UNIVERSITÉ PARIS VI PIERRE ET MARIE CURIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ PARIS VI PIERRE ET MARIE CURIE"

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS VI PIERRE ET MARIE CURIE ECOLE DOCTORALE : SANTÉ PUBLIQUE ET SCIENCES DE L INFORMATION BIOMÉDICALE THÈSE pour l obtention du titre de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS VI Présentée par : Basile CHAIX Modélisation des effets du contexte sur la santé et le recours aux soins Thèse soutenue le 01/12/2004 devant le jury composé de : Rapporteurs : Examinateurs : Directeur de thèse : M. Marcel GOLDBERG, Professeur M. Denis HEMON, Directeur de Recherche M. Alain-Jacques VALLERON, Professeur M. Thierry LANG, Professeur M. Pierre CHAUVIN, Chargé de Recherche - HDR 1

2 Remerciements En premier lieu, je remercie Alain-Jacques Valleron de m avoir accueilli au sein de l unité 444 de l INSERM. Je remercie tout particulièrement Pierre Chauvin d avoir dirigé mon travail de thèse au cours de ces trois années ; son encadrement scientifique, ses conseils éclairés, sa patience, et son soutien sans faille m ont été chers au cours de la thèse, et constituent un appui irremplaçable pour l avenir. Je remercie Juan Merlo de l Hôpital Universitaire de Malmö en Suède de m accorder une place dans son programme de recherche ambitieux. Son expertise dans le champ de l analyse contextuelle m a été précieuse, et la confiance mutuelle qui s est forgée au cours d une année et demi de travail en commun augure d une collaboration placée sous le signe de la durée. Je remercie enfin vivement M. Goldberg, M. Hémon, et M. Lang d avoir accepté de faire partie de mon jury de thèse. 2

3 Résumé de la thèse Depuis près de dix ans, l épidémiologie sociale s intéresse à l impact que les caractéristiques du contexte de résidence peuvent avoir sur la santé des individus, au-delà des effets imputables à leurs caractéristiques socio-économiques personnelles. Dans le cadre de cette thèse, nous avons cherché à avancer dans la connaissance des déterminants contextuels de la santé et du recours aux soins, qui ont reçu nettement moins d attention en France qu en Europe du Nord, en Angleterre, ou aux Etats-Unis. Notre objectif principal était de réfléchir sur les outils à mettre en œuvre pour décrire et expliquer les variations spatiales des phénomènes de santé et de recours aux soins, et de développer de nouvelles approches d analyse permettant de combler les lacunes des méthodes actuellement utilisées dans ce champ de l épidémiologie sociale. Nous avons dans un premier temps cherché à montrer l utilité que les modèles multiniveaux peuvent avoir en analyse contextuelle. Se démarquant des pratiques d analyse suivies par beaucoup d auteurs, nous avons souligné l intérêt qu il y a à quantifier et modéliser les variations inter-zones des phénomènes lorsque l on cherche à évaluer l importance du contexte pour la santé et le recours aux soins. L objectif étant d aboutir à des indicateurs qui expriment l amplitude des variations inter-zones, nous nous sommes attachés à comparer les différents indicateurs disponibles dans le cadre du modèle logistique, qui est fréquemment utilisé en épidémiologie sociale. Nous en venons finalement à mettre en doute la pertinence de l approche d analyse multiniveau utilisée de façon quasi-hégémonique dans la littérature d analyse contextuelle. En effet, fragmentant le territoire en une multitude de zones administratives et négligeant les connections spatiales qui existent entre ces zones, l approche multiniveau ne fournit souvent que des informations incomplètes sur la distribution spatiale des phénomènes de santé. Audelà, mesurant les facteurs explicatifs du contexte de résidence au niveau de zones administratives arbitraires, elle s avère souvent incapable de capter adéquatement les effets du contexte sur la santé. A partir d études appliquées conduites à partir de données Françaises et Suédoises, nous avons montré qu une approche d analyse qui tient compte de l espace dans sa continuité intrinsèque permettait mieux de décrire et d expliquer les variations spatiales des phénomènes de santé et de recours aux soins. 3

4 Thesis summary Over the past decade, social epidemiologists have investigated the effects that the characteristics of the context of residence have on individual health, beyond the impact associated with the characteristics of the individuals. In our thesis, we aimed to investigate contextual determinants of health and healthcare utilisation, which have received far less attention in France than in Northern Europe, in the United Kingdom, or in the United States. Our main objective was to compare different analytical tools to be used to describe and explain spatial variations of health phenomena and healthcare utilisation, and to develop new approaches to overcome the limitations of the methods currently used in this specific social epidemiological field. We first highlighted the interest of using multilevel models in contextual analysis. Following a different perspective than many authors in the literature, we aimed to emphasize that quantifying and modelling variations of outcomes between areas is useful to assess the importance that the context has for health and healthcare utilisation. We particularly seek to compare the different indexes available in the multilevel logistic model to measure the magnitude of variations between areas. We finally aimed to show that the multilevel analytic approach, used in most of the analyses of contextual effects on health, has several important limitations. Indeed, fragmenting space into arbitrary administrative areas and neglecting spatial connections between areas, the multilevel analytic approach often only provides incomplete information on the spatial distribution of health outcomes. Moreover, measuring the characteristics of the context of residence in arbitrary administrative areas, this approach may often be unable to adequately describe contextual effects on health. Conducting applied investigations based on French and Swedish data, we showed that an analytic approach based on a continuous notion of space allowed us to better describe and explain spatial variations in health or healthcare utilisation. 4

