LE SONGE D UNE NUIT D ÉTÉ (A Midsummer Night s Dream) William Shakespeare

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SONGE D UNE NUIT D ÉTÉ (A Midsummer Night s Dream) William Shakespeare"

Transcription

1 DOSSIER PEDAGOGIQUE pour explorer le spectacle LE SONGE D UNE NUIT D ÉTÉ (A Midsummer Night s Dream) William Shakespeare (Texte français : Stuart Seide) Mise en scène : Isabelle Pousseur Avec : Aminata Abdoulaye, Vincent Bazie, Edoxi Gnoula, Serge Henri, Safourata Kabore, Hyacinthe Kabre, Hypolitte Kanga, Anatole Koama, Mahamadi Nana, Gérard Ouedraogo, Justin Ouindiga, Charles Wattara, Sidiki Yougbare Salimata Diabate, la musicienne. Scénographie et costumes : Zouzou Leyens Assistante à la mise en scène : Julie Kazuko Rahir Régie Générale à Ouagadougou : Isouf Yaguibou Assist. à la scénographie : Toudeba Bobelle Chorégraphie : Irène Tassembedo Eclairages : Benoît Gillet Une production du Théâtre National de la Communauté Française. Dossier pédagogique réalisé en décembre 2011 par Cécile Michaux, animatrice, pour le Service éducatif du Théâtre National. Ce dossier, s appuyant notamment sur des notes de travail d Isabelle Pousseur est réservé à une diffusion restreinte auprès des enseignants qui verront le spectacle et leurs étudiants. Une version PDF est disponible sur notre site (rubrique «service éducatif»). Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 1 sur 23

2 Isabelle Pousseur n aurait jamais, dit elle, monté ce Songe d une nuit d été, pièce exubérante et abyssale de Shakespeare, ici en Belgique. C est à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, que le désir lui en est venu. Elle s est mise au travail portée par le bonheur de ses premières impressions d Afrique, émue de l évidence et de la liberté avec laquelle les acteurs qu elle rencontre là bas s emparent des mots, saisissent l énergie qui court dans cette histoire «à dormir debout», toute enchevêtrée de vie, de désir et d amour, follement lucide, férocement tendre. Elle matérialise véritablement dans cette création répétée beaucoup là bas, un peu ici son respect pour «ces hommes et ces femmes, leur vécu, leurs rêves, leur mémoire et la poésie de leur réalité». Rien qui prétende raconter l Afrique. Mais tout pour faire aimer ces acteurs, leur façon de marcher, danser, dire, rire, le talent et la spontanéité avec lesquels ils investissent ces mondes emboîtés, fantasmagories mêlant réel et invention, hommes et animaux, puissances tutélaires et corps désirants, imagination et bon sens, prosaïque et sacré. Si Le Songe parle, entre autres choses et par dessus tout, du théâtre, de l amour du théâtre, du théâtre fait avec amour, voici un hommage à son essence même : quelques hommes et quelques femmes, n ayant perdu ni l enfance ni la modestie ni la folie, se réunissent pour nous divertir et nous donner à voir...qui sait quoi au juste... Nous même? La folie d un monde qui, tombé dans la discorde, marche sur sa tête? Toute existence et toute passion ramenée à sa juste mesure, un souffle, une seconde, une illusion, un songe...? NB : Isabelle Pousseur a fait le choix d une traduction, celle de Stuart Seide réalisée par un metteur en scène «guidé par ses instincts de jeu». Elle et les acteurs se sont donné la liberté de réduire et de s approprier le texte fait pour vivre donc pour se transformer consigné par le génial acteur Shakespeare. SOMMAIRE UNE COMEDIE WILLIAM SHAKESPEARE Page 3 LE THEATRE ELISABETHAIN Page 4 LE SONGE EN QUELQUES MOTS / LE TITRE Page 5 LES PERSONNAGES Page 7 LE SYNOPSIS Page 8 UN PROJET D UNE RENCONTRE A L AUTRE, L HISTOIRE DU PROJET Page 9 DES INTENTIONS ENTRETIEN AVEC ISABELLE POUSSEUR Page 11 DES THEMES LE MUR / LA FRONTIERE / LA SEPARATION / COMMUNAUTE Page 16 LE DESIR / L AMOUR VRAI / INITIATION Page 18 LE THEATRE / LA VIE / LE REVE Page 21 Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 2 sur 23

3 UNE COMEDIE WILLIAM SHAKESPEARE On sait peu de choses du comédien, né en 1564 à Stratford, actionnaire de troupe, père de famille, sujet d Elisabeth 1 ère puis de Jacques Ier. Qu importe la maigreur des indices biographiques! L œuvre, elle, se révèle inépuisable : n en sont venus à bout ni une activité critique confinant à l industrie (5000 articles, livres et thèses par an!), ni quatre siècles de profondes mutations de la société humaine et de la pratique théâtrale, ni les avatars cinématographiques, ni les traductions dans toutes les langues planétaires. Outre les Sonnets, trente cinq pièces probablement écrites sans brouillon, dans l énergie du jeu et dans l urgence quotidienne du travail d une troupe permanente, ont été publiées de façon posthume dans l in folio de Elles sont répertoriées en Comedies, Histories, et Tragedies. Ces histoires, découpées en séquences courtes, jonglent avec les ellipses temporelles, entraînent l imaginaire du spectateur d un lieu à l autre, de la chambre au palais, de la lande au cabaret, du monde de l action à celui des impressions intérieures, du réel au symbolique, de la plus subtile poésie aux délires prosaïques des fous et des ivrognes. Véritable génie dramatique, doté d une perception extraordinairement lucide quant aux forces qui régissent notre psychisme, d un don d observation et d une force de pensée hors du commun, il exprime ses visions avec humour et compassion. Ses personnages sont de tous les langages, âges et conditions, miroirs à facettes d un vertigineux kaléidoscope humain. Toute cette «comédie du monde» était jouée sans entracte sur le plateau quasi nu de l atypique scène élisabéthaine, galeries de bois circulaires et parterre debout, bondés d un public mélangé et parfois turbulent. Bien sûr, l écritoire shakespearienne qui fume comme un cratère (c est Hugo qui jubile) a suffoqué les classiques (Voltaire en tête), déconcertés par son exubérance, ses excès, ses contrastes baroques, ses variations de rythme, de langue et de ton. On a souvent crié au barbare, à l esprit grossier ou immoral... mais plus souvent encore au génie... Libre et vivante, l «expérience Shakespeare» se renouvelle sans cesse, rassembleuse d hommes et de femmes que passionnent l humble artisanat et la puissance du théâtre. Tout le monde fait l acteur. Traduction de l épigraphe latine Totus mundus agit histrionem inscrite à la porte du Théâtre du Globe. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 3 sur 23

4 LE THEATRE ELISABETHAIN Héritier des rituels médiévaux d abord chrétiens puis païens donnés en rue et sur les places publiques de toute l Europe, (mystères, moralités, interludes et comédies), le théâtre anglais contemporain d Elizabeth 1 ère, porte vers son accomplissement une pratique de scène tout à fait originale et singulière. Les représentations sont données à ciel ouvert, avant la tombée de la nuit, dans des théâtres en rond bâtis à partir de 1580 outre Tamise, à un jet de pierre du cœur de Londres. S y côtoient tous les publics, entre deux auberges et combats de coq. Un plateau vide adossé à un mur de fond (avec étage, fenêtre et balcon), quelques trappes, aucun décor, pas de rideau, un public très nombreux, debout et turbulent accoudé à la scène, habitué aux conventions qui sollicitent son imagination : cette simplicité est l écrin de costumes parfois somptueux, d objets à forte valeur de symboles, le tremplin d un jeu d acteurs physique, engagé, tonique, d une grande amplitude de tons et de registres. Si cette pratique, soutenue par la Reine, s est peu à peu professionnalisée, elle hérite sans doute sa liberté jubilatoire de la libre passion de ses premiers acteurs amateurs au sens plein du terme. Mais cette liberté critique, politique, formelle,... déplaît à l opposition puritaine qui accuse le théâtre de corrompre les bonnes mœurs et les lieux de représentation d accélérer la propagation de la peste. Sans doute ce théâtre là est il surtout un dangereux creuset de révolte, lui qui expose tout à la fois les lumières et les ombres de la nature humaine, mais aussi les noirs desseins qui agite le panier de crabes où convulsionnent ensemble politique, religion et morale, dans une époque bien troublée (exécutions, conjurations et conspirations). Les quelques six ou sept sociétés de théâtre animant les faubourgs de Londres, notamment «The Globe» dont Shakespeare est actionnaire, voient leurs activités interdites et leurs théâtres détruits en Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 4 sur 23

5 C est un exceptionnel patrimoine architectural et artistique, le flamboyant théâtre élizabéthain et son oscillation entre ces deux pôles que Peter Brook appelle «le Brut et le Sacré» qui risque alors de disparaître. On doit à quelques rares documents et surtout à une œuvre comme celle de Shakespeare, transcrite par ses compères de scène, que n aient pas été engloutis avec lui ses personnages surhumains, ou terriblement humains (corps et âme), versatiles, fascinants, ses fables discontinues et ses registres contrastés, ses folles actions et sa lucidité, ses poèmes sublimes et la saveur que lui confère le bon sens populaire. THESEE Je me demande si le lion va parler. DEMETRIUS Pourquoi pas, monseigneur. Un lion peut parler quand il y a tant d ânes qui le font. Le songe d une nuit d été, Acte V, scène 1 LE SONGE D UNE NUIT D ÉTÉ "Une pièce de théâtre doit être le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent. " Arthur ADAMOV, Ici et Maintenant, Gallimard, 1964 >>> En quelques mots : Deux jeunes filles, deux amoureux, tous quatre soumis aux jeux cruels de la rivalité et aux caprices du désir. Une potion aphrodisiaque qui complique tout. Le roi et la reine des fées qui se disputent un enfant. Une troupe d artisans, comédiens amateurs, qui préparent une pièce pour le mariage d'un Duc. Voilà les ingrédients réels ou rêvés? d un étrange chassé croisé dans une forêt propice aux métamorphoses, le programme d une nuit d été et d amour très agitée. >>> Le Titre : A Midsummer Night s Dream. Tel est le titre original de cette pièce hors norme, comédie écrite entre 1594 et Il signifie littéralement : Un songe d une nuit de la mi été. On ne sait s il est question des «Rites de mai» (qu évoque un des personnages et qui sont repérables dans de nombreuses traditions folkloriques, anglaises, celtiques...) ou s il s agit de la plus longue nuit de juin, celle du solstice d été que le calendrier catholique appelle «nuit de la St Jean». De toute façon, il s agit d un moment de fête, de célébration de l amour, de la folie, du retour de la belle saison, pleine de promesses de fertilité. Dans leur version païenne, de telles fêtes nocturnes s accompagnaient de rituels célébrant l éveil de la sexualité, auxquels se livraient jeunes filles et garçons le temps d une échappée «au fond des bois». Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 5 sur 23

6 Aux changements de saison, réveil de la terre après l hiver ou moment de la plus grande fertilité en été, correspond souvent dans les groupes humains le besoin de convoquer la nature ou de s unir avec elle et de vivre un temps de débordement et de désobéissance (le carnaval est un de ces moments, rituel d inversion des hiérarchies qui partage l essence transgressive et populaire du théâtre). Plus tard, le monde chrétien a «récupéré» ces fêtes, faisant de leurs débordements les préparatifs d un mariage imminent destiné à normaliser les pulsions, à assurer une procréation «cadrée» compatible avec un ordre social stable, à éviter la dispersion des patrimoines. La forêt du Songe d une nuit d été, telle que Shakespeare la peuple et la fait vivre, est le lieu où se rejoue cette bascule entre d une part un monde païen, archaïque, emprunt de folie et d animalité et par ailleurs les festivités d un mariage qui annonce davantage d ordre même s il est encore entouré de superstitions et continue de s inscrire dans le cycle des forces naturelles (la Nouvelle lune est garante de la fertilité d une union). Du profane au religieux, s il y a bien bascule, il n y a pas rupture complète : dans les rituels de l un et de l autre, un même fil rouge passe, celui du sacré. Mais le mot clé du titre, c est le SONGE. Un songe? Est ce à dire que tout ce qui semble se produire dès qu on entre dans la forêt n est que fantasmagorie, délire imaginaire? Cet autre monde, passé la lisière, hors de contrôle, serait celui des forces inconscientes agissant dans le sommeil du rêveur? Et si TOUT ce qui est représenté n était qu un rêve? Et tout le théâtre un songe fait par les spectateurs (qui, après tout, participent, toute imagination dehors, à ce qui advient)? Le théâtre et les songes seraient ils de la même étoffe? Et si le théâtre est un miroir du monde, le monde alors, tout ce que nous tenons pour la réalité, n est il pas un songe? Mais alors qui le rêve? Qui «nous» rêve? A moins que ce ne soit l amour et le désir qui soient ici questionnés quant à leur mélange de réalité, de fantasmes et de projections, d enjeux si souterrains qu ils échappent à toute conscience? Photo Claudine Doury Tout le génie de Shakespeare est dans ce vertige au centre du SONGE : Une question qui porte en même temps sur l essence du théâtre, sur la tension de la vie humaine entre élans du désir et aspirations au sacré, une réflexion philosophique sur la limite, la frontière parfois floue, poreuse ou mouvante entre réel et illusion, corps et esprit. Un objet disparate aussi, fait, comme tous les songes, de bribes cousues ensemble, art savant du mélange et éloge du métissage. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 6 sur 23

7 >>> Les Personnages THÉSEE, Duc D Athènes HIPPOLYTA, sa fiancée, Reine des Amazones. PHILOSTRATE, ordonnateur des fêtes de Thésée. ÉGÉE, père d'hermia. HERMIA, fille d'égée, amoureuse de Lysandre. LYSANDRE, et DEMETRIUS, tous deux amoureux d'hermia. HÉLÈNA, amoureuse de Démétrius. OBERON, roi des fées TITANIA, reine des fées PUCK, créature féérique au service d Obéron FLEUR DES POIS, TOILE D'ARAIGNÉE, PHALENE et GRAINE DE MOUTARDE, des fées Pierre QUINCE, charpentier. Nicholas BOTTOM, tisserand. Francis FLUTE, raccommodeur de soufflets. Thomas SNOUT, chaudronnier. Robin STARVELING, tailleur. SNUG, menuisier + Personnages du PROLOGUE que jouent les artisans ci dessus : PYRAME THISBE MUR LION LUNE LIEUX DE L ACTION : en ville (en principe Athènes, mais la proposition d Isabelle Pousseur efface cette référence) et dans la forêt proche. QUINCE Messieurs, voici vos rôles et je vous demande, je vous supplie, je vous recommande de les savoir par cœur pour demain soir. Je vous donne rendez vous au clair d lune dans le bois voisin du palais à une lieue de la ville. C est là que nous répèterons car si nous nous réunissions en ville, nous serions traqués par les curieux et toutes nos trouvailles seraient connues. En attendant je vais dresser la liste de tous les accessoires qu il nous faut. Je vous en prie, ne le faites pas faux bond. BOTTOM Nous y serons, et là, nous répéterons avec courage et obscénité. Appliquez vous. Soyez parfaits. Adieu. Le songe d une nuit d été, Acte I, scène 2 Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 7 sur 23

8 Le Synopsis >>> ACTE 1 Thésée prépare son mariage avec Hyppolyta lorsque survient Egée, troublé. Ce père de famille est en difficulté : sa fille Hermia refuse d épouser Demetrius selon le choix de son père. Elle préfère Lysandre, qui l aime aussi. Hermia et Lysandre projettent d ailleurs de s enfuir en forêt. Démétrius part à leur recherche. Sur ses talons, l amie d enfance d Hermia, Héléna qui s est éprise de lui et ne le lâche pas malgré ses menaces. Au même moment, des artisans se donnent rendez vous le lendemain soir en forêt pour les premières répétitions d une comédie tragique Pyrame et Thisbé qu ils veulent jouer au mariage de Thésée. ACTE 2 Dans la forêt, scène de ménage entre la reine et le roi des fées Titania et Obéron. L objet de leur convoitise et cause de leur rivalité est un enfant qu ils voudraient l un et l autre adjoindre à leur suite. La dispute dérive vers des reproches mutuels d infidélité. Pour se venger de Titania, Obéron envoie Puck, créature surnaturelle, chercher le suc d une fleur magique : déposé sur les yeux il fait tomber amoureux de la chose aperçue au premier regard. Arrive Héléna. Et Démétrius furieux que celle ci le poursuive. Obéron enduit de suc les paupières de Titania endormie. Puck, chargé d en faire autant sur les paupières de Démétrius endormi, se trompe de jeune homme. C est Lysandre qui au réveil succombera aux charmes de la première personne qu il verra : Héléna. Hermia, à son réveil, réalise que Lysandre n est plus près d elle. Héléna pense que Lysandre se moque cruellement... ACTE 3 Répétition des artisans comédiens. Ils donneront un prologue pour rassurer les spectateurs sur l essence du théâtre : pas de vrai lion ici, Clair de lune est joué par un acteur avec une lanterne,... Puck qui les épie coiffe le tisserand Bottom d une tête d âne. Son apparence crée un moment de panique qui réveille Titania toujours endormie non loin d eux. Elle tombe immédiatement amoureuse de Bottom à tête d âne. ICI, ENTRACTE DANS LA CREATION D ISABELLE POUSSEUR Hermia croit que Démétrius a tué Lysandre. Entretemps Obéron et Puck entreprennent de rectifier leur méprise : les yeux de Démétrius sont enduits du suc magique. A son réveil il tombe amoureux d Héléna qui passe par là, toujours poursuivie par Lysandre. Les deux garçons amoureux d Héléna veulent se battre. Pour les en empêcher, Puck, contrefaisant leurs voix, provoque une poursuite dont ils sortent tous épuisés. Il frotte les paupières de Lysandre endormi d un antidote. Il retrouvera ses perceptions antérieures. Une scène de l adaptation cinématographique de Max Reinhardt en 1935 ACTE 4 Antidote et retour à la normale aussi chez Titania, étonnée d avoir pu aimer en songe un monstre à tête d âne. Obéron et elle, réconciliés, décident d aller aux noces de Thésée. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 8 sur 23

9 Celui ci, parti pour la chasse avec Hyppolita, découvre et réveille au son du cor le quatuor de jeunes amoureux. Ceux ci sont très troublés de cette nuit agitée. Thésée promet à Héléna et Démétrius désormais amoureux réciproques qu ils pourront se marier. Bottom resté seul s éveille à son tour et tente de raconter le rêve qu il vient de faire. Ayant retrouvé sa troupe, il les emmène vers la ville car leur pièce a été sélectionnée pour les réjouissances. ACTE 5 Thésée et Hyppolita doutent de la réalité de la folle nuit racontée par les amants. Thésée propose une théorie de l imagination poétique. Dans la bonne humeur générale commence la représentation du prologue élaboré pour la «pièce dans la pièce» (Pyrame et Thisbé). Contresens, erreurs de texte, malentendus font de ce spectacle un joyeux cafouillage dûment commenté par Thésée et sa cour. Les fées reprennent possession de la scène. Puck suggère que tout ceci n était qu un songe... XXX UN PROJET D UNE RENCONTRE A L AUTRE, L HISTOIRE DU PROJET En hiver 2002, le Théâtre Océan Nord que dirige Isabelle Pousseur à Bruxelles présente le spectacle Bintou. Etienne Minoungou, acteur et metteur en scène burkinabé, est de la distribution. Il propose à la metteuse en scène belge de venir donner une formation à Ouagadougou dans le cadre du Festival de théâtre qu il dirige et qui regroupe des compagnies de plusieurs pays africains francophones. En août 2003, dans le cadre de ces Récréâtrales, elle travaille les scènes des artisans du Songe d une nuit d été avec trente acteurs professionnels burkinabé, nigérians, maliens, togolais et ivoiriens. Ce premier séjour à Ouagadougou correspond pour l artiste à une rencontre forte et profondément bouleversante avec l Afrique et ces artistes qui, bien que connaissant Shakespeare, n ont pas accès aux livres et prennent en charge comme des objets précieux les trente copies du texte qu on leur confie. Elle est touchée par la ressemblance entre les conditions de création de Shakespeare (acteur qui écrivait pour sa troupe) et celles qui ont cours dans les troupes africaines qui ont chacune «leur auteur attitré». Elle sent combien, en dépit des difficultés du texte, leur énergie, leur rapport direct, sensuel, ludique à la langue va pouvoir revitaliser les séquences des artisans. Au passage, elle découvre combien un acteur africain comme Anatole Koama, peut témoigner d une compréhension immédiate et profonde de ce que doit être un clown shakespearien. Se disant qu il ferait un Puck formidable, Isabelle Pousseur se met à rêver d un Songe africain à Ouagadougou... Ce rêve est suspendu en Une troupe africaine monte le Songe. Pas de place pour deux Songe sur le territoire du théâtre francophone d Afrique. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 9 sur 23

10 C est en 2009 que le projet renaît. Isabelle Pousseur, artiste associée au Théâtre National évoque ce projet auprès de Jean Louis Colinet qui s enthousiasme. Le National s engage dans cette aventure qui commence par un stage/audition en décembre 2009 à Ouagadougou. Vingt acteurs burkinabé travaillent tous les rôles. Voici comment Isabelle Pousseur témoigne de ces jours de découvertes et de rencontres : Une fois de plus la surprise est au rendez vous. Bien sûr le travail sur les artisans m enchante : les acteurs rient avec la même joie contagieuse qu aux Récréâtrales de Ouagadougou, ils improvisent des scènes en moré avec une liberté totale et laissent place à une porosité constante entre le texte de Shakespeare et ce qu ils sont. (...) Toute appréhension est injustifiée : le manque d expérience des textes du répertoire, le manque d apprentissage strictement technique ne sont rien face à l intelligence, à la grâce et au désir de théâtre (si neuf, si intact!) que possèdent plusieurs de ces acteurs. L un, plutôt fluet, dégage une puissance et une étrangeté magnifiques. Cet autre m étonne : très jeune, un corps immense, très grand et très lourd avec un visage d enfant. (...) Se jetant sur le plateau comme s il jouait sa vie, il est l adolescent traversé par des forces, des pulsions plus fortes que lui et qu il comprend à peine. Je suis terriblement touchée. Sa distribution se précise. Puck, Obéron Thésée, Bottom, Quince et les artisans sont choisis. Elle pense à une comédienne d origine africaine résidant en Belgique pour jouer Hippolyta Titania. (...)Me manquent les deux jeunes filles, Hermia et Helena, et un homme (Lysandre ou un des artisans). Nous décidons de programmer un deuxième stage/auditions, à Bruxelles cette fois, avec des comédiens africains résidant en Belgique ou en France. Je me sens comme «réveillée», il me semble que cette distribution est exceptionnelle, personne ne pourra dire «pour des Africains ils sont formidables!», ils seront formidables, tout simplement. THESEE Je veux entendre cette pièce ; Car rien ne peut être mal fait quand la simplicité et la loyauté nous l offrent. Allez, faites les entrer. Prenez vos places, mesdames. Le songe d une nuit d été (photo de répétition J.Rahir) Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 10 sur 23

11 DES INTENTIONS... ENTRETIEN AVEC ISABELLE POUSSEUR (*) Théâtre National : Qu est ce qui t a le plus impressionnée lors de ton premier voyage au Burkina en 2003? Isabelle Pousseur : Malgré la pauvreté omniprésente c est la vie qui m a d abord frappée! Il y a un puissant sentiment de vie là bas, qui transporte, qui euphorise. J ai été étonnée de me sentir si heureuse, stimulée, malgré le travail, la fatigue, les petits problèmes de santé, la perte des repères. Et voilà la seule explication qui me soit venue, un soir, après une intense journée de travail : c est le rire! La présence du rire, tous ces rires au coin d une rue, d un chemin, à la petite terrasse d un maquis, derrière une échoppe.., Il y a des milliers d échoppes à Ouagadougou. Le rire d un marchand de bananes ou de briquets, d un marchand de chaussures. Et ensuite bien sûr, le rire de Flûte, le rire de Snout, de Starveling, les artisans du Songe d une nuit d été...il y a aussi tous ces affects, tellement visibles! Et puis, au Burkina, on vit tout le temps dehors. De retour à Bruxelles j étais comme hantée, nostalgique chaque fois que je croisais un Africain dans ma rue ou dans le métro. Je travaillais à ce moment là sur Koltès avec des étudiants de l Insas. Et je me suis souvenue avoir monté Quai Ouest plusieurs années auparavant et avoir cherché à comprendre le rapport de Koltès à l Afrique sans la connaître moi même, sa fascination pour les noirs. Et là, de retour du Burkina, je le comprenais en quelque sorte de l intérieur. J ai relu le monologue de Leone à Alboury dans Combat de nègre et de chiens... (*) Isabelle Pousseur : Elève puis Professeur à l Insas depuis 1981, Isabelle Pousseur a toujours déployé une intense activité dans les domaines de la transmission et de la pédagogie. L histoire du Théâtre Océan Nord qu elle dirige depuis sa fondation commence en 1982 à Liège. Toute jeune chargée de cours au Conservatoire elle y crée un remarquable Baal, de Bertold Brecht. Dans la foulée naît l'association du Ciel Noir, refondue un peu plus tard sous le nom de Théâtre Océan Nord, promis à un rayonnement international et installé dès 1996 dans un quartier populaire de Schaerbeek. S y côtoient des ateliers pour amateurs et professionnels, des espaces de recherche dévolus à la jeune création et ses propres mises en scène (Shakespeare, Marivaux, Büchner, Sophocle, Tchekhov, des créations autour d'œuvres d'adamov, de Kafka, de Heiner Müller, Koltès, et des travaux issus de démarches collectives). En France, elle devient Chevalier des Arts et des Lettres en 2001, elle devient artiste associée au Théâtre National en Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 11 sur 23

12 LEONE (...) (Elle regarde autour d elle.) C est quand j ai vu les fleurs que j'ai tout reconnu ; j ai reconnu ces fleurs dont je ne sais pas le nom ; mais elles pendaient comme cela aux branches dans ma tête, et toutes les couleurs, je les avais déjà dans ma tête. Vous croyez aux vies antérieures, vous? (Elle le regarde.) (...) J y crois moi, j y crois. Des moments si heureux, très heureux, qui me reviennent de si loin ; très doux. Tout cela doit être très vieux. Moi, j y crois. Je connais un lac au bord duquel j ai passé une vie, déjà, et cela me revient souvent, dans la tête. (Lui montrant une fleur de bougainvillée :) Cela, on ne le trouve pas ailleurs que dans les pays chauds, n est ce pas? Or je les ai reconnues, venant de très loin, et je cherche le reste, l eau tiède du lac, les moments heureux. Bernard Marie Koltès, extrait de Combat de nègre et de chiens, scène 6, p.42 43, Editions de Minuit, xxx OBERON (...) Je connais une rive où fleurit le thym sauvage, où poussent les primevères et les violettes pensives, recouverte d un baldaquin de chèvrefeuille luxuriant, de douces roses musquées et de joyeuse églantine. C est là que parfois Titania dort la nuit, bercée dans ces fleurs par les danses et les délices. C est là que la couleuvre abandonne sa peau émaillée, robe assez large pour envelopper une fée. Le songe d une nuit d été, Acte II, scène 2 T.N. : Ce passage d un univers à l autre, à la manière de ton expérience si troublante, c est pour toi une notion centrale dans Le Songe? Isabelle Pousseur : Dans la pièce il est souvent question de différence, de déplacement d un monde à l autre. J aimerais que la mise en scène soit imprégnée de ce sentiment de passage, nourrie de mon expérience, non pas de l Afrique puisqu en réalité je n en ai aucune, mais d une sorte d exaltation incompréhensible, un sentiment qui ME déplace, ME transforme. Shakespeare a un mot pour dire cette métamorphose, cette transfiguration : il dit que Bottom est «translated». Moi aussi, je suis «translated» et j aimerais que les spectateurs aient un peu le même sentiment : quelque chose d anormal se passe et pourtant il y a du familier, un je ne sais quoi de reconnaissable. J aimerais, à travers ces acteurs, grâce à eux, rendre à ce texte de Shakespeare ce mélange d étrangeté et de «pas inconnu». Comme dans les rêves. Ils nous font entrevoir qu une autre réalité existe, fuyante, mystérieuse et pourtant bien présente en nous. Comme si l on sentait confusément la présence en nous, je le dis malgré le cliché, de l Afrique, qui est le berceau du monde, notre origine à tous, très très ancienne et qui aurait laissé des sédiments... Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 12 sur 23

13 T.N. : Tu parles aussi, au delà des différences, de ce qui rapproche et met en connexion cette comédie anglaise du 16 ème siècle avec ton équipe d acteurs africains? I. P. : Il y a une véritable porosité entre leur vie, leur culture et la pièce. C est cela qui guide la mise en scène : une porosité, des connexions réelles et riches qui, tout en étant mystérieuses, reposent sur des éléments concrets. On peut repérer : l expression de la joie si supérieure à la nôtre, le vécu du théâtre comme espace de survie, comme espace de libération, la proximité (en même temps qu une certaine capacité à les mettre en dérision) du sacré et de la magie, et par dessus tout peut être une capacité à faire du neuf avec de l ancien. Pas de façon démonstrative pour affirmer une capacité, par exemple «de relecture» c est ce que nous ne pouvons nous empêcher de faire depuis des décennies! Non, il s agit de faire du neuf «mine de rien», sans y penser, tout simplement parce qu on ne peut pas faire autrement. Tout comme on recycle les objets, les vélos, les voitures, les tables vieillies de la terrasse de l hôtel, tout cela qui parait si vivant à côté des objets de notre monde de riches! Les objets là bas sont vivants (on pourrait presque dire animés ou animistes) parce que nécessaires. Cette expérience de travail coïncide avec un désir et une nécessité importante pour moi aujourd hui : mettre de la vie à la place du savoir faire. Ou peut être : mettre de la vie par dessus un savoir faire. Celui ci ne disparaîtrait donc pas complètement mais serait rendu INVISIBLE. (photo de répétition J.Rahir) T.N. : Tu n es qu à mi chemin du travail de répétition. Comment cela se passe t il? I.P. : Au début des répétitions, je ne voulais pas trop construire la mise en scène. Je voulais garder la possibilité, la chance de redécouvrir Le Songe autrement, avec ces acteurs, par eux, grâce à eux. Il était important de me laisser faire, me laisser basculer, d écouter, modestement mais avec concentration, ces hommes et ces femmes, avec leur vécu, leurs rêves, leur mémoire et la poésie de leur réalité. J ai par exemple découvert combien l espace «à part» de la forêt signifiait pour eux de façon concrète un lieu magique, un lieu de transformation, de dérèglement ou de régénération. Là bas, ils savent qu en entrant Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 13 sur 23

14 dans ce qu ils appellent la «petite forêt», celle qui jouxte les zones habitées mais s en distingue, il faut se soumettre à des règles spécifiques. On entre dans un autre monde qui a ses propres lois. A plus forte raison la nuit qui est, en Afrique, autrement plus noire et «troublante» que chez nous où la pollution lumineuse nous prive de la vraie et profonde obscurité. Pour revenir aux répétitions, maintenant que nous sommes au cœur d un travail beaucoup plus construit, persiste tout ce qui singularise leur manière de jouer : un rapport ludique à l oralité, une inventivité très libre, spontanée, libérée de toutes les références dont nous sommes «alourdis» dès qu on parle de Shakespeare, de cette pièce vue, jouée, lue, commentée tant de fois. Outre le rapport raffiné à la langue, pour eux les mots sont une matière pour s amuser, comme dans les joutes oratoires chères aux élisabéthains il y a aussi un rapport au corps qui est naturel, évident, jubilatoire. T.N. : Quelle part d Afrique amènes tu sur le plateau? I.P. : Je ne prétends rien raconter de l Afrique, dont je n ai une expérience que de quelques semaines. Il y a dans l espace et les costumes de Zouzou Leyens, dans la façon de travailler la lumière sur le plateau, un je ne sais quoi d Afrique, c est certain, mais je souhaite travailler par petites touches, rebondir d une chose à l autre, procéder par collage, rapprocher des fragments comme par exemple la musique d Arvö Part (ce morceau «Fratres» évocateur pour moi des forces de la nature, renouvelées) avec les danses africaines. Nous proposons en quelque sorte, dans le concret de la représentation, un métissage onirique qui fait écho au sujet même du Songe, à sa forme, un patchwork fait de bribes, comme nos rêves. On mélange, on juxtapose, on provoque des collisions, Shakespeare montre cette voie là lui qui mélange fées, personnages mythologiques, artisans, amoureux...! Pas question donc de références strictes! Il n est pas question, par exemple, d importer tels quels sur scène des signes de la pratique magique des africains. Il y a d ailleurs bien des questions universelles dans le Songe, auxquelles nous voulons faire écho. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 14 sur 23

15 T.N. : L amour, le désir... I.P. : Notamment, et il est remarquable que ces sujets sont abordés par Shakespeare avec une lucidité et une verdeur sans concession! Du coup, comment ne pas reconnaître dans les tribulations nocturnes des jeunes amoureux la cruauté, la violence qui règnent parfois aujourd hui dans les vies amoureuses et sexuelles débutantes des adolescents..., l extrême tension qui sous tend les amitiés? On se jauge, s éprouve, se mesure, se désire et se déchire. Pas de cadeaux, tout est à faire, à découvrir, à prouver et l énergie juvénile est là, pleine et entière... C est si «vrai», actuel que les jeunes acteurs peuvent être très «eux mêmes» pour jouer cela. Sont présents aussi dans la trame shakespearienne, les enjeux, profonds, dont il n est pas évident d avoir conscience, comme cette façon dont le désir naît, s oriente et se renforce, par mimétisme. René Girard propose une analyse très intéressante du Songe à partir de cette notion de désir mimétique. (n.d.l.r. voir partie thématique de ce dossier). T.N. : Et le théâtre. I.P. : C est le cœur même du Songe. Shakespeare y donne à voir tout son amour pour le théâtre, cette façon de créer et d emboîter des mondes, tous faits de mots, purement illusoires. Car si tout n est qu un songe, il reste quand même une réalité consistante sous nos yeux, celle de la représentation. Et Shakespeare rend hommage à tous les artisanats qui contribuent à faire advenir chaque représentation. Ceux qui sont les plus à même de mettre à nu toute la petite fabrique de l illusion ce sont d ailleurs les artisans, avec leur immense désir de jouer, leur mélange de fierté et d humilité, leur naïveté qui est très créatrice. La soif de théâtre, cette façon de l aimer, en «amateurs» au sens plein et noble du terme, constitue depuis le premier jour le moteur de tous les acteurs qu on verra sur le plateau, tout professionnels qu ils soient, ce désir est la clé de notre travail. (Propos recueillis en octobre 2011) Quelques croquis pour les costumes ( Zouzou Leyens) Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 15 sur 23

16 DES THEMES La lecture qu Isabelle Pousseur fait du Songe et la spécificité de cette création avec les acteurs burkinabé mettent en évidence une série (non exhaustive) de thématiques. Nous les évoquons ici, citations du texte à l appui, par petites touches. Toutes sont susceptibles de provoquer questions et débats que nous vous suggérons de mener, selon les envies et les occasions, avec les jeunes qui auront vu le spectacle. 1 LE MUR, LA FRONTIERE, LA SEPARATION / LA COMMUNAUTE Le projet même de ce «Songe africain» provoque le glissement d un monde à l autre, d ici à l Afrique. Voilà qui déploie encore davantage la thématique du passage d un monde à l autre, de Pyrame à Thisbé tragiquement séparés, du masculin au féminin, de la ville à la forêt, de la veille au rêve très présente dans le texte Shakespearien et que métaphorise (et même matérialise dans la représentation) une fente dans un mur. QUINCE (...) Mais il y a encore autre chose : il nous faut un mur dans la grande salle ; car Pyrame et Thisbé, selon l histoire, se parlaient à travers la fente d un mur. SNOUT On ne pourra jamais faire entrer un mur. Qu en dites vous Bottom? BOTTOM Il faut que l un ou l autre d entre nous représente le mur. Il faudra qu il ait sur lui du plâtre, ou de l argile, ou de la chaux pour signifier : Mur. Et puis qu il tienne ses doigts comme ça et Pyrame et Thisbé pourront chuchoter par ce trou. Il s agit donc à la fois de montrer ce qui sépare (le mur) et, en dépit de cette apparente division, ce qui permet le passage, ce qui fait la porosité (la fente, par laquelle communiquent deux mondes). «Etre séparé» ou «être réuni», c est aussi la question qui tracasse Obéron et Titania (paradoxalement, ils pourraient se retrouver autour de leur communauté de désir l enfant indien mais c est ce désir identique qui suscite la rivalité). Leur discorde est d ailleurs rien moins que l origine d un dérèglement qui se généralise à la nature entière, à l ordre des saisons, à l ordre des couples amoureux...c est l univers entier qui «va de travers». Shakespeare/Puck réconcilieront tout ce petit monde en fin de comédie. TITANIA (...) Le printemps, l été, l automne fécond, l hiver furieux, échangent leurs livrées coutumières ; et le monde stupéfait ne sait plus les distinguer l un de l autre. Et cette engeance de malheurs vient de notre querelle, de notre discorde. Nous en sommes les parents et les auteurs. Cette illusoire? séparation peut être entrevue comme un mur séparant deux mondes qui se jouxtent sur un même plan, mais aussi comme la séparation symbolique entre deux plans le haut / le bas, le corps / l esprit, l humain / le sacré. Or, peut être que l homme ainsi «coupé» du sacré, d une dimension sacrée inscrite dans la nature, manque de quelque chose...? Notons combien Shakespeare, tant sur le plan Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 16 sur 23

17 thématique que sur celui des registres de langue, œuvre constamment à rassembler, faire cohabiter ces plans (trivialité / poésie, corps / cosmos,...). Je suis séparé. Ce dont je suis séparé, je ne peux le nommer. Autrefois cela s appelait Dieu. Maintenant il n y a plus de nom. Je suis séparé... Arthur Adamov Façons d être et façons de vivre européennes et africaines si différentes semble t il ont pourtant des racines communes, des besoins identiques (vivre, aimer), des aspirations, une soif de transcendance partagées qui signent la communauté de destin, la «fraternité» de ces deux groupes humains. Le théâtre, rituel très ancien, pratique communautaire par excellence, de souche commune avec le religieux, permet de «relier» ceux qui le font, ceux qui y assistent. Sur le plateau de notre Songe se mélangent musique occidentale contemporaine («Fratres» d Arvö Part) et danses jamais loin du sacré africaines. Isabelle Pousseur parle de «métissage onirique».????? Murs concrets, murs symboliques, murs mentaux ou «moraux», murs idéologiques... Pouvez vous faire l inventaire de ce qui sépare et divise aujourd hui? A quoi servent les frontières? Qu est ce qui te sépare de ton voisin? Qu as tu de commun avec lui? Par quelle «fente du mur» peuxtu communiquer avec lui? A quoi nous est utile le fait de pointer des différences? De les exacerber et d en faire le fondement d une discrimination, comme dans le racisme par exemple? De quoi est porteur cet «autre» pour que nous le rejetions? Les hommes ont une propension à élever des murs. Les reconnais tu? Jérusalem, Favellas de Rio de Janeiro, Berlin, Banlieue de Paris, Ouagadougou? Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 17 sur 23

18 2 DESIR / AMOUR VRAI / INITIATION Comment fonctionne le désir? Le désir amoureux semble parfois capricieux, fragile, au delà de toute raison. Il est avivé par le refus et les obstacles ou au contraire éteint par trop de facilité ou d empressement, ce qu observent fort bien Hermia et Héléna... HERMIA Plus je le hais, plus il me poursuit HELENA Plus je l aime, plus il me hait (acte I, scène 1) C est que les choses sont moins simples qu il n y paraît. Il ne suffit pas seulement d un sujet désirant et d un objet d amour... Imitation et rivalité sont deux forces sous jacentes qui organisent nos désirs. René Girard, philosophe et anthropologue, a proposé une analyse des apparents embrouillaminis, des changements de partenaires du Songe. Il fait intervenir la notion de désir mimétique. Voici une tentative de synthèse (un peu simplifiée) de cette théorie. Je désire cet homme, cette nouvelle voiture... : nous pensons faire l expérience au quotidien de désirs libres, orientés vers des objets qui possèdent en eux mêmes la valeur qui justifie ces désirs. Mais cette vision simple du désir ne permet pas de rendre compte de phénomènes comme l'envie ou la jalousie (par exemple, des enfants se disputent pour le même jouet alors que la pièce est remplie de jouets en suffisance...) René Girard suggère que le désir humain serait bien plus complexe. Selon lui, ce que nous envions c est l'être qui possède tel objet (les qualités de ce dernier ayant dans le fond peu d importance et n'étant listées que pour se rassurer sur le fait qu il est bel et bien désirable). Ainsi, par exemple, la publicité nous donne à désirer, non pas tant un produit dans ce qu'il a d'objectif, mais des gens qui semblent comblés par sa possession. Le schéma du désir devient alors triangulaire. Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 18 sur 23

19 Cette hypothèse repose donc sur l'existence d'un troisième élément, médiateur du désir, qui est l'autre. C'est parce que l'être que j'ai pris comme modèle désire ou possède un objet (au sens le plus large de tout ce qui peut être désiré : job, voiture, partenaire amoureux, lieu de vacances,...) que je me mets à désirer celui ci. Ce qui fait la valeur de l objet c est justement qu il est désiré par un autre. Ainsi s expliqueraient, dans le Songe, ces polarisations successives sur une jeune fille (tout le monde aime Hermia) puis sur l autre (tout le monde aime Héléna). Récapitulons : Le sujet humanisé a quitté le champ de la nature et des seuls besoins...et voilà qu il désire, mais il ne sait pas très bien quoi. Il croise un être pourvu de quelque chose qui lui fait défaut et qui semble donner à celui ci une plénitude que lui ne possède pas et qui va le fasciner et l engager à imiter. Il fixe alors son attention admirative sur ce modèle auquel il reconnaît inconsciemment un prestige dont il est privé. Dans le Songe, cette fixation admirative pour le modèle est naïvement et explicitement dévoilée par Héléna quand elle dit à Hermia combien elle aimerait avoir ses qualités, en d autres mots, ETRE un peu ce qu elle est. Ce qui est en jeu ce n est pas simplement avoir ce que l autre a, c est DEVENIR ce que l autre EST, une façon comme une autre d échapper au vide, à l insuffisance, au manque, à l insatisfaction qui sont la marque de l humaine condition. Mais il est difficile d accepter cela, d admettre le rôle essentiel de ce modèle envié car il rappelle douloureusement au sujet sa propre insuffisance d'être. Voilà pourquoi la fixation semble toujours rester concentrée sur l objet. Ce qui pose problème quand, par le jeu des imitations et des rivalités, le désir change d objet : il semble alors purement capricieux et incompréhensible. De son côté, le modèle (l Autre envié) se réjouit de sentir d autres désirs s aligner sur le sien. Son objet d amour est valorisé par les rivalités qui naissent. Mais à la longue, c est le pire qui arriverait : le sujet aurait si bien imité le modèle que ce qui le sépare de lui deviendrait imperceptible, les différences étant proprement absorbées à force d imitation. Les différences modèle/sujet abolies, seule subsisterait, à la place du jeu des désirs qui tournent en rond, la rivalité à nu du modèle et du sujet. Cette indifférenciation étant le pire des dangers (Si rien de ce qui me distinguait de mon voisin n'existe plus, qui suis je en réalité?), tous les aspects des cultures humaines sont fondés sur la création permanente de différences qui permettent de se situer, de distinguer, de séparer. Pour maintenir la distance nécessaire avec le sujet, le modèle doit donc lui envoyer deux messages contradictoires : fais comme moi ET ne fais pas comme moi. Il est à la fois celui qui est adoré (puisqu'il montre au sujet ce qui est désirable) et celui qui est haï (puisque, rival, il lui en interdit la possession). Et voilà comment se touchent ces deux bouts de la même boucle : désir et haine. Car comme le dit René Girard : Le sujet éprouve donc pour son modèle un sentiment déchirant formé par l'union de deux contraires qui sont la vénération la plus soumise et la rancune la plus intense. C'est là le sentiment que nous appelons haine. (A propos du décryptage du désir mimétique dans le Songe d une nuit d été, voir : René Girard, Shakespeare, les feux de l envie, Ed. Grasset, 1990) Si l on admet cette organisation du désir notamment amoureux, on comprend mieux les tensions complexes qui règnent dans la vie affective des adolescents, traversés par toutes ces forces en éveil, «compliqués» jusque dans le champ de leurs relations amicales. Hermia et Héléna incarnent très bien l amour/haine qui peut lier, parfois depuis l enfance, des «meilleures amies» (qui s aiment tant, se Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 19 sur 23

20 construisent ensemble, sont des miroirs l une pour l autre, et dont les désirs convergent parfois vers les mêmes amoureux)... HERMIA Hélas! O jongleuse! Chancre de fleurs! Voleuse d amour! Tu es donc venue cette nuit et tu as dérobé le cœur de mon bien aimé. HELENA Vraiment, c est admirable. N avez vous aucune modestie, aucune pudeur, aucun sens de la honte? Ah, quelle hypocrite! Quelle marionnette! Mais nous parlons de désir... N est il pas plutôt question ici d amour? Quels liens, quelles différences y at il entre amour et désir? Et voici une autre question en filigrane du Songe : qu est ce que l amour vrai? A quoi le reconnaît on? >>> A la fidélité, la constance (rarissimes, prévient Puck/Shakespeare)? OBERON Qu as tu fait? Tu t es complètement trompé. Tu as mis le jus d amour sur les yeux d un amant fidèle. Ton erreur, c est sûr, détourne un amour vrai et non un faux en vrai. PUCK Ainsi le veut le destin : pour un homme qui garde sa foi, un million y manque, brisant serment après serment. >>>Au respect des codes et des distances? Ainsi Lysandre qui s est couché à quelques mètres d Hermia pour préserver l amour en tenant le désir en respect? >>>>A la force du désir? A l irrépressible envie d être ensemble? Ainsi Puck voyant l amoureux d Hermia endormi à plusieurs mètres d elle interprète cette distance comme un affront, une marque de dédain à l égard de la jeune fille que certainement il ne désire pas assez. Il s agit ici de définir l amour en intégrant sa dimension charnelle et désirante, sans dissociation du corps (trivial) et de l âme (aimante)... D où qu il vienne, de quelque nature qu il soit, l amour peut se révéler une terrible puissance d aliénation (Voir ce que «l amour fou» fait dire à Héléna) HELENA (...) Je suis ton épagneul Démétrius ; Plus tu me bats, plus je rampe à tes pieds. Traite moi comme ton épagneul : repousse moi, frappe moi, néglige moi, égare moi ; mais du moins permets moi de te suivre. Puis je mendier une place plus humble dans ton amour, que d être traitée comme ton chien? Dossier pédagogique LE SONGE D UNE NUIT D ETE Page 20 sur 23

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Sommaire DITES-MOI UN PEU

Sommaire DITES-MOI UN PEU 168 Sommaire L amour....................................page 5 Les superstitions...............................page 13 La gastronomie...............................page 23 L argent....................................page

Plus en détail

CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com

CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com présente CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com Le spectacle CorVest est un personnage nature. Plein de bonne volonté, il doit tout gérer, seul, et tente de s en accommoder.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Le cabaret mobile eauzone

Le cabaret mobile eauzone le théâtre cabines présente Le cabaret mobile eauzone Fable théâtrale tout public A partir de 8 ans SYNOPSIS Le cabaret mobile eauzone est une fable onirique et sensible qui nous entraîne dans un univers

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Les contes du mercredi Pour cette nouvelle saison le Centre Animation Soupetard propose GRATUITEMENT pour les tout- petits

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

La Princesse et le Plombier

La Princesse et le Plombier La Compagnie Antre-Nous présente La Princesse et le Plombier (un spectacle pour enfants à partir de 3 ans) Une comédie sur la tolérance, l amour et les contes de fée... Dans un pays de la taille d un petit

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy XTRA LARGE Junior! COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 27 ancienne Route de Malmedy - 4700

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

HOMMES EN STOCK. De Hanicka ANDRES. Présente une exposition photographique/performance. LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes

HOMMES EN STOCK. De Hanicka ANDRES. Présente une exposition photographique/performance. LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes Présente une exposition photographique/performance HOMMES EN STOCK De En partenariat avec le C2 à Torcy (71) Théâtre avec Entractes est une compagnie créée, sous l impulsion

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

Appel à contributions Communications et ateliers

Appel à contributions Communications et ateliers DES CLOWNS ET DES SCIENCES 1ERE EDITION Un colloque pour penser en sciences inverses Du mercredi 20 au samedi 23 juin 2012 Appel à contributions Communications et ateliers La science fait peur tout en

Plus en détail

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher?

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher? Unité 3 LEÇON 1 A Répète puis écoute et montre la bonne image! 21-22 10 Envie de bronzer? Nous avons des plages! Envie d explorer? Nous avons des grottes! Envie de pêcher? Nous avons des rivières! Envie

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL AMÉLIE NOTHOMB Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL Éditions Albin Michel, 2011. ISBN : 978-2-253-17415-8 1 re publication LGF. «L obstination est contraire à la nature, contraire à la vie. Les seules personnes

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Le jogging d écriture

Le jogging d écriture Le jogging d écriture Ce projet, intitulé «jogging d écriture» d après une pratique québécoise s inscrit dans une pratique d ateliers d écriture. La pratique d ateliers d écriture doit se concevoir à partir

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart

LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart LE TRÉSOR OUBLIÉ DE L ARC-EN-CIEL Série de 8 livres illustrés : Auteure/illustratrice : Martine Dussart Tout public de 8 à 88 ans. Par le récit et l image, les livres permettent de : faire connaître aux

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 10 : «L histoire d Oluanda»

LEARNING BY EAR. «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 10 : «L histoire d Oluanda» AUTEUR : Chrispin Mwakideu LEARNING BY EAR «Les personnes handicapées en Afrique» EPISODE 10 : «L histoire d Oluanda» EDITEURS : Andrea Schmidt, Susanne Fuchs TRADUCTION : Aude Gensbittel Liste des personnages

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016 kilimax 8 un livre par mois d livres e novembre à juin 5 à 7 ans 2015-2016 l école des loisirs kilimax l école des loisirs présente huit livres en couleurs, réunis dans l abonnement kilimax pour les enfants

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Le Jeudi 20 mars 2008, La Joie par les livres recevait Hervé Tullet interviewé par Véronique Soulé. Votre premier livre «Comment Papa a rencontré Maman»,

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Cahier du participant. 3 e édition. Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion

Cahier du participant. 3 e édition. Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion Cahier du participant 3 e édition Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion 23 Juin 2013 RÉSUMÉ DU PROJET Le défilé c est.. Avant tout, une création collective des citoyens de Vaudreuil-Dorion en

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Indications pédagogiques C3-15

Indications pédagogiques C3-15 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques C3-15 C : comprendre un message Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 1 : Analyser un message Objectif opérationnel 5 : Reconnaître les

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Scènes du Répertoire

Scènes du Répertoire Ateliers artistiques de la Francophonie 2015 - Dinard du 24 au 29 août 2015 au Château Hébert Comédienne intervenante : Marie Frémont productions du dauphin Scènes du répertoire Ce stage sera l occasion

Plus en détail

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016 kilimax 8 un livre par mois d livres e novembre à juin 5 à 7 ans 2015-2016 l école des loisirs kilimax l école des loisirs présente huit livres en couleurs, réunis dans l abonnement kilimax pour les enfants

Plus en détail

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : Es-tu plutôt roman, BD, conte ou poésie? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE Voici

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 NOTATION SUR 40 Durée : 3 heures Epreuve : FRANÇAIS Code : CONSEILS AUX CANDIDATS L épreuve se déroule en deux parties séparées par une pause. Rappel : PREMIERE

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Sommaire. p 4-5 p 6-7 p 8-9 p 10-13 p 14-15 p 16. Cabaret Croisé La parade Le char Le spectacle Géométrie variable Contact.

Sommaire. p 4-5 p 6-7 p 8-9 p 10-13 p 14-15 p 16. Cabaret Croisé La parade Le char Le spectacle Géométrie variable Contact. Sommaire Cabaret Croisé La parade Le char Le spectacle Géométrie variable Contact p 4-5 p 6-7 p 8-9 p 10-13 p 14-15 p 16 Arthur Bramao Bienvenue au Cabaret Croisé Émotions à ciel ouvert Les artistes du

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre. - - Lycées et Collèges - -

Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre. - - Lycées et Collèges - - Faites du Théâtre! 8 ème édition Une journée de pratique du théâtre - - Lycées et Collèges - - Réunion d information pour les enseignants et les enseignantes Jeudi 18 juin 2015 à 18h Mardi 15 Septembre

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail