EXECUTIVE SUMMARY 4 ANALYSE SWOT 5 LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE 6 DES RESSOURCES DES PRINCIPAUX MINERAIS EN 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXECUTIVE SUMMARY 4 ANALYSE SWOT 5 LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE 6 DES RESSOURCES DES PRINCIPAUX MINERAIS EN 2010"

Transcription

1

2 EXECUTIVE SUMMARY 4 ANALYSE SWOT 5 LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE 6 DES RESSOURCES DES PRINCIPAUX MINERAIS EN 2010 CONJONCTURE INTERNATIONALE : 7 AFRIQUE, TERRE PROMISE DE MINERAIS CONJONCTURE NATIONALE : 14 UN SECTEUR TRANSPARENT S OUVRANT GRADUELLEMENT AUX INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS : 22 UN SECTEUR QUI REPREND VIE APRÈS LES TURBULENCES CAUSÉES PAR LA CRISE FINANCIÈRE ANNEXE 1: PRINCIPALES RESSOURCES 24 MINIÈRES EN AFRIQUE ANNEXE 2 : RATIOS FINANCIERS 26 SOURCE 27 DOCUMENT RÉALISÉ PAR SAFAA EL FAHLI

3 EXECUTIVE SUMMARY Après la conjoncture difficile observé en fin 2008 et début 2009, le secteur a repris des couleurs en Aussi bien la production, les cours des matières premières que le nombre de transactions ont enregistré des hausses conséquentes, retrouvant leurs niveaux d avant crise. Dans ce contexte, l Afrique semble être la terre promise. En effet, face à la baisse de leurs réserves et aux mesures attrayantes qu offrent le continent, les pays occidentaux et la Chine se sont tournés vers une région concentrant plus du tiers des réserves mondiales de minerais. Toutefois, et au cours de ces dernières années, certains pays africains ont procédé à la révision de leurs contrats miniers avec les exploitants étrangers afin de profiter de la richesse de leur sous-sol, de se développer et de réduire la pauvreté. Sur le plan national, le secteur joue également un rôle important. Contribuant à hauteur de 6% au PIB et 20% aux exportations marocaines, il demeure dominé par les phosphates dont la production représente près de 95% de la production totale du secteur. Tout comme au niveau international, le secteur minier marocain a été impacté par la crise économique. A fin 2008 et début 2009, la baisse de la demande étrangère s est faite ressentir par une baisse de la production de 27,5%. Dans ce sens, une politique de rationalisation de la production a été menée par les entreprises minières et plus précisément par l OCP, motivée par une volonté de maitriser les cours et de préserver la rentabilité. En 2010, la reprise de l activité a permis aux opérateurs de cette industrie d améliorer leurs performances. Le chiffre d affaires des principales 2 sociétés est ainsi passé de MAD milliards en 2009 à milliards en 2010, soit une progression de 37,5%. De même, les ratios de rentabilité se sont redressés et ont enregistré 45,7% et 57,6% respectivement pour la marge opérationnelle et la marge EBE. Dans le même temps, le secteur bénéficie tant du soutien de l Etat que de l engouement des opérateurs. En attendant la mise en place d un plan sectoriel, les mines qui ont longtemps bénéficié de la protection de l Etat, s ouvrent progressivement aux acteurs étrangers. Les entreprises minières nationales, quant à elles, rivalisent de stratégies pour consolider leur positionnement. Alors que certaines entrent en bourse pour financer leur expansion, d autres optent pour la couverture des prix ou décident de s implanter en Afrique. 2 Managem, SMI et CMT 4 ODE

4 ANALYSE SWOT FORCES - Troisième producteur et premier exportateur mondial de phosphates - Renforcement de la capacité et diversification de la production - Transparence des entreprises du secteur - Expérience des grands groupes marocains dans l exploitation des mines OPPORTUNITES - Transfert du savoir-faire des entreprises étrangères opérant au Maroc - Exploitation des carrières en Afrique - Conclusion de partenariats avec des groupes étrangers - Cadre réglementaire et fiscal incitatif pour les opérateurs miniers - Proximité de l Europe - Protection de l Etat FAIBLESSES - Difficulté d estimer les réserves d une mine (il n existe pas de méthode scientifique pour prouver les réserves) - Faiblesse des investissements en Recherche et Développement à l exception de Managem qui possède une structure dédiée «Reminex» MENACES - Volatilité des cours des métaux de base - Concurrence africaine accrue - Fluctuation des taux de change ODE 5

5 CARTOGRAPHIE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DES RESSOURCES DES PRINCIPAUX MINERAIS EN 2010 Un minerai désigne une roche contenant des minéraux utiles en proportion suffisamment intéressante pour justifier l'exploitation, et nécessitant une transformation pour être utilisés par l industrie. Les principaux types de minerais sont l uranium, l argent, le zinc, le fer, le diamant, la bauxite, le charbon, le cuivre, le nickel, le plomb, le manganèse et l or. La carte ci-dessus montre la disponibilité des minerais dans diverses régions du monde. Or Cuivre Fer Nickel Plomb Zinc Métaux du groupe Platine Diamants Autres La taille des cercles est proportionnelle à celle des ressources minérales mesurées en millions de tonnes. Les ressources correspondent à une matière première d intérêt économique identifiée dans un gisement, en teneur et en quantité telles qu elle présente des perspectives raisonnables d extraction rentable. Les réserves correspondent à la part de ces ressources dont la viabilité économique est assurée. On parle de réserves prouvées lorsque la partie économiquement exploitable est mesurée. Source : Secteur privé et développement N 8

6 CONJONCTURE INTERNATIONALE AFRIQUE, TERRE PROMISE DE MINERAIS EXPLORATION MINIÈRE, UN SECTEUR QUI REPREND DES COULEURS APRÈS LA CRISE DE 2008 Une production et des cours au rythme de la crise économique En 2008, la production mondiale des ressources minérales a atteint USD 463 milliards, soit une progression de près de 13% par rapport à 2007 et de 100% par rapport à Toutefois, cette tendance s est ralentie dès 2009, affectée principalement par la crise financière et économique. Valeur de la production mondiale des métaux, diamants et uranium (en USD milliards) Ce trend haussier s est poursuivi en 2010, année qui a connu le retour des prix des métaux à leurs plus hauts niveaux historiques. Du fait de ces améliorations, les cours de l aluminium, du cuivre et du zinc ont augmenté de 13 %, 40 % et 20 % par rapport aux moyennes des cinq dernières années. Principales hausses des prix des métaux En (%) en 2010 par rappport à 2009 Pd Ag Sn Au Ni 17,9 23,9 23,4 48, ,3 71, ,6 Cu Pt Al -4,8 3,4 Pb Zn 14,5 14,2 13, Source : Bloomberg et RBS e 2010e Les montants pour les années 2009 et 2010 sont des estimations Source : Raw Materials Group, 2010 Aussi, les cours des matières premières n ontils pas échappé à cette spirale, entraînant dans leur sillage la chute des capitalisations boursières. Cependant, au cours du second semestre 2009, les prix des métaux de base ont connu une reprise plus rapide que prévu suite notamment à la reprise de la demande chinoise afin de sécuriser ses approvisionnements en matières premières ainsi qu aux placements financiers spéculatifs des fonds d investissement sur le secteur des matières premières. Des dépenses mondiales d exploration en évolution depuis 2009 Après une année 2009 où, selon le Metal Economics Group (MEG), le montant global des dépenses d exploration des métaux non ferreux a atteint USD 7,7 milliards, en chute de 42% par rapport à l exercice précédent, en 2010, les montants alloués à l exploration minière sont fortement repartis à la hausse (+52%), enregistrant USD 11,7 milliards suite notamment au redressement de la demande et au renchérissement des cours des matières premières. Cette performance intervient après une hausse continue depuis 2003 et un record historique en 2008 d USD 13,2 milliards. ODE 7

7 Exploration des métaux non ferreux (USD milliards) Exploration des métaux non ferreux Exploration de l Uranium* Prix indéxés annuels des métaux (Au+Base) ,5 3,0 10 2,5 8 2,0 6 1,5 4 1,0 2 0, Prix indéxés annuels des métaux (1993=1) Part des économies émergentes dans la production mondiale de minerais % Fer Cuivre Acier Aluminium Nickel Source : Bloomberg et RBS * L exploration de l uranium est une estimation de MEG basée sur le total reporté par l OCDE Livre rouge Source : Metal Economic Group Montée en puissance des économies émergentes, et plus particulièrement de la Chine La part des économies émergentes dans les dépenses mondiales d exploration a connu une hausse considérable. En effet, et selon Metals Economics Group (MEG, 2010), ces dernières représentaient près de 40 % des dépenses mondiales d'exploration au début de la dernière décennie. Au milieu des années 2000, elles en constituaient 60 %. Parallèlement, leur part dans la production mondiale de minerais ne cesse d augmenter depuis le début des années A titre d exemple, en 2008, la production de l acier et de l aluminium dans les pays émergents a représenté près de 68% et près de 65% de la production mondiale contre 52% et 50% en 2000, respectivement. Cette montée en puissance s est renforcée par le regain d activité de la Chine, devenue acteur clé du marché minier mondial. Aujourd hui, l investissement chinois est plutôt orienté vers le secteur des mines et de l énergie suite aux efforts déployés par le gouvernement, encourageant les entreprises domestiques à se développer à l international. Par ailleurs et face à ses besoins grandissants en matières premières, le pays s est tourné vers les marchés extérieurs, notamment l Australie et l Afrique pour s y approvisionner en produits miniers ou même pour y exploiter certaines mines, spécialement en Afrique. Le pays reste le premier importateur mondial de nickel, de cuivre, d aluminium, de plomb, d étain Cette demande croissante de la Chine a fortement contribué à l envolée des cours mondiaux de minerais entre 2001 et L Afrique, un potentiel minier à exploiter L Afrique recèle d importantes réserves minières à côté de l Australie et du Canada. Selon David Beylard 3, la valeur financière des gisements de matières premières du continent s élèvent à USD milliards. 3 David Beylard est analyste en corporate governance, spécialiste des marchés africains de matières premières. Il dispose d un DEA en droit international, d un mastère en intelligence économique, d un mastère en management des ressources humaine et stratégies des entreprises. Doctorant en sciences du management, il possède également un Certificat d auditeur Social. 8 ODE

8 Possédant le tiers des réserves internationales, tous minerais 4 confondus, l Afrique contribue à hauteur de 77%, 56%, 46% et 21% à la production mondiale de platine, cobalt, diamants et or. Cette contribution devrait encore se renforcer d ici à 2015 et plus particulièrement pour le manganèse et les diamants qui passeront respectivement de 39% et de 46% à 57%. Premier poste d exportations de nombreux pays africains, l activité minière demeure toutefois dominée par l extraction de minerais bruts. Ainsi, les revenus issus de l extraction minière sont faibles, comparés à ce que pourrait rapporter le produit transformé tant sur le plan fiscal que sur le plan macroéconomique. Plusieurs facteurs entrent en jeu et notamment l absence d infrastructures dédiées, la corruption et l exploitation illégale des ressources. Afin de développer une industrie de valorisation des matières premières minières, dans des conditions économiques pérennes, il faudrait procéder à la restructuration du secteur minier à travers : - la mise en place de pratiques de bonne gouvernance ; - le développement des infrastructures et le renforcement des investissements ; - la lutte contre l exploitation illégale des ressources et le renforcement de la transparence des chaînes d approvisionnement; - la création d une industrie locale de valorisation des matières premières minières. Part de l Afrique dans la production mondiale de certains minerais entre 2005 et 2015 Production en 2005 Production estimées en 2005 Mineraux Unité Afrique Monde % Mondial Afrique Monde % Mondial Platine onces % % Cobalt tonnes % % Manganèse tonne % % Diamants carats % % Palladium onces % % Or tonnes % % Uranium tonnes % % Bauxite tonnes % % Cuivre tonnes % % Zinc tonnes % % Charbon 1 million de tonnes % % Alumine tonnes % % Source : Performance Consulting, Voir Annexe 1 ODE 9

9 Principaux minerais en Afrique - Or : le continent détient la moitié des réserves d'or mondiales identifiées. Rapportant près d USD 65 milliards par an, l or est exploité essentiellement en Afrique du sud et au Ghana par les trois plus grandes multinationales d extraction - AngloGold (Afrique du Sud), Barrick Gold (Canada) et Newmont Mining (USA). - Diamants : principalement exploités au Botswana, en République Démocratique du Congo, en Angola et en Afrique du Sud par des entreprises sud africaines, russes et canadiennes, les diamants africains représentent 60% de la production mondiale. - Uranium : représentant 20% de la production mondiale, ce minerai se trouve principalement au Niger (deuxième plus grande mine d uranium au monde (Imouraren), en Centrafrique, et en Namibie. - Bauxite : la Guinée est le principal producteur en Afrique et le deuxième dans le monde, suivie du Mali où l exploitation est assurée par le groupe russe Rusal. STRATÉGIES NATIONALES VISANT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE TOUT EN PRÉSERVANT L ENVIRONNEMENT L Afrique 5 est non seulement soucieuse d améliorer et de structurer son industrie minière mais aussi, à l image de ce qui se fait en Amérique du Nord et notamment au Canada, de mettre en place un programme visant le développement durable de la région. Libéralisation du secteur pour un développement économique du continent Longtemps exploitées par des entreprises appartenant à l Etat, les mines en Afrique ont, depuis le début des années 80, subi l ouverture progressive aux investisseurs étrangers. Le Ghana, un des premiers Etats africains à s engager dans ce processus de libéralisation du secteur, voulait non seulement développer son industrie minière mais également en faire un levier de croissance. N ayant pas les moyens nécessaires pour assurer l exploitation, les Etats se sont donc retirés, laissant place au secteur privé pour mettre en valeur et exploiter ces ressources. Le rôle de l Etat est ainsi passé de celui d actionnaire à celui de régulateur du secteur. La politique de libéralisation du secteur a pu être, globalement, bénéfique pour les pays africains dans la mesure où les économies de ces pays de même que les investissements étrangers ont connu une croissance conséquente ces dernières années. En effet, les investissements drainés suite aux réformes entreprises ont entraîné une importante hausse de la croissance du PIB dans plusieurs pays d'afrique. Le taux de croissance moyen de 12 pays africains dépendant du secteur minier est ainsi passé de 0,3 % dans les années 1990 à 5,7 % dans les années Il a été jugé opportun de mettre davantage en exergue les stratégies africaines dans cette partie étant donné l intérêt grandissant pour le continent. 10 ODE

10 Réforme du secteur minier et évolution des investissements en Afrique Pays Année de la réforme Montant des investissements miniers Commentaires Tanzanie : USD 250 millions par an Entre 1990 et 1999, les investissements en moyenne étaient inférieurs à USD 10 millions par ans Liberia En cours, réforme USD 7 milliards d investissement L investissement total pourrait entamée en 2006 signés entre 2006 et 2010 atteindre USD 10 milliards d ici à 2015 Madagascar 2005 USD 5,5 milliards d investissement QIT Madagascar Minerals* USD 1 signés pour deux projets en 2005 et 2006 milliard a également bénéficié d une garantie de prêt de la Banque mondiale afin de réhabiliter le port qui sera utilisé pour l exploitation du minerai Mozambique : USD 804 millions USD 24 millions en 2002 : USD 2 à 3 milliards d investissement dans le charbon prévu pour les trois à quatre prochaines années Mairitanie Aux alentours : USD 500 millions USD 13,5 millions d investissement de 2003 au total en 2001, 11 millions en 2002 * QIT Madagascar Minerals est une compagnie minière détenue par Rio Tinto (80%) et par le gouvernement malgache (20%)/ Sources : Banque mondiale (2003, 2009, 2010 a, 2010 b), Mining Journal (2009), Pelon (2010), Roe et Essex (2009) L amélioration de la performance passe par le développement durable Soucieux de protéger l environnement, certains pays ont adopté des mesures visant à intégrer les considérations sociales et environnementales au processus d exploitation des mines. Au Canada par exemple, le gouvernement a mis en place l accord de l Initiative Minière de Whitehorse (IMW), consistant en la «Promotion d une industrie minière prospère et viable à long terme sur les plans social, environnemental et économique, en s appuyant sur un consensus politique et communautaire». Un programme similaire baptisé KWAGGA 6 a été adopté en Afrique du Sud. De même, plusieurs pays d Amérique du Sud notamment le Brésil, le Chili, la Bolivie et le Pérou ont montré leur intérêt vis-à-vis de cette initiative. 6 le programme KWAGGA a eu pour objectif de créer des organes de prise de décisions fondés sur la concertation à l échelon régional afin de promouvoir un développement durable de l industrie minière dans les zones où il y avait des interactions entre les activités minières et les communautés locales. ODE 11

11 DES STRATÉGIES OPÉRATEURS AXÉES SUR LE DÉVELOPPEMENT À L EXTERNE Les groupes miniers internationaux sont aujourd hui à la quête de nouvelles opportunités de développement. Tandis que certains ont opté pour des opérations de fusion-acquisition, d autres se sont tournés vers l Afrique où d importants gisements de minerais existent. Occupant les premières places au niveau de la production minière, l Afrique assiste depuis les années 90 à une hausse continue des investissements étrangers, en provenance des pays américains, européens et BRIC et plus particulièrement de la Chine, fortement demandeuse des ressources minières africaines. Rythme croissant des fusions acquisitions dans le secteur Les opérations fusions-acquisitions ont enregistré une forte hausse en La création d oligopole pouvant contrôler le marché demeurait l objectif principal de ces opérations. C est ainsi que les grands opérateurs du secteur spéculent sur des bénéfices exorbitants tenant en compte parfois le remboursement de l endettement destiné aux acquisitions-fusions. Plus spécifiquement, la période a enregistré un nombre record de transactions dans le secteur minier, soit USD 158,9 milliards. Seulement, les années 2008 et 2009 ont connu un renversement des tendances suite à la crise financière. Le nombre de transactions a ainsi chuté de 3,5% et de 49,7% respectivement. Dans ce contexte de crise, seuls les grands players procèdent à des opérations d acquisition tel est le cas de l OPA de Xstrata sur Anglo American ou encore le rapprochement entre les deux groupes BHP Billiton et Rio Tinto. Evolution du nombre et de la valeur des transactions dans le secteur minier Nombr de transactions Valeur des transactions (en USD md.) 69,8 133,9 158,9 153,4 77,1 113 Croissance - 91,8% 18,7% -3,5% -49,7% 46,6% Source : Mining Deals En 2010, les transactions ont repris leur marche ascendante. En effet, durant cette année, transactions ont été effectuées pour une valeur d USD 113 milliards. Néanmoins, elles restent en deçà des réalisations de 2006, année record suite notamment à l absence de mega transactions mega deals en raison d un manque de grandes cibles. Selon le rapport de Price Waterhouse and Coopers, le rythme des transactions et les valeurs connaîtront une hausse également en 2011, ce qui pourrait inciter les principales entreprises à investir dans leur croissance interne. Top 5 des acquéreurs ( ) Total value of acquisitions (US$) Rio Tinto Group Xstrata Plc Val SA Freeport-McMoRan Copper & Gold Inc Anglo American plc Source : Mining Deals 12 ODE

12 Investissements en Afrique : opportunité de croissance pour les entreprises occidentales Abritant plus d un tiers des ressources minières mondiales et disposant des plus grandes réserves du monde de platine, d or, de diamants et de manganèse, l Afrique représente une réelle opportunité et un eldorado pour les compagnies minières européennes, nordaméricaines et chinoises. Entre exonérations fiscales valables jusqu à 30 ans et cession de gestion de grandes mines aux opérateurs étrangers, les mesures prises par les pays africains demeurent attrayantes pour les investisseurs internationaux qui rapatrient par la suite une bonne partie de leurs gains vers leurs pays. Ainsi, plusieurs compagnies minières internationales ont investit et opèrent dans le continent. Au Ghana, par exemple, les mesures accordées (exonérations fiscales valables audelà de 20 ans) par l Etat en faveur des entreprises ont poussé plusieurs entreprises à s y installer tel est le cas de Normandy Piesadon, Goldfields Limited et Lasource. Au Burkina Faso, l Etat a confié la direction de sa plus grande mine d or à l entreprise canadienne Lamgold. Celle-ci a investi près de USD 450 millions dans cette mine qui devrait rapporter près de USD 500 millions en royalties, impôts et taxes diverses. Toutefois, certains gouvernements africains ont commencé à réviser les contrats miniers en vigueur afin de bénéficier eux aussi des retombées du secteur. Au Libéria, le gouvernement a révisé complètement le contrat le liant au groupe indien de la sidérurgie Arcelor Mittal. Le nouveau contrat résilie entre autres, les clauses qui affranchissaient la compagnie des lois libériennes sur l environnement et le respect des droits de l homme, abolit certaines exonérations fiscales temporaires et exige l indemnisation des populations impactées par l exploitation minière. ODE 13

13 CONJONCTURE NATIONALE UN SECTEUR TRANSPARENT S OUVRANT GRADUELLEMENT AUX INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS EN DÉPIT DE CERTAINS PROBLÈMES CONJONCTURELS, LE SECTEUR MINIER SE PORTE BIEN Une richesse géologique incomparable La richesse géologique du Maroc lui permet de disposer d'une grande diversité de substances minérales exploitées (phosphates, métaux de base, métaux précieux, roches et minéraux industriels) réparties sur l'ensemble du territoire. - Centre du pays : plomb, fluorine et antimoine. - Anti-Atlas : cuivre, manganèse, métaux précieux (or et argent) et métaux stratégiques (cobalt, étain, wolfram). - Haut Atlas : plomb, zinc, cuivre, manganèse, fer et barytine. - Rif : fer, zinc, antimoine, métaux stratégiques et argiles smectiques. - Oriental : plomb, zinc et charbon. - Khouribga, Benguérir/Youssoufia, Meskala et Boukraa : phosphates. Un secteur clé de l économie nationale L une des plus vieilles industries au monde, les mines occupent aujourd hui une place importante dans l économie marocaine. Contribuant à hauteur de 6% au PIB et représentant près de 20% des exportations nationales, le secteur emploie près de personnes et génère des investissements de l ordre de MAD 4,1 milliards. Par ailleurs, il exerce un effet d'entraînement important non seulement sur d'autres secteurs économiques, tels que le transport, le trafic portuaire, l agriculture, les communications, l'artisanat, le commerce et le bâtiment mais également sur le développement régional, matérialisé par le nombre d emplois directs créés et par sa participation au désenclavement des régions à travers la mise en place d infrastructures économiques et sociales. Une production dominée par les phosphates Au Maroc, la production minière demeure largement dominée par les phosphates - 95%. Troisième producteur mondial de ce minerai après la Chine et les Etats-Unis, le Maroc renferme les trois quarts des ressources mondiales de phosphate. En 2009, la production nationale de ressources minérales s établissait à 22,9 millions de tonnes, en baisse de 27,5% par rapport à Due essentiellement au recul de la production des phosphates, cette contre-performance volontaire rentre dans le cadre de la politique de rationalisation de la production menée par l Office Chérifien des Phosphates (OCP) visant à maîtriser les cours et à préserver la profitabilité. Evolution de la production de phosphate brut 27,8 24,5 18,4 17,9 15,4 12,7 Global Khouribga Gantour Phosboucraa Hormis l OCP, d autres groupes miniers ont également procédé à des arrêts programmés de leur production et à des fermetures d exploitations non rentables suite à l augmentation du volume des stocks et à la baisse du prix des métaux, affectant leur rentabilité (les marges réduites ne pouvant pas couvrir les coûts de production). 6,7 6 4,6 3,2 3,1 1,1 Source : OCP 14 ODE

14 Toutefois, en 2010, le secteur minier a bénéficié du redressement de la demande étrangère et plus particulièrement américaine et brésilienne, enregistrant ainsi une croissance de 10%. La production du secteur a alors atteint 32,3 millions de tonnes, soit une hausse de 61,5% par rapport à La forte demande extérieure et l important programme d investissements de l Office chérifien des phosphates permettraient au secteur de confirmer cette reprise en 2011 (+11,5%). Evolution des ventes minières ,5 25,6 23,5 29, ,6 20,5 26,7 22, ,9 5,1 7,3 9, Vente Totales (en MAD mds) Exportations Ventes locales Evolution de la production minière 32 32,5 32,9 31,6 22,9 32,3 Source : Ministère de l énergie et des mines Plus globalement, les ventes du secteur aussi bien au niveau national qu au niveau international ont enregistré une hausse moyenne de 5,8% sur les cinq dernières années (+1,8% pour les exportations et 18% pour les ventes locales) Source : Ministère de l énergie et des mines Maroc, premier exportateur mondial de phosphates Si l effondrement des cours des principaux minerais - plomb, zinc, cuivre, cobalt et argent - au niveau mondial et le recul des ventes ont contribué à la baisse des exportations en 2009, la tendance s est inversée courant Le secteur a ainsi drainé MAD 40,1 milliards d exportations, après MAD 20 milliards en Premier exportateur mondial de phosphates, le Maroc a écoulé courant 2010 plus de MAD 36 milliards de produits phosphate et dérivés, soit près de 85% des exportations des produits miniers. Il est à signaler que les entreprises du secteur adaptent leurs stratégies à la demande étrangère qui dépend fortement de la conjoncture internationale. Ainsi, la baisse tant en termes de production qu en termes d exportations enregistrée en 2009 s explique essentiellement par la stratégie menée par les entreprises quant à la rationalisation de la production face à la crise financière internationale. ET JOUIT DE PERSPECTIVES RELUISANTES Selon une étude publiée récemment par «Companies and Markets», l industrie minière devrait atteindre USD 1,43 milliards en 2015, soit une évolution de 18% par rapport à Certes le phosphate continuerait à dominer les richesses minières du Royaume (95% de la production minière globale), toutefois, d'autres métaux et minéraux commencent également à se positionner en tant que segments prometteurs comme l étain, l or et les diamants. ODE 15

15 La production de phosphates, estimée à 19,96 millions de tonnes en 2010, atteindrait 28,32 millions de tonnes en 2015, soit une évolution annuelle moyenne de 8,4%. De plus, le caractère «alimentaire» de la demande adressée au secteur, les nouvelles applications du phosphore, la construction du pipeline et, surtout, le programme d'investissement de USD 7 milliards sur 7 ans lancé en novembre par l OCP sont autant de signes augurant d un meilleur comportement de l activité à moyen terme. Concernant l étain, et grâce à la région d'achemmach, le Maroc présente également l'une des plus grandes réserves au monde. Détenant une autorisation de recherche et d exploitation, la société australienne Kasbah Resources entend produire entre et tonnes d étain par an à partir de S agissant des autres métaux pré-cités, et lors de sa prospection au Sahara, la société canadienne d exploration minière Metalex a dévoilé l existence d une grande quantité d or ainsi qu un potentiel pour recueillir de l uranium et des gisements de diamants. STRATÉGIES NATIONALES, ENTRE PROTECTION ET RESTRUCTURATION DU SECTEUR Des relations renforcées avec l Afrique La proximité géographique et culturelle existant entre le Maroc et l Afrique a permis aux deux partis de nouer des relations assez particulières. De plus, les accords bilatéraux entre le Royaume et les différents pays du continent facilitent l implantation des entreprises marocaines dans ces régions. Par ailleurs, plusieurs étudiants africains bénéficient d une formation dans les grandes écoles d ingénieurs au Maroc. Le groupe Managem recrute, forme et encadre certains d entre eux qui, après avoir acquis une expérience dans le secteur minier, repartent à leur pays d origine pour transmettre le savoir faire qu ils ont accumulé durant les années passées dans l entreprise. Il est à signaler qu en dépit de l opportunité que peut représenter l Afrique, les entreprises marocaines devraient faire attention aux risques géopolitiques qui ne manquent pas dans certains pays du continent. Un secteur protégé par l Etat Afin de mieux encadrer l activité de recherche, de concessions et d exploitation des matériaux de carrières, celle-ci demeure soumise à l'autorisation de l Etat et plus particulièrement de l ONHYM 7 et la durée de l autorisation d exploitation ne peut excéder 4 ans, renouvelable 3 fois consécutivement. Le secteur minier reste l un des plus fermés à la concurrence étrangère afin de protéger les entreprises nationales. Néanmoins, une ouverture progressive de ce secteur aux investissements étrangers se dessine. En effet, certains groupes internationaux tels que le groupe australien Kasbah ressources, ont pu bénéficier facilement d une cession, d un permis d exploration ou d exploitation. En 2010, le nombre de permis en vigueur a atteint dont permis de recherche, 650 permis d exploitation et 77 concessions. Un plan sectoriel en préparation pour les mines Le secteur minier ne sera désormais pas en reste. Tout comme la plupart des secteurs de l économie nationale, celui-ci bénéficiera d un plan sectoriel présentant deux orientations majeures : (i) restructuration des champs miniers qui sont actuellement en exploitation et (ii) relance des opérations d'exploration afin de découvrir de nouveaux gisements. 7 L Office National des Hydrocarbures et des Mines, entreprise publique chargée de la promotion des activités minières et pétrolières du Maroc. 16 ODE

16 Aujourd hui, le sol marocain regorge d une multitude de minerais et offre un potentiel énorme d exploration et de production minière. La région de prédilection pour l exploration minière demeure l anti Atlas et ses environs, riche en gisements de cuivre. L Oriental est également propice pour l exploration et l exploitation minière. STRATÉGIES OPÉRATEURS, À LA QUÊTE DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS Introduction en bourse pour plus de transparence Les principales entreprises du secteur à savoir Managem, CMT, SMI et Rebab Company sont cotées en bourse. Ce recours au marché des capitaux leur a permis non seulement de renforcer leurs fonds propres mais également d assurer la bonne gouvernance et la transparence de leur activité. Par ailleurs, et au cours des quatre premiers mois de l année 2011, elles ont enregistré une croissance de leur cours de 12,8%, l une des plus appréciables depuis novembre Ceci s explique essentiellement par la hausse des cours des matières premières à l échelle internationale depuis Cette embellie s est davantage renforcée au cours du mois d août. Face aux incertitudes du marché quant à l évolution de la crise de la dette souveraine américaine et européenne et le risque de récession, les investisseurs se sont rués vers les métaux réputés comme placements sûrs, ce qui a davantage tiré les valeurs minières vers le haut. Couverture des prix, une stratégie qui atténue la volatilité du marché Comme pour tous les secteurs, la crise financière a amené avec elle un vent d instabilité. Le marché des mines a ainsi fait face aux cycles d oscillations ballotant entre hausse et baisse. Face à cette donne, certaines entreprises se sont couvertes contre le risque de volatilité des prix, d une part, et celui de change, d autre part (évolution du cours du dollar face au dirham). Plus en détail, ces entreprises ont vendu massivement leur production durant les périodes dites favorables où les prix étaient à la hausse. Dès lors, et en dépit d une éventuelle baisse, ces compagnies se retrouvent immunisées contre toute perte liée au dérèglement du marché. A titre d illustration, et en dépit d une conjoncture défavorable en 2008, la Compagnie Minière Touissit (CMT) a réalisé une hausse de son chiffre d affaires de 17,8% par rapport à l exercice précédent. Cette performance est due non seulement à une évolution positive de ses ventes en volume mais également à sa stratégie de couverture des prix. Conquête de nouveaux marchés et plus particulièrement l Afrique Le sous sol africain est estimé à USD milliards. Ce continent constitue ainsi la terre promise de nombreux opérateurs minerais internationaux. L activité minière en Afrique est essentiellement menée par des compagnies occidentales à capitaux privés ou publics. Les entreprises marocaines ne sont pas en reste. Managem, filiale de l ONA, est désormais autorisée à exploiter les gisements d or de Bakoudou au Gabon. Par ailleurs, la Compagnie Minière Touissit a créé courant 2010, une filiale en Mauritanie, en partenariat avec OSEAD France et le Groupe mauritanien AZIZI, pour l exploration et l exploitation de mines d uranium. ODE 17

17 Conclusion de partenariats win-win La place qu occupe le Maroc dans les échanges mondiaux des minerais le favorise lors de la conclusion de partenariats. Carte des principaux sites d'implantation de l OCP au Maroc La stratégie à l international du groupe OCP devient de plus en plus rodée. Après l Europe et l Inde, le rapprochement avec un consortium de quatre compagnies indonésiennes spécialisées dans la production d'engrais et de Gaz (Petrokimia, Pupuk-Kalimantan, Medco-Energy et Bosowa) ouvre pour l entreprise de nouvelles opportunités commerciales et industrielles. Sous forme de joint venture, ce partenariat porte sur la construction d'un complexe intégré de production d'acide phosphorique au Maroc et d'une unité de production d'ammoniac et d'engrais phosphatés en Indonésie. ANALYSE STRATÉGIQUE DES OPÉRATEURS Le Groupe OCP, leader mondial dans le secteur du phosphate Crée en 1920, et transformé en société anonyme en 2007, l Office Chérifien des Phosphates (OCP), détient le monopole dans l exploitation, le traitement et la commercialisation du phosphate et de ses dérivés. Evaluées à 85,5 milliards de m3, les ressources de ce minerai 8 sont localisées dans 4 bassins : - Ouled Abdoun (Khouribga) : 37,35 milliards - Gantour (Benguérir) : 31,09 milliards - Meskala (Marrakech) : 15,95 milliards - Oued Eddahab (Laayoune) : 1,11 milliards Ports phosphatiers Usines Chimiques Bassin minier Source : OCP En 2009, et pour faire face à la faible demande étrangère, le Groupe a procédé à une baisse de production qui s est reflétée sur ses revenus. En effet, le chiffre d affaires a enregistré une baisse de 58% passant de MAD millions en 2008 à millions en La rentabilité de l entreprise a été ainsi affectée par cette contreperformance. La marge nette est passée de 39% en 2008 à 5% en Afin de soutenir son chiffre d affaires, le Groupe OCP a diversifié sa stratégie, se basant essentiellement sur des joint ventures et des accords bilatéraux d exportation. Il a ainsi scellé un accord de partenariat en ingénierie industrielle avec l américain Jacobs Engineering Group Inc. sous forme de jointventure. Celle-ci fournira des prestations de gestion de programmes, de gestion de projets, et d'ingénierie pour des projets inscrits dans le programme d'investissement de l'ocp d un montant d USD 7 milliards sur 7 ans signé en novembre 2010 pour le développement de la plate-forme de Jorf Lasfar (Jorf Phosphate Hub). 8 Les minerais extraits subissent une ou plusieurs opérations de traitement (criblage, séchage, calcination, flottation, enrichissement à sec ). Ensuite, ils sont exportés ou livrés à d autres industries chimiques du Groupe (Jorf Lasfar ou Maroc Phosphore à Safi) pour être transformés en produits dérivés commercialisables : acide phosphorique de base, acide phosphorique purifié, engrais solides, couvrant la totalité des besoins de l agriculture nationale en engrais phosphatés. 18 ODE

18 Par ailleurs, le groupe a signé début 2011 un accord quadriennal ( ) avec l opérateur chinois Sinochem Corporation en vertu duquel, l OCP exporterait annuellement tonnes d engrais chimiques Di-ammonium Phosphate au groupe chinois. Un deuxième accord a été signé avec la société kenyane d engrais, MEA, portant sur l exportation de tonnes d engrais par an. Pour accompagner ces stratégies, quatre nouvelles usines de production de Di-ammonium de phosphate (DAP) et de mono-ammonium de phosphate (MAP) verront le jour à Jorf Lasfar. D une capacité d un million de tonnes par an, et par usine, ce projet permettrait d augmenter la capacité d extraction minière de 30 à 50 millions de tonnes par an, la capacité de valorisation de 9 à 38 millions de tonnes par an, ainsi que l extension des installations portuaires. Courant 2011, l entreprise a lancé un emprunt obligataire de MAD 2 Milliards pour financer, en partie, son programme d investissement. Cette opération s inscrit dans le cadre de la stratégie globale du Groupe qui porte notamment sur la réalisation d un plan d investissement de l ordre de MAD 98 milliards entre 2010 et 2020, ce qui lui permettra d augmenter ses capacités de production minières et chimiques. OCP MAD 2009 Var 2008 millions 2008/2009 Chiffre d'affaires ,00-57,97% ,00 Résultat d'exploitation 3 558,00-87,22% ,00 Résultat net 1 283,00-94,52% ,00 Marge opérationnelle 14,08% 46,30% Marge nette 5,08% 38,93% ROE 7,66% 172,64% ROA 73,31% 2800,72% Source : OCP Managem, redressement de l activité en 2010 Premier Groupe minier privé au Maroc, Managem 9 a été créé en 1928 par un aventurier français assurant le transport de ravitaillement pour le compte de l armée française. Devenu par la suite filiale de l ONA, et entré en bourse en 2000, le Groupe produit principalement des : - métaux de base : Cuivre, Zinc, Plomb et minéraux industriels (Fluorine) ; - des métaux Précieux : Or et Argent ; - cobalt & spécialités : Cathodes de Cobalt, Oxyde de Cobalt, Oxyde de Zinc, Dérivés de Nickel, oxyde d arsenic Confrontée à la crise financière de 2008, la compagnie minière a décidé de réorienter ses investissements vers trois principaux secteurs : les métaux précieux, le cobalt et le cuivre afin de rééquilibrer son portefeuille et mieux résister aux variations des cours des différents métaux. L objectif ultime est de doubler son chiffre d affaires d ici 2015, grâce notamment à la conquête du marché africain. Aujourd hui, le groupe, qui dispose d un grand centre de recherche Reminex, est engagé dans des projets aurifères au Gabon, au Congo Brazzaville et au Soudan, projets de taille moyenne que délaissent les grandes compagnies minières sud-africaines ou australiennes. Après la chute enregistrée entre 2008 et 2009, le chiffre d affaires de Managem (non consolidé) a affiché une hausse de 32,7% passant de MAD 110,4 millions en 2009 à MAD 146,5 millions en Cette reprise est due essentiellement à l amélioration du prix de vente des principaux minerais grâce aux effets conjugués de l amélioration des cours des métaux de base, aux opérations de restructurations du portefeuille de couverture et de l effet positif de la parité USD/MAD. 9 Les filiales de Managem sont : Compagnie de Tifnout Tighanimine, Société Métallurgique d'imiter, Akka Gold Mining, REMINEX ODE 19

19 Présence de Managem en Afrique 14 AREAS Pb, Zn LICENCE : Au 1 LICENCE : Zr 2 LICENCES : Au Compagnie Minière de Touissit (CMT), une politique de couverture qui a donné ses fruits Deuxième plus grande société minière privée au Maroc, la Compagnie Minière de Touissit (CMT) est détenue majoritairement par OSEAD Maroc Mining, elle-même filiale à 70% d OSEAD SAS et à 30% de Moroccan Infrastructure Fund. ETEKE : Au BAKOUDOU PROJECT : Au LES SARAS LICENCE : Au PUMPI & KALONGWE PROPERTIES : Co, Cu Créée en 1974, dans le but d exploiter le gisement de plomb de Beddiane dans la région d Oujda, la compagnie a élargi son domaine d activité à partir de 1996 en acquérant la mine de Tighza. Depuis son introduction en bourse en 2008, l entreprise iniste sur la conquête de l Afrique, et la couverture des prix de sa production. Source : MANAGEM En termes de rentabilité, la marge opérationnelle ainsi que la marge nette demeurent appréciables et s élèvent à 20,4% et 74,7% respectivement. A noter que l année 2010 a été riche en investissements (lancement de plusieurs projets qui entrent dans le cadre de la stratégie de développement de l entreprise), notamment le projet aurifère de Bakoudou au Gabon et le projet de construction des fours de production des alliages de cobalt en République Démocratique du Congo. D'autres prospects sont en phase d étude, dont le gisement de Pumpi en République Démocratique du Congo. En 2009, CMT a eu recours à un emprunt obligataire de MAD 250 millions et consenti un investissement de MAD 10 millions dans les travaux de recherche, qui ont permis de mettre en place un tonnage supplémentaire de minerai afin de maintenir la durée de vie de la mine de Tighza à plus de 14,5 ans. Grâce à l évolution positive des cours des métaux (plomb, argent et zinc) et du dollar, l entreprise a pu enregistrer une hausse de 16,4% de son chiffre d affaires, passant de MAD 445,5 millions en 2009 à MAD 518,4 millions en MANAGEM MAD 2010 Var 2009 Var 2008 millions 2009/ /2009 Chiffre d'affaires 146,5 32,7% 110,4-7,2% 119,0 Résultat d'exploitation 29,9 221,5% 9,3-457,7% -2,6 Résultat net 109,5 1303,8% 7,8-93,6% 121,3 Marge opérationnelle 20,4% 8,4% -2,2% Marge nette 74,7% 7,1% 102,0% ROE 7,5% 0,6% 9,0% ROA 3,7% 0,3% 5,2% Source : Bourse de Casablanca 20 ODE

20 Conjuguée à une bonne maîtrise des charges, l amélioration du chiffre d affaires a contribué à l amélioration du résultat d exploitation de 20,8% et du résultat net de 28% par rapport à l exercice précédent. En termes de perspectives, et grâce aux couvertures déjà réalisées et à la conjoncture favorable des cours des métaux, CMT devrait rester sur ce trend haussier durant De même, les efforts de recherche d opportunités de croissance tant au niveau local qu international se poursuivront dans le cadre de la stratégie de diversification (de production et de marché). Société Métallurgique d Imiter (SMI), en plein projet d extension Fondée en 1969 et introduite en bourse en 2000, la Société Métallurgique d Imiter (SMI) exploite et traite le gisement argentifère d Imiter. Filiale du groupe Managem, cette entreprise a réalisé un volume d affaires de près de MAD 740 millions en 2010, soit une hausse de 59% par rapport à l exercice précédent. Cette bonne performance est due essentiellement à l accroissement des volumes vendus (+15%) ainsi qu à la hausse du prix de vente (+33%). En 2010, le bilan des réserves s est élevé à +500 tonnes d argent métal. Ainsi le total des réserves atteint désormais tonnes d argent métal et le total des ressources minières tonnes d argent métal. Au cours de cette même année, SMI a procédé à l extension de sa capacité pour atteindre 300 tonnes métal par an à horizon En 2011, l entreprise poursuivra l exécution de son programme d exploration et la réalisation de son projet d extension tout en maintenant les performances élevées réalisées en Aujourd hui et grâce à la SMI, le Maroc est le premier producteur d argent en Afrique et 10 ème au monde. COMPAGNIE MINIÈRE TOUISSIT 2010 Var 2009 Var / /2009 Chiffre d'affaires 518,4 16,4% 445,5 52,9% 291,4 Résultat d'exploitation 328,3 20,8% 271,7 126,8% 119,8 Résultat net 265,0 28,1% 206,8 121,2% 93,5 Marge opérationnelle 63,3% 61,0% 41,1% Marge nette 51,1% 46,4% 32,1% ROE 51,5% 54,0% 34,7% ROA 29,9% 27,4% 27,0% Source : Bourse de Casablanca SMI 2010 Var 2009 Var / /2009 Chiffre d'affaires 739,80 58,8% 466,00 40,2% 332,40 Résultat d'exploitation 284,00 261,3% 78,60-539,1% -17,90 Résultat net 221,20 49,5% 148, ,4% 7,60 Marge opérationnelle 38,4% 16,9% -5,4% Marge nette 29,9% 31,7% 2,3% ROE 27,0% 21,2% 1,4% ROA 17,8% 15,5% 0,8% Source : Bourse de Casablanca ODE 21

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Managem - Résultats annuels 2014 FAITS MARQUANTS PERFORMANCE ET RÉSULTATS 2014 PROJETS ET PERSPECTIVES DU GROUPE Managem - Résultats annuels 2014 2 FAITS MARQUANTS PERFORMANCE ET

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

Orientations stratégiques en matière de développement minier

Orientations stratégiques en matière de développement minier Ministère de l Energie et des Mines Orientations stratégiques en matière de développement minier Journées Nationales de l Industrie Minérale Marrakech, 23-25 novembre 2005 1 Plan de l exposé Place de l

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

Rabat, le 26 juin 2014

Rabat, le 26 juin 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 26 juin 2014 Afrique occupe de plus en plus une part importante dans les échanges internationaux : sa part dans les échanges commerciaux est passée

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

Fiche-Pays : République de Tanzanie

Fiche-Pays : République de Tanzanie Royaume du Maroc Ministère Délégué auprès du Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'économie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur Direction des Affaires Générales DTSI /

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

L Indice Général de la Bourse

L Indice Général de la Bourse L Indice Général de la Bourse L analyse du comportement de l indice au cours de l an 2001 fait ressortir quatre grandes phases distinctes : Evolution de l'igb depuis le debut de l'année 740 720 700 680

Plus en détail

Le résultat opérationnel courant est de -70 M et le résultat net part du Groupe s établit à -83 M au 1 er semestre 2015.

Le résultat opérationnel courant est de -70 M et le résultat net part du Groupe s établit à -83 M au 1 er semestre 2015. Paris, le 29 juillet 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats du groupe ERAMET au 1 er semestre 2015 Dans un contexte de dégradation forte et simultanée des cours du nickel et du manganèse, ERAMET est un groupe

Plus en détail

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX 4000.00 Evolution des indices depuis le debut de l'année 2002 3500.00 3000.00 2500.00 MASI MADEX 2000.00 02/01/02 02/02/02 02/03/02 02/04/02

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Title of presentation

Title of presentation Title of presentation Guy-Robert LUKAMA, Administrateur délégué, Ashanti Goldfields Kilo (AGK),Ituri, République Démocratique du Congo Le projet Mongbwalu, un catalyseur d investissement à long terme en

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Premier trimestre terminé le 31 mars 2003, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains)

Premier trimestre terminé le 31 mars 2003, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains) ANALYSE PAR LA DIRECTION ET APERÇU FINANCIER MODIFIÉS Premier trimestre terminé le 31 mars, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains) Sommaire des résultats

Plus en détail

Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national. Casablanca, 15 Mars 2010 1

Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national. Casablanca, 15 Mars 2010 1 Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national Casablanca, 15 Mars 2010 1 UNE PROMOTION COHERENTE DES ENERGIES RENOUVELABLES DANS LE CADRE DE LA NOUVELLE

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2015 1

Résultats du troisième trimestre 2015 1 Résultats du troisième trimestre 1 Luxembourg, le 5 novembre Faits marquants Taux de fréquence en matière de santé et sécurité 2 de 1,2 au troisième trimestre, contre 0,8 au deuxième trimestre. Expéditions

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Marchés boursiers au Maghreb

Marchés boursiers au Maghreb Marchés boursiers au Maghreb Etat des lieux & Perspectives Par : Fadhel ABDELKEFI, Directeur Général Membre d 30 Mai 2010 1 Maghreb : Cadre macroéconomique 1 Maghreb : Cadre macroéconomique Petit Maghreb

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

PRESENTATION DE LA SOCIETE

PRESENTATION DE LA SOCIETE PRESENTATION DE LA SOCIETE Dénomination : EL MAZRAA s.a Capital Social : 14 500 000 Dinars Activité : L Exploitation Agricole et l élevage la transformation et la vente de sa production. Registre de Commerce

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Résultats annuels-2013

Résultats annuels-2013 Mars 2014 Publications du jour COMPAGNIE DE TRANSPORT CA 2013 REX 2013 RNPG 2013 AU MAROC (CTM) 507 MDH 7,3% 39,5 MDH 17,0% 35 MDH 49,4% En dépit d une forte concurrence sur le marché du transport au Maroc,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale

Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale CNUCED Améliorer les effets structurants du secteur des ressources minérales dans les pays de la Communauté économique d'afrique centrale Atelier régional et lancement de projet N djamena, Tchad, 25-30

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

L ENERGIE Quebec. Édition 2002

L ENERGIE Quebec. Édition 2002 Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Certaines déclarations comprises dans cette présentation peuvent

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 GROUPE L ACCUMULATEUR TUNISIEN ASSAD 18 SEPTEMBRE 2014 PROPRIETE ASSAD Sommaire 01 02 03 04 05 06 07 08 PRESENTATION DU GROUPE PERFORMANCE DE

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Performance solide et objectifs 2014 atteints Chiffre d affaires T4 en hausse de +13% et croissance organique à +2,5% Chiffre d affaires annuel en hausse de +6,6%, croissance organique

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Politique de placement de la FCO

Politique de placement de la FCO Politique de placement de la FCO FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE DE PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique ayant pour mandat de subventionner

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU PAGE 1 ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES 2015 EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU Déclarations prospectives PAGE 2 Certains renseignements et déclarations contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

PERSPECTIVES DU SECTEUR MINIER A MOYEN ET LONG TERME

PERSPECTIVES DU SECTEUR MINIER A MOYEN ET LONG TERME PERSPECTIVES DU SECTEUR MINIER A MOYEN ET LONG TERME PLAN N DE LA PRESENTATION N I. APERCU SUR LE SECTEUR MINIER MALIEN II. III. IV. SITUATION DE LA RECHERCHE ET DE L EXPLOITATION MINIERE PERSPECTIVES

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Résultats du troisième trimestre 2009 Chiffre d affaires de 979,5 M (- 39% par rapport au T3 2008) RBE de 174,0 M, soit 17,8% du chiffre d affaires (26,7% au T3 2008) Important flux

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré :

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré : COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 20 juillet 2014 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er SEMESTRE 2014 Faits marquants : - Confirmation du retour à la croissance du chiffre d affaires (+1,3% au deuxième trimestre)

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Ivry, le 30 juillet 2014 Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Stabilisation du chiffre d affaires du Groupe au 2 nd trimestre : -0,3% à magasins comparables,

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111

2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111 2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111 DYNACOR TERMINE 2014 AVEC UN RÉSULTAT NET DE 6,1 M $ US (0,17 $ US /ACTION) ET

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE Chiffre d affaires semestriel 2014 : 167,4 millions d euros (+4,4 %) Résultat net part du Groupe : -4,5 millions

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail