Quelques stratégies et principes en traduction technique français-allemand et français-suédois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques stratégies et principes en traduction technique français-allemand et français-suédois"

Transcription

1 Forskningsrapporter Cahiers de la recherche 21 Quelques stratégies et principes en traduction technique français-allemand et français-suédois Alexander Künzli Institutionen för franska och italienska Département de français et d italien

2 Thèse pour le doctorat Département de français et d italien Université de Stockholm S Stockholm Doctoral dissertation Department of French and Italian Stockholm University S Stockholm Abstract This dissertation investigates translation strategies and translation principles in technical translation. Five translation students and 5 professional translators from German-speaking Switzerland and 4 translation students and 6 professional translators from Sweden were asked to think aloud while translating a user guide from French into German and from French into Swedish, respectively. The focus of the analysis was on the strategies that could be observed by comparing the translation products with the source text; and on the principles underlying these strategies as revealed by the think-aloud protocols of the translation processes. In order to evaluate the extent to which the translation products complied with the fictitious translation brief given to the participants, 2 reviewers per language pair proofread the translation products. The analysis also included contrastive analyses of certain linguistic features of technical texts in French-German and French-Swedish. The results show that experience of translation does play a role in the choice of translation strategy. It is, however, an even more important factor with respect to knowing and applying translation principles in the translation process. Also, students more often display uncertainty regarding translation principles, and conflict between the principles verbalised and those actually followed. Language-pair specific differences were mostly found in connection with translation strategies. Comments about future directions include the need for clearer definitions and more systematic manipulations of the variables involved in translation, and the potential interest in investigating the principles governing how translations are revised through the use of think-aloud protocols. Keywords: translation strategies, translation principles, think-aloud protocols, technical translation, French-German, French-Swedish, translation students, professional translators Alexander Künzli Printed by Akademitryck, Stockholm, 2003 ISBN ISSN

3 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES 1 REMERCIEMENTS 4 LISTE DES ABRÉVIATIONS 5 LISTE DES TABLEAUX 5 1 CADRE CONCEPTUEL DE RÉFÉRENCE Introduction Notions théoriques de base Les stratégies de traduction Les principes de traduction La réflexion parlée La traduction technique Objectif et questions de départ 31 2 MÉTHODE Les répondants Le matériau Conditions d expérimentation Procédure Conventions de transcription 46 1

4 2.6 Les réviseurs Les instruments 48 3 DÉCRIRE LA TECHNIQUE Oh là là! J aime pas les volts et compagnie! Résultats Le groupe germanophone Le groupe suédophone Discussion INTÉRESSER L ACHETEUR Pas la peine de flatter autant l acheteur! Résultats Le groupe germanophone Le groupe suédophone Discussion DONNER DES INSTRUCTIONS Ce deux-points me rend fou! Résultats Le groupe germanophone Le groupe suédophone Discussion CONCLUSIONS Synthèse 206 2

5 6.1.1 Les stratégies de traduction Les principes de traduction Domaines connexes Mise en contexte Implications Au niveau méthodologique Au niveau pédagogique Pistes de recherche pour l avenir 225 BIBLIOGRAPHIE 231 APPENDICE 1 : LE TEXTE DE DÉPART 238 APPENDICE 2 : LES TEXTES D ARRIVÉE 240 INDEX DES AUTEURS 264 3

6 REMERCIEMENTS Je tiens, en premier lieu, à exprimer ma vive gratitude au professeur Gunnel Engwall, directrice de thèse, et au professeur agrégé Birgitta Englund Dimitrova, co-directrice de thèse, pour leurs encouragements constants, leurs judicieux conseils et leurs lectures attentives tout au long de ces années. Je voudrais ensuite adresser mes remerciements les plus sincères : - aux professeurs Inge Bartning et Mats Forsgren pour leurs précieuses remarques qui m ont permis d améliorer le texte final ; - aux doctorants du Département de français et d italien ainsi qu aux membres de TRAPROS (Translation process group in Sweden) pour leurs très utiles commentaires sur les versions antérieures du présent travail ; - aux étudiantes en traduction, traducteurs professionnels et réviseurs pour avoir mis leurs connaissances et compétences à ma disposition et sans lesquels rien n aurait été possible ; - à Laure Berney, Fobester Chadehumbe, Denis Dafflon, Barbara Darrier, Valérie Dullion, Carol Leipziger, Vinciane Mazy, Maria Sandqvist et Katherine Stuart pour leur aide pratique, linguistique ou informatique ; - au Fonds commémoratif de la Banque centrale de Suède, grâce auquel j ai pu financer le présent travail. Toutes les erreurs, approximations ou omissions restantes relèvent, bien entendu, de ma seule responsabilité. Stockholm, avril 2003 Alexander Künzli 4

7 LISTE DES ABRÉVIATIONS É-CH : étudiante germanophone G : syntaxico-grammatical T-CH : traducteur germanophone S : sémantique É-SE : étudiante suédophone Pr : pragmatique T-SE : traducteur suédophone LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Caractéristiques des étudiantes germanophones 37 Tableau 2 : Caractéristiques des traducteurs germanophones 38 Tableau 3 : Caractéristiques des étudiantes suédophones 39 Tableau 4 : Caractéristiques des traducteurs suédophones 40 Tableau 5 : Volume des protocoles de verbalisation 43 Tableau 6 : Conventions de transcription 47 Tableau 7 : Stratégies employées par les étudiantes germanophones pour traduire la séquence descriptive 80 Tableau 8 : Stratégies employées par les traducteurs germanophones pour traduire la séquence descriptive 81 Tableau 9 : Répartition des stratégies employées par le groupe germanophone pour traduire la séquence descriptive 82 Tableau 10 : Stratégies employées par les étudiantes suédophones pour traduire la séquence descriptive 96 Tableau 11 : Stratégies employées par les traducteurs suédophones pour traduire la séquence descriptive 97 5

8 Tableau 12 : Répartition des stratégies employées par le groupe suédophone pour traduire la séquence descriptive 99 Tableau 13 : Stratégies employées par les étudiantes germanophones pour traduire la séquence incitative 127 Tableau 14 : Stratégies employées par les traducteurs germanophones pour traduire la séquence incitative 128 Tableau 15 : Répartition des stratégies employées par le groupe germanophone pour traduire la séquence incitative 129 Tableau 16 : Stratégies employées par les étudiantes suédophones pour traduire la séquence incitative 149 Tableau 17 : Stratégies employées par les traducteurs suéodophones pour traduire la séquence incitative 150 Tableau 18 : Répartition des stratégies employées par le groupe suédophone pour traduire la séquence incitative 151 Tableau 19 : Stratégies employées par les étudiantes germanophones pour traduire la séquence instructionnelle 180 Tableau 20 : Stratégies employées par les traducteurs germanophones pour traduire la séquence instructionnelle 181 Tableau 21 : Répartition des stratégies employées par le groupe germanophone pour traduire la séquence instructionnelle 183 Tableau 22 : Stratégies employées par les étudiantes suédophones pour traduire la séquence instructionnelle 196 Tableau 23 : Stratégies employées par les traducteurs suédophones pour traduire la séquence instructionnelle 197 Tableau 24 : Répartition des stratégies employées par le groupe suédophone pour traduire la séquence instructionnelle 198 6

9 1 CADRE CONCEPTUEL DE RÉFÉRENCE 1.1 Introduction Le présent travail est une recherche sur la traduction. Nous nous intéressons d abord à étudier (1) les stratégies employées par des personnes appelées à traduire une notice technique (approche axée sur la traduction en tant que produit), et (2) les principes sous-jacents à ces stratégies (approche axée sur la traduction en tant que processus). Puis, à l intérieur de chacun de ces deux volets, nous poursuivrons une approche transversale. Nous comparerons ainsi les stratégies et les principes observables dans le travail d étudiantes en traduction avec ceux qu on trouve chez des traducteurs professionnels. Une troisième et dernière distinction interviendra à l intérieur de ces deux groupes : dans l objectif d étudier d éventuelles différences dans les stratégies et les principes de traduction selon la langue et la culture d arrivée, nous avons fait traduire le même texte de départ à des répondants germanophones et à des répondants suédophones. La décision de manipuler l expérience de la traduction et la langue d arrivée émane du constat que ces variables n ont pas encore fait l objet d études systématiques dans le domaine qui nous intéresse. Dans le souci de combiner la description des stratégies et des principes de traduction avec l évaluation de leur adéquation avec la tâche de traduction concrète, nous avons, en outre, demandé à deux réviseurs par couple de langues de réviser les traductions écrites. Notre étude repose sur l utilisation de deux instruments principaux. La taxinomie des stratégies linguistiques à l échelle du texte, proposée par Chesterman (1997), nous permettra de catégoriser certains traits apparaissant dans les traductions écrites, produites par nos répondants. La réflexion parlée, qui consiste à demander à une personne de verbaliser toutes les pensées lui venant à l esprit pendant qu elle est en train d accomplir une tâche, nous servira de base pour recueillir des protocoles de verbalisation. Dans ces protocoles, nous identifierons les verbalisations qui révèlent les principes de traduction sous-jacents au choix de telle ou telle stratégie, selon la taxinomie proposée par Jääskeläinen (1999). L analyse des données portera sur trois passages du texte de départ, dans lesquels se manifestent les principales fonc- 7

10 tions des notices techniques destinées au grand public : (1) décrire les caractéristiques techniques de l appareil, (2) inciter l acheteur à en faire usage, (3) donner des instructions. Ce ne sont cependant pas les fonctions elles-mêmes qui constitueront l intérêt principal de nos analyses ; elles ne nous serviront que de point de départ pour la mise en évidence des stratégies et principes de traduction et, accessoirement, d un ensemble de facteurs importants qui entrent en jeu dans la traduction au quotidien : l incertitude, le sentiment de responsabilité ou encore la prise de risques du traducteur. Sur cette base, nous allons procéder au compte rendu des études qui sont en rapport direct avec notre travail : les stratégies et les principes de traduction (1.2), la réflexion parlée (1.3), et la traduction technique (1.4). Suivra la présentation de notre objectif et de nos questions de départ (1.5), dans laquelle nous fournirons également un aperçu de notre plan de recherche ainsi que de la structure des chapitres suivants. 1.2 Notions théoriques de base Dans la présente section, nous donnerons un aperçu des notions théoriques essentielles pour notre travail : les stratégies et les principes de traduction Les stratégies de traduction L étude des stratégies de traduction connaît un essor considérable depuis un certain temps déjà, alors que celle des principes de traduction est d origine plus récente. Commençons par les stratégies. Elles ont été abordées selon deux axes. L un porte sur la traduction en tant que processus, à savoir les stratégies cognitives ou actionnelles (exemple : recherche d un terme dans un dictionnaire ; voir Krings, 1986, et Lörscher, 1991). L autre concerne la traduction en tant que produit écrit, à savoir les stratégies textuelles grâce auxquelles le traducteur manipule le matériau linguistique (voir, par exemple, Chesterman, 1997). Dans la pratique cependant, les deux axes se chevauchent souvent. Les définitions proposées pour les stratégies de traduction cognitives ou actionnelles ont été fortement influencées par les recherches sur l acquisition d une seconde langue. Selon Færch et Kasper (1983, 8

11 p. 36), les stratégies de communication sont des plans potentiellement conscients pour résoudre ce qu un individu considère comme un problème lorsqu il tente d atteindre un but de communication donné. Krings (1986, p. 175), quant à lui, définit les stratégies de traduction comme des plans potentiellement conscients, activés par le traducteur pour résoudre des problèmes de traduction concrets, dans le cadre d une tâche de traduction concrète. Par exemple, devant un problème de compréhension, le traducteur peut recourir à deux stratégies : soit inférer le sens, soit consulter une source d information. Cette manière de voir le concept de stratégie soulève cependant certaines questions, comme le montre Jääskeläinen (1993) dans un article consacré à la discussion concernant le statut théorique de la notion de stratégie de traduction cognitive ou actionnelle. En effet, si la plupart des auteurs semblent d accord sur le fait que la démarche visant à atteindre un but est un critère essentiel d une stratégie, il en est autrement pour ce qui est des critères de problème et de conscience potentielle. On peut ainsi avancer l hypothèse qu il existe des comportements stratégiques, même en l absence d un problème de traduction ; par exemple : la décision de suivre de près la structure du texte de départ, fondée sur l interprétation des exigences du mandat de traduction. Et pour ce qui est du critère de la conscience potentielle, l auteur relève les problèmes pratiques que rencontre le chercheur appelé à distinguer ce qui est potentiellement conscient de ce qui relève d un processus proprement inconscient. Ces réflexions amènent Jääskeläinen (1993) à abandonner les critères de problème et de conscience potentielle et d élargir le concept de stratégie de traduction en définissant la stratégie comme un ensemble de règles ou de principes (librement formulés) qu utilise le traducteur afin d atteindre de la façon la plus efficace possible les buts tels qu ils sont déterminés par la situation de traduction (p. 116). L auteur propose aussi de distinguer les stratégies globales des stratégies locales. Les stratégies globales feraient référence aux principes généraux et aux manières d agir préférées du traducteur (exemple : la décision initiale sur le style à adopter dans le texte d arrivée en fonction des besoins des receveurs), alors que les stratégies locales refléteraient les processus de résolution de problèmes et de prise de décision dans 9

12 des situations spécifiques (exemple : la décision de supprimer tel élément du texte de départ). Venons-en aux stratégies textuelles : celles qui reflètent une manipulation du matériau linguistique du texte de départ dans le but de produire un texte d arrivée (voir Chesterman, 1997, p. 92). On s y intéresse depuis longtemps, bien que pas tous les auteurs n y aient référé sous le terme stratégie. C est déjà dans les années cinquante que Vinay et Darbelnet (1958/1977) publient leur Stylistique comparée du français et de l anglais, ouvrage dans lequel ils présentent les procédés techniques auxquels a recours le traducteur lors de la réexpression, dans la langue d arrivée, des idées exprimées dans le texte de départ. Il est vrai que le terme procédé technique fait penser à une stratégie actionnelle plutôt qu à une stratégie textuelle. Or, ces procédés techniques sont étudiés sous forme de comparaisons entre les structures du texte de départ et du texte d arrivée. Vinay et Darbelnet (1958/1977) distinguent sept procédés techniques, divisés en deux groupes (p ) : la traduction directe ou littérale d un côté, la traduction oblique de l autre. L emprunt, le calque et la traduction littérale relèvent de la traduction directe, alors que la transposition, la modulation, l équivalence et l adaptation sont considérées comme des manifestations de la traduction oblique. Autrement dit, Vinay et Darbelnet utilisent le terme traduction littérale pour référer à la fois à une des deux directions générales que le traducteur peut emprunter (traduction directe ou littérale par opposition à traduction oblique) ainsi qu à un procédé technique spécifique. C est un tant soit peu gênant et nous en reparlerons. À côté des procédés techniques, il existe ce que les auteurs appellent indifféremment procédé ou technique tout court (exemple : l explicitation ou l implicitation). Ces procédés semblent coïncider, du moins dans certains cas, avec l un des sept procédés techniques. Par ailleurs, les auteurs adoptent une approche prescriptive. Le recours à la traduction oblique ne serait autorisé que dans certaines conditions (p. 268). Ce prescriptivisme doit cependant être replacé dans son contexte historique ; il n enlève rien à l importante contribution des auteurs à la traductologie. Signalons encore que la taxinomie des procédés techniques a 10

13 été reprise, entre autres, par Malblanc (1968) et appliquée au couple de langues français-allemand. D autres catégorisations ont été proposées par Nida (1964) et Catford (1965). Nida distingue quatre types de changements intervenant lors du transfert du texte de départ en langue d arrivée (p ) : les changements au niveau de l ordre, les omissions, les changements structurels et les ajouts. L auteur élabore un système de valeurs numériques pour mesurer l importance qu il faut accorder à chacun de ces types de changements. Par exemple, il considère qu un ajout a plus d importance qu une omission, puisque l impact de ce qui est perdu ne serait pas aussi grand que l effet de ce qui est ajouté. En outre, il distingue différents degrés de changements au sein de chaque type : il y aurait ainsi des omissions plus attendues d une part, et des omissions moins attendues d autre part, ces dernières se voyant attribuer une valeur numérique plus élevée. La question se pose, cependant, de savoir si les jugements attribués par différents chercheurs se rejoindraient systématiquement. Catford, quant à lui, construit sa théorie de la traduction autour du concept de translation shifts, par lequel il entend des écarts dans la correspondance formelle entre texte de départ et texte d arrivée. Comme le note Snell-Hornby (1995, p ), l approche de Catford se soustrait quelque peu à la complexité de la traduction dans sa réalité, puisqu il étaye sa théorie en étudiant des mots ou des phrases isolés. Il existe des travaux plus récents. Citons d abord l ouvrage de Delisle (1993), consacré à la traduction professionnelle de l anglais vers le français. L auteur y aborde certaines questions, développées par Vinay et Darbelnet (1958/1977). Il se démarque cependant à plusieurs égards. Les procédés de transfert comprennent des manipulations textuelles qui relèvent de différentes catégories chez Vinay et Darbelnet. L explicitation, par exemple, fait partie des procédés de transfert à côté de la modulation ou de la transposition. Aussi Delisle utilise-t-il le terme stratégie de traduction pour référer au résultat de l opération de traduction. L auteur en distingue deux types : la traduction littérale et la traduction libre. Cette division rejoint la distinction faite par Vinay et Darbelnet entre traduction directe et traduction 11

14 oblique, tout en évitant la confusion de la hiérarchie des notions (procédé de transfert par opposition à stratégie de traduction). La taxinomie des stratégies de traduction textuelles, proposée par Chesterman (1997, chap. 4), s inspire, entre autres, des travaux de Vinay et Darbelnet (1958/1977), Nida (1964) et Catford (1965). Chesterman (p. 89) voit les stratégies comme des formes explicites de manipulations textuelles, observables en comparant le résultat de l opération de traduction, à savoir le texte d arrivée, avec le texte de départ. Il se concentre, en outre, sur les manipulations qui ne relèvent pas d une simple obligation, mais qui sont le résultat d un choix fait par le traducteur entre différentes possibilités (voir aussi la différence, établie par Vinay et Darbelnet [p. 12 et 14], entre servitude et option, et, par Eriksson [1997, p. 20], entre transformation obligatoire et transformation facultative). Chesterman distingue trois groupes de stratégies : les stratégies syntaxico-grammaticales, qui reposent principalement sur des manipulations au niveau de la forme ; exemple : la traduction littérale ou la transposition ; les stratégies sémantiques qui relèvent de manipulations au niveau du sens ; exemple : la paraphrase, la concentration ou la dilution ; les stratégies pragmatiques, qui ont à voir avec la sélection de l information à inclure dans le texte d arrivée et qui sont déterminées par ce que le traducteur pense être les besoins et les attentes des receveurs ; exemple : l explicitation ou l implicitation, l ajout ou l omission. Chesterman (1997) souligne que ces groupes de stratégies peuvent se chevaucher et qu une manipulation textuelle peut relever de plusieurs stratégies. Cela semble particulièrement vrai pour les stratégies pragmatiques. À notre avis, cette taxinomie présente divers avantages par rapport aux tentatives précédentes de rendre compte des stratégies textuelles. Ce qui, auparavant, relevait de différentes catégories procédé technique, procédé ou technique tout court, procédé de transfert ou stratégie de traduction se retrouve ici regroupé sous une seule et 12

15 même appellation. Ainsi, l explicitation, la dilution et la concentration sont toutes considérées comme des stratégies, mais classées dans différents groupes de stratégies et appartenant, dès lors, à différentes hiérarchies. Un bémol toutefois : la traduction littérale figure parmi les stratégies de traduction. Or, nous venons de signaler qu on pourrait avoir intérêt à réserver ce terme pour référer au résultat global de l opération de traduction (voir sections et 6.3). Quoi qu il en soit, grâce à la taxinomie de Chesterman (1997), il semble plus facile d analyser l apparition de stratégies dans des segments de texte plus longs, comme les paragraphes, voire le texte entier (exemple : la stratégie de transediting, à savoir le remaniement radical que doit effectuer le traducteur sur un texte de départ mal rédigé). En reconnaissant que la traduction est un processus dans lequel se manifeste un grand nombre de phénomènes enchevêtrés, Chesterman rend également mieux compte de la traduction dans la vie réelle. Selon l auteur, la taxinomie, qui s appuie sur des stratégies observées chez les traducteurs professionnels, a un intérêt pratique pour l enseignement de la traduction. Mais l auteur signale également un intérêt pour la recherche : il voit l analyse des stratégies textuelles utilisées par un traducteur comme la première étape nécessaire vers une mise en évidence des raisons sous-jacentes à la décision de tel traducteur de choisir telle stratégie dans telle condition (p. 93). Notons enfin que l auteur qui affirme que les stratégies figurant dans sa taxinomie ne sont pas spécifiques à un couple de langues concède qu il y en a qui peuvent être adaptées, en règles simples, à la résolution de problèmes de traduction spécifiques dans une combinaison linguistique donnée (p. 93). Voilà, selon nous, un intérêt supplémentaire que de faire traduire le même texte de départ dans deux langues différentes afin de voir dans quelle mesure de telles règles simples se dégagent en fonction de la langue d arrivée. En somme, il semble intéressant d étudier les stratégies de traduction en prenant appui sur la taxinomie élaborée par Chesterman (1997). En effet, traduire, et en particulier traduire des textes, c est effectuer des manipulations textuelles de différents types. L emploi d une stratégie textuelle varie certainement, du moins jusqu à un certain degré, en fonction du couple de langues étudié. Mais on peut, de 13

16 plus, s attendre à des différences en fonction de l expérience de la traduction. Prenons le modèle de la compétence traductive proposée par Cao (1996) : ce modèle repose sur l interaction entre différentes variables, dont les connaissances linguistiques, les connaissances extralinguistiques et la compétence stratégique (l application des connaissances linguistiques et extralinguistiques dans un contexte donné). Au sein de la compétence linguistique, l auteur cite d une part les connaissances approfondies de la syntaxe, du lexique et des règles sémantiques relatives à la structure phrastique dans les deux langues, et d autre part les connaissances des conventions sociolinguistiques, nécessaires à l exécution des fonctions linguistiques appropriées dans un contexte donné. On peut penser que les stratégies, en tant que manipulations textuelles, s expriment au niveau de la compétence linguistique. Autrement dit, que les connaissances linguistiques, observables notamment à travers les manipulations textuelles effectuées par une personne en train de traduire, varient en fonction de l expérience de la traduction. Signalons cependant que l approche de Chesterman (1997) soulève aussi quelques questions. Ainsi, l auteur voit les stratégies textuelles comme une sorte de changement auquel le traducteur procéderait en cas d insatisfaction avec la première version lui venant à l esprit, c est-à-dire suite au constat d un problème (p. 92). Autrement dit, la stratégie de traduction littérale, pour ne prendre qu un exemple, ne relèverait d une stratégie que dans la mesure où elle ne se présente pas au traducteur comme solution première, automatique. Comment définir le concept de problème? Weil-Barais (1999, p. 562) propose une définition qui nous semble à la fois adéquate et suffisante pour notre travail : un problème désigne le fait que le répondant exerce un contrôle de son activité lors du traitement de l information, c est-àdire lorsque son comportement ne relève pas seulement de processus automatiques. Afin de pouvoir différencier une traduction littérale relevant d une stratégie et une traduction littérale découlant d un simple automatisme, on doit avoir accès aux processus de raisonnement des personnes traduisantes. L approche de Chesterman révèle donc le fait que l étude des stratégies à l échelle du texte repose, au 14

17 moins jusqu à un certain degré, sur une prise en considération de ce qui se passe au niveau cognitif. Après cette première mise au point, nous retenons l intérêt qu il y aurait à conduire une analyse combinée des stratégies textuelles et des motifs sous-jacents à ces stratégies. La réflexion parlée, c est-à-dire le raisonnement à voix haute, apparaît comme une méthode utile pour l investigation de ces mobiles. Selon Chesterman (1997, p. 113), les mobiles dérivent de normes qui, à leur tour, sont déterminées par les valeurs auxquelles adhère le traducteur. Nos lectures indiquent qu il existe bel et bien un petit corpus de recherches portant sur le processus de traduction et s attachant à explorer les facteurs qui incitent un traducteur à agir d une certaine façon. Elles sont donc pertinentes pour notre démarche visant à déceler ce qui se cache derrière le choix d une stratégie. Nous en proposerons un aperçu dans la section suivante Les principes de traduction Dans sa thèse de doctorat, Jääskeläinen (1999) utilise le terme principe de traduction (translation principles ; voir p et p ). Elle considère ces principes comme constituant des exemples de marked processing (p. 162). Le unmarked processing renvoie aux parties du processus de traduction, pendant lesquelles le répondant lit le texte de départ à voix haute ou produit une traduction sans effort apparent. Pendant le marked processing, en revanche, le traducteur interrompt le unmarked processing pour concentrer son attention sur un aspect spécifique de la tâche. L auteur identifie trois types de verbalisations qu elle considère comme révélatrices des principes de traduction : les commentaires procéduraux, qui indiquent la façon dont le répondant procède dans une tâche de traduction (exemple : d abord lire le texte en entier pour se faire une idée) ; les déclarations qui révèlent les stratégies globales guidant le processus de traduction du répondant (exemple : être cohérent dans l usage de la terminologie ; voir Jääskeläinen, 1993) ; 15

18 les commentaires qui reflètent l image que les traducteurs professionnels ont d eux-mêmes, leur identité professionnelle (exemple : craindre qu un médecin ayant de bonnes connaissances linguistiques n arrive mieux à traduire un texte médical qu un traducteur). Ces exemples de comportement traductif sont une bonne illustration de la définition que donne le Nouveau Petit Robert (1996) de la notion de principe : «règle d action s appuyant sur un jugement de valeur et constituant un modèle, une règle ou un but». Aussi montrent-ils que la notion de principe se prête particulièrement bien à l étude des facteurs sous-jacents au choix d une stratégie. Concrètement, Jääskeläinen (1999, p. 178) dit observer, chez les 4 traducteurs professionnels auxquels elle a fait appel, des principes ou des règles de conduite explicites. Les verbalisations des 4 traducteurs nonprofessionnels (à savoir des traducteurs amateurs), par contre, refléteraient souvent un manque de principes de traduction ou d inexpérience, c est-à-dire une incertitude quant à savoir ce qui est attendu d eux ou ce qui est permis en traduction. Cela ne veut pas dire que les traducteurs procèdent sans ressentir le moindre doute. Au contraire, selon Jääskeläinen (p. 234), leurs protocoles indiquent qu ils se soucient de leur image professionnelle, voire de l image de la profession en général. Nous pouvons, une nouvelle fois, nous référer au modèle de la compétence traductive proposée par Cao (1996). Il semble raisonnable de supposer que les principes verbalisés varient en fonction du couple de langues (exemple : les stratégies globales employées pour traiter les anglicismes peuvent varier d une communauté linguistique à l autre). Mais ils varient certainement aussi en fonction de l expérience de la traduction. Plus précisément, on peut penser que les principes de traduction s expriment à la fois au niveau des connaissances linguistiques (exemple : posséder des règles de conduite pour le traitement de problèmes de traduction résultant de différences linguistiques entre langue de départ et langue d arrivée), des connaissances extralinguistiques (exemple : plus on maîtrise l univers notionnel auquel fait appel le texte de départ, plus le traducteur avancera avec confiance) et de la 16

19 compétence stratégique (exemple : savoir consulter de la manière la plus efficace les sources d information à la disposition du traducteur). Ajoutons que Jääskeläinen (1999) évoque également certaines questions méthodologiques. Elle indique que les principes de traduction ne sont pas toujours verbalisés explicitement, mais qu ils doivent être déduits, par exemple à partir des verbalisations comportant un commentaire évaluatif (p. 180). Aussi souligne-t-elle que certaines verbalisations pouvant être interprétées comme des principes de traduction (tels que les commentaires procéduraux) peuvent être le résultat de la condition expérimentale (p. 179). Elle signale, cependant, à juste titre que, même si ces verbalisations sont un tant soit peu artificielles, elles fournissent des informations intéressantes qui peuvent aider le chercheur dans l analyse d autres aspects du comportement des répondants. Par ailleurs, le chercheur dispose en général de différentes sources de données, ce qui limite les erreurs possibles dans l attribution du sens aux verbalisations. Le travail de Jääskeläinen (1999) a l avantage de proposer une opérationalisation d un concept qui rend possible l étude des facteurs incitant un traducteur à opter pour une certaine stratégie. D autres travaux méritent cependant d être mentionnés. Ces derniers s attachent à mettre en évidence des phénomènes apparentés aux principes de traduction et nous permettront ainsi d insérer nos données dans un contexte plus large. Tirkkonen-Condit (1997) dit observer un degré de responsabilité plus élevé chez les traducteurs professionnels que chez les traducteurs amateurs et les étudiants en traduction : les traducteurs feraient preuve d ambition et d éthique professionnelle, alors que les deux autres groupes de répondants auraient tendance à minimiser les problèmes. Précisons que ces observations s appuient sur une analyse des processus de traduction de 10 répondants, dont 2 traducteurs amateurs, 2 étudiants en traduction et 6 enseignants de traduction ou traducteurs professionnels. Toujours selon Tirkkonen-Condit, les traducteurs professionnels assument leur ignorance sur un sujet plutôt que de mettre leurs problèmes sur le compte du texte de départ ou de la situation expérimentale, contrairement aux deux autres groupes de répondants. Aussi, la spécificité des évaluations portant sur le texte d arrivée 17

20 augmenterait-elle avec l expérience de la traduction (voir aussi Englund Dimitrova, 2003a). Ce constat rejoint celui de Jääskeläinen (1999) concernant le fait que les traducteurs professionnels verbalisent des principes de traduction explicites. Toujours selon Tirkkonen-Condit (1997), les traducteurs professionnels ont acquis une certaine tolérance de l incertitude. Cette tolérance semble indispensable en traduction, comme le montre l auteur de façon plus détaillée dans un autre article (Tirkkonen-Condit, 2000, p. 123), dans lequel elle étudie le processus de traduction de 6 traducteurs ayant rédigé des traductions de qualité. Selon Tirkkonen-Condit, tout traducteur se trouve souvent dans la situation où il existe différentes solutions de traduction ou dans des situations où aucune des solutions potentielles n est tout à fait la bonne. Tout acte traduisant comporte ainsi une dose d ambiguïté se manifestant, lors de l acte traduisant, par des sentiments d incertitude. Et, d après Tirkkonen- Condit (1997, 2000), les traducteurs professionnels dont on considère les travaux comme des traductions de qualité se caractérisent par la capacité de tolérer momentanément des sentiments d incertitude et de ne pas essayer de résoudre simultanément tous les problèmes. Les principes de traduction ressortent également d un rapport de recherche cosigné par Tirkkonen-Condit et Laukkanen (1996). Dans cet article, les auteurs analysent les commentaires évaluatifs de 4 répondants, d une traductrice professionnelle et de 3 enseignants de traduction, pour mettre en évidence ce qu elles considèrent comme deux facteurs majeurs sous-jacents aux processus décisionnels en traduction, à savoir l image que les traducteurs ont d eux-mêmes (voir Jääskeläinen, 1999) et leurs théories personnelles de la traduction. Pour étudier le premier critère, les auteurs analysent les commentaires que les répondants font sur eux-mêmes (autoévaluations) et sur l exécution de la tâche elle-même. Elles arrivent à la conclusion que, même s il existe une corrélation positive entre la confiance en soi en tant que traducteur et la qualité de la traduction, un éventuel manque de confiance peut être compensé par une attitude qui révèle de l intérêt et de l engagement. Parmi les facteurs pouvant saper la confiance du traducteur, les auteurs évoquent le passage d une tâche routinière à une tâche non-routinière, telle que la traduction d un genre de texte 18

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE Ouvrage rédigé sous la direction de Pierre-Yves Raccah, CNRS L Harmattan, collection Sémantique Les recherches sur lesquelles les textes présentés

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Séquence réalisée en cycle 3 Sylvie FRÉMINEUR P.E., École du Chaumet, Évires, 74 Jean-Michel ROLANDO Formateur, IUFM Bonneville, 74 Les relations entre

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail