RAPPORTEURS. M. Domitille de Clavière, Mlle Anne Fremont, M. Emmanuel Greu «OUVERTURE EUROPEENNE 2012» ICES, LA ROCHE SUR YON ISBN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORTEURS. M. Domitille de Clavière, Mlle Anne Fremont, M. Emmanuel Greu «OUVERTURE EUROPEENNE 2012» ICES, LA ROCHE SUR YON ISBN 2 914710 45 3 1"

Transcription

1 CONFERENCE OUVERTURE EUROPEENNE,, LE 66 FEVRIER Monssi ieeurr Chrri isstti iaan GHYMERS -- Consseei illeerr aauprrèèss dee laa l Dirreecctti ion deess Affffaai irreess Ecconomi iqueess eett Finaancci ièèrreess dee laa l Commissssi ion eeurropééeennee -- COMMISSION EUROPEENNE -- ««Laa gouvveerrnaanccee éécconomi iquee dee laa l zzonee eeurropééeennee :: laa l ccrri issee dee laa l deettttee eett leess l eexxi igeencceess dee ccohéérreenccee deess politti iqueess éécconomi iqueess aavveecc laa l politti iquee monééttaai irree dee laa l baanquee cceenttrraal lee eeurropééeennee»» RAPPORTEURS M. Domitille de Clavière, Mlle Anne Fremont, M. Emmanuel Greu «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

2 Chapitre I - Présentation du Grand Témoin Monsieur Christian Ghymers travaille à la Commission Européenne au sein de la DG Economie et Finances, service en contact étroit avec le comité économique et monétaire, qui constitue le pilote effectif de l'union Européenne en matière économique. Il a toujours été intéressé par le souci de la recherche et de l'efficacité dans l'économie, motivation qui explique en grande partie sa carrière. Son attachement à l'europe peut s'expliquer par un événement familial. Son père avait vécu les deux guerres mondiales, et il a toujours habité Liège, ville fortement marqué par le contexte historique à la frontière des cultures latines et germaniques, et qui a beaucoup souffert de ces deux guerres. Il devient donc militant européen dès les années 1960, lors de ses études secondaires, époque où l'idéal européen mobilisait la jeunesse. L'Europe représente pour lui, au travers de l'intégration, le seul moyen efficace afin d'éviter les guerres fratricides et d'assurer la prospérité de l'europe. Il considère que la vraie division en Europe se situe plutôt entre la culture anglosaxonne et celle latine. L'expansionnisme jacobin et sa traduction dans les guerres napoléoniennes sont à l'origine de la réaction des nationalismes exacerbés qui ont déchirés l'europe. Ce jacobinisme constitue une déviance directement basée sur la philosophie de Jean Jacques Rousseau et s'oppose au courant utilitariste britannique impulsé par Jeremy Bentham et les économistes anglo-saxons. La fin du XIIIème siècle est marqué par ce qui peut être vu comme une rupture durable de la philosophie européenne en deux écoles de pensées radicalement opposées: d'un côté le jacobinisme, inspirateur de la "démocratie populaire" des assemblées, de laquelle découlent les abus de Robespierre et le "centralisme démocratique" du marxisme, de l'autre l'utilitarisme, inspirateur de la démocratie représentative et d'une gouvernance mixte, c'est-à-dire d'une démocratie limitée par des contrepouvoirs (checks & balances). L'Union Européenne permet, à son sens de réaliser la synthèse entre ces deux sens de l'intérêt individuel et de celui de la collectivité: les deux courants sont tronqués et mis ensemble des synergies positives peuvent en résulter. Il va consacrer une grande partie de sa carrière au développement de l Union européenne. Chapitre II - Un parcours atypique entre l Union Européenne et l international M. Ghymers a tout d'abord suivi une formation en économie à l'université de Liège puis de Louvain, fortement influencé par la doctrine de Léon Dupriez, théoricien de la conjoncture et des mouvements longs liés au phénomène du crédit. Avec la fin des années 60 et le développement de l'école monétariste de Chicago mené par Milton Friedman, l'université de Louvain se sépare en deux écoles avec un conflit sur l'approche monétaire et l'approche keynésienne. Il fait ensuite un doctorat sur les taux de change et sur leur influence sur la structure économique. Il part ensuite faire un séjour à l'étranger dans le cadre de son doctorat. Il devient professeur à l'université du Chili, à Santiago, et assiste à la dernière année du gouvernement de l'unité populaire, qui se termine tragiquement par le coup d'état de septembre Il assiste donc à la dernière année d'allende, et à l'arrivée au pouvoir du Général Pinochet. Cette année d'observation lui a beaucoup apporté en expériences personnelles et de politiques économiques, et marque le départ d'une carrière tournée vers l'importance de l'ouverture des marchés pour la croissance et le développement. En rentrant, il désire faire sa thèse sur cette expérience mais l'état d'esprit européen de l'époque et les controverses politiques ne permettent pas d'aborder sereinement la question de l'expérimentation chilienne entâchée par un coup d'état. Il traite «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

3 donc le sujet des problèmes de compétitivité et des disparités de pouvoir d achats dus aux taux de change des monnaies. Cependant, entré au département des études de la Banque centrale de Belgique en 1978, il est déontologiquement peu conseillé de publier sa thèse qui démontre visiblement la surévaluation du franc belge. Avant d'entrer à la Banque centrale, il a aussi la chance de travailler avec Robert Triffin, expert du système monétaire international, qui rentre d'une carrière aux Etats-Unis, et Alexandre Lamfalussy, Directeur à la Banque des Réglements Internationaux à Bâle, tous deux professeurs à Louvain. Depuis Louvain, ces deux économistes vont jouer un rôle important dans la création du Système Monétaire Européen (SME) à partir duquel s'engage le cheminement vers l'euro. La dévaluation du franc belge ayant cependant lieu en 1982, l'ambiance à la Banque centrale devient encore plus difficile, du fait des suspicions contre les tenants d'une dévaluation au sein d'un banque centrale très rigoriste de ce point de vue. Il a cependant la chance d'être envoyé à la Banque d'angleterre puis à la Federal Reserve de New-York comme visiting scholar, ce qui lui permet de parfaire sa formation de banquier central. En 1984, il passe les concours de la Commission européenne mais n'y entre pas tout de suite car il reste très motivé par la fonction de la Banque centrale et le rôle de la politique monétaire, et espère que la nomination d'un nouveau gouverneur permettrait de moderniser le département des études. Cependant, les changements attendus ne se produisant pas, il démissionne de la Banque, fait exceptionnel à cette époque. Il est le seul cas de démission dans l'histoire de la banque centrale. En 1984, il part comme observateur à la banque d'angleterre, puis la banque de New-York afin d'examiner le système fédéral. Cette période de formation lui sera très précieuse. En 1986, il rentre à la Commission Européenne comme administrateur généraliste. C'est l'époque de l'entrée dans l'europe de l'espagne et du Portugal, il est donc sollicité pour la mise en œuvre et l'implantation de l'acquis communautaire. Ces deux pays sont entrés très rapidement dans l'europe et les conventions d'applications à certains secteurs avaient été laissées pour après. Il vient donc en renfort dans l'équipe chargée de régler les problèmes liés aux aides CECA pour les subsides et emprunts de reconversion des bassins CECA. Il est chargé de rédiger les conventions, de les faire négocier et de les mettre en place. En 1987, il est transféré à la direction générale en charge des politiques monétaires et financières, où il s'occupe des dossiers internationaux, notamment du G-7, et de ses implications pour les parités de change à l'intérieur du mécanisme du SME et de l'ecu. Il analyse les négociations qui aboutissent aux accords du Louvre lors du G7 de février 1987, puis il est incorporé à l'équipe qui s'occupe de mettre en place une "surveillance" des politiques nationales des pays membres afin de renforcer la convergence et la coordination au sein des membres du SME.. Il se considère comme un des techniciens de l'union Européenne qui ont participé au long chemin vers l'union monétaire, notamment par le développement d'une collégialité entre techniciens (macro-économistes) des Etats membres au sein du Comité monétaire. Il travaille principalement sur la coordination des politiques nationales et le processus de convergence qui mène à l'union Economique et Monétaire et l'euro. Après la création de l'euro, il est détaché par la Commission auprès de l'onu pendant 3 ans où il est demandé pour son expérience en matière de coordination des politiques, afin de mettre au point un projet pour faciliter la convergence en Amérique latine. Il est rappelé en Europe lors de la crise du pacte de stabilité et de croissance. Avec la crise de 2008, il est demandé pour un autre détachement auprès du Fonds Monétaire International au sein du Joint Vienna Institute, qui s'attache à préparer les dirigeants macroéconomiques des pays en transition, à sortir des crises «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

4 Chapitre III L article 123 seule solution apparente à la crise de liquidité Les difficultés budgétaires et financières rencontrées par la Grèce et par plusieurs autres pays appellent une réaction européenne de dimension essentiellement politique. Mais elles soulèvent également de nombreuses interrogations juridiques. Ces derniers mois, la Grèce est au centre de la crise européenne. Cet Etat membre de la zone euro est au bord de la faillite. Il s agit d une première depuis la création en 1999 de l union économique et monétaire (UEM). Cette crise ne touche pas seulement la Grèce, mais produit de graves conséquences sur l ensemble de la zone euro (notamment dans le cas de l Espagne, du Portugal, de l Irlande et de l Italie). Il s agit d une crise monétaire, celle de l euro, qui est aujourd hui à 1,28 dollars alors qu il avait atteint antérieurement 1,60 dollars. Les raisons qui ont engendré une telle situation, sont en premier lieu, l'excès d'endettement et de déficit des gouvernenments grecs qui de plus furent occultés par des statistiques faussées.. Mais au-delà de la Grèce c est une crise systémique qui touche l ensemble de l UEM, car les pays n ont pas respecté les engagements, ils ont violé les traités et l'euro a permis des endettements trop faciles conduisant à des déséquilibres macroéconomiques insoutenables. Pour ce qui est de la Grèce, elle n a évidemment pas respecté les critères de convergences (ou critères de Maastricht) nécessaires à la réussite du Pacte de stabilité et de croissance de l UEM. Ces quatre critères, étant définis dans l article 121 du traité instituant la Communauté européenne, imposent la maîtrise de la dette publique, de l inflation, du déficit public, la stabilité du taux de change et la convergence des taux d intérêts. Cependant, un autre facteur contribuant à la mise en difficulté de la Grèce a été la crise financière et économique internationale de qui a stoppé les flux d'entrées de capitaux qui soutenaient artificiellement la constante croissance des dépenses et de son PNB. Aujourd hui, la dette de la Grèce est insoutenable et des réductions de dettes sont inévitables. Les taux d intérêts demandés par les marchés financiers pour accorder un nouveau prêt à la Grèce, qui doit rembourser ses emprunts antérieurs, étant de plus en plus élevés (près de 30%), celle-ci doit se tourner vers les autres Etats de la zone Euro pour pouvoir se refinancer. En effet la dégradation de la confiance des marchés pour les prêts à la Grèce et plus généralement aux pays en difficulté a entrainé l augmentation des taux (ce sont les "spreads"). La crise grecque pose de nombreux problèmes quant au fonctionnement de l UEM. En effet, les traités instituant l UEM n'ont volontairement pas prévu de mécanismes juridiques permettant le sauvetage d un Etat membre de la zone euro en difficulté financière, de manière à rendre plus responsable chaque Etat membre. Cette crise a révélé la fragilité et les limites de L UEM, ce qui pose aujourd hui la question de sa pérennité. C est pourquoi il faudrait que les autorités européennes ainsi que les Etats membres de la zone euro affirment de nouveaux principes de conditionnalité et de mécanismes de solidarité clairs pour pouvoir sauver de la faillite un Etat de la zone euro disposé à s'ajuster. Le cas de la Grèce permet d illustrer un problème important qui se pose depuis la crise. Quels sont les moyens juridiques permettant de renflouer un Etat de la zone euro en grave difficulté financière? Afin de lutter contre la crise financière, la disposition idoine semblerait être l article 143 TFUE. Cet article prévoit un concours mutuel qui consiste à octroyer des crédits limités de la part des autres Etats membres et pouvant être accordé à un pays «en cas de difficultés ou de menace grave de difficulté dans la balance de paiement» ce qui pourrait parfaitement illustrer le cas de la Grèce. Or ces aides ne sont accordés qu à des pays hors de la zone euro. Donc dans le cas de la Grèce, l article 143 n est pas applicable. La BCE pourrait renflouer un Etat membre de la zone euro mais l article du TFUE lui interdit de financer la dette d un Etat membre de la zone UE. En effet les autorités monétaires européennes sont indépendantes et la BCE doit être en mesure d exercer un contrôle efficace sur la masse monétaire, sont alors prohibés tous les accès privilégiés avec un Etat ou des banques centrales nationales ou européenne. Néanmoins, cet article n exclut «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

5 pas que la BCE pourrait acquérir des titres d Etat sur le marché secondaire, des titres auprès des banques ou agents financiers privés qui ne voudraient plus de ceux-ci en raison de leur risque inhérent. Cela permettrait ainsi de faire baisser les taux d intérêt beaucoup trop élevés que devrait payer la Grèce si elle empruntait directement sur les marchés financiers. Car la BCE en tant que banque centrale dispose de l'arme de la création de monnaie de base (qui ne coûte rien) et n'exige que le taux de base qui est très bas en période de crise, ce qui en fait le "prêteur en dernier ressort". Cependant, contrairement aux autres banques centrales du monde, la BCE n'est pas vraiment un prêteur en dernier ressort dans la mesure où elle ne peut acheter directement des titres de la dette publique des Etats membres et dans la mesure où ses achats sur le marché secondaire de ces titres est soumis à des contraintes doctrinales plus strictes. Une réforme des statuts de la BCE lui permettrait d acheter, dans certains cas exceptionnels, des titres de dette publique. Si les Etats pouvaient se financer auprès de la BCE, ils seraient dans l incapacité de faire faillite et pourraient à terme réduire leur dette publique. Cependant, une telle réforme est exclue en raison des risques pour la crébilité de la BCE et l'opposition d'une partie des Etats membres. Toutefois, le Traité existant ouvre une possibilité de solution: l'article qui spécifie que l'interdiction faite à la BCE de faire crédit aux Etats ou entreprises publiques ne s'applique pas aux banques publiques qui ont les mêmes droits d'accès au guichet de la BCE que n'importe quelle banque privée. Dès lors il suffirait de décider que le Fonds de Stabilité Financière (ou le Mécanisme) 1 créé pour venir en aide à la Grèce et aux autres pays en difficulté, se transforme en Banque publique des 27 Etats membres de l'ue, pour que le fonds puisse se refinancer de manière illimitée auprès de la BCE. Avec ces liquidités, le Fonds pourrait acheter des titres publics des Etats membres qui acceptent de mettre en œuvre effectivement les plans d'ajustement budgétaires et structurels jugés nécessaires pour assurer le retour à la soutenabilité. Toutefois cette solution à la crise de liquidité fut rejetée par l'allemagne en octobre 2011 faute de garantie sur le respect effectif de la conditionnalité à imposer aux pays endettés. C'est pourquoi depuis fin 2011, la BCE a opté pour la fourniture de liquidités abondantes pour 3 ans aux banques privées, celles-ci en 1 Le9mai2010:LaCommissioneuropéenneaadresséauConseildeministresEcofinunepropositionde règlementpermettantd'établirlemécanismeeuropéendestabilisationfinancière(mesf).les9et10mai 2010,lesministresdesfinancesdes27étatsdel UnioneuropéenneapprouventlacréationduMESFetdu Fonds européen de stabilité financière (FESF).Le MESF, est un organisme communautaire adossé au budget de l'union européenne et n'est garanti «que» à hauteur de 60 milliardsd'euros(auxquels s'ajoutent 30 milliardsd'eurosde garanties dufmi). Le FESF, est un organisme inter gouvernemental doté de 440 milliardsd'eurosde capital garanti (lefmigarantissant 220 milliardsd'eurosde plus, le capital garanti s'élève à 660 milliardsd'euros). Aussi, afin de«pérenniser» un mécanisme européen de stabilité,lesdirigeantseuropéensdoiventmodifierletraitésurlefonctionnementdel'unioneuropéenne (TFUE). Validée par le Parlement européen, la modification de l'article 136 dutfueest entérinéepar le Conseildeministresle25mars2011.Elledevra,danslemêmetempsqueleTraitéMES,êtreratifiéepar lesparlementsnationaux.le2février2012,unedeuxièmeversiondutraitéaétésignéeafind'yintégrer desnouveautésdansplusieursdomaines. «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

6 destinant une partie à des achats de titres publics. Cette solution indirecte n'est cependant pas une solution suffisante, mais a permis de calmer les marchés financiers et de réduitre les "spreads". Une autre solution possible à la crise serait l assistance des états membres à la Grèce. Mais l article TFUE pose le principe de la clause de non renflouement. Il est interdit aux Etats de la zone euro de renflouer un Etat partenaire cela permet aux autorités de réguler des marchés financiers et d exercer leur contrôle sur les Etats imprévoyants. De plus, une partie de la doctrine semble penser qu il serait antidémocratique de laisser un pays payer pour les erreurs du gouvernement d un autre Etats membre, sur lequel il n a aucun contrôle démocratique Néanmoins, on pourrait passer outre de cette clause avec l article du TFUE. L article a été rédigé d une manière très générale de telle sorte que ce dernier peut servir de base juridique à de nombreuses situations. D après cet article, l Union pourrait accorder «sous certaines conditions» une assistance financière à un Etat membre lorsque celui-ci «connaît des difficultés ou une menace sérieuse de graves difficultés, en raison de catastrophes naturelles ou d'événements exceptionnels échappant à son contrôle». Cette assistance requiert donc en l espèce deux conditions pour pouvoir être accordée. Il faut d une part que la crise résulte «d'événements exceptionnels échappant à son contrôle» et d autre part que cette aide soit accordée «sous certaines conditions». Cela signifie que la procédure d adoption de l assistance financière est très pesante. Une telle décision ne pourra être prise qu à l unanimité et sur proposition de la Commission ce qui réduit les chances de succès. Or, aucune définition d «événements exceptionnels échappant à son contrôle n a été donnée» par le Conseil ou n a été définie par les Etats membres. La crise financière de pourrait en l occurrence être caractérisée de la sorte pour sauver la Grèce et par conséquent rassurer ainsi que les autres Etats en difficultés. En effet, on ne peut pas reprocher à la Grèce de ne pas avoir pu contrôler la crise qui a touché l ensemble du système financier mondial, a fortiori pour les dégâts que cela a causé à son économie. Il faudrait néanmoins faire l impasse sur les fausses déclarations qu a faites la Grèce sur son déficit budgétaire de ces dernières années, ce qui dans une conjoncture peu favorable à l Union Européenne n est pas forcément évident La question du sauvetage de la Grèce a une dimension juridique forte, néanmoins, la volonté politique pour agir prime presque toujours, c est notamment la volonté d Angela Merckel qui refuse au nom de la moralité,qui est pour le moins malvenue, or une interprétation souple des traités pourrait donc être la solution. La solution à la crise de l'euro passe donc par à la fois une solution à la crise de liquidité et une solution à la crise de solvabilité par une combinaison de remise de dettes avec discipline budgétaire crédible à moyen terme et réforme structurelle pour stimuler la croissance de l'offre. Chapitre IV Conclusion Cette intervention était très intéressante et nous a grandement éclairés sur les problèmes que soulève la crise économique actuelle. Cela nous a aidés à mieux comprendre les enjeux politico-économiques de la résolution de cette crise et l implication de l union européenne dans son dénouement. Le rôle de la BCE reste prédominant ainsi que celui de la commission qui a permis de sauver, tout du moins au début de la crise, le marché unique notamment le plan de redressement économique. L Europe a fait preuve d une grande réactivité avec la mise en place de nombreux mécanismes à travers le nouveau traité fiscal compact. «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

7 On voit ici que l Union européenne remplit son but d intégration, à travers la résolution de cette crise qui se fait de manière relativement pacifique, par des moyens diplomatiques en prohibant les solutions de violence qui avait détruit Europe au XXème. Toutefois, la gouvernance économique de l'ue reste incomplète et nécessite d'être améliorée à la lumière de la crise en cours. «OUVERTUREEUROPEENNE2012» ICES,LAROCHESURYON ISBN

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 Introduction Union bancaire européenne (UBE) : décision du conseil européen de décembre

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Grèce : Rappel des faits

Grèce : Rappel des faits Grèce : Rappel des faits Entrée de la Grèce dans la Zone Euro en 2001 En 2010, la tragédie économique débute : divulgation de manipulations comptables à grande échelle l organisation défaillante de l Etat

Plus en détail

La zone euro va droit dans le mur

La zone euro va droit dans le mur La zone euro va droit dans le mur Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement Plan La genèse de la crise Le péché originel La confusion s installe Intermède: tout faux?

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Armelle Renaut-Couteau. L'essentiel. de la. (j ouvernance. economique. et monetaire. de la zone euro. lextenso editions]

Armelle Renaut-Couteau. L'essentiel. de la. (j ouvernance. economique. et monetaire. de la zone euro. lextenso editions] Armelle Renaut-Couteau L'essentiel de la (j ouvernance economique et monetaire de la zone euro (foua! uanno i lextenso editions] Presentation Le desequilibre entre I'Union monetaire et I'Union economique

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi 2002 Pondichery avril 2002 Liban Juin 2002 Antilles Juin 2002 Am. Nord Juin 2002 Polynésie Juin avantages du passage à l'euro, 2002 Métropole Juin croissance permet-elle de réduire les? (D., nat., juin

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:38 PROGRAMME 854 : PRÊTS AUX ÉTATS MEMBRES DE L UNION EUROPÉENNE DONT LA MONNAIE EST L EURO

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

A V I S A-2486/12-39. sur

A V I S A-2486/12-39. sur A-2486/12-39 A V I S sur le projet de loi portant transposition de la directive 2011/16/UE du Conseil du 15 février 2011 relative à la coopération administrative dans le domaine fiscal et abrogeant la

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Le Marché Intérieur de l UE

Le Marché Intérieur de l UE Le Marché Intérieur de l UE 2010, Montréal Dr. Nicola Notaro, Chef d Unité ajoint - Unité Eau, Commission européenne, DG Environnement European Commission: Environment Directorate General Slide: 1 Vous

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise La zone euro est depuis le début de la crise grecque au bord de l implosion. Un doute profond s est progressivement généralisé à l ensemble des pays, et une question a émergé : la création d une monnaie

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012 E 7418 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.5.2014 COM(2014) 277 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

La crise, la dette et l austérité

La crise, la dette et l austérité La crise, la dette et l austérité Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. Le contexte : crise du capitalisme Le taux de profit 1960-2008

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

HISTOIRE MONETAIRE DE L EUROPE DE 1800 A 2007

HISTOIRE MONETAIRE DE L EUROPE DE 1800 A 2007 Sciences sociales et humaines- MESOJ- ISSN 2109-9618- (2010) Volume 1 No 3 HISTOIRE MONETAIRE DE L EUROPE DE 1800 A 2007 Sciences sociales et humaines : Livre : HISTOIRE MONETAIRE DE L EUROPE DE 1800 A

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.9.2014 C(2014) 6536 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail