Correspondance avec Jean-Marie BEFFARA, Rapporteur spécial de la commission des finances de l Assemblée Nationale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Correspondance avec Jean-Marie BEFFARA, Rapporteur spécial de la commission des finances de l Assemblée Nationale."

Transcription

1 Correspondance avec Jean-Marie BEFFARA, Rapporteur spécial de la commission des finances de l Assemblée Nationale.

2 Paris le 15 mars 2013 M. Le Rapporteur de la Commission des Finances de l Assemblée Nationale Jean-Marie BEFFARA Assemblée Nationale 126 rue de l Université Paris Monsieur le Rapporteur, Nous vous remercions infiniment pour votre accueil lors de la rencontre du 12 février et pour la parfaite compréhension de nos revendications dont atteste votre courrier en date du 20 février. Conformément à votre demande en conclusion de nos discussions et en accord avec les souhaits de M. Pascal Cherki, en vue des invitations à légiférer qui semblent désormais d'actualité, nous avons l'honneur de vous préciser les points sur lesquels il nous semble important que vous éclairiez Mme La Ministre de la Culture et l'alertiez sur la nécessité de modifier ou compléter les dispositions législatives et administratives en vigueur. Naturellement, nous approfondissons sans tarder nos études et les dossiers techniques qui permettront d'étayer ces propositions. Concernant la «situation de concurrence déséquilibrée dans laquelle se trouvent les libraires indépendants face aux plate-formes de distribution notamment en raison de la non facturation des frais d'acheminement». Il s'agit en effet d'un des aspects majeurs sur lesquels la représentation nationale peut orienter l'action de la puissance publique, rapidement et sans le moindre coût budgétaire. En précisant la loi de sorte de lever certaines ambiguïtés d'interprétation sur lesquelles se sont appuyés les contrevenants comme amazon (initialement condamnés à la suite de l'action du Syndicat de la Librairie Française). Il conviendra d'amender le dispositif législatif en vigueur pour le clarifier et préciser que la non facturation de frais supplémentaires de transport, postérieure et sans rapport avec l'acheminement des livres jusqu'à l'établissement de vente, est bien une remise commerciale consentie au client, et doit à ce titre être exclue des pratiques admises dans le cadre légal de la vente de livre sur le territoire national. Cette simple mesure réglementaire d'obligation de débit des frais de port à leur coût réel 1 suffira à rétablir l'équilibre concurrentiel au profit du réseau de librairies indépendantes de proximité. Exactement aux mêmes motifs et avec les mêmes résultats bénéfiques que ce fut le cas avec la fnac et autres plates-formes de distribution analogues lorsque fut conçue et promulguée la loi. Il va sans dire que cette mesure pourra opportunément être accompagnée de dispositions inspirées par la révélation récente de certains abus, tels la contrainte fiscale dont des entreprises «délocalisées» comme amazon semblent avoir réussi à s'affranchir, et de même un examen attentif des conditions de travail pratiquées dans ce genre d'entreprise. Il est facile de se convaincre que ces actions de simple justice seront socialement et économiquement beaucoup plus tangibles, bénéfiques et efficaces que les projets de boycott d'amazon, popularisés, sans grand effet, dans d'autres pays européens ( qui ne bénéficient pas encore où ont abandonné, comme le Royaume Uni, la législation sur le prix unique, avec les effets désastreux que l'on sait). Concernant les commandes publiques, comme les témoignages raisonnés, informés et édifiants de nos consœurs de l'adml vous en ont instruit et comme vous l'avez parfaitement compris «les contraintes qui pèsent sur les libraires indépendants pour répondre aux commandes publiques des bibliothèques, médiathèques et collectivités territoriales [et ] les cahiers des charges sont souvent inadaptés aux capacités des libraires indépendants pour y répondre». Comme vous l'avez conclu vous même c'est cette situation progressivement aggravée qui, en privant les librairies indépendantes de ressources essentielles pour les plus fragiles d'entre elles, met en effet «en cause leur équilibre financier», dans un contexte rendu déjà problématique par la concurrence également déséquilibrée sur le marché «privé» au profit des ventes directes. 2

3 Nous vous présenterons donc prochainement une série de mesures techniques et administratives simples qui permettront de corriger sans délai (ni budget ou dépense publique supplémentaires) les dérives constatées après que la loi de 2003 ait permis le retour des libraires comme soumissionnaires aux marchés publics, puis que les dérives que nous dénonçons aient fini par promouvoir un échelon opportuniste et parasitaire de (prétendus) grossistes ( sfl/fnac, decitre, générale librest, etc.) sans aucune justification sur le marché français du livre (organisé autour de distributeurs). Il est patent que ces dérives ont engendré (sans aucun avantage économique ou social pour le client public) des monopoles socialement et économiquement néfastes (y compris dans une logique libérale), au détriment du réseau des libraires indépendants dont la loi entendait pourtant favoriser la diversité et la proximité. Enfin la cohérence globale de notre «Plan Livre» ne vous a pas non plus échappé, avec son complément essentiel de comptoir national coopératif et mutualiste, précisément destiné à faire face positivement et offensivement à la concurrence commerciale biaisée d'amazon et des ventes directes. S'ajoutant au strict respect de l'interdiction de toute remise commerciale au delà des 5% fixés par la loi, ce comptoir garantira grâce à ses capacités logistiques propres d'assurer, au delà de la simple géolocalisation, le service mutualisé du livre «demain chez mon libraire» permettant aux libraires indépendants de proposer, sur tout le territoire national, un service très concurrentiel face aux ventes directes internet, avec des avantages sociaux et culturels évidents. Nul doute qu'avec le soutien de la commande publique réattribuée 2 et la compétitivité apportée face à amazon par le service «demain chez mon libraire», s'ajoutant à la qualité de service que les lecteurs de livres savent traditionnellement apprécier dans le réseau national de libraires indépendants (accueil, proximité, compétence, conseil, disponibilité, animation culturelle, etc.) nous pourrons raisonnablement atteindre les 2000 libraires indépendants que Mme La Ministre de la Culture a dernièrement appelé de ses vœux et souhaite référencer (alors qu'il n'en existe au mieux qu'un petit millier actuellement). Objectif fort louable de Mme le Ministre et que nous approuvons avec toutes les conséquences bénéfiques évidentes qu'on peut en attendre en matière d'emploi 3, de qualité de vie commune, de proximité et de sociabilité retrouvée. Il sera sans doute également opportun de rassurer les services du Ministère de la Culture sur le fait que notre hostilité à la dématérialisation du monde (et singulièrement à la promotion des terminaux, des fichiers et des réseaux qui les alimentent) a d autant moins lieu d être redoutée que cette funeste perspective demeure moins qu anecdotique dans le secteur du livre en France et même régresse en dehors des marchés publics des bibliothèques. Ce qui est très heureux pour la centaine de milliers d emplois menacés par sa propagation. En vous remerciant encore pour votre écoute attentive, votre prise en compte diligente de nos attentes et de nos propositions, et confiants dans les suites positives que la représentation nationale saura leur apporter, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Rapporteur spécial, l'expression de nos sentiments distingués. L association de défense des métiers du livre 1 Car toute démarque sur l'une des composantes du service rendu dans l'acte de vente est parfaitement contraire aux principes mêmes qui ont motivé la loi plafonnant la remise consentie au client à 5% du prix unique public, précisément pour interdire tout «dumping» accessible aux seules grandes enseignes du fait de la pression qu'elles exercent sur les éditeurs et distributeurs pour disposer de meilleures marges, tout en réduisant la qualification et le nombre des personnels chargés de la vente, jusqu'à ne plus en avoir du tout dans le cas des ventes directes sur internet. 3

4 2 En France les commandes publiques de bibliothèques et collectivités représentent près de 20 % du marché de la librairie, et il existe près de 6000 bibliothèques et collectivités concernées pour moins de 1000 librairies indépendantes. Ces simples chiffres permettent de prendre la mesure de l'apport essentiel que constituera la réappropriation de cette activité par le réseau de librairies indépendantes, en passe d'en être privé par la «compulsion numérique» de l administration. 3 En moyenne les librairies authentiquement indépendantes emploient 20 à 30% de personnel (libraire qualifié) de plus que les grandes enseignes pour un chiffre d'affaire équivalent, et 100% de plus que des entreprises «pousse chariot» comme amazon, dans des conditions de travail sans commune mesure. Comme en France le commerce du livre se situe dans un secteur de prix unique administré le mantra de la compétitivité n'y a aucun sens ni aucune portée : les «gains de productivité» en matière d'effectif et de (dé)qualification n'y ont pour effet (et pour objet) que de disqualifier et précariser les salariés et augmenter les profits délocalisés et défiscalisés. Le transfert des emplois perdus dans la «grande distribution» en voie d'autodestruction (ex : Virgin, Fnac, etc.) se fera donc sans problème vers le réseau de librairies indépendantes décentralisées déjà existantes ou celles que cet «appel d'air» contribuera à susciter à bref délai, conduisant progressivement (pour un C.A. Livre constant) aux 2000 librairies labellisables LIR que souhaite Mme Filippetti. 4

5 Dans un contexte où l establishment commence à s agiter mais sans avoir la moindre idée ou proposition cohérente à proposer, nous avons de notre coté suscité depuis la base des métiers du livre un «Plan Livre» qui est précisément ce qui fait défaut aux corps constitués et aux pouvoirs publics pour réaliser ce qu ils annoncent euxmêmes comme étant souhaitable. Le modèle économique sur lequel repose notre projet fondé sur des données réelles et des contraintes d exploitation soigneusement évaluées, se présente comme : concret et ancré dans "la matérielle", face à la vacuité des promesses virtuelles de la prétendue nouvelle économie dématérialisée (et déshumanisée) économe des deniers publics dans un contexte budgétaire impécunieux, profitable au lien social, à la diversité et à la proximité promoteur de la culture populaire locale face au formatage de masse globalisé producteur d'activité humaine gratifiante (par la relance de tout le secteur d'activité du livre et ses emplois qualifiés) dans une période de destruction massive d'emplois et de délabrement des qualifications, Notre projet est à ce jour la seule réponse cohérente et complète à la précarisation accélérée que chacun peut constater. Il oppose l'efficacité de l'activité sociale de production pour tous, à la compétitivité profitable à quelques uns, raison pour laquelle ce modèle suscite d'ailleurs une adhésion générale, bien au-delà de la corporation des libraires, rassemblant toute la chaîne du livre, des auteurs aux libraires, en passant par les éditeurs, imprimeurs, commerciaux, correcteurs, magasiniers, coursiers, typographes, illustrateurs, etc. Au moment donc où le Président de la république, le Ministère de la culture, aussi bien que le SLF manifestent leur désir de : «maintien du réseau des librairies en soulignant que le gouvernement est déterminé à agir pour le préserver et que des décisions devraient être prises», en souhaitant : «lutter contre la concurrence déloyale qu exercent les multinationales d Internet, Amazon en tête, en pratiquant la gratuité des frais de port, synonyme de vente à perte, et en échappant à l impôt en France.», en se proposant : «d augmenter le nombre de librairies bénéficiant du label LIR, pour irriguer le réseau de manière plus importante sur l ensemble du territoire.» ; l ADML rappelle que le «Plan Livre» qu ils appellent de leurs vœux est déjà une réalité depuis l été 2012, et que ce «plan» permet de faire ce qu ils annoncent, de transformer leur discours en réalités concrètes. Dans la perspective de la commission Média, livre et industries culturelles, le rapporteur spécial et les membres présents de la commission des finances ont compris et convenu que la représentation nationale, par le truchement de ses commissions ad hoc, devait rapidement procéder à un examen attentif des mésusages de fonds publics (plusieurs millions d euros pris sur les budgets destinés au soutien des librairies se sont volatilisés dans le «soutien au livre numérique» aux dépens de la librairie et en parfaite contradiction avec l esprit de la loi), et des impasses législatives qui les ont rendus possibles. Instruits des effets néfastes de la politique publique et de la destruction d activité et de lien social qui en résulte. 5

6 ils ont apprécié le bien fondé et la validité des mesures préconisées et singulièrement les propositions suivantes : Le soutien par l état à la création d un Comptoir National Coopératif de la Librairie, maillon indispensable d une efficacité commerciale restaurée face aux groupes de vente à distance, pour l édition et la librairie indépendantes, la clarification de la loi sur le prix unique du Livre (notamment en regard de la répression de toute remise déguisée telle la non-facturation des frais de port de livraison hors librairie), le réalignement des procédures et modalités de fourniture et d adjudication des marchés publics de bibliothèques sur l esprit de la Loi, pour mettre fin aux dérives qui ont conduit à la promotion de monopoles destructeurs du réseau de librairies indépendantes, en vue de leur promotion nationale, le rappel et la formalisation de ce qu est une authentique librairie indépendante susceptible de constituer une référence, pour sa qualité de service de médiation culturelle émancipée et diversifiée, sa diffusion compétente et sa promotion du livre et de la lecture. De sorte de privilégier le rôle social et culturel qu assume le réseau de ces librairies sur tout le territoire. Ces premières initiatives, économes des deniers publics, d application rapide et simple, constituent bien les bases d un véritable «Plan Livre» populaire et démocratique, fondé sur la demande raisonnée des producteurs, éditeurs, diffuseurs et lecteurs de livres, avec le projet de soutenir le livre, la lecture, la diversité, le lien social, l activité, la vie culturelle et l emploi. 6

7 7

8 8

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Propositions de l ANDès en faveur de l emploi des docteurs pour le projet de loi de finances 2015

Propositions de l ANDès en faveur de l emploi des docteurs pour le projet de loi de finances 2015 Propositions de l ANDès en faveur de l emploi des docteurs pour le projet de loi de finances 2015 Novembre 2014 Alors que le taux de docteurs parmi les chercheurs en entreprise est en baisse constante

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer» Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises APPEL A PROJETS 2013 «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI VISANT AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA LIBRAIRIE INDEPENDANTE. présentée par Monsieur Pascal Cherki. député.

PROPOSITION DE LOI VISANT AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA LIBRAIRIE INDEPENDANTE. présentée par Monsieur Pascal Cherki. député. PROPOSITION DE LOI VISANT AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA LIBRAIRIE INDEPENDANTE présentée par Monsieur Pascal Cherki député. EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Depuis longtemps nous savons que le

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Appel à Projets 2013

Appel à Projets 2013 Appel à Projets 2013 POLE DES ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises REPRISE D ENTREPRISES ARTISANALES ET INDUSTRIELLES NATURE DU DISPOSITIF DIR AAP OBJECTIFS - Financer la

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

«Demain, chez votre libraire»

«Demain, chez votre libraire» Projet : «Demain, chez votre libraire» Création d un comptoir national de la librairie indépendante * Simplification, démocratisation et clarification des marchés publics des bibliothèques. 1 «Élitaire,

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor Règlement Intérieur 2015 Défi Lor 1 Préambule Depuis 10 ans, la situation de la jeunesse française s est aggravée. A la fracture sociale, s ajoute désormais une fracture territoriale et à court terme une

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Comprendre les engagements de Booking.com

Comprendre les engagements de Booking.com Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire juridique n 15.15 du 23/04/2015 Comprendre les engagements de Booking.com Décision de l Autorité de la concurrence en date du 21

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Monsieur le Préfet de la Région Martinique. Monsieur Ange MANCINI. Rue Victor SEVERE. 97200 FORT-de-FRANCE. Fort-de-France, le 8 octobre 2008

Monsieur le Préfet de la Région Martinique. Monsieur Ange MANCINI. Rue Victor SEVERE. 97200 FORT-de-FRANCE. Fort-de-France, le 8 octobre 2008 Monsieur le Préfet de la Région Martinique Monsieur Ange MANCINI Rue Victor SEVERE 97200 FORT-de-FRANCE Fort-de-France, le 8 octobre 2008 Objet : Mobilisation pour l Activité et l Emploi Monsieur le Préfet

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture».

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture». Eléments pour une politique en faveur du livre et de la lecture Par Aurélie Filippetti, députée de Moselle, responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l équipe de campagne de François Hollande.

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE Information presse + de 130 exposants 1 11 ème édition des Rendez-vous de l Emploi, de la formation et de la création d entreprise RENDEZ-VOUS A MÂCON vendredi edi 17 octobre 2014 de 9h à 17h PARC DES

Plus en détail

Modèles de lettres réseau

Modèles de lettres réseau Lettre de demande d entretien suite à une recommandation Mentionnez la personne qui vous recommande J ai travaillé avec votre collègue Cécile Dubois, lorsqu elle était en poste chez Renault. Elle connaît

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE "LA TAXE D APPRENTISSAGE NE SERT PAS LE FINANCEMENT DE L APPRENTISSAGE" FAUX La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001-

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001- MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001- MISE EN ŒUVRE DU DROIT DE PRÊT - OCTOBRE 2001 - Plan du dossier A/ PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Mise en

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés :

Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : Alternance réalisée par Amélie Montoriol au sein de la Direction Innovations & Marchés : PRESENTATION DE L ORGANISME D ACCUEIL Ressourcer le monde Clients : Collectivités/ Industriels/ Secteur Tertiaire

Plus en détail

N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 novembre 2008 N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 novembre 2008.

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille.

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille. Les principes de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 Séminaire de sensibilisation 10 mai 2012 à Vientiane Edith Sudre - Magistrate, Adjointe au chef du service de l adoption internationale Marie-Anne

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Le droit de prêt en bibliothèque

Le droit de prêt en bibliothèque Les droits collectifs Le droit de prêt en bibliothèque p. 45 Le principe La loi du 18 juin 2003 relative à la «rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs»

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AXE POLITIQUE 1. SANTE Une santé moins chère, mais plus transparente 2. CONCURRENCE Plus de concurrence et une action

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

PROGRAMME 2014 ATELIERS DU PÔLE ENVIRONNEMENT LIMOUSIN

PROGRAMME 2014 ATELIERS DU PÔLE ENVIRONNEMENT LIMOUSIN PROGRAMME 2014 ATELIERS DU PÔLE ENVIRONNEMENT LIMOUSIN Concis, pragmatiques et interactifs : Une matinée pour aborder des notions clés Des réponses pragmatiques aux questions pratiques que l on se pose

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

la vérité sur La taxe d apprentissage

la vérité sur La taxe d apprentissage VRAI-FAUX la vérité sur La taxe d apprentissage "La taxe d apprentissage ne sert pas le financement de l apprentissage" La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer l ensemble des formations

Plus en détail

Les personnes en situation de handicap : des citoyens actifs

Les personnes en situation de handicap : des citoyens actifs APPEL A PROJETS ACTIONS DE PARRAINAGE DE L AWIPH Les personnes en situation de handicap : des citoyens actifs 1 1. Objet de l appel à projet Dans le cadre de son action de parrainage 2012, l Agence Wallonne

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille TEMOIGNAGE Temoignage Thierry Mazellier - APAVE Sudeurope Directeur Finance et Comptabilité Apave Sudeurope améliore la qualité de la gestion de son poste clients avec Igrec Au travers de son partenariat

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Journée des maires Introduction de Jean-François BARNIER

Journée des maires Introduction de Jean-François BARNIER Journée des maires Introduction de Jean-François BARNIER L e v e n d r e d i 1 3 n o v e m b r e 2 0 1 5 Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les Maires et Présidents d Intercommunalités, Mes chers

Plus en détail

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT Pôle Vie Publique Direction de l'information, de la communication et du marketing - Service communication du territoire 19DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du

Plus en détail

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire La réforme du permis : quels objectifs? «La réforme du permis de conduire vise à réduire les délais d attente et le coût du permis pour les jeunes.»

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail