Les Algorithmes Mémétiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Algorithmes Mémétiques"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Université des Sciences et de la Technologie d Oran U.S.T.O. Faculté des Sciences Département d Informatique MIAS Master 2 Option : RF-IA Les Algorithmes Mémétiques Sous-direction de : M r. M. BENYETTOU Préparé par : M elle. BELMEBROUK Zineb Année Universitaire : 2011/2012

2 I. Introduction : Les métaheuristiques sont une nouvelle génération de méthodes approchées puissantes et générales, qui sont constituées d un ensemble de concepts fondamentaux et qui permettent d aider à la conception des méthodes heuristiques pour un problème d optimisation, ainsi les métaheuristiques sont adaptables et applicables à une large classe de problèmes. Les métaheuristiques (M) sont souvent des algorithmes utilisant un échantillonnage probabiliste. Elles tentent de trouver l optimum global (G) d un problème d optimisation difficile (avec des discontinuités D, par exemple), sans être piégé par les optima locaux (L). Grâce à des métaheuristiques, on peut proposer aujourd hui des solutions approchées pour des problèmes d optimisation classiques de plus grande taille et pour de très nombreuses applications qu il était impossible de traiter auparavant, comme on constate, depuis ces dernières années, que l intérêt porté aux métaheuristiques augmente continuellement en recherche opérationnelle et en intelligence artificielle.

3 Il existe un grand nombre de métaheuristiques différents, allant de la simple recherche locale à des algorithmes complexes de recherche globale. On peut classifier les métaheuristiques selon plusieurs façons l une des cas et de distinguer celles qui travaillent avec une population de solutions et celles qui ne manipulent qu une seule solution à la fois. Le schéma suivant indique les différentes méthodes : On s intéresse par la suite sur les algorithmes mémétiques qui appartiennent à la famille des méthodes hybrides. L hybridation est une tendance observée dans de nombreux travaux réalisés sur les métaheuristiques ces dix dernières années. Elle permet de tirer profit des avantages cumulés de différentes métaheuristiques, à tel point que les métaheuristiques que nous avons vus jusqu à présent ne sont plus que des canevas, des points de départ, pour commencer à résoudre un problème d optimisation.

4 II. Historique : Les algorithmes mémétiques sont une hybridation entre les algorithmes de recherche locale et les algorithmes génétiques. Les principes de ce type d algorithme ont été introduits par Dawkins et formalisés par Moscato (Dawkins 89, Moscato 89, Moscato 99). Ils sont appelés aussi algorithmes génétiques hybrides, et Recherche locale Hybrides. III. Définitions : Les algorithmes mémétiques sont une hybridation entre les algorithmes de recherche locale et les algorithmes génétiques. Le principe général est le même que pour les algorithmes génétiques mis à part qu un opérateur de recherche locale est ajouté après celui de mutation. La partie génétique de ces algorithmes peut être vue comme une forte diversification alors que la partie recherche locale correspondrait à une forte intensification (accompagnée d une faible diversification). Population Sélection Croisement Condition d insertion Mutation Recherche Locale Schéma des Algorithmes Mémétiques (MA) Si un individu vérifie cette condition, il peut être inséré dans la population. Dans le cas contraire, il est détruit et une nouvelle génération est construite. Cette condition est très importante car elle définit la politique d évolution de la population.

5 Les algorithmes mémétiques sont des métaheuristiques avancées ; l idée principale de cette technique est de rendre un algorithme génétique plus efficace par l ajout d une recherche locale en plus de la mutation. Une des observations générales provenant de l implémentation d un algorithme génétique basique est souvent la faible vitesse de convergence de l algorithme. L idée de Moscato est donc d ajouter une recherche locale qui peut être une méthode de descente ou une recherche locale plus évoluée (recuit simulé ou recherche tabou). Il est évident que cette simple modification entraine de profonds changements dans le comportement de l algorithme. Remarque : Il existe de multiples façons de concevoir un algorithme génétique. Les méthodes de recherche locale sont aussi très nombreuses. L hybridation de ces deux approches permet d envisager un nombre considérable de combinaisons. IV. Algorithme Mémétique (MA) : 1: Initialisation : générer la population initiale Pop de solutions avec taille = n 2: Améliorer chaque solution s de Pop : s RL(s) 3: Répéter 4: Sélectionner deux solution x et x avec la technique de sélection 5: Croiser les deux parents x et x enfants C1, C2 6: Pour chaque enfant C faire 7: Améliorer : C RL(C) 8: Muter C 9: Remplacer une solution P de Pop par C 10: Fin pour 11: Jusqu'à (critère d'arrêt). L intensification est produite par l application de la recherche locale et l operateur de mutation assure la diversification.

6 V. Description de l algorithme : Etape 1 : construire une population initiale de pop individus de manière aléatoire ou avec une initialisation gloutonne. Etape 2 : appliquer l opérateur de sélection Le choix de ces individus peut se faire de différentes manières. Il est souhaitable que les parents possèdent de bonnes propriétés afin de les transmettre aux fils. Etape 3 : appliquer l opérateur du croisement Un opérateur de croisement permet de créer un nouvel individu à partir de deux individus parents. Etape 4 : appliquer l opérateur de recherche locale aux nouveaux individus créés (enfants). Pendant n itérations et renvoie les meilleurs individus trouvés (Population des minima locaux). Etape 5 : appliquer l opérateur de mutation est utilisé pour introduire de nouveaux gènes dans la population. (Pour quitter l optimum local). Etape 6 : mise à jour remplacer P le plus mauvais parent par C. Le critère d arrêt est différent d un problème à un autre. Il est évident que cette modification (l ajout de la recherche locale) va changer le comportement de l algorithme : o La première utilisation de la procédure recherche locale permet de travailler avec des solutions bien intensifiées et qui sont parmi les meilleures. o La deuxième utilisation de la recherche locale permet d obtenir les meilleures enfants de la génération nouvellement créée.

7 VI. Exemple d application : Présentation : Les systèmes de production ont connu un développement prodigieux, où la gestion de production et l ordonnancement des tâches sont devenus les éléments qui posent plus de problèmes très importants comme l augmentation de la production et la diminution des coûts sont devenus l objectif majeur dans toutes les entreprises. Les problèmes d ordonnancement se rencontrent très souvent notamment dans l optimisation de la gestion de production L ordonnancement dans les systèmes de production consiste à organiser dans le temps la réalisation de tâches de façon à satisfaire un ou plusieurs objectif et en prenant en compte les contraintes de délai, les contraintes d enchainement. Objectif : La résolution du problème, consiste à trouver un ordre de passage des différentes tâches en entrée du système et une affectation des différentes tâches sur les différentes machines de l étage j+1, suivant leur date de traitement à l étage j. Etage 1 Etage 2 Etage j Machines Machines Machines j Figure : représentation d un système de production des pièces Machine Stock

8 Le problème d ordonnancement : consiste à préciser l ordre de l exécution des taches par les différentes machines dans un étage donné. VII. comparaison de l AM avec les autres méthodes: Dans cet exemple, ils ont appliqué les trois algorithmes : o mémétiques avec (descente, recuit simulé). o les algorithmes génétiques. o La recherche locale (descente, recuit simulé). Voici les résultats du CMax (le temps d achèvement les travaux) : 1. comparaison de l AM avec AG et la descente: La méthode Nombre de pièces Mémétique avec descente Les AG La descente N = N= N= N= N= comparaison de l AM avec AG et le recuit simulé : La méthode Nombre de pièces Mémétique avec recuit simulé Les AG Le recuit simulé N = N= N= N= N=

9 D après les tableaux on peut dire que l hybridation des algorithmes génétiques avec la recherche locale porté ses fruits et le but d amélioration de la qualité de solutions a été atteint. Les meilleurs résultats sont obtenus toujours par l application des algorithmes mémétiques. VIII. Les domaines d applications : Les algorithmes mémétiques ont montré leur utilité pour la résolution de plusieurs problèmes: o La reconnaissance des formes. o Problème de Voyageur de Commerce (PVC) o Problème Coloration de Graphes. o Problèmes d ordonnancement. IX. Les avantages : o L ajout d une recherche locale à un algorithme génétique peut compenser la faiblesse des AG en vitesse de convergence qui est très lente. o Sans la gestion efficace d une population de solutions, il est difficile pour une recherche locale de parcourir efficacement l espace des solutions souvent très vaste. X. Conclusion : Les algorithmes mémétiques sans doute parmi les méthodes les plus puissantes ; ils ont montré leur efficacité dans la résolution de plusieurs problèmes par l hybridation entre deux techniques les «Algorithmes Génétiques» et «les méthodes de recherche locale». Et la combinaison des avantages des deux techniques en même temps. Les algorithmes mémétiques sont plus performants que les algorithmes génétique ; et aussi plus performants que les méthodes de la recherche locale tel que le recuit simulé et la recherche Taboue. Donc, Les algorithmes mémétiques exploitent pleinement la puissance de recherche de méthodes de voisinage et de recombinaison des algorithmes évolutifs sur une population de solutions.

10 XI. Bibliographie : [1] K.GUEBLI et A.KATEB HACHEMI AMAR, Métaheuristiques avancée les algorithmes mémétiques, [2] kjsp?STNAV=&RUBNAV=&RH= [3] [4]

11 I. Introduction 1 II. III. IV. Historique.. 3 Définition...3 Algorithme Mémétique V. Description de l algorithme. 5 VI. VII. VIII. IX. Exemple d application...6 Comparaison de AM avec les autres méthodes.7 Les domaines d application....8 Les avantages....8 X. Conclusion..8 XI. Bibliographie..9

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus 80 Appui à la mise en application du

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

Les métiers: femmes et hommes au travail

Les métiers: femmes et hommes au travail Mathématiques DEGRÉ 6 DURÉE: 45 minutes 66 Féminin, masculin: être humain-e Les métiers: femmes et hommes au travail Démarche Cette activité nécessite un rappel de ce que sont les pourcentages. La fiche

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION

SYNTHESE DE L EVALUATION SYNTHESE DE L EVALUATION I. Contexte de l action II. III. La Guilde avait initié, dans les années 80, des dotations aux actions des petites ONG qui venaient présenter leurs actions dans le cadre du Forum

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

LES APPROCHES QUALITATIVES

LES APPROCHES QUALITATIVES LES APPROCHES QUALITATIVES L objectif est d interviewer et d analyser les personnes prises séparément ou en groupe afin de dégager des hypothèses explicatives. Ces dernières seront ensuite vérifiées a

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux

PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux Le Cahier des Techniques de l INRA 2013 (79) n 2 PRATIX et ANALYTI Un système d information pour accompagner la gestion de nos programmes expérimentaux Laetitia Deyris 1, Frédéric Bernier 1 Résumé. Le

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

La recherche locale. INF6953 La recherche locale 1

La recherche locale. INF6953 La recherche locale 1 La recherche locale INF6953 La recherche locale 1 Sommaire Recherche locale et voisinage. Fonction de voisinage, optimum local Fonction de voisinage et mouvements Fonction de voisinage et mouvements Exemples

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

AVIS D'EXPERT 23-09-13

AVIS D'EXPERT 23-09-13 AVIS D'EXPERT 23-09-13 POURQUOI ET COMMENT APPLIQUER LES METHODES AGILES DANS LA MISE EN ŒUVRE DU SI? Par Bertrand Cornanguer, Secrétaire du CFTL (Comité Français des Tests Logiciels) Consultant Senior

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

CRITÈRES MÉTHODOLOGIQUES POUR L ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS DANS L ÉDUCATION SECONDAIRE. Autora: PALOMA GARCÍA VAÍLLO - 22989820D

CRITÈRES MÉTHODOLOGIQUES POUR L ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS DANS L ÉDUCATION SECONDAIRE. Autora: PALOMA GARCÍA VAÍLLO - 22989820D CRITÈRES MÉTHODOLOGIQUES POUR L ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS DANS L ÉDUCATION SECONDAIRE Autora: PALOMA GARCÍA VAÍLLO - 22989820D INTRODUCTION La langue est l expression d une culture, une façon de voir et

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

TAUX d EVOLUTIONS (cours)

TAUX d EVOLUTIONS (cours) TAUX d EVOLUTIONS (cours) Table des matières 1 calcul d un taux d évolution 3 1.1 activité.................................................. 3 1.2 corrigé activité..............................................

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Gestion de production i7 Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui SMC-S6 Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008 Pr. M. Mekkaoui Pr. M. Mekkaoui La famille ISO 9000 La famille des normes relatives au Système de Management de la Qualité (SMQ) comprend

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Technologie de maintenance industrielle.

Technologie de maintenance industrielle. Technologie de maintenance industrielle ELC.22 Objectifs du programme Les unités de production et les équipements industriels modernes sont des systèmes de plus en plus complexes et automatisés. Ces systèmes

Plus en détail

FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS

FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCEDURES

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur le Danemark

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur le Danemark DIRECTION GÉNÉRALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 15 mai 2009 Public Greco RC-II (2007) 2F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise

Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Pag e 2 Le contrôleur de volume SAN (SVC) Sommaire 1. Le SVC

Plus en détail

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Mai 2007 Cette traduction française, effectuée par les services de l'amf, est un outil de travail mis à la disposition

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Des chariots allées très étroites d avant-garde

Des chariots allées très étroites d avant-garde BT Vector série A capacité nominale de 1 250 1 500 kg hauteur de levée jusqu à 14.8 mètres Des chariots allées très étroites d avant-garde Le BT Vector série A est un chariot pour allées très étroites

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE

UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE N 267 DUCHENE Eric UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE L atelier de monitorat «maths à modeler» s inscrit dans la perspective plus vaste des travaux de l Equipe Recherche Technologie éducation

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Formation en management et gestion. l'expérience de FERPHOS

Formation en management et gestion. l'expérience de FERPHOS Formation en management et gestion l'expérience de FERPHOS La formation au service de la performance La formation professionnelle en entreprise a toujours constitué une préoccupation première des responsables

Plus en détail

Quelle gestion des tâches complexes pour quels apprentissages?

Quelle gestion des tâches complexes pour quels apprentissages? Quelle gestion des tâches complexes pour quels apprentissages? Fabrice Vandebrouck Université Paris Diderot IREM de Paris Laboratoire de Didactique André Revuz Travail en collaboration avec Aline Robert

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

Tableaux de bord Pilotez vos informations pour optimiser la prise de décision

Tableaux de bord Pilotez vos informations pour optimiser la prise de décision Définir le tableau de bord A. Rôle du tableau de bord 11 1. Quelle est la place du tableau de bord dans la stratégie? 11 2. Le rôle du tableau de bord : définir et suivre des objectifs 12 B. Organisation

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

RÉSUMÉ. Introduction. Les techniques de détermination du statut HER-2

RÉSUMÉ. Introduction. Les techniques de détermination du statut HER-2 RÉSUMÉ Introduction Au Québec, on estime que 5 900 femmes ont reçu un diagnostic de cancer du sein au cours de l année 2007. Environ 18 à 20 % d entre elles présentent un mauvais pronostic associé au marqueur

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges entraînement par courroie et roues libres. Édition 1

Ventilateurs centrifuges entraînement par courroie et roues libres. Édition 1 Ventilateurs centrifuges entraînement par courroie et roues libres Édition 1 1 Nicotra-Gebhardt est synonyme de: Flexibilité maximum et standardisation des volutes pour l ensembles des gammes action, réaction

Plus en détail

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME INTRODUCTION L autopartage dans la sphère privée est la mise en commun d un ou plusieurs véhicules, utilisés par des amis, des voisins ou des proches pour des

Plus en détail

Méthodologie d analyse et de développement d un applicatif de test à des fins de diagnostic

Méthodologie d analyse et de développement d un applicatif de test à des fins de diagnostic Méthodologie d analyse et de développement d un applicatif de test à des fins de diagnostic Application à des équipements électroniques critiques embarqués à des fins de Troubleshooting (Locavar) DESCHAMPS

Plus en détail

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 ISO 9001:2008 donne à l'organisme une grande flexibilité quant à la façon de documenter son Système de Management de la Qualité (SMQ). Il convient de souligner

Plus en détail

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Février 2012 Évolution des paniers et Indices des prix

Plus en détail

Scénario d usage, timing 1

Scénario d usage, timing 1 Scénario d usage, timing 1 La séance va sûrement durer plus d une heure (environs 1h15-1h30 suivant les réactions de la classe). J espère malgré tout arriver à la phase 8. Phase Description de la phase

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques

AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques Introduction Ce guide a été élaboré après concertation au sein d un groupe de travail

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE CAHIER DES CHARGES POUR UNE MISSION DE REALISATION D UN AUDIT DECHETS DE DECONSTRUCTION DANS LE CADRE D UNE OPERATION DE DEMOLITION ET DE RESTRUCTURATION

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE CONVENTION DE SUBVENTION DU CER ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

Trois arguments pour le meilleur Isokorb jamais conçu. Le nouveau rupteur thermique Schöck Isokorb XT.

Trois arguments pour le meilleur Isokorb jamais conçu. Le nouveau rupteur thermique Schöck Isokorb XT. Trois arguments pour le meilleur Isokorb jamais conçu. Le nouveau rupteur thermique Schöck Isokorb XT. 1. Le nouveau rupteur Schöck Isokorb XT. Le premier rupteur avec la certification «maison passive»

Plus en détail

BIBLIOTHÉCAIRE TERRITORIAL

BIBLIOTHÉCAIRE TERRITORIAL Cadrage actualisé 15/10/15 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Note de cadrage indicatif

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métrologie dimensionnelle - Qualité de la production en mécanique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D

Plus en détail

La chaîne logistique virtuelle de Cisco Systems

La chaîne logistique virtuelle de Cisco Systems La chaîne logistique virtuelle de Cisco Systems Kevin DEAN Industry Partner Internet Business Solutions, Cisco Systems La chaîne logistique de Cisco ne cesse d évoluer. La présentation d aujourd hui ne

Plus en détail

Groupe «Math, TICE et surdité»

Groupe «Math, TICE et surdité» Sommaire Groupe «Math, TICE et surdité» Compte-rendu d activités Deux années de 2008 à 2010 - Présentation de travaux du groupe - Adresse des sites pour l accès aux travaux du groupe - Points essentiels

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Introduction Générale

Introduction Générale Introduction Générale Jean Magnan de Bornier L introduction générale du cours a pour but de préciser ce qu est la discipline "Economie" ; on utilisera comme synonymes de ce mot les termes "analyse économique",

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 29 juin 2016 N/Réf. : CODEP-CAE-2016-025017 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX OBJET

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

Fédérer vos équipes pour positiver le changement

Fédérer vos équipes pour positiver le changement Fédérer vos équipes pour positiver le changement Cohésion et performance opérationnelle Le paramètre essentiel pour qu un changement devienne avant tout une opportunité pour l entreprise est la création

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Conception d une BdD relationnelle Modèle entités-associations

Conception d une BdD relationnelle Modèle entités-associations Modèle entités-associations 1. Objectifs et démarche 2. Définition du modèle entités-associations 3. Exemples 4. Passage aux relations 5. Introduction de clés numériques 6. Limitations 1 Objectifs et démarche

Plus en détail

Mesures de performance exemple des tris

Mesures de performance exemple des tris IUT De Villetaneuse Dép t informatique Cours d'algorithmique 2 éme Année Cours 7 Mesures de performance exemple des tris Les tris On a un ensemble de données que l'on veut trier. Les données sont dans

Plus en détail

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques 1. Approche 2. Formalisme général d un test statistique 3. P-value 4. Intervalle de confiance 5. Test bilatéral et test unilatéral 1 1. Approche Procédé

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Basé sur les directives concernant l examen professionnel de courtière / courtier en immeubles

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM CONCEPTEUR MODELISATEUR NUMERIQUE DE PRODUITS OU DE SYSTEMES MECANIQUES

REFERENTIEL DU CQPM CONCEPTEUR MODELISATEUR NUMERIQUE DE PRODUITS OU DE SYSTEMES MECANIQUES COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : MQ 89 12 92 0056 (Ce référentiel annule et remplace, à compter du 05/12/2013, la précédente fiche d identité) REFERENTIEL DU

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Guide de la facture électronique. Guide de la facture électronique

Guide de la facture électronique. Guide de la facture électronique Guide de la facture électronique 1 Sommaire Introduction 3 La dématérialisation des factures : comment répondre aux évolutions du marché? 4 La dématérialisation des factures : quels bénéfices? 6 Quelle

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Solutions de reconnaissance des visages et d analyse. Des données intelligentes. comme vous n'en avez encore jamais vues.

Solutions de reconnaissance des visages et d analyse. Des données intelligentes. comme vous n'en avez encore jamais vues. Solutions de reconnaissance des visages et d analyse Des données intelligentes comme vous n'en avez encore jamais vues. Des informations d'une précision inédite. Une meilleure compréhension de votre activité.

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous?

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous? MODULES DE PERFECTIONNEMENT DE FORMATEURS Chaque thématique est indépendante l une de l autre Ce programme a pour objectifs : d élargir son champ de conscience dans le domaine de la formation des adultes

Plus en détail

Recherche Opérationnelle

Recherche Opérationnelle FSTM Recherche Opérationnelle Introduction à la méthode du simplexe Karam ALLALI K. Allali 2 Méthode de résolution algébrique : l algorithme du simplexe - Pour des modèles linéaires continus dont les variables

Plus en détail

VI Les mesures de carte scolaire

VI Les mesures de carte scolaire VI Les mesures de carte scolaire A - MODIFICATIONS DE STRUCTURE 1) Fusions Direction a - Fusions réalisées lorsque l un au moins des deux postes de direction est vacant Si l un des deux postes est vacant,

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

Initiation à l algorithmique... et à la programmation

Initiation à l algorithmique... et à la programmation IREM Clermont-Ferrand Année 2009-2010 Journée d information Malika More sur les nouveaux programmes de Seconde Initiation à l algorithmique... et à la programmation Contenu de l atelier Des algorithmes

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

PROCEDURES POUR LA MISE EN FORME INFORMATIQUE DE LA PRESENTATION DES IMAGES ACCOMPAGNANT LA SOUTENANCE durée totale 25 mn environ

PROCEDURES POUR LA MISE EN FORME INFORMATIQUE DE LA PRESENTATION DES IMAGES ACCOMPAGNANT LA SOUTENANCE durée totale 25 mn environ PROCEDURES INFORMATIQUES / MISE EN FORME D UN MEMOIRE / 3 e ANNEE, SEM. 1 2 1 / 6 PROCEDURES POUR LA MISE EN FORME INFORMATIQUE DE LA PRESENTATION DES IMAGES ACCOMPAGNANT LA SOUTENANCE durée totale 25

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait LA RELÈVE ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait SOMMAIRE de l Étude réalisée par ROLANDE PINARD, SOCIOLOGUE Mars 2008 RÉDACTRICE Rolande Pinard Ph. D. en sociologie PARTENAIRES IMPLIQUÉS

Plus en détail

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès.

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès. Dans ce guide Déplacer vos applications dans le Cloud vous offre des bénéfices désormais largement éprouvés : optimisera l efficacité et la performance de votre organisation, en augmentant sa réactivité

Plus en détail

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * *

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Je renouvelle l engagement pris par Publicis Groupe en 2003, visant à appliquer et respecter les 10 principes du Pacte Mondial,

Plus en détail

Evolutions de Ta-Klidia

Evolutions de Ta-Klidia Evolutions de Ta-Klidia Modification du 01/01/2014 Création de taux de TVA S ils n avaient pas été créé auparavant, nous avons créé en automatique les nouveaux taux de TVA applicables en France en 2014

Plus en détail

Préparation au Bachelor- Toulouse

Préparation au Bachelor- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation au Bachelor- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours BACHELOR, pourquoi une

Plus en détail