RAPPORT DE L ATELIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE L ATELIER"

Transcription

1 Atelier régional de renforcement des capacités, de partages d expériences et de mise en réseau des experts en évaluation environnementale des cabinets d études ouest - africains RAPPORT DE L ATELIER Novembre 2010

2 Introduction En vue de relever le défit de manque d outils adéquats et de la faible disponibilité des données en Evaluations environnementales, ainsi que celui de la compétitivité des experts Africains en Evaluation d Impacts Environnementaux, l Association Ouest Africaine d Evaluation Environnementale (AOAEE) avait inscrit dans son plan d action le renforcement de capacités de ses membres en matière de veille environnementale. Dans ce cadre il a inscrit dans son plan de travail annuel (PTA) 2010, une session de renforcement des capacités des bureaux d étude en Evaluation Environnementale. Cette session se veut non seulement de contribuer au renforcement des capacités, mais aussi de partage d expériences, d informations et de connaissances en matière d Evaluation Environnementale, et de mise en réseau des experts en évaluation environnementale des cabinets d études ouest-africains. Elle a reçu l appui financier du Centre Suédois d Etudes d Impact sur l Environnement. L atelier a été organisé en collaboration avec l Association des Spécialistes en Evaluation Environnementale du Togo (ASEET). Il s est tenu dans la salle de Conférence de SAPNA S DREAM S HOTEL à Lomé les 29 et 30 octobre 2010 et a connu la participation des représentants des cabinets d études en EIE du Bénin, du Burkina Faso, de la Cote d ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigéria, du Sénégal et du Togo. La liste nominative des participants est mise en annexe.

3 1. Objectifs de l activité Objectif Général : L activité vise à un atelier sur le renforcement des capacités des bureaux d études en Evaluation Environnementale. Elle est conforme aux mandats et objectifs du CLEAA et à l objectif général #1 et à l objectif spécifique #1.1 de l AOAEE. Objectifs spécifiques de l atelier 1- Partager les expériences entre les experts en évaluation environnementale des pays de la sous-région "Afrique de l Ouest" ; 2- Mettre en réseau les cabinets d études et experts ouest-africains en évaluation environnementale, pour les échanges d informations et de données. 2. Déroulement Ouverture La session a été lancée par le mot d'ouverture du président de l Association des Spécialistes en Evaluation Environnementale du Togo (ASEET), Monsieur Abalo BALA KINDI. Dans son mot d ouverture, il a remercié les experts en Evaluation Environnementale pour avoir répondu à l appel du Secrétariat Exécutif de l AOAEE. Les problèmes que nous partageons dans la sous-région ouestafricaine seront relevés dans les différentes communications que présenterons les experts. Ces communications ne sont pas choisis au hasard, elles tiennent compte des problèmes d actualité quotidienne au plan environnemental. Chacun des cabinets d étude en EIE ici présent sortira avec une connaissance en plus. Puis nous formerons un réseau afin de continuer à s échanges les informations pour une meilleurs atténuation des impacts environnementaux des projets en Afrique de l ouest. Il enfin exhorter chacun à se sentir à l aise avant de donner la parole au représentant du Secrétariat exécutif de l AOAEE. Le représentant du SE-AOAEE en la personne de madame GODONOU L. Joseline a également remercié les participants d avoir honoré de leur présence à l invitation du SE-AOAEE. Elle a présenté les excuses du SE-AOAEE, Monsieur ISSA Maman-Sani, qui a accusé de retard en raison d autres fronts de lutte. Elle

4 a ensuite présenté brièvement l AOAEE, la composition du Secrétariat Exécutif, les activités menées et les projets en cours. Tout cela est présenté en détail dans prospectus sous forme de chemise dossier qui a été distribué, signala-telle. Suite à cela, le programme de l atelier a été amendé. Aucune modification n a été apportée. Puis chacun des participants s est présenté en déclinant toute son identité. Pour un bon déroulement de la séance, Monsieur Abalo BALA KINDI a été désigné comme modérateur de l atelier. Déroulement de la session Après l ouverture, les échanges d expériences se sont déroulés sous forme de présentation des communications suivis des débats. 1 ère communication Thème : EIE des grands projets agricoles Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Elle a été présentée par Monsieur Agoro SEBABE, membre de l ASEET. Après sa présentation, les débats ont consisté en des questions, des contributions et des réponses aux questions. Le tableau I ci-après présente le récapitulatif des débats. Tableau I : récapitulatif des débats de la 1 ère communication sur EIE des grands projets agricoles QUESTIONS CONTRIBUTIONS / REPONSES AUX QUESTIONS Parler des prévalences des maladies à cause des affluences dues au projet au lieu de cibler seulement le SIDA Au cours de l évaluation des impacts des projets agricoles, on se limite souvent aux produits chimiques sans aller plus loin. Particulièrement les organochlorés ne sont pas plus émanant que les organophosphorés qui sont plus dangereux que les organochlorés. Nous les

5 Comment doit-on réaliser la synergie entre l ensemble des acteurs des projets agricoles et quel sera le rôle des bureaux d études? En plus des projets agricoles, il existe actuellement des projets sur le biocarburant ; mais il n y a pas encore des textes qui régissent ce domaine dans nos pays de l Afrique de l Ouest. environnementalistes nous devons aller plus loin en suivant depuis les origines jusqu aux dérivés après décomposition. Dans toutes les étapes de l Evaluation des Impacts Environnementaux, on peut avoir le rôle de chaque acteur. Le bureau d études doit avoir une vision synoptique sur tous les acteurs concernés pour faire intervenir chacun selon son rôle. Dans nos états, les grands projets agricoles sont initiés par l Etat, et souvent l Etat en tant que promoteur ne fait pas toutes les démarches vers les différents acteurs ; c est le bureau d étude ou le consultant d EIE qui doit faire le nécessaire pour atteindre tous les acteurs et intégrer tous les aspects des TDR. Les bureaux d étude travaillent suivant les TDR. Il faut aussi que le bureau d étude qui est désigné soit évalué sur les TDR pour voir niveau de connaissance par rapport aux TDR. Concernant la problématique de biocarburant, une commission a été créée au Togo, mais orientée vers la sécurité alimentaire. 2 ème communication Thème : Les SIG : un outil d évaluation environnementale Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Cette communication a été présentée par Gildas Junior BOKO, Assistant du Secrétaire Exécutif de l AOAEE. Suivant le principe retenu, les débats constitués des questions, des contributions et des réponses aux questions ont suivi la présentation. Le tableau II ci-après présente le récapitulatif des débats. Tableau II : récapitulatif des débats de la 2 ème communication sur Les SIG : un outil d évaluation environnementale.

6 QUESTIONS La préoccupation se pose en termes de coût et de temps. Certains disent que l EIE est un blocage pour l évolution d un projet ; un SIG pour l EIE n est-il pas un plus à la perte du temps et de l argent? Si la finalité d un SIG est la spatialisation sous forme de carte, pourquoi les SIG ne sont pas la cartographie? N est-il pas mieux de proposer aux Etats africains de mettre en place les SIG pour mettre les données à disposition des bureaux d études, au lieu que ce soit les bureaux qui n ont pas assez de moyens de constituer leurs SIG. L utilisation des SIG pour l EE fait références aux bureaux d étude. Les bureaux d études ouest-africains n ont pas accès à ces outils pour être compétitifs par rapport aux bureaux d études européens. Comment surpasser ces handicapes pour être compétitifs sur le marché international. Quelle définition donne-t-on à la cartographie si les SIG ne sont pas la cartographie? Est-ce qu on a des logiciels dépassés, à voir l état de nos institutions? Quel profil faut-il avoir pour être spécialiste en SIG Faut-il en tant que bureau d étude associer un spécialiste en SIG ou peuton intégrer nous-mêmes les données dans les SIG? Quels sont les projets de l AOAEE dans le domaine des SIG? CONTRIBUTIONS / REPONSES AUX QUESTIONS Comme une EIE, tout début est coûteuse ; mais après on utilise les acquits pour améliorer les prestations. Les SIG permettent d évaluer rapidement et efficacement les impacts d un projet. Les SIG ne génèrent pas seulement les cartes, ils génèrent aussi les tableaux, les graphiques, etc. Aujourd hui on peut avoir et utiliser des shapfiles (fichiers vectoriels), les fichiers raster sur des sites. Ce n est pas la cartographie simple qui permet cela ; ce sont les SIG. Il est vrai que c est difficile et coûteux de disposer et utiliser les SIG. Mais il faut choisir former le personnel, acquérir les données par téléchargement ou par achat. Si l Etat va utiliser les SIG pour mettre les données à la disposition de tout le monde, les données seront très globales, sommaires et à grande échelle. Ces données ne seraient détaillées et utilisables pour projets à petites échelles. La cartographie est la réalisation des cartes tout simplement même sans l informatique, alors que les SIG intègrent l informatique, donnent les cartes et beaucoup d autres résultats. Il existe des logiciels de SIG libres et gratuits et il y en a de payants. Même ceux payants, on peut les kraker si on est bien outillé en informatique. Si quelqu un remplir les critères d informaticien (base de données et réseaux), de cartographe, de géomaticien, de spécialiste en télédétection, ce dernier s estimer spécialiste en SIG Selon la capacité du bureau d étude, il peut associer un spécialiste en SIG ou intégrer luimême les données dans les SIG. Un logiciel de base de données est en cours pour le CLEIAA.

7 3 ème communication Thème : EIE des grands projets routiers Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Elle a été présentée par Monsieur Abalo BALA KINDI, membre de l ASEET. Le tableau III ci-après présente le récapitulatif des débats qui ont suivi sa présentation. Tableau III : récapitulatif des débats de la 3 ème communication sur EIE des grands projets routiers QUESTIONS Que faire lorsqu on rencontre des problèmes avec les populations qui exigence qu on ne touche pas à leurs divinités ou exigent des coûts très élevés pour les déplacer. CONTRIBUTIONS / REPONSES AUX QUESTIONS Sur l exemple de projet routier donné, les sites d emprunts et de carrières abandonnés est la faute de suivie et non de l EIE. L EIE aurait prévu les mesures et le suivi n est pas fait. Il faut développer les outils qui permettront voir les différentes composantes qui peuvent être touché lors d un projet routier. Il est souvent demander de présenter un tableau de mesures des impacts résiduels c'est-à-dire quels sont les impacts qui vont disparaître, ceux qui vont persister et ceux qui vont diminuer puis leurs mesures. Dans une EIE, on réponde aux objectifs du développement durable. Donc les composantes à privilégier ne pose pas de problème. Lorsque le projet de route traverse une agglomération, le bureau d étude en tant que consultant de l EIE doit expliquer à la population les impacts du projet. Il doit être en mesure de proposer les mesures qui arrangent la population et le promoteur. Il faut faire la différence entre suivi environnemental et surveillance environnemental et bien situer les responsabilités.

8 4 ème communication Thème : EIE des grands projets pétroliers Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Cette communication a été présentée par Monsieur OJO Adeolu du bureau d étude Triple E System Inc au Nigéria. Le tableau III ci-après présente le récapitulatif des débats ayant suivi sa présentation. Tableau III : récapitulatif des débats de la 4 ème communication sur EIE des grands projets pétroliers QUESTIONS Est-ce les problèmes sociaux qu on entend dans le Delta du Niger au Nigéria sont sont-ils liés au non respect des procédures d EIE des projets pétroliers ou bien où se situe le problème? Du fait que les projets pétroliers nécessitent de lourdes machineries, quels sont les aspects d évaluation et de gestion des risques d installations de connexions de réseaux d oléoducs des raffineries? Quelles sont les mesures proposées pour la gestion des ressources fauniques? Qu est-ce qui est du à la dégradation de la mangrove alors qu elle a été restaurée? CONTRIBUTIONS / REPONSES AUX QUESTIONS Le problème d enlèvements dans le delta du Niger est du au fait que les populations avaient accepté le projet et après les problèmes de chômage, d insuffisance de terres, etc. se sont posés. C est parce que les conditions qu elles ont demandé au gouvernement tardent à venir que les enlèvements ont commencés pour obliger le gouvernement à vite agir. La loi au Nigéria dit que la terre appartient à l Etat. Les communautés elles aussi défendent leurs propriétés foncières ; Lorsqu un projet arrive, le gouvernement négocie avec les communautés pour qu il y est un consensus. Pour les promoteurs, c est l aspect technique du projet qui les intéresse, ils ne s occupent pas de la sauvegarde des espèces ou de la végétation. La mangrove qui était coupée sur le site avait été replantée à un autre endroit. Ce sont les conditions de sols du nouveau site qui ont fait que la mangrove est dégradée. La partie ou le sol est saumâtre a favorisé le développement de la mangrove.

9 Table ronde 1 Thème : Les problèmes spécifiques de marché et de compétitivité des bureaux d étude locaux : Réalités, perspectives et solutions Animée par monsieur Abalo BALA KINDI. Résumé Les problèmes de marché et de compétitivité des bureaux d étude se posent en termes d argent. Les promoteurs des projets mettent l accent sur les aspects techniques et minimisent le volet environnement ; de telle sorte que les EIE sont très peu payés. Une autre réalité est que pour certains projets, le promoteur est à l étude technique et à l évaluation environnementale. Donc le cercle reste fermé autour de lui. Il y a aussi le système d amitié ; les promoteurs donnent les marchés d étude à leurs amis de telle sorte que l information ne sort pas pour que les autres bureaux soumissionnent. Le fait que les bailleurs de fonds imposent les critères de choix des bureaux d études et exigent parfois que le bureau d étude national sélectionné coopère avec un bureau d étude du pays d origine des fonds du projet ; cet état de chose réduit drastiquement les chances de compétition des bureaux nationaux. Ainsi le problème se pose en termes de protection des bureaux nationaux ; les états africains ne protègent pas ou protègent peu leurs bureaux d études nationaux contrairement à ceux des bailleurs qui protègent leurs en imposant qu un de leurs bureaux coopère avec les nôtres. Il en ressort les problèmes de garantie des bureaux d études nationaux. Il faut alors créer les conditions de garantis des bureaux d études nationaux en instaurant par exemple des visites/contrôles, une caution bancaire, etc. Il faut améliorer la qualité de présentation de nos rapports d études. Il faut s associer entre nous pour unir les différentes compétences. Il faut se doter des moyens nécessaires de travail et créer un réseau en notre sein afin de se communiquer les informations pour être compétitifs sur le marché international.

10 2 ème journée La deuxième journée de l atelier régional de renforcement des capacités, de partage d expériences et de mise en réseau des experts en évaluation environnementale des cabinets d études ouest-africains a commencé par la présentation des deux communications programmées pour la journée. Elles ont été présentées par Monsieur Maman-Sani ISSA, secrétaire exécutif de l Association Ouest Africaine d Evaluation Environnementale (SE/AOAEE). La première sur les Politiques de sauvegarde environnementale et sociale des PTF des pays en développement (Banque Mondiale, Union Européenne, BAD, BOAD, BIDC). Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Et la deuxième sur le Challenge de la diversité actuelle des outils d Evaluation Environnementale et des terminologies (EES, CGES, EIE, EIES, PGE, PGES, Analyse environnementale, etc.) pour les échanges d expériences. Présentation Microsoft Office PowerPoint (Double-cliques sur l icône pour ouvrir le fichier) Suite à ces communications qui ont été presqu interactives, les débats ayant suivi se résume aux points suivants : 1) Le contenu de la catégorie FI (Intermédiaire financier). Il s agit d une catégorie dont les projets ne sont pas connus au départ. Le bailleur donne des fonds pour le développement d un secteur. Ce financement nécessite une évaluation environnementale qui est classée dans la catégorie FI. Mais lorsqu un bénéficière vient avec sont projets, ce dernier n est pas exempté de l EIE. 2) Les contenus des terminologies d Etude d Impact Environnemental (EIE), Etude d Impact Environnemental et Social (EIES), Etude d Impact Social (EIS), Etude d Impact Sanitaire (EIS). Selon le présentateur, le contenu dans ces différentes terminologies est le même dans la mesure où dans une EIE, tous les aspects (le naturel, l artificiel, le sanitaire, etc.) sont pris en compte comme dans une EIES ou dans une EIS. Bien qu on écrive EIES, il n y a pas

11 encore de procédure d EIES ; c est la procédure d EIE qui est toujours suivi en EIES. Au Sénégal, on fait une Analyse Environnementale Initiale (AEI) à partir de laquelle on fait une EIE et une EIS. La loi ne l oblige pas mais le Direction de l Environnement est rigoureuse sur cela et pénalise ceux qui n en font pas. 3) Les textes sur les EIE ne prévoient pas de recours de suspension en cas de conflit sur la validation d un rapport d EIE. Le moyen le plus souvent utilisé en cas de conflit, c est d aller à la validation et de rejeter le rapport d EIE même s il est bon. Ce qui n arrange pas le promoteur ni le consultant. Au mali, il est obligatoire de joindre la lettre de validation des TDR au rapport d EIE avant d avoir le certificat de conformité. Table ronde 2 Thème : Mémorandum de coopération et de joint-ventures (comment dynamiser les bureaux d études ouest-africains) Animé par Monsieur Maman-Sani ISSA. Synthèse: L objectif est de voir les opportunités à créer pour les bureaux d études. Il y a un site déjà fonctionnel au niveau de l AOAEE. Si un bureau d étude veut créer son site, on peut l héberger sur ce site. Les ressources que nous avons à produire, les documents, le logiciel pour le suivi des PGE déjà finalisé, seront mis sur le site. On a besoin d avoir une bonne base de données des bureaux d étude qu on met sur le site pour une meilleure vente à l international. Cela permettra de faire connaitre l existence des bureaux d études nationaux souvent recherché en vain depuis le niveau international. Il faut standardiser les pratiques d EE dans l espace CEDEOA. Quelle est la procédure de validation d EIE ou de législature d un projet qui est entre deux pays par exemple? Il faut hiérarchiser le réseau de sorte à ce que les bureaux d études nationaux soient s organisent et se mettent en relation avec les Associations Nationales

12 d Evaluation Environnementale (ANEE) qui à leur tour se mettent en relation directe avec l AOAEE. Il sera important que l administration nous aide en imposant que tout bureau d étude qui naîtra doit s inscrire au bureau de l Association Nationale d Evaluation Environnementale. Il aura sur le site de l AOAEE le une plate forme des bureaux d études Ouestafricaines. Donc d ici deux ou trois mois, chaque association nationale envoie à AOAEE la liste des bureaux d études de son pays précisant : Domaines Nom du bureau Intitulé adresses Expérience d expertise Il aura les échanges d adresses et de contacts entre les bureaux d études On peut créer un forum d échanges sur le site de l AOAEE pour se poser des questions et donner des réponses. On peut mettre sur le site les différents textes et outils régissant l Evaluation Environnementale afin de s échanger ces textes et se compléter pour améliorer les compétences des bureaux d études. Conclusion Les deux jours d échange ont permis à chacun d apporter sa pierre à l édifice pour que les bureaux d études et l AOAEE grandisse. L espoir est que les acquits feront d huile dans chaque pays représenté ici. Les remerciements sont allés à l endroit de l appui financier (SWEDISH EIA CENTRE), du SE/AOAEE et de tous les participants ayant répondu à l invitation pour l atelier.

13 Annexes 1 : Liste nominative de présence ATELIER REGIONAL DE RENFORCEMENT DES CAPACITES, DE PARTAGE D EXPERIENCES ET DE MISE EN RESEAU DES EXPERTS EN EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DES CABINETS D ETUDES OUEST-AFRICAINS / REGIONAL WORKSHOP FOR WEST AFRICAN EA EXPERTS : CAPACITY-BUILDING, KNOWLEDGE SHARING AND JOINT-VENTURES AGREEMENT Lomé, le 30 octobre 2010 Liste de présence N Noms et Prénoms Pays Bureau d étude s 1- ALAGBE Landry Bénin ENVIDEV- Consulting 2- DONOU T. Blaise Bénin LINER 3- OGOUWALE Romaric Bénin IVATIS 4- BALA KINDI Abalo Togo 5- SEBABE Agoro Togo Comité d organisation / 6- ASEET AGRIGNAN Esso-Sam Togo 7- AGBEMELO Joël Togo JAT CONSULTING 8- DOGOUA Michel César Côte d Ivoire BNETD 9- SELLY Camara Guinée AGRETAGE 10- FOUTOU Ambroise Urbain Mali GEEIS Soul 11- KERIM Abdellahi Ould Mauritanie Mohameden 12- HASSOUMIOU Mounkaila Niger ICA-Niger 13- OJO Adeolu Nigeria Triple E System Inc. 14- DEME N Diaga Sénégal H2O Engineering 15- YAKOUBA Samboré Burkina Faso 16- NDENNEH Nying Gambie 17- DZOGBEDO Agbenyo Togo SAM Consult International Envi- Développement

14 18- POLO-AKPISSO Aniko Togo Global lead 19- VOLLEY Koffi Togo BTEDE 20- TCHAYZA Dondja Togo SEC-DE 21- SENIOU Djao Togo 22- BOKO Gildas Junior Bénin 23- GODONOU Lisbeth S. Bénin Joselyne Staff / AOAEE 24- IDIETI M Po Edouard Bénin 25- MAMAN SANNI Issa Bénin 26- AMOUSSOU Linda Bénin

15 Annexe 2a : Programme de l atelier Atelier régional de renforcement des capacités, partages d expériences et de mise en réseau des experts en évaluation environnementale des cabinets d études ouest africains Jour 1 (29 octobre 2010) 1- Ouverture 08h 30 à 09h 00 Mot de Bienvenue du Point Focal national (Association des Spécialistes en Evaluation Environnementale du Togo) (Pdt/ASEET) Mot du représentant du Secrétaire Exécutif et brève présentation de l Association Ouest Africaine pour l Evaluation Environnementale (Staff/AOAEE) 2- Communication Débats : 09h 00 12h 00 09h 00 10h 00 : EIE des grands projets agricoles (Par M. Agoro SEBABE) 10h 00 12h 00 : Les SIG : un outil d évaluation environnementale (Par M M. Gildas BOKO et Edouard IDIETI) 12h 00 13h 30 : Déjeuner 3- Communication- Débats et Table ronde : 13h 30 à 18h 00 13h 30 14h 30 : EIE des grands projets routiers (Par M.BALA KINDI) 14h 30 15h 30 : EIE des projets pétroliers (par Mr. Adeolu OJO) 15h : Pause Café 16h 00 18h 00 : Table ronde sur : Les problèmes spécifiques de marché et de compétitivité des bureaux d étude locaux : Réalités, perspectives et solutions (Président M. BALA KINDI) 18h 00 : Fin de la journée Jour 2 (30 octobre 2010) 1- Communication Débats : 08h 30 12h 30 08h 30 09h 30 : Politiques de sauvegarde environnementale et sociale des PTF des pays en développement (Banque Mondiale, Union Européenne, BAD, BOAD, BIDC) (Par M. Maman-Sani ISSA) 09h 30-10h 30 : Challenge de la diversité actuelle des outils d Evaluation Environnementale et des terminologies (EES, CGES, EIE, EIES, PGE, PGES, Analyse environnementale, etc.) pour les échanges d expériences (Par M. Maman-Sani ISSA) 10h 30-11h00 : Pause café 11h00-13h 00 : Table ronde sur : Mémorandum de coopération et de joint-ventures (Président M. Maman-Sani ISSA) 13h 00 13h 30 : Remise d attestation et mot de clôture du SE/AOAEE et du Pdt/ASEET 13h30 : Déjeuner

16 Annexe 2b : Planning of the workshop REGIONAL WORKSHOP FOR WEST AFRICAN EA EXPERTS : CAPACITY-BUILDING, KNOWLEDGE SHARING AND JOINT-VENTURES AGREEMENT Day 1 : (October, 29 th, 2010) 1- Opening (from 08h 30 to 09h 00) Welcome speech from national focal point, Chairman of Association des Spécialistes en Evaluation Environnementale du Togo Speech of the WAAEA Executive Secretary Representant, followed by a short presentation of WAAEA and its main achievements (WAAEA Staff) 2- Presentations Debates (from 09h 00 to 12h 00) 09h 10h 00: EIA of agricultural projects (Mr. Agoro SEBABE, Togo) 10h 12h 00: GIS: a useful tool in Environmental Assessment (MM Gildas BOKO & Edouard IDIETI) 12h 00 13h 30 : Lunch break 3- Presentations Debates Round Table (from 13h 30 to 18h 00) 13h 30 14h 30: EIA of road constructions project (Mr. Abalo BALA KINDI) 14h 30 15h 30: EIA of oil projects (Mr. Adeolu OJO) 15h 30 16h 00: Coffee break 16h 00 18h 00: Round table on: Specific matters related to contracts and competitive quality of local EA firms (Chairman: Mr. Abalo BALA KINDI) 18h 00: End of Day 1 Day 2: (October 30 th, 2010) 1- Presentations Debates (from 08h 30 to 12h 30) 08h 30 10h 30: Donors environmental and social safeguard policies in developing countries (World Bank, European Union, ADB, BOAD, BIDC) (Mr. Maman Sani ISSA) 10h 30 11h 00: Coffee Break 11h 00 12h 30: Handling variety in EA tools and terms (SEA, ESMP, EIA, ESIA, Environmental Analysis, etc.) in a knowledge-sharing context (Mr. Maman-Sani ISSA) 12h 30 14h 00: Lunch break 2- Round table (from 14h 00 to 16h 00) 14h 00 16h 00: Round-table on: Memorandum of Joint ventures and cooperation (Mr Maman-Sani ISSA) 16h 00 16h 30: Graduation ceremony, followed by final speech of WAAEA Executive Secretary and ASEET President

17 Annexe 4 : Termes de références Titre : Organisation d un atelier sous-régional sur le renforcement des capacités des bureaux d étude en Evaluation Environnementale. Contexte et justification : La qualité médiocre des Evaluations environnementales en Afrique reste tributaire du déficit d'expertise, du manque d outils adéquat et de la faible disponibilité des données pour l analyse. Il n est pas rare de constater que lorsqu il s agit de l Etude d Impact Environnementale des grands projets (barrages, industries, les grands infrastructures de transport, etc.) les bureaux d étude et les experts Africains restent très peu compétitifs par manque d expérience malgré les cursus théoriques intéressants. C est pour contribuer à la promotion du renforcement des capacités et du partage d expériences, d informations et de connaissances en matière d Evaluation Environnementale dans les pays de l Afrique de l ouest, l Association Ouest Africaine d Evaluation Environnement (AOAEE) a initié un atelier de formation sur le renforcement des capacités en Evaluation environnementale des bureaux d études. Cet atelier de formation a reçu un appui financier du Centre Suédois d Etudes d Impact sur l Environnement. Objectif et concordance : L activité vise à organiser un atelier sur le renforcement des capacités des bureaux d études en Evaluation Environnementale Elle est conforme aux mandats et objectifs du CLEAA et à l objectif général #1 et à l objectif spécifique #1.1 de l AOAEE. Bénéficiaires Les bénéficiaires de cette activité sont les Experts en Evaluation Environnementale travaillant dans un cabinet d étude. Indicateurs principaux d exécution : - Ip-1 : les capacités d au moins 15 experts (membres d un cabinet d étude) ont été renforcées dans différents domaines de l évaluation environnementale. - Ip2 : Un rapport de l atelier est rédigé, contenant les expériences acquises par les participants - Ip-3 : Augmentation de la visibilité de l AOAEE auprès des experts en environnement de la sous région - Ip-4 : Existence d un réseau des cabinets d étude de la zone CEDEAO

18 Profil des participants Les participants attendus à cet atelier sont les experts en environnement travaillant dans les cabinets d études en évaluation environnementale. Activités : Pour mener cette première expérience, les actions suivantes seront réalisées : - Lancer l appel à nomination de participants auprès des points focaux nationaux, - Etablir le planning de l atelier - Réaliser l atelier - Rédiger le rapport de l atelier - Réaliser un suivi de l atelier sur une durée de 6 mois. Lieu : L atelier aura lieu dans un pays de l Afrique Occidentale, de préférence, membre de l AOAEE. Coûts : N Activités 1 Logistique et communication (Location de salle, interprétariat, presse, etc.) Prix unitaire $US Total $US Frais de voyage des participants Frais des participants (Hôtel, restauration, per diem) Frais d organisation Frais de Secrétariat (voyage, séjour, restauration) Rédaction du rapport final FP Total Durée : L atelier est planifié sur une durée de 2 jours de travaux intensifs

19 Annexe 4 : Photos des participants présents Maman Sani ISSA SE-AOAEE/BENIN Lisbeth S. Joselyne GODONOU A/SE-AOAEE/BENIN Gildas Junior BOKO A/SE-AOAEE/BENIN M Po Edouard IDIETI A/SE-AOAEE/BENIN Abalo BALA KINDI ASEET/TOGO AgorO SEBABE ASEET/TOGO AGRIGNAN Esso-Sam ASEET/TOGO VOLLEY Koffi BTEDE/TOGO SENIOU Djao CIES /COVODI - Togo AGBEMELO Joël JAT CONSULTING /TOGO POLO-AKPISSO Aniko Global lead / TOGO TCHANADEMA Mèwississo???/ TOGO HASSOUMIOU Mounkaila ICA-Niger FOUTOU Ambroise Urbain GEEIS Sarl / Mali DEME N Diaga H2O Engineering / Sénégal OJO Adeolu Triple E System Inc / NIGERIA

20 SELLY Camara AGRETAGE / GUINEE TEBONOU?????? Représentant TCHAYIZA DONOU T. Blaise LINER / BENIN ALAGBE Landry ENVIDEV-Consulting/ BENIN OGOUWALE Romaric IVATIS/ BENIN AMOUSSOU Linda Stageaire/SE-AOAEE/BENIN

RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)

RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) Atelier régional de formation sur Le logiciel de suivi et de gestion des PGES Cotonou, Les 20 et 21 janvier 2011 RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME Avril 2014 TDR pour l étude de visibilité et de positionnement de la BIDC

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

West and Central African Council for Agricultural Research and Development

West and Central African Council for Agricultural Research and Development Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------ Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

C est quoi le District Health Information Software 2?

C est quoi le District Health Information Software 2? Introduction Actions entreprises C est quoi le Health Information Software 2? Avantages Inconvénients Conclusion Le système d information sanitaire est l un des piliers du Système de Santé Il contribue

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET Recrutement d

Plus en détail

Présentation AFRICA LINK CAPITAL

Présentation AFRICA LINK CAPITAL Présentation AFRICA LINK CAPITAL ALC, UN PARTENAIRE DE RÉFÉRENCE Africa Link Capital (ALC) est un Cabinet de Conseil Financier et Arrangeur indépendant, ayant une vocation de Banque d Affaires, créé en

Plus en détail

Formation dispensée par un Consultant-formateur recruté par la Banque de Développement Autrichienne (OeEB).

Formation dispensée par un Consultant-formateur recruté par la Banque de Développement Autrichienne (OeEB). TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGÉ DE LA FORMATION DES AGENTS DE LA BOAD EN SUIVI - EVALUATION ET ANALYSE DE L ADDITIONNALITE DE PROJETS MARCHANDS Formation dispensée par un

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA) FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL

FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA) FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA). FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL FORMATION DE LA FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS REGION

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA MISSION

COMPTE RENDU DE LA MISSION SOCIETE OUEST AFRICAINE DE CHIMIE Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Guinée(Conakry), Mali, Niger, Sénégal, Togo COMPTE RENDU DE LA MISSION Effectuée en Côte d Ivoire du 21 au 24 Janvier 2015 Dans le

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE OFFRE POUR LA REALISATION D UN DOCUMENTAIRE INSTITUTIONNEL SUR LA CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE (CIPRES)

TERMES DE REFERENCE OFFRE POUR LA REALISATION D UN DOCUMENTAIRE INSTITUTIONNEL SUR LA CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE (CIPRES) TERMES DE REFERENCE OFFRE POUR LA REALISATION D UN DOCUMENTAIRE INSTITUTIONNEL SUR LA CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE (CIPRES) Réalisé par le cabinet NOVATRIS et validé par la CIPRES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest

Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest Réseau pour l Emploi des Jeunes Afrique de l ouest (YEN-WA) Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest Novembre 2008 Aperçu des résultats d enquête Authors: Thais Lopes et Tendai Pasipanodya

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 008/2013/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des

Plus en détail

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 APCAM/PASIDMA Projet d Appui au Système D Information Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA) Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 Version actualisée Bamako, le 7 Mars 2002 Plan d action

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

SOMMAIRE SMART 2010 FICHE TECHN IQUE I. L ESPACE D EXPOSITION 3 II. LES CONFERENCES ET RENCONTRES 4 III. LA COUVERTURE MEDIATIQUE ET PROMOTIONNELLE 5

SOMMAIRE SMART 2010 FICHE TECHN IQUE I. L ESPACE D EXPOSITION 3 II. LES CONFERENCES ET RENCONTRES 4 III. LA COUVERTURE MEDIATIQUE ET PROMOTIONNELLE 5 SMART 2010 FICHE TECHN IQUE SOMMAIRE I. L ESPACE D EXPOSITION 3 II. LES CONFERENCES ET RENCONTRES 4 III. LA COUVERTURE MEDIATIQUE ET PROMOTIONNELLE 5 IV. HEBERGEMENT DES PARTICIPANTS 5 V. PROGRAMME (projet)

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT / INFORMATICIEN EN CONCEPTION DE BASE DE DONNEES.

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT / INFORMATICIEN EN CONCEPTION DE BASE DE DONNEES. TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT / INFORMATICIEN EN CONCEPTION DE BASE DE DONNEES. Recruté par la Banque de Développement Autrichienne (OeEB) mai 2014 CONTEXTE / JUSTIFICATION La

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES N 2012 11/SE/SEA/UAM AFC/ss/nba

TERMES DE REFERENCES N 2012 11/SE/SEA/UAM AFC/ss/nba TERMES DE REFERENCES N 2012 11/SE/SEA/UAM AFC/ss/nba Recrutement d un consultant individuel en appui à la mise en œuvre des activités de visibilité et de communication au sein de projets du CILSS Financement

Plus en détail

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE 1 FORUM ECONOMIQUE NATIONAL DU TOGO SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE «PROMOTION D UNE CROISSANCE FORTE, DURABLE ET INCLUSIVE AU TOGO» Lomé, les 27, 28 et

Plus en détail

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade 1 Contexte et justification: La Loi sur le Domaine Nationale aura exactement 51 ans jour pour

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants dans la CEDEAO

Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants dans la CEDEAO ATELIER REGIONAL DES INITIATIVES DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETAGE, ECLAIRAGE EFFICACE ET EE DANS LES BATIMENTS Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE. Séminaire/Atelier AFI sur la Coordination Civile/Militaire. (Niamey, Niger, du 26 au 28 mai 2015)

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE. Séminaire/Atelier AFI sur la Coordination Civile/Militaire. (Niamey, Niger, du 26 au 28 mai 2015) ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE Séminaire/Atelier AFI sur la Coordination Civile/Militaire (Niamey, Niger, du 26 au 28 mai 2015) 1. Lieu des Réunions BULLETIN D INFORMATION Le Séminaire/Atelier

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE AVIS DE SELECTION

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE AVIS DE SELECTION CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE AVIS DE SELECTION I - OBJET Après un premier appel d offre infructueux, LA CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE (CIPRES) dont le siège est

Plus en détail

27-28 Janvier 2011, Casablanca - Royaume du Maroc

27-28 Janvier 2011, Casablanca - Royaume du Maroc Rapport de la Réunion préparatoire de la Conférence des Bailleurs de Fonds pour le Financement du Projet Régional de Développement durable du Tourisme dans un Réseau de Parcs et Aires Protégées Transfrontaliers

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Olivier ANDRIOLLO Novembre 2012 Le Projet MAE : Lutte contre les Médicaments Falsifiés en Afrique de L ouest A Contexte

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL SUR LE SEMINAIRE DE LANCEMENT 6-9 janvier 2014 YAMOUSSOUKRO, CÔTE D IVOIRE

RAPPORT GLOBAL SUR LE SEMINAIRE DE LANCEMENT 6-9 janvier 2014 YAMOUSSOUKRO, CÔTE D IVOIRE RAPPORT GLOBAL SUR LE SEMINAIRE DE LANCEMENT 6-9 janvier YAMOUSSOUKRO, CÔTE D IVOIRE INTRODUCTION Du 06 au 09 Janvier, conformément au planning d activité du projet MAGRINN, s est tenu le séminaire de

Plus en détail

Rapport sur la formation des formateurs sur la collecte, l analyse des données et la gestion des bases de données

Rapport sur la formation des formateurs sur la collecte, l analyse des données et la gestion des bases de données Rapport sur la formation des formateurs sur la collecte, l analyse des données et la gestion des bases de données Du 19 au 31 mars 2012 à Ouagadougou (version provisoire) Avril 2012 Table des matières

Plus en détail

Séminaire Sous régional CIFA/RESOF/CIEA SEN 07 La Formation et le Conseil pour la Promotion des Exploitations Familiales Rurales

Séminaire Sous régional CIFA/RESOF/CIEA SEN 07 La Formation et le Conseil pour la Promotion des Exploitations Familiales Rurales CIFA Centre Interprofessionnel pour la Formation aux métiers de l Agriculture RESOF Réseau Formation Fleuve CIEA Centre International d Etudes Agricoles Séminaire Sous régional CIFA/RESOF/CIEA SEN 07 La

Plus en détail

Termes de Référence (TDR) du

Termes de Référence (TDR) du 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) du Séminaire de formation à la planification

Plus en détail

LE COMMERCE DANS LA ZONE DE LIBRE-ECHANGE DE LA CEDEAO. Les Règles du Schéma de Libéralisation des Echanges de la CEDEAO pour les Commerçants

LE COMMERCE DANS LA ZONE DE LIBRE-ECHANGE DE LA CEDEAO. Les Règles du Schéma de Libéralisation des Echanges de la CEDEAO pour les Commerçants LE COMMERCE DANS LA ZONE DE LIBRE-ECHANGE DE LA CEDEAO Les Règles du Schéma de Libéralisation des Echanges de la CEDEAO pour les Commerçants Table des matières 3 Table des matières 5 7 9 11 12 14 15 19

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A CANDIDATURE Recrutement de Consultants

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

www.entrepreneurs en afrique.com Entrepreneurs en Afrique

www.entrepreneurs en afrique.com Entrepreneurs en Afrique Entrepreneurs en Afrique Une idée Contribuer à l émergence de PME/PMI technologiques en Afrique grâce à la collaboration entre des entrepreneurs africains et des Ecoles d Ingénieurs françaises (Réseau

Plus en détail

7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.org

7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.org Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development TERMES DE REFERENCES DU CONSULTANT CHARGE D ELABORER

Plus en détail

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE)

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : 011-551 7700 Fax : 011-551 7844 website : www. africa-union.org VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT

Plus en détail

Association Ouest Africaine d Evaluation Environnementale (AOAEE)

Association Ouest Africaine d Evaluation Environnementale (AOAEE) Association Ouest Africaine d Evaluation Environnementale (AOAEE) Données Requises pour le suivi-évaluation des Plans de Gestion Environnementale et Sociale (DR-PGES) Guide d Installation Dr-PGES a été

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/STATCOM/3/5 21 octobre 2011 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation SECRETARIAT EXECUTIF / EXECUTIVE SECRETARIAT BP 958 RP Dakar, Sénégal 54, Cité Lobatt Fall, Pikine Tel/Fax: (221) 33 854 98 13 adepa-wadaf@contact.org cbakundakwita@yahoo.fr Dossier de présentation COLLOQUE

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

SEMINAIRE SUR «LA MISE EN PLACE ET ANIMATION D UN DEPARTEMENT D AUDIT INTERNE»

SEMINAIRE SUR «LA MISE EN PLACE ET ANIMATION D UN DEPARTEMENT D AUDIT INTERNE» SEMINAIRE SUR «LA MISE EN PLACE ET ANIMATION D UN DEPARTEMENT D AUDIT INTERNE» DU 02 AU 09 SEPTEMBRE 2012 PORTO-NOVO (BENIN) PUBLIC CIBLE : Directeurs de l audit et de l inspection Auditeurs internes et

Plus en détail

Mars 2014. Flux transfrontaliers de produits agricoles et d élevage en Afrique de l ouest SECRETARIAT EXECUTIF

Mars 2014. Flux transfrontaliers de produits agricoles et d élevage en Afrique de l ouest SECRETARIAT EXECUTIF COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL Mars 2014 PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF Flux transfrontaliers de produits

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT (LE RECRUTEMENT D UNE FIRME) Appui à la mise en œuvre

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale dans le cadre de RESAOLAB sur le développement des ressources humaines Compte-rendu Bamako 19-20 mai 2014 Photo de groupe des participants

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Séminaire de concertation Canal 2. Paris, 27-28 février 2012

Séminaire de concertation Canal 2. Paris, 27-28 février 2012 Séminaire de concertation Canal 2 Paris, 27-28 février 2012 Séminaire de concertation Présentation de l Initiative 5% Gustavo GONZALEZ-CANALI, MAEE (DGM/SDH) Canal 1 : mobilisation d expertise Audrey GIRET,

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest

Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest Opportunités d investissement en Afrique de l Ouest Convergence des environnements juridiques et fiscaux dans l UEMOA Jean-Jacques Lecat Président de la Commission Juridique et Fiscale du CIAN Avocat Associé

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Notre association est implantée dans tous les pays de langue française. Tous les pays où nous sommes présents n ayant pas l Euro, voici

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

AVIS D APPEL D OFFRES

AVIS D APPEL D OFFRES AVIS D APPEL D OFFRES Le Bureau de Restructuration et de Mise à Niveau (BRMN) lance un appel à concurrence en vue de sélectionner un consultant individuel proposé par un bureau d études, un cabinet ou

Plus en détail

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OIC/COMCEC/27-11/D(24) Original : Anglais RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OUAGADOUGOU BURKINA FASO Présenté

Plus en détail

1. Contexte de l atelier

1. Contexte de l atelier 1. ATELIER DE MISE A NIVEAU SUR LA MICROFINANCE ISLAMIQUE 06-07 février 2013, Radisson Blu Hotel (SENEGAL) 1 1. Contexte de l atelier A l instar du reste du monde, au Sénégal et dans la sous région des

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

DEUXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DU TRANSPORT LUANDA, ANGOLA, 21 25 NOVEMBRE 2011

DEUXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DU TRANSPORT LUANDA, ANGOLA, 21 25 NOVEMBRE 2011 AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 Website: www.africa-union.org DEUXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DE L UNION

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

Les résultats clés du PQAO. Programme Qualité de l Afrique de l Ouest

Les résultats clés du PQAO. Programme Qualité de l Afrique de l Ouest Les résultats clés du PQAO Programme Qualité de l Afrique de l Ouest LA QUALITE, maître mot du Programme La qualité a été le maître mot du Programme. Une POLITIQUE QUALITE a été formulée, jetant les bases

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc

11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc Les Rencontres de Casablanca Sécurité des frontières, des flux financiers et identité numérique 11-12 et 13 Octobre 2015 Hôtel Hyatt Regency-Casablanca, Maroc ORGANISATEURS : PARTENAIRES : L objectif d

Plus en détail

Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin

Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin Contexte Il existe désormais un large consensus sur le besoin impératif

Plus en détail