RAPPORT DE STAGE JURIDICTIONNEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE STAGE JURIDICTIONNEL"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DEGS DEPARTEMENT DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES RAPPORT DE STAGE JURIDICTIONNEL TRIBUNAL ANOSY 10 MARS AU 10 MAI 2004 RATRIMOSOA OLY

2 LES ABREVIATIONS ADD AR Art. BE CA CBV CCM CD CDP CIN CME CPC CPP CS CSS DI FD IP IS ITT JI JO LP MD ML MLMD MMP MP OAJ OEC OMP ONC ONL OPJ OR OSR PC PG PGCA PGCS PPCA PPCS PPL PR PRT PV REP RII RP ST TFP TAF TPE TSP VVF : Avant Dire Droit : Accusé de Réception : Article : Bordereau d Envoi : Cours d Appel : Coups et Blessures Volontaires : Contribution aux Charges du Ménage : Citation Directe : Chambre de Détention Préventive : Carte d Identité Nationale : Conseiller de la Mise en Etat : Contrainte par Corps : Code de Procédure Pénale : Cours suprême : Classement sans Suite : Dommage et Intérêt : Flagrant Délit : Instruction Préparatoire : Information Sommaire : Incapacité Temporaire de Travail : Juge d Instruction : Journal Officiel : Liberté Provisoire : Mandat de Dépôt : Main Levée : Main Levée du Mandat de Dépôt : Magistrat du Ministère Public : Ministère Public : Ordonnance d Ajournement : Officier de l Etat Civil : Officier du Ministère Public : Ordonnance de Non Conciliation : Ordonnance de Non Lieu : Officier de Police Judiciaire : Ordonnance des Référés : Ordonnance sur Requête : Partie Civile : Procureur Général : Procureur Général près la Cours d Appel : Procureur Général près la Cours Suprême : Premier Présidant près la Cours d Appel : Premier Président près la Cours Suprême : Peine Privative de Liberté : Procureur de la République : Procureur de la République de Tanà : Procès Verbal : Registre de l Exécution des Peines : Requête Introductive d instance : Registre des Plaintes : Soit Transmis : Travaux Forcés à Perpétuité : Tribunal Administratif et Financier : Tribunal pour Enfant : Tribunal de Simple Police : Violence et Voie de Fait

3 SOMMAIRE INTRODUCTION TITRE I : LE TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE Sous-titre I : La Juridiction pénale 1 - La Juridiction de poursuite : le Parquet A- Mode de déclenchement de la chaîne pénale 1.Plainte à OPJ 2. Plainte à parquet B- L'organisation du Parquet 1. Composition 2. Les différentes sections au niveau du Parquet 2.1. L'IS a- Déroulement b- Constitution du dossier c- Circuit d- Contenu registre IS e- Statistique 2.2. La LP a- Qui peut demander la LP? b- Circuit du dossier c- Contenu du registre LP 2.3. La détention préventive 2.4. L'OPJ 2.5. De la section départ arrivée a- Arrivée b- Départ c- Section registre des plaintes d- Section administrative 2.6. L'IP a- Les cas obligatoires de saisine du JI b- Les cas non obligatoires 2.7. Le CSS 2.8. La contravention de simple police 2.9. La CD a- Déroulement b- Circuit c- Constitution du dossier d- Lecture du PV De l'exécution des peines a- Les différentes pièces d'exécution b- L'exécution des PPL c- L'exécution des peines d'amende L'état-civil et greffe C- Les procédures à suivre par le Ministère public 1.L'opportunité des poursuites 2. Les enquêtes

4 2 - La Juridiction d'instruction : le Juge d'instruction A- La saisine B- La composition 3 - La Juridiction de jugement A- Le TSF B- Le TCO C- Le Juge des enfants 1. TPE a- Composition du tribunal b- Déroulement 2. Audience d'un mineur en danger 3. L'assistance sociale 3.1.Les réquisitions 3.2. Compétence 3.3. Les documents Sous-titre II : La Juridiction civile 1 - La Juridiction de droit commun A-Mode de saisine 1. Acte introductif d'instance a- Requête introductive d'instance b- Assignation 2. Les travaux de greffe a- Le rôle général b- Le secrétaire du Président du TPI c- Le greffe notification B- La phase de jugement 1.La personne 1.1.Les jugements supplétifs a. Les différentes sortes de jugement supplétif al.le jugement supplétif de naissance a2.le jugement supplétif de décès a3.le jugement supplétif de changement de nom a4.le jugement supplétif d'homologation d'un acte de notoriété en vue du mariage a5.le jugement supplétif de rectification a6.le jugement supplétif de reconstitution b. L'audience 1.2. Le mariage a. La CCM b. Le divorce

5 1.3. La succession a. Les modes de preuve b. Les pièces à fournir c. Le déroulement de l'enquête d. Le jugement 1.4. L'adoption nationale a. Qui peut adopter? b. La requête aux fins d'adoption nationale c. Les pièces à fournir 1.5. La cession de solde a. Les différences entre une cession de solde et la sais- arrêt b. Le texte applicable et la quotité cessible c. La forme de la cession de solde d. Les procédures à suivre e. L'intérêt de la quotité cessible 2. Les litiges fonciers 2.1..La prescription acquisitive a. Conditions b. Procédure c. Effets 2.2. La possession a. Dans quelles conditions un possesseur peut se voir protégé par la loi? b. Comment un possesseur peut-il défendre ses droits? c. Qu'est-ce que le délit de Heriny? d. Juridiction compétente pour connaître les litiges relatifs à la possession 2.3. L'audience des litiges fonciers 3. Les baux et loyers 3.1.Les procédures 3.2. Les différentes sortes de bail 3.3. Audience : les baux 2 - La Juridiction d'exception A - Le Tribunal de commerce 1. Greffe commercial 2. Audience commerciale 2.1. Le Tribunal de commerce 2.2. Les référés a -Le référé commercial b-le référé expertise B - Le Tribunal du travail 1.Greffe social 2. Procédures 2.1.La composition du tribunal 2.2. La saisine du tribunal 2.3. Le déroulement de l'instance 231. La phase de conciliation 232. La phase de jugement

6 3 - La Juridiction du Président A - Caractéristiques des jugements rendus B - Les référés 1.Le référé famille 1.1. La désignation d'un subrogé tuteur 1.2. L'autorisation de vente du bien d'un mineur 1.3. La délégation d'autorité parentale 1.4. La désignation d'un administrateur provisoire 2. Le référé bref délai 3. Le référé d'heure en heure C- L'OSR 1.Constat d'adultère 2. Demandes de pension, de reliquat de salaire, de remboursement des frais médicaux 3. La restitution des effets personnels 4. La saisie-arrêt 5. La prénotation 6. L'hypothèque 7. Expropriation pour cause d'utilité publique 8. Deuxième grosse en cas de perte 9. Ordonnance à fournir auprès du centre immatriculateur 10. La mainlevée de l'ordonnance 11.La vérification des pièces 12. La prescription acquisitive 13. OSR en matière familiale TITRE II : LA COUR D'APPEL Sous-titre I : Les Juridictions pénales 1 - Les greffes auprès des juridictions pénales et les différentes chambres pénales A - Le greffe de la chambre correctionnelle et la Cour correctionnelle 1.Les fonctions du greffe 1.1. Avant 1 ' audience 1.2.Pendant l'audience 1.3.Après 1 ' audience 2. Le Pourvoi 3. Le Renvoi en matière correctionnelle B - Le greffe de la chambre criminelle et la Cour criminelle 1.Circuit des dossiers 2. Les diligences 2.1. Avant l'audience 2.2. Après l'audience 3. Les assesseurs 4. L'audience criminelle

7 C - La chambre d'accusation 1.Les compétences de la chambre 2. Le fonctionnement 2.1. Avant audience 2.2. Pendant audience 2.3. Après audience 2 - L'appel en matière pénale A - Les décisions pouvant faire l'objet d'appel B - Les conditions de fond C - Sur quoi portera l'appel D - Qui peut faire appel E - Le délai d'appel F - L'appel incident G - La forme de l'appel H - L'effet de l'appel I - L'inventaire du dossier J - L'enrôlement du dossier K - L'audience 3 - Le Parquet Général Sous-titre II : Les Juridictions civiles 1 - Les greffes auprès des juridictions civiles et les différentes chambres civiles A - La procédure générale en greffe B - La chambre civile 1.Circuit du dossier 2. Registre : cahier d'enrôlement 3. Les pièces de l'appel 4. Les principales attributions du greffier C - La chambre sociale 1. Circuit du dossier 2. La délivrance de grosse 3. Les voies de recours D - La chambre commerciale 1. Les différentes sortes d'appel 2. La procédure 3. Les droits d'appel 4. Les voies de recours E - La chambre d'immatriculation 1.La procédure d'immatriculation 1.1. La phase administrative 1.2. La phase judiciaire 2. Les compétences 2.1. La compétence territoriale 2.2. La compétence d'attribution

8 2 - L'appel en matière civile 3. Les voies de recours 4. La composition de la chambre A- Le droit de faire appel B- Les conditions d'appel C- La déclaration d'appel D- Le délai d'appel E- L'appel incident F- Les décisions susceptibles d'appel G- Les appels contre les jugements ADD H- Le fonctionnement I- Le déroulement de l'audience J- Les effets de l'appel 1. Suspensif 2. Dévolutif K- La composition de la CA TITRE III : LA COUR SUPREME Sous-titre I : La Cour des comptes Sous-titre II : Le Conseil d'etat Sous-titre III : La Cour de cassation 1 - La Formation de principe A - Les motifs de pourvoi B - Les décisions de la CS 2 - La Formation toutes chambres réunies A - La composition B - Les compétences 3 - L'assemblée plénière A - La composition B - Les compétences CONCLUSION

9 INTRODUCTION La Promotion de l Institut d Etudes Judiciaires (I.E.J) de l année a effectué son stage juridictionnel au tribunal d Anosy, à partir du mois de Mars jusqu au mois de Mai Ces deux mois lui ont permis de connaître les rouages du tribunal tant en matière civile qu en matière pénale. Les étudiants avaient essentiellement pour mission de voir de près le fonctionnement des tribunaux, de déterminer les attributions de ces derniers, ainsi que celles de tous les juges et les auxiliaires de justice. Après stage, les étudiants devraient bien maîtriser les procédures juridictionnelles. Ceci étant, nous savons pertinemment que tous les tribunaux comportent trois niveaux de juridiction : le Tribunal de Première Instance (T.P.I), la Cour d Appel (C.A), et la Cour Suprême (C.S), et que les deux chaînes pénale et civile interviennent dans ces niveaux. La première partie du présent Rapport traitera du T.P.I., la deuxième partie de la C.A., et la troisième partie du C.S.

10 TITRE I : LE TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE ( T.P.I ) Le T.P.I. comprend des magistrats du siège qui ont à, prendre les décisions judiciaires : le président, les vice-présidents et les juges. Le MP est représenté par le PR assisté d un ou de plusieurs substituts. Chaque TPI dispose d un greffe composé d un greffier en chef, et des greffiers. SOUS TITRE I : LA JURIDICTION PENALE 1- LA JURIDICTION DE POURSUITE : LE PARQUET A- Mode de déclenchement de la chaîne pénale 1. Plainte à OPJ (police, gendarmerie) : la plaignant, l inculpé et les témoins subissent une enquête préliminaire à charge et à décharge, il pourrait y avoir ou nonarrestation Circuit : la plainte est amenée par la police à la section RP, puis envoyée au PR pour dispatching entre les substituts qui vont décider sur le sort à donner à la plainte 2. Plainte à parquet : la plainte arrive à la section départ arrivée, et est envoyée au PR pour dispatching entre les substituts, qui vont prendre une décision sur la suite de la plainte. B- L organisation du parquet 1. Composition Le parquet est composé de vingt six substituts dont trois premiers substituts qui vont seconder le procureur de la république en cas d empêchement de ce dernier. Ces substituts ont pour rôle de traiter : Des plaintes venant de la gendarmerie ou de la police pour enquête Des plaintes de réserve venant de la gendarmerie ou de la police pour notification Des doléances Des PV d enquête préliminaire, de CD, de FD, Des perquisitions : le gendarme ou la police demande un mandat de perquisition auprès du procureur, aux fins de perquisitionner les particuliers. Seul le procureur de la république ou le premier substitut a le pouvoir de délivrer ledit mandat Des Contraventions pour peine d amende, pour peine d amende ou d emprisonnement, pour peine d amende avec constitution de partie civile. Les deux dernières peines relèveront de la compétence du tribunal de simple police, On y trouve également un PR qui doit lire en diagonale les PV, viser et parapher chaque dossier et en faire le dispatching entre les substituts, il choisira le substitut selon le type de l affaire en cours et les compétences de ce dernier. Des secrétaires (les greffiers) accompagnent chaque substitut dans le traitement des dossiers pendant les enquêtes et les audiences.

11 Le parquet comprend onze sections : l IS et le flagrant délit, la LP, la détention préventive, l OPJ, départ arrivée, l IP, le CSS, contravention de simple police, la CD, l exécution des peines, l état civil et greffe. 2. Les différentes sections au niveau du Parquet Les différents travaux du Greffe sont répartis entre diverses sections selon la décision prise par le substitut : 2.1L IS L IS est requise lorsqu il y infraction flagrante, lorsqu on, est en présence d un dossier simple et que l inculpé comparaît devant le juge, lorsque l acte est un délit ou un crime sauf ceux de travaux forcés à perpétuité ou peine de mort. Durant cette IS, le mandat de dépôt est facultatif, et s il est appliqué, il ne devra pas dépasser les trois mois. Il pourra être prorogé uniquement par le tribunal, mais cette prorogation ne doit pas dépasser le maximum des peines prévues. Si l individu est libre, on lui donne une date d audience et une date d enrôlement du dossier qui ne doit pas non plus dépasser les trois mois, puisque à défaut le dossier sera nul. a)-déroulement. Lecture de l inculpation. On demande à l inculpé si oui ou non il reconnaît les faits. S il nie alors que les témoins affirment le contraire, on lui demande si les témoins mentent. Pour terminer, on lui demande s il a autres choses à ajouter b)-constitution du dossier Un dossier est considéré comme mis en état lorsqu il compose les pièces suivantes :. PV d inculpation qui est le 1 er PV de comparution provenant du JI. MD (facultatif). B2 auquel pourrait être ajouté un bulletin de renseignement pour crime. PV d audition. Mandement à citer. Certificat médical c)-circuit Section arrivée, n RP, PR : sigle et dispatching, substituts : lecture et décisions (CSS, IS, CD, IP) d)-contenu registre IS N d ordre/n RP/nom du prévenu et situation pénale (MD-LP)/Lieu et date de l infraction e)-statistique Antananarivo : à dossiers par an

12 Ambatolampy : 800 par an Toamasina : par an 2.2 La LP a)-qui peut demander la LP? Pour un dossier en IS, la demande en LP du prévenu peut provenir du prévenu de la prison ou encore peut émaner du conseil qui enverra sa demande immédiatement au PR. b)-circuit du dossier Après avoir obtenu un n PRT, la demande est envoyée au PR pour que celui-ci inscrive dessus «me remettre dossier», et pour qu après il attribue ce dossier à un substitut. Ce dossier va faire un réquisitoire, donner une date d audience de celle la plus proche ; et l enrôlement se fera en audience. A défaut, le dossier sera envoyé à la CDP Après déferrement, si l inculpé est libre, le plaignant peut faire opposition et envoie pour ce faire le dossier à la CDP. Le parquet pourra suivre la décision de la CDP ou emprisonner l inculpé. c)-contenu du registre LP Le registre de la demande de LP comprend : n dossier, nom de l inculpé : le réquisitoire du MP/ date de transmission CDP ou audience. Pour un dossier en IP, le registre de demande en LP est identique à celui de l IS. Si la CDP accorde la LP et que le MP ne s y oppose pas, et qu il n y a pas appel, le MP fera sortir un «ordre d élargissement». Par contre, si la partie civile fait opposition, le dossier est envoyé au MP, et lorsque le réquisitoire est établi, le dossier sera acheminé à la CDP. 2.3 La détention préventive La détention préventive est régie par la loi Elle concerne le rôle du JI ou du MP qui va ordonner le MD d un individu, ou qui va lui donner la liberté. Si l inculpé est libre, le MP ou la partie civile peur faire opposition dans les vingt quatre heures qui suivent la décision du JI. Elle n existe qu au niveau du TPI (chambre correctionnelle). L appel s effectue auprès de la chambre d accusation. L opposition est une déclaration envoyée au greffe du tribunal qui à son tour va faire une expédition de la déclaration au magistrat saisi de l affaire. Les parties civiles ou le MP qui n ont pas assisté au débat peuvent faire un mémoire écrit. La décision relative à cette opposition est fonction de la majorité des membres de la juridiction. Cette décision sera insusceptible de recours. Si la chambre estime que le MD est nécessaire, alors il sera exécuté à la diligence du MP. Composition de la chambre :. un président de chambre qui est juge correctionnel, et deux juges. Compétence: Prorogations :. le JI communique la demande de prorogation au MP qui va saisir la chambre, cette dernière peut oui ou non accepter cette prorogation,. Elle peut proroger deux fois, et une prorogation dure six mois.

13 La mainlevée du MD :. La chambre statue sur la demande de la MLMD requise par le MP, qui va la communiquer au JI. Ce dernier va sortir à sa guise soit une LP, soit une MD. Le JI peut demander la MLMD, l envoie au PR qui va l envoyer à la chambre. La LP :. L inculpé peut demander à tout moment la LP. La requête est immédiatement envoyée au MP par le JI dans les vingt quatre heures par une ordonnance de soit communiqué. Soit le MP s oppose, soit il s en rapporte à la justice, dans ces deux cas, il faut attendre le délai d appel ou sinon on peut tout de suite donner un ordre d élargissement.. Le MP peut aussi s opposer à la LP, et dans ce cas de figure, il donne un ordre d élargissement pour mettre le prévenu en liberté. Cet ordre est adressé à la prison.. L avis du MP est envoyé à la chambre, laquelle va faire sortir un jugement contenant la réquisition du MP, et les dispositifs motivés, et cela dans les trois jours après réception de la demande. La mise de LP peut être subordonnée à caution, la nature et le montant de cette caution sont fixés par la CDP. La caution est la garantie de paiement des frais, des dommages et intérêts, des dépens avancés par la partie civile. NB : Les trois membres de la CDP ont tous une voie délibérative. Si ce nombre n est pas atteint, surtout en milieu rural, le président aura une voie prépondérante. 2.4 L OPJ Il est soit une élément de la police soit de la gendarmerie, il est principalement chargé d effectuer les enquêtes. 2.5De la section départ arrivée a)-arrivée : Le dossier arrive après instruction au niveau de la section pour règlement définitif et enrôlement. Circuit : après que le dossier ait reçu un numéro du PRT, on va l attribuer à un juge d instruction, le dossier passera en correctionnel ou en appel, il sera siglé par le nom du juge d instruction qui l a traité et ce n est qu après qu il sera enrôlé vers le cabinet d instruction. La majorité des courriers sont des plaintes à parquet adressées au PR, sinon ce sont des courriers provenant des supérieurs hiérarchiques de la justice. Le reste du courrier est placé dans un papier chemise pour courrier divers. Aucun courrier n est en instance, ils sont tous acheminés vers leurs destinataires au jour le jour. C est celui qui prend le courrier qui fait la décharge dans le cahier de transmissio b)-départ : Le courrier part de chez le PRT pour aller à l enregistrement en vue d un numéro dans le RP. Il sera envoyé au Procureur Général qui va faire sortir un soit transmis. Le Gendarme fera une décharge dans le cahier à titre de réception. La sortie des courriers est marquée soit par le cahier de transmission, soit par voie postale. c)-la section registre des plaintes est reliée de près avec ce service courrier. Elle traite des plaintes à OPJ et des plaintes à parquet. Dans le cas des plaintes à OPJ, la section reçoit les plaintes et les PV d enquête. Si c est un PV avec arrestation, l inscription dans le RP sera faite en rouge. S il n y a pas arrestation, l enregistrement se fera dans un cahier spécial.

14 A leur arrivée, les dossiers sont tout de suite enregistrés, et à chaque dossier est attribué un numéro qui vaudra pour toute la durée de l instance. Ces numéros de procédure sont obligatoires. Ensuite, les dossiers sont envoyés au RP pour visa et dispatching entre les substituts. Lorsque le dossier revient chez le substitut, sa décision sera également mentionnée en rouge dans le RP. Contenu du registre des PV avec arrestation : N Dossier, N Juge / Demandeur, décision du juge / N Police / Défendeur / Chef d inculpation. Pour ce qui est des plaintes à parquet, on leur attribue également un numéro d identité, et elles seront envoyées à la PJ pour que celle-ci effectue les enquêtes, puis les dossiers reviennent à la section, et suivent les mêmes procédures que pour les plaintes à OPJ. Il faut remarquer que cette section n est pas une section d enrôlement. d)-section Administrative : Il existe également au sein de cette section le secrétariat particulier du PR ou la section administrative qui traite de toutes les correspondances administratives :Les dossiers confidentiels, ceux qui concernent l adoption judiciaire du PGCA, ou les pupilles da la nation, et toutes les correspondances avec la Police judiciaire telles que les transmissions de plainte, les mandats de perquisition, de réquisition, d extension de compétence, d amener ou d arrêt, les ordres d extraction, les prolongations de garde à vue ; les affaires civiles communicables qui nécessitent l avis du MP ; les citations à parquet ; les demandes de naturalisation ; les notifications à parquet si l individu est introuvable. Tout dossier à l arrivée doit être visé et siglé par le PR pour être dispatché entre les substituts. Tous les mouvements de chaque dossier sont inscrits dans le cahier de transmission. 2.6 L IP a)les cas obligatoires de saisine du JI : -Les crimes punis de mort, les TFP, La déportation -Les crimes non flagrants -Les crimes ou délits dont les auteurs sont inconnus ou en fuite à l étranger -Les délits économiques b) Les cas non obligatoires : Les cas non obligatoires sont les délits simples et les crimes. Le magistrat du MP choisira la procédure selon les cas. Le JI doit avoir reçu un réquisitoire introductif du MP pour être saisi, il instruira le dossier et rendra une ordonnance de soit communiqué pour règlement du parquet qui fait son réquisitoire. Après envoi du dossier, le juge rend une ordonnance de dessaisissement. Un réquisitoire supplétif d informer peut être fait par le JI en cours d instruction, lorsqu il y a des faits nouveaux. Il ne pourra faire mainlevée

15 que pour les placements provisoires des mineurs. Au cours de l IS, si le MP voit qu une enquête plus approfondie est nécessaire, l IS sera changé en IP. Il y aura mainlevée du MD, le MD du JI serait de huit mois. Rôles : Avis d audience, mandement de citation, avertissement du prévenu, ordre d extraction, les commis d office, préparer le rôle d audience, l état des prévenus. 2.7 Le CSS Le dossier est classé sans suite lorsque : -L action publique est éteinte de par le décès de l auteur, la prescription des faits, ou l existence des faits amnistiés, -Les charges à l encontre de l inculpé sont insuffisantes, -Les faits sont insuffisamment établis parce que un élément constitutif de l infraction fait défaut, -L ordre public n est pas intéressé, -Les faits ne sont pas caractérisés, -Les affaires sont purement civiles ou commerciales, -Les auteurs sont inconnus ou introuvables : un PV de recherche infructueuse devra être établi ; le JI sera saisi pour une éventuelle arrestation si l identité de l auteur est connu, le mandat d arrêt devra être visé par le PR, -La poursuite est inopportune de par le retrait de plainte, l arrangement entre les parties, une admonestation ou le désintéressement du bénéficiaire, -Les délits ne sont pas constitués, -La transaction est exécutée, Le reste dépendra de l opportunité des poursuites. Le CSS n est qu un simple acte administratif, si des faits nouveaux apparaissent, on saisira directement le JI pour IP. Si CSS il y a, la partie civile doit être avisée par un «avis de classement de plainte», si la partie civile persiste, le JI sera saisi par constitution de partie civile. N.B : Le parquet ne peut se saisir d office pour les affaires familiales, en revanche, il le peut pour les bonnes mœurs, même sans plainte préalable. 2.8 La contravention de simple police Elle concerne les peines d amende, les peines d amende ou emprisonnement, et les peines d amende avec partie civile. Le TSP est compétent dans les deux cas. 2.9 La CD a)-déroulement

16 Lors d une citation directe, l individu est cité directement devant le tribunal pour y être jugé rapidement. La partie civile va effectuer la citation directe par le biais d un huissier muni d un mandement de citation délivré par le PR. L original de cette citation doit être retourné pour que la juridiction de jugement soit saisi. Le délai de citation est de 8 jours, au moins avant la date d audience. Une provision doit être payée au Tribunal, et les parties doivent être informées de la date d audience, de l heure, et de la salle. Cette section a pour rôle de mettre en état les dossiers, et de les enrôler. b)-circuit Le dossier provenant du RP, arrive à la section CD, et sera enregistré dans le registre CD. c)-constitution du dossier Le dossier d une CD doit contenir : -Un mandement de citation -Un B2 -Des pièces selon le type du délit à instruire : Certificat médical pour les CBV, Acte de naissance ou jugement supplétif si c est un mineur, acte de décès, rapport d autopsie, et expertises médicaux légales si coups mortels. La CD est obligatoire lorsque, au moment des faits, l inculpé est un mineur, et c est le tribunal pour enfant qui sera compétent, ou lorsque c est une contravention relevant de la compétence du TSP. Lors de la dénonciation, le permis de citer doit passer au PR. Une semaine avant l audience, il devrait y avoir 7 exemplaires du rôle d audience : pour le PGCA, pour le REP, pour le MP, pour le Président, pour le Greffier, pour l Huissier, pour le chrono du secrétaire dans lequel le conseil consultera le rôle. d)-lecture du PV Le PV de citation sera lu comme suit : -Le lieu d infraction pour compétence -La date pour la prescription -Les faits pour qualification : le nombre de qualifications dépendra du nombre des faits, -La victime s il y en a, -Les prévenus De l exécution des peines L exécution d une peine a lieu lorsque celle-ci est devenue définitive, c'est-à-dire lorsque les délais d opposition d appel, ou de pourvoi en cassation expirent. Cela signifie que les peines seront exécutées lorsque un jugement ou un arrêt définitif est rendu.

17 a)-les différentes pièces d exécution A partir de la minute du jugement, le greffe établi les pièces suivantes : -La grosse qui est la copie intégrale de la minute, vêtue de la formule exécutoire. Elle sert lorsqu il y a lieu à signification. -L expédition qui est la copie intégrale du jugement, non revêtue de la formule exécutoire, et certifiée conforme par le greffier en chef. -Des extraits de jugement ou d arrêt : qui sont établis et signés par le greffier, vérifiés et visés par le MP. Ils reproduisent les mentions essentielles de la décision. Suivant la peine à exécuter, le greffe délivre : -Soit l extrait pour la prison qui constitue le titre de détention qui permettra d admettre le condamner en prison, soit l extrait pour le trésor destiner pour l administration du trésor, pour l exécution des condamnations pécuniaires prononcées à son profit ( amende, frais de justice). Les bulletins N 1 à insérer au greffe du tribunal du lieu de naissance du condamné, au casier électoral du lieu du dernier domicile du condamné, au casier spécial de la CA, pour les personnes condamnées nées à l étranger, au bureau de recrutement du service national. Par l intermédiaire du REP, le MP fait le suivi de l exécution des peines, De ce fait, le registre est côté et paraphé par le MP. b)-l exécution des PPL Elle incombe au parquet de la juridiction qui a prononcé la décision. Si le condamné est détenu, le MP à l audience un état de détenu préventivement mentionnant la décision rendue aux fins de remise immédiate par le service d ordre au gardien chef de la maison centrale pour exécution. Une fois que la peine est devenue exécutoire, le parquet adresse l extrait pour la prison au gardien chef qui en prend note au registre d écrous et indique au retour au parquet la date du début de l exécution de la peine ( à annoter au REP). -Si le condamné est libre : s il réside dans les ressorts du parquet de la juridiction de jugement, ce même parquet sera maître de la mise à exécution : s il réside dans un ressort extérieur à cette juridiction le parquet adresse l extrait pour la prison «pour exécution» au parquet du lieu de résidence du condamné qui sera écroué à la maison centrale la plus proche. -Si le condamné ne peut être localisé, il conviendra de faire diffuser l extrait comme dans le cas des recherches infructueuses. c)-l exécution des peines d amende Le recouvrement des amendes : pour l exécution des peines pécuniaires prononcées au profit de l Etat, l extrait pour le Trésor est transmis sous bordereau visé et daté par le PR au percepteur en vue de poursuivre le recouvrement des sommes dues. En cas d inexécution, l administration fera signifier au débiteur «un commandement d avoir à payer» cette somme (texte de référence arts 562 et 563 du CPP). La contrainte par corps est une mesure coercitive exercée contre une personne au paiement d une somme au profit du trésor.

18 Elle consiste à incarcérer le débiteur pour une durée légale et proportionnelle à la somme due sans que cette incarcération ait pour effet de libérer l intéressé du paiement (texte de référence arts 579 à 584 du CPP). La mise à exécution de la contrainte une fois rendue exécutoire, la réquisition d incarcération est adressée pour exécution à la police ou à la gendarmerie lorsque le contraignable à un lieu de résidence connu. A l égard du condamné sans résidence connu il sera procédé comme pour l exécution des peines d emprisonnement L Etat Civil et Greffe Cette section vérifie le livre d état civil, l état de greffe et les travaux d huissier. C - Les Procédures à suivre par le Ministère Public A la réception des plaintes, le MP appréciera l opportunité des poursuites et selon le cas procèdera à des enquêtes. 1. L Opportunité des poursuites Lorsque l affaire arrive au niveau du parquet, le substitut doit vérifier cette opportunité : il doit voir sur quelle base légale va-t-il poursuivre, et si cela nécessite un complément d enquête, sinon s il n y a pas lieu à poursuite, il va devoir en présenter les motifs. Trois décisions pourront être rendues : - Complément d enquête qui sera effectué par la police - C.S.S. lorsqu il n y a pas lieu à poursuite - Poursuites : CD devant le tribunal correctionnel si c est un délit, IS lorsque l affaire est simple, IP au JI lorsque l affaire est complexe. 2. Les Enquêtes Elles sont de deux ordres : les enquêtes de la police judiciaire et celles au parquet. Les enquêtes de la police judiciaire : nous pouvons évoquer l enquête préliminaire et l enquête sur infraction flagrante. L enquête préliminaire est une enquête ordinaire effectuée par les OPJ qui peuvent être secondés par les agents de police judiciaire. Elle est mise en œuvre après dénonciation émanant d une tierce personne, ou après une plainte de la victime. Pour ce faire, la police judiciaire peut procéder à l audition des témoins et du suspect, à des perquisitions, à des saisies, et elle peut même garder à vue. En principe, la garde à vue est de quarante huit heures, mais elle peut être prorogée de vingt quatre heures après une demande faite au niveau du parquet, ce dernier vérifiera s il y a lieu ou non à prorogation. Sinon, le prévenu est immédiatement mis sous MD de trois mois pour IS. On peut également assister à une enquête sur infraction flagrante, tout de suite après la commission de l infraction. Ceci dit les règles ordinaires de procédure sont assouplies pour que le délinquant puisse être arrêté rapidement, et que le maximum de preuves est recueilli avant qu ils ne disparaissent.

19 Les enquêtes au niveau du parquet : - déroulement : vérification de l identité du prévenu, Questions sur le déroulement des faits, confrontation de l inculpé avec les complices et les témoins, la partie civile revient seule devant le magistrat après que celui-ci ait rédigé l inculpation, et on lui demande si cette inculpation est exacte. Le Prévenu se présente à nouveau et sa déposition est inscrite dans un PV. Les décisions sont notifiées à toutes les parties, elles sont immédiatement avisées de la date d audience, et on n aura plus à effectuer la citation. Pour clore l enquête, le magistrat délivre un ordre d extraction, un billet d écrou avec sa signature à l OPJ. Rôles du MMP : -Lecture des PV -Vérification du respect des droits de la défense et des compétences (vérifier en premier lieu le domicile du défendeur, le lieu de production des faits, et le lieu de l arrestation) -Délégation judiciaire auprès des OPJ. 2 : LA JURIDICTION D INSTRUCTION : LE JUGE D INSTRUCTION L acte d instruction préparatoire au premier degré est attribué au JI. A- La Saisine -Le JI peut jamais se saisir lui-même : Il est saisi soit par le MP par un réquisitoire introductif d instance, un réquisitoire afin d informer ou de soit informer. Il ne sera saisi que pour l action public ; soit par une plainte accompagnée de constitution de partie civile par la victime. Il sera saisi et de l action civile et de l action publique. L instruction préparatoire a pour objet de rechercher des preuves pour savoir s il y a ou non charge suffisante. -Les attributions du JI : Appréciation en toute indépendance des circonstances susceptibles de modifier des qualifications de l acte de saisine ; Informer le parquet des nouveaux faits délictueux distincts ; Recherche des auteurs et complices non nommées dans l acte de saisine ; Enquête : Interrogatoire de première comparution, audition des témoins, confrontation ; Décerne les différents mandats ; Procède à tous les actes d informations jugées utiles. -Les actes du JI : Le PV de transport sur les lieux ; Le PV de saisie d objet ; Le PV d interrogatoire de première comparution ; Le PV d audition de témoin ; Le PV de déclaration de témoin déposant verbalement et volontairement ; Le PV d interrogatoire au fond ; Les Mandats d amener, de comparution, de dépôt et d arrêt ;

20 Les Ordonnances : de prise de corps, de refus d informer, d incompétence, de transmission, de non informer de non lieu, de dessaisissement, d irrecevabilité, de règlement, de renvoi et de clôture. Ces ordonnances sont susceptibles d opposition ou appel devant la chambre d accusation. La délégation de pouvoir du JI : Commission rogatoire (art 253 CPP) : Le JI dans son ressort requière d autres juges de son tribunal OMP ou OPJ pour procéder aux actes d information. S il est hors de son ressort, il fera appel à d autres JI ou Président de section de tribunal et même aux autorités judiciaires étrangères par les commissions rogatoires internationales. B- La Composition : - Le cabinet du JI est composé d un juge et d un greffier ; - Comparution pour renseignement est réservée aux témoins : déclinaison de l identité, le JI lui pose des questions et les dires du témoin sont consignés par le magistrat dans un PV de déposition de témoin. La séance est à huit clos, et ni le greffier ni le juge ne sont en robe. - PV de première comparution réservé aux inculpés : Comme il y a déjà eu première comparution, on procède à la lecture de l inculpation et on demande l avis de l inculpé sur ces accusations. Le conseil assiste à l enquête. Les inculpés et leurs conseils signent leurs dépositions. - Enquête au fond après avoir consigner l interrogatoire de l inculpé dans un PV : cette inculpation sera relue et on redemandera à l inculpé s il réfute ou accepte ces accusations. Le JI lui reposera des questions et il devra y répondre. Le conseil n aura droit à la parole qu après invitation du JI ce dernier demandera à l inculpé ses derniers mots. - Les PV produits par le JI sont le PV de première comparution, le PV d interrogatoire au fond et le PV de déposition du témoin. Remarque : Le second degré d instruction s effectue au niveau de la chambre d accusation auprès de la cours d appel. 3 : LA JURIDICTION DE JUGEMENT - Schéma d un tribunal pénal : MP Président Greffier Avocat PC Partie, Témoins Avocat du prévenu

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE -----------------

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- LOI N -010/93/ADP PORTANT ORGANISATION JUDICIAIRE AU BURKINA FASO L ASSEMBLEE DES

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police TRIBUNAL DE POLICE Tribunal de police tribunal de police Jugements Ordonnances pénales Belley 99 78-21,2% 22 6-72,7% TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Juridiction de proximité BELLEY Jugements Ordonnances pénales

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Audience solennelle du Mardi 3 Janvier 29 Données statistiques 35, boulevard Gambetta BP 474 69665 PRÉSENTATION DU RESSORT Population : TRIBUNAL DE POLICE

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES Consulat Général de France à Libreville MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES AISES 1. Principe Le mariage d un(e) Français(e) avec un(e) étranger(ère) ne peut être célébré que dans une mairie gabonaise.

Plus en détail

I. - Texte du projet de loi

I. - Texte du projet de loi Projet de loi portant réforme de l exécution des peines et modifiant : - le Code d instruction criminelle ; - le Code pénal ; - la loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire, et - la loi

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

VU les observations et pièces produites par M. X, enregistrées les 12 février et 19 mars 2015 au greffe de la chambre ;

VU les observations et pièces produites par M. X, enregistrées les 12 février et 19 mars 2015 au greffe de la chambre ; RAPPORT N 2015-117 JUGEMENT N 2015-0018 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BALBIGNY TRESORERIE DE BALBIGNY AUDIENCE PUBLIQUE DU 3 JUIN 2015 CODE N 042205985 DELIBERE DU 3 JUIN 2015 EXERCICES 2008 A 2012 LECTURE

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS "AMENDE" ENTRE LE GREFFE ET LE TRESOR

ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS AMENDE ENTRE LE GREFFE ET LE TRESOR ANNEXE II SCHEMAS SIMPLIFIES DES CIRCUITS "AMENDE" ENTRE LE GREFFE ET LE CIRCUIT DES AMENDES : GREFFE / DES ORDONNANCES PENALES DELICTUELLES Procédure prévue aux articles 495 et suivants, R. 41-3 à R.

Plus en détail

Indications bibliographiques

Indications bibliographiques DIU Psychiatrie criminelle et médico-légale Décembre 2010 B. AUBERT, L. Leturmy, M. MASSE Indications bibliographiques 1. Deux petits livres de droit pénal et procédure pénale. (Les deux en un ; ne manque

Plus en détail

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I FRANCE Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I Le règlement 44/2001 du 22 décembre 2000 concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l exécution

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY DEMANDE D AVIS N/ E 14-70.003 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DE GRANDE

Plus en détail

REGLEMENT DISCIPLINAIRE

REGLEMENT DISCIPLINAIRE REGLEMENT DISCIPLINAIRE ART. - 1. Le présent règlement, établi conformément à l article 10 des statuts de la Fédération Française Motonautique, remplace le règlement approuvé le 1 er décembre 2001 et modifié

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

Les enlevements internationaux d'enfants conventions bilatérales

Les enlevements internationaux d'enfants conventions bilatérales Les enlevements internationaux d'enfants conventions bilatérales CONVENTION D'AIDE MUTUELLE JUDICIAIRE, D'EXEQUATUR DES JUGEMENTS ET D'EXTRADITION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LA REPUBLIQUE DU GABON

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

Chambre Algérienne de Commerce et d Industrie. Centre de Conciliation et d Arbitrage d Alger. 6 Bd. Amilcar CABRAL- Alger Centre- Alger

Chambre Algérienne de Commerce et d Industrie. Centre de Conciliation et d Arbitrage d Alger. 6 Bd. Amilcar CABRAL- Alger Centre- Alger Chambre Algérienne de Commerce et d Industrie Centre de Conciliation et d Arbitrage d Alger 6 Bd. Amilcar CABRAL- Alger Centre- Alger REGLEMENT D'ARBITRAGE 2014 1 SOMMAIRE Page Préambule.4 Mise en œuvre

Plus en détail

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre A-20.1 Loi assurant l'application de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COUR SUPREME PREAMBULE TITRE I ORGANISATION GENERALE DE LA COUR SUPREME CHAPITRE PREMIER COMPOSITION DE LA COUR SUPREME

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COUR SUPREME PREAMBULE TITRE I ORGANISATION GENERALE DE LA COUR SUPREME CHAPITRE PREMIER COMPOSITION DE LA COUR SUPREME REGLEMENT INTERIEUR DE LA COUR SUPREME PREAMBULE Le présent REGLEMENT INTERIEUR a été arrêté en ASSEMBLEE GENERALE DE LA COUR SUPREME en vertu du pouvoir conféré à cette Haute Juridiction par l article

Plus en détail

J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158

J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158 J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158 Textes généraux Ministère des affaires étrangères Décret no 2000-940 du 18 septembre 2000 portant publication de la convention d'entraide judiciaire en matière

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

COUR D'APPEL DE REIMS

COUR D'APPEL DE REIMS DOSSIER N 99/00244 ARRÊT DU 3 FEVRIER 2000 N : 93 COUR D'APPEL DE REIMS CHAMBRE DES APPELS CORRECTIONNELS Prononcé publiquement le JEUDI 3 FÉVRIER 2000 par la Chambre des Appels Correctionnels. Sur appel

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ;

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLÉANS mr N 1300785 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Durand Magistrat désigné AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Loisy Rapporteur public Audience du 28 juin 2013 Lecture du 11 juillet 2013

Plus en détail

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1300371 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS DB M. M ondésert juge des référés Le juge des référés, Audience du 20 mars

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

TRIBUNAL D'INSTANCE DE LYON. Service de la NATIONALITE FRANCAISE. Le service nationalité compétent

TRIBUNAL D'INSTANCE DE LYON. Service de la NATIONALITE FRANCAISE. Le service nationalité compétent TRIBUNAL D'INSTANCE DE LYON Service de la NATIONALITE FRANCAISE - Compétence territoriale pour les demandes de certificats de nationalité française Le demandeur Réside en France Réside à l'étranger, mais

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire pour régler les litiges entre les simples justiciables (juridictions

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX Date d entrée en vigueur: le 23 mars 2001 ET DES PARTIES PRIVÉES Champ d application et définitions Article 1 1. Le présent Règlement

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE 1 OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE Le Décret n 2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale est entré

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE Cour d'appel de Nancy Tribunal de Grande Instance de Nancy Jugement du : 11/04/2013 CHAMBRE JUGE UNIQUE ROUTE-NA Nô minute : N parquet : Plaidé le 21/03/2013 Délibéré le 11/04/2013 JUGEMENT CORRECTIONNEL

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

COUVERTURE Document mis en distribution le 3 juillet 2001 N o 3161 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 juin

Plus en détail

OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA CONSTITUTION D'UN DOSSIER D'ADOPTION SIMPLE. NOS RÉFÉRENCES : Dossier N ( références à rappeler impérativement)

OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA CONSTITUTION D'UN DOSSIER D'ADOPTION SIMPLE. NOS RÉFÉRENCES : Dossier N ( références à rappeler impérativement) PARQUET DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE MARSEILLE Le Le Procureur de la République 6 rue Joseph Autran 13006 MARSEILLE à Tel : 04.91.15.50.50 SERVICE CIVIL-ADOPTIONS OBJET : PIÈCES À FOURNIR POUR LA

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris Ministère Public Extra 1«de»«* mlmtujt» **m ts n n j?e o u lf,b u n a î Gs'snds in sta n c e d e PARIS û République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 23eme chambre

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION

LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION Les acteurs : Le juge des tutelles : magistrat du siège, il est d abord un juge d instance chargé à ce titre d autres fonctions (juge civil pour contentieux général

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1 AFFAIRES JUDICIAIRES CONVENTION Article 1 Les deux Etats instituent un échange régulier d informations en matière d organisation judiciaire, de législation et de jurisprudence. Article 2 Les deux Etats

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION L'AN DEUX MIL QUATORZE et le Monsieur Philippe CREISSEN né le 4 juillet 1969 à Saint-Mandé (Val de Marne)de nationalité française,

Plus en détail

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents L. 78-753 du 17/07/1978 L. 2000-321 du 12/04/2000 D. 2005-1755 du 30/12/2005 Le contrat signé avec l'aefe

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 206 19 octobre 2009. S o m m a i r e VICTIMES D INFRACTIONS PÉNALES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 206 19 octobre 2009. S o m m a i r e VICTIMES D INFRACTIONS PÉNALES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3537 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 206 19 octobre 2009 S o m m a i r e VICTIMES D INFRACTIONS PÉNALES

Plus en détail

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Le divorce est à ce jour le seul moyen permettant d instruire la fin juridique des relations entre deux individus mariés. Ces dernières années, la banalisation

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE PLATE-FORME REGIONALE D INSTRUCTION DES DEMANDES D ACQUISITION DE LA NATIONALITE FRANCAISE PAR DECRET ET PAR MARIAGE Direction de la réglementation et des libertés publiques 1 Place

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO.

PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO. PROTOCOLE DE NUMERISATION DES DOSSIERS D INSTRUCTION ET D ORGANISATION DE LA GED VIA ALFRESCO. Ce protocole a été établi à partir des réflexions du groupe de travail composé d un magistrat, de chacune

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

L ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

L ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE ----- NOR : DAE 1201250DL DÉLIBÉRATION N o 2012-30 APF DU 26 JUILLET 2012 Portant mesures d application de la loi du pays n o 2012-8 du 30 janvier 2012 portant traitement

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE

FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE FOIRE AUX QUESTIONS APPELS EN MATIÈRE DISCIPLINAIRE Cette foire aux questions a été préparée dans un objectif d'information générale et elle n'a aucune valeur juridique. Elle n'engage ni le ni le Tribunal

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 LIVRE I De l exercice de l action publique et de l instruction TITRE I : Des autorités chargées de l action

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983)

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) II- Décret du 4 novembre 1983 portant organisation et Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) DECRETE Chapitre premier

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE

ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE 1 ANNEXES ACTES DE L ETAT CIVIL DECLARATION CONJOINTE DE CHOIX DE NOM EN MATIERE D ADOPTION PLENIERE DECLARATION DE DESACCORD D UN PARENT SUR LE NOM DE L ENFANT 1- Modèle d acte de mariage 2 L acte de

Plus en détail

Protection juridique des personnes

Protection juridique des personnes Protection juridique des personnes Mode d emploi Docteur Marie-France Maugourd De nouvelles dispositions depuis 2007 Une loi datant de 1968..Nouvelle loi du 5 mars 2007 sur la protection juridique des

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Pièces à fournir ou renseignements à donner

Pièces à fournir ou renseignements à donner Aide sociale CIAS Justificatif de ressources Attestation d accueil Autorisation de sortie du territoire Certificat d immatriculation Carte nationale (durée de validité : 10 ans) Carte d électeur Célébration

Plus en détail

Vu le décret n 53-192 du 14 mars 1953 relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France ;

Vu le décret n 53-192 du 14 mars 1953 relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France ; Décret n 65-159 du 25 février 1965 portant publication de la convention d aide mutuelle judiciaire, d exequatur des jugements et d extradition entre la France et le Gabon du 23 juillet 1963. Le Président

Plus en détail