Créer une entreprise de commerce équitable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Créer une entreprise de commerce équitable"

Transcription

1 Créer une entreprise de commerce équitable

2 Introduction Le secteur du commerce équitable est aujourd hui en pleine évolution et il se développe dans un contexte économique difficile. Il est en outre animé par de réelles questions existentielles. Les quelques éléments repris dans l encadré ci-joint démontrent que le grand public semble de plus en plus sensible au commerce équitable même si le volume de ses achats doit encore progresser notablement pour assurer la survie de nombreuses entreprises. En conclusion de notre brochure, nous évoquerons quelques-unes de ces questions de fond et nous les placerons dans une perspective de réflexion plus globale par rapport au contexte économique actuel. Malgré des temps économiques incertains, de nombreux entrepreneurs souhaitent se lancer dans l aventure du commerce équitable ou réorienter leur activité en ce sens. Cette brochure leur est destinée. Elle est avant tout un outil pratique. Son but est d aider l entrepreneur ou le candidat entrepreneur à se poser les bonnes questions avant de se lancer. Il ne s agit donc pas d un livre de recettes apportant des réponses toutes faites. Ces quelques pages veulent surtout aider le porteur de projet à bien structurer son action pour prendre en compte les différentes facettes des réalités auxquelles il sera confronté. Le contenu a été élaboré par une fédération professionnelle qui s est largement appuyée sur les expériences concrètes accumulées par ses membres. Le ton se veut donc direct et bien enraciné dans la pratique. L objectif n est pas de séduire et moins encore de convaincre. Le registre est celui du partage des expériences. Dans la première partie, nous fournirons une série d éléments qui permettront de mieux comprendre et de cerner le concept de commerce équitable. La seconde partie prendra concrètement la forme d un outil d aide à la réalisation du plan d affaires. Cet exercice de rédaction et de structuration du projet est en effet une étape très importante. C est sur cette base que les actions concrètes vont s articuler les unes aux autres. La volonté de se lancer dans «l équitable» doit être soumise à l épreuve de la réalité. Il est d ailleurs fréquent qu une analyse rigoureuse débouche sur la décision de renoncer à mettre en œuvre le projet tel qu il était pensé au départ. Enfin, pour alléger le tout et donner quelques impulsions au cheminement, des petites pensées seront soumises à votre réflexion tout au long des différents chapitres. Elles sont le fruit de nombreux entretiens avec des entrepreneurs actifs dans le domaine du commerce équitable. 1

3 et comportement d achat Avez-vous déjà entendu parler du commerce équitable? Au cours des 12 derniers mois, avez-vous acheté des produits issus du commerce équitable? Oui : 86% Non : 14% Oui : 61% Non : 39 % Où avez-vous acheté les produits issus du commerce équitable? Magasins spécialisés : 37% Magasins Bio : 8 % Grands magasins : 52% Ailleurs : 4 % Quels produits issus du commerce équitable avez-vous acheté au cours de ces 12 derniers mois? Café Chocolat Autres produits alimentaires Bananes Vin Autres jus Jus d orange Thé Miel Bonbons Produits frais Riz Autres boissons Epices, huile Autres articles de textile Cacao Bijoux T-shirts Produits d artisanat en général Autres Ne sait pas Extraits du rapport d étude : enquête d opinion sur le commerce équitable et durable auprès de la population belge réalisée en 2009 à la demande de la CTB (Agence belge de développement). L étude complète peut-être consultée et téléchargée sur 2

4 Table des matières Introduction...1 PREMIERE PARTIE, définitions et éléments de contexte Définitions du commerce équitable La diversité des métiers du commerce équitable La diversité des produits du commerce équitable Les acteurs belges du commerce équitable...18 DEUXIEME PARTIE : Créer une entreprise inscrite dans les standards du commerce équitable, réfléchir et rédiger un plan d affaires...20 Introduction La présentation du projet dans son contexte Définir la meilleure stratégie Passer de la stratégie au plan opérationnel Préciser les aspects financiers du projet Les bonnes adresses...40 TROISIEME PARTIE : Conclusions

5 PREMIERE PARTIE, définitions et éléments de contexte 4

6 1. Définitions du commerce équitable En 2001, quatre structures internationales de commerce équitable (FLO, IFAT, NEWS, EFTA) ont proposé une définition du commerce équitable. Elle fait toujours référence aujourd hui : «Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel.» Sur la base d un large consensus impliquant WFTO et FLO, le commerce équitable prescrit par ailleurs 10 normes que ses acteurs, tant au Nord qu au Sud, doivent appliquer quotidiennement dans leur travail. Dans le cas des membres WFTO (organisation mondiale du commerce équitable) ou des groupes certifiés FLO (coupole mondiale des organismes de certification), différents systèmes de contrôle sont en place afin d assurer le respect de ces normes. 1. Créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement en situation de désavantage. Le commerce équitable vise à combattre la pauvreté et promouvoir le développement durable. Son but est de créer des opportunités pour les producteurs désavantagés ou marginalisés par le système du commerce conventionnel. 2. La transparence et la crédibilité. Dans le commerce équitable, les relations commerciales doivent s inscrire dans des partenariats durables et transparents avec les producteurs du Sud. 3. La capacité individuelle. Le commerce équitable contribue à développer l autonomie des travailleurs. Les partenariats dans la durée permettent aux producteurs d améliorer leurs capacités de gestion et leur accès aux marchés locaux et internationaux. 4. Promouvoir le commerce équitable. Les organisations du commerce équitable ont pour objectif de sensibiliser leur clientèle ainsi que le grand public aux injustices du système commercial actuel. Elles doivent aussi être en mesure de fournir de l information sur l origine des produits, les conditions de travail des producteurs etc. 5. Le paiement d un prix juste. Un prix juste dans un contexte local ou régional est accepté après dialogue et concertation. Cela couvre non seulement les coûts de production mais permet également une production qui est socialement juste et respectueuse de l environnement. Un prix juste payé aux producteurs tient aussi compte du principe : à salaire égal, travail égal, tant pour les hommes que pour les femmes. Les organisations de commerce équitable assurent 5

7 un paiement immédiat à leurs partenaires et aident, lorsque c est possible, leurs producteurs par un financement anticipé (avant la récolte ou la production). 6. Égalité entre les sexes. Les organisations du commerce équitable valorisent le travail des femmes : celles-ci doivent toujours être payées pour leurs contributions dans le processus de production. La présence des femmes au sein de la gouvernance de ces organisations est aussi encouragée. 7. Les conditions de travail. Le commerce équitable promeut un environnement de travail sain et sûr pour les travailleurs. La participation éventuelle des enfants n affecte pas négativement leur bien-être, leur sécurité, leurs conditions éducatives et leur besoin de jouer, conformément à la convention des Nations-Unies sur les droits des enfants ainsi qu aux lois et normes du pays. 8. Le travail des enfants. Les organisations du commerce équitable respectent la convention des Nations- Unies sur les droits des enfants (voir point précédent). Les organisations qui travaillent directement avec des organisations informelles s informent de la participation des enfants dans la production. 9. L environnement. Le commerce équitable encourage activement de meilleures pratiques environnementales et l application de méthodes responsables de production. 10. Les relations de commerce. Les organisations de commerce équitable font du commerce en tenant compte du bien-être social, économique et environnemental des producteurs marginalisés et ne font pas de profit derrière leur dos. Elles maintiennent de longues relations qui reposent sur la confiance et le respect mutuel tant au Nord qu au Sud. La notion de commerce équitable est de plus en plus connue du grand public mais le marché équitable reste très marginal Standards internationaux Les standards internationaux du commerce équitable peuvent s appréhender de deux manières : Ils sont les textes de référence des labels. Ils servent de base à la certification. Ils définissent les conditions de production et de commercialisation des produits du commerce équitable. Ils sont définis par FLO, en concertation avec les producteurs. Ils comprennent les standards génériques et des standards spécifiques à chaque produit. Ils nécessitent en moyenne deux années de recherche et développement. Ils forment un cadre standard de référence dans lequel les entreprises peuvent s inscrire. C est le cas des organisations membres de WFTO (la fédération internationale du commerce équitable) Les labels En Belgique, légalement, il n existe à ce jour aucun label officiel concernant le commerce équitable. Néanmoins, plusieurs institutions et organismes privés ont édicté des cahiers des charges afin de certifier certains produits. Il faut souligner que ces labels garantissent le respect des standards du commerce équitable, essentiellement pour la production des matières premières. La labellisation est aujourd hui traversée par deux grandes tendances : Le rapprochement et/ou l intégration progressive des cahiers des charges bio. L émergence de nouveaux acteurs de certification à la fois au Nord et au Sud. Max Havelaar «Le commerce équitable, c est intégrer dans chaque prise de décision le respect des partenaires commerciaux, des travailleurs et de l environnement.» «Max Havelaar» est le plus connu et le plus ancien des labels du commerce équitable. Au départ des Pays-Bas, les initiatives de labellisation «Max Havelaar» se sont développées dans 19 pays, à commencer par la Belgique en Max Havelaar ne vend et n achète aucun produit. Les produits labellisés Max Havelaar sont certifiés par FLO-Cert, un organisme international indépendant. 6

8 Ce label garantit que les producteurs sont payés au juste prix pour leurs récoltes et qu ils perçoivent une prime au développement. Le label assure également que les deux parties s inscrivent dans une relation commerciale durable. Enfin, pour obtenir la certification, le produit doit être réalisé dans des conditions décentes et respectueuses de l environnement. Ecocert Initialement actif dans le domaine de l agriculture biologique en France, Ecocert a peu à peu diversifié ses activités en Europe et bien au-delà, créant également son propre référentiel de commerce équitable, baptisé ESR, pour «équitable, solidaire, responsable». Le référentiel Ecocert/ESR fournit au consommateur des garanties proches de celles de Max Havelaar : un prix minimum garanti aux producteurs, l existence d un fonds social pour le financement de projets de développement, l accompagnement technique et commercial des producteurs défavorisés et de bonnes pratiques agricoles (la certification bio est exigée pour les bananes, les fleurs et le coton). Ce cahier des charges s applique aux filières agroalimentaires, mais aussi aux produits cosmétiques et aux textiles. Le transport par voie aérienne est découragé. la présence de différents acteurs débouche sur un «marché de la certification équitable», permettant aux opérateurs, au Nord comme au Sud, de choisir le référentiel ainsi que le système de contrôle qui correspondent à leurs attentes, à l instar de ce qui s est développé pour le bio. Mais, si le fait de disposer d un label permet aux consommateurs de bénéficier d une garantie concernant les produits qu ils achètent, le système n est pas parfait pour autant. En effet, obtenir un label a un coût et de nombreuses petites organisations de producteurs qui respectent les conditions du commerce équitable n ont tout simplement pas les moyens de couvrir un tel coût supplémentaire. D un autre côté, de plus en plus d entreprises «traditionnelles» choisissent de certifier quelques-uns de leurs produits. Ceux-ci représentent en général une part infime de leur production globale. L obtention de cette certification leur permet dès lors de véhiculer une image très positive de leur entreprise. Celleci rejaillit sur l ensemble de leur image de marque même si la production en question ne représente parfois qu un très faible pourcentage du chiffre d affaires global (cf. effet «greenwashing» dans le cas d entreprises qui affichent une image superficielle de respect de l environnement). Fair for Life (IMO) Le programme de certification Fair for Life a été créé en Suisse, en 2006, par la Bio-Foundation et par l IMO (Institute for Marketecology) avec l intention explicite de se démarquer du système mis en place par FLO International. L objectif était d offrir la possibilité à tous les producteurs désireux de pratiquer le commerce équitable de bénéficier d une certification indépendante attestant le respect de critères tels que : refus du travail forcé et du travail des enfants, liberté d association, conditions de travail sûres et décentes, etc. Le marché des organismes de labellisation s élargit et se complexifie et le consommateur a parfois du mal à s y retrouver. Les labels sont de bons supports mais, ce qui compte surtout, c est la réflexion qu ils suscitent chez les consommateurs. Outre les 3 labels précités, coexistent une multitude d autres labels (biologiques, durables, ). Pour des explications complètes, nous renvoyons le lecteur à la brochure «Equitable et durable : tant de labels et de systèmes de garantie comment s y retrouver?» éditée par le Trade for Development Center. En parallèle, différents systèmes de certification équitable se sont développés dans les pays producteurs, notamment au Mexique et au Brésil. Enfin, d autres organismes de certification s intéressent eux aussi au commerce équitable. Il est donc fort probable que 7

9 1.3. Les approches de type «filières» (ou filières intégrées) ONG, Coopération internationale,... Pouvoirs publics locaux Acteurs de sensibilisation, éducation au développement,... Appui logistique, assistance technique, soutien financier... Organisation petits producteurs 3 Importateurs, transformateurs 2 Vente au détail Boutiques spécialisées 1 Information, événements... Engagement Citoyens Consommateurs Certifient, contrôlent Contrôlent la bonne utilisation du label octroyé Vente au détail Supermarchés Organes de certification Service payant Les producteurs, souvent regroupés en organisations en fonction de leur métier, sont les premiers acteurs de la filière. Plus encore, ils sont au cœur même des préoccupations qui ont prévalu à la mise en place et au développement du commerce équitable. Ces travailleurs vivent généralement des situations très précaires. Leur combat quotidien est d accéder à un niveau de vie décent et de le maintenir dignement. De multiples façons, ONG et pouvoirs politiques locaux ou internationaux les appuient et les soutiennent : enseignement, formation, soins de santé, crédit, accompagnement technique Pour satisfaire aux standards du commerce équitable, les organisations de producteurs doivent respecter des règles précises (voir plus haut). Le respect du «cahier des charges» fait l objet d un contrôle indépendant exercé par un organisme extérieur qui pourra alors octroyer un label. Ce service est payant et son coût doit donc être intégré à la structure générale des coûts de production. Cet organisme de contrôle va aussi s assurer que l importateur, le transformateur et/ou le distributeur font un usage correct du label octroyé. Les produits vont ensuite être livrés aux revendeurs finaux. A ce stade, il est intéressant de différencier deux types d opérateurs : les acteurs de la grande distribution et les commerçants indépendants. En ce qui concerne les premiers, les produits du commerce équitable représenteront généralement une partie limitée de l offre globale proposée aux consommateurs. Dans ce cadre, la présence d un label garanti par le contrôle d un organisme extérieur revêt une importance primordiale. Dans le cas du commerce de détail indépendant, le label reste bien entendu une façon rigoureuse et fiable de garantir le respect des standards du commerce équitable, mais d autres voies pourront aussi être explorées grâce à la relation de confiance qui peut s établir entre les entrepreneurs et les différentes parties prenantes (producteurs et consommateurs en premier). Nous y reviendrons plus tard. 8

10 Dans le schéma, la flèche est exclusivement orientée vers les opérateurs indépendants. En effet, les opérateurs intégrés dans la grande distribution n ont qu une très faible marge de manœuvre pour influencer leurs achat soit en sélectionnant eux-mêmes quelques produits, soit en s efforçant d influencer les centrales d achats qui les livrent. De plus, pour eux, le commerce équitable n est pas le cœur de l activité économique. Il reste, de toute façon, une préoccupation marginale. 2. In fine, les produits arrivent dans le «panier de la ménagère». C est à ce niveau qu intervient une autre dimension caractéristique du commerce équitable. On l oublie trop souvent, le consommateur est aussi un citoyen et il a le pouvoir de choisir ce qu il achète. Outre son fameux «pouvoir d achat» pour lequel il est tant courtisé, le citoyen/consommateur peut aussi s engager dans des mouvements et des associations qui vont nourrir les débats, sensibiliser et soutenir le développement des producteurs en choisissant de consommer des produits plus équitables. Ces organisations sont, en général, partiellement financées par les pouvoirs publics. Attardons-nous maintenant sur les double flèches partant de la droite vers la gauche (1,2,3). 1. Le consommateur peut s impliquer directement dans la chaine commerciale en prenant un rôle actif qui vise à soutenir concrètement le commerce équitable : La façon la plus simple et la plus directe est bien sûr d acheter les produits et d en parler autour de soi pour donner ainsi à sa consommation quotidienne une dimension solidaire. Les consommateurs peuvent aussi s organiser en groupements d achats favorisant les produits du commerce équitable parallèlement à ceux des circuits économiques courts et de la production biologique. Ils peuvent aussi s engager pour des appuis bénévoles concertés avec l organisation de commerce équitable. Enfin, il est aussi possible d investir financièrement, par exemple en achetant des parts de sociétés coopératives centrées sur le commerce équitable. L opérateur qui pratique la vente au détail est généralement confronté à un faible seuil de rentabilité en raison de ses marges qui sont très étroites. Pour remédier à ce problème, il peut, pour l un ou l autre produit, chercher à établir des partenariats avec certains de ses fournisseurs en jouant par exemple un rôle d intermédiaire commercial qui prospecte de nouveaux points de vente potentiels. Dans d autres cas, il peut tenter d installer des filières directes avec certains producteurs afin de diminuer le nombre d intermédiaires et donc d augmenter ses marges potentielles. 3. Quant aux importateurs et transformateurs, ils entretiennent généralement des rapports étroits et inscrits dans la durée avec les organisations de producteurs. Cela les amène souvent à partager des expertises techniques mais aussi, parfois, à investir dans ces sociétés de production. Ces flèches sont orientées dans les deux sens car les informations et les liens humains qui les composent se dirigent aussi vers les consommateurs. Bref, il s agit de chaînes d échanges articulées autour d une confiance réciproque. C est l idéal vers lequel tend le modèle économique. L objectif, c est que, tout au long de la filière, l homme et l environnement soient respectés et qu aucun maillon n exige une rentabilité optimale au détriment des autres maillons. Malgré les distances, les différences culturelles et les injustices économiques, il s agit de démontrer qu il y a moyen de travailler ensemble et dans le même esprit. Au cœur de la notion de commerce équitable, il y une relation de confiance à établir et à maintenir tout au long de la filière. 9

11 2. La diversité des métiers du commerce équitable 2.1. Importateur et distributeur Le métier d importateur est très souvent lié à celui de distributeur. Il s agit en fait de se positionner entre les organisations de producteurs dans les pays du Sud et les commerces de détail de nos régions. Soulignons enfin qu il existe de grandes différences entre les filières alimentaires, généralement bien structurées et organisées à large échelle, et d autres filières, notamment artisanales, pour lesquelles la petite taille des ateliers ou manufactures et la grande diversité des processus et des modes de production imposent un travail au cas par cas. Repérage, sélection et achats chez les producteurs En Anglais, on parle aussi de «sourcing». Il s agit tout simplement de trouver des fournisseurs qui répondent aux attentes, tant au niveau de la qualité des produits qu à celui du respect des standards du commerce équitable. La stratégie la plus simple est de rechercher des produits labellisés. Toutefois, ce n est pas possible pour tous les produits et dans tous les cas (ceci étant dû, notamment, au coût de la certification, tel qu expliqué précédemment). Il peut alors être pertinent de se référer aux organisations et plates-formes locales de commerce équitable pour trouver de nouvelles adresses. Enfin, il est toujours possible d instaurer un contact direct avec les fournisseurs et d évaluer avec eux dans quelle mesure il est possible de répondre aux standards du commerce équitable. C est évidemment plus délicat et, parfois, le contrôle est difficile et incomplet. Seules l inscription dans la durée et la construction progressive d une réelle relation de confiance pourront fournir une garantie réelle. Transports, frais de douane et TVA Le transport des marchandises est, le plus souvent, pris en charge par des sociétés spécialisées implantées dans les pays d origine. Certaines sont spécialisées dans le fret par bateau, d autres dans le fret aérien, d autres encore agissent dans les deux secteurs. Généralement, ces sociétés peuvent aussi se charger du transport routier entre le lieu de production et le lieu d embarquement pour l exportation. Il faut accorder une grande importance à la qualité de l emballage et du conditionnement des produits afin de limiter au maximum la casse ou la dépréciation. En fonction du volume, du poids et des délais des commandes, il est parfois intéressant de travailler en «groupage», c est-à-dire de partager un container avec d autres entreprises. Une fois la marchandise débarquée à Anvers ou dans un aéroport belge, elle devra passer à la douane. C est ensuite une société de logistique nationale qui prendra le relais pour assurer l entreposage et la livraison jusqu à vos locaux. Renseignez-vous précisément auprès de ces sociétés avant tout engagement : à quel moment devez-vous payer ces opérations et quelles 10

12 seront les conditions de facturation et de livraison, quels sont les coûts de l entreposage et les délais pour l enlèvement, le temps de déchargement dans vos locaux (l immobilisation du container, les conditions de déchargement, ). Les frais de douane et le paiement de la TVA sont des matières assez complexes et surtout très variables en fonction des pays d origine, des produits et de la nature de ceux-ci. Ainsi, certains produits qui n entrent pas en concurrence avec des productions européennes ne sont grevés d aucun frais de douane. D autres, par contre, font l objet de taxes douanières parfois élevées. Elles sont destinées à protéger les productions locales européennes. Cette question doit être posée au cas par cas et les coûts engendrés peuvent varier considérablement. Enfin, il faut savoir que la TVA est calculée sur la valeur estimée de la marchandise et sur les frais de douane. Notons au passage que l administration des douanes se réserve le droit de «corriger» la valeur estimée de la marchandise en fonction de standards qui lui sont propres. Une fois encore, en cette matière, il vaut mieux prévenir que guérir Ces matières requièrent donc une grande attention et le recours aux services de sociétés spécialisées peut parfois s avérer pertinent. Distribution : aspects logistiques et commerciaux Nous ne nous étendrons pas sur le volet de la distribution en Belgique. C est une activité dont l évaluation des coûts doit être bien précise, comme nous le soulignons dans la seconde partie de ce document. La logistique est un métier à part entière et une gestion trop légère de ces questions peut générer des coûts cachés considérables en temps et en frais divers Vente au détail Nous ne parlerons ici que de vente au détail au sein de structures indépendantes. Plusieurs dispositifs peuvent être mis en œuvre et un même opérateur peut en outre en développer plusieurs simultanément. Boutiques Boutiques couplées à un point de dégustation Horeca Vente via internet Vente à domicile Colis et cadeaux d entreprise Ventes lors de manifestations, foires et marchés. Sans entrer dans les détails, nous mentionnons ici quelques points d attention. Points d attention transversaux Relevé exhaustif, évaluation et maîtrise des charges fixes. Volume de travail «périphérique» : comptabilité, administration, gestion des stocks. Politique et répartition des responsabilités en matière d achat. Attention portée sur des gammes de produits avec lesquels il est possible de réaliser des marges correctes. Plan communication et budget promotionnel. Enfin, l aspect commercial doit aussi être sérieusement réfléchi. En effet, les choix posés généreront aussi des coûts fixes et variables. Il est possible d organiser un simple entrepôt ou un entrepôt qui est également un point de vente pour les professionnels («cash and carry»). Le recours à des délégués commerciaux posera aussi la question de leur statut et de leur mode de rémunération. Il pourra être plus ou moins proportionnel aux ventes qu ils réalisent. Là aussi, en fonction des secteurs d activité, il y a des usages et des standards pratiques : vendre du café, des vêtements, des cosmétiques ou une gamme complète d épicerie ne se décline pas de la même façon. 11

13 Points d attention particuliers : Boutiques Emplacement : lieu de passage, visibilité. Heures d ouverture : fonction du voisinage et impact sur les charges en personnel. Choix d une ligne de force pour le point de vente et mise en scène des produits. Boutiques liées à un point de dégustation Horeca En fonction des services proposés, un accès à la profession peut s imposer. De même, le respect des normes sanitaires (AFSCA) peut influencer considérablement la structure des coûts. Le fait de proposer pareil service impose un plan d investissement bien réfléchi et la prise en compte de coûts supplémentaires en matière de personnel. L intégration à l activité «boutique» doit être bien réfléchie : organisation de l espace, gestion des odeurs. Vente via internet La création et le suivi d une boutique en ligne est un travail colossal. Il convient de mettre en place un système qui garantisse une maitrise efficace des coûts en matière de technique informatique : gestion de base de données, traitement graphique, back office, payement sécurisé. Outre l action à mener sur le net, ce mode de vente impose une solide organisation pour la gestion de stock et la logistique des commandes, livraisons et retours. Vente à domicile Pratiqué à titre principal ou accessoire, ce dispositif nécessite un équipement de base professionnel pour assurer les nombreux transports et manipulations. Il faut aussi être équipé d un véhicule utilitaire qui facilite les opérations de chargement et déchargement. Enfin, si l objectif est de développer ce type de vente, il faut être conscient qu il s agit d un métier à part entière qui doit intégrer des techniques précises de marketing de réseau. Mettre en œuvre un modèle «Tupperware» ne s improvise pas. Colis et cadeaux d entreprise. Pratiqué à titre principal ou accessoire, ce type de vente consiste à construire une offre diversifiée en mettant en avant une bonne connaissance des marchés équitables et la capacité de dénicher les fournisseurs équitables susceptibles de répondre aux demandes des clients. Parfois conçu sur le modèle des «paniers bio», il peut aussi s agir de proposer des colis cadeaux aux entreprises qui veulent remercier des partenaires commerciaux ou leur personnel. Développer ce type de marché demande un travail très important de relations publiques et de prospection bien ciblée. 12

14 Ventes lors de manifestations, foires et marchés Généralement pratiquées en complément d une autre activité. Outre la réalisation d un chiffre d affaires, ce type de prestation peut aussi inclure une dimension de promotion pour l activité principale. Pour évaluer correctement le coût de pareilles opérations, outre la location de l emplacement, il importe aussi de prendre en compte les frais de déplacement et, le cas échéant, les frais de personnel. La forte diminution, voire la suppression d un ou plusieurs de ces postes augmentera bien évidemment l intérêt de l opération : emplacement gratuit ou peu onéreux, aide de bénévoles, proximité impliquant peu de frais Enfin, plusieurs entreprises de commerce équitable ont la particularité d être étroitement liées à des associations qui peuvent développer des activités complémentaires et utiles pour la bonne santé commerciale de la société chargée de la vente : associations de consommateurs, mouvements d éducation permanente, ONG de coopération au développement, etc. En prônant des valeurs telles que le respect de l homme et de son environnement, l entrepreneur de commerce équitable doit donc proposer des produits séduisant tant par leur apparence que par le processus dont ils sont le fruit. De plus, il faut bien entendu rester dans une gamme de prix acceptable. Par définition, il ne pourra pas se situer au niveau des «low cost». La créativité et la recherche permanente d une esthétique efficace sont donc des préoccupations prioritaires et, ce, tant au niveau des produits euxmêmes que de leur emballage ou de leur présentation Transformateur Dans le cadre d une approche filière, les questions tourneront autour de la localisation de la valeur ajoutée. Où va-t-elle se situer? Au plus près des producteurs du Sud? Ou, au contraire, au plus près de l opérateur final? La grande diversité des produits concernés interdit bien entendu toute généralisation. Pommes de terre -> chips Graines de tagua -> bijoux fantaisie Miel -> nougats, biscuits, bonbons, pain d épice, etc. Coton -> fil -> étoffe -> vêtement Café vert -> café torréfié -> pads Fruits -> sirops concentrés -> jus Laine -> pelotes -> pulls, écharpes et bonnets 2.3. Stylistes, designer, créateur Lorsque l on s inscrit dans une démarche commerciale, l adéquation de l offre et de la demande est une condition de base. Dès lors, comment trouver le juste milieu entre cette adéquation nécessaire et le respect d une tradition souvent porteuse d un savoir et d un patrimoine ancestraux? Cette question est particulièrement pertinente dans le cas des produits artisanaux et manufacturés. Par ailleurs, nos marchés occidentaux sont aujourd hui inondés d objets en tous genres, généralement fabriqués en très grande série. Vêtements, objets déco, accessoires de mode, bijoux fantaisie, etc. sont proposés aux consommateurs soit à des prix très bas, soit sous des grandes marques aux budgets publicitaires colossaux. Outre la structure des coûts sur laquelle nous reviendrons quand nous évoquerons la question des prix et des marges, pour répondre à la question posée ci-dessus, le transformateur devra tenir compte de nombreux éléments : Les savoir-faire et la maitrise de la technologie utile Les normes sanitaires et techniques imposées aux produits importés La durée de conservation des produits Les réglementations en matière de taxes douanières Les possibilités de maitriser la qualité de la production en fin de processus «Si tu es bon nageur n oublie jamais de nager à contre-courant et apprête-toi à manger souvent des sardines.» 13

15 2.5. Acteur de sensibilisation et d information Nous venons de passer en revue différents acteurs d une même filière qui construisent ensemble des relations de confiance afin de permettre d améliorer l efficacité et la qualité d un produit arrivant au consommateur. Parallèlement à tous ces acteurs d une même filière, il y a tout un travail de sensibilisation destiné à changer les habitudes de consommation des personnes mais aussi des collectivités. Par des actions diverses (campagnes etc.), les acteurs de sensibilisation permettent un changement de regard sur le monde. C est un processus éducatif, dont le but ultime est le changement de comportements. C est le moyen d inviter des groupes de personnes à réfléchir aux conséquences de leurs actes quotidiens, dans le but de tendre vers un monde plus juste et solidaire. Pour ce faire, leur démarche pédagogique de sensibilisation, aussi appelée «éducation au développement», s articule autour de 3 axes : l information, la compréhension et l action. Par l information, le public cible cerne mieux les grands enjeux de développement de notre société, il est sensibilisé aux réalités et enjeux socioculturels, politiques, économiques et environnementaux. Cette information permet donc d amener une première réflexion. Les organisations de sensibilisation ou d éducation au développement sont des structures associatives non marchandes généralement financées, au moins en partie, par des moyens publics. Les règles qui régissent leur fonctionnement financier sont donc différentes des organisations qui participent aux filières commerciales. Mais elles n en sont pas moins des acteurs économiques à part entière et des partenaires potentiels pour le développement de synergies en matière de communication. Quel que soit le métier, l objectif central de l entrepreneur traditionnel est de générer un maximum de profit en écrasant au maximum celui des autres. L objectif de l entrepreneur de commerce équitable est que chacun soit justement rémunéré. C est un défi colossal et atypique. «Le commerce équitable doit générer du profit mais le but est de le partager équitablement avec ses partenaires.» Avec l aide d outils pédagogiques variés, les acteurs de sensibilisation visent à soutenir ensuite la réflexion du public en lui permettant d établir des liens entre plusieurs actions, idées, et pays. Le but est de développer une vision globale. Les réalités dans lesquelles nous vivons ne sont pas une fatalité. Nos actions ont un impact direct sur le monde. Chacun dispose d une capacité de faire changer les choses. La troisième et dernière étape est d encourager l action. Les professionnels de l éducation au développement ont comme mission de proposer des pistes d actions concrètes, d informer sur les alternatives existantes, d encourager les engagements et également de soutenir l émergence de nouvelles alternatives. Globalement, l éducation au développement est le moyen de renforcer les capacités de chacun à s engager dans la construction d une société plus juste et plus solidaire, un soutien à la prise de conscience, l apprentissage du rôle de citoyen responsable. Le commerce équitable est une action concrète dans ce sens. Par ses achats, le citoyen consommateur, ou «consomm acteur», peut donc contribuer concrètement au changement. 14

16 3. La diversité des produits du commerce équitable Ces dernières années, les gammes de produits du commerce équitable se sont considérablement diversifiées. L offre globale, qu elle se situe ou non dans le champ des produits alimentaires, est animée par plusieurs grandes tendances : Une offre qui intègre de plus en plus les critères «bio». Une augmentation importante des ventes dans la grande distribution et donc nécessité pour les circuits plus petits d affirmer leur spécificité, de se différencier. Le terme générique «artisanat» est progressivement remplacé par une approche plus spécifiquement liée au type de produit : on parlera donc «d objets déco», de vêtements, d accessoires de mode, de cosmétiques, de jeux et jouets, de produits de soins du corps Il faut aussi savoir que certains produits peuvent être plus «polémiques» que d autres auprès de certains consommateurs. C est le cas de ceux qui sont par ailleurs développés en Belgique (asperges, miel, pommes de terres, etc.). Il peut aussi s agir de ceux qui pourraient/devraient se prêter à une consommation dans le pays de la production (par exemple la quinoa), ou encore de ceux qui ont des conséquences environnementales néfastes lors de leur production (par exemple les roses) et/ou de leur transport, surtout quand il est aérien. Dans ce contexte, il peut être intéressant d imaginer des produits mixtes à base d ingrédients venant du Sud et du Nord comme par exemple des jus multi-fruits. Enfin, les produits issus du commerce équitable n échappent pas à la tendance générale qui requiert un très haut niveau de qualité tout en s inscrivant dans un processus d accélération des modes et des tendances. Les consommateurs occidentaux sont de plus en plus exigeants et même, dans certains cas, de plus en plus «capricieux» dans la mesure où ils se lassent très vite et demandent sans cesse de la nouveauté. Cette tendance lourde est parfois difficile à concilier avec les engagements de partenariats à long terme qui caractérisent les entreprises inscrites dans les standards du commerce équitable. Nous sommes des consommateurs gâtés et exigeants, hyper sensibles à l image et au matraquage médiatique. Nos goûts sont très changeants. Nous voulons toujours du neuf. Nous avons souvent perdu le sens de la valeur réelle des choses Pas étonnant que le commerce équitable soit difficile «Pratiquer le commerce équitable est un vrai défi. Pour le relever, il ne faut pas hésiter à utiliser des outils professionnels.» 15

17 3.1. Produits alimentaires : matières premières et produits transformés Les collections de commerce équitable doivent donc se démarquer et atteindre d emblée un niveau de qualité très élevé. Historiquement, le café, les bananes, le thé, le cacao comptent parmi les produits phares du commerce équitable et ils jouissent aujourd hui encore d un poids important pour soutenir la croissance des ventes. Plus récemment, la vente de riz, de quinoa et d autres céréales utilisées pour l alimentation de base se développe de façon significative. Dans bon nombre de pays producteurs, cette évolution pose parfois des questions complexes : comment atteindre et maintenir un bon équilibre entre la nécessité d une autosuffisance alimentaire et le besoin des revenus générés par l exportation? Nous l avons évoqué en parlant du métier de «transformateur», la gamme des produits «fair trade» se diversifie aussi par l arrivée sur le marché de produits transformés beaucoup plus complexes dans la mesure où ils sont composés de nombreux ingrédients. Se pose alors la question de la proportion minimale de produits issus du commerce équitable entrant dans le processus de fabrication. De nombreuses questions concrètes se posent à cet égard au sein des organismes de certification. Par exemple, des yaourts aux fruits pour lesquels seule la matière sèche (fruits lyophilisés) est labellisée, des biscuits ou des pâtes à tartiner où seule une partie des ingrédients est «fair trade» Rappelons aussi ici que de plus en plus de transformateurs s efforcent aujourd hui de répondre aussi aux cahiers des charges des produits biologiques afin de pouvoir afficher les deux labels Objets déco, jouets, vaisselle Au cœur même de ce que l on appelait traditionnellement «l artisanat», en période de crise économique, la vente de ce type d objets rencontre aujourd hui de sérieuses difficultés. Il est difficile de faire la part des choses entre des objets que l on peut acheter en vacances et des objets que l on peut acquérir dans une boutique près de chez soi. Le type d achat, et donc les produits qui en font l objet, sont fondamentalement différents. De plus, là encore, la très forte concurrence des objets produits industriellement en très grande série donne au consommateur une idée fausse de la valeur des choses. Il devient alors parfois très difficile de justifier le fait que l objet artisanal ou manufacturé en petite série dans les règles du commerce équitable coûte le double ou le triple du prix. La qualité de l objet en lui-même et bien entendu aussi celle de la démarche dont il est le fruit ne suffisent pas toujours à justifier l écart. Du coup, toute une série d objets ne seront tout simplement plus proposés aux consommateurs car ils ne se vendront pas à cause de leur prix élevé 3.4. Cosmétiques et soins du corps 3.2. Vêtements et accessoires de mode Vu leurs prix, ces produits se situent souvent dans un segment de marché très proche de celui des collections de marque sans pour autant avoir des moyens promotionnels semblables. En outre, le vêtement et les accessoires de mode (sacs, bijoux, foulards, écharpes, chapeaux, bonnets, etc ) se situent dans des marchés très sensibles aux tendances, aux modes et aux saisons. Par ailleurs, et même si, en termes de qualité, il y a des différences colossales, c est aussi un secteur où les ventes à bas prix exercent une pression phénoménale. Plusieurs gammes se développement aujourd hui avec une forte tendance à proposer des produits à la fois bio et équitables. La valeur ajoutée peut être importante mais l exigence de qualité se place à un niveau très élevé et ce tant au niveau des substances elles-mêmes qu à celui de leur packaging et de leur présentation. Les approches de type bio centrées sur le respect de l environnement et celles du commerce équitable centrées sur le respect des droits humains dessinent ensemble le commun dénominateur d une économie aux valeurs nouvelles. 16

18 3.5 De nouveaux champs d application pour le commerce équitable? Pourquoi le travail réalisé sur l axe de solidarité «Nord/ Sud» ne pourrait-il pas se décliner aussi au sein de notre tissu socio-économique local? Vers la production de services équitables. Parallèlement à la diversification des produits, d autres mouvements se développent aujourd hui dans des secteurs davantage considérés comme des services. Il y a d évidents points de convergence avec les valeurs de référence du commerce équitable. Ils ne demandent qu à être formalisés. Le commerce équitable est avant tout un mouvement. Son chemin se découvre et se crée au fil de la marche. Le tourisme équitable qui vise à procurer des revenus directement aux collectivités locales des pays visités et à promouvoir des échanges entre personnes. La musique conçue et diffusée dans un souci de respect des artistes : disques, concerts, téléchargements, Le cinéma et le théâtre grâce à des réalisations centrées sur le respect et la promotion des différences culturelles et qui visent à générer une rémunération équilibrée pour chacun. Vers un commerce équitable qui pourrait aussi être sur un axe local «Nord/Nord» ou «Sud/Sud». En y regardant de plus près, il y a bien des points communs entre les situations que vivent les agriculteurs ou les artisans de par le monde. Certes les contextes et les niveaux de vie sont différents mais d un côté à l autre de la planète, les mêmes mécanismes ont tendance à se reproduire : de petits opérateurs soucieux du respect des humains et de leur environnement tentent de sauvegarder un maximum de diversité face à la tendance lourde qui pousse à la production de masse et à la standardisation. Aux quatre coins du monde, il y a des agriculteurs et des artisans qui luttent pour survivre dans un paysage économique de plus en plus dominé par des sociétés multinationales prêtes à tout pour atteindre les objectifs de rentabilité fixés par leurs investisseurs. C est sur la base de ces constats qu un vaste chantier de solidarité pourrait aujourd hui s ouvrir. Il y a un commun dénominateur entre les planteurs de café d Amérique latine, les cultivateurs de coton d Afrique, les maraîchers bio de Wallonie et les artisans actifs dans toutes les parties du monde. La formalisation et l affirmation de ces solidarités sont certainement un des plus beaux et des plus forts enjeux pour les années et décennies à venir. 17

19 4. Les acteurs belges du commerce équitable 4.1. Les opérateurs commerciaux en Belgique Nous l avons souligné à plusieurs reprises, le marché du commerce équitable en Belgique est en plein développement et l offre se diversifie considérablement. De nouveaux produits labellisés apparaissent chez des fournisseurs qui ne sont pas spécialisés en commerce équitable. Au cœur de l Europe, la Belgique est aussi un marché très ouvert et donc un bon observatoire de ce qui se développe dans les pays voisins. De plus en plus de produits obtiennent la double certification «bio-équitable». Une réflexion est en cours à propos du concept de commerce équitable développé sur une base locale dans nos régions. De petits opérateurs, entreprises et ONG développent des filières directes avec des artisans indépendants un peu partout dans le monde. Il est donc très difficile de donner un aperçu exhaustif des entreprises qui pratiquent le commerce équitable que ce soit à titre principal ou à titre accessoire. Pour rester dynamique, l entreprise de commerce équitable devra donc développer une politique d achat caractérisée par une grande attention portée aux innovations. Voici quelques site sur lesquels il est possible de trouver des informations intéressantes. Le Trade for development centre de la CTB (Agence belge de développement) a pour objectif l émancipation économique et sociale des petits producteurs du Sud, à travers leur professionnalisation et l accès aux marchés. Il travaille sur trois axes : l appui aux producteurs, le centre d expertise qui constitue une plate-forme d échange et de diffusion d informations, et la sensibilisation. Le site fournit une multitude d informations sur le commerce équitable dont les listes des systèmes de garantie du commerce équitable, des organisations belges de commerce équitable ainsi que des magasins et réseaux de distribution engagés. Annuaire en ligne du commerce équitable et durable. Tous les commerçants qui proposent des articles issus du commerce équitable ou des services de commerce durable s y trouvent. Le site propose en plus un lien vers la politique de l Union européenne en matière de commerce équitable. Fairtrade Max Havelaar est un organisme de certification du commerce équitable. Le label Max Havelaar est octroyé aux produits qui répondent aux critères internationaux du com- 18

20 merce équitable. Le site possède une base de données avec les listes des produits labellisés Max Havelaar ; des détaillants et boutiques Fairtrade ainsi que des fournisseurs de produits issus du commerce équitable. Ce salon a pour objectif de faire découvrir la diversité et la qualité des produits équitables, bio et locaux aux collectivités qui veulent s engager pour une alimentation durable. La liste des fournisseurs et associations présents au salon est disponible sur le site. La Guilde des commerçants pour le développement durable et solidaire est un rassemblement de commerçants et d entreprises qui développent une activité économique basée sur la solidarité, le respect de l homme et de l environnement. Le site propose une liste de ses membres. Saveurs Paysannes assure la promotion et la défense de l agriculture paysanne, à travers des réseaux locaux. Producteurs paysans, artisans, restaurateurs, consommateurs sont associés dans une démarche de réflexion et d action pour un commerce plus équitable, de qualité et de proximité, qui privilégie le circuit court. Une de ses missions est de mettre les fournisseurs en réseau. BioForum Wallonie rassemble les représentants des producteurs, transformateurs, distributeurs, points de vente et consommateurs bio et coordonne leurs initiatives. Elle est reconnue depuis 2004 comme conseil de filière représentant l agriculture biologique. Une base de données des opérateurs belges bio est disponible sur le site, ainsi qu une liste des labels. Réseau d associations actives, les unes dans le domaine de l environnement, les autres en matière de protection des consommateurs. Ecoconso aide concrètement les consommateurs à adopter des comportements plus durables et équitables. L approche par produit peut permettre de découvrir des fournisseurs intéressants. The Belgian Fair Trade Federation est la Fédération belge du commerce équitable. Elle est la plateforme d échange et l organisme représentatif du secteur. Elle regroupe actuellement des organisations francophones de commerce équitable répondant aux standards WFTO. Elle fonctionne via un processus d adhésion volontaire. Comme son nom l indique, sa volonté est de travailler aussi avec des organisations flamandes Les structures institutionnelles belges et internationales Les sites ci-dessous sont des portes d entrée intéressantes, ils vous donneront aussi accès à d autres adresses. Trade for Development Centre : au sein de la CTB, l agence belge de développement Belgian Fair Trade Federation : fédération belge (section francophone) des organisations de commerce équitable Max Havelaar Belgique : labellisateur historique en Belgique Membre belge de FLO (Fairtrade Labelling Organizations International), coupole internationale de la labellisation Ecocert : certification équitable World Fair Trade Organization : réseau mondial d organisations de commerce équitable 19

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Le commerce équitable

Le commerce équitable Le commerce équitable Le commerce équitable vise à introduire, au cœur du commerce international, le principe de plus juste répartition des revenus marchands, afin d assurer aux producteurs issus des pays

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

CONSEILS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE SUR LE LIEU DE VOTRE ÉVÈNEMENT. www.bettereventtool.be

CONSEILS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE SUR LE LIEU DE VOTRE ÉVÈNEMENT. www.bettereventtool.be CONSEILS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE SUR LE LIEU DE VOTRE ÉVÈNEMENT www.bettereventtool.be 1. Faites un bilan de votre mode de restauration régulier Evaluez le budget total disponible pour le poste «restauration»

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

APPEL À INITIATIVES POUR UN COMMERCE PLUS EQUITABLE, ICI ET AILLEURS CLÔTURE DES INSCRIPTIONS AU 12 SEPTEMBRE 2014

APPEL À INITIATIVES POUR UN COMMERCE PLUS EQUITABLE, ICI ET AILLEURS CLÔTURE DES INSCRIPTIONS AU 12 SEPTEMBRE 2014 APPEL À INITIATIVES POUR UN COMMERCE PLUS EQUITABLE, ICI ET AILLEURS CLÔTURE DES INSCRIPTIONS AU 12 SEPTEMBRE 2014 Vous souhaitez rassembler des personnes de votre village, de votre commune autour du thème

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Guide de marque Marque commercialevalais et label Valais excellence. 2ème édition (2011)

Guide de marque Marque commercialevalais et label Valais excellence. 2ème édition (2011) Guide de marque Marque commercialevalais et label 2ème édition (2011) Guide de marque Marque commerciale Valais et label 2 ème édition (2011) lindaphoto.ch Nous, les Valaisans... Nous les Valaisans, nous

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK)

Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK) Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK) Une concertation interprofessionnelle nationale de la filière Karité Présentée Par Antoinette OUEDRAOGO 1ere Vice Présidente Crée en 2000, la vocation de la

Plus en détail

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011 Observatoire des courtiers d assurance Point 0 - Avril 2011 APRIL Courtage Un réseau de 11 sociétés grossistes spécialistes. Une large gamme de plus de 140 produits sur tous les segments de marché et toutes

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique

Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique Association de promotion et de développement du Commerce Equitable en Rhône-Alpes Intégrer des produits issus du commerce équitable dans la commande publique Equi'Sol: Association de promotion du commerce

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Comprendre et agir pour :

Comprendre et agir pour : Comprendre et agir pour : 1 Commerce Equitable : définition "Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, visant une plus grande équité dans

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Processus décisionnel d achat

Processus décisionnel d achat décisionnel d achat Que se passe-t-il dans la tête du prospect entre le moment où l envie prend naissance et sa décision d acheter. Bien cerner ce processus, permet de mettre en œuvre les outils de communication

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes Niveau 9 Dans la présente leçon, les élèves seront amenés à mieux comprendre les rôles des institutions financières au moyen de l analyse de publicités bancaires. Après avoir effectué une recherche sur

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Illustrer l innovation sociale

Illustrer l innovation sociale Les mercredi de l INET 22 mai 2013 Illustrer l innovation sociale Phrase obligatoire mentions date etc Une définition «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

Devenir chef d entreprise

Devenir chef d entreprise Devenir chef d entreprise CATALOGUE DE FORMATION pour les créateurs et repreneurs d entreprise Édito Opérateur Nacre 1 2 3 Prêter une oreille attentive à chaque idée, développer l esprit créatif, encourager

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

L électricité solaire sur toitures industrielles

L électricité solaire sur toitures industrielles L électricité solaire sur toitures industrielles Phoenix Solar ouvre de nouvelles perspectives De grandes toitures pour un grand potentiel Notre savoir-faire en système photovoltaïque est la clé de votre

Plus en détail

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche «Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche Terr avenir» Pour un développement durable Les 3 piliers

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

GESTION D UN MAGASIN

GESTION D UN MAGASIN de la formation GESTION D UN MAGASIN Optimiser la performance commerciale du point de vente Connaître les principaux facteurs de performances commerciales Mesurer l impact de la fréquentation sur les résultats

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d études pour accélérer sa carrière!

Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d études pour accélérer sa carrière! Régine Ferrère Présidente de la CNEP Membre de la 19 ème CPC de l Education NATIONALE Frédéric Lefret Président de la FFEEP Le nouveau BTS des Métiers de l Esthétique Cosmétique Parfumerie, 2 années d

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail