Mise en situation 1. Votre travail :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise en situation 1. Votre travail :"

Transcription

1 Le 12 novembre 2012 ENTRAÎNEMENT DROIT BTS2 COMMUNICATION DES ENTREPRISES Mise en situation 1 Pierre martin, 30 ans, est un artiste peintre. Il s est mis à son compte en juin 2000 afin de réaliser un rêve : avoir son entreprise. Enregistré comme artisan, il travaille seul et sa clientèle apprécie ses qualités professionnelles : travail bien fait, respect des délais et qualité du résultat. Depuis quelques années, Pierre s intéresse aux matières nouvelles apparues récemment sur le marché (enduits, etc.). Après de nombreux essais et recherches, il a mis au point une peinture alliant la liquidité d une peinture à des effets de matière et de brillance très particuliers. Il a déposé un brevet en janvier Depuis, les commandes de travaux affluent et Pierre n est pas capable de tout accepter s il veut maintenir sa réputation de travail bien fait. Des concurrents lui ont proposé de racheter son brevet pour un montant de Pour faire face à cet accroissement d activité, Pierre doit investir pour augmenter sa capacité de production, mais il ne dispose pour l heure que de de liquidités et d un véhicule qu il utilise déjà pour son entreprise, d une valeur de Deux de ses amis, Yves et Maurice, décorateur pour le premier et comptable pour le second, sont d accord pour participer au développement du projet de Pierre. Ils lui ont exposé dans des courriers leurs motivations pour cette collaboration. Pierre s entend bien avec ses amis mais souhaite rester maître du projet en demeurant majoritaire dans l affaire. Il a identifié ses besoins financiers : le développement de son affaire nécessite des investissements à hauteur de De plus, il faudra embaucher immédiatement un salarié puis un autre assez rapidement. Enfin, Pierre souhaite garder une certaine liberté dans l organisation et le fonctionnement de son entreprise. Pierre a contacté sa banque habituelle pour lui faire connaître ses intentions de développement ; il est en pourparlers avec cette dernière afin d obtenir un prêt bancaire. Pierre a, par ailleurs, sollicité son cabinet comptable pour avoir une assistance et un conseil concernant la concrétisation de ce projet. Votre travail : Vous travaillez comme conseiller juridique au sein du cabinet comptable qui tient les comptes de l entreprise de Pierre Martin et disposez des informations contenues dans le dossier suivant. 1. Pour quelles raisons Pierre est-il amené à modifier la structure juridique de son entreprise? 2. Dans un tableau, distinguez la situation actuelle de Pierre et la situation envisagée après la création de la société. Vous retiendrez les critères suivants : responsabilité, statut social, statut fiscal et financement de l activité. 3. Expliquez les motivations qui animent Pierre Martin dans la recherche d une collaboration avec des amis. 4. Dans un tableau comparatif, présentez les conditions de constitution d une SARL et d une SAS en fonction des critères suivants : capital social, responsabilité des associés, fonctionnement et accès aux capitaux. 5. Pierre doit se rendre à la banque pour son rendez-vous. Il vous demande de lui proposer le statut le plus adéquat à la situation. Vous justifierez votre proposition. 1

