Économie et démographie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie et démographie"

Transcription

1 Économie et démographie Chapitre 1 PLAN DU CHAPITRE Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? Les grandes évolutions démographiques Le rôle de l épargne (économie fermée) L épargne, l investissement et le solde courant de la balance des paiements en économie ouverte Thème 1.2 Quel est l impact des variables économiques et démographiques sur le financement de la protection sociale? 1 Le système des retraites en France 2 La gestion des systèmes de santé 7

2 THÈME 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? Les populations d Europe ont connu une évolution structurelle similaire, dont l amplitude varie d un pays à l autre, avec des conséquences sur l épargne et la croissance économique. Ainsi, la baisse de la part des actifs et le vieillissement de la population, si on raisonne en termes de cycle de vie, devraient se traduire par une baisse du taux d épargne dans les pays riches et un transfert d épargne vers les pays pauvres. Mots-clés Mouvement naturel Mouvement migratoire Population active Épargne Accumulation du capital Cycle de vie S interroger 1 Pourquoi épargne-t-on? 2 Peut-on épargner tout au long de sa vie? Quelle est la meilleure période pour le faire? 3 Le vieillissement de la population peut-il avoir un impact sur le taux d épargne? 4 L épargne est-elle nécessaire à la croissance économique? Quelles seraient les conséquences d une baisse durable du taux d épargne en Europe? 8 Chapitre 1 Économie et démographie

3 1 Les grandes évolutions démographiques A Les évolutions séculaires Document 1 Évolution séculaire de la population française 9 Évolution de la population (millions d habitants) : population passée : projection (hypothèses centrales) Les hypothèses Indice conjoncturel de fécondité 1,95 à partir de 215 Espérance de vie à la naissance en 26 Solde migratoire annuel 86, ans pour les hommes 91,1 ans pour les femmes + 1 par an 1 Calculez l augmentation de la population française entre 191 et Comment devrait évoluer la population en 26? Cette évolution est-elle certaine? 3 Faites une phrase avec chacune des données des hypothèses. 4 Que se passerait-il si : - l indice conjoncturel de fécondité était de 2,1? - l espérance de vie des hommes était de 9 ans? - la France fermait totalement ses frontières? Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 9

4 Document 2 Évolution de la pyramide des âges (France métropolitaine) Donnez la signification de la ligne jaune pour Hommes et femmes sont-ils égaux d un point de vue démographique? 7 Commentez l évolution de la pyramide des âges entre 191 et 26. Statistisches Bundesamt 29, Insee 211 Le solde naturel est la différence entre les naissances vivantes et les décès de l année en cours. Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire (immigrants) et le nombre de personnes qui en sont sorties (émigrants), calculé au cours d une année. Document 3 Mouvements de population (milliers) Accroissement annuel naturel Excédent migratoire évalué INED, Institut national d'études démographiques, Base de données des pays développés 8 Faites une phrase avec les chiffres de Quel a été l accroissement total de la population en 21? 1 Quelles sont les grandes phases des mouvements de population en France métropolitaine? 11 Expliquez ces mouvements au regard des événements historiques que vous connaissez. 1 Chapitre 1 Économie et démographie

5 B Des différences dans les dynamiques démographiques européennes Document 4 Indicateurs de fécondité (nombre moyen d enfants par femme) en 29 2,5 2 1,5 1,5 Allemagne Belgique Bulgarie Danemark Espagne Finlande France métropolitaine Grèce Hongrie Irlande Italie Pays-Bas Pologne Portugal République tchèque Roumanie Royaume-Uni Slovénie Slovaquie Suède 1 Faites une phrase pour la France. 2 Quel est le seuil de renouvellement de la population? Justifiez votre réponse. 3 Quels pays européens sont les plus féconds? Les moins féconds? 4 Quels problèmes ces derniers risquent-ils de rencontrer? Existe-t-il des solutions? Eurostat et ONU, publié sur INED Document 5 Espérance de vie à la naissance en Europe en 29 5 Quel pays européen connaît l espérance de vie la plus élevée? La moins élevée? 6 Calculez l écart d espérance de vie entre les hommes et les femmes aux Pays-Bas et en Pologne. 7 Quelles hypothèses peut-on avancer pour expliquer les différences constatées à la question précédente? Hommes Femmes Allemagne 77,4 82,6 Espagne 78,3 84,7 France métropolitaine 77,8 84,5 Irlande 76,8 81,6 Italie 78,9 84,1 Pays-Bas 78,6 82,5 Pologne 71,5 8,1 Roumanie 69,7 77,1 Royaume-Uni 78,1 82,1 Suède 79,4 83,4 Eurostat et ONU, publié sur INED Document 6 Taux d accroissement migratoire en 21 (pour 1 ) Faites une phrase pour l Irlande et la Norvège. 9 Quels sont les pays d immigration et d émigration en 21? Allemagne Autriche Bulgarie Chypre Espagne France Irlande Italie Malte Norvège Pologne Portugal Royaume-Uni République tchèque INED, Institut national d études démographiques, Base de données des pays développés Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 11

6 Document 7 Évolution de la structure de la population de quelques pays européens Allemagne France Pologne 1,7,7 8,7 1 9,7 4,5 moins de 2 ans 3, ans 3, ans ,1 59,9 plus de 8 ans 58,4 55,7 2,7 5,1 18,8 16,8 5,3 24,5 13,5 3,3 21, ,4 53,4 61,4 D après les données du site 1 Comment a évolué la structure de la population des trois pays ci-dessus entre 195 et 21? 11 Expliquez ces évolutions à l aide des caractéristiques démographiques que vous avez constatées précédemment. Document 8 Population en âge de travailler et population active Le taux d activité est le rapport entre le nombre d actifs et l ensemble de la population correspondante. Population (15 à 64 ans) Population active Allemagne* , , , , , ,6 Espagne , , , , , , France , , , , , ,8 Royaume-Uni , , 4 44, , , ,8 * (incluant l ancienne RDA à partir de 1991) Eurostat, Population, activité et inactivité - Moyennes annuelles, Rappelez les définitions de «population en âge de travailler» et «population active». 13 Calculez les taux de variation de ces populations entre 1992 et 21, puis entre 21 et 21 pour chacun des pays. 14 Commentez la situation de l Allemagne. 15 Population en âge de travailler et population active évoluent-elles au même rythme? Comment expliquer l écart entre les deux? 16 Calculez le taux d activité des ans en France et en Espagne en 1992 et en 21. Qu en concluez-vous? 12 Chapitre 1 Économie et démographie

7 Document 9 Taux de dépendance vieillesse projeté (%) UE (27 pays) Danemark Allemagne Irlande Espagne France Italie Pologne Portugal Roumanie Royaume-Uni Norvège Commission européenne, Eurostat, Le taux de dépendance vieillesse projeté est le rapport entre le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus et le nombre de personnes de 15 à 64 ans. 17 Comment devrait évoluer le taux de dépendance vieillesse dans l Union européenne? 18 Quels pays seront particulièrement touchés par ce phénomène? 19 À quelles contraintes les pays de l Union européenne devront-ils faire face? 2 Le rôle de l épargne (économie fermée) A Le cycle de vie Document 1 Taux d épargne net des ménages et des institutions sans but lucratif au service des ménages (%) * Taux d épargne brut Danemark Allemagne Irlande Perspectives Économiques N 89, 6/211, Projections annuelles pour les pays OCDE, Italie Norvège Pologne France* Portugal* Espagne* Royaume-Uni* 1 Comment un pays peut-il avoir un taux d épargne négatif? 2 Quel est le taux d épargne moyen en France? Que signifie ce chiffre? 3 Pourquoi les taux d épargne de certains pays augmententils brusquement en 29? 4 Comparez le comportement d épargne des ménages français et espagnols (en faisant abstraction de 29). Essayez de l expliquer à partir des caractéristiques démographiques de ces pays. 5 Faites le même travail pour l Allemagne et la Pologne. L épargne nette est égale à l épargne brute à laquelle on a retranché la consommation de capital fixe. Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 13

8 6 Les ménages européens connaissent-ils exactement leur durée de vie et leurs revenus futurs? Peuvent-ils les estimer? 7 Expliquez le passage souligné. 8 Comment est-il possible de «lisser la consommation dans le temps»? Document 11 Revenu, consommation et patrimoine Dans sa formulation la plus simple, la théorie du cycle de vie ne prend pas en compte l incertitude ni l imperfection des marchés financiers. Les ménages connaissent leur durée de vie (finie) et leurs revenus futurs, ils peuvent emprunter et prêter à un taux unique, sans autre contrainte que leur solvabilité (c est-à-dire leur capacité de remboursement). Dans ces conditions, les propensions moyennes et marginales à consommer sont toutes deux égales à l unité. En effet, en l absence d héritage ou d incertitude sur la date de leur décès, les ménages n ont aucune raison de laisser un revenu inemployé, et ne vivent que pour consommer. [ ] L épargne permet de lisser la consommation dans le temps en reportant une partie de la consommation vers les périodes où les revenus escomptés sont plus faibles, la «jeunesse» (période de formation ou de début de la vie active) et la «retraite». P. Villieu, Macroéconomie : consommation et épargne, Éditions La Découverte, coll. Repères, 3 e édition, 28 Document 12 Le diagramme du cycle de vie Revenu Consommation Patrimoine A Jeunesse Patrimoine B Activité Consommation Revenu P. Villieu, Macroéconomie : consommation et épargne, Éditions La Découverte, coll. Repères, 3 e édition, 28 C Retraite Âge 9 Décrivez chaque phase de la vie d un individu à l aide du graphique. 1 De quel individu s agit-il? Tout le monde se comportet-il de cette façon? 11 Expliquez à nouveau, sous l angle du cycle de vie, les différences de taux d épargne de la France et de l Espagne, de l Allemagne et de la Pologne, vus dans le document Toujours dans le document 1, cherchez des contreexemples à cette théorie. B L évolution des structures démographiques, l accumulation patrimoniale et la croissance économique 1 Selon la théorie du cycle de vie, une croissance démographique nulle ou une économie stationnaire peut-elle entraîner un taux d épargne positif? 2 En 21, le gouvernement français a reculé l âge de la retraite à 62 ans (67 ans pour une retraite à taux plein) : quel devrait être l impact d une telle mesure sur le taux d épargne? 3 Sur quelle base est calculé le montant de la pension de retraite? Ce montant estil réévalué (et comment)? Pourquoi les revenus des actifs du moment sont-ils supérieurs à ceux de la génération antérieure? Document 13 Les déterminants du taux d épargne : croissance et démographie La croissance démographique. Elle entraîne un accroissement du nombre de «jeunes» et d «actifs» par rapport au nombre de «retraités». Puisque les premiers épargnent (globalement), tandis que les seconds désépargnent, il doit en résulter un taux d épargne positif. De même un allongement de l espérance de vie (à durée de vie active inchangée), ou une diminution de l âge de la retraite à espérance de vie inchangée, accroît le taux d épargne, chaque individu ayant besoin d accumuler un patrimoine plus élevé pour financer sa consommation durant sa retraite plus longue. À l inverse, toute modification de la répartition par âge en faveur des «retraités» exerce un effet déprimant sur l épargne, à moins que les agents n anticipent une menace sur leurs retraites futures [ ]. La croissance économique (augmentation du revenu par tête). Elle engendre une épargne positive, puisque la désépargne des «retraités», fondée sur des revenus antérieurs plus faibles, est plus que compensée par l épargne des «jeunes» et des «actifs», fondée sur les revenus récents plus élevés. Les perspectives de croissance peuvent alors expliquer une part importante des différences de taux d épargne entre les pays. P. Villieu, Macroéconomie : consommation et épargne, Éditions La Découverte, coll. Repères, 3 e édition, Chapitre 1 Économie et démographie

9 Document 14 Taux de détention de patrimoine par les ménages selon l âge en (%) Patrimoine immobilier Épargne salariale Ass-vie, PEP, ép. Retraite Valeurs mobilières Épargne-logement Livrets d épargne Moins de De 3 à De 4 à De 5 à De 6 à 7 ans 3 ans 39 ans 49 ans 59 ans 7 ans et plus 4 En moyenne, quelle est la part des ménages qui possèdent (au moins) un livret d épargne? 5 Comment évolue le taux de détention d un patrimoine selon l âge? Comment pouvez-vous l expliquer? 6 Quels patrimoines s accroissent avec l âge? Lesquels diminuent? Expliquez ces évolutions. 7 Ce graphique vous semble-t-il confirmer l hypothèse du cycle de vie? Document 15 Le patrimoine et ses logiques d accumulation Les quatre modèles d épargne qui sont proposés se différencient principalement par la longueur de l horizon temporel invoquée. Le modèle de comportement myope se caractérise par un horizon temporel court, borné, qui pourrait rendre compte de l existence des patrimoines modestes épousant les fluctuations du revenu courant. Le modèle de cycle de vie suppose que les consommateurs ont pour horizon temporel la durée de leur existence. Selon le modèle dynastique ou hypermétrope, les préférences intègrent le bien-être des générations suivantes. Alors que le ménage de cycle de vie cherche à consommer à terme la totalité des ressources perçues, le ménage dynastique transmet des ressources à ses enfants. Enfin, la constitution des grandes fortunes semble répondre à d autres besoins : volonté de puissance, pouvoir économique, prestige social, passion ou même désir d éternité. Parallèlement, pour prendre en compte ces dimensions hétérogènes de l accumulation, on distingue deux formes d épargne : l épargne pour soi, dont le processus d accumulation serait bien expliqué par l hypothèse du cycle de vie ; l épargne en soi ou pour autrui dont les déterminants seraient étrangers à cette hypothèse et répondraient soit au désir de transmission, soit aux autres motifs de détention patrimoniale. L. Arrondel et A. Masson, Les avatars du lien social, Alain Supiot, 24 8 Classez les comportements des ménages suivants en fonction du modèle d épargne : - le ménage vit au jour le jour et ne prend pas en compte les événements ultérieurs ; - il diminue son épargne car il va toucher une pension de retraite ; - il achète une résidence secondaire pour accroître son prestige social ; - il laisse un héritage plus important à l enfant qui a le moins bien réussi scolairement que ses frères ; - il accumule pendant sa durée d activité un patrimoine qu il consommera par la suite ; - il fonde une famille pour transmettre la fortune qu il a accumulée ; - il constitue une épargne supplémentaire par crainte du chômage ; - il décède «plus tôt que prévu», et laisse un héritage «involontaire»; - il veut contrôler le comportement de ses enfants et acheter leur reconnaissance ; - il veut procurer à ses enfants un niveau de vie comparable au sien. 9 Tous les ménages ont-ils un comportement d épargne en terme de cycle de vie? 1 À quelle classe sociale (populaire, moyenne, dominante) les comportements décrits ci-dessus semblent-ils correspondre? Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 15

10 Document 16 Taux d épargne des ménages en % 25 2 Taux d épargne 15 Taux d investissement immobilier (1) 1 5 Taux d épargne financière Taux d investissement des entreprises (1) Rapport de la formation brute de capital fixe des ménages (hors entrepreneurs individuels) au revenu disponible brut. Champ : France Insee, comptes nationaux base 2 11 Quelles sont les utilisations possibles de l épargne des ménages? Déduisez-en le lien entre les différentes courbes. 12 Dans quelle mesure le taux d investissement des ménages (immobilier et entrepreneurs individuels) est-il facteur de croissance économique? 13 À quoi sert l épargne financière? Peut-elle aussi favoriser la croissance? Document 17 Taux de détention de patrimoine par les ménages selon la catégorie socioprofessionnelle (%) Livrets d'épargne Épargnelogement Valeurs mobilières Ass-vie, PEP, ép. Retraite Épargne salariale Patrimoine Immobilier Agriculteur 91,6 72,7 42,3 65,3 7,7 88,9 Artisan, commerçant, industriel 74,7 5,5 42, 6,9 12,8 71,4 Profession libérale 82,9 67,9 61,2 82, 14,8 81,8 Cadre 9,6 65,7 5,3 58,2 39,2 73,8 Profession intermédiaire 88,2 53,2 25,2 48,5 31,5 64,1 Employé 84,7 38,6 14,4 39,5 16,7 41,7 Ouvrier qualifié 81,7 4,3 12,4 38, 27, 54, Ouvrier non qualifié 78,3 28, 7,4 34,6 14,4 34,9 Agriculteur retraité 85,9 34,9 26,4 39,8 1,1 71,8 Indépendant retraité 81,4 31,1 4,4 49,7 1,2 8,5 Salarié retraité 83,1 32,9 23,8 42,3 3,9 68,8 Autre inactif 7,1 19,6 8,8 17, 2,7 32,4 Champ : France métropolitaine Enquêtes patrimoines 14 Faites une phrase avec les données en rouge. 15 À quelle classe sociale appartiennent les professions libérales et les cadres? Comparez la structure de leur patrimoine et justifiez les écarts constatés. 16 Quelle est la CSP qui détient le moins de patrimoine? De quel modèle de comportement d épargne décrit dans le document précédent se rapproche-t-on? 17 Selon la théorie du cycle de vie, comment devrait être le taux de détention d épargne des retraités? Le document confirme-t-il la théorie? 16 Chapitre 1 Économie et démographie

11 3 L épargne, l investissement et le solde courant de la balance des paiements en économie ouverte Document 18 Facteurs démographiques, taux d épargne, et mondialisation À partir de simulations opérées dans un modèle de cycle de vie, le [ ] CEPII [ ] explique ainsi l évolution des taux d épargne au sein des grandes zones mondiales par des modifications de la structure de la pyramide des âges. D après ces travaux, la part de la population à forte épargne (4-65 ans) devrait diminuer dans les régions développées jusqu en 235, mais augmenter dans les régions en développement. Durant la transition, la globalisation financière pourrait donc favoriser le transfert d épargne des pays riches vers les pays pauvres, pour financer leur développement, et, à partir de 235, l épargne dégagée par ces derniers pourrait servir au remboursement. Ce scénario global mutuellement avantageux peut néanmoins masquer des évolutions nationales insoutenables (en Europe notamment) et se heurte au constat que, dans les faits, les capitaux ne se déplacent pas des pays riches vers les pays pauvres [ ]. De surcroît, il convient de souligner les limites de ce genre d exercice. Outre le fait que les projections démographiques à long terme ne sont pas toujours fiables, les prévisions reposent sur l hypothèse de désépargne des ménages âgés, que les faits ne vérifient pas autant que le voudrait la théorie du cycle de vie. De plus, les facteurs conjoncturels dominent largement les facteurs démographiques dans l évolution du taux d épargne. P. Villieu, Macroéconomie : consommation et épargne, Éditions La Découverte, coll. Repères, 3 e édition, 28 1 Comment doit évoluer la démographie des pays riches et des pays en développement? 2 D après les simulations, à quel moment l épargne des pays pauvres doit-elle excéder celle des pays riches? Cette évolution est-elle certaine? 3 D ici cette date, comment doit se déplacer l épargne dans le monde? Document 19 Origines et emplois de l épargne mondiale (en % du PIB, données PPA) Pays avancés Épargne 21,9 2,8 2,1 2,9 2,7 19,8 17,2 18,2 18,6 Investissement 22,5 21,2 21,2 21,7 21, ,8 18,6 19,1 Prêts nets -,6 -,4-1 -, ,2 -,5 -,4 -,5 Transferts courants -,4 -,6 -,7 -,7 -,8 -,8 -,8 -,9 -,8 Revenu des facteurs -,5,3,7 1,1,5,5,3,7,5 Solde des ressources,4 -,1 -,9-1 -,5 -,7,1 Pays émergents et en développement Épargne 23,5 25,5 3,7 32, ,6 31, Investissement ,9 27,9 29,1 3,1 3,4 31,1 31,7 Prêts nets - 1,9,5 3,8 4,9 3,9 3,4 1,6 1,9 2,3 Transferts courants,6 1,2 1,7 1,7 1,6 1,5 1,4 1,2 1,2 Revenu des facteurs - 1,6-1,9-2,1-1,8-1,7-1,7-1,5-1,6-1,6 Solde des ressources -,9 1,2 4,2 5,1 4 3,7 1,7 2,2 2,8 Lecture : il s agit de l épargne nationale et de l investissement intérieur brut. L investissement extérieur net est égal au solde des transactions courantes, divisé en trois composantes : les transferts courants, le revenu des facteurs (net) et le solde des ressources. «Perspectives de l économie mondiale», FMI, 9/211, 4 Qu est-ce qu une capacité de financement? Un besoin de financement? 5 À quoi correspondent les «prêts nets»? 6 Illustrez chaque composante de la balance courante par un exemple concret. 7 L évolution de l épargne dans les pays développés et dans les pays en développement confirme-t-elle la théorie du cycle de vie? Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 17

12 Conclusion Les grandes évolutions démographiques Nous assistons à une augmentation séculaire de la population française, liée à des soldes naturel et migratoire positifs, à une baisse de la fécondité depuis la fin des années 196 et à un allongement de l espérance de vie. Il en découle un vieillissement de la population, phénomène plus ou moins marqué au niveau européen, posant un problème de dépendance des inactifs. Le rôle de l épargne en économie fermée Selon la théorie du cycle de vie, l allongement de l espérance de vie devrait se traduire par une hausse de l épargne dans les pays européens : chaque individu, anticipant une retraite plus longue, a tendance à accumuler un patrimoine plus élevé durant sa période d activité, en prévision de la hausse de ses futurs besoins de consommation. La logique d accumulation patrimoniale varie en fonction de l âge, mais aussi en fonction du groupe socioprofessionnel. Épargne, investissement et balance courante en économie ouverte Selon la théorie du cycle de vie, l épargne des pays riches devrait se diriger vers les pays en développement, dont les structures démographiques sont beaucoup plus «jeunes». Ce transfert d épargne ne semble pas pour l instant validé par les faits. Franco Modigliani ( ), économiste italo-américain, a formulé la théorie du cycle de vie en 1954 et Il a obtenu le prix Nobel d économie en Questions de réflexion Comment peut-on analyser le phénomène de vieillissement de la population au niveau européen? Quel est l impact de la dynamique démographique sur les comportements d épargne en économie fermée? La logique d accumulation patrimoniale est-elle déterminée uniquement par la structure démographique? Quels sont les liens entre la dynamique démographique et la croissance économique? Comment expliquer le solde courant de la balance des paiements à partir des comportements d épargne et d investissement? P. Villieu, Macroéconomie : consommation et épargne, Éditions La Découverte, coll. Repères, 3 e édition, 28. INED, Bulletin d informations Population et sociétés. Institut national d études démographiques : Statistiques européennes : Statistiques de l Organisation de coopération et de développement économiques : 18 Chapitre 1 Économie et démographie

13 Autoévaluation 1 Vrai ou faux? Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? 1 L augmentation de la population française est un phénomène inéluctable. 2 Depuis 1974, le solde migratoire ne cesse de se restreindre. 3 La France a une fécondité plutôt élevée par rapport à la moyenne européenne. 4 La France a l espérance de vie la plus élevée d Europe. 5 Le taux de dépendance vieillesse devrait augmenter dans tous les pays européens. 6 On peut expliquer les comportements d épargne européens seulement à partir de critères démographiques. 7 Selon la théorie du cycle de vie, l augmentation du poids des retraités, toutes choses égales par ailleurs, entraîne une hausse de la consommation. 8 Selon la théorie du cycle de vie, le vieillissement de la population entraîne une hausse de la consommation des actifs. 9 Le poids du patrimoine financier augmente avec l âge. 1 C est l excès d épargne des pays européens qui finance les investissements des pays en développement. Autoévaluation 2 Compréhension d un graphique Évolution du ratio de dépendance économique Champ : France métropolitaine Ratio observé Projection Espérance de vie haute Migration basse Fécondité haute Scénario central Fécondité basse Migration haute Espérance de vie basse Estimations de population et projection de population 27-26, 1 On voit bien sur ce graphique que : A - En 27, il y a 86 personnes d âge «inactif» (plus de 6 ans et moins de 2 ans) pour 1 personnes d âge «actif» (2 à 59 ans). B - En 27, il y a 86 personnes d âge «inactif» (plus de 6 ans) pour 1 personnes d âge «actif» (moins de 59 ans). C - En 27, il y a 86 inactifs pour 1 actifs. 2 Les données de ce graphique permettent de conclure que : A - La dépendance des inactifs devrait augmenter quel que soit le scénario retenu. B - Une migration haute devrait augmenter le taux de dépendance. C - Une espérance de vie haute devrait augmenter le taux de dépendance. Thème 1.1 Comment la dynamique démographique influe-t-elle sur la croissance économique? 19

14 Vers le Bac... Chapitre 1 Économie et démographie Sujet La régulation marchande du système de santé garantit-elle une meilleure efficacité de celui-ci? Document 1 Consommation de soins et de biens médicaux Base * Soins hospitaliers * Soins ambulatoires ou de ville (1) ,6 Médecins ,2 Auxiliaires médicaux ,5 Dentistes ,5 Analyses Cures thermales ,2 Transports de malades Médicaments ,3 Autres biens médicaux ,9 Consommation de soins et de biens médicaux ,5 (1) Soins ambulatoires en base 2, soins de ville en bas 25. Champ : France. Drees, comptes de la santé (base 2 jusqu en 25) Document 2 La santé : au cœur du débat présidentiel En 2, le système de santé français était classé premier par l OMS. Depuis, il a reculé à la septième place, notamment en raison du développement des inégalités d accès aux soins. Ces inégalités ont plusieurs déterminants dont deux essentiels : financier et territorial. Ainsi 15 % des Français renoncent à des soins pour des raisons financières. C est 3 % pour ceux qui ne peuvent pas souscrire à une assurance «complémentaire». [ ] L extension du rôle des mutuelles et des assurances privées est le résultat du désengagement de la Sécurité sociale voulu par le gouvernement. [ ] Elles sont aussi plus coûteuses : leurs frais de gestion et de communication tapageuses dépassent 2 % du chiffre d affaires alors que les frais de gestion de la Sécurité sociale sont inférieurs à 5 %. À cela s ajoutent bien sûr pour les assurances privées les dividendes versés aux actionnaires. Le gouvernement a tiré argument du développement de ces assurances «complémentaires» pour laisser filer les dépassements d honoraires des médecins du secteur 2 et renoncer à revaloriser les tarifs du secteur 1. [ ]. Ainsi le recours aux mécanismes du marché pour réguler les coûts de santé induit une augmentation des inégalités avec au final un coût plus élevé pour notre société. Le marché s avère tout aussi incapable d assurer une répartition équilibrée des médecins sur le territoire. Les médecins autorisés à s installer en secteur 2 ne se répartissent pas sur le territoire en fonction des besoins des patients ; ils s installent en fonction des revenus de la population environnante. Il est donc justifié de limiter la liberté d installation en secteur 2 [ ]. Cependant, cette mesure ne suffira pas. Il faudra demander à des médecins hospitaliers d assurer des «consultations avancées» un ou deux jours par semaine au sein des déserts médicaux, si besoin avec l aide d autres professionnels de santé. Pour améliorer à moyen terme la répartition régionale des médecins, il faudra aussi modifier l examen qui permet l admission à l internat de spécialité.[ ] A. Grimaldi, O. Lyon-Caen, J.-P. Vernant, (abonnés), 1/212 2

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Stage national SES 20 mars 2012. Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr

Stage national SES 20 mars 2012. Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr Stage national SES 20 mars 2012 Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr Le libellé fait immédiatement penser à la question de la comparaison entre la croissance économique et la croissance

Plus en détail

ECONOMIE APPROFONDIE

ECONOMIE APPROFONDIE ECONOMIE APPROFONDIE 1 Introduction Qu est-ce que l enseignement intitulé «économie approfondie»? Dans ce cours, nous allons approfondir nos connaissances en science économique, à travers quelques grands

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Demande d allocation de veuvage

Demande d allocation de veuvage Nous sommes là pour vous aider Demande d allocation de veuvage Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande et déclaration de ressources. Pour nous contacter : Vous désirez des

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Je travaille en Belgique

Je travaille en Belgique FICHES INFOS DU FRONTALIER FRANCO-BELGE Je travaille en Belgique Ma pension 2 Je travaille en Belgique Vous travaillez ou avez travaillé en Belgique, la fin de votre carrière professionnelle approche Quels

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg Un cycle de conférences Le «mur» des pensions La réforme fiscale Une vue d ensemble

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 212 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Juillet 2013 N 047 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques La durée du travail des salariés à temps complet En 2011, en France métropolitaine,

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Couverture maladie universelle complémentaire

Couverture maladie universelle complémentaire Couverture maladie universelle complémentaire Aide pour une Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir : - la CMU complémentaire, ou - l Aide pour une, une présentation des

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé

Aide pour une complémentaire santé Aide pour une complémentaire santé Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir l Aide pour une complémentaire santé, une présentation du dispositif, une demande à compléter,

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Point d information 10 mars 2011 Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Depuis 2004, la progression des dépenses d assurance maladie et notamment des soins de ville s est

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2014

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2014 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 214 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques AFA et concernent les sociétés d assurances relevant du

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi?

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? 1. La France présente un niveau de dépenses et un mode de financement de la protection sociale spécifiques, ainsi que des résultats décevants en matière

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Demande de retraite progressive

Demande de retraite progressive Demande de retraite progressive Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande. Vous désirez des informations complémentaires, Vous souhaitez nous rencontrer, Consultez le site www.msa.fr

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010 TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI Décembre 2010 SOMMAIRE Tableau de synthèse PAGE 3 1. PARTIE CONJONCTURELLE PAGE 5 ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES TAUX D EMPLOI DES 55-64

Plus en détail

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne Professions indépendantes Votre carte Vitale et votre carte Européenne Edition 2014 AIDE VOTRE POUR CARTE VITALE UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL La carte Vitale est une carte à puce dont

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement dgdfjj h 1 Certains justificatifs sont à fournir uniquement pour la première demande d aide sociale, et ne sont

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

L'OCDE en graphiques

L'OCDE en graphiques Extrait de : L'OCDE en chiffres 2007 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/oif-2007-fr L'OCDE en graphiques Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2008), «L'OCDE en graphiques»,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément des Côtes d Armor AEEH Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément 1 Pièces à joindre Pour permettre le traitement de votre demande, pensez à joindre à ce formulaire, daté

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement FICHE THÉMATIQUE : VUE D ENSEMBLE ASSURANCES SOCIALES assurances sociales : éviter la spirale de l endettement 23 OCTOBRE 2011 La Suisse dispose d un excellent système d assurances sociales en comparaison

Plus en détail

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Colloque Protection sociale d entreprise IRES, CNAM, IRDES Paris, 25-26 mars 2010 Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Florence Lefresne (IRES) et Catherine Mathieu

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir -

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous allez être hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous êtes hospitalisé(e) suite à un accident ou une maladie? > Voici le récapitulatif de la marche à suivre, des frais et remboursements possibles

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

Population et ménages

Population et ménages PRÉFÈTE DU CHER Direction départementale des Territoires Population et ménages 1/19 Une population vieillissante qui diminue depuis 1990 Repères (données INSEE-RP 2007 et 2012) Cher Centre -Val de Loire

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail