BIG BANG ROYAL. L ACTU Maroc EN COUVERTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIG BANG ROYAL. L ACTU Maroc EN COUVERTURE"

Transcription

1 L ACTU Maroc BIG BANG ROYAL Fusion de l ONA et de la SNI, retrait de la Bourse et cession d un paquet de filiales Avec un coût estimé de 24 milliards de dirhams, c est le plus gros chamboulement capitalistique que le Maroc ait jamais connu. Enquête et explications. PAR FAHD IRAQI AVEC MEHDI MICHBAL AFP / PHOTOMONTAGE TELQUEL Ce 25 mars, au siège casablancais de l ONA, c est jour de conseil d administration, sous la houlette du PDG Mouatassim Belghazi. Mounir Majidi, secrétaire particulier de Mohammed VI et administrateur du groupe au nom de Siger, la société de participations royale, est-il là? Même si aucun des administrateurs de l ONA ne nous l a formellement confirmé (étrangement, tous leurs portables étaient sur silencieux cette semaine), la présence du vrai patron des holdings royaux ne fait que peu de doute. C est que le conseil de ce jeudi est exceptionnel. La rumeur enflait depuis quelques jours déjà : la fusion de l ONA et de la SNI, sa maison-mère, va être officiellement annoncée. Et c est bien de cela qu il s agit en partie : une opération gigantesque qui se chiffre en milliards de dirhams, séquencée en trois phases. D abord un retrait des deux holdings de la Bourse de Casablanca ; ensuite, leur fusion ; et enfin, la cession d une partie de leurs actifs. Un mot : waw! C est sans aucun doute la plus grosse opération capitalistique que le Maroc ait jamais connue. Hormis les initiateurs de l opération, c est à dire les représentants de Siger (son DG Hassan Bouhemmou est aussi PDG de la SNI), aucun administrateur du groupe royal n était au parfum. Pour des raisons évidentes de déontologie et d efficacité, ce genre de projet ne peut être débattu en dehors d un conseil d administration. Il a été donc présenté aux actionnaires, pour la première fois, le 25 mars, a déclaré à Tel- Quel Mouatassim Belghazi, avec une franchise qui force l admiration. Le lendemain, dès l ouverture du marché, la communauté des traders découvre, stupéfaite, que les actions de l ONA, de la SNI, et de leur dizaine de filiales inscrites en Bourse, sont suspendues de la cote. On avait tous les yeux rivés sur Internet, raconte un trader. On attendait qu un communiqué tombe pour comprendre ce qui se passe. Il tombera, sur le site de l agence officielle MAP, bien entendu, à 11h43 très précisément. Dès lors, les téléphones s affolent, et la même question fuse de tous les côtés : depuis quand travaillent-ils sur ce montage inouï? Nous avons commencé à étudier les scénarios au début de l année 2010, nous répond Belghazi. Mais l opération de réorganisation est l aboutissement d un long processus de maturation datant de plusieurs années. Le PDG de l ONA a raison : pour comprendre la logique de cette méga-opération, il faut remonter...11 ans en arrière. Star incontestable de la Bourse, le groupe ONA sera bientôt retiré de la cote. Hormis les représentants de Siger, aucun administrateur du groupe royal n était au courant de ce qui se préparait. Une fusion attendue depuis 11 ans Tout commence en juillet 1999, quand la Société nationale d investissement (SNI), holding industriel au portefeuille de participations bien garni (Sonasid, Lafarge, Brasseries du Maroc ) tombe dans l escarcelle de l ONA. Une prise de contrôle pour laquelle il a fallu batailler dur sur le front boursier notamment contre le banquier Othman Benjelloun, qui n hésitait pas à surenchérir pour rafler tous les titres SNI en circulation (lire encadré p. 22). L ONA, qui finit par remporter le combat aux points, se retrouve majoritaire dans le capital de la SNI. Dès cette époque, l idée de fusionner les deux holdings commence à faire son chemin. Le scénario est sérieusement étudié par l état-major de l ONA. Evidemment, nous avons creusé cette piste, raconte cet ancien du holding royal. Mais nous avons été découragés par le coût fiscal énorme de l opération, et surtout par le risque, pour l actionnaire de référence, de se retrouver dilué dans la nouvelle entité. Et puis, à l époque, nous avions d autres priorités. Il fallait d abord digérer le coût d acquisition de la SNI. On s était dit qu on verrait plus tard. Opération décalée, mais pas enterrée! Du moins pour les professionnels du marché, frappés par la taille du nouveau duopole royal (32,6 milliards de dirhams de capitalisation boursière à fin 1999). Pendant les mois qui ont suivi la prise de contrôle de la SNI par l ONA, le microcosme boursier est resté sur le qui-vive : le moindre mouvement des cours des deux sociétés était frénétiquement décrypté par les analystes financiers, pour tenter d y déceler les prémices d une fusion Quatre ans plus tard, précisément le 24 septembre 2003, quand le nouveau président de l ONA, Bassim Jaï Hokimi, convoque une conférence de presse surprise, la galaxie boursière est convaincue que l heure de la grande annonce a enfin sonné. Mais Hokimi prend tout le marché à contre-pied. Non, il n y aura pas de fusion ONA-SNI, mais une rotation de participations. Un montage financier inédit au Maroc, qui chamboule la configuration des holdings royaux. Par un tour de passe-passe financier (tout à fait légal, en l absence de lois protégeant les intérêts des petits actionnaires), ce n est plus l ONA qui contrôle la SNI, mais l inverse. Désormais, Siger détient (via Copropar, une coquille vide dont l unique fonction est de faire écran à la famille royale) 60% de la SNI, qui détient elle-même 30% de l ONA. Avec ce nouveau montage, optimal pour l actionnaire de référence (c est ainsi qu on désigne pudiquement Mohammed VI), le marché ne croit plus au scénario de la fusion. Il y en aura bien une, de fusion, et même une grosse. Mais ce ne sera pas celle-là. En novembre 2003, la Banque commerciale du Maroc (filiale bancaire de l ONA) se paie Wafabank TNIOUNI 18 19

2 L ACTU MAROC BIG BANG ROYAL LA NOUVELLE FIGURE DU GROUPE ROYAL La SNI et l ONA vont donc fusionner dans une nouvelle entité. Parmi les entreprises qu elle détiendra, certaines, dont les joint-venture avec des étrangers, resteront sous contrôle. D autres seront (partiellement) cédées en Bourse, en vue de leur autonomisation. Entités contrôlées On garde les meilleurs! Mines, grande distribution et relais de croissance (énergie et télécoms) : rien ne bouge pour ces trois secteurs qui représentent la moitié du portefeuille de l ONA *. La nouvelle entité en conserve donc le contrôle, car ils sont appelés à générer de gros bénéfices dans les années à venir. * Part dans l actif net réévalué, chiffres 2008 WANA ONAPAR MARJANE SOPRIAM OPTORG MANAGEM NAREVA LONGOMETAL 69% 91% 78% 99% 50% 16% 33% pour 2 milliards de dirhams. Une autre opération qui prend le marché de court, et qui donne naissance à la plus grosse banque privée du royaume : 42 milliards de dirhams de crédits, 73 milliards de dépôts, et un total-bilan qui frôle les 90 milliards! Avec une telle assise financière, le duo ONA-SNI trouve les ressources pour développer et restructurer son portefeuille tentaculaire. Outre le renforcement dans ses métiers classiques (agroalimentaire et mines, essentiellement), le groupe royal développe les métiers de la grande distribution (Marjane, Acima) et de la finance (Attijariwafa bank, Wafa Assurance) Autant de filiales qui deviennent vite de grosses machines à cash. Mais pas suffisamment pour les ambitions gargantuesques des hommes d affaires de Sa Majesté, qui doivent financer à coups de milliards de dirhams leurs nouvelles aventures dans les télécoms (Wana), l immobilier (Onapar) ou encore l énergie (Nareva). Ces derniers secteurs sont présentés aux petits actionnaires du groupe comme des relais Joint-ventures Partenaires bien aimés Ciments, acier, et fonds d investissement marocoémirati (Somed) : là non plus, rien ne bouge. Ce que contrôlait la SNI sera contrôlé par la nouvelle entité. Quant aux partenaires étrangers, ils restent dans le capital et aux manettes. Ce sont en effet eux qui assurent la gestion effective de ces entités, expertise oblige. LAFARGE SONASID SOMED 67% ATLAS HOSPITALITY MOROCCO 84% 50% 34% 66% PARTENAIRES de croissance. Comprenez : c est de là que viendront les (gros) bénéfices futurs. Cela vaut bien quelques sacrifices : l endettement du groupe explose, ses charges financières s alourdissent et la distribution de dividendes aux actionnaires reste limitée. Entités autonomisées On réalise les plus-values! Les sociétés agroalimentaires du groupe royal ont atteint leurs limites en termes de marge de progression des bénéfices. Et comme elles distribuent des dividendes exceptionnels depuis des années, leurs réserves sont largement entamées. Bref, c est le moment de vendre! Reste un mystère : pourquoi céder 13% d Attijariwafa Bank? Seule explication : les 6,9 milliards attendus serviront, en partie ou en totalité, à financer le retrait de la Bourse du groupe royal. Aujourd hui 43% Aujourd hui 75% Aujourd hui 62% Aujourd hui 63% LESIEUR COSUMAR CENTRALE LAITIÈRE Sociétés cotées Et soudain, la bombe! Avec tout ça, le marché boursier avait fini par oublier le scénario tant attendu de la fusion ONA-SNI. Si son annonce, à l issue du conseil d administration du 25 mars dernier, a pris tout le monde (encore une fois) de court. A en croire le dossier de presse conjoint distribué à l occasion par les deux holdings, il ne s agit pas d une simple fusion. L élément principal dans cette opération est le changement de vocation du groupe. Celui-ci aurait pu ne pas s accompagner d une fusion. Mais ce schéma s est révélé le plus efficient, grâce notamment au nouveau régime fiscal applicable aux fusions. La coïncidence est, en effet, fort heureuse : quelques mois plus tôt, une disposition de la Loi de Finances 2010, passée quasiment inaperçue, exonérait généreusement les sociétés fusionnées de l impôt sur la plus-value nette réalisée à la suite de l apport de l ensemble des éléments de l actif immobilisé et des titres de participation. Bref, des gains de trésorerie par centaines de millions. Bien sûr, il ne faut pas compter sur les managers royaux pour admettre avoir fait du lobbying en vue d un tel cadeau fiscal. Les récents aménagements de la Loi de Finances viennent répondre à des doléances exprimées depuis plusieurs années par la CGEM, dont le groupe fait partie, nous explique innocemment le PDG de l ONA. C est oublier un peu vite la colossale influence du groupe royal au sein de la Confédération patronale, dont il fait et défait les présidents à sa guise. Il est vrai que cette disposition fiscale profite à tous les grands groupes marocains, encouragés à fusionner par des économies d impôts conséquentes. A combien se chiffrentelles pour le cas ONA-SNI? Belghazi ne donne aucun chiffre, et joue sur les mots : Il ne s agit pas d économie fiscale, mais d un report de la taxation des plus-values lorsqu il y aura événement de cession, qui interviendra compte tenu de notre nouvelle vocation. Bref, on saura plus tard. Un jour. Peut-être. Mariage hors cote A terme, donc (mais on ne risque pas d attendre trop longtemps), la fusion ONA- SNI va donner naissance à une nouvelle entité, qui héritera de toutes les participations détenues par les deux holdings. Un portefeuille qui vaut aujourd hui, en Bourse, la bagatelle de 50 milliards de dirhams! Sauf que ce méga-mariage, tant attendu par la place, se fêtera finalement hors cote, c est-à-dire une fois les deux structures radiées de la Bourse. Ainsi en ont décidé les managers du groupe royal. Et pour expliquer ce retrait du marché financier, ils ne manquent pas d arguments. Il est de plus en plus rare de par le monde de voir des holdings cotés qui sont essentiellement constitués d actifs euxmêmes cotés, ce qui est le cas de SNI et ONA. Les investisseurs en Bourse peuvent légitimement s interroger sur la valeur ajoutée des holdings de participations, dès lors qu ils peuvent acquérir directement les titres cotés qui constituent le portefeuille, peut-on lire dans le dossier de presse du groupe. Un raisonnement d autant plus implacable que sur les marchés développés, les cours de Bourse des maisonsmères sont souvent pénalisés d une décote de 20% par rapport à la valeur de leurs actifs. Et de marteler : Le retrait de la cote aboutira à une meilleure représentativité de la Bourse de Casablanca. En effet, la capitalisation de SNI ONA et de leurs participations cotées représentent 30% de la capitalisation boursière à fin Ce poids est sans commune mesure avec le poids réel de l ensemble dans l économie marocaine, soit 3% du PIB. Un raisonnement qui était encore plus valable il y a quelques années, quand les deux holdings pesaient les deux-tiers de la capitalisation boursière marocaine. Ce n est qu à l arrivée en Bourse de mastodontes comme Maroc Telecom, Addoha ou CGI, que le pourcentage s est dilué. Un prix étrangement généreux Mais si les arguments avancés pour justifier le retrait de la Bourse sont pertinents, ils ne suffisent pas à justifier le coût abyssal de l opération. Pour soustraire l ONA et la SNI de la cote, la loi oblige les actionnaires initiateurs à offrir aux autres actionnaires, institutionnels comme petits porteurs, la possibilité de se retirer en vendant leurs actions à des tarifs convenables. On appelle cela une Offre publique de retrait (OPR). Pour La fusion ONA-SNI va donner naissance à un mastodonte qui pèse pas moins de 50 milliards de dirhams! celle de l ONA-SNI, deux banques d affaires internationales mandatées par le groupe, Lazard et Léonardo Finance, se sont chargées d évaluer le prix des actions : 1650 DH pour l ONA, 1900 pour la SNI. Des prix qui semblent corrects, mais qui méritent tout de même d être examinés de plus près. Si le prix proposé pour l action SNI n est pas très loin de son dernier cours en Bourse (1874 dirhams), pour l ONA, le prix proposé offre une prime de 22% (par rapport à son dernier cours, qui était de 1355 dirhams). C est très généreux, surtout que les initiateurs doivent racheter beaucoup plus de titres ONA (24% de flottant en Bourse) que de titres SNI (15% de flottant). Mais, comme souvent dans le milieu de la finance, il y a un truc : A l arrêté des comptes fin juin 2009, la SNI valorisait l action ONA dans son portefeuille à 1900 dirhams. C est 15% de plus que le prix proposé aujourd hui par l OPR, explique cet analyste financier à TelQuel. De deux choses l une : soit la SNI survalorisait l ONA pour gonfler ses actifs, soit le prix de l OPR n est pas si généreux que ce qu on veut nous faire croire. Au vu du comportement récent du titre ONA sur le marché, c est la deuxième hypothèse qui est la plus plausible. Depuis le début de l année, le cours du titre n a augmenté que de 3,1% En attendant que la fusion devienne effective, Mouatassim Belghazi vit ses derniers mois en tant que PDG de l ONA. alors que l indice général de la Bourse (qui reflète l évolution moyenne du marché) a progressé, lui, de 6%. Le cours du titre était endormi, nous confie un trader qui a prudemment réclamé l anonymat. Il y avait toujours un mystérieux vendeur pour servir n importe quelle quantité de titres ONA demandée sur le marché. Et si ce mystérieux vendeur n était autre qu une société apparentée au groupe ONA-SNI? Des rumeurs persistantes (et impossibles à vérifier formellement, en l état du marché) évoquent en effet des gestionnaires de fonds d Attijariwafa Bank, qui auraient eu pour consigne ces derniers mois d éviter une hausse du cours ONA, de manière à ce que le prix de la future OPR puisse paraître attractif. Oh, la méchante accusation! Vu les concernés, en tout cas, ce n est pas le très timoré CDVM (gendarme du marché boursier) qui se risquerait à enquêter sur de sournoises présomptions de manipulation de cours Discussions sur l appétit Des OPR, il va en falloir deux pour sceller le retrait de la Bourse de la SNI et de l ONA. La première, portant sur les titres de l ONA, devrait être initiée par la SNI, son actionnaire de référence. Pour la deuxième, c est Copropar (étage intermédiaire, pour rappel, entre Siger et ses dépendances) qui propose au marché de racheter les actions SNI. Les deux offres publiques de retrait seront lancées simultanément, explique Mouatassim Belghazi à TelQuel. Le coût maximal théorique de cette opération est de 8 milliards de dirhams pour la SNI et 16 milliards pour l ONA. En tout, ça fait 24 milliards de dirhams à mobiliser. Pour donner un ordre de grandeur, le budget 2010 de la Défense TNIOUNI 20 21

3 L ACTU nationale est de 21 milliards, et celui de l Intérieur, de 13 milliards Mais comme dit Belghazi, ce n est là qu un montant maximal théorique. Pour qu il soit effectivement décaissé par Siger, il faudrait que tous les actionnaires de la SNI et de l ONA lui vendent les titres qu ils détiennent dans les deux holdings (scénario 1, p. 23). Ce qui est peu probable. Le coût réel sera certainement inférieur à 24 milliards, vu l accueil favorable des actionnaires lors du conseil d administration, commente Belghazi. En fait, les gestionnaires des affaires royales savent qu ils peuvent compter sur leurs alliés historiques : les partenaires étrangers, mais surtout les institutionnels marocains. Leur entrée en scène, selon les différentes approches envisageables, va drastiquement réduire la note de radiation des holdings royaux. D abord, et tout simplement, ils peuvent choisir de ne pas se joindre au rachat des actions constituant le flottant en Bourse, mais tout en conservant leurs titres ONA-SNI (scénario 2). Ils peuvent aller encore plus loin en se positionnant comme co-initiateurs des OPR c est-à-dire en participant eux-mêmes au rachat du flottant en Bourse. Et dans ce cas de figure, tout est envisageable : ils peuvent racheter à proportion de leurs parts actuelles (scénario 3) ou à plus, ou à moins que leur proportion. Inutile, cela dit, de nous épuiser en conjectures : les autres actionnaires de la nouvelle entité postfusion feront comme le décideront les MAROC OTHMAN BENJELLOUN La paix des braves Présent dans le tour de table du groupe royal via RMA Watanya, Othman Benjelloun n est pas un actionnaire de l ONA et de la SNI comme les autres. Jadis bête noire des hommes d affaires de Sa Majesté, le patron du groupe Finance.com (bancassurance) est aujourd hui un de leurs alliés stratégiques les plus importants. Ses positions dans le groupe royal ne sont pas négligeables : 7% dans l ONA et 12% dans la SNI. Des parts certes insuffisantes pour s opposer au projet de fusion (il lui faudrait pour cela une minorité de blocage de 34%) Benjelloun, seul, n a pas le pouvoir de bloquer l opération. Mais s il décide de vendre ses parts, il peut alourdir dangereusement la facture. mais suffisamment importantes pour alourdir dangereusement la facture de l opération, s il décide de vendre ses actions aux initiateurs de l OPR (Offre publique de retrait de la Bourse). Mais le Othman Benjelloun d aujourd hui n est plus l homme qui a essayé, en 1999, de doubler l ONA en faisant main basse sur la SNI. Depuis la cuisante défaite boursière qu il a essuyée à l époque, l ex- banquier terrible ne demande plus qu une chose : la paix des braves avec les gestionnaires de la fortune royale. Déjà, en 2003, il n avait pipé mot quand, par la grâce de la fameuse rotation de participations, le contrôle de la SNI par l ONA s était inversé. Il n avait rien dit non plus quand, en 2005, l ONA avait débauché son dauphin Saâd Bendidi. Ce n est certainement pas aujourd hui, à 78 ans et alors que son groupe est enfin stabilisé et à l abri des convoitises, qu il va recommencer à ruer dans les brancards. Et il le fera d autant moins que la Caisse de dépôt et de gestion (CDG, dite Makhzen Bank ) vient de s offrir 8% du capital de sa banque, à sa grande satisfaction. Bref, entre Benjelloun et les hommes d affaires de Sa Majesté, BIG BANG ROYAL ET LES ACTIONNAIRES, DANS TOUT ÇA? Lesieur, producteur d huile et filiale de l ONA, figure sur la liste des sociétés à céder partiellement. gestionnaires des affaires royales. Le PDG de l ONA nous le confirme à sa manière : Les règles d allocation pour les OPR dépendront de l appétit de chaque initiateur, et seront déterminées dans le cadre des discussions pour la composition des consortiums d initiateurs. Comme on aimerait être une petite souris sous la table, le jour où ces discussions sur l appétit auront lieu A l heure où nous passons sous presse, le détail des OPR n était pas encore communiqué. Les notes d information seront déposées aux autorités du marché début avril, a annoncé dans la presse Hassan Bouhemmou, PDG de la SNI et patron annoncé de la nouvelle entité. Ce sont ces documents qui lèveront définitivement le voile sur l identité des initiateurs de l OPR qui accompagneront Siger et la SNI. D ores et déjà, le soutien indéfectible des institutionnels marocains n est pas à mettre en doute. Dans les opérations frappées du sceau royal, ils ont toujours répondu présent. Ils l ont fait en 1999 pour la Le président de Finance.com est désormais un allié stratégique de Siger la hache de guerre est bel et bien enterrée. Reste un détail : quand le banquier reviendra-t-il siéger personnellement aux conseils d administration de l ONA-SNI, auxquels ils n est plus le bienvenu depuis 11 ans? Gageons que cela ne saurait tarder AIC PRESS AFP EN BOURSE Tant que la SNI et l ONA sont en Bourse, leur fusion ne sera pas effective. Imaginons qu elle le soit déjà, pour voir qui détient quoi de la nouvelle entité. GROUPE RMA WATANIYA 1,9% 8,9% 5,5% MCMA/ MAMDA ACTIONNAIRES CIMR 50,4% 3,8% 8,7% BOURSE 20,5% 0,3% CMR La répartition actionnariale ci-dessus est une projection théorique de TelQuel. Pour la réaliser, nous avons d abord additionné les capitalisations boursières actuelles de l ONA et de la SNI, en partant des prix des actions proposés pour l Offre publique de retrait (de la Bourse) : 1900 DH pour l action SNI, et 1650 DH pour l action ONA. Total : un petit peu moins de 50 milliards de dirhams. Puis nous avons fait le même calcul pour les actionnaires, pour déterminer combien chacun d entre eux détient, sur les 50 milliards en question. Enfin, par une simple règle de trois, nous en avons déduit les pourcentages de chaque actionnaire. Sans surprise, la société royale Siger en détient la moitié. TNIOUNI Mounir Majidi, Secrétaire particulier du roi et PDG de Siger. HORS DE LA BOURSE Pour sortir de la Bourse, il faudra donc racheter les 20,5% cotés au moins. Qui rachètera quoi, et comment évoluera l actionnariat de la nouvelle entité? Au moins 3 scénarios sont possibles. SCÉNARIO 1 Siger rachète tout Siger est la seule initiatrice des deux offres de retrait (ONA et SNI), et tous les autres actionnaires décident de lui vendre leurs parts. Pour tout racheter, Siger ( et SNI) doit décaisser 24 milliards de dirhams. C est le scénario le plus improbable. RMA WATANIYA La société de participations royale est toujours la seule initiatrice des deux Offres publiques de retrait. Mais les autres actionnaires ne vendent pas leurs titres. Siger ( et SNI) ne rachète donc que le flottant en Bourse. Coût de l opération : 9,7 milliards de dirhams. RMA WATANIYA SCÉNARIO 2 Siger ne rachète que le flottant en Bourse GROUPE 8,9% 5,5% GROUPE 11,1% 6,9% 1,9% MCMA/ MAMDA ACTIONNAIRES CIMR 2,4% MCMA/ MAMDA ACTIONNAIRES CIMR 3,8% 4,8% 11,4% 8,7% 63% 70,9% 0,3% 0,4% CMR SCÉNARIO 3 Tous les actionnaires rachètent le flottant en Bourse, à proportion de leurs parts CMR Tous les actionnaires participent à l Offre publique de retrait autrement dit, ils se liguent pour racheter les 20,5% flottant en Bourse, chacun en proportion de la part qu il détient de la nouvelle entité (cf. schéma en haut à gauche). Dans cette configuration, Siger (via Corporpar et SNI) débourse alors 6 milliards de dirhams à moins que les actionnaires ne décident d acheter plus que leur proportions. Dans ce cas, la facture de la société royale sera encore moins lourde

4 L ACTU MAROC BIG BANG ROYAL prise de contrôle de la SNI, ils l ont refait en 2003 pour la rotation de participations Ce n est sûrement pas aujourd hui qu ils vont commencer à jouer aux têtes brûlées. Méga-emprunt en vue Quoi qu il en soit, la société royale de tête est contrainte de miser 6 milliards de dirhams (au meilleur des cas - cf. scénarios p.23) pour boucler l opération. Vu l état globalement tendu des liquidités sur le marché bancaire, mobiliser une telle somme aujourd hui est mission impossible pour n importe quel groupe marocain sauf, apparemment, pour les actionnaires de l ONA et la SNI. C est avec un calme et une assurance remarquables que Hassan Bouhemmou a annoncé, cette semaine dans la presse, que les OPR seront financées par un recours à l endettement. Dans les couloirs des banques d affaires, on se fait déjà l écho de la préparation d un gigantesque emprunt impliquant une bonne partie des banques du pays. Et les rumeurs vont bon train : Bank Al-Maghrib devra signer une dérogation spéciale pour permettre aux banques de prêter plus d argent au holding royal, prophétise un banquier. Il se trouve que Bank Al-Maghrib a décidé, à l issue de son conseil tenu il y a quelques jours à peine (le 30 mars), de baisser le taux de réserve obligatoire des banques (parts de leurs ressources qu elles doivent impérativement laisser dans les coffres de la banque centrale), le faisant passer de 8 à 6%. En clair, les banques ont plus de cash à prêter. Il est vrai qu une telle mesure est bienvenue pour tout le monde, vu la tension qui règne sur les liquidités nationales depuis quelque temps. Disons, comme pour le bonus fiscal aux fusions, que le groupe royal bénéficie d une heureuse coïncidence Une fois l ONA et la SNI radiées de la Bourse et fusionnées dans la fameuse nouvelle entité (on attend son nom avec impatience), il est prévu de céder, en Bourse, une partie de ses participations dans certaines sociétés qu elle contrôle. Quatre stars de la galaxie ONA sont concernées : Lesieur, Cosumar, Centrale Laitière (avec ses filiales Bimo et Sotherma) et Attijariwafa. Des Le changement de vocation du groupe royal n est-il qu un emballage rhétorique pour justifier une sortie de Bourse financée à découvert? structures qui ont atteint leur vitesse de croisière, disent les dirigeants du groupe, qui entendent y baisser leurs participations jusqu à 30%. Recette prévisionnelle de ces cessions : au moins 14 milliards de dirhams. De quoi rembourser largement la dette nécessaire aux deux OPR, et consolider la force de frappe financière du groupe royal comme jamais. Mais les dirigeants de l ONA et de la SNI ne veulent pas s abaisser à ces vulgaires considérations d argent. La main sur le cœur, ils préfèrent mettre l accent sur les bienfaits des futures cessions sur la place boursière : L augmentation des flottants qui en découlera donnera aux investisseurs institutionnels une plus grande influence sur les sociétés cotées, et renforcera par là même l attractivité de la place boursière marocaine pour les investisseurs internationaux qui sont d autant plus sensibles à la profondeur des flottants, explique doctement le dossier de presse. Pas de doute, l argument est pertinent, et le marché boursier retrouvera un nouveau souffle grâce à ces cessions. L effet d annonce a déjà mis en transe l indice casablancais (voir ci-dessous). AIC PRESS BOURSE Electrochoc royal La journée du 26 mars 2010 restera dans les annales de la Bourse de Casablanca. Dès l annonce de la fusion de l ONA et de la SNI et malgré la suspension de leurs transactions, comme le prévoit la loi en pareille situation, une fièvre sans précédent saisit la communauté des traders. Les indices s emballent (le MASI gagne 5 points en quelques minutes!), les volumes explosent et les valeurs s échangent tous azimuts. En trois séances de marché seulement, la capitalisation boursière gagne 30 milliards de dirhams. Du jamais vu! Ça fait longtemps qu on n avait plus travaillé dans cette ambiance. Ça nous manquait, confie un trader avec émotion. C est que l effet d annonce du Big Bang royal a réveillé, d un coup, des cohortes de petits porteurs dormants. J ai reçu plusieurs coups de fil de clients qui ne s étaient plus manifestés depuis le déclenchement de la crise mondiale, fin Ils voulaient tout savoir de ce qu il se passait, et guettaient la moindre opportunité de placement avec fébrilité, raconte, aux anges, le patron d une société de Bourse. Cet engouement a deux raisons. Techniquement, le retrait de la Bourse des titres ONA-SNI chamboulera la capitalisation de la place, et partant, la structure même des indices boursiers. Le cash qui sera libéré par les rachats du flottant du groupe royal ne demandera qu à être replacé ailleurs. Surtout pour les gestionnaires de A l annonce de l opération la place de Casablanca a soudain retrouvé son euphorie d antan. fonds qui calquent leurs mouvements sur l évolution de l indice, explique un analyste financier. Anticipant la forte demande à venir, les boursicoteurs se placent déjà sur quelques valeurs phares de la cote (Addoha, Maroc Telecom) en attendant le grand jour. D où l emballement du marché. Les futures introductions en Bourse promises par le groupe royal y sont également pour quelque chose. Des promesses de papier frais qui redonneront un nouveau souffle à la place Vive le roi! 24

5 L ACTU MAROC BIG BANG ROYAL DIVIDENDES ROYAUX 10 ANS DE TRANSPARENCE ET PUIS S EN VA (Chiffres en millions de dirhams) Une autonomie très encadrée Cela étant dit, parler d influence grandissante des investisseurs institutionnels, c est aller un peu vite en besogne. Car à 30% du capital de Lesieur, Cosumar, Centrale Laitière ou Attijariwafa bank (et même à moins que ça), le groupe royal sera toujours leur actionnaire de référence. Ne disait-on pas cela de Siger quand elle ne détenait, avant 2003, que 13% de l ONA? Même si on s en tient strictement au droit des sociétés qui fixe la minorité de blocage de toute entreprise à 34% racheter 4% de n importe quelle société détenue par des institutionnels marocains est, et restera toujours un jeu d enfant pour le groupe royal. Qui continuera donc qui en doutait? à faire la loi dans les conseils d administration, faisant et défaisant les présidents à sa guise Se reposer sur les institutionnels marocains pour verrouiller les conseils d entreprise est un modèle qui était déjà appliqué pour l ONA elle-même et certaines de ses filiales au début des années 2000, explique ce vieux routier de la Bourse. C est juste un retour à l ancien modèle avec la réalisation, au passage, de plus-values faramineuses. Procès d intention? Peut-être. Attendons de voir ce que va donner l autonomisation des filiales promise par MM. Bouhemmou et Belghazi D autre part, le choix des filiales à céder n échappe pas à une lecture politique. C est une évidence, même si les managers des affaires royales refusent catégoriquement ce débat. Dans les chancelleries, le désengagement royal du secteur des denrées alimentaires de première nécessité, même relatif, passe clairement pour un signal du Palais à l Union Européenne, au lendemain de l obtention par le Maroc du fameux statut avancé. Les Européens ont toujours critiqué la mainmise des entreprises royales sur des secteurs sensibles comme celui du sucre, du lait ou des huiles de table ; chose qui ne favorise pas le libre jeu de la concurrence, explique un expert consulté par TelQuel. Alors, Sa Majesté premier producteur de sucre, d huile et de lait fini, tout ça? Pas vraiment, soupire notre expert. Pour que ce soit le cas, l ONA aurait dû se délester de toutes ses participations dans ces entreprises. Le signal aurait été plus clair. Politique mise à part, il était temps, pour le groupe royal, de se désengager de ces filiales. Vues sous un angle financier, en effet, Cosumar, Lesieur et la Brassant 17 milliards de dirhams de chiffre d affaires par an, les supermarchés Marjane et Acima restent propriétés exclusives de la nouvelle entité A partir de 2010? Jusqu en 2003, Siger (çàd la famille royale) n encaissait que les dividendes que lui rapportait sa part de l ONA (13%). C est cette année-là que survient la rotation de participations réalisée par le PDG Bassim Jaï Hokimi. Siger se retrouve alors détentrice de 5% de l ONA, et surtout de 60% de la SNI. Résultat mécanique : dès 2004, ses dividendes quadruplent pour atteindre 192 MDH. En 2009, Siger en percevra encore 30% de plus. La fusion ONA-SNI devrait augmenter encore les dividendes royaux dans les années à venir. De combien? On ne le saura jamais, puisque la nouvelle entité ne sera plus cotée en Bourse. Rien ne l obligera donc plus à publier des chiffres aussi intimes Bientôt en vente : Lesieur, Cosumar, la Centrale laitière, Attijariwafa Recette prévue : au moins 14 milliards de dirhams. Centrale Laitière ne sont plus ce qu elles étaient. Quand les dirigeants de l ONA disent qu elles sont matures, il faut comprendre qu elles n ont quasiment plus de marge de progression. Leurs résultats d exploitation stagnent depuis des années et leurs réserves financières ont été sérieusement entamées, à force de distribution de dividendes exceptionnels. Parfois, il vaut mieux céder et réaliser des plus-values que rester à attendre des dividendes, philosophe un analyste financier. Et si, en plus, l opération a des avantages politiques, eh bien c est ce qu on appelle faire d une pierre deux coups. Changement de vocation, vraiment? Les managers des business royaux, on l a dit, se cabrent dès qu on évoque la dimension politique de la méga-opération annoncée le 25 mars. Ils se cabrent tout autant quand on évoque les plus-values qu ils comptent en retirer comme si gagner de l argent n était pas leur métier. Officiellement, il ne s agit de rien d autre qu un changement de vocation du groupe : dépasser l approche multi-métiers au profit de celle de holding d investissement exerçant un seul métier, celui d actionnaire AFP professionnel. Actionnaire professionnel dont la mission, nous dit-on, consiste à accompagner dans la durée des entreprises leaders et des projets structurants pour l économie marocaine, (jouer le rôle d ) incubateur et (de) développeur d entreprises, seul ou en partenariat avec des leaders mondiaux, (en vue de) céder au marché le contrôle des entreprises ayant atteint leur vitesse de croisière. En deux mots, ça s appelle du capital-risque. Mais attention, on joue ici dans le haut de gamme. Incuber des entreprises surcapitalisées comme Nareva ou Wana n est pas à la portée du premier capital-risqueur venu. Nareva fait dans les énergies renouvelables, un secteur appelé à exploser, entre autres grâce au fameux plan solaire marocain décidé par Mohammed VI et appelé à être le chantier de la décennie. Wana, de son côté, est bien partie pour se tailler, dans les années à venir, une part plus qu importante dans le marché des télécoms, qui brasse 35 milliards de chiffre d affaires par an. La nouvelle entité garde aussi sous sa coupe quelques gros morceaux comme Managem (mines) ou Marjane (grande distribution). A suivre la logique des managers des affaires royales, ces entreprises ne seraient donc pas suffisamment matures pour qu on s en désengage. Curieuse appréciation, sachant qu elles brassent respectivement 2 et 17 milliards de dirhams de chiffre d affaires par an. Ces sociétés ont encore beaucoup de marge de progression. Elles sont appelées à devenir de plus en plus rentables, décrypte notre analyste. La maturité consisterait-elle donc à atteindre le seuil des rendements décroissants? En dehors des entités à céder (partiellement), et de celles qui restent sous contrôle majoritaire, le groupe royal détient aussi plusieurs filiales en jointventure avec des partenaires étrangers. Pour celles-là aussi, rien ne va bouger. Les schémas de contrôle de Lafarge Maroc, Sonasid, Somed et Atlas Hospitality Morocco resteront donc inchangés tout comme leur gestion, déjà déléguée aux partenaires étrangers, tous des experts dans leurs domaines respectifs. Bref, et en gros, le périmètre d influence de la nouvelle entité ne changera en rien. Au final, l abandon de la vocation multi-métiers, invoqué à cor et à cris par les dirigeants du groupe royal n est pas vraiment crédible. Cela ressemble plus à un emballage rhétorique pour justifier un raffermissement de contrôle (via la fusion) et une sortie de Bourse financée à découvert. Le PDG de l ONA le dit sans fausse pudeur, dans une des nombreuses interviews qu il a accordées cette semaine : Les recettes des cessions ne serviront ni au désendettement, ni à l investissement, mais essentiellement aux OPR afférentes au retrait de la cote de l ONA et de la SNI. Tout ça pour ça La fin de la transparence? Mais alors, que gagne le groupe royal en se retirant de la Bourse? A priori, rien si ce n est de s éloigner de la portée des radars de la communauté financière. Certes, la nouvelle entité, même radiée, gardera un pied dans la cote. Les titres d emprunts obligataires émis par elle continueront en effet à 26 27

6 L ACTU MAROC BIG BANG ROYAL s échanger sur la place casablancaise. Interrogé par TelQuel à ce propos, Mouatassim Belghazi a été clair : Il n est pas prévu de radier les obligations cotées émises par la SNI et l ONA. C est une bonne nouvelle parce que, même hors cote, la nouvelle entité restera, par cette voie détournée, soumise à l obligation légale de publier ses résultats semestriels. Nuance de taille, cela dit : la publication du bilan et des comptes de produits et charges, assez sommaires, suffit pour être conforme à la loi. En matière de transparence, il ne faudra pas s attendre à ce que la nouvelle entité fasse du zèle. Déjà, quand la SNI est passée dans le giron de Siger en 2003, la qualité de sa communication financière en a souffert, rappelle cet analyste. Cela fait plusieurs années, en effet, que le holding ne transmet plus aux analystes financiers ses rapports annuels, seul type de document social suffisamment étoffé pour permettre de retracer la vie d une entreprise. Hassan Bouhemmou, PDG de la SNI, n a jamais animé non plus de conférence de presse, ni de rencontre avec des analystes financiers contrairement aux PDG successifs de l ONA, qui se sont prêtés régulièrement à ce type d exercice. A partir de maintenant, c est le brouillard Plus besoin, par exemple, de communiquer les dividendes encaissés par les actionnaires de la nouvelle entité. Le calcul annuel auquel se livre la presse pour révéler les dividendes perçus par la famille royale deviendra impossible. Plus besoin, non plus, de communiquer les changements mineurs de structure capitalistique. Siger, actionnaire de référence de la nouvelle entité, pourrait par exemple racheter, ni vu ni connu, une bonne partie des actions détenues par ses partenaires institutionnels marocains et à n importe quel prix puisque, hors cotation, rien n oblige à fixer le prix d une action dans une fourchette déterminée. Mieux encore, la nouvelle entité pourra à l avenir réaliser des acquisitions importantes, sans être obligée d en communiquer les détails au marché. Bien sûr, toute transaction de ce type doit faire l objet d une annonce légale dans un journal ou un autre et le choix est vaste. Alors, pour ONA/SNI DERNIERS RÉSULTATS AVANT RADIATION (Chiffres en millions de dirhams) 2009 ONA Progression p.r 2008 Chiffre d affaires consolidé % Résultat net part de groupe % Hassan Bouhemmou, PDG de la SNI, prendra les rênes du futur mastodonte. Que gagne le groupe royal en se retirant de la Bourse? A priori, rien si ce n est de s éloigner des radars de la communauté financière SNI 2009 Progression p.r % +143% L annonce de la fusion de l ONA et de la SNI a totalement éclipsé la communication de leurs résultats annuels. Rien d extraordinaire à relever, cela dit. Hormis l effet de la plus-value comptable de Wana (suite à l augmentation de son capital avec l arrivée de Zaïn/Ajial), les chiffres d affaires des filiales du groupe royal sont, globalement, en stagnation tomber sur une annonce légale concernant la nouvelle entité, noyée dans une marée d annonces de création de SARL à DH de capital Amis journalistes, bon courage! De manière générale, un retrait de la cote est toujours synonyme de recul de la transparence, au Maroc comme n importe où dans le monde. Puisque la tendance est universelle, pourquoi s en inquiéter particulièrement en ce qui concerne le groupe royal? La réponse tombe sous le sens : parce qu il est royal, justement! Et que l argument n 1 de la monarchie, pour justifier sa présence dans les affaires, a toujours été le suivant : Le roi tire l économie vers le haut. Le sondage réalisé l été dernier par TelQuel (et censuré par les autorités), révélait que 69% des Marocains donnent foi à cet argument, et estiment que l implication du roi dans l économie est une bonne chose, parce qu il donne l exemple. Un sentiment tout à fait justifié, vu la spectaculaire réussite du méga-groupe qu il détient. Ce sera moins vrai, dorénavant, en termes de transparence. D après cet économiste qui a choisi de garder l anonymat, la loi obligeant les hauts commis de l Etat à déclarer leur patrimoine vient tout juste d entrer en vigueur. Et c est au même moment que le groupe royal annonce sa décision de se retirer de la Bourse, avec tout le recul de transparence que cela implique. Politiquement, ça brouille un peu le message. Un peu, oui. DR 28

AVIS N 39/12. Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 03/12 du 16 Mars 2012 Visa du CDVM n VI/EM/008/2012 du 16 Mars 2012

AVIS N 39/12. Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 03/12 du 16 Mars 2012 Visa du CDVM n VI/EM/008/2012 du 16 Mars 2012 Casablanca le, 19 mars 2012 AVIS N 39/12 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS LESIEUR CRISTAL A L INITIATIVE D OLEOSUD (Groupe Sofiprotéol), CIMR, CMR, MAMDA & MCMA et WAFA

Plus en détail

AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE

AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE Casablanca le, 28 mars 2013 AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE Avis d approbation de la Bourse

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX 4000.00 Evolution des indices depuis le debut de l'année 2002 3500.00 3000.00 2500.00 MASI MADEX 2000.00 02/01/02 02/02/02 02/03/02 02/04/02

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Note d information émise à l occasion de la mise en œuvre du programme de rachat d actions propres soumis à l Assemblée Générale Mixte du 28 juin 2006

Note d information émise à l occasion de la mise en œuvre du programme de rachat d actions propres soumis à l Assemblée Générale Mixte du 28 juin 2006 MONTUPET S.A. SA au capital de 17.489.161,04 euros Siège social : 202 quai de Clichy - 92110 CLICHY RC NANTERRE B 542 050 794 ------------------------------------------ Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding

Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding Conformément aux dispositions de l article 31 de la loi n 26-03 relative

Plus en détail

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 La note d information 3 Les procédures de première cotation 5 Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 Les avantages de l introduction en Bourse 8 Les conditions d admission et de séjour à

Plus en détail

BANQUE COMMERCIALE DU MAROC

BANQUE COMMERCIALE DU MAROC BANQUE COMMERCIALE DU MAROC AUGMENTATION DE CAPITAL PAR APPORT EN NATURE RESERVEE AUX ACTIONNAIRES DE WAFABANK EN REMUNERATION DES ACTIONS WAFABANK APPORTEES A L OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE (OPE) CLÔTUREE

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 15/06/2015 au 19/06/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - USA : La Fed vers sa 1ère hausse des taux Sur le plan national

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur Introduction Contexte Le financement des besoins d investissement de l économie nationale passe par une réelle mobilisation de l épargne. Autant la thésaurisation massive annihile toute velléité de développement

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

La maîtrise de la Dette. Pour un développement harmonieux du patrimoine

La maîtrise de la Dette. Pour un développement harmonieux du patrimoine La maîtrise de la Dette Pour un développement harmonieux du patrimoine Les Constats L environnement économique est le même pour tous L environnement professionnel : le Bilan Actif Passif L environnement

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

LE TRADING DE NEWS EN PRATIQUE RÉELLE

LE TRADING DE NEWS EN PRATIQUE RÉELLE S T R A T É G I E S 2012 I 12 Cédric Froment Diplômé d un master II «Salle des marchés & Métiers du trading» à l INSEEC, il trade depuis 10 ans pour compte propre. Il applique les principes de la loi de

Plus en détail

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 06/13 du 05/08/2013 Visa du CDVM n VI/EM/015/2013 en date du 05/08/2013

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 06/13 du 05/08/2013 Visa du CDVM n VI/EM/015/2013 en date du 05/08/2013 Casablanca, le 07 août 2013 AVIS N 120/13 RELATIF À L AUGMENATION DE CAPITAL DE DOUJA PROMOTION GROUPE ADDOHA PAR CONVERSION OPTIONNELLE DES DIVIDENDES 2012 EN ACTIONS ADDOHA Avis d approbation de la Bourse

Plus en détail

Questions fréquentes Plan de restructuration

Questions fréquentes Plan de restructuration Questions fréquentes Plan de restructuration 1. Quel est l objectif du plan de restructuration proposé? 2. D où vient cette dette de 126 millions d euros due le 1 er janvier 2015? 3. Y avait-il d autres

Plus en détail

Les réponses à vos questions

Les réponses à vos questions Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquentes. Si vous ne trouvez pas les informations que vous recherchez, n hésitez pas à nous contacter. IMPORTANT: les Champions de la Bourse

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés MOT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL Egis est un acteur de premier plan sur la scène nationale

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

L Indice Général de la Bourse

L Indice Général de la Bourse L Indice Général de la Bourse L analyse du comportement de l indice au cours de l an 2001 fait ressortir quatre grandes phases distinctes : Evolution de l'igb depuis le debut de l'année 740 720 700 680

Plus en détail

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Luxembourg, le 20 février 2014 Communiqué de presse : RESULTATS 2013 BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Dividende proposé en hausse à EUR 2,60 par action Le Conseil d administration,

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité Étude particulière Évaluation, valeur d apport et parité Il convient de bien différencier la notion de valeur d apport de la notion de parité d échange. La parité fixe le rapport d échange des titres de

Plus en détail

Marchés Internationaux

Marchés Internationaux Semaine du 08/06/2015 au 12/06/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Zone Euro: Hausse du PIB de 0,4% au T1 Sur le plan national - Croissance

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 14/10 du 05/07/2010 Visa du CDVM n VI/EM/028/2010 en date du 05/07/2010

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 14/10 du 05/07/2010 Visa du CDVM n VI/EM/028/2010 en date du 05/07/2010 Casablanca, le 5 Juillet 2010 AVIS N 104/10 RELATIF À L AUGMENTATION DE CAPITAL EN NUMERAIRE DE LA SOCIETE DOUJA PROMOTION GROUPE ADDOHA PORTANT SUR 31 500 000 ACTIONS NOUVELLES AU PRIX DE 95,00 MAD Avis

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Infos Marchés et Secteurs

Infos Marchés et Secteurs Semaine du 13/04/2015 au 17/04/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Lafarge/Holcim: détail des cessions aux USA Sur le plan national

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Fonds d Investissement pour le Développement des PME FIDE note technique décembre 2012

Fonds d Investissement pour le Développement des PME FIDE note technique décembre 2012 1 CONSTATS En France, les particuliers ont montré depuis 1997 une grande appétence pour les PME, renforcée récemment par l engouement pour les actifs «tangibles». Créés dans des contextes économiques fondamentalement

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000 CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER EXTRAIT DE LA NOTE D INFORMATION EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE MONTANT GLOBAL DE L EMISSION : 1 MILLIARD DE DIRHAMS Tranche A Cotée Tranche B Non cotée Tranche

Plus en détail

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité Offre Isf 2013 2013 fonds d investissement de proximité du fip 123ISF 2013 Fiscalité La souscription au FIP 123ISF 2013 offre : Une réduction d ISF immédiate de 50% des versements effectués (déduction

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 15/11 du 26/10/2011 Visa du CDVM n VI/EM/036/2011 en date du 26/10/2011

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 15/11 du 26/10/2011 Visa du CDVM n VI/EM/036/2011 en date du 26/10/2011 Casablanca, le 28 octobre 2011 AVIS N 144/11 RELATIF À L AUGMENTATION DE CAPITAL EN NUMERAIRE DU CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER PORTANT SUR 3 801 155 ACTIONS NOUVELLES AU PRIX DE 253 MAD Avis d approbation

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier Mai 2007 La décote : porte ouverte à tous les excès En qualité d associés de SCPI, vous êtes nombreux à vous

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Les indices de la Bourse de Casablanca

Les indices de la Bourse de Casablanca Les indices de la Bourse de Casablanca PAGE DE COUVERTURE Hassan FASSI FIHRI Statistiques et Indices Plan Les indices boursiers Qu est ce qu un indice? Caractéristiques des indices Ajustement des indices

Plus en détail

Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume

Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume Skhirat. Mercredi 30 septembre 2009. Plusieurs centaines d intervenants de la place financière marocaine

Plus en détail

Vu les dispositions de la circulaire du CDVM relatives au traitement des opérations sur titres ;

Vu les dispositions de la circulaire du CDVM relatives au traitement des opérations sur titres ; Casablanca, le 10 mai 2013 AVIS N 54/13 RELATIF À L AUGMENATION DE CAPITAL D ATTIJARIWAFA BANK PAR CONVERSION OPTIONNELLE DES DIVIDENDES 2012 EN ACTIONS ATTIJARIWAFA BANK Avis d approbation de la Bourse

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

Périmètre et modalités d exercice des votes

Périmètre et modalités d exercice des votes POLITIQUE DE VOTE Périmètre et modalités d exercice des votes > PERIMETRE DE VOTE La politique de vote concerne les émetteurs présents dans les OPCVM et les mandats gérés par les différentes entités du

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Voici une Idée simple pour gagner un point annuel de croissance en France, en renforçant le secteur bancaire, en distribuant une richesse

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex R.C.S. NANTERRE B 331 408 336 NOTE d INFORMATION ETABLIE SUITE A LA

Plus en détail

SCISSION DE DIA : QUESTIONS - REPONSES

SCISSION DE DIA : QUESTIONS - REPONSES SCISSION DE DIA : QUESTIONS - REPONSES L Assemblée Générale des actionnaires de Carrefour a adopté la scission de Dia le 21 juin 2011 Les actions Dia ont été distribuées aux actionnaires de Carrefour le

Plus en détail

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion)

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) NextStage Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) FIP éligible à la réduction d ISF ou d IR Code ISIN : FR0011429505 NextStage soutient

Plus en détail

Attijariwafa bank. SICAV et FCP. Gamme Privée

Attijariwafa bank. SICAV et FCP. Gamme Privée Attijariwafa bank SICAV et FCP Gamme Privée Avertissement L attention des souscripteurs est attirée sur le fait qu un investissement en OPCVM subit les évolutions et les aléas des marchés. En conséquence,

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires.

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires. Note d information relative au programme de rachat d actions propres à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires du 4 juin 2002 En application de l article L. 621-8 du Code monétaire et

Plus en détail

123CAPITALISATION III

123CAPITALISATION III 123CAPITALISATION III Hébergements Matériel médical Crèches FIP FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Document non contractuel édité en avril 2011. Ce document ne se substitue pas à la notice d information

Plus en détail

Communiqué de presse. Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions :

Communiqué de presse. Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions : Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation Communiqué de presse Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions : - une opération

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Attijariwafa bank. SICAV et FCP. Gamme Entreprises

Attijariwafa bank. SICAV et FCP. Gamme Entreprises Attijariwafa bank SICAV et FCP Gamme Entreprises Avertissement L attention des souscripteurs est attirée sur le fait qu un investissement en OPCVM subit les évolutions et les aléas des marchés. En conséquence,

Plus en détail

Comment faire fortune grâce à l immobilier?

Comment faire fortune grâce à l immobilier? Comment faire fortune grâce à l immobilier? Un E-book qui vous explique les différents types d investissements. Saviez-vous qu il existe des techniques qui ne requièrent aucun temps et qui sont très rentables?

Plus en détail

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque.

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Publié et mis en ligne le 5 février 2007 Un fonds commun de placement à risques (FCPR) est un fonds dont

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

Idinvest Private Value Europe II

Idinvest Private Value Europe II Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) Idinvest Private Value Europe II www.allianz.fr Avec vous de A à Z Idinvest Private Value Europe II Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises

Plus en détail

DÉCOUVREZ L INNOVATION DU VIAGER MUTUALISÉ

DÉCOUVREZ L INNOVATION DU VIAGER MUTUALISÉ DÉCOUVREZ L INNOVATION DU VIAGER MUTUALISÉ PRÉSENTATION Société en Commandite par Actions, la SCA FRANCE INVEST VIAGER propose un fonds d investissement strictement orienté vers le secteur immobilier ancien,

Plus en détail

CLN Trio 6,35 % bis. 5,29 % net durant 5 ans (Net des frais de gestion du contrat d assurance-vie)

CLN Trio 6,35 % bis. 5,29 % net durant 5 ans (Net des frais de gestion du contrat d assurance-vie) CLN Trio 6,35 % bis - Un placement de type obligataire (EMTN), - Offrant un rendement de 6,35 % brut, soit 5,29 % net de frais de gestion (1% de frais de gestion, prélevé quotidiennement), - Construit

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

E-BORSA NEWS. La Bourse, une source de financement intéressante ÉDITO. Notre vocation : financer la croissance. p. 7

E-BORSA NEWS. La Bourse, une source de financement intéressante ÉDITO. Notre vocation : financer la croissance. p. 7 E-BORSA NEWS Avril 2015 - N 12 ÉDITO Notre vocation : financer la croissance. La Bourse, une source de financement intéressante Nous ne le dirons jamais assez! La Bourse de Casablanca est là pour financer

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 HBS Technologie S.A. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 DESCRIPTIF D UN PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS QUI SERA

Plus en détail

المملكة المغربية. Royaume du Maroc مديرية الخزينة و المالية الخارجية. Direction du Trésor et des finances Extérieures

المملكة المغربية. Royaume du Maroc مديرية الخزينة و المالية الخارجية. Direction du Trésor et des finances Extérieures Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion de la cérémonie de signature du Mémorandum

Plus en détail