5 Table des matières Introduction ) Utilité de l analyse contextuelle en santé publique... 6 A La description des variations géographiques des phénomènes de santé... 7 B La compréhension des mécanismes à l origine des disparités géographiques de santé ) Evaluer l importance des effets du contexte sur la santé : l importance de la question méthodologique...10 A Les racines historiques de l analyse multiniveau B Différentes approches d utilisation des modèles multiniveaux C Comparaison de l approche multiniveau et d une perspective d analyse spatiale dans l étude des effets du contexte ) Plan du document Chapitre I Utilité de l approche multiniveau en épidémiologie sociale ) L utilisation des modèles multiniveaux dans la littérature d analyse contextuelle ) L intérêt des mesures de variation comme sources d information indépendantes sur l impact du contexte sur la santé Chapitre II Exemples préliminaires d analyse contextuelle ) Analyse des effets du contexte de résidence sur différents comportements relatifs à la santé ) Analyse des effets du ménage de résidence sur les modes de recours aux soins Chapitre III Perspective multiniveau et perspective spatiale en analyse contextuelle ) Description de la distribution spatiale des phénomènes ) Mesure des facteurs du contexte dans un espace continu centré sur le lieu de résidence des individus Conclusion générale et perspectives Perspectives de recherche Liste de publications Bibiographie

6 Introduction 1) Utilité de l analyse contextuelle en santé publique Ainsi que l ont indiqué différents auteurs, le champ de l épidémiologie s est longtemps inscrit dans le paradigme de l individualisme méthodologique, qui postule que les facteurs influant sur la santé des personnes appartiennent au registre des caractéristiques individuelles. 1, 2 En suivant cette orientation d analyse, on serait capable d appréhender l ensemble des processus agissant sur la santé des individus en tenant compte de leurs caractéristiques démographiques, sociales, psychologiques, anatomiques, biologiques, etc. Dans cette optique, on n est amené à tenir compte de facteurs collectifs (tels que ceux que l on mesure au niveau de la zone de résidence des personnes) que lorsque l information correspondante fait défaut au niveau individuel. On néglige alors complètement la dimension contextuelle des facteurs collectifs considérés, qui ne servent que de substituts à des informations que l on est incapable d obtenir au niveau individuel. 3 Au contraire, de nombreux travaux issus des sciences sociales ont cherché à mettre en évidence l influence que le contexte de vie des individus peut avoir sur la santé. 2, 4 L idée s est ainsi progressivement formée dans le champ de l épidémiologie sociale que les déterminants sociaux de la santé ont par nature une structure à niveaux (ou multiniveau), appartenant au niveau individuel, mais également au niveau du ménage, du lieu de résidence, ou du lieu de travail ou d étude. 5, 6, 7, 8, 9 En conséquence, il est aujourd hui largement reconnu qu une voie importante à suivre en épidémiologie sociale pour avancer dans la connaissance des mécanismes à l origine des disparités sociales de santé est de s intéresser aux effets du 5, 10 contexte, et notamment à ceux du contexte résidentiel. Au-delà des objectifs de connaissance, il est important d un point de vue de santé publique de tenir compte des relations qui existent entre le contexte de vie des individus et leur santé. En effet, les études d analyse contextuelle offrent des perspectives nouvelles dans le champ de la santé publique, d une part en décrivant les variations géographiques des phénomènes de santé, et d autre part en affinant la compréhension que l on a des mécanismes à l origine des disparités de santé. 6

7 A La description des variations géographiques des phénomènes de santé Prendre en compte la dimension contextuelle des phénomènes de santé consiste d abord à examiner si ceux-ci présentent des variations sur le territoire d étude. Etant incapable d identifier des variations spatiales aux différentes échelles d analyse considérées, on serait amené à conclure que le phénomène étudié ne présente pas de dimension contextuelle, et que sa variabilité est imputable à des facteurs mesurables au niveau individuel. 11, 12 Au contraire, si les méthodes mises en œuvre indiquent une variabilité géographique importante, le phénomène devient un objet d intérêt en analyse contextuelle, qui cherche alors à en décrire et expliquer la distribution spatiale. 13 A des fins de recherche, la simple représentation cartographique des variations géographiques des phénomènes de santé et la description quantitative de ces variations à l aide de modèles de régression fournissent des informations importantes qui permettent de générer des hypothèses sur les facteurs qui influent sur ces phénomènes. 14 D un point de vue de santé publique, la quantification des variations contextuelles des phénomènes indique si d éventuels programmes d information ou d intervention doivent intégrer cette dimension contextuelle, ou si ces programmes peuvent être mis en œuvre de façon complètement invariante sur le territoire. 13 La description cartographique des disparités de santé ou de comportements relatifs à la santé aide également à identifier les zones d intervention prioritaires et à répartir les ressources sur le territoire en tenant compte des besoins différenciés d un endroit à l autre. B La compréhension des mécanismes à l origine des disparités géographiques de santé Au-delà de la simple description des disparités territoriales de santé, l objectif est d avancer dans la compréhension des mécanismes qui les produisent. L orientation d analyse contextuelle s est construite en critiquant l approche écologique qui consiste à mettre en relation des variables explicatives et des données de santé agrégées aux niveaux de zones administratives plus ou moins fines. 15, 16, 17 Observant par exemple une association positive entre taux de chômage communal et taux de mortalité communal, il est difficile de tirer des enseignements précis qui puissent être utilisés en santé publique. En effet, transférer une telle association au niveau individuel afin de conclure que les individus au chômage ont un risque de mortalité supérieur revient à commettre l erreur écologique largement décrite dans la littérature : 11, 18, 19 l association écologique ne permet pas d affirmer que ce sont les chômeurs 7

8 plutôt que d autres individus dans les communes où le pourcentage de chômeurs est élevé qui ont un risque de mortalité supérieur. Par ailleurs, et de façon cruciale en analyse contextuelle, cette association écologique ne permet pas non plus de conclure à l existence d un effet collectif ou contextuel du chômage sur l ensemble des résidents des communes à fort taux de chômage, puisqu elle ne distingue pas les éventuels effets du chômage aux niveaux individuel 20, 21 et collectif. L approche contextuelle s est donc développée à partir du constat qu il est nécessaire d utiliser des données collectées au niveau individuel pour avancer dans la compréhension des déterminants sociaux de la santé. 22 L objectif de ce genre d analyses est d examiner si les variations géographiques identifiées sont intégralement liées à la composition variable des zones considérées en terme de caractéristiques individuelles, ou si elles résultent également d effets proprement contextuels qui ne sauraient être captés au niveau individuel. 3, 23 En mesurant un même facteur social aux niveaux des individus et du contexte de résidence, l utilisation de techniques de régression multivariées permet de distinguer différents processus 24, 25, 26, 27, 28 sociaux qui se trouvaient amalgamés au sein de l association écologique. Puisque les caractéristiques démographiques, sociales, et économiques des individus sont souvent corrélées aux facteurs du contexte, il est absolument nécessaire de tenir compte des facteurs individuels lorsque l on cherche à identifier des effets véritablement contextuels. Un débat important existe dans la littérature sur cette question du nécessaire ajustement des modèles, qu il faudrait mettre en œuvre avec prudence et circonspection pour les plus optimistes, 29 ou compromettrait définitivement toute possibilité d identification d effets véritablement contextuels pour les plus pessimistes. 30 Pour ne citer que deux des difficultés relatives à cette question, il est d une part toujours possible d imaginer que les effets contextuels identifiés en analyse multivariée résultent en fait d un défaut d ajustement au niveau individuel, et soient ainsi liés à des effets de composition résiduels. 31, 32, 33, 34 Mais d autre part, à l opposé de ce problème de sous-ajustement des modèles, on peut aussi craindre d inclure trop de facteurs individuels dans les modèles, retirant ainsi au facteur contextuel la part de son effet qui se manifeste au travers des variables individuelles intermédiaires prises en compte comme facteurs d ajustement. 1, 15, 35, 36, 37 Ainsi, comme dans bien d autres cas en épidémiologie, la sélection des variables d ajustement ne peut être mécaniquement effectuée, et relève d arbitrages extérieurs au champ de la statistique. Au-delà, c est toute la distinction fondatrice en analyse contextuelle entre effets individuels et effets contextuels qui doit être envisagée avec circonspection. En effet, de façon 8

9 plus fondamentale, pour affecter la santé, les effets du contexte doivent «pénétrer à l intérieur du corps», ce qui se produit nécessairement au travers de processus que l on peut capter au niveau individuel. 3 Ainsi, plutôt qu une différence bien identifiée entre processus causaux opérant dans le réel, la distinction entre effets individuels et effets contextuels peut être conçue comme un outil conceptuel permettant d organiser l analyse et de générer des hypothèses de travail mais dont il faudrait également se méfier sous peine d aboutir à des interprétations trop grossières. Ainsi que de nombreux auteurs l ont indiqué, il est utile en santé publique d examiner si les facteurs du contexte de résidence sont associés aux problèmes de santé après avoir tenu compte des facteurs démographiques et sociaux au niveau individuel. 15 L intérêt est de voir si l on peut se contenter de cibler les programmes d intervention sur la base des caractéristiques des individus, ou si l on doit au-delà également tenir compte des caractéristiques des zones de résidence. L idée avancée est qu en cas d effets directs des caractéristiques du contexte sur la santé des individus, la cible des programmes de santé publique manquerait d inclure un nombre important d individus à risque si elle n était définie que sur la base des facteurs de risque individuels. Au-delà de la distinction entre effets de composition et effets contextuels, l objectif est 38, 39 d examiner quelles dimensions du contexte de résidence jouent sur la santé des individus. Les auteurs ont proposé différentes catégorisations des facteurs contextuels, soit en fonction du type d effets en jeu (environnement physique, infrastructures et services disponibles, fonctionnement social 40 ), soit en fonction du mode de constitution des variables. Dans ce dernier cas, on distingue en général les variables contextuelles agrégées (qui résultent de l agrégation des caractéristiques des individus dans chaque zone) des variables contextuelles intégrales qui sont directement mesurées au niveau des zones de résidence. 35 Les variables contextuelles agrégées les plus communes cherchent à rendre compte du niveau socioéconomique du milieu de résidence à partir de moyennes des caractéristiques socio- 41, 42, 43, 44, 45 économiques des résidents. Au contraire, les variables qui renvoient aux infrastructures des zones appartiennent par exemple à la catégorie des variables intégrales. Agrégées ou intégrales, les variables contextuelles ne peuvent le plus souvent pas être mesurées au niveau individuel, et sont comme telles susceptibles de capter des effets clairement distincts de ceux que l on appréhende au moyen de variables individuelles. 1, 7 D un point de vue de santé publique, l objectif est d identifier les facteurs du contexte qui sont réellement à l origine des disparités de santé, afin d adapter au mieux les programmes 9

10 d intervention aux mécanismes causaux identifiés. Concernant par exemple la pratique 46, 47 d activités sportives, que l on sait être liée au niveau socio-économique des individus, diverses études ont mis en évidence des variations significatives d un quartier de résidence à l autre. 48 Les auteurs ont cherché à voir si ces variations spatiales étaient simplement dues à la composition variable des zones sur le plan des caractéristiques socio-économiques individuelles. Au-delà, ils ont trouvé que ces variations étaient en partie imputables au niveau socio-économique du quartier de résidence, mesuré en agrégeant les caractéristiques des 45, 48 individus. Un tel effet pourrait être dû au fait que les valeurs et habitudes comportementales d un groupe social donné tendent à prévaloir dans les endroits où il est majoritaire, affectant ainsi l ensemble des résidants, même si ils n appartiennent pas à ce groupe social. Enfin, les auteurs ont également tenu compte de variables contextuelles intégrales, et ont pu montrer que la présence d installations sportives et d endroits où la marche ou la course peuvent être pratiquées en toute sécurité avait une influence sur la pratique sportive. 49 Quantifier les variations contextuelles des phénomènes, chercher à les expliquer en distinguant effets de composition et effets proprement contextuels, et avancer dans la connaissance des différents processus par lesquels le contexte influe sur la santé présentent donc un intérêt en santé publique. 2) Evaluer l importance des effets du contexte sur la santé : l importance de la question méthodologique Puisque les déterminants sociaux de la santé appartiennent à différents niveaux, la variabilité des phénomènes de santé présente une structure hiérarchique : au-delà de la variabilité qui existe entre individus d un même groupe, une partie des variations survient d une unité contextuelle à l autre, l individu et son contexte constituant des sources de variabilité distinctes et hiérarchiquement organisées. 50 Concernant les méthodes d analyses, les approches qui ne tiennent pas compte de cette structure complexe de la variabilité peuvent s avérer en partie inefficientes. Afin de décrire et d expliquer les variations de phénomènes qui opèrent à différents niveaux, la littérature d épidémiologie sociale recourt aujourd hui aux modèles multiniveaux (incluant des effets aléatoires au-delà des effets fixes 50, 51, 52, 53 ) ou dans 54, 55, 56, 57 une moindre mesure à des modèles basés sur l équation d estimation généralisée. 10

11 A Les racines historiques de l analyse multiniveau Ainsi que le rapportent Searle et ses collègues, 58 la première formulation d un modèle à effets aléatoires dans la littérature date de 1861 (quoique ce modèle n y soit alors pas ainsi dénommé). L intérêt qu il y a à distinguer les composants de la variance dans une situation où des unités se trouvent rassemblées au sein de groupes est explicitement formulé à partir des années C est en 1947 qu apparaissent pour la première fois la distinction entre «effet fixe» et «effet aléatoire» et la notion de «modèle mixte». Les années 1950 et 1960 ont apporté des développements majeurs dans les méthodes utilisées pour estimer les composants de la variance. C est autour des années 1970 que les faiblesses de la méthode d estimation de l Analyse de Variance (ANOVA) ont commencé à être largement reconnues, et que l approche d estimation basée sur le maximum de vraisemblance s est développée. 58 Quant à l approche d analyse multiniveau pratiquée aujourd hui en épidémiologie sociale, Snijders et Bosker estiment qu elle s est formée au cours des années 1980 par la réunion du courant d analyse contextuelle et de la tradition statistique d utilisation des modèles mixtes. 50 Dans la période antérieure, l analyse contextuelle se contentait d utiliser des modèles de régression classiques afin d identifier des variables contextuelles potentiellement influentes sur les phénomènes. A partir de 1980, différentes équipes ont développé les algorithmes permettant d estimer des modèles de régression avec des coefficients aléatoires emboîtés, ainsi que les logiciels pour le faire. 59, 60 Dès 1986, les bases de l analyse multiniveau, incluant les outils statistiques ainsi que la méthodologie pour les utiliser, étaient jetées. L approche d analyse multiniveau a d abord été utilisée dans le champ des sciences de l éducation, dans lesquelles les données concernent des élèves regroupés au sein de classes, elles-mêmes rassemblées au sein d écoles, où la structure hiérarchique apparaît incontournable. 60 Cette approche n a été utilisée dans le champ de l épidémiologie sociale dans l étude des effets du contexte de résidence sur la santé qu à partir des années 1990, 2, 61, 62, 63 commençant vraiment à s y établir au milieu de la décennie. Des articles méthodologiques ont été publiés à partir de 1998, 1 alors que la première revue de la littérature date de Cependant, ainsi que nous le discutons maintenant, diverses tendances se font jour dans l utilisation qui est faite des modèles multiniveaux. 11

12 B Différentes approches d utilisation des modèles multiniveaux En analyse contextuelle, l objectif est donc de décrire les effets du contexte sur la santé des individus. Les modèles multiniveaux fournissent différents outils pour le faire, dont l importance relative est diversement évaluée par les auteurs de la littérature. Une première approche, suivie par les pionniers de la littérature d analyse contextuelle ainsi que dans de nombreuses études plus récentes, consiste à s intéresser exclusivement aux mesures d association entre facteurs contextuels et variables réponse individuelles. 4, 64, 65 Dans ce cas, l intérêt des modèles multiniveaux est de tenir compte de la structure hiérarchique des données (individus regroupés au sein de zones de résidence) lors de la procédure d estimation des paramètres, et d aboutir ainsi à des écart-types des forces d association qui prennent en compte la corrélation intra-zone de la variable réponse. Une telle utilisation des modèles multiniveaux apparaît en fait restrictive. Au cours d une revue de littérature publiée dans la Revue d Epidémiologie et de Santé Publique, 66 nous avons montré que la prise en compte des effets aléatoires des modèles fournit des informations utiles 3, 6, 23, 34, 67 à l interprétation des associations entre facteurs contextuels et phénomènes de santé. Toutefois, une telle utilisation des effets aléatoires comme simples appuis dans l interprétation des associations entre facteurs explicatifs et phénomènes de santé peut encore apparaître limitée. Le but d un projet éditorial dirigé par Juan Merlo de l Hôpital Universitaire de Malmö en Suède est de souligner que de tels effets aléatoires fournissent en eux-mêmes des informations importantes en santé publique sur les variations géographiques des phénomènes, sous la forme d indicateurs que l on appelle «mesures de variation» par opposition aux «mesures d association» classiques. 13, 68, 69 Nous pensons que l utilité de telles «mesures de variation» (telles que le coefficient de corrélation intraclasse ou coefficient de partition de la variance) a été sous-estimée dans la littérature. Une possible explication de cet état de fait est que les études contextuelles aboutissent souvent à des variances inter-zones des effets aléatoires extrêmement faibles et non significativement différentes de zéro, ce qui est signe d une faible importance du contexte pour les phénomènes étudiés. Plutôt que d accorder trop d attention à l information négative véhiculée par ce paramètre, beaucoup d auteurs semblent s évertuer à trouver des associations entre facteurs du contexte et phénomènes de santé (dont l amplitude est également faible), afin de conclure que le contexte a un impact sur la santé. Il n est donc pas sans importance d un point de vue de santé publique de clarifier l intérêt respectif des mesures d association (issues des effets fixes du modèle multiniveau) et des 12

13 mesures de variation (issues des effets aléatoires), qui fournissent des informations 13, 68, 69 complémentaires permettant de juger de l importance réelle du contexte pour la santé. C Comparaison de l approche multiniveau et d une perspective d analyse spatiale dans l étude des effets du contexte C est toutefois dans la critique de l approche multiniveau, au statut quasi-hégémonique dans la littérature d analyse contextuelle en épidémiologie sociale, 4 que notre travail de thèse trouve son axe essentiel. Notre objectif général est de montrer que l approche d analyse multiniveau, du fait de sa conception de l espace, ne fournit pas des informations optimales sur la variabilité spatiale des phénomènes de santé. L approche multiniveau conçoit en effet l espace comme fragmenté en zones distinctes le plus souvent définies à partir des limites administratives. La littérature géographique sur le «modifiable areal unit problem» a depuis longtemps montré que les résultats des analyses qui s appuient sur un zonage administratif du territoire sont largement dépendants du découpage utilisé. 70, 71, 72, 73 L effet d agrégation qui intervient est d une part dû à des phénomènes d échelle, puisque les zones peuvent être définies à un niveau plus ou moins local («scale effect»). D autre part, à une échelle donnée, les frontières considérées peuvent grouper les individus d une multitude de façons différentes. En conséquence, tant les indicateurs qui quantifient les variations d une zone à l autre que les mesures des effets du contexte sont dépendants du découpage en zones utilisé, et des différences importantes dans les résultats peuvent être observées si d autres découpages du territoire sont utilisés. 74 Au-delà de cette dépendance des indicateurs au découpage utilisé, une limite plus importante des modèles multiniveaux est de ne pas tenir compte des relations spatiales entre les zones, et de supposer que des individus provenant de zones différentes sont complètement indépendants même si ces zones sont adjacentes ou proches. En négligeant cette possible corrélation entre zones proches sur le territoire, les modèles multiniveaux ne permettent pas d obtenir des informations optimales sur la distribution spatiale des phénomènes : ils ne renseignent que sur la force de la corrélation des phénomènes de santé à l intérieur des zones, mais pas sur la portée de cette corrélation dans l espace. Au-delà de l insuffisance des indicateurs qui décrivent les variations spatiales des phénomènes, une autre limite de l approche multiniveau est de systématiquement définir les facteurs du contexte au niveau des zones administratives de résidence des individus. Or, rien 13

14 n assure a priori que les différents effets contextuels opèrent réellement au niveau des zones administratives considérées. 38 Dans certains cas, les individus pourraient également être affectés par les caractéristiques du contexte au-delà des limites administratives de leur zone de résidence, puisque leurs activités quotidiennes les amènent probablement à se déplacer dans cet espace élargi. Au contraire, dans d autres cas, les zones administratives considérées pourraient s avérer bien trop larges pour capter une influence du contexte susceptible d opérer à un niveau plus local. Ces différentes limites de l approche d analyse multiniveau sont liées à sa conception d un espace fragmenté en zones administratives arbitraires déconnectées les unes des autres. Du fait de cette définition de l espace, tant les mesures de variation dont il a été question cidessus que les mesures d association entre facteurs contextuels et phénomènes de santé s avèrent en partie inefficientes à rendre compte de la distribution spatiale des phénomènes de santé. Dans le cadre de collaborations internationales, nous avons conduit deux études, l une à partir de données Françaises, l autre à partir de données Suédoises, dans lesquelles nous avons eu recours à une approche d analyse spatiale des effets du contexte, qui se distingue de l approche d analyse multiniveau couramment utilisée. Le fondement de cette perspective spatiale d investigation est de s appuyer sur une conception continue de l espace lors de l analyse des variations des phénomènes de santé. Un premier aspect de cette approche est de s appuyer sur des modèles de régression spatiaux, qui quoique différents les uns des autres, ont pour point commun de ne pas fragmenter l espace en zones déconnectées les unes des autres. 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81 En appliquant la notion de «mesure de variation» définie dans le cadre du modèle multiniveau, un de nos objectifs est de souligner que les modèles de régression spatiaux aboutissent à des indicateurs qui fournissent plus d informations sur la distribution spatiale des phénomènes que ceux que l on obtient à partir des modèles multiniveaux. Le second intérêt d une approche spatiale en analyse contextuelle est de s affranchir des limites administratives lors de la définition des facteurs contextuels explicatifs. 82, 83, 84 Nous avons développé des méthodes de mesure de l exposition aux caractéristiques du contexte qui tiennent compte de l information contextuelle dans un espace continu centré sur le lieu de résidence des individus. Un avantage de ces approches est qu elles parviennent certainement mieux à capter les effets du contexte environnant que les mesures réalisées au niveau des zones administratives pour les individus qui résident sur les marges de ces zones. 14 Une de nos études sur ce thème a eu recours à des données Suédoises issues des Registres de 14

15 Population, dans lesquelles nous étions en mesure de localiser géographiquement les individus de façon très précise. Ces données nous ont permis d avancer dans le développement des méthodes de mesure en continu des facteurs du contexte. L objectif de nos deux études était de comparer l approche multiniveau couramment utilisée dans la littérature à cette perspective d analyse spatiale. Nous avons cherché à voir si le fait de tenir compte de l espace dans sa continuité intrinsèque permettait d obtenir des informations sur la distribution spatiale des phénomènes, tant à partir des mesures classiques d association qu à partir des mesures de variation, qui resteraient inaccessibles dans le cadre de l approche multiniveau qui fragmente le territoire en zones administratives déconnectées les unes des autres. 3) Plan du document Dans la suite du présent document, le premier chapitre traite de l utilité de l approche multiniveau en analyse contextuelle. Nous détaillons progressivement les fonctions d intérêt des modèles multiniveaux pour ce genre d analyses. Dans cette partie, nous rapportons dans un premier temps l article rédigé au début de la thèse et publié dans la Revue d Epidémiologie et de Santé Publique, 66 qui décrit l utilisation qui est faite des modèles multiniveaux dans la littérature. Une critique que l on peut adresser à un nombre important d études est de ne pas assez tirer parti des informations fournies par les effets aléatoires des modèles. Dans la suite du premier chapitre, nous décrivons notre participation à un projet dirigé par Juan Merlo (Département de Médecine Communautaire, Hôpital Universitaire de Malmö, Suède), dont l objet est de souligner l intérêt des mesures de variation (basées sur les effets aléatoires des modèles) dans le champ de l analyse contextuelle. Ce projet bénéficie du soutien du Journal of Epidemiology and Community Health, qui a passé commande d une série d articles didactiques à Juan Merlo. J ai participé en tant que second ou troisième auteur aux trois premiers articles de la série, et j interviens en tant que premier auteur pour le quatrième article. Les deux premiers articles ont d ores et déjà été acceptés pour publication par le journal, 13, 68 les deux suivants étant en cours de révision. Alors que les trois premiers articles de la série s intéressent au modèle multiniveau linéaire simple (adapté aux variables dépendantes continues), le quatrième article de la série est consacré au modèle logistique. Dans la suite du premier chapitre, nous rapportons d abord une lettre de recherche que nous avons publiée dans l American Journal of Epidemiology, au sujet des mesures de variation 15

16 (ou de «clustering») adaptées au modèle logistique. 85 Nous rapportons ensuite le quatrième article de la série, après avoir résumé le contenu des articles précédents. Dans un second chapitre, nous résumons brièvement le contenu de quatre articles publiés ou acceptés dans des revues Européennes et Anglaises (European Journal of Epidemiology, European Journal of Public Health, Public Health). 86, 87, 88, 89 Il s agit de travaux préliminaires d application des modèles multiniveaux à l analyse contextuelle des comportements relatifs à la santé (consommation de tabac et d alcool, sédentarité, modes de recours aux soins). Ces études ont été réalisées à partir des données du Baromètre Santé 2000 de l INPES. 90, 91 Elles présentent des limites importantes, notamment liées au fait que nous n avions pas d information de localisation géographique plus précise que le département de résidence des individus. Dans le troisième chapitre, nous présentons les principaux travaux de notre thèse, qui visent à comparer l approche multiniveau classiquement utilisée dans la littérature à une perspective d analyse spatiale qui consiste à étudier les variations des phénomènes de santé dans un espace continu. Nous rapportons d abord un premier article qui applique des techniques d analyse spatiale à l étude des modes de recours aux soins en France. Cette étude a été réalisée à partir des données Françaises de l enquête SPS de l IRDES. 92 Nous avons soumis une seconde version de l article au Journal of Epidemiology and Community Health, qui examine actuellement les corrections que nous avons apportées à notre travail. Nous rapportons ensuite un second travail réalisé à partir des données Suédoises des Registres de Population, dans lequel nous appliquons les dernières avancées méthodologiques en analyse spatiale à l étude des variations géographiques des troubles mentaux et comportementaux liés à la consommation de substances psycho-actives. Ce travail a été réalisé dans le cadre d'une collaboration étroite avec Juan Merlo du Département de Médecine Communautaire de l'hôpital Universitaire de Malmö. 16

17 Chapitre I Utilité de l approche multiniveau en épidémiologie sociale 1) L utilisation des modèles multiniveaux dans la littérature d analyse contextuelle Au début de la thèse, nous avons d abord cherché à déterminer l état de l art de l analyse contextuelle sur le plan méthodologique. 66 Le constat réalisé alors, qui vaut encore aujourd hui, est celui d une suprématie hégémonique de l approche multiniveau. Toutefois, si la quasi-totalité des auteurs se réclament de cette approche, l utilisation qu ils en font est variable, et l intérêt des modèles multiniveaux en analyse contextuelle est diversement apprécié. De la façon la plus restrictive qui soit, un grand nombre d auteurs utilisent des modèles qui tiennent compte de la structure hiérarchique des données dans le seul but de tenir compte de la non-indépendance des individus à l intérieur des zones lors de l estimation des écarttypes des effets fixes. 4, 20, 64, 65 En effet, les modèles de régression classiques (qui n incluent pas d effets aléatoires) surestiment souvent le degré de significativité statistique des effets du contexte (en sous-estimant les écart-types de ces paramètres). Tenant compte de la structure hiérarchique des données, les modèles multiniveaux aboutissent à une estimation moins biaisée des écart-types des forces d association. Dans ce type d utilisation des modèles multiniveaux, les auteurs ne prêtent donc attention qu aux forces d association (effets fixes du modèle) et ne rapportent le plus souvent pas les effets aléatoires des modèles, qu ils se gardent de toute façon d interpréter. Toutefois, un certain nombre d auteurs dans la littérature ont indiqué que les effets aléatoires des modèles multiniveaux étaient également susceptibles d apporter des informations utiles. 3, 6, 23, 34, 67 En effet, les effets aléatoires fournissent un appui lorsque l on cherche à interpréter les associations entre facteurs explicatifs et phénomènes étudiés. Permettant de distinguer la variance inter-zone de la variance au niveau individuel, ils renseignent sur l amplitude des variations à expliquer à chacun des niveaux au moyen des facteurs pris en compte dans les analyses. 93, 94 Les auteurs s intéressent surtout à la manière dont évolue la variance inter-zone résiduelle du phénomène lorsque l on introduit des facteurs individuels puis contextuels dans le modèle. Quantifier la réduction que connaît la variance entre zones lors de l introduction successive des différents facteurs explicatifs permet 17

18 d évaluer le poids de chacune de ces variables dans la constitution des disparités géographiques du phénomène. En introduisant les caractéristiques des individus, on est ainsi en mesure de quantifier le poids des effets de composition, soit la part de la variabilité interzone qui est due à la composition variable des zones sur le plan des caractéristiques individuelles. 3, 23 Les auteurs examinent ensuite si des variations significatives persistent entre zones après ajustement sur les facteurs individuels, et émettent des hypothèses sur la possible existence d effets proprement contextuels. Ils cherchent enfin à quantifier la contribution des différents effets contextuels à la variabilité inter-zone, et à voir si l ensemble des facteurs 3, 21 contextuels pris en compte permet d expliquer cette variabilité. Un premier article publié dans la Revue d Epidémiologie et de Santé Publique nous a permis de décrire ces différents modes d utilisation des modèles multiniveaux dans la littérature d analyse contextuelle. 66 Un des constats réalisés à l issue de ce travail est que l étude des effets du contexte sur la santé a connu un développement important en Europe du Nord, en Angleterre, et aux Etats-Unis au cours de la dernière décennie, mais n a pas connu d essor similaire en France, et conserve une place marginale dans le champ de l épidémiologie sociale. 2) L intérêt des mesures de variation comme sources d information indépendantes sur l impact du contexte sur la santé La revue de littérature publiée dans la Revue d Epidémiologie et de Santé Publique nous a donc permis de brosser un tableau des modes d utilisation des modèles multiniveaux dans la littérature d analyse contextuelle en épidémiologie sociale. 66 Dans ce travail, nous avons montré un intérêt particulier pour les applications qui cherchaient à interpréter les effets aléatoires des modèles multiniveaux. La suite de notre réflexion méthodologique nous a conduit à nous intéresser plus avant encore à l utilité qu il peut y avoir à modéliser la variance des phénomènes de santé, au-delà du vecteur des espérances. Cette réflexion a en partie été conduite dans le cadre d une collaboration avec un chercheur Suédois, Juan Merlo, dont un objectif est de populariser auprès du milieu des chercheurs en épidémiologie sociale l intérêt qu il y a à modéliser les variances inter-zones (ou corrélations intra-zones) afin d évaluer l importance du contexte sur la santé. 12, 69, 95 Son orientation aboutit à distinguer des «mesures de variation» (obtenues notamment à partir des 18

19 effets aléatoires des modèles multiniveaux) des «mesures d association» plus classiques entre facteurs explicatifs et variables de santé. 69 La collaboration engagée avec Juan Merlo s est notamment structurée autour de la rédaction d une série d articles didactiques sur les modèles multiniveaux, dont commande avait été passée à ce chercheur par un éditeur du Journal of Epidemiology and Community Health. Au moment où nous nous sommes engagés dans ce travail, plusieurs exposés ont déjà été publiés dans la littérature sur l intérêt des modèles multiniveaux dans le champ de l épidémiologie sociale. 2, 3 Toutefois, nous avons un angle d attaque original. En effet, ce travail dirigé par Juan Merlo cherche à fournir un support aux chercheurs en épidémiologie sociale peu versés en statistiques, en leur permettant de comprendre de façon intuitive l intérêt que présentent les modèles multiniveaux en analyse contextuelle. Au-delà, et de façon plus originale, notre objectif est de souligner l utilité qu il y a sur un plan de santé publique à modéliser la variance géographique des phénomènes de santé au-delà des associations qui existent avec les facteurs contextuels. La série d articles s articule ainsi autour de la distinction entre «mesures d association» et «mesures de variation». 13, 68 Tout en constatant que ces derniers indicateurs ont été sous-utilisés dans la littérature, les différents articles ont pour but de souligner de façon didactique l intérêt que présentent ces «mesures de variation» lorsque l on cherche à évaluer l impact réel du contexte sur la santé des individus Les trois premiers articles de la série sont consacrés au modèle multiniveau linéaire simple, qui permet de modéliser les variations inter-zones de variables continues. Un premier objectif est de souligner l intérêt du coefficient de corrélation intraclasse, qui exprime la part des variations totales du phénomène qui survient au niveau des zones de résidence. 50, 85, 96 Une recommandation de l article est que cette information ne devrait jamais être négligée dans les études d analyse contextuelle. Trop d études dans lesquelles le coefficient de corrélation intra-zone est proche de zéro aboutissent à la conclusion que le contexte de résidence exerce un impact sur la santé, en s appuyant sur des forces d association faibles entre facteurs contextuels et phénomènes de santé (odds ratio autour de 1.5). Avant toute introduction de caractéristiques individuelles et contextuelles dans les modèles, le coefficient de corrélation intraclasse indique si il est important de tenir compte du contexte pour expliquer les variations du phénomène, ou si le contexte peut être négligé et les analyses conduites en ne tenant 13, 69 compte que des facteurs individuels. Naturellement, les valeurs de référence que l on choisit pour juger de l importance de la corrélation intra-zone sont plus faibles que celles que l on retient si l on s intéresse à la 19

20 corrélation de comportements à l intérieur du ménage, ou à la corrélation de mesures réalisées à l intérieur de l organisme humain. Une vision d ensemble de la littérature permet d estimer qu une corrélation intra-zone inférieure à 1% exprime un niveau de similitude très faible entre individus appartenant à la même zone, et indique par conséquent que le contexte n a pas d impact sur le phénomène de santé étudié. Une corrélation intra-zone autour de 3% indique que le phénomène présente une certaine sensibilité au contexte de résidence, et une corrélation égale ou supérieure à 5% est le signe d un rôle important du contexte sur le phénomène. Ces valeurs peuvent apparaître très faibles au regard des valeurs de référence habituellement retenues pour juger de l importance d une corrélation, et les 5% des variations qui surviennent au niveau des zones pourraient apparaître sans grande importance par rapport au 95% des variations restantes qui se manifestent au niveau individuel (variations individuelles intra-zones). Toutefois, l expérience indique que l on ne parvient en général qu à expliquer une toute petite partie des variations qui surviennent au niveau individuel, alors qu on est souvent en mesure d expliquer une large part des variations inter-zones à l aide d un petit nombre de facteurs contextuels. De ce fait, même si les variations inter-zones ne constituent que 5% de la variance totale du phénomène, elles ont en général un poids nettement plus important si l on ne considère que la part de la variance qui a pu être expliquée au moyen de facteurs individuels et contextuels. Les trois premiers articles de la série ont également présenté de façon aboutie l utilisation qui peut être faite du coefficient de partition de la variance, 96 en insistant sur l intérêt des informations qu il fournit dans le champ de la santé publique. 5, 68 Cet indicateur, qui n avait pas été présenté de façon aussi détaillée dans les précédents exposés méthodologiques de la littérature, constitue une généralisation du coefficient de corrélation intraclasse au cas où la corrélation intra-zone dépend de façon complexe des caractéristiques des individus prises en compte dans le modèle. 95 En effet, il est d une part possible de modéliser la variance interzone en fonction des caractéristiques individuelles. Cela conduit à montrer que la variance inter-zone (ou importance du contexte pour le phénomène) est variable d un groupe d individus à l autre. Par ailleurs, la variance au niveau individuel (ou variance qui survient entre individus à l intérieur de chaque zone) peut également être d amplitude variable d un type d individus à l autre. 2 Ainsi, un groupe d individus pour lequel la variable de santé mesurée prend en moyenne des valeurs élevées pourrait présenter une variabilité plus importante qu un autre groupe ayant en moyenne des valeurs plus faibles pour la variable. Dans le cadre d un travail récent publié par Juan Merlo dans l American Journal of 20

La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation

La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation La recherche interventionnelle en santé des populations : moteur d innovation L O U I S E P O T V I N, P h D C H A I R E D E R E C H E R C H E D U C A N A D A A P P R O C H E S C O M M U N A U T A I R

Plus en détail

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION À UNE INTERPRÉTATION CAUSALE Arthur Charpentier Professeur d actuariat à l Université du Québec, Montréal Amadou Diogo Barry Chercheur à l Institut de santé

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr Régression linéaire Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr 2005 Plan Régression linéaire simple Régression multiple Compréhension de la sortie de la régression Coefficient de détermination R

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers 4 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines Projets pilotes EPI-CREM immobiliers Introduction Le projet EPI-CREM 1 vise de manière globale l amélioration de

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Online Intelligence Solutions L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A Propos de Jacques Warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm()

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() SEMIN- Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Ecole Normale Supérieure 46 rue d'ulm F-75230 Paris Cedex 05 sebastien.ballesteros@biologie.ens.fr

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining GUIDE DU DATA MINER Scoring - Modélisation Data Management, Data Mining, Text Mining 1 Guide du Data Miner Scoring - Modélisation Le logiciel décrit dans le manuel est diffusé dans le cadre d un accord

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

La classification automatique de données quantitatives

La classification automatique de données quantitatives La classification automatique de données quantitatives 1 Introduction Parmi les méthodes de statistique exploratoire multidimensionnelle, dont l objectif est d extraire d une masse de données des informations

Plus en détail

PROGRAMME (Susceptible de modifications)

PROGRAMME (Susceptible de modifications) Page 1 sur 8 PROGRAMME (Susceptible de modifications) Partie 1 : Méthodes des revues systématiques Mercredi 29 mai 2013 Introduction, présentation du cours et des participants Rappel des principes et des

Plus en détail

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire 11/06/01 B50/v2.31/F/MP005.01 «Manuel Pratique» Gestion budgétaire Finance A l usage des utilisateurs de Sage BOB 50 Solution Sage BOB 50 2 L éditeur veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles

Plus en détail

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro ISFA, Université Lyon 1 Aterlier risque systémique et

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ÈS SCIENCES TECHNIQUES PAR

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Séance 8 : Régression Logistique

Séance 8 : Régression Logistique Séance 8 : Régression Logistique Sommaire Proc LOGISTIC : Régression logistique... 2 Exemple commenté : Achat en (t+1) à partir du sexe et du chiffre d affaires de la période précédente. 4 La régression

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Le nouveau cadre conceptuel de l IASB

Le nouveau cadre conceptuel de l IASB Le nouveau cadre conceptuel de l IASB La notion de cadre conceptuel en comptabilité nous est venue des Etats- Unis par la publication de six normes appelées SFAC : Statements of financial accounting concepts

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Analyse des risques financiers

Analyse des risques financiers Analyse des risques financiers Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS. Justification de la recherche

REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS. Justification de la recherche REFINEMENT FRENCH FRANÇAIS Justification de la recherche Le projet REFINEMENT (REsearch on FINancing systems Effect on the quality of MENTal health care) vise à étudier la relation entre modèles de financement

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNEES MANQUANTES AU MOYEN DE L ALGORITHME DE KOHONEN

TRAITEMENT DES DONNEES MANQUANTES AU MOYEN DE L ALGORITHME DE KOHONEN TRAITEMENT DES DONNEES MANQUANTES AU MOYEN DE L ALGORITHME DE KOHONEN Marie Cottrell, Smaïl Ibbou, Patrick Letrémy SAMOS-MATISSE UMR 8595 90, rue de Tolbiac 75634 Paris Cedex 13 Résumé : Nous montrons

Plus en détail

Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health. Hospital Management Training. Maintenance et logistique hospitalière

Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health. Hospital Management Training. Maintenance et logistique hospitalière Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health Hospital Management Training Maintenance et logistique hospitalière Olivier Vilain Assistance Publique Hôpitaux de Paris Janvier

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

«Tout modèle a ses limites»

«Tout modèle a ses limites» Conférence de presse annuelle du 31 mars 2015 Mark Branson Directeur «Tout modèle a ses limites» Mesdames, Messieurs, Peter Giger et moi-même allons nous intéresser à l utilisation de modèles pour le calcul

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel 3 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers Méthode et logiciel Projet EPI-CREM Le projet EPI-CREM 1 vise à améliorer l efficacité énergétique et

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger.

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger. Cet ouvrage est fondé sur les notes d un cours dispensé pendant quelques années à l Institut universitaire de technologie de Grenoble 2, au sein du Département statistique et informatique décisionnelle

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail