Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières"

Transcription

1 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011

2

3 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation Valeur ajoutée réelle par principales branches de la comptabilité nationale Contribution des principales branches de la comptabilité nationale à la croissance du PIB réel Equilibre ressources-emplois (aux prix courants) Contribution des éléments de la demande finale à la croissance économique Formation brute du capital fixe par nature Revenu national brut disponible Décomposition de l épargne nationale brute Compte capital de la nation Compte extérieur des opérations sur biens et services Compte extérieur des revenus primaires et des transferts courants Echanges extérieurs Importations par principaux produits Exportations par principaux produits Importations par principaux partenaires Exportations par principales destinations Transactions réalisés dans le cadre du régime des admissions temporaires Principaux indicateurs du commerce extérieur Balance des paiements Position extérieure globale Indicateurs de compétitivité 34 Comparaison des parts de marché absolues du Maroc avec un échantillon de pays concurrents Evolution de la demande étrangère adressée au Maroc en volume Monnaie et bourse Principaux indicateurs de la monnaie et crédits Evolution des agrégats de la monnaie et des placements liquides Contreparties de l agrégat monétaire M3 Evolution du nombre de sociétés cotées en Bourse de Casablanca Indicateurs relatifs à la bourse des valeurs Crédits bancaires à l'économie

4 Prix Indice du coût de la vie Indice des prix à la production par secteur Indice de volume des exportations par groupement d utilisation Indice de volume des importations par groupement d utilisation Indice des valeurs moyennes à l exportation Indice des valeurs moyennes à l importation Termes de l échange nets Evolution des taux d intérêt Evolution du TCEN, TCER et des taux de change en dirhams des principales monnaies étrangères

5 Note de présentation Depuis la fin des années 90, le Maroc offre l image d un vaste chantier de réformes qui a entraîné des mutations structurelles et un dynamisme remarquable au niveau des différents compartiments de l activité économique. La poursuite de ces réformes a permis à l économie nationale, en dépit des mutations rapides de l environnement international et des années de sécheresse, de consolider les acquis sans pour autant compromettre la stabilité des équilibres fondamentaux. Ces réformes se sont traduites notamment par l accélération de la croissance économique, l appui du secteur privé, l amélioration de la compétitivité de notre tissu productif, le renforcement de l intégration du Maroc à l économie mondiale, l amélioration du profil des finances publiques, la lutte contre la pauvreté et l exclusion et l amélioration des indicateurs de développement humain appelés à enregistrer de nouveaux progrès pour marquer de manière significative la vie des citoyens et des citoyennes. L économie marocaine a entamé un nouveau sentier de croissance économique forte et durable étalée sur un cycle long depuis Ce contexte d évolution s est concrétisé avec une baisse de la volatilité du PIB sans pour autant attiser des tensions inflationnistes ni encore déséquilibrer les fondamentaux macroéconomiques. Cette période s est particularisée aussi par un excédent enregistré au niveau du compte courant de la balance des paiements pour six années successives, par la maîtrise de l'inflation et du déficit budgétaire et par le rôle important de la demande intérieure dans le dynamisme de la croissance. Ces évolutions témoignent ainsi non seulement du renforcement de la vigueur de l'économie mais également de sa capacité d'adaptation aux mutations mondiales. Bien que soumise en partie aux effets de la crise financière et économique systémique déclenchée en 2008, à travers les secteurs les plus exposés aux aléas de la conjoncture internationale, l économie nationale a résisté aux fortes turbulences qui ont traversé l économie mondiale. Le Maroc continue à moderniser les fondements de son modèle de croissance pour alimenter sa capacité de résilience et son potentiel de croissance à travers le renforcement des efforts de réforme et d investissement. Ainsi, le recul de la demande extérieure et la faiblesse de l offre exportable ont pu être amorties par la contribution toujours soutenue de la demande intérieure à la croissance économique. Appuyés par un secteur financier structuré et répondant aux standards internationaux, les efforts déployés en matière d investissement ont contribué à la consolidation de la demande intérieure qui était boostée par la consommation des ménages et l investissement. Cette dynamique d investissement a porté le taux d investissement brut à plus de 36% du PIB en Pour mieux cerner ces évolutions et ces mutations structurelles de l économie marocaine, cette nouvelle édition du tableau de bord a pour objectif de faire ressortir, à la lumière des différents travaux d analyse et de suivi réalisés par la DEPF, les principales tendances de l économie marocaine depuis 1990 en termes de croissance des agrégats de la nation, du commerce extérieur, de la compétitivité, de la performance du secteur financier ainsi que de l évolution des prix. I Direction des Etudes et des Prévisions Financières

6 1. Agrégats nationaux 1.1. Croissance et structure économiques Grâce à l éventail de réformes structurelles engagées par le Maroc, l économie marocaine évolue à un rythme de croissance relativement rapide. Elle a enregistré durant la période un taux de croissance annuel moyen de 5%, et ce, malgré la crise financière et économique mondiale qui s est déclenchée en septembre Cette performance est due essentiellement au bon comportement du secteur non agricole, et aux résultats exceptionnels des deux compagnes et Les principales réalisations se présentent comme suit: La croissance économique s est améliorée de 5% en moyenne entre 2003 et 2009 contre 3,2% entre 1999 et 2002 et ce, malgré un environnement international défavorable. Cette performance est le résultat de la hausse de 7,2% de la valeur ajoutée du secteur primaire et de la bonne tenue du secteur non agricole. En effet, la performance du secteur secondaire a enregistré un taux de 3,3% suite à la croissance de 7,9% du BTP et de 6,5% de la valeur ajoutée de l eau et de l électricité. Le secteur tertiaire a connu également une croissance importante de 5,1% en moyenne annuelle, en raison d une amélioration de la valeur ajoutée des télécommunications (8,5%), des activités financières et assurances (7,7%) et des transports (5,9%). Quant à la valeur ajoutée des services liés au tourisme, elle a vu son rythme de croissance baisser de 9% en 2004 à 0,8% en 2008 et à -1,2% en 2009, affectant ainsi son rythme moyen sur la période , et ce en raison de la crise financière internationale. Ces évolutions se sont traduites par une tertiarisation du tissu productif. En effet, l économie marocaine, dont le poids du secteur primaire a représenté en moyenne 15,6% de la valeur ajoutée durant la période contre 28,3% pour le secteur secondaire et 56% pour le secteur tertiaire, a pu résister à la crise recueillant le fruit d un développement équilibré, et ce, malgré certaines faiblesses notamment l insuffisance de diversification des exportations en termes de produits et de débouchés, la nature du régime de change contraignant la compétitivité du pays et une dépendance importante de la croissance aux conditions climatiques. La contribution du secteur primaire à la croissance du PIB durant la période a été estimée à 1 point contre -0,3 point durant la période suite à la forte hausse des indicateurs agricoles en 2008 et Le secteur secondaire a contribué durant les mêmes périodes à 0,8 point et ce, malgré le ralentissement des industries manufacturières et le repli de l activité minière suite à la baisse de la demande étrangère. Par contre, le secteur tertiaire a marqué une faible évolution de sa contribution dans la croissance économique de 0,3 point pour s établir à une moyenne de 2,6 points entre 2003 et Contribution des éléments de la demande finale à la croissance économique La croissance économique moyenne durant la période (5%) est tirée principalement par la consommation finale avec une contribution de 3,7 points, dont notamment la consommation des ménages évaluée à 2,9 points, suivie de la FBCF avec 2,6 points. Les exportations n en représentent que 1,3 point en raison des effets de la crise et II Direction des Etudes et des Prévisions Financières

7 de la faible diversification en termes de produits (forte concurrence dans le textile) et de destinations (dépendance de l Union Européenne). En revanche, les importations ont contribué négativement à la croissance économique de 3,2 points en lien avec le dynamisme de la consommation (biens de consommation) et de l investissement (biens d équipement), soit un impact de -1,8 point du solde commercial des biens et services. La part moyenne de la consommation publique dans le PIB est passée de 18% durant la période à 18,2% durant la période Cette légère augmentation est due à une revalorisation des salaires dans le cadre de l application des dispositions du dialogue social déployant la maîtrise des effectifs. Par contre, la consommation privée a baissé de 2 points, passant de 59,6% durant la période à 57,6% durant la période traduisant ainsi une baisse de 1,9 point de la propension moyenne à consommer. En effet, cette dernière est passée de 77,7% à 75,8% durant les mêmes périodes. Le déficit commercial des biens et services en pourcentage du PIB s est amplifié de 4,6 points, passant de 3,4% durant la période à 8% durant la période Cette situation résulte d une progression des exportations des biens et services fortement atténuée par rapport à celle des importations. En effet, la part des importations dans le PIB a progressée de 11,4 points entre 1998 et 2009, passant de 28,1% à 39,5%, alors que la part des exportations n a augmenté que de 4,2 points, passant de 24,4% à 28,6% entre les deux dates. Néanmoins, l année 2009 a été marquée par une tendance à la baisse des échanges extérieurs en raison des effets de la crise économique mondiale. Ainsi, le déficit commercial a atteint 10,9%, tandis que les parts des importations et exportations ont représenté respectivement 39,5% et 28,6% du PIB en 2009 contre 50,9% et 37,5% en Le taux d investissement brut 1 a progressé de 11,9 points, passant de 25,7% durant la période à 37,6% durant la période L investissement public en infrastructures (route, voie ferrées, installation portuaires et hydrauliques, logements) explique une part prenante de cette évolution puisqu il a été estimé à près de 132 Milliards de dirhams en La structure de l investissement durant la période s est caractérisée par une consolidation de la part de la formation brute du capital fixe (FBCF) en produits de l industrie et en produits des bâtiments et travaux publics ayant atteint respectivement 41,5% et 50,6% en moyenne durant la période contre 40,6% et 49,6% durant la période au détriment de la FBCF en produits des services (5,8% contre 6,2%) et aussi en produits de «l'agriculture, chasse et services annexes» (2,1% contre 3,5%) Evolution du revenu national brut disponible et son affectation Le revenu national brut disponible a connu une progression importante durant la période enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 7,5% comparativement à la période où il a connu un taux de 4,4%. Cette amélioration est attribuable essentiellement à l augmentation des revenus extérieurs nets. La part moyenne des transferts courants nets en provenance de l'extérieur dans le revenu national brut disponible est passée de 6,9% durant la période à 8,5% durant la 1 Le taux d investissement brut représente la somme de la FBCF et de la variation des stocks rapportés au PIB. III Direction des Etudes et des Prévisions Financières

8 période En 2009, ces transferts extérieurs nets ont baissé de 13,3% suite à la rétraction des recettes des MRE de 5,4%. Le taux d épargne nationale moyen s est amélioré de 3,6 points, passant de 25,8% durant la période à 29,4% en Cette progression résulte de la diminution de la part moyenne du revenu national brut disponible destinée à la consommation des ménages de 3,4 points entre les mêmes périodes, passant de 57% durant à 53,6% durant La part moyenne de l épargne de l Etat 2 dans l épargne nationale s est stabilisée durant les périodes et autour de 12,4%. Cependant, l amélioration des finances de l Etat ces dernières années a permis de ramener cette contribution de 6,7% en 2003 à 20% en En 2009 elle s est établie à 15,7%. L apport moyen de l épargne extérieure au niveau de l épargne nationale s est amélioré de 6,3 points par rapport à la période pour s établir à 23,6% entre 2003 et Néanmoins, cette part a été affectée durant les deux dernières années par la crise économique qui a mis fin à un cycle de croissance des investissements directs étrangers entamé depuis Suite à ces évolutions, le besoin de financement de l économie nationale a atteint 0,5% du PIB durant la période contre une capacité de financement de 1,3% durant la période Echanges extérieurs Le système économique du pays se caractérise par une ouverture de plus en plus accrue vers l'extérieur. Cette ouverture a été accompagnée par des mutations structurelles des échanges extérieures tant au niveau des produits échangés qu au niveau de la répartition géographique. A ce titre, les principaux traits de l évolution des échanges extérieurs du Maroc sont présentés dans ce qui suit : Le déficit de la balance commerciale s est aggravé durant la période pour atteindre 18,7% du PIB contre 9,5% durant la période et 8% durant la période Cette situation provient du renchérissement de la facture énergétique qui s est établie à 41,1% des exportations globales et à 7,8% du PIB ainsi que de la hausse des importations en produits finis d équipement et biens de consommation durant la période Les importations ont augmenté en moyenne de 10,9% durant la période au moment où les exportations se sont accrues de 7% seulement, ce qui traduit la tendance baissière du taux de couverture des importations par les exportations qui est passé de 61,7% en 2003 à 49,8% en Il s est établi à 50,7% en moyenne entre ces deux dates contre 66,7% durant la période L épargne de l Etat est le solde ordinaire. IV Direction des Etudes et des Prévisions Financières

9 Le taux de couverture moyen de la balance alimentaire s est dégradé, en passant de 119,2% durant la période à 105,8% durant la période De même, le taux de couverture de la balance des produits finis de consommation est passé de 109,5% à 75,9% entre les deux périodes en raison du démantèlement tarifaire. Par contre, le taux de couverture de la balance des produits finis d équipement a enregistré une légère amélioration, passant de 21,2% durant la période à 25,2% au cours de la période Importations 3 La part des produits alimentaires dans les importations a diminué de 2,5 points, passant de 11,6% en moyenne durant la période à 9,1% durant la période Cette part a été beaucoup plus importante durant les années de sécheresse. En effet, elle a atteint 11,6% en 2000 et 10,2% en 2007 en raison de la dépendance de l économie marocaine de l importation de blé. Néanmoins, le poids de ces produits dans les importations est moins important dans ces dernières années grâce aux bons résultats des compagnes agricoles et où il a été respectivement de 7,3% et 9,2%. La facture énergétique en pourcentage du PIB s est renchérie de 3,3% durant la période à 4,2% durant la période et à 7,8% durant la période Cette hausse est attribuable à l accroissement des prix à l importation du pétrole qui est passé de 33 Dollars le baril en septembre 2000 à plus de 90 Dollars le baril en décembre 2010, occasionnant ainsi, une évolution de la part des importations en énergie et lubrifiants dans les importations totales de 15,7% en 1990 à 22,9% en La part moyenne des produits bruts dans les importations globales a chuté de 3,5 points, passant de 9,9% durant la période à 6,9% pour la période pour se situer à 6,4% durant la période Cette baisse a touché essentiellement les produits bruts d origine animale et végétale (respectivement de 6,5%, 5,1%, et 4,2%). La part des demi-produits dans les importations globales a augmenté de 0,5 point, passant de 21,3% en moyenne au cours de la période à 21,8% durant la période Néanmoins, cette part a diminué par rapport à la période où la proportion des demi-produits dans les importations globales était en moyenne de 23,3%. La part des produits finis d équipement dans les importations globales a crû de 0,6 point, passant de 21,8% en moyenne durant la période à 22,4% durant la période Néanmoins, cette part a diminué par rapport à la période qui a enregistré 23,2%. La part des produits finis de consommation dans les importations globales a baissé de 4,2 points, passant de 23,6% durant la période à 19,4% durant la période , et ce, malgré la réduction des tarifs douaniers. L Union Européenne 4, premier partenaire au niveau des importations marocaines, a vu sa part de marché marocain baisser entre 1990 et Caractérisée par une prédominance de la France et de l Espagne, elle est passée de 61,2% durant la période à 59,5% 3 Y compris les admissions temporaires sans paiement (AT). 4 Union Européenne à 27 pays. V Direction des Etudes et des Prévisions Financières

10 durant la période et à 52,4% en En 2010, cette part s est située autour de 48,8% tirée essentiellement par la chute des importations en provenance de la France. Cette tendance a profité aux nouveaux partenaires, notamment les Etats-Unis et la Chine dont la part a atteint respectivement 7% et 8,4% en 2010 contre 4,1% et 3,4% en Quant à la part des pays arabes dans les importations du Maroc, elle demeure faible malgré un taux de croissance annuel moyen de l ordre de 11,7% entre 2003 et La part de l Espagne dans les importations nationales s est renforcée depuis le début de la décennie au détriment de la France. En effet la part de cette dernière est passée de 23,6% durant la période à 16,6% durant la période , tandis que la part de l Espagne est passée de 10,5% à 11,4% entre temps Exportations 5 Le rythme de croissance des exportations a augmenté de 5,2% durant la période à 7% durant la période Cette augmentation a concerné, notamment, les produits bruts (passant respectivement de -1% à 11,5%), les demi produits (passant respectivement de 5,3% à 10,2%) et les produits finis d équipement (passant respectivement de 3,9% à 19,4%). Entre temps, les produits alimentaires ont connu une baisse dans leur rythme d évolution en enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 4,4% durant la période contre 6,6% durant la période Il en est de même pour les produits de l énergie et lubrifiants et les produits finis de consommation ayant enregistré des rythmes de croissance respectifs de -5,1% et 0,9% contre 22,9% et 5,3% durant la même période. La part des produits alimentaires dans les exportations globales a connu une tendance baissière, passant de 20,8% en moyenne durant la période à 19% durant la période En effet, la part des agrumes et des produits de la pêche dans les exportations globales ont baissé respectivement de 3% et 11,3% à 2,4% et 8,9% entre les deux périodes. Le trend baissier des exportations halieutique provient, essentiellement, du prolongement des périodes de repos biologique et de l épuisement des réserves halieutiques. La part des exportations des phosphates et ses dérivés est passée de 19,5% en moyenne durant la période à 16,7% durant la période avant de s inscrire dans une phase haussière durant la période où elle s est établie en moyenne à 20,4%. Les parts des phosphates bruts, de l acide phosphorique et des engrais naturels et chimiques ont respectivement augmenté de 5,5%, 6,7% et 4,5% à 5,9%, 8,7% et à 5,8% entre les deux périodes et La part des produits finis d équipement dans les exportations globales a augmenté de 5,6% durant la période à 7% durant la période , et à 11,3% durant la période La part des produits finis de consommation dans les exportations globales a baissé de 9,8 points entre les périodes et , passant de 38,8% (21,8% pour les vêtements confectionnés et 10,6% pour les articles de bonneterie) à 29% (16,4% pour les vêtements confectionnés et 6,3% pour les articles de bonneterie). Cette baisse s explique 5 Y compris les admissions temporaires sans paiement (AT). VI Direction des Etudes et des Prévisions Financières

11 essentiellement par les difficultés de la liquidation des produits du textile sur le marché international. La part de l Union Européenne 6 dans les exportations globales a diminué de 4,2 points, passant de 74,2% durant la période à 68,2% durant la période Cette baisse s explique essentiellement par la régression des poids des principaux pays de l Union Européenne (sauf l Espagne) durant les deux dernières années et ce, en raison de la crise économique mondiale. La part des exportations marocaines destinées au marché des Etats Unis a baissé durant la période enregistrant ainsi 3% durant la période contre 3,3% durant la période Le rythme de croissance de la valeur ajoutée dans le cadre du régime des admissions temporaires a connu une décélération de 15,4 points, passant de 22,3% en moyenne par an durant la période à 11,5% durant la période , puis à 6,9% durant la période La part des réexportations suite à des admissions temporaires sans paiement dans les exportations manufacturées s est remarquablement améliorée durant les années 1990, passant de 39,9% en à 52,2% en mettant en évidence l importance du régime des admissions temporaires dans la promotion des exportations. Toutefois, durant la décennie 2000, cette part s est inscrite dans un trend baissier pour se situer à 46,4% en en raison de l orientation progressive vers la co-traitance et de l amélioration du taux d intégration au niveau national, notamment pour le secteur automobile, le secteur électronique 2.3. Balance des paiements Le solde du compte courant de la balance des paiements en pourcentage du PIB s est dégradé entre les périodes et , passant de 1,3% à -1,3%. Cette situation est due, d une part au repli des exportations et d autre part à la baisse des recettes des MRE et des recettes voyages depuis 2008 suite à la crise financière mondiale. Les transferts en provenance de la France ont représenté une part prenante dans le total des transferts des MRE. En effet, ils ont atteint 41,7% des transferts réalisés durant la période Toutefois, cette part a régressé pour atteindre 40,9% en 2010 contre 55,7% en 1997 au profit des nouvelles destinations, notamment l Espagne (10% en 2010 contre 3,4% en 1997), l Amérique du nord (7% en 2010 contre 1,7% en 1997) et les Pays Arabe (10,6% en 2010 contre 6,8% en 1997). La part des dépenses du revenu de l investissement dans le PIB a baissé de 2,9 points, passant de 4% durant la période à 3% durant la période et à 1,1% durant la période en relation avec la gestion active de la dette extérieure. Les investissements directs étrangers (IDE) ont, par contre, évolué de 1,7% du PIB durant la période à 3,8% durant la période pour atteindre 5% durant la période Cette augmentation est liée en partie aux opérations de privatisation. 6 Union Européenne à 27 pays. VII Direction des Etudes et des Prévisions Financières

12 2.4. Position extérieure globale 7 La position financière extérieure globale s est amplifiée de 9,5% en moyenne annuelle depuis En effet, le Maroc a dégagé en 2009, à l instar des années précédentes, une position débitrice de -315,3 milliards de dirhams soit -42,8% du PIB contre un débit de - 154,5 milliards de dirhams en 2003, soit -32,4% du PIB. La valeur globale des avoirs des résidents recensés dans la position financière extérieure globale s est appréciée de 10,1% en moyenne annuelle durant la période pour s établir à 243,5 milliards de dirhams en Cet accroissement provient essentiellement de l évolution annuelle moyenne de 8,9% des avoirs de réserve qui représentent 87,6% du total. Les investissements directs ont été estimés à 14,6 milliards de dirhams en 2009 tandis que les investissements de portefeuille ont atteint 5,7 milliards de dirhams. Les engagements inscrits à la position financière extérieure globale ont enregistré un accroissement en moyenne de 9,8% durant la période En effet, cette période a été marquée par l amélioration des engagements au titre des investissements directs et de portefeuille respectivement de 15,3% et 23,8% et ceux afférents aux prêts de 0,3%. La part des investissements directs étrangers dans les engagements du stock s est améliorée de 8,5 points, passant de 51,4% en 2003 à 59,9% en Cet accroissement traduit la confiance des investisseurs étrangers en les potentialités de l économie marocaine. Les engagements extérieurs du Maroc sont caractérisés par une prédominance des éléments à caractère stable à hauteur de 95,3% durant la période , notamment les investissements directs (58,4%) et l endettement à moyen et long termes (36,9%). Toutefois, les investissements de portefeuille ont connu une augmentation de la part des engagements à court terme et des éléments à caractère volatile, passant de 2,4% en 2003 à 5,2% en 2009, alors que celle des crédits commerciaux a augmenté de 0,9 point pour atteindre 1,9% en Indicateurs de compétitivité Malgré les efforts de diversification consacrés aux exportations marocaines, elles souffrent de différentes faiblesses dont essentiellement une diversification insuffisante en termes de produits sur des marchés fortement concurrentiels et un manque de diversification géographique qui rend les exportations très sensibles à la conjoncture des partenaires commerciaux. Cette faiblesse provient du fait que la majeure partie des échanges marocains (plus de 50%) s effectuent avec le marché européen. L évaluation des principaux indicateurs de compétitivité fait ressortir les constations suivantes : La part du marché mondial détenue par le Maroc a connu une tendance baissière depuis Cette part qui représentait 0,14% en 1990, a reculé à 0,12% en 2003 et à 0,11% en La position extérieure globale retrace les stocks des avoirs et des engagements financiers à l égard du reste du monde. VIII Direction des Etudes et des Prévisions Financières

13 Les principaux concurrents du Maroc ont consolidé leurs parts de marché entre 1990 et 2008, contrairement à la tendance marocaine. En effet, les pays tels que la Chine, la Corée du Sud, le Mexique, la Turquie, la Pologne, l Indonésie et la Roumanie affichent une part importante dans le marché et améliorent leurs positions exportatrices. La demande étrangère en volume adressée au Maroc a connu une progression continue au cours des deux décennies 1990 et Elle a été de moins en moins rapide durant la période (3,2%) en comparaison avec la période (6,5%), et ce, en raison de la récession au niveau de l économie mondiale durant l année La croissance de la demande mondiale atteindra 6,1% pour l année 2010 et 4,6% pour l année Le rythme de croissance de la demande de l Union Européenne adressée au Maroc a baissé de 4,3 points, passant de 6,7% durant la période à 2,4% durant la période En 2009 cette demande a chuté de 13,2 % en raison du repli de l économie mondiale durant cette année. Le taux de change effectif réel s est apprécié de 2,6 points durant la période , passant de 102,9 en 2003 à 105,3 en Secteur financier 4.1. Monnaie et crédits 8 La création monétaire a connu une tendance haussière depuis Ce rythme de croissance tire ses origines d une évolution plus rapide de l agrégat monétaire M3 durant la période enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 11,4% comparativement à la période qui a connu un taux de 10,4%. En plus de l élargissement de la circulation fiduciaire et la monnaie scripturale, cette augmentation reflète la tendance haussière des placements à vue et des autres actifs monétaires. Les réserves en devises ont progressé de 5,1 mois d importations des biens durant la période à 7,4 mois durant la période pour atteindre 8,6 mois durant la période Cette amélioration s explique essentiellement par les flux important des investissements étrangers générés principalement par les recettes de la privatisation (deuxième licence GSM en 1999, privatisation d une part de 35% du capital de Maroc Télécom en 2001, privatisation de la COMANAV et privatisation de la régie des tabacs), les transferts des Marocains Résidents à l Etranger et les recettes touristiques. Le poids des créances sur l'économie dans le PIB nominal s est amélioré, passant de 39,1% durant la période à 50,5% durant la période , pour atteindre 72,1% durant la période Cette amélioration est due à l accélération du rythme de progression des crédits accordés aux entreprises et aux particuliers (crédit immobilier, crédits à la consommation et les créances divers sur la clientèle), et des concours aux sociétés de financement. 8 Les statistiques monétaires produites par BAM sont analysées, sur la nouvelle nomenclature conformément aux prescriptions du manuel des statistiques monétaires et financières du FMI IX Direction des Etudes et des Prévisions Financières

14 La part des créances nettes sur l Administration Centrale dans l agrégat monétaire M3 a connu une réduction remarquable suite à la maîtrise du déficit budgétaire. Elle est passée de 44,1% durant la période à 29,5% durant la période , et à 14,2% durant la période Bourse des valeurs La radiation de certaines entreprises n obéissant pas, aux critères d admission à la cote exigés par la réforme de la Bourse de Casablanca a affaibli le nombre de sociétés cotées pour se situer à 48 entreprises en Ce nombre a augmenté à nouveau pour atteindre 74 sociétés en 2010 mais reste faible par rapport aux pays qui ont un niveau de développement comparable comme l Egypte (212), ou la Jordanie (277). La capitalisation boursière a progressé durant la période enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 26,7% comparativement à la période où elle a connu un taux de -6%. Cette augmentation est due essentiellement aux opérations d introductions en bourse (IAM en 2004, CGI en 2007, ADDOHA en 2006, et la BCP en 2004) et d augmentation de capital. Le poids de la capitalisation boursière dans le PIB s est amélioré pour atteindre 65,2% durant la période contre 28,9% durant la période , et 14,4% durant la période La capitalisation de la bourse marocaine se caractérise par une forte concentration par secteur et par importance des sociétés côtés. En 2010, la part des 10 plus grandes sociétés cotées dans la capitalisation boursière totale est de l ordre de 73,9% alors qu en termes de répartition par secteur, la bourse de Casablanca est dominée par le secteur bancaire (31,1%), les télécommunications (22,8%), l industrie (19,7%), les services (16,4%) et les sociétés financières (5,7%). Le rythme de croissance de L indice général de la Bourse 9 de Casablanca a connu une forte diminution durant la période , soit en moyenne -2,2% contre 22,8% durant la période La bourse de Casablanca a assisté au développement de deux nouveaux indices de capitalisation MASI et MADEX en 2002 ainsi que l adoption d une nouvelle méthodologie de calcul de ces indices basée sur le principe du flottant en Décembre Le développement de plusieurs aspects réglementaires à la bourse de Casablanca depuis 2003 et l acquisition de nouvelles plateformes de négociation ont favorisé la montée des rythmes de croissance annuels moyens de 18,8% pour le MASI et de 21,1% pour le MADEX entre 2003 et Secteur bancaire 10 Les créances des institutions de dépôts ont augmenté de 14,9% durant la période pour représenter plus de 89,2% du PIB en 2010 contre 50,2% en En janvier 2002, la Bourse de Casablanca a développé deux nouveaux indices de capitalisation le MASI et le MADEX. Pour l année 2002, il s agit du taux de croissance du MASI. 10 L analyse va porter, dans cette partie, sur la nouvelle nomenclature conformément aux prescriptions du manuel des statistiques monétaires et financières du FMI X Direction des Etudes et des Prévisions Financières

15 La part des comptes débiteurs et crédits de trésorerie dans le total des crédits accordés par les institutions de dépôts hors Bank Al-Maghrib a diminué de 7,4 points entre 2003 et 2010 pour se situer à 20,6%. Les crédits immobiliers ont enregistré une forte progression avec un taux de croissance moyen annuel de l ordre de 23,8% durant la période Cette expansion a amélioré le poids de ces crédits dans le total des créances sur l économie de 16,6% en 2003 à 27,1% en 2010 en raison des mesures d encouragement à l acquisition de logements et la baisse des taux d intérêt. La part des crédits à l équipement dans le total des crédits accordés à l économie a augmenté, passant de 18,1% en 2003 à 19,5% en Entre temps, la part des crédits destinée à la consommation a augmenté de 4% à 4,7%. Le poids des créances en souffrance dans les créances sur l économie a connu une baisse remarquable puisqu il a atteint 4,3% en 2010 contre 17,6% en Cette diminution s explique par la couverture de la majorité de ces créances par les provisions constituées. 5. Prix et taux d intérêts 5.1. Les prix Le rythme de croissance du déflateur du PIB a augmenté de 0,5% durant la période à 2,3% durant la période Cet accroissement témoigne d une croissance économique de plus en plus inflationniste depuis la deuxième moitié de la décennie L inflation 11 s est caractérisée par un niveau maitrisé. Elle est passée de 9,3% durant la période à 1,7% durant la période puis à 1,9% durant la période Cette baisse s explique essentiellement par la faible variation des prix des produits alimentaires qui contribuent à hauteur de 41,2% dans la construction de l indice des prix à la consommation (IPC) 12. En effet, la variation de l IPC alimentaire a baissé de 5,1% durant la période à 1,4 durant la période pour se situer à 2,6% durant la période La variation moyenne de l indice des prix à la consommation hors alimentation s est affaiblie, passant de 4,9% durant la période à 2,1% durant la période avant de se situer autour de 1,4% l an durant la période Le taux de croissance de l indice des prix à la production énergétique a affiché une tendance baissière, passant de 3,3% en moyenne durant la période à 0,9% et à 0,3% respectivement durant les périodes et et ce, malgré la hausse des prix du pétrole. Le rythme de croissance des prix à la production du secteur minier est en hausse de 3,4 points, passant de 1,1% en moyenne durant la période à 4,5% en moyenne durant la période Cette tendance haussière s est marquée aussi bien au niveau 11 Mesurée par la variation de l indice du coût de la vie remplacé à partir de 2009 par l indice des prix à la consommation. 12 La nouvelle nomenclature de l indice coût de la vie. XI Direction des Etudes et des Prévisions Financières

16 des minerais non métalliques (3,8% contre 1,8%) qu au niveau des minerais métalliques (7,4% contre -1,9%) durant les mêmes périodes. Le rythme de croissance des prix à la production (IPP) du secteur industriel a affiché une tendance haussière entre 1998 et En effet, il est passé de 0,7% durant la période à 3,7% durant la période Cette hausse est tirée essentiellement par l augmentation des IPP de l industrie alimentaire (hausse de 0,6% à 1,6%), industrie mécanique, métallurgique et électrique (hausse de 0% à 1,6%), ainsi que celui relatif au raffinage de pétrole et autres produits d'énergie (hausse de 5,2% à 11,2%) durant les mêmes périodes. Le rythme de croissance des termes de l échange nets a enregistré une légère amélioration, passant de 1,3% durant la période à 1,6% durant la période Cette hausse est attribuée aux produits alimentaires et aux produits finis de consommation dont les rythmes de croissance sont passés respectivement de -3,2% et -5,9% à 0,7% et -2% durant les mêmes périodes Taux d intérêts Les taux d intérêt des comptes sur carnet se sont accrus de 0,16 point entre 2003 (2,95%) et 2010 (3,11%). Néanmoins, les taux des comptes sur livret de la Caisse d Epargne Nationale ont baissé de 0,56 point, passant de 2,36% en 2003 à 1,80% en Les taux de refinancement de Bank Al Maghrib demeurent stagnants depuis 2003 à l exception du taux des reprises de liquidité. En effet, ils ont été de 3,25% pour le taux d appel d offre, 4,25% pour les avances à 24 heurs et 2,25% pour les dépôts à 24 heures. Le taux d intérêt créditeur (dépôts 6-12 mois) est passé de 3,58% en 2003 à 3,67% en Le taux interbancaire a également augmenté, passant de 3,16% en 2003 à 3,29% en XII Direction des Etudes et des Prévisions Financières

17 Principaux indicateurs macroéconomiques

18

19 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Principaux indicateurs macroéconomiques Synthèse des principaux indicateurs macroéconomiques Comptabilité nationale Taux de croissance économique nationale (En %) 0,5 1,6 7,6 3,3 6,3 4,8 3,0 7,8 2,7 5,6 4,9 Croissance du PIB du secteur primaire -14,7-12,2 19,1 4,3 20,3 4,5-11,1 21,1-20,0 16,6 29,0 Croissance du PIB hors primaire 3,9 4,2 5,7 2,6 3,6 4,7 5,6 5,4 6,5 4,2 1,4 Taux d'investissement brut (FBCF+VS)(En %) 26,0 24,8 25,5 26,1 25,9 27,4 29,1 28,8 29,4 32,5 38,1 36,0 Taux d'épargne nationale brute (ENB en % du PIB) 25,6 24,4 24,3 30,4 29,7 30,7 31,0 31,0 32,2 32,4 32,9 31,0 Capacité (+) ou besoin de financement (-) en % du PIB -0,4-0,4-1,3 4,3 3,7 3,3 1,9 2,2 2,7-0,1-5,2-5,0 Taux d'ouverture de l'économie (Biens et services)(x+m/pib) 26,3 28,0 30,7 30,7 31,2 30,1 31,8 35,1 36,9 40,3 44,2 34,0 Consommation finale intérieure en % du PIB 77,7 78,5 79,8 76,4 76,2 75,5 75,8 76,8 76,0 76,6 75,3 74,9 Consommation finale des ménages en % du PIB 61,0 60,5 61,4 57,8 57,9 57,3 57,1 57,5 57,5 58,4 58,1 57,0 Echanges extérieurs Taux de croissance des exportations (En %) 2,3 7,3 7,1 2,3 7,1-2,9 4,8 12,9 12,8 12,1 24,1-27,4 30,9 Part du Groupe OCP dans les exportations (En %) 18,2 18,1 16,4 16,4 14,8 14,2 15,8 16,3 15,8 17,8 33,0 16,0 24,1 Taux de croissance des importations (En %) 8,8 7,4 15,7 1,8 4,6 4,3 16,1 15,2 14,2 24,1 24,8-19,0 12,5 Part du blé dans les importations (En %) 3,8 3,6 4,5 5,0 4,5 2,7 3,1 2,3 1,5 3,6 3,8 2,1 2,5 Part de l'énergie et lubrifiants dans les importations (En %) 9,0 12,3 17,7 17,6 15,5 15,6 16,6 21,4 21,3 20,7 22,3 20,5 22,9 Facture énergétique en % du PIB 2,3 3,3 5,5 5,2 4,5 4,4 5,2 7,5 7,8 8,8 10,6 7,4 8,7 Facture énergétique en % des exportations 12,9 17,7 27,5 27,2 23,4 25,2 29,8 39,8 40,1 43,0 46,7 47,9 46,0 Taux de couverture de biens et services (En %) 86,9 88,8 83,9 92,1 93,5 91,0 85,6 85,2 86,2 79,7 73,7 72,4 Taux de couverture de marchandises (En %) 69,5 69,5 64,3 64,7 66,2 61,7 55,7 53,8 53,2 48,0 47,8 42,8 49,8 Solde commercial de biens et services en % du PIB -3,7 37-3,3 33-5,4 54-2,5 25-2,1 21-2,8 28-5,0 50-5,6 56-5,5 55-9, ,4-10,9-3,4 34 Solde des biens en % du PIB -7,8-8,3-11,1-10,3-9,9-10,9-13,9-16,1-17,1-22,0-24,7-20,5-19,1 Recettes des transferts privés en % du PIB 5,9 5,5 6,6 9,6 8,2 8,2 8,5 8,8 9,4 10,0 8,7 7,8 7,8 Recettes voyages en % du PIB 4,4 4,9 5,5 6,8 6,5 6,5 6,9 7,8 9,1 9,5 8,1 7,2 7,3 Solde du compte courant en % du PIB -0,4-0,4-1,3 4,3 3,7 3,2 1,7 1,8 2,2-0,1-5,2-5,4-4,3 Monnaie, bourse et prix Taux de croissance de M3 (En %) 6,0 10,2 8,6 17,0 10,2 8,1 8,3 14,3 18,2 17,4 13,5 7,0 4,8 Avoirs extérieurs nets en mois d'importations de marchandises 5,1 6,6 5,3 9,6 9,7 10,9 10,3 9,8 9,9 8,6 6,7 8,0 7,6 Taux de croissance de l'indice de la bourse (1) (En %) 20,4-3,3-15,3-7,4-16,5 24,0 14,7 22,5 71,1 33,9-13,5-4,9 21,2 Taux d'inflation (En %) 2,8 0,7 1,9 0,6 2,8 1,2 1,5 1,0 3,3 2,5 3,7 1,0 0,9 Taux de change Euro/DH 0,00 10,48 9,85 10,16 10,42 10,84 11,05 11,05 11,08 11,25 11,39 11,28 11,18 Taux de change dollar US/DH 9,63 9,84 10,62 11,40 11,05 9,61 8,89 8,90 8,82 8,22 7,76 8,11 8,45 Déflateur du PIB 100,0 100,8 100,2 101,0 102,1 102,9 103,9 105,4 107,0 111,2 117,8 119,9 Taux de croissance (En %) 0,8-0,6 0,8 1,1 0,7 1,0 1,5 1,5 3,9 5,9 1,8 (1) Indice générale entre 1998 et 2001 et MASI à partir de 2002 Finances publiques Solde budgétaire en % du PIB -3,4 0,8-5,2-2,6-4,1-3,1-3,0-3,9-1,5 0,7 0,4-3,8 Solde budgétaire hors privatisation -3,5 0,7-5,2-8,0-4,2-4,4-4,0-5,2-2,0 0,2 0,4-3,8 Masse salariale en % du PIB 10,2 10,5 10,7 11,3 10,9 11,2 11,2 11,7 10,9 10,7 10,2 10,3 Taux d'endettement public (dette du Trésor + dette garantie) (En %) 80,7 80,6 81,4 79,4 74,9 70,7 67,1 70,9 66,1 62,6 56,8 56,9 Taux d'endettement direct du Trésor (en %) 66,8 66,8 68,1 67,1 63,7 60,8 58,2 62,1 57,3 53,5 47,3 46,9 Indicateurs sociaux Taux de chômage global (En %) 13,9 13,4 12,3 11,3 11,4 10,8 11,1 9,7 9,8 9,6 9,1 9,1 Taux de chômage urbain 19,1 22,0 21,4 19,5 18,3 19,3 18,4 18,4 15,5 15,4 14,7 13,8 13,7 Taux de chômage urbain des jeunes (15-24) 35,0 37,8 37,6 35,5 34,2 34,5 33,3 32,9 31,7 31,6 31,8 31,8 31,3 Taux de chômage urbain des diplômés 29,2 29,7 26,8 25,6 26,5 25,6 25,7 20,8 20,8 20,0 18,6 18,1 Taux d'analphabétisme (En %) 48,3 44,1 38,45 41,3 40,5 39,7 Taux de pauvreté de la population (En %) 16,3 15,3 14, ,8 (En %) ,0% 5 4,2% 2,7% Infla tion Paliers de croissance supérieurs Croissance réelle -8 Croissance moins inflationniste Croissance nominale Direction des Etudes et des Prévisions Financières 1

20

21 Comptes et agrégats de la nation

22

23 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Croissance des valeurs ajoutées par branche en volume (prix de l'année précédente) (Evolution annuelle en %) Secteur primaire -14,7-12,2 19,1 4,3 20,3 4,5-11,1 21,1-20,0 16,6 29,0-1,8 7,2 Agriculture, chasse et services annexes -16,3-14,0 21,7 8,1 24,1 5,2-13,5 25,3-20,8 16,3 30,6-1,4 7,9 Pêche, aquaculture 7,2 10,6-2,3-27,6-15,2-5,4 21,2-19,3-10,1 19,0 12,2-4,3-0,9 Secteur secondaire 2,0 4,0 4,7 2,7 4,4 3,8 4,9 4,8 6,6 3,6-4,7 3,3 3,3 Industrie d'extraction 2,9 1,7 3,8-0,6 1,6 15,8 7,4 1,6 9,1-5,9-23,8 1,9 0,1 Industrie (hors raffinage de pétrole) 2,0 2,9 5,3 4,6 4,3-0,2 3,5 3,8 3,8 2,1 0,9 3,7 2,6 Industrie alimentaire et tabac 5,8 4,9 6,1 3,2 3,2-1,1 1,8 2,4 1,4 3,9 2,7 5,0 2,0 Industrie du textile et du cuir -3,7 6,7 4,0 1,4-2,3-1,5 0,0 1,3 2,4-0,4-1,0 2,0-0,2 Industrie chimique et parachimique -0,5-9,3 0,2 0,9 2,4-1,1 12,6 1,1-1,3 3,9 2,5-2,3 2,8 Industrie mécanique, métallurgique et électrique 4,8 3,6 7,9 12,1 14,3-0,7 3,0 8,0 6,7-0,5 1,1 7,1 4,4 Autres industries manufacturières 35 3,5 28 2,8 60 6,0 40 4,0 30 3,0 36 3,6 59 5,9 54 5,4 89 8,9 46 4,6-0,8 41 4,1 43 4,3 Energie 2,8 6,1-2,0-1,1 1,3 10,9 8,5 3,2 8,7 5,3-0,7 1,4 5,2 Raffinage de pétrole et autres produits d'énergie 24,3 5,1-44,8-23,2-81,0 164,1 19,0-32,7 41,9-5,8-70,7-13,7-23,2 Electricité et eau -1,2 6,2 9,4 2,1 10,2 5,3 7,7 6,9 5,8 5,9 3,5 4,0 6,5 Bâtiment et travaux publics 0,9 8,4 8,7 1,0 8,0 8,0 6,1 8,7 11,7 9,4 3,4 4,7 7,9 Services 4,9 5,2 5,8 2,8 4,5 5,6 6,3 5,2 6,1 4,1 3,9 4,7 5,1 Commerce 3,1 1,7 3,5 3,5 2,5 5,0 4,0 4,6 2,5 4,5 3,5 2,9 3,8 Hôtels et restaurants 6,2 4,2-0,3 0,2-0,4 9,0 7,8 8,7 4,1 0,8-1,2 2,5 4,0 Transports 8,2 7,5 1,1 0,6 0,5 12,8 9,5 5,2 8,4 2,6 2,8 4,3 5,9 Postes et télécommunications 38,3 46,0 40,8 5,3 11,4 10,7 5,4 10,4 10,4 8,7 2,8 31,5 8,5 Activités financières et assurances -2,7 3,7 3,7-0,8 5,3 4,1 13,0 8,9 18,7 3,9 1,1 0,9 7,7 Immobilier, location et services rendus aux entreprises 5,7 4,5 3,6 7,1 7,5 5,8 7,9 7,5 8,3 0,5 3,6 5,2 5,8 Autres services non financiers -2,5 1,4 2,2 3,4 4,7 8,4-3,0 3,0 3,9 1,7 2,3 1,1 3,0 Administration publique générale et sécurité sociale 1,3 0,3 3,9 1,3 2,9 4,7 4,8 3,2 2,4 3,9 7,6 1,7 4,2 Education, santé et action sociale 7,0 4,9 10,7-0,6 5,5 1,5 6,6 2,6 8,0 8,7 4,5 5,4 5,3 Branche fictive 4,2 1,2 5,0-1,2 3,6 5,4 9,0 8,9 17,5 3,2 1,5 2,3 6,9 PIB non agricole 3,9 4,2 5,7 2,6 3,6 4,7 5,6 5,4 6,5 4,2 1,4 4,1 4,5 Produit intérieur brut 0,5 1,6 7,6 3,3 6,3 4,8 3,0 7,8 2,7 5,6 4,9 3,2 5,0 Source : Calcul de la DEPF sur la base des données du Haut Commissariat au Plan. Direction des Etudes et des Prévisions Financières 2

24 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Contribution annuelle moyenne des principales branches à la croissance du PIB en volume (prix de l'année précédente) (En nombre de points de la croissance) Secteur primaire -2,6-1,9 2,5 0,6 3,0 0,7-1,6 2,8-3,0 2,0 3,8-0,3 1,0 Agriculture, chasse et services annexes -2,7-2,0 2,6 1,1 3,2 0,7-1,8 3,0-2,9 1,8 3,7-0,2 1,0 Pêche, aquaculture 0,1 0,1 0,0-0,4-0,2-0,1 0,2-0,2-0,1 0,2 0,1-0,1 0,0 Secteur secondaire 0,5 1,0 1,2 0,7 1,1 1,0 1,3 1,2 1,6 0,9-1,3 0,8 0,8 Industrie d'extraction 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,3 0,1 0,0 0,2-0,1-1,6 0,0 0,0 Industrie (hors raffinage de pétrole) 0,3 0,5 0,8 0,7 0,6 0,0 0,5 0,6 0,5 0,3 0,1 0,6 0,4 Industrie alimentaire et tabac 0,2 0,2 0,3 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,1 Industrie du textile et du cuir -0,1 0,3 0,2 0,0-0,1-0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 Industrie chimique et parachimique 0,0-0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 Industrie mécanique, métallurgique et électrique 0,1 0,1 0,2 0,4 0,5 0,0 0,1 0,3 0,2 0,0 0,0 0,2 0,1 Autres industries manufacturières 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,2 0,1 0,2 0,1 0,0 0,1 0,1 Energie 0,1 0,2-0,1 0,0 0,0 0,3 0,2 0,1 0,2 0,1 0,0 0,0 0,1 Raffinage de pétrole et autres produits d'énergie 0,1 0,0-0,3-0,1-0,2 0,2 0,0-0,1 0,1 0,0-0,1-0,1 0,0 Electricité et eau 0,0 0,2 0,3 0,1 0,3 0,1 0,2 0,2 0,1 0,2 0,1 0,1 0,2 Bâtiment et travaux publics 0,0 0,3 0,4 0,0 0,4 0,4 0,3 0,5 0,7 0,6 0,2 0,2 0,5 Services 2,3 2,5 2,9 1,4 2,2 2,7 3,1 2,7 3,1 2,1 1,9 2,3 2,6 Commerce 0,4 0,2 0,4 0,4 0,3 0,6 0,4 0,5 0,3 0,5 0,4 0,4 0,4 Hôtels et restaurants 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,2 0,2 0,2 0,1 0,0 0,0 0,1 0,1 Transports 0,4 0,3 0,0 0,0 0,0 0,5 0,3 0,2 0,3 0,1 0,1 0,2 0,2 Postes et télécommunications 0,7 1,0 0,8 0,1 0,3 0,3 0,2 0,3 0,3 0,3 0,1 0,7 0,3 Activités financières et assurances -0,1 0,2 0,2 0,0 0,3 0,2 0,6 0,5 1,0 0,2 0,1 0,0 0,4 Immobilier, location et services rendus aux entreprises 0,5 0,4 0,4 0,7 0,7 0,6 0,8 0,8 0,9 0,1 0,4 0,5 0,7 Autres services non financiers 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 Administration publique générale et sécurité sociale 0,1 0,0 0,3 0,1 0,2 0,4 0,4 0,3 0,2 0,3 0,6 0,1 0,4 Education, santé et action sociale 0,5 0,4 0,9-0,1 0,5 0,1 0,6 0,2 0,7 0,8 0,4 0,4 0,5 Branche fictive -0,2-0,1-0,2 0,1-0,2-0,2-0,4-0,4-0,8-0,2-0,1-0,1-0,3 PIB non agricole 3,2 3,6 4,9 2,2 3,1 4,0 4,8 4,7 5,5 3,7 1,2 3,5 3,9 Produit intérieur brut 0,5 1,6 7,6 3,3 6,3 4,8 3,0 7,8 2,7 5,6 4,9 3,2 5,0 Source : Calcul de la DEPF sur la base des données du Haut Commissariat au Plan. Direction des Etudes et des Prévisions Financières 3

25 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation 30 Croissance du PIB en volume (prix de l'année précédente) Contribution des principaux secteurs à la croissance du PIB VA agricole 4 Taux de croissance du PIB (Echelle de droite) Services 7 10 (En %) PIB global PIB hors agricole Contribution à la croissance en no ombre de points Secondaire 6 Croissance du PIB en % Secteur primaire Direction des Etudes et des Prévisions Financières 4

26 Tableau de bord annuel de l'économie marocaine : Comptes et agrégats de la nation Valeurs ajoutées par branche aux prix courants (En millions de DH) Secteur primaire Agriculture, chasse et services annexes Pêche, aquaculture Secteur secondaire Industrie d'extraction Industrie (hors raffinage de pétrole) Industrie alimentaire et tabac Industrie du textile et du cuir Industrie chimique et parachimique Industrie mécanique, métallurgique et électrique Autres industries manufacturières Energie Raffinage de pétrole et autres produits d'énergie Electricité et eau Bâtiment et travaux publics Services Commerce Hôtels et restaurants Transports Postes et télécommunications Activités financières et assurances Immobilier, location et services rendus aux entreprises Autres services non financiers Administration publique générale et sécurité sociale Education, santé et action sociale Branche fictive Total des valeurs ajoutées PIB hors agriculture Produit intérieur brut Source :Haut Commissariat au Plan. Direction des Etudes et des Prévisions Financières 5

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Tableau de Bord des Finances Publiques

Tableau de Bord des Finances Publiques Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de Bord des Finances Publiques février 2010 Sommaire Note de présentation I Tableaux des indicateurs statistiques et graphiques

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des principaux indicateurs économiques, financiers et sociaux Avril 213 Table des matières Indicateurs macro-économiques

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS المملكة المغربية Royaume du Maroc BALANCE DES PAIEMENTS 2010 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source Site

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine

Bulletin de La conjoncture économique Marocaine Bulletin de La conjoncture économique Marocaine 1- Indicateurs économiques et financiers 2- Conjoncture sectorielle 3- Faits marquants 3eme trimestre 2011 Contacts : Département Analyse & Corporate Loubna

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Compétitivité des exportations au Maroc

Compétitivité des exportations au Maroc Royaume du Maroc Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les documents de travail engagent cependant la responsabilité

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143

BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143 BULLETIN TRIMESTRIEL Mars 2015 N 143 BULLETIN TRIMESTRIEL MARS 2015 N 143 Les études de la présente publication ne peuvent être reproduites totalement ou partiellement sans autorisation. Les renseignements

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Direction des Etudes et des Prévisions Financières Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des principaux indicateurs économiques, financiers et sociaux novembre 9 Table des matières Indicateurs macro-économiques 1 Comptes de

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 La méthodologie d élaboration des statistiques monétaires, ainsi que des séries statistiques mises à jour sont disponibles sur le site

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012

Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 Configuration du commerce mondial en 2011 et perspectives 2012 1 1. Tendances économiques et commerciales mondiales 2. Configuration du commerce mondial en 2011 3. Tendances de la balance commerciale marocaine

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie nationale : Au-delà de l écran comptable, la transformation structurelle continue

Situation et perspectives de l économie nationale : Au-delà de l écran comptable, la transformation structurelle continue Situation et perspectives de l économie nationale : Au-delà de l écran comptable, la transformation structurelle continue Après deux décennies marquées par une croissance faible et erratique, la trajectoire

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé.

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé. ANNEE 2004 Décembre 2004 : Communiqué du Conseil d'administration de la Banque Centrale de Tunisie, réuni le 9 Décembre 2004 L'environnement international continue à être caractérisé par un ralentissement

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2008 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX

L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX L évolution des nouveaux indices de la Bourse MASI et MADEX 4000.00 Evolution des indices depuis le debut de l'année 2002 3500.00 3000.00 2500.00 MASI MADEX 2000.00 02/01/02 02/02/02 02/03/02 02/04/02

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009 RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009 Document preparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 22 décembre 2009 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail