commerce Équitable et commerce durable au sénégal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "commerce Équitable et commerce durable au sénégal"

Transcription

1 1 commerce Équitable et commerce durable au sénégal

2 ÉDITEUR RESPONSABLE Carl MICHIELS COORDINATION Phenyx43 RÉDACTION Dan AZRIA - Phenyx43 CONCEPTION Julie RICHTER - Phenyx43 PHOTO COUVERTURE Crédit : Alter Eco Cette publication du Trade for Development Centre ne représente pas l avis officiel de la Coopération belge au Développement Bruxelles, décembre

3 INTRODUCTION UNE PRÉSENTATION DU SÉNÉGAL LE COMMERCE ÉQUITABLE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE ET LE COMMERCE ÉQUITABLE LES ACTEURS LES INITIATIVES LES AUTRES CERTIFICATIONS CONCLUSION

4 4

5 INTRODUCTION Front du continent dans l Océan Atlantique, le Sénégal est au carrefour des voies maritimes, au confluent de l Afrique, de l Europe et de l Amérique. Cette situation particulière a exposé pendant des siècles ce pays francophone aux agissements et à la cupidité des esclavagistes. Souvent cité en exemple malgré la persistance de clivages ethniques, sociaux et religieux, le Sénégal bénéficie depuis son indépendance d une stabilité politique remarquable grâce à laquelle ont pu émerger une société civile dynamique et des mouvements sociaux et économiques forts. Cette situation, ainsi que l importance des femmes dans l entreprenariat sénégalais, explique sans doute le développement particulier de l économie solidaire au Sénégal et l émergence d initiatives particulièrement originales en matière de commerce équitable et durable. 5

6 6 Crédit : Artisans du Monde - Ndem Salesgirl in Dakar - Crédit : Ferdinand Reus

7 UNE PRÉSENTATION DU SÉNÉGAL DU COMMERCE TRIANGULAIRE A L INDÉPENDANCE EXEMPLAIRE DIVERSITÉ DE PAYSAGES, DIVERSITÉ DE CULTURES PORTRAIT SOCIOÉCONOMIQUE LES PRINCIPALES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES 7

8 DU COMMERCE TRIANGULAIRE A L INDÉPENDANCE EXEMPLAIRE La conquête coloniale des terres qui deviendront le Sénégal commence dès la découverte de ces rivages en 1442 par les Portugais qui se lancent rapidement dans la traite des Noirs, en concurrence avec les négriers britanniques, hollandais et français. Ces derniers finissent par s imposer et, tandis que les Hollandais fondent un comptoir sur l île de Gorée, la France établit en 1659 celui de Saint-Louis qui deviendra la première capitale du Sénégal. L ordre colonial s affirme dans la seconde moitié du XIXème siècle avec Faidherbe, gouverneur du Sénégal, qui étend l influence française au cœur du continent et créé le port de Dakar qui devient, en 1902, la capitale de l Afrique Occidentale Française, l une des principales colonies françaises en Afrique 1. Intégrées à l Armée coloniale française dès 1857 pour pallier le manque d effectifs venus de la métropole, les troupes indigènes regroupées dans le corps des Tirailleurs sénégalais paient un lourd tribut lors des deux Guerres mondiales. Jusqu en 1905, ces régiments se composent principalement d esclaves rachetés à leurs maîtres locaux et de prisonniers de guerre. Les sous-officiers proviennent généralement de l aristocratie locale. Le 20 août 1960, le Sénégal proclame son indépendance en tant que république démocratique constituée sur le modèle politique français de Le premier président est Léopold Sédar Senghor, leader charismatique et poète de renom. Entre 1982 et 2004, des affrontements sporadiques opposent les séparatistes installés dans le sud de la Casamance, majoritairement chrétiens, et les forces gouvernementales. Fin 2010, de nouveaux incidents ont mis en évidence l instabilité qui règne encore dans cette région. Un autre foyer de conflit entre des Casamançais et la Guinée-Bissau s est développé en avril En dépit de ces incidents, le Sénégal est souvent cité comme un modèle de stabilité en Afrique. 8 Tirailleur sénégalais et sa famille à Marseille fin 1913 Source : Le Miroir, 18 janvier Photographe inconnu

9 Saint-Louis du Sénégal - Crédit : Hugo van Tilborg Situé à l avancée la plus occidentale du continent africain dans l Océan Atlantique, le Sénégal est au carrefour des voies maritimes entre l Europe, l Amérique et l Afrique. DIVERSITÉ DE PAYSAGES, DIVERSITÉ DE CULTURES Le Sénégal est entouré au nord par la Mauritanie, à l est par le Mali, au sud par la Guinée et la Guinée Bissau, et à l ouest par l Océan Atlantique sur une façade de 500 kilomètres. La Gambie forme une quasi-enclave dans le Sénégal, pénétrant à plus de 300 km à l intérieur des terres. De par sa situation, le Sénégal offre de nombreux contrastes au niveau géographique et climatique avec, à l ouest, l un des ports les plus importants d Afrique (Dakar) et, à l est, un climat désertique et aride où la sécheresse sévit régulièrement. La diversité humaine est à l image de ces paysages. La population, très majoritairement musulmane (90%), est d environ 11 millions de personnes et se compose de nombreuses ethnies (Wolofs, Peuls, Sérères, essentiellement), sans compter les Libanais, les Européens et les Chinois, assez présents en milieu urbain 2. 9

10 PORTRAIT SOCIOÉCONOMIQUE Le Sénégal est un pays encore très pauvre, et ce malgré une aide au développement qui est l une des plus importantes d Afrique. L espérance de vie est de 51 ans environ et la mortalité infantile reste élevée. Le pays connaît une fracture importante entre les zones urbaines et rurales. Pendant longtemps la population était plutôt concentrée sur la façade atlantique, mais l exode rural a accru l inégalité de cette répartition. Désormais, un Sénégalais sur quatre vit dans la presqu île du Cap-Vert et la capitale est au bord de l asphyxie. L éducation est gratuite jusqu au niveau universitaire mais plus d un tiers de la population est analphabète et les coûts associés à l éducation (transports, livres, etc.) restent encore prohibitifs pour de nombreuses familles. En ce qui concerne la santé, bien que le pays possède un système public, celui-ci est plutôt rudimentaire et certaines maladies (la malaria entre autres) ainsi que la malnutrition sont toujours des causes importantes de mortalité. Bien qu il existe certains services publics, divers facteurs concourent à les rendre difficiles à supporter par l État, notamment une base fiscale limitée par un secteur informel omniprésent (estimé à 70 à 80% de l activité économique), et des critères d austérité imposés par les bailleurs de fonds internationaux 3. LES PRINCIPALES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES À l origine, les colonies françaises ne devaient produire que de la matière première et une main-d œuvre gratuite et ce en vertu du principe d interdit industriel édicté par Colbert selon lequel «pas un clou ne devait sortir des colonies» 4. Malgré cet héritage, le Sénégal possède la troisième économie de la sous-région ouest-africaine après le Nigéria et la Côte d Ivoire. Compte tenu de sa situation géographique et de sa stabilité politique, le Sénégal fait partie des pays africains les plus industrialisés avec la présence de multinationales majoritairement françaises et, dans une moindre mesure, américaines. Ses principaux partenaires économiques sont la France, l Inde, l Italie. Cependant, depuis plusieurs années, la Chine devient un interlocuteur majeur comme en témoignent les fréquents sommets Chine-Afrique. Pêcheur au large des côtes de Joal - Crédit : United Nations / J. Mohr Le pays est caractérisé par une importante activité rurale qui se divise entre des cultures de rente (arachides et coton surtout) et une économie paysanne de subsistance. Les productions agricoles principales du Sénégal sont les arachides et le coton, le riz, le mil et les cultures maraîchères. Comparé aux autres pays du continent africain, le Sénégal est pauvre en ressources naturelles, ses principales recettes provenant de la pêche, du tourisme et de l agriculture. La pêche reste toujours une activité importante dans les zones côtières, mais les stocks de poisson s amenuisent avec l augmentation du nombre de chalutiers pêchant au large des côtes sénégalaises (cf. page 38) 5. 10

11 LE COMMERCE ÉQUITABLE AUX ORIGINES DU COMMERCE ÉQUITABLE LE COMMERCE ÉQUITABLE, C EST QUOI? FILIÈRE LABELISÉE ET FILIÈRE INTEGRÉE 11

12 Association des Villageois de N Dem - Crédit : Fédération Artisans du Monde / David Erhart Le commerce équitable est né d un constat simple : les écarts de richesse entre les populations des pays les plus riches et celles des pays les plus pauvres ne cessent de se creuser malgré les sommes investies dans l aide au développement. AUX ORIGINES DU COMMERCE ÉQUITABLE Guerres, catastrophes naturelles, infrastructures défaillantes, corruption, les causes de ces déséquilibres sont multiples mais parmi celles-ci figurent indubitablement des problèmes économiques structurels. La spéculation sur les matières premières, la spirale de l endettement, la concurrence subventionnée des producteurs des pays industrialisés, tous ces mécanismes constituent autant d obstacles au décollage des pays les plus pauvres qui ne maîtrisent pas leur développement. Bien que ces inégalités commerciales aient été mises en évidence dès le XIXème siècle (notamment avec la publication en 1860 du roman du Néerlandais Edouard Douwes Dekker dont Max Havelaar est le héros), c est à partir de l Après-guerre qu apparaissent les premiers projets de commerce équitable initiés par des organisations américaines et anglaises (Thousands Villages aux Etats-Unis et l ONG Oxfam au Royaume-Uni). C est en 1964, lors de la Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement (CNUCED), qu est définie pour la première fois la notion de commerce équitable avec comme principe fondateur «Le commerce, pas la charité» («Trade, not Aid»). Les premiers magasins de commerce équitable s ouvrent en Europe dans les années 1960, tandis que se mettent en place dans les pays en développement les coopératives et organisations de producteurs qui vont bénéficier de ces échanges plus justes, d abord dans les secteurs de l artisanat et de l agriculture. 12

13 LE COMMERCE ÉQUITABLE, C EST QUOI? En 1999, les principales organisations internationales du commerce équitable (la World Fair Trade Organisation WFTO, Fairtrade International - FLO, l European Fair Trade Association - EFTA et le Network of European World Shops - NEWS 10 ) se sont entendues sur une définition commune : «Le commerce équitable est un partenariat commercial, fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel.» Concrètement, le commerce équitable garantit aux producteurs des pays les plus pauvres des prix d achat généralement plus rémunérateurs que les cours mondiaux ainsi qu une relative stabilité des prix et la mise en place de conditions et de délais de paiement favorables (voire des possibilités de préfinancement), qui évitent aux paysans et aux artisans de brader leurs produits ou d avoir recours à des prêts usuraires. Bananes équitables - Crédit : Scott Chernis / Transfair USA Le prix équitable couvre tous les coûts de production du produit, y compris les coûts environnementaux, et assure aux producteurs un niveau de vie décent. De plus, les acheteurs du commerce équitable s engagent à verser des primes supplémentaires dites «de développement» qui sont utilisées pour la réalisation d investissements productifs et/ou de programmes sociaux (alphabétisation, accès aux soins, etc.). Pour soutenir la mise en œuvre de ce système économique,ces organisations ont défini les 11 GRANDS PRINCIPES à respecter 1. Créer des opportunités pour les producteurs économiquement en situation de désavantage. 2. Favoriser la transparence et la crédibilité. 3. Encourager la capacité individuelle. 4. Promouvoir le commerce équitable. 5. Garantir le paiement d un prix juste. 6. Veiller à la non discrimination (égalité des sexes) et à la liberté d association. 7. Assurer des conditions de travail décentes. 8. Proscrire le travail des enfants. 9. Protéger l environnement. 10. Encourager des relations commerciales fondées sur la confiance et le respect mutuel. 11. Promouvoir le respect et la diffusion de l identité culturelle valorisée dans les produits et procédés de production (nouveau critère) 13

14 Depuis 1988 et la création,d une part, de la WFTO, l Organisation Mondiale du Commerce Equitable (qui s appelait l IFAT, l Association Internationale du Commerce Equitable jusqu en 2009), et le lancement du label Fairtrade Max Havelaar, d autre part, on observe l émergence et la coexistence de deux grandes filières de régulation du commerce équitable : la filière labellisée et la filière intégrée. FILIÈRE LABELLISÉE ET FILIÈRE INTEGRÉE Mode d organisation historique du commerce équitable, la filière intégrée présente comme caractéristique principale le fait que tous les acteurs intervenant dans l élaboration et la commercialisation du produit (producteur, transformateur, importateur et points de vente) sont engagés dans le commerce équitable et se conforment volontairement à ses principes. Avec ses 400 organisations membres (dont une majorité dans les pays en développement) représentant l ensemble des maillons de la chaîne du commerce équitable (producteurs, transformateurs et distributeurs), la WFTO, l Organisation Mondiale du Commerce Equitable, est considérée depuis sa création en 1989 comme le principal coordinateur de la filière intégrée. Depuis peu, la WFTO est occupée à développer son propre système de certification, le WFTO Fair Trade System. La filière labellisée repose sur la certification du produit commercialisé. Les entreprises qui élaborent ces produits s engagent à respecter un cahier des charges précis et à s approvisionner auprès d organisations de producteurs des pays en développement (souvent des coopératives) qui ont été agréées par l organisme de labellisation (organisation indépendante qui certifie le respect des critères définis pour l attribution du label). Les produits labellisés peuvent ensuite être commercialisés dans n importe quel point de vente, y compris la grande distribution classique. Le label Fairtrade Max Havelaar est le plus célèbre d entre eux mais il en existe d autres (Fair for Life, FairWild, Ecocert ESR, Naturland Fair, notamment) qui proposent des approches ou des logiques spécifiques. La coexistence de ces deux filières illustre l existence de visions différentes du commerce équitable, qui portent en particulier sur le type de relations à établir avec les acteurs économiques privés (multinationales, grande distribution) et sur des divergences entre une vision de développement (et de dénonciation du commerce international) d une part, et une perspective commerciale reposant sur l engagement volontaire, d autre part. 14

15 LES ORGANISATIONS AFRICAINES DE COMMERCE ÉQUITABLE Les organisations de commerce équitable africaines sont pour la plupart fédérées par des organisations «coupoles» qui les représentent au niveau international. Association des Villageois de N Dem - Crédit : Fédération Artisans du Monde / David Erhart 15

16 Les organisations de commerce équitable africaines les plus importantes sont les suivantes : COFTA Masques Mikono - Crédit : Shared Interest (Licence Creative Commons) Créée en 2004, la Coopération pour le Commerce Equitable en Afrique (Cooperation for Fair Trade in Africa - COFTA) est le chapitre régional de l Organisation Mondiale du Commerce Equitable (WFTO). A ce titre, l organisation africaine, dont le siège est à Nairobi au Kenya, fédère et représente les producteurs membres de la WFTO dans 24 pays du continent, principalement dans le secteur de l artisanat (80% du réseau) avec pour but ultime la réduction de la pauvreté grâce au commerce équitable. Depuis sa création, COFTA se bat pour un continent fort et indépendant en œuvrant au renforcement des capacités techniques et commerciales des petits producteurs africains et au développement de nouveaux marchés. Avec le café et les fruits, l artisanat fut l un des premiers secteurs à bénéficier du commerce équitable. L attention apportée par les grandes organisations du secteur aux savoir-faire traditionnels et aux patrimoines ancestraux a longtemps permis de soutenir des initiatives solidaires dans les pays en développement. Mais le marché de l artisanat équitable évolue et, avec moins de 20% des parts de marché, les artisans africains souffrent d une baisse continue de leurs revenus tandis que ceux des producteurs d Asie et d Amérique latine connaissent une croissance régulière. Tel est le constat dressé par COFTA qui pointe, parmi les causes spécifiques de cette crise, les difficultés rencontrées par les producteurs africains pour répondre aux standards de qualité et de prestations (délais, volumes et prix) exigés par les importateurs ainsi que l inadaptation des principaux systèmes de certification équitable eu égard aux réalités africaines. COFTA et le WFTO Fair Trade System Commerce équitable à Saint-Louis du Sénégal Crédit : Ho Visto Nina Volare En réponse aux demandes de nombre de ses membres à travers le monde (notamment en Afrique), la WFTO développe depuis peu son propre système de certification, le WFTO Fair Trade System, présenté comme «un système de certification global, efficace et léger conçu pour transformer n importe quelle activité économique en activité durable et équitable» 7. Cette nouvelle certification présente certains avantages évidents pour les coopératives, filières, entreprises et associations de producteurs des pays en développement. En effet, à la différence du label Fairtrade Max Havelaar (par exemple), elle s applique à toute l organisation et à l ensemble de ses produits et services. Elle doit permettre de viser tant les marchés locaux que ceux d exportation. Concrètement, le fait d être en conformité avec cette norme volontaire WFTO Fair Trade System atteste qu une organisation a mis en place un ensemble de pratiques et de procédures démontrant sa bonne gestion sur les plans social, économique et environnemental. Au terme d un audit fructueux, mené par une tierce partie indépendante, le produit vendu par l organisation certifiée peut être revêtu d un label attestant que sa provenance et sa production respectent les principes et les pratiques du commerce équitable. L Organisation Mondiale du Commerce Equitable a lancé une procédure de concertation internationale pour préciser les critères de ce nouveau système de certification (qui en est à sa deuxième mouture). La finalisation du WFTO Fair Trade System dépendra des recommandations formulées à l issue d études pilotes qui sont menées dans différents pays d Asie, d Europe, d Afrique et d Amérique latine. 16

17 Stand de COFTA au SIAO - Crédit : Shared Interest (Licence Creative Commons) En Afrique, c est COFTA qui pilote ces travaux de conception de la nouvelle certification équitable WFTO Fair Trade System. Pour ce faire, l organisation équitable a développé un programme de travail intégré qui a pour objectifs de sensibiliser les producteurs africains aux enjeux du projet, de contribuer aux expérimentations voulues par l Organisation Mondiale du Commerce Equitable et d accompagner les premières organisations qui souhaiteront s engager dans ce processus. Le programme de COFTA est d abord mis en place dans cinq pays d Afrique (Afrique du Sud, Tanzanie, Ouganda, Rwanda, et Sénégal) dans le cadre d études de cas qui permettront à terme de qualifier les besoins des artisans et producteurs. Avec le soutien du Trade for Development Centre de la CTB La réalisation de cette mission d envergure confiée à COFTA s inscrit dans le cadre d un projet soutenu par le Trade for Development Centre de la CTB, l Agence belge de développement. Les enjeux sont d importance. Il s agit en effet pour l organisation continentale de veiller à «soutenir les producteurs africains qui, sans un programme volontaire d amélioration de leur compétitivité, seront laissés loin derrière, et connaitront un déclin encore plus important de leur part de marché. Qui plus est, les exigences de la certification impliquent pour les producteurs d investir des ressources dont ne disposent pas de nombreux petits producteurs en Afrique» 8. L objectif du projet porté par COFTA est donc clair : veiller à ce que les producteurs africains s approprient ce nouveau système de certification. Pour ce faire, COFTA doit donc assumer un important travail de sensibilisation et veiller à identifier les besoins spécifiques des producteurs africains afin que ceux-ci soient pris en compte par la WFTO lors des étapes finales. Ceci fait, COFTA devra déployer et animer sur tout le continent les structures techniques d appui pour les petits producteurs qui voudront s engager dans cette démarche de certification. Le soutien financier de la CTB permet à COFTA de réaliser l ensemble des actions programmées : identification des organisations d artisans et de producteurs désireuses d évaluer le nouveau système de certification, animation des ateliers dans les cinq pays retenus, synthèse des travaux, présentation des recommandations formulées par les producteurs lors des conférences de la WFTO, préparation et mise en place d un premier cycle de formation des groupements intéressés. Le projet est à la hauteur de ses enjeux. Il s agit de donner aux artisans et producteurs africains les instruments techniques et commerciaux qui leur permettront de participer au vaste mouvement de maturation que connaît le commerce équitable aujourd hui. Crédit : CTB / Dieter Telemans «Notre vision est celle d un continent que le commerce équitable rend plus fort. COFTA considère le commerce équitable comme un mouvement dans lequel les artisans et paysans africains peuvent s engager ensemble pour accéder à une vie digne et durable». COFTA Pour en savoir plus : 17

18 FAIRTRADE AFRICA Réunion Fairtrade Africa à Dakar Crédit : Fairtrade Foundation Créé en 2004 à Addis Abeba en Ethiopie sous le nom de Africa Fairtrade Network (AFN), Fairtrade Africa est l organisation indépendante qui représente l ensemble des producteurs certifiés Fairtrade (FLO Max Havelaar) en Afrique. A ce titre, Fairtrade Africa a pour fonction essentielle de rapprocher les producteurs des instances dirigeantes et des organisations de certification de Fairtrade International. Fairtrade Africa est membre de Fairtrade International, l instance mondiale qui associe trois réseaux continentaux de producteurs (Fairtrade Africa, CLAC Latin America and the Caribbean et NAP Asia) et 21 initiatives de labellisation à travers l Europe, le Japon, l Amérique du Nord, le Mexique, l Australie et la Nouvelle Zélande. Fairtrade Africa opère à travers trois réseaux régionaux : le Réseau Fairtrade d Afrique de l Est (Eastern Africa Fairtrade Network - EAFN) basé à Moshi en Tanzanie, le Réseau Fairtrade d Afrique de l Ouest (West Africa Fairtrade Network - WAFN) basé à Accra, Ghana et le Réseau Fairtrade d Afrique Australe (Southern Africa Fairtrade Network - SAFN) basé au Cap (Cape Town) en Afrique du Sud. Un nouveau réseau régional devrait être bientôt mis en place en Afrique du Nord. Pour en savoir plus : WEST AFRICAN FAIR TRADE NETWORK - WAFN LE RÉSEAU DE COMMERCE EQUITABLE D AFRIQUE DE L OUEST Attentifs au fait d adopter des positions communes dans le cadre des comités de certification et soucieux d encourager les initiatives nationales, les producteurs certifiés Fairtrade en Afrique de l Ouest se sont retrouvés au Ghana en octobre 2005 pour créer le Réseau de Commerce Equitable d Afrique de l Ouest (West African Fair Trade Network - WAFN) avec l appui financier et technique de Fairtrade International. Le Réseau de Commerce Equitable d Afrique de l Ouest (WAFN) fait partie du réseau Fairtrade Africa qui mobilise ses membres à l échelle du continent africain. Cueilleuse de coton équitable - Crédit : Fairtrade Foundation 18

19 L ÉCONOMIE SOLIDAIRE ET LE COMMERCE ÉQUITABLE AU SÉNÉGAL L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ALDIANAWO «Développer les pratiques du commerce équitable» UNE DÉMARCHE CONCRÈTE, OPÉRATIONNELLE ET PARTICIPATIVE VERS UNE CERTIFICATION AFRICAINE DU COMMERCE ÉQUITABLE 19

20 Université d été 2007 de l organisation PEACE - Crédit : Liz Cooper / PEACE La société civile sénégalaise se distingue par le nombre et l importance des organisations (associations, mouvements sociaux, ONG, etc.) qui s impliquent dans le développement économique et social du pays, et tout particulièrement dans la sphère paysanne. L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Héritage de l histoire, ce dynamisme du troisième secteur sénégalais a longtemps souffert d un manque de coordination des différents intervenants qui, pendant longtemps, n ont pas su adopter des positions communes dans leurs relations avec les institutions internationales. Les choses évoluent considérablement depuis le milieu des années 2000, à l occasion en particulier de la IIIème Rencontre Internationale sur la Globalisation de la Solidarité organisée à Dakar en novembre Avec pour ambition de donner l occasion à «l Afrique de partager sa vision de l Économie Sociale et Solidaire» 9, cet évènement a marqué une étape importante pour les organisations sénégalaises qui se sont structurées au niveau national et se sont montrées plus présentes au sein des organisations de coopération et de coordination internationale. Le Forum Social Mondial de Dakar de février 2011 Organisé en février 2011, le Forum Social Mondial de Dakar a été l occasion d échanges importants sur les questions d économie solidaire et de commerce équitable. Les débats qui se sont succédés sur ces thèmes ont en particulier confirmé la volonté des acteurs sénégalais de construire «une économie sociale, solidaire, émancipatrice, avec des modèles soutenables de production et de consommation et un système de commerce équitable, qui mette au cœur de ses priorités les besoins fondamentaux des peuples et le respect de la nature, garantissant une redistribution globale avec une fiscalité internationale et sans paradis fiscaux» 10. Malgré des conditions difficiles, le Forum de Dakar a permis aux nombreux invités de découvrir les coopératives sénégalaises engagées dans ce mouvement. Ces rencontres ont surtout permis d aborder une thématique chère aux opérateurs du pays : la mise en place de systèmes de certifications équitables et de réseaux de commerce équitable Sud-Sud. A cette occasion, les participants ont reconnu «la nécessité de renforcer les échanges locaux et régionaux dans les pays du Sud pour réduire leur dépendance aux marchés du Nord, trouver de nouveaux débouchés, préserver une production locale qui répond à une culture et à des besoins locaux»

21 ALDIANAWO «Développer les pratiques du commerce équitable» Les rencontres des acteurs africains de l économie solidaire ont réellement permis aux organisations continentales (associations, producteurs, ONG, etc.) de donner leur vision du commerce équitable et de ses enjeux pour le continent. Les raisons d être de ce projet s inscrivent clairement dans la volonté des acteurs sénégalais et africains de s approprier le concept de commerce équitable en pointant l inadéquation des systèmes existants avec les réalités africaines, ainsi que l expliquent les représentants d Enda : «Au Sud, et notamment en Afrique, le commerce équitable reste mal connu, non seulement des producteurs, mais aussi des pouvoirs publics, alors Récolte de coton équitable - Crédit : Fairtrade Foundation qu il est sensé offrir de meilleures conditions commerciales en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés. Tel est le paradoxe relevé par une grande variété d acteurs nationaux (associations, fédérations, GIE, ONG, pouvoirs publics) impliqués -en compagnie d Enda et de la coopérative conseil Tukki-, dans la démarche visant à «développer des pratiques de commerce équitable au Sénégal». Les échanges qui ont eu lieu au cours des deux dernières années entre la quarantaine d acteurs réunis au sein de cette dynamique nationale permettent de penser que les systèmes actuels de certification excluent de fait les petits producteurs les plus démunis. En effet, les producteurs impliqués dans des démarches de commerce équitable, qui s inscrivent principalement dans des démarches Sud/Nord, doivent faire face à des coûts de certification élevés, et avoir la capacité de répondre aux exigences liées au respect des procédures de certification» 13. «Pour l Afrique et particulièrement pour le Sénégal, la voie offerte par le commerce équitable est la réponse adéquate à la réussite des projets visant à développer l artisanat local mais aussi l agriculture et par conséquent le commerce intérieur». Alioune Diouf, Directeur du Commerce intérieur du Sénégal 12 Près d un an et demi de travail furent nécessaires pour mener à bien les premières phases de ce projet qui ont abouti à l élaboration d une Plateforme des Valeurs et d une Charte d Engagement au commerce équitable qui furent officiellement présentées lors du Forum Social Mondial de Nairobi au Kenya en janvier 2007 et du Forum Social Mondial de Dakar en La Plateforme des valeurs permet de mieux cerner les valeurs du commerce équitable telles qu elles sont envisagées au Sénégal. Elle traite de questions sociales, environnementales, économiques et éthiques, et explicite les notions de prix juste, de travail des enfants, de prime au développement et de genre. La Charte d engagement au commerce équitable vise à promouvoir les valeurs locales africaines dans et par le commerce équitable. Conçue comme un outil devant permettre de promouvoir la justice, elle comprend un engagement pour le commerce équitable, une base éthique, un engagement social, un engagement pour l environnement et des pratiques économiques 14. Association des Villageois de N Dem Crédit : Fédération Artisans du Monde / David Erhart Ces documents fondateurs furent validés par l ensemble des acteurs du commerce équitable réunis à Ndayane en janvier

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Comprendre et agir pour :

Comprendre et agir pour : Comprendre et agir pour : 1 Commerce Equitable : définition "Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, visant une plus grande équité dans

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

"LE PARCOURS" L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION :

LE PARCOURS L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION : République du Sénégal Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal FONGS - ACTION PAYSANNE B.P. 269 THIES, Tél. 939 58 58 Fax : 951.20.59/@ : fongs@orange.sn Web : www.fongs.sn L EXPERIENCE

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités)

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) 1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) COMPTE RENDU DES TRAVAUX Le 1 er Forum National du Tourisme Responsable

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

POTENTENTIEL SOCIO-ECONOMIQUE ET DEFIS MAJEURS POUR LES I G NON AGRICOLES: UNE PERSPECTIVE MONDIALE

POTENTENTIEL SOCIO-ECONOMIQUE ET DEFIS MAJEURS POUR LES I G NON AGRICOLES: UNE PERSPECTIVE MONDIALE POTENTENTIEL SOCIO-ECONOMIQUE ET DEFIS MAJEURS POUR LES I G NON AGRICOLES: UNE PERSPECTIVE MONDIALE (Genève, le 5 décembre 2013) LES IG NON AGRICOLES DANS LE ETATS MEMBRES DE L ORGANISATION AFRICAINE DE

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ

UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Géographie UN PRODUIT MONDIALISÉ : LE CAFÉ Le café est l un des biens les plus échangés dans le monde. Certains affirment qu il arrive juste après le pétrole, mais

Plus en détail

CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS

CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS Présentation de Nununa Union karité de la commune de Cassou : Union karité de la commune de Biéha : Union karité de la commune de Gao: Union karité de la commune de Sapouy:

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Économie sociale et solidaire

Économie sociale et solidaire Économie sociale et solidaire Le commerce équitable : Une avancée problématique vers plus d équité économique et sociale Licence 3, semestre 6 Jérôme Blanc (Univ. Lyon 2) Le commerce équitable Une avancée

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Le commerce équitable

Le commerce équitable Le commerce équitable Le commerce équitable vise à introduire, au cœur du commerce international, le principe de plus juste répartition des revenus marchands, afin d assurer aux producteurs issus des pays

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif Séminaire La transparence pour le développement Lille 21 mai 2013 Synthèse des recommandations de la société civile Pascal Canfin, ministre délégué français chargé du Développement, a réuni en partenariat

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE Janvier 2009 Sommaire Introduction4 Vision commune5 Définir le Commerce Équitable6 Principes Essentiels6 Le commerce équitable, une dimension additionnelle aux

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE Etude commanditée par le MAP et le MAE 2005-2006 1 1. Contexte de l étude 1. Contexte et objectifs de l étude 2. Analyse comparative

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION

RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION Aujourd hui, 28 pays africains appartiennent au groupe des 41 pays les moins avancés. L Afrique sombre à cause des mauvaises gestions et gouvernances de ses intellectuels.

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe 2 : Intégration économique régionale Service instructeur DRRT Dates agréments CLS 04 Décembre 2008 POURSUITE D UNE MESURE D UN PROGRAMME PRÉCÉDENT Non X Oui, partiellement Oui, en totalité I.

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail