NON à de nouveaux impôts!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NON à de nouveaux impôts!"

Transcription

1 MAI 2015 ARNAQUES ET ABSURDITÉS Le nouvel impôt Billag sur les médias est un piège fiscal qui a pour but d attirer encore plus d argent dans l escarcelle de la SSR. Qu ils soient jeunes ou vieux, étudiants, retraités, familles, tous passeront à la caisse, y compris les refuges pour animaux! L arnaque est si grossière que la critique émane même des rangs du service public! PAGES 4, 5 ET 7 LA SSR, BIEN TROP CHÈRE! Les Suissesses et les Suisses paient déjà bien trop pour Billag. Notre télévision d Etat est la plus chère d Europe! Le directeur général de la SSR, Roger de Weck, empoche un salaire annuel de francs. Or, dans quelques années, chaque ménage payera 1000 francs pour Billag. PAGE 6 NON à cette arnaque et à de nouveaux impôts! NON à un impôt sur les médias à 1000 francs! NON à une double imposition absurde! NON à la révision de la loi sur la radio télévision LRTV NON à un nouvel impôt sur les médias Billag! LE SERVICE PUBLIC EN CAUSE Le fameux service public de notre média étatique laisse à désirer. La population exige de la SSR qu elle fasse preuve d efficience et fournisse des informations de qualité. Mais consommateurs en ont assez de payer toujours plus pour ne recevoir, au final, que de vulgaires séries TV achetées au prix fort à l étranger. PAGES 7 ET 8 Attention, nouveau piège fiscal! Par le biais de la révision de la loi sur la radio et la télévision (LRTV), l Etat veut imposer un nouvel impôt Billag à tous les ménages et à toutes les entreprises. On se moque de savoir s ils suivent ou non les programmes, s ils possèdent ou pas un poste de radio ou de télévision et même s il leur est tout bonnement possible d écouter la radio ou de regarder la télé. Tout le monde doit payer, point barre. Si l Etat imposait fiscalement tous ses contribuables de la sorte, sans la moindre nuance, chaque citoyen et citoyenne devrait reverser la moitié de son salaire annuel en impôts, taxes et redevances! Mais le peuple en a assez de se faire plumer. Du reste, les dirigeants de la SSR doivent s en douter puisque, depuis 1983, leur budget a triplé pour culminer à 1,6 milliard de francs! En comparaison européenne, la SSR parade en tête du classement de la société publique audiovisuelle la plus coûteuse du continent. Et pourtant, elle réclame en- core plus de moyens. Pire, pour faire avaler ce nouvel impôt médiatique au peuple, la brochure lui fait miroiter une baisse trompeuse de la redevance de 60 francs. En réalité, accepter le nouvel impôt, c est signer un chèque en blanc au Conseil fédéral et à la SSR. Ces derniers pourraient, par la suite, augmenter la redevance à leur guise et sans limite. Ce plan abusif, les partisans se gardent bien d en parler. D ailleurs, la nouvelle redevance Billag deviendrait le seul et unique impôt contre lequel le peuple et le Parlement n auraient rien à dire! Au sujet de la hausse vertigineuse de la redevance pour les privés 65% ces 25 dernières années!, c est le silence radio à la SSR... Mais avec les projets d investissements colossaux dans la télévision sur internet, la radio digitale, les productions «maison» et la construction d un nouveau bâtiment pharaonesque à Lausanne, s étonnera-t-on un jour de payer une redevance annuelle à 1000 francs par ménage? Quant aux entreprises et à leurs collaborateurs, ils seront priés de passer deux fois à la caisse. Tous le monde est d accord sur le principe de médias nationaux assurant une information impartiale, de qualité et dans toutes les langues nationales. Mais pour financer des émissions de divertissement frivoles, acheter des séries télévisées étrangères et faire de la SSR un empire, faut-il vraiment utiliser les deniers public? Jean-François Rime, conseiller national et président de l Union suisse des arts et métiers usam impot-medias-billag-non.ch/ Dites NON le 14 juin 2015 à ce nouveau piège fiscal, NON au nouvel impôt Billag sur les médias et NON à un nouvel impôt contraignant, en votant NON à la loi sur la radio et la télévision (LRTV)!

2 2 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai 2015 «Billag, nous ne voulons et ne pouvons pas le payer!» ATTENTION, PIÈGE FISCAL Hallucinant! Vous et moi travaillons désormais plus de 6 mois par année rien que pour payer les impôts et les taxes! Et maintenant, l Etat veut transformer la redevance radio/tv en taxe pour tous, même pour les personnes sans récepteur. Que certaines ne suivent pas les programmes ou ne soient pas en mesure d écouter ou de regarder les émissions, la nouvelle loi s en moque. Tout le monde doit payer sans exception. Pire, le nouvel impôt Billag sur les médias est un piège fiscal. La fausse promesse d une légère baisse de la redevance se transformera vite en une lourde taxe pour tous. Voici le piège! Plus grave encore, on appâte le votant en lui faisant croire à une réduc- tion de la redevance Billag de 60 francs. En mordant à cet hameçon, les concitoyens donnent au Conseil fédéral tout pouvoir d augmenter cette redevance à son gré, puisque la nouvelle loi empêche le Parlement ou le peuple de s y interposer! C est comme si l on signait un chèque en blanc, impossible de s y opposer par la suite. Nulle part ailleurs dans le système législatif, une loi ne délivre à nos autorités un tel pouvoir d augmenter un impôt. Or, ce qui est certain: si le nouveau système entre en vigueur, le nouvel impôt Billag sur les médias augmentera rapidement. Nous payons déjà des impôts fédéraux, cantonaux, communaux, paroissiaux, des taxes sur les carburants, sur le tabac, etc., etc. Encore un de plus? Non, trop c est trop! Doris et Beat Baumberger avec leur enfants Sarah et Marc, fleuristes et paysagistes: «Le nouvel impôt sur les médias Billa est d une insolence rare! Cela n est pas admissible et cela ne devrait plus être possible de lever encore et toujours de nouveaux impôts. En tant que famille, la charge fiscale est déjà suffisamment écrasante! Nous travaillons déjà plus de la moitié de l année pour l Etat. Et maintenant, nous devrions en plus être doublement imposé pour la TV et la radio? Nous avons une entreprise familiale. Et puis, en tant que famille, nous payons Billag à la maison. Chaque membre de notre team de neuf personnes verse déjà 462 francs à titre privé. Pourquoi devrions payer 1000 francs de plus comme entreprise imposée sur le chiffre d affaires? C est une arnaque et une fabrique à billets pour la SSR. Cette dernière va encore enfler et se gonfler avec ce nouvel impôt. En revanche, nous serons tout simplement pressés comme des citrons!» Dans la construction, Samuel Schmid: «A titre privé, je paie déjà les factures Billag et ces dernières sont bien trop élevées. A mon avis, ils de vraient plutôt essayer d améliorer leurs finances grâce aux interruptions pu- blicitaires. Qu il lance maintenant un nouvel impôt sur les médias Billag et que je doive payer alors que je ne souhaite pas recevoir les émissions de radio et de TV, c est juste inacceptable! Et en plus nous devrions payer deux fois, entre la maison et l entreprise. Je travaille dans le monde de la construction. Et tout le monde sait bien qu il faut faire attention et que ce n est possible d écouter la radio ou de regarder la TV sur un chantier. Je n entendrais rien aux bruits environnants si j écoutais la radio ou de la musique. Comme le travail à la pêle mécanique ou au marteau à air comprimé sont très bruyants, je doit porter des protections auriculaires et me concentrer. Impossible d écouter la radio ou de regarder la TV. Et en plus, c est formellement interdit. Sur le panneau de la SUVA figure une grosse interdiction. La musique est réellement interdite sur le lieu de travail. Ce qui se comprend! Mais pourquoi mon entreprise devrait payer sur le lieu de travail pour une prestation qui n est pas utilisée et qui est même interdite? Si l impôt continue à grimper, je ne pourrai plus me l offrir. Il faut dire que 400 francs, c est beaucoup. Si cela augmente, je n aurai plus le choix!» «Bien sûr qu il s agit d un nouvel impôt!» Pour le juge fédéral Peter Karlen, la révision de la LRTV contredit la Constitution Les experts sont unanimes: la révision de la loi sur la radio et la télévision n est rien d autre que l intro duction d un nouvel impôt. «En effet, dans ce projet de loi, on constate qu il ne s agit plus d une redevance au sens strict du terme, mais bel et bien d un nouvel impôt. Or, cette différence est fondamentale, car, dans ce cas, une base constitutionnelle explicite aurait été nécessaire», écrit sans ambiguïté le juge fédéral Peter Karlen, dans une revue spécialisée. Mais introduire un nouvel impôt reste impopulaire, a fortiori un impôt contraignant pour quelque chose que de nombreux citoyens ne veulent ou ne peuvent pas utiliser. D où la «créativité» du Conseil fédéral, qui a lancé une nouvelle catégorie de taxes parafiscales. Son avantage? C est que le gouvernement peut ensuite l aug menter en toute autonomie. Et le Parlement, tout comme le peuple, ne disposeraient plus d aucun moyen de l en empêcher. C est dire s il s agit bien d une brèche qui mènerait fatalement à une explosion des coûts et à une flambée des budgets!

3 Mai «C est absolument injuste!» Alourdir le fardeau fiscal Avec le nouvel impôt Billag sur les médias, le Conseil fédéral et la SSR auraient les coudées franches pour augmenter à leur guise la redevance, sans que le Parlement et le peuple ne puissent s y opposer. Un passe-droit fiscal unique! En acceptant la nouvelle loi sur la radio et la télévision (LRTV), la ministre de la communication Doris Leuthard promet un allégement de la charge fiscale pour les ménages. En réalité, c est un mensonge doublé d un piège. L ancien patron de la télévision suisse allemande, Filippo Leutenegger, le confirme: «Plus la redevance Billag amasse de l argent et plus la SSR en dépense. Cela a toujours été ainsi.» Cet ex-animateur de l émission politique «Arena» constate: «Malgré une baisse de son audience, la SSR reçoit chaque année toujours plus de fonds, grâce à l accroissement de la population.» En clair, les impôts contraignants continueront à augmenter, et visiblement sans limite... La cuisine au leurre de Doris Selon Doris Leuthard, nous devrions tous casquer pour Billag, même ceux qui n ont aucun poste de radio ou de télé et même les entreprises! «C est franchement injuste!» estime Filippo Leutenegger, qui précise: «Et pour les entreprises, ça équivaut à une double taxation pour une seule prestation.» En adoucissant la facture pour les ménages du moins dans un pre mier temps, Doris Leuthard a réussi à faire avaler la soupe au Parlement. En même temps, elle a concocté une recette légale permettant au Conseil fédéral de saler, par la suite, les factures à volonté et pour tout le monde. C est rien de moins qu un chèque en blanc! Une fois la nouvelle recette en place, les coûts pourront exploser et, comme le montre l infographie ci-contre, la redevance Billag à 1000 francs par an et par ménage sera bientôt une triste réalité. «Accros comme à une drogue» Saviez-vous que la SSR n est pas la seule à profiter d injections ininterrompues de subventions? De nombreux éditeurs suisses aussi, certes à plus petite dose. Du coup, la dépendance face à l Etat s accroît, au sacrifice de l indépendance médiatique de la branche. «C est comme une drogue», diagnostique Leutenegger, «au début, c est agréablement doux, mais à la fin, on ne peut plus s en passer.» Coutumière des médias, c est avec son petit sourire habituel que la conseillère fédérale essaie de nous faire avaler sa soupe à l entourloupe. Une seule réponse à donner le 14 juin: NON au nouvel impôt Billag sur les médias! NON aux médias d Etat surpuissants! NON à la nouvelle loi sur la radio et la télévision LRTV! Toujours plus cher malgré l afflux d argent L accroissement de la population en Suisse depuis l an 2000 permet à la SSR d engranger 142 mil lions de francs supplémentaires par an. La redevance a-t-elle baissé pour autant? Au contraire, elle a augmenté. Avalanche de coûts Le groupe audiovisuel public prévoit la production d émissions réservées à internet, sorte de canal supplémentaire. Mais surtout, un énième puits sans fond... que les contribuables devront combler. L impôt Billag explosera La SSR veut augmenter la part de productions «maison», de 20% aujourd hui à 60%, impliquant des financements massifs! Personne n est dupe, l impôt Billag explosera. Mauvaise et coûteuse gestion La stratégie de numérisation des radios à la SSR a coûté, jusqu au 14 juin 2015, la bagatelle de 4 millions de francs. Et en plus, les dirigeants de la SSR prennent le peuple en otage en déclarant: «Ces millions seront perdus si le peuple dit NON à l impôt Billag sur les médias.» Quel toupet! Toujours plus de nouveaux impôts! Facture Billag 65% plus élevée En 1990, un ménage payait 279 francs de rede vance à Billag. Aujourd hui, c est 462 francs, soit une flambée de 65%! Et en poursuivant sur cette lancée pendant quelques années, la facture Billag s élèvera à 700 ou 800 francs par an et par ménage

4 et s efforcent de maintenir leur compétitivité, Billag représente un scénario 4 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai «Non à cette belle entourloupe!» La révision de la loi sur la radio et la télévision LRTV est un piège fiscal, dont le seul but est de générer de nouvelles rentrées fiscales dans les caisses de la SSR. Le peuple n a plus qu à se taire et payer. Bonjour l arnaque! Le nouvel impôt menace un refuge pour animaux Les collaborateurs de l Association de protection des animaux de Bâle-Ville et Bâle-Campagne payent tous leur facture Billag à titre privé. Pourtant, le nouvel impôt sur les médias Billag frapperait également leur refuge. Une «maison» principalement fréquentée par des chats... Ce type d institutions aux finances fragiles ne devrait pas payer davantage d impôts et de taxes. «Boucler une journée en respectant les coûts relève déjà du défi pour notre association», soupire Béatrice Korn, responsable du «Tierschutz beider Basel». «Notre mission, c est d accueillir dans les meilleures conditions possibles tous nos protégés, soit 300 à 400 animaux par jour! Durant la durée de leur séjour, on ne devrait faire aucune économie sur les soins médicaux ou la capacité d hébergement. Une garde d animaux respectueuse de l espèce et des prescriptions légales restent notre priorité absolue. Qui peut croire que nos membres, donateurs, sponsors, parrains et bénévoles regardent la télé ou écoutent la radio pendant les heures de travail? C est ridicule! L ironie c est que ce nouvel impôt Billag menace l existence de l Association.» «Payer pour quelque chose dont je n ai pas besoin» «En tant que jeunes, nous voulons quitter un jour la maison et voler de nos propres ailes. Financièrement, ce n est pas toujours facile de nouer les deux bouts. Avec Billag, c est une taxe supplémentaire qui tombe sur la collocation, alors qu on a tous besoin de nos ordinateurs pour travailler. Nous n avons jamais demandé à regarder la SSR et on nous soumet à cette facture sans raison. Nous obliger à payer pour quelque chose que nous ne désirons pas ne nous aide pas à devenir indépendant financièrement», explique Frédéric Jollien, Valaisan. «Nous nous informons à travers d autres canaux. Pourquoi devrions-nous payer quelque chose que nous ne choisissons pas librement?» ajoute Jonathan Kunzmann, Vaudois. «La SSR devrait se concentrer sur ses missions de base, mieux prendre en compte ses consommateurs. Au lieu de cela, elle diffuse des émissions peu satisfaisantes.» Et pour Simon Stämpfli: «En tant qu étudiant, je n ai déjà pas les moyens de payer la redevance Billag», dit le Bernois en précisant: «462 francs de frais fixes pour la radio et la télévision, je trouve ça totalement démesuré. D autant que, perso, je ne trouve pas la qualité de la SSR à la hauteur. Si je pouvais fixer le tarif en conséquence, je payerais au maximum 300 francs à Billag.» «A l heure où les entreprises suisses font face au défi de la valorisation du franc Injustice, surtout pour nos retraités! d horreur, lance la conseillère nationale genevoise UDC Céline Amaudruz (à gauche). «Il ne faut pas se fier à l argument faisant miroiter une diminution des baisses de redevances à court terme, c est un piège fiscal!» Pour son collègue valaisan Jean-René Fournier (au centre), conseiller aux Etats PDC à Berne et viceprésident de l usam: «Il est inacceptable que l Etat arnaque les entreprises pour financer un impôt sur les médias. Nous ne nous laisserons pas faire!» Et pour Nicolas Leuba (à droite), candidat PLR aux élections fédérales dans le canton de Vaud: «Dans la situation actuelle, nous devons d abord penser à soulager les PME des charges qui les écrasent et ne pas nous laisser frapper par d autres impôts.» «Dans de nombreux cas, cela va devenir très difficile, voire impossible pour les retraités de continuer à payer cette redevance coûteuse», critique Hans Werner Widrig, ancien conseiller national et président d honneur de l Association suisse des Aînés (ASA) au sujet de ce nouvel impôt sur les médias Billag. «Les rentes AVS sont déjà modestes. Les plus âgés parmi nous, ceux qui vivent notamment en EMS, écoutent peu la radio et regardent moins la TV qu on imagine d une part pour des raisons de santé, d autre part par principe, ils n aiment pas trop la regarder. Et cependant, ils devraient payer pour des services qu ils n utilisent presque pas.» Le retraité Richard Pfister, de Pully (en photo), s engage lui aussi contre ce nouvel impôt. «Le Conseil fédéral pourra tout à fait librement augmenter le barême et prélever plus d argent, sans que le Parlement et le peuple ne puissent dire leur mot. C est un chèque en blanc inacceptable! Tout le monde, y compris les plus modestes d entre nous, devraient payer un impôt qui coûtera de plus en plus cher C est carrément antisocial!» Payer deux fois? «Je suis grutier sur un chantier. Durant le travail, je ne peux pas écouter la radio et encore moins regarder la télévision», s exaspère Jovica Dimi trijevic, employé chez A. Bill AG, à Wabern (BE). «Personnellement, je paye déjà plus de 400 francs par an pour l impôt sur les médias. Et je ne saisis pas pourquoi mon chef devrait encore payer pour moi. C est injuste.» Avis partagé par Ulrike Brunnschweiler, présidente de femmes PME, à Saint-Gall: «Dans nos entreprises, nous avons autre chose à faire qu écouter la radio ou regarder la télé. Surtout que nous payons déjà, à titre privé, une généreuse redevance radio/tv. A mes yeux, l impôt sur les médias pour les entreprises est une pure escroquerie.»

5 6 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai 2015 De Weck vole le peuple RECETTES FISCALES GASPILLÉES Le peuple devrait transpirer pour payer cet impôt sur les médias. Pour sa part, le patron de la SSR, Roger de Weck, encaisse chaque année un salaire et des prestations à hauteur de francs environ. Roger de Weck De qui se moque le patron du plus grand groupe média de Suisse, financé par l impôt Billag? Pour de Weck, la notion de «service public» sert à transformer la SSR en empire audiovisuel et à gaspiller généreusement l argent des contribuables. Car qui, à part lui, voit dans une émission frivole comme «Jass im Puff» la moindre idée de «service public»? Le critique du capitalisme Ce fils de banquier qui fréquente les cercles d intellectuels, se met volontiers en scène en grand critique de la nation et surtout en juge moralisateur du capitalisme. A ces occasions, il dénonce la «cupidité» de la «classe dominante» qui tendrait à se «servir ellemême». encaisse lui-même sans gêne Mais quand Roger de Weck troque son costume de Robin des Bois pour celui de directeur général de la SSR, il n éprouve étrange- ment plus aucune gêne à encaisser lui-même un salaire mirobolant. Pour 2014, en effet, ce dernier s est élevé à francs, dont francs à titre de «prestations accessoires»! Une telle somme représenterait déjà une paie convenable pour de nombreux Suisses. Mais pour Monsieur le Directeur Général de la SSR, c est presque du revenu annexe. Bref, l empereur de la SSR encaisse chaque année, grâce à nos impôts, près d un demi million de francs. Soit davantage qu un conseiller fédéral! Le risque d entreprise? Une plaisanterie! Ce faisant, l empereur d un média d Etat ne prend vraiment aucun risque entrepreneurial pouvant compromettre ses royales rétributions. Grâce à Billag, le groupe audiovisuel public n est même pas soumis à une obligation de résultats pour décrocher ses gros budgets. A l inverse, un conseiller fédéral risque même d être destitué. Une seule et unique réponse A propos du mode de financement douteux de la SSR, comment l appelez autrement, cher Monsieur de Weck, que voler le peuple? Il ne reste qu une seule réponse à donner le 14 juin: NON à un nouvel impôt Billag sur les médias! NON à un groupe audiovisuel public surpuissant! NON à la nouvelle LRTV! Ce qu ils gagnent La haute direction de la SSR démontre une gestion parfaite de ses propres revenus: Raymond Loretan, président du conseil d administration: son job à 50 % lui procure francs de salaire annuel. Pour un emploi à plein temps, cela correspond à francs. Les membres du conseil d administration: pour un travail à 20 %, un membre du conseil d administration touche en moyenne francs. Projeté à 100 %, on obtient avec les frais de repas et de représentation la somme rondelette de francs. Viktor Baumeler, président du comité régional: pour six séances, avec les préparations, il touche francs par an, sans compter les repas. Les six membres de la direction reçoivent en moyenne francs par année. De plus, les 11 membres du conseil régional reçoivent chacun près de francs. Non à un coûteux empire SSR LA TV LA PLUS CHÈRE D EUROPE ENTIÈRE Le fonctionnement du groupe audiovisuel public est déjà bien trop cher. Aujourd hui, à francs par an, les Suisses payent la redevance la plus onéreuse de toute l Europe. Le budget de la SSR est stratosphérique puisque le groupe audiovisuel public touche 1,6 milliard de francs par an, soit près de 4 millions de francs par jour! Normal, d une part la redevance n a cessé de prendre l ascenseur et, d autre part, le nombre de ménages a augmenté ces 25 dernières années de 2,8 à 3,5 millions, en lien avec l augmentation générale de la population. Le second facteur rapporte, à lui seul, 142 millions de francs supplémentaires chaque année depuis l an Malgré tout, la redevance n a jamais baissé. En 1984, la redevance pour la SSR s élevait à environ un demimilliard de francs. Aujourd hui, son budget a triplé. Derrière son alibi de «service public», les patrons successifs ont bâti un empire de l audiovisuel aux coûts excessifs. Si le peuple suisse accepte le nouvel impôt Billag sur les médias, le 14 juin prochain, la SSR aura toutes les raisons de gaspiller encore plus d argent public. Qui s étonnera, dans quelques années, de payer un impôt Billag sur les médias à 1000 francs par an et par ménage? Certainement pas nous... Bientôt à 1000 francs! Suisse Allemagne Autriche France Italie fr fr fr. Grande Bretagne fr fr fr. Sources: Blick/Monitoring des coûts de la régulation 2012/13 IPMZ, Wikipedia Sender. Sommes en euro calculées en francs suisses au cours du jour.

6 Mai Le «service public», c est autre chose POUR CES ÉMISSIONS ABSURDES, NOUS DEVONS PAYER DES IMPÔTS TOUJOURS PLUS ÉLEVÉS AUX CHAÎNES PUBLIQUES Des émissions d information de haute qualité dans les quatre langues nationales, c est indispensable. A fortiori dans une démocratie directe, où les citoyens doivent se forger une opi nion grâce à des informations impartiales et des débats objectifs. Car ce n est que lorsque toutes les citoyennes et tous les citoyens se retrouvent dans la discussion que l on assure la cohésion nationale, au-delà de tout clivage et des frontières linguistiques. Il faut donc absolument maintenir le professionnalisme dans le traitement de l information des médias publics. Mais cette mission, on peut tout à fait la remplir sans devoir construire un appareil d Etat complaisant, super coûteux et aux projets pharaoniques. Les citoyens ont parfaitement le droit d exiger des prestations de haute qualité, mais dans l efficience. Or, actuellement, la SSR fait précisément le contraire. Elle achète des séries complètes et des films, principalement à l étranger. En quoi un sitcom américain enrichit-il la culture helvétique ou répond-il aux besoins d informations des citoyennes et citoyens d une démocratie directe? En quoi les émissions de divertissement achetées chez nos voisins français ou allemands, truffées de pauses publicitaires, répondent-ils à la notion de service public? C est sous la vague notion de service public, galvaudée et réinterprétée par les patrons de la SSR, que cette dernière s est honteusement enrichie. Pire, le nouvel impôt Billag sur les médias veut ponctionner des sommes encore plus gigantesques aux contribuables sans chercher à définir plus précisément la notion de service public. La discussion aurait dû avoir lieu il y a longtemps, mais avec la révision de la loi sur la radio et la télévision, la SSR se donnera la compétence exclusive de décider de quel service public la Suisse a besoin et quels moyens elle se donne pour y répondre. Les textes ne prévoient aucune limite de dépenses, laissant à la Société suisse de radio et télédiffusion les coudées franches pour passer elle-même de nouveaux contrats. Qui payera? Le peuple et sans qu il n ait aucun outil pour contester les augmentations d impôts. C est sur les forums en ligne que les consommateurs disent franchement ce qu ils pensent de l interprétation de la notion de service public par la SSR. Ecoutons Les architectes belges, dont le projet a été retenu, se réjouissent de la future construction d un bâtiment pharaonique de la RTS sur le site de l EPFL à Lausanne. Inauguration prévue en «Mais d exiger de tous les acteurs une nouvelle définition du service public, ce concept dont la SSR s auto-glorifie, comme si elle en était la seule dépositaire. Alors qu elle n est qu un acteur parmi d autres. Et surtout, qu elle produit de moins en moins d émissions citoyennes ou de service pu blic. Et de plus en plus d offres n ayant qu un lointain rapport avec la promotion de la vie démocratique, de la culture, des arts et des sciences.» Pascal Décaillet dans l article «SSR L équipe de la série américaine posant fièrement à Monte-Carlo pour le 27 e anniversaire de «Top Models». Mais en quoi le public suisse peut-il se sentir concerné par tant d inepties? «Au-delà des enjeux de concurrence entre médias publics et privés sur le numérique, ce sera bien la question de la nature de l offre de la SSR qui sera débattue. Déjà attaquée pour sa faible couverture des débats politiques, il ne faut pas qu une entité comme la RTS prête le flanc aux piques sur son désintérêt pour la culture, laquelle devrait être aussi prioritaire que le sont l information, la distraction ou le sport.» «RTS Un, culture zéro», L Hebdo du La diffusion de «Game of Thrones», le lendemain de sa sortie aux Etats-Unis et à un prix exorbitant, a scandalisé une bonne partie des consommateurs en Suisse romande. «New York Unité spéciale», «Les experts: Manhattan» et «Les experts: Miami» (en photo): ces séries achetées à grand frais aux Etats-Unis n ont rien à voir avec le service public, pour lequel nous devons payer des impôts. Lorsqu il s agit de démocratie et de l unité entre les régions du pays, les langues et les cultures, ces formats coûteux n ont aucune valeur ajoutée. «Il est temps de débattre sérieusement de ce que veut dire le service public. Quitte à oser dire tout haut que le roi est nu.» Pietro Supino dans l article «C est le moment d imposer des limites à la SSR avant qu elle n étouffe les médias privés», Le Temps du contre éditeurs, une guerre de titans qui n est pas la nôtre», Le Temps du «Billag est une vaste escroquerie, surtout pour ce que la Suisse propose comme qualité de programmes.» André Berdoz dans l article «Une véritable aberration», Journal des arts et métiers du SSR, une machine de propagande bien huilée où les manipulateurs sont financés par nos redevances «Beaucoup d argent pour pas grand-chose» Dans le combat des votations, la SSR sait manipuler lorsqu il s agit de préserver ses propres intérêts. Olivier Kessler, coprésident du comité «Oui à la suppression des redevances Billag», en sait quelque chose. Il a participé à un forum de discussion lancé début mars par la SSR de Suisse centrale, sous le titre de «Redevances Billag, abus ou solidarité?»: «A toutes mes interventions, l animatrice du débat a constamment contré mes arguments, alors qu elle a laissé librement parler les partisans de la redevance obligatoire sans la moindre interruption. Pire, dès que j abordais des sujets contestables pour Billag, en faisant la démonstration de l absurdité du système, elle changeait aussitôt de sujet.» Le forum de discussion a été entièrement filmé par une journaliste de la TV alémanique SRF, que j ai accostée après le débat: «Je lui ai demandé de m envoyer une copie de la vidéo complète, ce qu elle m a promis. Mais ce que j ai reçu n était rien de moins qu un montage propagandiste d une durée de six minutes à peine et dans lequel tous mes arguments avaient été coupés. Ce jour-là, pour Kessler, le mythe d un média public indépendant et intègre s est effondré: «Il est grand temps de supprimer la redevance forcée Billag et de stopper l abus du peuple!» La critique du média public est consensuelle Outre-Sarine. Un épisode récent a démontré une capacité inouïe jusqu ici de dérapage du service public. Il s agit de l affrontement qui a opposé à l antenne l influent Roger Schawinski au satiriste Andreas Thiel. Après s être retenu de commenter, ce dernier se lâche enfin. A la question: «Comment jugez-vous le Talkmaster le mieux payé de Suisse?», Thiel a cette réponse laconique: «Je n aurais jamais pensé que nos leader d opinions soient aussi peu instruits.» Selon lui, Schawinski est très doué pour faire descendre le niveau à des profondeurs abyssales. «L analyse, avec lui, c est sous la ceinture», précise-t-il. A la question des moyens financiers alloués à la SSR, le comique alémanique indique que, selon ses calculs, l animateur toucherait chaque année francs et qu il se préparerait moins de 30 minutes par semaine avec son interlocuteur. «Je peux en parler parce que je l ai vécu.» Sur le niveau des émissions de la SSR, il ajoute que «si la bêtise était punissable, nous serions tous en prison». Pour lui, un émetteur public qui se livre à un chantage financier pareil n a plus sa place dans le paysage des médias. Et si on la supprimait? «Nous partirions tous les deux en tournée au cirque Knie. Nous avons un joli numéro dans lequel on se camoufle dans un costume de cheval, ricane-t-il. Mais nous n arrivons toujours pas à nous mettre d accord sur celui de nous deux qui jouera la partie arrière!»

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 1 sur 14 Le Temps 16 octobre 2013 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 2 sur 14 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 3 sur 14 Le Matin 17 octobre

Plus en détail

10 ans de Comité directeur de l USAM

10 ans de Comité directeur de l USAM 10 ans de Comité directeur de l USAM Séances standard : Comité directeur Chambre suisse des arts et métiers Congrès suisse des arts et métiers Conférence des sections ou des unions cantonales des arts

Plus en détail

«Imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS (réforme de la fiscalité successorale)»

«Imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS (réforme de la fiscalité successorale)» Initiative populaire fédérale «Imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS (réforme de la fiscalité successorale)» Argumentaire L impôt sur la succession freine la concentration

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE

INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE La diversité suisse, à regarder et écouter À QUOI SERVENT LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION? En payant les redevances

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme!

Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme! Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme! STÉPHANE TANNER EXPERT FISCAL DIPLÔMÉ SÉANCE IUPF 11 MAI 2015 IN IMPÔT FÉDÉRAL SUR LES SUCCESSIONS - UIPF 11

Plus en détail

Soulager les familles et la classe moyenne

Soulager les familles et la classe moyenne Le 27 septembre Pour les familles Pour la classe moyenne Pour les retraités Oui Aux allégements d impôts A la loi sur l imposition des personnes physiques (LIPP) Soulager les familles et la classe moyenne

Plus en détail

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN TABLE DES MATIÈRES Introduction La facturation fondée sur la capacité arrive au Canada Pourquoi les gens utilisent-ils

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Le nouveau système de perception des redevances pour la radio et la télévision

Le nouveau système de perception des redevances pour la radio et la télévision Office fédéral de la communication Le nouveau système de perception des redevances pour la radio et la télévision, directeur Rencontre de l'ofcom avec la presse, 3 juillet 2012 Situation initiale: 4 prémisses

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des forfaits par champ d intervention dans le domaine des thérapies résidentielles des dépendances

Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des forfaits par champ d intervention dans le domaine des thérapies résidentielles des dépendances FiSu / FiDé 2001 Willy Oggier, Dr.oec.HSG Tel. 01/ 273 52 34 Fax 01/ 273 52 35 Gesundheitsökonomische Beratungen AG Konradstrasse 61 CH-8005 Zürich Pilote cantons Notice d utilisation pour le calcul des

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Rapport annuel 2013 Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Sommaire 1 Assemblées générales... 3 2 Comité / Présidence... 3 3 Direction...

Plus en détail

Programme d action contre les prix excessifs

Programme d action contre les prix excessifs PDC suisse Programme d action contre les prix excessifs Résolution du PDC suisse, adoptée lors de l Assemblée du 15 septembre 2007 au Säntis Nous faisons couler l îlot de cherté : programme en 10 points

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

Revenu effectif 1 enfant 2 enfants 3 enfants (ou plus)

Revenu effectif 1 enfant 2 enfants 3 enfants (ou plus) Commune de Val-de-Travers: Rapport du Conseil communal au Conseil général à l'appui d'un arrêté de subventionnement des soins dentaires aux enfants en âge de fréquenter l école enfantine et la scolarité

Plus en détail

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.»

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» De bonnes perspectives avec la Prévoyance privée. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre assureur suisse. 1/7 Helvetia PV-Prospectus

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT Deux grands acteurs de proximité s associent pour vous simplifier la vie. Tout près de chez vous. 2 LES CCAS/CIAS Plus de 7 500 Centres Communaux ou Intercommunaux d Action

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de Révision de l imposition de la propriété du logement : oui sous réserve dossierpolitique 15 février 2010 Numéro 4 L imposition de la propriété du logement sous le feu de la critique. Aujourd hui, les propriétaires

Plus en détail

Examen langue d interprétariat

Examen langue d interprétariat Certificat INTERPRET d interprète communautaire: Test modèle 2 Avril 2015 Examen langue d interprétariat Contenu Introduction page 2 Structure de l examen page 3 Partie 1 de l examen: entretien page 3

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Assemblée des délégué-e-s, Berne 27 février 2010 Pour une assurance chômage digne de ce nom II Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Discours de Josiane Aubert, conseillère nationale

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Date de dépôt : 8 octobre 2013 Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais

Règlement des remboursements de frais Règlement des remboursements de frais de la commune de. relatif aux mandats politiques La forme masculine est utilisée uniquement dans le but d'alléger le texte et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo le collège édition 2015 en pratique fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo Édito La réussiste des collégiens est une priorité du Département. Il consacre cette année, malgré des contraintes

Plus en détail

Rencontres & perspectives 2015

Rencontres & perspectives 2015 Rencontres & perspectives 2015 Le développement du marché suisse du travail temporaire Le développement du marché suisse du travail temporaire évolue très rapidement. Vous devez régulièrement vous adapter

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Séminaire pré retraite Mars 2015. Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG

Séminaire pré retraite Mars 2015. Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG Séminaire pré retraite Mars 2015 Bureau du Conseillère du Personnel SGRH- ONUG La retraite La cessation d activités professionnelles est un passage, qui nous fait quitter un monde connu, pour un «quelque

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

DEMANDE DE LOGEMENT. Nom... Prénom... Nom de jeune fille... N AVS 13... Date de naissance... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève...

DEMANDE DE LOGEMENT. Nom... Prénom... Nom de jeune fille... N AVS 13... Date de naissance... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève... DEMANDE DE LOGEMENT 1. DEMANDEUR DEMANDERESSE Nom de jeune fille... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève... Etat civil célibataire marié(e) séparé(e) divorcé(e) veuf(ve) partenaire enregistré(e)

Plus en détail

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand

Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ. Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Perspectives sur le marché de nouvelles radios privées RÉSUMÉ Prof. Dr. Klaus Goldhammer, Anja Martick, André Wiegand Office fédéral de la communication (OFCOM) Berlin, 18 juin 2004 Résumé L étude Perspectives

Plus en détail

RAPPORT. Rapport n : CG-400.185-1 Date : 17 février 2014 Dicastère : Santé publique

RAPPORT. Rapport n : CG-400.185-1 Date : 17 février 2014 Dicastère : Santé publique RAPPORT du Conseil communal au Conseil général de la Ville de Boudry concernant l adoption du règlement fixant la contribution communale aux frais de traitements dentaires Rapport n : CG-400.185-1 Date

Plus en détail

Toute désignation de personne, de fonction ou de profession utilisée dans les présents statuts s applique indifféremment aux femmes et aux hommes.

Toute désignation de personne, de fonction ou de profession utilisée dans les présents statuts s applique indifféremment aux femmes et aux hommes. Projet de statuts de la Fondation du Théâtre Kléber-Méleau (version 1/Ecublens du 10.04.2015-4/Renens du 04.03.2015) Toute désignation de personne, de fonction ou de profession utilisée dans les présents

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents

PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents RÈGLEMENT, 1 re partie Valable dès le 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009. Le présent plan de prévoyance

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes 3. Le service des permis de construire jugé par les architectes Le service des permis de construire 8 Genève () 14% 13% % 8% 6% 4% 3% Les principaux points forts, en spontané La disponibilité L'amabilité

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

10REPUBLIQUE FRANCAISE

10REPUBLIQUE FRANCAISE Pôle Vie Publique 10REPUBLIQUE FRANCAISE Direction de l'information, de la communication et du marketing - Service marketing promotionnel EXTRAIT DES DELIBERATIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL

Plus en détail

INFORMER ET PERSUADER

INFORMER ET PERSUADER INFORMER ET PERSUADER IL EST EXTREMEMENT IMPORTANT DE LIMITER LES REFUS À UN MINIMUM POUR NE PAS METTRE EN DANGER LA FIABILITE DES RESULTATS DE L ETUDE. SI LES PERSONNES QUI N ONT PAS ENVIE, SONT MECONTANTES

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

Chers Amis, Chers camarades,

Chers Amis, Chers camarades, Bonjour... Chers Amis, Chers camarades, Soyons fiers d être là, ensemble! Si des résignés sont restés chez eux, nous leur disons : «attention, le fatalisme nuit gravement au changement!» Nous sommes bien

Plus en détail

Préavis n 9/ 11 au Conseil communal. Arrêté d'imposition 2012

Préavis n 9/ 11 au Conseil communal. Arrêté d'imposition 2012 COMMUNE D AUBONNE Municipalité Préavis n 9/ 11 au Conseil communal Arrêté d'imposition 2012 Délégué municipal : M. Jean-Christophe de Mestral Aubonne, le 13.09.2011 Pl. du Marché 12 Lundi - vendredi Téléphone

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

Contexte économique et politique aux États-Unis. Simon Prévost, président Le 9 avril 2013

Contexte économique et politique aux États-Unis. Simon Prévost, président Le 9 avril 2013 Contexte économique et politique aux États-Unis Simon Prévost, président Le 9 avril 2013 1 Plan de la présentation 1- Introduction et présentation de MEQ 2- L économie américaine 3- Le contexte politique

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi :

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi : Les Avantages de la Vidéo pour votre Communication Le Développement des nouvelles technologies, et la démocratisation des équipements numériques depuis plusieurs années, réduit les coûts de production

Plus en détail

Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE

Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE Ces arguments ont été élaborés par le comité "pour une caisemaladie unique et sociale". La reproduction et l'utilisation sont fortement conseillées,

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Highlights Points saillants Ministry of Finance Ministère des Finances

Highlights Points saillants Ministry of Finance Ministère des Finances LES BONS CHOIX : RÉDUIRE LES IMPÔTS POUR CRÉER DES EMPLOIS Pour diffusion immédiate Le 27 mars 2003 Le budget de 2003 reflète la grande priorité qu accorde le gouvernement de Ernie Eves aux réductions

Plus en détail

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell M. le Président, Madame la Ministre, Mmes et MM. les Rapporteurs spéciaux et Rapporteurs pour avis,

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition Rapport d étude TNS 2014 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats 8 TNS 2014 2 1 Présentation de l étude TNS 2014

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Référendum sur l assurance chômage

Référendum sur l assurance chômage Référendum sur l assurance chômage Loi sur l assurance-chômage (LACI) en vigueur depuis 1982 doit garantir à chaque individu une assurance perte de gain convenable. La 4 ème révision de l assurancechômage

Plus en détail

PDC NEUCHATELOIS Positionnement pour les Elections cantonales 2013

PDC NEUCHATELOIS Positionnement pour les Elections cantonales 2013 PDC NEUCHATELOIS Positionnement pour les Elections cantonales 2013 Domaine Objectifs Intentions du PDC Moyens politiques Résultats escomptés Asile Ecologie Sanctions envers les requérants d asile coupables

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Dès lors, les membres de notre association sont directement touchés par les avantprojets de loi dont il est question.

Dès lors, les membres de notre association sont directement touchés par les avantprojets de loi dont il est question. Conseil d Etat de la République et canton de Rue de l Hôtel de Ville 2 Case postale 3964 1211 3, le 28 novembre 2012 P1.3.4/CA Avant-projet de loi abrogeant les droits d enregistrement et de timbres Avant-projet

Plus en détail

4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI

4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI 4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI Etat au 1 er janvier 2016 En bref Ont droit à des prestations de l assurance-invalidité (AI) les assurés qui, en raison d une atteinte à leur santé,

Plus en détail

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé!

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé! Lausanne / Berne, le 21 février 2006 Débat du Conseil aux Etats du 6 mars 2006 Loi fédérale sur l imposition de la bière (05.071) Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

Ce qui va changer pour les entreprises

Ce qui va changer pour les entreprises C A B I N E T B R A H I N DANSK-FRANSK ADVOKATFIRMA I FRANKRIG / DANISH-FRENCH LAW FIRM IN FRANCE Ce qui va changer pour les entreprises Si les entreprises profiteront d un allégement de l ordre de 11

Plus en détail

Osez de nouvelles stratégies fiscales

Osez de nouvelles stratégies fiscales Osez de nouvelles stratégies fiscales Plan de présentation Les mythes fréquents au sujet de l «incorporation» Les avantages de s «incorporer» Quelques mises en garde Quelques mythes fréquents Si j ai besoin

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 Le programme SuisseEnergie doit non seulement reprendre les structures et les produits d Energie 2000 qui ont donné satisfaction, il doit encore assurer

Plus en détail

Les grandes lignes du régime fiscal suisse

Les grandes lignes du régime fiscal suisse IREF : Le régime fiscal suisse 1 Les grandes lignes du régime fiscal suisse Par Andrea CUOMO Université de Genève. Introduction Avant toute chose, il convient au préalable de rappeler que la Suisse - la

Plus en détail

Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration

Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration L examen des documents budgétaires éclaire les orientations mises en œuvre mais également des pratiques contestables. L exercice n est pas évident

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail