CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ"

Transcription

1 62 CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ Face au SIDA Gideon Mendel/CORBIS

2 63 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société OBJECTIFS Après avoir étudié ce chapitre, vous devriez pouvoir: reconnaître les discordances entre les obligations du médecin envers le patient et ses obligations envers la société et en donner les raisons identifier et traiter les problèmes éthiques liés à l allocation de ressources limitées de santé reconnaître la responsabilité du médecin dans la promotion de la santé mondiale

3 64 ÉTUDE DE CAS N 2 Le Dr S. se sent de plus en plus démunie face à des patients qui viennent la voir avant ou après avoir consulté un autre soignant pour la même pathologie. Elle estime que c est un gaspillage des ressources de santé, qui plus est, inefficace pour la santé des patients. Elle décide de dire à ces patients qu elle n acceptera plus de les traiter s ils continuent à consulter d autres soignants pour la même affection. Elle envisage de contacter son association médicale nationale pour qu elle fasse pression sur le gouvernement afin d empêcher que les ressources de santé ne soient ainsi détournées. QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE LA RELATION MÉDECIN / SOCIÉTÉ? La médecine est une profession. Il existe pour le mot «profession» deux acceptions distinctes, bien que très proches: (1) un emploi qui se caractérise par le dévouement au bien-être des autres, des normes morales supérieures, un ensemble de connaissances et de compétences et un haut degré d indépendance; (2) tous les individus qui pratiquent cette activité. «La profession médicale» peut signifier soit l exercice de la médecine, soit les médecins en général. Le professionnalisme médical ne se limite pas à la seule relation médecin / patient, telle que développée dans le chapitre 1, ni aux relations entre collègues et autres professionnels de santé qui seront examinées dans le chapitre 4. Il engage aussi une relation avec la société. Cette relation peut prendre la forme d un «contrat social» par lequel la société accorde des privilèges à une profession, notamment la responsabilité exclusive de fournir certains services et une grande capacité d autorégulation, en retour de quoi la

4 profession accepte d utiliser ces privilèges essentiellement pour le bénéfice d autrui et, seulement en deuxième lieu, pour son propre bénéfice. La médecine est aujourd hui, plus que jamais, une activité plutôt sociale que strictement individuelle. Elle s inscrit dans un contexte organisationnel et financier public et privé. Elle repose sur la recherche médicale et le développement de produits, publics et privés, pour établir ses connaissances 65 La médecine est aujourd hui, plus que jamais, une activité plutôt sociale que strictement individuelle. de base et ses traitements. Elle a besoin de systèmes de santé complexes pour beaucoup de ses opérations. Elle traite tout autant les maladies d origine sociales que biologiques. La tradition de l éthique médicale selon Hippocrate offre peu de recommandations sur les relations avec la société. Pour combler ce manque, l éthique médicale d aujourd hui examine les questions qui se posent au-delà de la relation médecin / patient et recommande des normes et des méthodes qui permettent de répondre à ces problèmes. La référence à l aspect «social» de la médecine pose immédiatement la question qu est-ce que la société? Dans le présent manuel, le terme se réfère à une communauté ou une nation. Il n est pas synonyme de gouvernement. Les gouvernements doivent représenter les intérêts de la société, mais manquent souvent à leur obligation et quand ils s exécutent, ils le font pour la société et non en tant que société. Les médecins ont des relations diverses avec la société. Parce que la société et son environnement physique sont des facteurs importants pour la santé des patients, la profession médicale en général et les médecins individuels ont un rôle important à jouer dans la santé publique, l enseignement médical, la protection de l environnement, la législation de santé, le bien-être de la collectivité Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

5 66 et aussi les témoignages dans le cadre des poursuites judiciaires. Comme le souligne la Déclaration de l AMM sur les droits du patient, «lorsqu une législation, une mesure gouvernementale, une administration ou une institution prive les patients de ces droits, les médecins doivent rechercher les moyens appropriés de les garantir ou de les recouvrer». Les médecins sont également invités à jouer un rôle de premier plan dans l allocation des ressources limitées de santé de la société et ils sont parfois obligés d empêcher l accès à des services auxquels les patients n ont pas droit. L accomplissement de ces tâches peut donner lieu à des conflits éthiques, surtout lorsque les intérêts de la société semblent s opposer à ceux du patient. DOUBLE ALLÉGEANCE Lorsque les médecins ont des devoirs et des responsabilités à la fois envers leurs patients et envers des tiers et que ces devoirs et ces responsabilités sont incompatibles, ils se trouvent dans une situation dite de «double allégeance». Parmi les tiers qui exigent des médecins cette double allégeance figurent les gouvernements, les employeurs (les hôpitaux et les systèmes de santé, par exemple), les assureurs, les officiels militaires, la police, les officiels pénitentiaires et les membres de la famille. Même si le Code international d éthique médicale de l AMM déclare que «le médecin doit à ses patients la plus complète loyauté», les médecins il est généralement accepté que les peuvent dans médecins peuvent dans des situations des situations exceptionnelles devoir placer l intérêt exceptionnelles devoir des autres avant celui du patient. Le placer l intérêt des autres avant celui problème éthique qui se pose est de du patient. savoir quand et comment protéger le patient face aux pressions des tiers. Les situations de double allégeance s étendent sur une échelle qui va d une conjoncture où les intérêts de la société doivent prévaloir à une conjoncture où les intérêts du patient prédominent nettement. Entre les deux, existe un grand espace où le choix d une bonne ligne de conduite nécessite une grande capacité de discernement.

6 à l une des extrémités de l échelle se trouvent les demandes de signalement obligatoire des patients qui souffrent de maladies particulières, des personnes qui ne sont pas en état de conduire ou qui sont suspectées de mauvais traitements envers les enfants. Les médecins doivent répondre à ces demandes sans hésitation; cependant, il importe que les patients soient informés de leurs dénonciations. à l autre extrémité, se trouvent les demandes ou les ordres émanant de la police ou de l armée de prendre part à des pratiques qui ne respectent pas les droits humains fondamentaux, comme la torture, par exemple. Dans sa Résolution sur la responsabilité des médecins dans la dénonciation des actes de torture ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dont ils ont conscience, l AMM donne des conseils aux médecins qui se trouvent dans ces situations. Ils doivent surtout garder leur indépendance professionnelle pour déterminer le meilleur intérêt du patient et respecter, dans toute la mesure du possible, les principes éthiques de base de consentement éclairé et de confidentialité. Toute violation de ces principes doit être justifiée et divulguée au patient. Les médecins doivent signaler aux autorités compétentes toute ingérence non justifiée dans les soins aux patients, surtout lorsque les droits fondamentaux sont niés. Si ces dernières ne réagissent pas, il conviendra de rechercher le soutien d une association médicale nationale, de l AMM et des organisations des droits humains. 67 Les médecins doivent signaler aux autorités compétentes toute ingérence non justifiée dans les soins aux patients, surtout lorsque les droits fondamentaux sont niés. Proches du milieu de l échelle se trouvent les pratiques, retenues par certains programmes de soins de santé organisés, qui limitent l indépendance clinique du médecin dans le choix du mode de traitement du patient. Même si ces pratiques ne sont pas forcément Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

7 68 contraires au meilleur intérêt du patient, elles peuvent l être, et les médecins doivent bien réfléchir à l utilité de participer à ces programmes. S ils n ont pas le choix, par exemple, lorsqu il n existe pas d autres programmes, ils doivent vigoureusement défendre leurs patients et, via leurs associations médicales, garantir les besoins de tous les patients concernés par ces mesures restrictives. Une forme particulière du problème de double allégeance que rencontrent les médecins est le conflit d intérêt, réel ou potentiel, entre, d un côté, une entreprise commerciale et de l autre, les patients et / ou la société. Les entreprises pharmaceutiques, les fabricants d appareils médicaux et autres entreprises commerciales offrent souvent aux médecins des cadeaux et autres avantages qui vont du forfait gratuit avion plus hôtel pour des programmes de formation à la rémunération excessive pour des activités de recherche (cf. chapitre 5). Les largesses de ces entreprises ont pour motivation commune, la volonté de convaincre le médecin de prescrire ou utiliser les produits de l entreprise, des produits qui ne sont pas forcément les meilleurs pour le patient et / ou qui peuvent accroître inutilement les coûts de la santé. L AMM, dans sa Prise de position concernant les relations entre médecins et entreprises commerciales (2004), donne des recommandations aux médecins concernés par ces questions et de nombreuses associations médicales nationales ont aussi énoncé leurs propres lignes directrices. Le principe éthique fondamental de ces directives est que les médecins doivent veiller à ce que, dans toute résolution de conflit entre leurs propres intérêts et les intérêts du patient, l intérêt du patient puisse prévaloir. les médecins doivent veiller à ce que, dans toute résolution de conflit entre leurs propres intérêts et les intérêts du patient, l intérêt du patient puisse prévaloir.

8 ALLOCATION DES RESSOURCES Dans tous les pays du monde, y compris les plus riches, il existe un écart, déjà important et qui ne cesse de croître, entre les besoins et prévisions de services de santé et la disponibilité des ressources permettant de fournir ces services. L existence de cet écart nécessite de limiter de quelque manière les ressources existantes. Le rationnement des soins de santé ou, comme on l appelle plus fréquemment, «l allocation des ressources», a lieu sur trois niveaux : Au plus haut niveau («macro»), les gouvernements déterminent le montant de l enveloppe de la santé, les dépenses de santé qui seront pourvues sans charge et qui nécessitent le paiement direct du patient ou de leur assurance maladie, la part du budget de santé qui sera allouée à la rémunération des médecins, des infirmières et autres travailleurs de santé, aux dépenses d équipement et de fonctionnement pour les hôpitaux et autres institutions, à la recherche, à la formation des professionnels de santé, au traitement de maladies spécifiques comme la tuberculose ou le SIDA et ainsi de suite. Au niveau institutionnel («meso»), c est-à-dire, les hôpitaux, les cliniques, les centres de soins de santé, les autorités décident de la répartition des ressources dont elles disposent. Elles déterminent les services qui recevront ces ressources et le montant qui sera respectivement alloué au personnel, à l équipement, à la sécurité, à l exploitation, à la rénovation, aux travaux d agrandissement et ainsi de suite. Au niveau du patient individuel («micro»), les fournisseurs de soins de santé, en particulier les médecins, décident de la prescription d un examen, de la nécessité d adresser un patient à un collègue ou de l hospitaliser, du choix d un médicament portant un nom de marque plutôt qu un médicament générique. On estime que les médecins sont à l origine de 80 % de l ensemble des dépenses de santé et malgré le fait que la 69 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

9 70 régulation des soins ne cesse de gagner du terrain, ils ont encore une grande liberté d action dans le choix des ressources dont bénéficieront leurs patients. Les choix effectués à chacun des niveaux comportent des éléments éthiques importants du fait qu ils se fondent sur des valeurs et qu ils ont des conséquences importantes sur la santé et le bienêtre des individus et des collectivités. Bien que les médecins soient concernés par les décisions prises à chaque niveau, c est au niveau «micro» que leur rôle est le plus grand. C est donc à ce niveau que l on s intéressera ci-dessous. Comme indiqué plus haut, la tradition voulait que les médecins agissent dans le seul intérêt de leurs patients, sans se préoccuper du besoin des autres. Leurs principales valeurs éthiques, la compassion, la compétence et l autonomie, servaient à répondre aux besoins de leurs propres patients. Cette approche individualiste de l éthique médicale a survécu à la transition qui substitue au paternalisme du médecin l autonomie du patient, où la volonté de ce dernier est devenue le principal critère pour décider des ressources qu il doit recevoir. Plus récemment, cependant, une autre valeur, la justice, est devenue un facteur important de la prise de décision médicale. Elle signifie une approche plus sociale de la répartition des ressources, attentive aux besoins des autres patients. Selon cette approche, les médecins sont non seulement responsables de leurs propres patients, mais aussi, dans une certaine mesure, des autres. les médecins sont non seulement responsables de leurs propres patients, mais aussi, dans une certaine mesure, des autres. Cette nouvelle interprétation du rôle du médecin dans la répartition des ressources est soulignée dans les codes d éthique d un grand nombre d associations médicales nationales et aussi dans la Déclaration de l AMM sur les droits du patient : «Lorsque les circonstances demandent de sélectionner des patients potentiels pour un traitement dont la prestation est limitée, ces patients ont

10 droit à ce que la procédure de sélection utilisée soit régulière. Ce choix doit se faire sur la base de critères médicaux et sans discrimination». Un des moyens dont les médecins Un des moyens disposent pour assumer leur dont les médecins responsabilité en matière de disposent pour répartition de ressources est d éviter les pratiques peu économiques et assumer leur responsabilité en inefficaces, même lorsque les patients matière de répartition de ressources est le demandent. L utilisation abusive d éviter les pratiques d antibiotiques est un exemple à peu économiques et la fois de gaspillage et de nocivité. Lors d essais cliniques randomisés, inefficaces, même lorsque les patients d autres traitements courants se le demandent. sont avérés inefficaces pour les pathologies auxquelles ils étaient destinés. Il existe pour beaucoup de pathologies des directives de pratique clinique qui permettent de distinguer un traitement efficace d un traitement inefficace. Afin d économiser les ressources et de fournir un traitement optimal à leurs patients, il importe que les médecins se familiarisent avec ces directives. Le type de décision que beaucoup de médecins doivent prendre en matière d allocation est la répartition, entre deux ou plusieurs patients, d une ressource limitée telle que par exemple l attention du personnel d urgence, le dernier lit disponible dans le service des soins intensifs, les organes à des fins de transplantation, les examens radiologiques de pointe et certains médicaments particulièrement onéreux. Les médecins qui contrôlent ces ressources doivent désigner les patients qui auront accès à ces ressources et ceux qui en seront exclus, en sachant très bien que ces derniers peuvent en souffrir, voire mourir. Certains médecins sont contraints à faire face à un conflit supplémentaire par le rôle qu ils jouent dans l élaboration des politiques générales qui touchent, entre autres, leurs propres 71 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

11 72 patients. Ce type de conflit se développe surtout dans les hôpitaux et autres institutions au sein desquelles les médecins occupent des positions élevées ou siègent à des comités chargés d élaborer ou d énoncer des directives. Alors que beaucoup de médecins essaient de se détacher de leur préoccupation pour leurs propres patients, d autres cherchent à utiliser leur position pour faire valoir la cause de leurs patients avant celle de patients dont les besoins sont plus grands. Face à ces problèmes d allocation, les médecins doivent non seulement maintenir un équilibre entre les principes de compassion et de justice, mais aussi décider du type de justice qui leur semble préférable. Il existe plusieurs approches possibles, notamment: l'approche libertaire les ressources doivent êtres distribuées selon les lois du marché (le choix de l individu est fonction de sa capacité et de sa volonté à payer et l aide sociale est réservée aux plus démunis); l'approche utilitaire les ressources doivent être distribuées selon le principe d un maximum d avantages pour tous; l'approche égalitaire les ressources doivent être distribuées strictement selon les besoins; l'approche restauratrice les ressources doivent être distribuées de manière à favoriser les personnes défavorisées. Comme mentionné plus haut, les médecins ont progressivement délaissé l individualisme traditionnel de l éthique médicale qui favorisait une approche libertaire, au profit d une conception plus sociale de leur rôle. Même si l approche libertaire est généralement rejetée, les experts en éthique médicale ne sont, du reste, pas parvenus à s entendre sur l approche qui, parmi les trois restantes, lui serait supérieure. Il est manifeste que chacune de ces approches donne des résultats très différents lorsqu elle est appliquée aux problèmes susmentionnées, à savoir, les décisions concernant la prescription d un examen, la nécessité d adresser un patient à un

12 Le choix sera fonction de la moralité personnelle du médecin et de l environnement sociopolitique dans lequel il exerce. 73 collègue ou de l hospitaliser, le choix d un médicament portant un nom de marque plutôt qu un médicament générique, le choix du receveur de l organe à des fins de transplantation. L approche utilitaire est certainement pour les médecins la plus difficile à mettre en pratique, car elle nécessite le recueil d un grand nombre de données sur les résultats probables des différentes interventions, non seulement celles effectuées sur leurs propres patients mais aussi sur tous les autres. Le choix entre les deux approches (ou les trois, si l approche libertaire est comprise) sera fonction de la moralité personnelle du médecin et de l environnement sociopolitique dans lequel il exerce. Certains pays, comme les états-unis, favorisent l approche libertaire; d autres, comme la Suède, sont connus pour leur égalitarisme; alors que d autres encore, comme l Afrique du Sud, expérimentent l approche restauratrice. Beaucoup de planificateurs de santé préconisent la méthode utilitaire. En dépit de leurs différences, ces notions de justice coexistent, par nombre de deux ou plus, dans les systèmes de santé nationaux et dans ces pays, les médecins peuvent choisir un lieu d exercice, public ou privé, en accord avec leur approche personnelle. Quel que soit leur rôle dans la répartition des ressources de santé, les médecins ont aussi la responsabilité de recommander leur augmentation lorsqu elles sont insuffisantes. Il importe pour cela que les médecins travaillent ensemble au sein de leurs associations professionnelles pour convaincre les décideurs, au niveau des gouvernements ou autres, de la validité de ces besoins et de la Quel que soit leur rôle dans la répartition des ressources de santé, les médecins ont aussi la responsabilité de recommander leur augmentation lorsqu elles sont insuffisantes. Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

13 74 meilleure façon de les satisfaire dans leurs propres pays et dans le monde entier. SANTÉ PUBLIQUE La médecine du 20 e siècle atteste l émergence d une regrettable division entre «la santé publique» et les autres soins de santé (probablement «privés» ou «particuliers»). Regrettable parce que, comme indiqué plus haut, le public est constitué d individus et que les mesures de protection et de promotion de la santé publique procurent des avantages de santé à des individus. La confusion vient aussi du fait que l on accorde à la «santé publique» le sens de «soins de santé publiquement financés» (c est-à-dire des soins de santé financés par un système national fiscal ou système d assurance universel obligatoire) et qu elle est considérée, par ailleurs, comme l opposé des «soins de santé financés par le privé» (c est-à-dire des soins de santé dont l individu s acquitte au travers d un système privé d assurance maladie, généralement pas accessible à tout le monde). Le terme de «santé publique», au sens du présent document, fait référence à la fois à la santé du public et à la spécialité médicale qui traite de la santé sous l angle de la collectivité plutôt que sur la base de l individu. Il y a dans ce domaine partout dans le monde un grand besoin de spécialistes qui recommandent et défendent les déclarations publiques sur la promotion de la tous les médecins santé et aussi qui prennent part à devraient connaître des activités dont le but est protéger les facteurs sociaux le public des maladies transmissibles et environnementaux qui influent sur l état et autres risques. La pratique de de santé de leurs la santé publique (parfois appelée patients. «médecine de santé publique» ou «médecine collective») repose fortement, dans ses bases scientifiques, sur l épidémiologie, qui est l étude de la répartition des facteurs de

14 santé et de maladie dans les populations. Il y a en effet des médecins qui suivent une formation continue pour devenir épidémiologistes. Mais tous les médecins devraient connaître les facteurs sociaux et environnementaux qui influent sur l état de santé de leurs patients. Ainsi que le note la Déclaration de l AMM sur la promotion de la santé, «les médecins et les associations professionnelles ont le devoir éthique et la responsabilité professionnelle d agir, à tous moments, dans le meilleur intérêt du patient et d intégrer à cette responsabilité un intérêt et un engagement accrus en vue de promouvoir et de garantir la santé publique». Les mesures de santé publique comme les campagnes de vaccination et les réactions d urgence aux épidémies sont des facteurs de santé importants pour l individu, mais les facteurs sociaux comme le logement, l alimentation et l emploi le sont tout autant, sinon plus. Il est rare que les médecins puissent traiter les causes sociales des maladies, mais ils doivent diriger leurs patients vers les services sociaux appropriés. Ils peuvent cependant contribuer, quand bien même indirectement, à la mise en place de solutions sur le long terme par la participation à des activités de santé publique et de formation de santé, par le contrôle et le signalement des risques liés à l environnement, par l identification et la communication au public des effets préjudiciables pour la santé de certains problèmes sociaux, par exemple les mauvais traitements et la violence, et par le plaidoyer en vue d améliorations dans les services de santé publique. Il arrive parfois cependant que les intérêts de la santé publique s opposent à ceux du patient, par exemple, lorsqu une vaccination qui présente des risques de réaction indésirable empêche un individu de transmettre la maladie, mais pas de la contracter ou lorsqu il y a nécessité de signaler certaines maladies contagieuses, ou encore dans les cas de mauvais traitements infligés aux enfants ou aux personnes âgées et dans certaines circonstances susceptibles de rendre des activités, comme la conduite d une voiture ou le pilotage d un avion, dangereuses pour soi et pour les autres. Ce sont là des 75 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

15 76 exemples de «double allégeance», tels que décrits précédemment. Les méthodes permettant de traiter ces situations et les problèmes qui leur sont liés sont présentés dans la section «Confidentialité» du chapitre 2. En général, les médecins doivent essayer de trouver les moyens permettant de limiter les dommages qu un patient peut subir comme conséquence des exigences de la santé publique. Par exemple, dans le cas d une demande de signalement, la confidentialité du patient doit être protégée dans toute la mesure du possible tout en respectant, par ailleurs, les conditions légales requises. Un type différent de conflit entre les intérêts du patient et de la société surgit lorsque les médecins sont invités à aider les patients à recevoir des avantages auxquels ils n ont pas droit, par exemple, des remboursements d assurance ou un congé de maladie. Les médecins ont été investis de l autorité de certifier que l état de santé de leurs patients justifie l octroi de ces bénéfices. Plutôt que d accepter des demandes de certificats injustifiées, les médecins devraient aider leurs patients à trouver d autres moyens de soutien qui ne demandent pas d enfreindre les principes éthiques. SANTÉ MONDIALE La reconnaissance des responsabilités du médecin envers la société à été élargie ces dernières années à la responsabilité du médecin envers la santé dans le monde. Cette charge a été définie comme les problèmes, les questions et préoccupations de santé qui dépassent les limites nationales, qui sont susceptibles d être influencés par les circonstances ou expériences des autres pays et qui trouvent une meilleur réponse dans des actions ou des solutions d entraide. La santé mondiale fait partie du grand mouvement de mondialisation qui englobe les échanges d information, le commerce, la politique, le tourisme et autres activités humaines. La base de la mondialisation est la reconnaissance que les individus et les sociétés sont de plus en plus interdépendants. Cela

16 est particulièrement évident dans le domaine de la santé, comme l a montré la rapide propagation de maladies comme la grippe et le SRAS. Le contrôle de ces épidémies nécessite une action internationale. Le fait qu un médecin néglige de reconnaître ou de traiter des maladies fortement contagieuses dans un pays peut avoir des effets dévastateurs sur les patients dans d autres pays. C est la raison pour laquelle les obligations éthiques des médecins s étendent bien au-delà de leurs patients et même de leurs collectivités ou de leur pays. La mondialisation de la santé a permis de prendre de plus en plus conscience de l existence des disparités de santé sur la planète. Malgré les campagnes de grande échelle contre la mortalité infantile et la morbidité débilitante dans les 77 Le fait qu un médecin néglige de reconnaître ou de traiter des maladies fortement contagieuses dans un pays peut avoir des effets dévastateurs sur les patients dans d autres pays. pays les plus pauvres et des résultats positifs comme l éradication de la variole et (avec bon espoir) de la polio, l écart entre les pays à hauts revenus et les pays à faibles revenus continue de s élargir. Cela est dû en partie au VIH/SIDA qui a produit ses pires effets dans les pays pauvres, mais aussi à l incapacité des pays à faibles revenus à tirer profit de l augmentation des richesses dans l ensemble du monde au cours des dernières décennies. Bien que les causes de la pauvreté soient largement politiques et économiques, et donc bien au-dessus de la capacité de contrôle des médecins et de leurs associations, les médecins doivent traiter des maladies qui résultent de cette pauvreté. Dans les pays à faibles revenus, les médecins ont peu de ressources à offrir à ces patients et sont constamment confrontés au problème de devoir les répartir de la manière la plus équitable possible. Même dans les pays à moyens et hauts revenus, il se trouve des patients qui sont directement touchés par la mondialisation, comme les réfugiés par exemple, et qui n ont parfois pas accès à la couverture sociale dont bénéficient les citoyens de ces pays. Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

17 78 Autre caractéristique de la mondialisation, la mobilité internationale des professionnels de santé, y compris les médecins. L afflux de médecins en provenance de pays en développement dans les pays fortement industrialisés a été profitable à la fois aux médecins et aux pays hôtes, mais seulement dans une moindre mesure aux pays exportateurs. Dans ses Directives éthiques pour le recrutement international des médecins, l AMM souligne qu il ne faut pas empêcher les médecins de quitter leur pays d origine ou d adoption pour aller faire carrière dans un autre pays. Elle demande cependant à tous les pays de faire tout leur possible pour former un nombre suffisant de médecins, en tenant compte de leurs besoins et de leurs ressources et de ne pas compter sur l immigration pour répondre à leurs besoins. Les médecins des pays industrialisés ont pour tradition de longue date de transmettre leurs expériences et leurs compétences aux pays en développement. Cette transmission revêt plusieurs formes, notamment celle d une aide médicale d urgence coordonnée par des organisations comme la Croix-Rouge, le Croissant-Rouge et Médecins Sans Frontières, de campagnes chirurgicales de courte durée sur les problèmes de cataractes et de palais fendus, de visites de membres de la faculté dans les écoles de médecine, de projets de recherche médicale sur le court ou long terme, de fourniture de médicaments et de matériel médical. Ces programmes sont un exemple de l aspect positif de la mondialisation et contribuent à rétablir un équilibre, du moins partiellement, dans le mouvement des médecins, des pays les plus pauvres vers les pays les plus riches.

18 RETOUR À L ÉTUDE DE CAS D après l analyse de la relation médecin / société présentée dans ce chapitre, le Dr S. a raison de considérer l impact du comportement du patient sur la société. Même si les consultations des autres fournisseurs de soins ont lieu en dehors du système de santé dans lequel exerce le Dr S., et donc sans aucun coût financier pour la société, le patient emprunte au Dr S. du temps qui pourrait être consacré à d autres patients. Cependant, les médecins comme le Dr S. se doivent, en pareils cas, d être très prudents. Souvent, pour diverses raisons, les patients sont incapables de prendre des décisions pleinement rationnelles et peuvent avoir besoin de beaucoup de temps et de renseignements de santé pour comprendre ce qui est dans le meilleur intérêt pour eux-mêmes et pour les autres. Le Dr S. a aussi raison de contacter son association médicale pour essayer de trouver une solution sociale, puisque le problème, au-delà d ellemême et de son patient, concerne aussi tous les autres patients et médecins. 79 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER?

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? Aimé D. MIANZENZA Qu est-ce que le plaidoyer? QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? I. Introduction Le plaidoyer est devenu un outil d action incontournable des organisations de la société civile (OSC). Il en existe

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le système de santé de district et les SSP

Le système de santé de district et les SSP Le système de santé de district et les SSP Monique Van Dormael Institut de Médecine Tropicale - Anvers Atelier «Qualité du Système de Soins» Bamako 19-21 avril 2006 1 Introduction Qualité du système de

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Code d éthique. Créé le 9 mai 2007. Comité : Aline Couture, intervenante sociale Yolaine Simoneau, présidente Denis Pelletier, administrateur

Code d éthique. Créé le 9 mai 2007. Comité : Aline Couture, intervenante sociale Yolaine Simoneau, présidente Denis Pelletier, administrateur Code d éthique Créé le 9 mai 2007 Comité : Aline Couture, intervenante sociale Yolaine Simoneau, présidente Denis Pelletier, administrateur TABLE DES MATIÈRES 1. Avant-propos Mission du CPCQ Philosophie

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Code of Conduct FAQ. Qu est-ce que le Code of Conduct? Pourquoi B. Braun doit-elle se doter d un Code of Conduct?

Code of Conduct FAQ. Qu est-ce que le Code of Conduct? Pourquoi B. Braun doit-elle se doter d un Code of Conduct? Code of Conduct FAQ Qu est-ce que le Code of Conduct? Le Code of Conduct est un code de conduite qui s applique à tous les collaborateurs de B. Braun. Il comprend dix principes qui doivent être suivis

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Code d éthique de la recherche pour les Hautes Ecoles pédagogiques

Code d éthique de la recherche pour les Hautes Ecoles pédagogiques pour les Hautes Ecoles pédagogiques adopté par la CDHEP, le 31 mai 2002 Préambule 1 Un code d éthique n est pas assimilable à un ensemble de règles applicables à la lettre. En sciences humaines, la recherche

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan INTRODUCTION Environnement et Santé Évaluation environnementale

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION INTRODUCTION Le premier Code de bonnes pratiques en matière d études de marché et d opinion a été publié par ESOMAR en 1948. Depuis, il a

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL RESERVE AUX TRAVAILLEURS ETRANGERS RECRUTES HORS DE LA R.C.A ********************

CONTRAT DE TRAVAIL RESERVE AUX TRAVAILLEURS ETRANGERS RECRUTES HORS DE LA R.C.A ******************** CONTRAT DE TRAVAIL RESERVE AUX TRAVAILLEURS ETRANGERS RECRUTES HORS DE LA R.C.A ******************** Entre les Soussignés : VISA TECHNIQUE D.E.F.P La Société : Désignée ci-après l Employeur et représentée

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs OBJECTIFS ET APPROCHE DE PRINCIPE L objectif général de la gestion des déchets radioactifs est de prendre en charge ces déchets

Plus en détail

GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE

GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE 2015 GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE La plupart des travailleurs au Manitoba sont protégés par le régime de la WCB de sorte que, en cas de blessure ou de maladie attribuable au travail, ils reçoivent

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

En concertation avec les différents acteurs concernés Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative

En concertation avec les différents acteurs concernés Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative 4. Chapitre Les solutions 6: Gouvernance du projet Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative Comité scientifique-iepf Colloque francophone de Lyon Nathalie Rizzotti 4. Structure

Plus en détail