Les smart grids au service de la transition énergétique. Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les smart grids au service de la transition énergétique. Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013"

Transcription

1 Les smart grids au service de la transition énergétique Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013

2 Sommaire e 3 Edito 5 Présentation des intervenants 9 Discours d ouverture, Karine Dognin-Sauze 11 Présentation du cadre du débat national sur la transition énergétique, Sylvain Godinot 12 Première table ronde Comment les smart grids contribuent-ils à la transition énergétique? Focus sur le Grand Lyon 25 Deuxième table ronde Comment les smart grids interrogent-ils la société? 40 Conclusion de Bruno Charles 41 Discours de clôture de Nicole Gay 43 Pour aller plus loin

3 3 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 édito Dans le cadre de la conférence environnementale de septembre 2012, le Président de la République, François Hollande a souhaité l ouverture d un grand débat national et citoyen sur la transition énergétique, dont l aboutissement sera un projet de loi de programmation. Mais qu est-ce que la transition énergétique? Elle doit permettre d engager pleinement le pays dans un changement de nos modes de consommation et de production d énergie. La transition énergétique reposerait ainsi sur trois principes : la sobriété, l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Ce grand débat invite tous les territoires et les citoyens à échanger sur les grands choix en matière de politique énergétique ainsi que les conditions de mise en mouvement de la société autour d un projet mobilisateur pour un avenir durable. Il interroge sur quatre grands aspects permettant la réussite de cette transition énergétique : quelle évolution de nos modes de vie, de production et de consommation ; quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025 ; quels choix en matière d énergies renouvelables et quelle stratégie de développement industriel ; et enfin, comment financer cette transition. Expérimentés sur le territoire du Grand Lyon, le développement des réseaux intelligents, les «Smart Grids», est un enjeu clé pour permettre la transition énergétique. Facilitant l intégration des énergies renouvelables, ces réseaux de demain apportent également l information en temps réel aussi bien aux consommateurs, qu aux producteurs et aux distributeurs d énergie.

4 4 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Ainsi, le Grand Lyon, l Agence Locale de l énergie et ERDF ont souhaité initier le débat lors de l atelier du 14 mai, afin d interroger les apports des Smart Grids au territoire du Grand Lyon, pour réussir la transition énergétique. En effet, le Grand Lyon, via sa démarche «Ville Intelligente», a développé un projet de territoire qui fait de la construction de la ville un moteur d innovation, de développement économique et d attractivité, dont les smart grids font partie. Ce projet de territoire repose sur de nombreux partenariats avec des acteurs privés, dont Électricité Réseau Distribution France, acteur incontournable des expérimentations Smart Grids. Auprès des citoyens, l Agence locale de l énergie (ALE) est l acteur clé depuis qui informe et anime depuis plus de 10 ans la thématique Énergie-Climat sur le territoire.

5 5 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Présentation des intervenants Plénière d ouverture Karine Dognin-Sauze Karine Dognin-Sauze est vice-présidente du Grand Lyon à l innovation et aux nouvelles technologies. CADRE DU débat national sur la transition énergétique Sylvain Godinot Sylvain Godinot est directeur de l Agence Locale De l Energie (ALE) de l agglomération lyonnaise.

6 6 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Première table ronde Comment les smart grids contribuent à la transition énergétique sur le territoire du Grand Lyon? Philippe BROUSSE GDF Suez, Responsable Greenlys / Branche Energie France. Matthieu TERENTI ErDF Rhône-Alpes Bourgogne, expert smart grids. Olivier DELASSUS Véolia Transdev. Christophe REINERT EDF, Directeur Smart Electric Lyon. Nouredine HADJ SAID INP Grenoble, Directeur de recherche

7 7 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Deuxième table ronde Comment les smart grids interrogent la société? Yves CORON SIGERLY, Directeur. Servan LE GUERN GrDF Rhône-Alpes Bourgogne, Directeur adjoint du développement. François BERAUD GRANDLYON HABITAT, Directeur du développement et du patrimoine. Jean-Pierre ROCHETTE UFC Que Choisir Rhône, Vice-président Rhône. Eymeric LEFORT Grand Lyon, Directeur de mission énergie. Stéphane LABRANCHE laboratoire PACTE IEP Grenoble, sociologue.

8 8 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 introduction M. nadal, représentant d erdf Bienvenue à cet atelier-débat consacré aux smart grids au service de la transition énergétique, et organisé par le Grand Lyon, l ALE (Agence locale de l Energie), et ERDF. Le Grand Lyon a en effet lancé un très grand nombre d expérimentations dans la perspective de Smart City. L ALE est bien connue comme un acteur de référence sur la transition énergétique. ERDF, que je représente, accompagne le territoire lyonnais dans tous ses projets de smart grids. Ce débat s inscrit dans le cadre du débat national sur la transition énergétique.

9 9 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Discours d ouverture Par Karine DOGNIN-SAUZE, Vice-présidente à l innovation et aux nouvelles technologies du grand lyon Nous sommes entrés dans une période de mutations profondes qui vont bien au-delà du thème de la transition énergétique. La Conférence Energie Climat, organisée par le Grand Lyon et qui a rassemblé plus de 100 partenaires locaux, s est traduite par une feuille de route construite collectivement pour organiser la trajectoire vers la sobriété énergétique à l échelle de notre territoire. Cette démarche s inscrit dans un contexte de crises multiples : crise financière, mais aussi crise des valeurs, déficit écologique et déficit de la dette publique. Les enjeux auxquels nous devons faire face sont extrêmement complexes, mais l époque n a jamais été aussi propice aux innovations. La nécessité d organiser la transition énergétique est maintenant devenue une évidence. Le projet de métropole intelligente consiste à activer l ensemble des leviers d innovation dont nous disposons pour nous projeter dans l avenir. En s appuyant sur ses atouts territoriaux, le Grand Lyon a l ambition de contribuer à une nouvelle croissance en créant les conditions favorables à l émergence d une créativité collective et en se positionnant sur les secteurs d avenir : les éco-technologies sont à la fois un moteur de croissance et une solution pour agir en faveur de l environnement. Nous disposons dans ce domaine d atouts conséquents du fait de nos pôles de compétitivité tels qu Axelera, et d un tissu économique de près de 700 entreprises positionnées sur des savoir-faire déterminants comme les technologies du web, l intelligence artificielle et la robotique. Dans le même état d esprit, le Grand Lyon accompagne l émergence d un pôle d acteurs leaders dans le domaine de l énergie au travers du déploiement d un grand nombre de projets smart grids à grande échelle.

10 10 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Faire du Grand Lyon une métropole intelligente signifie aussi rendre la vie des Lyonnais plus simple et plus agréable grâce à de nouvelles pratiques qui vont transformer la ville. Ce projet de territoire se traduit par une volonté d ouvrir la ville à des expérimentations pour permettre aux industriels de concrétiser leurs solutions. Le Grand Lyon est un territoire pionnier avec la plus forte concentration en Europe de projets smart grids qui sont en phase opérationnelle. Ainsi Ikari, bâtiment à énergie positive, verra le jour dès fin juin. Un service de 30 voitures électriques en autopartage alimentées par des panneaux photovoltaïques sera lancé en septembre. Un premier bilan prometteur peut être dressé sur l utilisation du site Watt & Moi, qui a été testé auprès de foyers équipés de compteurs Linky. La deuxième édition du concours Energie intelligente, qui permettra à des entreprises innovantes d intégrer le projet Smart Electric Lyon, est lancée. Les smart grids sont une synthèse entre la transformation induite par l introduction du numérique dans la société et l innovation radicale nécessaire dans le domaine de l énergie, innovation à la fois technique et organisationnelle. Cette rencontre entre le monde du numérique et celui de l énergie ouvre la voie à un secteur industriel d avenir, permet le traitement de données jusqu alors inconnues ou inexploitables, et constitue un outil technologique essentiel pour l efficacité de la transition énergétique. De nouvelles fonctions pourront apparaître, telles que le raccordement des solutions de transport à la gestion énergétique d un bâtiment. En outre, les smart grids, grâce aux interfaces entre les différents acteurs, permettent de prendre en compte les réalités quotidiennes vécues par l usager. En construisant de véritables communautés énergétiques, ils peuvent jouer un rôle dans l éducation à de nouveaux comportements. A ce titre, les smart grids représentent un volet majeur dans la construction de la ville intelligente. Plusieurs conditions sont cependant nécessaires à la réussite de ces expérimentations et à leur diffusion à une échelle plus massive : stabiliser des modèles économiques encore en tâtonnement, organiser l interopérabilité entre différentes innovations et surtout impliquer les usagers. Je voudrais également souligner l importance du rôle de la collectivité territoriale dans cette dynamique. Ces initiatives trouvent leur place dans un projet territorial global. Le Grand Lyon est à même de favoriser l articulation de stratégies d acteurs venant d univers différents et d organiser l accès à l espace public. Enfin, il ne faut pas oublier qu au-delà de l enjeu industriel et urbain, le véritable changement proviendra d une évolution des normes sociales.

11 11 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Présentation du cadre du débat national sur la transition énergétique Par Sylvain GODINOT, directeur de l ALE de l agglomération lyonnaise Cet atelier s inscrit dans le cadre du débat national sur la transition énergétique et fera l objet d une contribution écrite qui sera remise à la Région Rhône-Alpes pour être transmise au Commissaire de l Environnement. Deux tables rondes se succéderont cet après-midi. La première sera consacrée à la contribution des smart grids à la transition énergétique, et la deuxième portera sur le thème «Comment les smart grids interrogent-ils la société?» Pour que ces travaux s inscrivent dans le cadre du débat national, les sujets seront traités sous l angle de la contribution à la sobriété énergétique. Comment les smart grids peuvent permettre au citoyen d être plus sobre, tel est l enjeu du débat d aujourd hui. Je vous propose de regarder maintenant un film réalisé par la Région Rhône-Alpes. Projection du diaporama de la Région Rhône-Alpes.

12 12 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Première table ronde Comment les smart grids contribuent-ils à la transition énergétique? Focus sur le Grand Lyon Animée par Luc SIMONET, ERDF Rhône-Alpes Bourgogne, Directeur du développement > M. SIMONET : Les smart grids demeurent un concept assez flou pour le grand public. Pourtant, les réseaux électriques vont subir une véritable révolution. L arrivée de la production répartie va complètement changer les réseaux. Il faudra s adapter à une exploitation des réseaux beaucoup plus complexe. Les consommateurs vont jouer un rôle actif, à la fois à travers les services permis par les smart grids et à travers les outils de production qui seront à leur disposition. Le territoire du Grand Lyon concentre un éventail de projets smart grids qui permettent des applications concrètes de ce concept. Projet 1 : Greenlys - Premier focus sur l impact de l effacement diffus sur le courbes de charge Le projet GreenLys mené sur Lyon et Grenoble concerne un millier de clients, et essaie de couvrir toute la chaîne, amont et aval, de la distribution d électricité. Quels sont les nouveaux services proposés au client dans ce cadre? > M. BROUSSE, GDF Suez, Responsable GreenLys / Branche Energie France : J aborderai trois d entre eux : les effacements de consommation, les nouvelles offres tarifaires et les services web. L effacement peut être défini comme la capacité d un consommateur à reporter, voire à annuler, tout ou partie de sa consommation d électricité sur réception d un signal. Dans le cadre du projet GreenLys, plus de effacements ont été réalisés. L effacement ne doit pas être perçu par le client comme une contrainte et une perte de confort. Le client a toujours la possibilité d interrompre l effacement. Ce dernier doit lui permettre de bénéficier de certains avantages financiers, de réaliser une économie sur sa facture et d accomplir un geste éco-citoyen. GreenLys permet aussi de tester de nouvelles offres tarifaires, en proposant des tarifs différenciés suivant des paliers de consommation et des offres horo-saisonnières, c est-à-dire des tarifs qui varient suivant la période. Nous réfléchissons sur un système de tarification incitatif pour l utilisateur qui accepte des effacements.

13 13 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 GreenLys développe pour les utilisateurs des services d aide à la maîtrise de leur consommation via un portail web, où ils pourront suivre leur consommation, piloter la température du logement, créer des alertes au-delà d un certain seuil de consommation et bénéficier d éco-conseils personnalisés. Second focus sur la gouvernance fournisseur d énergie / distributeur > M. TERENTI, ERDF Rhône-Alpes Bourgogne, expert smart grids : Un des enjeux de l effacement de consommation est de réduire les pics de consommation, et notamment celui de 19 heures. L effacement permet de décaler la consommation dans le temps. Cependant, lors de la remise en service des équipements, les consommations s accroissent de nouveau, ce qui implique un besoin de production supplémentaire, et donc un réseau supérieurement dimensionné pour répondre à ce besoin. Les gestionnaires de réseau de distribution doivent donc se coordonner pour chercher à optimiser la valeur et à réduire ces pointes. Cette optimisation repose sur une modélisation des réseaux relativement complexe. > M. SIMONET : Le projet GreenLys montre que si les effacements ne sont pas pilotés correctement, on peut assister à une dégradation du cycle global. Le gestionnaire de réseau de distribution doit donc être impliqué dans le dispositif. > M. TERENTI, : En effet, le succès de ce dispositif repose sur une coordination large des différents acteurs : gestionnaires des réseaux de transport, gestionnaires de la distribution, etc. Les réflexions menées visent à positionner ERDF dans la boucle d optimisation des effacements.

14 14 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Projet 2 : Smart Community Lyon Focus sur la gestion de la charge du véhicule électrique avec la production d énergie renouvelable, quelles conditions pour les bénéfices escomptés? > M. SIMONET : Nous allons maintenant aborder le projet de Smart Community mené dans le quartier Confluence. Il s agit d utiliser de l énergie photovoltaïque pour recharger des véhicules mis à la disposition des habitants en autopartage. > M. DELASSUS, Veolia Transdev : Cette flotte de 30 voitures sera répartie sur 6 stations, comprenant au total 30 bornes de charge, dont 3 de charge rapide. Ces dernières permettent de recharger le véhicule en une demi-heure. Le service sera lancé en septembre à destination des résidents et entreprises de Lyon Confluence. Il s agit de voitures fabriquées au Japon par Mitsubishi, ce projet étant financé par le NEDO (agence publique japonaise pour l énergie). Les objectifs sont multiples, notamment offrir un nouveau service de mobilité et amener des changements de comportement en incitant à l abandon des voitures personnelles au profit de solutions multimodales. Le service doit présenter un équilibre économique, avec des recettes qui compensent le coût de fonctionnement, afin d être viable à long terme sans subvention des collectivités. Ces véhicules utiliseront des sources d énergie 100 % renouvelable, et si possible, l énergie solaire produite par les nouveaux bâtiments de la Confluence, en particulier le bâtiment Ikari. L énergie sera stockée pour pouvoir être utilisée au moment où nous en aurons besoin. Les voitures seront accessibles par les abonnés au moyen d une carte et seront facturées en fonction de leur utilisation. Focus sur l nteropérabilité des solutions et expérimentation de nouvelles offres tarifaires > M. SIMONET : Le projet Smart Electric Lyon devrait concerner plusieurs dizaines de milliers de clients. Quelles sont les contributions attendues de cette expérimentation?

15 15 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 > M. REINERT, EDF, Directeur Smart Electric Lyon : Plusieurs questions fondamentales doivent être résolues dans la perspective d une généralisation des dispositifs de smart grids. Les questions technologiques devraient recevoir des solutions assez rapidement. Les questions socio-comportementales sont essentielles : les utilisateurs doivent comprendre quels bénéfices ils peuvent retirer de ces outils. Les questions économiques sont importantes, des bénéfices devant pouvoir être retirés de ces services. Enfin, il faut travailler sur les questions d organisation, afin de trouver des partenariats entre les différents acteurs amenés à intervenir. Smart Electric Lyon est focalisé sur la production de services à destination de clients résidentiels ou d entreprises du secteur tertiaire. Le dispositif facilitera la transmission d informations entre les clients et le réseau électrique. Les clients seront amenés à prendre une part active dans la gestion de leur système électrique. Ce dispositif comprend trois volets : accès à l information, tarification, équipements électriques clients équipés de compteurs Linky pourront disposer d informations sur leur consommation et la comparer à celle de foyers se trouvant dans des situations similaires. Les tarifs auront pour but d inciter les utilisateurs à reporter leur consommation à des périodes où l énergie est moins coûteuse. Afin d adapter automatiquement la consommation en conséquence, des équipements asservis en matière de chauffage, d eau chaude, etc. seront utilisés. Ce dispositif suppose un échange de communications entre le compteur et les équipements, ce qui nécessite une standardisation de ceux-ci. > M. SIMONET : Ce dispositif repose sur une interopérabilité des équipements, or les équipementiers sont en concurrence les uns avec les autres. > M. REINERT : Effectivement, ce projet rassemble des acteurs concurrents, qui construisent ensemble les conditions pour que ces solutions puissent se développer.

16 16 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Quel «business model» pour ces projets? Focus sur le coût des smart grids, le partage de l investissement, les économies d échelle > M. SIMONET : Au travers de ces projets, trois sujets ont été évoqués : l information des clients, les services proposés aux clients et le pilotage du réseau. Je souhaiterais maintenant demander à Nouredine Hadj Saïd si les smart grids sont une pure vision de technicien ou s ils représentent un passage obligé. Par ailleurs, quelles nouvelles compétences seront nécessaires, puisque l exploitation du réseau va se complexifier? Enfin, les expérimentations coûteuses menées à l heure actuelle par le Grand Lyon sont-elles vraiment utiles, voire fondamentales pour l avenir? > M. HADJ SAID, INP Grenoble, Directeur de recherche : Nous entrons dans un nouveau paradigme énergétique, qui repose sur quatre piliers : sobriété, énergie propre et durable, sécurité d approvisionnement et sécurité du système électrique, et enfin accessibilité. L accessibilité signifie que l énergie doit être accessible à un coût acceptable et que les utilisateurs doivent pouvoir consommer librement. Au cours des dernières années, nous avons connu, au niveau mondial, plusieurs pannes généralisées privant des millions de personnes d électricité, or nos sociétés modernes sont extrêmement vulnérables sur ce point. L économie, la vie quotidienne dépendent de l électricité. L aspect coût n est pas négligeable : on estime qu une panne généralisée, à l échelle d un pays, coûte environ 1 % du PIB chaque jour. > M. SIMONET : Les smart grids peuvent-ils constituer une réponse à cette problématique de sécurité du réseau et à ses conséquences économiques? >M. HADJ SAID : Vous avez demandé si les smart grids sont réellement un passage obligé. Je dirais que nous n avons pas le choix.

17 17 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 Nous observons actuellement la convergence de deux aspects au niveau des systèmes électriques : de nouveaux usages apparaissent et nous entrons dans un nouveau cycle d investissements. L Agence internationale de l Energie a chiffré à hauteur de milliards d euros les investissements qui seront nécessaires dans le secteur électrique pour les pays européens à l horizon Les nouvelles énergies ont un impact sur le réseau qui n est pas le même que celui des énergies classiques. La gestion des réseaux électriques, jusqu à présent, reposait sur le fait qu à tout instant les productions devaient correspondre aux consommations, or des énergies telles que le solaire et l éolien dépendent des conditions météorologiques. Des solutions intelligentes doivent donc être trouvées. > M. SIMONET : Quels enseignements pouvons-nous retirer de l échec de Boulder, cette ville qui s est lancée à fond dans les smart grids? >M. HADJ SAID : L exemple de Boulder, ville située au Colorado, est particulièrement intéressant. Une compagnie d électricité, Xcel Energy, a voulu dès 2008 et avec d autres partenaires, équiper l ensemble de ses systèmes d information avec de la fibre optique enterrée. Les travaux se sont avérés beaucoup plus onéreux que prévu en raison du sol rocheux, ce qui a entraîné des difficultés dans les relations avec la municipalité et les consommateurs au sujet de la répercussion de ces surcoûts. Cependant, le projet a aussi démontré des réussites techniques : le nombre de plaintes relatives à la tension électrique a considérablement diminué et la qualité d alimentation du réseau a été significativement améliorée. En effet, le dispositif permettait de détecter immédiatement les défaillances et d y remédier.

18 18 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 > M. SIMONET : Si je résume, le projet a permis de démontrer que l utilisation de ces nouvelles technologies dans l exploitation des réseaux apporte réellement des avantages concrets. Les investissements réalisés pourront donc éviter des pertes importantes dans l avenir. Apparemment, les entreprises qui se sont lancées dans ce projet ont oublié certaines règles basiques du métier lors de la création d un nouveau réseau. Débat avec la salle > M. SIMONET : Je remercie les intervenants et je propose de passer au débat avec la salle. > De la salle : Le concept d effacement est maintenant bien connu sur le réseau électrique, mais la même démarche est-elle prévue pour le gaz? > M. BROUSSE : A l heure actuelle, il n existe pas de démarche similaire sur le gaz naturel. > De la salle: Une partie des effacements est liée à de la substitution entre énergies. De fait, les effacements existent aussi sur le gaz mais prennent des formes différentes car les approvisionnements sont différents. > M. BROUSSE : Même si la démarche est un peu différente de la logique d effacement, il ne faut pas oublier que l on peut produire de l électricité à partir du gaz naturel (électricité avec cogénération), et ainsi le gaz naturel peut participer à la démarche de flexibilité, au même titre que les énergies renouvelables.

19 19 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 > De la salle : Je voudrais savoir pourquoi le contrat EJP (effacement des jours de pointe) a été arrêté par EDF. Aujourd hui, on nous impose le compteur Linky et les consommateurs ignorent combien il va leur coûter. Or GreenLys reprend exactement les mêmes principes que le contrat EJP, sous une forme différente. > M. REINERT : Lors de l ouverture du marché de l électricité, un certain nombre de dispositions qui prévalaient dans l univers du monopole ont été remises en cause. Autrefois, les effacements entraînaient des économies importantes liées au dimensionnement du réseau. En 2000, lors de la création des tarifs d utilisation des réseaux publics, ce potentiel d économies a été divisé par deux. Il reste actuellement environ contrats EJP, notamment parmi les clients industriels et la grande distribution. L objectif à l heure actuelle est de reconstruire de nouveaux dispositifs plus simples et mieux adaptés à l évolution des usages. > M. TERENTI : Après les conclusions rendues par le groupe de travail, l ensemble des acteurs participant au projet sont d accord sur la généralisation du compteur Linky. De nouvelles offres tarifaires et un nouveau business model apparaissent avec les smart grids, mais supposent l installation d un compteur de nouvelle génération. D autre part, l intégration massive d énergies renouvelables, qui sont par nature intermittentes, nécessite des compteurs qui permettent de connaître en temps réel les consommations.

20 20 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 > De la salle : La régulation de l énergie électrique est beaucoup plus facile que celle des autres sources d énergie. Alors pourquoi, dans les immeubles, les consommations d énergie électrique sont-elles pénalisées par le coefficient de 2,58 par rapport aux autres sources d énergie? A l inverse, pour les véhicules, l énergie électrique est subventionnée! > M. SIMONET : Le coefficient de conversion énergie secondaire électrique / énergie primaire est actuellement figé à 2,58 par un décret. Dans les scénarios de l ADEME, ce coefficient est réduit à 2. > M. REINERT : Si nous situons la question dans une perspective à long terme, la consommation qui continue de croître actuellement est celle des usages spécifiques de l électricité, non substituables, tels que les appareils électroménagers, les équipements vidéo, etc. Lorsque l efficacité thermique des bâtiments aura été renforcée, il restera encore ces consommations à pourvoir. > M. GODINOT : Le coefficient de conversion entre énergie finale et énergie primaire vise à intégrer les pertes d énergie lors de la production d électricité. Actuellement, compte tenu du mix énergétique, environ 3 kwh sont consommés pour produire 1 kwh d électricité. J espère que cet aspect sera pris en compte également pour les véhicules. Cette valeur pourrait baisser à deux si les énergies renouvelables se développent.

21 21 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 > De la salle : Dans le cadre des smart grids, une tarification de l électricité variable à la seconde, qui serait trois fois plus chère ou dix fois plus chère aux heures de pointe, ne serait-elle pas la solution à long terme? Par ailleurs, les piles à combustible sont très utilisées au Japon. Mitshubishi a installé chaudières en cogénération pour produire de l électricité. Ce dispositif est subventionné et il permet de gagner de l argent. Cependant, l électricité est vendue aux particuliers à un tarif deux fois et demi plus élevé au Japon qu en France. > M. REINERT : La question de la tarification est extrêmement complexe. Cet enjeu est crucial, compte tenu du poids de l énergie dans le budget des ménages. On peut imaginer une tarification qui permettrait de répercuter, de façon instantanée, sur la consommation le coût du dernier kw appelé sur le marché. Or la volatilité de ce coût est très importante. Utiliser une telle tarification vis-à-vis de clients résidentiels les exposerait à un risque relativement important. Les tarifications innovantes développées lors des expérimentations en France ont permis d une certaine manière de mutualiser le risque entre les clients. Cependant, nous serons peut-être obligés d intégrer le fait que l énergie n a pas le même coût de production en permanence. Jusqu où faut-il aller dans ce sens? Je me garderai bien de répondre à cette question. > M. HADJ SAID : Si l on répercute la volatilité du coût de la production sur la consommation, cela pourrait avoir certains effets bénéfiques, notamment par rapport au moment où l on consomme de l énergie, mais en parallèle, il ne faut pas oublier qu actuellement nous avons une certaine solidarité, puisque les tarifs de l électricité sont les mêmes à la ville et à la campagne, alors que les coûts sont différents.

22 22 Actes de l atelier-débat mardi 14 mai 2013 On pourrait pousser le raisonnement plus loin et envisager une tarification au kilomètre, ce qui pénaliserait clairement les foyers éloignés de la production d électricité. La question est donc très complexe. > M. SIMONET : Je précise que la France a décidé de déployer le compteur Linky, qui ne comporte que 10 registres de consommation et ne serait pas compatible avec une tarification à la seconde. > De la salle : L exemple de Boulder que vous avez cité montre que des acteurs relativement crédibles ont fait l erreur de ne pas adopter le courant porteur en ligne, avec certaines raisons sans doute. Pouvez-vous nous expliquer quels sont les inconvénients d avoir choisi en France le courant porteur en ligne dans le cadre des smart grids? > M. HADJ SAID : La distribution aux Etats-Unis, basée sur le monophasé, est différente de celle de la France. Le monophasé est en effet plus adapté aux Etats-Unis où la densité de population est faible. L utilisation du courant porteur en ligne serait plus difficile aux Etats-Unis puisque le courant porteur est bloqué au niveau du transformateur et qu il faut utiliser un transporteur de données, or cette solution n est pas nécessairement appropriée aux régions de faible densité, alors qu elle est parfaitement adaptée en France où la densité est beaucoup plus importante. > De la salle : J ai relevé qu une idée revient souvent dans le débat, celle qu il faut éduquer le consommateur. Pourquoi ne pas créer une chaîne de télévision dédiée à toutes ces nouvelles pratiques, et en particulier pour avertir les usagers lors des pics de consommation?

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids L attractivité de PACA pour le développement des smart grids FORUM OCOVA 16 septembre 2014 Page 1 Les smart grids : une ambition pour la France Objectifs de la feuille de route du plan industriel Consolider

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE : UN NOUVEAU DÉFI

LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE : UN NOUVEAU DÉFI LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE : UN NOUVEAU DÉFI IIIIIIII IIIIII 2 III IIII DÉPLACEMENTS PRIVÉS OU PROFESSIONNELS, DA À UTILISER UN VÉHICULE ÉLECTRIQUE. 2 MILLIONS FRANÇAISES À L HORIZON 2020. C EST EN EFFET L

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Clean Horizon Consulting I Care Environnement

Clean Horizon Consulting I Care Environnement Le stockage d énergie en France : une nouvelle révolution? 16 Mai 2011 Compte rendu Le 16 Mai, Clean Horizon Consulting et I Care Environnement ont eu le plaisir d accueillir 85 personnalités des communautés

Plus en détail

La distribution publique d électricité

La distribution publique d électricité La distribution publique d électricité ERDF, une expertise nationale Pilotage du réseau à partir de 30 «tours de contrôle» Garantie des missions de service public de la distribution d électricité public

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Le futur compteur communicant gaz. Tout savoir sur...

Le futur compteur communicant gaz. Tout savoir sur... Le futur compteur communicant gaz Tout savoir sur... Votre distributeur de gaz naturel GrDF, Gaz Réseau Distribution France, est la filiale du groupe GDF SUEZ chargée de la gestion du réseau de distribution

Plus en détail

Les Smart Grids. Cette notion de smart grids basés sur l électricité peut être étendue aux réseaux intelligents de chaleur, de froid et de gaz.

Les Smart Grids. Cette notion de smart grids basés sur l électricité peut être étendue aux réseaux intelligents de chaleur, de froid et de gaz. Les Smart Grids A l heure où la gestion centralisée et unidirectionnelle 1 des réseaux de distribution d électricité montre ses limites et où les nouveaux projets prennent en compte la dimension quartier,

Plus en détail

Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014

Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014 Colloque ATEE, pôle DERBI et MPI à Toulouse, 14 octobre 2014 Sommaire! La démarche Smart grids de la CRE! Les recommandations de la CRE pour accompagner le développement des Smart grids 2 Une démarche

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE Thomas VILLARD Directeur de projets Systèmes Electriques Intelligents Anne CHATILLON Chef de projets Ville Durable Sommaire

Plus en détail

LE COMPTEUR LINKY ET MOI

LE COMPTEUR LINKY ET MOI LE COMPTEUR LINKY ET MOI C EST QUOI LINKY? Linky, c est un compteur d électricité de nouvelle génération. Un compteur de la même taille que celui que vous avez actuellement chez vous, et qui utilisera

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

L Etat engage 28 M pour des projets Réseaux Electriques Intelligents - Smartgrids

L Etat engage 28 M pour des projets Réseaux Electriques Intelligents - Smartgrids MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e

Plus en détail

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF dans les LANDES Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF, un acteur au sein du marché de l électricité Activités en concurrence Principalement EDF Production Loi du 10 février 2000 Activités régulées

Plus en détail

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C «Smart Grid et Compteurs communicants : Quelles conséquences sur la gestion de la consommation et de la production d énergie pour les bâtiments du 21 ème siècle?» Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

SMART HOME Quel prix d appel pour les nouveaux services?

SMART HOME Quel prix d appel pour les nouveaux services? SMART HOME Quel prix d appel pour les nouveaux services? COLOMBUS INSIGHT SMART HOME, UN MARCHÉ PROMETTEUR QUI PEINE ENCORE À ATTIRER LES Le marché des services énergétiques pour les particuliers est encore

Plus en détail

Le compteur. compteur. communicant gaz. communicant

Le compteur. compteur. communicant gaz. communicant Le compteur compteur Le communicant gaz gaz communicant Gazpar, Outil d efficacité énergétique au service de la collectivité et du client Le Projet Compteurs Communicants Gaz est un projet de maîtrise

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE Le contexte Accompagner la transition énergétique, préparer l avenir et développer les réseaux

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013

INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013 INNOVATIVE CITY CONVENTION 2013 18 et 19 juin 2013, Nice Directeur adjoint de l environnement et de l énergie Nice cote d azur Métropole Déploiement d une seconde géneration de smartgrid Nice cote d'azur

Plus en détail

Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d électricité

Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d électricité Recommandation issue de la délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 février 2015 portant sur le développement des réseaux intelligents Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable CNR pionnier de la filière hydrogène renouvelable Barrage de retenue de Pierre-Bénite sur le Rhône Perspectives Frédéric Storck, Directeur de l Énergie Les énergies renouvelables sont depuis 80 ans le

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

La rénovation énergétique à l échelle des quartiers : quelles ambitions et quelles réalités?

La rénovation énergétique à l échelle des quartiers : quelles ambitions et quelles réalités? La rénovation énergétique à l échelle des quartiers : quelles ambitions et quelles réalités? E dans l AU 21 janvier 2013 Le poids de l énergie Que se passe t il quand l énergie n est pas produite localement?

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

TOULON / ERDF : Linky, le compteur nouvelle génération a débarqué à TOULON

TOULON / ERDF : Linky, le compteur nouvelle génération a débarqué à TOULON TOULON / ERDF : Linky, le compteur nouvelle génération a débarqué à TOULON TOULON / La pose du 1er compteur communicant dans le Var s est déroulée, ce mardi 1er décembre au 105 boulevard Eugène Pelletan,

Plus en détail

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 Quelles sont les principales missions de GrDF? GrDF, assure la gestion du réseau de distribution

Plus en détail

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau.

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau. e l e c tree D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau le projet : Donnons à l Europe connectée les outils pour réussir

Plus en détail

L effacement diffus : cet inconnu bientôt dans votre foyer (1/3)

L effacement diffus : cet inconnu bientôt dans votre foyer (1/3) Accueil Acteurs & marchés Entreprises Habitants Politiques énergétiques Territoires & projets Energystream Le blog Energie des consultants Solucom Accueil» Éclairage» L effacement diffus : cet inconnu

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

RTE, PIONNIER DES SMARTGRIDS

RTE, PIONNIER DES SMARTGRIDS SmartGrids RTE, PIONNIER DES SMARTGRIDS RTE est au cœur du développement des SmartGrids. Les énergies renouvelables montent en puissance (éolien, solaire), de nouveaux usages voient le jour (modulation

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

«L apport des réseaux électriques intelligents»

«L apport des réseaux électriques intelligents» ENR et intermittence : l intégration dans les réseaux de distribution en France 18 avril 2013 Michèle Bellon, Présidente du directoire d ERDF «L apport des réseaux électriques intelligents» Les réseaux

Plus en détail

GRANDLYON HABITAT et ERDF testent un dispositif pédagogique d accès aux données de consommation d électricité pour les locataires

GRANDLYON HABITAT et ERDF testent un dispositif pédagogique d accès aux données de consommation d électricité pour les locataires GRANDLYON HABITAT et ERDF testent un dispositif pédagogique d accès aux données de consommation d électricité pour les locataires Expérimentation Watt & Moi Intervenant : Thibaut Oustry, Agence Locale

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Sommaire. 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14

Sommaire. 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14 Energie de Nous! 1 Sommaire 1. Concept Page 3 2. Les données Page 11 3. Exemple Page 14 2 1. Concept 3 Energie de Nous Détectez, partagez et faites prospérer vos gisements d énergie! Imaginons qu'on propose

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Panneaux photovoltaïques + Stockage : La sélection des 100 participants est lancée!

Panneaux photovoltaïques + Stockage : La sélection des 100 participants est lancée! Février 2014 UNE LONGUEUR D AVANCE POUR LA CORSE Panneaux photovoltaïques + Stockage : La sélection des 100 participants est lancée! N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF Corse 2 avenue

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Africa Smart Grid Forum Session B2 Le Projet de compteurs Linky en France Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Chiffres clés d ERDF Production & trading Transport Distribution Commercialisation 35 millions

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES. Boucle énergétique «BREST Rive Droite»

AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES. Boucle énergétique «BREST Rive Droite» AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES Boucle énergétique «BREST Rive Droite» Intervenants Sylvie MINGANT Responsable division Energie de Brest métropole océane 1er Vice-président

Plus en détail

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE Elaboration d une méthode d évaluation du développement de réseaux de chaleur : l usage de l outil cartographique dans la définition des axes de développement Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE

Plus en détail

Réseaux d électricité et de gaz naturel

Réseaux d électricité et de gaz naturel Réseaux d électricité et de gaz naturel La mission de Creos est d assurer, en sa qualité de propriétaire et de gestionnaire de réseaux d électricité et de gaz naturel, le transport et la distribution d

Plus en détail

Une situation géographique proche de la capitale.

Une situation géographique proche de la capitale. Issy-les-Moulineaux, une ville innovante et attractive Une situation géographique proche de la capitale. Issy-les-Moulineaux accueille des sièges sociaux d entreprises prestigieuses : Microsoft, Bouygues

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

Hager innove pour. l efficacité énergétique

Hager innove pour. l efficacité énergétique Hager innove pour l efficacité énergétique Le groupe Hager développe et commercialise des solutions accompagnées de multiples services pour la distribution sécurisée et intelligente de l énergie électrique

Plus en détail

Cérémonie de clôture du programme HOMES

Cérémonie de clôture du programme HOMES Dossier de presse 13 février 2013 Cérémonie de clôture du programme HOMES Contact Presse Schneider Electric Jean-Pierre Gherardi Tél. : +33 (0)4 76 60 50 24 jean-pierre.gherardi@schneider-electric.com

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple)

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) 1 Notre dessein Caractériser la liaison entre stratégie d activités et stratégie de mobilités grâce

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

Opération d Intérêt National

Opération d Intérêt National Opération d Intérêt National BtoB : BORDEAUX TO BRUSSELS! le 12 septembre 2014 Les Green Tech dans les projets urbains : opportunités de croissance dans les SmartGrids L Opération d Intérêt National dans

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC Organisation territoriale Eléments clés du réseau de distribution du Nord-Pas de Calais (31/12/2012) Calais Saint Martin Boulogne Boulogne-sur-Mer Saint

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac FLEXIPAC: Optimisation d une production locale de sources d énergies renouvelables intermittentes par la flexibilisation des usages des pompes à chaleur résidentielles et tertiaires Philippe ANDRE, ULg-BEMS

Plus en détail

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Smart Grids, nos clients au cœur du réseau de demain ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Association Carbon AT, Nantes, le 16 avril 2013 Régis LE DREZEN Regis.le-drezen@erdf-grdf.fr Film

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS

STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS STORAGE : LA SOLUTION POUR REDUIRE LA FACTURE ENERGETIQUE DES CONSOMMATEURS Le stockage d énergie vu par Energy Pool Le fort développement des énergies renouvelables pose de nouveaux problèmes auxquels

Plus en détail

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère 1 Un partenariat de 3 ans entre la Préfecture de l Isère et Schneider-Electric Instrumenter le site Innovation Créer une situation de référence Business Partenaires

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment, qui consomme près de 40 % de l énergie en France, est l un des principaux gisements pour atteindre l objectif européen de 27

Plus en détail

28 avril 2014. Présentation du projet

28 avril 2014. Présentation du projet . 28 avril 2014 Présentation du projet Smart Electric Lyon COPYRIGHT EDF mars 2014 2 Les composantes du système électrique Intensité - Gestion des flux Fréquence (grandeur globale) Niveaux de tension (grandeurs

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau

Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau S é m i n a i r e " M o b i l i t é s " Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau Laboratoire Modélisation, Intelligence, Processus et Systèmes

Plus en détail

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012 Dossier de presse Solar Decathlon 2014 à Versailles Paris, le 15 octobre 2012 Contact presse : Marielle Chaumien - marielle.chaumien@developpement-durable.gouv.fr - 01 40 81 15 96 www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique Ordre du Jour Chiffres clés 2013 GrDF Rappel - Les missions du distributeur GrDF Le modèle GrDF Relation concédant/concessionnaire Autorité

Plus en détail

Rapport audit interne SOFIBUS

Rapport audit interne SOFIBUS Rapport audit interne SOFIBUS Date d audit : 13 mars 14 Auditeur : Jean- François Vallès, Synopter Personnes présentes : Jean- Marc Costes Didier Charvoz Benjamin Cebreiro Cadre de l audit interne L année

Plus en détail

La carte «Biomethane»

La carte «Biomethane» Dans la semaine du développement durable: "jouons cartes sur tables " Atelier-Débat sur «l énergie à la carte» La carte «Biomethane» Arancha BODEN, Directeur Territoriale Régional Aquitaine Cadaujac, Mercredi

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Loi SRU (2000-1208) signifie loi Solidarité et Renouvellement Urbains. Cette loi est issue d un débat national lancé en 1999 ayant pour thème «habiter,

Plus en détail