INTERVENANT(E)S. La loi en matière de pornographie juvénile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERVENANT(E)S. La loi en matière de pornographie juvénile"

Transcription

1 INTERVENANT(E)S La loi en matière de pornographie juvénile Définition de la pornographie juvénile selon le Code criminel : Article (1) Au présent article, «pornographie juvénile» s entend, selon le cas : o a) de toute représentation photographique, filmée, vidéo ou autre, réalisée ou non par des moyens mécaniques ou électroniques : (i) soit où figure une personne âgée de moins de dix-huit ans ou présentée comme telle et se livrant ou présentée comme se livrant à une activité sexuelle explicite, (ii) soit dont la caractéristique dominante est la représentation, dans un but sexuel, d organes sexuels ou de la région anale d une personne âgée de moins de dix-huit ans; o b) de tout écrit, de toute représentation ou de tout enregistrement sonore qui préconise ou conseille une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi; o c) de tout écrit dont la caractéristique dominante est la description, dans un but sexuel, d une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi; o d) de tout enregistrement sonore dont la caractéristique dominante est la description, la présentation ou la simulation, dans un but sexuel, d une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi. Production de pornographie juvénile : Article (2) Quiconque produit, imprime ou publie, ou a en sa possession en vue de la publication, de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans, la peine minimale étant de un an; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatre-vingt-dix jours. Distribution de pornographie juvénile : Article (3) Quiconque transmet, rend accessible, distribue, vend, importe ou exporte de la pornographie juvénile ou en fait la publicité, ou en a en sa possession en vue de la transmettre, de la rendre accessible, de la distribuer, de la vendre, de l exporter ou d en faire la publicité, est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans, la peine minimale étant de un an; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatre-vingt-dix jours. 1

2 Le saviez-vous? L article de loi (3) stipule également que les transmissions de matériel de pornographie juvénile par courriel est une infraction. Il en est de même concernant le fait d afficher du contenu pornographique juvénile sur des sites internet. Possession de pornographie juvénile : Article (4) Quiconque a en sa possession de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de cinq ans, la peine minimale étant de quarante-cinq jours; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatorze jours. Accès à la pornographie juvénile : Article (4.1) Quiconque accède à de la pornographie juvénile est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de cinq ans, la peine minimale étant de quarante-cinq jours; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois, la peine minimale étant de quatorze jours. Interprétation : Article (4.2) Pour l application du paragraphe (4.1), accède à de la pornographie juvénile quiconque, sciemment, agit de manière à en regarder ou fait en sorte que lui en soit transmise. Circonstance aggravante : Article (4.3) Le tribunal qui détermine la peine à infliger à une personne déclarée coupable d infraction au présent article est tenu de considérer comme circonstance aggravante le fait que cette personne a commis l infraction dans le dessein de réaliser un profit. Leurre : Article (1) Commet une infraction quiconque communique au moyen d un ordinateur au sens du paragraphe 342.1(2) avec : o a) une personne âgée de moins de dix-huit ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée au paragraphe 153(1), aux articles 155 ou 163.1, aux paragraphes 212(1) ou (4) ou aux articles 271, 272 ou 273; o b) une personne âgée de moins de seize ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée aux articles 151 ou 152, aux paragraphes 160(3) ou 173(2) ou à l article 280; 2

3 o c) une personne âgée de moins de quatorze ans ou qu il croit telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d une infraction visée à l article 281. Peine : Article (2) Quiconque commet l infraction visée au paragraphe (1) est coupable : o a) soit d un acte criminel passible d un emprisonnement maximal de dix ans; o b) soit d une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d un emprisonnement maximal de dix-huit mois. Présomption : Article (3) La preuve que la personne visée aux alinéas (1)a), b) ou c) a été présentée à l accusé comme ayant moins de dix-huit, seize ou quatorze ans, selon le cas, constitue, sauf preuve contraire, la preuve que l accusé croyait, au moment de l infraction présumée, qu elle avait moins que cet âge. Le saviez-vous? Le matériel pornographique préconisant ou conseillant des activités sexuelles avec des personnes âgées de moins de 18 ans est considéré comme étant de la pornographie juvénile. Quelques typologies d abuseurs sexuels en ligne Typologie de Hartman, Burgess et Lanning (1984) Quatre types de cyberpédophiles : 1. Le collectionneur dans le placard 2. Le collectionneur isolé 3. Le collectionneur maison 4. Le collectionneur commerçant 1. Le collectionneur dans le placard Il nie et cache le matériel qu il achète de sources commerciales et il évite les autres amateurs. Il peut collectionner des images d enfants nus ayant des activités sexuelles ou non. Il vivrait ses fantasmes sexuels sans passer à l acte, car il serait conscient du mal qu il fait. 2. Le collectionneur isolé Il utiliserait sa collection personnelle pour se désensibiliser et amadouer ses futures victimes. 3. Le collectionneur maison Il partagerait sa collection pour se valider, pour légitimer sa déviance, soit abuser des enfants. 3

