Programme international d'assurance des mesures de doses pour le radiotraitement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme international d'assurance des mesures de doses pour le radiotraitement"

Transcription

1 Programme international d'assurance des mesures de doses pour le radiotraitement par K.H. Chadwick* Les rayonnements permettent de résoudre certains problèmes technologiques et le nombre de leurs applications dans la société moderne augmente à un taux d'environ 15% par an [1]. Ces applications vont de la préservation des denrées alimentaires à la reticulation des plastiques par irradiation; elles sont importantes tant pour les pays industrialisés que pour les pays en développement. Grâce aux rayonnements, on peut: Empêcher la germination des oignons et des pommes de terre; Détruire les insectes dans les céréales, les pois, les haricots, les lentilles et les aliments séchés; Détruire les micro-organismes avariants et pathogènes dans les aliments, par exemple la salmonelle dans le poulet; Prolonger la durée de conservation du poisson, des fruits et des légume frais; Stériliser une vaste gamme de produits médicaux; Pasteuriser ou stériliser les matériaux d'emballage de denrées alimentaires; Traiter les revêtements et les peintures à base de matières plastiques; Réticuler les matériaux d'isolation en plastique; Rendre les matières plastiques thermorétractables; Renforcer les fibres de caoutchouc pour la fabrication des pneus; Traiter les eaux usées et les effluents; et la liste est loin d'être complète. Les rayonnements gamma et X, très pénétrants, sont utilisés pour traiter des produits en vrac et les faisceaux d'électrons intenses et faiblement pénétrants sont utilisés pour le traitement des surfaces ou d'objets minces. Les doses vont de 10 Gy (1 krad) à 100 kgy (10 Mrad). L'utilisation correcte des rayonnements pour la préservation des denrées alimentaires et la stérilisation des produits médicaux affecte directement la santé de l'homme; en ce qui concerne le traitement des matières plastiques, etc., c'est la fiabilité du produit fini qui est en jeu. Les études préliminaires permettent d'établir une relation entre l'efficacité de chaque traitement et la dose, de sorte que, pour les applications industrielles on peut utiliser, pendant les essais d'homologation et l'exploitation, les mesures de doses comme une forme de contrôle de la qualité pour garantir la sûreté ou la fiabilité du produit irradié [2, 3]. En passant du stade de la recherche à celui des applications industrielles, on passe d'une situation où de petits échantillons sont traités dans des conditions soigneusement contrôlées, de sorte que la dose d'irradiation se répartit uniformément dans tout l'échantillon, à une situation dans laquelle des produits en vrac doivent être traités à l'échelle industrielle et où il est impossible de faire en sorte que toutes les parties du produit reçoivent la même dose. Dans une telle situation, on doit admettre que la dose ne soit pas répartie uniformément dans le produit et on doit pouvoir mesurer la répartition de la dose pour vérifier qu'elle ne dépasse pas la fourchette prescrite. Les grandes installations industrielles d'irradiation sont conçues de telle sorte que la répartition de la dose dans le produit soit aussi uniforme que possible. Dans les irradiateurs gamma, on fait passer des boîtes de produit devant une source de grande taille en forme de plaque. La surface de la boîte est ainsi irradiée de façon uniforme et la dose ne varie qu'à l'intérieur du produit. Habituellement, les boîtes sont irradiées des deux côtés afin d'améliorer l'uniformité de la répartition de la * M. Chadwick travaille à la Division de la biologie de la Commission des Communautés européennes; il est détaché auprès du Groupe de la biophysique des rayonnement à l'association Euratom-Ital Postbus 48, 6700AA Wageningen (Pays-Bas). AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3 21

2 / Faisceau \\ d'électrons à balayage. irradiation bilatérale et montre quelles sont les positions de la dose maximale et de la dose minimale [3]. Dans un irradiateur à faisceau d'électrons, le produit passe dans un sens seulement à travers le faisceau, qui le balaie rapidement perpendiculairement à l'axe du déplacement pour que la dose à la surface du produit soit uniformément répartie. La répartition de la dose varie en fonction de la profondeur, mais le cas est plus complexe que celui des irradiateurs gamma. La figure 2 illustre le passage du produit à travers un faisceau d'électrons à balayage et la figure 3 représente la répartition de la dose en fonction de la profondeur. Sens de déplacement du convoyeur Figure 2. Schéma du passage d'une boîte de produit à travers un faisceau d'électrons à balayage dans une irradiation unilatérale. dose en profondeur, mais comme il est impossible que la dose soit exactement la même dans l'ensemble du produit, il existe toujours des zones de dose maximale vers l'extérieur de la boîte et des zones de dose minimale dans le plan médian de la boîte. Dans l'irradiateur gamma de denrées alimentaires de Wageningen (Pays-Bas) par exemple, les conteneurs entrent dans la chambre d'irradiation par un labyrinthe et passent devant les deux côtés de la plaque source, de sorte qu'ils sont irradiés des deux côtés. La vitesse de passage du conteneur devant la plaque source détermine la dose reçue par le produit: plus la vitesse est élevée, plus la dose est faible. La figure 1 illustre la répartition de la dose pour une irradiation unilatérale et une -Epaisseur du produit Profondeur dans le produit Figure 3. Représentation de la répartition de la dose en profondeur dans un produit à la suite d'une irradiation unilatérale par faisceau d'électrons. On notera que les électrons ont un parcours déterminé et que l'épaisseur du produit est ajustée de façon qu'elle soit inférieure au parcours des électrons. Problèmes de dosimetric dans le radiotraitement On peut rencontrer des problèmes pour le contrôle de routine d'un procédé industriel d'irradiation car les conditions dans un grand irradiateur diffèrent considérablement de celles dans lesquelles le dosimètre a été étalonné. Ces différences peuvent entraîner des erreurs systématiques imprévues dans l'estimation des doses. Dans un irradiateur gamma, les dosimètres sont habituellement étalonnés à un débit de dose normalisé et fixe, à une température à peu près constante et en moins de quatre heures. Dans un irradiateur gamma industriel, l'accumulation de la dose se fait à des débits très variables, pendant plusieurs heures ou même plusieurs jours et dans des conditions telles que des écarts de température de 20 C ne sont pas rares. Dans un irradiateur à faisceau d'électrons, l'accumulation de la dose se fait à un débit très élevé, en quelques secondes. De nombreux matériaux subissent des changements mesurables lorsqu'ils sont exposés à des doses élevées de l'ordre de plusieurs kilograys et pourraient donc être utilisés en dosimetric. Cependant, nombre de ces changements radioinduits sont peu pratiques ou difficiles à mesurer, ou ne sont pas suffisamment stables pour que l'on puisse faire des estimations reproductibles de la dose. Bien que l'on puisse mesurer les changements les plus pratiques et les plus stables, les produits finaux dans tous les systèmes de mesure des doses élevées résultent de l'interaction entre des espèces induites initialement, qui sont instables et réagissent chimiquement. Les taux auxquels les espèces initiales sont formées et les taux auxquels les espèces instables agissent les unes sur les autres dépendent essentiellement des conditions dans lesquelles se trouvent les dosimètres - température, teneur en eau, présence d'oxygène, etc. Par conséquent, la différence des conditions au moment de l'étalonnage et pendant l'utilisation de routine peut provoquer des déviations systématiques de la réponse du dosimètre et entraîner des erreurs imprévues et difficilement détectables dans l'estimation des doses. L'un des facteurs qui influencent la réponse de la plupart des systèmes de mesure des doses élevées est la température pendant l'irradiation: la figure 4 montre comment la réponse de divers systèmes de dosimetric dépend de la température. Un autre de ces facteurs est la teneur en eau au moment de l'irradiation: la figure 5 illustre la modification de la réponse d'un dosimètre de perspex clair après un stockage avant irradiation de plusieurs mois à 0% et à 80 à 100% d'humidité relative. Elle illustre aussi l'effet d'un 22 AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3

3 Assurances des doses d'irradiation traitement de 48 heures dans de l'eau à 80 C avant irradiation. La figure 6 montre dans quelle mesure la réponse d'un dosimètre de cellophane bleu dépend de l'humidité relative à 50 kgy. Ces exemples prouvent que des erreurs peuvent être faites dans la dosimetric de routine pendant l'irradiation industrielle du fait que les conditions d'étalonnage et d'utilisation des dosimètres sont différentes. Ces erreurs insoupçonnées peuvent être d'une importance capitale pour l'exploitant parce qu'elles risquent d'influer sur la fiabilité du produit irradié. Et ce qui est plus grave, c'est qu'une dosimetric précise permettant un contrôle de la qualité sans égal du radiotraitement sert aux Programme de comparaisons internationales L'accroissement du volume du commerce international de produits irradiés fait que les autorités qui évaluent la sûreté de ces produits doivent avoir la preuve concrète que le produit a reçu la dose correcte et que les mesures sont fiables. C'est pourquoi l'aiea a lancé en 1977 un programme de comparaisons internationales indépendantes des mesures de doses élevées Réponse relative \ \ " \ 1.2 o diverses autorités réglementaires à homologuer des produits qui risquent d'affecter la santé du public. On considère que les produits médicaux sont stérilisés lorsqu'une unité seulement sur un million contient une spore bactérienne viable. Dans la pratique, il est impossible d'analyser les produits stérilisés par des techniques microbiologiques pour vérifier s'ils satisfont à cette exigence. En matière de conservation des denrées alimentaires, il n'est pas possible non plus de contrôler l'effet de l'irradiation: au moment où l'on procède au contrôle, les aliments ne sont plus conservés. Par conséquent, le contrôle de la qualité de ces traitements doit être basé sur l'assurance que le produit a reçu la dose correcte, et pour cela il faut pouvoir mesurer précisément la dose à l'intérieur du produit \ \ o ^O Cellophane bleu 50 kgy ^ Ô i i l 1 i i Humidité relative {%) Figure 6. Réponse relative du dosimètre de cellophane bleu en fonction de l'humidité relative. La dose est de 50 kgy, le dosimètre est équilibré à 32% d'humidité relative. (Données tirées de la référence [ 14].) AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3

4 Rapport moyen Dose estimée Dose nominale Alanine Colorants radiochromes Chlorobenzène éthanol Sulfate cérique-céreux Figure 7. Rapport moyen entre la dose estimée et la dose nominale déterminé au cours des quatre études de comparaison pour les doses élevées et moyennes grâce aux quatre systèmes utilisés. (Pour 1977, on n'a pas tenu compte des vérifications de mesures faites par les laboratoires de dosimétrie.) pour le radiotraitement industriel. L'objectif ultime de l'agence est de fournir un service international d'assurance des mesures de doses. Dans le cadre du programme de comparaisons de l'agence, on a mis au point un ensemble de systèmes dosimétriques qui peuvent être utilisés «dans le produit» pendant le fonctionnement normal d'un irradiateur, parallèlement au système dosimétrique habituel de l'exploitant. L'objectif est de confirmer qu'aucune erreur imprévue n'affecte les mesures du système l'exploitant. Il convient de souligner que, bien qu'il n'existe pas d'étalon primaire pour la dosimétrie à des doses de l'ordre du kilogray, le programme de l'agence n'a pas pour objectif de fournir un tel étalon; on compte plutôt que c'est le Bureau international des poids et mesures qui prendra éventuellement cette initiative. Les systèmes dosimétriques mis au point dans le cadre du programme de l'agence seraient alors comparés à cet étalon. Par ailleurs, il n'est pas prévu de mettre en place un service d'étalonnage des dosimètres à l'intention des exploitants d'installations d'irradiation, ni de mettre au point un ou deux systèmes qui seraient ensuite utilisés par les exploitants d'installations dans le monde entier. 24 Sélection d'un dosimètre approprié Au début du programme de comparaisons, il a été décidé que les efforts porteraient essentiellement sur la mise au point de systèmes dosimétriques pour les irradiateurs gamma et X; les travaux sur les systèmes à faisceau d'électrons n'ont commencé que cette année. Les dosimètres étant acheminés par voie postale dans le monde entier, ils doivent avoir une bonne stabilité avant irradiation et une réponse très stable: il en résulte que plusieurs systèmes qui donnent entièrement satisfaction en utilisation normale ne conviennent pas pour le programme de comparaisons. Jusqu'à présent, quatre systèmes ont été testés mesure de la résonance électronique de spin de 1'alanine [4]; films à colorants radiochromes [5]; solutions de sulfate cériquecéreux [6] et chlorobenzène éthanol [7]. Pour commencer, on a procédé à des comparaisons préliminaires (1977) et à des comparaisons complètes (1978) en laboratoire [8]; en 1980, a été réalisée une étude pilote de comparaison des mesures de doses à l'intérieur des produits dans des irradiateurs industriels. Toutes ces études avaient été spécialement conçues pour prendre en compte des climats de caractéristiques très variées. Un cinquième système, qui fait appel à la lyoluminescence de la glutamine [9, 10], a été inclus AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3

5 Assurances des doses d'irradiation dans une étude ultérieure, parce qu'il venait d'être mis au point pour utilisation pratique et parce qu'il fonctionnait de façon très satisfaisante entre 0,01 et 3kGy(let300krad). Cette étude a été entreprise en 1981 pour essayer de trouver les raisons d'une divergence persistante entre les résultats obtenus avec les dosimètres à l'alanine et à film à colorants radiochromes et les résultats obtenus avec les dosimètres au sulfate cérique-céreux et au chlorobenzène éthanol. Pendant les comparaisons et l'étude pilote, les quatre systèmes s'étaient révélés fiables et, avec quelques réserves, continuaient à être utilisés pour les comparaisons. Cependant, lorsqu'on a fait des comparaisons avec la dose nominale indiquée par les laboratoires ou les installations d'irradiation, il est apparu que les évaluations obtenues avec les dosimètres à l'alanine et à film à colorants radiochromes étaient toujours de 3 à 5% en dessous de la valeur nominale et I que les estimations faites avec les dosimètres au sulfate cérique-céreux et au chlorobenzène éthanol étaient de 6 à 10% au-dessus de la valeur nominale (figure 7). Signal lyoluminescent relatif 16 avec traitement à la chaleur sans traitement à la chaleur Au cours de l'étude faite en 1981, on a fait varier quatre facteurs dont on estimait qu'ils avaient probablement le plus d'influence sur la réponse des dosimètres. Ces facteurs étaient la dose, le débit de dose, la température d'irradiation et la température de stockage. Les variations des facteurs n'ont pas été communiquées aux laboratoires de dosimétrie, auxquels on a demandé de faire une estimation initiale de dose, compte tenu d'un ensemble de conditions de base. Des renseignements détaillés sur les variations des facteurs ont ensuite été communiqués pour chaque facteur, l'un après l'autre, aux laboratoires, qui ont corrigé au fur et à mesure leurs évaluations initiales. En procédant ainsi, on espérait découvrir la cause de la divergence entre les estimations de dose grâce à l'un ou à plusieurs des facteurs de correction. Malheureusement, tel n'a pas été le cas. Néanmoins, l'étude a révélé, en ce qui 1 concerne les films à colorants radiochromes, une instabilité à long terme due à la température et à l'humidité que l'on suspectait déjà, compte tenu d'un ou deux résultats obtenus pendant les comparaisons. Elle a montré aussi qu'il fallait continuer les recherches sur la stabilité aux fortes doses du dosimètre à lyoluminescence de la glutamine et que les dosimètres à l'alanine et au sulfate cérique-céreux donnaient des résultats constants et comparables, alors qu'avec le dosimètre au chlorobenzène éthanol les doses étaient régulièrement surestimées de 10%. Au cours des comparaisons préliminaires, trois systèmes dosimétriques ont fonctionné de façon fiable entre 0,01 et 3 kgy (1 et 300 krad), mais trois autres systèmes présentaient de sérieux inconvénients. Du fait de ces résultats, on n'a pas fait de comparaisons complètes pour les trois systèmes fiables (mesure de la résonance électronique de spin de l'alanine, films à colorants radiochromes et lyoluminescence de la glutamine) et les trois systèmes ont été utilisés en 1981 pour une étude pilote de mesure des doses à l'intérieur des produits dans des irradiateurs industriels. Au cours de cette étude pilote, le dosimètre à l'alanine a de nouveau donné des résultats constants et le dosimètre à la glutamine a bien fonctionné, bien que 25 Dose (kgy) Figure 8. Effet d'un traitement à la chaleur après irradiation de 115 C pendant cinq heures sur la relation doseréponse pour le dosimètre à lyoluminescence de la glutamine. (La figure est reprise de la référence [ 10].) dans un irradiateur il n'ait pas donné de résultats tout à fait constants. On a de nouveau remarqué l'instabilité à long terme due à la température et à l'humidité des films épais à colorants radiochromes. Programme de recherche coordonnée Parallèlement au programme de comparaisons, l'agence a lancé un programme de recherche coordonnée portant plus particulièrement sur les problèmes ci-après: Effet de paramètres du milieu ambiant (température, humidité, etc.) sur la stabilité et la précision des systèmes de mesure des doses élevées; Mise au point de systèmes dosimétriques nouveaux pour les services de comparaisons; Mise au point de systèmes pour la mesure des faisceaux d'électrons intenses. Le principal objectif du programme de recherche est d'enrichir la base de données pour la comparaison des systèmes dosimétriques. Plusieurs résultats inattendus ont été obtenus et la mise au point d'un système de dosimétrie à lyoluminescence a été stimulée par le programme. Ces recherches permettront d'améliorer non seulement les systèmes utilisés pour les comparaisons, mais aussi l'utilisation des dosimètres habituels. AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3 25

6 formation des pigments habituels. Ces recherches sur les phénomènes qui se produisent dans un dosimètre entre l'irradiation et la lecture ont toujours permis d'adopter des améliorations considérables au fonctionnement des dosimètres [11]. Une autre étude a montré que bien que la réponse du dosimètre à l'alanine n'était pas affectée par une exposition normale à la lumière du jour pendant la manipulation pour la lecture, une exposition de quatre semaines provoquait une perte du.signal de 20%; une exposition de quatre semaines à une lumière ultraviolette intense provoquait une perte du signal de 75%. Ce qui est intéressant c'est que cette perte de 75% déterminée en mesurant la distance entre les pics sur le spectre de résonance électronique de spin des radicaux libres s'accompagne d'une modification très nette de la forme du spectre. En intégrant le spectre de la résonance électronique de spin pour déterminer le nombre total de radicaux libres, on a découvert que les rayons ultra- à violets n'en avaient fait disparaître que 30%, ce qui ' signifie que ces rayons convertissent un grand nombre des radicaux initiaux en une espèce secondaire. Par conséquent, même avec ce système, qui avait donné des résultats si constants pendant les comparaisons, l'effet produit par l'irradiation n'est pas entièrement stable, et il faut manipuler le système avec soin si l'on veut obtenir les résultats optimaux. Le programme de recherche coordonnée a donné un résultat important, à savoir la mise au point d'un traitement à la chaleur après irradiation et avant lecture des dosimètres à la glutamine. Ce traitement réduit l'effet de la température de stockage après irradiation sur la réponse du dosimètre [10]. On avait noté que le stockage des dosimètres à la glutamine pendant de longues périodes après irradiation ne provoquait pas d'affaiblissement du signal lyoluminescent, mais que celui-ci dépendait de la température et de l'humidité pendant le stockage. Un traitement à 115 C pendant cinq heures augmente considérablement la réponse du dosimètre tout en éliminant presque complètement les divers effets du stockage après irradiation. Cela apparaît dans la figure 8, qui montre l'augmentation relative de puissance du signal lyoluminescent à la suite du traitement à la chaleur. Malheureusement, le traitement à la chaleur, en augmentant la réponse du dosimètre, accroît aussi la sensibilité de la réponse à la température d'irradiation, comme le montre la figure 4. Les recherches ont aussi fait apparaître que, bien que les films à colorants radiochromes aient une réponse exceptionnellement stable aux débits de dose très élevés qui caractérisent les irradiateurs à faisceau d'électrons, aux débits de dose moins élevés des irradiateurs gamma, on peut détecter l'influence du débit de dose. Toutefois, cela ne se produit que lorsque le film a été équilibré à certaines valeurs d'humidité relative (figure 9). Les recherches ont aussi montré que la production de la couleur finale dans ce type de film était très complexe. Il est apparu que dans les films très secs se formaient des pigments différents, qui étaient stables jusqu'à ce que le film soit exposé à l'air humide, ce qui provoquait la Service international d'assurance des mesures de doses Lors de ces comparaisons, il est apparu que si plusieurs systèmes dosimétriques fonctionnaient de façon satisfaisante dans des conditions très difficiles, le système à l'alanine donnait des résultats constants et pouvait servir à mesurer toute la gamme des doses de 10 Gy à 100 kgy. Il a donc été conseillé à l'agence d'établir son service d'assurance des mesures de doses pour les irradiateurs gamma dans la gamme des doses de 10 Gy à 100 kgy en utilisant, pour la dosimétrie après transport des dosimètres, la mesure de la résonance à électronique de spin des radicaux libres produits dans * l'alanine. Pour commencer, l'agence mettra en place un service pilote pour évaluer les problèmes d'organisation que pose le fonctionnement d'un tel service et pour étudier le fonctionnement des systèmes de mesure des doses dans la pratique. Pour que le service acquière la réputation d'un service international entièrement indépendant et objectif, l'agence coordonnera la distribution et la collecte des dosimètres et rassemblera toutes les données. Le caractère confidentiel des renseignements sera préservé pour les exploitants d'installations d'irradiation en utilisant des dosimètres codés et l'exploitant pourra comparer ses estimations de doses avec celles de l'agence. On a proposé d'introduire un seuil d'enquête correspondant à une différence de plus de 10% entre l'estimation de dose de l'exploitant et celle de l'agence. Une différence de 10% impliquerait qu'il existe une divergence systématique entre les deux systèmes de mesure et qu'il faut procéder à une enquête. Dans un tel cas, l'agence pourrait renouveler les mesures à l'installation en utilisant un système de contrôle parallèlement au système normal. Si les résultats confirmaient que le système de l'exploitant ne fonctionne pas convenablement, l'agence pourrait proposer l'aide 26 AlEA BULLETIN, VOL.24, no 3

7 Assurances des doses d'irradiation d'un expert pour découvrir les causes des erreurs de dosimetric Une fois que le service aura été mis en place, l'étape suivante devra être d'élaborer, dans le cadre d'un programme de comparaisons, un système de dosimetric pour les irradiateurs à faisceau d'électrons. Il est probable que la mise au point d'un tel système sera techniquement plus complexe que dans le cas des irradiateurs gamma et X, mais l'expérience déjà acquise devrait faciliter la mise en place d'un service de comparaisons des mesures de dose pour les irradiateurs à faisceau d'électrons. Il se pourrait que le service international et indépendant d'assurance des mesures de doses de l'agence conduise les autorités sanitaires ou réglementaires à décider de n'homologuer des produits irradiés, notamment les produits sanitaires, que lorsqu'ils seront accompagnés de documents indiquant que la dosimetric de contrôle de la qualité est assurée par le service de l'agence. Certains penseront que cela est inutile et traduit un manque de confiance dans les services de dosimétrie nationaux, mais je ne crois pas qu'il en soit ainsi. Je sais que beaucoup d'exploitants d'installations d'irradiation sont capables de faire des mesures précises, mais je sais aussi qu'il est facile de faire des erreurs systématiques importantes sans s'en apercevoir. Je suis convaincu qu'un service indépendant d'assurance des mesures de doses ne peut que renforcer la confiance dans les produits irradiés, et le commerce de ces produits, bénéficiant ainsi à la fois aux consommateurs et à l'industrie du radiotraitement. Références [ 1 ] J. Silverman Current status of radiation processing Radiation Physics and Chemistry 14, (1979). [2] K.H. Chadwick Radiation measurements and quality control Radiation Physics and Chemistry 14, (1979). [3] Manual of food irradiation dosimetry Rapport technique 178, AIEA, Vienne (1977). [4] D.F. Regulla and U. Deffner Standardization in high-level photon dosimetry based on ESR transfer metrology In Biomedical dosimetry: physical aspects, instrumentation, calibration , AIEA, Vienne (1981). [5] W.L. McLaughlin, A. Miller, S. Fidau, K. Pejtersen and W. Batsberg Radiochromic plastic film for accurate measurement of radiation absorbed dose and dose distributions Radiation Physics and Chemistry 10, (1977). [6] R.W. Matthews Potentiometric estimation of megarad dose with the ceric-cerous system Int. J. Appl. Radiât. Isot. 23, (1972). [7] G. Foldiak, Z. Horvath and V. Stenger Routine dosimetry for high-activity gamma-irradiation facilities In: Dosimetry in agriculture, industry, biology and medicine , AIEA, Vienne (1973). [8] High-dose measurements in industrial radiation processing. Rapport technique 205 AIEA, Vienne (1977). [9] K.V. Ettinger, J.R. Mallard, S. Srirath and A. Takavar Development of lyoluminescence dosimetry system for radiation processing of food In: Fodd preservation by irradiation , AIEA, Vienne (1978). [ 10] K.J. Puite A lyoluminescence dosimetry system useful for high-dose intercomparison studies Nucl. Inst. Meth. 175, (1980). [11] P. Gehringer, H. Eschweiler and E. Proksch Dose-rate and humidity effects on the y-radiation response of nylon-based radiochromic film dosimeters Int. J. Appl. Radiât. Isot. 31, (1980). [12] A. Miller and W.L. McLaughlin Evaluation of radiochromic-dye films and other plastic dose meters under radiation processing conditions In High-dose measurements in industrial radiation processing , AIEA, Vienne (1981). [13] R.D.H. Chu and M.T. Antoniades Use of eerie sulphate and perspex dosimeters for the calibration of irradiation facilities In: Radiosterilization of medical products 83 99, AIEA, Vienne (1975). [14] P. Gehringer, E. Proksch and H. Eschweiler The y-radiation response of blue cellophane films under controlled humidity conditions Int. J. Appl. Radiât. Isot. 33, (1982). AIEA BULLETIN, VOL.24, no 3 27

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979)

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) INTRODUCTION On entend par irradiation des aliments le traitement des produits alimentaires par

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Le Laboratoire secondaire d'étalonnage pour la dosimétrie de l'inde: son développement et ses activités

Le Laboratoire secondaire d'étalonnage pour la dosimétrie de l'inde: son développement et ses activités Le Laboratoire secondaire d'étalonnage pour la dosimétrie de l'inde: son développement et ses activités par G. Subrahmanian Lors du colloque de l'agence internationale de l'énergie atomique sur la normalisation

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Précision mesuré Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Contenu Chaque exploitant d'installation photovoltaïque souhaite être informé au mieux sur la puissance

Plus en détail

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE 1. Le pic de puissance sous contrôle La réduction des coûts est l'un des défis permanents auxquels toutes les sociétés distributrices d'énergie

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût Épices & Herbes Irradiation Irradiation Tables des matières La conservation des aliments Les maladies d origine alimentaire -un problème d ordre mondial Le procédé d irradiation alimentaire Les bienfaits

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP 1 Table des matières Contenu de la livraison Page 2 Introduction Page 3 Préparation Page 4 Lieu d'installation Page 5 Instructions de montage Page 6 Indications

Plus en détail

Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3

Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3 Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3 Olivier Henry Physicien, Centre Eugène Marquis (Rennes) Caroline Lafond Physicienne, Centre Eugène Marquis (Rennes) Contexte Le film reste

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-007117 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier National d'ophtalmologie des Quinze- Vingt 28, rue de Charenton

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

l'exposition des papiers N & B

l'exposition des papiers N & B l'exposition des papiers N & B le Temps d'exposition Il s'agit de trouver le temps d exposition nécessaire pour obtenir la photo souhaitée. les Bandes d essais : Pour faire des bandes d essais il suffit

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Dosiana : logiciels de gestion analytique de la dosimétrie collective des opérations de maintenance. Saisie prévisionnel

Dosiana : logiciels de gestion analytique de la dosimétrie collective des opérations de maintenance. Saisie prévisionnel Radioprotection, GÉDIM 1990 Vol. 25 n 3, pages 279 à 283 produit nouveau Dosiana : logiciels de gestion analytique de la dosimétrie collective des opérations de maintenance Saisie prévisionnel mm i n Exemple

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Identifier les sources d erreur lors d une pesée

Identifier les sources d erreur lors d une pesée Discipline : Mesure et instrumentation Intitulé de la séance : D'après : Objectifs Objectifs : Identifier les différentes sources d erreur par le diagramme 5M Identifier les sources d erreur lors d une

Plus en détail

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose RECOMMANDATION PCRA 003 Octobre 2003 Rev.0 Commission Protection Cathodique et Revêtements Associés Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Amélioration de la luminosité et du contraste

Amélioration de la luminosité et du contraste Optimisation de l'image 263 Optimisation de l'image Optimisation de l'image Les outils d'effets tels que LUMINOSITÉ/CONTRASTE ou ROTATION vous permettent d'optimiser vos enregistrements et de les corriger

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE La construction d'une fosse septique exige habituellement l'assistance et la supervision d'un technicien ou au moins d'un contremaître compétent en la matière. Le positionnement

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

Méthodologie d'analyse comparative du rendement de l eau dans BOMA BESt

Méthodologie d'analyse comparative du rendement de l eau dans BOMA BESt Méthodologie d'analyse comparative du rendement de l eau dans BOMA BESt La voix de l industrie immobilière commerciale Table des matières 1. Analyse comparative du rendement de l eau pour Immeuble de bureaux...

Plus en détail

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!!

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! Copyright 2007 Refextra Tous droits réservés, La lentille de Fresnel LE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT L'objectif de Fresnel a été inventé par Augustin

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010 Gestion de la qualité,, BPL et BPF Lncpp/cecomed 2010 GESTION DE LA QUALITE La gestion de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

HP Color LaserJet MFP série CM1312 Guide du papier et des supports d'impression

HP Color LaserJet MFP série CM1312 Guide du papier et des supports d'impression HP Color LaserJet MFP série CM1312 Guide du papier et des supports d'impression Copyright et licence 2008 Copyright Hewlett-Packard Development Company, L.P. Il est interdit de reproduire, adapter ou traduire

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Jeu d optique laser de démonstration U17300 et jeu complémentaire Manuel d utilisation 1/05 ALF Sommaire Page Exp. n o Expérience Jeu d appareils 1 Introduction 2 Eléments fournis

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Pour commencer Ce que je veux savoir pour aller voler Emagramme : définition, altitude, température, trucs et vocabulaire, humidité, rapport

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Disjoncteur de protection de ligne

Disjoncteur de protection de ligne Disjoncteur de protection de ligne Dimensionnement des disjoncteurs de protection de ligne adaptés pour des onduleurs sous l influence d effets PV spécifiques Contenu Le choix du disjoncteur de protection

Plus en détail

ISO 9000 SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? TOUT ce qui a un impact sur la qualité du IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME

ISO 9000 SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? TOUT ce qui a un impact sur la qualité du IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME IND2501 : INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ PRINCIPES DU MANAGEMENT DE LA QUALITÉ MÉTHODES DE L INGÉNIERIE DE LA QUALITÉ SYSTÈME QUALITÉ ISO 9000 SYSTÈME MANAGEMENTQUALITÉ =? ISO =? FAMILLE ISO 9000 4 MODÈLES GUIDE

Plus en détail

Mesure, précision, unités...

Mesure, précision, unités... 1. Introduction Mesure, précision, unités... La physique, science expérimentale, impose un recours à l'expérience pour élaborer, infirmer ou confirmer les théories. Mais cette démarche qui fait qu'une

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

EMBALLAGES ALIMENTAIRES ET RADIATION IONISANTE

EMBALLAGES ALIMENTAIRES ET RADIATION IONISANTE décembre 2004 EMBALLAGES ALIMENTAIRES ET RADIATION IONISANTE Rédigée par Nadège Thallinger, CNRT Emballage Condtionnement Fiche n 24 I - Introduction Pourquoi transformons-nous les aliments? L'emballage

Plus en détail

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er janvier 2010 L.R.Q., chapitre R-2.2.0.0.2 Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec SECTION

Plus en détail

Imprimante HP Color LaserJet série CP1510 Guide Papier et supports d impression

Imprimante HP Color LaserJet série CP1510 Guide Papier et supports d impression Imprimante HP Color LaserJet série CP1510 Guide Papier et supports d impression Copyright et licence 2007 Copyright Hewlett-Packard Development Company, L.P. Il est interdit de reproduire, adapter ou traduire

Plus en détail

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie Smatrix Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie 02 l Uponor Smatrix Uponor Smatrix : optimise la climatisation intérieure, la gestion

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Dispositifs de surveillance et de confinement utilisés par l'agence aux fins des garanties

Dispositifs de surveillance et de confinement utilisés par l'agence aux fins des garanties Dispositifs de surveillance et de confinement utilisés par l'agence aux fins des garanties Le document fondamental relatif à l'application des garanties de l'alea dans le cadre du Traité de non-prolifération

Plus en détail

SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES. IsolAir

SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES. IsolAir SÉPARATEUR CLIMATIQUE POUR CHAMBRES FROIDES IsolAir IsolAir séparateur climatique pour chambres froides Séparation climatique ambiante Une séparation climatique optimale Le séparateur climatique Biddle

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

Prise en Main de MS Project

Prise en Main de MS Project Prise en Main de MS Project Télécharger une version de démo valable 60 jours ici: http://www.zdnet.fr/telecharger/windows/fiche/0,39021313,39076442s,00.htm Microsoft Project vous aide à créer des prévisions

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

Petite Laiterie Polyvalente

Petite Laiterie Polyvalente Petite Laiterie Polyvalente 1. Présentation Cette fiche a été réalisée avec l'aide de l'adepta (www.adepta.com) et de fournisseurs dont les coordonnées sont disponibles sur UNIDO Exchange (www.unido.org/exchange).

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada ITSB-96 Dernière mise à jour : mars 2015 1 Introduction La correction des

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 206 DM14 Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 Impact potentiel du projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard

Plus en détail

BAAN IVc. Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator

BAAN IVc. Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator BAAN IVc Guide de l'utilisateur BAAN Data Navigator A publication of: Baan Development B.V. B.P. 143 3770 AC Barneveld Pays-Bas Imprimé aux Pays-Bas Baan Development B.V. 1997 Tous droits réservés. Toute

Plus en détail

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché.

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché. Paris, le 19 décembre 2008 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les responsables des Services des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

Raccords à emboîtement TECElogo

Raccords à emboîtement TECElogo Aux dimensions 16 50 mm pour l'emboîtement! Raccords à emboîtement TECElogo Le système d'installation destiné aux professionnels avec tube d'assemblage TECElogo Nous avons TECElogo. Et vous, l'outil qui

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

Code de l Environnement, notamment les articles L596-1 et suivants

Code de l Environnement, notamment les articles L596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2012-015015 Lyon, le 19 mars 2012 Monsieur le directeur EURODIF Production Usine Georges Besse BP 75 26702 PIERRELATTE cedex Objet : Contrôle des

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier 2017 Teneur des modifications et commentaire Berne, août 2015 1 Table des matières 1 Contexte 3 2 Dispositions

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB E 22 Juin 2012 COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB L Autorité de la concurrence dans le cadre de la procédure 09/0017F-10/0008F concernant

Plus en détail