OVH.com Neo Telecoms Ikoula Euclyde Datacenters

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OVH.com Neo Telecoms Ikoula Euclyde Datacenters"

Transcription

1 Réponse à l appel à contributions émis par le Conseil National du Numérique en vue d éclairer et de proposer au gouvernement une vision globale de la «fiscalité du numérique» OVH.com Neo Telecoms Ikoula Euclyde Datacenters Le 11 juillet 2013

2 Le présent document représente une réponse à l appel à contributions émis par le Conseil National du Numérique en vue d éclairer et de proposer au gouvernement une vision globale de la «fiscalité du numérique». La contribution est structurée sur la base des questions posées par le CNN, en essayant d y apporter analyses et illustrations. Cette contribution permettra d illustrer la vision des hébergeurs d infrastructures numériques et opérateurs de réseaux : Basés sur le territoire français Qui investissent en France Qui se préoccupent de leur développement à la fois en France et à l international. Il est important de souligner que les entreprises françaises du numérique (capitaux français et/ou développant des emplois en France) sont par nature dans un jeu international, avec des biens et services dématérialisés. C est pourquoi, il nous semble que chaque mesure sur ce sujet doit être analysé dans le cadre de la compétition internationale, qui est la réalité de nos entreprises, afin de ne jamais pénaliser un acteur qui créé de la richesse et des emplois en France face à un autre qui ne le ferait pas. 1

3 Préambule La fiscalité traditionnelle semble aujourd hui être inadaptée à une économie dématérialisée et une concurrence mondialisée. Face à cet enjeu, le gouvernement français, le conseil national du numérique et plusieurs experts appellent à la mise en œuvre de nouvelles règles fiscales internationales. Le système fiscal qui sera mis en place doit respecter trois impératifs : l efficience économique, l équité et l applicabilité. Entre autres, il devra également permettre le meilleur développement d entreprises en garantissant : 1. Des conditions neutres de compétition internationale entre les acteurs. Les acteurs français de la filière numérique ne doivent pas être défavorisés par rapport à des acteurs étrangers, qu ils soient au sein de l Union Européenne (Allemagne, Irlande, Luxembourg, Pays- Bas...) ou ailleurs (notamment aux Etats- Unis). A la fois sur les questions de taxes, d investissement, de capitaux Le développement de produits et services innovants sur le territoire français, ainsi qu en en favorisant le développement commercial à l international, 3. Des conditions d attractivité du territoire français, qui favorisent les acteurs qui investissent et créent des emplois en France. Ces éléments ne seraient pas complets s ils n étaient pas analysés à l aune des dynamiques de marché qui sont en jeu. En effet, les différentiels de taxation appliquées aux industries numériques françaises face à celles d autres pays dans l Union Européenne ou extérieure à celle- ci se cumulent dans le temps : 100 millions d'impôts en moins sur 1 an, c'est 1 milliard d'euros sur 10 ans qui peuvent donner des atouts concurrentiels majeurs et amplifier un effet de distorsion. 1. baisser les prix, et mettre en difficulté d'autres acteurs 2. innover et créer des barrières à l'entrée 3. se positionner comme prédateur dans un marché qui va se consolider. Autant de fonds qui manqueront à un acteur français dans la course au leadership international. Avec toutes les conséquences que cela peut avoir en terme d'emplois et de création de valeur en France. Des taxes nationales/ européennes inéquitables et inefficaces? Les taxes fondées sur les infrastructures techniques présentent un risque important de distorsion de concurrence entre des acteurs dont les infrastructures sont situées sur le territoire français et celles situées sur d autres territoires. Si elles apparaissent à priori simples à mettre en œuvre, les risques de contournement sont également nombreux. Enfin, compte tenu des annonces et de la volonté affichée du gouvernement de s appuyer sur le secteur du numérique comme levier de développement, les projets de taxes envisagés semblent antinomiques. Deux exemples l illustrent particulièrement : 2

4 Exemple N 1 Le projet de taxe «copie privée» étendu aux infrastructures de «Cloud Computing» pénaliserait directement l activité des hébergeurs situés en France : Vis- à- vis des pays situés dans l Union Européenne (en cas de législation nationale) Avec les pays hors union européenne (en cas de législation européenne uniquement) Un acteur économique qui disposerait d infrastructures installées à quelques kilomètres de la frontière française, et ou européennes en fonction de la législation en vigueur échapperait automatiquement à ce dispositif. Il faut rappeler qu aujourd hui les gros acteurs américains de l hébergement ont déployé leurs infrastructures au Luxembourg et/ou en Belgique. Néfaste pour la concurrence, il pénaliserait les nouveaux entrants français et européens. Il ralentirait également le développement d acteurs français vers l international face à des acteurs qui ont d ores et déjà amorti leurs infrastructures et mènent une véritable guerre des prix pour conquérir les marchés européens.[1] Enfin, d un point de vue industriel, cette taxe serait antinomique avec la volonté de développer un «cloud souverain» national et international pour lequel l état par l intermédiaire de la caisse des dépôts a d ores et déjà investi plusieurs centaines de millions d euros. Ce qui, sans revenir sur la polémique qui a agité le secteur peut constituer une certaine distorsion de concurrence vis- à- vis d acteurs du secteur. Exemple N 2 Une taxe sur «la bande passante / taxe au bit» serait inéquitable. Elle pénaliserait plus précisément les acteurs régionaux (éditeurs de logiciels, opérateurs locaux et acteurs de l internet) au profit des acteurs internationaux qui pourront eux réduire mécaniquement une part importante du trafic échangé en France[2]. Grâce aux points d échanges situés à Londres, Francfort, ou Amsterdam, les acteurs internationaux pourront déporter une partie du trafic et cela sera totalement invisible depuis Paris. Une telle mesure aurait pour conséquence directe de sortir la France des grands pays qui composent les flux internet mondiaux. Nous pourrions alors devenir un acteur périphérique comme la Grèce ou le Portugal. Il apparait également que pour les acteurs d internet, la bande passante générée/consommée n'est pas proportionnelle au chiffres d affaires/ revenu généré par les acteurs concernés. En volume, un acteur comme Amazon (et tous les sites de e- commerce) consomme/génère certainement 10 fois moins de trafic qu'un acteur type Youtube. La rentabilité économique d acteurs qui ont une consommation de bande passante négligeable peut être excellente alors que certaines PME innovantes disposent de modèles économiques précaires avec une consommation de bande passante très importante, Dailymotion en est le meilleur exemple. Enfin, compte tenu de l effort que souhaite mettre en œuvre le gouvernement, notamment dans le 3

5 cadre des investissements d avenir pour développer la filière logicielle, ce projet de taxe semble lui aussi antinomique : Il nuirait à toute innovation qui reposerait sur des services gourmands en bande passante et qui seraient géo localisés sur le territoire français. Est- il nécessaire de rappeler que les services de E- Santé (ex maintien à domicile) seraient particulièrement impactés par ce type de dispositif alors que l Etat souhaite par l intermédiaire du numérique réduire ses dépenses de santé [3] (...) Dans ce contexte, il ne faut pas perdre de vue que les volumes générés par l imagerie des données de santé produit probablement 10x plus de volume qu un acteur comme Dailymotion. A l heure ou l ASIP et la CNIL recommandent le recours à des services localisés sur le territoire français et que Fleur Pellerin s est également prononcés en faveur d une localisation des datacenter en France [4], il ne semble pas opportun de prolonger la réflexion sur cette piste. Des taxes nationales inadaptées à la compétition internationale Au delà de la prise en compte des éléments sus- mentionnés dans l appréhension de projets de nouvelles taxes, il nous semble également essentiel de souligner les modifications nécessaires sur des taxes actuellement existantes, notamment au sein de l Union Européenne. Celles- ci qui nuisent au développement international d acteurs français, et à leur place dans la compétition internationale. Nous retiendrons ici trois exemples : Exemple N 3 L harmonisation des taux de TVA [6] au sein de l Union Européenne est un débat récurrent, mais la problématique reste à l heure actuelle très préjudiciable pour les acteurs français qui subissent une vrai distorsion de concurrence. Dans ce contexte, le déplacement de certains acteurs du numérique hors de nos frontières illustre les efforts qui restent à faire pour accélérer le calendrier d harmonisation européen avant de mettre en place de nouvelles taxes. Exemple N 4 La structure actuelle de l «Exit Tax» est un frein majeur au développement international d entreprises françaises : il convient donc de la réformer d urgence. Pour illustrer ce propos, nous prendrons l exemple de la société OVH, dont le capital est détenu à 100% par des personnes privées françaises, dont son fondateur et Directeur Général Octave Klaba. Afin d accélérer le développement international de la société OVH, il apparaissait nécessaire au Directeur Général de piloter lui- même le développement de l entreprise sur le marché Nord- Américain, qui est le premier marché mondial dans le domaine des infrastructures hébergées. Même si la société était déjà présente dans 15 pays, l enjeu stratégique est tel qu il est crucial qu un haut niveau de management soit impliqué dans la gestion au jour le jour d un tel développement. Or, l «Exit Tax» actuelle rend cela impossible : en l espèce, le patrimoine de la personne physique et dirigeant concerné était intégralement constitué de ses actions dans la société OVH : ce qui n est 4

6 absolument pas un patrimoine liquide. Le versement nécessaire de l Exit Tax aurait donc eu deux conséquences possibles : soit ponctionner financièrement la société OVH (et diminuer sa capacité d investissement d autant), soit ouvrir le capital à des tiers et perdre une partie de l indépendance de la société. Dans les deux cas, les conséquences sont antinomiques avec le développement d une société française qui essaie de se développer à l international, tout comme elles sont antinomiques avec les objectifs du gouvernement de faire émerger des leaders internationaux de l économie numérique. Les modalités de l «Exit Tax» doivent impérativement être adaptées, dans le cas d investissements profitant de manière directe ou indirecte à une société qui paye ses impôts en France Exemple N 5 Les industries de l hébergement nécessitent d importants investissements. Comme il a été indiqué plus haut, la localisation des investissements, bien plus que dans d autres industries peut être délocalisée de l autre côté des frontières proches ou plus lointaines pour héberger des services dématérialisés. De notre analyse, il serait particulièrement pertinent de revenir sur le plafond de la déductibilité des intérêts d emprunt aujourd hui limité à 3 millions d Euros. En effet, le recours à l emprunt bancaire dans le cadre du financement de nouvelles infrastructures numériques (datacenters et réseaux) permet de conserver l indépendance de l entreprise ce qu un investissement en capital ne permet pas nécessairement. De surcroît, diminuer le coût de l établissement en France d infrastructures délocalisables (datacenters) permet également de mieux positionner dans la compétition internationale l hébergement sur le territoire français de services numériques, et donc générer de la valeur supplémentaire sur le territoire hexagonal. Aujourd hui sur le marché parisien des datacenter qui agrège 80% des contenus et des flux internet, parmi les septs plus gros acteurs, un seul est d origine française. Certes, certains des plus petits acteurs ne sont pas touchés directement par le plafond actuel de 3 millions d euros, mais limite aussi de facto des acteurs plus importants (ETI ou Grands Comptes) dans ses choix d investissement en France plutôt qu à l étranger. Ce qui est antonymique avec les objectifs affichés du gouvernement de faire de la France un pays de l hébergement et des datacenters et d y voir pousser des ETI. Conclusion Comme nous avons essayé de le démontrer, les projets de taxes qui reposent sur des infrastructures techniques présentent un risque important de distorsion de concurrence, de contournements, et semblent antinomiques avec la stratégie industrielle que souhaite mettre en œuvre le gouvernement. Plusieurs représentants industriels et élus de la représentation nationale l'ont récemment rappelé : le secteur numérique est non seulement sur- taxé si l'on le compare à l'économie française, mais l'est encore beaucoup plus dans le cadre d'une comparaison internationale. C'est donc au cœur du sujet qu'il convient d'agir et de porter tous les efforts non pas sur une législation nationale, mais sur la NECESSAIRE évolution des accords internationaux dans le domaine. Que ce soit sur une convergence européenne, au niveau de l'ocde, de l OMC ou de l'ensemble des conventions fiscales qui lient la France à des pays tiers. Dans ce contexte, la France doit être un moteur qui empêchera certains acteurs de retarder l échéance 5

7 d accords internationaux Dans les réflexions menées par le Conseil national du numérique, les taxes sur la publicité en ligne et/ou taxes ou clic nous semblent plus facilement applicables. Elles se rapprochent également plus de la cible visée (GAFA). Il ne faut toutefois pas négliger les effets de bords que ces dispositifs pourront engendrer sur les entreprises françaises spécialisées dans ces secteurs d activités et ou les «pure players». Les taxes sur l exploitation par les entreprises des données collectées (préconisées notamment par le rapport Collin & Colin) subiront les mêmes écueils que celles précédemment évoquées. Partielles, elles ne concerneront qu une minorité d acteurs qui pourront déporter la collecte et les plateformes de stockage hors périmètre. Enfin, nous pensons qu il est nécessaire de rappeler qu à l heure ou la France tente de réduire sa fracture numérique, ou des efforts d investissements en infrastructures sont demandés aux opérateurs si possible sans intervention de l état, ajouter de nouvelles taxes sur la base de ces infrastructures souvent déployées sur fond propre, est de nature à décourager tout investissement supplémentaire. [1] amazon- baisse- une- nouvelle- fois- ses- prix htm [2] ECH_les- acteurs- internet- redoutent- que- la- france- perde- en- competitivite.htm [3] numerique.fr/content/numerique- et- sante- une- nouvelle- ere- commence [4] affaire- prism- rend- pertinent- localiser- data- center- france- fleur- pellerin [5] vat_rates_fr.pdf 6

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Présentation par Philippe Marini, président de la commission des finances, de sa feuille de route pour une fiscalité numérique neutre et équitable

Plus en détail

Avis n 8 du Conseil national du numérique relatif à ses pistes de réflexion en matière de fiscalité du numérique

Avis n 8 du Conseil national du numérique relatif à ses pistes de réflexion en matière de fiscalité du numérique Le 14 février 2012 Avis n 8 du Conseil national du numérique relatif à ses pistes de réflexion en matière de fiscalité du numérique Au cours de la discussion du collectif budgétaire à la fin de l année

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Communiqué de Presse Massy, le 31 Mars 2009 La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Depuis quelques années, une nouvelle technologie révolutionne l informatique : la virtualisation.

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Février 2013 Les infrastructures de réseaux très haut débit

Plus en détail

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie 10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012 Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie La ré-industrialisation de la France passe par le développement

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

1. Le cadre réglementaire et institutionnel du marché de la livraison de colis de l Union. a/ La notion de colis

1. Le cadre réglementaire et institutionnel du marché de la livraison de colis de l Union. a/ La notion de colis Livre vert de la Commission européenne «Un marché intégré de la livraison de colis pour soutenir la croissance du commerce électronique dans l UE» Réponse à la consultation publique Contribution de la

Plus en détail

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Thème : Saas et Cloud computing : menace ou opportunité? Date : mercredi 16 juin Lieu : Le Cube, centre de création numérique / www.lecube.com Elles s appellent

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE Texte pour Le point en administration de la santé et des services sociaux Par Lise Denis, directrice générale Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Le vendredi 5 septembre

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Santé des TPE / PME : les experts-comptables présentent les chiffres du premier semestre 2015 et proposent 3 réformes

Santé des TPE / PME : les experts-comptables présentent les chiffres du premier semestre 2015 et proposent 3 réformes -- Communiqué de presse -- Paris, le 15 septembre 2015 Santé des TPE / PME : les experts-comptables présentent les chiffres du premier semestre 2015 et proposent 3 réformes Observateurs privilégiés des

Plus en détail

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet INTRODUCTION AUX STRATEGIES INTERNET Vers une approche globale de la présence sur Internet 2008 Philippe FLOC H Strategic Consulting Tous droits réservés Introduction aux Strategies Internet 22/02/2008

Plus en détail

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020.

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Ce document est une réponse à la consultation publique dans le cadre du plan France numérique 2020. Nous avons participé

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN)

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) Adopté à l unanimité des membres du Bureau présents et représentés,

Plus en détail

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT Développement du numérique DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX SOCIETAUX, DE CROISSANCE ET D EMPLOI SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

Collaboration justice Acteurs privés : Vision d OVH.com. Animé par : Romain BEECKMAN

Collaboration justice Acteurs privés : Vision d OVH.com. Animé par : Romain BEECKMAN Collaboration justice Acteurs privés : Vision d OVH.com Animé par : Romain BEECKMAN SOMMAIRE Partie 1 : Présentation d OVH.COM Partie 2 : Nature des relations Justice / OVH Partie 3 : Notre vision Partie

Plus en détail

fourbissent leurs armes infrastructure Ainsi si le cloud computing constitue une des principales tendances du marché TIC depuis de nombreux

fourbissent leurs armes infrastructure Ainsi si le cloud computing constitue une des principales tendances du marché TIC depuis de nombreux que leurs même Salesforce un Diffusion : 30000 Page : 18 Cloud les opérateurs fourbissent leurs armes Sur un marché des services cloud en pleine progression les opérateurs disposent d atouts essentiels

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique

COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique Clermont-Ferrand, le 13 mai 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique Une centaine d acteurs du numérique auvergnat étaient

Plus en détail

L EDITION DE LOGICIELS - UNE PRIORITE POUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

L EDITION DE LOGICIELS - UNE PRIORITE POUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL L EDITION DE LOGICIELS - UNE PRIORITE POUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Edito L industrie du logiciel au service d une France plus innovante, plus dynamique et plus respectueuse de l environnement Pourquoi

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique

Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique Feuille de route vers une Stratégie européenne pour la culture à l ère numérique Objet Contenu Calendrier 1. Stratégie culturelle et Europe 2020 Élaborer une stratégie européenne pour la culture à l ère

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Assemblée Nationale AMENDEMENT

Assemblée Nationale AMENDEMENT N 235 I Compléter cet article par les alinéas suivants : "IV. Après le 4 ) du II de l article 199 Ter B du Code Général des Impôts, rajouter le 5 ) suivant : «5 Uniquement pour les entreprises qui satisfont

Plus en détail

Commission d examen de la fiscalité québécoise

Commission d examen de la fiscalité québécoise Commission d examen de la fiscalité québécoise Mémoire déposé dans le cadre de l'étude du programme de crédits d impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE) Présenté par le Regroupement

Plus en détail

Point Keren Finance. 15 avril 2015

Point Keren Finance. 15 avril 2015 Le contexte boursier actuel est particulièrement porteur pour les marchés actions européens, notamment français, qui affichent de très fortes progressions à la fin du premier trimestre de l année 2015.

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE. Mercredi 13 juin 2007

CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE. Mercredi 13 juin 2007 CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE Mercredi 13 juin 2007 LOCALISATION DE VEHICULES D INVESTISSEMENT EN FRANCE INVESTISSEMENTS PAN-EUROPEENS REGIMES SPECIFIQUES

Plus en détail

En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques?

En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques? réduire vos coûts informatiques? STAND n 30 Entrez dans l ère du Numérique Très Haut Débit En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques? 1 Fiche d Identité Network Telecom & Hosting

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

LA POLITIQUE NUMERIQUE

LA POLITIQUE NUMERIQUE N 14 Infos Thématiques LA POLITIQUE NUMERIQUE Face à la révolution numérique, qui bouleverse l économie mais aussi la société et le quotidien des Français, le gouvernement a engagé depuis 18 mois une action

Plus en détail

Facture Mixte Collaboration Franco - Allemande Pourquoi? Comment? Cyrille Sautereau, Admarel Conseil, FNFE- MPE

Facture Mixte Collaboration Franco - Allemande Pourquoi? Comment? Cyrille Sautereau, Admarel Conseil, FNFE- MPE Facture Mixte Collaboration Franco - Allemande Pourquoi? Comment? Cyrille Sautereau, Admarel Conseil, FNFE- MPE 1 Créé en 2012 15 ans d expérience dans la dématérialisation des processus achat / vente

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

14-18 La grande e-guerre. L e-commerce belge peut-il contrer la concurrence étrangère?

14-18 La grande e-guerre. L e-commerce belge peut-il contrer la concurrence étrangère? 14-18 La grande e-guerre L e-commerce belge peut-il contrer la concurrence étrangère? 14-18: la grande e-guerre Les webshops belges souffrent d un lourd handicap concurrentiel par rapport aux acteurs étrangers

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

Les processus de gestion de la dépense publique

Les processus de gestion de la dépense publique IX e colloque annuel Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor du Sénégal DAKAR SENEGAL du 16 au 18 novembre 2015 Les processus de gestion de la dépense publique Termes de référence Le

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation SOMMAIRE Préambule P. 3 La dématérialisation de la production comptable : Théorie Définition Enjeux Objectifs Investissements Processus de dématérialisation AVANT / APRES la mise en place d une solution

Plus en détail

Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms. Livre blanc

Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms. Livre blanc Les enjeux du Cloud computing pour les opérateurs télécoms Livre blanc Octobre 2012 Table des matières 1 Introduction... 3 1.1 Le Cloud computing, une réelle rupture technologique... 3 1.2 Atouts et facteurs

Plus en détail

L entreprise Adista. Acteur historique de l informatique et des télécoms. Une stratégie basée sur une triple compétence

L entreprise Adista. Acteur historique de l informatique et des télécoms. Une stratégie basée sur une triple compétence L entreprise Adista Acteur historique de l informatique et des télécoms Une stratégie basée sur une triple compétence Système d'information Hébergement et infogérance Opérateur de télécommunications Adista

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Paris, France / Munich, 14 décembre 2010 Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Acquisition par Atos Origin de Siemens IT Solutions and Services Les deux groupes forment

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

Membre du INVESTISSEMENT PME FIP FRANCE. Financer les PME. favorise la croissance

Membre du INVESTISSEMENT PME FIP FRANCE. Financer les PME. favorise la croissance Membre du FIP FRANCE INVESTISSEMENT PME Financer les PME favorise la croissance Présentation du FIP FRANCE INVESTISSEMENT PME Dans le contexte économique actuel, nous pensons que les PME françaises ont

Plus en détail

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification Délégation du Sénat pour la Planification Février 2007 Rapport n 189 Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Concertation. sur la fiscalité du numérique. Avis n 2013-3 du Conseil national

Concertation. sur la fiscalité du numérique. Avis n 2013-3 du Conseil national Concertation sur la fiscalité du numérique Avis n 2013-3 du Conseil national du numérique Septembre 2013 1 Préambule Le 18 janvier 2013, à la suite de la remise du rapport de Nicolas Colin et Pierre Collin

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE COMITE «PLACE FINANCIERE DE PARIS 2020» 25 MESURES POUR UNE PLACE OFFENSIVE ET FORTE AU SERVICE DE L ECONOMIE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMITE «PLACE FINANCIERE DE PARIS 2020» 25 MESURES POUR UNE PLACE OFFENSIVE ET FORTE AU SERVICE DE L ECONOMIE Contact presse : Arnaud de BRESSON Paris EUROPLACE Tel : +33 1 49 27 11 44 e-mail: bresson@paris-europlace.com Site Internet : www.paris-europlace.net COMMUNIQUE DE PRESSE COMITE «PLACE FINANCIERE DE PARIS

Plus en détail

Le nuage va-t-il s'arrêter à la frontière? Pierre Beyssac pba@eriomem.net Twitter: pbeyssac

Le nuage va-t-il s'arrêter à la frontière? Pierre Beyssac pba@eriomem.net Twitter: pbeyssac Le nuage va-t-il s'arrêter à la frontière? Pierre Beyssac pba@eriomem.net Twitter: pbeyssac Trouvé sur Twitter 23 mars 2011 2 cloud? Mot vague Infrastructure (IaaS) Platform (PaaS) Software (SaaS) 23 mars

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

LA FINANCE AU SERVICE DE L ÉCONOMIE

LA FINANCE AU SERVICE DE L ÉCONOMIE DOSSIER DE PRESSE LA FINANCE AU SERVICE DE L ÉCONOMIE Paris, le 1 er décembre 2014 LA FINANCE AU SERVICE DE L'ÉCONOMIE Sommaire 5 Introduction 7 Mobiliser davantage l'épargne des ménages au service du

Plus en détail

Idinvest Private Value Europe II

Idinvest Private Value Europe II Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) Idinvest Private Value Europe II www.allianz.fr Avec vous de A à Z Idinvest Private Value Europe II Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC

a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC L a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC Selon l'ocde 1, le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) désigne l ensemble des activités visant

Plus en détail

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise.

> L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES. Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. > L ASSURANCE VIE DE VOS DONNEES Sensibilisation aux risques de perte du patrimoine numérique de l entreprise. UN MARCHE EN PLEIN ESSOR UN VASTE TERRAIN DE JEU 1,2 Milliards (60% Services, 40% Logiciels,

Plus en détail

Cloud Computing*: questions juridiques

Cloud Computing*: questions juridiques 07 Juin 2011 CERT Ist - Forum 2011 Cloud Computing*: questions juridiques Jean-Marie Job Avocat associé de Gaulle Fleurance & Associés jmjob@dgfla.com * Informatique en nuage Ateliers ADIJ Solutions aux

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

Supplément spécial Loi de Finances

Supplément spécial Loi de Finances La Lettre #Supplément de janvier 2016 Supplément spécial Loi de Finances Pour vous, DUO Solutions a sélectionné dans la Loi de Finances pour 2016 et dans la Loi de Finances rectificative pour 2015 les

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Zone d Activité Datacenter en Aquitaine (ZAD)

Zone d Activité Datacenter en Aquitaine (ZAD) Zone d Activité Datacenter en Aquitaine (ZAD) Présentation Adeiso Présentation AT Internet Etats des lieux des offres d hébergement en Aquitaine Opportunité et bénéfice de la mutualisation Janvier 2011

Plus en détail