INTERVENANT(E)S. La loi en matière de pornographie juvénile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERVENANT(E)S. La loi en matière de pornographie juvénile"

Transcription

1 INTERVENANT(E)S La loi en matière de pornographie juvénile Définition de la pornographie juvénile selon le Code criminel : Article (1) Au présent article, «pornographie juvénile» s entend, selon le cas : o a) de toute représentation photographique, filmée, vidéo ou autre, réalisée ou non par des moyens mécaniques ou électroniques : (i) soit où figure une personne âgée de moins de dix-huit ans ou présentée comme telle et se livrant ou présentée comme se livrant à une activité sexuelle explicite, (ii) soit dont la caractéristique dominante est la représentation, dans un but sexuel, d organes sexuels ou de la région anale d une personne âgée de moins de dix-huit ans; o b) de tout écrit, de toute représentation ou de tout enregistrement sonore qui préconise ou conseille une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi; o c) de tout écrit dont la caractéristique dominante est la description, dans un but sexuel, d une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi; o d) de tout enregistrement sonore dont la caractéristique dominante est la description, la présentation ou la simulation, dans un but sexuel, d une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi. Production de pornographie juvénile : Article (2) Quiconque produit, imprime ou publie, ou a en sa possession en vue de la publication, de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans, la peine minimale étant de un an; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatre-vingt-dix jours. Distribution de pornographie juvénile : Article (3) Quiconque transmet, rend accessible, distribue, vend, importe ou exporte de la pornographie juvénile ou en fait la publicité, ou en a en sa possession en vue de la transmettre, de la rendre accessible, de la distribuer, de la vendre, de l exporter ou d en faire la publicité, est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans, la peine minimale étant de un an; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatre-vingt-dix jours. 1

2 Le saviez-vous? L article de loi (3) stipule également que les transmissions de matériel de pornographie juvénile par courriel est une infraction. Il en est de même concernant le fait d afficher du contenu pornographique juvénile sur des sites internet. Possession de pornographie juvénile : Article (4) Quiconque a en sa possession de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de cinq ans, la peine minimale étant de quarante-cinq jours; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatorze jours. Accès à la pornographie juvénile : Article (4.1) Quiconque accède à de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de cinq ans, la peine minimale étant de quarante-cinq jours; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatorze jours. Interprétation : Article (4.2) Pour l application du paragraphe (4.1), accède à de la pornographie juvénile quiconque, sciemment, agit de manière à en regarder ou fait en sorte que lui en soit transmise. Circonstance aggravante : Article (4.3) Le tribunal qui détermine la peine à infliger à une personne déclarée coupable d infraction au présent article est tenu de considérer comme circonstance aggravante le fait que cette personne a commis l infraction dans le dessein de réaliser un profit. Leurre : Article (1) Commet une infraction quiconque communique au moyen d un ordinateur au sens du paragraphe 342.1(2) avec : o a) une personne âgée de moins de dix-huit ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée au paragraphe 153(1), aux articles 155 ou 163.1, aux paragraphes 212(1) ou (4) ou aux articles 271, 272 ou 273; o b) une personne âgée de moins de seize ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée aux articles 151 ou 152, aux paragraphes 160(3) ou 173(2) ou à l article 280; 2

3 o c) une personne âgée de moins de quatorze ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée à l article 281. Peine : Article (2) Quiconque commet l infraction visée au paragraphe (1) est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois. Présomption : Article (3) La preuve que la personne visée aux alinéas (1)a), b) ou c) a été présentée à l accusé comme ayant moins de dix-huit, seize ou quatorze ans, selon le cas, constitue, sauf preuve contraire, la preuve que l accusé croyait, au moment de l infraction présumée, qu elle avait moins que cet âge. Le saviez-vous? Le matériel pornographique préconisant ou conseillant des activités sexuelles avec des personnes âgées de moins de 18 ans est considéré comme étant de la pornographie juvénile. Quelques typologies d abuseurs sexuels en ligne Typologie de Hartman, Burgess et Lanning (1984) Quatre types de cyberpédophiles : 1. Le collectionneur dans le placard 2. Le collectionneur isolé 3. Le collectionneur maison 4. Le collectionneur commerçant 1. Le collectionneur dans le placard Il nie et cache le matériel qu il achète de sources commerciales et il évite les autres amateurs. Il peut collectionner des images d enfants nus ayant des activités sexuelles ou non. Il vivrait ses fantasmes sexuels sans passer à l acte, car il serait conscient du mal qu il fait. 2. Le collectionneur isolé Il utiliserait sa collection personnelle pour se désensibiliser et amadouer ses futures victimes. 3. Le collectionneur maison Il partagerait sa collection pour se valider, pour légitimer sa déviance, soit abuser des enfants. 3

4 4. Le collectionneur commerçant Il vend et échange ses images qu il monnaye ou échange. Parmi ces collectionneurs, certains ne seraient même pas attirés par ces images. Klain, Davies et Hicks (2001) ajoutent, à cette même typologie, le consommateur suivant : Le collectionneur marchand : Il ne commettrait pas d abus sexuels, contrairement au collectionneur maison. Il communiquerait souvent avec d autres collectionneurs. Typologie de Strano (2003) Trois types classés selon le risque d agression : 1. Le voyeur 2. Le cyberpédophile mixte (2 types) 3. Le pédophile 1. Le voyeur Il n aurait pas de contacts physiques avec les enfants. Il serait seulement à la recherche de nouveau matériel. Environ 89 % de ces individus seraient arrêtés par la police. 2. Le cyberpédophile mixte Premier type Il collectionnerait essentiellement. Il abuserait parfois en étant hors ligne (contacts physiques). Environ 8 % de ces individus se feraient arrêter. Deuxième type Il abuserait essentiellement. Il peut également collectionner. Environ 8 % de ces individus se feraient arrêter. 3. Le pédophile Il abuserait essentiellement, l internet lui permettant de rencontrer des jeunes. Il se sert des images pour s exciter ou comme un substitut sexuel. Typologie de Krone (2004) 9 types classés selon les critères suivants : Le degré d engagement dans la recherche d images. Le degré d implication dans les réseaux d amateurs. Leur capacité à cacher leur identité réelle. La nature des abus qu ils risquent de commettre. Neuf types : 1. Le navigateur 2. L amateur aux fantaisies privées 3. Le dragueur (3 types) 4. Le collectionneur imprudent 4

5 5. Le collectionneur prudent 6. Le séducteur 7. L agresseur pur et dur 8. Le producteur 9. Le distributeur 1. Le navigateur Il accéderait à du matériel par hasard et en profiterait pour le regarder. 2. L amateur aux fantaisies privées Il créerait ses images virtuelles ou ses textes. Il ne ferait pas d acting out dans la réalité. Les trois types suivants (3, 4, 5) rechercheraient du matériel pornographique infantile et connaîtraient minimalement les règles de sécurité. 3. Le dragueur Type vorace : il ferait la recherche de matériel pornographique explicite en général, en y ajoutant du matériel infantile. Type curieux : il expérimenterait la pornographie infantile, mais il ne persévérerait pas. Type libertin : il se vanterait de pouvoir accéder à de la pornographie infantile à volonté. 4. Le collectionneur imprudent Il rechercherait, téléchargerait et échangerait de la pornographie infantile à l aide de l internet, des clavardoirs, etc. 5. Le collectionneur prudent Il utiliserait du cryptage, des réseaux fermés, etc. Il vivrait son fantasme à travers le monde virtuel. Il n abuserait pas dans la réalité. Les trois prochains types (6, 7, 8), en plus de leur consommation de pornographie infantile, effectueraient des abus sexuels dans la réalité. 6. Le séducteur Il établirait le contact avec des jeunes en vue d un contact sexuel dans la réalité ou virtuel, à l aide d une caméra web. 7. L agresseur pur et dur Il abuserait dans la réalité. Il se servirait de la pornographie infantile seulement pour soulager sa pulsion. 8. Le producteur Il prendrait des photos et les distribuerait en masse, surtout dans les groupes de discussion. 5

6 9. Le distributeur Il monnaierait le matériel sans nécessairement s y intéresser. Il serait très actif dans les groupes de discussion. Typologie de Fortin et Roy (2006) Quatre types de consommateurs de pornographie juvénile : 1. L explorateur 2. Le pervers solitaire 3. Le pervers organisé 4. Le polymorphe 1. L explorateur Les individus de cette catégorie seraient âgés de 24 ans en moyenne. Ce serait en majeure partie des étudiants. Ils seraient des collectionneurs à grande échelle. 2. Le pervers solitaire Les individus de cette catégorie seraient âgés de 49 ans en moyenne. Ils auraient une préférence marquée pour des images et des vidéos sexualisées d enfants et d adolescent(e)s. Ils seraient plutôt solitaires. Ils achèteraient leurs images et leurs vidéos sur des sites commerciaux. Ils auraient peu d antécédents judiciaires. 3. Le pervers organisé Il ressemblerait beaucoup au pervers solitaire. Il se distinguerait par son implication active dans des communautés virtuelles. 4. Le polymorphe Les individus de cette catégorie seraient âgés de 42 ans en moyenne. Ceuxci seraient moins nombreux; ils étaient au nombre de 8 dans l étude des présents auteurs. La moitié aurait des antécédents d agression sexuelle ou de pornographie juvénile. Ils auraient une histoire criminelle variée et remplie. Ils peuvent se justifier en accusant la victime de mentir. Selon leur étude (Échantillon de 192 sujets ayant été arrêtés par les services policiers) : Près de 65 % des sujets n avaient aucun antécédent criminel. 10,4 % avaient des antécédents de nature sexuelle. Il ne faut pas généraliser les résultats et ne pas s y fier pour poser un diagnostic. Groupe hétérogène : divers âges et professions. Les individus arrêtés au Québec pour possession de pornographie juvénile invoquaient des motifs personnels et non commerciaux. 6

7 Typologie de Delmonico et Griffin (2008) Six types de consommateurs de pornographie juvénile : 1. L utilisateur récréatif 2. Le harceleur sexuel 3. L utilisateur qui découvre 4. L utilisateur prédisposé 5. L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours 6. Les délinquants sexuels 1. L utilisateur récréatif Il serait sans obsession ni compulsion sexuelle. Il consommerait de la pornographie juvénile parfois pour enrichir sa sexualité de couple ou pour se divertir. Attention : Il est difficile de considérer que des activités illégales en ligne puissent être récréatives, car le risque de conséquences graves demeure présent. 2. Le harceleur sexuel Il montrerait ou enverrait du matériel sexuellement explicite à des adultes qui ne s y attendent pas, parfois dans le but d être drôle. Par exemple, il pourrait changer l économiseur d écran d une personne par des images sexuellement explicites. Il oscillerait souvent entre le comportement problématique et l utilisation récréative. Son utilisation pourrait cacher d autres problèmes sexuels, comme des pensées, des émotions, des fantasmes, de fortes envies ou des comportements sexuels inadéquats. Son comportement pourrait simplement révéler un manque d éducation sur ce qui est adéquat de partager avec autrui. 3. L utilisateur qui découvre Le sexe virtuel serait un déclencheur pour ceux qui auparavant n ont jamais eu de problèmes de comportement ni de fantaisies sexuelles inadéquates et qui autrement auraient pu ne jamais en développer. Les instruments standards détectent difficilement la présence ou l historique de problèmes de comportement sexuel ou de santé mentale chez ce type. Il peut être un utilisateur récréatif au début. Il y aurait peu de recherches qui établissent l existence de ce type. 4. L utilisateur prédisposé Des fantaisies sexuelles problématiques seraient déjà présentes chez cet utilisateur. Il arriverait à maîtriser ses envies sexuelles. L internet désorganiserait ses inhibitions internes. 5. L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours L internet s ajouterait à un pattern établi de comportements sexuels inappropriés. 7

8 Il pourrait accroître ses problèmes en ligne et hors ligne : sur le plan de ses pensées, de ses émotions, de ses fantaisies et de ses comportements. Il croirait que l internet est un lieu plus sûr pour s exprimer, puisque ses contacts sociaux dans la réalité seraient réduits. 6. Les délinquants sexuels Ils peuvent à la fois commettre des délits dans la réalité et utiliser le matériel sexuel en ligne. Chacun des différents types de consommateurs de pornographie juvénile pourrait se désinhiber et développer une problématique en délinquance sexuelle. Typologie de Davidson (2008) Neuf catégories de consommateurs de pornographie juvénile : L explorateur Le rêveur Le réseauteur Le collectionneur Le membre Le connecteur L abuseur Le producteur Le distributeur 1. L explorateur Il tomberait sur des images indécentes sur l internet, puis il les enregistrerait. 2. Le rêveur Il projetterait ses fantasmes sur les images numériques qu il visionne. 3. Le réseauteur Il téléchargerait du matériel pornographique juvénile et ferait des échanges avec d autres consommateurs. 4. Le collectionneur Il chercherait des images indécentes en utilisant un moteur de recherche dédié à la pornographie infantile pour actualiser sa collection. 5. Le membre Il ferait partie d un réseau secret d abuseurs sexuels en ligne. 6. Le connecteur Il ciblerait les enfants par le biais d échanges et de partages de fichiers, en utilisant la technique de liaison d égal à égal (peer-to-peer technology) et les clavardoirs (chat rooms). 8

9 7. L abuseur Il contemplerait les images de ses propres abus sexuels effectués dans la réalité. 8. Le producteur Il filmerait des abus sexuels d enfants. 9. Le distributeur Il ferait la distribution d images indécentes pour s enrichir ou satisfaire sa passion de collectionneur. Quelques profils d arnaqueurs sur les réseaux sociaux Martellozzo (2011) Profils d arnaqueurs L auteure aurait réalisé une étude auprès d agresseurs sexuels arrêtés pour possession d images d abus sexuels d enfants. Elle a examiné les modus operandi des agresseurs à l aide de données d enquêtes policières où les aveux de comportements et d abus sont enregistrés et observés en direct. Les données de sa recherche sont obtenues à l aide de 22 entrevues effectuées avec des policiers et l analyse de 23 dossiers. Elle aurait découvert deux profils d arnaqueurs : 1. Les arnaqueurs hyperconfiants 2. Les arnaqueurs hyperprudents 1. Les arnaqueurs hyperconfiants : a) Un profil de type décent b) Un profil de type indécent Le profil «décent» Il exposerait des photos de lui-même. Le sentiment d amitié avec l enfant se développerait une fois que ce dernier fait partie de sa liste de contacts. Ceci contribuerait à ce que l enfant se sente à l aise et curieux. Le profil «indécent» : Il exposerait des photos de lui-même étant nu. Il exprimerait explicitement ses préférences sexuelles. Il souhaiterait donc que l enfant soit suffisamment curieux pour l accepter comme ami dans sa liste de contacts. 2. Les arnaqueurs hyperprudents : Il est possible que ce type d arnaqueurs soit plus dangereux parce qu il mentirait sur son identité lorsqu il communique avec des jeunes sur l internet. De fait, il révélerait peu d informations sur lui, et ce, jusqu à ce qu il ait réussi à gagner la confiance du jeune. 9

10 L arnaqueur hyperprudent agirait de la manière suivante : S il sent que la personne avec qui il communique est réelle, il peut soit continuer ses stratégies d arnaque, soit cibler une autre victime s il venait à se sentir mal à l aise. Il ne montrerait pas, au départ, d images d abus sexuels ni sa préférence sexuelle pour les enfants. Il mettrait du temps pour juger de l authenticité des personnes avec qui il communique sur l internet. Il craindrait de se dévoiler. Il demanderait subtilement à l enfant de faire la majorité des approches et des échanges. Gottschalk (2011) Étapes de l arnaque en ligne L auteur a établi un modèle hypothétique axé sur les différents types d abuseurs à partir des postulats suivants : Avec le temps, l abuseur passerait de l étape 1 aux suivantes. Il y aurait un lien possible entre la possession et le fait de collectionner des images d enfants indécentes et la tendance à l abus sexuel dans la réalité. Mise en garde : tous les abuseurs en ligne ne suivront pas ce cheminement et les catégories peuvent se recouper. Les techniques d arnaque en ligne servent à mettre les enfants en confiance dans l intention d abuser d eux sexuellement. Le processus d arnaque en est un de socialisation. L arnaqueur partagerait ses loisirs, ses préférences et sa manière de s exprimer en ligne. L arnaqueur en ligne pourrait aussi tenter de convaincre l enfant que les relations sexuelles entre adultes et enfants sont correctes. Mise en garde : Le modèle présenté par Gottschalk aurait besoin d être théoriquement et empiriquement validé. Les étapes de l arnaque en ligne : Étape 1 : le cyberconsommateur La consommation d images indécentes viserait à satisfaire des fantaisies personnelles. L attirance sexuelle pour les enfants serait déjà présente. Présence possible d abus sexuels avec contacts physiques. Les comportements de l abuseur se poursuivraient, ceci pour atteindre un objectif. 10

11 Étape 2 : le cybercommunicateur Il rechercherait des images indécentes par le biais de moteurs de recherche spécialisés et peut faire du réseautage. Il rechercherait aussi ces images dans les clavardoirs et les réseaux d homologues (peer-to-peer networks). Il pourrait contacter des abuseurs sexuels ou des victimes potentielles. Il pourrait faire des échanges et faire le commerce d images ou de vidéos indécentes. Il collectionnerait certaines images ou vidéos. Il se comparerait au chalutier et au collectionneur insouciant de Krone (2004). Il pourrait avoir déjà abusé sexuellement une victime dans la réalité. Étape 3 : le cyberorganisateur Il utiliserait les réseaux d homologues (peer-to-peer networks), les jeux interactifs en ligne et les clavardoirs pour organiser des rencontres hors ligne. Il pourrait arnaquer en ligne dans le but d abuser de victimes hors ligne ou simplement rester un organisateur d images indécentes. Il pourrait avoir déjà abusé en ligne ou avoir abusé d enfants de la famille ou de l entourage. Il se comparerait au charmeur et à l abuseur sexuel d enfants de Krone (2004). Étape 4 : le cyberproducteur Il filmerait des abus sexuels d enfants pour les distribuer sur l internet et pour satisfaire ses propres fantaisies. Il distribuerait des images indécentes et ses propres coordonnées (courriel, par exemple) dans le but de faire de l argent, ou maintenir une relation basée sur des échanges. Il pourrait mettre l accent sur l aspect commercial, soit dans la prostitution infantile ou le tourisme sexuel. Il se comparerait au collectionneur prudent de Krone (2004). Selon les observations cliniques du Home Office Task Force (HOTF), les techniques d arnaque utilisées par les abuseurs sexuels seraient les suivantes : Demander des détails personnels : nom, adresse, numéro de cellulaire, nom de l école fréquentée et photos. Se faire passer pour un mineur ou emprunter une fausse identité. Gagner la confiance de l enfant en lui portant de l attention et en l encourageant à partager ses problèmes. Offrir des cadeaux virtuels : mots de passe, passe-droits, etc. Offrir des billets d événements sportifs ou musicaux à bas prix. Promettre aux jeunes la possibilité de rencontrer des idoles ou célébrités ou offrir des produits portant leur marque. Offrir des occasions de devenir mannequin, particulièrement aux jeunes filles. Poser des questions à caractère sexuel lors de sessions de clavardage. Par exemple : «Es-tu vierge?» Demander une rencontre dans la réalité. Suggérer des moyens rapides et faciles de faire de l argent. 11

12 Payer des jeunes pour faire des photos de nu et avoir des comportements sexuels par le biais d une caméra web. Se servir des écoles et de sites de loisirs pour connaître les goûts d un enfant. Se servir de la caméra web d une victime pour l espionner et prendre des images ou des vidéos de celle-ci à son insu. Menacer le jeune de révéler à ses parents la teneur de ses propos ou leur dire qu il sait où trouver l enfant lorsqu il est hors ligne. Envoyer à la victime des images sexuelles (d adultes ou d abus d enfants). O Connell (2004) Phases et techniques d arnaque Première phase : l amitié L arnaqueur entre en contact avec l enfant ou l adolescent(e) afin de créer une relation d amitié. La fréquence des contacts peut varier (peu, souvent, très souvent). Deuxième phase : la relation L arnaqueur s intéresse aux différentes sphères de vie de l enfant ou de l adolescent(e) afin de créer un lien encore plus intime. Il peut même dire que les préférences du jeune concordent beaucoup avec les siennes. Il peut aussi mentir sur son âge en précisant qu il est légèrement plus vieux que le jeune. Troisième phase : l évaluation du risque L arnaqueur veut savoir si le jeune est entouré d adultes lorsqu il utilise l ordinateur. Le jeune est-il en retrait du monde des adultes? Dans la mesure où l arnaqueur apprend que le jeune est en retrait et qu il n est pas surveillé, il se sent plus en confiance pour passer à l étape suivante. Quatrième phase : l exclusivité L arnaqueur amène le jeune à partager ses problèmes personnels. Il soutient le jeune et l encourage en lui donnant des conseils. Cinquième phase : la sexualité Avec la confiance mutuelle maintenant établie, l arnaqueur veut être perçu comme un mentor et un amant potentiel. Il pose des questions concernant la sexualité du jeune. S il constate que le jeune discute aisément de sexualité avec lui, il peut aller jusqu à proposer un contact sexuel dans la réalité. 12

13 L évaluation et le traitement des abuseurs sexuels en ligne L évaluation Quayle (2008) L auteure propose plusieurs critères diagnostiques concernant l abus sexuel en ligne : Consulter le centre de documentation Taylor, Holland et Quayle (2001) Les auteurs proposent une échelle (Combating Paedophile Information Networks in Europe COPINE) pour classer les images selon leur degré de gravité. Consulter le centre de documentation L organisme cyberaide.ca (2009) propose aussi une échelle : Niveau 1 : Pose sexuelle (COPINE, 3-5) Enfants nus ou partiellement nus Niveau 2 : Pose sexuelle extrême (COPINE, 6) Gros plan de l anus ou des organes génitaux Niveau 3 : Agression sexuelle (COPINE, 7-9) Toutes sortes d agressions sexuelles allant de la masturbation à la pénétration Niveau 4 : Agression sexuelle extrême (COPINE, 10) Bestialité, ligotage, torture, armes Delmonico (1999) L auteur élabore le Test de dépistage d agissements sexuels sur internet (ISST - Internet Sex Screening Test). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation Delmonico et Griffin (2005) Les auteurs élaborent la grille d évaluation rapide de l utilisation d internet (IA-Q Internet Assessment Quickscreen). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation O Brien et Webster (2007) Les auteurs élaborent le questionnaire sur les comportements et les attitudes concernant internet (IBAQ Internet Behaviors and Attitudes Questionnaire). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation Delmonico et Griffin (2008) Les auteurs proposent la fiche de dévoilement concernant l équipement informatique et l utilisation de l internet. Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation 13

14 Selon Quayle et Taylor (2002) Il est important d observer les distorsions cognitives chez les cyberdélinquants en matière de pornographie juvénile. Les auteurs suggèrent quatre catégories : 1. Justifications associées au téléchargement «C est juste des photos, c est pas un contact direct avec des enfants» 2. Normalisation du comportement «Je ne suis pas tout seul à faire ça» 3. Objectivation des images (victimes) à travers l activité de collectionner, donc distanciation cognitive et affective par rapport au contenu illégal 4. Justifications liées à d autres comportements qui impliquent des images ou de vrais enfants à travers un réseau social Collusion (ex. : clavardage) D autres justifications observées par Martellozzo (2011) «C était juste un fichier» «Pour moi, c était quelque chose que j ajoutais à ma collection» «C est seulement regarder des images et c est moins grave que ceux qui abusent des enfants dans les vidéos et les images fixes»... et par le CIDS (2011) «J ai filmé les relations sexuelles au cas où à un moment donné, elle ne voudrait plus» «Ses parents auraient dû la surveiller. Je ne me suis pas fait passer pour un mineur, j ai rien caché. J ai pas voulu l attirer» «C est pire ceux qui le faisaient, pas ceux qui le regardent» «Avec ça [pornographie juvénile], je cherchais des réponses pour être bien. Je conservais au cas où. J ai toujours été ramasseux, peut-être que ça pouvait servir» «Sur Internet, j ai été voir les filles de cet âge pour voir, pour trouver un déclencheur pour m aider à me sentir bien sur le plan affectif» «J ai été excité à certaines occasions, j ai voulu y retourner» «Je ne voyais pas que ça pouvait m amener plus loin, jusqu à l acte, donc moins grave» 14

15 Portez aussi une attention particulière aux facteurs cliniques associés à la compulsion sexuelle. En voici la liste selon Carnes (2008) : 1. Perte de contrôle Le comportement va plus loin que prévu ou voulu 2. Comportement compulsif Un pattern de «comportement non maîtrisé» s installe avec le temps 3. Efforts pour mettre fin au comportement Tentatives répétées, mais sans succès 4. Perte de temps Beaucoup de temps passé à avoir le comportement ou à s en remettre 5. Préoccupations Pensées obsédantes au sujet du comportement ou à la suite du comportement 6. Négligence des obligations Le comportement interfère avec le travail, les études, la famille et les amis 7. Poursuite en dépit des conséquences Incapacité de mettre fin au comportement en dépit des problèmes qu il cause (sociaux, légaux, financiers ou physiques) 8. Escalade Besoin d augmenter l intensité, la fréquence et le niveau de risque 9. Pertes Perdre, limiter, sacrifier des aspects de sa vie auxquels on tient (passe-temps, famille, relations, travail) 10. Retrait L arrêt du comportement entraîne un degré considérable de détresse, d anxiété, d agitation, d irritabilité ou de malaises physiques Au moins trois critères seraient requis pour indiquer la présence d une compulsion sexuelle. La plupart des dépendants sexuels répondraient à cinq critères, et plus de la moitié à sept. Le traitement Selon O Brien et Webster (2011) On en sait peu sur les caractéristiques et les besoins de traitement concernant les abuseurs sexuels en ligne. Cela imposerait des limites quant aux méthodes d évaluation et de traitement. Il serait important d amener chaque participant d un groupe à élaborer une analyse fonctionnelle qui explore les contextes du comportement et les besoins comblés par le comportement sexuel en ligne. Afin de réduire les justifications et les résistances des participants, il est préférable d adopter une attitude axée sur la collaboration et le partenariat, et non sur la confrontation rigide. Optez pour le questionnement de type socratique de l approche motivationnelle. La motivation au dévoilement peut varier selon le moment de l évaluation du participant. 15

16 Quelques thèmes à aborder au moment de l évaluation clinique : les relations familiales, sociales/relationnelles, affectives/amoureuses, sexuelles; les abus sexuels, physiques, psychologiques; la sphère scolaire; la sphère occupationnelle. L utilisation des entretiens diagnostiques structurés en psychiatrie (DSM-IV), de l échelle de psychopathie révisée de Hare, du Test de dépistage d agissements sexuels sur internet (ISST) et du contenu de l échelle de COPINE. Il y aurait des composantes cliniques importantes et propres aux abuseurs sexuels en ligne : La compulsivité; L engagement dans des communautés en ligne; Les relations dites interpersonnelles en ligne; Les comportements axés sur l établissement de collections de matériel pornographique juvénile. Selon les auteurs, il est important de recourir aux deux formes de traitement : le traitement dédié aux abuseurs sexuels en ligne et les sites d autothérapie (self-help programmes) Avec une plus grande flexibilité, les approches de traitement pour les abuseurs sexuels hors ligne s appliquent relativement bien aux abuseurs sexuels en ligne (ASEL) Les dynamiques ou les patterns des abuseurs sexuels en ligne (ASEL) sont complexes et multidimensionnels; utilisez plusieurs instruments et différentes méthodes d évaluation pour avoir une meilleure perspective. Un aspect non négligeable du traitement des agresseurs sexuels en ligne est de les conscientiser au fait que les images sexuelles indécentes de jeunes qu ils regardent ou téléchargent sont des victimes réelles. Il est important que les agresseurs sexuels en ligne acceptent leur responsabilité : le visionnement et l échange de ces images sexuelles indécentes de jeunes s avère de la revictimisation sexuelle. Selon Martellozzo (2011), il peut être périlleux de tenir pour acquis qu un collectionneur d images sexuelles indécentes d enfants ne serait pas un abuseur sexuel avec contact physique dans la réalité (abus sexuel hors ligne). Le fait que les abuseurs sexuels peuvent établir un réseau social en ligne soutiendrait et encouragerait leurs comportements sexuels. De fait, cela remplacerait des interactions réelles qui sont insatisfaisantes. Une exploration des besoins du client serait importante afin qu il puisse établir des stratégies plus adéquates pour répondre à ceux-ci. La maîtrise de soi sur les plans émotionnel, comportemental et interpersonnel serait donc une cible de traitement à favoriser. De fait, le client serait amené à pratiquer les habiletés pour améliorer ses déficits dans l intimité et la gestion de ses émotions. 16

17 Selon Babchishin, Hanson et Hermann (2010) Il serait important d approfondir nos connaissances quant aux mécanismes inhibiteurs et de contrôle de soi qui empêchent les agresseurs sexuels en ligne d exprimer dans la réalité leurs intérêts sexuels déviants. Il serait également important d examiner à quel point la distance émotionnelle associée à la pornographie juvénile constitue un aspect essentiel quant aux préférences sexuelles des agresseurs sexuels en ligne. Selon Davidson (2008), certaines circonstances aggravantes seraient à considérer dans le traitement d un abuseur sexuel en ligne : La gravité du délit projeté Le degré de planification La subtilité de la manipulation La détermination de l abuseur Le degré de succès de l abuseur dans sa tentative. La raison pour laquelle l abuseur a échoué dans sa tentative. Par exemple, a-t-il changé d idée ou quelque chose l aurait-il empêché de continuer? Le fait d avoir blessé la victime psychologiquement ou physiquement Selon Delmonico et Griffin (2008) Il est capital d intégrer dans le traitement des abuseurs sexuels en ligne l importance qu ils accordent à l internet. Selon les auteurs, un traitement efficace devrait toucher les sphères suivantes : L intimité L attachement La honte La sexualité L instabilité émotionnelle Certains éléments de base associés au traitement des abuseurs sexuels en ligne : o La gestion de l internet o La gestion électronique o La gestion de la médication o Un traitement selon le type d abuseur sexuel en ligne (voire la typologie des auteurs) o Un traitement axé sur l approche cognitivo-comportementale jumelé aux approches multimédias Utilisation de vidéoclips, de documents écrits, de contes et d objets pour illustrer les concepts cliniques Le traitement dépendrait aussi du type d abuseurs sexuels en ligne : o L utilisateur qui découvre aurait besoin d une approche psychoéducationnelle et de stratégies de prévention de la rechute. 17

18 o L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours aurait plutôt besoin d un traitement intensif prolongé, qui pourrait être doublé d une médication. Un psychiatre spécialisé en troubles sexuels et compulsif devrait être consulté. Selon Quayle, Erooga, Wright, Taylor et Harbinson (2006) Only pictures : Therapeutic Work with Internet Sex Offenders Thèmes thérapeutiques appliqués aux abuseurs sexuels sur l internet : o Le processus d abus (enchaînement délictuel) sur l internet o Les images sont les enfants o Les fantasmes et leur escalade o L évitement émotionnel o Les activités sociales et les images sur l internet o La collection d images o Le maintien du changement Selon Hayes, Archer et Middleton (2006) Programme de traitement appliqué spécifiquement aux abuseurs sexuels en ligne : Internet Sex Offender Treatment Programme (I-SOTP) 35 rencontres de groupe Une fois par semaine 2 heures par rencontre Modules du traitement : 1. Motivation au changement : o Identification des valeurs et des façons d outrepasser ces valeurs par le comportement sexuel en ligne. o Établissement d objectifs constructifs. 2. Analyse fonctionnelle : o Élaboration de l enchaînement et des besoins menant au comportement d abus sexuel en ligne. 3. Conscientisation par rapport aux victimes / Acceptation de la responsabilité : o Amener les clients à développer leur empathie en effectuant des liens entre les images d enfants sexuellement abusés et les abus sexuels des enfants. 4. Maîtrise de soi sur le plan émotionnel, maîtrise de soi en général et relations interpersonnelles : o Amener les clients à développer des habiletés pour améliorer leurs déficits dans l intimité et la gestion de leurs émotions. 18

19 5. Communauté (en ligne), collection et compulsion : o Amener les clients à gérer adéquatement leurs tentations de collectionner ou d adopter des comportements compulsifs. o Cerner les besoins que les clients comblent et amener les clients à : Combler adéquatement ces besoins; Identifier et contrôler leurs comportements compulsifs axés sur l accès aux images d enfants abusés sexuellement; Gérer leurs fantaisies sexuelles déviantes. 6. Prévention de la rechute et nouveaux objectifs de vie : o Amener les clients à faire l apprentissage de nouvelles habiletés saines, avec un «nouveau plan de vie» Autres approches thérapeutiques pour les abuseurs sexuels en ligne The SAFE Network Inc. (Nouvelle-Zélande) o The Lucy Faithfull Foundation (Royaume-Uni) o Programme Inform Plus Cognitive-Behavioral Programme for Online Offender o University Hospital in Basel (Graf et coll., 2002) Sites d autothérapie (self-help) o o Études concernant les abuseurs sexuels en ligne Selon Babchishin, Hanson et Hermann (2010) En comparaison avec ceux qui abusent sexuellement dans la réalité, on peut décrire les abuseurs sexuels en ligne comme suit : Les Blancs sont plus nombreux et ils sont légèrement plus jeunes. Ils ont plus de contrôle de soi et plus de barrières psychologiques pour éviter un acting out de leurs préférences déviantes. Il est moins courant qu ils aient été abusés physiquement (24,4 %) que ceux qui abusent sexuellement dans la réalité (40,8 %). Ils sont plus empathiques. Ils ont plus de déviance sexuelle. Ils ont moins de distorsions cognitives. Ils présentent légèrement moins d identification émotionnelle aux enfants. Il n y a pas de différence concernant le fait d avoir été abusé sexuellement. Ils ont moins de réactions axées sur la désirabilité sociale. 19

20 En comparaison avec les hommes de la population, on peut décrire les abuseurs sexuels en ligne comme suit : Les Blancs sont plus nombreux, plus jeunes et plus souvent célibataires. Ils sont moins susceptibles d appartenir à une minorité raciale. Il est significativement plus courant qu ils aient été abusés physiquement et sexuellement. Il est plus courant qu ils soient sans emploi, surtout au moment de l arrestation/investigation policière. Il est plus courant qu ils n aient jamais été mariés et qu ils ne soient pas mariés au moment de l évaluation. Selon Seto, Hanson et Babchishin (2010) Les abuseurs sexuels en ligne ont-ils déjà commis ou commettront-ils des délits sexuels avec contact physique dans la réalité? Deux méta-analyses y répondent Première méta-analyse : l historique de délits sexuels dans la réalité chez les abuseurs sexuels en ligne (ASEL) N = Antécédents d abus sexuel avec contact (dossiers officiels) : 1 sur 8 (12 %) des ASEL. Dans les 6 études de l échantillon portant sur les autorévélations : environ 1 sur 2 (55 %) des ASEL ont admis avoir commis un abus sexuel avec contact dans la réalité. Deuxième méta-analyse : les taux de récidive des études de suivi effectuées auprès des abuseurs sexuels en ligne (ASEL) N = Après une période de suivi de 1,5 à 6 ans : 4,6 % des ASEL ont commis un autre délit de nature sexuelle, dont 2 % un abus sexuel avec contact et 3,4 %,un nouveau délit de pornographie juvénile. 20

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Pourquoi mon enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Ce guide a été produit par le CAVAC de Laval avec la collaboration de la commission scolaire de Laval,

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus.

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus. oublié? LES JEUX DE LA FIGURENT PARMI LES MOINS RISQUES EN TERMES D ASSUETUDE AU CELA N EMPECHE PAS LA DE SE SENTIR EXTREMEMENT CONCERNEE PAR LES PROBLEMES DE DEPENDANCE AU SI LA MISSION PREMIERE DE LA

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

Guide pour les parents et les parents-substituts. www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca. Avec l appui de :

Guide pour les parents et les parents-substituts. www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca. Avec l appui de : Guide pour les parents et les parents-substituts www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca Avec l appui de : VIVRE DANS UN MONDE SANS FIL Pour les parents et les ados, la téléphonie cellulaire s avère utile

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Dominique Valiquet. Publication n o 40-3-C22-F Le 6 mai 2010 Révisé le 5 novembre 2010

Dominique Valiquet. Publication n o 40-3-C22-F Le 6 mai 2010 Révisé le 5 novembre 2010 Projet de loi C-22 : Loi concernant la déclaration obligatoire de la pornographie juvénile sur Internet par les personnes qui fournissent des services Internet Publication n o 40-3-C22-F Le 6 mai 2010

Plus en détail

Document de référence. La dépendance à l alcool

Document de référence. La dépendance à l alcool Document de référence La dépendance à l alcool Table des matières Introduction 2 Définition 2 Signes et symptômes 3 Intervenir auprès d un employé 4 Traitements et ressources disponibles 5 Conclusion 6

Plus en détail

Enfants et adolescents Sécurité Internet

Enfants et adolescents Sécurité Internet Enfants et adolescents Sécurité Internet Exposé de sensibilisation du public destiné aux parents, aux enseignants et aux organismes au service de la jeunesse du Nouveau-Brunswick Remerciements En collaboration

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AS-CC-livret3_Layout 1 13-01-24 9:10 AM Page 1 3 Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AOcVF février 2013 ACS 003 Pour vérifier que vous avez

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

Ce que tout adulte devrait savoir pour accompagner les jeunes sur le WEB

Ce que tout adulte devrait savoir pour accompagner les jeunes sur le WEB Constable Marie-Ève Tremblay Section Développement stratégique Service de police de la Ville de Québec Sarah-Émilie Labonté Psychoéducatrice et conseillère pédagogique à la Commission scolaire de la Capitale

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

l article 7 de la Charte.

l article 7 de la Charte. Note de synthèse Projet de loi C-36 Loi modifiant le Code criminel pour donner suite à la décision de la Cour suprême du Canada dans l affaire Procureur général c. Bedford et apportant des modifications

Plus en détail

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte 1 04.02.2014 16:49 Psychiatrie Mercredi 03 juillet 2013 Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte Par Frédéric Lemaître, Le Monde En Allemagne, dans plusieurs grandes villes,

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Communiqué de Presse. Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies

Communiqué de Presse. Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies Communiqué de Presse Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies Paris, le 16 avril 2013. A l occasion du lancement de sa version smartphone, le site de sexcam

Plus en détail

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international 3003 Bern Berne, le 10 novembre Approbation et mise en œuvre de la convention du 25 octobre 2007 du Conseil de l Europe sur la protection des

Plus en détail

Le droit criminel et le VIH au Canada David Thompson, samedi le 27 novembre 04.

Le droit criminel et le VIH au Canada David Thompson, samedi le 27 novembre 04. Le droit criminel et le VIH au Canada David Thompson, samedi le 27 novembre 04. 1998 la Cour suprême rend sa décision dans l arrêt Cuerrier; 2003 jugement de la Cour suprême dans l arrêt Williams. R. c.

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes Les enfants surfent sur internet majoritairement à partir de 8 ans 64%*

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981)

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981) LA REPRESSION DU FAUX MONNAYAGE EN GRANDE- BRETAGNE Textes de référence :! Loi sur la falsification et sur la contrefaçon de 1981 (Forgery and Counterfeiting Act 1981) Table des matières A. La notion du

Plus en détail

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle?

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? Avant l embauche Déterminer le profil de l emploi Niveau d

Plus en détail

Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques

Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques Annick St-Amand Professeure régulière, UQTR Centre de recherche JEFAR, U.

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

Note d orientation n 8 du T-CY

Note d orientation n 8 du T-CY www.coe.int/tcy Strasbourg, version du 3 décembre 2014 T-CY(2014)20 Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 8 du T-CY sur les spams Adoptée lors de la 12 e réunion plénière

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Code de conduite pastorale

Code de conduite pastorale Code de conduite pastorale à l intention des prêtres, diacres, séminaristes, employés et bénévoles engagés dans le ministère et les autres services de l archidiocèse d Ottawa Contenu 1 Préambule Code de

Plus en détail

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité Pour les jeunes, Internet est un excellent merveilleux d apprentissage,

Plus en détail

Les dépendances et compulsions sexuelles

Les dépendances et compulsions sexuelles Les dépendances et compulsions sexuelles Dr. Marc Ravart, M.A., Ph.D. psychologue et sexologue clinicien Membre senior, Unité de la sexualité humaine, Hôpital général de Montréal marc.ravart@mail.mcgill.ca

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS Page 1 de 9 UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CONTEXTE La Commission scolaire doit s assurer d un usage adéquat des ressources informatiques mises à la disposition des

Plus en détail

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel PROFIL DES BESOINS DE SOUTIEN DE L ÉLÈVE AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel significativement

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 www.metrolinx.com 20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 20 rue Bay, bureau 600 Toronto, ON M5J 2W3 Politique de protection de la vie privée Metrolinx apprécie et respecte votre vie privée. Metrolinx

Plus en détail

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Directive d orientation Objet : Infractions à l égard d un agent de la paix Date : Octobre 2015 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2233 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 152 25 juillet 2011 S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Lois antiterroristes en vigueur en Australie

Lois antiterroristes en vigueur en Australie Lois antiterroristes en vigueur en Australie French & Questions et réponses Cette brochure sert de référence afin d expliquer les lois antiterroristes en vigueur en Australie. TABLE DES MATIERES Cette

Plus en détail

Exposé de sensibilisation du public destiné aux parents, aux enseignants et aux organismes au service de la jeunesse

Exposé de sensibilisation du public destiné aux parents, aux enseignants et aux organismes au service de la jeunesse Enfants et adolescents Sécurité en ligne Exposé de sensibilisation du public destiné aux parents, aux enseignants et aux organismes au service de la jeunesse Le script a pour but de guider l animateur

Plus en détail

Politique d Utilisation Acceptable

Politique d Utilisation Acceptable Politique d Utilisation Acceptable (Mise à jour : 4 Mars 2014) INTRODUCTION L objet de ce document Politique d Utilisation Acceptable (PUA) est d encadrer l utilisation des services et de tout équipement

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie

guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie à l'intention des fai, hébergeurs et registrars Domaine public,, Parce que la lutte contre la pédopornographie n'est pas un combat ordinaire, il apparaît

Plus en détail

Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable

Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable Alla Kulikova Responsable Prévention et Formations Association e-enfance SOMMAIRE 1/ L association

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

Recommandation professionnelle

Recommandation professionnelle Recommandation professionnelle Utilisation des moyens de communication électroniques et des médias sociaux Le conseil de l Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario a approuvé la présente

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Politique relative à l'utilisation des services de télécommunications de la Gestion de l inforoute régionale de l Abitibi-Témiscamingue

Politique relative à l'utilisation des services de télécommunications de la Gestion de l inforoute régionale de l Abitibi-Témiscamingue Politique relative à l'utilisation des services de télécommunications de la Gestion de l inforoute régionale de l Abitibi-Témiscamingue Dernière mise à jour : Juin 2010 Unité administrative : Coordonnateur

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo--

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPONSE DU GOUVERNEMENT TUNISIEN AU QUESTIONNAIRE ELABORE PAR LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME EN VUE

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

PERSPECTIVES MONDIALES SUR LA MALTRAITANCE DES ENFANTS

PERSPECTIVES MONDIALES SUR LA MALTRAITANCE DES ENFANTS PERSPECTIVES MONDIALES SUR LA MALTRAITANCE DES ENFANTS La Société Internationale pour la Prévention des Mauvais Traitements et de la Négligence des Enfants (ISPCAN) a pris l initiative de publier en 1992

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Cognitivo-comportementale

Cognitivo-comportementale Approches psycho-sexuelles Cognitivo-comportementale Cette thérapie qui porte sur les cognitions (manière de penser), mais aussi sur les sensations et les comportements, apprend à modifier sa manière de

Plus en détail

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30)

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) Loi visant à favoriser la protection des personnes à l égard d une activité impliquant des armes à feu et modifiant

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées Guide destiné aux professionnels travaillant auprès des personnes âgées Ensemble, nous pouvons aider les personnes âgées du

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Comment protéger votre ado contre l exploitation sexuelle sur Internet?

Comment protéger votre ado contre l exploitation sexuelle sur Internet? Comment protéger votre ado contre l exploitation sexuelle sur Internet? protegeonsnosenfants.ca Comment protéger votre ado contre l exploitation sexuelle sur Internet? Internet et les nouvelles technologies

Plus en détail

311.0. Code pénal suisse. Livre 1 4. Dispositions générales. Champ d application. du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015)

311.0. Code pénal suisse. Livre 1 4. Dispositions générales. Champ d application. du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015) du 21 décembre 1937 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 123, al. 1 et 3, de la Constitution 1, 2 vu le message du Conseil fédéral du 23 juillet 1918 3,

Plus en détail