PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA"

Transcription

1 CROIX-ROUGE MALIENNE Reconnue d utilité publique par decret No.123 du 23 septembre 1965 PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE Période : Juin

2 Préface et Remerciements Le processus d élaboration du plan stratégique de la Croix-Rouge Malienne (CRM) a débuté en 2009 avec l évaluation du plan stratégique précédent Cette évaluation faite avec l appui technique de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (Fédération), a permis d identifié de nouvelles options axées sur la stratégie 2020 du mouvement. En outre cela a permis de faire ressortir les forces et faiblesses de la SN en matière d organisation institutionnelle. Les leçons tirées de cette évaluation ont permis d aboutir à l élaboration du présent document. Au nom du personnel de la Croix-Rouge du Mali, le comité directeur remercie les services techniques de l État, les organismes du mouvement Croix- Rouge/ Croissant Rouge (CICR, FICR, SNP) et toutes les structures pour le soutien et l accompagnement tout au long du processus d élaboration du présent Plan Stratégique. Les sincères remerciements vont à l endroit de toutes les personnes ressources ayant œuvré pour l élaboration et l adoption du document. 2

3 TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION.4 II. MISSION ET VISION DE LA CROIX- ROUGE DU MALI Contexte général au niveau du mouvement Croix-Rouge / Croissant-Rouge 2.2 Vision de la Croix- Rouge Malienne (CRM) III. ANALYSE DU CONTEXTE NATIONAL Contexte socio-économique 3.2 Contexte sanitaire Etat nutritionnel Maladies liées à l eau Autres déterminants de l état de santé Maladies émergentes 3.3 Contexte des catastrophes 3.4 Contexte de la Sécurité Alimentaire 3.5 Le mouvement des populations (La migration).. 8 IV. OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE / Santé 4.2 Réduction des risques de catastrophe et adaptation aux changements climatiques 4.3 Sécurité alimentaire 4.4 Principes, valeurs humanitaires et communication 4.5 Mouvement des populations (La migration). 18 V. ANALYSE INSTITUTIONNELLE DE LA CROIX-ROUGE DU MALI 19 VI. VII. VIII. STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATÉGIQUE Partenariat 6.2 Jeunesse et volontariat 6.3 Développement des ressources Communication. 23 STRATÉGIE DE SUIVI ET ÉVALUATION...24 HYPOTHÈSES FINANCIÈRES / BUDGET PAR DOMAINE Annexe ORGANIGRAMME

4 I. INTRODUCTION La Croix- Rouge malienne (CRM) est une organisation humanitaire à but non lucratif, créée le 20 août 1965 sur la base des conventions de Genève d août 1949 et de l ordonnance 59 PCG du 28 mars 1959 régissant les Associations et ONG en république du Mali. Elle est auxiliaire des pouvoirs publics, et agit indépendamment de ceux-ci. La mission de la CRM consiste à «Améliorer les conditions des personnes vulnérables en utilisant le pouvoir de l humanité». Il s agit concrètement de protéger la vie, de promouvoir la santé et de diffuser le Droit International Humanitaire. Ses actions contribuent à plusieurs égards à suppléer les vides constatés dans les interventions gouvernementales surtout dans le domaine de l assistance humanitaire et l éducation au respect de la dignité humaine. Les interventions de la CRM sont diversifiées et prioritairement dirigées vers les couches les plus vulnérables. Elles visent à atténuer les souffrances humaines en toutes circonstances et sans aucune discrimination. A l instar des autres sociétés nationales de «Croix- Rouge» et «Croissant- Rouge», la CRM fonctionne conformément à ses statuts et son règlement intérieur. La CRM se compose de deux grandes entités structurelles que sont la «Gouvernance» et «l Exécutif». En rapport avec son cadre organique la CRM compte actuellement du côté de la gouvernance - 1 comité directeur (niveau national) - 8 comités régionaux (niveau régional) - 1 comité régional du district (nouvellement créé à Bamako) - 49 comités locaux (niveau cercle) - plusieurs comités communaux dont la création jusqu alors est régie par la concrétisation d une intervention - 1 comité central, réunissant tous les présidents des comités régionaux et les partenaires de certains services techniques statue chaque année Le secrétariat exécutif est l organe chargé de la concrétisation des orientations stratégiques en projets et programmes et de gestion des instances de la CRM. Principalement, il se compose de deux services, l un administratif- financier, et l autre technique. Pour la mise en œuvre de ses actions, la CRM mobilise des agents volontaires, issus des communautés et répartis à tous les niveaux du pays. Leurs compétences sont renforcées en certaines circonstances. Ce sont : - Plus de 5000 secouristes et volontaires - 30 membres de l équipe nationale de réponses aux catastrophes (NDRT) - 88 membres de l équipe communautaire de réponses aux catastrophes (ECRC) - 4 médecins volontaires - 10 moniteurs - 32 volontaires diffuseurs 4

5 II. MISSION ET VISION DE LA CROIX- ROUGE DU MALI 2.1 Contexte général au niveau du mouvement Croix-Rouge/ Croissant-Rouge (FICR / CICR) La Mission de la Croix- Rouge Malienne reste conforme à celle du mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant Rouge, définie par les statuts et autres documents d orientation en vigueur au sein du mouvement. La stratégie 2020, cadre d élaboration du présent plan stratégique, engage la Société Nationale à une application rigoureuse de la mission définie à savoir : «Améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables en mobilisant le pouvoir de l humanité» ; «Alléger les souffrances des populations en toutes circonstances et sans distinction aucune». Dans le même sens, du point de vue statutaire et opérationnel, la société nationale entend de collaborer au sein du mouvement pour la réduction de la vulnérabilité dans les zones entachées par les troubles, et d assurer la protection de l emblème ainsi que la promotion du DIH et des principes fondamentaux. 2.2 Vision de la Croix- Rouge Malienne (CRM) La vision de la CRM répond à son souci d ouverture sur de nouveaux types de partenariat et de domaines d intervention, définis par les engagements des sociétés nationales en 2008 lors de la 7e conférence panafricaine tenue à Johannesburg en Afrique du Sud intitulée «Agir ensemble pour l Afrique», mais aussi et surtout à son souci d efficacité en matière de protection et de respect des principes et des valeurs humanitaires. La vision adoptée pour l échéance est de faire de la Croix-Rouge Malienne une : «Société nationale ouverte et dynamique, capable de prévenir et de répondre aux défis du développement humain durable». III. ANALYSE DU CONTEXTE NATIONAL La Croix-Rouge Malienne est auxiliaire des pouvoirs publics. Ses actions contribuent à plusieurs égards à suppléer les vides constatés dans les interventions gouvernementales surtout en matière d assistance humanitaire et l éducation au respect de la dignité humaine. Les interventions de la CRM visent concrètement à protéger la vie, à promouvoir la santé communautaire et à diffuser le droit international humanitaire (DIH). L élaboration du Plan Stratégique de la CRM a été effectuée sur la base de l analyse du contexte national en vue d une meilleure connaissance de l environnement d intervention, ceci tant sur le plan socioéconomique que sanitaire. 3.1 Contexte socio-économique Sur les plans géographique et démographique, le Mali est un pays enclavé, situé dans la zone sahélienne de l Afrique de l Ouest. Il couvre une superficie de km2. Sur toute l étendue du territoire national, la population résidente s élève à habitants contre habitants en L espérance de vie à la naissance est de 60,5 ans pour l ensemble de la population, avec 62,2 ans pour les femmes et 58,8 ans pour les hommes. Les jeunes de moins de 15 ans représentent 46,3% (données de 1998). Cette population croît au taux annuel moyen de 2,2%. Ainsi, selon les projections faites sur la base de ces données dans le cadre de l élaboration du Plan décennal d atteinte des OMD, la population malienne s élevait déjà à 12,0511 millions d habitants en 2006 et devrait atteindre 13,415 millions en 2010 et 15,374 millions en Cet élan démographique donne une idée de l importance des besoins à satisfaire en matière d alimentation, de santé, d eau potable, d éducation et d emploi. 5

6 Tableau des Indicateurs sociodémographiques (source : Annuaire SLIS 2004) 1 Femmes en âge de procréer (15-49 ans) 23% de la population Enfants de moins de 15 ans 48% de la population Indice synthétique de fécondité 6,8% Taux de prévalence contraceptive 5,7% Âge moyen au 1 er rapport sexuel 15,8 ans Taux de mortalité infantile 113 pour 1000 naissances vivantes Taux de mortalité infanto-juvénile 229 pour 1000 naissances vivantes Taux de mortalité maternelle 582 pour accouchements Espérance de vie à la naissance 53 ans Données de la Stratégie Nationale de Communication pour la santé de la reproduction ( ) La problématique de la population au Mali se caractérise par une croissance démographique rapide (taux de croissance naturel d environ 3 % par an) qui accroît les besoins, et est modérée par une forte émigration (taux d accroissement net de la population d environ 2.4%) notamment de la population adulte, avec comme conséquence l importance prise par la population jeune (46 % ont moins de 15 ans). En fin sur le plan économique, la pauvreté est devenue un phénomène généralisé au Mali : 64 % et 21 % de la population totale vivent respectivement dans la pauvreté et dans l extrême pauvreté. Le revenu par habitant au Mali est estimé à 240 dollars US (comparé à une moyenne de 510 dollars US pour l Afrique Subsaharienne en 1998) 2. Si la pauvreté est essentiellement rurale, elle touche aussi de plus en plus les grandes villes en raison de la dégradation du marché du travail et des migrations (source : indice du développement humain/ PNUD?) L ampleur de la pauvreté varie selon le milieu de résidence (urbain, rural), le secteur d activité (primaire, secondaire et tertiaire), l âge et le sexe. En effet, la population pauvre est, dans une proportion de 88 % implantée en milieu rural et touche beaucoup plus les femmes que les hommes. L incidence de la pauvreté est de 75,9 % en milieu rural contre 30,1 % en milieu urbain. L incidence et la profondeur de la pauvreté varient selon les régions. En ce qui concerne l incidence de la pauvreté, le district de Bamako (28,6 %) enregistre l incidence la plus faible tandis que l incidence la plus élevée est enregistrée dans la région de Kidal (92,8 %). S agissant de la profondeur de la pauvreté, on note que la région de Mopti avec 53,1% a la profondeur la plus élevée tandis que le district de Bamako enregistre la profondeur la plus faible (14,8%). Selon le niveau de l Indice de Développement Humain (IDH), l on distingue : La zone I (66% de la population): la plus pauvre, avec un IDH, 0,30 (Mopti, Koulikoro, Ségou et Sikasso) La zone II (21% de la population) : avec un IDH de 0,40 (Kayes, Gao, Tombouctou et Kidal) La zone III (13% de la population): IDH de 0,51 (District de Bamako) 3.2 Contexte sanitaire La situation sanitaire au Mali est caractérisée, après la mise en œuvre du PRODESS I, par la persistance d une morbidité et d une mortalité élevées, particulièrement celles relatives à la mère et à l enfant. Les maladies infectieuses et parasitaires, les carences nutritionnelles chez les enfants et les femmes enceintes, l insuffisance d hygiène et d éducation sanitaire, constituent les déterminants qui sont à la base du bas niveau de santé de la population. En plus, les infections sexuellement transmissibles persistent, notamment la pandémie du VIH/SIDA. On constate l émergence de maladies non transmissibles dites de génération (maladies cardiovasculaires, diabète, troubles mentaux, etc.) Etat nutritionnel L analyse PROFILES indique que 51% de la mortalité infanto-juvénile est attribuable à la malnutrition. La sous-alimentation, la malnutrition et les maladies infectieuses sont des problèmes majeurs qui affectent la situation socio-économique du pays. 1 Stratégie Nationale de Communication pour la SR, , Décembre 2006, pg Rapport sur le Développement Humain (PNUD, année ) 6

7 Selon les résultats de l EDSM-IV de 2006, sur plus de enfants de moins de 5 ans : 33,9% souffrent de malnutrition chronique et accusent un retard de croissance, 13,3% sont émaciés et 31,7% présentent une insuffisance pondérale Maladies liées à l eau La situation en matière d eau potable au Mali est caractérisée, selon le Ministère des Mines, de l Energie et de l Eau, par de grands progrès réalisés depuis l indépendance du pays jusqu en 2003 en la matière. En milieu urbain, 61% des besoins sont satisfaits dans seize (16) localités. Toutefois, villages, fractions et sites pastoraux demeurent toujours dépourvus de points d eau modernes. De plus, villages et fractions ne disposent pas d un nombre suffisant de points d eau modernes pour couvrir leurs besoins Autres déterminants de l état de santé Le manque d information, l ignorance due au faible niveau d instruction et l insalubrité de l environnement sont parmi les principales causes du mauvais état de santé et de bien-être de l enfant. L amélioration des conditions d hygiène alimentaire et environnementale, notamment en matière d hygiène du milieu, d habitat décent, de nutrition et de prophylaxie des maladies transmissibles, constitue des domaines d action susceptibles de contribuer grandement à l amélioration de la situation sanitaire globale Maladies émergentes Les maladies émergentes et réémergences d envergure mondiale comme le VIH/SIDA, la Tuberculose, le Paludisme demandent une lutte concertée contre ces fléaux. 3.3 Contexte des catastrophes Le Mali fait aujourd'hui face à une dégradation progressive de son environnement tant en milieu rural qu urbain. Pays continental par excellence, le Mali est exposé à plusieurs risques de catastrophes. Plus de la moitié du pays est désertique. Malgré la volonté politique manifeste des gouvernements successifs à prendre en compte les problèmes environnementaux dans les politiques de développement, les populations dans leur majorité sont confrontées à différents aléas dépendamment des régions géographiques du pays et des saisons climatiques. Les catastrophes naturelles et industrielles sont de plus en plus fréquentes surtout avec les effets des changements climatiques. Les manifestations sont entre autres les invasions acridiennes, les inondations, la l insécurité alimentaire suite à la grande variabilité de la pluviométrie, les conflits entre éleveurs et agriculteurs. Les accidents de circulation, les incendies sont entre autres facteurs non moins importants affectant la sécurité et la santé des populations. Plusieurs autres défis touchant directement ou indirectement les populations demeurent. Les dimensions complexes qu ils revêtent se focalisent dans divers contextes, notamment la décentralisation caractérisée par l urbanisation incontrôlée, la croissance démographique non contrôlée ; l extrême pauvreté, essentiellement rurale et féminine. 3.4 Contexte de la Sécurité Alimentaire Le domaine de l alimentation constitue un aspect important dans la définition des conditions de vie des populations en général et de celles pauvres en particulier. La problématique de la pauvreté est en grande partie définit par les caractéristiques liées à l alimentation et à la nutrition. Sur le plan de la disponibilité alimentaire en céréales, les régions du Mali peuvent être regroupées en trois catégories : régions excédentaires (Ségou et Sikasso), régions à équilibre stable (Mopti) et régions déficitaires (Kayes, Tombouctou, Gao, Kidal, Bamako et Koulikoro). En dehors des céréales, la population malienne consomme d autres produits agricoles pour assurer son équilibre alimentaire. Au Mali, l insécurité alimentaire est d ordre structurel et conjoncturel. A partir de l analyse du problème de l insécurité alimentaire, certaines causes ont été dégagées dont les principales sont : les aléas climatiques, les déprédateurs de céréales, le coût élevé des intrants agricoles, le niveau rudimentaire des moyens de production, la mauvaise rémunération des producteurs, l inadaptation du 7

8 crédit agricole, la spéculation, l insuffisance des infrastructures de base, le faible revenu des producteurs, la défaillance de l approvisionnement en eau potable, l insalubrité, l insuffisance d hygiène alimentaire. 3.5 Le mouvement des populations (La migration) Au Mali, le phénomène de la migration démontre plus que jamais sa facette humanitaire compte tenu de la proportion élevée des personnes concernées (migrants) au niveau interne et transfrontalier, et aux problèmes d atteinte à la dignité humaine que cela pose. Pays de départ, de transit et d accueil, le Mali présente au niveau de certaines de ses frontières, notamment celles du «nord» une véritable tragédie humaine. Face aux efforts consentis par la CRM et ses partenaires du mouvement CR/CR, par l État malien et autres partenaires techniques et financiers, un cadre global d action mobilisant les expertises de tous les intervenants est entrain de se formaliser dans le pays. A travers ses comités CR et son réseau de volontaires couvrant l ensemble du territoire national, la CRM confirme sa facilité d accès aux cibles vulnérables. IV. OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE LA CROIX- ROUGE MALIENNE / PERIODE La Stratégie 2020 définie par la FICR constitue le fondement des grandes lignes du présent Plan Stratégique, car elle «exprime la détermination collective à mieux surmonter les grands défis auxquels l humanité sera confrontée au cours de la prochaine décennie». Les objectifs stratégiques de la CRM pour la période se structurent comme suit : 1. En matière de santé : Contribuer à l amélioration de l état de santé des populations vulnérables au Mali de 2010 à En matière de réduction des risques de catastrophe et d adaptation aux changements climatiques : Préparer les populations et assister les victimes des catastrophes sur l étendu du territoire national de 2010 à En matière sécurité alimentaire : Contribuer à l amélioration de la situation alimentaire des populations dans les régions vulnérables du Mali 4. Concernant les principes, valeurs humanitaires et communication : Contribuer à améliorer la diffusion du Droit International Humanitaire (DIH) ainsi que des principes et valeurs humanitaires du Mouvement en direction des populations 5. En matière mouvement des populations et migration : Porter secours aux migrants en situation de détresse au Mali par l assistance à l accueil et le rétablissement des liens familiaux de 2010 à

9 4.1 Santé Sous domaines d intervention : santé de la reproduction, santé maternelle et infantile, surveillance épidémiologique, nutrition/ eau- hygiène- assainissement, endémies majeures (paludisme, cécité, grippe, VIH- sida, tuberculose, infections respiratoires aigues, trachome, maladies tropicales négligées), don de sang. Populations cibles : populations des localités d intervention en général, femmes et enfants en particulier Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectifs globaux Contribuer à l amélioration de l état de santé des populations vulnérables au Mali de 2010 à Résultat 1 Résultat 2 Au moins 60% des populations vulnérables ciblées adoptent un changement de comportement positif en matière de prévention et de prophylaxie sanitaire Les capacités opérationnelles de la CRM et des structures de santé sont renforcées - Proportion de population ciblée dormant sous moustiquaires imprégnées d insecticides longue durée (MILD) - Proportion de personnes qui appliquent au moins une nouvelle mesure en matière d hygiène et d assainissement - Proportion de femmes en âge de procréer utilisant les méthodes modernes de planification familiale - Proportion de mères d enfants qui appliquent les bonnes pratiques nutritionnelles, - Proportion de ménages ne pratiquant plus l excision - Proportion de la population cible qui pratique au moins une mesure de prévention contre le VIH/SIDA - Proportion des parents qui respectent le calendrier vaccinal de leurs enfants - Proportion d individus adoptant des comportements favorables à la rupture du cycle des épidémies majeures - Nombre d organes et de structures de la CRM fonctionnelles - Nombre de personnel CRM formé en santé - Nombre de prestataires de santé formés - Nombre de volontaires CRM formés dans le domaine de la santé - Nombre de structures sanitaires renforcées sur le plan matériel et logistique - Rapports des projets de la CRM - Documents / supports de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Documents de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales

10 Résultat 3 L accès des populations vulnérables aux services en matière de nutrition, d eau potable, d hygiène/assainissement et de santé communautaire est amélioré - Proportion de la population ciblée ayant accès aux services de santé - Nombre d infrastructures de santé construites ou réhabilitées - Proportion de population ayant accès à l eau potable - Proportion de la population adoptant des comportements favorables à l hygiène et l assainissement de leurs milieux - Rapports des projets de la CRM - Documents / supports de suivi des centres de santé - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales Activités R1 - Distribution de matériels et d équipements (MILD, Kits d assainissement de nutrition,.) à la population cible - Formation des acteurs - Suivi/évaluation, supervision. - Sensibilisation de la population cible sur la santé de la reproduction, l eau, l hygiène/assainissement, la nutrition et la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et les épidémies. - Développement des outils de communication Activités R2 - Recrutement, formation et équipement des volontaires - Formation continue du personnel de la CRM - Formation du personnel de santé - Equipement des structures de santé Activités R3 - Construction réhabilitation des infrastructures de santé - Sensibilisation de la population cible pour l utilisation des services de santé - Equipement de structures Moyens Coûts Total budget 6 milliards

11 4.2 Réduction des risques de catastrophe et adaptation aux changements climatiques Sous domaines d intervention : préparation et réponse aux catastrophes (Inondations, Sécheresse, Incendies, Crise acridienne, Accident des voies publiques, Crise alimentaire); formation en secourisme ; prévention des conflits urbains, interurbains et communautaires Populations cibles : populations vulnérables et affectées Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectifs globaux Résultat 1 Préparer les Populations et Assister les victimes des catastrophes sur l étendu du territoire national de 2010 à 2014 Les Populations sont capables de Réduire les Risques de Catastrophes. - Existence d un plan d intervention d urgence au sein des communautés - % des personnes formées en gestion des catastrophes au sein des communautés et intervenant efficacement - Existence d Equipes de Volontaires formés en gestion des catastrophes à tous les Niveaux (local, régional, national) - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales Résultat 2 Résultat 3 La CRM est Mieux Préparée pour Répondre aux Catastrophes. Les Conditions de Vie des Populations Victimes des Catastrophes sont réhabilitées - Existence d un plan de contingence national - Existence de stocks d urgence dans différentes localités conformément aux besoins - % des personnes ciblées sont assistées - Les conditions de Vie de 25%des personnes assistées ont été réhabilitées - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM - Rapports des services techniques partenaires l administration publique et des collectivités locales - Rapports des interventions d urgence de la CRM - Documents de suivi des comités et organes de la CRM l administration publique et des collectivités locales

12 - Formation de la population sur les Activités R1 mesures communautaires de réduction des risques de catastrophes. - Formation, Equipement et mise en place de Brigades d Urgence - Formation, Equipement et mise en place des CDRT - Formation, Equipement et mise en place de NDRT - Formation, Equipement et mise en place des équipes de construction des abris provisoires (Shelters) - Recherche de fonds Activités R2 - Evaluation de la Vulnérabilité et des Capacités - Révision des plans de contingences - Révision des cartographies - zones à risques, - des volontaires - Suivi /Evaluation terrain Activités R3 - Distribution gratuite des besoins fondamentaux de survie aux victimes des catastrophes. - Accompagnement des personnes assistées en matière de relèvement Moyens Total budget Coûts 2 milliards 255 millions

13 4.3 Sécurité alimentaire Sous domaines d intervention : aménagements hydro-agricoles et pastoraux, activités génératrices de revenus (banque de céréales, maraîchage), vulgarisation des techniques culturales, agriculture biologique, élevage. Populations cibles : populations dans les zones vulnérables cibles, groupements de producteurs ou d exploitants des secteurs cités Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Objectif global Contribuer à l amélioration de la situation alimentaire des populations dans les zones vulnérables du Nord Mali et dans le sahel occidental (région de Kayes) Objectif spécifique Renforcer les capacités des communautés rurales vulnérables dans les zones cibles par l amélioration de leurs moyens de subsistance d ici 2014 Résultat 1 Résultat 2 Les capacités des communautés à définir des stratégies d amélioration de la situation alimentaire sont renforcées Les capacités de prévention et de réponse à l insécurité alimentaire et aux initiatives des communautés vulnérables sont améliorées. - 50% des populations au moins dans les zones à risques d insécurité alimentaire maitrisent les stratégies d amélioration de leur situation alimentaire - 50% des populations au moins dans les zones à risque d insécurité alimentaire appliquent des stratégies d accès aux denrées pour leur alimentation - 1 document de référence pour les interventions de la CRM dans le domaine de la sécurité alimentaire existe - 100% des autorités communales de la zone d intervention des projets intègrent les stratégies adoptées dans les plans de développement communaux (PDSEC) - la production agricole (culture vivrière et maraichère) a augmenté au moins de 10% dans les zones à risque de 2010 à trois périmètres irrigués villageois (PIV) de 30 hectares chacun sont aménagés pour la production de riz et la culture de contre saison - deux hectares aménagés pour la production maraîchère et au moins 7 variétés de - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales

14 Résultat 3 Les communautés sont préparées à la réduction des risques de catastrophes pour une meilleure adaptation aux effets des changements climatiques Activités R1 - réalisation de diagnostic participatif sur la situation alimentaire au niveau communautaire - organisation de séances de formation intégrant de nouvelles techniques de production dans les communautés Activités R2 - aménagement hydro agricoles - installation de Banque de Céréales et amélioration du Système de Gestion - promotion de bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles (sensibilisation, diffusion) - initiation de stratégie cash for work et food for work - campagne vaccination du bétail semences maraîchères produites - huit (08) puits maraîchers à moyen diamètre (un puits par ¼ ha) construits avec un débit minimum de 5m3/jour pendant la période de jardinage - la production pastorale a augmenté au moins de 10% dans les zones à risque de 2010 à amélioration d au moins 5% de la couverture en eau potable des populations dans les zones à risques de 2010 à des initiatives d intervention d urgence alimentaire et de relèvement financier des communautés (food for work et cash for work) sont promues - au moins 60 % des communautés ont un comportement favorable en vue d une meilleure adaptation aux changements climatiques - les techniques culturales prenant en compte les aléas climatiques sont utilisées par au moins 60% des ménages de la zone d intervention à la fin du projet Moyens - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales - Rapports des projets de la CRM - Rapports des services techniques partenaires dans les domaines cibles l administration publique et des collectivités locales Coûts

15 - développement de programme de nutrition - distribution de semences améliorées - réalisations de puits à grand diamètre/ forages Activités R3 - sensibilisation de la population cible aux effets du changement climatique - formation des populations cibles à différentes techniques de capacitation par secteur pour l adaptation aux effets du changement climatique Total budget 854 millions 4.4. Principes, valeurs humanitaires et communication Sous domaines d intervention : diffusion des principes du Droit International Humanitaire (DIH) et les principes fondamentaux du mouvement, promotion de la diplomatie humanitaire, communication Les populations cibles : groupements de scolaires et d étudiants, agents des forces de sécurité et de l armée, groupements communautaires, membres et volontaires de la Croix- Rouge Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Contribuer à améliorer le respect de la dignité Objectifs globaux humaine par la diffusion des principes du Droit International Humanitaire (DIH) et des principes et valeurs humanitaires fondamentaux du Mouvement en direction des populations Résultat 1 Les principes du DIH sont diffusés auprès des membres et volontaires de la CRM, des agents des forces armées et de sécurité, des étudiants des facultés, des associations de jeunes et des groupements de femmes - % des membres et volontaires de la CRM ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - nombre des agents des forces armées et de sécurité ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - % des étudiants des facultés ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - % des associations de jeunes et des groupements de femmes ayant bénéficié de la diffusion des principes du DIH - types et pertinence des canaux de diffusion utilisés - Rapports et documents des projets de la CRM - Rapports des structures techniques partenaires et bénéficiaires l administration publique et des collectivités locales

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

CROIX - ROUGE MALIENNE

CROIX - ROUGE MALIENNE CROIX - ROUGE MALIENNE SECRETARIAT GENERAL Djélibougou, Rue 261, Porte n - 2, Bamako Tél. (+223) 20 24 45 69 / Fax : (+223) 20 24 04 14 / B.P : 280 E-mail : crmalienne@croixrouge-mali.org RAPPORT ANNUEL

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale

RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale Source : OIM, Point de suivi des flux des populations,

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Rôle des bases de données émergentes dans le renforcement des mesures du développement humain

Rôle des bases de données émergentes dans le renforcement des mesures du développement humain Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Rôle des bases de données émergentes dans le renforcement des mesures du développement humain Conférence internationale sur les méthodes de mesure de développement

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Cameroun Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Cameroun (E/ICEF/2012/P/L.35) a été présenté au Conseil d administration pour examen

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO PLAN DE PRESENTATION BREVE PRESENTATION DES DEUX PAYS - GUINEE/CONAKRY GUINEE BISSAO Population = 7 156 406hbts dont 51% de femmes et 46% de jeunes, - 1 200 000

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs A. PAGE DE COUVERTURE RAPPORT ANNUEL 2009 NOM, ADRESSE ET CONTACT SIDA KA TAA, BP 533 BOBO- DIOULASSO 01 Téléphone : 20 97-74-75 E-mail : sidakataa@hotmail.com sidakataa@yahoo.fr TITRE DU PROJET NUMERO

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE DES EVALUATIONS DU PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AU CGAT DANS LE PROCESSUS DE STRUCTURATION DES MOUVEMENTS MUTUALISTES EN RESEAU DANS LES PROVINCES DE KINSHASA, DE L EQUATEUR ET DU

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL)

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) ACTIONS STRATEGIQUES DE COMMUNICATION AU SEIN DU SNU/BENIN SNU-Bénin INTRODUCTION Unis

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ----------------

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ---------------- P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI -------- UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ----------- GOUVERNEMENT ---------------- COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 10 SEPTEMBRE

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés

Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés 1 2 La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) est le plus

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

FICHE DE POSTE DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

FICHE DE POSTE DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule : FICHE DE POSTE DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail