LŽgende de la couverture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LŽgende de la couverture"

Transcription

1 1

2 LŽgende de la couverture L'OHP fait partie du consortium franco-italien VIRMOS, sžlectionnž par l'eso pour la conception, la construction et la mise en service au foyer du VLT de deux spectrographes multi-objets VIMOS (visible) et NIRMOS (infrarouge). Ces instruments permettront de cartographier l'univers lointain et de retracer les grandes phases de l'žvolution des galaxies. Leur intžgration ˆ l'ohp a nžcessitž la construction d'un b timent nouveau dont deux vues apparaissent sur un fond de galaxies de l'amas de la Couronne BorŽale. Cette construction, achevže au printemps 1999, s'est džroulže sous la ma trise d'ïuvre de la DŽlŽgation Provence du CNRS, gr ce au financement conjoint de l'insu et du Conseil RŽgional Provence- Alpes-C te d'azur. Le b timent comprend des bureaux, un laboratoire de ržglage et deux grands volumes de 600m 3 chacun, desservis par un pont roulant. On voit, dans le volume d'intžgration, montže sur le simulateur du foyer Nasmith du VLT, l'imposante structure de l'instrument VIMOS, fabriquže ˆ Naples et livrže fin 1999 ˆ l'ohp. (photos Ph. Moreau et clichž tžlescope 1,93 m)

3 3 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OBSERVATOIRE DE HAUTE PROVENCE J20340 ISSN RAPPORT D'ACTIVITƒ EXERCICE 1999 Directeur Directeur-Adjoint A. LABEYRIE J.-P. SIVAN SecrŽtaire GŽnŽral S. GUYOT

4 TABLE DES MATIéRES INTRODUCTION 1.- Rapport scientifique et technique 1 ƒvolution de l'observation astronomique ˆ l'ohp 3 Rapport d'activitž des astronomes visiteurs 4 Rapport d'activitž des membres du groupe scientifique 29 Rapport d'activitž de la station de GŽophysique 39 Rapport d'activitž du service de la Luminescence AtmosphŽrique 45 RŽalisations des services techniques 47 Biblioth que - MŽtŽorologie Formation et diffusion de la science Organigramme et liste du personnel Rapport Administratif 63 Exercice

5 5 INTRODUCTION 1999 a ŽtŽ l'annže du changement. RŽpondant aux recommandations issues du Colloque de prospective d'arcachon, l'instauration d'un "ticket modžrateur" a mis un terme ˆ la tradition de gratuitž des tžlescopes de l'ohp. Cette mesure, mise en place au 2 me semestre de l'annže, n'a pas dissuadž pour autant les demandeurs fran ais et Žtrangers et la fržquentation des tžlescopes de l'ohp n'a pas faibli. La production scientifique issue des observations faites avec ceux-ci demeure de premier plan, notamment dans les domaines de pointe que sont l'astžrosismologie et la recherche des exoplan tes qui nžcessitent beaucoup de temps d'observation, mais pas forcžment l'usage de grands collecteurs de lumi re. L'OHP ne se tient pas cependant ˆ l'žcart de ces derniers: il participe activement au projet franco-suisse HARPS destinž ˆ la recherche des plan tes extra-solaires au tžlescope de 3,60 m de l'eso (La Silla) et au projet franco-italien VIRMOS dont le but est de sonder et cartographier l'univers au foyer de deux des tžlescopes de 8 m du Very Large Telescope de l'eso. Ces deux projets sont entržs, en 1999, dans des phases džcisives. Le riche bilan de l'activitž de cette annže ne saurait pourtant occulter l'inquižtude suscitže par de nouveaux džparts ˆ la retraite, non remplacžs, de techniciens et d'ingžnieurs, et par une Žquipe de chercheurs toujours trop peu nombreux.

6 1. RAPPORT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

7 7 ƒvolution de l'observation astronomique ˆ l'ohp L'instauration d'un "ticket modžrateur" pour l'acc s aux tžlescopes nationaux a ŽtŽ effective au 2 me semestre Ce changement ržpond aux recommandations issues du Colloque de Prospective d'arcachon de Mars Il a eu pour consžquence de priver les tžlescopes de 0,80 et 1,20 m de l'ohp de reconnaissance nationale et d'engendrer, pour les deux autres, une grande lourdeur dans le processus de sžlection et de programmation, puisque ce sont džsormais cinq structures indžpendantes (PNP, PNC, PCMI, ASPS et GdR Galaxies) qui jugent les demandes de temps d'observation aux tžlescopes de 1,93 et 1,52 m. NŽanmoins, le ticket modžrateur n'a pas eu d'effet dissuasif ni sur les demandes fran aises ni sur les Žtrang res, et les diffžrentes structures thžmatiques ont accompli un remarquable travail d'žvaluation. Comme cela a ŽtŽ analysž par ailleurs [GS99/34], on assiste, depuis quelques annžes, ˆ une Žvolution de la nature des demandes: augmentation du nombre de programmes ˆ long terme (type "programmes-clž") et demande croissante pour des observations de service. En 1999, malgrž les difficultžs que cela engendre, l'ohp a pu ržpondre efficacement ˆ ces nouvelles exigences.

8 Rapport d'activitž des astronomes visiteurs I. Le syst me solaire. Dans le cadre d'un programme international consacrž ˆ la džtermination des proprižtžs physiques des astžro des cibles de la mission Rosetta, l'astžro de Otawara a ŽtŽ observž au tžlescope de 1,20 m. Sa pžriode de rotation synodique (2,70 heures) a ŽtŽ džterminže par photomžtrie relative.. Des missions couplžes aux tžlescopes de 0,80 et 1,20 m ont permis de ržaliser des observations du mouvement d'une cinquantaine d'astžro des particuliers. Plusieurs d'entre eux sont suspectžs de binaritž, hypoth se pour laquelle des informations pertinentes peuvent tre džduites des observations astromžtriques menžes au tžlescope de 1,20 m. Des rapprochements stellaires d'astžro des impliqužs dans des occultations, ont Žgalement ŽtŽ observžs dans le but d'interpržter les observations photomžtriques menžes simultanžment par un ržseau d'observateurs (EAON). Des mesures photomžtriques ont ŽtŽ ržalisžes au tžlescope de 0,80 m, ŽquipŽ d'un CCD vidžo intensifiž, au voisinage des dates prždites afin de džtecter un phžnom ne. Par ailleurs, plusieurs objets faibles, nouvellement džcouverts, ou d'orbites mal connues, catalogužs dans des programmes de suivi astromžtrique coordonnžs par le Minor Planet Center, ont ŽtŽ observžs. L'ensemble de ces donnžes est destinž ˆ mieux conna tre certaines caractžristiques dynamiques et physiques de ces petits objets rapides du syst me solaire.. Les petits satellites lointains de Jupiter peuvent permettre l'žtude dynamique du mouvement orbital de Jupiter. Cependant, le mod le de leur mouvement n'est pas suffisamment connu actuellement par manque d'observations astromžtriques. Le tžlescope de 1,20 m permet ces observations et la campagne commencže en 1998 s'est poursuivie en II. Plan tes extra-solaires. Un beau succ s a couronnž l'activitž 1999 de recherche de plan tes extra-solaires. Au džbut de l'žtž les mesures de vitesses radiales effectužes avec ƒlodie permettaient une premi re estimation de l'orbite de HD , c'žtait aussi le cas ˆ partir des mesures faites par D. Latham avec le tžlescope Keck de 10 m. Les mesures combinžes de ces deux groupes ont alors permis d'žtablir une ŽphŽmŽride suffisamment pržcise pour prždire les temps des transits potentiels de la plan te. Ces ŽphŽmŽrides communiqužes ˆ D. Charbonneau et T. Brown ont permis alors la džtection photomžtrique du premier transit d'une exoplan te les 9 et 16 septembre Les donnžes spectroscopiques, la courbe de vitesse et les donnžes photomžtriques fournissaient pour la premi re fois la masse, le rayon et la densitž moyenne d'une plan te extra-solaire. IndŽpendamment le groupe de G. Marcy džtectait l'entrže dans un transit de la m me Žtoile un mois plus tard le 7 oct Le transit de la plan te extra-solaire a ŽtŽ džtectž par la baisse de plus de 1% de la luminositž stellaire. Ce n'est pas le seul effet observable: le passage de la plan te devant le disque stellaire en rotation induit aussi une petite anomalie de la courbe de vitesse. Cet effet, bien connu dans le cas des binaires ˆ Žclipses, a pu tre observž pour la premi re fois pour un transit exoplanžtaire le 25 novembre avec ƒlodie (figure). Cette nouvelle source d'informations donne le sens de rotation orbital par rapport ˆ la rotation propre stellaire, des contraintes sur l'angle entre les deux axes de rotation, une relation entre v sin i et le rayon planžtaire, etc...

9 Une plan te autour de l'žtoile HD a ŽtŽ džtectže au tžlescope de 1,93 m de l'ohp (avec le spectrographe ƒlodie) et au tžlescope Keck de 10 m (avec le spectrographe Hires). Ë partir de ces donnžes combinžes, il a ŽtŽ Žtabli des ŽphŽmŽrides qui ont permis d'observer photomžtriquement, ˆ l'observa-toire de Boulder en septembre 1999, le passage de la plan te "devant" son Žtoile: c'est la premi re observation du transit photomžtrique d'une exoplan te. En novembre 1999, le transit Žtait observž ˆ l'ohp avec ƒlodie. La figure montre l'anomalie de vitesse radiale de l'žtoile induite par le passage de la plan te devant l'žtoile en rotation. C'est aussi la premi re observation de ce type du transit d'une exoplan te (Queloz et al., 2000). 9 III. La Galaxie 1. Les Žtoiles. L'analyse des donnžes cinžmatiques accumulžes au cours des nombreuses annžes d'activitž du Coravel sur le tžlescope suisse de 1 m de l'ohp se poursuit. On rel vera l'analyse tr s compl te de la binaritž des Žtoiles F5-K0 dans l'amas de Praesepe [39] et la parution du catalogue des vitesses de rotation de quelques 1600 Žtoiles ŽvoluŽes [12]. Ces mesures pržcises de la rotation des Žtoiles ŽvoluŽes ont ŽtŽ faites pour la plupart avec le spectrom tre Coravel de l'ohp sur plus de 10 ans. La ma trise de l'žvolution du point zžro de Coravel a ŽtŽ obtenue pendant les 22 ans de son activitž par la mesure ržguli re d'une centaine d'žtoiles standards. L'analyse de ce matžriel a ržvžlž de nombreuses binaires et a fourni une riche information sur les pžriodes des variations intrins ques des vitesses des Žtoiles ŽvoluŽes [82]. Les donnžes beaucoup plus pržcises acquises pour des Žtoiles naines G-K avec ƒlodie permettent d'envisager un ensemble d'žtoiles standards de vitesses radiales bien meilleur que le standard de l'uai [83].. Plusieurs compagnons potentiellement candidats naines brunes (m 2 sini < 0,075 Mo) ont ŽtŽ džcouverts tant avec Coravel qu'avec ƒlodie. L'orbite astromžtrique džduite des mesures Hipparcos a permis pour la majoritž des cas de džterminer le plan orbital et donc la masse m 2 du compagnon. Ces mesures ont permis d'žtablir la fonction des masses des compagnons substellaires d'žtoiles de type solaire et de mettre en Žvidence une distinction claire entre plan tes gžantes et binaires spectroscopiques (fonction des masses bimodale).. DŽbutŽ en 1995, le programme d'observation avec ƒlodie de 120 Žtoiles naines de type spectral compris entre M0 et M6,5 s'est poursuivi. Apr s la džcouverte d'un nombre important de naines M dans le voisinage solaire [15], dont la troisi me binaire ˆ Žclipse connue de type M [16], apr s la džcouverte de la premi re (et encore unique) plan te orbitant autour d'une naine M (voir Rapport Annuel 1998), ce programme a conduit, en 1999, ˆ la džcouverte de trois nouvelles binaires. Mais la plus grande avancže est dans le domaine de la mesure de masses tr s pržcises [20,

10 17] qui permet de džterminer une relation masse-luminositž pour les Žtoiles de tr s faible masse avec une pržcision jamais atteinte.. Dans un Žchantillon de 52 gžantes rouges pržsentant un exc s infrarouge, onze Žtoiles riches en lithium ont ŽtŽ džtectžes avec AurŽlie, dont cinq n'žtaient pas connues comme telles. La pržsence de coquilles circumstellaires autour de la gžante HD est suspectže. Aucune corržlation claire dans l'žchantillon n'est Žtablie entre la surabondance en lithium et la rotation ou la binaritž.. Une dizaine d'žtoiles de type SPB ont ŽtŽ observžes avec AurŽlie. Ces Žtoiles pulsantes, džtectžes par Hipparcos, pržsentent des variations de profil de raies qui permettent l'identification des modes de gravitž excitžs.. Avec AurŽlie, aucune variation de profil de raie n'a pu tre mise en Žvidence dans le spectre d'une Žtoile O9 ržputže possžder des variations de profils. Les courbes de vitesse radiale montrent des variations de tr s faible amplitude (sur moins de 2 km/s d'une nuit ˆ l'autre).. L'Žtoile 20 CVn, de type δ Scuti, a ŽtŽ observže avec ƒlodie. Les profils de corržlation indiquent qu'elle est monopžriodique avec, toutefois, des variations de vitesse moyenne pour lesquelles il n'y a pas encore d'interpržtation claire.. ƒlodie a permis l'observation d'une dizaine d'žtoiles supergžantes A-G pržsentant un exc s d'infrarouge et de la perte de masse. On a džjˆ pu identifier, ˆ partir de ces observations, deux Žtoiles post-agb et une nžbuleuse planžtaire. D'autre part, une autre post-agb pržsente des profils variables, peut- tre ližs ˆ de la pulsation.. Une vingtaine de supergžantes rouges ont ŽtŽ observžes avec ƒlodie dans le cadre d'un programme destinž ˆ džterminer les abondances chimiques dans l'atmosph re de ces Žtoiles, d'en Žtudier l'activitž chromosphžrique et les caract res des enveloppes qui les entourent. Les phžnom nes de perte de masse qui engendrent ces enveloppes, tr s importants dans les supergžantes rouges, sont toujours tr s mal compris. Les ržsultats obtenus sont riches et prometteurs, apportant notamment des contraintes sur la nature de la binaritž de ces Žtoiles et sur la propagation de chocs dans leur atmosph re.. Le tžlescope de 1,20 m et sa camžra CCD ont permis de cržer un syst me d'žtoiles standards profond auquel pourront se rattacher les observations d'žtoiles Wolf-Rayet (de notre Galaxie ou du groupe local) faites au moyen de filtres spžciaux avec des tžlescopes de grand diam tre (NTT, WHT). Le syst me constituž par ces filtres Žtroits reposait sur des Žtoiles standards beaucoup trop brillantes pour tre observžes avec de grands tžlescopes.. Un programme a ŽtŽ commencž en 1998 avec ƒlodie et poursuivi en 1999 pour mettre en Žvidence et Žtudier dans les Žtoiles variables ˆ longue pžriode le phžnom ne de dždoublement des raies photosphžriques au voisinage du maximum de lumi re. Gr ce ˆ la technique de corržlation croisže et ˆ la conception de masques numžriques permettant de sonder une couche de profondeur donnže, la possibilitž est offerte de ržaliser la tomographie de l'enveloppe de ces Žtoiles et de suivre au sein de l'atmosph re la propagation de l'onde de choc [GS99/19]. Pour la premi re fois dans le cas des Miras, il a pu tre džmontrž que le phžnom ne de dždoublement des raies suit le mžcanisme de Schwarzschild, qui džcrit l'žvolution des raies spectrales photosphžriques au passage d'une onde de choc. Cependant, 53% des 48 variables a longue pžriode observžes ne pržsentent pas de phžnom ne de double absorption; il existe donc un ou une combinaison de param tres physiques qui favoriseraient dans certains cas l'apparition d'un dždoublement des raies au maximum de luminositž. Ces param tres restent ˆ identifier.

11 . Ces derni res annžes, plusieurs campagnes multi-sites ont impliquž les tžlescopes de 1,93 m (ƒlodie) et 1,20 m pour le suivi spectrophotomžtrique d'žtoiles de type T Tauri sur une Žchelle de temps de plusieurs rotations stellaires. Elles sont destinžes ˆ la connaissance et ˆ la compržhension de la ržgion d'accržtion situže entre le bord interne du disque circumstellaire et la surface de l'žtoile. Les ržsultats de AA Tau [06] ont ŽtŽ publižs. Ceux des derni res campagnes internationales sont en cours d'analyse.. Pour comprendre la dynamique atmosphžrique des Žtoiles post-agb et ses ržpercussions sur l'environnement stellaire, une Žtoile de ce type a ŽtŽ suivie du 5 aožt au 4 octobre 1999 avec le spectrographe AurŽlie et la camžra CCD du tžlescope de 0,80 m, ˆ raison d'une observation par nuit. Ces observations permettent l'analyse des variations spectrales (Hα) et photomžtriques (UBVRI) ližes ˆ la propagation d'ondes de choc dans l'atmosph re de l'žtoile et aux mouvements de mati re ainsi engendržs.. Des observations ˆ haute ržsolution avec AurŽlie ont permis de ržsoudre la structure complexe de certaines raies, notamment celles de FeII, dans le spectre de l'žtoile HD 45677, ce qui doit conduire ˆ l'interpržtation des courbes d'auto-absorption construites ˆ l'aide de ces raies.. Un programme a ŽtŽ entrepris avec AurŽlie pour l'observation d'žtoiles variables semiržguli res et irržguli res, ˆ une fržquence de quatre mois environ pendant trois ans au moins.. Des spectres de grande ržsolution spectrale et de haut rapport signal/bruit ont ŽtŽ obtenus avec AurŽlie pour la džtermination d'abondance dans diffžrents types d'žtoiles. On a džterminž ainsi l'abondance de l'oxyg ne hors de l'žquilibre thermodynamique local, d'žtoiles chaudes de la sžquence principale [34]. On a džterminž l'abondance du carbone et de l'azote dans des Žtoiles B [01]. Enfin on a mesurž, dans des gžantes K de diffžrents niveaux d'activitž chromosphžrique, l'abondance relative des isotopes Mg 24, Mg 25 et Mg 26 du magnžsium.. Des Žtoiles A et F ont ŽtŽ observžes avec ƒlodie pour la mesure džtaillže de l'abondance des ŽlŽments dans leur atmosph re et une meilleure compržhension de l'žvolution chimique de ces Žtoiles tout au long de leur vie sur la sžquence principale.. L'augmentation de la mžtallicitž des Žtoiles avec l' ge est une tendance bien connue. Il existe toutefois des Žtoiles dont la mžtallicitž, džterminže ˆ l'aide de la photomžtrie de Stršmgren, est celle du Soleil, mais dont l' ge est supžrieur ˆ 8 milliards d'annžes, ce qui est difficilement explicable dans le cadre standard de l'žvolution chimique du disque de la Galaxie. Un certain nombre d'entre elles (plus de 200) ont ŽtŽ observžes avec ƒlodie. Leur tempžrature effective et leur mžtallicitž ont ŽtŽ džterminžes ˆ l'aide du programme TGMET. Elles sont en accord avec celles issues de la photomžtrie de Stršmgren. L'existence d'žtoiles vieilles de mžtallicitž solaire est donc confirmže par les observations d'ƒlodie.. L'observation d'amas ouverts plus gžs que celui des Hyades est utile ˆ la compržhension de l'žvolution chimique et dynamique de la Galaxie. On a observž, avec ƒlodie, 24 Žtoiles dans la ržgion du vieil amas ouvert NGC Dix sept d'entre elles s'av rent appartenir effectivement ˆ l'amas. Ce sont, soit des gžantes rouges dont les param tres atmosphžriques (T eff, log g, [Fe/H]) ont ŽtŽ džterminžs en ligne gr ce au logiciel TGMET, soit des Žtoiles de la sžquence principale ˆ rotation rapide ( ~100 km/s) pour lesquelles on a pu mesurer la vitesse de rotation projetže et les param tres atmosphžriques. Ces donnžes spectroscopiques combinžes ˆ des donnžes astromžtriques et photomžtriques ont permis de džterminer les proprižtžs fondamentales de l'amas: composition chimique, ge, distance, taille, vitesse spatiale, orbite.. La perte de masse des Žtoiles de type Oef pourrait tre modulže par l'effet conjuguž de la rotation de l'žtoile et d'un faible champ magnžtique. Le meilleur moyen d'žtudier ces phžnom nes 11

12 est l'žtude de la variabilitž des raies d'žmission formžes ˆ diffžrentes profondeurs dans le vent stellaire. AurŽlie a permis de complžter l'žtude faite pržcždemment (voir Rapport Annuel 1998) de HD : une modulation des raies Hα et HeII 4686 est mise en Žvidence avec une pžriode de 5 jours qui pourrait effectivement correspondre ˆ la pžriode de rotation de l'žtoile. D'autres Žtoiles de type Oef ont Žgalement ŽtŽ observžes: HD , BD , HD Les spectres ˆ haute ržsolution obtenus avec AurŽlie pour diffžrents syst mes binaires symbiotiques, dont EG And, doivent permettre d'obtenir les ŽlŽments orbitaux, notamment la sžparation des composantes et la masse du compagnon chaud.. La binaire massive HDE , dans laquelle interagissent les vents stellaires des deux Žtoiles, a ŽtŽ observže avec AurŽlie. Les variations de profil de raies dans son spectre sont plus discr tes que dans le cas de BD observže pržcždemment [45] mais peuvent apporter des informations sur la gžomžtrie de la ržgion de collision des vents et, partant, sur les taux de perte de masse des deux Žtoiles.. Une campagne d'observation d'žtoiles doubles ˆ Žclipse avec un compagnon a ŽtŽ commencže avec ƒlodie dans le but de džterminer les masses et les rayons stellaires, mais aussi de ržaliser une Žtude dynamico-photomžtrique du probl me des trois corps. Parmi les premiers ržsultats, on notera huit Žtoiles doubles ˆ Žclipses nouvelles ˆ double spectre et deux syst mes ˆ Žclipses dont les courbes de vitesses radiales et les courbes de lumi re sont compl tes.. ƒlodie a ŽtŽ utilisž pour obtenir des spectres couvrant une phase compl te des deux binaires ˆ Žclipses SV Cam et XY UMa. De l'analyse des profils de raies des 85 spectres obtenus pour la premi re, il ressort la pržsence de phžnom nes en absorption et en Žmission variables avec la phase. Pour XY UMa, ˆ partir des 69 spectres obtenus, les profils de raies en fonction de la phase montrent un exc s d'žmission mais pas de structure d'absorption. Ces phžnom nes sont dus ˆ l'activitž chromosphžrique.. On a continuž, avec AurŽlie, le travail de classification des composantes chaudes d'un Žchantillon de binaires ˆ spectre composite. Ce programme est la contre-partie de l'žtude menže pržcždemment avec AurŽlie pour la classification des composantes froides [22]. Il ressort que l'association G8III + A2V est, statistiquement, la plus fržquente, mais qu'un certain nombre de syst mes pržsentent une composante chaude chimiquement particuli re de type Am, exceptionnellement Ap. Des observations de Coravel, AurŽlie et Hipparcos ont permis de pržciser la nature du syst me composite HD , une Žtoile Ap associže ˆ une gžante G, ainsi que son Žtat d'žvolution pržsumž [23].. L'Žtoile ο And a ŽtŽ signalže par le Groupe de Travail de l'uai sur les Žtoiles Be comme un objet ˆ Žtudier en prioritž par tous les moyens possibles. ObservŽe avec AurŽlie ces derni res annžes, elle l'a ŽtŽ encore en C'est un objet pržsentant des phžnom nes de variabilitž tr s particuliers, s'žchelonnant sur des intervalles de temps de un jour ˆ plusieurs annžes. Afin de mettre en corržlation les variations de l'enveloppe de l'žtoile et celles de sa photosph re, les raies Hα et HeI 6678 ont ŽtŽ observžes simultanžment. Contrairement aux observations de 1992, les observations de 1997, 1998 et 1999 montrent des variations des ailes d'žmission diffžrentes suivant qu'il s'agit de l'aile rouge ou de l'aile violette. Ces variations s'expliquent par une asymžtrie de l'enveloppe. Pour une interpržtation džtaillže, il faut identifier quelle pulsation non-radiale de l'žtoile peut Žventuellement tre ˆ l'origine d'une telle enveloppe. L'origine de l'enveloppe des Žtoiles Be reste ˆ ce jour inconnue.

13 . Des Žtoiles [Be] ont ŽtŽ observžes avec AurŽlie, dans la continuitž d'un programme entrepris il y a plusieurs annžes, afin d'apporter des donnžes quantitatives homog nes pour le plus grand nombre possible de ces objets tr s particuliers encore tr s mal compris. Apr s HD 51585, MWC 349A, MWC 645, MWC 142, MWC 158, MWC 297 et MWC 314, ce sont les Žtoiles MWC 17, MWC 342 et MWC 84 qui ont ŽtŽ ŽtudiŽes en 1999 [30, 02]. Cette derni re est la contre-partie optique de la "X-ray transient" XTE J Les spectres pris en 1998 (2 mois avant un "outburst") et en 1999 (9 mois apr s l'"outburst") montrent de grands changements, particuli rement importants pour les largeurs Žquivalentes des raies de HeI, moins importants pour celles des raies de l'hydrog ne de la sžrie de Paschen.. Le programme d'astžrosismologie des naines blanches a ŽtŽ poursuivi au tžlescope de 1,93 m ŽquipŽ du photom tre rapide ˆ trois voies de M. Chevreton. Une premi re mission, pour des raisons mžtžorologiques, n'a pas permis l'žtude de la naine blanche variable GD 154 de type ZZ Ceti, mais a permis de confirmer la variabilitž de la naine blanche de type DA PG Cet objet est une nouvelle ZZ Ceti de grande amplitude avec au moins trois pžriodes (564, 689 et 757Ês). C'est aussi, semble-t-il, la ZZ Ceti de plus faible masse (0,5 Mo) connue ˆ ce jour et ses longues pžriodes de grande amplitude ne suivent pas la corržlation entre les pžriodes, les amplitudes et la tempžrature effective connue pour les autres ZZ Ceti. La deuxi me mission de ce programme Žtait une participation ˆ la campagne WET consacrže ˆ la naine blanche variable de type DA, HL Tau 76. La campagne a ŽtŽ un succ s: HL Tau 76 devient ainsi la ZZ Ceti sur laquelle il y aura le plus grand nombre de donnžes ˆ confronter aux mod les.. En 1998, le couplage d'ƒlodie ˆ un Žtalon de Fabry-Perot (version simplifiže de l'accžlžrom tre Astronomique Absolu de P. Connes) avait permis la džtection d'oscillations de type solaire dans Procyon A [03, 87]. Des observations multi-sites de cette Žtoile ont ŽtŽ programmžes en 1999, ˆ Hawa (tžlescope de 3,60 m + FTS), au Mont Hopkins (tžlescope de 1,5 m + AFOE) et ˆ l'ohp (1,93 m + ƒlodie + FP). Des donnžes exploitables ont pu tre recueillies dans ces deux derniers sites. Leur raccordement est en cours. En attendant, 84,08 heures d'observations faites ˆ l'ohp, traitžes comme une seule sžrie temporelle, ont permis de confirmer les ržsultats de 1998 sur Procyon A. Par ailleurs, 43,25 heures d'observations de l'žtoile η Cas (malheureusement non contigu s) montrent un exc s de puissance entre 2 et 4 mhz qui est peut- tre d'origine stellaire.. Le programme de spectroscopie pržparatoire ˆ la mission Corot s'est poursuivi avec ƒlodie (voir Rapport Annuel 1998). En 1999, pr s de 250 Žtoiles ont ŽtŽ observžes, ce qui porte ˆ 400 le nombre total d'žtoiles observžes ˆ l'ohp auquel s'ajoute la centaine d'žtoiles observžes par les partenaires Žtrangers de ce programme. Les cibles potentielles de Corot, situžes dans deux ržgions du ciel de 22 de diam tre, repržsentent environ un millier d'žtoiles plus brillantes que la magnitude 8. Le programme devrait ainsi s'achever en Il est pržvu que les donnžes acquises soient ržunies dans un catalogue d'intžr t gžnžral accessible par le ržseau Le milieu interstellaire. On a poursuivi, avec AurŽlie, le programme qui a permis en 1998 de dessiner les contours de la Bulle Interstellaire Locale en utilisant le sodium neutre comme traceur du gaz dense [47]. Des observations ont ŽtŽ effectužes pour amžliorer le tracž, notamment dans la direction des "cheminžes" mises en Žvidence pržcždemment aux hautes latitudes.

14 . En parall le ˆ des observations de H 2 ržalisžes avec le satellite ultraviolet FUSE, on a commencž fin 1999, avec ƒlodie, l'acquisition ˆ intervalles ržguliers des spectres de l'žtoile AE Aurigae (HD 34078) afin d'y rechercher des variations temporelles de raies interstellaires et de bandes diffuses. Cette Žtoile poss de un tr s important mouvement propre: elle "džfile" derri re le nuage molžculaire situž en avant d'elle avec une vitesse transverse de 100 km/s, soit environ 20ÊUA/an, de telle sorte que ces observations ržpžtžes, par la džrive continue de la ligne de visže ˆ travers le nuage, permettront d'en sonder la structure avec une tr s grande finesse spatiale (les caractžristiques de la structure fragmentže ˆ petite Žchelle des nuages interstellaires sont encore tr s mal connues).. On a obtenu, avec AurŽlie, le spectre ˆ haute ržsolution de huit nžbuleuses planžtaires vieilles, en interaction avec le milieu interstellaire, afin de pržciser la forme dans les trois dimensions de ces objets et la structure du milieu ambiant.. Un programme d'imagerie UBV a ŽtŽ poursuivi avec le tžlescope de 1,20 m pour l'žtude des enveloppes circumstellaires tr s poussižreuses. Le cas le plus ŽtudiŽ est celui de l'žtoile carbonže IRC , situže ˆ 130 pc du soleil [38]. La lumi re de la Galaxie, ržflžchie par les grains de poussi re, a pu tre džtectže et une premi re photomžtrie de surface en UBV a ŽtŽ obtenue. Ces donnžes permettent de poser des contraintes sur les proprižtžs des grains (distribution en taille, albedo,...) et sur l'intensitž du champ radiatif "in situ" autour de la source. IV. Les galaxies. On a poursuivi l'žtude spectroscopique, avec Carelec, et photomžtrique, avec la camžra CCD du tžlescope de 1,20 m, de la structure, de la dynamique et des populations stellaires des galaxies proches. Ce programme, qui a fait l'objet de plusieurs publications en 1999 [05, 07, 24, 26, 44] s'inscrit dans un effort ˆ long terme visant ˆ rassembler les param tres qui constitueront l'žchantillon de ržfžrence ˆ z = 0 pour l'žtude des relations d'žchelle et l'žtude des populations stellaires des objets plus lointains.. Vingt cinq galaxies de l'amas de la Vierge ont ŽtŽ observžes avec Carelec. Ces spectres, associžs ˆ des mesures photomžtriques ˆ large bande (UV, visible et proche IR), permettent de poser des contraintes sžv res aux mod les de formation et d'žvolution des galaxies. L'analyse de ces donnžes a montrž que les populations stellaires des galaxies sont expliqužes par un mod le de formation monolithique, c'est-ˆ-dire un mod le dans lequel les galaxies ont le m me ge et ont formž des Žtoiles avec une efficacitž proportionnelle ˆ leur masse et indžpendante du type morphologique. Les plus massives (spirales et elliptiques) ont formž la majoritž de leurs Žtoiles en un temps tr s court ( ~ 0,5 Gigaan) tandis que les naines continuent de former des Žtoiles avec un rythme comparable ˆ celui qu'elles avaient au džbut de leur existence.. Avec le spectrographe Carelec, on a obtenu des vitesses en Hα de galaxies de l'amas de Ursa Major qui, associžes ˆ des vitesses en HI, permettront notamment l'analyse pržcise de mod les de masse.. L'observation spectroscopique des galaxies džtectžes ˆ la fois par IRAS et ROSAT s'est poursuivie avec Carelec, pour džtecter les signatures d'un noyau actif pržsumž cachž dans la poussi re de la ržgion de formation d'žtoiles. Ces observations qui s'žtendent sur plusieurs annžes permettent aussi de mettre en Žvidence dans certains cas des variations du spectre optique, pour des objets dont la variabilitž est claire en rayons X: l'interpržtation de ces variations est un ŽlŽment clž pour la compržhension du mžcanisme d'žmission des X mous.

15 Par ailleurs, la spectroscopie des galaxies, contreparties des sources ISO ˆ 170 microns, a commencž avec Carelec pour džterminer la nature des sources responsables du fond diffus IR. Elle montre qu'une fraction substantielle de ce fond diffus provient de galaxies proches, ˆ flambžes de formation d'žtoiles.. Le spectrographe Carelec a ŽtŽ utilisž pour la recherche de noyaux actifs de galaxies (NAG) dans le but d'en tracer la distribution cosmologique. Des 44 candidats observžs, 28 se sont avžržs tre des NAG, 9 des Žtoiles de la Galaxie, 6 des objets sans raies et le dernier une galaxie normale. La complžtude des Žchantillons atteint plus de 85%, ce qui permettra une premi re estimation de l'žvolution cosmologique de leur fonction de corržlation.. Trois raies coronales du Fer, [FeX], [FeXI] et [FeXIV] ont ŽtŽ observžes (bien qu'ˆ la limite de džtection) avec Carelec dans le noyau des galaxies actives NGC 3227 et NGC 3516 dans le but d'žtudier la connexion entre la ržgion produisant les raies coronales et l'"absorbeur chaud".. Au cours de deux missions au tžlescope de 1,93 m, une trentaine de galaxies ont ŽtŽ observžes avec l'instrument GHASP (Gassendi H-Alpha survey of SPirals) de l'observatoire de Marseille. Cet instrument (ržducteur focal + Fabry-Perot ˆ balayage + camžra ˆ comptage) donne avec une grande pržcision le champ de vitesse des galaxies observžes (dans un champ de 4'x4'). 15

16 TABLEAU 1 Publications parues en 1999 et basžes sur des observations faites ˆ l'ohp Publications parues dans des revues ˆ comitž de lecture TŽlescope 99/01 1,52 m ANDRIEVSKY S.M., KOROTIN S.A., LUCK R.E., KOSTYNCHUK L.Yu. Carbon and nitrogen abundances in early B-stars. I.- NLTE calculations for a sample of stars with small vsini values. 1999, A&A 350, /02 1,52 m ANDRILLAT Y., JASCHEK C. B[e] stars. VIII.- MWC , A&AS 136, /03 1,93 m BARBAN C., MICHEL E., MARTIC M., BOUCHY F., LEBRUN J.C., CONNES P., BERTAUX J.L., BAGLIN A. Solar-like oscillations of Procyon A: stellar models and time series simulations versus observations. 1999, A&A 350, /04 1,20 m BEUERMANN K., THOMAS H.-C., REINSCH K., SCHWOPE A.D., TR MPER J., VOGES W. Identification of soft high galactic latitude RASS X-ray sources. II.- Sources with PSPC count rate CR < 0.5 cts/s. 1999, A&A 347, /05 1,93 m BONFANTI P., SIMIEN F., RAMPAZZO R., PRUGNIEL Ph. 1,20 m Kinematics of early-type galaxies in compact groups. HCG 67, HCG 74, and HCG , A&AS 139, /06 1,20 m BOUVIER J., CHELLI A., ALLAIN S., CARRASCO L., COSTERO R., CRUZ- GONZALEZ I., DOUGADOS C., FERNANDEZ M., MARTIN E.L., MENARD F., MENNESSIER C., MUJICA R., SALAS L., SCHMIDT G., WICHMANN R. 1,20 m Magnetospheric accretion onto the T Tauri star AA Tauri. I.- Constraints from multisite spectrophotometric monitoring. 1999, A&A 349, /07 1,20 m BREMNES T., BINGGELI B., PRUGNIEL P. Structure and stellar content of dwarf galaxies. III. B and R photometry of dwarf galaxies in the M 101 group and the nearby field. 1999, A&AS 137, /08 1,93 m CATALA C., DONATI J.-F., B HM T., LANDSTREET J., HENRICHS H.F., UNRUH Y., HAO J., COLLIER CAMERON A., JOHNS-KRULL C.M., KAPER L., SIMON T., FOING B.H., CAO H., EHRENFREUND P., et al. Short-term spectroscopic variability in the pre-main-sequence Herbig Ae star AB Aur during the MUSICOS 96 campaign. 1999, A&A 345, /09 1,93 m CAYREL R., SPITE M., SPITE F., VANGIONI-FLAMM E., CASSE M., AUDOUZE J. New high S/N observations of the 6 Li/ 7 Li blend in HD and two other metal-poor stars. 1999, A&A 343, /10 1,93 m CORPORON P., LAGRANGE A.-M. 1,52 m A search for spectroscopic binaries among Herbig Ae/Be stars. 1999, A&AS 136,

17 17 99/11 1,93 m COZIOL R., CARLOS REYES R.E., CONSIDERE S., DAVOUST E., CONTINI T. The abundance of nitrogen in starburst nucleus galaxies. 1999, A&A 345, /12 1m suisse de MEDEIROS J.R., MAYOR M. Coravel A catalog of rotational and radial velocities for evolved stars. 1999, A&AS 139, /13 1m suisse de MEDEIROS J.R., UDRY S. Coravel Ten CORAVEL spectroscopic binary orbits of evolved stars. 1999, A&A 346, /14 1,93 m DEHARVENG L., ZAVAGNO A., NADEAU D., CAPLAN J., PETIT M. Sh 138: a compact HII region excited by a very young cluster. 1999, A&A 344, /15 1,93 m DELFOSSE X., FORVEILLE T., BEUZIT J.-L., UDRY S., MAYOR M., PERRIER C. New neighbours. I.- 13 new companions to nearby M dwarfs. 1999, A&A 344, /16 1,93 m DELFOSSE X., FORVEILLE T., MAYOR M., BURNET M., PERRIER C. GJ 2069A, a new M dwarf eclipsing binary. 1999, A&A 341, L63-L66 99/17 1,93 m DELFOSSE X., FORVEILLE T., UDRY S., BEUZIT J.-L., MAYOR M., PERRIER C. Accurate masses of very low mass stars. II.- The very low mass triple system Gl , A&A 350, L39-L42 99/18 1,52 m DESSENNE C., MADEC P.Y., ROUSSET G. First sky-implementation of modal predictive control in adaptive optics. 1999, Opt. Lett. 24, /19 1,20 m DORESSOUNDIRAM A., WEISSMAN P.R., FULCHIGNONI M., BARUCCI M., LE BRAS A., COLAS F., LECACHEUX J., BIRLAN M., LAZZARIN M., FORNASIER S., DOTTO E., BARBIERI C., SYKES M.V., LARSON S., HERGENROTHER C Otawara: flyby target of the Rosetta mission. 1999, A&A 352, /20 1,93 m FORVEILLE T., BEUZIT J.-L., DELFOSSE X., SEGRANSAN D., BECK F., MAYOR M., PERRIER C., TOKOVININ A., UDRY S. 1m suisse Accurate masses of very low mass stars. I.- Gl 570BC (0.6 Msun Msun). Coravel 1999, A&A 351, /21 1,93 m GAVAZZI G., BOSELLI A., SCODEGGIO M., PIERINI D., BELSOLE E. The 3D structure of the Virgo cluster from H-band Fundamental Plane and Tully-Fisher distance determinations. 1999, MNRAS 304, /22 1,52 m GINESTET N., CARQUILLAT J.M., JASCHEK C. Spectral classifications in the near infrared of stars with composite spectra. III.- Study of a sample of 137 objects with the Aurelie spectrograph. 1999, A&AS 134, /23 1m suisse GINESTET N., GRIFFIN R.F., CARQUILLAT J.M., UDRY S. Coravel Contribution ˆ l'žtude des spectres composites. VI.- HD , une Žtoile Ap associže ˆ une gžante G. 1999, A&AS 140, /24 1,93 m GOLEV V., PRUGNIEL Ph., SIMIEN F., LONGHETTI M. Central Mg 2 indices for early-type galaxies. 1999, A&AS 136,

18 99/25 1m suisse GRIFFIN R.E.M., GRIFFIN R.F. Coravel Composite spectra. Paper 8: HD 4615/ , MNRAS 305, /26 1,93 m HƒRAUDEAU Ph., SIMIEN F., MAUBON G., PRUGNIEL Ph. Stellar kinematic data for the central region of spiral galaxies. II. 1999, A&AS 136, /27 1,20 m HUA C.T., KWOK S. Monochromatic morphologies of Abell planetary nebulae. 1999, A&AS 138, /28 1,52 m HUI-BON-HOA A. Metal abundances of A-type stars in galactic clusters. III.- α Persei: new results. 1999, A&A 343, /29 1m suisse IMBERT M. Coravel DŽtermination des rayons de cžphžides. III.- Vitesses radiales et dimension de 22 CŽphŽides galactiques. 1999, A&AS 140, /30 1,93 m JASCHEK C., ANDRILLAT Y. 1,52 m B[e] stars. VII.- MWC , A&AS 136, /31 1,52 m JASNIEWICZ G., PARTHASARATHY M., de LAVERNY P., THEVENIN F. Late-type giants with infrared excess. I.- Lithium abundances. 1999, A&A 342, /32 0,80 m KAAS A.A., AKSNES K., FRANKLIN F., LIESKE J. Astrometry from mutual phenomena of the galilean satellites in , AJ 117, /33 1m suisse KIENZLE F., MOSKALIK P., BERSIER D., PONT F. Structural properties of s-cepheid velocity curves. Constraining the location of the _ 4 = 2 _ 1 resonance. 1999, A&A 341, /34 1,52 m KOROTIN S.A., ANDRIEVSKY S.M., LUCK R.E. Oxygen abundances in early B-stars. 1999, A&A 351, /35 1,93 m KRELOWSKI J., EHRENFREUND P., FOING B.H., SNOW T.P., WESELAK T., TUAIRISG S.O., GALAZUTDINOV G.A., MUSAEV F.A. On the relation between diffuse interstellar bands and simple molecular species. 1999, A&A 347, /36 1,93 m LEDOUX C., VALLS-GABAUD D., REBOUL H., ENGELS D., PETITJEAN P., MOREAU O. Identification of active galaxies behind the Coma cluster of galaxies. 1999, A&AS 138, /37 1,52 m LEBRE A., de LAVERNY P., de MEDEIROS J.R., CHARBONNEL C., da SILVA L. Lithium and rotation on the subgiant branch. I.- Observations and spectral analysis. 1999, A&A 345, /38 1,20 m MAURON N., HUGGINS P.J. Multiple shells in the circumstellar envelope of IRC , A&A 349,

19 19 99/39 1m suisse MERMILLIOD J.-C., MAYOR M. Coravel Investigation of the Praesepe cluster. III.- Radial velocity and binarity of the F5-K0 Klein-Wassink stars. 1999, A&A 352, /40 1,93 m MIROSHNICHENKO A., CORPORON P. Revealing the nature of the B[e] star MWC , A&A 349, /41 1,93 m M RSET U., SCHMID H.M. Spectral classification of the cool giants in symbiotic systems. 1999, A&AS 137, /42 1,20 m 0,80 m OBLAK E., LAMPENS P., CUYPERS J., HALBWACHS J.L., MARTIN E., SEGGEWISS W., SINACHOPOULOS D., VAN DESSEL E.L., CHARETON M., DUVAL D. CCD photometry and astrometry for visual double and multiple stars of the HIPPARCOS catalogue. I.- Presentation of the large scale project. 1999, A&A 346, /43 1,52 m OLIVEIRA J.M., FOING B.H. Circumstellar emission and flares on FK Comae Berenices. Analysis and modelling of Balmer and HeI D3 line variations. 1999, A&A 343, /44 1,93 m PRUGNIEL Ph., GOLEV V., MAUBON G. Effect of the large scale environment on the stellar content of early-type galaxies. 1999, A&A 346, L25-L29 99/45 1,93 m RAUW G., VREUX J.-M., BOHANNAN B. 1,52 m The interacting early-type binary BD (V 729 Cyg): modeling the colliding winds region. 1999, ApJ 517, /46 1,52 m ROSSI C., ERRICO L., FRIEDJUNG M., GIOVANNELLI F., MURATORIO G., VIOTTI R., VITTONE A. On the nature of the Herbig Be star V 380 Orionis. 1999, A&AS 136, /47 1,52 m SFEIR D.M., LALLEMENT R., CRIFO F., WELSH B.Y. Mapping the contours of the local bubble: preliminary results. 1999, A&A 346, /48 1,52 m SONNENTRUCKER P., FOING B.H., BREITFELLNER M., EHRENFREUND P. Distribution of gas, dust and the λ 6613 A DIB carrier in the Perseus OB2 association. 1999, A&A 346, /49 1,20 m THORAVAL S., BOISSƒ P., DUVERT G. The small scale distribution of interstellar dust from studies of obscured galaxies. 1999, A&A 351, /50 1,52 m VARENNE O. The nature of the sharp-lined AIV star HD , A&A 341, /51 1,93 m ZHU Z.X., FRIEDJUNG M., ZHAO G., HANG H.R., HUANG C.C. Spectral and luminosity classification for the cool components in symbiotic stars. 1999, A&AS 140, 69-78

20 Autres publications 99/52 1,20 m ARLOT J.-E., THUILLOT W., FIENGA A., BEC-BORSENBERGER A., BARON N., BERTHIER J., COLAS F., DESCAMPS P. Observations of the natural planetary satellites for dynamical and physical purpose. 1999, 31st DPS meeting, BAAS 31, 1588, # /53 1,93 m FU Jian-ning, VAUCLAIR G., DOLEZ N., JIANG Shi-yang, CHEVRETON M., PAU S. Bi-site observation of the DA type pulsating white dwarf G and a preliminary astroseismological analysis. 1999, Chin. Astron. 23, /54 1m suisse GRIFFIN R.F. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 144: HR 5B. 1999, The Observatory 119, /55 1m suisse GRIFFIN R.F. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 145: HR , The Observatory 119, /56 1m suisse GRIFFIN R.F. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 146: 6 Ursae Majoris. 1999, The Observatory 119, /57 1m suisse GRIFFIN R.F. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 148: HR , The Observatory 119, /58 1m suisse GRIFFIN R.F., EITTER J J. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 149: 46 Bootis. 1999, The Observatory 119, /59 1m suisse GRIFFIN R.F., MAYOR M., UDRY S., TOMKIN J. Coravel Spectroscopic binary orbits from photoelectric radial velocities. Paper 147: 62 Ursae Majoris. 1999, The Observatory 119, /60 0,80 m HADAMCIK E., LEVASSEUR-REGOURD A.C., RENARD J.B. CCD polarimetric imaging of comet Hale-Bopp (C/1995 O1). 1999, Earth, Moon and planet, 78, /61 1,93 m LATHAM D.W., CHARBONNEAU D., BROWN T.M., MAYOR M., MAZEH T. HD , IAU Circ., No /62 0,80 m LIU Yan-ying, MICHEL E., HERNANDEZ M.M., ALVAREZ M., CHEVRETON M., ZHOU Ai-ying, LI Zhi-ping, FANG Ming-jun, BARBAN C. Multi-site observation of the δ Scuti star V 647 Tau. Result of the 8th STEPHI campaign. 1999, Chin. Astron. 23, /63 1,93 m MAYOR M., UDRY S., QUELOZ D. Extra-solar planetary systems: new discoveries. 1999, 31st DPS meeting, BAAS 31, 1076, # /64 1,20 m THUILLOT W., BERTHIER J., ARLOT J.-E., FIENGA A., HESTROFFER D., COLAS F., DESCAMPS P. Astrometric parameters of asteroids from stellar occultations. 1999, 31st DPS meeting, BAAS 31, , #59.13

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Réza Samadi & Eric Michel LESIA Observatoire de Paris François Bouchy LAM / Observatoire de Genève Colloque de prospectives PNPS

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux Scénario de base Le gaz moléculaire se forme par

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Amas ouvert NGC 2420 Recherche sur Simbad et VizieR (CDS)

Amas ouvert NGC 2420 Recherche sur Simbad et VizieR (CDS) Amas ouvert NGC 2420 Recherche sur Simbad et VizieR (CDS) Centre de données stellaires CDS Strasbourg (http://cdsweb.u-strasbg.fr) SIMBAD : Base de données de référence (reference database) La base de

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Collège de France Chaire d Astrophysique Observationnelle Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Cous à Paris les mardis de Janvier et Mars cours à Marseille le 20 Février, à Nice

Plus en détail

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche Journée Base de données OSU THETA axe transversal Bases de données Laboratoire Chrono-environnement Jeudi L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Le monde fascinant des galaxies

Le monde fascinant des galaxies Le monde fascinant des galaxies Introduction Au XVIIIe siècle, l'anglais Thomas Wright étudie la Voie lactée et montre que le Soleil se trouve à l'intérieur d'un disque plat constitué d'étoiles: c'est

Plus en détail

THÈSE DE DOCTORAT À LA VALIDATION STATISTIQUE DONNÉES D HIPPARCOS : CATALOGUE D ENTRÉE ET DONNÉES PRÉLIMINAIRES

THÈSE DE DOCTORAT À LA VALIDATION STATISTIQUE DONNÉES D HIPPARCOS : CATALOGUE D ENTRÉE ET DONNÉES PRÉLIMINAIRES THÈSE DE DOCTORAT ASTRONOMIE FONDAMENTALE, MÉCANIQUE CÉLESTE ET GÉODÉSIE Présentée le 29 Mars 1993 à l Observatoire de Paris CONTRIBUTION DES À LA VALIDATION STATISTIQUE DONNÉES D HIPPARCOS : CATALOGUE

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

Problèmes posés par l'accès OV aux données multidimensionnelles théoriques non-spatiales. H. Wozniak Centre de Recherche Astronomique de Lyon

Problèmes posés par l'accès OV aux données multidimensionnelles théoriques non-spatiales. H. Wozniak Centre de Recherche Astronomique de Lyon Problèmes posés par l'accès OV aux données multidimensionnelles théoriques non-spatiales H. Wozniak Centre de Recherche Astronomique de Lyon Produits théoriques Quelles types de produits théoriques sont

Plus en détail

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps Le but de ce Service est l'établissement et le maintien des repères spatio-temporels. Cette tâche traditionnelle de l'astronomie relève d'activités contractuelles

Plus en détail

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES P. Sogorb I. INTRODUCTION Les milliards d étoiles qui forment les galaxies, baignent dans un milieu interstellaire qui représente, dans le cas de notre Galaxie, 10

Plus en détail

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands Morgan GRAY Cyril PETIT, Sergey RODIONOV, Marc BOCQUET Laurent

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Laboratoire franco-chinois. Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information quantique, nano-photonique, métrologie, atomes froids

Laboratoire franco-chinois. Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information quantique, nano-photonique, métrologie, atomes froids PHYSIQUE FONDAMENTALE 18 localisation*: physique fondamentale france chine Groupement manipulation quantique d atomes et de photons (QMAP) Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information

Plus en détail

Entités de recherche. Centre de Recherche Astrophysique de Lyon CRAL

Entités de recherche. Centre de Recherche Astrophysique de Lyon CRAL Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche Astrophysique de Lyon CRAL sous tutelle des établissements et organismes : Université Claude Bernard Lyon 1 - UCB École Normale

Plus en détail

Variabilité Temporelle des Binaires-X : Modélisation.

Variabilité Temporelle des Binaires-X : Modélisation. Variabilité Temporelle des Binaires-X : Observations avec INTEGRAL. Modélisation. Clément Cabanac 1 2 1 Équipe SHERPAS Laboratoire d Astrophysique de Grenoble (LAOG) 2 School of Physics and Astronomy University

Plus en détail

La spectro, c'est facile

La spectro, c'est facile La spectro, c'est facile OHP Spectro Party Observatoire de Haute Provence 25-30 juillet 2014 François Cochard francois.cochard@shelyak.com La spectro, c'est facile à certaines conditions OHP Spectro Party

Plus en détail

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES.

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. I. APPLICATIONS UTILISEES POUR CETTE ACTIVITE : Sauf indication les applications sont gratuites. 1.Pour connaître les exoplanetes : Exoplanet (android et IOS)

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Étoiles doubles par Interférométrie des tavelures au T60 du pic du midi

Étoiles doubles par Interférométrie des tavelures au T60 du pic du midi Étoiles doubles par Rappels historiques Analyse Harmonique : la transformée de Fourier FOURIER, Jean Baptiste Joseph (21 Mars 1768, Auxerre, France - 16 Mai 1830, Paris, France) Expérience des trous d

Plus en détail

SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014

SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014 SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014 Hubble- Chandra Composite of ESO137-001 1 LE CALENDRIER 2 LE PROGRAMME 2013/2014 Programme des conférences SAF: http://www.planetastronomy.com/special/saf/conf-mens.htm

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS) VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale

Plus en détail

Lancement de la mission GAIA, jeudi 19 décembre 2013 au LUPM à partir de 9h15

Lancement de la mission GAIA, jeudi 19 décembre 2013 au LUPM à partir de 9h15 -------------------------------------------------- INVITATION PRESSE UM2 CNRS -------------------------------------------------- Lancement de la mission GAIA, jeudi 19 décembre 2013 au LUPM à partir de

Plus en détail

Imagerie par synthèse d ouverture optique, application aux étoiles chimiquement particulières

Imagerie par synthèse d ouverture optique, application aux étoiles chimiquement particulières Imagerie par synthèse d ouverture optique, application aux étoiles chimiquement particulières Jean-Baptiste LeBouquin directrices de thèse: Karine Rousselet-Perraut & Claudine Kahane Simulation des observables

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Suivi en infrarouge-moyen avec ISO

Suivi en infrarouge-moyen avec ISO Chapitre 6. Suivi en infrarouge-moyen avec ISO Chapitre 6 Suivi en infrarouge-moyen avec ISO 6.1 Introduction L observation des galaxies dans l infrarouge offre une opportunité unique d étudier le processus

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB Zakaria Meliani Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Janvier 2007 Les grandes lignes de la présentation Les propriétés

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

Tâches de service & Big Data. Franck Le Petit

Tâches de service & Big Data. Franck Le Petit Tâches de service & Big Data Franck Le Petit Réforme SO5 Avant la réforme : Souvent des services sous-critiques Pas de stratégie globale de développements de service Objectifs de la réforme SO5: Remise

Plus en détail

LE CATALOGUE MESSIER

LE CATALOGUE MESSIER LE CATALOGUE MESSIER Le Français Charles Messier ( 1730-1817 ), surnommé le furet des comètes par Louis XV, fut l un des plus brillants astronomes de son époque. De nos jours, il est surtout connu pour

Plus en détail

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels

Plus en détail

Lumière zodiacale et nuage zodiacal

Lumière zodiacale et nuage zodiacal Lumière zodiacale et nuage zodiacal La Silla, Chile, sept. 2009 ESO Y. Beletsky, / Y. Beletsky ESO A.-Chantal Levasseur-Regourd UPMC (Univ. P. & M. Curie) / LATMOS-CNRS aclr@latmos.ipsl.fr Lumière zodiacale

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU SAMEDI 5 AVRIL 2014. par Jean-Louis AGATI et Louis PINATELLE, avec le concours d'edgar SOULIÉ.

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU SAMEDI 5 AVRIL 2014. par Jean-Louis AGATI et Louis PINATELLE, avec le concours d'edgar SOULIÉ. 1 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU SAMEDI 5 AVRIL 2014 par Jean-Louis AGATI et Louis PINATELLE, avec le concours d'edgar SOULIÉ. Présents : Jean Louis Agati, Daniel Bonneau, Danielle Briot, Paul Van Cauteren,

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Travauxpratiqueset stage d observation

Travauxpratiqueset stage d observation Travauxpratiqueset stage d observation Coursdu Prof J. Surdej SPAT0037-1 (Observation du Ciel et de la Terre) ASTR0004-2 (Astrophysique et techniques spatiales) Encadrants: O. Absil, M. Devogèle, O. Wertz

Plus en détail

Application de la méthode GPS de localisation par satellite à la surveillance de sites naturels instables

Application de la méthode GPS de localisation par satellite à la surveillance de sites naturels instables Application de la méthode GPS de localisation par satellite à la surveillance de sites naturels instables RÉSUMÉ Parmi les moyens d investigation utilisés pour la mesure des mouvements de la surface de

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Low Frequency radio data

Low Frequency radio data Low Frequency radio data Frequency band: - a few khz to ~50 MHz Solar system sources: - magnetized planets (auroral emissions) - the Sun Data: - type: dynamic spectra - main physical parameters: spectral

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Les galaxies et leur évolution

Les galaxies et leur évolution Michel Willemin Avril 1996 Les galaxies et leur évolution 2 ème partie 9. Les galaxies proches - Le groupe local Question : Que trouve-t-on au-delà de notre disque galactique et de son essaim d amas globulaires

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

Thèse d habilitation à diriger des recherches Contribution en Signal, Image et Instrumentation pour l Astronomie

Thèse d habilitation à diriger des recherches Contribution en Signal, Image et Instrumentation pour l Astronomie Thèse d habilitation à diriger des recherches Contribution en Signal, Image et Instrumentation pour l Astronomie a Annexe C. Etude d étoiles doubles visuelles et spectroscopiques Habilitation thesis, Accreditation

Plus en détail

La Lettre de l OHP. La distribution des poussières à l'échelle de l'unité astronomique dans les nuages interstellaires. Numéro 17 Novembre 1997

La Lettre de l OHP. La distribution des poussières à l'échelle de l'unité astronomique dans les nuages interstellaires. Numéro 17 Novembre 1997 La Lettre de l OHP Numéro 17 Novembre 1997 La distribution des poussières à l'échelle de l'unité astronomique dans les nuages interstellaires Patrick Boissé et Sophie Thoraval Radioastronomie (ENS) - DEMIRM

Plus en détail

«Les Variabilistes II» Mission T60

«Les Variabilistes II» Mission T60 «Les Variabilistes II» Mission T60 du lundi 23 au samedi 28 février 2009 Sommaire Les missionnaires Les cibles programmées Les observations effectuées Remerciements Les résultats obtenus Les missionnaires

Plus en détail

SCHOTT élargit ses compétences en filtres pour l'astronomie

SCHOTT élargit ses compétences en filtres pour l'astronomie SCHOTT élargit ses compétences en filtres pour l'astronomie Des filtres interférentiels très complexes pour l'astronomie Mayence (Allemagne) & Clichy (France), 11 mars 2015 - SCHOTT se concentre actuellement

Plus en détail

GAIA Dossier d information. Arpenteur de la Galaxie

GAIA Dossier d information. Arpenteur de la Galaxie GAIA Arpenteur de la Galaxie CNES/ILL.D.DUCROS -CNES/E.Grimault, 2013 Sommaire p. 4 p. 6 p. 10 p. 16 p. 18 p. 20 p. 24 p. 22 GAIA 2 En bref Les grandes étapes du programme Gaia Quelques chiffres 1. Les

Plus en détail

Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009

Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009 Réunion du Comité des Programmes 23 novembre 2009 J.P. Rivet, représentant du département Cassiopée, OCA, UMR 6202 Le projet «ASTEP400» (Fresnel, Cassiopée) Le projet «Imageur de Fresnel» (LATT, Cassiopée)

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Explorons la Voie Lactée pour initier les élèves à une démarche scientifique

Explorons la Voie Lactée pour initier les élèves à une démarche scientifique Explorons la Voie Lactée pour initier les élèves à une démarche scientifique Responsables : Anne-Laure Melchior (UPMC), Emmanuel Rollinde (UPMC/IAP) et l équipe EU-HOUMW. Adaptation du travail novateur

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

Services internationaux en géodésie spatiale

Services internationaux en géodésie spatiale «40 ans du GRGS, 1971 2011» Services internationaux en géodésie spatiale F. Deleflie, D. Gambis, P. Bonnefond, et Z. Altamimi, S. Bonvalot 1 Implication GRGS dans les services «40 ans du du GRGS, 1971

Plus en détail

L'astrophotographie au Cercle

L'astrophotographie au Cercle L'astrophotographie au Cercle Introduction générale à l'astrophotographie Le matériel Les différents domaines: imagerie sur trépied, du ciel profond... Réaliser des images sur trépied Réaliser des images

Plus en détail

Vers le Big Data? Exemple de la gestion des données astronomiques au Centre de Données astronomiques de Strasbourg

Vers le Big Data? Exemple de la gestion des données astronomiques au Centre de Données astronomiques de Strasbourg Vers le Big Data? Exemple de la gestion des données astronomiques au Centre de Données astronomiques de Strasbourg Plan Les données astronomiques L'exemple du CDS Et plus particulièrement le travail des

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

TRANSFERT DE LA BASE DE DONNEES DE LA BIBLIOTHEQUE DU LSE VERS LE WEB

TRANSFERT DE LA BASE DE DONNEES DE LA BIBLIOTHEQUE DU LSE VERS LE WEB Projet de 6 me semestre 1999 Laboratoire des Syst mes d'exploitation (LSE) Section Syst mes de Communication, EPF-Lausanne TRANSFERT DE LA BASE DE DONNEES DE LA BIBLIOTHEQUE DU LSE VERS LE WEB EtudiantÊ:

Plus en détail

Solution dédiée aux canalisations de distribution

Solution dédiée aux canalisations de distribution Détection de fuites de gaz avec SELMA Méthane Méthane Solution dédiée aux canalisations de distribution À propos de Pergam-Suisse AG Spécialiste de la détection des fuites de gaz naturel et des solutions

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Comment mesurer les minima des binaires à éclipses : expériences d un amateur

Comment mesurer les minima des binaires à éclipses : expériences d un amateur Comment mesurer les minima des binaires à éclipses : expériences d un amateur Laurent CORP laucorp@wanadoo.fr Président de l Association Aveyronnaise d'astronomie Amateur ANDROMEDE 4A AAVSO BAA VSS Member

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Base de données cinétiques pour l astrochimie. V. Wakelam Laboratoire d Astrophysique de Bordeaux Université Bordeaux 1 / CNRS UMR5804

Base de données cinétiques pour l astrochimie. V. Wakelam Laboratoire d Astrophysique de Bordeaux Université Bordeaux 1 / CNRS UMR5804 Base de données cinétiques pour l astrochimie V. Wakelam Laboratoire d Astrophysique de Bordeaux Université Bordeaux 1 / CNRS UMR5804 Les domaines concernés par KIDA - Milieu interstellaire - Atmosphères

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

La révolution des satellites de Jupiter

La révolution des satellites de Jupiter La révolution des satellites de Jupiter Guide de l'élève Manuel d'accompagnement du logiciel Exercice d'astronomie Version 2 Département de Physique Gettysburg College Gettysburg, PA 17325 Email : clea@gettysburg.edu

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Groupe de Recherche en Physique des Hautes Energies GRPHE sous tutelle des établissements et organismes : Université de Haute Alsace Janvier

Plus en détail

Cristallisation dõapplication musicales par collaboration

Cristallisation dõapplication musicales par collaboration Cristallisation dõapplication musicales par collaboration Dominique Fober - StŽphane Letz - Yann Orlarey - Thierry Carron GRAME Laboratoire de recherche M IL PRODUCTIONS 9, rue du Garet BP 1185 BP 256

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail