Lecture VI. L analyse filmique : Atelier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lecture VI. L analyse filmique : Atelier"

Transcription

1 School of Modern Languages and Cultures, The University of Hong Kong FREN French and Francophone Cinema Lecture VI L analyse filmique : Atelier «Le cinéma, capable de dialoguer depuis toujours avec son époque, sait fournir des donnés comme nul autre «art» ne sait le faire.» Francesco Casetti, Teorie del Cinema ( ) Milan, 1993 "Le cinéma, c'est la manipulation du réel par le son et l'image." Alain Resnais, réalisateur I. L analyse filmique L analyse filmique permet d analyser les différents éléments qui composent un film tels que l image, le scénario, le montage ou le son et d étudier les liens entre ses éléments. Comme tout art, l'analyse filmique a une Histoire, demande de la pratique et possède des règles. La discipline fut créée par les critiques et théoriciens du cinéma qui la développèrent sur le modèle de l'analyse littéraire à l'université. Pour plus de détail, voir le document en annexe. II. L analyse culturelle 1. Quel sens peut-on donner au terme culture? Une conception anthropologique consiste à regarder la culture comme formée de quatre éléments qui sont transmis au sein d'un groupe, de génération en génération, en apprenant : Les valeurs Les normes Les institutions Les artefacts (objets fabriqués par l'homme : Arts, cuisine, etc.) L'ensemble de ses éléments partagés par les individus d'un même groupe constitue l'identité culturelle de ce groupe. Pour Stuart Hall: "Culture, it is argued, is not so much a set of things novels and paintings or TV programmes or comics as a process, a set of practices. Primarily, culture is concerned with the production and exchanges of meanings the 'giving and taking of meaning' between the members of a society or a group Thus the group depends on its participants interpreting meaningfully what is around them, and 'making sense' of the world, in broadly similar ways." Hall, S. Representation: Cultural Representation and Signifying Practices. 1997, London: Sage 2. Qu est-ce qu une représentation culturelle? Qu est-ce qu un stéréotype? "To put it briefly, representation is the production of meaning through language." Hall, S. Representation: Cultural Representation and Signifying Practices. 1997, London: Sage Représentation culturelle : élément de représentation qui peut-être rapporté à une culture spécifique. Façon dont une culture est représentée. Stéréotype : Le terme stéréotype est utilisé par l'écrivain Walter Lippmann en 1922 pour décrire des images élaborées rapidement et des opinions toutes faites. Il appelle ces images "pictures in our head". Les stéréotypes sont, selon le sociologue américain Erving Goffman "des images prêtes a l'emploi" ('ready to use' images).

2 Les stéréotypes sont des raccourcis cognitifs, des jugements implicites, élaborés par un groupe à propos d'un autre groupe. Les stéréotypes peuvent être positifs, négatifs ou neutres. Le cinéma emploie beaucoup les stéréotypes. Cela peut s'expliquer par la nécessité d'identifier rapidement dans les films un personnage ou un groupe en utilisant des représentations déjà présentes dans l'imaginaire collectif des spectateurs. 3. Quelles disciplines étudient les représentations au cinéma? L analyse des représentations au cinéma est un domaine interdisciplinaire qui peut faire appel à - la sociologie - la psychologie - la littérature comparée - la sémiologie - la linguistique Elle a trouvé sa forme la plus aboutie dans l orientation interdisciplinaire des Cultural Studies qui s est diffusée dans le monde anglophone au cours des années De quels outils méthodologiques disposons-nous pour l analyse des représentations culturelles? It is worth emphasising that there is no single or 'correct' answer to the question, 'What does this image means?' Since there is no law which can guarantee that things will have 'one true meaning', or that meanings won't change over time, work in this area is bound to be interpretative. Hall, S. Representation: Cultural Representation and Signifying Practices. 1997, London: Sage Thomas M. Carr 1 de l'université du Nebraska propose une organisation des contenus culturels en trois niveaux distincts : Au premier niveau, on peut distinguer tout ce qui compose les habitudes quotidiennes et tout ce qui forme le cadre général ou l'arrière-plan comment les gens sont habillés, dans quels genres de logements ils habitent, comment ils se saluent lorsqu'ils se rencontrent, etc. Au deuxième niveau, il y a toutes les informations que l'on peut obtenir sur l'organisation sociale et sur les institutions - comment fonctionne la famille, l'école, quels rôles ont les parents, les enfants, etc.) Au troisième niveau, on trouve ce qui forme le système des valeurs culturelles Quels comportements choisissent d'adopter les personnages, quels sont leurs sentiments et leurs réactions dans des circonstances variées, qu'est-ce qu'ils jugent approprié. Dans son ouvrage, Visual Methodologies (2001, London: Sage), Gillian Rose propose une interprétation critique des images en trois «sites» auxquels correspondent des modalités : le site de production : la façon dont les images sont produites, le genre, l intention du réalisateur le site de l image : ce que l on voit (le signifié) et le sens de ce que l on voit (le signifiant), la relation entre signifié et signifiant (linguistique et sémiologie) le site de l audience : la façon dont les images sont reçues par le public A chaque site correspondent des modalités d ordre - technologiques - formelles / compositionnelles - sociales 1 Carr, Exploring the cultural contents of French Features Films, in The French Review, No. 3, February 1980

3 L outil méthodologique proposé par Gillian Rose peut être schématisé de la façon suivante (figure 1.4) : 5. Quels sont les éléments à prendre en compte dans l analyse des représentations culturelles? La notion de site production renvoie à l idée d intention et de subjectivité : les images ne sont pas neutres / les images ne sont pas la réalité. La notion de site de l audience renvoie elle aussi à une idée de subjectivité : le spectateur n est pas neutre. Le spectateur interprète selon sa culture, ses références, ses intentions. La notion de contexte joue un rôle essentiel dans les trois sites discutés. Dans quel contexte une image ou un film est-il réalisé et reçu? L étude des relations entre signifiés et signifiants permet de donner du sens aux images. La perspective interculturelle : nous interprétons et nous donnons du sens à ce que nous voyons en relations avec notre propre culture.

4 School of Modern Languages and Cultures, The University of Hong Kong FREN French and Francophone Cinema Lecture VI ANNEXE : QUELQUES GRANDS ELEMENTS D ANALYSE FILMIQUE (Source : Précis théorique pour l analyse des différentes composantes d un film, Académie de Caen) I. L HISTOIRE RACONTEE PAR LE FILM Il s agit de prendre en compte ce qui se déroule dans le film, ce qui constitue le monde représenté par le film. A. Les personnages caractérisation : aspect physique, vêtements, voix, interprétation, choix de l acteur relations entre les personnages : qui sont-ils? que veulent-ils? B. Les événements époque à laquelle se déroule l action structure dramatique et ses effets : scènes de dialogue (séduction? dispute? ), suspense, effets de surprise, happy end séquences clefs : générique, exposition, conclusion, première apparition des personnages degré d importance qui est accordé aux événements selon la longueur de la scène et la manière de la filmer (cf. une scène de viol : allusive ou explicite? longue ou rapide?) C. Le décor (la représentation de l espace) lieu(x) où se déroule l action décor(s) naturel(s) ou réalisé(s) en studio? espace(s) intérieur(s) ou extérieur(s)? jour ou nuit? champ (ce qui apparaît dans le cadre) ou hors-champ (ce qui se passe hors du cadre, par exemple ce que voit un personnage sans que le spectateur puisse le voir cf. plus bas : III. A.)? II. LA NARRATION Il s agit d analyser la manière qu a le film de raconter l histoire. A. Chronologie l ordre des événements est-il respecté ou y a-t-il des retours en arrière (flash-back)? des anticipations (le contraire du flash-back)? comment s organise la vitesse du récit par rapport à celle des événements? (cf. présence d ellipses : passages d un point à un autre de l histoire sans les événements, généralement attendus, qui se sont déroulés durant la période omise, en laissant le spectateur les imaginer ou s interroger sur eux) B. Le(s) point(s) de vue l action se donne-t-elle simplement à voir (récit impersonnel) ou y a-t-il la présence marquée d un narrateur? ce narrateur fait-il ou non partie de l histoire? est-il un personnage (principal? secondaire?)? quelles conséquences le point de vue adopté a-t-il sur le choix et la nature des informations données, ou les modes d expression utilisés (cf. scène de rêve, de pensée intérieure du personnage )?

5 C. Le montage Au sens technique, le montage est l opération matérielle qui consiste à mettre les plans (cf. plus bas : III. A.) bout à bout. C est donc le montage qui détermine en majeure partie la construction du récit. La question à se poser est : comment passe-t-on d une image à une autre? quelles relations de sens s instaurent entre les images? montage cut : passage direct d un plan à un autre sans effet de liaison (procédé le plus simple et le plus courant) montage chronologique : l action est présentée dans l ordre de son déroulement montage alterné : juxtaposition d actions simultanées montage parallèle : juxtaposition d actions éloignées dans le temps ou dans l espace montage court : succession de plans très brefs (effet d accélération) La juxtaposition de deux plans est le raccord. Le plus souvent le réalisateur vise à atténuer l effet de rupture en utilisant la bande son (raccord sonore), les dialogues, le jeu de l acteur, la mise en scène raccord regard : montre successivement un personnage regardant un objet puis cet objet luimême raccord dans le mouvement : un mouvement commence dans un plan et se poursuit dans le plan suivant raccord dans l axe : passage d un plan large à un plan rapproché sur un même personnage, ou inversement. La caméra semble effectuer un saut dans l espace en conservant le même point de vue, le même axe. Seule varie l échelle de plan (cf. plus bas : III. A.) faux raccord : discontinuité apparente, volontaire ou non, entre deux éléments hétérogènes du film Pour différentes raisons, le cinéaste peut chercher à accentuer l effet de rupture entre deux plans et établir ainsi une ponctuation forte dans le film. La plus fréquente est le fondu, qui consiste à obscurcir progressivement l image (fermeture) ou à la faire progressivement apparaître (ouverture). fondu au noir : conclut généralement un plan par une disparition progressive de l image qui s évanouit dans le noir complet. On parle aussi d ouverture au noir quand une image apparaît peu à peu à partir d un écran noir fondu enchaîné : établit une transition entre deux images, la première disparaissant progressivement tandis que la seconde apparaît en surimpression Un film étant constitué de centaines de plans, il est intéressant de noter si le découpage cherche à établir des liens et/ou des effets de rupture (toujours porteurs de sens) : le cinéma classique utilise majoritairement des raccords pour lier les plans et assurer une fluidité au film mais certains films modernes peuvent se passer de raccord pour faire ressentir au spectateur les oppositions qui traversent l univers représenté sur l écran. Ce sont deux visions du monde qui sont alors proposées : l une cohérente, unie ; l autre, au contraire, désarticulée. III. LA MISE EN SCENE (DE L IMAGE ET DU SON) Il s agit de dégager ce qui caractérise le style (proprement cinématographique : la spécificité de la représentation au cinéma), l esthétique du réalisateur. A. Le travail de l image Le cadrage est l organisation de l image délimitée par les quatre côtés de l écran (champ), jouant sur l échelle des plans, les angles de prise de vue, la profondeur de champ, les mouvements de caméra et la lumière. C est un élément important car il impose au spectateur un point de vue sur ce qui est représenté. Le travail de l image, au cinéma comme en photographie, emprunte un certain nombre de règles et de techniques à la peinture. Une des règles les plus courantes est la règle des tiers, sur laquelle repose la construction de bien des toiles de maître. Il s agit de projeter sur le cadre une grille imaginaire qui le

6 découperait en trois parties égales, horizontalement et verticalement. Sauf volonté marquée de contrarier la règle, par exemple pour jouer d une symétrie, le sujet est placé sur l un de ces axes forts, idéalement à l un de leurs points d intersection. Traditionnellement, il convient de ne pas placer deux détails importants sur deux points d intersection (ils s affaibliraient) ni, à l inverse, de placer un détail qui n a pas d importance sur un point fort car ce dernier parasiterait le sens de l image. Le centre d intérêt de la scène est souvent déporté sur le côté côté gauche car c est là que notre cerveau, façonné par la lecture de gauche à droite, viendra le chercher. Cela rejoint la règle de l aire, qui consiste à placer un personnage à gauche de l écran, de manière à laisser un espace libre à droite, espace dramatisé, ouvert sur l action et le hors-champ. Le champ est l espace visible à l écran. Il est délimité par le cadre. le contrechamp est la portion d espace opposée à la précédente. Un dialogue entre deux personnages peut par exemple montrer tour à tour chacun des deux interlocuteurs dans un montage champ-contrechamp le hors-champ comprend ce qui est suggéré sans être montré, c est l espace contigu au champ, non visible à l écran, comprenant ce qui se passe hors du cadre, par exemple ce que voit un personnage sans que le spectateur puisse lui aussi le voir. Le son est dit off lorsqu il provient d une source située hors-champ, donc non visible à l écran la profondeur de champ montre en perspective un premier plan et un arrière-plan également nets. Cela permet par exemple de présenter simultanément des personnages, des objets ou des actions proches et éloignés. Une grande profondeur de champ permet de raconter plusieurs choses en même temps, alors qu une petite profondeur de champ permet d isoler des détails. On peut distinguer deux grandes familles de cinéastes : ceux qui centrent tout sur le sujet filmé, et ceux qui composent le cadre, l image (à la manière d un peintre) : ces derniers peuvent avoir recours au surcadrage (un cadre est placé dans l image : cf. une fenêtre : élément de stabilisation du cadre), ils peuvent faire intervenir des effets de symétrie ou de perspective dans le cadre. Il est intéressant de noter si le cadre est fixe (cf. cadre fermé, qui n implique pas de hors-champ et enferme le personnage) ou mobile (cf. personnages entrent et sortent du cadre, échappent à la caméra). Le mot plan est polysémique : il désigne à la fois les images enregistrées au cours d un fonctionnement ininterrompu de la caméra (entre le «moteur» et le «coupez») on parle alors aussi de prise et la manière de cadrer un personnage, selon différentes «échelles», qui vont en quelque sorte de l objectif au subjectif et dont la règle peut être résumée ainsi : plus la caméra s éloigne de l objet filmé, plus on donne de l information au spectateur ; plus la caméra se rapproche, plus on dramatise le plan, plus on donne de l émotion au spectateur (au cinéma, contrairement au théâtre par exemple, en très gros plan, un battement de cil constitue un événement!). le plan général couvre un vaste ensemble qui situe le décor construit et dans lequel les personnages sont peu identifiables le plan d ensemble cadre l ensemble du décor et permet d identifier les personnages le plan de demi-ensemble met en place les personnages dans leur milieu et cadre une bonne partie du décor le plan moyen présente le personnage en pied

7 le plan américain cadre le personnage à mi-cuisse le plan rapproché cadre le personnage à la ceinture ou à la poitrine le gros plan cadre le personnage au visage le très gros plan isole un détail. On parle d insert quand un objet est filmé en très gros plan, rapidement, et constitue une rupture de montage dans un but expressif Les angles de prise de vues sont définis par l emplacement de la caméra. la plongée est une prise de vues faite d un point d observation plus haut que le sujet filmé : elle le domine, l écrase la contre-plongée est une prise de vues faite d un point d observation plus bas que le sujet : c est alors le personnage (ou l objet : cf. une tour) qui domine l écran l angle plat est une prise de vues faite d un point d observation situé au même niveau que le sujet : c est l angle de prise de vues le plus courant (les deux autres n étant donc utilisés que dans des buts expressifs, porteurs de sens) A l intérieur d une scène, la caméra peut opérer un certain nombre de mouvements. le panoramique est le mouvement de la caméra qui pivote sur son axe (donc ne se déplace pas) de droite à gauche (ou inversement) ou de haut en bas (ou inversement) le travelling est le mouvement par lequel la caméra se déplace dans l espace (sur des rails par exemple). Il peut être travelling avant (la caméra s approche du sujet filmé), arrière (la caméra s éloigne du sujet filmé), latéral (la caméra accompagne une action ou parcourt un décor, généralement de gauche à droite), ascendant (la caméra s élève au-dessus du sujet filmé) ou descendant (la caméra descend par rapport au sujet filmé). le zoom est un travelling avant ou arrière réalisé avec un objectif-zoom sans déplacement de la caméra Un dernier élément à prendre en compte dans l analyse du travail de l image est la lumière. Le plus souvent, la lumière naturelle est insuffisante : il faut donc la retravailler, selon les choix du cinéaste (c est pourquoi la lumière fait partie de la mise en scène d un film). Le réalisateur peut soit choisir une lumière sans effet particulier, qui reproduit le plus possible la lumière naturelle, soit au contraire opter pour une lumière beaucoup plus sophistiquée, de manière à créer des effets dramatiques particuliers (faire ressortir la méchanceté d un personnage, par exemple) ou des ambiances particulières (scène d angoisse, par exemple). Les couleurs peuvent également avoir une fonction symbolique (couleurs chaudes ou froides), dramatique ou narrative (associer telle couleur à tel personnage, ou à tel lieu). B. Le travail du son La bande sonore est intéressante à étudier dans ses rapports avec l image. Le mixage est l opération au cours de laquelle on conjugue les bandes sonores (en gros une demi-douzaine correspondant aux paroles, à la musique, aux bruits ) et la bande image. Il y a a-synchronisme (ou contrepoint) quand l image ne correspond pas au son. La voix off en est en exemple. Off se dit d un son, d une réplique, d un commentaire, d un bruit, d une musique dont la source n est visible ni dans le plan ni hors-champ. Ce terme ne s applique pas exclusivement au son et peut désigner tout ce qui est situé hors-champ. on parle de son d ambiance pour faire référence aux bruits produits par les éléments naturels (vent ) ou par la présence des comédiens (mouvements, bruits de pas ). La plupart de ces indications sonores sont reconstituées en studio. la musique est dite de scène ou diégétique(quand sa source est visible à l écran ou hors-champ : cf. le personnage allume la radio, met un disque ) ou de fosse ou extra-diégétique (quand elle accompagne l histoire, l image : elle peut alors avoir une fonction dramatique importante, comme dans les scènes de suspense)

8 les dialogues : ils appartiennent à l histoire, sauf si un personnage s adresse directement au spectateur (rupture de l effet d illusion). Ils sont soit enregistrés en direct soit post-synchronisés. le silence : élément délicat à réaliser techniquement, assez rare, donc toujours signifiant. «Le cinéma sonore a inventé le silence», Bresson.

Le petit lexique du cinéma

Le petit lexique du cinéma Le petit lexique du cinéma Dossier réalisé par Alice Mennesson 1 QUELQUES DEFINITIONS POUR COMMENCER La séquence (Sequenz) est un groupe de plans qui forment un ensemble narratif. On peut comparer la séquence

Plus en détail

PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE

PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE Elaboré par l équipe pédagogique de l option Cinéma audiovisuel du lycée du Garros Auch PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE AMORCE 1) Au début d'une bobine, morceau de pellicule non impressionné

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Poste 4 le montage. Le montage

Poste 4 le montage. Le montage 1/11 Le montage Conseils et astuces pour le montage de clips vidéo Situations de montage modèles Exercice pratique Information aux enseignants: logiciel de traitement vidéo 2/11 Un montage parfait! Description

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani César doit mourir Cesare Deve Morire de Paolo et Vittorio Taviani Un documentaire sur la vie carcérale ou une fiction sur Shakespeare? la création de la pièce de Le film a été récompensé par plusieurs

Plus en détail

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné.

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. outil RÉFÉRENCE 8 GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. Ambiance sonore (n. f.) : ensemble des bruits ambiants et des bruits de fond qui

Plus en détail

Maquette générale (prof) : Le racisme

Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale 1 Niveau : C2 Public : Élèves du secondaire Contexte d enseignement-apprentissage : Cours de FLE. Possibilité de travail en interdisciplinarité,

Plus en détail

Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation. avec windows Movie Maker

Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation. avec windows Movie Maker Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation avec windows Movie Maker Ce logiciel est disponible sur tous les ordinateurs installés avec windows XP, vista... Le logiciel est livré avec. Pour windows

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock Pour ouvrir un projet Pour ouvrir un fichier projet, lancez Lignes de temps et cliquez sur Fichier ->

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio Mode d emploi www.itycom.com/itystudio Sommaire Glossaire Introduction 6 Qu est ce qu ITyStudio? 6 A qui est-il destiné? 6 Le concept 7 Fonctionnement Global 8 Interface générale 9 Header 9 Création d

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT Dire «ce document est un texte» ou «c est un tableau de statistiques», cela ne suffit pas à donner avec précision la nature d un document. Plus cette nature est

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON -

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- - 1

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

TECHNIQUES DE STORYBOARDS

TECHNIQUES DE STORYBOARDS TECHNIQUES DE STORYBOARDS Traduction et adaptation Bertrand Perrotin W e n d y T u m m i n e l l o CHAPITRE 3 Les caractéristiques fondamentales du plan Le cinéma, l animation et les jeux vidéo sont des

Plus en détail

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE Andrée-Caroline Boucher, service national du RÉCIT, domaine des arts RÉSUMÉ DE LA SITUATION Secondaire : facile à adapter au 3e cycle du primaire Il s agit d une

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

1. L écran d accueil. 2. Importer des images. Sélectionnez cette option pour créer un nouveau document puis cliquer sur Suivant.

1. L écran d accueil. 2. Importer des images. Sélectionnez cette option pour créer un nouveau document puis cliquer sur Suivant. 1. L écran d accueil Utiliser Photorecit (ou Photostory) Sélectionnez cette option pour créer un nouveau document puis cliquer sur Suivant. 2. Importer des images Cliquez sur ce bouton pour importer des

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Fiche Windows Movie Maker n 3 Titres et génériques Bande son Encodage

Fiche Windows Movie Maker n 3 Titres et génériques Bande son Encodage Fiche Windows Movie Maker n 3 Titres et génériques Bande son Encodage Table des matières 1- Les titres...1 2- La bande son...3 3- L'encodage...5 http://blogs.lyceecfadumene.fr/informatique Fiche Windows

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen Inspirations et impulsions pour 2014 Une cuisine ne prend vie qu une fois tous ses éléments combinés

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à :

Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à : b Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à : 1. Prendre connaissance du règlement, des critères de sélection et des dates limites d inscription de la manifestation. 2. Dater et signer

Plus en détail

L EFFET PARALLAXE N EST

L EFFET PARALLAXE N EST 50 3 Objets L EFFET PARALLAXE N EST PAS SPÉCIFIQUEMENT UN TRUCAGE D AFTER EFFECTS. C est un principe que vous devriez avoir à l esprit quand vous travaillez en 3D. En raison de la nature de la 3D dans

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Montage vidéo avec Windows Live Movie Maker 1 Présentation de Windows Live Movie Maker Windows Live Movie Maker est le logiciel de

Plus en détail

Eclairage artificiel

Eclairage artificiel Eclairage artificiel Directions de lumière Effets de la source Mise en Scène Mise en Valeur Eléments de Projet Directions de lumière La composition lumineuse d une scène suppose la maîtrise des directions

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

STAGE CONVENTIONNE AFDAS, SOUTENU PAR LA REGION BRETAGNE

STAGE CONVENTIONNE AFDAS, SOUTENU PAR LA REGION BRETAGNE Le comédien au micro : techniques de la voix pour les différents supports de diffusion du 26 au 30 janvier 2015 un contenu pédagogique élaboré par Films en Bretagne STAGE CONVENTIONNE AFDAS, SOUTENU PAR

Plus en détail

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Opérateur de prises de vue vidéo. Cadreur. Pointeur vidéo APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Opérateur de prises de vue vidéo. Cadreur. Pointeur vidéo APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Opérateur de prises de vue Version 1 «Opérateur de prises de vue» APPELLATION(S) DU METIER Opérateur de prises de vue vidéo Cadreur Pointeur vidéo DEFINITION DU METIER L'opérateur de prises de vue assure

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Glossaire technique Veditec

Glossaire technique Veditec Glossaire technique Veditec 3D/2D DNR (digital noise réduction) La technologie DNR est un système de réduction numérique de bruit ayant pour but de réduire le bruit sur l image. Elle permet d obtenir des

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

AniPaint 3.1.3 mac : un tutoriel

AniPaint 3.1.3 mac : un tutoriel Objectifs du cours : -Apprendre à transposer une situation d apprentissage simple, à l aide de l informatique, à l écran -Apprendre à mettre en scène des dessins, des images, du son et du texte -Envisager

Plus en détail

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1»

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Persepolis Le Film et La Bande dessinée «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Dossier pédagogique pour les préparatoires du lycée Saint-Joseph d Istanbul Première partie : Devinons par l image Analyse

Plus en détail

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Danses pour des jeunes par des jeunes Processus de création Nous nous exprimons par la danse La danse qui sera créée devra refléter une préoccupation sociale qui est importante et signifiante à ta génération.

Plus en détail

CYCLE 3D. Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3

CYCLE 3D. Certification RNCP Lead Infographiste 2D/3D Niveau II - Bac +3 CYCLE 3D Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3 Objectif : Acquérir des compétences et se former aux métiers créatifs et dans le domaine de l'infographie 3D avec une nouvelle

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Réaliser un court métrage

Réaliser un court métrage Réaliser un court métrage INITIER INITIER -> Le court métrage... p. 2 -> L idée de départ... p. 2 -> La création de l équipe... p. 2 1 -> Vous avez dit court métrage? Le «métrage» fait référence à la taille

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION Ce document doit être écrit de façon lisible, en LETTRES CAPITALES, sans oublier de mentionner les accents ou diverses ponctuations afin de permettre une saisie correcte des informations

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Mickaël Cosnuau- UAC Nantes Movie Maker octobre 2007- p. 1/ 18. Aide. Movie Maker

Mickaël Cosnuau- UAC Nantes Movie Maker octobre 2007- p. 1/ 18. Aide. Movie Maker Mickaël Cosnuau- UAC Nantes Movie Maker octobre 2007- p. 1/ 18 Aide Movie Maker Mickaël Cosnuau- UAC Nantes Movie Maker octobre 2007- p. 2/ 18 Sommaire 1. L interface 2. Utiliser la table de montage séquentiel

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

La caméra Embarquée et subjective

La caméra Embarquée et subjective La caméra Embarquée et subjective La caméra embarquée et subjective L utilisation de la caméra subjective permet une très forte identification du spectateur aux personnages et par conséquent des sensations

Plus en détail

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS 1. Nom de la société de production (proposant) : 2. Adresse : 3. Le proposant est : Particulier Société de personnes Personne morale, dont les membres

Plus en détail

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier...

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Ed uc ati on à l i m a ge L e s a te l i e r s d u c i n é m a p o u r to u s Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Clair Obscur vous propose des ateliers audiovisuels tout public, des séances

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Lecture et interprétation d'un tableau réversible: nature morte ou portrait: Arcimboldo :"l'homme potager" ou "plaisanterie avec légumes"

Lecture et interprétation d'un tableau réversible: nature morte ou portrait: Arcimboldo :l'homme potager ou plaisanterie avec légumes Lecture et interprétation d'un tableau réversible: nature morte ou portrait: Arcimboldo :"l'homme potager" ou "plaisanterie avec légumes" Analyser, interpréter un document patrimonial dans la perspective

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

La visioconférence en pratique

La visioconférence en pratique La visioconférence en pratique Sommaire Intérêts/difficultés de mise en oeuvre de la visioconférence... 2 Agencement de la salle de visioconférence... 2 Matériel de visioconférence... 3 Disposition des

Plus en détail

Keynote. Logiciel de présentation. Sous Mac OS X. Suzanne Harvey

Keynote. Logiciel de présentation. Sous Mac OS X. Suzanne Harvey Keynote Logiciel de présentation Sous Mac OS X Suzanne Harvey Conseillère pédagogique Service local du RÉCIT Commission scolaire de Saint-Hyacinthe suzanne.harvey@prologue.qc.ca recit.cssh.qc.ca Novembre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Exemple de problématiques

Exemple de problématiques Les prescriptions d achat émises par les internautes sur les sites d opinions de consommateurs jouissent-elles d une crédibilité suffisante pour déstabiliser les journaux consuméristes? H1 : Les sites

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

7. Aide aux étudiants (bourses, allocations, soutien) (2 lignes maximum)

7. Aide aux étudiants (bourses, allocations, soutien) (2 lignes maximum) Code : 11L1ANG11FOM. Libellé : Anglais : Thème & Grammaire Maîtrise des fondamentaux de la langue. Pratique de la traduction au travers d une maîtrise des enjeux linguistiques fondamentaux. a) Thème et

Plus en détail

imovie HD Premiers contacts Vous découvrirez comment importer de la vidéo, éditer des séquences, ajouter des transitions, des effets, des titres et

imovie HD Premiers contacts Vous découvrirez comment importer de la vidéo, éditer des séquences, ajouter des transitions, des effets, des titres et imovie HD Premiers contacts Vous découvrirez comment importer de la vidéo, éditer des séquences, ajouter des transitions, des effets, des titres et bien d autres choses encore 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique L Armada Productions 3, rue de Lorraine 35000 Rennes 02 99 54 32 02 www.armada-productions.com www.adventuresinfrontofthetvset.com Contact / Salima

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Justine Ludi. HEAD Genève

Justine Ludi. HEAD Genève Justine Ludi HEAD Genève Laura Wohlgehaben HEAD Genève Karine Laurence EAVM Montréal Projet Évolution chronologique du projet. Nos projets étaient quasi identiques lors de la formation des groupes. Dans

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Montage vidéo avec Windows Movie Maker 2

Montage vidéo avec Windows Movie Maker 2 Windows Movie Maker est le logiciel de montage vidéo livré avec Windows XP. Il faut absolument installer la version 2 de ce logiciel. On lance Windows Movie Maker par Démarrer/Programmes/Windows Movie

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 DOCUMENTATION MODULE SHOPDECORATION MODULE PRESTASHOP CREE PAR PRESTACREA INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 INSTALLATION... 2 Installation automatique... 2 Installation manuelle... 2 Résolution des

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

L ARBORESCENCE. Qu est-ce qu un dossier? L arborescence?

L ARBORESCENCE. Qu est-ce qu un dossier? L arborescence? L ARBORESCENCE Qu est-ce qu un dossier? Un dossier est une pochette vide dans laquelle on peut disposer des documents créés à l aide de l outil informatique. Comme les systèmes utilisés dans la vie courante

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Plan à étapes abrégé du mode d emploi Mediabrowser 2

Plan à étapes abrégé du mode d emploi Mediabrowser 2 Plan à étapes abrégé du mode d emploi Mediabrowser 2 Sélectionnez C pour un montage complet du DVD Le texte imprimé en italiques peut éventuellement être omis (les titres, les effets et la musique de fond

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH

ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH Le point de départ de cette étude se situe autour de la question du documentaire. En effet, Ari Folman classe son film dans la catégorie du documentaire

Plus en détail

Manuel pour l utilisation de Gimp

Manuel pour l utilisation de Gimp Philippe Morlot Manuel pour l utilisation de Gimp notamment dans le cadre de l enseignement des arts plastiques Petite introduction Gimp est un puissant logiciel qui permet de retoucher, de manipuler ou

Plus en détail

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste ÉCOLE AFROCENTRISTE EN ONTARIO Pour diffusion immédiate PAGE 1 DE 5 Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste La vaste majorité des répondants sont d accord

Plus en détail

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant Stéphanie Jean-Daubias Stephanie.Jean-Daubias@liris.univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/stephanie.jean-daubias/ Plan du cours Méthodologies

Plus en détail

Aspects de droit anglais

Aspects de droit anglais UNIVERSITE PANTHEON-SORBONNE MASTER ETUDES JURIDIQUES COMPARATIVES EXAMEN TERMINAL ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 Tous documents autorisés Veuillez rédiger une réflexion comparative personnelle et critique

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir!

La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! La propriété intellectuelle à Hong Kong: ce qu un canadien doit savoir! Me Nicolas Sapp Avocat et agent de marques de commerce Associé responsable du bureau de Québec ROBIC sencrl Québec, le 1 er juin

Plus en détail

VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET

VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET Brancher / débrancher l ordinateur de la prise Allumer / éteindre l ordinateur : pour allumer ou éteindre l ordinateur vous devez appuyer sur le bouton On/off

Plus en détail