2 ANNEXE 1/LA SARL La SARL est une société commerciale par la forme instituée par un ou plusieurs associés qui ne supportent les pertes qu à concurrence de leurs apports. Ce type de société présente deux caractères essentiels et quelque peu contradictoires. D une part, il s agit d une société à rique limité qui se rapproche à cet égard des sociétés par actions et obéit à une règlementation contraignante très voisine, sur bien des points, de celle relative à la SA. Mais la société reste, d autre part, marquée d un fort intuitu personae et pour partie soumise à un régime très proche des sociétés de persones : spécialement, son capital est divisé en parts dont la cession à des tiers est règlementée par la loi. La SARL cumule les attraits de la limitation de responsabilté, de la protection contre l intrusion des tiers et des facilités de constitution. B. petit, Droit des sociétés, Collection Objectif Droit, Editions LexisNexis-Litec 2008 ANNEXE 2/LA SAS : UNE CAPACITE D EVOLUTION Une SARL qui, au fil des années, déciderait d ouvrir son capital a tout intérêt à opter pour la SAS. «J ai actuellement deux SARL mais je m aperçois aujourd hui que c est moins utile. En optant pour la SAS, je fusionne ces deux entités afin de simplifier la gestion de mes parts et je peux attirer de nouveaux investisseurs. Il y a une question de crédibilité vis-à-vis de mes clients», affirme Antoine Ricardou, fondateur du studio de design graphique Be-Pôles. Son avocat, JP Hugot, renchérit : «La SARL n est pas difficile à gérer mais, lorsqu ellle veut accroitre sa capacité finnacière, c est bien de faire évoluer le système». Dans l organisation de sa société, l entrepreneur peut tout à fait, au moment où il rédige les statuts de sa SAS, faire en sorte de rester toujours maître chez lui, même en cas d entrée de nouveaux actionnaires. Par exemple, en se servant des droits de vote. Il pourra ainsi garder la main sur la vie de la société mais de manière plus simple et souple que dans le cadre d une SARL. En bref, la transformation d une SARL en SAS permet à la fois de réunir plus de capital social, plus d associés, de mettre en place un organe de gestion et d utiliser la société comme un moyen de communication. La SAS sonnerait-elle le glas de la SARL? Pas tout à fait [ ]. Des inconvénients malgré tout La SAS ne peut pas faire appel public à l épargne. Le capital minimum initial reste élevé : (Depuis le 1er janvier 2009, il est possible de créer une société par actions simplifiée avec seulement 1 euro de capital). La grande liberté laissée dans la rédaction des statuts recèle des risques. Sans l aide d un avocat pour une rédaction très précise, le moindre désaccord peut conduire à des conflits. Les formalités de constitution de la SAS sont aussi lourdes que celles de la SA. Les dirigeants sont obligés de recourir à un commissaire aux comptes. M. Babonneau, 2

3 ANNEXE 3/ LES COURRIERS DES AMIS Aulnay-sous-Bois Le 15 février 2010 Paris Le 12 février 2010 Cher Pierre, Conformément à nos entretiens, je te confirme mon accord pour un engagement dans une société commune, relative à ton activité actuelle. Les conditions de mon engagement sont les suivantes : Apport de ; Pas d engagement personnel (caution) ; Responsabilité limitée aux apports. Je te remercie de me tenir informé de tes investigations concernant le choix de la forme juridique. Yves Cher Pierre, J ai longuement réfléchi à notre future collaboration pour répondre au développement de ton activité. Je ne veux pas prendre trop de risques dans cette aventure, c est pourquoi je suis d accord pour apporter , mais je souhaite protéger le plus possible mes biens. J espère que tu comprendras tout l intérêt que je porte à mettre sur pied ce projet dans les limites de mes possibilités personnelles. Merci de m informer des évolutions de ce projet et notamment de la structure juridique choisie. Maurice ANNEXE 4/LA REPONSE DE LA BANQUE A LA DEMANDE DE PRET La banque Conseiller Z A Clichy, le 15 avril 2010 Monsieur Pierre Martin Objet : Votre demande de prêt Monsieur, J ai bien registré votre demande de prêt d un montant de en date du 1 mai 2010, pour lequel il nous faudra constituer un dossier plus complet. Le développement de votre activité ne fait aucun doute et nous serions heureux de rester votre partenaire privilégié dans ce projet de changement de statut juridique vers une société. Votre perspective de passer en société pour votre activité est tout à fait compréhensible. Toutefois, nous nous permettons d attirer votre attention sur un point. S agissant du choix de la SARL, nous serions dans l obligation de subordonner l acceptation d un prêt à un engagement personnel de vous ou de l un de vos associés. Vous comprendrez que nous cherchons, par-là, à soutenir votre projet tout en préservant également les intérêts de la banque. Afin de constituer votre dossier de demande de prêt et d en discuter toutes les modalités, nous vous proposons un rendez-vous le 1 juin 2010 à l agence de Clichy. Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations dévouées. La banque, le directeur 3

4 ANNEXE 5/EXTRAITS DU CODE DE COMMERCE Article L223-1 La société à responsabilité limitée est instituée par une ou plusieurs personnes qui ne supportent les pertes qu'à concurrence de leurs apports. Article L223-2 Le montant du capital de la société est fixé par les statuts. Il est divisé en parts sociales égales. Article L Les parts sociales ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu'avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins la moitié des parts sociales, à moins que les statuts prévoient une majorité plus forte. Article L La société à responsabilité limitée est gérée par une ou plusieurs personnes physiques. Les gérants peuvent être choisis en dehors des associés. Ils sont nommés par les associés, dans les statuts ou par un acte postérieur, dans les conditions prévues à l'article L Dans les mêmes conditions, la mention du nom d'un gérant dans les statuts peut, en cas de cessation des fonctions de ce gérant pour quelque cause que ce soit, être supprimée par décision des associés. Article L227-1 Une société par actions simplifiée peut être instituée par une ou plusieurs personnes qui ne supportent les pertes qu'à concurrence de leur apport. Article L227-2 La société par actions simplifiée ne peut procéder à une offre au public de titres financiers ou à l'admission aux négociations sur un marché réglementé de ses actions. Article L227-5 Les statuts fixent les conditions dans lesquelles la société est dirigée. Article L227-6 La société est représentée à l'égard des tiers par un président désigné dans les conditions prévues par les statuts. Le président est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société dans la limite de l'objet social. 4

5 Mise en situation 2 Le directeur général de la société GDK apprend par un de ses débiteurs, la société MANI, que le tribunal de commerce a ouvert à l encontre de cette dernière une procédure de redressement judiciaire le 25 février Il se rend auprès du greffe du tribunal de commerce, qui lui communique plusieurs documents. La société GDK a fourni du matériel à la société MANI mais a pris la précaution de prendre un nantissement 1 sur ce matériel. Le montant de la vente du matériel était de La société MANI avait versé un acompte de et devait payer le solde à la fin du mois de février Le nantissement est une garantie qui porte sur un bien qui n'est pas immobilier. Selon les cas, on parle aussi de gage. C est un contrat par lequel un débiteur affecte au profit de son créancier un objet mobilier en garantie du paiement de sa dette. Votre travail : Vous travaillez en tant qu assistant(e) juridique au service de la comptabilité de l entreprise GDK. Le directeur général vous confie les documents obtenus au greffe et vous demande de faire le point sur la situation. A travers la rédaction d une note structurée et argumentée, vous qualifierez la situation de la société débitrice, justifierez la procédure engagée à son encontre, identifierez les droits des créanciers et de la société GDK en particulier, et indiquerez les suites possibles à cette procédure. ANNEXE 1/EXTRAITS DU CODE DE COMMERCE Article L Le jugement d'ouverture interrompt ou interdit toute action en justice de la part de tous les créanciers [ ]. Article L A partir de la publication du jugement, tous les créanciers dont la créance est née antérieurement au jugement d'ouverture, à l'exception des salariés, adressent la déclaration de leurs créances au mandataire judiciaire dans des délais fixés par décret en Conseil d'etat. Les créanciers titulaires d'une sûreté publiée ou liés au débiteur par un contrat publié sont avertis personnellement ou, s'il y a lieu, à domicile élu. Le délai de déclaration court à l'égard de ceux-ci à compter de la notification de cet avertissement. La déclaration des créances peut être faite par le créancier ou par tout préposé ou mandataire de son choix. ANNEXE 2/LETTRE D INFORMATION (www.bignonlebray.com) L ordre de paiement institué par l article L du Code de commerce permet d établir le classement entre les créances antérieures au jugement d ouverture d une procédure de redressement judiciaire et celles nées après suivant : Le super privilège des salaires ; Le privilège de conciliation ; Les créances éligibles au traitement préférentiel ; En cas de vente d un bien grevé d une sûreté réelle (nantissement, hypothèque ) au cours de la période d observation ou pendant l exécution d un plan de sauvegarde ou de redressement, les titulaires de suretés spéciales seront payées : - Avant les créanciers postérieurs non éligibles au traitement préférentiel et les créanciers antérieurs ; - Mais après les créanciers postérieurs éligibles au traitement préférentiel ; Les créances postérieures non éligibles au traitement préférentiel et les créances antérieures. 5

6 CORRIGE INDICATIF/La transformation d une entreprise individuelle en société L intérêt de cette mise en situation est double. Tout d abord, elle permet de montrer les limites de l entreprise individuelle quand l activité se développe. Ensuite, elle montre également les difficultés pour l entrepreneur de choisir un statut de société qui corresponde aux besoins de l activité. Si le statut de SARL reste le statut préféré des entreprises françaises, le statut de la SAS se développe de plus en plus et les SA, notamment, font souvent le choix de se transformer en SAS pour bénéficier de plus de souplesse dans leur fonctionnement. La suppression de l exigence du capital minimum à devrait accroître l intérêt de ce statut pour les entreprises jusqu alors régies par le statut de la SARL. La différence tient alors essentiellement dans la composition du capital social en parts sociales pour les SARL et en actions pour les SAS. La SAS demeure, à ce titre, une société de capitaux. Mais les associés peuvent limiter dans les statuts la cessibilité des actions pendant une certaine période. 1. Pour quelles raisons Pierre est-il amené à modifier la structure juridique de son entreprise? L activité de Pierre est en croissance. Elle nécessite des investissements nouveaux ( ). Il doit également embaucher du personnel. Sa capacité de financement actuelle est de (liquidités) et il dispose d un véhicule pour une valeur de Il va devoir trouver des financements ailleurs (associés et/ou prêt bancaire). 2. Dans un tableau, distinguez la situation actuelle de Pierre et la situation envisagée après la création de la société. Vous retiendrez les critères suivants : responsabilité, statut social, statut fiscal et financement de l activité. 3. Expliquez les motivations qui animent Pierre Martin dans la recherche d une collaboration avec des amis. Si Pierre reste seul, ses capacités de financement demeurent insuffisantes pour financer les investissements nécessaires au développement de son activité ( ). Par ailleurs, une assise financière plus importante le rendrait plus crédible (annexe 2) vis-à-vis de ses partenaires. 4. Dans un tableau comparatif, présentez les conditions de constitution d une SARL et d une SAS en fonction des critères suivants : capital social, responsabilité des associés, fonctionnement et accès aux capitaux. 5. Pierre doit se rendre à la banque pour son rendez-vous. Il vous demande de lui proposer le statut le plus adéquat à la situation. Vous justifierez votre proposition. Compte tenu des éléments relevés dans la question précédente, il semble plus pertinent de proposer à Pierre Martin un statut de SAS. Ce statut de société de capitaux lui permet d accéder plus facilement à de nouveaux financements et lui garantit un mode de fonctionnement et de gestion modelé par les statuts conformément aux besoins de l activité. Le capital social est composé d actions. Toutefois, la suppression de l exigence du seuil minimum de capital social par la loi en 2008 va peut-être modifier les exigences des banques. 6

7 CORRIGE INDICATIF/La situation d un créancier privilégié après l ouverture d une procédure de redressement judiciaire Il est fréquent que les entreprises soient concernées par les textes sur les procédures collectives. Elles doivent alors bien réagir dans ces circonstances, qu elles soient créancières ou concernées directement. Cette mise en situation a pour objectif de montrer l importance d être informés sur la situation de ses partenaires économiques. Le greffe du tribunal de commerce est une bonne source d information dans ce domaine. La première partie du questionnement a pour objectif de comprendre juridiquement la situation et les droits de la société GDK (Mineure). La suite du questionnement permet d appliquer le droit (Majeure) à la situation pour y apporter une solution et des réponses à l entreprise. 1. Pourquoi le tribunal de commerce a-t-il ouvert une procédure de redressement judiciaire à l encontre de la société MANI? La société doit être en état de cessation des paiements. 2. Expliquez quel droit à la société GDK sur la société MANI. La société GDK dispose d un droit de créance. La société Mani, acheteur, doit payer le prix de dans le cadre d un contrat de vente de matériel. Elle a déjà versé un acompte de et ne doit plus que à la société GDK. La créance de GDK échoit le 30 juin. 3. Identifiez la catégorie de créanciers à laquelle la société GDK appartient et expliquez ce que signifie l ordre de paiement des créanciers. La société GDK a pris soin de prendre une garantie (un nantissement sur le matériel) lors de la vente. Elle est donc un créancier privilégié. L ordre de paiement des créanciers permet de savoir, quand un jugement de liquidation est prononcé par le tribunal, dans quel ordre de priorité seront payés les créanciers. Ainsi, l ordre de paiement dépend du moment où est née la créance (avant ou après le jugement d ouverture, au moment de la conciliation) et des privilèges et des sûretés qui y sont attachés. En l espèce, il s agit d une créance garantie par une sûreté réelle : un nantissement. 4. La société GDK peut-elle assigner la société MANI pour obtenir le paiement du solde de sa créance? Majeure D après l article L du Code de commerce, il y a une suspension provisoire des poursuites individuelles à partir du jugement d ouverture. Solution En l espèce, le jugement d ouverture a été prononcé le 25 juin L entreprise GDK ne peut donc plus agir à titre individuel. 5. Dans l immédiat, expliquez au directeur général ce que doit faire la société GDK. Majeure Les articles L et L du Code de commerce prévoient que les créanciers doivent adresser la déclaration de leur créance au mandataire judiciaire (montant dû, date d échéance et sûreté ou privilège). Solution En l espèce, la société GDK va devoir utiliser l imprimé pour déclarer ses créances. La créance sera déclarée pour un montant de en tant que créance privilégiée (assortie d un nantissement sur le matériel). 6. Quelles sont les suites possibles à cette procédure? Les suites possibles sont : Soit la poursuite de l activité, autorisée par le tribunal : les créances sont exigibles et payées par ordre de priorité sur les actifs cédés ; Soit la liquidation de l entreprise : les créanciers seront payés par ordre de priorité après la liquidation de l ensemble des actifs. 7

8 Compétences MISE EN SITUATION 1 /11 Identifier les motivations du ou des créateur(s) Justifier le choix d une structure adaptée à une situation donnée 1. Raisons : Croissance Nécessité de financer des investissements /1 2. Situation actuelle : Responsabilité totale TNS IR Capitaux propres /2 Situation envisagée : Responsabilité limitée aux apports gérant majoritaire ou psdt de SAS IR sur les dividendes Apports détaillés /2 3. Motivations d ordre financier (source de financement) crédibilité /1 4. SARL : pas de capital responsabilité limitée aux apports Gérant majoritaire Caution bancaire /2 SAS : pas de capital responsabilité limitée aux apports Président Caution bancaire probable /2 5. Choix SARL SAS + Justification /1 Compétences MISE EN SITUATION 2 /9 Analyser les difficultés d une entreprise et caractériser la procédure à mettre en œuvre ou à préconiser Etat de cessation de paiement /0,5 Passif exigible > actif disponible /1 Ordre de paiement des créanciers /0,5 En fonction du moment de la naissance de la créance /1 et des garanties attachées /1 Droit de créance de la société GDK /1 Créancier privilégié car nantissement /1 Suspension provisoire des poursuites individuelles /0,5 Déclaration de la créance au mandataire judiciaire /0,5 Poursuite de l activité /1 Créances exigibles prioritaires sur la vente des actifs cédés ou liquidation judiciaire /1 Compétences MISE EN SITUATION 1 /11 Identifier les motivations du ou des créateur(s) Justifier le choix d une structure adaptée à une situation donnée 1. Raisons : Croissance Nécessité de financer des investissements /1 2. Situation actuelle : Responsabilité totale TNS IR Capitaux propres /2 Situation envisagée : Responsabilité limitée aux apports gérant majoritaire ou psdt de SAS IR sur les dividendes Apports détaillés /2 3. Motivations d ordre financier (source de financement) crédibilité /1 4. SARL : pas de capital responsabilité limitée aux apports Gérant majoritaire Caution bancaire /2 SAS : pas de capital responsabilité limitée aux apports Président Caution bancaire probable /2 5. Choix SARL SAS + Justification /1 Compétences MISE EN SITUATION 2 /9 Analyser les difficultés d une entreprise et caractériser la procédure à mettre en œuvre ou à préconiser Etat de cessation de paiement /0,5 Passif exigible > actif disponible /1 Ordre de paiement des créanciers /0,5 En fonction du moment de la naissance de la créance /1 et des garanties attachées /1 Droit de créance de la société GDK /1 Créancier privilégié car nantissement /1 Suspension provisoire des poursuites individuelles /0,5 Déclaration de la créance au mandataire judiciaire /0,5 Poursuite de l activité /1 Créances exigibles prioritaires sur la vente des actifs cédés ou liquidation judiciaire /1 Compétences MISE EN SITUATION 1 /11 Identifier les motivations du ou des créateur(s) Justifier le choix d une structure adaptée à une situation donnée 1. Raisons : Croissance Nécessité de financer des investissements /1 2. Situation actuelle : Responsabilité totale TNS IR Capitaux propres /2 Situation envisagée : Responsabilité limitée aux apports gérant majoritaire ou psdt de SAS IR sur les dividendes Apports détaillés /2 3. Motivations d ordre financier (source de financement) crédibilité /1 4. SARL : pas de capital responsabilité limitée aux apports Gérant majoritaire Caution bancaire /2 SAS : pas de capital responsabilité limitée aux apports Président Caution bancaire probable /2 5. Choix SARL SAS + Justification /1 Compétences MISE EN SITUATION 2 /9 Analyser les difficultés d une entreprise et caractériser la procédure à mettre en œuvre ou à préconiser Etat de cessation de paiement /0,5 Passif exigible > actif disponible /1 Ordre de paiement des créanciers /0,5 En fonction du moment de la naissance de la créance /1 et des garanties attachées /1 Droit de créance de la société GDK /1 Créancier privilégié car nantissement /1 Suspension provisoire des poursuites individuelles /0,5 Déclaration de la créance au mandataire judiciaire /0,5 Poursuite de l activité /1 Créances exigibles prioritaires sur la vente des actifs cédés ou liquidation judiciaire /1 8

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales Droit Commercial Entreprises individuelles Sociétés de capitaux Autres sociétés L entreprise en difficulté Entreprises individuelles 1. Définition 2. Formalités de création 3. Particularités Entreprises

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h «Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h Quelle forme juridique pour entreprendre? RDV de la Création d Entreprise du 18 novembre 2015 Maître Nathalie MEILLAND-PLANCHE, Avocat Cabinet

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé COLLOQUE AEDJ 30 ET 31 JANVIER 2013 - DOUALA 6 ET 7 FEVRIER 2013 - YAOUNDE Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés Aspects de

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au greffe, ou, par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir spécial nominatif. Un dossier reçu par voie

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS CHAPITRE 8 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE Comment concilier des intérêts contradictoires quand l entreprise est en difficulté? - redresser l entreprise? - maintenir

Plus en détail

RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER. Bourges, le 19 février 2015

RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER. Bourges, le 19 février 2015 et RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER Bourges, le 19 février 2015 LA REPRISE D ENTREPRISE EN DIFFICULTE Nombre de RJ en 2014 Tranche de salariés < 5 salariés 6 à 10 salariés > 10 salariés COMMERCE

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

N Téléphone: n téléphone portable : Adresse électronique :...@...

N Téléphone: n téléphone portable : Adresse électronique :...@... Greffe du Tribunal de Commerce de SAINT NAZAIRE BP 274 44616 SAINT NAZAIRE CEDEX gtc.saint.nazaire@wanadoo.fr REDRESSEMENT JUDICIAIRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE Révision : 1/02/08 Impression : 8/02/08 GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE I. CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE Le Sénégal est, depuis le 18 septembre 1995, membre de l Organisation

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée 1 2 DEFINITION DE L EIRL DEFINITION Le statut «d entrepreneur individuel à responsabilité limitée» (E.I.R.L.), créé par la loi n 2010-658 du 15 juin 2010,

Plus en détail

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes.

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes. PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons

Plus en détail

1 L entreprise individuelle traditionnelle

1 L entreprise individuelle traditionnelle 1 L entreprise individuelle traditionnelle Introduction L entreprise individuelle est la forme juridique à la fois la plus répandue en France et la plus fragile. Elle connaît un franc succès depuis la

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe.

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe. DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

Choisir l entreprise individuelle ou la société : aspects juridiques, fiscaux et sociaux. Animé par : Hélène MAGINEAU Hervé LEGROS

Choisir l entreprise individuelle ou la société : aspects juridiques, fiscaux et sociaux. Animé par : Hélène MAGINEAU Hervé LEGROS Choisir l entreprise individuelle ou la société : aspects juridiques, fiscaux et sociaux Animé par : Hélène MAGINEAU Hervé LEGROS LA SOCIÉTÉ : MODE OU NÉCESSITÉ? Faut-il se mettre en société? Quand et

Plus en détail

Actualités du droit de l entreprise en difficulté

Actualités du droit de l entreprise en difficulté 1 Actualités en matière de liquidation (déficitaire)......... 7 Roman AYDOGDU assistant à l U.Lg. Les procédures judiciaires menées par ou contre une société en liquidation.........................................

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES LES FORMES JURIDIQUES D S DES DIRIGEANTS DES ASSOCIES DROITS SOCIAUX TRANSMISSION DES DROITS SOCIAUX INDIVIDUELLE - EI SOCIÉTÉ A - SARL de 2 à 100 associés UNIPERSONNELLE A - EURL 1 associé SOCIÉTÉ ANONYME

Plus en détail

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi arantie chômage es dirigeants Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi L assurance n est plus ce qu elle était. la meilleure protection en cas

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES Livre blanc MAITRE LATSCHA NOVEMBRE 2015 " NOS PLUS GRANDS HEROS SONT NOS CHEFS D ENTREPRISE " Maître Latscha 1 A PROPOS DE L'AUTEUR Henri

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE LILLE METROPOLE

GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE LILLE METROPOLE GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE LILLE METROPOLE 445 boulevard GAMBETTA CS 60455 59338 TOURCOING CEDEX Horaires d ouvertures : 08h30-11h30 / 12h45-16h00 Téléphone : 03-20-36-65-45 Horaires téléphoniques

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique?

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Maître Cheikna Toure, Il est avocat au Barreau Du Mali. Il est titulaire d un doctorat en droit de l Université Paris II

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ARISTOPHIL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE. Référencement

ARISTOPHIL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE. Référencement ARISTOPHIL Par jugement en date du 16 février 2015, le Tribunal de Commerce de Paris a ouvert une procédure de redressement judiciaire à l égard de la SAS ARISTOPHIL, ayant pour numéro de siren 445214430,

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS Seul le représentant légal de la société ou de l entreprise est habilité à effectuer une déclaration de cessation des

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme LILLE - PARIS - BRUXELLES L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme Jacques VERVA Avocat aux Barreaux de LILLE et de BRUXELLES Conseiller du Commerce Extérieur de la France jacques.verva@scp-mvdm.com

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes salutations distinguées.

Je vous prie d agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes salutations distinguées. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION DRÉGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ALSACE ET DU DEPARTEMENT DU BAS-RHIN Division Action et Expertise Economique et Financières 4, Place de la République

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE INITIEE PAR LA SOCIETE GRANDS VINS JEAN-CLAUDE BOISSET

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE INITIEE PAR LA SOCIETE GRANDS VINS JEAN-CLAUDE BOISSET OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE INITIEE PAR LA SOCIETE GRANDS VINS JEAN-CLAUDE BOISSET agissant de concert avec la société HENRI MAIRE DEVELOPPEMENT INFORMATIONS RELATIVES

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Cessation d activité. Kit de cessation d activité

Cessation d activité. Kit de cessation d activité Cessation d activité Kit de cessation d activité Adie Conseil Cessation d activité Les documents sur internet M2 Cerfa 11682*01 Déclaration de modification >> lien vers la déclaration Exemple d annonce

Plus en détail

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES 27/02/2015 Les causes de dissolution d'une société sont multiples. On peut citer par exemple l'arrivée du terme, la réalisation de l'objet social, la dissolution

Plus en détail

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce)

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de

Plus en détail

Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLÔME D EXPERTISE COMPTABLE Session de mai 2014 Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation Calculatrice

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle!

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! «Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! Forum de l'entrepreneuriat 21 novembre 2013 Intervenants : Sylvie Aguila (Juriste CCI de Lyon), Laurent Lebahar (Expert comptable), Réjane

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE La survie de l entreprise n a pas toujours été au cœur du débat lorsqu elle connaissait des difficultés. Longtemps faire faillite été considéré comme une faute

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP)

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

YMAGIS Société anonyme au capital de 1 962 486,50 euros Siège social : 106-108, rue La Boétie 75008 PARIS 499 619 864 RCS Paris

YMAGIS Société anonyme au capital de 1 962 486,50 euros Siège social : 106-108, rue La Boétie 75008 PARIS 499 619 864 RCS Paris Xavier PAPER Expert-comptable inscrit au tableau de l Ordre de Paris Commissaire aux comptes membre de la Compagnie régionale de Paris 222, boulevard Pereire 75017 PARIS Téléphone 33 (0)1 40 68 77 41 Fax

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ( A REMPLIR IMPERATIVEMENT ET DE MANIERE EXHAUSTIVE )

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ( A REMPLIR IMPERATIVEMENT ET DE MANIERE EXHAUSTIVE ) FICHE DE RENSEIGNEMENTS ( A REMPLIR IMPERATIVEMENT ET DE MANIERE EXHAUSTIVE ) RENSEIGNEMENTS RELATIFS A L'EXPLOITANT OU AU DIRIGEANT NOM et Prénom : né le : à : de : et de : (nom et prénom du Père) Domicile

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Société à forme de SAS

Société à forme de SAS Société à forme de SAS Nos missions juridiques : prestations et tarifs Mise à jour et applicable au 01/04/2010 En complément de notre collaboration comptable, nos règles professionnelles nous permettent

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession

Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession 1 Plan de présentation à suivre & informations à rassembler pour formuler une offre de reprise dans le cadre d un projet de plan de cession Conformément au disposition de l article L642-2 du Code de Commerce

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 Montreuil, le 24/06/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 OBJET : Entreprises en redressement judiciaire soumissionnaires de marchés

Plus en détail

Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration

Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration Mylène Boché-Robinet - 2015 Procédures collectives : quels principes? Sauvegarde, SFA, SA Redressement judiciaire Liquidation

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail