+ Présentation. Jeu pathologique, dépendance et travail social Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "+ Présentation. Jeu pathologique, dépendance et travail social 09.04.14. Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES"

Transcription

1 Jeu pathologique, dépendance et travail social + Présentation 2 Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES CAS HES- SO Spécialisa0on en ges0on de de6es 2013/2014 Plaque6e, bulle0n d inscrip0on, planning 1

2 + Présentation 3 n Thèse de doctorat, Université de Neuchâtel, Institut d ethnologie Un mouvement contre le jeu d argent. La production d un loisir controversé en p r o b l è m e p u b l i c ( Va n c o u v e r ) Claudia Dubuis Dre en Sciences Humaines et Sociales (anthropologie) n Conception et rédaction des rubriques «Le jeu excessif sous l angle des sciences humaines et sociales», projet et mandat du PILDJ et du Groupement romand d étude des addictions (GREA), Lausanne + Projet de recherche déposé au FNS 4 La construction de la dépendance au jeu d argent comme problème de santé publique. Genèse et usages d une nouvelle catégorie médicale. - Collaboration entre la Haute Ecole de Travail Social de Genève (Hets HES-SO) et l Institut d ethnologie de l Université de Neuchâtel (prof. Ellen Hertz, co-requérante). - Collaboration internationale envisagée avec des sociologues et des anthropologues français, britanniques et états-uniens. 2

3 + Terrain de Vancouver 5 n Une mobilisation locale contre le jeu d argent parmi de nombreuses autres en Amérique du Nord n Approche ethnographique avec long séjour de terrain et analyse documentaire. n Analyse de plusieurs controverses qui ont eu lieu entre 1994 et n Large coalition non partisane, qui voit l émergence d un groupe spécifiquement anti-jeu, Citizens Against Gambling Expansion, CAGE, qui se maintient sur un peu plus d une dizaine d années. n Construire la question du jeu d argent en problème public en interpellant les pouvoirs publics; échec relatif du mouvement. n Constat : la notion de dépendance est peu mobilisée dans la rhétorique anti-jeu à l époque du terrain, qui est une rhétorique plutôt «anticapitaliste», au sens large n Critique de l économie des casinos et des loteries présentée comme fondamentalement illégitime (à un moment de fort désengagement de l Etat). n Critique sociale de l industrie des loisirs et de la consommation. + La construction de la dépendance au jeu d argent comme problème public 6 n Question de départ du projet n Pourquoi est-ce que la catégorie de «dépendance» au jeu d argent a «pris» si vite, environ depuis le début des années 2000, alors qu elle était quasiment inexistante avant? n La «dépendance» au jeu est devenue une «signification incontestée» au sens de Joseph Gusfield n S impose au détriment d autres définitions, modèles ou solutions, au point de s en trouver «naturalisée». n Problème public (brève définition pour le projet) n Tout processus selon lequel un problème social acquiert une dimension et une reconnaissance publique par l action d acteurs sociaux aux intérêts parfois divergents. n Implique une interpellation des pouvoirs publics. n Objectif du projet n Observer sur le terrain (Suisse romande) et sur une dizaine d années comment la définition de la «dépendance» se construit. n Approche à la fois synchronique et diachronique. 3

4 + La dépendance au jeu d argent comme production historique particulière 7 La conception du caractère pathologique du jeu d argent repose sur une production historique n Le projet se réfère à la catégorie plus générale de «dépendance» au jeu en tant que catégorie pratique qui permettra de nommer un phénomène mouvant. n Les sociologues mettent en évidence le caractère concurrent des différentes définitions. Quelques repères historiques : n Fin XIX e siècle: début de la métaphore pathologique n 1928 : Psychanalyse (Freud) n 1947 : Sociologie fonctionnaliste (Devereux) n 1957 : Psychology of Gambling (Bergler); interprétation : dimension inconsciente, «masochiste», «autodestructrice» de l addiction au jeu d argent n 1957 : création des GA en Californie n 1980 : DSM-III + Apports originaux du projet (1) 8 n De plus en plus de recherches sont consacrées à la question de la dépendance au jeu et à sa prise en charge, mais peu de recherches empiriques portent sur les conditions sociales de son émergence n La Suisse romande : un terrain particulièrement intéressant n Spécificités légales et institutionnelles : loi sur la libéralisation des casinos de 1993, son application dès l ouverture des casinos en 2002 impliquant des programmes de prise en charge des joueurs et joueuses à problèmes ; forte coordination des cantons romands. n Terrain envisagé n entretiens avec des acteurs et des actrices clefs dans le champ de la prise en charge des joueurs (médecins, psychologues, travailleurs sociaux et travailleuses sociales, joueurs ou joueuses identifié-e-s comme «militant-e-s» ou engagé-e-s dans des activités au sein d institutions de prise en charge, éventuellement des politiciens et politiciennes). n remarque en l état actuel : pas de GA en Suisse romande ni d associations de joueurs et de joueuses. n observations participantes dans trois institutions de prise en charge. n Poursuit une piste ouverte par Brian Castellani (2000) n Discours médical qui s impose aux USA : mélange d effets discursifs, d interactions entre institutions variées et une prise en charge du problème parmi d autres. n Double approche constructiviste ET réaliste (Bernard Lahire, 2012) 4

5 + Apports originaux du projet (2) : la place du travail social 9 n Montrer la place des travailleurs sociaux et des travailleuses sociales en tant qu acteurs et actrices à part entière dans un dispositif toujours présenté et perçu comme particulièrement médicalisé. n catégorie professionnelle pas prise en compte dans la littérature. n Comprendre leur rôle spécifique, leur place dans le dispositif, leurs attentes et leurs moyens d action. n Portent-ils/elles une vision différente du monde médical et des professionnel-le-s de la santé? n Comment s approprient-ils/elles ce savoir? Quelle est leur «clientèle» par rapport aux hôpitaux? + La conception de la prévention selon l enquêté-e 2 10 «La prévention dans le travail social comprend : une information large au grand public et une sensibilisation et responsabilisation des personnes concernées (ici les joueurs, leur entourage, le réseau social et de santé publique, les enseignants, etc.). Cette prévention s appuie sur les ressources du milieu. La prévention médicale (pour l enquêté-e 2) tend à concevoir des actions de prévention permettant la détection des joueurs problématiques (repérage des indicateurs cliniques). Elle peut être complémentaire de la prévention sociale» 5

6 + La place du travail social selon l enquêté-e 1 11 «Un exemple intéressant celui de X avec une organisation psychosociale ou les sociaux sont en première ligne et une intervention médicale en seconde ligne. L'exemple est intéressant aussi par son aspect interdisciplinaire (travailleurs sociaux, psychologues et médecins). Il y a des outils transversaux comme le TCC (entretien motivationnel) qui sont valorisés. Il y a un équilibre entre réponse sociale et médicale et un refus de médicaliser d'entrée une problématique d'abord sociale. Il ne faut pas oublier que les traitements médicaux coûtent chers pour la collectivité (même si le 90% des traitements sont remboursés par la LAMal) et leurs résultats ne sont pas forcément probants dans tous les cas. Il faut donc disposer de prises en charges diversifiées dans le dispositif pour répondre aux besoins des personnes d'une part et d'autre part pour juguler les coûts.» + Améliorations souhaitées par les enquêté-e-s 12 Entretien 2. «Le jeu est un problème minoritaire (pour les travailleurs sociaux). Ils rencontrent peu de joueurs. Ils ne savent pas les détecter. Leur sens de l observation est peu aiguisé. Les connaissances en matière d addiction font défaut et le repérage des étapes n est pas acquis : honte, déni, y croire et tromper son entourage, cacher et mentir, etc. On doit relier ces problématiques aux conséquences sociales possibles que sont le surendettement. On doit parler du rapport à l argent dans le cadre du jeu et de ses effets. En parler c est rendre moins effrayant les questions d argent.» Entretien 1. «Ceux qui travaillent dans le champ des toxicomanies ont pris la responsabilité des prises en charge de joueurs. C est l optimalisation des ressources qui a primé dans ce cas, ce qui est une bonne chose. Mais on doit encore sensibiliser au sens large les travailleurs sociaux comme démultiplicateurs de la prévention» Jeu excessif, 16 janvier

7 + L accompagnement des joueurs et des joueuses surendetté-e-s 13 n Partie «appliquée» du projet n Amélioration de la formation des professionnel-le-s en travail social. n Développer la collaboration interdisciplinaire effective dans la prévention et le traitement. n En cas de surendettement des joueurs et des joueuses, l assainissement des dettes est mise en œuvre sur la base des critères suivants : n La capacité économique; n La capacité sociale; n La capacité psychologique. +Schéma du dispositif d intervention des assistantes sociales et des assistants sociaux 14 Etape 1 : évaluation Repérage des problèmes, informations, conseils et orientation Etape 2: bilan des dettes Analyse budgétaire et inventaire des dettes, rétablissement du quotidien Etape 3: assainissement Contrat de prise en charge, éducation financière et administrative, négociation avec les créanciers, décisions judiciaires - La collaboration avec les professionnel-le-s de la santé s effectue tout au long du processus. - Des arbitrages doivent être effectués à chaque étape. 7

8 + Rappel des objectifs du projet 15 Trois objectifs : n Comprendre comment la catégorie de «dépendance au jeu d argent» au sens large s est imposée dans un laps de temps relativement court dans le milieu socio-sanitaire suisse romand. n Montrer sa construction, peut-être pas toujours consensuelle, et son influence sur les pratiques des professionnel-le-s de la santé et du social. n S interroger sur la manière dont cette catégorie peut évoluer, en regard des nouvelles connaissances médicales et sociales dans le domaine des addictions. + Références des oratrices 16 n Dubuis, Claudia n 2000 «Les jeux d argent, un simulacre? La construction savante d une représentation ordinaire et ses effets». Tsantsa. Revue de la société suisse d'ethnologie 5: n 2002 «L'appropriation d'un discours savant par des militants anti-jeu d'argent: un cas nord-américain exemplaire». In P. Hamman, J.-M. Méon et B. Verrier, eds. Discours savants, discours militants : mélange des genres. Paris: L'Harmattan, pp n 2010a Un mouvement contre le jeu d'argent. La production d'un loisir controversé en problème public (Vancouver ). Université de Neuchâtel, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Ethnologie; thèse de doctorat. n 2010b «Une mobilisation nord-américaine contre le jeu d'argent: construction et usage de la notion de dépendance». In C. Dunand, M. Rihs-Middel et O. Simon, eds. Prévenir le jeu excessif dans une société addictive? D'une approche bio-psycho-sociale à la définition d'une politique de santé publique. Genève: Editions Médecine et Hygiène, pp n Rodari, Sophie n 2010 «Argent et Travail social. Forme et fonction de l'argent dans la relation d'aide». In Artias, ed. Actes du colloque de la journée d'automne de l'artias. n 2011 «L'ampleur inquiétante du surendettement». Revue Reiso n 2012 «Asseoir la légitimité des interventions en service social». Actes du colloque du 17 novembre 2010 de la Hets sur la formation continue. n 2014 «La double grille d analyse du travail social», Revue Pensée plurielle. no2. Les nouvelles formes de gouvernance. A paraître, en collaboration avec L. Bachmann. 8

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA ÉLÉMENTS DE PLANIFIC ATION STRATÉGIQUE Période 2010-2015 Liste des abréviations courantes CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA GRSP HES HUG IMSP

Plus en détail

Spécialisation en gestion de dettes

Spécialisation en gestion de dettes CAS / Certificate of Advanced Studies Spécialisation en gestion de dettes 2015 / 2016 Crédits ECTS 14 Début de la formation Septembre 2015 Durée 20 jours de cours entre septembre 2015 et juillet 2016 Responsable

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais. Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion

Programme de prévention du jeu excessif en Valais. Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion Exposé introductif Radiographie rapide du phénomène Données épidémiologiques

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Conférence de presse du 6 mai 2008 Salle des Solives, 1er étage Maison Supersaxo à Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Projet des Centres d Aide et de

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants CURRICULUM VITAE Ellen Hertz Grand-Fontaine 32 CH-1700 Fribourg Tél.: 026/321 36 65 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX mariage Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse

Plus en détail

Addiction aux jeux vidéo

Addiction aux jeux vidéo Addiction aux jeux vidéo Dossier bibliographique Mai 2009 Sommaire 1. ADDICTION AUX JEUX VIDEOS... 3 RESSOURCES EN LIGNE... 3 A CONSULTER AU CIRDD... 4 2. PROTECTION DES MINEURS SUR INTERNET... 6 3. SITOGRAPHIE...

Plus en détail

Méthodologie et consultance

Méthodologie et consultance Stéphane Haefliger Sociologue Consultant 079 742 67 81 021 617 31 55 stepcom@bluewin.ch Méthodologie et consultance Nous contribuons au développement de votre organisation 1. de vos collaborateurs 2. 3.

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

Jeu pathologique Jeux de hasard et d argent

Jeu pathologique Jeux de hasard et d argent Jeu pathologique Jeux de hasard et d argent Dossier bibliographique sélectif Juin 2015 SOMMAIRE 1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE, RAPPORTS FRANÇAIS... 3 2. BASES CONCEPTUELLES DU JEU PATHOLOGIQUE...

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le juge face aux joueurs excessifs

Le juge face aux joueurs excessifs Le juge face aux joueurs excessifs par Jean Daniel MARTIN Docteur en droit Président de la Chambre des poursuites et faillites Du Tribunal d'arrondissement de Lausanne * * * Introduction Rares sont les

Plus en détail

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites!

Jeu Responsable. Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! Jeu Responsable Pour que le jeu reste un jeu, fixez vos limites! INTRODUCTION Garantir une offre sécurisée pour jouer en toute sérénité La Loterie Nationale vous garantit une offre sécurisée de jeux attractifs

Plus en détail

Le joueur excessif et le désendettement

Le joueur excessif et le désendettement Le joueur excessif et le désendettement Les niveaux d intervention: points de vue des professionnels Les étapes et la collaboration: point de vue d une personne concernée Discussion: Comment favoriser

Plus en détail

Signes précurseurs. Jeu problématique

Signes précurseurs. Jeu problématique L aide aux enfants et aux jeunes qui ont des problèmes de jeu compulsif Information à l intention des parents et des aidants Que sont les jeux de hasard? Le jeu de hasard est toute activité où quelqu'un

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE MW Préavis no 10 le 16 mars 2001 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant l'octroi à la Romande des jeux SA d'un droit de superficie (DDP) à détacher

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Frédéric Richter. Jean-Félix Savary. La prévention des jeux d argent face à l inégalité des chances

Frédéric Richter. Jean-Félix Savary. La prévention des jeux d argent face à l inégalité des chances Frédéric Richter Jean-Félix Savary La prévention des jeux d argent face à l inégalité des chances 39 Les jeux d argent connaissent en Suisse une expansion très importante et persistante depuis plusieurs

Plus en détail

Consecutive Master en Business administration

Consecutive Master en Business administration Consecutive Master en Business administration Orientation : Je définis la stratégie sponsoring d une marque de sport pour maximiser son impact aux prochains Jeux Olympiques de Vancouver. 1 FORMATION PERSPECTIVES

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Communiqué aux médias. Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité!

Communiqué aux médias. Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité! Communiqué aux médias Genève, le 9 juin 2011 Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité! Les Socialistes ont déposé mardi 7 juin trois textes proposant des solutions pour aider les ménages à se sortir

Plus en détail

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte A l in intention du Canton de Genève, août 2011 Article 429 CC : placement par le médecin A Genève,

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste DECS 30 mai 2006 06.136 Interpellation du groupe socialiste Enseignement de la biologie Enseignement de la biologie: le rectorat de l Université de Neuchâtel fait d une pierre plusieurs coups: début de

Plus en détail

Diplôme d Université LE GENRE DANS LES PRATIQUES : EDUCATION, MEDECINE, PSYCHANALYSE ET CHAMP SOCIAL

Diplôme d Université LE GENRE DANS LES PRATIQUES : EDUCATION, MEDECINE, PSYCHANALYSE ET CHAMP SOCIAL UFR d Études psychanalytiques 2014-2015 Diplôme d Université LE GENRE DANS LES PRATIQUES : EDUCATION, MEDECINE, PSYCHANALYSE ET CHAMP SOCIAL Responsable : Laurie LAUFER Coordinateur : Vincent BOURSEUL

Plus en détail

Le jeu pathologique en Suisse: quelques données épidémiologiques*

Le jeu pathologique en Suisse: quelques données épidémiologiques* Le jeu pathologique en Suisse: quelques données épidémiologiques* Guido Bondolfi, médecin associé, département de Psychiatrie, Hôpitaux Universitaires de Genève; Christian Osiek, psychologue, professeur

Plus en détail

EVALUATION DE LA PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE 0800 801 381 DU PROGRAMME INTERCANTONAL DE LUTTE CONTRE LA DÉPENDANCE AU JEU (PILDJ)

EVALUATION DE LA PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE 0800 801 381 DU PROGRAMME INTERCANTONAL DE LUTTE CONTRE LA DÉPENDANCE AU JEU (PILDJ) Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne EVALUATION DE LA PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs 24 mars 2015 Appui technique Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs Les attentes prioritaires en formation

Plus en détail

Les jeux de hasard et d argent - Chiffres clés français et internationaux - Politique de Jeu Responsable de la Française des Jeux

Les jeux de hasard et d argent - Chiffres clés français et internationaux - Politique de Jeu Responsable de la Française des Jeux Les jeux de hasard et d argent - Chiffres clés français et internationaux - Politique de Jeu Responsable de la Française des Jeux Avril 2011 Sommaire 1. Le jeu d argent en France Mises et produits bruts

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA FORMATION PRATIQUE EN TRAVAIL SOCIAL. Plan d étude cadre Bachelor 06

LIGNES DIRECTRICES POUR LA FORMATION PRATIQUE EN TRAVAIL SOCIAL. Plan d étude cadre Bachelor 06 LIGNES DIRECTRICES POUR LA FORMATION PRATIQUE EN TRAVAIL SOCIAL Plan d étude cadre Bachelor 06 28, rue Prévost-Martin CP 80-1211 GENEVE 4 - Tél 022/ 388 95 00 Fax 022 / 388 95 01 - www.hesge.ch/hets Table

Plus en détail

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES MAS DSIS HES-SO en trois ans d études Master of Advanced Studies HES-SO en Direction et Stratégie d institutions éducatives,

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes.

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes. Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes. Centre de Référence du Grand Montréal Organisme de charité enregistré (10689 5840 RR0001)

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

L'offre organisée de jeux de hasard et d'argent aux aînés : responsabilité sociale, gouvernance et prévention

L'offre organisée de jeux de hasard et d'argent aux aînés : responsabilité sociale, gouvernance et prévention L'offre organisée de jeux de hasard et d'argent aux aînés : responsabilité sociale, gouvernance et prévention Chercheur principal Yves Boisvert, École nationale d'administration publique Co-chercheur Frédéric

Plus en détail

ANNEXES AUX INSTRUCTIONS POUR LE RELEVE CUS-OFS

ANNEXES AUX INSTRUCTIONS POUR LE RELEVE CUS-OFS ANNEES AU INSTRUCTIONS POUR LE RELEVE CUS-OFS Annexe 1: Catégories de personnel CHUV Catégorie professionnelles Personnel médical Personnel médico-technique Personnel infirmier Personnel psycho-social

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. - 2007-2008 : Sous admissible au Premier concours national d agrégation de droit public.

CURRICULUM VITAE. - 2007-2008 : Sous admissible au Premier concours national d agrégation de droit public. CURRICULUM VITAE Matthieu FAU-NOUGARET Né le 05 octobre 1975 à Bergerac (24) Marié, trois enfants Nationalité française Adresse : 2 lieu dit «Brèze», 33210 SAINT LOUBERT E-mail : matthieu.fau-nougaret@u-bordeaux4.fr

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Pour joindre Jeu : aide et référence par téléphone: Aide en ligne : www.jeu-aidereference.qc.ca

Pour joindre Jeu : aide et référence par téléphone: Aide en ligne : www.jeu-aidereference.qc.ca Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes. Centre de Référence du Grand Montréal Organisme de charité enregistré (10689 5840 RR0001)

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Le Conseil fédéral Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Rapport du Conseil fédéral en réponse aux postulats Forster-Vannini (09.3521) du 9.6.2009 et Schmid-Federer (09.3579) du 10.6.2009

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Neuchâtel, 17.01.2014 Introduction Vote populaire de 1993 sur les

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX CONSEILLERS EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX CONSEILLERS EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX CONSEILLERS EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Coûts sociaux du jeu dans les casinos

Coûts sociaux du jeu dans les casinos BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN BASS AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Coûts sociaux du jeu dans les

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Date de rendu des projets prolongée au 10 avril 2015. 100 millions pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique

APPEL A PROJETS. Date de rendu des projets prolongée au 10 avril 2015. 100 millions pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique APPEL A PROJETS Date de rendu des projets prolongée au 10 avril 2015 100 millions pour les énergies renouvelables et l efficacité énergétique LE CONTEXTE Nous vivons dans des sociétés organisées autour

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Les solutions idéales

Les solutions idéales Les solutions idéales pour toutes les buanderies collectives et privées Nos activités et services Prêt-usage ou mise à disposition d équipements de buanderies collectives pour immeubles, collectivités,

Plus en détail

Actions de prévention en Suisse Romande

Actions de prévention en Suisse Romande Actions de prévention en Suisse Romande Interventions de prévention - Caritas Fribourg Partenaires: - Entreprises et écoles - Facturé à l établissement qui bénéficie de la prestation Public cible jeunes

Plus en détail

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 CAS / Certificate of Advanced Studies Protection de l enfance et de l adolescence

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

ETUDE ROMANDE SUR LE JEU

ETUDE ROMANDE SUR LE JEU Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne ETUDE ROMANDE SUR LE JEU Une

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 8785-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 8785-A Secrétariat du Grand Conseil PL 8785-A Date de dépôt: 2 décembre 2003 Messagerie Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi de M mes Françoise Schenk-Gottret et Loly Bolay

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Le jeu en ligne au carrefour: le rôle de «Big Data»

Le jeu en ligne au carrefour: le rôle de «Big Data» Le jeu en au carrefour: le rôle de «Big Data» Sylvia Kairouz, Ph. D. Chaire de recherche sur le jeu Département de sociologie et d anthropologie Université Concordia Symposium interactif d été Montréal

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES. Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine. Intitulé du sujet :

APPEL À CANDIDATURES. Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine. Intitulé du sujet : APPEL À CANDIDATURES Recrutement pour une thèse en histoire contemporaine Intitulé du sujet : Expressions et organisation des personnes adoptées d origine étrangère en France (enfants, jeunes, adultes)

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences. Directives

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences. Directives Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE

Plus en détail

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard Aides aux personnes concernées et à leurs proches Pour une consultation professionnelle, veuillez vous adresser à un centre de consultation ou à un groupe de parole proche de chez vous. Avec un carnet

Plus en détail

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale

Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale 1 Ce Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale définit un cadre de référence pour le développement des campagnes

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre Compte rendu Ouvrage recensé : Vincent LEMIEUX et Mathieu OUIMET, L analyse structurale des réseaux sociaux, Québec et Bruxelles, Les Presses de l Université Laval et De Boeck Université, 2004, 112 p.

Plus en détail

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle»

Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» Réponse du Conseil communal à l interpellation no 11-609 du groupe PopVertsSol intitulée «De l argent immédiat pour une dette éternelle» (Du 5 mars 2012) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Le

Plus en détail

Dans le champ des addictions aux substances, l importance

Dans le champ des addictions aux substances, l importance DÉPENDANCES JANVIER N O 51 31 POST-SCRIPTUM INTÉGRER LES PROCHES DANS L ABORD DES ADDICTIONS AUX JEUX D ARGENT : L EXPÉRIENCE D UNE UNITÉ SPÉCIALISÉE EN SUISSE ROMANDE Olivier Simon, Neil Ewering, Maude

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Formation de Superviseur Analyseu. nalyseur de Pratique. ratiques Professionnelles. Pôle Supervision et Formations Continues

Formation de Superviseur Analyseu. nalyseur de Pratique. ratiques Professionnelles. Pôle Supervision et Formations Continues Formation de Superviseur Analyseu Analyseur nalyseur de Pratique Pratiques ratiques Professionnelles Professionnelles 2015 Pôle Supervision et Formations Continues Responsable Pascale BREUGNOT Responsable

Plus en détail

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap?

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Séminaire romand pour cadres d INSOS Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Du 25 au 27 novembre 2015 Séminaire INSOS Les institutions pour personnes en situation de handicap

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

(10_MOT_112) (maj.) La commission composée de Mesdames et Messieurs les député(e)s :

(10_MOT_112) (maj.) La commission composée de Mesdames et Messieurs les député(e)s : JANVIER 2011 RC-MOT (10_MOT_112) (maj.) RAPPORT DE MAJORITE DE LA COMMISSION chargée d'examiner l'objet suivant: Motion Frédéric Haenni et consorts demandant l harmonisation de la loi vaudoise sur la fumée

Plus en détail

Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT. www.mas-hcm.ch

Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT. www.mas-hcm.ch Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT MAS HCM: la formation intégrée des DRH et futur-e-s DRH Singularités du MAS en Human Capital Management

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail