Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.ihqeds.ulaval.ca"

Transcription

1

2

3 Les actes du colloque Environnement, développement et société : Quelles concertations possibles entre disciplines? 6 au 7 mars 2008 Université Laval, Québec

4 À propos de l Institut EDS L Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (Institut EDS) est un regroupement de membres de la communauté universitaire, provenant aussi bien de sciences sociales que de sciences dures ou appliquées, qui partagent un intérêt commun pour la recherche et la formation en environnement, développement et société. Le mandat de l Institut est de soutenir la recherche pluridisciplinaire, les synergies entre spécialistes et de promouvoir une vision d ensemble sur les questions d environnement dans la société. L Institut réalise ou facilite des activités visant l approfondissement et la diffusion des connaissances dans le domaine de l environnement et du développement durable. Afin de faciliter l atteinte de ces objectifs, la structure se veut souple, rassembleuse et ouverte. L Institut EDS relève à la fois du Vice-rectorat à la recherche et du Vice-rectorat aux études, possède une relation privilégiée avec deux facultés (sciences sociales et sciences et génie), tout en collaborant avec l ensemble des facultés de l université. Ses membres peuvent être individuels ou collectifs. Site Internet: Coordonnées de l Institut Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société 2440, Pavillon des Services, Boul. Hochelaga, local 3800 Université Laval, Québec, G1K 7P4 Téléphone : (418) Télécopieur : (418) Courriel : Supervision du colloque et publication des Actes : Koassi d Almeida, adjoint à la formation et à la coopération, Institut EDS Comité organisateur du colloque : Julien Beguin, Jean-François Fortier, Andréanne Guindon, Sandrine Hogue-Hugron, Jean-François Leclerc, Sabine Mekki, Aisha Paquette-Dioury, Anaïz Parfait Avec la collaboration de : Ariane Gagnon-Légaré et Anne Rouleau Nos remerciements à Linda Marcoux et Jocelyne Néron de l Institut EDS pour leur précieuse collaboration à l organisation du colloque. Québec, février

5 Table des matières Préface aux actes du 4 e colloque étudiant... 5 Sous-thème : Société et participation citoyenne... 6 La mobilisation des communautés mayas dans la gestion des ressources naturelles du bassin versant de l Usumacinta Jérôme Gandin... 7 Conservation environnementale, écotourisme et relations de pouvoir : le cas de El Cuyo, Réserve de la biosphère de Ría Lagartos, Yucatán, Mexique Andréanne Guindon La pensée sociale de Pierre Dansereau au secours de la sociologie de l environnement? René Audet Sous-thème : Éthique et gouvernance de l environnement L éthique du développement durable au sein d une gouvernance internationale Gino Lutfy Incertitude et accords internationaux en environnement Vincent Boucher Usages de la propriété intellectuelle dans les entreprises environnementales: comment les spécificités des éco-industries affectent la distribution du savoir Francis Gosselin Sous-thème : Gestion de l eau Utilisation de traceurs naturels pour la modélisation de bassins hydrologiques alimentés par des glaciers: étude de cas dans la Cordillera Blanca, Pérou Michel Baraer Devenir environnemental de la nitroglycérine et de ses métabolites à travers la zone non saturée Aurélie Bellavance-Godin Évaluation de l écocompatibilité d une méthode de restauration de lacs eutrophes Gabriel Soumis-Dugas L accès à l eau dans les bidonvilles des villes africaines : les réalités et défis de l universalisation de l accès Reine Bohbot Sous-thème: Gestion des écosystèmes Politiques publiques en matière forestière en Amérique du Nord et dans les régions polaires et leurs conséquences environnementales

6 Quênida de Rezende Menezes Le gradient de buttes et de dépressions réapparaît-il dans les tourbières restaurées ou abandonnées après l extraction de la tourbe? Une comparaison entre le Québec et l Estonie Rémy Pouliot Le développement durable selon des gens de l industrie forestière québécoise Delphine Théberge Sous-thème : Agriculture et environnement Distribution mécanique de la punaise masquée perillus bioculatus pour le contrôle biologique du doryphore de la pomme de terre, leptinotarsa decemlineata (say) François Paré Développement de profilés de lattes en béton permettant de réduire les émissions d ammoniac au bâtiment de croissance-finition porcin Lorie Hamelin Nouveaux adsorbants pour l enlèvement des nitrates et des phosphates contenus dans les effluents agricoles et agroalimentaires Rabih Saad Durabilité des matériaux cimentaires en milieu agricole Olfa Oueslati Évaluation de la durabilité des fermes laitières québécoises; des indicateurs comme outil de diagnostic Valérie Bélanger Liste des participants

7 Préface aux actes du 4 e colloque étudiant Durant deux jours, le 4 e colloque annuel étudiant de l Institut EDS a démontré encore une fois, la vitalité de la recherche en environnement et développement durable autant à l Université Laval que dans les autres université québécoises, en offrant vingt-cinq présentations provenant de disciplines diverses allant de la sociologie, du droit, de l économie et des études internationales, au génie civil, au génie agroalimentaire ou à la biologie végétale. Outre des panels réguliers et une présentation par la conférencière d honneur, madame Donna Mergler, professeure émérite en toxicologie et santé environnementale du département des sciences biologiques de l UQAM, le colloque comprenait également une table ronde sur le thème «environnement, développement et société : Quelles concertations possibles entre disciplines?», ainsi qu un cours documentaire, coréalisation étudiante, intitulé «Climate change and country food securityin Nunavik : a video documentary of Inuit and scientific perspectives. L organisation de cet événement d envergure, sa réalisation et son succès, sont le fruit du dynamisme et de l effort du comité organisateur étudiant (Julien Beguin, Jean-François Fortier, Andréanne Guindon, Sandrine Hogue-Hugron, Jean-François Leclerc, Sabine Mekki, Aisha Paquette-Dioury, Anaïz Parfait) qui en avait l entière responsabilité. L intérêt grandissant des étudiants envers le colloque annuel de l Institut EDS démontre l importance qu ils attachent au développement d un lieu régulier de rencontre, de réflexion et d échange sur les différentes dimensions, interrogations, manifestations, interprétations et approches d un développement durable. L Institut mettra tout en œuvre pour faciliter son institutionnalisation, sa notoriété et ses succès futurs. Philippe Le Prestre Directeur 5

8 Sous-thème : Société et participation citoyenne 6

9 La mobilisation des communautés mayas dans la gestion des ressources naturelles du bassin versant de l Usumacinta Jérôme Gandin Étudiant au doctorat en sciences géographiques Université Laval Introduction Globalement, la volonté de protéger la nature reste marquée par une «logique excluante» qui, depuis le XIXe siècle, a présidé à la création d aires protégées (Rodary, 2003). La création d aires protégées est en effet critiquable sur deux points de vue, au moins. D un côté, elles transfèrent, et donc accroît, la pression des activités humaines sur les autres territoires, qui ne sont pas eux-mêmes protégés. De l autre, cette approche élitiste a le très grave défaut de ne pas prendre en compte les intérêts des populations qui, jusque-là, vivaient dans ces espaces dits «protégés». C est sur ce dernier point que nous focaliserons notre étude. L approche plus globale qui s esquisse depuis une trentaine d années s appuie sur la notion de développement durable. Elle postule notamment que les questions environnementales doivent être l affaire de tous. La «conservation intégrée» doit désormais concilier protection de la nature et développement local pour répondre aux objectifs du développement durable. La situation du bassin de l Usumacinta est pour le moins paradoxale : les communautés mayas figurent parmi les populations les plus pauvres d Amérique centrale alors que les espaces occupés abritent une très grande richesse naturelle. Dès lors, un climat de tension s installe et la réponse des communautés mayas passe, entre autres, par la mobilisation. Cette recherche vise finalement à amorcer une réflexion sur les qualités d'une telle mobilisation en tant qu'opportunité de développement local, en privilégiant une analyse multiscalaire et interdisciplinaire. Dans cette perspective, la recherche s attache à comprendre plus précisément la mobilisation des communautés du bassin versant dans la gestion des ressources naturelles. Le caractère «local» de la gestion des ressources naturelles à travers la mobilisation des communautés constitue un progrès par rapport aux injonctions «descendantes» d organisations internationales ou d États en quête de bénéfices économiques, politiques et stratégiques. Pourtant, la «marchandisation de la nature» à laquelle elles sont souvent contraintes est-elle toujours «soutenable»? Par ailleurs, la «participation locale» ne risque-t-elle pas d être un leurre si elle ne s accompagne pas d une transformation des relations de pouvoir à d autres échelles et jusqu au niveau mondial? Problématique du bassin versant de l Usumacinta : un territoire marqué par de forts contrastes Partagé entre le Mexique et le Guatemala, le bassin de l Usumacinta est reconnu pour son importante richesse à la fois historique, naturelle et culturelle ainsi qu à 7

10 son énorme potentiel économique qui en découle. Pourtant, une forte marginalisation sociale touche les populations locales, en majorité d origine maya. L héritage culturel de la civilisation maya antique Jadis, le bassin versant de l Usumacinta fut un des foyers majeurs de la civilisation maya. Les vestiges archéologiques des sites de Tikal, de Piedras Negras, de Bonampak, de Palenque et de Yaxchilán témoignent du riche patrimoine culturel de cet espace au regard de ses connaissances astronomiques, mathématiques et agricoles, entre autres. En plus du patrimoine archéologique hérité de la civilisation maya antique, le bassin de l Usumacinta est un endroit où les modes de vie traditionnels, les techniques et les cultures mayas sont relativement préservés. En 2000, il subsistait plus d un million de descendants mayas répartis en 22 ethnies différentes (Choles, Lacandons, Tzotziles, Quiché, etc.) et vivant dans la forêt maya. À la différence d autres ethnies qui s accaparent du mode de vie occidental et perdent progressivement leurs valeurs culturelles, les Lacandons ont su garder jusqu à ce jour un mode de vie traditionnel et durable au cœur de la forêt (Nations et Nigh, 1978). Au Guatemala, c est également le cas des communautés Peteneros qui continuent de récolter le chiclé et autres essences végétales en ayant recours à des méthodes ancestrales. En somme, le savoir et les connaissances des peuples indigènes font l objet d une grande attention de la part de la communauté scientifique étant donné qu elle propose une alternative aux techniques modernes d agriculture et de foresterie qui mettent en péril les forêts tropicales humides (Schwartz, 1990). La richesse naturelle du bassin versant Le bassin de l Usumacinta se situe au cœur du territoire connu sous le nom de «Forêt Maya». Abritant une riche biodiversité parmi les plus importantes du monde, ce bassin versant constitue un habitat pour de nombreuses espèces de faune et flore. De plus, il y a présence d une multitude de lacs, lagunes, étangs et autres plans d eau, comme les marais de la Laguna del Tigre dans la province guatémaltèque du Petén et ceux de Centla au Mexique, qui représentent deux zones humides reconnues mondialement pour leur incroyable biodiversité. À côté de la biodiversité, le bassin de l Usumacinta abrite également d importantes ressources naturelles, telles que le bois, le zatte, le chicle, le gaz, des minerais ou encore le pétrole. Des terres convoitées et menacées De telles caractéristiques géographiques et biophysiques font du bassin versant de l Usumacinta un espace très important d un point de vue géopolitique, où les intérêts divergents entre les acteurs et la pression croissante sur les ressources naturelles génèrent inévitablement des conflits. De cette région surgit en effet des revendications venant de différents groupes de paysans dépossédés de terres, de communautés indigènes, de grandes entreprises d exploration et d exploitation des hydrocarbures, d hydroélectricité, de tourisme, de bois, de plantes médicinales et d autres essences végétales. La multiplication des projets de construction de routes et autoroutes, des feux de forêt et des activités d exploration et d exploitation des sous-sols en sont les principales causes. Mais il ne faut pas 8

11 oublier également l impact important de l agriculture sur brûlis et l économie forestière pratiquée par les populations locales. L extraction pétrolière, initiée depuis plus de vingt ans, comme en témoignent les équipements pétroliers au Tabasco, au Campêche et au Petén menace profondément l équilibre écologique du bassin versant. La déforestation, aussi bien sous sa forme d exploration (ouverture de routes et autres voies de communications) que sous sa forme d exploitation, les technologies d exploration (notamment, les technologies sismiques), la pollution des eaux, des sols et de l air par les émissions de gaz et les autres activités demeurent des atteintes environnementales de première importance. Les tendances démographiques pèsent également un lourd tribut dans la détérioration du bassin versant. Les indices d accroissement naturel et de natalité figurent parmi les plus élevés d Amérique Latine et le problème de manque de terres, qui prévaut au Guatemala et au Mexique, les activités de contrebande de bois, de narcotrafiquants et les migrations rendent difficile le contrôle de la protection de l environnement. La construction de plusieurs barrages hydroélectriques au Guatemala et au Mexique, les pressions démographiques qui s exercent à travers les migrations, la croissance démographique, la densité, ainsi que les activités humaines comme la déforestation et les pratiques agricoles mettent en péril l écosystème du bassin versant tout entier et viennent s ajouter à un contexte de crise politique et de revendications socio-économiques. Pauvreté et conflits sociopolitiques Paradoxalement, c est dans cette région riche en matières premières et en ressources naturelles que les conditions de vie les plus difficiles se rencontrent. À côté de cette grande richesse, bon nombre d habitants, en particulier les communautés indigènes mayas vivent encore dans des conditions de forte marginalité et de pauvreté. Guerre civile, conflit zapatiste, instabilité politique, exode rural, malnutrition, migrations, répression, nonreconnaissance des droits indigènes, marginalisation, analphabétisme autant de questions qui se posent quand l attention est portée sur les populations mayas du Mexique et du Guatemala. Comme si le sort voulait s acharner contre elles, ces populations doivent subsister avec leurs propres moyens au sein d espaces dont les ressources naturelles ont été surexploitées ces dernières décennies tout en ayant eu, qui plus est, que peu d incidence sur le développement local. Un climat de tension s installe, relayé par le mouvement zapatiste, et des revendications se multiplient, notamment en ce qui concerne la propriété des terres agricoles. Le regroupement de paysans dépourvus de terres tend à créer une situation qui pourrait à terme dégénérer en un grave conflit environnemental. Il n est pas sans oublier qu au début des années 1980, plus de 400 personnes, principalement des paysans mayas, ont été massacrées par l armée guatémaltèque parce qu elles refusaient d abandonner leurs terres sur lesquelles se construisait un barrage hydroélectrique financé par la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement. Les conditions de vie des survivants ne sont pas redevenues ce qu elles étaient et certains d entre eux continuent de vivre aujourd hui sans électricité ni eau potable. 9

12 Analyse des initiatives de conservation au sein de cet espace La gestion des ressources naturelles au sein du bassin versant de l Usumacinta, entre le Mexique et le Guatemala, témoigne d une situation conflictuelle originale, dans un décor de résistances face au néolibéralisme et d affrontements armés entre le mouvement zapatiste et l armée fédérale. Les politiques environnementales au sein du bassin de l Usumacinta Compte tenu de la grande richesse biologique de cet espace, la création d aires protégées a été la principale solution apportée ces dernières décennies par les organismes internationaux et les gouvernements nationaux pour lutter contre la dégradation croissante de l environnement causée par les activités anthropiques. En regroupant des aires protégées telles que la Réserve de Biosphère maya et le parc national de la Selva Lacandona au Nord du Guatemala ou la Réserve de Biosphère de Montes Azules au Mexique, la forêt maya forme en effet un dense complexe d espaces forestiers protégés parmi les plus vastes en Amérique latine. À elle seule, la Réserve de Biosphère Maya est constituée de quatre parcs nationaux, trois réserves de vie sauvage et sept autres zones protégées couvertes par des forêts tropicales plus ou moins denses, des savanes inondées, des pinèdes, des lacs, des marais et des forêts de mangrove. Récemment, en novembre 2007, l État mexicain du Tabasco a fait face à des inondations sans précédent : 80% de la superficie totale du Tabasco inondée, plus d un million de sinistrés, la totalité des productions agricoles détruites et plusieurs dizaines de morts et disparus sous les coulées de boue. Certes, il n est plus à démontrer aujourd hui que les victimes des catastrophes naturelles concernent bien souvent les populations vulnérables, en l occurrence les communautés indigènes qui vivent dans des espaces marginalisés et de grande pauvreté. Loin d être un simple aléa climatique, ces inondations ont permis de dresser un bilan tout aussi inquiétant des politiques environnementales menées ces dernières décennies au sein du bassin versant de l Usumacinta qui draine cet État. Les politiques environnementales se sont traduites principalement par une logique excluante, dans la mesure où les populations qui vivaient à l intérieur de ces aires protégées nouvellement délimitées n ont été ni informées ni consultées. Bien que les gouvernements aient récemment entrepris des réformes institutionnelles, visant à encourager la participation publique, le rôle de l État centralisateur et la marginalisation des communautés indigènes dans ces deux pays ont inhibé toute initiative de participation volontaire dans la mise en place de projets de développement durable. Aujourd hui encore, ces populations demeurent exclues de tout processus de décision et de toute représentation au sein d organismes de gestion des ressources naturelles. Bien au contraire, elles continuent d être victimes de déplacements forcés et de répression de la part des gouvernements nationaux qui les accusent d être les principaux responsables des atteintes environnementales. Faute d être propriétaires et de justice sociale, les populations locales n ont pas d autre choix que d abandonner leurs terres et bien plus encore, toutes les valeurs, à la fois économiques, sociales, religieuses et culturelles, qui y sont rattachées et qui 10

13 conditionnent l équilibre de la vie communautaire. L alternative aux logiques systématiques de conservation de la nature La préoccupation croissante concernant les impacts négatifs de la croissance économique a fortement incité les acteurs à se demander si la croissance et l environnement pouvaient coexister. Cette contradiction apparente a créé une «une fenêtre d opportunité» pour des mouvements environnementaux et sociaux (Keil, Bell, Penz, et Fawcett, 1998 ; Peet et Watts, 1996) qui ont élaboré une critique du courant classique du développement, tout en favorisant de nouveaux concepts tels que la «durabilité». La notion de durabilité nous amène à nous intéresser aux deux courants qui polarisent le débat autour de la question de la conservation des ressources naturelles et du développement durable. D un côté, la logique du «top-down» fait référence à la volonté d un état pour appliquer les recommandations émanant des organisations internationales et des bailleurs de fonds afin de préserver leurs propres milieux naturels. Concrètement, les gouvernements mexicain et guatémaltèque ont entrepris ces dernières années de vastes réformes institutionnelles pour mettre en place l Agenda 21, en encourageant la participation publique et le partage de la responsabilité environnementale dans la pratique du développement durable. Cette logique passe donc d un niveau d analyse mondial au local par l intermédiaire de réformes et de politiques nationales. À l inverse, la logique du «bottom-up» consacre une gestion des ressources naturelles par la base, qui prend en compte prioritairement les besoins des populations locales. En conséquence, les projets de conservation et de gestion communautaire des ressources naturelles s inspirent des usages et des propositions des populations locales, contrairement à la logique du top-down qui n implique pas nécessairement l information et la consultation des populations dans l élaboration et la mise en place de politiques environnementales. L échec des politiques de développement durable est lié à une pratique trop réductrice. Il est indispensable d intégrer les dimensions sociales et culturelles dans l élaboration de projets de développement durable qui jusqu à maintenant englobent les seules dimensions écologiques, biologiques, politiques et économiques (Manuel-Navarette, Slocombe et Mitchell, 2006). La mobilisation des communautés dans la gestion des ressources naturelles À l heure où les ressources naturelles locales, telles que l eau, le bois, le pétrole ou encore les plantes médicinales attirent les convoitises des grandes firmes internationales et des états et que les réformes institutionnelles ne permettent pas d encourager une réelle participation publique, les communautés du bassin versant de l Usumacinta s engagent dans la gestion de l environnement pour refuser la fatalité de leur déclin et défendre leur dignité aux yeux du monde entier. Ces dernières perçoivent alors la protection de l environnement comme une stratégie intéressante à la fois pour défendre leurs droits et pour adopter de nouvelles pratiques et activités qui leur permettent de surmonter les difficiles réalités de leur quotidien et de préserver le patrimoine culturel et naturel du bassin de l Usumacinta. 11

14 En prenant l exemple de l alliance communautaire du bassin de l Usumacinta, cette recherche montre comment les populations mayas se donnent les moyens leur permettant de choisir ce qui peut contribuer à améliorer leur qualité de vie de manière autonome. Dans le cadre de ce nouveau dispositif, elles expérimentent des formes localisées de régulation reflétant leurs besoins et leurs aspirations. Récemment, plusieurs dizaines de communautés du bassin versant de l Usumacinta, tant du côté mexicain que guatémaltèque, ont décidé de se mobiliser dans la gestion des ressources naturelles de cet espace. A Sayaxché, au Guatemala, un accord a été conclu entre plusieurs chefs de communautés le 10 novembre 2005, dans le but de mettre en œuvre un développement au bénéfice des populations locales tout en protégeant l écosystème du bassin de l Usumacinta. Cette alliance binationale promeut donc une coopération transfrontalière entre les régions qui composent le bassin moyen de l Usumacinta, à savoir l état mexicain du Chiapas et la province guatémaltèque du Petén. Ce processus de coopération communautaire binationale prend son origine dans le «Projet pour la gestion du bassin moyen du fleuve Usumacinta, entre le Guatemala et le Mexique», financé par l'agence des États-Unis pour le Développement International 12 et mis en application par «Defensores de la Naturaleza», organisation de la société civile basée au Guatemala et soutenue par la Fondation Kukulkán et l O.N.G. Pronatura. Plus précisément, les 1 L Agence des États-Unis pour le Développement International est plus connue sous l appellation siglique U.S.A.I.D. (United States Agency for International Development) principaux objectifs de cet accord visent à promouvoir la conservation des ressources naturelles de la partie moyenne du bassin, à identifier les principales menaces sur l écosystème et ses causes, à établir des modèles de développement soutenable et gérer la redistribution des fonds recueillis au bénéfice des communautés locales. Le principal objectif de l'alliance communautaire est de consolider le processus organisationnel des communautés situées dans le bassin, en promouvant un modèle de développement focalisé sur l'utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles et du patrimoine culturel. L objectif secondaire est d apporter une intégration économique de la région pour améliorer le niveau de vie de ses habitants et combattre la pauvreté. Finalement, la mobilisation des communautés à travers l exemple de cette alliance cherche à élever le niveau et la qualité de vie des habitants du bassin de l'usumacinta, en développant des activités économiques compatibles avec la conservation du patrimoine naturel et culturel de la région. Concrètement, cet accord prévoit de multiples activités : Réduire les menaces et la vulnérabilité des populations locales face aux catastrophes naturelles ; Participer à la gestion publique en matière de patrimoine naturel et culturel, en demandant aux autorités un contrôle et une surveillance accrus, pour éviter la déprédation de la nature, particulièrement dans les zones transfrontalières; Une participation des communautés pour faciliter le diagnostic, l'élaboration et la gestion de projets; Favoriser l'éducation environnementale et les programmes de protection environnementale; 12

15 Promouvoir des projets d'écotourisme; Développer un plan sur cinq années pour le renforcement de l'alliance Communautaire Binationale et d'autres actions encore. Cette forme de mobilisation communautaire a identifié certaines alternatives, axées principalement dans le domaine, politique, juridique, légal, économique, social et environnemental, et qui requièrent des efforts plus intégrés. Les alternatives proposées par cette alliance cherchent en effet à promouvoir des activités basées sur un modèle de développement qui prend en considération la vision propre et les nécessités des communautés. Discussion La participation des populations locales dans la gestion des ressources naturelles intéresse d autant plus les scientifiques qu elle suscite une attention accrue de la part des décideurs et des politiciens ces dernières décennies en raison de la pression croissante de l homme sur l environnement et l échec d un grand nombre de politiques environnementales. Il est montré que les fondements sur lesquels repose la gestion communautaire des ressources naturelles supposent une discussion plus approfondie sur ces conditions d application. L application sans précaution pourrait provoquer des effets dévastateurs aussi bien pour les ressources que pour les populations (Ballet, 2007). Les politiques de développement durable mises en place à l aube du XXIe siècle peuvent être légitimement discutées du fait de leur caractère contradictoire notable. Il existe en effet un double processus antagonique à l heure actuelle. D un côté, la globalisation néolibérale qui s étend sur tous les continents et imbrique les économies à toutes les échelles, consacre l apparition «d un ordre global» dont les relations sociales sont pénétrées par la logique de la «valorisation du capital» (Altvater, 1998 ; Leff, 2004) voire de marchandisation de la nature. De l autre côté, la «globalisation de la résistance» incarne une opposition systématique et croissante à la néolibéralisation en tant que projet politique, économique, et culturel (Ashman, 2004) mais elle manifeste également un mécontentement et une méfiance croissants à l égard des acteurs traditionnels (Forero, 2006 et Van Cott, 2005) et l État (Nye, 1997). Pour certains auteurs, une réelle participation publique passe nécessairement par la prise en compte des choix des populations locales concernant leurs propres vies et leur propre futur (Cernea, 1998 ; Scoones et Thompson, 1999 ; Cling et al., 2002 ; Levy, 2002). Bien qu il soit théoriquement intéressant, le développement durable basé sur des initiatives communautaires a cependant rencontré des difficultés majeures dans sa mise en pratique. L échec de cette politique s est justifié principalement par des raisons liées à la prise en compte des intérêts des populations locales de manière marginale (Hobley, 1992 ; Sarin, 1995), au détournement des retombées économiques et à l identification des bénéficiaires (Pimbert et Pretty, 1995), au manque de critères pertinents pour évaluer la réussite de la durabilité des projets (Western et al., 1994) ainsi qu à la durée trop courte des activités mises en place et du décalage entre les savoirs locaux et l expertise technique apportée (Western et al., 1994). L étude de la mobilisation des communautés locales du bassin de l Usumacinta exhorte finalement les praticiens du développement durable à un effort de contextualisation et d intégration 13

16 des connaissances locales, comme alternative aux logiques systématiques du «top-down» ou du «bottom-up». Ces approches privilégient ainsi l interdisciplinarité pour approfondir la notion de durabilité, qui cherche à comprendre le caractère fondamental des interactions entre la nature et la société et à préserver ces interactions dans des trajectoires plus durables» (Kates et al. 2001). En prenant position sur le fait que la gestion des ressources naturelles ne reflète pas seulement une mondialisation «par le haut», mais également une alchimie des croyances, des valeurs, des usages impulsés «par le bas», cette recherche espère contribuer au renforcement d une science interdisciplinaire de la conservation, caractérisée par «une compréhension sophistiquée des interactions socioécologiques» (Berkes, 2004). Conclusion Au regard de ses caractéristiques géographiques, le bassin versant de l Usumacinta présente un fort potentiel pour le développement de l écotourisme, l agroforesterie et la production agricole organique. Pourtant, les tendances démographiques, les projets de développement néolibéraux, l instabilité politique, les conditions socioéconomiques difficiles des populations locales et la gestion actuelle des ressources naturelles dessinent un panorama plutôt inquiétant en ce qui concerne la durabilité de cet espace. Le concept de développement durable ne peut se rattacher à un modèle de pensée unique, comme l ont trop souvent supposé les planificateurs de projets. Les acteurs de la conservation transposent de manière systématique les projets d une région à l autre bien que les réalités locales, déjà complexes, varient considérablement. Avec l émergence de la société civile internationale, via l avènement des nouvelles technologies d information et de communication (N.T.I.C.) et la diversification des acteurs internationaux, un nouveau modèle de gouvernance environnementale se met en place à l intérieur duquel les populations locales sont désormais considérées comme un acteur incontournable (Zimmerer, 2006). Dans la mesure où l'intégration des trois piliers du développement durable, c'est-à-dire l'économique, le social et l'environnemental, est d'une réalisation complexe, il est nécessaire de mettre en place de nouveaux modes de gouvernance, impliquant des délibérations collectives à divers niveaux et associant de multiples acteurs. En effet, ni la raison scientifique, ni l'omniscience du marché, ni le décideur politique, même éclairé, ne sont en mesure de faire ces choix qui sont essentiellement collectifs. C'est en cela que le développement durable peut aussi favoriser un approfondissement de la démocratie. En examinant la mobilisation communautaire et les projets bâtis ces dernières années en fonction de leurs propres besoins et leurs aspirations, la validation de cette alternative dans le cadre de notre recherche constituera une réelle contribution sur les conditions requises à la mise en place d une dynamique locale de développement durable à l échelle d un bassin versant. 14

17 Bibliographie Altvater, E. (1998) Global Order and Nature. In R. Keil, D. B. J. Bell, P. Penz & L. Fawcett (Eds.) Political Ecology. Global and Local (pp ), London : Routledge. Ashman, S. (2004) Resistance to Neoliberal Globalisation: A Case of Militant Particularism? Politics, 24(2), Ballet, J. (2007) La gestion en commun des ressources naturelles, une perspective critique, dossier n 2, Développement durable et territoires Berkes, F. (2004) Rethinking community-based conservation, Conservation Biology, Blackwell Publishing, Volume 18, Numéro 3, Juin 2004, pp (10) Cernea, M. (1998) La dimension humaine dans les projets de développement, les variables sociologiques et culturelles, Paris, Karthala Cling, J.-P., M. Razafindrakoto et F. Roubaud (dir.) (2002), Les Nouvelles Stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, Paris, DIAL-Economica. Forero, J. (2006) Latin America s populist shift, the New York Times, 20 avril 2006 Hobley, M. (1992) Policy, rights and local forest management: the case of Himachal Pradesh, India, Rural Development Forestry Network Paper, n 13b, London: ODI Kates et al. (2001) Stainability Science. Science 292, pp Keil, R., Bell, D. B. J., Penz, P., & Fawcett, L. (1998) Perspectives on global political ecology, In R. Keil, D. B. J. Bell, P. Penz & L. Fawcett (Eds.) Political Ecology. Global and Local (pp. 1-18). London: Routledge. Leff, E. (2004) Saber Ambiental: sustentabilidad, racionalidad, complejidad, poder (4th ed.), Mexico City: Siglo XXI Editores. Lévy, M. (dir.) (2002), Comment réduire pauvreté et inégalités. Pour une méthodologie des politiques publiques, Paris, IRD-Karthala. Martinez-Alier, J. (2003) The Environmentalism of the Poor: A Study of Ecological Conflicts and Valuation, Northhampton, MA: Edward Elgar. Manuel-Navarette, D., Slocombe, S. et Mitchell, B. (2006) Science for Place-based Socioecological Management : Lessons from the Maya Forest, Ecology and Society n 11 Nations J.D. et Nigh, R.B. (1978) Cattle, Cash, Food and Forest : The Destruction of the American Tropics and the Lacandon Maya Alternative, Culture and Agriculture, N 6, Bulletin of the Anthropological Study Group on Agrarian Systems, Departement of Anthropology, University of California-Davis. Nations, J.D. (2006) The Maya tropical forest: people, parks and ancient cities, University of Texas Press, 368 pages Nye, J. S. (1997) In Government We Don't Trust, Foreign Policy, 108(99-111). 15

18 Peet, R., et Watts, M. (1996) Liberation ecology. Development, sustainability, and environment in an age of market triumphalism, In R. Peet & M. Watts (Eds.), Liberation Ecologies. Environment, development, social movements (pp. 1-45), London: Routledge Pimbert, M. et Pretty, J. (1995) Parks, people and professionals: putting participation into protected area management, UNRISD Discussion Paper n 57 Rodary, E., Castellanet, C. et Rossi, G. (2003) Conservation de la nature et développement : l intégration impossible?, Gret Karthala, Paris, 308 pages Sarin, M. (1995) Regenerating india s forests: reconciling gender equity with joint forest management, IDS Bulletin 26 (1): Schwartz, N. (1990) A social History of Petén, Forest Society, Guatemala, 367 pages. Scoones, I. et Thompson, J. (1999) La reconnaissance du savoir rural : savoir des populations, recherche agricole et vulgarisation, Paris, Karthala Van Cott, D.L. (2005) From movements to parties in Latin America: the evolution of ethnic Politic, New York: Cambridge University Press Western, D. Wright, M. et Strum, S. (eds) (1994) Natural connections: perspectives in community-based conservation, Washington DC: Island Press. Zimmerer, K.S. (2006) Globalization and new geographies of conservation, University Of Chicago Press, 400 pages 16

19 Conservation environnementale, écotourisme et relations de pouvoir : le cas de El Cuyo, Réserve de la biosphère de Ría Lagartos, Yucatán, Mexique Andréanne Guindon Étudiante à la maîtrise en anthropologie Université Laval Ma maîtrise en anthropologie s inscrit dans une approche interprétative-critique des questions environnementales et du développement, par l entremise de la recherche ethnographique. J ai travaillé principalement avec des membres de la communauté de El Cuyo, du personnel de la Réserve de la biosphère de Ría Lagartos (RBRL) et des acteurs liés au développement de l industrie touristique. J ai cherché à comprendre comment les rapports à l environnement se transforment et s actualisent dans le contexte d une aire protégée et du développement d initiatives de projets écotouristiques. La communication se divisera comme suit : je ferai d abord un bref survol du cadre conceptuel dans lequel s inscrit ma problématique. Ensuite, j exposerai la méthode qui a été utilisée dans le cadre de cette recherche. Finalement, je présenterai le contexte du village de El Cuyo en questionnant comment la création de la RBRL et la mise sur pied de coopératives écotouristiques font partie de processus qui influencent les rapports socioenvironnementaux des membres de la communauté. Je conclurai brièvement sur la pertinence des études ethnographiques pour la compréhension des réalités locales des initiatives de conservation environnementale. Anthropologie et aires protégées : La construction sociale de l environnement Les aires protégées constituent un modèle de conservation environnementale qui a connu une croissance accrue depuis les années Selon IUCN, les aires protégées sont définies comme étant : «An area of land and/or sea especially dedicated to the protection and maintenance of biological diversity, and of natural and associated cultural resources, and managed through legal or other effective means» (IUCN, 1994). On compte aujourd hui environ sites protégés dans le monde qui couvrent plus de 19 millions de km². Ces aires protégées véhiculent une vision particulière de l environnement où les mondes humains et naturels se séparent en deux sphères distinctes et elles s utilisent comme un modèle de gestion entre les deux. Cette division ontologique environnement-humanité ou nature-culture implique que l environnement doit être conservé en dehors de toute activité humaine ou plutôt, de certaines activités qui ne correspondent pas à ce modèle. Les recherches anthropologiques tendent à questionner et critiquer cette dichotomie présente dans les projets de conservation afin de comprendre comment l environnement et la culture sont deux éléments intrinsèquement liés qui se 17

20 construisent mutuellement (Brosius, 1999; West et al., 2006.). Dans le cadre des Réserves de la biosphère, dont celle de Ría Lagartos, cette dichotomie se manifeste à travers l établissement de zones «nucléaires», dédiées à une conservation stricte où seules les activités de surveillance (monitoring) des espèces et la recherche scientifique sont admises, et des zones où certaines activités humaines sont permises, telles que l extraction de sel, l agriculture ou le tourisme (CONANP, 2007). À la source de ces enjeux, nous avons d un côté la prise de conscience de la dégradation des ressources naturelles à l échelle mondiale qui pousse de plus en plus citoyens, surtout dans des pays plus fortunés et, de surcroît, où la majorité vit en ville, à vouloir conserver des espaces naturels riches en biodiversité d une plus ample dégradation causée par les activités humaines. Par contre, puisque cette importante biodiversité se trouve principalement au Sud de la planète, se sont les populations de ces lieux, souvent plus pauvres et vivant en campagne, qui se voient affectées par l imposition d aires protégées, en étant parfois exproprié d un territoire ou en voyant leurs activités sévèrement restreintes (West et al., 2006; Descola, 2008). Là où des activités humaines sont permises, certaines d entre elles sont présentées comme étant plus acceptables que d autres pour atteindre les objectifs de conservation fixés par l aire protégée. Ainsi, il est très commun de voir s articuler aux espaces liés à la conservation environnementale des activités de développement considérées comme écologiques. Un exemple flagrant de ce type de développement dit «durable» est l «écotourisme», mot qui amalgame tourisme et écologie et qui s inscrit dans la vague de préoccupations des effets environnementaux négatifs du tourisme de masse (West et al., 2006; Uddhammar, 2006; Carrier et Macleod, 2006). Ainsi, l écotourisme est encouragé comme forme de développement pour les populations vivant dans ou autour des aires protégées, puisqu il permettrait aux habitants de s enrichir grâce à des pratiques de conservation d espèces et d habitats attrayants pour les touristes (occidentaux), par exemple les barrières de corail au Honduras (Vacanti Brondo et Woods, 2007) le quetzals au Costa Rica (Vivanco, 2001) ou encore le flamand rose au Yucatán. Les aires protégées, et les mécanismes de développement qui lui sont associés, propagent des visions et des façons «acceptables» de concevoir, diviser et vivre dans l environnement (West et al, 2006) qui affectent nécessairement les relations que les humains entretiennent autant avec l environnement qu entre eux. Le cas du village de El Cuyo, situé dans la Réserve de la biosphère de Ria Lagartos, illustre bien comment ces processus affectent les relations socioenvironnementales des résidents locaux. Nous en verrons quelques exemples dans un instant. Voyons d abord brièvement la méthode de recherche employée dans le cadre de cette maîtrise. Méthode Ma collecte de données s est effectuée en deux temps. J ai d abord réalisé à l été 2006 un pré-terrain qui s inscrivait aussi dans la recherche de ma directrice de maîtrise, Dre Sabrina Doyon. J ai ainsi eu la chance de me familiariser avec le village et la région de El Cuyo, d apprendre la langue espagnole et de réaliser des contacts avec des personnes 18

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 «Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 Mangroves, Sénégal Hellio-Vaningen En octobre 2013, dans le cadre d un partenariat entre la Convention de Ramsar et le Groupe Danone,

Plus en détail

Investissement, mot magique mais mot piège

Investissement, mot magique mais mot piège POSSIBLES, ÉTÉ 2013 121 Investissement, mot magique mais mot piège Par Michel Merlet Tous semblent reconnaître le besoin de plus d investissements dans l agriculture pour lutter contre la faim dans le

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

ANNEXE 1 : DÉFINITION DE L ÉCOTOURISME

ANNEXE 1 : DÉFINITION DE L ÉCOTOURISME ANNEXE 1 : DÉFINITION DE L ÉCOTOURISME Définition Le terme «écotourisme» est récent : on estime sa première apparition dans la littérature en 1978, le développement de l activité elle-même datant d environ

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR RANDRIAMAHALEO Sahoby Ministère de l Environnement et des Forêts

Plus en détail

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I,

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, Introduction D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, L Université de Yaoundé I a pour missions : - d élaborer

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue

Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue Des AP qui veulent être des lieux d expérimentation du développement durable «en cherchant à réconcilier le développement économique, le développement

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail