COMMON FUND FOR COMMODITIES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMON FUND FOR COMMODITIES"

Transcription

1 COMMON FUND FOR COMMODITIES FONDS COMMUN POUR LES PRODUITS DE BASE PROCEEDINGS International Workshop on Potentials and Constraints for Aromatic Plants and Essential Oils Production and Marketing in Africa RÉSULTATS Atelier International sur le Potentiel et les Contraintes de la Production et la Commercialisation des Plantes Aromatiques et Huiles Essentielles en Afrique

2 Project CFC/FIGSTF/30 PROCEEDINGS Projet CFC/FIGSTF/30 RÉSULTATS International Workshop on Potentials and Constraints for Aromatic Plants and Essential Oils Production and Marketing in Africa Mercure Sheherazade - Rabat, Morocco May, 2012 Funded by the Common Fund for Commodities (CFC) Hosted by the Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Implemented by BERCI International with technical assistance of the World Agroforestry Centre (ICRAF) and technical support from the FAO Intergovernmental sub-group on Tropical Fruits Eliot Masters and Maria Ramouch, Editors (2012) Graphic Design by & Heather Mullen Atelier International sur le Potentiel et les Contraintes de la Production et la Commercialisation des Plantes Aromatiques et Huiles Essentielles en Afrique Mercure Sheherazade - Rabat, Maroc mai, 2012 Financé par le Fonds Commun pour les Produits de Base (CFC) Avec la participation du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Mis en oeuvre par BERCI International Consulting avec l appui technique du World Agroforestry Centre (ICRAF) et le soutien technique du Sous-groupe Intergouvernemental sur les Fruits Tropicaux de la FAO Eliot Masters et Maria Ramouch, éditeurs (2012) Infographie par et Heather Mullen Common Fund for Commodities Stadhouderskade 55, 1072 AB Amsterdam, The Netherlands Postal Address: P.O. Box 74656, 1070 BR Amsterdam, The Netherlands Tel: +31 (20) Fax: +31 (20) Telex cfc nl Website: Food and Agriculture Organization of the United Nations Commodities and Trade Division Viale delle Terme di Caracalla, 00100, Rome, ltaly Website: BERCI International Consulting 1085 Pratt #403 Outremont, Quebec H2V 2V5 Canada Website:

3 The views expressed in the papers and presentations made at the workshop are those of the respective authors and do not necessarily reflect those of the Food and Agriculture organization of the United Nations, BERCI International Consulting and/or the Common Fund for Commodities. The designations employed and the presentation of material in this information product do not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Food and Agriculture organization of the United Nations, BERCI International Consulting or the Common Fund for Commodities concerning the legal or development status of any country, territory, city or area, or of its authorities, or concerning the delimitation of its frontiers or boundaries. All rights reserved. Reproduction and dissemination of material in this information product for educational or other non-commercial purposes are authorized without any prior written permission from the copyright holders provided the source is fully acknowledged. Reproduction of material in this information product for resale or other commercial purposes is prohibited without written permission of the copyright holders. Application for such permission should be addressed to The Chief Publishing Management Service, Information Division. FAO. Viale delle Terme Caracalla, 00100, Rome, ltaly or by to or to the Managing Director, Common Fund for Commodities, Stadhouderskade 55,1072 AB Amsterdam, The Netherlands or by to Copyright FAO, CFC 2012 Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles du/des auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement celles de I Organisation des Nations Unies pour I alimentation et l agriculture et du Fonds Commun pour les produits de base ni BERCI International Consulting Les appellations employées dans ce produit d information et la présentation des données qui y figurent n impliquent de I Organisation des Nations Unies pour I alimentation et I agriculture et du Fonds Commun pour les produits de base ni BERCI International Consulting aucune prise de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au trace de leurs frontières ou limites. Tous droits réservés. Les informations contenues dans ce produit d information peuvent être reproduites ou diffusées pour des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d autres fins commerciales sans I autorisation écrite du détenteur des droits d auteur. Les demandes d autorisation devront être adressées au Chef du Service de la gestion des publications, Division de l information, FAO, Viale delle Terme di Caracalla, Rome, ltalie ou, par courrier électronique, à ou au Directeur du Fonds Commun pour les produits de base, Stadhouderskade 55, 1072 AB Amsterdam, Pays-Bas ou, par courrier électronique, à FAO et CFC 2012

4 Table of Contents Introduction Background Workshop Results Aromatic Plants and Essential Oils: Overview and Current Status of the Commodity in Africa National Strategy for the Development of Aromatic and Medicinal Plants in Morocco The Role of Medicinal and Aromatic Plants and essential oils in Improving Livelihoods of the Rural Poor in the African Region: Challenges, Constraints, Prospects and Strategic Directions Aromatic plants of the Mentha genre: potential for essential oil production Aromatic Gums of Somaliland Lesser-known African flora: A source of novel essential oils Bringing Ocimum gratissimum L. to cultivation through the rooting of leafy stem cuttings 58 Opportunities and challenges facing trade in gum myrrh and gum oppoponax (Hagar) in Kenya 62 Four Pillars in the Development of Aromatic Plants and Essential Oils Business in Africa: Processing, Value Addition, Quality Control and Marketing 70 Frankincense and Myrrh in Somaliland 73 Development of the Essential Oil Standards 82 Aromatic Plants of East Africa 97 Unité de production et de commercialisation des huiles essentielles : Stratégie de mise sur le marché et commercialisation des huiles essentielles et produits dérivés 101 The various aromatic plants and essential oils in Mali 106 Rural Women and Aromatic and medicinal plants. 115 Ariti Herbal: The first modern Herbal Business in Addis Ababa 125 Conclusions and Recommendations Ariti Herbal: The first modern Herbal Business in Addis Ababa Table des Matières Introduction Historique Résultats de l atelier Plantes aromatiques et huiles essentielles : vue d ensemble et état actuel de la marchandise en Afrique Stratégie nationale pour le développement de plantes aromatiques et médicinales au Maroc Le rôle des plantes médicinales et aromatiques et huiles essentielles pour l amélioration des conditions de vie de la population en milieu rural des pays Africains Les plantes aromatiques du genre Mentha : potentialités productives en huiles essentielles Les gommes aromatiques du Somaliland La flore africaine moins connue: une source de nouvelles huiles essentielles La culture du Ocimum gartissimum L. à travers l enracinement des boutures de tiges feuillées Les opportunités et contraintes auquels fait face le commerce des gommes myrrh et oppoponax (Hagar) au Kenya 62 Quatre piliers dans le développement des plantes aromatiques et huiles essentielles en Afrique : transformation, valeur ajoutée, contrôle de la qualité et la commercialisation 70 L encens et la myrrhe au Somaliland 73 Développement de normes pour les huiles essentielles 82 Les plantes aromatiques de l Afrique de l Est 97 Unité de production et de commercialisation des huiles essentielles : Stratégie de mise sur le marché et commercialisation des huiles essentielles et produits dérivés 101 Les différentes plantes aromatiques et huiles essentielles au Mali 106 Relation entre la femme rurale et les plantes aromatiques et médicinales 115 Ariti à base de plantes : la première entreprise moderne à base de plantes à Addis-Abeba 125 Conclusions et Recommandations he first modern Herbal Business in Addis Ababa

5 I. Introduction I. Introduction II. Project Background II Historique From 03 to 05 May,2012, with funding from the Common Fund for Commodities (CFC) as Project CFC/FIGSTF/30, and support from the FAO Intergovernmental sub-group on Tropical Fruits, the Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification of the Kingdom of Morocco hosted an international workshop which brought together key stakeholders of aromatic plants and essential oils value chains from across Africa. The International Workshop on Potentials and Constraints for Aromatic Plants and Essential Oils Production and Marketing in Africa (Project CFC/FIGSTF/30) brought together a range of key actors along a number of aromatic plants and essential oils value chains including smallholder farmers, producer associations, national research institutions and the private sector at the national, regional and international levels. The workshop served to raise the profile of aromatic plants and essential oils at the regional and international levels, thus promoting further research and development of these commodities by national and international institutions, and contributing to the development of an enabling policy environment for aromatic plants and essential oils development in Africa. The main objectives of the workshop were to: Review information on past experiences by addressing productivity constraints and market potentials for a selected number of aromatic plants and essential oils of importance to the selected participating countries; Analyze the key constraints and opportunities in the production, processing and marketing of aromatic plants and essential oils at the national, regional and international levels; Formulate practical strategies to enhance the production, processing, marketing and utilization of aromatic plants and essential oils in a sustainable manner; Determine the most effective potential interventions in order to initiate and develop the formulation of project proposals on aromatic plants and essential oils development; and Disseminate widely the information collected through the proceedings of the workshop in English and French (to be comprised of technical papers presented at the workshop, main points covered in the discussions, and recommendations) to all stakeholders, including producer associations, support organizations, national extension agencies, research institutions and policy makers. Du 03 au 05 mai 2012, avec un financement du Fonds Commun pour les Produits de Base (CFC) et le soutien technique du Sous-groupe Intergouvernemental sur les Fruits Tropicaux de la FAO, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification du Royaume du Maroc a accueilli un atelier international qui a rassemblé les importants acteurs des plantes aromatiques et huiles essentielles en Afrique. L atelier a réuni les acteurs les plus importants de la chaîne de valeur des plantes aromatiques et huiles essentielles incluant les petits fermiers, les associations productives, les institutions nationales de recherche et le secteur privé aux niveaux national, régional et international. L atelier améliorera le profil des plantes aromatiques et des huiles essentielles aux niveaux régional et international, permettant ainsi plus de recherche et de développement des produits de base par les institutions nationales et internationales et plus de contribution au développement d un environnement favorable pour les plantes aromatiques et les huiles essentielles en Afrique. Les principaux objectifs de l atelier étaient: Revoir les informations concernant les expériences passées en abordant les contraintes de productivité et les marchés potentiels pour un certain nombre de plantes aromatiques et huiles essentielles importants pour les pays sélectionnés participants à l atelier ; Analyser les contraintes et les opportunités importantes pour la production, le traitement et la distribution des plantes aromatiques et huiles essenti elles aux niveaux national, régional et international ; Formuler des stratégies de pratiques afin d améliorer la production, le traitement, la distribution et l utilisation des plantes aromatiques et huiles essentielles d une manière durable ; Déterminer les interventions les plus potentielles et efficaces afin d initier et de développer la formulation des propositions du projet sur le développement des plantes aromatiques et huiles essentielles ; et Disséminer largement l information collectée tout au long de l atelier en anglais et en français (qui vont être comprises dans les documents techniques présentés à l atelier, les points importants traités dans les discussions et les recommandations) ; à tous les acteurs incluant les associations productives, les organisations d appui, les organismes nationaux de vulgarisation, les institutions de recherche et les décideurs politiques. There is a growing international demand for aromatic plants and essential oils, of which trade currently originates mainly from industrialized countries. Indeed, WHO statistics show an increasing world market for medicinal plants industries at an average rate of 10% each year, reaching around 45 billion, of which 10 billion relate to medicinal herbs. This trend is driven by social changes such as food diversification, a desire for new flavours and natural products, importance of ethical and processed food and advances in the pharmaceutical and cosmetic industries leading to the use of new condiments and aromatic herbs. Aromatic plants and essential oils are an integral source of income benefiting the poor and landless in developing countries and particularly in Africa. The supply chain structure shows that African countries, benefiting from a number of potential factors, remain weak actors in the world market. Countries such as Morocco and Senegal have the potential to becoming important producers thanks to the availability of raw material, good climatic conditions, excellent geographical location (close to Europe), low cost of labour, availability of simple and accessible production techniques, availability and low cost of land, free trade agreements with main importing countries (e.g. Europe and the USA) and other important factors. Medicinal and aromatic plants (MAPs) include those which are used for medicinal purposes as well as for other related uses such as nutrition, body care and incense. Aromatic plants are used for their aroma and flavour. A recent survey in India found that more than 1,200 medicinal plants are used in the manufacturing and processing sectors and 162 plants were predominantly traded. As for essential oils, these are liquid products of steam or water distillation of plant parts (leaves, stems, bark, seeds, fruit, roots and plant exudates). There are more than 2,000 recorded species used to produce essential oils but only 20 species represent 90% of the world production, mainly targeting the industrial sector. Africa continues to be a significant source of many native medicinal and aromatic plants serving the global food, cosmetic, pharmaceutical, and herbal and dietary supplement industries. In recent decades, a number of indigenous African plant materials have established a strong market presence, including essential oils distilled from resinous exudates of frankincense (Boswellia species) and myrrh (Commiphora species), flower oils distilled from cape chamomile (Ericephalus punctulatus) and rose geranium (Pelargonium roseum), and from medicinal plants such as Helichrysum gymnocephalum and Pelargonium sidoides to name but a few. The supply chain structure of aromatic plants and essential oils is characterized by a large number of small and medium companies with little vertical integration. At the farm level, collectors and producers sell their products to commission agents and wholesalers. These traders sell their products to larger wholesalers and manufacturers or directly to retailers. Most manufacturers in Europe and North America buy from large wholesalers, mainly found in Germany. The products entering the wholesale and manufacturing sector are often sourced from different places which makes it difficult to trace the products. A more direct sourcing strategy is applied by manufacturers looking for specific products with higher value such as organic, fair trade, etc. As for essential oils, their trade distribution can have a number of routes to market. The simplest route is the small oil producer selling to the local market or tourists while the large-scale producers would normally deal through fragrance and flavor house formulators. Most of the oil goes to mainstream industries and the number of mainstream uses continues to decrease through mergers and acquisitions. Il existe une demande internationale croissante pour les plantes aromatiques et les huiles essentielles, dont le commerce provient aujourd'hui principalement des pays industrialisés. En effet, les statistiques de l OMS indiquent une augmentation moyenne de 10% par an du marché mondial pour les industries des plantes médicinales atteignant environ 45 milliards, dont 10 milliards ont trait à des plantes médicinales. Cette tendance serait due à des changements sociaux tels que la diversification alimentaire, la recherche de nouvelles saveurs et de produits naturels, à l'importance des aliments traités et «éthiques» ainsi qu aux progrès réalisés par les industries pharmaceutique et cosmétique conduisant à l'utilisation de nouveaux condiments et herbes aromatiques. Les plantes aromatiques et les huiles essentielles sont une source complète de revenu qui bénéficie aux pauvres et aux paysans sans terre dans les pays en développement et particulièrement en Afrique. La structure de la chaîne d'approvisionnement montre que les pays africains, quoique bénéficiant d'un certain nombre de facteurs potentiels, restent des acteurs faibles sur le marché mondial. Des pays comme le Maroc et le Sénégal possèdent le potentiel pour devenir d importants producteurs, grâce à l abondance des matières premières, aux bonnes conditions climatiques, à une situation géographique excellente (proche de l'europe), à un faible coût de la main d œuvre, à la disponibilité des techniques de production simples et accessibles, à la disponibilité du terrain à faible coût, aux accords de libre-échange avec les principaux pays importateurs (par exemple l'europe et les États-Unis) ainsi qu à d'autres facteurs importants. Les plantes médicinales et aromatiques sont les plantes utilisées à des fins médicinales ainsi que pour d autres usages connexes tels que la nutrition, les soins du corps et l encens. Les plantes aromatiques sont utilisées pour leur arôme et leur saveur. Une enquête récente en Inde a révélé que plus de plantes médicinales sont utilisées dans les secteurs de fabrication et de transformation, dont 162 plantes principalement commercialisées. Quant aux huiles essentielles, il s agit des produits liquides de la distillation à la vapeur ou à l eau de parties de plantes (feuilles, tiges, écorces, graines, fruits, racines et exsudats de plantes). On recense plus de 2000 espèces utilisées pour produire les huiles essentielles, dont seulement 20 espèces représentent 90% de la production mondiale, ciblant principalement le secteur industriel. L Afrique continue d être une source importante de nombreuses plantes médicinales et aromatiques indigènes servant les industries mondiales des compléments alimentaires, des cosmétiques, les industries pharmaceutiques, phytothérapeutiques et diététiques. Pendant les dernières décennies, un certain nombre de matières végétales indigènes africaines se sont imposées sur le marché, comprenant les huiles essentielles distillées à partir d exsudats résineux de l encens (espèces Boswellia), de la myrrhe (espèces Commiphora), les huiles de fleurs distillées de la camomille du Cap (Ericephalus punctulatus) et du geranium rosat (Pelargonium roseum), ainsi que des plantes medicinales telles que l Helichrysum gymnocephalum et le Pelargonium, pour ne citer que quelques noms. 8 9

6 The production tree for essential oils is comprised of four broad sectors, namely the flavor industry (food and beverages, tobacco and pharmaceutical), personal care (cosmetic and toiletries, dental and household), pharmaceutical (medicinal and veterinary) and industrial (pesticide, motor, paper and prints, rubber and plastics, and textile). Global production of essential oils was recorded as 28,200 MT per year in 2003 (FAO figures) of which citruses (orange, lemon) and mints (including mints and eucalyptus) are among the most commonly traded species. The food and beverage industry and the cosmetic industry represent the main target market for essential oils and the global market was estimated at 10 to 15 billion in Trade figures for exported essential oils are not readily available due to a lack of recorded production data in export markets. The EU appears to be the world s biggest importer (France, Germany and UK are major importing countries). The USA is the world s largest importing country followed by Japan. Forecasts suggest that the market for essential oils will grow rapidly in developing countries (dominated by China and India), Eastern countries and Russia, and to a lesser extent in developed countries. In the long term, the demand in these countries is expected to exceed the demand in current consumption industrialized markets. The grreatest demand for essential oils is predicted to be for low value fragrance oils used in soaps, detergents and related products with smaller growth in the flavor oils, mainly for non-alcoholic beverages (particularly citrus, resins and spice oils) and oral care products (mint oils). Trade figures of aromatic plants and essential oils show a value of US$ 1.8 billion in According to international trade data there are three trade centers for aromatic plants and essential oils, namely the USA, Hong Kong and Germany. The leading exporting country is China with an export volume in 2008 of 188,248 MT valued at US$449 million. India has emerged as a major exporter, exporting in ,545 MT to the world valued at US$130 million. Among the importing countries, the USA is a leading player with 67,387 MT worth US$247 million in 2007, followed by Hong Kong with 50,324 MT worth US$179 million, Germany with 47,176 MT worth US$154 million, and Japan with 28,431 MT worth US$117 million. In Europe alone, the value of traded aromatic plants and essential oils is estimated at US$334 million and accounts for 21% of world trade. The COMTRADE database shows that Egypt is the main African export country of pharmaceutical plants to the world market. Between 1991 and 2003, Egypt exported on average 11,800 MT annually, for a value of US$13.5 million. By 2007 these annual exports had risen to 22,572 MT at a value of US$ 32 million. There are at least 66 countries acting as trading partners for Egypt of which Germany and the USA, respectively, had a 26% and 20% share in A second African country, Morocco, exported 12,133 MT of pharmaceutical plants at a value of US$25 million and its exports increased from 5,510 MT in 1993 to 12,133 MT in La structure de la chaîne d approvisionnement des plantes aromatiques et huiles essentielles est caractérisée par un grand nombre de petites et moyennes entreprises avec peu d intégration verticale. Au niveau des exploitations, les cueilleurs et les producteurs vendent leurs produits à des intermédiaires et grossistes. Ces derniers vendent leurs produits aux plus grands grossistes et aux fabricants ou directement aux magasins. La plupart des fabricants en Europe et en Amérique du Nord achètent auprès des grands grossistes qui se trouvent principalement en Allemagne. Les produits entrant dans les secteurs du gros et de fabrication proviennent souvent de différentes origines, ce qui rend difficile de tracer l origine des produits. Une stratégie d approvisionnement plus directe est pratiquée par les fabricants qui recherchent des produits spécifiques à forte valeur avec un label tel que le bio, le commerce équitable, etc. Quant aux huiles essentielles, leur chemin vers le marché peut être très variable. Le plus simple est le petit producteur d huiles qui vend sur le marché local ou aux touristes, alors que les producteurs à grande échelle traitent normalement avec les prescripteurs des maisons de parfums et de saveurs. La plupart de l huile va aux industries classiques et le nombre d usages traditionnels continue de décroître par le biais de fusions et d acquisitions. L arbre de production pour les huiles essentielles est composé de quatre grandes branches, à savoir l industrie des arômes (aliments et boissons, tabac et produits pharmaceutiques), les soins personnels (cosmétiques et produits de toilette, des soins dentaires et ménagers), pharmaceutiques (médicamentaires et vétérinaires) et industriels (pesticides, automobile, papier et imprimés, caoutchouc et plastiques, et textiles). La production mondiale d huiles essentielles se chiffrait à tonnes par an en 2003 (chiffres de la FAO) dont les agrumes (orange, citron) et la menthe (menthes et l eucalyptus) figurent parmi les espèces les plus couramment commercialisées. L industrie des aliments et boissons et l industrie des cosmétiques représentent le principal marché cible pour les huiles essentielles. Le marché mondial a été estimé entre 10 à 15 milliards en Les chiffres à l exportation pour les huiles essentielles ne sont pas facilement disponibles en raison d un manque de données de production enregistrées dans les marchés d exportation. L UE semble être le plus grand importateur du monde (France, Allemagne et Royaume-Uni sont les principaux pays importateurs). Les États-Unis est le plus grand pays importateur du monde, suivi par le Japon. Selon les prévisions, le marché des huiles essentielles connaitra une progression rapide dans les pays en développement (dominés par la Chine et l Inde), les pays de l Est et la Russie, et dans une moindre mesure dans les pays développés. À long terme,la demande dans ces pays devrait dépasser la demande de la consommation actuelle sur les marchés industrialisés. On estime que la plus forte demande pour les huiles essentielles concernera les huiles parfumées de faible valeur utilisées dans les savons, les détergents et des produits connexes; la croissance sera plus faible dans les huiles de saveur, principalement pour les boissons nonalcoolisées (surtout les huiles d agrumes, des résines et d épices) et les produits de soins buccaux (huiles de menthe). Les résultats financiers pour les plantes aromatiques et les huiles essentielles montrent une valeur de US$1,8 milliards en Selon les données du commerce international, il existe trois centres commerciaux pour les plantes aromatiques et les huiles essentielles, à savoir les États-Unis, Hong-Kong et l Allemagne. Le premier pays exportateur est la Chine avec un volume d exportation de tonnes en 2008 d une valeur de US $449 millions. L Inde a émergé en tant que grand exportateur, avec des exportations de l ordre de MT en 2008 vers le monde entier pour une valeur de US$130 millions. Parmi les importateurs, les États-Unis est un opérateur de premier plan avec tonnes pour une valeur de US$247 millions en 2007, suivi par Hong-Kong avec tonnes pour une valeur de US$179 millions, l Allemagne avec tonnes pour une valeur de US$154 millions, et le Japon avec tonnes pour une valeur de US$117 millions. En ne considérant que Europe, on estime que la valeur de la commercialisation des plantes aromatiques et huiles essentielles est de US$ 334 millions soit 21% du commerce mondial. At the West African sub-regional level, the Ivory Coast and Guinea are the main exporters of essential oils to the world market with a production of respectively 210 MT and 110 MT per year (2003, FAO figures). The overall sub-regional (UEMOA zone) market is estimated at FCFA 300 million for 120 to 150 MT. In Senegal there is no local production of essential oils and therefore imports represent the total market (15.6 MT in 2005). On the other hand, the Ivory Coast acts as an importer and exporter of essential oils and represents FCFA 120 million for 120 to 150 MT. Ghana and Nigeria also act as important players in the region and trade essentially with food, beverage and cosmetic industries. The Nigerian market is estimated at US$3 to 5 million for 1,000 MT. Morocco alone exports more than 26 million of MAPs and at least 14 million worth of essential oils with an important production potential (i.e. a potential of 1 million ha of Rosmarinus officinalis producing an annual yield of 60 MT of its essential oil of rosemary). Comparison of the world s export prices provides strong indications of inequalities within the MAP sector. Indeed the worldwide prices of most important supply countries are much lower than the world average export prices. For example, China sells at an average of US$1,770 / MT, Egypt at US$1,150 / MT as compared to US$4,980 / MT in France and US$7,790 / MT in Switzerland. Prices can reach a lower level in Mexico (US$380 / MT), Belize and Niger (around US$ 300 / MT). As for essential oils, prices vary from US$2 to 10 per kg and can reach US$ 200 to 600 per kg for specialized production used in the food, cosmetic and pharmaceutical industries. It is important to note that developing countries supply 85% of the world production. These differences reflect the fact that the price is proportional to the processing level of the commodity traded therefore, farmers and collectors living in generally poor socioeconomic conditions do not benefit from high prices. Natural resource degradation is an issue of major concern in African countries. The Africa region is an important treasure chest of valuable MAPs and essential oils mostly found in fragile ecosystems. These plants have significant medicinal and commercial value, but are threatened today due to a lack of concerted conservation strategy efforts and uncontrolled, exploitative trade practices. For example, the rosemary sector of Morocco has experienced this problem since the late 1960s due to two main factors, namely the use of natural resources for heating, construction or other related activities and inappropriate harvesting techniques where producers cut the plant at a very low level which does not allow for its regeneration. The sustainable harvest and management of these resources can help conserve plant biodiversity and sustain critical rural resources upon which rural livelihoods may be sustained over time. La base de données COMTRADE montre que l Égypte est le principal pays exportateur d Afrique de plantes pharmaceutiques vers le marché mondial. Entre 1991 et 2003, l Égypte a exporté en moyenne tonnes par an pour une valeur de US$13,5 millions. En 2007, ces exportations annuelles ont atteint quelques tonnes pour une valeur de US$32 millions. Au moins 66 pays agissent maintenant en tant que partenaires commerciaux de l Égypte dont l Allemagne et les États-Unis avec respectivement 26% et 20% en Un deuxième pays africain, le Maroc, a exporté tonnes pour une valeur de US $25 millions de plantes pharmaceutiques et ses exportations sont montées de tonnes en 1993 jusqu à tonnes en Au niveau sous-régional ouest-africain, la Côte-d Ivoire et la Guinée sont les principaux exportateurs d huiles essentielles pour le marché mondial avec une production de 210 MT et 110 MT respectivement par an (2003, chiffres de la FAO). L ensemble du marché sous-régional (zone CFA) est estimé à 300 millions CFA pour 120 à 150 tonnes. Au Sénégal, il n y a pas de production locale d huiles essentielles; donc les importations représentent l ensemble du marché (15,6 MT en 2005). D autre part, la Côte d Ivoire agit comme importateur et exportateur d huiles essentielles et représente 120 millions CFA pour 120 à 150 MT. Le Ghana et le Nigéria aussi agissent comme des opérateurs importants dans la région et font leur commerce essentiellement avec les industries alimentaires et des boissons et cosmétiques. Le marché nigérian est estimé à US$3 à 5 millions pour MT. Le Maroc exporte à lui seul plus de 26 millions de PMA (plantes médicinales et aromatiques) et au moins 14 millions d huiles essentielles avec un potentiel de production important (soit un potentiel de 1 million d hectares de Rosmarinus officinalis produisant un rendement annuel de 60 tonnes de son huile essentielle de romarin). Une comparaison des prix à l exportation à l échelon mondial permet de tirer des conclusions importantes en ce qui concerne les inégalités dans le secteur des PMA. En effet, les prix de la majorité des fournisseurs importants à travers le monde sont beaucoup plus bas que la moyenne des prix mondiaux à l exportation. Par exemple, la Chine vend en moyenne à US$1 770 / MT, l Égypte à US$1 150/ MT par rapport à US$4 980 / MT en France et US$7 790 / MT en Suisse. Les prix peuvent atteindre un niveau encore plus bas au Mexique, avec US$380 / MT), au Brésil et au Niger (environ US$300 / MT). Comme pour les huiles essentielles, les prix varient de $2 US à 10 le kg et peuvent atteindre de 200 à 600 US$ le kg pour la production spécialisée, utilisée dans les industries alimentaires, les cosmétiques et les pharmaceutiques. Il est important de noter que les pays en développement offrent 85% de la production mondiale. Ces différences reflètent le fait que le prix est proportionnel au niveau de transformation du produit commercialisé, qui est déterminé; par conséquent, les agriculteurs et les cueilleurs qui vivent généralement dans de mauvaises conditions socio-économiques ne bénéficient pas des prix élevés. La dégradation des ressources naturelles est aujourd hui une préoccupation majeure dans les pays africains. La région d Afrique est un précieux trésor important en matière de PMA et d huiles essentielles localisées principalement dans des écosystèmes fragiles. Ces plantes ont une grande valeur médicinale et commerciale, mais sont aujourd hui menacées en raison de l absence d une stratégie d efforts concertés de conservation et à cause des pratiques commerciales incontrôlées et abusives. A titre d exemple, le secteur du romarin au Maroc connaît ce problème depuis la fin des années 1960 dû à deux facteurs principaux, à savoir l utilisation de ressources naturelles pour le chauffage, la construction ou autres activités connexes et les techniques de récolte inappropriées où les producteurs coupent les plantes à un niveau très bas, ce qui ne permet pas la régénération. Une récolte et une gestion durables de ces ressources peuvent aider à conserver la biodiversité des plantes et à maintenir les ressources critiques en milieu rural soutenant ainsi le niveau de vie des habitants au fil du temps

7 Conclusions Conclusions III. Workshop Results III. Résultats de l atelier Current global trade flows of aromatic plants and essential oils are heavily skewed, with most value added in (and profits accrued to) in developed countries, while the bulk of these botanicals are exported from developing countries. The source countries export mainly raw plant material, fairly unprocessed and often of wild origin and highly variable quality; thus the benefit for poor rural producers and less developed countries of origin is relatively low, as most processing (and value addition) mainly takes place in just a few consumer countries and global trade centres. As wild MAP resources are not evenly distributed across the world, their exploitation is confined to only few regions, which may easily lead to localised overexploitation by resource-poor primary producers. The most effective (and technically feasible) solution to these commodity problems is to increase the value of the plant materials exported by establishing at least primary processing stages in the country of origin and adding value at the primary stages of production, thereby increasing the income of rural producers (collectors, cultivators and processors) on a long-term sustainable basis. Les flux actuels du commerce mondial des plantes aromatiques et huiles essentielles sont fortement biaisés, avec plus de valeur ajoutée (et les profits réalisés) par les pays développés, tandis que le plus grand volume de ces plantes est exporté par les pays en développement. Les pays d origine exportent principalement de la matière végétale brute, peu transformée et souvent d origine sauvage et de qualité très variable: ainsi l avantage pour les producteurs ruraux pauvres et les pays d origine moins développés demeure relativement faible, étant donné que la plupart du traitement (et de la valeur ajoutée) se fait principalement dans certains pays de consommation et centres du commerce mondial. Comme les ressources sauvages des PMA ne sont pas uniformément réparties dans le monde, leur exploitation est limitée à quelques régions seulement, ce qui peut facilement conduire à une surexploitation localisée par ces producteurs primaires maigres en ressources. La solution la plus efficace (et ce qui est techniquement possible) pour faire face à ces problèmes des produits de base consiste à augmenter la valeur du matériel végétal exporté en installant au moins les premières étapes de traitement dans le pays d origine et la valeur ajoutée à la première étape de la production, augmentant ainsi les revenus des producteurs ruraux (les cueilleurs, les cultivateurs et les transformateurs) sur une base durable à long terme. The workshop was implemented from 03 to 05, May 2012 at the Mercure Sheherazade hotel, Rabat, where the international participants were accommodated. A total of twenty-seven (27) individuals from eight countries participated in the workshop, including fifteen Moroccan representatives, three from Kenya, three from Somalia, two from Mali and representatives of Cameroon, Ethiopia, Mauritius and Algeria. Sixteen presentations addressed the technical objectives of the workshop, divided into themed sessions of Production Aspects (Plenary Session 1); Processing, Value Addition and Product Quality (Plenary Session 2); Market Trends and Perspectives (Plenary Session 3) and Case Studies (Plenary Session 4). Simultaneous translation was provided in both French and English to facilitate clear comprehension in real time as a basis for reaction, discussion and exchange. Following the presentations made in the course of each plenary session, questions were taken from all participants and responses obtained from presenters as a basis for lively discussion and exchange, as reflected in the Conclusions and Recommendations provided in this report. The great motivation and interest of participants is reflected in the fact that the afternoon sessions went late with full participation. L atelier a eu lieu le 3 au 5 mai 2012 à l hôtel Mercure Sheherazade Rabat, où étaient acceuillis les participants internationaux. Un total de vingt-sept individus originaires de huit pays notamment le Maroc, le Kenya, la Somalie, le Mali et le Cameroun, l Éthiopie, l Île Maurice et l Algérie. Seize des présentations ont adressé les objectifs techniques de l atelier, divisé en quatre sessions: Les Aspects de la Production (Session 1) ; Traitement, valeur ajoutée et la qualité des produits (Session 2) ; Tendances du marché et Perspectives (Session 3) et études de cas (séance plénière 4). Une traduction simultanée a été fournie en français et en anglais pour faciliter la compréhension et encourager les réactions et échanges entre les participants. Après les présentations faites au cours de chaque session plénière, des périodes de questions et réponses ont eu lieu et ont servi de base aux discussions et échanges comme en témoignent les conclusions et recommandations figurant dans le présent rapport. La grande motivation et l intérêt des participants se reflètent bien dans le fait que les séances de l après-midi étaient prolongées avec une pleine participation. Séances plénières Plenary Sessions The workshop was opened at the headquarters of the Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification with a welcome address by Secrétaire Général Abderrahim Houmy. An introductory presentation on Aromatic Plants and Essential Oils: Overview and Current Status of the Commodity in Africa was made by Eliot Masters, Regional Coordinator of the NaturallyAfrican platform of the World Agroforestry Centre (ICRAF) on behalf of BERCI International. This presentation described the range of aromatic plants, the essential oils derived from them by various methods, both ancient and modern, and described the market trends over time, which indicate a rapidly increasing demand for these high-value natural products. L atelier a débuté au siège du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification avec une allocution de bienvenue par le Secrétaire Général Abderrahim Houmy. Un exposé d introduction sur «plantes aromatiques et huiles essentielles : vue d ensemble et l état actuel de la marchandise en Afrique» a été présenté par Eliot Masters, consultant chez BERCI international et coordonnateur regional de la plateforme NaturallyAfrican, une initiative du World Agroforestry Center. Cette présentation décrit la portée des plantes aromatiques et des huiles essentielles qui en sont tirées par diverses méthodes, anciennes et modernes, puis décrit les tendances du marché au fil du temps, qui indiquent une demande croissante pour ces produits naturels de grande valeur

8 14 15

9 16 17

10 18 19

11 20 21

12 Following the introductory presentation, the case of Morocco was well illustrated in a presentation of the National Strategy for the Development of Aromatic and Medicinal Plants in Morocco, made by Ahmed Azeroual, Chef de division de l économie forestière. With some measure of donor support from the US Agency for International Development (USAID) under the Agriculture et Agrobusiness Intégrés (AAI), Morocco has taken important steps to consolidate its resource base in aromatic plants and to facilitate the commercial development of essential oils in a long-term sustainable manner for the benefit of rural populations. The lessons learned from this process make Morocco an ideal venue for the exchange of learning outcomes desired by the CFC in implementing the workshop. Suite à la présentation d introduction, le cas du Maroc a été bien illustré dans une présentation de la stratégie nationale pour le développement de plantes aromatiques et médicinales au Maroc, faite par Ahmed Azeroual, Chef de division de le «économie forestière. Avec l appui de l Agence américaine pour le développement International (USAID) dans le cadre de l Agriculture et Agrobusiness Intégrés (AAI), le Maroc a pris d importantes mesures pour consolider ses ressources de base en plantes aromatiques et faciliter le développement commercial des huiles essentielles de façon durable à long terme au bénéfice des populations rurales. Les leçons tirées de ce processus font du Maroc un lieu idéal pour l échange des résultats souhaités par le CFC dans la mise en oeuvre de l atelier d apprentissage

13 24 25

14 COMMON FUND FOR COMMODITIES CFC TECHNICAL PAPER NO. 61 From the example of Morocco, Professor Mohamed Hmamouchi of the Fédération Arabe des Plantes Médicinales et Aromatiques made a presentation on The Role of Medicinal and Aromatic Plants and essential oils in Improving Livelihoods of the Rural Poor in the African Region: Challenges, Constraints, Prospects and Strategic Directions. This presentation was very effective at bringing a scientific perspective to the ecological and socioeconomic sustainability of essential oils production and trade. Dans l exemple du Maroc, le professeur Mohamed Hmamouchi de la Fédération Arabe des Plantes Médicinales et Aromatiques a fait un exposé sur «le rôle des plantes médicinales et aromatiques et huiles essentielles pour l amélioration des conditions de vie de la population en milieu rural des pays Africains. Les point abordés furent les orientations stratégiques, les contraintes, les perspectives et les défis. Cette présentation a été très efficace en apportant une perspective scientifique à la durabilité écologique et socioéconomique de la production et commerce d huiles essentielles Project CFC/FIGSTF/30 27

15 28 29

16 30 31

17 32 33

18 34 35

19 36 37

20 Following the opening session at the Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, participants were transported back to the Mercure Sheherazade Hotel for the second plenary session on Production Aspects of aromatic plants. Professor Zahia Houmani of Algeria opened the session with a presentation on the mint species indigenous to the Maghreb region, Les plantes aromatiques du genre Mentha : potentialités productives en huiles essentielles. Suite à la séance d ouverture au Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, les participants sont retournés à l hôtel Mercure Sheherazade pour la deuxième séance plénière sur les Aspects de la Production de plantes aromatiques. La Professeure Zahia Houmani d Algérie a ouvert la séance par un exposé sur les espèces de menthe indigènes au Maghreb, «Les plantes aromatiques du genre Mentha : potentialités productives en huiles essentielles.» 38 39

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris 1 General Context The issue of sustainable food systems raises several challenges:

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD CEI IEC 747-6-3 QC 750113 Première édition First edition 1993-11 Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets Partie 6: Thyristors Section trois Spécification

Plus en détail

Sub-Saharan African G-WADI

Sub-Saharan African G-WADI Sub-Saharan African G-WADI Regional chapter of the Global network on Water and Development Information for Arid Lands Prof. Cheikh B. Gaye G-WADI Workshop 20-21 April 2010 Dakar, Senegal 35 participants

Plus en détail

Propriété Intellectuelle et accord de consortium

Propriété Intellectuelle et accord de consortium INFODAYS Incontact 8-10 october 2012, Dakar, Sénégal Propriété Intellectuelle et accord de consortium Anne-Marie Schelstraete CIRAD, France Direction de la Recherche scientifique et de la Stratégie Chargée

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM. 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA. Participants REPORT

WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM. 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA. Participants REPORT WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA Participants REPORT Introduction : The fifth Global forum on internet governance was

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE IUFRO International Congress, Nice 2015 Global challenges of air pollution and climate change to the public forest management in France Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Manuel Nicolas

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) SOR/98-33 DORS/98-33 Current to September

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Ondel ansek Kay Sommaire Il ressort du débat sur le développement économique de l Afrique subsaharienne (ASS) que les

Plus en détail

PRESENTATION. CRM Paris - 19/21 rue Hélène Boucher - ZA Chartres Est - Jardins d'entreprises - 28 630 GELLAINVILLE

PRESENTATION. CRM Paris - 19/21 rue Hélène Boucher - ZA Chartres Est - Jardins d'entreprises - 28 630 GELLAINVILLE PRESENTATION Spécialités Chimiques Distribution entreprise créée en 1997, a répondu à cette époque à la demande du grand chimiquier HOECHTS (CLARIANT) pour distribuer différents ingrédients en petites

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT

Plus en détail

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride Mission commerciale Du 29 septembre au 2 octobre 2015 Veuillez remplir un formulaire par participant Coordonnées

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

CIHEAM. Année académique Academic Year. Programmes Master of Science et de spécialisation post-universitaire

CIHEAM. Année académique Academic Year. Programmes Master of Science et de spécialisation post-universitaire Année académique Academic Year CIHEAM 2015 2016 Programmes Master of Science et de spécialisation post-universitaire Master of Science & Postgraduate Specialisation Programmes Productions alimentaires

Plus en détail

Working Group on Implementation of UNGCP Meeting

Working Group on Implementation of UNGCP Meeting United Nations Guidelines on Consumer Protection Working Group on Implementation of UNGCP Meeting 24 March 2014 10 a.m. and 3.00 p.m. (Geneva time) SUMMARY OF THE MEETING Participants: - Chair: Permanent

Plus en détail

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Sonatrach Headquarters 7 November 2006 Adam Shepherd, Associate, Baker & McKenzie Baker & McKenzie International is

Plus en détail

We Generate. You Lead.

We Generate. You Lead. www.contact-2-lead.com We Generate. You Lead. PROMOTE CONTACT 2 LEAD 1, Place de la Libération, 73000 Chambéry, France. 17/F i3 Building Asiatown, IT Park, Apas, Cebu City 6000, Philippines. HOW WE CAN

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL

POSITION DESCRIPTION DESCRIPTION DE TRAVAIL Supervisor Titre du poste de la superviseure ou du superviseur : Coordinator, Communications & Political Action & Campaigns Coordonnatrice ou coordonnateur de la Section des communications et de l action

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

Consultants en coûts - Cost Consultants

Consultants en coûts - Cost Consultants Respecter l échéancier et le budget est-ce possible? On time, on budget is it possible? May, 2010 Consultants en coûts - Cost Consultants Boulletin/Newsletter Volume 8 Mai ( May),2010 1 866 694 6494 info@emangepro.com

Plus en détail

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Eau et assainissement pour tous Water and sanitation for all Faire connaitre facilement les moyens techniques, financiers, éducatifs ou de gouvernance pour faciliter

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS. IMport

CHIFFRES CLÉS. IMport 2014 CHIFFRES CLÉS IMport La presse étrangère Magazines : des lancements réussis En volume, le marché des magazines étrangers a reculé de 7 % en 2014 par rapport à 2013, mais l augmentation moyenne de

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere La Poste choisit l'erp Open Source Compiere Redwood Shores, Calif. Compiere, Inc, leader mondial dans les progiciels de gestion Open Source annonce que La Poste, l'opérateur postal français, a choisi l'erp

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Become. Business Provider for Matheo Software

Become. Business Provider for Matheo Software Become Business Provider for Matheo Software Who we are? Matheo Software was created in 2003 by business intelligence and information processing professionals from higher education and research. Matheo

Plus en détail

CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE. Developing a joint strategy for the Channel area

CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE. Developing a joint strategy for the Channel area CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE Developing a joint strategy for the Channel area Les objectifs du projet Co-financé par le programme Interreg IVA France (Manche) Angleterre, le

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Africa GIS & SIGAFRIQUE network

Africa GIS & SIGAFRIQUE network Africa GIS & SIGAFRIQUE network Final meeting of the pilot phase (2003-2005): 2005): main results SIG Afrique & Réseau SIGAfrique Réunion finale de la phase pilote (2003-2005): 2005): principaux résultats

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06

Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06 Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06 (at Results level) Abris/Habitat et Etablissement Humains Sub-Sector/Key Results Indicator A) Planification

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN!

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! AUDITORIUM RAINIER III 16 OCTOBRE 2013 MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! UNE VITRINE, DES OPPORTUNITÉS D AFFAIRES... ET UNE FENÊTRE SUR LE MONDE START MONACO BUSINESS est un événement unique pour maximiser

Plus en détail

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?&

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?& Association Nationale des Directeurs des Systèmes d Information &:&de&quoi&s agit0il&?& Pierre Delort, Président, Association Nationale des DSI http://www.andsi.fr/tag/delort/ Document confidentiel Ne

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

Faits saillants et survol des résultats du sondage

Faits saillants et survol des résultats du sondage NORMES PROFESSIONNELLES NATIONALES pour les gestionnaires de ressources bénévoles Préparer les prochaines étapes Résultats du sondage d'octobre 2012 Merci aux membres qui ont pris le temps de répondre

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA Renewable Energy For a Better World Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities COMPANY PROFILE Haiti's only designer and MANUFACTURER of solar panels and solar appliances

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region?

Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region? Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region? Dr. Paul Schosseler Director CRTE / CRP Henri Tudor Vice-president LuxembourgEcoInnovation Cluster 2 3 4 Circular Economy (C.E.) A circular

Plus en détail

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center 2008-1-TR1-LEO04-02465 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: IT-Call

Plus en détail

GISAfrica First phase closure meeting East African Pole. SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est

GISAfrica First phase closure meeting East African Pole. SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est GISAfrica First phase closure meeting East African Pole SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est Ethiopia MAURITANIE MALI Kenya SENEGAL GUINEE Ouagadougou BURKINA FASO NIGER

Plus en détail

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite www.dcs-eg.com DCS TELECOM SAE is an Egyptian based Information Technology System Integrator company specializes in tailored solutions and integrated advanced systems, while also excelling at consulting

Plus en détail