4 4. Le collectionneur commerçant Il vend et échange ses images qu il monnaye ou échange. Parmi ces collectionneurs, certains ne seraient même pas attirés par ces images. Klain, Davies et Hicks (2001) ajoutent, à cette même typologie, le consommateur suivant : Le collectionneur marchand : Il ne commettrait pas d abus sexuels, contrairement au collectionneur maison. Il communiquerait souvent avec d autres collectionneurs. Typologie de Strano (2003) Trois types classés selon le risque d agression : 1. Le voyeur 2. Le cyberpédophile mixte (2 types) 3. Le pédophile 1. Le voyeur Il n aurait pas de contacts physiques avec les enfants. Il serait seulement à la recherche de nouveau matériel. Environ 89 % de ces individus seraient arrêtés par la police. 2. Le cyberpédophile mixte Premier type Il collectionnerait essentiellement. Il abuserait parfois en étant hors ligne (contacts physiques). Environ 8 % de ces individus se feraient arrêter. Deuxième type Il abuserait essentiellement. Il peut également collectionner. Environ 8 % de ces individus se feraient arrêter. 3. Le pédophile Il abuserait essentiellement, l internet lui permettant de rencontrer des jeunes. Il se sert des images pour s exciter ou comme un substitut sexuel. Typologie de Krone (2004) 9 types classés selon les critères suivants : Le degré d engagement dans la recherche d images. Le degré d implication dans les réseaux d amateurs. Leur capacité à cacher leur identité réelle. La nature des abus qu ils risquent de commettre. Neuf types : 1. Le navigateur 2. L amateur aux fantaisies privées 3. Le dragueur (3 types) 4. Le collectionneur imprudent 4

5 5. Le collectionneur prudent 6. Le séducteur 7. L agresseur pur et dur 8. Le producteur 9. Le distributeur 1. Le navigateur Il accéderait à du matériel par hasard et en profiterait pour le regarder. 2. L amateur aux fantaisies privées Il créerait ses images virtuelles ou ses textes. Il ne ferait pas d acting out dans la réalité. Les trois types suivants (3, 4, 5) rechercheraient du matériel pornographique infantile et connaîtraient minimalement les règles de sécurité. 3. Le dragueur Type vorace : il ferait la recherche de matériel pornographique explicite en général, en y ajoutant du matériel infantile. Type curieux : il expérimenterait la pornographie infantile, mais il ne persévérerait pas. Type libertin : il se vanterait de pouvoir accéder à de la pornographie infantile à volonté. 4. Le collectionneur imprudent Il rechercherait, téléchargerait et échangerait de la pornographie infantile à l aide de l internet, des clavardoirs, etc. 5. Le collectionneur prudent Il utiliserait du cryptage, des réseaux fermés, etc. Il vivrait son fantasme à travers le monde virtuel. Il n abuserait pas dans la réalité. Les trois prochains types (6, 7, 8), en plus de leur consommation de pornographie infantile, effectueraient des abus sexuels dans la réalité. 6. Le séducteur Il établirait le contact avec des jeunes en vue d un contact sexuel dans la réalité ou virtuel, à l aide d une caméra web. 7. L agresseur pur et dur Il abuserait dans la réalité. Il se servirait de la pornographie infantile seulement pour soulager sa pulsion. 8. Le producteur Il prendrait des photos et les distribuerait en masse, surtout dans les groupes de discussion. 5

6 9. Le distributeur Il monnaierait le matériel sans nécessairement s y intéresser. Il serait très actif dans les groupes de discussion. Typologie de Fortin et Roy (2006) Quatre types de consommateurs de pornographie juvénile : 1. L explorateur 2. Le pervers solitaire 3. Le pervers organisé 4. Le polymorphe 1. L explorateur Les individus de cette catégorie seraient âgés de 24 ans en moyenne. Ce serait en majeure partie des étudiants. Ils seraient des collectionneurs à grande échelle. 2. Le pervers solitaire Les individus de cette catégorie seraient âgés de 49 ans en moyenne. Ils auraient une préférence marquée pour des images et des vidéos sexualisées d enfants et d adolescent(e)s. Ils seraient plutôt solitaires. Ils achèteraient leurs images et leurs vidéos sur des sites commerciaux. Ils auraient peu d antécédents judiciaires. 3. Le pervers organisé Il ressemblerait beaucoup au pervers solitaire. Il se distinguerait par son implication active dans des communautés virtuelles. 4. Le polymorphe Les individus de cette catégorie seraient âgés de 42 ans en moyenne. Ceuxci seraient moins nombreux; ils étaient au nombre de 8 dans l étude des présents auteurs. La moitié aurait des antécédents d agression sexuelle ou de pornographie juvénile. Ils auraient une histoire criminelle variée et remplie. Ils peuvent se justifier en accusant la victime de mentir. Selon leur étude (Échantillon de 192 sujets ayant été arrêtés par les services policiers) : Près de 65 % des sujets n avaient aucun antécédent criminel. 10,4 % avaient des antécédents de nature sexuelle. Il ne faut pas généraliser les résultats et ne pas s y fier pour poser un diagnostic. Groupe hétérogène : divers âges et professions. Les individus arrêtés au Québec pour possession de pornographie juvénile invoquaient des motifs personnels et non commerciaux. 6

7 Typologie de Delmonico et Griffin (2008) Six types de consommateurs de pornographie juvénile : 1. L utilisateur récréatif 2. Le harceleur sexuel 3. L utilisateur qui découvre 4. L utilisateur prédisposé 5. L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours 6. Les délinquants sexuels 1. L utilisateur récréatif Il serait sans obsession ni compulsion sexuelle. Il consommerait de la pornographie juvénile parfois pour enrichir sa sexualité de couple ou pour se divertir. Attention : Il est difficile de considérer que des activités illégales en ligne puissent être récréatives, car le risque de conséquences graves demeure présent. 2. Le harceleur sexuel Il montrerait ou enverrait du matériel sexuellement explicite à des adultes qui ne s y attendent pas, parfois dans le but d être drôle. Par exemple, il pourrait changer l économiseur d écran d une personne par des images sexuellement explicites. Il oscillerait souvent entre le comportement problématique et l utilisation récréative. Son utilisation pourrait cacher d autres problèmes sexuels, comme des pensées, des émotions, des fantasmes, de fortes envies ou des comportements sexuels inadéquats. Son comportement pourrait simplement révéler un manque d éducation sur ce qui est adéquat de partager avec autrui. 3. L utilisateur qui découvre Le sexe virtuel serait un déclencheur pour ceux qui auparavant n ont jamais eu de problèmes de comportement ni de fantaisies sexuelles inadéquates et qui autrement auraient pu ne jamais en développer. Les instruments standards détectent difficilement la présence ou l historique de problèmes de comportement sexuel ou de santé mentale chez ce type. Il peut être un utilisateur récréatif au début. Il y aurait peu de recherches qui établissent l existence de ce type. 4. L utilisateur prédisposé Des fantaisies sexuelles problématiques seraient déjà présentes chez cet utilisateur. Il arriverait à maîtriser ses envies sexuelles. L internet désorganiserait ses inhibitions internes. 5. L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours L internet s ajouterait à un pattern établi de comportements sexuels inappropriés. 7

8 Il pourrait accroître ses problèmes en ligne et hors ligne : sur le plan de ses pensées, de ses émotions, de ses fantaisies et de ses comportements. Il croirait que l internet est un lieu plus sûr pour s exprimer, puisque ses contacts sociaux dans la réalité seraient réduits. 6. Les délinquants sexuels Ils peuvent à la fois commettre des délits dans la réalité et utiliser le matériel sexuel en ligne. Chacun des différents types de consommateurs de pornographie juvénile pourrait se désinhiber et développer une problématique en délinquance sexuelle. Typologie de Davidson (2008) Neuf catégories de consommateurs de pornographie juvénile : L explorateur Le rêveur Le réseauteur Le collectionneur Le membre Le connecteur L abuseur Le producteur Le distributeur 1. L explorateur Il tomberait sur des images indécentes sur l internet, puis il les enregistrerait. 2. Le rêveur Il projetterait ses fantasmes sur les images numériques qu il visionne. 3. Le réseauteur Il téléchargerait du matériel pornographique juvénile et ferait des échanges avec d autres consommateurs. 4. Le collectionneur Il chercherait des images indécentes en utilisant un moteur de recherche dédié à la pornographie infantile pour actualiser sa collection. 5. Le membre Il ferait partie d un réseau secret d abuseurs sexuels en ligne. 6. Le connecteur Il ciblerait les enfants par le biais d échanges et de partages de fichiers, en utilisant la technique de liaison d égal à égal (peer-to-peer technology) et les clavardoirs (chat rooms). 8

9 7. L abuseur Il contemplerait les images de ses propres abus sexuels effectués dans la réalité. 8. Le producteur Il filmerait des abus sexuels d enfants. 9. Le distributeur Il ferait la distribution d images indécentes pour s enrichir ou satisfaire sa passion de collectionneur. Quelques profils d arnaqueurs sur les réseaux sociaux Martellozzo (2011) Profils d arnaqueurs L auteure aurait réalisé une étude auprès d agresseurs sexuels arrêtés pour possession d images d abus sexuels d enfants. Elle a examiné les modus operandi des agresseurs à l aide de données d enquêtes policières où les aveux de comportements et d abus sont enregistrés et observés en direct. Les données de sa recherche sont obtenues à l aide de 22 entrevues effectuées avec des policiers et l analyse de 23 dossiers. Elle aurait découvert deux profils d arnaqueurs : 1. Les arnaqueurs hyperconfiants 2. Les arnaqueurs hyperprudents 1. Les arnaqueurs hyperconfiants : a) Un profil de type décent b) Un profil de type indécent Le profil «décent» Il exposerait des photos de lui-même. Le sentiment d amitié avec l enfant se développerait une fois que ce dernier fait partie de sa liste de contacts. Ceci contribuerait à ce que l enfant se sente à l aise et curieux. Le profil «indécent» : Il exposerait des photos de lui-même étant nu. Il exprimerait explicitement ses préférences sexuelles. Il souhaiterait donc que l enfant soit suffisamment curieux pour l accepter comme ami dans sa liste de contacts. 2. Les arnaqueurs hyperprudents : Il est possible que ce type d arnaqueurs soit plus dangereux parce qu il mentirait sur son identité lorsqu il communique avec des jeunes sur l internet. De fait, il révélerait peu d informations sur lui, et ce, jusqu à ce qu il ait réussi à gagner la confiance du jeune. 9

10 L arnaqueur hyperprudent agirait de la manière suivante : S il sent que la personne avec qui il communique est réelle, il peut soit continuer ses stratégies d arnaque, soit cibler une autre victime s il venait à se sentir mal à l aise. Il ne montrerait pas, au départ, d images d abus sexuels ni sa préférence sexuelle pour les enfants. Il mettrait du temps pour juger de l authenticité des personnes avec qui il communique sur l internet. Il craindrait de se dévoiler. Il demanderait subtilement à l enfant de faire la majorité des approches et des échanges. Gottschalk (2011) Étapes de l arnaque en ligne L auteur a établi un modèle hypothétique axé sur les différents types d abuseurs à partir des postulats suivants : Avec le temps, l abuseur passerait de l étape 1 aux suivantes. Il y aurait un lien possible entre la possession et le fait de collectionner des images d enfants indécentes et la tendance à l abus sexuel dans la réalité. Mise en garde : tous les abuseurs en ligne ne suivront pas ce cheminement et les catégories peuvent se recouper. Les techniques d arnaque en ligne servent à mettre les enfants en confiance dans l intention d abuser d eux sexuellement. Le processus d arnaque en est un de socialisation. L arnaqueur partagerait ses loisirs, ses préférences et sa manière de s exprimer en ligne. L arnaqueur en ligne pourrait aussi tenter de convaincre l enfant que les relations sexuelles entre adultes et enfants sont correctes. Mise en garde : Le modèle présenté par Gottschalk aurait besoin d être théoriquement et empiriquement validé. Les étapes de l arnaque en ligne : Étape 1 : le cyberconsommateur La consommation d images indécentes viserait à satisfaire des fantaisies personnelles. L attirance sexuelle pour les enfants serait déjà présente. Présence possible d abus sexuels avec contacts physiques. Les comportements de l abuseur se poursuivraient, ceci pour atteindre un objectif. 10

11 Étape 2 : le cybercommunicateur Il rechercherait des images indécentes par le biais de moteurs de recherche spécialisés et peut faire du réseautage. Il rechercherait aussi ces images dans les clavardoirs et les réseaux d homologues (peer-to-peer networks). Il pourrait contacter des abuseurs sexuels ou des victimes potentielles. Il pourrait faire des échanges et faire le commerce d images ou de vidéos indécentes. Il collectionnerait certaines images ou vidéos. Il se comparerait au chalutier et au collectionneur insouciant de Krone (2004). Il pourrait avoir déjà abusé sexuellement une victime dans la réalité. Étape 3 : le cyberorganisateur Il utiliserait les réseaux d homologues (peer-to-peer networks), les jeux interactifs en ligne et les clavardoirs pour organiser des rencontres hors ligne. Il pourrait arnaquer en ligne dans le but d abuser de victimes hors ligne ou simplement rester un organisateur d images indécentes. Il pourrait avoir déjà abusé en ligne ou avoir abusé d enfants de la famille ou de l entourage. Il se comparerait au charmeur et à l abuseur sexuel d enfants de Krone (2004). Étape 4 : le cyberproducteur Il filmerait des abus sexuels d enfants pour les distribuer sur l internet et pour satisfaire ses propres fantaisies. Il distribuerait des images indécentes et ses propres coordonnées (courriel, par exemple) dans le but de faire de l argent, ou maintenir une relation basée sur des échanges. Il pourrait mettre l accent sur l aspect commercial, soit dans la prostitution infantile ou le tourisme sexuel. Il se comparerait au collectionneur prudent de Krone (2004). Selon les observations cliniques du Home Office Task Force (HOTF), les techniques d arnaque utilisées par les abuseurs sexuels seraient les suivantes : Demander des détails personnels : nom, adresse, numéro de cellulaire, nom de l école fréquentée et photos. Se faire passer pour un mineur ou emprunter une fausse identité. Gagner la confiance de l enfant en lui portant de l attention et en l encourageant à partager ses problèmes. Offrir des cadeaux virtuels : mots de passe, passe-droits, etc. Offrir des billets d événements sportifs ou musicaux à bas prix. Promettre aux jeunes la possibilité de rencontrer des idoles ou célébrités ou offrir des produits portant leur marque. Offrir des occasions de devenir mannequin, particulièrement aux jeunes filles. Poser des questions à caractère sexuel lors de sessions de clavardage. Par exemple : «Es-tu vierge?» Demander une rencontre dans la réalité. Suggérer des moyens rapides et faciles de faire de l argent. 11

12 Payer des jeunes pour faire des photos de nu et avoir des comportements sexuels par le biais d une caméra web. Se servir des écoles et de sites de loisirs pour connaître les goûts d un enfant. Se servir de la caméra web d une victime pour l espionner et prendre des images ou des vidéos de celle-ci à son insu. Menacer le jeune de révéler à ses parents la teneur de ses propos ou leur dire qu il sait où trouver l enfant lorsqu il est hors ligne. Envoyer à la victime des images sexuelles (d adultes ou d abus d enfants). O Connell (2004) Phases et techniques d arnaque Première phase : l amitié L arnaqueur entre en contact avec l enfant ou l adolescent(e) afin de créer une relation d amitié. La fréquence des contacts peut varier (peu, souvent, très souvent). Deuxième phase : la relation L arnaqueur s intéresse aux différentes sphères de vie de l enfant ou de l adolescent(e) afin de créer un lien encore plus intime. Il peut même dire que les préférences du jeune concordent beaucoup avec les siennes. Il peut aussi mentir sur son âge en précisant qu il est légèrement plus vieux que le jeune. Troisième phase : l évaluation du risque L arnaqueur veut savoir si le jeune est entouré d adultes lorsqu il utilise l ordinateur. Le jeune est-il en retrait du monde des adultes? Dans la mesure où l arnaqueur apprend que le jeune est en retrait et qu il n est pas surveillé, il se sent plus en confiance pour passer à l étape suivante. Quatrième phase : l exclusivité L arnaqueur amène le jeune à partager ses problèmes personnels. Il soutient le jeune et l encourage en lui donnant des conseils. Cinquième phase : la sexualité Avec la confiance mutuelle maintenant établie, l arnaqueur veut être perçu comme un mentor et un amant potentiel. Il pose des questions concernant la sexualité du jeune. S il constate que le jeune discute aisément de sexualité avec lui, il peut aller jusqu à proposer un contact sexuel dans la réalité. 12

13 L évaluation et le traitement des abuseurs sexuels en ligne L évaluation Quayle (2008) L auteure propose plusieurs critères diagnostiques concernant l abus sexuel en ligne : Consulter le centre de documentation Taylor, Holland et Quayle (2001) Les auteurs proposent une échelle (Combating Paedophile Information Networks in Europe COPINE) pour classer les images selon leur degré de gravité. Consulter le centre de documentation L organisme cyberaide.ca (2009) propose aussi une échelle : Niveau 1 : Pose sexuelle (COPINE, 3-5) Enfants nus ou partiellement nus Niveau 2 : Pose sexuelle extrême (COPINE, 6) Gros plan de l anus ou des organes génitaux Niveau 3 : Agression sexuelle (COPINE, 7-9) Toutes sortes d agressions sexuelles allant de la masturbation à la pénétration Niveau 4 : Agression sexuelle extrême (COPINE, 10) Bestialité, ligotage, torture, armes Delmonico (1999) L auteur élabore le Test de dépistage d agissements sexuels sur internet (ISST - Internet Sex Screening Test). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation Delmonico et Griffin (2005) Les auteurs élaborent la grille d évaluation rapide de l utilisation d internet (IA-Q Internet Assessment Quickscreen). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation O Brien et Webster (2007) Les auteurs élaborent le questionnaire sur les comportements et les attitudes concernant internet (IBAQ Internet Behaviors and Attitudes Questionnaire). Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation Delmonico et Griffin (2008) Les auteurs proposent la fiche de dévoilement concernant l équipement informatique et l utilisation de l internet. Traduction française effectuée par le CIDS. Consulter le centre de documentation 13

14 Selon Quayle et Taylor (2002) Il est important d observer les distorsions cognitives chez les cyberdélinquants en matière de pornographie juvénile. Les auteurs suggèrent quatre catégories : 1. Justifications associées au téléchargement «C est juste des photos, c est pas un contact direct avec des enfants» 2. Normalisation du comportement «Je ne suis pas tout seul à faire ça» 3. Objectivation des images (victimes) à travers l activité de collectionner, donc distanciation cognitive et affective par rapport au contenu illégal 4. Justifications liées à d autres comportements qui impliquent des images ou de vrais enfants à travers un réseau social Collusion (ex. : clavardage) D autres justifications observées par Martellozzo (2011) «C était juste un fichier» «Pour moi, c était quelque chose que j ajoutais à ma collection» «C est seulement regarder des images et c est moins grave que ceux qui abusent des enfants dans les vidéos et les images fixes»... et par le CIDS (2011) «J ai filmé les relations sexuelles au cas où à un moment donné, elle ne voudrait plus» «Ses parents auraient dû la surveiller. Je ne me suis pas fait passer pour un mineur, j ai rien caché. J ai pas voulu l attirer» «C est pire ceux qui le faisaient, pas ceux qui le regardent» «Avec ça [pornographie juvénile], je cherchais des réponses pour être bien. Je conservais au cas où. J ai toujours été ramasseux, peut-être que ça pouvait servir» «Sur Internet, j ai été voir les filles de cet âge pour voir, pour trouver un déclencheur pour m aider à me sentir bien sur le plan affectif» «J ai été excité à certaines occasions, j ai voulu y retourner» «Je ne voyais pas que ça pouvait m amener plus loin, jusqu à l acte, donc moins grave» 14

15 Portez aussi une attention particulière aux facteurs cliniques associés à la compulsion sexuelle. En voici la liste selon Carnes (2008) : 1. Perte de contrôle Le comportement va plus loin que prévu ou voulu 2. Comportement compulsif Un pattern de «comportement non maîtrisé» s installe avec le temps 3. Efforts pour mettre fin au comportement Tentatives répétées, mais sans succès 4. Perte de temps Beaucoup de temps passé à avoir le comportement ou à s en remettre 5. Préoccupations Pensées obsédantes au sujet du comportement ou à la suite du comportement 6. Négligence des obligations Le comportement interfère avec le travail, les études, la famille et les amis 7. Poursuite en dépit des conséquences Incapacité de mettre fin au comportement en dépit des problèmes qu il cause (sociaux, légaux, financiers ou physiques) 8. Escalade Besoin d augmenter l intensité, la fréquence et le niveau de risque 9. Pertes Perdre, limiter, sacrifier des aspects de sa vie auxquels on tient (passe-temps, famille, relations, travail) 10. Retrait L arrêt du comportement entraîne un degré considérable de détresse, d anxiété, d agitation, d irritabilité ou de malaises physiques Au moins trois critères seraient requis pour indiquer la présence d une compulsion sexuelle. La plupart des dépendants sexuels répondraient à cinq critères, et plus de la moitié à sept. Le traitement Selon O Brien et Webster (2011) On en sait peu sur les caractéristiques et les besoins de traitement concernant les abuseurs sexuels en ligne. Cela imposerait des limites quant aux méthodes d évaluation et de traitement. Il serait important d amener chaque participant d un groupe à élaborer une analyse fonctionnelle qui explore les contextes du comportement et les besoins comblés par le comportement sexuel en ligne. Afin de réduire les justifications et les résistances des participants, il est préférable d adopter une attitude axée sur la collaboration et le partenariat, et non sur la confrontation rigide. Optez pour le questionnement de type socratique de l approche motivationnelle. La motivation au dévoilement peut varier selon le moment de l évaluation du participant. 15

16 Quelques thèmes à aborder au moment de l évaluation clinique : les relations familiales, sociales/relationnelles, affectives/amoureuses, sexuelles; les abus sexuels, physiques, psychologiques; la sphère scolaire; la sphère occupationnelle. L utilisation des entretiens diagnostiques structurés en psychiatrie (DSM-IV), de l échelle de psychopathie révisée de Hare, du Test de dépistage d agissements sexuels sur internet (ISST) et du contenu de l échelle de COPINE. Il y aurait des composantes cliniques importantes et propres aux abuseurs sexuels en ligne : La compulsivité; L engagement dans des communautés en ligne; Les relations dites interpersonnelles en ligne; Les comportements axés sur l établissement de collections de matériel pornographique juvénile. Selon les auteurs, il est important de recourir aux deux formes de traitement : le traitement dédié aux abuseurs sexuels en ligne et les sites d autothérapie (self-help programmes) Avec une plus grande flexibilité, les approches de traitement pour les abuseurs sexuels hors ligne s appliquent relativement bien aux abuseurs sexuels en ligne (ASEL) Les dynamiques ou les patterns des abuseurs sexuels en ligne (ASEL) sont complexes et multidimensionnels; utilisez plusieurs instruments et différentes méthodes d évaluation pour avoir une meilleure perspective. Un aspect non négligeable du traitement des agresseurs sexuels en ligne est de les conscientiser au fait que les images sexuelles indécentes de jeunes qu ils regardent ou téléchargent sont des victimes réelles. Il est important que les agresseurs sexuels en ligne acceptent leur responsabilité : le visionnement et l échange de ces images sexuelles indécentes de jeunes s avère de la revictimisation sexuelle. Selon Martellozzo (2011), il peut être périlleux de tenir pour acquis qu un collectionneur d images sexuelles indécentes d enfants ne serait pas un abuseur sexuel avec contact physique dans la réalité (abus sexuel hors ligne). Le fait que les abuseurs sexuels peuvent établir un réseau social en ligne soutiendrait et encouragerait leurs comportements sexuels. De fait, cela remplacerait des interactions réelles qui sont insatisfaisantes. Une exploration des besoins du client serait importante afin qu il puisse établir des stratégies plus adéquates pour répondre à ceux-ci. La maîtrise de soi sur les plans émotionnel, comportemental et interpersonnel serait donc une cible de traitement à favoriser. De fait, le client serait amené à pratiquer les habiletés pour améliorer ses déficits dans l intimité et la gestion de ses émotions. 16

17 Selon Babchishin, Hanson et Hermann (2010) Il serait important d approfondir nos connaissances quant aux mécanismes inhibiteurs et de contrôle de soi qui empêchent les agresseurs sexuels en ligne d exprimer dans la réalité leurs intérêts sexuels déviants. Il serait également important d examiner à quel point la distance émotionnelle associée à la pornographie juvénile constitue un aspect essentiel quant aux préférences sexuelles des agresseurs sexuels en ligne. Selon Davidson (2008), certaines circonstances aggravantes seraient à considérer dans le traitement d un abuseur sexuel en ligne : La gravité du délit projeté Le degré de planification La subtilité de la manipulation La détermination de l abuseur Le degré de succès de l abuseur dans sa tentative. La raison pour laquelle l abuseur a échoué dans sa tentative. Par exemple, a-t-il changé d idée ou quelque chose l aurait-il empêché de continuer? Le fait d avoir blessé la victime psychologiquement ou physiquement Selon Delmonico et Griffin (2008) Il est capital d intégrer dans le traitement des abuseurs sexuels en ligne l importance qu ils accordent à l internet. Selon les auteurs, un traitement efficace devrait toucher les sphères suivantes : L intimité L attachement La honte La sexualité L instabilité émotionnelle Certains éléments de base associés au traitement des abuseurs sexuels en ligne : o La gestion de l internet o La gestion électronique o La gestion de la médication o Un traitement selon le type d abuseur sexuel en ligne (voire la typologie des auteurs) o Un traitement axé sur l approche cognitivo-comportementale jumelé aux approches multimédias Utilisation de vidéoclips, de documents écrits, de contes et d objets pour illustrer les concepts cliniques Le traitement dépendrait aussi du type d abuseurs sexuels en ligne : o L utilisateur qui découvre aurait besoin d une approche psychoéducationnelle et de stratégies de prévention de la rechute. 17

18 o L utilisateur sexuellement compulsif depuis toujours aurait plutôt besoin d un traitement intensif prolongé, qui pourrait être doublé d une médication. Un psychiatre spécialisé en troubles sexuels et compulsif devrait être consulté. Selon Quayle, Erooga, Wright, Taylor et Harbinson (2006) Only pictures : Therapeutic Work with Internet Sex Offenders Thèmes thérapeutiques appliqués aux abuseurs sexuels sur l internet : o Le processus d abus (enchaînement délictuel) sur l internet o Les images sont les enfants o Les fantasmes et leur escalade o L évitement émotionnel o Les activités sociales et les images sur l internet o La collection d images o Le maintien du changement Selon Hayes, Archer et Middleton (2006) Programme de traitement appliqué spécifiquement aux abuseurs sexuels en ligne : Internet Sex Offender Treatment Programme (I-SOTP) 35 rencontres de groupe Une fois par semaine 2 heures par rencontre Modules du traitement : 1. Motivation au changement : o Identification des valeurs et des façons d outrepasser ces valeurs par le comportement sexuel en ligne. o Établissement d objectifs constructifs. 2. Analyse fonctionnelle : o Élaboration de l enchaînement et des besoins menant au comportement d abus sexuel en ligne. 3. Conscientisation par rapport aux victimes / Acceptation de la responsabilité : o Amener les clients à développer leur empathie en effectuant des liens entre les images d enfants sexuellement abusés et les abus sexuels des enfants. 4. Maîtrise de soi sur le plan émotionnel, maîtrise de soi en général et relations interpersonnelles : o Amener les clients à développer des habiletés pour améliorer leurs déficits dans l intimité et la gestion de leurs émotions. 18

19 5. Communauté (en ligne), collection et compulsion : o Amener les clients à gérer adéquatement leurs tentations de collectionner ou d adopter des comportements compulsifs. o Cerner les besoins que les clients comblent et amener les clients à : Combler adéquatement ces besoins; Identifier et contrôler leurs comportements compulsifs axés sur l accès aux images d enfants abusés sexuellement; Gérer leurs fantaisies sexuelles déviantes. 6. Prévention de la rechute et nouveaux objectifs de vie : o Amener les clients à faire l apprentissage de nouvelles habiletés saines, avec un «nouveau plan de vie» Autres approches thérapeutiques pour les abuseurs sexuels en ligne The SAFE Network Inc. (Nouvelle-Zélande) o The Lucy Faithfull Foundation (Royaume-Uni) o Programme Inform Plus Cognitive-Behavioral Programme for Online Offender o University Hospital in Basel (Graf et coll., 2002) Sites d autothérapie (self-help) o o Études concernant les abuseurs sexuels en ligne Selon Babchishin, Hanson et Hermann (2010) En comparaison avec ceux qui abusent sexuellement dans la réalité, on peut décrire les abuseurs sexuels en ligne comme suit : Les Blancs sont plus nombreux et ils sont légèrement plus jeunes. Ils ont plus de contrôle de soi et plus de barrières psychologiques pour éviter un acting out de leurs préférences déviantes. Il est moins courant qu ils aient été abusés physiquement (24,4 %) que ceux qui abusent sexuellement dans la réalité (40,8 %). Ils sont plus empathiques. Ils ont plus de déviance sexuelle. Ils ont moins de distorsions cognitives. Ils présentent légèrement moins d identification émotionnelle aux enfants. Il n y a pas de différence concernant le fait d avoir été abusé sexuellement. Ils ont moins de réactions axées sur la désirabilité sociale. 19

20 En comparaison avec les hommes de la population, on peut décrire les abuseurs sexuels en ligne comme suit : Les Blancs sont plus nombreux, plus jeunes et plus souvent célibataires. Ils sont moins susceptibles d appartenir à une minorité raciale. Il est significativement plus courant qu ils aient été abusés physiquement et sexuellement. Il est plus courant qu ils soient sans emploi, surtout au moment de l arrestation/investigation policière. Il est plus courant qu ils n aient jamais été mariés et qu ils ne soient pas mariés au moment de l évaluation. Selon Seto, Hanson et Babchishin (2010) Les abuseurs sexuels en ligne ont-ils déjà commis ou commettront-ils des délits sexuels avec contact physique dans la réalité? Deux méta-analyses y répondent Première méta-analyse : l historique de délits sexuels dans la réalité chez les abuseurs sexuels en ligne (ASEL) N = Antécédents d abus sexuel avec contact (dossiers officiels) : 1 sur 8 (12 %) des ASEL. Dans les 6 études de l échantillon portant sur les autorévélations : environ 1 sur 2 (55 %) des ASEL ont admis avoir commis un abus sexuel avec contact dans la réalité. Deuxième méta-analyse : les taux de récidive des études de suivi effectuées auprès des abuseurs sexuels en ligne (ASEL) N = Après une période de suivi de 1,5 à 6 ans : 4,6 % des ASEL ont commis un autre délit de nature sexuelle, dont 2 % un abus sexuel avec contact et 3,4 %,un nouveau délit de pornographie juvénile. 20

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus.

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus. oublié? LES JEUX DE LA FIGURENT PARMI LES MOINS RISQUES EN TERMES D ASSUETUDE AU CELA N EMPECHE PAS LA DE SE SENTIR EXTREMEMENT CONCERNEE PAR LES PROBLEMES DE DEPENDANCE AU SI LA MISSION PREMIERE DE LA

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Service d information et de recherche parlementaires

Service d information et de recherche parlementaires Résumé législatif LS-666F PROJET DE LOI C-58 : LOI SUR LA PROTECTION DES ENFANTS (EXPLOITATION SEXUELLE EN LIGNE) Dominique Valiquet Division des affaires juridiques et législatives Le 17 décembre 2009

Plus en détail

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications NO 1 Adoption par la direction générale : Date : Le 1 er octobre 2003 Dernière révision : 01/10/03

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Enfants et adolescents Sécurité Internet

Enfants et adolescents Sécurité Internet Enfants et adolescents Sécurité Internet Exposé de sensibilisation du public destiné aux parents, aux enseignants et aux organismes au service de la jeunesse du Nouveau-Brunswick Remerciements En collaboration

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Sécurité en ligne Conseils pour les adolescents

Sécurité en ligne Conseils pour les adolescents Le présent document contient des lignes directrices étape par étape pour la présentation du fichier PowerPoint qui y est joint. Avant de présenter l exposé, veuillez imprimer la page des ressources. *Remarque

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité Pour les jeunes, Internet est un excellent merveilleux d apprentissage,

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves Directive sur l utilisation de l Internet, Département responsable: Services éducatifs En vigueur le: 1 er janvier 2003 Référence: Approuvée par: Directeur général Amendée le 4 septembre 2007: L un des

Plus en détail

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes

NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes NOS JEUNES ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES: QUELS DANGERS? COMMENT REAGIR? L'utilisation des nouvelles technologies par les jeunes Les enfants surfent sur internet majoritairement à partir de 8 ans 64%*

Plus en détail

«ADOPTONS UN COMPORTEMENT RESPONSABLE SUR INTERNET»

«ADOPTONS UN COMPORTEMENT RESPONSABLE SUR INTERNET» «ADOPTONS UN COMPORTEMENT RESPONSABLE SUR INTERNET» 1 ère proposition OBJECTIF GENERAL Porter un regard critique sur les usages d Internet à travers une démarche ludique. INFORMATIONS GENERALES Résumé

Plus en détail

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle?

En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? En tant qu organisme œuvrant auprès d athlètes mineurs, quelles sont vos responsabilités et obligations légales pour protéger votre clientèle? Avant l embauche Déterminer le profil de l emploi Niveau d

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337 www.centrecyber-aide.com LE CENTRE CYBER-AIDE Le CENTRE CYBER-AIDE

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Engager des poursuites relatives aux infractions d exploitation d enfants par Internet

Engager des poursuites relatives aux infractions d exploitation d enfants par Internet Engager des poursuites relatives aux infractions d exploitation d des enfants par Internet Allison Dellandrea Coordonnatrice (éducation( et formation) de la stratégie provinciale Avocate-conseil conseil

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

Guide pour les parents et les parents-substituts. www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca. Avec l appui de :

Guide pour les parents et les parents-substituts. www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca. Avec l appui de : Guide pour les parents et les parents-substituts www.mobilite.protegeonsnosenfants.ca Avec l appui de : VIVRE DANS UN MONDE SANS FIL Pour les parents et les ados, la téléphonie cellulaire s avère utile

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 4

Tableau synoptique du chapitre 4 Tableau synoptique du chapitre 4 Les objectifs du processus d évaluation du rendement des employés L évaluation du rendement doit principalement servir à améliorer la qualité du travail de l employé et

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Pourquoi mon enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Ce guide a été produit par le CAVAC de Laval avec la collaboration de la commission scolaire de Laval,

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel PROFIL DES BESOINS DE SOUTIEN DE L ÉLÈVE AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel significativement

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Communiqué de Presse. Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies

Communiqué de Presse. Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies Communiqué de Presse Le «Sexe 2.0» Enquête sur le sexe virtuel via les webcams et les nouvelles technologies Paris, le 16 avril 2013. A l occasion du lancement de sa version smartphone, le site de sexcam

Plus en détail

CONDUCTEUR PROFESSEUR - CORRECTION

CONDUCTEUR PROFESSEUR - CORRECTION CONDUCTEUR PROFESSEUR - CORRECTION 1. PRESENTATION DE LA SEANCE : CONTEXTUALISATION DANS LA SEQUENCE : DOCUMENT CARNET DE BORD RAPPEL DES PREREQUIS : LES DIFFERENTS TYPES DE DOCUMENTS QUESTIONNEMENT :

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE Résultats de l enquête réalisée par internet en novembre 2011 auprès de 2 315 individus âgés de 15 ans et plus, en conformité avec la loi n 78-17 relative à l'informatique, aux

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte 1 04.02.2014 16:49 Psychiatrie Mercredi 03 juillet 2013 Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte Par Frédéric Lemaître, Le Monde En Allemagne, dans plusieurs grandes villes,

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer!

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer! E POUR UN E SORTIE D E L B A I L B INOU Parents, vous avez un rôle à jouer! LE DES FINISSANTS DE VOTRE ADO ARRIVE ENFIN. C EST UN ÉVÉNEMENT UNIQUE POUR SOULIGNER LA FIN DE SON SECONDAIRE ET TOUS LES EFFORTS

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32)

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Fondé en 1985, le Conseil canadien des archivistes est né d une volonté fédéraleprovinciale de favoriser

Plus en détail

Echantillon interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview)

Echantillon interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview) Les idées reçues sur la sécurité informatique Contact : OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris http://www.opinion-way.com Juillet 2014 1 Méthodologie Méthodologie Echantillon de représentatif

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes Buts Mise en place d une période de révision d allemand en fin de 7e année sous

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail