonctionnels après 10 ans de plus quand le donneur était vivant que lors d un prélèvement sur donneur décédé. Cela s explique aussi par le fait que les reins ainsi transplantés sont souvent plus «sains» et en moyenne plus jeunes. 4. Les contre-indications à la transplantation avec donneur vivant Bien entendu, un risque trop important pour le donneur contre-indique formellement le don. Certaines équipes refusent d avoir recours à un donneur vivant lorsque le risque d échec de la greffe est majoré par certaines circonstances comme par exemple un risque élevé de récidive de la maladie causale. Sauf exceptions, le don est théoriquement interdit lorsque le donneur est porteur d une maladie virale (type hépatite B ou C). *** La greffe avec donneur apparenté peut constituer une bonne solution pour un patient en insuffisance rénale grave, permettant parfois d éviter le passage par la dialyse. 8

14 Elle n est toutefois possible que s il se manifeste un donneur bien décidé à subir la néphrectomie après information complète, après obtention de son consentement éclairé. Ceci nous amène donc à développer les concepts suivants : le don, l autonomie, l information, et le consentement éclairé La complexité du don Selon le Dictionnaire d Émile Littré, le don est «l action d accorder gratuitement à quelqu un la propriété ou la jouissance de quelque chose.» Dans le cadre médical, le terme de «don» est utilisé pour désigner l acte de prélèvement d une partie du corps humain à visée thérapeutique, que la personne qui donne soit vivante et donne en toute conscience, ou qu elle soit décédée sans s être jamais prononcée sur cette question. Dans ses travaux, Mauss montre que donner, c est enchaîner trois obligations : celle de donner, celle de recevoir, et celle de rendre. Selon lui, il faut rappeler que si le geste de donner est lié à des représentations honorables pour la société, telles que l altruisme, la générosité ou encore le désintéressement, il soumet aussi le receveur à une double obligation : recevoir et rendre. 2 «Ce qui, dans le cadeau reçu, échangé, oblige, c est que la chose n est pas inerte. Même abandonnée par le donateur, elle est encore quelque chose de lui.» Marcel Mauss Maurice Godelier reprend ces travaux et développe à son tour la notion d ambivalence : «Donner semble ainsi instaurer une inégalité de statuts entre donateur et donataire. [ ] Deux mouvements opposés sont contenus dans un seul et même acte.» 3 2 MAUSS M., Essai sur le don. Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques. Ed. Paris : PUF, 2007, 248p. (1ère édition en 1925 dans l Année Sociologique) p.16 3 GODELIER M., L énigme du don, Paris : Flammarion, 2008, 315p. (1ère édition 1996) 9

15 Cette ambivalence pose ainsi un grand nombre de problèmes éthiques. L argument majeur est d origine déontologique : comment ne pas nuire à la personne prélevée? En effet, le don d organe semble en totale contradiction avec la vision éthique de l inviolabilité du corps humain en exposant des sujets sains à des risques médicaux au profit d autres personnes malades. La crainte sous-jacente est de voir se déplacer les motivations altruistes des volontaires vers des motivations moins nobles, fondées sur des pressions ou encore des intérêts financiers, ce qui serait alors inacceptable. On a déjà pu constater que certaines dérives ont effectivement accompagné la pratique du don d organe. Ainsi, on ne peut ignorer qu un véritable commerce des organes s est mis en place dans certains pays, aux dépens des populations les plus vulnérables. La régulation des procédures du don est donc essentielle et passe par la mise en place d un cadre normatif indispensable au maintien du respect de la personne humaine et du maintien de son autonomie Le principe d autonomie Emmanuel KANT définit la liberté de la manière suivante : «la liberté dans le sens pratique est l indépendance de la volonté par rapport à la contrainte des penchants de la sensibilité.» et «Libre et en même temps soumis à la loi qu il se donne, tel est le contenu légitime de l autonomie.» 4 Dans le domaine qui nous intéresse, cela appelle à deux commentaires : - la décision du donneur n est pas la plus libre possible si elle obéit à la seule puissance des émotions. En effet, selon la définition Kantienne, la générosité affective n est pas le signe d un exercice de liberté. - de plus, le donneur doit obéir à un impératif moral qu il se dicte lui-même, ce qui fait alors de lui un sujet souverain de sa décision. En étudiant la pratique du don vivant, on peut aisément se rendre compte que le consentement du donneur n est jamais exempt de pression. 4 KANT E., Critique de la Raison Pratique 10

16 Si l on admet cette hypothèse, il est alors naturel de remettre en question le principe d autonomie reconnu dans le cadre du don du vivant. En effet, le consentement est considéré, tout du moins juridiquement, comme l expression de l autonomie de l individu qui externalise alors sa volonté. Selon Denis Berthiau 5 (maître de conférences, chargé de mission au centre d éthique clinique de l hôpital Cochin), ce principe d autonomie étant fragile, le rôle des comités devrait être repensé et leur but devrait être de repérer les hypothèses de pression insoutenable éthiquement. L acte de don étant un acte d une importance considérable qui nécessite un soutien, les comités devraient être plutôt des accompagnateurs du consentement, et non des inspecteurs des motivations, défiant les décisions. Et la meilleure façon d accompagner est d informer, de manière neutre, sans rien dissimuler L information au donneur Il est intéressant de noter que la plupart des donneurs prennent une décision immédiate, dès qu ils ont connaissance du besoin de greffe. Ce choix intervient bien souvent avant qu ils aient reçu une information structurée sur les bénéfices, les risques et les alternatives possibles à cette transplantation. 1. L information préalable Le donneur doit être informé des risques de l intervention elle-même Les deux techniques chirurgicales lui seront présentées. En effet, il n existe aucune intervention chirurgicale qui ne comporte pas de risque anesthésique. Le risque vital est aujourd hui évalué à 1 sur De même, une transfusion peut être nécessaire au décours de l intervention. Le donneur doit être informé des suites immédiates de l intervention. La douleur est la complication la plus importante. Parmi les autres complications précoces importantes chez le donneur de rein, on retrouve un état dépressif dans les jours suivants le don, des écoulements de lymphe dans le champ opératoire, des hémorragies nécessitant 5 BERTHIAU D., Redéfinir la place du principe d autonomie dans le prélèvement d organes. Propositions de révision de certains aspects de la loi bioéthique du 6 août2004 en la matière. Elsevier Masson SAS,

17 une transfusion, des ecchymoses, des pneumothorax, des problèmes intestinaux. Néanmoins, leur fréquence reste peu élevée. La durée de l hospitalisation est de l ordre de une à deux semaines en moyenne. L information doit aussi porter sur les aspects financiers de cette transplantation. Tous les examens effectués dans le cadre d un don du rein sont à la charge de l hôpital dans lequel la greffe doit être effectuée, même si la greffe n a pas lieu. Il en va de même pour les frais d hospitalisation et de transport. De même, il est important de rappeler que la convalescence peut s assortir d une perte de revenus. Le devenir du receveur n est pas une information à négliger. Le risque d échec est de l ordre de 4 à 5% dans la première année, avec toutes les conséquences psychologiques que cet échec pourrait avoir sur le donneur. Sur le long terme, le donneur doit être informé des suites lointaines d une néphrectomie. La principale inquiétude, celle du risque d un problème rénal touchant le rein unique restant, semble aujourd hui sans justification. Le risque d insuffisance rénale plus élevé que la moyenne n apparaît plus non plus. Parmi les suites opératoires durables, on peut en craindre trois : problème de cicatrice (hernie), éventrations / faiblesses de la paroi abdominales, douleurs en dehors de la zone cicatricielle (généralement dans le dos) 2. La période de réflexion Une fois l information délivrée par le médecin responsable du programme de greffe, il est recommandé de laisser un temps de réflexion d au moins une à deux semaines avant d enregistrer la décision. C est seulement à partir de ce moment que l on commencera à pratiquer l ensemble des examens nécessaires à une transplantation Le consentement éclairé 1. Ce que dit le législateur La loi du 29 juillet 1994 relative au respect du corps humain a inséré dans le code civil des dispositions qui définissent les principes généraux garantissant le respect du corps 12

18 humain. Ce respect trouve son fondement dans la primauté et la dignité de la personne, consacré explicitement dans l article 16 du code civil : «La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l être humain dès le commencement de sa vie.» La loi fonde le statut protecteur du corps humain sur deux principes fondamentaux : l inviolabilité et la non patrimonialité du corps humain. Cela s étend par ailleurs aux éléments et produits détachés du corps humain, tels les organes. Les principes fixés par cette loi concernent également le consentement du donneur, la gratuité et l anonymat du don. On peut ajouter à ces principes généraux l interdiction de la publicité, la sécurité sanitaire et la biovigilance. L article 5 de la Convention Européenne sur les Droits de l Homme et la Biomédecine (dite Convention de Bioéthique) énonce : «Aucune intervention en matière de santé ne peut être effectuée sur une personne sans son consentement libre et éclairé. La personne peut, à tout moment, librement retirer son consentement.» Cela est rappelé dans le code de la santé publique : «Le prélèvement d éléments du corps humain et la collecte de ces produits ne peuvent être pratiqués sans le consentement préalable du donneur. Ce consentement est révocable à tout moment.» Le consentement de l intéressé ne suffit toutefois pas à valider totalement une intervention sur son corps. Selon la loi du 29 juillet 1994, une telle intervention n est autorisée que si elle répond à une finalité thérapeutique. Le consentement doit être formellement exprimé par écrit devant le président du Tribunal de Grande Instance, qui s assure alors que celui-ci est libre et éclairé par le passage devant un comité d experts. Le code de la santé publique impose l information préalable du donneur sur les risques et les conséquences prévisibles du prélèvement, d ordre physique et psychologique, sur sa vie personnelle, familiale et professionnelle. Cette information porte en outre sur les résultats qui peuvent être attendus de la greffe pour le receveur. 2. Le développement moral cognitif et la prise de décision éthique Le psychologue Jean Piaget fut le pionnier de la recherche sur le développement moral en étudiant l enfant. Selon lui, la moralité évolue au cours du temps. Au début de sa 13

19 vie, l enfant adopte la moralité imposée par l adulte. Au cours de sa croissance, il se conforme aux règles sociales que lui impose la société dans laquelle il évolue. 6 Kohlberg 7 a prolongé ces travaux et tente quant à lui d expliquer le cadre cognitif sous-jacent à la prise de décision individuelle dans le cadre d un problème éthique. Il établit plusieurs stades : - Au stade pré-conventionnel, l individu est concerné par les conséquences concrètes de ses actes (récompenses et punitions) et par son intérêt propre immédiat. - Au stade conventionnel, la personne choisit de se comporter conformément aux attentes de la société ou d une partie de la population telle que la famille. - Au stade post-conventionnel, le sujet est guidé par des principes de valeurs universelles et un sens de l obligation envers la loi. 3. Faire un choix en conscience Le Larousse nous définit la conscience comme : «- une connaissance, intuitive ou réflexive immédiate, que chacun a de son existence et de celle du monde extérieur ; - une représentation mentale claire de l existence, de la réalité de telle ou telle chose ; - en psychologie, c est une fonction de synthèse qui permet à un sujet d analyser son expérience actuelle en fonction de la structure de sa personnalité et de se projeter dans l avenir.» Selon Piaget, «Comprendre, c est attribuer une signification [ ] et revient à dire : conscience = signification = compréhension consciente. L activité de la conscience consiste [ ] à conférer et relier des significations» 8 Nous pouvons donc déduire que faire un choix en conscience, c est avoir une représentation claire de la situation, après avoir su analyser et comprendre toutes les informations reçues et s être projeté dans l avenir. 6 Piaget J. (2000), Le jugement moral de l enfant, Paris, Bibliothèque de philosophie contemporaine, Presse Universitaire de France, 334 pages 7 Kohlberg L. (1969), Stage And Sequence : The Cognitive Developmental Approach To Socialization; in D.A. Goslin (ed), Handbook of socialization theory and research, p , Chicago : Rand McNally. 8 PIAGET J., L aventure humaine : encyclopédie des sciences de l homme, vol.5 : l homme à la découverte de lui-même. Paris : La Grange Batelière, 1967, p

20 En l occurrence, opter pour un don vivant, c est avoir compris les enjeux, les risques et les implications que l intervention aura pour chacun des protagonistes (donneur, receveur, équipe soignante). Néanmoins, il est important qu un praticien analyse cette décision pour vérifier qu elle n est pas imprégnée malgré tout de mécanismes à l origine inconsciente, ce qui peut changer la nature saine des motifs du don. 4. Le libre arbitre Nul don n intervient dans une atmosphère neutre et chaque don provoque inévitablement des conséquences à la fois bénéfices et problématiques pour le receveur comme pour le donneur. «L atmosphère du don est toujours celle de l obligation et de la liberté mêlées.» 9 L un des premiers philosophes ayant traité du libre arbitre est René Descartes et il écrit que : «la liberté de notre volonté se connaît sans preuve par la seule expérience que nous en avons et il est si évident que nous avons une volonté libre qui peut donner son consentement ou ne pas le donner quand bon lui semble que cela peut être compté pour une de nos plus communes notions. 10» Derrière cette définition traditionnelle et alambiquée, on relève deux points incontournables en matière de donneur vivant : - la capacité de délibération existe et mérite le respect chez tout individu. Accepter ce postulat, c est accepter que le donneur vivant est un sujet rationnel même dans les situations difficiles (la maladie d un proche, dans ce cas) - l exercice du libre arbitre ne nécessite aucune autre disposition spéciale qu une connaissance claire et distincte des éléments à prendre en compte dans la décision. En théorie, pour Emmanuelle Grand, la notion de consentement du donneur est quelque peu antinomique. 9 MAUSS M., Essai sur le don. Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques. Ed. Paris : PUF, 2007, 248p. (1ère édition en 1925 dans l Année Sociologique) 10 DESCARTES R., Principes de la philosophie, 1,l, article 39 15

21 En effet, le don est une démarche spontanée, personnelle et volontaire. La notion de consentement n y trouve donc pas de place. Néanmoins, ce qui intervient en premier chronologiquement parlant dans la démarche du don, c est la nécessité de recevoir, pas celle de donner. 11 Cette chronologie permet donc au consentement éclairé de retrouver une légitimité. C est seulement lorsqu on aura vérifié que le donneur potentiel a été correctement informé, qu il a compris les explications qui lui ont été données, qu il n est soumis à aucune pression inacceptable d un point de vue éthique, qu on pourra considérer qu il a fourni un consentement éclairé. *** Grâce à tous les apports théoriques de mon cadre conceptuel, j ai pu appréhender les nuances et la complexité des différents concepts qui entrent en jeu dans ma réflexion. Je peux donc confirmer la formulation de ma problématique de départ : «En quoi l accompagnement dans le cadre du processus décisionnel du don d organe permet-il au donneur d un rein de faire son choix en conscience?» L'hypothèse de départ de mon travail de recherche est que l'accompagnement soignant au cours de la prise de décision du donneur vivant lui permet de vraiment faire un choix de manière éclairée, en ayant toute conscience des implications de son geste. 3. Enquête de terrain 3.1. Outil de recueil de discours Afin de pouvoir confirmer ou infirmer mon hypothèse de départ, j avais le choix entre deux outils : le questionnaire et l entretien. 11 GRAND E, HERVE C, MOUTEL G. Les éléments du corps humain, la personne et la médecine. Codésur-Noireau: L Harmattan;

22 J avais dans un premier temps choisi de procéder à des interviews, selon le modèle de l entretien semi-directif. L entretien semi directif est une méthode de recueil d informations qui permet de centrer, sans l enfermer, le discours des personnes interrogées autour de thèmes préalablement définis selon un guide d entretien. Bien que guidé, le témoin reste toujours libre d exprimer ce qu il veut, et selon le déroulé qui lui plaît. J ai finalement dû revoir ma méthode et la modifier un peu. En effet, les personnes contactées qui ont accepté de répondre à mes questions sont domiciliées dans différentes régions de France, voire même à l étranger. Afin que l analyse soit solide, il fallait que le guide d entretien et la méthode de recueil soit les mêmes pour tous. Le décalage horaire rendant impossible l entretien par téléphone, j ai donc opté pour un «entretien» par mail. Cette voie de contact amène plusieurs biais que je développerai un peu plus tard dans ce travail. J ai malgré tout maintenu ma volonté de travailler selon la technique de l entretien car je trouvais que l enquête par questionnaire ne correspondait pas à mes objectifs. Elle était trop restrictive selon moi, en soumettant des réponses et en réduisant alors d autant le champ des possibles. J ai donc trouvé un compromis en créant un questionnaire ouvert. La formulation et l ordre des questions étaient fixés, mais le sujet interrogé pouvait répondre aussi longuement que désiré et cela me laissait l opportunité de reprendre contact pour développer ou préciser certains points par la suite. Cette solution permet au sujet de s exprimer librement et le type de discours qu il utilise (vocabulaire, figures de style ) traduit tout autant de choses que le sens premier des mots. J ai bâti mon questionnaire en quatre parties. La première se penche sur l origine de la décision du don, la seconde permet d évaluer les connaissances et l information faite au donneur. La troisième partie permet au témoin d exprimer son ressenti sur sa relation avec les professionnels de santé et enfin la dernière lui permet un bilan de son expérience du don du rein. 17

23 Les entretiens par mail sont une pratique récente, liés à l explosion de l utilisation des nouvelles technologies dans notre société. Ils s inscrivaient pour moi dans une logique car les premiers contacts avec mes «témoins» se sont tous fait via internet, par le biais de forum de discussion. Les personnes sollicitées peuvent répondre à leur convenance, sans pression de l interlocuteur et les relances sont simplifiées. Je leur ai transmis mes questions, en leur indiquant une date butoir pour le retour de la réponse. Cela facilite aussi la retranscription des échanges, car elle est disponible de suite au format numérique Échantillon Il est impossible d interroger toute la population ciblée par mon projet. Il a donc fallu déterminer un échantillon. J ai donc choisi d interroger des donneurs de rein vivants dont l expérience remonte à un an au moins, car je ne voulais pas que cet entretien ait une trop forte résonnance chez le donneur, ce qui pourrait influencer le vécu de son don. En effet, chez le donneur, une dépression peut survenir brutalement et de façon inattendue juste après le don, même si la transplantation s est bien déroulée. Cet état, comparable quelque part à la dépression postnatale, n est souvent bien heureusement qu un état passager qui dure de quelques jours à quelques semaines. 1. Échantillonnage La méthode d échantillonnage la plus représentative serait celle du tirage aléatoire mais en pratique, dû en partie au temps imparti pour cette étude, elle n était pas possible pour moi à mettre en place. Elle aurait supposé, de plus, que j ai une liste exhaustive de tous les individus ciblés. J ai essayé de diversifier au maximum les points de vue, et cela passait par la constitution d un échantillon significatif à défaut d être représentatif. En effet, mon échantillon a une taille réduite ce qui va à l encontre du concept de représentativité. J ai cherché à obtenir le témoignage de donneurs des deux sexes, ayant différents liens avec le receveur. 18

24 . Mon premier écueil a été la prise de contact. En effet, les centres de transplantations se doivent de préserver l anonymat des donneurs. Ils ont malgré tout accepté de diffuser ma demande auprès des donneurs afin que ces derniers puissent me contacter s ils acceptaient d être interrogés. Malheureusement, cela n a pas abouti. J ai donc choisi de m inscrire sur différents forums dédiés à l insuffisance rénale et aux donneurs de rein. Ceux-ci sont peu nombreux et la fréquence des visites n est pas toujours soutenue. Malgré tout, le site renaloo.fr m a permis des prises de contact avec des patients dialysés. Ces personnes m ont alors conseillé de m orienter vers la page Facebook de l association, afin de pouvoir contacter un plus grand nombre de gens. C est de cette façon que j ai pu obtenir les 9 contacts de témoins potentiels. 2. Refus A part pour quelques exceptions, nul en France n est tenu de se prêter à un entretien, ni de répondre à un questionnaire. Dans pratiquement toutes les enquêtes, on constate qu un certain nombre de personnes refusent de répondre. Ces refus sont le plus souvent globaux : la personne contactée refuse de recevoir le questionnaire. Il est beaucoup plus rare que des personnes se retirent en cours d enquête. J ai pris contact avec 12 personnes. 9 ont accepté de recevoir mon questionnaire. Sur les 3 refus, 1 personne m a répondu ne pas avoir le temps. Les 2 autres m ont dit que leur don n avait pas eu de conséquences positives (rejet du greffon par le receveur), et qu elles ne souhaitaient donc pas en parler. Selon elles, leur ressenti rendrait leur discours non objectif. Sur 9 questionnaires finalement envoyés, j ai obtenu 7 réponses exploitables. Une des personnes avait fait un don du rein, mais en Suisse. De fait, je ne l ai pas incluse dans mon échantillon. Une autre a finalement souhaité se désister, sans m en détailler la raison. 19

25 3.3 Les biais L échantillon étant peu étendu, les résultats obtenus se prêteront donc difficilement à la généralisation. Ils ne seront valables que dans le cadre de ce travail de fin d étude mais permettront malgré tout de formuler des hypothèses et de nourrir une nouvelle réflexion. Les entretiens par internet m ont permis d obtenir rapidement les réponses. Les sujets étaient mieux dispersés géographiquement. Malgré tout, ils restent moins riches, les sujets risquant de moins s impliquer, surtout lorsqu il nécessite de se servir d un clavier pour répondre. Néanmoins, les personnes qui ont accepté d y répondre étaient de fait plus disponibles. Il y a également un biais de sélection lié à l écrit. Les personnes maîtrisant moins bien l orthographe ont pu se sentir en difficulté et faire le choix de ne pas me répondre. Le fait que toutes les questions soient connues avant même que le répondant ne commence à s exprimer peut être un biais. En effet, le répondant peut chercher à deviner l objectif de l enquête et modifier ses réponses en fonction. Les silences et les non-dits et le ton n apparaissent pas dans une collecte de données écrite. Enfin, je n ai pas pu utiliser certaines questions dans l analyse, car les témoins ne les avaient pas bien comprises et leurs réponses étaient inexploitables, tout du moins dans le cadre de ce travail. Je pense notamment à celles qui avaient pour but d évaluer l information faite au préalable de la décision des donneurs (N 4 et 5) 4. Analyse des échanges L analyse de contenu est une démarche intellectuelle en sciences sociales et en soins infirmiers. Utilisée de façon méthodique, elle permet une attribution de sens au discours analysé. Analyser, selon l encyclopédie Universalis, c est «reformuler les phrases du langage ordinaire dont la forme grammaticale en dérobe le sens.» Cela consiste à décomposer, réduire le langage en unités grammaticales pour en saisir la structure. 20

26 Analyser c est rapprocher ce qui est «dit» de ce qui «devrait être», d où l importance du cadre conceptuel. J ai pris le parti de vous exposer les résultats de mon enquête sous forme de graphiques et d en faire l analyse directement, pour soumettre une hypothèse permettant d expliquer le phénomène observé Peut-on parler de liberté de décision? Quel lien vous unit au receveur? Parent Frere / sœur Cousins Germains Demi frère /sœur Conjoints Etiez-vous le seul donneur possible? Oui Non Ne sait pas La phase d amorce de mes entretiens visait à mettre en évidence le lien entre les donneurs et receveur. En effet, le don du vivant est ouvert aux personnes ayant des liens familiaux élargis. L échantillon des personnes interrogées est donc composé de 3 donneurs naturels et de 4 donneurs par dérogation. 21

27 La famille est un groupe social particulier dont les membres sont unis par des liens de parenté ou d alliance. On distingue la famille nucléaire, comprenant enfant et parents, et la famille étendue aux grands-parents, oncles, etc Ce groupe partage les mêmes valeurs, un passé, des souvenirs, une culture. Il y a nécessairement présence d affects. Or, on le sait, le groupe influence la prise de décision. On ne peut pas imaginer d individu qui soit si complètement isolé des autres que ses décisions résultent d un calcul prenant en compte uniquement ses propres intérêts. L être humain n est pas un calculateur dont les décisions résultent systématiquement d une analyse scrupuleuse et objective. Ses émotions font partie intégrante de ses décisions. Rappelons le postulat Kantien qui dit que «la liberté dans le sens pratique est l indépendance de la volonté par rapport à la contrainte des penchants de la sensibilité.». Cela veut dire que la décision du donneur n est pas la plus libre possible si elle obéit à la seule puissance des émotions. Ce premier point vise donc à montrer que le donneur, parce qu il a un lien familial et donc émotionnel avec le receveur, n est jamais complètement libre et autonome dans sa prise de décision. Les individus se sentent inconsciemment engagés les uns envers les autres par de micro-obligations. Cela est d autant plus vrai lorsque la décision à prendre met en jeu la santé du proche. En effet, ce type de décision personnelle, en situation, fait intervenir des émotions dites primaires. 22

28 4.2. Nature de l information Institut de Formation en Soins Infirmiers 7 Sujets abordés lors de l'information préalable (pourcentages) On peut remarquer qu aucun des témoins ne mentionne qu il a été informé sur l aspect financier de la transplantation. En revanche, tous les donneurs ont été informés sur l intervention chirurgicale et ses risques. Les bonnes pratiques voudraient que les sujets suivants soient abordés lors des entretiens d information préalable : - la méthode opératoires et les risques - les suites post-opératoires directes - l aspect financier de la prise en charge - le devenir du receveur - les suites lointaines de la néphrectomie Ces réponses confirment l idée que la plupart des donneurs prennent une décision immédiate, dès qu ils ont connaissance du besoin de greffe. Ce choix intervient bien 23

29 souvent avant qu ils aient reçu une information structurée sur les bénéfices, les risques et les alternatives possibles à cette transplantation. Néanmoins, au fil de l échange j ai pu voir que cette information est toujours délivrée, mais cela intervient parfois après l expression de la volonté du donneur. On peut alors se demander si le consentement est éclairé, stricto sensu. 3 personnes ont fait quelques recherches complémentaires, par curiosité ou pour se rassurer en communiquant avec d autres donneurs de rein. Les 4 autres n ont pas eu recours à d autres méthodes d information. Elles ont estimé que l information reçue par les équipes médicales et paramédicales était suffisante et elles ne voulaient pas se créer d angoisses. Elles disent également que leur décision étant ferme et définitive, il ne servait à rien d aller chercher plus de renseignements. Même si 57% des témoins déclarent qu on leur a dit qu ils pouvaient changer d avis jusqu au dernier moment, est-il vraiment facile d un point de vue psychologique et moral de faire marche arrière, ou même juste de l envisager? 4.3. Ressenti de l accompagnement Comment vous êtes vous senti lors de votre prise de décision? Respecté Serein Soulagé Angoissé Incompris Libre On peut noter une certaine ambivalence dans les réponses des témoins. (Ceci explique pourquoi le total n est pas égal à 7) 24

30 En effet, un tiers des sujets dit avoir été respecté et libre, ce qui leur a permis de vivre le don sereinement. Ce tiers correspond aux donneurs naturels. Un autre tiers, qui correspond aux donneurs par dérogation, dit quant à lui avoir rencontré de l incompréhension, tant chez ses proches que chez des soignants, ce qui a eu pour effet de les angoisser. «Vous vous rendez compte si vous divorcez?» s est entendu dire Mr X alors qu il se préparait à faire don d un rein à sa femme. On peut émettre l hypothèse que le lien entre le receveur et le donneur par dérogation est jugé inconsciemment moins fort qu avec un donneur naturel et que les motivations sont alors un peu plus questionnées et/ou remises en cause «Et si vous aviez 3 reins, donneriez-vous deux fois?» Quelles sont les implications aujourd'hui auxquelles vous n'aviez pas songé à l'époque? Relation avec le receveur perturbée sentiment d'abandon par le corps médical manque de reconnaissance de la société Ne se prononce pas 25

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources?

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : quelles sources? Moelle osseuse hématopoïétique «Le greffon de moelle osseuse hématopoïétique provenant d un frère ou d une sœur entièrement compatible

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien

D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien D r Roger Saint-Laurent Psychologue clinicien www.drsaintlaurent.com RENSEIGNEMENTS CONFIDENTIELS SUR LE CLIENT Veuillez répondre de façon détaillée aux questions suivantes. N hésitez pas à m informer

Plus en détail

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique Communiqué de presse Paris, le 2 décembre 2014 Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique MAAF lance «Grave Pas Grave?», le premier service mobile expert d analyse

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA

Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA Journée romande de Curaviva du 3 avril 2014 Vignette clinique : Description de la situation

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail