PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA"

Transcription

1 CROIX-ROUGE MALIENNE Reconnue d utilité publique par decret No.123 du 23 septembre 1965 PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE Période : Juin

2 Préface et Remerciements Le processus d élaboration du plan stratégique de la Croix-Rouge Malienne (CRM) a débuté en 2009 avec l évaluation du plan stratégique précédent Cette évaluation faite avec l appui technique de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (Fédération), a permis d identifié de nouvelles options axées sur la stratégie 2020 du mouvement. En outre cela a permis de faire ressortir les forces et faiblesses de la SN en matière d organisation institutionnelle. Les leçons tirées de cette évaluation ont permis d aboutir à l élaboration du présent document. Au nom du personnel de la Croix-Rouge du Mali, le comité directeur remercie les services techniques de l État, les organismes du mouvement Croix- Rouge/ Croissant Rouge (CICR, FICR, SNP) et toutes les structures pour le soutien et l accompagnement tout au long du processus d élaboration du présent Plan Stratégique. Les sincères remerciements vont à l endroit de toutes les personnes ressources ayant œuvré pour l élaboration et l adoption du document. 2

3 TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION.4 II. MISSION ET VISION DE LA CROIX- ROUGE DU MALI Contexte général au niveau du mouvement Croix-Rouge / Croissant-Rouge 2.2 Vision de la Croix- Rouge Malienne (CRM) III. ANALYSE DU CONTEXTE NATIONAL Contexte socio-économique 3.2 Contexte sanitaire Etat nutritionnel Maladies liées à l eau Autres déterminants de l état de santé Maladies émergentes 3.3 Contexte des catastrophes 3.4 Contexte de la Sécurité Alimentaire 3.5 Le mouvement des populations (La migration).. 8 IV. OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE / Santé 4.2 Réduction des risques de catastrophe et adaptation aux changements climatiques 4.3 Sécurité alimentaire 4.4 Principes, valeurs humanitaires et communication 4.5 Mouvement des populations (La migration). 18 V. ANALYSE INSTITUTIONNELLE DE LA CROIX-ROUGE DU MALI 19 VI. VII. VIII. STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATÉGIQUE Partenariat 6.2 Jeunesse et volontariat 6.3 Développement des ressources Communication. 23 STRATÉGIE DE SUIVI ET ÉVALUATION...24 HYPOTHÈSES FINANCIÈRES / BUDGET PAR DOMAINE Annexe ORGANIGRAMME

4 I. INTRODUCTION La Croix- Rouge malienne (CRM) est une organisation humanitaire à but non lucratif, créée le 20 août 1965 sur la base des conventions de Genève d août 1949 et de l ordonnance 59 PCG du 28 mars 1959 régissant les Associations et ONG en république du Mali. Elle est auxiliaire des pouvoirs publics, et agit indépendamment de ceux-ci. La mission de la CRM consiste à «Améliorer les conditions des personnes vulnérables en utilisant le pouvoir de l humanité». Il s agit concrètement de protéger la vie, de promouvoir la santé et de diffuser le Droit International Humanitaire. Ses actions contribuent à plusieurs égards à suppléer les vides constatés dans les interventions gouvernementales surtout dans le domaine de l assistance humanitaire et l éducation au respect de la dignité humaine. Les interventions de la CRM sont diversifiées et prioritairement dirigées vers les couches les plus vulnérables. Elles visent à atténuer les souffrances humaines en toutes circonstances et sans aucune discrimination. A l instar des autres sociétés nationales de «Croix- Rouge» et «Croissant- Rouge», la CRM fonctionne conformément à ses statuts et son règlement intérieur. La CRM se compose de deux grandes entités structurelles que sont la «Gouvernance» et «l Exécutif». En rapport avec son cadre organique la CRM compte actuellement du côté de la gouvernance - 1 comité directeur (niveau national) - 8 comités régionaux (niveau régional) - 1 comité régional du district (nouvellement créé à Bamako) - 49 comités locaux (niveau cercle) - plusieurs comités communaux dont la création jusqu alors est régie par la concrétisation d une intervention - 1 comité central, réunissant tous les présidents des comités régionaux et les partenaires de certains services techniques statue chaque année Le secrétariat exécutif est l organe chargé de la concrétisation des orientations stratégiques en projets et programmes et de gestion des instances de la CRM. Principalement, il se compose de deux services, l un administratif- financier, et l autre technique. Pour la mise en œuvre de ses actions, la CRM mobilise des agents volontaires, issus des communautés et répartis à tous les niveaux du pays. Leurs compétences sont renforcées en certaines circonstances. Ce sont : - Plus de 5000 secouristes et volontaires - 30 membres de l équipe nationale de réponses aux catastrophes (NDRT) - 88 membres de l équipe communautaire de réponses aux catastrophes (ECRC) - 4 médecins volontaires - 10 moniteurs - 32 volontaires diffuseurs 4

5 II. MISSION ET VISION DE LA CROIX- ROUGE DU MALI 2.1 Contexte général au niveau du mouvement Croix-Rouge/ Croissant-Rouge (FICR / CICR) La Mission de la Croix- Rouge Malienne reste conforme à celle du mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant Rouge, définie par les statuts et autres documents d orientation en vigueur au sein du mouvement. La stratégie 2020, cadre d élaboration du présent plan stratégique, engage la Société Nationale à une application rigoureuse de la mission définie à savoir : «Améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l humanité» ; «Alléger les souffrances des populations en toutes circonstances et sans distinction aucune». Dans le même sens, du point de vue statutaire et opérationnel, la société nationale entend de collaborer au sein du mouvement pour la réduction de la vulnérabilité dans les zones entachées par les troubles, et d assurer la protection de l emblème ainsi que la promotion du DIH et des principes fondamentaux. 2.2 Vision de la Croix- Rouge Malienne (CRM) La vision de la CRM répond à son souci d ouverture sur de nouveaux types de partenariat et de domaines d intervention, définis par les engagements des sociétés nationales en 2008 lors de la 7e conférence panafricaine tenue à Johannesburg en Afrique du Sud intitulée «Agir ensemble pour l Afrique», mais aussi et surtout à son souci d efficacité en matière de protection et de respect des principes et des valeurs humanitaires. La vision adoptée pour l échéance est de faire de la Croix-Rouge Malienne une : «Société nationale ouverte et dynamique, capable de prévenir et de répondre aux défis du développement humain durable». III. ANALYSE DU CONTEXTE NATIONAL La Croix-Rouge Malienne est auxiliaire des pouvoirs publics. Ses actions contribuent à plusieurs égards à suppléer les vides constatés dans les interventions gouvernementales surtout en matière d assistance humanitaire et l éducation au respect de la dignité humaine. Les interventions de la CRM visent concrètement à protéger la vie, à promouvoir la santé communautaire et à diffuser le droit international humanitaire (DIH). L élaboration du Plan Stratégique de la CRM a été effectuée sur la base de l analyse du contexte national en vue d une meilleure connaissance de l environnement d intervention, ceci tant sur le plan socioéconomique que sanitaire. 3.1 Contexte socio-économique Sur les plans géographique et démographique, le Mali est un pays enclavé, situé dans la zone sahélienne de l Afrique de l Ouest. Il couvre une superficie de km2. Sur toute l étendue du territoire national, la population résidente s élève à habitants contre habitants en L espérance de vie à la naissance est de 60,5 ans pour l ensemble de la population, avec 62,2 ans pour les femmes et 58,8 ans pour les hommes. Les jeunes de moins de 15 ans représentent 46,3% (données de 1998). Cette population croît au taux annuel moyen de 2,2%. Ainsi, selon les projections faites sur la base de ces données dans le cadre de l élaboration du Plan décennal d atteinte des OMD, la population malienne s élevait déjà à 12,0511 millions d habitants en 2006 et devrait atteindre 13,415 millions en 2010 et 15,374 millions en Cet élan démographique donne une idée de l importance des besoins à satisfaire en matière d alimentation, de santé, d eau potable, d éducation et d emploi. 5

6 Tableau des Indicateurs sociodémographiques (source : Annuaire SLIS 2004) 1 Femmes en âge de procréer (15-49 ans) 23% de la population Enfants de moins de 15 ans 48% de la population Indice synthétique de fécondité 6,8% Taux de prévalence contraceptive 5,7% Âge moyen au 1 er rapport sexuel 15,8 ans Taux de mortalité infantile 113 pour 1000 naissances vivantes Taux de mortalité infanto-juvénile 229 pour 1000 naissances vivantes Taux de mortalité maternelle 582 pour accouchements Espérance de vie à la naissance 53 ans Données de la Stratégie Nationale de Communication pour la santé de la reproduction ( ) La problématique de la population au Mali se caractérise par une croissance démographique rapide (taux de croissance naturel d environ 3 % par an) qui accroît les besoins, et est modérée par une forte émigration (taux d accroissement net de la population d environ 2.4%) notamment de la population adulte, avec comme conséquence l importance prise par la population jeune (46 % ont moins de 15 ans). En fin sur le plan économique, la pauvreté est devenue un phénomène généralisé au Mali : 64 % et 21 % de la population totale vivent respectivement dans la pauvreté et dans l extrême pauvreté. Le revenu par habitant au Mali est estimé à 240 dollars US (comparé à une moyenne de 510 dollars US pour l Afrique Subsaharienne en 1998) 2. Si la pauvreté est essentiellement rurale, elle touche aussi de plus en plus les grandes villes en raison de la dégradation du marché du travail et des migrations (source : indice du développement humain/ PNUD?) L ampleur de la pauvreté varie selon le milieu de résidence (urbain, rural), le secteur d activité (primaire, secondaire et tertiaire), l âge et le sexe. En effet, la population pauvre est, dans une proportion de 88 % implantée en milieu rural et touche beaucoup plus les femmes que les hommes. L incidence de la pauvreté est de 75,9 % en milieu rural contre 30,1 % en milieu urbain. L incidence et la profondeur de la pauvreté varient selon les régions. En ce qui concerne l incidence de la pauvreté, le district de Bamako (28,6 %) enregistre l incidence la plus faible tandis que l incidence la plus élevée est enregistrée dans la région de Kidal (92,8 %). S agissant de la profondeur de la pauvreté, on note que la région de Mopti avec 53,1% a la profondeur la plus élevée tandis que le district de Bamako enregistre la profondeur la plus faible (14,8%). Selon le niveau de l Indice de Développement Humain (IDH), l on distingue : La zone I (66% de la population): la plus pauvre, avec un IDH, 0,30 (Mopti, Koulikoro, Ségou et Sikasso) La zone II (21% de la population) : avec un IDH de 0,40 (Kayes, Gao, Tombouctou et Kidal) La zone III (13% de la population): IDH de 0,51 (District de Bamako) 3.2 Contexte sanitaire La situation sanitaire au Mali est caractérisée, après la mise en œuvre du PRODESS I, par la persistance d une morbidité et d une mortalité élevées, particulièrement celles relatives à la mère et à l enfant. Les maladies infectieuses et parasitaires, les carences nutritionnelles chez les enfants et les femmes enceintes, l insuffisance d hygiène et d éducation sanitaire, constituent les déterminants qui sont à la base du bas niveau de santé de la population. En plus, les infections sexuellement transmissibles persistent, notamment la pandémie du VIH/SIDA. On constate l émergence de maladies non transmissibles dites de génération (maladies cardiovasculaires, diabète, troubles mentaux, etc.) Etat nutritionnel L analyse PROFILES indique que 51% de la mortalité infanto-juvénile est attribuable à la malnutrition. La sous-alimentation, la malnutrition et les maladies infectieuses sont des problèmes majeurs qui affectent la situation socio-économique du pays. 1 Stratégie Nationale de Communication pour la SR, , Décembre 2006, pg Rapport sur le Développement Humain (PNUD, année ) 6

7 Selon les résultats de l EDSM-IV de 2006, sur plus de enfants de moins de 5 ans : 33,9% souffrent de malnutrition chronique et accusent un retard de croissance, 13,3% sont émaciés et 31,7% présentent une insuffisance pondérale Maladies liées à l eau La situation en matière d eau potable au Mali est caractérisée, selon le Ministère des Mines, de l Energie et de l Eau, par de grands progrès réalisés depuis l indépendance du pays jusqu en 2003 en la matière. En milieu urbain, 61% des besoins sont satisfaits dans seize (16) localités. Toutefois, villages, fractions et sites pastoraux demeurent toujours dépourvus de points d eau modernes. De plus, villages et fractions ne disposent pas d un nombre suffisant de points d eau modernes pour couvrir leurs besoins Autres déterminants de l état de santé Le manque d information, l ignorance due au faible niveau d instruction et l insalubrité de l environnement sont parmi les principales causes du mauvais état de santé et de bien-être de l enfant. L amélioration des conditions d hygiène alimentaire et environnementale, notamment en matière d hygiène du milieu, d habitat décent, de nutrition et de prophylaxie des maladies transmissibles, constitue des domaines d action susceptibles de contribuer grandement à l amélioration de la situation sanitaire globale Maladies émergentes Les maladies émergentes et réémergences d envergure mondiale comme le VIH/SIDA, la Tuberculose, le Paludisme demandent une lutte concertée contre ces fléaux. 3.3 Contexte des catastrophes Le Mali fait aujourd'hui face à une dégradation progressive de son environnement tant en milieu rural qu urbain. Pays continental par excellence, le Mali est exposé à plusieurs risques de catastrophes. Plus de la moitié du pays est désertique. Malgré la volonté politique manifeste des gouvernements successifs à prendre en compte les problèmes environnementaux dans les politiques de développement, les populations dans leur majorité sont confrontées à différents aléas dépendamment des régions géographiques du pays et des saisons climatiques. Les catastrophes naturelles et industrielles sont de plus en plus fréquentes surtout avec les effets des changements climatiques. Les manifestations sont entre autres les invasions acridiennes, les inondations, la l insécurité alimentaire suite à la grande variabilité de la pluviométrie, les conflits entre éleveurs et agriculteurs. Les accidents de circulation, les incendies sont entre autres facteurs non moins importants affectant la sécurité et la santé des populations. Plusieurs autres défis touchant directement ou indirectement les populations demeurent. Les dimensions complexes qu ils revêtent se focalisent dans divers contextes, notamment la décentralisation caractérisée par l urbanisation incontrôlée, la croissance démographique non contrôlée ; l extrême pauvreté, essentiellement rurale et féminine. 3.4 Contexte de la Sécurité Alimentaire Le domaine de l alimentation constitue un aspect important dans la définition des conditions de vie des populations en général et de celles pauvres en particulier. La problématique de la pauvreté est en grande partie définit par les caractéristiques liées à l alimentation et à la nutrition. Sur le plan de la disponibilité alimentaire en céréales, les régions du Mali peuvent être regroupées en trois catégories : régions excédentaires (Ségou et Sikasso), régions à équilibre stable (Mopti) et régions déficitaires (Kayes, Tombouctou, Gao, Kidal, Bamako et Koulikoro). En dehors des céréales, la population malienne consomme d autres produits agricoles pour assurer son équilibre alimentaire. Au Mali, l insécurité alimentaire est d ordre structurel et conjoncturel. A partir de l analyse du problème de l insécurité alimentaire, certaines causes ont été dégagées dont les principales sont : les aléas climatiques, les déprédateurs de céréales, le coût élevé des intrants agricoles, le niveau rudimentaire des moyens de production, la mauvaise rémunération des producteurs, l inadaptation du 7

8 crédit agricole, la spéculation, l insuffisance des infrastructures de base, le faible revenu des producteurs, la défaillance de l approvisionnement en eau potable, l insalubrité, l insuffisance d hygiène alimentaire. 3.5 Le mouvement des populations (La migration) Au Mali, le phénomène de la migration démontre plus que jamais sa facette humanitaire compte tenu de la proportion élevée des personnes concernées (migrants) au niveau interne et transfrontalier, et aux problèmes d atteinte à la dignité humaine que cela pose. Pays de départ, de transit et d accueil, le Mali présente au niveau de certaines de ses frontières, notamment celles du «nord» une véritable tragédie humaine. Face aux efforts consentis par la CRM et ses partenaires du mouvement CR/CR, par l État malien et autres partenaires techniques et financiers, un cadre global d action mobilisant les expertises de tous les intervenants est entrain de se formaliser dans le pays. A travers ses comités CR et son réseau de volontaires couvrant l ensemble du territoire national, la CRM confirme sa facilité d accès aux cibles vulnérables. IV. OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE / PERIODE La Stratégie 2020 définie par la FICR constitue le fondement des grandes lignes du présent Plan Stratégique, car elle «exprime la détermination collective à mieux surmonter les grands défis auxquels l humanité sera confrontée au cours de la prochaine décennie». Les objectifs stratégiques de la CRM pour la période se structurent comme suit : 1. En matière de santé : Contribuer à l amélioration de l état de santé des populations vulnérables au Mali de 2010 à En matière de réduction des risques de catastrophe et d adaptation aux changements climatiques : Préparer les populations et assister les victimes des catastrophes sur l étendu du territoire national de 2010 à En matière sécurité alimentaire : Contribuer à l amélioration de la situation alimentaire des populations dans les régions vulnérables du Mali 4. Concernant les principes, valeurs humanitaires et communication : Contribuer à améliorer la diffusion du Droit International Humanitaire (DIH) ainsi que des principes et valeurs humanitaires du Mouvement en direction des populations 5. En matière mouvement des populations et migration : Porter secours aux migrants en situation de détresse au Mali par l assistance à l accueil et le rétablissement des liens familiaux de 2010 à

9 4.1 Santé Sous domaines d intervention : santé de la reproduction, santé maternelle et infantile, surveillance épidémiologique, nutrition/ eau- hygiène- assainissement, endémies majeures (paludisme, cécité, grippe, VIH- sida, tuberculose, infections respiratoires aigues, trachome, maladies tropicales négligées), don de sang. Populations cibles : populations des localités d intervention en général, femmes et enfants en particulier Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectifs globaux Contribuer à l amélioration de l état de santé des populations vulnérables au Mali de 2010 à Résultat 1 Résultat 2 Au moins 60% des populations vulnérables ciblées adoptent un changement de comportement positif en matière de prévention et de prophylaxie sanitaire Les capacités opérationnelles de la CRM et des structures de santé sont renforcées - Proportion de population ciblée dormant sous moustiquaires imprégnées d insecticides longue durée (MILD) - Proportion de personnes qui appliquent au moins une nouvelle mesure en matière d hygiène et d assainissement - Proportion de femmes en âge de procréer utilisant les méthodes modernes de planification familiale - Proportion de mères d enfants qui appliquent les bonnes pratiques nutritionnelles, - Proportion de ménages ne pratiquant plus l excision - Proportion de la population cible qui pratique au moins une mesure de prévention contre le VIH/SIDA - Proportion des parents qui respectent le calendrier vaccinal de leurs enfants - Proportion d individus adoptant des comportements favorables à la rupture du cycle des épidémies majeures - Nombre d organes et de structures de la CRM fonctionnelles - Nombre de personnel CRM formé en santé - Nombre de prestataires de santé formés - Nombre de volontaires CRM formés dans le domaine de la santé - Nombre de structures sanitaires renforcées sur le plan matériel et logistique - Rapports des projets de la CRM - Documents / supports de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Documents de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales

10 Résultat 3 L accès des populations vulnérables aux services en matière de nutrition, d eau potable, d hygiène/assainissement et de santé communautaire est amélioré - Proportion de la population ciblée ayant accès aux services de santé - Nombre d infrastructures de santé construites ou réhabilitées - Proportion de population ayant accès à l eau potable - Proportion de la population adoptant des comportements favorables à l hygiène et l assainissement de leurs milieux - Rapports des projets de la CRM - Documents / supports de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales Activités R1 - Distribution de matériels et d équipements (MILD, Kits d assainissement de nutrition,.) à la population cible - Formation des acteurs - Suivi/évaluation, supervision. - Sensibilisation de la population cible sur la santé de la reproduction, l eau, l hygiène/assainissement, la nutrition et la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et les épidémies. - Développement des outils de communication Activités R2 - Recrutement, formation et équipement des volontaires - Formation continue du personnel de la CRM - Formation du personnel de santé - Equipement des structures de santé Activités R3 - Construction réhabilitation des infrastructures de santé - Sensibilisation de la population cible pour l utilisation des services de santé - Equipement de structures Moyens Coûts Total budget 6 milliards

11 4.2 Réduction des risques de catastrophe et adaptation aux changements climatiques Sous domaines d intervention : préparation et réponse aux catastrophes (Inondations, Sécheresse, Incendies, Crise acridienne, Accident des voies publiques, Crise alimentaire); formation en secourisme ; prévention des conflits urbains, interurbains et communautaires Populations cibles : populations vulnérables et affectées Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectifs globaux Résultat 1 Préparer les Populations et Assister les victimes des catastrophes sur l étendu du territoire national de 2010 à 2014 Les Populations sont capables de Réduire les Risques de Catastrophes. - Existence d un plan d intervention d urgence au sein des communautés - % des personnes formées en gestion des catastrophes au sein des communautés et intervenant efficacement - Existence d Equipes de Volontaires formés en gestion des catastrophes à tous les Niveaux (local, régional, national) - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales Résultat 2 Résultat 3 La CRM est Mieux Préparée pour Répondre aux Catastrophes. Les Conditions de Vie des Populations Victimes des Catastrophes sont réhabilitées - Existence d un plan de contingence national - Existence de stocks d urgence dans différentes localités conformément aux besoins - % des personnes ciblées sont assistées - Les conditions de Vie de 25%des personnes assistées ont été réhabilitées - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM l administration publique et des collectivités locales

12 - Formation de la population sur les Activités R1 mesures communautaires de réduction des risques de catastrophes. - Formation, Equipement et mise en place de Brigades d Urgence - Formation, Equipement et mise en place des CDRT - Formation, Equipement et mise en place de NDRT - Formation, Equipement et mise en place des équipes de construction des abris provisoires (Shelters) - Recherche de fonds Activités R2 - Evaluation de la Vulnérabilité et des Capacités - Révision des plans de contingences - Révision des cartographies - zones à risques, - des volontaires - Suivi /Evaluation terrain Activités R3 - Distribution gratuite des besoins fondamentaux de survie aux victimes des catastrophes. - Accompagnement des personnes assistées en matière de relèvement Moyens Total budget Coûts 2 milliards 255 millions

13 4.3 Sécurité alimentaire Sous domaines d intervention : aménagements hydro-agricoles et pastoraux, activités génératrices de revenus (banque de céréales, maraîchage), vulgarisation des techniques culturales, agriculture biologique, élevage. Populations cibles : populations dans les zones vulnérables cibles, groupements de producteurs ou d exploitants des secteurs cités Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectif global Contribuer à l amélioration de la situation alimentaire des populations dans les zones vulnérables du Nord Mali et dans le sahel occidental (région de Kayes) Objectif spécifique Renforcer les capacités des communautés rurales vulnérables dans les zones cibles par l amélioration de leurs moyens de subsistance d ici 2014 Résultat 1 Résultat 2 Les capacités des communautés à définir des stratégies d amélioration de la situation alimentaire sont renforcées Les capacités de prévention et de réponse à l insécurité alimentaire et aux initiatives des communautés vulnérables sont améliorées. - 50% des populations au moins dans les zones à risques d insécurité alimentaire maitrisent les stratégies d amélioration de leur situation alimentaire - 50% des populations au moins dans les zones à risque d insécurité alimentaire appliquent des stratégies d accès aux denrées pour leur alimentation - 1 document de référence pour les interventions de la CRM dans le domaine de la sécurité alimentaire existe - 100% des autorités communales de la zone d intervention des projets intègrent les stratégies adoptées dans les plans de développement communaux (PDSEC) - la production agricole (culture vivrière et maraichère) a augmenté au moins de 10% dans les zones à risque de 2010 à trois périmètres irrigués villageois (PIV) de 30 hectares chacun sont aménagés pour la production de riz et la culture de contre saison - deux hectares aménagés pour la production maraîchère et au moins 7 variétés de - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales

14 Résultat 3 Les communautés sont préparées à la réduction des risques de catastrophes pour une meilleure adaptation aux effets des changements climatiques Activités R1 - réalisation de diagnostic participatif sur la situation alimentaire au niveau communautaire - organisation de séances de formation intégrant de nouvelles techniques de production dans les communautés Activités R2 - aménagement hydro agricoles - installation de Banque de Céréales et amélioration du Système de Gestion - promotion de bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles (sensibilisation, diffusion) - initiation de stratégie cash for work et food for work - campagne vaccination du bétail semences maraîchères produites - huit (08) puits maraîchers à moyen diamètre (un puits par ¼ ha) construits avec un débit minimum de 5m3/jour pendant la période de jardinage - la production pastorale a augmenté au moins de 10% dans les zones à risque de 2010 à amélioration d au moins 5% de la couverture en eau potable des populations dans les zones à risques de 2010 à des initiatives d intervention d urgence alimentaire et de relèvement financier des communautés (food for work et cash for work) sont promues - au moins 60 % des communautés ont un comportement favorable en vue d une meilleure adaptation aux changements climatiques - les techniques culturales prenant en compte les aléas climatiques sont utilisées par au moins 60% des ménages de la zone d intervention à la fin du projet Moyens - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales Coûts

15 - développement de programme de nutrition - distribution de semences améliorées - réalisations de puits à grand diamètre/ forages Activités R3 - sensibilisation de la population cible aux effets du changement climatique - formation des populations cibles à différentes techniques de capacitation par secteur pour l adaptation aux effets du changement climatique Total budget 854 millions 4.4. Principes, valeurs humanitaires et communication Sous domaines d intervention : diffusion des principes du Droit International Humanitaire (DIH) et les principes fondamentaux du mouvement, promotion de la diplomatie humanitaire, communication Les populations cibles : groupements de scolaires et d étudiants, agents des forces de sécurité et de l armée, groupements communautaires, membres et volontaires de la Croix- Rouge Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Contribuer à améliorer le respect de la dignité Objectifs globaux humaine par la diffusion des principes du Droit International Humanitaire (DIH) et des principes et valeurs humanitaires fondamentaux du Mouvement en direction des populations Résultat 1 Les principes du DIH sont diffusés auprès des membres et volontaires de la CRM, des agents des forces armées et de sécurité, des étudiants des facultés, des associations de jeunes et des groupements de femmes - % des membres et volontaires de la CRM ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - nombre des agents des forces armées et de sécurité ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - % des étudiants des facultés ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - % des associations de jeunes et des groupements de femmes ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - types et pertinence des canaux de diffusion utilisés - Rapports et documents des projets de la CRM - Rapports des structures techniques partenaires et bénéficiaires l administration publique et des collectivités locales

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES FORUM REGIONAL SUR LA POLITIQUE HUMANITAIRE Dakar 2-3 octobre

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE 1. CONTEXTE Le Sénégal, vu sa position géographique de pays sahélien, est chroniquement exposé à l insécurité

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel Centre de recherche pour le développement international Projet de recherche-action Amélioration des moyens d existence et de la

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO.

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. PHASE II. PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES ENFANTS CHEFS DES MENAGES, DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. Juillet 2003- Juin 2004 Financement : Croix-Rouge Britannique. Karamagapenabir03 Révision

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail