NON à de nouveaux impôts!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NON à de nouveaux impôts!"

Transcription

1 MAI 2015 ARNAQUES ET ABSURDITÉS Le nouvel impôt Billag sur les médias est un piège fiscal qui a pour but d attirer encore plus d argent dans l escarcelle de la SSR. Qu ils soient jeunes ou vieux, étudiants, retraités, familles, tous passeront à la caisse, y compris les refuges pour animaux! L arnaque est si grossière que la critique émane même des rangs du service public! PAGES 4, 5 ET 7 LA SSR, BIEN TROP CHÈRE! Les Suissesses et les Suisses paient déjà bien trop pour Billag. Notre télévision d Etat est la plus chère d Europe! Le directeur général de la SSR, Roger de Weck, empoche un salaire annuel de francs. Or, dans quelques années, chaque ménage payera 1000 francs pour Billag. PAGE 6 NON à cette arnaque et à de nouveaux impôts! NON à un impôt sur les médias à 1000 francs! NON à une double imposition absurde! NON à la révision de la loi sur la radio télévision LRTV NON à un nouvel impôt sur les médias Billag! LE SERVICE PUBLIC EN CAUSE Le fameux service public de notre média étatique laisse à désirer. La population exige de la SSR qu elle fasse preuve d efficience et fournisse des informations de qualité. Mais consommateurs en ont assez de payer toujours plus pour ne recevoir, au final, que de vulgaires séries TV achetées au prix fort à l étranger. PAGES 7 ET 8 Attention, nouveau piège fiscal! Par le biais de la révision de la loi sur la radio et la télévision (LRTV), l Etat veut imposer un nouvel impôt Billag à tous les ménages et à toutes les entreprises. On se moque de savoir s ils suivent ou non les programmes, s ils possèdent ou pas un poste de radio ou de télévision et même s il leur est tout bonnement possible d écouter la radio ou de regarder la télé. Tout le monde doit payer, point barre. Si l Etat imposait fiscalement tous ses contribuables de la sorte, sans la moindre nuance, chaque citoyen et citoyenne devrait reverser la moitié de son salaire annuel en impôts, taxes et redevances! Mais le peuple en a assez de se faire plumer. Du reste, les dirigeants de la SSR doivent s en douter puisque, depuis 1983, leur budget a triplé pour culminer à 1,6 milliard de francs! En comparaison européenne, la SSR parade en tête du classement de la société publique audiovisuelle la plus coûteuse du continent. Et pourtant, elle réclame en- core plus de moyens. Pire, pour faire avaler ce nouvel impôt médiatique au peuple, la brochure lui fait miroiter une baisse trompeuse de la redevance de 60 francs. En réalité, accepter le nouvel impôt, c est signer un chèque en blanc au Conseil fédéral et à la SSR. Ces derniers pourraient, par la suite, augmenter la redevance à leur guise et sans limite. Ce plan abusif, les partisans se gardent bien d en parler. D ailleurs, la nouvelle redevance Billag deviendrait le seul et unique impôt contre lequel le peuple et le Parlement n auraient rien à dire! Au sujet de la hausse vertigineuse de la redevance pour les privés 65% ces 25 dernières années!, c est le silence radio à la SSR... Mais avec les projets d investissements colossaux dans la télévision sur internet, la radio digitale, les productions «maison» et la construction d un nouveau bâtiment pharaonesque à Lausanne, s étonnera-t-on un jour de payer une redevance annuelle à 1000 francs par ménage? Quant aux entreprises et à leurs collaborateurs, ils seront priés de passer deux fois à la caisse. Tous le monde est d accord sur le principe de médias nationaux assurant une information impartiale, de qualité et dans toutes les langues nationales. Mais pour financer des émissions de divertissement frivoles, acheter des séries télévisées étrangères et faire de la SSR un empire, faut-il vraiment utiliser les deniers public? Jean-François Rime, conseiller national et président de l Union suisse des arts et métiers usam impot-medias-billag-non.ch/ Dites NON le 14 juin 2015 à ce nouveau piège fiscal, NON au nouvel impôt Billag sur les médias et NON à un nouvel impôt contraignant, en votant NON à la loi sur la radio et la télévision (LRTV)!

2 2 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai 2015 «Billag, nous ne voulons et ne pouvons pas le payer!» ATTENTION, PIÈGE FISCAL Hallucinant! Vous et moi travaillons désormais plus de 6 mois par année rien que pour payer les impôts et les taxes! Et maintenant, l Etat veut transformer la redevance radio/tv en taxe pour tous, même pour les personnes sans récepteur. Que certaines ne suivent pas les programmes ou ne soient pas en mesure d écouter ou de regarder les émissions, la nouvelle loi s en moque. Tout le monde doit payer sans exception. Pire, le nouvel impôt Billag sur les médias est un piège fiscal. La fausse promesse d une légère baisse de la redevance se transformera vite en une lourde taxe pour tous. Voici le piège! Plus grave encore, on appâte le votant en lui faisant croire à une réduc- tion de la redevance Billag de 60 francs. En mordant à cet hameçon, les concitoyens donnent au Conseil fédéral tout pouvoir d augmenter cette redevance à son gré, puisque la nouvelle loi empêche le Parlement ou le peuple de s y interposer! C est comme si l on signait un chèque en blanc, impossible de s y opposer par la suite. Nulle part ailleurs dans le système législatif, une loi ne délivre à nos autorités un tel pouvoir d augmenter un impôt. Or, ce qui est certain: si le nouveau système entre en vigueur, le nouvel impôt Billag sur les médias augmentera rapidement. Nous payons déjà des impôts fédéraux, cantonaux, communaux, paroissiaux, des taxes sur les carburants, sur le tabac, etc., etc. Encore un de plus? Non, trop c est trop! Doris et Beat Baumberger avec leur enfants Sarah et Marc, fleuristes et paysagistes: «Le nouvel impôt sur les médias Billa est d une insolence rare! Cela n est pas admissible et cela ne devrait plus être possible de lever encore et toujours de nouveaux impôts. En tant que famille, la charge fiscale est déjà suffisamment écrasante! Nous travaillons déjà plus de la moitié de l année pour l Etat. Et maintenant, nous devrions en plus être doublement imposé pour la TV et la radio? Nous avons une entreprise familiale. Et puis, en tant que famille, nous payons Billag à la maison. Chaque membre de notre team de neuf personnes verse déjà 462 francs à titre privé. Pourquoi devrions payer 1000 francs de plus comme entreprise imposée sur le chiffre d affaires? C est une arnaque et une fabrique à billets pour la SSR. Cette dernière va encore enfler et se gonfler avec ce nouvel impôt. En revanche, nous serons tout simplement pressés comme des citrons!» Dans la construction, Samuel Schmid: «A titre privé, je paie déjà les factures Billag et ces dernières sont bien trop élevées. A mon avis, ils de vraient plutôt essayer d améliorer leurs finances grâce aux interruptions pu- blicitaires. Qu il lance maintenant un nouvel impôt sur les médias Billag et que je doive payer alors que je ne souhaite pas recevoir les émissions de radio et de TV, c est juste inacceptable! Et en plus nous devrions payer deux fois, entre la maison et l entreprise. Je travaille dans le monde de la construction. Et tout le monde sait bien qu il faut faire attention et que ce n est possible d écouter la radio ou de regarder la TV sur un chantier. Je n entendrais rien aux bruits environnants si j écoutais la radio ou de la musique. Comme le travail à la pêle mécanique ou au marteau à air comprimé sont très bruyants, je doit porter des protections auriculaires et me concentrer. Impossible d écouter la radio ou de regarder la TV. Et en plus, c est formellement interdit. Sur le panneau de la SUVA figure une grosse interdiction. La musique est réellement interdite sur le lieu de travail. Ce qui se comprend! Mais pourquoi mon entreprise devrait payer sur le lieu de travail pour une prestation qui n est pas utilisée et qui est même interdite? Si l impôt continue à grimper, je ne pourrai plus me l offrir. Il faut dire que 400 francs, c est beaucoup. Si cela augmente, je n aurai plus le choix!» «Bien sûr qu il s agit d un nouvel impôt!» Pour le juge fédéral Peter Karlen, la révision de la LRTV contredit la Constitution Les experts sont unanimes: la révision de la loi sur la radio et la télévision n est rien d autre que l intro duction d un nouvel impôt. «En effet, dans ce projet de loi, on constate qu il ne s agit plus d une redevance au sens strict du terme, mais bel et bien d un nouvel impôt. Or, cette différence est fondamentale, car, dans ce cas, une base constitutionnelle explicite aurait été nécessaire», écrit sans ambiguïté le juge fédéral Peter Karlen, dans une revue spécialisée. Mais introduire un nouvel impôt reste impopulaire, a fortiori un impôt contraignant pour quelque chose que de nombreux citoyens ne veulent ou ne peuvent pas utiliser. D où la «créativité» du Conseil fédéral, qui a lancé une nouvelle catégorie de taxes parafiscales. Son avantage? C est que le gouvernement peut ensuite l aug menter en toute autonomie. Et le Parlement, tout comme le peuple, ne disposeraient plus d aucun moyen de l en empêcher. C est dire s il s agit bien d une brèche qui mènerait fatalement à une explosion des coûts et à une flambée des budgets!

3 Mai «C est absolument injuste!» Alourdir le fardeau fiscal Avec le nouvel impôt Billag sur les médias, le Conseil fédéral et la SSR auraient les coudées franches pour augmenter à leur guise la redevance, sans que le Parlement et le peuple ne puissent s y opposer. Un passe-droit fiscal unique! En acceptant la nouvelle loi sur la radio et la télévision (LRTV), la ministre de la communication Doris Leuthard promet un allégement de la charge fiscale pour les ménages. En réalité, c est un mensonge doublé d un piège. L ancien patron de la télévision suisse allemande, Filippo Leutenegger, le confirme: «Plus la redevance Billag amasse de l argent et plus la SSR en dépense. Cela a toujours été ainsi.» Cet ex-animateur de l émission politique «Arena» constate: «Malgré une baisse de son audience, la SSR reçoit chaque année toujours plus de fonds, grâce à l accroissement de la population.» En clair, les impôts contraignants continueront à augmenter, et visiblement sans limite... La cuisine au leurre de Doris Selon Doris Leuthard, nous devrions tous casquer pour Billag, même ceux qui n ont aucun poste de radio ou de télé et même les entreprises! «C est franchement injuste!» estime Filippo Leutenegger, qui précise: «Et pour les entreprises, ça équivaut à une double taxation pour une seule prestation.» En adoucissant la facture pour les ménages du moins dans un pre mier temps, Doris Leuthard a réussi à faire avaler la soupe au Parlement. En même temps, elle a concocté une recette légale permettant au Conseil fédéral de saler, par la suite, les factures à volonté et pour tout le monde. C est rien de moins qu un chèque en blanc! Une fois la nouvelle recette en place, les coûts pourront exploser et, comme le montre l infographie ci-contre, la redevance Billag à 1000 francs par an et par ménage sera bientôt une triste réalité. «Accros comme à une drogue» Saviez-vous que la SSR n est pas la seule à profiter d injections ininterrompues de subventions? De nombreux éditeurs suisses aussi, certes à plus petite dose. Du coup, la dépendance face à l Etat s accroît, au sacrifice de l indépendance médiatique de la branche. «C est comme une drogue», diagnostique Leutenegger, «au début, c est agréablement doux, mais à la fin, on ne peut plus s en passer.» Coutumière des médias, c est avec son petit sourire habituel que la conseillère fédérale essaie de nous faire avaler sa soupe à l entourloupe. Une seule réponse à donner le 14 juin: NON au nouvel impôt Billag sur les médias! NON aux médias d Etat surpuissants! NON à la nouvelle loi sur la radio et la télévision LRTV! Toujours plus cher malgré l afflux d argent L accroissement de la population en Suisse depuis l an 2000 permet à la SSR d engranger 142 mil lions de francs supplémentaires par an. La redevance a-t-elle baissé pour autant? Au contraire, elle a augmenté. Avalanche de coûts Le groupe audiovisuel public prévoit la production d émissions réservées à internet, sorte de canal supplémentaire. Mais surtout, un énième puits sans fond... que les contribuables devront combler. L impôt Billag explosera La SSR veut augmenter la part de productions «maison», de 20% aujourd hui à 60%, impliquant des financements massifs! Personne n est dupe, l impôt Billag explosera. Mauvaise et coûteuse gestion La stratégie de numérisation des radios à la SSR a coûté, jusqu au 14 juin 2015, la bagatelle de 4 millions de francs. Et en plus, les dirigeants de la SSR prennent le peuple en otage en déclarant: «Ces millions seront perdus si le peuple dit NON à l impôt Billag sur les médias.» Quel toupet! Toujours plus de nouveaux impôts! Facture Billag 65% plus élevée En 1990, un ménage payait 279 francs de rede vance à Billag. Aujourd hui, c est 462 francs, soit une flambée de 65%! Et en poursuivant sur cette lancée pendant quelques années, la facture Billag s élèvera à 700 ou 800 francs par an et par ménage

4 et s efforcent de maintenir leur compétitivité, Billag représente un scénario 4 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai «Non à cette belle entourloupe!» La révision de la loi sur la radio et la télévision LRTV est un piège fiscal, dont le seul but est de générer de nouvelles rentrées fiscales dans les caisses de la SSR. Le peuple n a plus qu à se taire et payer. Bonjour l arnaque! Le nouvel impôt menace un refuge pour animaux Les collaborateurs de l Association de protection des animaux de Bâle-Ville et Bâle-Campagne payent tous leur facture Billag à titre privé. Pourtant, le nouvel impôt sur les médias Billag frapperait également leur refuge. Une «maison» principalement fréquentée par des chats... Ce type d institutions aux finances fragiles ne devrait pas payer davantage d impôts et de taxes. «Boucler une journée en respectant les coûts relève déjà du défi pour notre association», soupire Béatrice Korn, responsable du «Tierschutz beider Basel». «Notre mission, c est d accueillir dans les meilleures conditions possibles tous nos protégés, soit 300 à 400 animaux par jour! Durant la durée de leur séjour, on ne devrait faire aucune économie sur les soins médicaux ou la capacité d hébergement. Une garde d animaux respectueuse de l espèce et des prescriptions légales restent notre priorité absolue. Qui peut croire que nos membres, donateurs, sponsors, parrains et bénévoles regardent la télé ou écoutent la radio pendant les heures de travail? C est ridicule! L ironie c est que ce nouvel impôt Billag menace l existence de l Association.» «Payer pour quelque chose dont je n ai pas besoin» «En tant que jeunes, nous voulons quitter un jour la maison et voler de nos propres ailes. Financièrement, ce n est pas toujours facile de nouer les deux bouts. Avec Billag, c est une taxe supplémentaire qui tombe sur la collocation, alors qu on a tous besoin de nos ordinateurs pour travailler. Nous n avons jamais demandé à regarder la SSR et on nous soumet à cette facture sans raison. Nous obliger à payer pour quelque chose que nous ne désirons pas ne nous aide pas à devenir indépendant financièrement», explique Frédéric Jollien, Valaisan. «Nous nous informons à travers d autres canaux. Pourquoi devrions-nous payer quelque chose que nous ne choisissons pas librement?» ajoute Jonathan Kunzmann, Vaudois. «La SSR devrait se concentrer sur ses missions de base, mieux prendre en compte ses consommateurs. Au lieu de cela, elle diffuse des émissions peu satisfaisantes.» Et pour Simon Stämpfli: «En tant qu étudiant, je n ai déjà pas les moyens de payer la redevance Billag», dit le Bernois en précisant: «462 francs de frais fixes pour la radio et la télévision, je trouve ça totalement démesuré. D autant que, perso, je ne trouve pas la qualité de la SSR à la hauteur. Si je pouvais fixer le tarif en conséquence, je payerais au maximum 300 francs à Billag.» «A l heure où les entreprises suisses font face au défi de la valorisation du franc Injustice, surtout pour nos retraités! d horreur, lance la conseillère nationale genevoise UDC Céline Amaudruz (à gauche). «Il ne faut pas se fier à l argument faisant miroiter une diminution des baisses de redevances à court terme, c est un piège fiscal!» Pour son collègue valaisan Jean-René Fournier (au centre), conseiller aux Etats PDC à Berne et viceprésident de l usam: «Il est inacceptable que l Etat arnaque les entreprises pour financer un impôt sur les médias. Nous ne nous laisserons pas faire!» Et pour Nicolas Leuba (à droite), candidat PLR aux élections fédérales dans le canton de Vaud: «Dans la situation actuelle, nous devons d abord penser à soulager les PME des charges qui les écrasent et ne pas nous laisser frapper par d autres impôts.» «Dans de nombreux cas, cela va devenir très difficile, voire impossible pour les retraités de continuer à payer cette redevance coûteuse», critique Hans Werner Widrig, ancien conseiller national et président d honneur de l Association suisse des Aînés (ASA) au sujet de ce nouvel impôt sur les médias Billag. «Les rentes AVS sont déjà modestes. Les plus âgés parmi nous, ceux qui vivent notamment en EMS, écoutent peu la radio et regardent moins la TV qu on imagine d une part pour des raisons de santé, d autre part par principe, ils n aiment pas trop la regarder. Et cependant, ils devraient payer pour des services qu ils n utilisent presque pas.» Le retraité Richard Pfister, de Pully (en photo), s engage lui aussi contre ce nouvel impôt. «Le Conseil fédéral pourra tout à fait librement augmenter le barême et prélever plus d argent, sans que le Parlement et le peuple ne puissent dire leur mot. C est un chèque en blanc inacceptable! Tout le monde, y compris les plus modestes d entre nous, devraient payer un impôt qui coûtera de plus en plus cher C est carrément antisocial!» Payer deux fois? «Je suis grutier sur un chantier. Durant le travail, je ne peux pas écouter la radio et encore moins regarder la télévision», s exaspère Jovica Dimi trijevic, employé chez A. Bill AG, à Wabern (BE). «Personnellement, je paye déjà plus de 400 francs par an pour l impôt sur les médias. Et je ne saisis pas pourquoi mon chef devrait encore payer pour moi. C est injuste.» Avis partagé par Ulrike Brunnschweiler, présidente de femmes PME, à Saint-Gall: «Dans nos entreprises, nous avons autre chose à faire qu écouter la radio ou regarder la télé. Surtout que nous payons déjà, à titre privé, une généreuse redevance radio/tv. A mes yeux, l impôt sur les médias pour les entreprises est une pure escroquerie.»

5 6 NON À DE NOUVEAUX IMPÔTS! Mai 2015 De Weck vole le peuple RECETTES FISCALES GASPILLÉES Le peuple devrait transpirer pour payer cet impôt sur les médias. Pour sa part, le patron de la SSR, Roger de Weck, encaisse chaque année un salaire et des prestations à hauteur de francs environ. Roger de Weck De qui se moque le patron du plus grand groupe média de Suisse, financé par l impôt Billag? Pour de Weck, la notion de «service public» sert à transformer la SSR en empire audiovisuel et à gaspiller généreusement l argent des contribuables. Car qui, à part lui, voit dans une émission frivole comme «Jass im Puff» la moindre idée de «service public»? Le critique du capitalisme Ce fils de banquier qui fréquente les cercles d intellectuels, se met volontiers en scène en grand critique de la nation et surtout en juge moralisateur du capitalisme. A ces occasions, il dénonce la «cupidité» de la «classe dominante» qui tendrait à se «servir ellemême». encaisse lui-même sans gêne Mais quand Roger de Weck troque son costume de Robin des Bois pour celui de directeur général de la SSR, il n éprouve étrange- ment plus aucune gêne à encaisser lui-même un salaire mirobolant. Pour 2014, en effet, ce dernier s est élevé à francs, dont francs à titre de «prestations accessoires»! Une telle somme représenterait déjà une paie convenable pour de nombreux Suisses. Mais pour Monsieur le Directeur Général de la SSR, c est presque du revenu annexe. Bref, l empereur de la SSR encaisse chaque année, grâce à nos impôts, près d un demi million de francs. Soit davantage qu un conseiller fédéral! Le risque d entreprise? Une plaisanterie! Ce faisant, l empereur d un média d Etat ne prend vraiment aucun risque entrepreneurial pouvant compromettre ses royales rétributions. Grâce à Billag, le groupe audiovisuel public n est même pas soumis à une obligation de résultats pour décrocher ses gros budgets. A l inverse, un conseiller fédéral risque même d être destitué. Une seule et unique réponse A propos du mode de financement douteux de la SSR, comment l appelez autrement, cher Monsieur de Weck, que voler le peuple? Il ne reste qu une seule réponse à donner le 14 juin: NON à un nouvel impôt Billag sur les médias! NON à un groupe audiovisuel public surpuissant! NON à la nouvelle LRTV! Ce qu ils gagnent La haute direction de la SSR démontre une gestion parfaite de ses propres revenus: Raymond Loretan, président du conseil d administration: son job à 50 % lui procure francs de salaire annuel. Pour un emploi à plein temps, cela correspond à francs. Les membres du conseil d administration: pour un travail à 20 %, un membre du conseil d administration touche en moyenne francs. Projeté à 100 %, on obtient avec les frais de repas et de représentation la somme rondelette de francs. Viktor Baumeler, président du comité régional: pour six séances, avec les préparations, il touche francs par an, sans compter les repas. Les six membres de la direction reçoivent en moyenne francs par année. De plus, les 11 membres du conseil régional reçoivent chacun près de francs. Non à un coûteux empire SSR LA TV LA PLUS CHÈRE D EUROPE ENTIÈRE Le fonctionnement du groupe audiovisuel public est déjà bien trop cher. Aujourd hui, à francs par an, les Suisses payent la redevance la plus onéreuse de toute l Europe. Le budget de la SSR est stratosphérique puisque le groupe audiovisuel public touche 1,6 milliard de francs par an, soit près de 4 millions de francs par jour! Normal, d une part la redevance n a cessé de prendre l ascenseur et, d autre part, le nombre de ménages a augmenté ces 25 dernières années de 2,8 à 3,5 millions, en lien avec l augmentation générale de la population. Le second facteur rapporte, à lui seul, 142 millions de francs supplémentaires chaque année depuis l an Malgré tout, la redevance n a jamais baissé. En 1984, la redevance pour la SSR s élevait à environ un demimilliard de francs. Aujourd hui, son budget a triplé. Derrière son alibi de «service public», les patrons successifs ont bâti un empire de l audiovisuel aux coûts excessifs. Si le peuple suisse accepte le nouvel impôt Billag sur les médias, le 14 juin prochain, la SSR aura toutes les raisons de gaspiller encore plus d argent public. Qui s étonnera, dans quelques années, de payer un impôt Billag sur les médias à 1000 francs par an et par ménage? Certainement pas nous... Bientôt à 1000 francs! Suisse Allemagne Autriche France Italie fr fr fr. Grande Bretagne fr fr fr. Sources: Blick/Monitoring des coûts de la régulation 2012/13 IPMZ, Wikipedia Sender. Sommes en euro calculées en francs suisses au cours du jour.

6 Mai Le «service public», c est autre chose POUR CES ÉMISSIONS ABSURDES, NOUS DEVONS PAYER DES IMPÔTS TOUJOURS PLUS ÉLEVÉS AUX CHAÎNES PUBLIQUES Des émissions d information de haute qualité dans les quatre langues nationales, c est indispensable. A fortiori dans une démocratie directe, où les citoyens doivent se forger une opi nion grâce à des informations impartiales et des débats objectifs. Car ce n est que lorsque toutes les citoyennes et tous les citoyens se retrouvent dans la discussion que l on assure la cohésion nationale, au-delà de tout clivage et des frontières linguistiques. Il faut donc absolument maintenir le professionnalisme dans le traitement de l information des médias publics. Mais cette mission, on peut tout à fait la remplir sans devoir construire un appareil d Etat complaisant, super coûteux et aux projets pharaoniques. Les citoyens ont parfaitement le droit d exiger des prestations de haute qualité, mais dans l efficience. Or, actuellement, la SSR fait précisément le contraire. Elle achète des séries complètes et des films, principalement à l étranger. En quoi un sitcom américain enrichit-il la culture helvétique ou répond-il aux besoins d informations des citoyennes et citoyens d une démocratie directe? En quoi les émissions de divertissement achetées chez nos voisins français ou allemands, truffées de pauses publicitaires, répondent-ils à la notion de service public? C est sous la vague notion de service public, galvaudée et réinterprétée par les patrons de la SSR, que cette dernière s est honteusement enrichie. Pire, le nouvel impôt Billag sur les médias veut ponctionner des sommes encore plus gigantesques aux contribuables sans chercher à définir plus précisément la notion de service public. La discussion aurait dû avoir lieu il y a longtemps, mais avec la révision de la loi sur la radio et la télévision, la SSR se donnera la compétence exclusive de décider de quel service public la Suisse a besoin et quels moyens elle se donne pour y répondre. Les textes ne prévoient aucune limite de dépenses, laissant à la Société suisse de radio et télédiffusion les coudées franches pour passer elle-même de nouveaux contrats. Qui payera? Le peuple et sans qu il n ait aucun outil pour contester les augmentations d impôts. C est sur les forums en ligne que les consommateurs disent franchement ce qu ils pensent de l interprétation de la notion de service public par la SSR. Ecoutons Les architectes belges, dont le projet a été retenu, se réjouissent de la future construction d un bâtiment pharaonique de la RTS sur le site de l EPFL à Lausanne. Inauguration prévue en «Mais d exiger de tous les acteurs une nouvelle définition du service public, ce concept dont la SSR s auto-glorifie, comme si elle en était la seule dépositaire. Alors qu elle n est qu un acteur parmi d autres. Et surtout, qu elle produit de moins en moins d émissions citoyennes ou de service pu blic. Et de plus en plus d offres n ayant qu un lointain rapport avec la promotion de la vie démocratique, de la culture, des arts et des sciences.» Pascal Décaillet dans l article «SSR L équipe de la série américaine posant fièrement à Monte-Carlo pour le 27 e anniversaire de «Top Models». Mais en quoi le public suisse peut-il se sentir concerné par tant d inepties? «Au-delà des enjeux de concurrence entre médias publics et privés sur le numérique, ce sera bien la question de la nature de l offre de la SSR qui sera débattue. Déjà attaquée pour sa faible couverture des débats politiques, il ne faut pas qu une entité comme la RTS prête le flanc aux piques sur son désintérêt pour la culture, laquelle devrait être aussi prioritaire que le sont l information, la distraction ou le sport.» «RTS Un, culture zéro», L Hebdo du La diffusion de «Game of Thrones», le lendemain de sa sortie aux Etats-Unis et à un prix exorbitant, a scandalisé une bonne partie des consommateurs en Suisse romande. «New York Unité spéciale», «Les experts: Manhattan» et «Les experts: Miami» (en photo): ces séries achetées à grand frais aux Etats-Unis n ont rien à voir avec le service public, pour lequel nous devons payer des impôts. Lorsqu il s agit de démocratie et de l unité entre les régions du pays, les langues et les cultures, ces formats coûteux n ont aucune valeur ajoutée. «Il est temps de débattre sérieusement de ce que veut dire le service public. Quitte à oser dire tout haut que le roi est nu.» Pietro Supino dans l article «C est le moment d imposer des limites à la SSR avant qu elle n étouffe les médias privés», Le Temps du contre éditeurs, une guerre de titans qui n est pas la nôtre», Le Temps du «Billag est une vaste escroquerie, surtout pour ce que la Suisse propose comme qualité de programmes.» André Berdoz dans l article «Une véritable aberration», Journal des arts et métiers du SSR, une machine de propagande bien huilée où les manipulateurs sont financés par nos redevances «Beaucoup d argent pour pas grand-chose» Dans le combat des votations, la SSR sait manipuler lorsqu il s agit de préserver ses propres intérêts. Olivier Kessler, coprésident du comité «Oui à la suppression des redevances Billag», en sait quelque chose. Il a participé à un forum de discussion lancé début mars par la SSR de Suisse centrale, sous le titre de «Redevances Billag, abus ou solidarité?»: «A toutes mes interventions, l animatrice du débat a constamment contré mes arguments, alors qu elle a laissé librement parler les partisans de la redevance obligatoire sans la moindre interruption. Pire, dès que j abordais des sujets contestables pour Billag, en faisant la démonstration de l absurdité du système, elle changeait aussitôt de sujet.» Le forum de discussion a été entièrement filmé par une journaliste de la TV alémanique SRF, que j ai accostée après le débat: «Je lui ai demandé de m envoyer une copie de la vidéo complète, ce qu elle m a promis. Mais ce que j ai reçu n était rien de moins qu un montage propagandiste d une durée de six minutes à peine et dans lequel tous mes arguments avaient été coupés. Ce jour-là, pour Kessler, le mythe d un média public indépendant et intègre s est effondré: «Il est grand temps de supprimer la redevance forcée Billag et de stopper l abus du peuple!» La critique du média public est consensuelle Outre-Sarine. Un épisode récent a démontré une capacité inouïe jusqu ici de dérapage du service public. Il s agit de l affrontement qui a opposé à l antenne l influent Roger Schawinski au satiriste Andreas Thiel. Après s être retenu de commenter, ce dernier se lâche enfin. A la question: «Comment jugez-vous le Talkmaster le mieux payé de Suisse?», Thiel a cette réponse laconique: «Je n aurais jamais pensé que nos leader d opinions soient aussi peu instruits.» Selon lui, Schawinski est très doué pour faire descendre le niveau à des profondeurs abyssales. «L analyse, avec lui, c est sous la ceinture», précise-t-il. A la question des moyens financiers alloués à la SSR, le comique alémanique indique que, selon ses calculs, l animateur toucherait chaque année francs et qu il se préparerait moins de 30 minutes par semaine avec son interlocuteur. «Je peux en parler parce que je l ai vécu.» Sur le niveau des émissions de la SSR, il ajoute que «si la bêtise était punissable, nous serions tous en prison». Pour lui, un émetteur public qui se livre à un chantage financier pareil n a plus sa place dans le paysage des médias. Et si on la supprimait? «Nous partirions tous les deux en tournée au cirque Knie. Nous avons un joli numéro dans lequel on se camoufle dans un costume de cheval, ricane-t-il. Mais nous n arrivons toujours pas à nous mettre d accord sur celui de nous deux qui jouera la partie arrière!»

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

10 ans de Comité directeur de l USAM

10 ans de Comité directeur de l USAM 10 ans de Comité directeur de l USAM Séances standard : Comité directeur Chambre suisse des arts et métiers Congrès suisse des arts et métiers Conférence des sections ou des unions cantonales des arts

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit»

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» De par mon métier d assistante sociale, je peux constater les ravages de l endettement sur la vie des familles et des jeunes

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives

Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives Au moins sept des 20 sociétés du Swiss Market Index sont politiquement actives. C est le résultat d une consultation lancée par ACTARES

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

Berne, le 29 août 2012

Berne, le 29 août 2012 L'Office fédéral de la communication Consultation concernant la révision partielle de la loi sur la radio et la télévision Zukunftstrasse 44 Case Postale 2051 Bienne Berne, le 29 août 2012 Prise de position

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

Abroger le bouclier fiscal

Abroger le bouclier fiscal NOTE n 57 - Fondation Jean-Jaurès / Groupe socialiste à l Assemblée nationale - 10 juin 2010 - page 1 Pierre-Alain Muet* * Député, rapporteur de la proposition de loi visant à abroger Est-il légitime de

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Renforçons la classe moyenne!

Renforçons la classe moyenne! Renforçons la classe moyenne! Précisions sur la résolution du PDC suisse pour une classe moyenne forte. Introduction La classe moyenne est le cœur de notre société : elle inclut les familles, les retraités

Plus en détail

III MEMBRES I BUTS II SIÈGE

III MEMBRES I BUTS II SIÈGE STATUTS Le Collège Suisse des Experts Architectes (CSEA) est une association au sens des articles 60 à 79 du CCS. I BUTS Art. 1 L Association encourage et facilite les contacts entre ses membres. Elle

Plus en détail

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste

30 mai 2006 06.136. Interpellation du groupe socialiste DECS 30 mai 2006 06.136 Interpellation du groupe socialiste Enseignement de la biologie Enseignement de la biologie: le rectorat de l Université de Neuchâtel fait d une pierre plusieurs coups: début de

Plus en détail

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage Services bancaires Introduction Les institutions financières, notamment les banques, les sociétés de fiducie, les coopératives de crédit et les caisses populaires, sont des entités essentielles à la gestion

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

2 www.easyvote.ch. Impressum

2 www.easyvote.ch. Impressum INFOBROCHURE Impressum Contact Fédération Suisse des Parlements des Jeunes easyvote info@easyvote.ch +41 (0)31 850 10 26 Rédaction Ariane Bahri Organisation responsable Fédération Suisse des Parlements

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Statuts usam Règlement du Fonds de protection

Statuts usam Règlement du Fonds de protection Schweizeris Union suisse Unione svizz Dachorganisation der Schweizer KMU Organisation faîtière des PME suisses Organizzazione mantello delle PMI svizzere Umbrella organization of Swiss SME Statuts usam

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.058 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Pour Initiative populaire sur les bourses d'études et révision totale de la loi sur les contributions

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Ph. Geluck. 18.11.2010 Page 1

Ph. Geluck. 18.11.2010 Page 1 Ph. Geluck 18.11.2010 Page 1 La formation de l opinion publique Damien Cottier «Université d automne des acteurs politiques suisses» Lausanne, IDHEAP 13.11.2010 18.11.2010 Page 2 Formation de l opinion

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

Cotisations à l AVS, à l AI, aux APG et à l AC sur les salaires minimes

Cotisations à l AVS, à l AI, aux APG et à l AC sur les salaires minimes 2.04 Cotisations Cotisations à l AVS, à l AI, aux APG et à l AC sur les salaires minimes Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Tous les salaires sont en principe soumis aux cotisations AVS/AI/APG et AC (voir

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois : Une vision de société pour 2012-2017 1 Centre Droite vaudois : une vision de société Grâce

Plus en détail

Dans l évasion fiscale, jusqu au où remonte la chaine des responsabilités?

Dans l évasion fiscale, jusqu au où remonte la chaine des responsabilités? Eric Bocquet (PCF-FDG) est le rapporteur de commissions d'enquête au Sénat sur l'évasion fiscale et ses acteurs. Il est également l'auteur de nombreuses propositions et amendements visant à lutter contre

Plus en détail

1 Initiative populaire «Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration!» 2 Initiative populaire «Pour une caisse publique d assurance-maladie»

1 Initiative populaire «Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration!» 2 Initiative populaire «Pour une caisse publique d assurance-maladie» Votation populaire du 28 septembre 2014 Explications du Conseil fédéral 1 Initiative populaire «Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration!» 2 Initiative populaire «Pour une caisse publique d assurance-maladie»

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT Deux grands acteurs de proximité s associent pour vous simplifier la vie. Tout près de chez vous. 2 LES CCAS/CIAS Plus de 7 500 Centres Communaux ou Intercommunaux d Action

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Publicité et environnement

Publicité et environnement Publicité et environnement Publicité et environnement font-ils bon ménage? C est la question à laquelle répondent les deux invités de l émission C est pas du vent! : Jacques-Olivier Barthes, membre fondateur

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification Personne ne paie volontiers le prix fort pour une assurance. A la Suva, un système astucieux veille à ce que les primes soient proportionnelles

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION 2 3 AVANT-PROPOS Ce guide pratique s adresse aux groupes de jeunes qui se demandent s ils doivent créer une association pour réaliser leur projet.

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE 12 juin 2008 Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) 301-1411, rue

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

(10_MOT_112) (maj.) La commission composée de Mesdames et Messieurs les député(e)s :

(10_MOT_112) (maj.) La commission composée de Mesdames et Messieurs les député(e)s : JANVIER 2011 RC-MOT (10_MOT_112) (maj.) RAPPORT DE MAJORITE DE LA COMMISSION chargée d'examiner l'objet suivant: Motion Frédéric Haenni et consorts demandant l harmonisation de la loi vaudoise sur la fumée

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien I

Les assurances sociales au quotidien I François Wagner Les assurances sociales au quotidien I Assurances accident, chômage et invalidité Prestations complémentaires Allocations perte de gain maternité CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 5

LE GUIDE PRATIQUE N 5 LE GUIDE PRATIQUE N 5 POUR CRÉER UN SKATEPARK 2 3 AVANT-PROPOS Vous êtes un utilisateur de skatepark et vous souhaitez qu une de ces infrastructures se situe près de chez vous. Vous constatez que vous

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Comment générer des revenus en Affiliation

Comment générer des revenus en Affiliation Comment générer des revenus en Affiliation Apprenez comment vous créer un système pour faire de l argent sur Internet Version 6 Programme Affiliation Entreprise Nexika Inc www.marketing-affiliation.com

Plus en détail

Mobile Business Mobile Marketing. Eléments fondamentaux

Mobile Business Mobile Marketing. Eléments fondamentaux Mobile Business Mobile Marketing Eléments fondamentaux Copyright International Tout le contenu de ce ebook est la propriété intellectuelle de Vange Roc NGASSAKI. Sa vente est illégale, sa copie, le partage

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail