Etude : «Identification des IMF partenaires pour la mise en place de la ligne de crédit pour le financement des AGR (Activité 37)».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude : «Identification des IMF partenaires pour la mise en place de la ligne de crédit pour le financement des AGR (Activité 37)»."

Transcription

1 Ministère du Commerce, de l Artisanat et du Tourisme (MCAT). Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). UNDAF Programme conjoint «Patrimoine, tradition et créativité au service du développement durable de la Mauritanie». Etude : «Identification des IMF partenaires pour la mise en place de la ligne de crédit pour le financement des AGR (Activité 37)». Rapport final Décembre 2009 Bureau d études : Appui aux Stratégies de Développement (ASD) ASD Microfinance, micros et petites entreprises Développement local à la base - Suivi évaluation des Projets Téléphones : (222) , , , Siège social Ilot L 101 ; Appart N 06 RC N :56 024/ ; CNSS N : ; RNC N : T ; CCIAM N : 487 1

2 PLAN DU RAPPORT Abréviations 03 Bibliographies 04 Remerciements 05 Synthèse 06 I. Contexte 09 II. Introduction 11 III. Objet de la mission 12 IV. Déroulement de la mission 12 V. Méthodologie utilisée 12 PARTIE I : Présentation générale du système financier 15 Mauritanien I.1 Système bancaire 15 I.2 Institutions de microfinance 16 I.2.1 Les caisses populaires d épargne et de crédit (CAPEC) 16 I.2.2 Mutuelle des associations féminines pour l épargne et le crédit 17 (MAFEC) I.2.3 Mutuelle féminine de solidarité d entraide d épargne et de crédit 17 (MFSEEC) I.2.4 Caisse d épargne et de crédit Djikke Mutuelle (CECD-M) 18 I.2.5 Mutuelles d investissements et de crédit oasiens (MICO) 18 PARTIE II : Constats et observations 20 II.1 Les banques commerciales 20 II.2 Les institutions de microfinance 23 PARTIE III : Analyse des IMF et agences des Banques 27 III.1 Caisses populaires d épargne et de crédit (CAPEC) de kiffa et 27 d Atar III.2 Les agences des banques 32 III.3 Mutuelle féminine de solidarité d entraide d épargne et de crédit 33 (MFSEEC) III.4 Caisse d épargne et de crédit Djikke Mutuelle (CECD-M) 37 III.5 Mutuelle des associations féminines pour l épargne et le crédit 40 (MAFEC) III.6 Mutuelle d investissement et de crédit de l oasis (MICO) de 41 Legrane III.7 Mutuelle d investissement et de crédit de l oasis (MICO) de 44 Ouadane PARTIE IV : Les attentes du public cible du Programme 48 PARTIE V : Propositions et recommandations 49 PARTIE VI : Les annexes 59 2

3 Abréviations ANAPEJ: Agence Nationale pour la Promotion de l Emploi des Jeunes AMPE Association Mauritanienne Pour l Emploi AGR Activité Génératrice de Revenue AG Assemblée Générale ASF Association de Services Financiers BCM Banque Centrale de Mauritanie BNM Banque Nationale de Mauritanie BCI Banque pour le Commerce et l Industrie BNP Banque Nationale de Paris BMCI Banque Mauritanienne pour le Commerce International BAMIS Banque Al wava Mauritanienne Islamique BAD Banque Africaine pour le Développement BDFG Banque de Développement Féminine du Gorgol CA Conseil d Administration CSLP Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté CAPEC Caisses Populaires d Epargne et de Crédit CECD-M Caisse d Epargne et de Crédit Djikke Mutuelle CECA Caisses d Epargne et de Crédit des Artisans CECEL Caisse d Epargne et de Crédit pour l Elevage DID Développement International Desjardins FIDA Fonds International de Développement Agricole GBM Banque Générale de Mauritanie GTZ Coopération Technique Allemande IMF Institution de Micro Finance IDM Initiative pour le Développement en Mauritanie MAFEC Mutuelle des Associations Féminines pour l Epargne et le Crédit MFSEEC Mutuelle Féminine de Solidarité d Entraide d Epargne et de Crédit MICO Mutuelle d Investissement et de Crédit Oasien MPE Micro et Petite Entreprise OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OXFAM Organisation d aide humanitaire PDDO Programme de Développement Durable des Osais PRP Programme de Réduction de la Pauvreté PRECAMF Programme pour le Renforcement des Capacités de la Microfinance PROCAPEC Agence de Promotion des Caisses Populaires d Epargne et de Crédit PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement SAFE 2000 Système d exploitation des Coopératives d épargne et de crédit DID SGM Société Génale de Mauritanie UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population UNESCO L Organisation des Nations Unies pour l Education, la Science et la Culture UNDAF Plan cadre des Nations Unies pour l Aide au Développement UPF Unité de Participation Financière 3

4 Bibliographies: - Document Programme «Tradition, patrimoine et créativité au service du développement durable en Mauritanie» - Les Banques Commerciales: Nouveaux Acteurs dans le Monde du Micro financement - Ordonnance N 005/2007, portant réglementation de la Microfinance - Instructions du Gouverneur de la Banque Centrale N 07, 08, 09 et 10/2007, portant conditions d agrément et normes prudentielles et de gestion des IMF - Stratégie nationale sur la microfinance - Document du Programme «Tradition, patrimoine et créativité au service du développement durable en Mauritanie» - Diagnostic des IMF partenaires du PRECAMF - Diagnostic du réseau des MICO - Audit des IMF en Mauritanie - Rapports d activités des IMF - Evaluation des capacités des IMF à mettre en œuvre un programme de financement des MPE / ANAPEJ 4

5 Remerciements Le Bureau tient à remercier l ensemble des personnes rencontrées pour leur soutien et surtout pour l intérêt qu elles ont bien voulu porter à son travail et les informations qu elles ont pu lui communiquer. 5

6 Synthèse. Contexte. Depuis quelques années déjà que le Gouvernement mauritanien essaie de relancer le secteur du tourisme en Mauritanie en privilégiant la valorisation du patrimoine culturel en premier, tout en mettant en exergue les atouts et les qualités des paysages mauritaniens caractérisés par l immensité des déserts et l étendue des chaînes montagneuses de l Adrar et du Tagant. En effet, les wilayas ciblées représentent un potentiel culturel et touristique dont la valorisation doit permettre de relancer les économies locales tout en favorisant l intégration économique des populations les plus pauvres et les plus fragiles notamment les femmes et les jeunes et ceci à travers l exploitation de microprojets touristiques et culturels en tenant comptes des spécificités et potentialités touristiques et culturelles de chaque wilaya. Afin d accélérer l atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et en appui aux efforts engagés par le gouvernement mauritanien en matière de lutte contre la pauvreté, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine culturel national, le système des Nations Unies, à travers 3 agences PNUD, UNESCO, UNFPA et en partenariat avec les autorités nationales ainsi que la société civile, met en œuvre un programme intitulé : «Tradition, patrimoine et créativité au service du développement durable en Mauritanie». Objectif. L objectif principal de l étude est de permettre aux institutions responsables de choisir les structures de financement qui seront partenaires du Programme pour abriter et gérer la ligne de crédit pour la mise à disposition de microfinancement pour des Activités Génératrices de Revenus (AGR) dans les régions d intervention du programme (Nouakchott, Adrar et Assaba) Résultats de l étude : L analyse menée s est basée sur l exploitation des documents, les rencontres avec les acteurs et partenaires concernés ainsi que sur les informations et données collectées lors des missions de terrain en Assaba et en Adrar. L intérêt s est porté sur les banques commerciales, les institutions de microfinance ainsi que les populations bénéficiaires. Pour chacune de ces catégories, les principaux constats en termes de diagnostics s établissent comme suit : Système bancaire : concerne les banques présentes notamment en Adrar et en Assaba : BNM, BMCI, BCI et la BAMIS. 1. Dans leur situation organisationnelle actuelle, les banques commerciales sont résolument tournées vers le système bancaire 6

7 classique et peuvent difficilement adapter leurs produits financiers aux besoins des clients démunis. 2. Elles n ont pas une forte envie de se lancer dans la microfinance : elles invoquent : - des coûts d exploitations importants pour des marges faibles ; - absence à leur niveau des ressources humaines internes compétentes en matière de Microfinance 3. Certaines d entre elles invoquent des arguments spécifiques liés à des expériences antérieures qui n ont pas très bien fonctionné. Les Institutions de Microfinance : 1. Généralement, l offre des IMF est limitée à des services d épargne et de crédit. Toutefois, on constate que certaines d entre elles offrent désormais de nouveaux produits spécifiques d épargne, de crédit et surtout d assurances. Elles développent aussi d autres services non financiers tels que l éducation, la sensibilisation etc. 2. Les crédits non adaptés sont à l origine, pour partie au moins, des difficultés de recouvrement des créances ; ils sont même considérés parfois comme étant la cause d un appauvrissement des sociétaires. 3. En définitive, il semble évident que les IMF n ont pas réussi à exploiter avec efficience les potentialités économiques propres à leur milieu. En outre, les contraintes légales en matière de plafonnement des crédits découragent les velléités innovantes de certaines IMF. Populations bénéficiaires. Les entretiens avec les différents bénéficiaires ont montré l importance de la mise en place de cette ligne de crédit, qui leurs permettra de : 1. trouver un outil de financement de proximité, adapté aux besoins et réalités des investisseurs dans ce domaine. 2. financer les besoins en matières premières pour les artisans, faire des aménagements dans les locaux des auberges et procéder au changement de quelques équipements vétustes. 3. accéder à des services financiers moins onéreux et moins exigeants que ceux proposés par les banques commerciales. Recommandations : Sur la base de ce diagnostic et au regard des objectifs de mise en place de la ligne de crédit pour le financement d activités génératrices de revenus dans le cadre du projet, les institutions ci-dessous ont été recommandées pour chacune des zones d intervention : 7

8 Liste des institutions partenaires sélectionnées par wilaya: Zone IMF Nouakchott - CECD-M - MFSEEC - PROCAPEC Adrar - PROCAPEC - MICO Ouadane Assaba - PROCAPEC Par ailleurs, pour assurer l efficacité et la pérennité de cette intervention, des recommandations relatives aux besoins de renforcement des capacité aussi bien des populations bénéficiaires que des IMF devant abriter la ligne de crédit ont été faites. Renforcement des capacités des IMF: La gouvernance des IMFs La méthodologie de gestion, de suivi et de contrôle des opérations L octroi des crédits La gestion des impayés La gestion des risques opérationnels La gestion d une ligne de crédits Montage et suivi des projets Montage et analyse de la demande de crédit Suivi et évaluation des projets Renforcement des capacités des bénéficiaires: Rôle, pouvoir des bureaux des associations d artisanats et du tourisme et leurs relations avec les bénéficiaires de la ligne Relation des bénéficiaires de crédit avec l IMF, le Programme, l opérateur, la commune et l autorité locale Procédures et critères d octroi des crédits Gestion et orientation des excédents de trésorerie Procédures de suivi et évaluation des activités Méthode de l autoévaluation Procédure de gestion, de suivi et d entretien des microprojets Les fiches de suivi et de contrôle interne Méthode de collecte des données de la situation trimestrielle et annuelle de chaque microprojet. 8

9 I. Contexte : Depuis quelques années déjà que le Gouvernement mauritanien essaie de relancer le secteur du tourisme en Mauritanie en privilégiant la valorisation du patrimoine culturel en premier, tout en mettant en exergue les atouts et les qualités des paysages mauritaniens caractérisés par l immensité des déserts et l étendue des chaînes montagneuses de l Adrar et du Tagant. En dépit du décollage de l activité touristique et de la forte fréquentation observée depuis le début de ce siècle, il est malheureux de constater que les populations locales subissent les effets et les conséquences néfastes du tourisme sans que l impact économique de ce secteur ne leur profite. En effet, les wilayas ciblées représentent un potentiel culturel et touristique dont la valorisation doit permettre de relancer les économies locales tout en favorisant l intégration économique des populations les plus pauvres et les plus fragiles notamment les femmes et les jeunes et ceci à travers l exploitation de microprojets touristiques et culturels en tenant comptes des spécificités et potentialités touristiques et culturelles de chaque wilaya. L Adrar : Située au Nord du pays, la wilaya dispose d une économie essentiellement tournée vers l agriculture à travers l exploitation de ses innombrables oasis ; en effet, en plus de l exploitation du palmier dattier (de loin le plus productif en Mauritanie) les oasis permettent aussi une agriculture maraichère irriguée devenue largement commercialisée dans les grands centres urbains à Nouakchott et à Nouadhibou. Outre ces atouts économiques la wilaya est dotée par des sites historiques et des paysages qui en font une destination très sollicitée et de plus en plus visitée par des flux de touristes venus de divers pays. Dans ce cadre, les villes touristiques de Chinguetti, de Ouadane et de Azougui sont prisées au regard de l histoire qu elles reflètent à travers les sites historiques mais aussi et surtout à travers les innombrables sites culturels vieux de plusieurs siècles ; il en est ainsi des minarets des mosquées et des bibliothèques Cette affluence a été facilitée par l existence d un aéroport à Atar, une infrastructure hôtelière (à Atar notamment) relativement «développée». L Assaba : Située au Sud Est du pays, la wilaya se présente comme la 3 ème wilaya la plus peuplée après Nouakchott et le Trarza. Son économie est centrée autour d une forte activité commerciale et une forte activité d élevage ; L agriculture est essentiellement constituée d une agriculture sous pluie dont le rendement est essentiellement de subsistance. En dépit du fait que la wilaya compte la plus grande population de palmiers dattiers dans le pays, il n en demeure pas moins que son exploitation est quasiment inexistante. Toutefois, depuis quelques années et grâce à l intervention du Programme de Développement 9

10 Durable des Oasis (PDDO), certaines oasis ont commencé à optimiser leur rendement en intégrant l agriculture maraichère dont la commercialisation est assurée dans les grandes villes de la wilaya et les autres wilayas voisines. Sur le plan touristique la wilaya dispose de quelques paysages constitués des chaines montagneuses de l Assaba et de l Affolé ; sur le plan culturel, la wilaya est réputée pour le rayonnement, sur le plan national et international, de ses mahadras et de son artisanat dont les produits son écoulés sur les marchés locaux de toutes les grandes villes du pays. Nouakchott : C est la capitale politique du pays depuis l indépendance ; elle a été fondée en 1958 sur une étendue désertique soumise à un climat relativement clément grâce aux effets conjugués des alizés maritimes et des Açores. Cette situation a rendu la ville de Nouakchott pour une certaine catégorie de touriste de classe moyenne peu portée sur les longs safaris et les randonnées désertiques. En effet, le visiteur de Nouakchott y trouverait un condensé de la diversité culturelle du pays ; cette diversité est visible à travers la diversité culturelle, arabe et négro-africaine, de ses habitants. Nouakchott est aussi un grand centre d exposition de l artisanat venu de tous les coins du pays. Naturellement l offre hôtelière de la ville de Nouakchott est la plus importante, tant en quantité qu en qualité, sur le plan national. En outre, à partir de Nouakchott le visiteur pourrait accéder facilement aux autres sites non éloignés de la capitale notamment au niveau du Trarza (Parc de Diawling), au niveau de Dakhlet Nouadhibou (Bang d Arguin) et au niveau du Brakna (Lac d Aleg). 10

11 II. Introduction Afin d accélérer l atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et en appui aux efforts engagés par le gouvernement mauritanien en matière de lutte contre la pauvreté, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine culturel national, le système des Nations Unies, à travers 3 agences PNUD, UNESCO, UNFPA et en partenariat avec les autorités nationales ainsi que la société civile, met en œuvre un programme intitulé : «Tradition, patrimoine et créativité au service du développement durable en Mauritanie». Ce programme financé par le fonds pour l atteinte des OMD, mis en place par le Royaume d Espagne à travers le PNUD s inscrit dans le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) et le plan cadre des Nations Unies pour l Aide au Développement (UNDAF) en appui aux priorités et politiques nationales. Il vise la réalisation des quatre objectifs suivants : 1. L état du potentiel de développement des produits et services culturels est identifié et les modalités d interventions et de coordination sont définies, et prennent en compte la dimension genre ; 2. Les capacités nationales à créer et à promouvoir des entreprises culturelles sont renforcées ; 3. Les capacités et les moyens de gestion, de conservation et de valorisation du patrimoine culturel sont renforcés au niveau national et local ; 4. des activités génératrices de revenus sont développées expérimentées et diffusées dans le sillage du patrimoine culturel Ces quatre résultats se combinent pour atteindre l objectif global de promotion du potentiel de développement collectif et individuel, notamment pour les plus démunis, par la mise en valeur des ressources culturelles du pays. La présente étude s inscrit dans le cadre d un partenariat incluant le PNUD et le Programme «Tradition, Patrimoine et Créativité au Service du Développement Durable en Mauritanie», en vue de renforcer les capacités des populations les plus vulnérables, dont notamment les femmes et les jeunes, pour la promotion et la valorisation des produits et services liés au tourisme, à l artisanat et à la culture comme moyen de génération de revenus et pour mieux conserver le patrimoine mauritanien. A cet effet, le cadre d intervention a ciblé les zones d affluence touristique relativement importante ou disposant d un potentiel touristique avéré. IL s agit donc d aider à l émergence de certains microprojets qui concourent à la valorisation du patrimoine culturel et à l amélioration des conditions d accueil des touristes dans les zones cibles. 11

12 L objet donc de cette intervention est de corriger cette situation en mettant en place un système de financement proche et adapté aux capacités et aux besoins des populations. A cet effet, le PNUD a engagé cette étude pour l identification des institutions de Microfinance au niveau de Nouakchott, l Adrar et de l Assaba pour abriter et gérer une ligne de crédit pour le financement des microprojets dans le domaine du tourisme culturel. III. Objectifs de la mission L objectif principal de l étude est de permettre aux institutions responsables de choisir les structures de financement qui seront partenaires du Programme pour abriter et gérer les fonds disponibles et d officialiser le lien pour la mise en place effective des fonds. A cet effet, la mission s est s attelé à identifier les conditions générales préalables à la mise en place d un partenariat avec une institution quelconque, banque ou IMF. Dans ce cadre, la mission a définit une critériologie objective permettant au Programme de sélectionner dans la transparence totale les institutions capables de répondre à ses attentes en ce qui concerne la gestion d une ligne de crédit dédiée au développement du tourisme culturel en Mauritanie. Outre les soucis de transparence, les critères visent à garantir l efficacité et la pérennité de l intervention envisagée. IV. Déroulement de la mission La mission de terrain s est déroulée dans la région de Nouakchott du 27 septembre au 05 octobre 2009, en l Assaba du 8 au 15 octobre et en Adrar du 17 au 24 octobre auprès des banques commerciales ayant une représentation au niveau des wilayas ciblées par le Programme ainsi que les institutions de microfinance agréées et fonctionnelles selon l autorité de tutelle, en l occurrence la Banque Centrale de Mauritanie. C est d ailleurs pourquoi, la mission ne s est pas rendue au bang d Arguin du fait de l absence d institutions agréées qui seraient en mesure de contracter avec le Programme. Au cours de cette mission le consultant s est entretenu avec les responsables de la Direction de la Microfinance au sein de la BCM ainsi que les principaux responsables des structures suivantes : PRECAMF, PROCAPEC, ANAPEJ, le PDDO, la BNM, la BCI, la BAMIS et la BMCI ainsi que les dirigeants des IMF. V. Méthodologie utilisée La méthodologie a consisté à privilégier les rencontres avec les principaux dirigeants. L objectif de réunions est de permettre d expliquer séance tenante les objectifs de la mission et d écouter les responsables afin de mieux comprendre leurs attentes et leurs conditions. Cette méthode a l avantage de 12

13 nous faire gagner du temps et permet une collecte d informations rapide et pertinente. - Une réunion de travail avec le PNUD, les partenaires et acteurs impliqués dans la mise en œuvre du programme a été organisée pour préciser les objectifs et attentes des TDRs, cette réunion est suivie par la revue des documents et l exploitation des données disponibles sur les IMF existantes et fonctionnelles dans les régions cibles du projet. Cette réunion est complétée par d autres avec les banques locales particulièrement celles représentées dans la zones d intervention du programme et les parties prenantes du secteur de la microfinance à savoir la BCM, le PRECAMF et l ANAPEJ. Après cette étape de collecte de données pour avoir une information sur la situation générale du secteur de la microfinance notamment au niveau des zones d intervention cibles. Le consultant a procédé à la fin de cette étape à la présentation du rapport de la première semaine de travail incluant une première ébauche des critères de sélection des IMF ou banques partenaires. Cette critériologie sera la base de sélection des IMF partenaires. Il s agit des critères suivants : V. 1 Critères juridiques et institutionnels l agrément des autorités de tutelle : Ce critère est fondamental car le Programme ne saurait contracter avec des institutions dépourvues de la personnalité morale. En outre, il est synonyme de l existence d une certaine supervision assurée par les services de la Banque Centrale qui peuvent garantir ou attester de la fiabilité de l information financière et non financière communiquée éventuellement au Programme. La performance organisationnelle : Elle révèle l aptitude ou non de l institution à pouvoir se déployer afin de gérer correctement la ligne de crédit envisagée ; dans ce cadre, on souligne notamment la capacité de l institution à pouvoir assurer un suivi comptable et administratif des dossiers permettant éventuellement des contrôles ultérieurs mais aussi une organisation qui sécurise davantage les portefeuilles pour en assurer le recouvrement dans tous les cas de figure. La performance financière : Elle traduit la capacité de l institution à honorer ses engagements soit en étant solvable (pour les cas extrêmes de faillite par exemple) soit en étant rentable (capacité de remboursement générée par l activité propre de l institution). 13

14 V. 2 Les critères du marché La proximité / la capacité d intervention dans les zones cibles du programme : C est un critère important mais non suffisant. Il ne peut être considéré favorable que dans la perspective de départager deux institutions ayant des performances similaires ou voisines ; La nature des activités financées par l institution partenaire et les conditions de financement : cela permet d identifier les prédispositions propres à chaque institutions qui la rendent mieux outillée et mieux préparée à accompagner une nouvelle clientèle différente mais pas totalement de sa clientèle propre. Dans ce cadre, on peut par exemple privilégier une institution qui opère habituellement dans le secteur du commerce ou de l habitat, sur une autre traditionnellement tournée vers l élevage ou l agriculture. L expérience dans la gestion des lignes de crédit : Naturellement, il s agit d un atout car il signifie qu aussi bien les dirigeants et les outils de gestion de l institution sont en mesure de prendre en charge toute nouvelle ligne de crédit en aménageant légèrement leurs organisations et leurs procédures. V.3 Le coût du partenariat Les conditions exigées par l institution partenaire : Ce critère est capital dans la perspective d une évaluation basée sur le rapport qualité prix qui serait déterminant dans le choix et la sélection des institutions partenaires. - La conception et l élaboration d un questionnaire détaillé pour le diagnostic de la situation des IMF au niveau des régions ciblées par le programme et cela afin de faire ressortir les caractéristiques organisationnelles, fonctionnelles et financière des IMF ainsi que les forces et faiblesses du système. Il s agira d évaluer l environnement socioéconomique et de dégager les caractéristiques organisationnelles propres à chaque institution, de manière à nous permettre d exprimer une opinion neutre et professionnelle sur la situation fonctionnelle et financière générale de chaque institution. L objectif est de réunir le maximum de données financières et opérationnelles en vue de calculer les ratios prudentiels et les ratios de gestion permettant d obtenir un classement des institutions. 14

15 PARTIE I : PRESENTATION GENERALE DU SYSTEME FINANCIER MAURITANIEN Le système financier en Mauritanie est composé essentiellement d un système bancaire classique et d un secteur microfinancier relativement jeune dédié au financement des activités pour une population généralement exclue du système bancaire. Ce système est soumis à la tutelle technique de la Banque Centrale qui l exerce à travers une réglementation spécifique à chacune des composantes. C est ainsi que le secteur bancaire est règlementé par l ordonnance bancaire N 007/2007 et le secteur de la Microfinance est règlementé par l ordonnance N 005/2007. Ces différentes lois sont complétées par des textes d application édictés par la Banque Centrale portant sur la définition des conditions particulières propres à garantir le développement du secteur financier d une manière générale. La Banque Centrale veuille à l application des dispositions légales et règlementaires à travers la direction générale de la Supervision Bancaire et financière subdivisée en un contrôle permanent sur pièces et un contrôle sur place. I.1 Système bancaire Longtemps absentes des villes des wilayas à l intérieur du pays, les banques commerciales observent aujourd hui une stratégie de couverture du territoire en effectuant des investissements lourds en équipements et en ressources humaines, et cela sans concertation apparente. Elles se font ainsi une forte concurrence au niveau des capitales des wilayas voir dans quelques départements. Toutefois, cette nouvelle offre de service n a pas ciblé, prioritairement, les micros projets ; elle a été plutôt orientée vers les entreprises, les commerçants, les fonctionnaires, avec un accent particulier sur le financement de l habitat et du commerce. Cette attitude est dictée par les exigences des pratiques bancaires professionnelles et règlementaires en matière de garanties. Cependant il existe une réelle sensibilité à la lutte contre la pauvreté et à la diffusion de services financiers en milieu typiquement vulnérable qu il convient de ne pas prendre comme un engagement totalement désintéressé, mais comme une base positive pour engager une collaboration équilibrée dans laquelle chaque partie trouverait ses intérêts. Ce système bancaire en Mauritanie, composé de dix banques primaires, est encore peu développé. Il s agit de: BNM BCI BMCI GBM BAMIS BACIM BANK CHINGHUITI BANK BANQUE El AMANA 15

16 BNP PARIBAS SGM Seules la BCI, la BNM, la BMCI et la BAMIS sont représentées dans les différentes zones d intervention du Programme En dépit des récentes mesures d ouverture du marché national aux banques étrangères, le marché national demeure insuffisamment couvert par l offre des banques déjà agrées. Les banques sont restées très prudentes vis-à-vis des clients potentiels énormes que constituent le public cible des Institutions de Microfinance. La présente mission du Programme contribuerait, peut être, à faire rapprocher les banques de cette clientèle favorisant ainsi une amélioration quantitative et qualitative de l offre bancaire classique. En effet, nous estimons que les préjugés des banques sur les effets d une ouverture en direction des populations les plus pauvres sont fondés uniquement sur leur propre ignorance de ce secteur. Le programme doit se rapprocher de ces banques afin d identifier leurs craintes et de voir dans qu elles mesures il peut contribuer à aplanir leurs inquiétudes. IL serait utopique de croire que le tourisme saurait se passer de l offre bancaire pour son décollage. I. 2 Les Institutions de Microfinance Ce secteur est de création relativement récente en Mauritanie. Après des expériences éphémères au tout début des années 90 (IDM et AMPE), l Etat mauritanien a jeté les bases d un secteur financier à travers la promotion des CAPEC mais aussi et surtout grâce à la mise en place d un cadre légal et règlementaire du secteur. C est ainsi que plus de 85 IMF sont aujourd hui agréées par la Banque Centrale et servent plus de 200 Milles bénéficiaires. Le développement de ces institutions, représente un axe fondamental de la stratégie du Gouvernement dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et un vecteur essentiel de la reforme engagée pour le renforcement et la diversification du système financier national. Cet axe revêt une importance particulière eu égard au rôle joué par les IMF dans le développement d une culture d épargne et de financement des Micros et Petites Entreprises (MPE) et des Activités Génératrices de Revenus (AGR) au profit des populations qui n ont pas accès aux services bancaires. Le secteur de la Microfinance, dans la zone d intervention du Programme comprend notamment : I.2.1. Les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CAPEC) Ce réseau créé en 1997, d une dimension nationale, couvre la zone d intervention du projet avec 18 Caisses à Nouakchott, 4 en Assaba et une en Adrar. Ces caisses sont organisées dans le cadre d un réseau animé par une Agence nationale de promotion des CAPEC (La PROCAPEC) ; cette institution s est fortement développée ces dernières années mais connaît actuellement certaines difficultés d ordre financier liées à une mauvaise gestion. Toutefois, il semble que l Etat mauritanien est en train de mettre en 16

17 place un plan de redressement du réseau. Ce réseau est doté de procédures comptables et d une politique de crédit édicté par le mouvement Développement International Desjardins (DID), opérateur technique du réseau depuis sa création en L ensemble des CAPEC à Nouakchott sont informatisées et sont gérées par le système SAFE 2000 conçu par DID. I.2.2 Mutuelle des Associations Féminines pour l Epargne et le Crédit (M. AFEC) La Mutuelle des Associations Féminines d Epargne et de Crédit (M-AFEC) a été créée en 1994 pour répondre à des besoins exprimés par un groupe de femmes confronté aux problèmes de sécurisation de l épargne et d accès au crédit. Elle s appuie sur un capital d expériences issues de formes associatives traditionnelles. L association féminine pour l épargne et le crédit (Endaam M.AFEC), a commencé ses activités de microfinance en 1995, en tant que tontine et s est transformée en mutuelle d épargne et de crédit en Elle est basée à Nouakchott et opère dans les Wilaya du Brakna, de Nouadhibou et du Gorgol. Elle a pour objectif principal d améliorer la forme d organisation des tontines traditionnelles et la création d un outil de financement adapté aux besoins des femmes cibles. L approche adoptée vise la révision de l organisation interne des tontines et des autres associations traditionnelles afin de : 4. Mobiliser l épargne des femmes ; 5. Faciliter l accès des femmes aux services financiers ; 6. Contribuer à l éducation économique et financière des femmes 7. Promouvoir une micro assurance féminine novatrice ; 8. Contribuer au renforcement des capacités entrepreneuriales des femmes. Pour sensibiliser et animer les sociétaires de la caisse sur les bonnes pratiques (finance, gestion, commerce, santé, etc.). La mutuelle a désigné pour cette fin (hors ces instances classiques de gestion) un comité spécialisé constitué des communicatrices traditionnelles, formées sur les techniques d animation de groupe et de sensibilisation pour le changement des mentalités. I.2.3 Mutuelle Féminine de Solidarité d Entraide d Epargne et de Crédit (MFSEEC) La Mutuelle Féminine de Solidarité, d Entraide, d Epargne et de Crédit (MFSEEC), a été créée à l initiative d un groupe de femmes issues de différents quartiers de Nouakchott (El Mina, Sebkha, Teyarett, Tevragh Zeïna, Riadh) et de Rosso. Aujourd hui, elle a deux antennes l une à Nouakchott et l autre à Rosso. Deux autres antennes sont prévues à Kaédi et en milieu péri urbain de Nouakchott. 17

18 La MFSEEC est un réseau de mutuelles offrant des services financiers (épargne et crédit) et non financiers (formation, alphabétisation, santé de la mère et de l enfant, etc.). Elle est exclusivement féminine. La mission de la MFSEEC est de contribuer à la lutte contre la pauvreté afin d améliorer les conditions de vie des populations, notamment des femmes. Pour accomplir cette mission, la MFSEEC s est fixé les objectifs suivants : sentir le crédit. création d activités génératrices de revenus la pauvreté et le SIDA I.2.4 Caisse d épargne et de Crédit Djikke Mutuelle (CECD - M) La CECD-M est une Institution de Microfinance dont la première caisse opérationnelle depuis 2002 a été agrée au titre de la loi et ses textes d application édictés par la Banque Centrale de Mauritanie. Depuis cette première création, l institution n a pas cessé de rechercher les voies et moyens pour devenir un réseau dont l objectif à terme est de couvrir le territoire national, afin de permettre aux populations des milieux exclus des services financiers classiques d accéder à ses services. CECD-M intervient dans toutes les Moughataa de Nouakchott et a deux Agences opérationnelles : l une à Kaédi et l autre à Sélibaby. Elle est entrain de constituer un réseau pour ses caisses. Elle prévoit dans le cadre du partenariat avec le PRECAMF d ouvrir deux caisses rurales à Djewel et Lexeiba au gorgol. Pour accomplir cette mission, la CECD-M s est fixé les objectifs suivants : - La collecte de l Epargne: - L octroi des crédits à travers deux types (classiques et islamiques) - Le transfert d argents - L assurance vie I.2.5 : Les Mutuelles d Investissements et de crédit oasien (MICO) Le réseau des Mutuelles d Investissement et de Crédit Oasien (MICO) a été créé par le Projet Oasis phase II ( ). Il est crée avec l appui du FIDA sur le modèle des ASF. Le réseau est étendu aux cinq wilayas oasiennes : Adrar (22), Tagant (19) Assaba (15) et les deux hodhs (11). Il comprend adhérents. Toutefois, le réseau n est pas encadré par une structure faîtière ou n importe qu elle autre structure d animation centrale, à l image de la PROCAPEC. Il bénéficie tout au plus de l assistance d un service rattaché au PDDO. Depuis quelques années, le réseau connaît des difficultés sérieuses qui font craindre 18

19 le pire, à savoir la cessation de l activité. Actuellement, il nous a été impossible de trouver un interlocuteur qui accepte de mettre à notre disposition les informations les plus récentes. Il semble même que les travaux de fin d années n ont pas été réalisés depuis quelques années. 19

20 PARTIE II. CONSTATS ET OBSERVATIONS II. 1 les Banques commerciales Le diagnostic mené s est attelé à établir un état des lieux global, tout en mettant l accent sur les banques présentes dans les zones d intervention du projet : BNM, BMCI, BCI et la BAMIS. Il s agit de faire ressortir leurs expériences dans des partenariats similaires, leurs performances antérieures, leurs capacités d intervention dans les zones visées, bref, leur positionnement par rapport aux attentes définies dans les TDR s. Notons que la BAMIS n a pas voulu ouvrir une discussion avec nous, arguant du fait qu elle n est absolument pas intéressée. Dans ce cadre, nous avons été amenés à faire les constats suivants : 9. Dans leur situation organisationnelle actuelle, les banques commerciales sont résolument tournées vers le système bancaire classique et peuvent difficilement adapter leurs produits financiers aux besoins des clients démunis. 10. Elles n ont pas une forte envie de se lancer dans la microfinance : elles invoquent : 11. des coûts d exploitations importants pour des marges faibles ; 12. absence à leur niveau des ressources humaines internes compétentes en matière de Microfinance 13. Certaines d entre elles invoquent des arguments spécifiques liés à des expériences antécédentes : 14. La BCI a fait l expérience de la gestion d une ligne de crédit en faveur d un public microfinancier, en partenariat avec la GTZ, et l opération s est soldée par un échec dû au non adaptation du crédit avec les spécificités de la Microfinance et l absence d un accompagnement des bénéficiaires. ; 15. La BNM a géré plusieurs lignes de crédit en Microfinance pour différents partenaires ; toutefois, la gestion effective de la ligne est confiée au partenaire à qui revient la charge de l identification des bénéficiaires et la réalisation des études de faisabilités et la banque donne sont avis parfois sur la solvabilité de l emprunteur. Il s agit en fait de ressources affectées qui n engagent pas les ressources propres de la Banque en cas d impayés. Ces trois banques ont signalé leur intéressement à gérer cette ligne de crédit avec des taux divers : BNM de 14 16% ; la BCI de 12 à 16% et la BMCI de 12 19% qui seront calculé sur le montant du portefeuille crédit. Elles avancent d autres conditions qu elles mettront sur la table lors d une négociation finale. Ces conditions pourraient concerner la nécessité d une assistance technique du projet pour participer à tout le processus de mise en 20

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS

1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS Termes de référence pour l élaboration d un guide et des fiches de procédure sur la création, la gestion des entreprises et AGR dans les secteurs de la culture, du tourisme et de l artisanat 1. CONTEXTE

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

Quels services financiers pour les plus pauvres?

Quels services financiers pour les plus pauvres? Quels services financiers pour les plus pauvres? Cette préoccupation devient de plus en plus importante dans l objectif de renforcer l économie rurale ; elle a toujours été présente dans le champ du développement

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K)

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K) Regroupement des jeunes de Kaédi Pour le Développement 1 Kaédi, le 24 Mai 2008 Rapport de formation des associations de Kaédi sur l entreprenariat et la création d entreprise organisée par le Regroupement

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE PROGRAMME DE CERTIFICATION EN JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DU PROGRAMME La micro finance ayant atteint une certaine maturité, il apparaît clairement que seules les institutions efficaces, compétentes et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 1 Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS SOMMAIRE DEFINITION DE LA PME PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE LA PME SOLUTIONS ET PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE : REPONSE DE LA BIS DEFINITION DE LA PME Selon

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

La gestion des risques en microfinance

La gestion des risques en microfinance Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance 1 Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone ATELIER DE FORMATION

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Service Régional de la Statistique et de la

Plus en détail

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE La Micro finance au Maghreb,quelles perspectives pour le développement économique et social et la lutte contre le chômage des jeunes Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE Le rôle de la BTS

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE

PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE PLATEFORME INTERACTIVE MOBILE Ecosystème de Développement Economique et Social www.jaida.ma Platforme Interactive Mobile SOMMAIRE OPPORTUNITE DU PROJET CADRE GÉNÉRAL ET OBJECTIFS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail