LES REPONSES DES CANDIDATS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES REPONSES DES CANDIDATS"

Transcription

1 Lyon - 22 mars 2007 DECHETS ET ENERGIE LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES AMORCE, association nationale des collectivités et des professionnels pour la gestion des déchets et de l énergie, a présenté ses principales propositions aux candidats à l élection présidentielle. Camille Durand, Président d AMORCE et 1 er Vice Président de la Communauté Urbaine de Nantes, a ainsi déclaré «Avec une facture annuelle par foyer de près de 2000 et des enjeux environnementaux très fort,s en particulier en matière de changement climatique, la gestion quotidienne des déchets et de l énergie est devenue une question essentielle pour les français. La prévention, la valorisation des déchets, les économies d énergie, les énergies renouvelables sont des sujets majeurs pour les collectivités territoriales et doivent être au cœur de la campagne présidentielle.» AMORCE a reçu les réponses des principaux candidats à l élection présidentielle, ce qui montre l importance de ces sujets. La plupart des propositions concrètes d AMORCE ont été retenues par les candidats, qui marquent néanmoins leurs différences. Parmi les points de consensus : une nouvelle loi sur les déchets fixant des objectifs chiffrés, une vraie fiscalité environnementale, la généralisation de la contribution environnementale des producteurs, une signalétique «Eco- Consommateur» sur les biens de grande consommation, un rôle accru des collectivités en matière d énergie et de changement climatique. Nous vous présentons ci-joint une synthèse des propositions d AMORCE et des réponses apportées par les candidats. AMORCE aura à cœur que le candidat élu respecte ses engagements et fera un bilan à mi-mandat des actions réellement entreprises par le prochain Gouvernement. Ci-après : résumé des propositions d AMORCE et des positions des candidats copie des réponses reçues des candidats et de la lettre de propositions d AMORCE Contact presse : Nicolas Garnier - Délégué Général d AMORCE Contact AMORCE : 10 quai Sarrail Lyon

2 LES 17 PROPOSITIONS D AMORCE AMORCE propose notamment une nouvelle loi sur les déchets, fondée sur la responsabilisation des producteurs et du consommateur, par une réforme des fiscalités vers le «producteur de déchets payeur», un financement par ces fiscalités des coûts de gestion des déchets pour les collectivités locales, et une information renforcée du consommateur. Sur l énergie, AMORCE propose de mettre en place des moyens pour atteindre les objectifs de diminution des gaz à effet de serre, d efficacité énergétique et d énergies renouvelables annoncés par la France, avec notamment une fiscalité radicalement en faveur des énergies renouvelables et de la maîtrise de l énergie, et la reconnaissance du rôle des collectivités locales et des régions en leur dotant de moyens financiers et juridiques nouveaux. Sur les déchets : 1 Un débat national en 2007, avec saisine de la Commission Nationale du Débat Public, en vue d une nouvelle Loi Déchets en Des objectifs nationaux de réduction de la production de déchets (-2%/an), de recyclage (20%), de valorisation organique (20%) et énergétique (35%) 3 La généralisation du «point vert» à tous les biens de consommation 4 L étiquetage éco-consommateur sur les produits de grande consommation 5 La création de 500 postes de chargés de mission réduction des déchets au sein des collectivités locales 6 L exonération de TVA pour les produits issus de la valorisation des déchets 7 La création d un Observatoire des impacts sur la santé et l environnement de la gestion des déchets 8 Une campagne nationale sur la nécessité d implantation de nouvelles installations de traitement de proximité 9 Une sanction contre les campagnes publicitaires et de communication incitant à la production de déchets. Sur l énergie : 1 Le respect des objectifs de la Loi Energie de 2005 sur la période a Donner le pouvoir aux élus d imposer des exigences en matière de maîtrise de l énergie pour la délivrance des permis de construire 2b La mise en place de plans de maîtrise de l énergie et de lutte contre le changement climatique pour toutes les collectivités de plus de habitants 2c L instauration de conférences régionales de l énergie 2d La mise en place d une fiscalité énergétique locale multi-énergie en faveur de la maîtrise de l énergie 3 L exemplarité des collectivités et de l Etat pour tout bâtiment public neuf et l obligation d audit énergétique pour les bâtiments existants 4 La création d un fonds de développement de la chaleur renouvelable financé par les taxes sur les énergies non renouvelables 5 L exonération de la TVA sur toutes les énergies renouvelables.

3 LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES LOCALES François Bayrou soutient la plupart des propositions d AMORCE : une nouvelle loi Déchets, la généralisation de la contribution environnementale sur tous les biens de grande consommation, la signalétique éco-consommateur, la TVA en tant qu outil de développement durable sous réserve d un accord européen, l exemplarité des collectivités et de l Etat en matière d énergie. Il propose la généralisation de la pesée embarquée pour facturer le traitement des déchets ménagers en fonction des quantités par ménage. Il ne prend pas position sur la question de la valorisation énergétique des déchets. Enfin, il jugé intéressant et souhaite mettre à l étude le dispositif de fonds pour financer les réseaux de chauffage (fonds chaleur), et s engage à réduire de 15% les émissions de gaz à effet de serre en 5 ans. Il propose la création d une conférence nationale de l environnement. Olivier Besancenot soutient globalement la plupart des propositions d AMORCE. Il propose une «rupture radicale avec nos modes de production et de consommation actuels» et avec les choix énergétiques avec notamment un «plan massif d économies d énergie et de recours aux énergies renouvelables pour une sortie du nucléaire en 10 ans». Ségolène Royal salue l action d AMORCE depuis 20 ans et souligne le rôle des collectivités locales et régionales dans les politiques déchets et énergie. Sa politique déchets s appuiera sur une nouvelle loi Déchets, après un débat national en 2007, avec pour objectif à terme zéro déchets ultimes. Elle propose de rendre obligatoire l éco-conception de tous les produits, une réforme de la fiscalité pour intégrer au prix des produits et services les impacts environnementaux. Elle souhaite une facturation de la collecte et du traitement des déchets ménagers en fonction du poids et du volume produit par chaque ménage. Elle se positionne en faveur d une stabilisation du nombre de centres de valorisation des déchets, mais pour la création d installations de tri, recyclage, compostage et méthanisation. Elle confirme les objectifs énergétiques de la Loi de 2005 : diviser par 4 les émissions à effet de serre d ici Elle annonce notamment la Haute Performance Energétique obligatoire dans les constructions neuves dès 2008, et un programme d isolation de logements anciens. Elle accepte le principe des Conférences régionales de l énergie et de l augmentation des pouvoirs des collectivités territoriales en matière de développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l énergie. Nicolas Sarkozy met l accent sur l urgence du développement durable, promettant un grand Ministère d Etat du Développement Durable, couvrant écologie, eau, transports et énergie. Il soutient la proposition d un débat national sur les déchets, débouchant sur un projet de loi en 2008 avec des objectifs chiffrés. Il s insurge contre les polémiques sur certaines filières de traitement et les publicités diffamatoires en matière de prévention... Il propose un doublement de la fiscalité écologique sans augmenter le niveau total des prélèvements : par exemple, taxer les suremballages, TVA réduite sur des produits propres, fonds d investissement dans l efficacité énergétique du bâti ancien, prêts à taux zéro pour aider l isolation des logements et l installation de chauffe-eau solaires Il propose de réunir un Grenelle de l Environnement pour débattre de cette fiscalité écologique. Le candidat souligne l importance du débat et de l implication des consommateurs dans le développement durable. Nicolas Sarkozy fixe comme objectif énergétique le respect de la loi de 2005 (diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d ici 2050), rappelle les fruits de la politique du Gouvernement actuel (14 fois plus d énergie éolienne depuis 2002), et précise «avec pragmatisme ne pas condamner l énergie nucléaire». Dominique Voynet salue la pertinence des interventions d AMORCE, promettant de donner une plus grande responsabilité et plus de moyens aux collectivités locales. Elle souligne l importance du débat politique, avec notamment les jurys citoyens sur les déchets comme sur l énergie. Elle adhère à la proposition d une nouvelle loi Déchets. Elle se positionne pour un «moratoire sur les incinérateurs pour une sortie de l incinération», tout en restant favorable aux réseaux de chauffage urbain alimentés par la biomasse ou par un incinérateur «tant qu il n a pas été remplacé». Elle souhaite un renforcement des écocontributions (points verts) sur les produits, mais avec un barème différencié par matériau (éco-conception, possibilité de recyclage, impact environnemental) et augmenté pour couvrir tous les coûts générés par les déchets. Dominique Voynet affiche une politique énergétique plus ambitieuse que la loi de 2005 (réduire les gaz à effet de serre par 4 d ici 2030 et non 2050, et baisse de 20% de la consommation finale d énergie d ici 2020). Elle souhaite renforcer le dispositif des certificats d économie d énergie et développer des programmes régionaux économies d énergie avec des objectifs chiffrés et des fonds régionaux d investissement public-privé. Enfin, elle propose de relancer la création d agences locales de l énergie. Nicolas Dupont Aignan a répondu avec une lettre d accusé de réception sans réponses aux propositions. AMORCE 22 mars 2007

4 Propositions d AMORCE sur les déchets 1 Un débat national en 2007 sur la politique déchets en vue d une nouvelle Loi Déchets en 2008 (saisine de la Commission Nationale du Débat Public) 2 Une nouvelle Loi Déchets avec des objectifs nationaux de réduction de la production de déchets (-2% / an), de recyclage (20%), de valorisation organique (20%) et énergétique (35%) 3 La généralisation du «point vert» à tous les biens de consommation 4 L étiquetage éco-consommateur chargés de mission réduction des déchets au sein des collectivités locales 6 L exonération de TVA pour les produits issus de la valorisation des déchets 7 La création d un Observatoire des impacts sur la santé et l environnement de la gestion des déchets 8 Une campagne nationale sur la nécessité d implantation de nouvelles installations de traitement de proximité 9 Une sanction contre les campagnes publicitaires et de communication incitant à la production de déchets Réponses des candidats Olivier Besancenot Ségolène Royal Nicolas Sarkozy Dominique Voynet François Bayrou Soutient «la plupart des propositions» d AMORCE Propose une rupture radicale avec nos modes de production et de consommation actuels Accord Accord Accord Accord + Plan de réduction à la source des déchets ménagers + Objectif Zéro déchets ultimes et stabilisation de l incinération Accord possible + Facturation de la collecte des déchets ménagers par poids ou volume Rendre obligatoire l écoconception, développer les labels et informer clairement les consommateurs Accord + objectifs de stabilisation des déchets d ici 2008 Accord possible + Financement des politiques déchets par la taxation des suremballages Accord, mais sans multiplier les étiquetages Accord probable mais Objectifs chiffrés à redéfinir Généralisation des points verts avec un barème de contribution incitatif et qui couvre tous les coûts de gestion des déchets Accord sur tous les produits et lieux de vente RAS RAS RAS RAS Réforme de la fiscalité écologique Renforcer la recherche sur les impacts Déchets Accord mais plutôt sur les installations de tri et de compostage RAS Accord, à étudier au niveau Europe Accord de principe mais pas nécessairement un nouvel «Observatoire» Intégrer des critères environnementaux dans la publicité Accord, à défendre au niveau Europe Information globale sur risques et dangers. Application du principe de précaution Accord mais hors incinération RAS Conférence Nationale de l Environnement Accord Accord Facturation de la collecte des déchets ménagers par poids ou volume Accord Accord sous réserve de l Europe Création d une autorité indépendante d alerte sanitaire et environnementale Dans le cadre de la conférence Nationale pour l environnement Soutien AMORCE 22 mars 2007

5 Propositions d AMORCE sur l énergie 1 Le respect des objectifs de la Loi Energie de 2005 sur la période a Donner le pouvoir aux élus d imposer des exigences en matière de maîtrise de l énergie pour la délivrance des permis de construire Réponses des candidats Olivier Besancenot Ségolène Royal Nicolas Sarkozy Dominique Voynet François Bayrou Respect de la loi Diviser les gaz à effet de Accord mais avec Diviser les gaz à effet de Energie de 2005, sans serre par 4 d ici 2037 et -15% de gaz à effet de serre par 4 d ici 2050 condamner le nucléaire non 2050 serre en 5 ans Norme Haute Performance Energétique pour tous les permis de construire dès 2008 Ne se prononce pas Plus de liberté aux collectivités locales 2b La mise en place de plans de maîtrise de l énergie et de Encourager les Accord global pour décider des lutte contre le changement climatique pour toutes les collectivités locales à se + programmes régionaux Plan massif d économies Ne se prononce pas mesures collectivités de plus de habitants. doter de plans Climat fixant des objectifs d énergie et énergies environnementales + création de fonds 2c L instauration de conférences régionales de l énergie renouvelables Accord Ne se prononce pas 2d La mise en place d une fiscalité énergétique locale multiénergie en faveur de la maîtrise de l énergie Sortie en 10 ans du Taxe carbone nucléaire 3 L exemplarité des collectivités et de l Etat pour tout bâtiment public neuf et l obligation d audit énergétique pour les bâtiments existants 4 La création d un fonds de développement de la chaleur renouvelable financé par les taxes sur les énergies non renouvelables 5 L exonération TVA sur toutes les énergies renouvelables. Rétablir programmes ADEME. Aider les actions des collectivités locales Accord, voir avec l Europe Oui, notamment sur rénovation urbaine Accord sur la TVA + Grenelle de l Environnement sur la fiscalité environnementale régionaux de maîtrise de l énergie + développement de financement public/privé + soutien à la création d agences locales de l énergie Accord Intéressé Accord, voir avec l Europe AMORCE 22 mars 2007

6 POSITION DE FRANCOIS BAYROU SUR LES PROPOSITIONS D AMORCE 20 mars 2007 Déchets 1. Saisine de la Commission du débat public sur la future politique de déchets Cette commission est un bon instrument pour faire participer le public à l élaboration des projets qui ont une incidence importante sur l environnement et sur nos territoires. Mais je suis favorable à une véritable démocratie environnementale. Par exemple, le conseil économique et social doit s ouvrir aux acteurs du monde environnemental, pour retrouver sa vocation première, celle d être le vecteur principal du débat public. La politique du développement durable, c est une politique qui associe tous les partenaires, professionnels et associations, en amont de la décision. C est pourquoi je propose d organiser le plus rapidement possible une conférence nationale de l environnement, associant l Etat, les entreprises, les syndicats, et les acteurs du monde environnemental,organismes et associations. 2. Mise en chantier dès 2008 d une nouvelle loi sur les déchets La première loi française sur les déchets date de 1975, même si elle a été complétée en Nous avons aujourd hui besoin d un nouveau cadre législatif qui indique clairement les objectifs européens et nationaux à suivre pour les dix prochaines années : il faut changer la politique du déchet. Il doit être considéré comme une matière première secondaire. Il faut ainsi encourager l économie circulaire, généraliser la pesée embarquée. C est pourquoi nous devons revoir la question du déchet en France. Nous sommes favorables à un moratoire sur l environnement. 3. Contribution environnementale Nous sommes favorables au principe du pollueur-payeur. A terme, cette contribution devra être généralisée à tous les biens de consommation. La priorité est la mise en œuvre d une «taxe carbone» sur les carburants d origine fossile. Les taux de cette taxe seront faibles au départ pour être augmentés progressivement. Bien entendu sa mise en place devra être annoncée à l avance pour laisser à chacun le temps de s adapter, et promue autant que possible dans un cadre européen pour éviter tout effet de dumping fiscal. 4. Signalétique éco-consommateur Cette signalétique, c est l incitation à un comportement citoyen. C est le code de bonne conduite que nous devons ensemble adopter. Dans cette démarche, il n y a pas de perdant. Et il y a surtout la nécessité d un dialogue qui nécessite l implication de tous : des entreprises productrices de biens de consommation, des distributeurs, des donneurs d ordre en particulier les administrations, et des consommateurs. Et je crois aussi au rôle de l éducation dans cette dynamique. Des enfants sensibilisés, ce sont des parents exigeants. 1

7 5. exonération de TVA valorisation des déchets Cette question renvoie à l Europe. Et elle mérite d être posée à tous les européens, parce que la protection de l environnement est désormais au cœur des actions conduites par l Union. Vous savez ma conviction européenne. Jusqu à maintenant la TVA était affaire de marchés et de produits, avec l Europe politique que je souhaite, elle doit aussi devenir un instrument au service du développement durable. 6. Création d un Observatoire des impacts sanitaires je suis favorable à la création d une Autorité indépendante chargée de l alerte sanitaire et environnementale. Elle aura pour vocation de développer des inventaires des risques et des études épidémiologiques indépendantes, notamment sur les impacts sanitaires des dégradations de l environnement, à commencer par le réchauffement climatique, la pollution de l air, des eaux et des sols, ainsi que l importance des perturbateurs endocriniens. 7. Campagne nationale de sensibilisation Dans le cadre de la conférence nationale de l environnement, la thématique de la gestion des déchets sera abordée. Tous les acteurs, organismes et associations du secteur, seront invités à débattre, à proposer des solutions, à informer le grand public. 8. sanction à l encontre des publicités Vous faites allusion à une affaire récente qui a retenu l attention des médias et de nos concitoyens. S il faut se méfier d une judiciarisation excessive de notre société, nous devons réfléchir ensemble sur le meilleur moyen d éviter les publicités écologiquement abusives. L autorité indépendante d alerte sanitaire peut avoir un rôle à jouer. 2

8 Energie 1. Respect des objectifs de la loi d orientation sur l énergie Cette loi, je l ai votée. Pour atteindre l objectif 4 de réduction des gaz à effet de serre, nous avons besoin de cette première feuille de route qui fixe les orientations de la politique énergétique de notre pays dans les domaines de la maîtrise de l énergie et des énergies renouvelables. Je m engage à réduire les GES de 15% en 5 ans. 2. Reconnaissance des politiques énergétiques locales Il faut renforcer les normes pour les constructions neuves et la réhabilitation de l ancien et valoriser les travaux scientifiques sur les maisons passives. Les marchés publics devront montrer l exemple dans ce domaine, afin de faire baisser les coûts d installation. Les écoquartiers ne doivent pas rester une originalité scandinave ou germanique. Nous devons passer de la réflexion à la réalisation. Je suis favorable à ce que toute nouvelle construction intègre un dispositif d énergie renouvelable. 3. Label Haute Performance Energétique pour les bâtiments de l Etat Je suis favorable à ce que tout nouveau bâtiment de l Etat intègre le label Haute Performance Energétique. Nous devons faire un audit pour les anciens bâtiments. 4. Mise en place d un fonds de développement de la chaleur renouvelable assise sur une réaffectation partielle des recettes de la fiscalité énergétique sur les énergies non renouvelables Je mets à l étude votre proposition, qui me semble intéressante. 5. Exonération de la TVA sur la consommation d énergies renouvelables Je ne peux que répéter ce que j ai dit sur la valorisation des déchets. La TVA doit devenir un instrument européen au service du développement durable. 3

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22 N/Réf. : NG/CL Lyon, le 9 février 2007 Objet : Lettre ouverte aux candidats à l élection présidentielle pour une meilleure gestion des déchets, de l énergie et de l environnement en France. AMORCE est l association nationale des collectivités territoriales et des professionnels pour une bonne gestion des déchets et de l énergie. Nous représentons 275 grandes collectivités pour plus des trois quarts de la population française et 120 grandes entreprises (bureaux d études, exploitants, fabricants, associations...). Depuis plus de vingt ans, nous nous basons sur les retours d expérience des acteurs de terrain pour faire des propositions concrètes aux Pouvoirs Publics et aux Parlementaires afin de favoriser la protection de l environnement et l exercice des missions d intérêt général portées par les collectivités territoriales qui agissent en faveur du développement durable. Dans le cadre de la campagne présidentielle qui s engage, nous vous proposons une synthèse des principales avancées souhaitées par les élus locaux et leurs partenaires à savoir : En matière de déchets : 1 La saisine de la Commission Nationale du Débat Public afin d organiser dès la fin 2007 un débat national sur la future politique des déchets. 2 La mise en chantier dès 2008 d une nouvelle Loi sur la gestion des déchets, introduisant des objectifs chiffrés ambitieux mais réalistes en matière de prévention (-2%*/an), de réutilisation et de recyclage (20%*), de valorisation organique (20%*), de valorisation énergétique (35%*). 3 La généralisation du principe de contribution environnementale pour tous les producteurs de biens de grandes consommations, visant à une gestion optimale des déchets générés, telles qu elle existe déjà en matière d emballages et, depuis quelques semaines, de déchets électriques et électroniques. 4 La mise en place d une signalétique «éco-consommateur» sur tous les produits de grande consommation afin d inciter à la prévention, la réutilisation, le recyclage et la valorisation des déchets qu ils génèrent. 5 Le financement de 500 Chargés de mission Prévention au sein des collectivités territoriales. 6 L exonération de TVA pour tous les produits fabriqués à partir de la valorisation des déchets qui devra d abord être défendue au niveau européen. 7 La création d un Observatoire des impacts sanitaires et environnementaux de la gestion des déchets. 8 La mise en place d une campagne nationale de sensibilisation sur la nécessité d implanter des nouvelles installations de traitement et d élimination des déchets ainsi que sur leur innocuité pour les populations et l environnement. 9 Un dispositif de sanction à l encontre des publicités dénigrant les choix de consommations les plus vertueux, comme la consommation de l eau du robinet ou l utilisation de bois énergie. En matière d Energie : 1 Un engagement de respect des objectifs de la loi d orientation sur les énergies de 2005 à l horizon 2010, à savoir une baisse de l intensité énergétique de 2% par an, 21% de la consommation d électricité d origine renouvelable, une augmentation de 50% de la production de chaleur d origine renouvelable, la baisse de 3% par an des émissions de gaz à effet de serre avec l objectif de division par 4 d ici 2050.

23 2 La reconnaissance des politiques énergétiques locales avec la mise à disposition de moyens financiers et légaux adaptés et en particulier : - à l échelle communale : la possibilité pour le Maire d imposer dans les documents d urbanisme le recours à une énergie renouvelable ou des critères ambitieux d efficacité énergétique pour les bâtiments neufs ou rénovés, accompagné de moyens de contrôle et de sanction en cas de non respect de ces obligations et de la réglementation thermique des bâtiments en vigueur pour les bâtiments neufs comme pour les bâtiments existants. - à l échelle intercommunale : la mise en place de plans de maîtrise de l énergie et de lutte contre le changement climatique, à titre obligatoire pour toutes les collectivités de plus de habitants, et optionnelle pour les autres collectivités. - à l échelle régionale : la création, sous l égide des Conseils Régionaux, d une Conférence régionale des collectivités territoriales pour la maîtrise de l énergie et le développement des énergies renouvelables, lieu d observation, d incitation et de coordination des politiques énergétiques territoriales. - à l échelle nationale, la création d une véritable fiscalité énergétique locale multi-énergies afin de développer l action des collectivités. 3 L obligation pour tout bâtiment neuf de l Etat et des collectivités territoriales de respecter a minima le label Haute Performance Energétique, dans un souci d exemplarité des bâtiments publics. L obligation pour tout bâtiment public existant de réaliser un audit énergétique d ici la fin La mise en place d un fonds de développement de la chaleur renouvelable (biogaz, géothermie, solaire, biomasse, valorisation énergétique des déchets) assis sur une réaffectation partielle des recettes de la fiscalité énergétique sur les énergies non renouvelables. Ce fonds favorisera en particulier la création et l extension des réseaux de chaleur en France. 5 L exonération de TVA sur la consommation d énergies renouvelables sous toutes leurs formes (électricité, chaleur) qui devra d abord être défendue au niveau européen. Au regard des préoccupations environnementales grandissantes tant au niveau local, national qu international, une mutation culturelle et comportementale des populations, des décideurs publics et des acteurs économiques s impose. Cette mutation s appuiera nécessairement sur les collectivités territoriales. Elle passe inéluctablement par des mesures exemplaires et de grande ampleur telles que celles proposées par notre association. Nous demandons donc à chaque candidate et candidat à l élection présidentielle sa position sur ces propositions, par ailleurs fortement créatrices d emploi. Une délégation d élus d AMORCE, toutes tendances politiques confondues, est également à votre disposition pour organiser une rencontre sur ce sujet, dans les meilleurs délais. Nous organiserons le 7 mars matin une conférence de presse nationale à Paris, afin de faire le bilan de vos contributions. En espérant que vous serez attentif à ces questions essentielles en matière d environnement, qui concerne directement tous les Français dans leur vie quotidienne, je vous prie,., d accepter l expression de mes sentiments les meilleurs. Camille DURAND Président d AMORCE

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Synthèse des mesures «environnement» proposées par Ségolène Royal

Synthèse des mesures «environnement» proposées par Ségolène Royal Ségolène Royal Candidate à l élection présidentielle Synthèse des mesures «environnement» proposées par Ségolène Royal 24 mars 2007 1. Lutter contre le changement climatique Dans le Pacte présidentiel

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Fiscalité environnementale

Fiscalité environnementale Secrétariat général Fiscalité environnementale Février 2009 La réforme de la fiscalité environnementale, adoptée dans la loi de finances pour 2009 et la loi de finances rectificative pour 2008, concrétise

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Carbone de la Communauté d agglomération Loire Forez Patrimoine et Services 2009 Contexte de l étude Afin de lutter contre

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles?

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles? 1. Connaissez-vous le Collectif GASPARE? Oui 2. Êtes-vous pour ou contre le projet de CCCG - Centrale thermique à cycle combiné à gaz - à Landivisiau, où ailleurs? Je défends le pacte électrique breton

Plus en détail

Exemplarité environnementale dans la grande distribution en Bretagne. DOSSIeR De PReSSe

Exemplarité environnementale dans la grande distribution en Bretagne. DOSSIeR De PReSSe E N G A G E O N S - N O U S P O U R N O T R E E N V I R O N N E M E N T Exemplarité environnementale dans la grande distribution en Bretagne DOSSIeR De PReSSe 2014 DOSSIeR DE PReSSe " exemplarité environnementale

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Plan Climat Énergie Territorial

Plan Climat Énergie Territorial Plan Climat Énergie Territorial Présentation des actions 2012-2020 2 avril 2012 1 1 de 2011 à 2020, poursuivre la dynamique de co-construction Nov.2010-Mai 2011 Diagnostics Février-Mai 2011; publication

Plus en détail

Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D. Equilibres et enjeux internationaux de l énergie

Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D. Equilibres et enjeux internationaux de l énergie 1 Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D Equilibres et enjeux internationaux de l énergie Séminaire 3 : The German Energiewende after the elections and before the EU-2030

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement entend réaffirmer de nouvelles

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Construction, rénovation et entretien des bâtiments

Construction, rénovation et entretien des bâtiments Loi n 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe des objectifs en matière de politique

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune»

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» Jambes, le 12 novembre 2003 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» N/Réf. : E-THL/val/2003/13317/PAL (à rappeler dans toute correspondance) Annexes : 2

Plus en détail

Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie

Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie Rappel du contenu de l appel l à projets BFM, 3 octobre 2012 Carine LASBRUGNAS, Chargée de mission Conseil Régional du Limousin Contexte du bâtiment

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE Mettre la question énergie-climat au cœur des politiques

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Le ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie présente

Le ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie présente Le ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie présente La France devient une grande puissance écologique. Nous en avons les ressources, les compétences et les talents. Le projet

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

USAGES ET COMPORTEMENT

USAGES ET COMPORTEMENT LES FICHES SRCAE HN Juin 2013 USAGES ET COMPORTEMENT Contexte et enjeux Des comportements à faire évoluer L atteinte des objectifs du SRCAE nécessite des modifications de comportement de la part de tous

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'inauguration du nouveau. à Aurillac le 6 mai 2011

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'inauguration du nouveau. à Aurillac le 6 mai 2011 Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'inauguration du nouveau bâtiment administratif du Crédit Agricole à Aurillac le 6 mai 2011 M. André Janot, Président du Crédit Agricole Centre

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre de l Eco-prêt à taux zéro pour la rénovation thermique des logements Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE POUR QUELLES UTILISATIONS? COMMENT FAIRE?

La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE POUR QUELLES UTILISATIONS? COMMENT FAIRE? La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE De nos jours, la mobilité constitue un enjeu de taille : D une part, du fait de l augmentation des prix des carburants qui fait peser un poids

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2015 CEF INTERNATIONAL

CATALOGUE DE FORMATION 2015 CEF INTERNATIONAL CATALOGUE DE FORMATION 2015 CEF INTERNATIONAL SOMMAIRE I. TRANSITION ENVIRONNEMENTALE II. TRANSITION DIGITALE III. ORGANISATION DURABLE DES ENTREPRISES IV. TECHNIQUES ET FILIERES METIERS 2 I- Transition

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Définir le programme et les objectifs énergétiques et environnementaux

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Crédit : June et Sylvain Hitau

Crédit : June et Sylvain Hitau Crédit : June et Sylvain Hitau Géraldine Poivert Crédit : Zabou Carrière Jean-Charles Caudron Filières Responsabilité élargie du producteur Crédit : Antoine Doyen Édito Comme de nombreux produits, les

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Ute DUBOIS, ISG Business School, Paris, ute.dubois@isg.fr Ines MAYER, European Institute for Energy Research (EIFER), Karlsruhe mayer@eifer.org Atelier

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES Vous êtes une commune rurale ou semi urbaine vous vous sentez concernée par la protection de l environnement et les économies d énergies vous souhaitez mettre en œuvre des actions pour un développement

Plus en détail

Investir durablement en Gironde La preuve par 10. Agenda 21, pour construire ensemble la Gironde du 21 e siècle

Investir durablement en Gironde La preuve par 10. Agenda 21, pour construire ensemble la Gironde du 21 e siècle Investir durablement en Gironde La preuve par 10 Agenda 21, pour construire ensemble la Gironde du 21 e siècle Changer les choses ici, et dès à présent 2AGENDA 21 Édito A la suite du Sommet de la terre

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE Conséquence d une consommation d énergie croissante et d une augmentation des coûts, la facture énergétique de la France s est élevée à 2,4 % du PIB en 2011, contre 1 % en 1990. L enjeu de la transition

Plus en détail

Fonds Innovation. Un dispositif de soutien à l innovation en matière énergétique

Fonds Innovation. Un dispositif de soutien à l innovation en matière énergétique Fonds Innovation Un dispositif de soutien à l innovation en matière énergétique Présentation Face aux enjeux du changement climatique, à la sensibilité croissante des habitants à leur cadre de vie et grâce

Plus en détail

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

Projet de Loi de programmation sur la Transition énergétique. Tires II, III et IV : propositions de la Conférence des Présidents d Université PROJET

Projet de Loi de programmation sur la Transition énergétique. Tires II, III et IV : propositions de la Conférence des Présidents d Université PROJET Projet de Loi de programmation sur la Transition énergétique Ces propositions sont élaborées à partir du plan commenté du projet de loi en date du 10 décembre 2013 (http://www.developpement durable.gouv.fr/img/pdf/2013

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

UNE NOUVELLE RÉFÉRENCE WEB POUR LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION DURABLE

UNE NOUVELLE RÉFÉRENCE WEB POUR LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION DURABLE UNE NOUVELLE RÉFÉRENCE WEB POUR LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION DURABLE Création d une chaîne vidéo spécialisée construction et ville durable 22 septembre à 10h LANCEMENT DE LA SEMAINE DE LA CONSTRUCTION

Plus en détail