Rapport d intervention sapeurs-pompiers - Brancardage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d intervention sapeurs-pompiers - Brancardage - - 2010 -"

Transcription

1 Rapport d intervention sapeurs-pompiers - Brancardage

2 Page 2 Page 2 Pages 3 à 26 Page 27 Page 28 à 41 Page 42 à 45 Page 46 à 61 Page 62 2

3 Contexte d intervention Cette étude ergonomique sur le brancardage a été : - Commanditée par la Mutuelle nationale des sapeurs-pompiers, - Réalisée grâce à la collaboration des SDIS 09 et SDIS 31, - Mise en œuvre par le cabinet d études ergonomiques Ergograf, composé d une équipe pluridisciplinaire (ergonomes, psychologues, kiné-ostéopathes, sophrologue, IPRP.) 3

4 Contexte d intervention L étude ergonomique et ergonométrique que nous proposons pour les sapeurs pompiers est rendue nécessaire par : 1. L importance des risques pour la santé liés à leur activité de travail, 2. La prévention des risques pour les sapeurs pompiers femmes et seniors, 3. La volonté de proposer de meilleures conditions de travail, 4. Le contexte de travail difficile, 5. La grande variabilité de pompiers ayant un vécu et un cursus très différents. Cette étude se déroulera en deux parties : 1/ Dans le document présent, nous posons les bases de notre analyse des contraintes physiologiques de l activité des opérateurs (ici, les pompiers). Nous montrerons des aspects biomécaniques voire physiologiques constatés au cours des activités. Les éléments qui ont retenus notre attention seront évoqués et des pistes de solutions seront citées 2/ Après une nouvelle phase d observation plus approfondie : Nous exposerons l analyse des situations de travail au travers de notre logiciel d analyse des risques professionnels «Ergorix». Nous pourrons envisager une comparaison entre les dépenses occasionnées par les dysfonctionnements actuels, leurs conséquences et une projection des solutions concrètes que nous allons proposer. Nous fournirons les détails afin que vous puissiez mettre en oeuvre les modifications proposées. Nous montrerons les différents aspects des facteurs psychosociaux portant dans les domaines de la valorisation de soi, la reconnaissance, la motivation,... 4

5 Contexte d intervention Démarche générale - Analyse de situations de travail :, positions de travail, organisation... - Recueil de données objectives et subjectives et analyse des situations de travail par l'équipe à l'aide des informatiques - Recherche des normes et prescriptions en vigueur applicables - Comparaison entre situation observée et les attendus du travail prescrit Méthodes utilisées - les observations des pratiques, de la situation de travail... - les entretiens - les enregistrements : photos, vidéos - les d'analyse : logiciels 5

6 PARTIE 1 : Description des modes opératoires et influences des sur le comportement.

7 Contexte d intervention Dans cette première partie, nous exposerons notre analyse des actions liées à l activité de brancardage et l influence des associés. Dans le cadre de notre étude et de la manipulation, nous avons traité les actions suivantes : 1. Les actions liées au brancard : 1. Sortir un brancard du véhicule. 2. Déposer un brancard. 3. Charger un blessé sur un brancard. 4. Lever un brancard. 5. du brancard «coquille». 6. du brancard dans un escalier. 7. Rentrer le brancard du véhicule. 2. Les actions liées à la chaise : 1. Charger un blessé sur une chaise. 2. de la chaise. 7

8 1.1.1 Sortir un brancard du véhicule Voir logigramme en Annexe 1 Description de l action : L action de descendre le brancard est réalisée par une ou deux personnes. Avant d effectuer la descente du brancard il peut être nécessaire de replacer le chariot de la cellule dans l axe. En fonction du type de véhicule cette manipulation est plus ou moins aisée. Il faut ensuite débloquer le brancard à l aide des commandes. Le pompier accompagne la descente du dispositif, le risque réside dans le contrôle de son inertie (lorsque celui-ci est chargé) et dans sa fiabilité (concernant la fixation automatique des essieux). Ce dernier point implique une augmentation de la charge mentale (vérifications systématiques) ainsi qu une modification de la charge physique (position différente). 8

9 1.1.1 Sortir un brancard Remarques sur les dans l action de «replacer le chariot» : Nous avons relevé deux systèmes de déplacement du chariot de chargement. 1/ Le chariot peut être translaté en une seule fois après avoir enclencher le déverrouillage du dispositif. La manipulation peut être réalisée d une seule main par un pompier. 2/ Le chariot est sur un pivot qui lui permet de s incliner dans la cellule. Avec ce dispositif, un pompier seul doit effectuer la translation du chariot en deux fois s il souhaite éviter des mouvements potentiellement nocifs. Cette manœuvre redevient aisée si deux pompiers poussent chacun une extrémité de l outil. 1/ Ici la translation se réalise par un seul point d appui. 2/ Ici la translation se réalise par deux pressions aux extrémités. Une seule pression au centre n est plus suffisante, la manipulation par une seule personne devient donc très difficile. 9

10 1.1.1 Sortir un brancard Remarques sur les dans l action «débloquer le brancard» : En fonction des types de chariots, les commandes de déblocage peuvent se situer dans des zones à potentiel accidentogène. Trop proches du sol, ou des roues du brancard, lorsque le bloc (ou le chariot) avance, les dommages sur la main, le poignet et l avant bras peuvent s avérer très importants. Enfin des positions non souhaitables ont pu être observées lors de leur utilisation. 10

11 1.1.1 Sortir un brancard Remarques sur les dans l action «accompagner la descente du brancard» : L essieu arrière des brancards est l objet de toutes les attentions. Apres quelques mois d utilisation celui-ci ne se «clamperait» plus automatiquement de façon fiable. Cela implique des modifications de comportements : - vérifications fréquentes de la fixation de l essieu. - compensations physiques par une pression exercée sur les poignées avant du brancard. Cette pression ne sera relâchée que lorsque le doute sur la fixation de l essieu sera levé. A cause de cette problématique de fixation, les pompiers que nous avons audités nous ont rapporté déjà trois cas de chutes de brancard portant une personne souffrante, 11

12 1.1.1 Sortir un brancard Remarques sur les : Certaines équipes ont remis en cause la fiabilité du mécanisme électrique de chargement/déchargement. Il est arrivé que le dispositif se bloque en position «levée». Le dispositif n étant à leur connaissance pas débrayable, elles étaient contraintes de l utiliser tel quel jusqu au dépôt à la maintenance. 12

13 1.1.2 Déposer un brancard Voir logigramme en Annexe 2 : Description de l action : Le dépôt du brancard est effectué par deux personnes. La manipulation désignée ici consiste à débloquer l essieu puis accompagner le dispositif dans la descente. Le nombre d actions est restreint mais nécessite une bonne synchronisation. Cette action étant réalisée à vide, la charge physique associée est faible. On note cependant un relâchement d attention dans la gouvernance physique. 13

14 1.1.2 Déposer un brancard Remarques sur les : Les deux manettes permettant de déverrouiller les deux essieux de roulettes, sont marquées en rouge et en vert. Ces indications, judicieuses dans le principe ne sont pas suffisamment visibles pour éviter l ambiguïté. La manipulation du dépôt de brancard repose sur la synchronisation entre les équipiers, le potentiel de risque que le dispositif tombe, même mineur, reste à signaler. 14

15 1.1.3 Charger un blessé sur un brancard Voir logigramme en Annexe 3 : Description de l action : Sous l intitulé «charger un blessé sur un brancard» nous regroupons les manipulations permettant le transfert d une personne sur un brancard (peu importe le modèle). Les méthodes spécifiques de pont font partie de cette catégorie. Pont ou pont amélioré : Idéalement réalisé par quatre personnes, cette manœuvre peut tout de même être effectuée par trois pompiers lorsque la situation le permet. Une personne lambda (un passant par exemple) peut être invitée à prêter main forte à une équipe de seulement trois pompiers pour effectuer la manœuvre afin de maximiser la sécurité et le confort. Dans la procédure observée, les pompiers enjambent la victime étendue sur le sol aux endroits spécifiques : - au niveau de la tête et des cervicales, - au niveau des épaules, - au niveau des hanches - au niveau des pieds. Chaque membre de l équipe attend, en position, l ordre du pompier qui coordonnent la manœuvre. Au décompte la personne est soulevée puis translatée sur le brancard ou seulement soulevée pour que le dispositif soit glissé en dessous. 15

16 1.1.3 Charger un blessé sur un brancard Voir logigramme en Annexe 3 : Description de l action (suite) : Réalisation du pont puis transfert sur le brancard. 16

17 1.1.3 Charger un blessé sur un brancard Remarques sur les : Une fois la personne blessée installée sur le brancard rigide, il est nécessaire d ajuster sa position. Le système de réglage de l inclinaison du dossier présente une erreur de conception. Le levier et la prise de contact sur le brancard, nécessaires pour actionner le système engendre des risques de pincements ou d écrasements de doigts avec des conséquences pour le sapeurpompier et probablement pour la victime, la qualité d intervention et sa rapidité. Selon son gabarit, l utilisateur peut être contraint d utiliser le poids de son corps pour rabattre le dossier. Le positionnement de la manette pose alors problème pour sa manipulation sans risque. Alors que le dossier est rabattu, la main droite actionne la manette. Il faut une attention particulière pour éviter de laisser les doigts dépasser, ne serait-ce que de quelques centimètres vers la structure (notamment le pouce). Nous avons noté qu à Foix une personne s est coincée un pouce pendant une manœuvre. 17

18 1.1.4 Lever un brancard Voir logigramme en Annexe 4 : Mode opératoires : Le levage du brancard est principalement effectué par deux personnes, cependant trois voir quatre personnes peuvent le réaliser en cas de besoin. La manipulation désignée ici consiste à saisir le dispositif au sol et le soulever en se relevant jusqu à la fixation des essieux. Comme pour le dépôt du brancard au sol, le nombre d actions est restreint mais nécessite une bonne synchronisation. La charge physique de cette manœuvre dépend de la corpulence de la personne blessée installée sur le brancard. 18

19 1.1.4 Lever un brancard Voir logigramme en Annexe 4 : Remarques sur les : La fixation des essieux est comme pour la sortie du brancard au cœur des problématiques de cette manœuvre. Les vérifications et efforts de compensation sont quasi systématiques, et ce, même si le verrouillage a été correctement effectué. Le dysfonctionnement de l outil a créé un biais comportemental. Pour faciliter cette manœuvre, une aide au «levage» par un dispositif de vérin pourrait être étudiée. Pendant la levée, les deux pompiers gardent le brancard surélevé durant quelques secondes. Ce laps de temps permet de valider la fixation des essieux. Les gestes de verrouillage manuels sont observables de manière quasi systématique. 19

20 1.1.5 du brancard «coquille» La manipulation du brancard dit «coquille» semble être une pratique privilégiée par les pompiers que nous avons audités. Son coté pratique et sa manipulation aisée les incitent à l utiliser dans de nombreux cas, même lorsqu il n y pas d atteinte du rachis. L utilisation de cet outil nous a permis d observer une appropriation d un mode opératoire. Le maniement de cette coquille par quatre pompiers se fait selon la démarche prescrite et apprise en formation selon la configuration de l image n 1. Lors de notre audit dans la caserne de pompiers volontaires, une équipe nous a affirmé préférer la configuration illustrée dans l image n 2. Cette adaptation rendrait selon eux la manipulation du brancard plus aisée. Image n 1 : Les pompiers saisissent les poignées qui leur font face. Image n 2 : Les pompiers croisent leurs prises pour plus de stabilité. 20

21 1.1.6 du brancard dans un escalier Voir logigramme en Annexe 5 : Description de l action : La manipulation d un brancard dans un escalier est une manœuvre délicate. La répartition des charges et la coordination des mouvements sont les points durs de cette manœuvre. Nous avons observé cet exercice avec un groupe de quatre, puis de trois pompiers. Equipe de quatre éléments : Chaque pompier soutient le dispositif par une poignée. La portée se réalise avec un appui sur l épaule pour deux des quatre pompiers. L exercice bien que très exigeant sur un plan physique semblait être à peu près bien maitrisé par les pompiers participants aux manœuvres. La coordination et la cohésion du groupe restaient présentes. Equipe de trois éléments : Deux pompiers se placent à l arrière et un à l avant pour la montée des escaliers. La configuration s inverse pour la descente (voir illustrations dans la page suivante). Visiblement non habitué à ce type de configuration, le groupe participant à cette manœuvre a permis de mettre en évidence deux points durs : - Dans des conditions optimales de sécurité pour la victime La manipulation d un brancard ne peut être réalisée par seulement trois pompiers. Cette situation à risque menace également l intégrité physique de l équipe de secours. - L absence de repères dans l exécution de la manœuvre a semblé désorienter les pompiers participants à cette manœuvre. La coordination et certains acquis sur le positionnement corporel de la dynamique à quatre éléments ont été perturbés afin de palier au stress occasionné par la manœuvre. 21

22 1.1.6 du brancard dans un escalier Voir logigramme en Annexe 5 Description de l action (suite) : 22

23 1.1.6 du brancard dans un escalier Remarques sur les : Un dispositif de déploiement de poignées particulières peut être envisagé pour compenser les nivelés de l escalier et ainsi corriger le positionnement des pompiers. Ci-dessous un schéma illustrant ce concept. Il ne s agit que d une piste de solution. La problématique étant complexe, des points restent à envisager : - les poignées doivent être amovible pour être utilisées que dans les cas de franchissements de nivelés. - la longueur du déport verticale est à définir, - la poignée du pompier en aval n est peut être pas nécessaire. Le risque est d augmenter la charge à l épaule. Poignées de brancard (à valider) le brancard Pompiers en haut de l escalier : ceux-là ont moins besoin de se pencher vers l arrière en montant. Pompiers en bas de l escalier. Grâce à ce concept le brancard serait plus horizontal dans l escalier. 23

24 1.1.7 Rentrer le brancard Voir logigramme en Annexe 6 : Mode opératoires : L action de rentrer le brancard est principalement réalisée par une personne qui manœuvre et éventuellement une autre qui prête assistance en cas de besoin. Après avoir aligné les roues, le pompier pousse le brancard en prenant soin de déverrouiller les essieux l un après l autre. Les méthodes d alignement des roues varient en fonction des équipes que nous avons observées : - cas n 1 : le pompier ne débloque jamais les roues arrières du brancard. Il doit donc le soulever lors de manœuvre à grand amplitude (par exemple tourner à 90 ). - cas n 2 : le pompier débloque les roues pour faciliter la circulation mais ne bloque pas les roues pour l insertion dans le véhicule. - cas n 3 : le pompier débloque les roues pour faciliter la circulation puis les bloque dans l axe avant l insertion dans le véhicule. 24

25 1.1.7 Rentrer le brancard Voir logigramme en Annexe 6 : Remarques sur les : La fixation ou non des roues engendre des insertions du brancard plus ou moins aisées dans le véhicule. Lorsque les roues du brancard n ont pas été correctement bloquées, celles-ci peuvent buter contre les parois du guide du chariot et ainsi empêcher l insertion. Il faut dans ce cas manipuler le brancard d une certaine manière (reculer, soulever et avancer de manière répétitive), voir ajuster les roues avec une main tout en maintenant le brancard de l autre. Dans cet exemple c est un coéquipier qui maintient les roues droites afin de faciliter l insertion du brancard. 25

26 1.2.1 Charger un blessé sur une chaise Voir logigramme en Annexe 7 Description de l action Transfert «sol à chaise» : le transfert d une victime sur une chaise se fait par deux personnes. Nous avons pu observer deux modes opératoires légèrement différents. Dans le premier cas, chaque pompier saisi un bras et une jambe de la personne blessée afin de la transporter sur la chaise. Dans le second cas, un pompier saisit la victime par les jambes tandis que le second la saisit par les aisselles. Nous préconisons d utiliser ce mode opératoire autant que faire se peut. Transfert «chaise à chaise» : le transfert de chaise à chaise se réalise à deux personnes, chacune saisissant une jambe et un bras de la victime. 26

27 1.2.2 de la chaise Voir logigramme en Annexe 8 : Description de l action : Deux situations sont observables en fonction de l environnement et du dispositif : 1/ La chaise peut être poussée sur une surface plane. Dans ce cas, un seul pompier est nécessaire à la manipulation du dispositif. 2/ La chaise doit être portée. Dans ce cas deux pompiers sont requis. Le porteur du coté «dossier» du dispositif est le seul à pouvoir évoluer en ayant le champ de vision vers l avant, il doit donc guider son coéquipier en cas d obstacles. 27

28 1.2.2 de la chaise Remarques sur les : Aux vues des différents dispositifs que nous avons observés, il semble que les chaises ont évolué de manière très positive. Les pompiers audités sont unanimes sur l aspect bénéfique de cet outil. Il reste cependant des points d amélioration : - les poignées du dossier sont rétractables mais ne se bloquent pas une fois sorties. Ce manque fonctionnel empêche les utilisateurs de pouvoir faire basculer la chaise en exerçant une pression sur les poignées. Cette manœuvre est utile pour limiter les contraintes liées à la taille des roues avant du dispositif. - Les roues à l avant sont jugées trop petites et nuisent à la fonction (très appréciée par les utilisateurs) de déplacement en roulant. Le moindre obstacle ou le moindre relief sur le sol bloquerait le dispositif. - L indépendance de ce dispositif devrait permettre son implantation quelle que soit le véhicule. Son utilité et les évolutions des dispositifs les plus récents suffisent pour justifier l aménagement des anciens véhicules pour l accueil des nouveaux modèles de chaises. 28

29 1.3 Remarques générales Dans un registre général, l intégralité de l espace aménagé du véhicule doit être confronté à une analyse ergonomique spécifique qui dépasserait le cadre de la seule activité de brancardage. L étude des contraintes liées à l espace exigu doit être approfondie pour assurer une manipulation aisée des différents de travail. Le brancard et le siège porteur en sont les principaux exemples, lors de l entrée et de la sortie du véhicule. Note: Nous n avons pas eu l occasion d observer les véhicules dits «cellules carrées» qui pourraient théoriquement corriger cette problématique. La maintenance de premier niveau pourrait être réorganisée. Des interventions simples (remplacement d une vis, resserrer les supports de chaises, etc.) pourraient être effectuées rapidement et garantir le fonctionnement optimal des. Une personne dédiée à cette fonction pourrait se déplacer localement dans les casernes. Ceci permettrait d éviter que les défectueux n attendent une plus grosse panne avant d être confier à la maintenance. Note: Au cours de nos observations, une poignée de brancard s est désolidarisée de son support quand le pompier a déployé le dispositif télescopique. Après un bref contrôle, nous nous sommes aperçus qu il s agissait d une vis manquante. Une petite cause qui aurait pu provoquer de grands effets (la chute du brancard avec une personne blessée dessus) en intervention. La compatibilité des différents faciliterait également le travail des pompiers. La compatibilité entre les embouts des pompes et des brancards «coquille» en est un exemple. L usure prématurée de ces embouts peut conduire à effectuer des montages compensatoires qui ne sont pas toujours indiqués. Un autre exemple peut être évoqué avec l utilisation des chaises de portage. Les évolutions des derniers modèles font l unanimité chez les pompiers, pourtant seuls les véhicules les plus récents en sont équipés. Après un bref test à la caserne, il nous est apparu que l adaptation d un support des anciens véhicule pour l accueil des nouvelles chaises serait chose facile. 29

30 1.4 s Points positifs Points durs à améliorer Mode opératoire + Coordination lors des manœuvres. + Logique utilisateur de compensations des dysfonctionnements. - Homogénéisation des pratiques. - Maintenance de premier niveau défaillante. Outils de travail + Evolution des. + Nouvelle chaise porteur. + Brancard coquille. - Fiabilité des dispositifs. - Compatibilité des entre eux. - Amélioration de la chaise - Aménagement des cellules de fourgon. 30

31 PARTIE 2 : L analyse et le diagnostic de la gestion corporelle des pompiers dans l action (via Ergométrix et Ergopositionix)

32 2.1 Ergométrix : estimation des efforts et des compressions discales. Nous utilisons le logiciel d estimation et de comparaison des efforts et des compressions articulaires pour présenter pédagogiquement les positions de travail : ERGOMETRIX. Ce logiciel a été réalisé avec le «parrainage» de L INRS. Par convention, pour les seuils (établis à partir des indications INRS appliquées sur L4 L5 et étendues aux autres parties du corps), il est utilisé des couleurs : vert : OK, orange : fourchette de 30% sous le seuil maxi, rouge : seuil atteint. La zone des vertèbres cervicales est générée par l inclinaison, ce par convention de l INRS. Les efforts musculaires de cette région, pour les ports de charge, n apparaissent pas. Ce qui n est pas à exclure car la ceinture scapulaire s insère en partie sur la région cervicale. Notons que les opérateurs étaient de taille moyenne. Les leviers seraient supérieurs pour les personnes plus grandes (tout dépend également de l efficacité de la gouvernance physique) 32

33 2.1 Ergométrix : déposer le brancard à vide Nous prenons le parti d un poids de 10 kg pour ce port à vide du brancard. Manifestement, les résultats des efforts confirment ce que nous constations visuellement : le positionnement du bassin n est pas satisfaisant. Il engendre une rétro version du bassin. Les points d appuis sous les pieds ne semblent pas optimaux. La région dorso-lombo-sacrée est en inversion antéro-postérieure et supporte les efforts musculaires. Le diaphragme ne peut assurer son rôle central de support volumétrique (gonflement de la zone d efforts centrale et «verrouillage» de cette même zone). Une meilleure gouvernance et conscience corporelle sont nécessaires. Les manches du brancard demanderaient à être étudiés : une position plus haute serait à considérer. Nous signalons qu une manette est sortie de son logement durant les exercices la cause identifiée serait un manque de maintenance ou un «flou» pour sa mise en œuvre. 33

34 2.1 Ergométrix : déposer le brancard à vide Nous considérons ici les compressions des disques intervertébraux. Les écrasements de tous les disques lombo-sacrés sont en forte compression antérieure (supérieure à 20 % de la hauteur initiale du disque). Ceci indique un potentiel d hernies discales sur toute cette région ainsi que des soucis de tensions musculaires importantes pouvant engendrer des compressions rachidiennes crurales et sciatiques. Disque L 1 L 2 Disque L 2 L 3 Disque L 3 - L 4 Disque L 4 - L 5 Disque L 5 - S 1 34

35 2.1 Ergométrix : lever le brancard à vide Nous prenons le parti d un poids de 10 kg pour ce port à vide du brancard. Nous constatons un placement du bassin sans conscience, avec pour conséquence une légère rétroversion de bassin, un effacement de l arc dorso-lombo-sacré, et le support des contraintes d efforts centralisé sur la base du tronc. Le travail des jambes n est pas optimisé par conséquent. La zone rouge des vertèbres cervicales est générée par l inclinaison, ce par convention de l INRS. Cela n indique donc pas la mesure d efforts musculaires. Ce qui n est pas à exclure car la ceinture scapulaire s insère en partie sur la région cervicale. 35

36 2.1 Ergométrix : lever le brancard à vide Il est d autant plus urgent de trouver des solutions car les articulations lombaires souffrent de compressions trop importantes. Lorsque le brancard est chargé, il est probable que les résultats seront supérieurs. Nous sommes ici sur des potentiels d hernies discales! Le coût direct de la prise en charge d une maladie professionnelle concernant une hernie discale varie en moyenne de à Disque L 1 L 2 Disque L 2 L 3 Disque L 3 - L 4 Disque L 4 - L 5 36

37 2.1 Ergométrix : charger le brancard dans le camion Pour assurer le guidage du dispositif dans les rails à l intérieur du camion, le sapeur-pompier est contraint d exercer une pression sur les poignées du brancard afin d en soulever l extrémité. Nous prenons ici le parti d une charge de 40 kg. Notons que nous sommes ici dans une situation quasi idéale : sol où le camion est placé plus bas que celui de l atelier de maintenance. L efforts sera d autant plus important dans les autres situations. Le côté par lequel le sapeur-pompier prend l information visuelle (ici sur la droite) appuie plus sur la manette correspondante (c est-à-dire celle de droite) pour réaliser l opération. Une torsion antéro-droite est propice aux pathologies de types de Troubles Musculo-Squelettiques. 37

38 2.1 Ergométrix : charger le brancard dans le camion La compression des disques dorso-lombo-sacrés est en signal orange. Il est nécessaire de mieux placer cette région durant cette opération. Disque D 12 L 1 Disque L 1 L 2 Disque L 2 L 3 Disque L 3 - L 4 Disque L 4 - L 5 Disque L 5 - S 1 38

39 2.1 Ergométrix : charger le brancard dans le camion La région dorsale est très sollicitée en compressions discales : le tronc étant en torsion antérieure. Le risque se place ici une pression postérieure droite du noyau discale des vertèbres thoraciques. Disque D 6 D 7 Disque D 7 D 8 Disque D 8 D 9 Disque D 9 - D 10 Disque D 10 - D 11 Disque D 11 - D 12 39

40 2.1 Ergométrix : charger le brancard dans le camion Les premières articulations thoraciques «subissent» le même régime... Disque C 7 D 1 Disque D 1 D 2 Disque D 2 D 3 Disque D 3 - D 4 Disque D 4 - D 5 Disque D 5 - D 6 40

41 2.1 Ergométrix : manipulation d une chaise port 40 kg Nous prenons parti d une charge de 40 kg. Ici, le sapeur pompier est volontaire, contrairement aux deux autres personnes. Les efforts sont énormes sur l ensemble du rachis. Les quatre personnes observées dans ce groupe ne gouvernaient pas du tout leur corps, nous avons pris cette situation en exemple car elle est représentative. Il est urgent de travailler sur ce sujet avec cette population, même si certaines des conséquences des interventions de ces volontaires sembleraient incomber à l employeur de ces personnes. 41

42 2.1 Ergométrix : manipulation d une chaise port 40 kg Il n est donc pas du tout étonnant d observer les répercussions de compressions discales représentées ici. C est une catastrophes de situations à potentiels de souffrances et de pathologies. Disque D 12 L 1 Disque L 1 L 2 Disque L 2 L 3 Disque L 3 - L 4 Disque L 4 - L 5 Disque L 5 - S 1 42

43 2.1 Ergométrix : manipulation d une chaise port 40 kg Il est d autant plus urgent de trouver des solutions car les articulations lombaires souffrent de compressions trop importantes. Nous sommes ici sur des potentiels d hernies discales! Disque D 6 D 7 Disque D 7 D 8 Disque D 8 D 9 Disque D 9 - D 10 Disque D 10 - D 11 Disque D 11 - D 12 43

44 2.1 Ergométrix : manipulation d une chaise port 40 kg Les dorsales sont tout de même dans l orange. L inversion au niveau C7 D 1 est due à l extension cervicale. Disque C 7 D 1 Disque D 1 D 2 Disque D 2 D 3 Disque D 3 - D 4 Disque D 4 - D 5 Disque D 5 - D 6 44

45 2.2 Ergopositionnix : manipulation Nous avons utilisé notre logiciel ergopositionnix dans le cadre de la manipulation. Ce logiciel (illustré ci-dessous) permet de traiter statistiquement les données issues de l observation des comportements en situation de travail. 45

46 2.2 Ergopositionnix : manipulation Nous avons effectué une manipulation afin de mesurer les fréquences d apparitions de positions nocives, au travers d une démarche scientifique. Initialement, le protocole expérimental devait réunir différents types de populations : Volontaires vs Professionnels Hommes vs Femmes Seniors vs Non seniors Novices vs Experts Les groupes mis à notre disposition ne nous permettent pas d effectuer des traitements statistiques valides pour les cas suivants : Hommes vs Femmes : seule une femme a pu être intégrée aux manœuvres. Seniors vs Non seniors : seul un senior a pu être intégré aux manœuvres Novices vs Experts : aucun novice n a pu être intégré aux manœuvres. Afin de conserver la validité méthodologique de la démarche, nos tests de significativité ne concerneront donc que la variable «Volontaires vs Professionnels». 46

47 2.2 Ergopositionnix : Protocole expérimental (1) Population Un total de 14 pompiers ont participé aux manœuvres organisées par les casernes de Foix, Grenade et Toulouse. La population se repartit de la manière suivante : - 13 hommes et 1 femme - 8 professionnels et 6 volontaires - 14 Experts et 0 novices - 1 senior et 13 juniors. Conditions s Les manœuvres observées pour la première situation sont : - Sortir le brancard du véhicule. - Déposer le brancard. - Lever le brancard. - Rentrer le brancard dans le véhicule. Les manœuvres observées pour la seconde situation sont : - Charger un blessé sur une chaise. - Manipuler la chaise. 47

48 2.2 Ergopositionnix : Protocole expérimental (2) Variable dépendante Notre cabinet d analyses des situations de travail a créé collégialement une cotation des comportements des pompiers observés. Cette notation repose sur le barème suivant : - 3 points lorsque le pompier semble gouverner son corps, l incidence de ses positions et mouvements, et éventuellement l inertie des charges qu il manipule. - 1 point lorsque le pompier semble ne maitriser que partiellement les notions précitées. - 0 point lorsqu aucun indice n indique la présence d une gouvernance corporelle (les éléments de cette notion sont décrites ci-après). Sept critères jugés déterminants dans une gestion corporelle saine, sont sujets à l évaluation : - Points d appuis sous les pieds. - Placement du bassin et position des lombaires. - Projection du centre de gravité. - Pliage des jambes et inclinaison du tronc. - Pas de taille et de cage thoracique en rétention poumons pleins. - Tensions des cervicales. - Attention hors effort de portage. 48

49 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «sortir le brancard du véhicule» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 49

50 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «sortir le brancard du véhicule» Les points durs dans la gestion corporelle liés à cette manœuvre résident principalement dans la gestion des tensions au niveau des cervicales, la gestion des points d appuis et de la respiration durant la manipulation. 50

51 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «déposer le brancard» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 51

52 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «déposer le brancard» Lors de cet exercice nous avons pu constater que le groupe de pompiers professionnels plaçait plus souvent convenablement leur bassin que le groupe de pompiers volontaires. L observation est la même concernant le recourt au pliage des jambes limitant l inclinaison du tronc. La gestion de la respiration et des points d appuis font par contre toujours défaut au sein des deux groupes. 52

53 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «lever le brancard» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 53

54 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «lever le brancard» Le placement du bassin est un point dur dans ce genre de manœuvres. Les résultats des deux groupes, mais particulièrement ceux des pompiers volontaires, nous indiquent qu un travail doit être fait sur la conscientisation des mouvements effectués. 54

55 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «rentrer le brancard» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 55

56 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «rentrer le brancard» La gestion des tensions cervicales, de la projection de son centre de gravité et le recourt au pliage des jambes sont des notions essentielles qui n apparaissent pas suffisamment maitrisées lors de ces manœuvres. 56

57 ERGONOMIQUES ET ERGOMETRIQUES 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «rentrer le brancard» Nous avons soumis les résultats obtenus à un traitement statistique afin de vérifier la significativité des résultats. La distribution des résultats nous conduit à l utilisation de tests de types non paramétriques. Nous testons l hypothèse nulle notée «Ho» définie tel que «les scores des deux populations sont significativement différents». Nous considérerons un taux d acceptation ρ=α=0.05%. Pour la manœuvre «sortir le brancard» l hypothèse Ho est rejetée. Les deux groupes ne présentent pas de différence significatives. Pv = Pp Pour la manœuvre «déposer le brancard» l hypothèse Ho est rejetée. Les deux groupes ne présentent pas de différence significatives. Pv = Pp Pour la manœuvre «lever le brancard» l hypothèse Ho est validée. Le groupe des pompiers professionnels présente des scores significativement plus élevés que celui des pompiers volontaires. Pv < Pp Pour la manœuvre «rentrer le brancard» l hypothèse Ho est validée. Le groupe des pompiers professionnels présente des score significativement plus élevés que celui des pompiers volontaires. Pv < Pp 57

58 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «charger un blessé sur la chaise» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 58

59 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la manœuvre «manipulation de la chaise» * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 59

60 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour les manœuvres avec la chaise Lors de ces deux manœuvres, le groupe de pompiers professionnels a semblé mieux maitriser les notions de gestions corporelles. Mieux positionnés et plus constants, ils adoptent des attitudes plus saines bien qu encore perfectibles. 60

61 2.2 Ergopositionnix : Interprétation des résultats Le traitement statistique concernant l utilisation de la chaise nous donne les résultats suivants : Pour la manœuvre «charger un blessé sur une chaise» l hypothèse Ho est validée. Le groupe des pompiers professionnels présente des score significativement plus élevés que celui des pompiers volontaires. Pv < Pp. Pour la manœuvre «manipulation de la chaise» l hypothèse Ho est validée. Le groupe des pompiers professionnels présente des scores significativement plus élevés que celui des pompiers volontaires. Pv < Pp. 61

62 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la synthèse des manœuvres * La moyenne théorique attendue correspond à la note maximale possible divisée par deux, soit 3/2 = 1,5 62

63 2.2 Ergopositionnix : Résultats pour la synthèse des manœuvres La moyenne générale des scores des pompiers professionnels est significativement supérieur à celle des pompiers volontaires à ρ=α=

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves:

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves: 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4541-1 à R. 4541-11 et R. 4612-7 (décret du 3 septembre 1992 fixant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à la manutention manuelle

Plus en détail

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE E R G O N O M I E Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la fabrication de produits en métal, de la fabrication de produits électriques et des industries de l habillement

Plus en détail

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC José Curraladas fiches DR 1/6 1/6. Principes généraux de manutention et de transfert. 2/6. La toilette, le change et l installation d un patient

Plus en détail

LA VOITURE, UN VÉRITABLE OUTIL DE TRAVAIL. Guide de bonnes pratiques

LA VOITURE, UN VÉRITABLE OUTIL DE TRAVAIL. Guide de bonnes pratiques LA VOITURE, UN VÉRITABLE OUTIL DE TRAVAIL Guide de bonnes pratiques Du fait de leur métier et des conditions de circulation rendues difficiles, de plus en plus de personnes passent de nombreuses heures

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Béquilles : Comment les utiliser

Béquilles : Comment les utiliser Béquilles : Comment les utiliser La page suivante donne un aperçu des points à surveiller lorsque vous vous procurez des béquilles pour votre enfant de même que les consignes sur la façon dont votre enfant

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

ERGONOMIE POSTURES ET GESTES

ERGONOMIE POSTURES ET GESTES Hygiène Industrielle - Santé au Travail ERGONOMIE Ingénieurs en Sécurité Industrielle POSTURES ET GESTES I - RAPPEL D'ANATOMIE... 1 II - POSTE DE TRAVAIL... 3 1 - Postures...3 2 - Effet sur l organisme...3

Plus en détail

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles GL5 GLS5 Lève-personnes mobiles Lève-personnes mobile GL5 Les lève-personnes mobiles GL5 sont les alternatives au sol des appareils de levage fixés au plafond de la gamme de produits Guldmann. Depuis plus

Plus en détail

Qu est-ce que l approche biomécanique

Qu est-ce que l approche biomécanique André Plamondon, IRSST L approche biomécanique vise à ce que la charge supportée par les tissus d un individu n excède pas la capacité de son système musculosquelettique. Les critères les plus fréquents

Plus en détail

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile VOTRE INDEPENDANCE REGAGNEE PAR L EXCELLENCE DU NOUVEAU MONTE ESCALIER DE MEDITEK. Autrefois, quand monter un escalier était

Plus en détail

Hygiène de vie et prévention. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 31

Hygiène de vie et prévention. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 31 Hygiène de vie et prévention 2013 31 Gestion du sommeil et récupération chez le soignant de nuit Améliorer la qualité de la vie par une meilleure organisation de la jourée de récupération pour sauvegarder

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Soulever et porter correctement une charge

Soulever et porter correctement une charge Soulever et porter correctement une charge Sommaire Cette brochure explique comment éviter de se surmener ou d avoir un accident en soulevant et en portant une charge. Le port et le levage d une charge

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

3.3. Techniques d installation. 3.3 Installation à bord du VSL. Quand Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger.

3.3. Techniques d installation. 3.3 Installation à bord du VSL. Quand Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger. L auxiliaire ambulancier 3e édition 3.3. Techniques d installation 3.3 Installation à bord du VSL Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger. A Malgré que le transport en VSL soit destiné

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/TRANS/WP.29/2015/94 Conseil économique et social Distr. générale 24 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

(Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE...2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE...3

(Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE...2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE...3 Dossier technique Cric Page 1/6 Cric (Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE....2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE....3 4) ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE....3 5) NOMENCLATURE....4

Plus en détail

Analyse Ergonomique. Postes de fabrication des boites aux lettres individuelles. (modèle moyen, 1 porte)

Analyse Ergonomique. Postes de fabrication des boites aux lettres individuelles. (modèle moyen, 1 porte) Analyse Ergonomique Postes de fabrication des boites aux lettres individuelles (modèle moyen, 1 porte) Plan de l exposé Observations Conséquences Aménagements et pistes d amélioration 1ère Partie : OBSERVATIONS

Plus en détail

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule Types de véhicules La taille du véhicule relève d un choix personnel. Certains aînés se sentent plus en sécurité dans un véhicule plus lourd, alors que d autres considèrent que les petites voitures sont

Plus en détail

Cadre aérien. Table des matières. Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur

Cadre aérien. Table des matières. Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur Partie 1 Préparation physique pour le cadre aérien 1. Préparation pour le porteur 2. Préparation pour le voltigeur Partie 2 Techniques de bases au cadre aérien 1/ Position des artistes 1 Porteur 2 Voltigeur

Plus en détail

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :...

technologie Nom :.. Prénom :... Classe :... technologie S4 LES ACTIVITÉS DE SERVICE S4-4 La santé et la sécurité au travail 1/8 COURS N 3 DATE :../. /.. 0 1,5 3ans Objectifs : A laide des outils de manutention et de la connaissance de ces outils,

Plus en détail

DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE. Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN. Année 2008/2009

DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE. Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN. Année 2008/2009 DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN Année 2008/2009 Fonctionnement Le schéma permet de visualiser les étapes principales lors d un épaulé jeté et

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

Evaluation du risque. Connaissance de notre dos 4.1

Evaluation du risque. Connaissance de notre dos 4.1 4 Evaluation du risque 4.1 Connaissance de notre dos Si les règles qui régissent le fonctionnement du corps humain ne sont pas respectées, la fatigue se fera sentir plus vite et le risque d accident augmentera.

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur peut engendrer des risques - c est d ailleurs l un des premiers cas d accident de travail. Vous trouverez dans ce document des mesures de sécurité générales ainsi que des indications concrètes liées à

Plus en détail

Sièges d auto pour enfants

Sièges d auto pour enfants ! Sièges d auto pour enfants Du siège de bébé à la ceinture de sécurité, tout ce que vous devez savoir pour que votre enfant soit en sécurité! C est la loi En auto, les enfants qui mesurent moins de 63

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Orthèse lombaire et abdominale

Orthèse lombaire et abdominale Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

Article 1 er. Article 2

Article 1 er. Article 2 Arrêté n 2009 4271/GNC du 22 septembre 2009 relatif aux prescriptions minimales de sécurité et de santé concernant la manutention manuelle de charges comportant des risques, notamment dorsolombaires pour

Plus en détail

Manuel d utilisation et de maintenance

Manuel d utilisation et de maintenance Manuel d utilisation des gabarits 2011 Manuel d utilisation et de maintenance Gabarits manuel et automatique Lieu :..................... Voie :.................... 1 METALLERIE CONCEPT ZI Maillard sur

Plus en détail

Travailler. au binoculaire. z Essayez d alterner les périodes. z Si le travail comporte des ASTUCES

Travailler. au binoculaire. z Essayez d alterner les périodes. z Si le travail comporte des ASTUCES E R G O N O M I E Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la fabrication de produits en métal, de la fabrication de produits électriques et des industries de l habillement

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

I/ La prévention du mal de dos et des TMS I.1 notions d anatomie I.2 notions de biomécanique I.3 les grands principes I.

I/ La prévention du mal de dos et des TMS I.1 notions d anatomie I.2 notions de biomécanique I.3 les grands principes I. Introduction I/ La prévention du mal de dos et des TMS I.1 notions d anatomie I.2 notions de biomécanique I.3 les grands principes I.4 Applications II/ La réglementation III/ Les autres risques liés à

Plus en détail

Causes Risque de TMS Prévention

Causes Risque de TMS Prévention Synthèse sur les réglages des postes de travail Causes Risque de TMS Prévention Le siège Assise à trop basse : Appui trop important sur les ischions. Flexion de hanche donc enroulement lombaire : Risques

Plus en détail

marches NOTICE TECHNIQUE DE MONTAGE Escalier de Rayonnage Mobile ERM marches marches 9-10 - 11 marches 12-13 - 14 marches

marches NOTICE TECHNIQUE DE MONTAGE Escalier de Rayonnage Mobile ERM marches marches 9-10 - 11 marches 12-13 - 14 marches NOTICE TECHNIQUE DE MONTGE Escalier de Rayonnage Mobile ERM marches 5-6 marches 7-8 marches 9-0 - marches - 3 - marches instructions d utilisation gamme ERM ERM 5 G Conforme au décret 00-9. Charge maximale

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Charges. Charges Page 1 sur 6

Charges. Charges Page 1 sur 6 Charges Charges Page 1 sur 6 Dangers principaux Un certain nombre d études permettent d établir un lien entre le déplacement et le levage de charges et des problèmes de santé de toute nature, dont les

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation C.1. COMMUNIQUER- INFORMER avoir faire C.1.1. : Communiquer avec le client Écouter le client Questionner le client sur le dysfonctionnement constaté et les conditions d utilisation du véhicule, du sous-ensemble

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET» 3 sept 2009 PROGRAMME DEVELOPPEMENT La validation de l épreuve «Propulsion» implique la validation de deux parties d épreuve : propulsion «ballet» et propulsion «technique». La nageuse ayant validé une

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

FREEDOMLIFT Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T

FREEDOMLIFT Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T PONTS 2 COLONNES V.U./P.L. Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T Ponts élévateurs à 2 colonnes SPF 5520 5,5 T (EFA, haute flexibilité) SPF 5522 5,5 T bras télescopiques

Plus en détail

EPREUVE DU KIDS. Relais vitesse en «épingle» Course de relais en sprint en formule épingle

EPREUVE DU KIDS. Relais vitesse en «épingle» Course de relais en sprint en formule épingle EPREUVE DU KIDS Kids Relais vitesse en «épingle» Course de relais en sprint en formule épingle Qualité de vitesse prolongée Maitrise de la manipulation d un témoin Descriptif : - Deux couloirs par équipe

Plus en détail

Produit par : Dominic Fournier. Cours Initiation

Produit par : Dominic Fournier. Cours Initiation Cours Initiation Grigri L'assureur/descendeur autofreinant GRIGRI de PETZL, a révolutionné les techniques de descente et d'assurance en falaise. Il permet d'assurer et de faire descendre un grimpeur. En

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour les membres supérieurs

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT Asseoir sur le bord du lit Supervision S'asseoir sur le bord d'un lit o plat 1-111a o électrique 1-111b o électrique en se tournant sur le côté 1-111c Assistance partielle

Plus en détail

NOTION DE BIOMECANIQUE

NOTION DE BIOMECANIQUE NOTION DE BIOMECANIQUE Jambe Attraction Terrestre g d1 = 0.04m d2 = 0.4m R= 100N A F d1 d2 10kg g = 9.81 N (10) R = g x m (masse) R = 10 x 10 R = 100 N (Newton) R M = Moment M = F x d Pour qu ils soient

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL. LES LOMBALGIES Manuel d exercices

L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL. LES LOMBALGIES Manuel d exercices L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL LES LOMBALGIES Manuel d exercices GS/ME 03/2009 MANUEL D EXERCICES Le message essentiel à retenir est de RESTER ACTIF, c est le meilleur moyen de prendre en charge

Plus en détail

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Bras d arc Main d arc Point de pression Coude Bras de l arc Epaule 3. Bras de corde Prise de corde Position des doigts

Plus en détail

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Catalogue 2015 Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Edito 2015 C est la rentrée! Période d effervescence s il en est,

Plus en détail

La sequence de tir. Les placements

La sequence de tir. Les placements a sequence de tir es placements e tir à l arc, c est avant tout imprimer sa volonté à un objet (la flèche) pour atteindre son objectif (la cible). Nous avons choisi de présenter, dans deux fiches, les

Plus en détail

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Connaissances et Performance Département des Sciences du Sport Laboratoire de Biomécanique et Physiologie L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Jacques QUIEVRE Yann MORISSEAU 2007

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Chariots à mât rétractable

Chariots à mât rétractable Besoin d informations complémentaires : Contactez votre Service de Santé au Travail Chariots à mât rétractable Conduite de chariots en production Les permis Autres livrets techniques à votre disposition

Plus en détail

Combinaisons de modules modulog pour la technique de manipulation

Combinaisons de modules modulog pour la technique de manipulation Combinaisons de modules modulog pour la technique de manipulation Maniement aisé de charges lourdes un excédent de productivité Le maniement et l assemblage manuel de charges lourdes offrent un grand potentiel

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux Notre programme d interventions Contexte Depuis plusieurs années, les questions de santé au travail occupent une place croissante,

Plus en détail

PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL

PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL GUIDE DE L UTILISATEUR 8660 - Version 1.0 Mai 2006 1 - Consignes de sécurité et montage Le montage et l installation des structures et appareils de levage, dans une application

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

LA PREVENTION EN ENTREPRISE

LA PREVENTION EN ENTREPRISE LA PREVENTION EN ENTREPRISE Bien dans son corps, bien dans sa tête, mieux dans son travail La compétitivité de l entreprise et l efficacité des salariés reposent de plus en plus sur leur bien-être au travail.

Plus en détail

Les matériels et produits

Les matériels et produits Les matériels et produits Faible utilisation du lève-malade : «Ils n'aiment pas être suspendus, ça les angoisse» Pour les personnels de soins, le risque le plus important est le risque lié à la manutention

Plus en détail

LEVE-MALADE DE PISCINE 24 VOLTS

LEVE-MALADE DE PISCINE 24 VOLTS LEVE-MALADE DE PISCINE 24 VOLTS NOTICE D UTILISATION ET D ENTRETIEN Z.A. Fief des Prises USSEAU 17220 SAINTE SOULLE Tel: (33) 05.46.42.04.16 Fax: (33) 05.46.43.06.38 Il est impératif de lire la notice

Plus en détail

monpti plo une solution innovante qui contribue à la lutte contre les troubles musculo-squelettiques unique sur le marché

monpti plo une solution innovante qui contribue à la lutte contre les troubles musculo-squelettiques unique sur le marché ÉQUIPEMENTS DE SÉCURITÉ ET FABRICATIONS POUR LE BÂTIMENT monpti plo une solution innovante qui contribue à la lutte contre les troubles musculo-squelettiques unique sur le marché Troubles musculosquelettiques

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Liste de contrôle Chargement et déchargement des conteneurs et des bennes

Liste de contrôle Chargement et déchargement des conteneurs et des bennes La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Chargement et déchargement des conteneurs et des bennes Connaissez-vous les dangers liés au chargement et au déchargement des bennes, conteneurs roulants

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 6 décembre 2012 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Mât Chinois. Table des matières. Partie 1 - Informations techniques. Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale

Mât Chinois. Table des matières. Partie 1 - Informations techniques. Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale Partie 1 - Informations techniques Partie 2 - Préparation physique 1. Préparation physique générale 2. Préparation physique spécifique Partie 3 - Techniques de base sur le mât chinois 1/ Montées 1 Montée

Plus en détail

Prévention et risques

Prévention et risques Page 1 sur 11 1) DEFINITIONS : Manutention : Déplacement de marchandises, de produits industriels ou d'une charge sur de courtes distances. Les actions et les moyens liés à la manutention : LEVER MAINTENIR

Plus en détail

Travailler avec un chariot élévateur à fourche - expert (IS-001) Version CT-Q 2011-06-09

Travailler avec un chariot élévateur à fourche - expert (IS-001) Version CT-Q 2011-06-09 Groupe cible Les collaborateurs qui doivent travailler avec un chariot élévateur à fourche sur un terrain d exploitation, dans des installations, ateliers, magasins où les travaux présentent un certain

Plus en détail

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2 ACTIVITÉ CYCLE 2 Gymnastique Saison 1999-2000 Dossier préparation Cycle 2 U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97 FR/VP - 20/07/07- R CYCLE 2

Plus en détail

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations COU Vous penchez la tête vers l avant pour regarder: L écran est trop bas Les imprimés à plat sur le bureau Le clavier

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007

Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007 Vérificateur Adresse Téléphone Fax Mail/ site web Date N contrat N rapport Annexe 1 à l'arrêté du 22 mars 2007 ATTESTATION DE VÉRIFICATION DE L ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Construction de Maison(s)

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Plate-forme pliée : (Largeur : 0,75m) 0,42m. 2,34m 2,06m. 0,42m. 2,91m. 0,42m

Plate-forme pliée : (Largeur : 0,75m) 0,42m. 2,34m 2,06m. 0,42m. 2,91m. 0,42m 2,91m Plate-forme pliée : (Largeur : 0,75m) NOTICE TECHNIQUE D040374 (Conforme à la norme NF P 93-352 Novembre 1997 dite PIR) SIEGE SOCIAL Route de la Limouzinière - BP 41 44310 St PHILBERT DE GRAND LIEU

Plus en détail

Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma

Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma Auteur : Myriam Hefaiedh Aareon 2010 Page 1 / 7 Présentation de l organisme : Adoma est une société d économie mixte présente sur l ensemble

Plus en détail

Tuyaux en écheveaux. G Livret stagiaire en complément de la formation des équipiers sapeurs-pompiers du Sdis70.

Tuyaux en écheveaux. G Livret stagiaire en complément de la formation des équipiers sapeurs-pompiers du Sdis70. 2013 Tuyaux en écheveaux G Livret stagiaire en complément de la formation des équipiers sapeurs-pompiers du Sdis70. Il ne peut être délivré ni utilisé sans avoir reçu la formation d un formateur agrée

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

CESAB S300 1,35-1,6 tonnes

CESAB S300 1,35-1,6 tonnes CESAB S300 1,35-1,6 tonnes Gerbeurs électriques Polyvalence et performances réunies en un produit Lorsque le travail à accomplir nécessite un «plus» Conçu pour les opérations intensives de manutention

Plus en détail

Photos non contractuelles. Caractéristiques techniques au verso

Photos non contractuelles. Caractéristiques techniques au verso " Photos non contractuelles # $ Caractéristiques techniques au verso Travaux d intérieur. Le décret 2004-924 préconise les plates-formes PIR / PIRL dans le cas où le matériel d accès en hauteur est utilisé

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail