+ Présentation. Jeu pathologique, dépendance et travail social Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "+ Présentation. Jeu pathologique, dépendance et travail social 09.04.14. Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES"

Transcription

1 Jeu pathologique, dépendance et travail social + Présentation 2 Sophie Rodari MA en Sociologie BA en Travail Social Professeure HES CAS HES- SO Spécialisa0on en ges0on de de6es 2013/2014 Plaque6e, bulle0n d inscrip0on, planning 1

2 + Présentation 3 n Thèse de doctorat, Université de Neuchâtel, Institut d ethnologie Un mouvement contre le jeu d argent. La production d un loisir controversé en p r o b l è m e p u b l i c ( Va n c o u v e r ) Claudia Dubuis Dre en Sciences Humaines et Sociales (anthropologie) n Conception et rédaction des rubriques «Le jeu excessif sous l angle des sciences humaines et sociales», projet et mandat du PILDJ et du Groupement romand d étude des addictions (GREA), Lausanne + Projet de recherche déposé au FNS 4 La construction de la dépendance au jeu d argent comme problème de santé publique. Genèse et usages d une nouvelle catégorie médicale. - Collaboration entre la Haute Ecole de Travail Social de Genève (Hets HES-SO) et l Institut d ethnologie de l Université de Neuchâtel (prof. Ellen Hertz, co-requérante). - Collaboration internationale envisagée avec des sociologues et des anthropologues français, britanniques et états-uniens. 2

3 + Terrain de Vancouver 5 n Une mobilisation locale contre le jeu d argent parmi de nombreuses autres en Amérique du Nord n Approche ethnographique avec long séjour de terrain et analyse documentaire. n Analyse de plusieurs controverses qui ont eu lieu entre 1994 et n Large coalition non partisane, qui voit l émergence d un groupe spécifiquement anti-jeu, Citizens Against Gambling Expansion, CAGE, qui se maintient sur un peu plus d une dizaine d années. n Construire la question du jeu d argent en problème public en interpellant les pouvoirs publics; échec relatif du mouvement. n Constat : la notion de dépendance est peu mobilisée dans la rhétorique anti-jeu à l époque du terrain, qui est une rhétorique plutôt «anticapitaliste», au sens large n Critique de l économie des casinos et des loteries présentée comme fondamentalement illégitime (à un moment de fort désengagement de l Etat). n Critique sociale de l industrie des loisirs et de la consommation. + La construction de la dépendance au jeu d argent comme problème public 6 n Question de départ du projet n Pourquoi est-ce que la catégorie de «dépendance» au jeu d argent a «pris» si vite, environ depuis le début des années 2000, alors qu elle était quasiment inexistante avant? n La «dépendance» au jeu est devenue une «signification incontestée» au sens de Joseph Gusfield n S impose au détriment d autres définitions, modèles ou solutions, au point de s en trouver «naturalisée». n Problème public (brève définition pour le projet) n Tout processus selon lequel un problème social acquiert une dimension et une reconnaissance publique par l action d acteurs sociaux aux intérêts parfois divergents. n Implique une interpellation des pouvoirs publics. n Objectif du projet n Observer sur le terrain (Suisse romande) et sur une dizaine d années comment la définition de la «dépendance» se construit. n Approche à la fois synchronique et diachronique. 3

4 + La dépendance au jeu d argent comme production historique particulière 7 La conception du caractère pathologique du jeu d argent repose sur une production historique n Le projet se réfère à la catégorie plus générale de «dépendance» au jeu en tant que catégorie pratique qui permettra de nommer un phénomène mouvant. n Les sociologues mettent en évidence le caractère concurrent des différentes définitions. Quelques repères historiques : n Fin XIX e siècle: début de la métaphore pathologique n 1928 : Psychanalyse (Freud) n 1947 : Sociologie fonctionnaliste (Devereux) n 1957 : Psychology of Gambling (Bergler); interprétation : dimension inconsciente, «masochiste», «autodestructrice» de l addiction au jeu d argent n 1957 : création des GA en Californie n 1980 : DSM-III + Apports originaux du projet (1) 8 n De plus en plus de recherches sont consacrées à la question de la dépendance au jeu et à sa prise en charge, mais peu de recherches empiriques portent sur les conditions sociales de son émergence n La Suisse romande : un terrain particulièrement intéressant n Spécificités légales et institutionnelles : loi sur la libéralisation des casinos de 1993, son application dès l ouverture des casinos en 2002 impliquant des programmes de prise en charge des joueurs et joueuses à problèmes ; forte coordination des cantons romands. n Terrain envisagé n entretiens avec des acteurs et des actrices clefs dans le champ de la prise en charge des joueurs (médecins, psychologues, travailleurs sociaux et travailleuses sociales, joueurs ou joueuses identifié-e-s comme «militant-e-s» ou engagé-e-s dans des activités au sein d institutions de prise en charge, éventuellement des politiciens et politiciennes). n remarque en l état actuel : pas de GA en Suisse romande ni d associations de joueurs et de joueuses. n observations participantes dans trois institutions de prise en charge. n Poursuit une piste ouverte par Brian Castellani (2000) n Discours médical qui s impose aux USA : mélange d effets discursifs, d interactions entre institutions variées et une prise en charge du problème parmi d autres. n Double approche constructiviste ET réaliste (Bernard Lahire, 2012) 4

5 + Apports originaux du projet (2) : la place du travail social 9 n Montrer la place des travailleurs sociaux et des travailleuses sociales en tant qu acteurs et actrices à part entière dans un dispositif toujours présenté et perçu comme particulièrement médicalisé. n catégorie professionnelle pas prise en compte dans la littérature. n Comprendre leur rôle spécifique, leur place dans le dispositif, leurs attentes et leurs moyens d action. n Portent-ils/elles une vision différente du monde médical et des professionnel-le-s de la santé? n Comment s approprient-ils/elles ce savoir? Quelle est leur «clientèle» par rapport aux hôpitaux? + La conception de la prévention selon l enquêté-e 2 10 «La prévention dans le travail social comprend : une information large au grand public et une sensibilisation et responsabilisation des personnes concernées (ici les joueurs, leur entourage, le réseau social et de santé publique, les enseignants, etc.). Cette prévention s appuie sur les ressources du milieu. La prévention médicale (pour l enquêté-e 2) tend à concevoir des actions de prévention permettant la détection des joueurs problématiques (repérage des indicateurs cliniques). Elle peut être complémentaire de la prévention sociale» 5

6 + La place du travail social selon l enquêté-e 1 11 «Un exemple intéressant celui de X avec une organisation psychosociale ou les sociaux sont en première ligne et une intervention médicale en seconde ligne. L'exemple est intéressant aussi par son aspect interdisciplinaire (travailleurs sociaux, psychologues et médecins). Il y a des outils transversaux comme le TCC (entretien motivationnel) qui sont valorisés. Il y a un équilibre entre réponse sociale et médicale et un refus de médicaliser d'entrée une problématique d'abord sociale. Il ne faut pas oublier que les traitements médicaux coûtent chers pour la collectivité (même si le 90% des traitements sont remboursés par la LAMal) et leurs résultats ne sont pas forcément probants dans tous les cas. Il faut donc disposer de prises en charges diversifiées dans le dispositif pour répondre aux besoins des personnes d'une part et d'autre part pour juguler les coûts.» + Améliorations souhaitées par les enquêté-e-s 12 Entretien 2. «Le jeu est un problème minoritaire (pour les travailleurs sociaux). Ils rencontrent peu de joueurs. Ils ne savent pas les détecter. Leur sens de l observation est peu aiguisé. Les connaissances en matière d addiction font défaut et le repérage des étapes n est pas acquis : honte, déni, y croire et tromper son entourage, cacher et mentir, etc. On doit relier ces problématiques aux conséquences sociales possibles que sont le surendettement. On doit parler du rapport à l argent dans le cadre du jeu et de ses effets. En parler c est rendre moins effrayant les questions d argent.» Entretien 1. «Ceux qui travaillent dans le champ des toxicomanies ont pris la responsabilité des prises en charge de joueurs. C est l optimalisation des ressources qui a primé dans ce cas, ce qui est une bonne chose. Mais on doit encore sensibiliser au sens large les travailleurs sociaux comme démultiplicateurs de la prévention» Jeu excessif, 16 janvier

7 + L accompagnement des joueurs et des joueuses surendetté-e-s 13 n Partie «appliquée» du projet n Amélioration de la formation des professionnel-le-s en travail social. n Développer la collaboration interdisciplinaire effective dans la prévention et le traitement. n En cas de surendettement des joueurs et des joueuses, l assainissement des dettes est mise en œuvre sur la base des critères suivants : n La capacité économique; n La capacité sociale; n La capacité psychologique. +Schéma du dispositif d intervention des assistantes sociales et des assistants sociaux 14 Etape 1 : évaluation Repérage des problèmes, informations, conseils et orientation Etape 2: bilan des dettes Analyse budgétaire et inventaire des dettes, rétablissement du quotidien Etape 3: assainissement Contrat de prise en charge, éducation financière et administrative, négociation avec les créanciers, décisions judiciaires - La collaboration avec les professionnel-le-s de la santé s effectue tout au long du processus. - Des arbitrages doivent être effectués à chaque étape. 7

8 + Rappel des objectifs du projet 15 Trois objectifs : n Comprendre comment la catégorie de «dépendance au jeu d argent» au sens large s est imposée dans un laps de temps relativement court dans le milieu socio-sanitaire suisse romand. n Montrer sa construction, peut-être pas toujours consensuelle, et son influence sur les pratiques des professionnel-le-s de la santé et du social. n S interroger sur la manière dont cette catégorie peut évoluer, en regard des nouvelles connaissances médicales et sociales dans le domaine des addictions. + Références des oratrices 16 n Dubuis, Claudia n 2000 «Les jeux d argent, un simulacre? La construction savante d une représentation ordinaire et ses effets». Tsantsa. Revue de la société suisse d'ethnologie 5: n 2002 «L'appropriation d'un discours savant par des militants anti-jeu d'argent: un cas nord-américain exemplaire». In P. Hamman, J.-M. Méon et B. Verrier, eds. Discours savants, discours militants : mélange des genres. Paris: L'Harmattan, pp n 2010a Un mouvement contre le jeu d'argent. La production d'un loisir controversé en problème public (Vancouver ). Université de Neuchâtel, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Ethnologie; thèse de doctorat. n 2010b «Une mobilisation nord-américaine contre le jeu d'argent: construction et usage de la notion de dépendance». In C. Dunand, M. Rihs-Middel et O. Simon, eds. Prévenir le jeu excessif dans une société addictive? D'une approche bio-psycho-sociale à la définition d'une politique de santé publique. Genève: Editions Médecine et Hygiène, pp n Rodari, Sophie n 2010 «Argent et Travail social. Forme et fonction de l'argent dans la relation d'aide». In Artias, ed. Actes du colloque de la journée d'automne de l'artias. n 2011 «L'ampleur inquiétante du surendettement». Revue Reiso n 2012 «Asseoir la légitimité des interventions en service social». Actes du colloque du 17 novembre 2010 de la Hets sur la formation continue. n 2014 «La double grille d analyse du travail social», Revue Pensée plurielle. no2. Les nouvelles formes de gouvernance. A paraître, en collaboration avec L. Bachmann. 8

Spécialisation en gestion de dettes

Spécialisation en gestion de dettes CAS / Certificate of Advanced Studies Spécialisation en gestion de dettes 2015 / 2016 Crédits ECTS 14 Début de la formation Septembre 2015 Durée 20 jours de cours entre septembre 2015 et juillet 2016 Responsable

Plus en détail

Inégalités sociales face au cancer du sein. Une question de classe ou de genre? Katharina Mayenfisch (HEdS La Source)

Inégalités sociales face au cancer du sein. Une question de classe ou de genre? Katharina Mayenfisch (HEdS La Source) RESUMES DES CONTRIBUTIONS Quelles représentations ont les éducatrices et les éducateurs de la petite enfance par rapport au genre? Elina Rappo (HES-SO Valais-Wallis, filière EPE) Le mémoire de fin d études

Plus en détail

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA ÉLÉMENTS DE PLANIFIC ATION STRATÉGIQUE Période 2010-2015 Liste des abréviations courantes CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA GRSP HES HUG IMSP

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES Atelier 4 - Accompagnement individuel Mardi 5 février 2013 Genève Dominique Conant CENEA Fondation Neuchâtel Addictions Alcochoix + Le choix de la modération Un programme

Plus en détail

LE PMU à la Réunion Jeu responsable

LE PMU à la Réunion Jeu responsable LE PMU à la Réunion Jeu responsable La démarche Jeu responsable 05/05/2011 1 L agence PMU de la Réunion en chiffres Un réseau de 160 points de ventes (11 000 au national) CA 2010 de 165,3 millions (2%

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais. Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion

Programme de prévention du jeu excessif en Valais. Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Groupe de pilotage CAP LVT Jean-Daniel Barman, directeur CAP LVT 21 février 2008 Sion Exposé introductif Radiographie rapide du phénomène Données épidémiologiques

Plus en détail

SE FORMER EN ADDICTOLOGIE

SE FORMER EN ADDICTOLOGIE Prévention & Soins des addictions SE FORMER EN ADDICTOLOGIE CATALOGUE DE FORMATION 2013 La Boussole, 34, rue Pierre Corneille, 76300, Sotteville-lès-Rouen Catalogue de formations 2013 Depuis 2004, l association

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant

Plus en détail

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Domaine Travail social Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux. Sa mission est d aider

Plus en détail

F T S R. 4 ans après les études 2007-2011. Alberto Vazquez Orientation et conseil

F T S R. 4 ans après les études 2007-2011. Alberto Vazquez Orientation et conseil F T S R 4 ans après les études 2007-2011 Alberto Vazquez Orientation et conseil Tél. +41 (0)21 692 21 30 Fax +41 (0)21 692 21 35 www.unil.ch/soc orientation@unil.ch INTRODUCTION Une des activités principales

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité

Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité Projet de recherche Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité Phase 1 du projet de recherche: phase exploratoire Version résumée Mots-clés : Santé au travail Préventeurs Pluridisciplinarité

Plus en détail

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv Généralités Le Diplôme d Etudes Avancées (DAS) en soins palliatifs est offert

Plus en détail

Travail, santé et gestion: entre défis et innovation

Travail, santé et gestion: entre défis et innovation CAS / Certificate of Advanced Studies Travail, santé et gestion: entre défis et innovation 2015 / 2016 Crédits ECTS 15 Début de la formation Octobre 2015 Durée 21 jours de cours sur une période de 12 mois

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot 1 Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences Présentation Christian Jouvenot Introduction 2 L Etat a mis en place un dispositif d'aide au conseil aux entreprises pour l'élaboration de plans

Plus en détail

CAS Aide et conseils aux victimes d infractions (selon la LAVI) Descriptif de module

CAS Aide et conseils aux victimes d infractions (selon la LAVI) Descriptif de module CAS Aide et conseils aux victimes d infractions (selon la LAVI) Descriptif de module Module I Aspects juridiques, financiers et matériels de la prise en charge des victimes 6 jours, soit 5 ECTS pour les

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Renforcer ses compétences dans le domaine de la gestion d équipe et de l interdisciplinarité - Augmenter son expertise

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

Le joueur excessif et le désendettement

Le joueur excessif et le désendettement Le joueur excessif et le désendettement Les niveaux d intervention: points de vue des professionnels Les étapes et la collaboration: point de vue d une personne concernée Discussion: Comment favoriser

Plus en détail

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX Table des matières Remerciements....VII Avant-propos....XV Préface....XVII Liste des auteurs... XIX Introduction générale... 1 Catherine Teiger et Marianne Lacomblez Partie I Analyses du travail, formations

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

de la passion du travail à son addiction?

de la passion du travail à son addiction? Le workaholism: de la passion du travail à son addiction? Congrès d Addiction Suisse Jeudi 22 janvier 2015 Hôtel Alpha-Palmiers Lausanne Le workaholism: de la passion du travail à son addiction? Le travail

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Au cœur de l action, un acteur de premier plan

Au cœur de l action, un acteur de premier plan PLAN D ACTION DE L ANNÉE 2009-2010 Au cœur de l action, un acteur de premier plan Août 2009 Les priorités et orientations du VRRHU pour l année 2009-2010 qui s inscrivent dans le cadre du Plan stratégique

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Document distribué aux participants du Carrefour formation du 12 février 2014. 1. Entre normes et tradition,

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Lisiane Schürmann MESURES SOCIALES ET PREVENTION: LE ROLE DES CASINOS

Lisiane Schürmann MESURES SOCIALES ET PREVENTION: LE ROLE DES CASINOS Lisiane Schürmann MESURES SOCIALES ET PREVENTION: LE ROLE DES CASINOS Plan 1) Loi fédérale sur les maisons de jeu 2) Contenu du programme de Mesures Sociales des casinos imposé par la CFMJ 3) Autre mesure

Plus en détail

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP)

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) DOMAINE TRAVAIL SOCIAL DOMAINE ÉCONOMIE ET SERVICES CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) édition 2014-2015 CAS SPÉCIALISTE

Plus en détail

Intervention individuelle en addictologie : le propre du service social

Intervention individuelle en addictologie : le propre du service social 1. Intervention individuelle en addictologie : le propre du service social Jean Zufferey, assistant social Service d addictologie Département de santé mentale et de psychiatrie De quel social parle-t-on?

Plus en détail

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs Description Modules 1-13 et objectifs Module 1 Introduction à la formation GEDEon et outils de travail (2 jours) Présentation de la formation GEDEon Outils d organisation du temps et du travail Analyse

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 CAS / Certificate of Advanced Studies Protection de l enfance et de l adolescence

Plus en détail

Addiction aux jeux vidéo

Addiction aux jeux vidéo Addiction aux jeux vidéo Dossier bibliographique Mai 2009 Sommaire 1. ADDICTION AUX JEUX VIDEOS... 3 RESSOURCES EN LIGNE... 3 A CONSULTER AU CIRDD... 4 2. PROTECTION DES MINEURS SUR INTERNET... 6 3. SITOGRAPHIE...

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

Sensibilisation aux Soins Palliatifs

Sensibilisation aux Soins Palliatifs Sensibilisation aux Soins Palliatifs Contexte : Le programme cantonal de développement des Soins Palliatifs (SP) fixe des objectifs en matière de formation aux SP dans chaque structure du réseau de soins.

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP)

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) DOMAINE TRAVAIL SOCIAL DOMAINE ÉCONOMIE ET SERVICES CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) édition 2013-2014 CAS SPÉCIALISTE

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010

Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Conférence de presse du 6 mai 2008 Salle des Solives, 1er étage Maison Supersaxo à Sion Programme de prévention du jeu excessif en Valais Plan d action : 2008-2009-2010 Projet des Centres d Aide et de

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. Eric GODELIER

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. Eric GODELIER GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Eric GODELIER La délicate définition de la GRH Un ensemble de représentations qui revoient À des discours descriptifs et/ou normatifs véhiculés par les médias, les praticiens

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

LES FICELLES DU BUDGET

LES FICELLES DU BUDGET PRÉVENTION DE L ENDETTEMENT DES JEUNES PROGRAMME NEUCHÂTELOIS LES FICELLES DU BUDGET Université de Fribourg, 14 novembre 2013 CSP NE/I. Baume H. Matile Kohler NAISSANCE DU PROJET NEUCHÂTELOIS Programme

Plus en détail

PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION A L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP)

PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION A L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) Domaines Travail social & Economie et Services Certificate of Advanced Studies HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION A L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) CAS SPECIALISTE EN INSERTION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Programme cantonal de lutte contre le surendettement

Programme cantonal de lutte contre le surendettement Programme cantonal de lutte contre le surendettement du lundi 29 août 2011 26.08.2011 - Page 1 Qu'est-ce que le surendettement? Endettement Fait de contracter une dette, phénomène typique de la société

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE Marie-José Roulin inf PhD, Directrice adjointe des soins Montserrat Castellsagne Perolini, inf, Spécialiste clinique

Plus en détail

Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention. Dr méd.. Tazio Carlevaro. Gruppo Azzardo Ticino

Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention. Dr méd.. Tazio Carlevaro. Gruppo Azzardo Ticino Las Vegas (provisoirement( provisoirement) amadouée? Prévention du jeu excessif au Tessin Dr méd.. Tazio Carlevaro Gruppo Azzardo Ticino 1 Arguments de mon exposé Nous parlerons des possibilité de jeu

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

Méthodologie et consultance

Méthodologie et consultance Stéphane Haefliger Sociologue Consultant 079 742 67 81 021 617 31 55 stepcom@bluewin.ch Méthodologie et consultance Nous contribuons au développement de votre organisation 1. de vos collaborateurs 2. 3.

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Santé au travail et entreprise

Santé au travail et entreprise Formation postgrade Institut universitaire romand de Santé au Travail Certifiée par la Société Suisse de Médecine du Travail (SSMT) Santé au travail et entreprise Octobre 2015 Novembre 2016 En partenariat

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

-----------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------- Nouveautés de Biblio-Drogues Pour consulter ou emprunter ces ouvrages, vous pouvez nous contacter : bibliotheque@infordrogues.be - 02/227.52.26 nadja.documentation@gmail.com - 04/223.01.19 Prévention du

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Jeu pathologique Jeux d argent

Jeu pathologique Jeux d argent Jeu pathologique Jeux d argent Dossier bibliographique Septembre 2011 SOMMAIRE CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE, RAPPORTS PUBLICS FRANÇAIS 3 BASES CONCEPTUELLES DU JEU PATHOLOGIQUE 4 JEU, SANTE PUBLIQUE

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

Les Cahiers de l Actif

Les Cahiers de l Actif Les Cahiers de l Actif N 424-425 - septembre - octobre 2011 Le Référent : un Objet Professionnel Non Identifié? S o m m a i r e éditorial 3 dossier 5 I - Représentations et fonctions identitaires du Référent...

Plus en détail

répondre aux nouvelles exigences mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences tiques probantes

répondre aux nouvelles exigences mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences tiques probantes FORMATIONS POSTGRADE 2015-2016 FORMATIONS CONTINUES COURTES 2015-2016 mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences répondre aux nouvelles exigences tiques

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne

Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne Congrès national pour la gestion de la santé en entreprise 2015 / 4e Rencontre

Plus en détail

Catalogue de Formations

Catalogue de Formations Catalogue de Formations décembre 2012 février 2013 «Repérer et Prévenir la Fragilité des Personnes Agées à Domicile : Comprendre pour Agir» «Pourquoi et Comment Evaluer les Solutions d Accompagnement des

Plus en détail

Manuel de Candidature

Manuel de Candidature Manuel de Candidature Qu est ce que Jamaity Awards? Page 2 Les Prix Jamaity Awards Page 3 Procédure de candidature Page 5 Comment postuler? Page 6 1 Qu est ce que Jamaity Awards? 2 Jamaity Awards est

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention Réduction du Risque Tabac des Publics Précaires: collaboration médico sociale au sein d une structure d accueil Ou comment

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Diplôme d études avancées (DAS) en action communautaire et promotion de la santé

Diplôme d études avancées (DAS) en action communautaire et promotion de la santé Diplôme d études avancées (DAS) en action communautaire et promotion de la santé Action communautaire et promotion de la santé : deux enjeux majeurs La promotion de la santé est un objectif prioritaire

Plus en détail

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer?

Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Colloque «De la prévention des RPS à la performance en entreprises : comment agir?» - Lyon, 6 novembre 2014 Démarches de prévention des RPS : comment les évaluer? Dominique Chouanière Direction Générale

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Table des matières 1. Présentation 3. 2. Messages

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais Organisation du dispositif addiction en Valais Philippe Vouillamoz directeur secteur AideIPrévention 2011 2012 Nous changeons d image pas de mission Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles

Plus en détail