réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé"

Transcription

1 réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

2 Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement un produit bio et ce qu on attend d une entreprise bio. Les produits bio sont en vogue et on en trouve de plus en plus dans les supermarchés et autres points de vente. La vente de produits bio ne va pourtant pas de soi. La vente de produits alimentaires est soumise à la réglementation générale concernant les denrées alimentaires et contrôlée l Agence fédérale pour la sécurité alimentaire (AFSCA). Lorsqu une entreprise vend des produits bio, il doit tenir compte d éléments supplémentaires qui vont au-delà de la réglementation qui s adresse aux produits conventionnels. Ces éléments supplémentaires concernent les différents aspects liés au transit d un produit. Il s agit également de «contrôles internes» supplémentaires lors de la réception des matières premières bio, de restrictions quant à l utilisation de certaines matières premières conventionnelles, de restrictions dans l utilisation de certains auxiliaires lors de la préparation de produits alimentaires, de la séparation du bio et du conventionnel tant lors de l entreposage, que dans la facturation et la traçabilité. Tous les acteurs de la filière bio, de l agriculteur en passant par le préparateur, l importateur, le grossiste, le distributeur jusqu au point de vente sont contrôlés par l organisme de contrôle. Chaque entreprise contrôlée a un certificat sur lequel sont mentionnés les produits bio qu elle est autorisée à vendre. En d autres mots, le produit bio que consomme le consommateur a parcouru un nombre d entreprises toutes contrôlées quelque soit leur activité : la production, la préparation, le conditionnement, la distribution, l importation ou la vente en magasin. Pour chaque produit on sait comment il a été produit ou préparé, l emballage a été vérifié et lorsque tout cela est conforme au cadre législatif, le produit peut vendu avec la référence au bio. Le contrôle dans les entreprises est effectué par un organisme de contrôle reconnu par la Région Wallonne. Le contrôle vérifie la conformité des produits aux «règles bio». Deux organismes de contrôle sont agrées en Wallonie. En résumé : Les entreprises qui vendent des produits bio sont contrôlées et disposent d un certificat sur lequel figurent les produits bio qu elles peuvent vendre. Le certificat donne à chaque acheteur ou consommateur la garantie que le produit est conforme aux normes européennes. Un produit ne peut être certifié qu à condition d être produit en conformité avec les règles de production prévues par la législation européenne. version 01 dec 2008 page 2

3 Que signifie le terme «Bio»? Le terme «Bio» s applique aux produits alimentaires destinés à la consommation humaine, mais également aux fournitures pour les agriculteurs biologiques tels que les aliments pour animaux, les semences ou autre matériel de culture. L utilisation du terme «bio» ou «biologique» mais également «eco» pour ces produits est légalement protégée et contrôlée pour les produits susmentionnés. Cela signifie que les produits bio et les entreprises qui les vendent doivent être conformes à la législation. Les produits agricoles non transformés tels que le lin, le coton, les fleurs et les arbres (de Noël) peuvent également être vendus comme des produits bio (mais uniquement par des vendeurs contrôlés : voir ci-après). La transformation de ces cultures industrielles (en des produits autres que des produits alimentaires) n est pas couverte par la protection légale du terme «bio» dont bénéficient les produits susmentionnés. Les mal nommés «biocarburants», par exemple, n ont donc rien à voir avec l agriculture biologique. La législation est expliquée dans les parties spécifiques suivant la partie générale. Les produits bio ont des caractéristiques communes. Grâce au caractère durable de leur production et préparation, les produits bio conservent leur authenticité. Lors de la production agricole, peu de matières premières ou auxiliaires sont utilisés que l agriculteur ne peut produire lui-même et lors de la préparation de produits alimentaires peu d auxiliaires conventionnels sont autorisés. Chaque intervention par l agriculteur ou par le préparateur n a que très peu d impact sur le milieu. Les produits biologiques ont des caractéristiques communes tant à l intérieur qu à l exterieur sur l emballage du produit. Ainsi, par exemple, la liste des ingrédients de chaque produit bio indique quels ingrédients biologique ont été utilisés, il y a également une référence à l organisme de contrôle qui se porte garant et il y aura progressivement de plus en plus de produits avec le logo bio européen obligatoire. «Bio» est un terme protégé Conformément au Règlement européen 834/2007, les règles pour l étiquetage et la vente de produits bio et pour les entreprises concernées sont d application dans les 27 Etats membres de l Union Européenne. (En Wallonie et en Flandres elles sont reprises respectivement dans un Arrêté du Gouvernement Wallon et dans un Besluit van de Vlaamse Regering). Cette réglementation établit que la production biologique vise des objectifs de durabilité concrets. En pratique, cela signifie qu il faut appliquer les meilleures pratiques pour : L environnement, le maintien de la biodiversité et des ressources naturelles ; Le bien-être des animaux en tenant compte de leur comportement naturel, et l utilisation des matières premières et produits d origine naturelle. Les agriculteurs font du recyclage, pratiquent la rotation et assurent à leurs animaux un bien-être de haut niveau ; Les produits bio doivent être des produits de première qualité avec un impact positif sur les consommateurs et la société. Le certificat dont il est question ci-dessus, offre la protection légale aux entreprises que les produits bio sont produits en respectant ces trois objectifs, mais également qu ils sont produits en conformité avec les normes ou dispositions légales. Il est très important pour chaque entreprise bio d être en la possession des certificats valables des fournisseurs. Ces certificats, ainsi que les références au bio et à l organisme de con- version 01 dec 2008 page 3

4 trôle sur les documents officiels, fournissent à chaque entreprise les instruments nécessaires afin de vérifier si le produit bio commandé, livré et utilisé est bien conforme. Le certificat constitue la garantie et donc la protection légale pour chaque entreprise ainsi que pour les consommateurs. Une entreprise qui n est pas contrôlée ne possède évidemment pas de certificat (authentique). Les produits bio sont identifiables Le terme «bio» se trouve sur différents types de produits. Les principaux types de produits sont les produits commercialisés avec une référence au «bio» ou des références à la méthode de production bio dans la dénomination. Les ingrédients d origine agricole comportent au moins 95% d ingrédients bio. A partir du 1er juillet 2010 le logo européen obligatoire sera imprimé sur l emballage de ces produits, il sera facilement reconnaissable et spécifique de l agriculture biologique. La Commission européenne travaille actuellement à la création d un nouveau logo pour les produits biologiques européens. Un deuxième type de produits, le terme «bio» ne sera mentionné que dans la liste des ingrédients. Il s agit de produits comprenant moins de 95% d ingrédients bio. Un troisième type de produits sont les produits dont l ingrédient principal est un produit de la chasse ou de la pêche et dont tous les autres ingrédients sont bio. Sur chacun de ces produits le pays d origine des ingrédients devra être indiqué. Chaque produit bio devra également faire référence à l organisme de contrôle. La référence au bio et à l organisme de contrôle sera également mentionnée sur les bons de livraison, les tickets de caisse, les factures et le matériel publicitaire. Ainsi l utilisation frauduleuse du terme bio sera ainsi évitée. Les produits bio sont des produits contrôlés. Les produits bio doivent se conformer aux règles de production fixées par la législation. Il existe des règles de production pour la production et la transformation de produits agricoles. Les principes (et règles de production) importants pour l agriculteur biologique concernent la gestion des sols sans faire usage de substance chimiques de synthèses, le maintien du bien-être animal à un très haut niveau, l utilisation de races et espèces locales, l élevage impliquant le moins de charge possible au sol, l utilisation d aliments bio, un minimum de médicaments pour animaux et le recyclage. Les principes et les règles pour les préparateurs de produits issus de l agriculture biologique se basent là-dessus en n autorisant que les matières premières bio, en limitant au maximum les additifs et les auxiliaires techniques, en privilégiant uniquement les techniques de transformation biologiques et mécaniques et en interdisant les ingrédients et procédés correctifs. Il existe, tant pour les agriculteurs que pour les préparateurs, des listes positives de produits autorisés. Les produits biologiques commercialisés proviennent d entreprises contrôlées. Le contrôle de ces entreprises ne concerne pas uniquement les produits (composition et étiquette) mais également le procédé de production. Une attention particulière est portée dans les entreprises où sont fabriqués des produits bio et des produits conventionnels, car tout mélange entre ingrédients bio et non bio à n importe quelle étape du process est interdit. version 01 dec 2008 page 4

5 Le contrôle des entreprises bio a comme objectif de détecter les fraude. Il est rare qu une entreprise procède de façon frauduleuse pour l ensemble de ses produits. La fraude la plus fréquent est l utilisation d ingrédients qui ne sont pas d origine biologique. Ils sont parfois utilisés dans la fabrication de produits bio alors que rien sur l étiquette ne l indique. Les organismes de contrôle recherchent ces cas et les sanctionnent. Les infractions les plus fréquentes chez les préparateurs concernent l étiquetage et la procédure de réception, auxquels il est généralement facile de remédier. Les infractions les plus communes chez les agriculteurs ont trait aux aspects administratifs. Les organismes de contrôle actifs en Wallonie sont obligés depuis déjà pas mal de temps de faire des contrôles inopinés sur base d une analyse de risque. Le contrôle comprend également le prélèvement d échantillons des matières premières et des produits finis afin de détecter la présence éventuelle de substances non autorisées. Les contrôles ne sont malheureusement pas gratuits. L organisme de contrôle établit un système de tarification qui doit être approuvé par le Ministre compétent. Celui-ci consulte BioForum avant de se prononcer. La Région Wallonne prévoit toutefois une prime en compensation des frais de contrôle. Produits bio, législation et cahier des charges privés Outre l application du règlement européenne pour la production et l étiquetage, il existe également des règles de production plus contraignantes auxquelles certains produits biologiques sont soumis : les règles des cahiers des charges privés. Ces cahiers de charges privés sont plus sévères, mais s appliquent également à une plus grande gamme de produits. Quelques exemples connus sont Biogarantie, Soil Association et Nature & Progrès qui sont principalement connus du grand public grâce à leur logo spécifique. Il y a également d autres logos tels que le logo AB en France, le logo EKO aux Pays-Bas et le biosiegel en Allemagne : ils représentent une législation nationale. A partir du 1/1/2009, ces logos nationaux perdront une bonne partie de leur plusvalue. A partir de cette date, il ne sera pratiquement plus possible à un état membre d établir des règles de production plus contraignantes, que celles fixées par l Union européenne. Ces cahiers de charges restent néanmoins intéressants. Ils sont adaptés aux possibilités et besoins locaux et ils offrent un champ d application plus étendu que le règlement européen. Le cahier des charges Biogarantie énumère, par exemple, les normes spécifiques pour le catering et l alimentation animale pour les animaux de compagnie. Le cahier de charges privé permet, sur base volontaire, d utiliser le terme bio de façon correcte dans ces deux domaines. Importation et exportation de produits bio Les grandes entreprises exportent également des produits bio vers d autres pays. Alors que la vente de produits à l intérieur de l Union européenne n est pas soumise à des règles supplémentaires, celles-ci sont toutefois d application pour la vente et l achat de produits, par exemple, des Etats-Unis d Amérique. Comme il existe dans ce pays une réglementation bio différente de celle en vigueur en Europe, un contrôle séparé est indispensable. Graduellement, deux systèmes seront mis en place pour l importation de produits bio provenant de pays hors Europe : un système pour l importation de produits équivalents et un deuxième système pour l importation de produits correspondants. Il version 01 dec 2008 page 5

6 est trop tôt pour en dire plus. Le système actuel d autorisations d importation et de certificats de lots continuera à être d application jusqu en 2010 au moins. Produits bio et contrôle Le contrôle peut être comparé à une médaille à deux faces. Côté face, il y a les règles contraignantes à respecter, côté pile ces mêmes règles offrent une protection tant pour le consommateur que pour les entreprises. Ces règles sont fixées par le Règlement européen et sont donc d application dans les 27 pays membres de l Union européenne. Nous avons déjà parlé des modalités de contrôle, mais qu en est-il de la supervision et de l organisation du contrôle en Wallonie? Chaque état membre porte la responsabilité de l organisation, de la supervision des contrôles et des systèmes de contrôle. Etant donné qu en Belgique un ministre de la Région wallonne est compétent pour la législation relative aux produits agricoles biologiques, la Direction de la Qualité, de la DG Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (DGARNE), Service public de Wallonie, est le service compétent dans ce domaine pour la Région wallonne. Les autorités wallonnes délèguent le contrôle de la production et de l étiquetage des produits bio aux organismes de contrôle. Les organismes de contrôle qui désirent effectuer ces contrôles officiels doivent être accrédités (c-à-d que leur système qualité doit satisfaire à la norme ISO 65 ou la norme EN45011). En outre, ils doivent obtenir un agrément renouvelable annuellement. Cet agrément leur est délivré par le service compétent des autorités wallonnes. Jusqu à présent les autorités wallonnes agréent deux organismes de contrôle : Certisys et Integra/Blik. Vous trouverez de plus amples informations concernant ces organismes de contrôle sur les sites internet et Ces organismes de contrôle doivent effectuer au moins une fois par an un contrôle sur place dans les entreprises contrôlées afin de vérifier si elle respecte toutes les règles. Ces contrôles sont planifiés sur base d une analyse de risques. En outre, l organisme de contrôle doit effectuer annuellement un nombre minimum de contrôles inopinés et de prises d échantillons. Produits bio, sanctions et possibilités d appel Lorsque des infractions sont constatées, l organisme de contrôle intervient en appliquant une ou plusieurs sanctions. Les sanctions applicables sont définies par un barème des sanctions qui comporte 9 types de sanctions différentes. Le barème de sanctions est repris dans la législation wallonne et doit être respecté par les organismes de contrôle. Quels sont les produits bio? A dater du 1/1/2009 les groupes de produits suivants seront protégés par la loi : - les produits bio provenant de l aquaculture - les produits bio provenant de l agriculture (à l exception du vin) - les produits bio provenant de plantes ou de parties de plantes poussant à l état sauvage. L utilisation du terme bio dans le secteur des collectivités ou dans de petites entrepri- version 01 dec 2008 page 6

7 ses tels que les sandwicheries n est pas encore protégée par la législation en Flandre. Cela signifie que l utilisation du terme est encore libre dans ce secteur. Par contre, en Wallonie l utilisation de ce terme protégé. Les produits provenant d animaux sauvages ne sont pas considérés comme des produits bio. Les plantes et produits ou des parties de ceux-ci cultivés sur des substrats ne peuvent pas non plus être considérés comme étant bio. Ci-après vous trouverez des descriptions plus détaillées des règles applicables pour les agriculteurs et les préparateurs. version 01 dec 2008 page 7

8 Adresses utiles: Ministère de la Région wallonne : Contrôle Production végétale Production animale RAMANITRERA Stéphanie Ministère de la Rég. Wallonne DGA-D32 Chaussée de Louvain, 14 PI/+2 / NAMUR Tel: 081/ Fax: 081/ Développement MRW-DGA Ir. Christian PAPEIANS, Attaché 28, bd Winston Churchill, 7000 Mons Tél.: 065/ Fax : 065/ MASSART Serge Ministère de la Rég. Wallonne DGA-D32 Chaussée de Louvain, 14 - PI / +2 / NAMUR Tel: 081/ Fax: 081/ Primes à l agriculture biologique GODFRIN Jean - Pierre Ministère de l Agriculture - RW Chaussée de Louvain, 14 CH/+2/ NAMUR Tel: 081/ Fax: 081/ Unions professionnelles : UNAB - Union Nationale Agrobiologistes Belges Rue du Bordia, GEMBLOUX 065/ Organismes de contrôle agréés : CERTISYS (anciennement Ecocert Belgium ) Ch. de la Haute Beaudecet, WALHAIN 081/ Fax081/ BIOFORUM Wallonie Coupole régionale du secteur bio Chaussée de Namur, 47 B-5030 GEMBLOUX 081/ Fax. 081/ PROBILA - UNITRAB Leuvensebaan Sint-Agatha-Rode 016/ Fax. : 016/ INTEGRA Statiestraat, BERCHEM 03/ Fax 03/ Les missions de BioForum Wallonie Représenter le secteur bio wallon auprès des autorités et des autres acteurs bio régionaux et internationaux ; Favoriser la concertation au sein du secteur bio wallon ; Développer la filière bio en Wallonie ; Promouvoir le secteur bio auprès du grand public et des professionnels de l agriculture. version 01 dec 2008 page 8

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Le contrôle et la certification en agriculture biologique

Le contrôle et la certification en agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction Générale de la Production Agricole TCP/TUN/2903 Le contrôle

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique CERTIFICATION AB 10.2012 PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique SOMMAIRE I La règlementation II Le processus de certification 1- Les étapes du processus de certification 2- Le plan de correction

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» :

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» : Echanges et ventes de semences et plants de variétés non inscrites au catalogue, que peut on faire dans le cadre réglementaire actuel? Les semences et plants commercialisés doivent appartenir à une variété

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

MON LAIT ISSU DE VACHES NOURRIES AUX OGM?

MON LAIT ISSU DE VACHES NOURRIES AUX OGM? MON LAIT ISSU DE VACHES NOURRIES AUX OGM? L U X E M B O U R G octobre 2005 Ë Les OGM, nos animaux d élevage et nous : 20 millions de tonnes d OGM sont importées chaque année en Europe. 80% de celles-ci

Plus en détail

I. Champ d application. Description du produit Code NC Pays Chocolat / II. Certificats disponibles. Certificat général

I. Champ d application. Description du produit Code NC Pays Chocolat / II. Certificats disponibles. Certificat général Denrées alimentaires et autres produits RI.DAL.AA.01.chocolat Mars 2015 Généralités I. Champ d application Description du produit Code NC Pays Chocolat / II. Certificats disponibles Certificat général

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Décret d application de la loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur. Le présent projet de décret pris en application de la loi n 31-08 édictant des mesures

Plus en détail

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale gence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale Référence PCCB/S1/JPM/912984 Date 18/02/2014 Version

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Autocontrôle et traçabilité dans la production primaire végétale

Autocontrôle et traçabilité dans la production primaire végétale Gisèle Fichefet Conseillère Vegaplan.be Le Standard GIQF : Autocontrôle et traçabilité dans la production primaire végétale Contenu Introduction Historique GIQF/Guide sectoriel Vegaplan.be Le Standard

Plus en détail

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX! «Agir rend heureux» Yann Arthus-Bertrand FONDATEUR DE LA FONDATION GOODPLANET POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

L OAN aussi diversifié que le canton de Berne

L OAN aussi diversifié que le canton de Berne L OAN aussi diversifié que le canton de Berne Direction de l économie publique du canton de Berne OAN Office de l agriculture et de la nature Vision Mission La conception et la mise en réseau de l agriculture,

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22 Projet de politique nationale sur la gestion de la présence de faibles quantités de cultures génétiquement modifiées dans les importations et son cadre de mise en œuvre connexe Septembre 2012 Table des

Plus en détail

Norme de la Chaîne de Traçabilité

Norme de la Chaîne de Traçabilité Norme de la Chaîne de Traçabilité Mars 2014 Réseau d'agriculture Durable et Rainforest Alliance, 2012-2014. www.san.ag Ce document est disponible sur les sites suivants: www.san.ag - www.rainforest-alliance.org

Plus en détail

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ 13.1 OBJECTIFS................................................................. 13-1 13.1.1 Objectifs de ce chapitre.................................................... 13-1 13.1.2 Objectifs d un essai

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS Services fournis à tous les maillons de la chaîne de valeur X Reconversion (professionnelle) Promotion des exportations Installations

Plus en détail

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 Plan de présentation Cadre légal Types et catégories de permis

Plus en détail

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Plus en détail

Conditions Générales pour l achat de biens et services

Conditions Générales pour l achat de biens et services Conditions Générales pour l achat de biens et services 1 Champ d application 1.1 Les conditions générales règlent la conclusion, le contenu et l exécution des accords d achat de biens et services. 1.2

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES Vous trouverez dans cette note, les informations suivantes : 1. DEFINITION D UN EMBALLAGE MENAGER 2. QUELLES SONT LES ENTREPRISES CONCERNEES? 3.

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07. GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.2007/Uniagro Sommaire ORGANISATION DU GROUPE CASINO LES PRODUITS «TERRE ET SAVEUR»

Plus en détail

Chaîne de Traçabilité UTZ Certified. Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012

Chaîne de Traçabilité UTZ Certified. Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012 Chaîne de Traçabilité UTZ Certified Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012 Version 3.1 Juin2012 Des copies de ce document sont disponibles gratuitement sous format électronique sur le site Web du Centre de

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS GUIDE DE CHOIX FACTEURS DE RÉUSSITE GUIDE MATIÈRES AUTO ÉVALUATION DD-GUID-012 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication responsable

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES :

REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES : REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES : «Processus de maîtrise des risques d'émission des poussières issues de semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques : Opérations industrielles»

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques Texte adopté par la commission exécutive du CIO, Lausanne, 7 février 2007 Article 1 : CHAMP

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Conditions générales pour la certification de systèmes de

Conditions générales pour la certification de systèmes de Page : 1 de 5 1 Généralités Le Service de Certification ESCEM propose aux entreprises de certifier leurs Systèmes de Management Qualité (SMQ), Santé Sécurité au travail (SMS) ou Environnement (SME). Les

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

A. LA VENTE A DISTANCE

A. LA VENTE A DISTANCE LES REGLES APPLICABLES AUX VENTES A DISTANCE ET AUX OFFRES PROMOTIONNELLES Ventes par Internet, vente par correspondance, opérations commerciales promotionnelles, soldes..., les obligations en matière

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail

Agence pour une Comm green et responsable

Agence pour une Comm green et responsable Agence pour une Comm green et responsable AGENCE WEB AGENCE MEDIA AGENCE EVENEMENTIELLE AGENCE CONSULTING ET DEVELOPPEMENT Le nom econnexbiocity mêle plusieurs concepts. - ECONNEX signifie l e-connexion,

Plus en détail

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Auteurs : Sophie Valleix, responsable d ABioDoc et Esméralda Ribeiro, documentaliste à ABioDoc

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE 1. Introduction Précisez clairement la nature du contrat (agence commerciale autonome, zelfstandige handelsagentuur, Handelsvertretung, commercial agency,

Plus en détail

Règlement Spécifique DB Visa Card

Règlement Spécifique DB Visa Card Deutsche Bank Règlement Spécifique DB Visa Card AVRIL 2015 Deutsche Bank AG est un établissement de crédit de droit allemand, dont le siège social est établi 12, Taunusanlage, 60325 Francfort-sur-le-Main,

Plus en détail

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A :

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : Cette charte est le résultat de trois années de travaux de consultations nationales et locales menées en région Rhône-Alpes, visant à identifier et adapter les principes

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR GARANTIE LEGALE DU VENDEUR L ensemble des biens achetés auprès d Apple, y compris les biens qui ne sont pas de la marque Apple, sont couverts par la garantie légale de deux ans du vendeur contre les défauts

Plus en détail

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries

Éléments de contexte. L univers des jardineries et graineteries Éléments de contexte L univers des jardineries et graineteries L univers étudié est constitué des établissements spécialisés dont l activité se caractérise par la distribution de végétaux, de fleurs, de

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DEPARTEMENTALE INTERMINISTERIELLE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Siège : 22, Rue Borde - 13285 MARSEILLE CEDEX 08 Publipostage MARSEILLE, 03.04.2013 Téléphone :

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

Les pièges de la TVA intracommunautaire

Les pièges de la TVA intracommunautaire Les pièges de la TVA intracommunautaire Ordre des Experts-comptables Paris Ile de France Commission Europe 28 novembre 2006 Olivier BOURDEAU Avocat à la Cour Hervé KRUGER Expert-comptable PRESENTATION

Plus en détail

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011.

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures Page 1/8 Page 2/8 Sommaire Documents concernés 4 Documents non concernés 4 Caractéristiques 4 Mentions obligatoires 4 Mentions facultatives (hors

Plus en détail

PEFC Gestion durable des forêts. PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014

PEFC Gestion durable des forêts. PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014 PEFC Gestion durable des forêts PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014 1 Agenda Origines de la certification forestière L organisation PEFC Le standard PEFC Certifications PEFC PEFC en Belgique

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs

Standard du Commerce Equitable Fairtrade. les organisations de petits producteurs Standard du Commerce Equitable Fairtrade pour le cacao pour les organisations de petits producteurs Valable également pour la production contractuelle en Océanie Version actuelle: 01.05.2011_v1.2 Prochaine

Plus en détail

SECTION 2 DÉFINITIONS

SECTION 2 DÉFINITIONS DIRECTIVES SUR LA CONCEPTION, L APPLICATION, L ÉVALUATION ET L HOMOLOGATION DE SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 OBJECTIFS CAC/GL 26-1997

Plus en détail

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main?

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? FAQ Car-pass 1. "Car-pass", de quoi s'agit-il? 2. Quand faut-il un car-pass? 3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? 4. Quelles sont les conséquences

Plus en détail

Cartes de crédit ING Mode d emploi

Cartes de crédit ING Mode d emploi Cartes de crédit ING Mode d emploi 1 Bienvenue Nous sommes heureux de vous compter parmi les titulaires d une carte de crédit ING. En parcourant ce guide, vous découvrirez les nombreux avantages de votre

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15 29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15 RÈGLEMENT (UE) N o 608/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 12 juin 2013 concernant le contrôle, par les autorités douanières, du respect

Plus en détail

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Y. Curnel 1, F. Vanwindekens 1, A. Gobin 2, S. Zamani 3, H. Van de Vijver

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

MASSERAN INNOVATION VII

MASSERAN INNOVATION VII MASSERAN INNOVATION VII INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN INNOVATION VII?

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE Déposée le 18 février 2013 PROPOSITION DE LOI visant à rendre obligatoire l indication du pays d origine pour les produits agricoles

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Foire aux Questions Identification chevaux

Foire aux Questions Identification chevaux Foire aux Questions Identification chevaux 1/ Dans quelle mesure les exigences d identification de l arrêté royal du 16 juin 2005 s appliquent-elles aux chevaux en provenance de l étranger? Qu entend-on

Plus en détail

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6 CHAPITRE 6 Réglementation Import/Export Dans ce chapitre: Rubriques / pages Prescriptions du Traité/ 187 Mesures Législatives et Administratives / 191 Conformité / 194 Diffusion / 196 Programme d Assistance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

Procédures pour l importation et l exportation de denrées alimentaires et objets usuels

Procédures pour l importation et l exportation de denrées alimentaires et objets usuels Service de la consommation et des affaires vétérinaires 155, ch.des Boveresses 1066 EPALINGES Téléphone +41 (0)21 316 43 43 Télécopie +41 (0)21 316 43 00 Courriel info.labocant@vd.ch Procédures pour l

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Objectifs stratégiques et opérationnels 2009-2011: état des lieux

Objectifs stratégiques et opérationnels 2009-2011: état des lieux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Objectifs stratégiques et opérationnels 2009-2011: état des lieux Comité de consultation du 30/11/2011 Objectifs stratégiques 2 16% 9% 29% 46%

Plus en détail

BRUSSELS AIRLINES MASTERCARD ASSURANCE GARANTIE ACHATS DECLARATION DE SINISTRE INFORMATIONS GENERALES. : claims.be@aig.

BRUSSELS AIRLINES MASTERCARD ASSURANCE GARANTIE ACHATS DECLARATION DE SINISTRE INFORMATIONS GENERALES. : claims.be@aig. INFORMATIONS GENERALES Assureur : AIG Europe Limited, succursale Belge 11, Boulevard de la Plaine B-1050 Bruxelles - Belgique : +32 2 739 96 50 : claims.be@aig.com Titulaire de la carte Brussels Airlines

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail